AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 8 sur 11
St. James's Park et ses environs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Jade Wilder
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle

Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Jade Wilder, Mer 14 Déc 2016 - 1:03


L'hiver, quelle saison étrange.. En bonne méditerranéenne, Jade n'aimait que peu cette saison bizarre où le temps semblait se geler, où chaque belle chose était cachée par la glace et plus tard, un épais manteau blanc. Il faisait froid, trop froid pour sa peau laiteuse habituée aux rayons du soleil d'Italie. Et pourtant au coeur de ces habitudes bousculées, la blondinette y trouvait tout de même du positif. La neige ne s'était pas encore installée. Elle ne tarderait plus, c'était certain. Et alors peut-être qu'elle pourrait avouer aimer un peu l'hiver. Ces flocons donnaient à ce monde une impression de pureté, de calme irréel. Et que dire des fêtes de fin d'année.. Si elles avaient longtemps été une corvées pour elle, c'était tout autre désormais. L'adversité avait resserré ses liens avec sa famille, la seule qui lui restait et l'esprit de Noël prenait tout son sens chez les Wilder. Et puis, c'était l'occasion de se réunir enfin loin des tristes habitudes d'une vie bousculée.

Voilà qui justifiait sa présence, là, dans cette rue. Plus précisément dans un petit restaurant moldu qui avait ses évènements tradition, ses clients habitués et ses corvées à réaliser. Devinez dans quelle catégorie elle se trouvait, la blonde ?

En effet, Jade avait trouvé un petit travail depuis peu. Ce n'était pas grand chose, quelques heures durant le week-end et un peu plus pendant les vacances à venir, mais au moins elle mettait un peu d'argent de côté. L'Italienne voulait organiser un Noël mémorable, que son frère et sa soeur soient gâtés, qu'un beau sapin trône fièrement dans le salon trop étroit pour trois personnes. Elle voulait le meilleur pour eux. Et la seule manière d'y parvenir, c'était celle-là. Travailler encore et encore, ne jamais baisser les bras ou se laisser aller à la paresse. Il n'était pas toujours facile de trouver un travail à son âge, peu lui faisaient confiance, la voyant comme une gamine qui pourrait faire connerie sur connerie. Elle avait donc eu de la chance en trouvant ce petit job au restaurant. Tâches classiques à réaliser, la plonge, le rangement, le ménage.. Bref, tout ce que les propriétaires voulaient éviter à tout prix. Ils étaient plutôt gentils au moins ceux-là, Jade avait connu bien pire, mais ils préféraient se débarrasser de toutes ces tâches. Et pour ça, la demoiselle n'irait pas râler car ça lui offrait exactement ce dont elle avait besoin, ça l'arrangeait et eux aussi, que demander de plus ?

Malheureusement, tout ne peut pas rester toujours aussi idéal. Le restaurant avait été victime de son succès, les commandes n'avaient pas cessé une seule minute et Jade avait finalement été demandée en cuisine histoire d'aider un peu. Oh rien de très glorieux, en plus elle avait toujours adoré cuisiner, néanmoins sa fatigue déjà présente ne s'était pas arrangée avec cette petite surprise. Enchainer ensuite avec ses véritables tâches avait fini de l'épuiser, cependant la blondinette n'était pas du genre à se plaindre. Noël approchant, elle aurait peut-être une petite prime, qui sait ? Jade était ainsi, préférant ne voir que le positif, travaillant de son mieux pour améliorer la vie de sa famille, elle ne renonçait jamais. Voilà au moins une chose que ses parents avaient eu le temps de lui transmettre: la volonté. Chaque jour, elle se mettait au travail en étant persuadée qu'à un moment ou un autre, tout cela paierait. Il fallait y croire car ayant déjà renoncé à quelques reprises lors de ses pires moments, elle n'avait pu que constater la catastrophe qui pointait le bout de son nez. Ne jamais s'arrêter, faire de son mieux chaque jour et réussir, voilà ses objectifs plutôt inhabituels pour une adolescente de son âge. Elle aurait pu n'en avoir rien à faire, passer sa vie à sortir, faire la fête et passer son temps avec ses amis.. mais justement, du temps elle n'en avait pas. Cela désespérait grandement son frère d'ailleurs, mais quand on est têtu on ne se refait pas !

Un soupir s'échappa des lèvres rosées de l'Italienne alors qu'elle passait la main sur son front en sueur. Elle n'avait pas arrêté une seule seconde et enfin, l'heure de quitter les lieux se dessinait peu à peu. Encore quelques minutes qu'elle utilisa pour vider les poubelles qu'elle sortirait en partant. En quelques jours, elle avait pris ses habitudes qui lui permettaient de perdre moins de temps sur le long terme. Un dernier au revoir aux propriétaires et la porte arrière fut poussée, la confrontant au temps capricieux de Londres. Tremblant de froid, Jade s'emmitoufla dans ce qui lui servait de manteau. Il commençait à dater celui-là et ne protégeait plus beaucoup du froid, néanmoins elle n'avait pas les moyens de s'en racheter un pour le moment, ce n'était pas une priorité. Après tout, le froid ne la tuerait pas pour le peu qu'elle sortait.. Décidant tout de même de se dépêcher, la blairelle contourna le bâtiment pour rejoindre le local vers l'avant, histoire de se débarrasser des deux lourdes charges pesant sur ses bras. L'heure de rush passée, la rue redevenait plus tranquille, laissant place aux promeneurs habituels. Certains courraient même, l'adolescente ne les comprenaient pas. Bon il est vrai qu'à part quelques exceptions, la demoiselle n'était pas fan de sport mais quand même.. courir par un temps pareil.. Et puis de toute façon, les repas copieux des fêtes de fin d'année effaceraient tous les efforts alors.. autant ne rien faire du tout, nan ? Esquissant un léger sourire, Jade s'avança vers les bennes, posant l'une des poubelles pour pouvoir soulever le couvercle avant de les jeter toutes les deux. Décidément, il y avait un gâchis monstre, ça la déprimait parfois. M'enfin c'était ainsi, elle n'y pouvait pas grand chose !

Frottant ses mains engourdies par le froid, Jade quitta les lieux, sachant que le lendemain, la même chanson reprendrait ses accords variés. Qui sait ce que ce travail lui réservait, mais au moins la routine ne s'installait pas. Trouver des excuses en revanche commençait à être difficile, Jake ne cessant de poser des questions. Bien sûr, la plus jeune préférait ne rien lui dire sinon la même sérénade recommencerait. "Tu es trop jeune pour travailler, tu as d'autres choses à faire concentre toi sur tes études, c'est moi qui doit m'occuper de vous toi tu as autre chose à faire" et gnagnagna. L'adolescente adorait son grand-frère, mais celui-ci ne comprenait pas ce besoin qu'elle avait de s'émanciper, d'aller de l'avant et surtout, de ne pas le laisser avoir cette charge seule. Elle était parfaitement capable d'assumer tout ça, il finirait bien par le voir un jour !

Reprenant son chemin d'un pas pressé, espérant ainsi gagner un peu de chaleur, la blondinette se stoppa néanmoins après quelques pas seulement. Là-bas, pas loin sur un banc, les mèches plus blanches que blondes la frappèrent. Rêvait-elle ou avait-elle bien reconnu cette femme à qui elle n'avait que rarement parlé ? Deux fois plus exactement, on peut dire que la dernière avait quelque peu chamboulé la préfète. A vrai dire elle était toujours étonnée de croiser des sorciers et sorcières au coeur de Londres, pourtant ça n'était pas si étonnant. Le monde est petit comme on dit.

Jade n'était pas très douée pour parler. En fait, elle n'était pas douée pour communiquer en règle générale, il y avait tant de choses qui pouvaient la retenir. Pourtant, elle s'avança doucement vers la jeune femme, plus hésitante qu'autre chose mais au moins elle osait. La plupart du temps, contourner le problème - aka la personne reconnue - semblait plus simple, mais.. parfois elle abandonnait la simplicité. A vrai dire, cette femme avait quelque chose de spécial que la demoiselle ne saurait décrire. Une présence, une lumière toute spéciale qui donnait envie de s'approcher. Et ce dernier point n'était pas du tout dans les habitudes de Jade qui d'ailleurs, hésita avant de lancer quelques mots timides.

- Bonjour.. Je ne.. m'attendais pas à vous croiser par ici..

Vous, parce-que c'est ainsi. Et c'est plus facile que de trouver le mot juste. Madame, ça fait trop bizarre. Miss Benson, ça fait trop déplacé ? Quant au prénom de son interlocutrice, elle le connaissait mais c'était encore plus déplacé. Oui, elle réfléchissait trop. Lèvre mordillée, joues rosies autant par le froid que par l'hésitation. Les yeux ambrés posés un instant sur le carnet, sa volonté s'enfuit en courant.

- Pardon, je dérange peut-être..
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elenna Benson, Mer 14 Déc 2016 - 10:22




L
e froid, le silence, le calme, l’apaisement. J’avais l’impression d’être dans un autre monde. Oui, là tout de suite maintenant à l’heure qu’il est, j’étais dans une petite bulle, MA petite bulle, celle qui me coupait du monde extérieur, celle qui me faisait oublier mes doutes et mes craintes. Pour rien au monde je n’aurais échangé ma place. Pourtant, je savais très bien qu’une fois mon dessin fini, je retomberai dans cet océan déchaîné par l’horreur et la haine. J’avais toujours cru connaître ces émotions mais petit à petit, je comprenais qu’il n’en était rien. La véritable rage, je la ressentais depuis ma capture, j’éprouvais un désir de vengeance sans nom, une envie de faire payer aux autres ce que j’avais pu endurer. La terreur, je la vivais chaque fois que je fermais les yeux, chaque fois que j’avais la sensation d’être suivie dans la rue ou d’être épiée. Je n’étais plus moi-même et plus le temps passé, plus l’idée de changement me venait à l’esprit. Une mèche de mes cheveux blancs vint à ce moment précis chatouiller le bout de mon nez, m’offrant une nouvelle pensée qui m’aiderait peut-être à tourner les pages.

Mon renouveau, voilà ce qui était venu chatouiller mes pensées. Un mince sourire se dessina sur son visage alors que je continuais à crayonner sans me soucier des passants autour de moi. De temps en temps, je mordillais le bout de mon stylo, le tapotais sur ma lèvre inférieure ou fronçais les sourcils. La concentration était mon amie du jour et il faut dire qu’à me focaliser sur mes pages blanches, j’en oubliais tout le reste. Quel plaisir. La rue naissait peu à peu sur mon papier, les pavés fleurissaient, les feuilles voletaient et le chien qui était ma muse ajoutait une touche d’humour et de folie sur cet œuvre. Relevant légèrement le regard pour observer mon carnet de plus haut, je remarquais doucement des détails que je ne pensais pas avoir dessiné. Il y avait ce ciel sombre, ce coin de rue obscure et cette silhouette encapuchonnée qui se tenait là-bas. Rapidement, prise de panique certainement même si je ne vous l’avouerais jamais, mes yeux gris lâchèrent mon cahier pour observer ce que j’avais reproduit. Mais il n’y avait rien, cette ruelle était bien là mais aucune ombre en vue. Un souffle agacé s’échappa de mes lèvres. Voilà que mon esprit me jouait des tours, qu’inconsciemment je tatouais mes pires craintes sur les feuilles.

" Bonjour.. Je ne.. m'attendais pas à vous croiser par ici.. "

Hein ? 42 ! Stéphanie de Monaco ! … Vous pouvez répéter la question ? Moi qui avais toujours été à l’affût, je venais de me faire surprendre comme une bleue. Talentueuse la chasseuse de mage noir n’est-ce pas ? Pff… Mon visage de poupée se posa rapidement sur la personne qui m’avait interpellé. Je la connaissais, peu certes, mais je l’avais déjà vu à deux reprises. La première fois, c’était lors de cet épisode des affiches, c’était quelques jours avant ma capture. En tour de garde à Poudlard, la petite blonde avait été ma complice d’un soir pour les tagger et ensuite les retirer. D’ailleurs, je m’étais souvent demandée si l’affreux directeur de Poudlard lui avait fait payé son écart en ma compagnie. La seconde fois, peu de temps après, c’était aussi avant ma capture… Hé, elle n’était pas toujours là au mauvais moment celle-là ? A croire qu’elle avait eu un rôle dans ma prise au piège. Bon d’accord, là mon cerveau partait en c*uilles… Bref, j’avais dû l’interroger suite à une attaque lors d’un cours de divination. La pauvre avait été l’une des cibles de l’agresseur ou de son complice. Décidemment, je ne pouvais pas dire que la chance lui souriait à la petite Jade. Jade, c’était bien ça.

" Pardon, je dérange peut-être… "

Elle était jolie la préfète, et son air timide lui rajoutait un charme certain. Si elle me dérangeait ? Non pas du tout, au contraire. J’avais besoin de compagnie en ce moment mais j’étais bien trop fière pour oser l’avouer à qui que ce soit. Je me connaissais, je m’étais vu dans le miroir ce matin et je savais pertinemment que je n’étais plus que l’ombre de moi-même, que mon reflet n’était qu’une pâle copie de la femme que j’avais pu être. Un sourire se dessina alors sur mon visage, essayant de masquer mes cernes trop marqués et les creux dans mes joues. Jade Wilder. Que pouvait-elle bien faire ici ? N’avait-elle pas cours ? A moins que les vacances soient déjà là ? J’étais complètement paumée, j’avais perdu la notion du temps depuis mon emprisonnement en compagnie de ces monstres. Je me redressais légèrement, appuyant mon dos contre le dossier du banc mais gardant toujours mes jambes en tailleurs et mon carnet au creux de celles-ci.

" Hé ! Salut Jade. Non, du tout, tu ne me déranges pas, je m’étais perdue dans mon dessin… et en dehors du Ministère c’est Elenna, avec le « tu » à la place du « vous » ! Comment vas-tu depuis la dernière fois ? "

D’un petit mouvement de tête, je l’invitais à s’asseoir près de moi. Le peu que je connaissais d’elle me plaisait énormément et la jeune fille portait les couleurs de mon ancienne maison à l’école de sorcellerie. Elle ne pouvait être que géniale n’est-ce pas ? Je détaillais rapidement son visage et ses traits fins, elle était mignonne à croquer et j’étais presque certaine que les prétendants devaient être nombreux à lui envoyer des hiboux ou des boîtes de chocolat. Le rose aux joues, la préfète semblait en pleine forme et finalement, j’avais presque honte à côté d’elle, moi qui ne ressemblais plus qu’à un de ces zombies moldus ces derniers temps.

" Que fais-tu par ici ? Tu n’as pas cours ? "
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Jade Wilder, Jeu 15 Déc 2016 - 0:39


Ne jamais aller vers les autres, ne laisser aucune occasion à son coeur de se faire briser à nouveau. Jade avait tant de fois répété ces consignes sans pour autant réussir à les respecter. Le problème avec ce fichu coeur, c'était qu'il n'en faisait qu'à sa tête, la guidant comme si elle n'était qu'un pantin attaché à lui. Et plus il prenait de coups, plus elle voulait mettre ces masques, pour se protéger. Mais lui il n'écoutait pas et se faisait toujours plus mal au fil du temps. Quant à la raison qui poussait la blondinette à enfreindre ses propres règles.. eh bien elle n'en avait aucune idée, c'était un grand mystère seulement détenu par ce fichu coeur capricieux.

Elenna n'avait jamais été une menace aux yeux de Jade. Bien au contraire, elle s'était avéré un excellent guide lors de l'épisode des affiches, cette soirée ayant réveillé une part enfouie d'elle-même. Et puis, il y avait eu l'interrogatoire. Ce sujet avait été des plus douloureux, pourtant Elenna avait fait preuve d'une patience dont Jade avait furieusement besoin. Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, l'Italienne avait tissé une sorte de lien qu'elle ne contrôlait pas, qu'elle ne pouvait même pas nommer, avec l'adulte. Peut-être avait-elle tord, peut-être était-ce une nouvelle erreur, une de plus. Mais en attendant, se laisser guider seulement par son instinct et ses pas, ça faisait du bien. Ne pas trop se poser de questions, juste le temps d'un instant. Oh bien entendu, ne pas s'en poser du tout était quasiment impossible pour elle qui passait son temps à réfléchir, à se poser des problèmes qui n'avaient pas lieu d'être. Comme cette stupide hésitation entre le vouvoiement et le tutoiement, cruel dilemme qui se posait à chaque nouvelle rencontre, à chaque nouvelle attache. Tutoyer quelqu'un n'était pas naturel pour elle, en tout cas pas un adulte, elle était ainsi. Ses parents lui avaient appris bien des choses, la politesse et le respect en faisaient partie. Mais à ce stade, c'était bien plus que ça, comme un blocage qui ne voulait pas se résoudre. Seule des paroles finissaient par débloquer la situation, des paroles qui ne venaient pas toujours et voilà qu'elle restait éternellement bloquée dans un cercle infernal.

A cet instant, point trop de questions en dehors de celle-ci. Et puis finalement, les mots étaient venus tous seuls, simple habitude en fait. Sans doute pas la bonne, mais habitude quand même. Néanmoins, comme c'est prévisible, les questions finirent par prendre leur place en voyant de plus près le visage de l'Auror. Elle semblait.. fatiguée ? Ou triste peut-être, Jade avait quelque peu perdu son don pour comprendre les gens en un coup d'oeil depuis quelques temps. Néanmoins, elle était certaine que quelque chose n'allait pas. Pourtant, la femme aux cheveux de neige lui répondit de façon plus enjouée que son air étrange aurait pu faire croire.

- Hé ! Salut Jade. Non, du tout, tu ne me déranges pas, je m’étais perdue dans mon dessin… et en dehors du Ministère c’est Elenna, avec le « tu » à la place du « vous » ! Comment vas-tu depuis la dernière fois ?

Immédiatement, le sourire de l'Italienne s'élargit. C'était comme retrouver une saveur perdue, ça faisait du bien au creux de la poitrine, là, au niveau de ce muscle meurtri. Sentiment étrange qui ne peut s'expliquer, mais la blondinette se sentit automatiquement en confiance. Et ce malgré les mots. Elle aurait pu se confondre en excuse pour ce vouvoiement trop pesant, mais elle ne le fit pas, puisque pour elle tutoyer sans autorisation était absolument déplacé. A présent, elle l'avait l'autorisation, alors tant pis. Un hochement de tête puis, répondant à l'invitation, Jade alla s'asseoir à côté de l'adulte, rentrant légèrement sa tête au creux de son manteau. Ça ne changeait pas grand chose à son froid, mais ça donnait l'illusion toujours. Comment allait-elle ? Sans doute mieux, enfin, elle en avait l'impression en tout cas.

- Ça va je crois.. Enfin, ça va mieux ! Et vo.. euh toi, et toi ?

Un peu de volonté dans ces paroles. A vrai dire Jade évitait de se poser cette question. C'était plus facile ainsi. Elle allait mieux sur certains points, mal sur bien d'autres. Ce qui primait, elle ne saurait le dire. Alors pour cette fois, elle irait mieux voilà tout. Et puis, rencontrer cette femme, là tout de suite, ça lui faisait plaisir. C'était peut-être maigre comme réponse, mais on l'a dit, la blairelle n'était pas des plus douées avec la communication.

- Que fais-tu par ici ? Tu n’as pas cours ?

Ces questions furent une surprise. Comme un éclat de noisette au coeur du morceau de chocolat, celui qu'on aurait voulu ne pas trouver maintenant. Il est vrai que Jade ne parlait jamais de ses activités extérieures. Et pour cause, non seulement quasiment personne ne lui demandait, mais en plus si son frère apprenait ça, il lui ferait un sermon mémorable. Et puis, les autres.. eh bien les autres, elle avait peur du jugement. Des réactions toutes plus différentes les unes que les autres. Là c'était pareil, après tout Elenna faisait partie des autorités et ce genre de travail était illégal. M'enfin, ça ne concernait pas le monde magique tout ça et puis.. rho stop les questions et réflexions idiotes !

- Oh non pas ogg.. aujourd'hui. En fait j'ai un.. euh.. travail, dans un restaurant un peu plus loin. J'y passe le plus de temps possible quand je n'ai pas cours..

Sa vie était ainsi, rythmée entre deux univers bien distincts. La magie, Poudlard, tout ce dont elle avait toujours rêvé. Et l'autre vie, celle qui la ramenait à la réalité et lui rappelait qu'elle devait se montrer responsable et mature, qu'elle devait lutter en permanence et faire de son mieux pour que les choses s'améliorent dans sa petite famille. Ça pouvait paraitre assez particulier, d'autant qu'elle ne s'accordait quasiment jamais du repos, mais c'était son choix depuis un moment déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elenna Benson, Ven 16 Déc 2016 - 1:34




J
’avais toujours adoré l’hiver, plus que n’importe quelle autre saison. Depuis mon enfance, j’avais du mal à supporter la chaleur, celle-ci me collant des maux de tête à s’en taper le crâne contre un mur. Avez-vous déjà ressenti ça ? Cet étau qui se resserre autour de votre tête, vous empêchant de réfléchir ou d’avoir des pensées rationnelles, cette impression de sentir votre cœur battre juste derrière votre œil. Ces migraines étaient un véritable fléau et je n’arrivais pas à m’en débarrasser. Chez les moldus, j’avais eu le droit à toute sorte d’examens sans grand résultat, on parlait d’héritage, de génétique mais aucun signe physique ne pouvait expliquer ces maux dont je souffrais. J’avais juste réussi à noter des facteurs récurrents lors de leurs déclenchements : chaleur, stresse, fatigue ou même le surplus d’émotions. C’était relativement casse-pied, casse-bonbons, casse-c*uilles. Mais l’hiver, atténuait tout ça, alors je profitais de ma saison de répit et de pouvoir penser librement.

J’ajustais rapidement ma doudoune noire et ma tignasse blanche qui ne serait bientôt plus de ce monde. Je l’avais décidé il y avait seulement quelques minutes mais c’était un choix parfait, un changement nécessaire. Dans ma tête, une image déjà très précise de ce que je voulais s’était peu à peu dessiné. Le changement, c’est maintenant ! J’étais ravie, comblée, aux anges. C’était bête mais cela me redonnait un peu d’espoir sur l’avenir, l’envie d’oublier le passé pour vivre le présent, pour songer au futur. La vie m’avait joué des tours, beaucoup trop même à mon goût mais j’étais toujours là, elle m’avait permis de devenir la femme que j’étais devenue et celle que j’allais être demain. Pouvais-je réellement lui en vouloir ? La détester comme ceux qui s’apitoyaient sur le sort ? J’en connaissais beaucoup trop qui agissaient ainsi, reprochant au destin des choses qu’ils avaient vécu et qu’ils auraient voulu oublier. Mais c’était ça la fatalité, c’était survivre à des épreuves que nous n’aurions jamais pu imaginer, à des obstacles que nous n’aurions jamais cru parvenir à franchir, une course à remporter où le trophée final semblait bien maigre pour mériter de se battre. Après tout, chaque être naissait pour mourir, c’était ce que l’on récolait tous au bout de notre vie, mais il y avait tant à vivre, à expérimenter avant de faner…

" Ça va je crois.. Enfin, ça va mieux ! Et vo.. euh toi, et toi ? "

Je souriais devant la timidité et la maladresse de ma compagne de l’après-midi. A chaque fois que je l’avais vu, la petite Jade affichait cet air sérieux et réservé. Cependant, je sentais qu’il se cachait bien plus qu’une petite intello sous cette tignasse dorée. Nous avions tous beaucoup à cacher et nous donnions tout pour dissimuler ces choses qui faisaient que nous n’étions plus qu’une simple âme de passage sur la Terre. Nous étions chacun un être complexe et authentique, avec ses forces et ses faiblesses, ses règles et ses valeurs, ses peurs et ses ambitions. Avant Poudlard, j’avais longtemps caché ma véritable nature. Mais est-ce que j’en avais conscience ? A ce moment-là, sûrement pas. C’est grâce à ma maison que j’avais découvert la véritable Elenna, c’était grâce à mes amis que j’avais appris à connaître celle que j’étais réellement au fond de moi. Les aventures m’avaient forgé, les expériences m’avaient formaté et petit à petit, j’étais devenue cette Auror sûre d’elle, cette Phénix prête à tout, ce loup-garou meurtrier, cette femme aimante et cette amie fidèle.

" Oh non pas ogg.. aujourd'hui. En fait j'ai un.. euh.. travail, dans un restaurant un peu plus loin. J'y passe le plus de temps possible quand je n'ai pas cours.. "

Un sourcil se hissa légèrement sur mon front immaculé. Ainsi, la préfète travaillait hors de Poudlard. Etait-ce légal ? Certainement pas. Mais que pouvais-je dire alors que moi aussi à son âge j’avais ressenti ce besoin de reconnaissance, ce besoin d’argent pour faire plaisir à ceux que j’avais aimé plus que tout ? Rien, absolument rien, parce que je comprenais totalement. Je souris alors de nouveau, posant mon crayon dans la rainure de mon carnet avant de rabattre la couverture sur les feuilles, oubliant mon dessin pour apporter toute mon attention à la blondinette.

" Je vais mieux aussi, merci… Je suis ravie de voir que tu vas mieux que la dernière fois, encore navrée de t’avoir obligé à revivre tout cela… Je laissais un petit blanc au souvenir de cet interrogatoire commandé par le Ministre de la Magie en personne. Bref ! Alors comme ça tu travailles ? C’est cool, d’avoir de l’autonomie comme cela, certains jeunes auraient préféré se tourner les pouces que donner d’eux-mêmes, félicitations mad’moiselle. "

Je fis un petit clin d’œil à Jade, effaçant mon air malheureux et la fatigue qui marquait un peu trop mon visage ces derniers temps. L’avait-elle remarqué elle aussi ? Je n’étais pas bête, pas bête du tout même et je remarquais les regards des gens qui me connaissaient, cet air perdu, cette compassion gerbante. Pourquoi ne pouvaient-ils pas simplement m’aider en passant à autre chose, en ne parlant plus de tout cela ? Je me penchais dans mon sac en bandoulière pour en sortir le chocolat chaud que j’y avais mis avant de partir. La magie, c’était vraiment pratique pour tout fourrer dans un sac, et les thermos, encore mieux pour garder la température ! D’un coup de baguette discret, je fis apparaître deux petites tasses et servis un chocolat chaud à Jade et moi avant de lui tendre sa boisson.

" Tiens, ça ne peut faire que du bien avec ce temps. Promis je n’ai rien mis de louche dedans ! Je souris, levant mon gobelet à mes lèvres pour en boire une gorgée avant de reprendre la parole. Alors, tu travailles pour quoi ? pour qui ? Offrir un cadeau de Noël à ton petit copain ou tes meilleur amis ? "
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Jade Wilder, Dim 18 Déc 2016 - 16:35


C'était étrange pour Jade de se confier ainsi. Elle qui avait plutôt l'habitude de dissimuler ses émotions au quotidien, se retrouvait à parler de son travail à Elenna. Peut-être qu'il était plus simple de se confier à quelqu'un qui ne soit pas trop proche d'elle. Comme Emily, par exemple.

Emily avait toujours été géniale avec elle, étant arrivée au pire moment pour effacer les ombres et l'entourer d'une bulle protectrice qui avait réchauffé son coeur après l'attaque en Divination. Mais comme toujours, Jade s'était sentie obligée de s'éloigner de la rouquine, pour la protéger. Pour se protéger elle aussi, il fallait bien l'admettre. C'était un cercle vicieux, sans fin, incroyablement douloureux. Il suffisait qu'elle s'attache pour se dire stop, en étant incapable avant et se blessant un peu plus au fur et à mesure du temps. Emily s'accrochait elle. Mais serait-ce toujours le cas ? La blairelle était alors partagée, espérant l'amitié tout en la redoutant, ne sachant sur quel pied danser. Tout semblait si confus depuis la mort de ses parents qu'elle ne savait plus comment se comporter avec les autres, ni si ce qu'elle faisait était vraiment bien ou pas. Après tout ce n'était plus à prouver, la blondinette était une véritable quiche comportementale dès qu'il s'agissait de partager sa vie, ses émotions et ses douleurs avec les autres.

Fuir, fuir encore et toujours était devenu une obligation. Pourtant, Jade ne pouvait pas s'éloigner véritablement d'Emily. Il lui était également impossible de ne pas s'attacher à Shela. Et malgré la douleur ressentie, elle avait même pardonné à Lizzie. Qu'est-ce qui clochait chez elle, sérieusement ? Car voilà qu'à présent, l'Italienne confiait une partie compliquée de sa vie à quelqu'un qu'elle n'avait rencontré qu'à deux reprises, qui en plus représentait l'autorité magique. Oui mais voilà, Jade se fichait de ce genre de chose. Tout ce qu'elle voyait, c'était Elenna en elle-même, cette femme douce, rassurante mais qui semblait incroyablement forte malgré la vie. Jade ignorait totalement la raison qui la poussait à parler aussi librement, mais ça faisait un bien fou, en fait. Comme si il n'y avait pas de limites cette fois. Peut-être était-ce tout simplement l'idée que l'adulte était à l'abri de ses vulgaires soucis d'adolescente, mais c'était sans doute faux. Ces soucis prenaient trop d'ampleur pour être pris à la légère. Comment expliquer alors, comment trouver une raison à son propre comportement ? C'était inexplicable finalement. Juste ce fait: certaines personnes parvenaient à vous mettre en confiance, comme ça sans rien faire, juste en étant elles-mêmes. Et ces personnes donnaient du baume au coeur, semblaient le guérir de leurs maux juste l'espace de quelques instants. Bien sûr, Jade ne pourrait révéler certaines choses qui pourraient lui attirer d'énormes ennuis, mais parler un peu ne faisait de mal à personne, n'est-ce pas ? Jade aurait pu comparer ce moment à une boule de neige, trouvée absolument partout au moment de Noël.

Une femme et une adolescente, assises sur un banc près d'un parc.
Décor d'hiver, simple moment capturé sous une protection de verre.

Frottant légèrement ses mains l'une contre l'autre, Jade observait des petits volutes d'air s'échapper de ses lèvres. C'était tout bête, mais ce genre de chose l'avait toujours amusée, comme une enfant. Le froid mordait sa peau laiteuse habituée au doux soleil d'Italie, provoquant de légers tremblements. Néanmoins l'attention de la blondinette n'était pas concentrée sur ce point, mais sur le carnet posé sur les genoux de l'Auror. Une esquisse lui était apparue l'espace de quelques instants avant que les pages ne se ferment. Alors la plus âgée savait dessiner, et d'après ce qu'elle avait vu.. d'une très jolie façon en plus de cela. Jade avait toujours admiré ces personnes capables de capturer le Monde en un dessin, chose dont elle était purement incapable. Ça avait quelque chose de poétique.

- Je vais mieux aussi, merci… Je suis ravie de voir que tu vas mieux que la dernière fois, encore navrée de t’avoir obligé à revivre tout cela…

Ces mots semblèrent résonner dans la tête de l'Italienne sans pour autant qu'elle ne réagisse. Mais quelqu'un la connaissant parfaitement aurait pu voir ses prunelles se voiler l'espace de quelques instants. Cet interrogatoire n'était pas été des plus simples pour elle, les souvenirs avaient une tendance douloureuse décidément. Néanmoins, en parler avait finalement soulagé l'esprit de la préfète. Elle était au moins sûre que cette affaire se trouvait entre de bonnes mains, que peut-être un jour le coupable serait jugé et emprisonné pour ses actes. Le poids de cet évènement s'était en tout cas estompé un tout petit peu, compressant légèrement moins ses poumons lorsqu'elle y pensait. Silence pour l'adolescente, léger sourire pour l'adulte. Quatre mots néanmoins, avaient attirés l'attention de la demoiselle: elle allait mieux, elle aussi ? Qu'avait-il bien pu se passer ? Zut, ça ne la regardait pas.

Mais le regard de Jade voulait tout dire. Une sorte d'interrogation muette, l'espace de quelques instants, parce-qu'elle ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour les autres, c'était ainsi elle n'y pouvait rien. C'était ridicule, après tout Elenna avait sans doute bien mieux à faire que de se confier, elle.

- Bref ! Alors comme ça tu travailles ? C’est cool, d’avoir de l’autonomie comme cela, certains jeunes auraient préféré se tourner les pouces que donner d’eux-mêmes, félicitations mad’moiselle.

Aie. Automatiquement, Jade s'était mordue l'intérieur de la joue. C'était à la fois pour se maudire et à la fois pour s'empêcher de faire plus de gaffes. Si seulement elle ne travaillait que pour gagner en autonomie, la vie serait tellement plus simple en aval. Néanmoins, les félicitations d'Elenna couvrirent de rose les joues de l'adolescente. Il n'y avait personne en général pour lui dire ce genre de chose et.. ouais, et puis Mer**, c'était valorisant voilà. Même si elle aurait voulu faire tellement plus que cela, Jade était heureuse lorsqu'elle parvenait à offrir de véritables cadeaux à sa famille. Voir leurs vies s'apaiser après toutes les épreuves qu'ils avaient traversé. Le reste importait peu et comme elle avait l'habitude de le dire: le jeu en valait la chandelle.

- Merci beaucoup..

Un petit sourire accompagna ces paroles hésitantes, comme pour montrer qu'elle n'était pas totalement fermée au dialogue. Après tout ce n'était pas le cas du tout, c'est simplement que Jade ne savait pas parler aux autres. Sur ce sujet là encore moins, alors elle ne parvenait qu'à remercier Elenna, le reste s'avérait déjà plus difficile. Néanmoins, voir le visage de cette dernière se transformer fut plus qu'agréable. C'était grâce à elle que cet air fatigué avait pu s'effacer pour laisser place au sourire ? Trop modeste pour s'attribuer ce genre de mérite, Jade était plutôt heureuse de voir ça, après tout les fêtes approchaient et il était plus agréable de voir les autres sourire plutôt qu'être triste. Un éclat de lumière raviva le coeur et le moral de la demoiselle, doucement.

Mais soudain, Elenna sembla chercher quelque chose dans son sac. Craignait d'avoir été trop distante aux yeux de l'Auror, ennuyant celle-ci qui envisageait donc de s'éloigner, Jade se fouetta mentalement. Décidément, elle n'arriverait jamais à être normale avec les autres, c'était pathétique. Quelle surprise de voir finalement la plus âgée extirper.. une bouteille thermos de son sac. Stoppant toute pensée, Jade entrouvrit les lèvres, s'interrogeant. Euh, est-ce qu'elle s'était auto-critiquée trop vite ? Étant donné ce qui suivit, oui, visiblement. Peu à peu, un sourire naquit sur les lèvres rosées de la blondinette, sourire qui au fur et à mesure s'élargit. Elle n'était pas du genre à rechercher ce genre de petites attentions, mais il ne fallait pas se mentir, cela faisait franchement plaisir.

- Tiens, ça ne peut faire que du bien avec ce temps. Promis je n’ai rien mis de louche dedans !

Prenant doucement la tasse de chocolat chaud, Jade sentit ses mains se réchauffer doucement. Aaaah cela faisait vraiment un bien fou, même sans avoir goûté au doux nectar qui faisait généralement l'unanimité. C'était tout bête, mais le chocolat chaud avait un don spécial pour remonter le moral aux yeux de la blairelle. La réflexion de l'Auror la surprit presque étant donné qu'elle n'avait jamais pensé qu'Elenna puisse faire une chose pareille. Pourtant, Jade avait tendance à être méfiante - une expérience de ce genre lui avait suffit - mais pas là. Allez comprendre. Un léger rire s'échappa de ses lèvres alors qu'elle parvenait à se détendre un peu. Un "Merci" et un "J'ai confiance" vinrent franchir ses lèvres, comme un bruissement. C'était sorti tout seul. Ahah, comment pouvait-elle dire un truc qu'elle ne pouvait pas expliquer, c'était ridicule. Néanmoins, cela faisait du bien de ne pas trop réfléchir à ses paroles pour une fois, c'était tellement rare.. Stop les questions inutiles. Portant la tasse à ses lèvres, Jade savoura le goût du chocolat qu'elle appréciait tant. C'était un peu bête et cela faisait franchement cliché, mais beaucoup de bons souvenirs se rattachaient à cette boisson chaude. Une soirée au coin du feu auprès de sa famille, des goûters d'enfance remplis de rires et de couleurs.. Celui-ci serait donc à ajouter à la liste. Jade se sentait bien à cet instant, juste bien.

- Alors, tu travailles pour quoi ? pour qui ? Offrir un cadeau de Noël à ton petit copain ou tes meilleur amis ?

Avalant une gorgée de travers, Jade se mit à tousser légèrement. Niveau discrétion, tu repasseras hein, quelle gaffeuse décidément. Pourquoi cette réaction ? Oh, tant de raisons.. Les questions d'abord, comment pouvait-elle expliquer ça ? Oui, cette fois elle ne craignait pas de l'expliquer mais ignorait totalement la façon avec laquelle elle pouvait le faire. Et puis le reste, c'était presque hilarant. Enfin non, pas vraiment.

- Je n'ai pas de..

De quoi, Jade ? De quoi, dis le. Avait-elle seulement des meilleurs amis ? Ce qui s'en rapprochait le plus, c'était sans doute Emily ou Shela. Il y avait Harmony aussi, mais elles se perdaient de vue au fur et à mesure du temps, comme un douloureux Destin qui la poursuivait. Quant à un petit-ami.. Si elle était déjà incapable de conserver une relation amicale normale, comment serait-ce possible avec un garçon ? Oh elle y avait bien pensé, se demandant si elle était normale, si un jour elle ressemblerait aux filles qui n'avaient aucun mal à aller vers les autres. Et puis, elle avait occulté cette pensée pour ne se concentrer sur sur le reste, des priorités selon elle. Et pourtant, ce visage lui revenait en tête, ce moment partagé au détour d'une rue.. Mais comment pouvait-elle penser à quelconque sentiment, il y avait tant d'autres priorités.. Elle n'avait pas le temps pour ces choses là. Alors pourquoi ? Soupir, phrase laissée en suspend, parce-qu'elle ne saurait pas comment la finir et encore moins comment empêcher sa voix de se briser. Il fallait faire simple.

- Mon frère a besoin.. d'aide pour payer l'appartement.. Et j'aimerais.. leur offrir un beau Noël.

Un haussement d'épaules alors que le regard ambré de l'Italienne se fixait sur le paysage visible depuis ce banc. Il y avait tellement de choses qu'elle voudrait faire, mais ce genre de travail ne lui permettait pas non plus des folies. Peut-être, un jour, mais elle ne pouvait pas se le permettre à l'heure actuelle. Alors, elle faisait ce qu'elle pouvait pour offrir le meilleur à ceux qu'elle aimait et pour ça, elle était prête à tout. Les pensées de Jade revinrent vers le dessin vu un peu plus tôt. Histoire de ne pas laisser ses mots figer le temps, la jeune fille poursuivit, les yeux fixés sur le paysage couché sur papier.

- J'ai vu ton dessin. Il était.. magnifique, bravo.. Comment tu fais ?

C'était à dire, à un moment ou un autre. Ses capacités se limitaient aux bonhommes bâtons et aux fleurs à répétition dessinées pour sa petite soeur, elle admirait ce genre de talent. Une gorgée de chocolat chaud, pris comme un réconfortant naturel à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elenna Benson, Lun 26 Déc 2016 - 8:33




L
a sensation du chocolat chaud. N’y avait-il pas de célèbres poètes qui avaient pu faire des rimes sur cette boisson ? Ils auraient pu le faire, ils auraient pu raconter des merveilles et faire des sonnets mélodieux. C’était le breuvage des petits et grands, rares étaient ceux qui osaient dire à voix haute qu’ils n’aimaient pas cela. Après tout, le chocolat était bien connu pour soigner les maux, quel qu’ils soient. Full sucre et la vie devenait rose. Comment ça ? Vous n’avez jamais laissé votre cœur et votre tête ployer sous le poids de l’émotion ? Ce moment où il faut abandonner toute réflexion et noyer son chagrin et ses doutes dans une tablette de chocolat, un pot de glace ou un chocolat chaud caché sous un lit de chantilly. C’était le parfait remède et je dois dire que j’en buvais beaucoup beaucoup beaucoup depuis que des mages noirs avaient fait de ma vie un enfer.

Je donnais sa tasse à Jade avant de savourer lentement la mienne. Je sentais le liquide chaud glisser dans mon gosier et la chaleur se répandre dans tout mon corps. Par Merlin comme cela faisait du bien, comme si l’hiver gardait sa beauté mais avec un soupçon de tiédeur. Mes petits doigts s’enroulèrent autour de la tasse et je fermais les yeux juste quelques secondes avant de reporter l’attention sur le paysage environnant. Les passants étaient rares, seuls quelques fous enroulés dans de longs manteaux bravaient l’hiver et son vent froid. La petite blonde me remercia, tout simplement, en un doux sourire. Voilà la question qui fâchait maintenant, pour qui faisait-elle tout cela ?

" Je n'ai pas de.. "

Elle n’avait pas de ? Pas de petit copain ? A son âge, elle avait le temps, après tout, j’avais attendu quelques années pour rencontrer Daryl mais il n’avait pas été le bon. Heureusement, mon deuxième choix s’avérait être aussi le dernier dans mon cœur. Alexander avait été mon coup de foudre, mon âme sœur. Je le souhaitais à tout le monde, à la terre entière même mais la patience était importante. Après tout, j’avais eu de la chance de mon côté et si un jour cette histoire devait s’arrêter, j’abandonnerai certainement mon cœur dans une poubelle. Mais j’avais bon espoir, je plaçais toute ma confiance en ce beau russe.
A moins qu’elle ne parlait pas de ça, ou de ça et d’autres choses. La préfète n’avait-elle pas d’amis non plus ? A son âge, les amis, c’était un souffle de vie, des gens qui permettent d’oublier les doutes, d’être rassuré et d’être consolé. Lorsque j’étais à Poudlard, July entre autres avait été une véritable bouée de sauvetage pour moi. En apparence, elle était la petite rousse timide et moi l’exubérante fille aux cheveux blancs, les gens avaient toujours cru que je lui avais permis de s’ouvrir au monde. Pourtant, elle avait été mon petit rayon de soleil, elle m’avait fait de nouveau aimer la vie, m’accepter telle que j’étais. A repenser à ma meilleure amie, j’étais pleine de nostalgie.

" Mon frère a besoin.. d'aide pour payer l'appartement.. Et j'aimerais.. leur offrir un beau Noël. "

" C’est très admirable… J’te connais pas tant que ça mais je suis très fière de toi. "

La petite avait des valeurs, c’était certain. D’après ce que Jade racontait, elle n’avait plus de parents, du moins c’était comme cela que je le comprenais. Si c’était son frère qui devait tout payer et gérer, ses parents n’étaient peut-être plus de ce monde. Ils seraient certainement fiers de leurs enfants. Est-ce que mes parents à moi auraient été fiers ?

" J'ai vu ton dessin. Il était.. magnifique, bravo.. Comment tu fais ? "

Je laissais sortir un petit rire de mes lèvres en ré-ouvrant mon carnet sur le dessin en cours.

" Comment je fais ? Ça c’est une sacrée question ! J’en sais rien, je fais c’est tout. Le dessin m’a toujours permis d’extérioriser. Depuis des années, depuis mon enfance d’ailleurs. Tu n’as pas de passion comme celle-là ? "
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Jade Wilder, Lun 26 Déc 2016 - 9:26


- C’est très admirable… J’te connais pas tant que ça mais je suis très fière de toi.

Les mots résonnaient dans la tête de Jade. Admirable.. il parait. Enfin, c'est ce qu'on lui disait souvent, mais elle n'en prenait pas souvent compte au final. C'était plutôt nécessaire à ses yeux. Normal même. Elle avait perdu une partie de sa famille, hors de question de laisser la seconde partie dans un tel pétrin. Elle, elle avait la chance d'être en internat, logée, nourrie, blanchie sans aucun frais nécessaire en dehors de ses dépenses scolaires. Et pour ça, son salaire de remplaçante et de préfète suffisait largement. Au fil des mois, la demoiselle avait même réussit à se faire un petit pactole de côté. Mais ça ne lui était d'aucune utilité au final, il fallait bien l'avouer. Toutes ses véritables dépenses, ces choses essentielles à sa vie, ne s'achetaient quasiment que dans les commerces moldus. Allez donner des gallions au supermarché du coin, je ne suis pas sûre qu'il apprécie. C'était ainsi, l'un des désavantages de vivre entre deux mondes. Jade avait dépassé cela depuis bien longtemps, trouvant un certain équilibre malgré ce genre d'obstacle. Il était simplement nécessaire de ne jamais lâcher, quoi qu'il arrive.

Crois en ceux qui comptent le plus pour toi
Deux mondes, une seule famille
Laisse ton coeur et le destin
Guider toutes ces vies

Un léger sourire de remerciement s'était installé sur les lèvres de Jade. Elle qui ne se confiait jamais, cela venait tout naturellement avec Elenna et sans qu'elle n'ait la moindre idée du pourquoi. Voilà qu'au final, les mots de l'adulte lui faisaient vraiment du bien. C'était peut-être ridicule, mais ça apaisait de se confier parfois. Jade n'avait pas la prétention de se croire malheureuse, mais en certaines périodes, cette situation lui pesait plus que d'ordinaire. C'était tombé sur Elenna, tout simplement. Enfin non, résumer les choses aussi simplement ne serait que trop injuste. Mais voilà, l'Italienne ignorait totalement pourquoi elle pouvait dire ça à cette femme et pas à quelqu'un d'autre. D'où venait cette confiance presque aveugle ? Cette impression qu'au moins avec elle, ses secrets seraient bien gardés ? Instinct ou inconscience, il n'était plus l'heure de se poser la question.

Heureusement, Jade avait un don fabuleux pour passer d'un sujet à un autre en un rien de temps. C'était entre autre ce qui faisait sa force, cette capacité à mettre les choses de côté pour se concentrer sur d'autres. Car si elle en avait été incapable, sa vie ne serait que torture mentale perpétuelle. Le pire, c'était le soir, en cherchant le sommeil. Ce moment redoutable où elle ne faisait plus rien, qu'il fallait laisser le temps à son corps de se reposer. Mais sa tête en décidait autrement. La journée, il était facile de l'ignorer en comblant, une des raisons pour lesquelles Jade n'arrêtait jamais d'être en mouvement, pensant à trente mille choses à la fois. Ça l'arrangeait bien comme ça, puisque l'inactivité menait toujours à.. ça. Les yeux fixés au plafond, à ruminer des pensées et des pensées et encore des pensées.. sans que jamais cela ne s'arrête. Ses insomnies étaient pas conséquent bien trop nombreuses. Sa tête était bien plus contrôlable en journée, y'a pas à dire. Là par exemple, elle avait pu laisser de côté le sujet argent/famille/passé, pour se concentrer sur l'oeuvre d'Elenna. Oh elle n'en avait vu qu'une parcelle, un regard indiscret jeté comme un filet d'huile dans une poêle bien chaude, mais cela avait été suffisant pour attiser sa curiosité, ne lui en voulez pas. Espérant un instant que sa question ne soit pas mal prise, Jade fut heureuse d'entendre la réponse de l'Auror.

- Comment je fais ? Ça c’est une sacrée question ! J’en sais rien, je fais c’est tout. Le dessin m’a toujours permis d’extérioriser. Depuis des années, depuis mon enfance d’ailleurs. Tu n’as pas de passion comme celle-là ?

Un petit éclat discret s'échappa des lèvres de l'adolescente. Ces gens qui avaient un talent tout naturel, c'était fascinant. Comme quoi, l'être humain en règle général est fascinant. Aucun être ne se ressemble et chacun possède des facultés que personne ne peut copier. Certains comme Elenna, avaient un coup de crayon divin. D'autres s'adonnaient à la peinture, au chant, au sport. Il y avait tellement de possibilités dans ce monde, encore fallait-il trouver sa voie, ce à quoi nous sommes destinés. Peut-être était-ce pour cette raison que Jade avait besoin de tout essayer en permanence. Elle cherchait ce pour quoi elle était sur cette fichue Terre. Pourquoi on lui avait donné certaines choses et pris bien d'autres. Beaucoup de questions en suspend au final, puisque la demoiselle n'était pas sûre d'avoir trouvé sa voie. Celle-ci semblait changer tous les jours, comme une vaine recherche d'un bonheur si rare.

Elenna avait rouvert son carnet sur la page quittée des yeux plus tôt, sur ce paysage esquissé au crayon. Franchement, cette capacité la fascinait. Comment pouvait-on retranscrire la réalité sur du papier avec un simple crayon comme outil. Le Monde, la Vie, ça lui semblait tellement difficile à représenter. Toute une palette de nuances et de choses à penser, bien d'autres encore auxquelles on pense autant qu'aux particules d'air qui nous entourent et qui pourtant, nous permettent de respirer, de vivre. Malgré tous ces petits détails qu'on ne voit pas toujours, le dessin sous ses yeux aurait pu s'animer qu'elle n'en aurait même pas été surprise. Voilà une chose indéniable, la femme à ses côtés était particulièrement douée.

- Ça me fascine.. que quelqu'un soit.. capable de dessiner aussi bien le monde qui nous entoure.

Ces mots étaient presque soufflés, comme plus précieux qu'on ne pourrait le croire. Jade n'était définitivement pas douée pour parler, pourtant quand il s'agissait d'une passion pareille, elle avait toujours cette innocence enfantine qui lui allait si bien. Chaque nouveau jour était une surprise dans son monde à elle, la routine était sans doute l'une de ses plus grandes peurs d'ailleurs.

- Comment tu as commencé ?

Curiosité débile, peut-être mal placée, c'était toujours le risque qu'on pouvait craindre en laissant parler une once de curiosité. Jade était faite ainsi, la curiosité était une forte partie d'elle-même. Il n'était pas toujours facile de l'exprimer d'ailleurs et une fois encore, Elenna balayait cette hésitation du revers de la main. Fascinante. Une question avait été posée, il ne fallut pas grande réflexion pour que la demoiselle y réponde.

- J'avais la.. gymnastique et la danse, mais j'ai arrêté..

Regret ? Oui, mais c'était ainsi.

- L'équitation, je crois que c'est ce qui me.. permet vraiment une évasion totale. Je ne suis jamais sentie aussi bien qu'au galop, au milieu de nulle part je crois..

Le problème était cependant toujours le même, l'équitation coûtait horriblement cher, elle n'avait pas les moyens. Alors, l'Italienne se contentait de rendre visite à ces bêtes majestueuses qui lui donnaient tant depuis sa plus tendre enfance. Elle avait toujours été incroyablement à l'aise avec les chevaux, même haute comme trois pommes. Et cette passion ne s'était jamais estompée, grandissant au fil des années et sans jamais s'arrêter. Si il y avait bien une seule part d'elle qui ne s'était jamais essoufflée, c'était celle-ci. Et son amour pour le chocolat chaud, qu'elle sirota à nouveau sans quitter bien longtemps le dessin des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elenna Benson, Ven 30 Déc 2016 - 16:16




D
epuis une éternité, je ne m’étais pas posée tranquillement avec une amie. Du moins, c’était l’impression que j’avais. Parce qu’à vrai dire, je ne faisais que ça, passer le temps, bouffer et flâner pour oublier mes soucis et tout ce qui s’était passé dernièrement. Pendant plusieurs jours, je n’avais été que l’ombre de moi-même, un spectre de la belle jeune femme que j’avais été. Les miroirs me renvoyaient des images que je ne reconnaissais pas. J’étais maigre, j’étais blanche, j’étais épuisée et à bout de nerfs. Je déconseillais vivement à qui que ce soit de m’embêter parce qu’autant devant des mages noirs j’aurais revécu mes cauchemars, autant quelqu’un d’autre aurait subi ma frustration et mes peurs.

J’étais bien là, avec Jade. Je ne la considérais pas comme une amie, tout simplement parce que je la connaissais peu mais je lui parlais comme telle parce que j’avais besoin de quelqu’un à qui me confier, d’une épaule sur laquelle pleurer, d’un pilier sur lequel je pourrais me reposer. Puis elle était jeune la préfète Poufsouffle, encore une gamine comme moi je l’avais été quelques années auparavant. Mais elle me faisait sourire, même rire. Elle était adorable, très gentille, sûrement trop aussi. Je le sentais, c’était ce genre de fille qui essayait toujours de faire plaisir aux autres mais pas à elle-même.

" Ça me fascine.. que quelqu'un soit.. capable de dessiner aussi bien le monde qui nous entoure. Comment tu as commencé ? "

" Quand j’étais seule, quand j’étais jeune et que je n’avais rien d’autre à quoi m’accrocher. C’était mon moyen de m’évader, de me sentir libre et surtout loin de l’orphelinat. "

" J'avais la.. gymnastique et la danse, mais j'ai arrêté.. L'équitation, je crois que c'est ce qui me.. permet vraiment une évasion totale. Je ne suis jamais sentie aussi bien qu'au galop, au milieu de nulle part je crois.. "

Je laissais un doux sourire se dessiner sur mes lèvres. Ce qu’elle ressentait sur le dos d’un cheval, c’était ce que m’avais offert le Quidditch et ses balais. J’avais adoré cette sensation. Qui enfant n’avait pas rêvé de voler et de s’échapper ? Les balais volants, c’était ça qui avait fait de mon rêve une réalité, puis il y avait eu ce sport que je pratiquais lorsque j’étais à Poudlard et encore après.

" Je comprends, ce que tu ressens, je l’ai vécu lorsque j’ai découvert que les balais volaient réellement ! Sentir le vent sur ses joues, ses cheveux dans le vent… Que demander de plus hein ? Tu fais du Quidditch ou pas du tout ? "

Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Jade Wilder, Mar 7 Fév 2017 - 19:48


Cette femme, Elenna, elle semblait spéciale. Jade n'aurait su dire comment exactement, comme tous ces ressentis qu'elle avait parfois auprès de certaines personnes. C'était bien souvent quelque chose d'inexplicable sur une base de douceur et une part adulte dont l'adolescente avait réellement besoin. Avec bien des personnes de son âge, elle avait l'impression d'être trop sérieuse, trop décalée, pas assez.. comme eux. Ses priorités n'étaient pas les mêmes, ses passe-temps non plus. Alors forcément, Jade s'était très vite sentie bien plus à l'aise avec ceux qui faisaient preuve d'une mentalité similaire, ou qu'elle pensait similaire. Si c'était parfois arrivé avec des adolescents, elle avait une forte tendance à se tourner plutôt vers les adultes. Ainsi Elenna n'était pas la première, mais chaque personne pour qui elle avait eu cette impression étrange trouvait une place toute spéciale dans son coeur et dans sa tête. Allez comprendre la logique qui l'habitait, car c'était une logique qui se dépassait elle-même, changeant en fonction des gens, des temps et des évènements. Discuter de simples passions pouvait s'avérer anodin, pourtant ce n'était pas quelque chose qu'elle faisait avec n'importe qui. Alors non, ce n'était pas anodin.

- Quand j’étais seule, quand j’étais jeune et que je n’avais rien d’autre à quoi m’accrocher. C’était mon moyen de m’évader, de me sentir libre et surtout loin de l’orphelinat.

Tic. Les prunelles ambrées se relevèrent pour observer celles de l'adulte. Orphelinat ? Elle aussi avait perdu ses parents ? Si Jade ne savait pas à quel point ce sujet pouvait s'avérer sensible, elle aurait certainement posé la question. Mais voilà, elle savait. Ne connaissait que trop bien la difficulté à y répondre, trouver les mots sans avoir à mettre ses propres parents au passé. Les gens ne se rendaient pas compte généralement. Ils ne connaissaient pas cette douleur, ni-même les questions qui avaient pu être posées par le passé. Alors, l'hésitation la laissa perplexe de longues secondes. Demander directement n'était donc pas possible dans sa tête. En revanche..

- Je comprends.. Je m'évadais en lisant des contes de fée.. quand mes parents ont été.. sont partis..

Rien que cette phrase faisait mal. Un peu moins, parce-qu'il n'y avait pas le mot "mort" dedans, mais tout le monde connait le sous-entendu que cachait ce mot-façade. Malgré son jeune âge à ce moment là, Jade se rappelait parfaitement de ces longues heures où elle ne faisait que lire en permanence, se plongeant dans un monde qui lui semblait bien plus accueillant que celui dans lequel elle avait le sentiment de vivre un enfer. Ces murmures, ces gens qui l'appelaient "l'orpheline", ce manque au creux de la poitrine qui ne voulait jamais passer.. Elle avait tout fait pour y palier, préférant ne pas y penser du tout. D'ailleurs si il n'y avait pas eu cette découverte du monde magique et de ses propres capacités, nul doute qu'elle serait encore dans cet état de déni absolu. Certains diront ridicule. Elle répondra toujours nécessaire.

Le temps avait passé, donnant l'illusion que les douleurs s'effacent et les coeurs se recollent quand ils sont brisés. Mensonge connu de tous et pourtant si couramment utilisé qu'on finit par y croire soi-même. Après tout, ce n'était pas pour rien qu'elle passait son temps à travailler, cherchant à récolter les meilleures notes possibles et à remplir sa vie de tous les travaux possibles et imaginables. Il y avait sa famille bien sûr, la raison principale. Mais aussi ce besoin permanent de faire quelque chose, parce-que si jamais elle prenait ne serait-ce que quelques minutes.. elle pensait. Réfléchissait. Cogitait. Et ça n'était que rarement des pensées positives. Il lui fallait un moyen de s'évader à tout prix, elle avait trouvé le travail. Elenna avait su trouver quelque chose de plus agréable.

- Je comprends, ce que tu ressens, je l’ai vécu lorsque j’ai découvert que les balais volaient réellement ! Sentir le vent sur ses joues, ses cheveux dans le vent… Que demander de plus hein ? Tu fais du Quidditch ou pas du tout ?

Un léger sourire vint prendre place sur les lèvres de Jade. Dieu, la tête qu'elle avait fait en apprenant que les balais pouvaient voler. A peu près la même qu'en voyant ses premiers "exploits" avec une baguette ou encore ses premières rencontres magiques. Pour une fille qui n'avait toujours connu que le monde moldu, tout ça ressemblait fortement à une affabulation. Et pourtant, c'était finalement bien réel et elle avait finit par s'en rendre réellement compte. Le monde magique était si vaste et si fascinant qu'elle pouvait apprendre de nouvelles choses chaque jour, faire des découvertes qui n'en finissaient plus de l'étonner. Que demander de plus pour un esprit aussi curieux ?

A bien y réfléchir, c'est vrai que les sensations se rapprochaient. Il s'agissait de deux sports diamétralement différents, mais ce qu'ils procuraient en revanche.. Un hochement de tête fut sa première réponse avant qu'elle n'enchaine.

- Ce sont des sensations strao.. extraordinaires, dans les deux cas je me sens vraiment libre, ça fait du bien.. J'en fais un peu, enfin je suis dans l'équipe mais plus pour très longtemps. Je.. préfère que ça reste un passe-temps plutôt que de jouer par contrainte..
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Sean Balor, Sam 18 Mar 2017 - 23:59


Je prend le topic.
Tour de garde avec Albus.
Post Unique.

L'ombre de la nuit plane sur le parc. Le lieu rêvé pour une jolie rencontre et pour une vérification avec la recrue, le petit Albus de son prénom de prince charmant, en espérant qu'il se perde pas au milieu de la foret. Ce soir c'est sa première sortie et le vent balaye doucement les feuilles au sol alors que l'homme de Cork passe et sans un regard, sans un mot, il se laisse éclairé par la lumière venu des lampadaires dont le contraste entre leur couleurs sombres et la lumière pure qu'il produise l'amuse quelques instants. Les mains dans les poches et les lèvres sèchent il va tranquillement jusqu'à un arbre où il s'installe paisiblement épaule contre arbre, écoutant paisiblement le bruit des branches qui s'agitent doucement. Son regard va et vient de lieu en lieu autour de lui. Il cherche du regard Albus tout en observant tout autour de lui les quelques âmes paisibles qui se promènent et qui ne manquent que rarement de le dévisager. Il doit avouer que sa tenue est loin de passer inaperçu. Il est vêtu de noir complet et seul ses yeux ressortent dans l'obscurité que lui confère cette protection d'onyx et il reste planté là quelques instants avant d'entendre le bruit des pas d'Albus et de lui adresser rapidement quelques mots pour son job du jour.

- T'es à l'heure, t'aurais du être en avance Lupin. Bref, Aujourd'hui on passe à la pratique sur le terrain. Tu vas patrouiller la nuit ici jusqu'au lever du matin pense à t'occuper tu vas te faire chier mon grand.

Un simple geste de la tête pour lui faire comprendre qu'il n'aura pas plus de discussion et déjà Sean lance un #Kaleidem et disparait totalement dans la nuit, profitant de ce camouflage l'irlandais se déplaça de quelques mètres et monta dans le premier arbre venu. Il devait bien avouer adorer les plantes mais avoir un gros soucis lorsqu'il s'agissait de s'occuper de gravir un arbre. Il n'aimait pas cela, un simple contact avec l'arbre pour grimper l'énervait profondément et à chaque fois il se jurait qu'il allait trouver un moyen de monter les arbres sans avoir à faire d’efforts. Une fois là-haut il contempla la lune froide qui l'observait sans un mot alors qu'il allait passer sa nuit en haut des cimes à observer Albus tout en renouvelant régulièrement son #Kaleidem.
Revenir en haut Aller en bas
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Albus Lupin, Sam 1 Avr 2017 - 19:00


Me voilà enfin arriver au lieu de rendez-vous. Premier tour de garde, premières responsabilités, premier vrai jour en tant qu'Auror. Il m'attend encore une fois, une fois de plus, l'homme qui m'a "enseigné" comment se passait un combat à la déloyale... Adossé contre l'arbre, debout, de son grand costume noir, il m'attendait. Il lâche une phrase, quelques mots, tout ça pour résumer à quel point on va s'ennuyer. Je m'attendais à mieux, mais c'était sûr, on ne pouvait pas s'attendre à une grande bataille comme celle de Poudlard haha. Je préfère me taire, lui aussi d'ailleurs. Il ne tarde pas à jeter un petit sort de camouflage. J'entends ces bruits de pas, son escalade. Il me semble qu'il est dans un arbre, pas très loin. J'aurais imaginé quelque chose de plus... Vivant... Surtout à deux... Je ne vois pas pourquoi on devrait se faire ch*** comme ça. Un jeu de carte au pire? Une petite bouteille d'alcool non? Tout ça serait tellement mieux...

Il s'occupe comme il peut, je le sens. Je devrais faire la même. Je m'assois tranquillement au pied de l'arbre où il était adosser. Quelques passant passent entre temps. Je les regarde marcher, certains sont ensemble, ils se parlent se chamaillent, rigolent. Une vie heureuse, berk immonde. Bien trop pour moi. Si on ne peut partager une bouteille ensemble, je ne vais pas me gêner pour me réchauffer un peu. Je sors de ma poche intérieur une petite gourde de whisky et en bois une gorgée. Je secoue un peu la tête, il est plutôt fort celui là... Je referme le tout et la range à sa place. Je fixe longuement les alentours, les chats rodant, les chiens de rue cherchant quelque chose à manger. Malheureusement je n'ai rien pour eux, j'aurais aimé. On aurait partagé quelque chose ensemble. Une rude nuit.

Doucement mes yeux se ferment, je les rouvre aussi tôt, le réflexe quand ma tête se penche vers l'avant. Je me redresse marche en rond pour me réveiller un peu. Je regarde attentivement autour de moi, surveillant la moindre chose suspecte. Je m'arrête soudain, fixe là où j'ai cru voir Sean. Fixe un long moment. Puis je reprends ma longue marche.

Cette nuit va être longue...
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Lun 1 Mai 2017 - 13:47


Au rire de l'astre argenté


Pv avec CW

Le nom du monde est souffrance,
dans ma tête, mon âme, mon cœur
la douleur qui ne semble être capable
ou même avoir envie de s'arrêter
comme si elle prenait un malin plaisir
à sans cesse venir me hanter
alors je cours, encore, toujours
dans la nuit noire faiblement éclairée
parmi les ombre des arbres qui s'étirent
je ne sais plus où je suis, ce que je fais
je dois juste courir et ne jamais m'arrêter
je signerais mon arrêt de mort
me ferais manger par mes démons
je dois fuir, toujours, plus loin.

Et prise dans la mélodie de la lune qui me chante une berceuse apaisante, je m'oublie un peu, un instant avant de revenir, le monde n'est qu'un jeu, cruel et manipulateur qui coupe et saigne nos ailes pour un instant, un moment, loin des rires innocents de l'enfance, j'avance ayant perdu toute insouciance. Un tourbillon d'émotions noires qui me happe et m'emporte, sans que je n'ai rien demandé, sans que je ne pense avoir mérité, larmes et sang versés qui ne changerons rien quand les étoiles chantent le refrain, monde traître à mes yeux. Je ne cherche plus, n'attends plus rien de toi, simplement perdue dans cette existence remplie de coup bas, jambes qui se tendent sur mon passage me faisant basculer le nez dans la poussière. Je ne connais plus rien d'autre que cette petite lumière, là, si lointaine et si proche, vacillante et pourtant battante, qui résiste à l'obscurité et me donne envie de l'atteindre sans cesser de reculer. Voyez comme l'espoir est fourbe mais pourtant se fait ça place en chacun de nous pour nous obliger à vivre, encore et encore dans cet éternelle chanson douloureuse.

Jouet comme servante de la lune, je lève les yeux vers le ciel, mais encore une fois me trouve abandonnée, car mes cris résonnent solitaire en échos au vent glacé d'une brise hivernale qui souffle en moi. Je ne suis pas assez forte, j'aimerais pourtant me retourner, comme me l'a demandé la fée, prendre les armes et me battre, une bonne fois pour toutes vaincre ces démons qui m'empêche de respirer, mais je n'en suis pas capable, j'ai perdu cette volonté, défaite après défaite quand dans le noir de mes cauchemars je me faisait écrasée. Fillette trop jeune pour cette tâche que l'on veut me donner, je ne peux pas y arriver seule pourtant c'est mon combat, pourquoi suis-je donc ainsi en train de me faire torturer de l'intérieur pour vaincre des fantômes passé qui n'auraient jamais du exister ? Je m'en veux de baisser si vite les bras mais ne suis pas capable de continuer sachant qu'il y a bien plus de chance que je perde cette bataille contre moi même.

J'avance encore ralentissant la cadence pour finir par marcher, je ne suis plus capable de courir, encore moins de m'envoler alors autant rester au sol sans cesser d'évoluer dans ce noir quasi totale. Soudain, une lumière attire mon regard et je lève les yeux vers sa source. Simple réverbère nimbant le parc désert à cette heure bien avancée de la nuit, percevant cela comme une cruelle ironie du sort, je vois rouge et lève ma baguette vers le haut, pointée sur l'appareil. #Bombarda !! Cri puis explosion dans la nuit, je recule précipitamment pour ne pas recevoir les débris qui chutent du ciel mais aucun regret ne traverse mes pensées, seulement un sentiment particulier d'inutilité. Soupirant de résignation je fini par m'asseoir dans l'herbe humidifiée. Tempi s'ils me rattrapent, si je dois périr cette nuit, ici, je n'attends plus rien, non, plus rien de cette nuit.

Sombre rire de la lune,
qui regarde l'enfant assise
yeux ouverts vers la voûte étoilée
regard pourtant vide et déchiré
d'un passé trop douloureux pour oublié
à ses yeux en tout cas
perdue dans la tourmente de l'existence
chantent les jolie dorée
marche funèbre aux délicates oreilles
dans la symphonie de la nuit
qui sans s'en soucier
rouvre les plaies et fait saigner.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Mangemort 87, Mer 17 Mai 2017 - 11:39


#Crise identitaire

à trop m’enorgueillir
d’avoir une peau pare-balle
à trop jouir d’avoir
l’amulette à mon coup
j’ai oublié petit à petit
ce que ça faisait
d’avoir mal

j’ai oublié les peurs
j’ai oublié les autres
j’ai oublié le Toi
et ce faisant
tout ce qui avait été moi

je veux me souvenir
de l’odeur de la pisse
des pavés qui glissent
je veux me souvenirs
de l’avenue des pénitenciers

je veux rire sous des murs
plus tatoués encore
que les cuisses de ta femme
je veux rire rire à en exploser
me souvenir de tout dans l’intensité
je veux vivre dans l’adversité
car c’est la définition du vrai

la blanche avait raison
elle dont le chemin était si opposé au mien
elle dont les valeurs auraient du écrire ma mort
elle avait pourtant dans ses cheveux le parfum
de l’enfance
du passé
de celle que j’avais toujours été
de celle que j’avais oublié

il faut sortir les cadavres du placard
il faut les porter sur la cravate
il faut se souvenir pour mieux avancer

— il fallait user des secondes chances pour se battre
— il fallait donner une seconde chance à l’autre
alors ce soir tu ne tueras point

et moi j’suis prête tu sais
car la prochaine fois que je te vois
tu ne me diras comment éviter Ses regrets non
tu seras fier, fier de moi fier pour moi

on a un avenir à écrire alors il faut
travailler sur la mémoire
sur ce territoire si personnel
où finalement tout se peut et rien n’est vrai
je vais réapprendre à ouvrir
ce magma

je veux trouver ce qui est émotionellement vrai
pour moi

peut-être mon passé a-t-il pour d’autres un autre sens
mais je veux réapprendre à comprendre
comment je suis arrivée là
pourquoi à mes yeux ça faisait sens
pourquoi j’arpente ces rues
toute de noir vêtue

je veux me souvenir des motifs
qui ont guidé mes pas
pour pouvoir me mouvoir sans incertitude

je suis un chaton ivre d’une essence
qui n’a plus lieu d’être en son sang



jusqu’à ce que
une silhouette engourdie
par l’immobilité
ne déchire la nuit
comme un découpage raté
— qui es-tu ?

le sais-tu encore ?
ou as-tu déjà, comme moi, oublié ?
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Sam 20 Mai 2017 - 7:23


Lorsque les yeux se ferment.
Que les silhouettes enferment.
Coups de couteaux traîtres.
Dans le dos de l'enfant.
Je ne suis plus rien tu vois.


Trop de peur impossible à vaincre, j'aurais voulu à jamais rester déesse, sentir le goût métallique du liquide rouge emplir ma bouche, l'adrénaline circuler, encore un soir, une nuit, me sentir vivante et invincible. J'ai vu la peur et la douleur dans les yeux innocents avant de me faire à mon tour briser, sans que je n'ai pu voir venir le coup, c'est moi qui me suis retrouvée à genou, pieds et poings liés. Le monde retourné, je passe de prédatrice à proie en un tour de main, lancement de dès sur le plateau de ce jeu si cruel et dangereux. Et me voilà à bouffer la poussière alors que j'étais reine. Mais la petite princesse s'est envolée et mon cœur à cesser de battre pour une cause, alors je résiste comme je peux, cherchant en vain un sens à cette douleur qui me dévore, suis-je donc condamnée à mourir pour mieux renaître après ? Ou à simplement m'éteindre dans un dernier souffle. Est-ce donc mal d’espérer meilleur destin que celui qui semble m'attendre derrière la porte de la résignation ?

Je perds le compte des jours, minutes qui défilent sans que je n'ai la moindre emprise sur ce temps qui me passe entre les doigts. Et je vois mon visage petit à petit transformé, brisée la petite fille au corps mutilé par la folie d'un homme, ange noir déchu. Où est-donc cette fichue voie que cherche mes pieds d'enfants ? Reste il des mains pour m'apprendre à marcher comme j'aurais du savoir le faire depuis longtemps ? Mais il n'y a plus que la nuit, le chant des étoiles et cette injustice que je veux crier, hurler à la vie, lui renvoyer ce qu'elle m'a fait à la figure. Même si ça ne sert à rien... Même si la douleur revient chaque matin. Encore et encore, dans la même spirale dangereuse. Et je suis à nouveau perdue.

Et puis soudain.
Dans l'obscurité.
Silhouette qui se découpe.
Fluide et menaçante.
Déesse de la nuit.


Yeux écarquillés, je la vois qui s'approche, douce ombre que porte la nuit. Et des mots, ses mots qui s'envolent vers moi, dessinant en point d’interrogation dans ma tête, mon cœur, mon esprit. Qui suis-je ? Est-ce donc grave de ne simplement pas savoir qui nous sommes ? Mais je suis un million de chose à la fois comme le néant, l'on pourrait me comparer à tant de chose sans mettre le doit sur ce que je suis vraiment, car ce que j'ai été n'ai pas demandé. Je suis une enfant... Une traîtresse et une douleur. Et lentement je me relève, penchant la tête sur le côté pour observer, les habits de cuir noir, le masque, féline presque animale, n'est-ce donc pas dangereux ? Se confier ainsi à une pareille diablesse ? Peut-être est-ce donc elle la gardienne des enfers, celle qui hante mes cauchemars. Peut-être que l'ombre noire est destinée à venir me rendre ma liberté, me faire rejoindre les jolies dorées. Un regard. Un peut-être.

Soupire. Mélodie. Emporte moi, je suis prête. Tu es venue pour m'emporter de l'autre côté ? Reflet d'une insomnie au ton de l'enfance. Je me met à avoir peur de noir qui règne autour de moi dans un bel éclat. Plus rien à perdre, tout à gagner, je recommence à la case départ mais corps et esprit sont désormais marqué des griffes acérées de la vie qui m'utilise comme un jouet. Vulgaire poupée de chiffon oubliée sur l'étagère. je ne veux plus voir la vérité en face, le monde qui me vole ce que je suis, même s'il n'en reste déjà plus rien, je suis vide, à l'intérieur, perdue dans les paroles des adultes qui veulent commander sans rien comprendre de ce qu'est la varie vie. Et me je la connais, l’existence traîtresse, le goût du sang et de la terre entre les lèvres. J'observe doucement l'ombre noir qui dégage un aura étrange qui effraye autant qu'il attire. Qui est-donc cachée derrière cette silhouette noire ? Amie ou ennemie ? Assassin ? Sauveuse ?

Regard méfiant.
Je n'ai plus trop le choix.
Un pas, je recule.
Tellement peur.
De me faire à nouveau utiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Mangemort 87, Jeu 1 Juin 2017 - 14:42


— Je suis une enfant... Une traîtresse et une douleur.
La formule t’arrache un sourire
— Suis-je ta mère, alors ?

Car tu es mère de douleur
Tu l’engendres où que tu ailles
Tu la répands tantôt sanglante
Tantôt verbale
Tu t’ouvres les veines pour cracher
Le poison qu’elles recèlent
Et de ton coeur mortifère
Tu mords les âmes-vipères

— Tu es venue pour m'emporter de l'autre côté ?

Elle recule
Tu es allée trop vite
Tu ne voulais pas pourtant
C’est juste que tu ne sais t’y prendre avec autrui

.R o b i n aurait eu 18 ans aujourd’hui.
.Tu ne l’oublies pas.
.De tes lèvres calcinées par la peur.

.Tu écris son nom.

— Je ne t’emporterai nulle part où tu ne désires aller ;
Je ne suis qu’une ombre accompagnatrice
Un mauvais rêve, plisse les yeux deux fois et je
Disparais


Tu es mangemort mais ce n’est ta seule définition
On vous invite à manger vos morts oui
Ça vous arrive parfois par mégarde
Mais le mal vous le faites avec un but
Un bien en tête

Vous voulez simplement défendre les droits sorciers
Les moldus vous ont pris votre liberté
Le ministère usurpe la voie légaliste
Il ne vous reste que la voie révolutionnaire
Et navrée mes brebis mais une révolution
Ne sait se passer d’une forme de violence

Pas aujourd’hui pourtant
Aujourd’hui tu es plus que tu
Aujourd’hui tu es aussi un bout de Robin
Il t’enveloppe d’optimisme

Je ne sais qui du sel ou de mes dents
Le plus hardiment croque ma peau
Mais mon épaule se plie et se froisse
En fines fissures blanchies

Et j'ai mal d'avoir tant envie
De toi
De vouloir m'assoupir
En tes bras

Aujourd’hui je suis douceur
Aujourd’hui je peux être
Une figure maternelle
Mais si elle ne le désire
Un soupire
Et je me déchire

Sunil et Catwoman ont rendu leur masque
La mère elle garde le cap
Prête à ouvrir son nid à l'enfant apeurée
C'est après tout pour un enfant
Qu'elle avait à l'origine choisi l'Ordre Noir
Elle voulait mieux pour lui
L'énergie qui l'alimentait
Etait une force de vie

Ce soir, dans le parc incertain
Les feuillages fébriles
La pulsion de vie de protection
Est de retour en mon sein
Une demande de la petite
Et Tu lui apprendras ce qu'elle désire

67 sera pas content
Dira que t'es vraiment fêlée du bocal
Tu fous quoi encore 87 ?

J'apprends
Je grandis
Ça prend du temps mais on peut
S'y prendre mieux à deux
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Sam 3 Juin 2017 - 21:04


Silhouette féminine.
Qui nargue les étoiles.
Je la vois devant moi.
Comme une tisseuse d'obscurité.
danseuse de la nuit.


Mère... Comme cette autre, cette manipulatrice, créature cruelle. Parce qu'elle n'aurais jamais pu prétendre à ce titre, que ces année passée à la nommer ainsi n'ont pas eu raison d'être puisqu'il ne s'agit même pas de ma génitrice... parce que tout n'étais encore une fois que mensonge. Et je me retrouve au milieu de cette désillusion, emprisonnée dans un songe, oubliant petit à petit ce qu'était la lumière, allant jusqu’à me demandé si j'ai un jour connu ce bonheur éphémère. Repoussée des deux côtés entre ceux qui m'ont abandonné puis ceux qui m'ont torturés je ne sais pas vraiment où je dois me rendre à présent que vérité à éclaté en me perforant de sa lame ensanglantée. La douce silhouette parle à nouveau, comme un rêve, une évidence. Et ce soir je m'arrête, cette nuit j'écoute, je m'assieds pour contempler le spectacle de cet aura qui se dégage d'elle.

Je suis enfant, je suis perdue, le monde avance si vite, je n'ai pas le temps de m'adapter alors j'oublie, restant hors du temps pour observer les secondes qui s'envolent par poignée sans un regard en arrière. Je plonge dans le passé, le présent et cache mes yeux du futur, je veux pas savoir, ne peux pas savoir et tendis que le temps filent trop vite, la peur de partir est chaque jour plus intense. Pourquoi ? Suis-je donc en plein songe ? Délicat soupire envolé au vent de la nuit calme qui me berce doucement. Je ne puis m'enfuir, je suis enchaînée... Comme un forêt de ronces et d'épine recouvrant la rose, bras mutilés qui me rappellent sans cesse d'où je viens. Mais qui suis-je ? Puis je fais un pas, vers elle, pour moi. J'ai peur que la belle décide de fuir, de me fuir, mais je n'ai plus peur.

Il fait nuit noire.
Pourtant j'ouvre mes bras.
Acceptant l’atmosphère.
La beauté de l'instant.
Éphémère.


Je rêve, dérive, me perds, mais cette nuit je peu choisir, ce soir c'est à moi de tirer les fils pour faire parler les marionnettes, la marionnette. Je reprend le contrôle de moi même, des émotions qui me submerge un peu trop vite, m'emportant à souffle de la tempête sans un avis, manque de décision. Mais je n'ai pas le choix. À l'heure où les ombres s'étirent, lorsque l'espoir meure pour offrir une terreur sans nous aux petits cachés sous les couvertures, la folie guette, prête à se réveiller, à prendre possession des petits membres fatigué. Mais comme toujours l'insomnie me dérobe au bras du sommeil et je fuis, je cours, je veux partir loin, ne plus penser aux démons qui veulent s’agripper à moi. Et je les fuis, sans cesse, je les fuis alors qu'ils sont en moi...

J'ai deux mères... La première m'a abandonnée, la seconde torturée. Regard vers les étoiles, elles brillent scintillent, me nargue. Il me tarde de les rejoindre, de l'autre côté du monde. Mais je ne peux pas, n'ai pas encore le droit, ma mission ici n'est pas tout à fait terminée... Qu'est-ce donc qu'une mère ? Oui je ne sais pas, non, je n'ai pas idée, je n'en ais pas eue, tout ce que je connais c'est une génitrice et une tortionnaire, comment pourrais-je savoir, comprendre ? Alors qu'il n'y a jamais eu personne pour me tenir la main lors de mes premiers pas...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 11

 St. James's Park et ses environs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.