AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 9 sur 11
St. James's Park et ses environs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
Ellana Lyan
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard

Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Sam 3 Juin 2017 - 21:04


Silhouette féminine.
Qui nargue les étoiles.
Je la vois devant moi.
Comme une tisseuse d'obscurité.
danseuse de la nuit.


Mère... Comme cette autre, cette manipulatrice, créature cruelle. Parce qu'elle n'aurais jamais pu prétendre à ce titre, que ces année passée à la nommer ainsi n'ont pas eu raison d'être puisqu'il ne s'agit même pas de ma génitrice... parce que tout n'étais encore une fois que mensonge. Et je me retrouve au milieu de cette désillusion, emprisonnée dans un songe, oubliant petit à petit ce qu'était la lumière, allant jusqu’à me demandé si j'ai un jour connu ce bonheur éphémère. Repoussée des deux côtés entre ceux qui m'ont abandonné puis ceux qui m'ont torturés je ne sais pas vraiment où je dois me rendre à présent que vérité à éclaté en me perforant de sa lame ensanglantée. La douce silhouette parle à nouveau, comme un rêve, une évidence. Et ce soir je m'arrête, cette nuit j'écoute, je m'assieds pour contempler le spectacle de cet aura qui se dégage d'elle.

Je suis enfant, je suis perdue, le monde avance si vite, je n'ai pas le temps de m'adapter alors j'oublie, restant hors du temps pour observer les secondes qui s'envolent par poignée sans un regard en arrière. Je plonge dans le passé, le présent et cache mes yeux du futur, je veux pas savoir, ne peux pas savoir et tendis que le temps filent trop vite, la peur de partir est chaque jour plus intense. Pourquoi ? Suis-je donc en plein songe ? Délicat soupire envolé au vent de la nuit calme qui me berce doucement. Je ne puis m'enfuir, je suis enchaînée... Comme un forêt de ronces et d'épine recouvrant la rose, bras mutilés qui me rappellent sans cesse d'où je viens. Mais qui suis-je ? Puis je fais un pas, vers elle, pour moi. J'ai peur que la belle décide de fuir, de me fuir, mais je n'ai plus peur.

Il fait nuit noire.
Pourtant j'ouvre mes bras.
Acceptant l’atmosphère.
La beauté de l'instant.
Éphémère.


Je rêve, dérive, me perds, mais cette nuit je peu choisir, ce soir c'est à moi de tirer les fils pour faire parler les marionnettes, la marionnette. Je reprend le contrôle de moi même, des émotions qui me submerge un peu trop vite, m'emportant à souffle de la tempête sans un avis, manque de décision. Mais je n'ai pas le choix. À l'heure où les ombres s'étirent, lorsque l'espoir meure pour offrir une terreur sans nous aux petits cachés sous les couvertures, la folie guette, prête à se réveiller, à prendre possession des petits membres fatigué. Mais comme toujours l'insomnie me dérobe au bras du sommeil et je fuis, je cours, je veux partir loin, ne plus penser aux démons qui veulent s’agripper à moi. Et je les fuis, sans cesse, je les fuis alors qu'ils sont en moi...

J'ai deux mères... La première m'a abandonnée, la seconde torturée. Regard vers les étoiles, elles brillent scintillent, me nargue. Il me tarde de les rejoindre, de l'autre côté du monde. Mais je ne peux pas, n'ai pas encore le droit, ma mission ici n'est pas tout à fait terminée... Qu'est-ce donc qu'une mère ? Oui je ne sais pas, non, je n'ai pas idée, je n'en ais pas eue, tout ce que je connais c'est une génitrice et une tortionnaire, comment pourrais-je savoir, comprendre ? Alors qu'il n'y a jamais eu personne pour me tenir la main lors de mes premiers pas...

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Mangemort 87, Lun 19 Juin 2017 - 14:41


Elle semble avoir beaucoup sur le coeur. Beaucoup de chaines qui s’enchaînent, s’entrelacent et se chanfreinent. Je me reconnais un peu en elle. Je me rappelle de rêves éveillés, avec comme un collier sur la gorge, un collier ras de cou, si serré que je n’arrivais plus à parler, plus à hurler plus à r e s p i r e r.

Je me rappelle, enfant, de cette peur des bijoux, des bracelets qui se faisaient menottes, je me rappelle de cette peur de l’autre, aux cadeaux empoisonnés. Alors j’ai frissonné. Pour elle, avec elle. Elle ne parvenait à étendre ses ailes ; ses bras s’écartaient d’elle mais étaient raides, froids, comme ceux d’un mannequin de bois.

Elle me rappelle Harmony, l’enfant chanteur, aux mots qui déverrouillaient le coeur. Ou plutôt : elle me rappelle au besoin d’être Harmony, ce soir, pour elle. Nouveau masque qui s’enfile, d’un coup de plumes dans mes narines.
— Les pires prisons sont celles que notre cerveau crée. Souffle. Souffle.

Je ne suis pas partie tout de suite. J’y étais prête si elle le désirait, vraiment. Je l’ai laissée poursuivre car j’ai compris, j’ai compris que partir maintenant ferait plus de mal que de bien. On ne laisse pas à terre quelqu’un qui fait une crise d’asthme, on l’aide à respirer.

Je sais pas pourquoi les gens pensent que quand c’est pas physique ça compte pas. La mental health est tout aussi importante. La santé c’est sur tous les plans. Et même si la gamine avait tous ses yeux, tous ses membres et tous ses cheveux, elle n’allait pas bien. C’était aussi simple que ça. Alors il fallait rester, rester aider car c’est ce que l’on fait quand on est — humain. Humain sous le masque, les lunettes et les moues.

— J’ai deux mères... La première m'a abandonnée, la seconde torturée.

Qu'est-ce donc qu'une mère ?

Avez-vous parfois l’impression que vos yeux deviennent lourds ? Ce ne sont pas les paupières qui s’abaissent, ce sont les yeux qui reçoivent tout le poids du monde d’un coup, qui n’arrivent pas à ciller, qui ont envie de se crever tous seuls. D’un coup de cuiller. J’en avais qu’un mais il était si lourd et chaud d’un coup que j’ai regardé sur le côté.

— Je suis désolée…
Avancée de deux pas, comme pour la prendre dans mes bras ; retenue soudaine. Le jeu de mots sur les mères doit plus lui évoquer une crainte, ou antipathie, à mon égard qu’une envie d’étreinte. On calme les ardeurs maternelles 87.

— Je ne pense pas qu’on appelle cela des mères. Il y a sans doute une génitrice dans le lot, mais être mère, ce n’est pas ça. Je pense qu’être mère, c’est vouloir le meilleur pour ses enfants ; se battre pour leur liberté ; être prêt à mourir pour eux.

C’est ce que j’espère être, pour eux, même si pour l’heure la liberté que je leur permets est bien limitée. Je les protège sans doute trop ; j’en ai conscience, mais j’ai tellement peur pour eux. Je sais combien ce monde peut être brutal, pour l’avoir été aussi ; je ne veux qu’ils y soient blessés.

— Ce que tu décris là… Ce n’est pas l’attitude d’un parent. Ce sont des êtres qui ont tant épousé la violence du monde qu’ils ont oublié comment on aime.


Respiration, douce-amère.
Une mère, et plus largement, une famille, donne l’impression qu’on appartient à une constellation. Qu’on est pas une étoile, morte et isolée ; qu’il y a toujours un lien qui nous unit à quelque chose de plus grand. Offrant à notre Un une envie de Tout. Une mère n'a pas toujours notre sang, mais elle enveloppe notre âme et l'accompagne, l'aide à mûrir.


J'ai tendu une main, maladroite, en sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Mar 20 Juin 2017 - 10:54


Peut-être devrais avoir peur.
Simplement craindre cette ombre de l'obscure qui pose les yeux sur moi.
Un regard... Étrangement différent. Alors je soutiens le visage.
Parce que non, cette nuit la crainte ne me prendra pas contre elle.
Je ne veux pas courber le dos une nouvelle fois.
Alors que les perles argentées ont déjà tant roulées.

Sa voix me parle de prison.
Je sais les barreaux invisibles si proche. Les chaînes qui me mordent la chaire.
Je voudrais penser qu'il y a une possibilité de sortie.
Une serrure dans laquelle glisser une clef semble si simple.
Mais j'ai eu beau scruté, passer mes doigts, me casser les ongles contre les barreaux.
Je n'ai pas osé m'arrêter, de peur de perdre pied.
Sage, prison, devenue ma seule obsession. Comme si je n'avais plus rien d'autre.
Les ongles noir de terre, noir de crasse.
Je suis sale ici, sale dans l'obscure.

Comment étais-ce avant qu'on ne m'enferme ?
Avant qu'ils ne me trouvent ? Un pas, un autre.
Des petit pieds qui n'ont jamais appris à marcher.
Je me perds dans la désillusion, j'ai espérer l'intervention d'une imagination.
Mais non, incapable, je ne suis pas assez forte....
Déambuler dans les profondeurs des terres du Malin.
Je perds le compte de mes pas, des jours.
Plus faim, plus soif, juste épuisée.
Avant les chaines.

J'ai couru droit devant, sans me retourner.
Ai-je crier quand leur dents se sont enfoncée dans la chaire de mon cou ?
Me suis-je battue lorsque leur griffes m'ont lacérées les bras ?
Lorsqu'il m'ont aspiré la moindre goute d'espoir.
En laisser juste assez pour faire battre mon cour.
Juste un peu pour me tourmenter encore das les profondeurs.

Et sur ce sol glacé je gémis.
Les cauchemars me réveilles brutalement.
Mais ne suis-je déjà pas en plein dedans ?
J'attrape les barreau, je crie, je hurle.
Je veux me battre, je veux lutter.
Donner un sens aux mots rassurant glisser en vitesse entre le métal froid.
Je garde chaque lueur comme un petit papier.
Je les applique sur mes plaies pour les soulager.

Mais je suis trop faible.
La peur, la fatigue me rattrape et je sombre.
Sans un geste, un bruit, un lutte.
Je rejoint mon enfer. Il fait noir. J'ai peur du noir.
Peur de mes démons, mais j’appartiens à cette terre.
Ne suis-je donc pas sorcière ?

La voix me dit qu'elle est désolée.
Amer sentiment de pitié. Je peux encore me battre !
Non, je ne veux pas faire de la peine. Je ne veux pas que l'on se souvienne de moi comme ça.
Je peux relever la tête, les regarder dans les yeux, même si je dois être paralysée au premier regard.
Je m'en moque, je veux être et non subir mais pourquoi cela est-il de plus en plus compliqué ?
Elle avance comme pour m'enlacer, comme pour être là.
Mais arrêtée dans son élan et je me demande pourquoi.

Je me laisse porter par ses mots.
Une définition tout autre que celles que j'avais pu entendre.
Depuis que j'ai appris que mes géniteurs m'ont abandonnés sans même me connaître.
M'ont-ils au moins donné un nom ?
J'ai reçu un pas de poignard. Là, si près du cœur que j'ai bien cru en mourir.
Je vois les regards de haine, la colères, les lettres de menaces.
La douleur, le sang qui perle, les punitions.
Mais où est cet amour qu'elle évoque ?
Cette constellation dont elle parle.

Puis une main qui se tend.
Comme hésitante, comme si elle n'avait pas sa place ici.
Et je regarde les doigts tendus vers moi, j'observe et j'hésite.
Son aura effrayante laisse entrevoir un éclat rassurant.
J'ai envie de faire confiance, une dernière fois, peut-être.
Mais si ce n'est qu'un piège de plus ? Pourtant je n'ose laisser passer ma chance.
Pas de cette façon.

Alors, un pas, juste un simple déplacement.
J'attrape délicatement ses doigts des miens.
Me rapproche laissant ma main épousée la sienne entièrement.
Délicatement. Comme si j'avais peur qu'elle ne s'en aille.
Comme si ses doigts pouvaient n'être que brume.
Main blanche aux doigts délicats qui s'offrent.

Vous m'êtes inconnue, votre visage m'est caché,
je ne sens que le son de votre voix, la caresse de votre regard...

Mes yeux se baisse vers mes doigts contre les siens.
Vous ne pouvez sans doute pas savoir
que d'elles je n'ai jamais obtenu une main tendue.

Comme le plus insignifiant des gestes.
Qui aux yeux de l'enfant torturé se révèle trésor inestimable.

Je me risque à me rapprocher un peu plus.
Peut-être que je ferrai mieux de reculer. Trop tard.
Et une simple souffle du bout des lèvres.
Merci...
Le monde ne se rend sans doute pas compte.
Qu'au cœur même des enfers la plus petite lumière est amplifiée,
au centuple...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Mangemort 87, Lun 3 Juil 2017 - 23:29


Elle a peur, elle a mal, elle a froid
Elle est fatiguée d’être trahie cent fois
Pourtant elle a pris ta main.

Hésitante certes, mais décisive ensuite
Comme si elle voulait pas te laisser partir
Ce n’est pas qu’elle t’apprécie — non
C’est qu’elle se reconnait dans ta faiblesse
Dans ta peur de l’autre
Elle aussi a du porter un masque
Des années durant
Elle a peur d’être vulnérable

Elle a franchi le pas pourtant
Elle a osé enserrer tes petits doigts
Et tu es restée, souffle court, un instant
Bordel 87 qu’est-ce que tu fous encore ?

T’es pas en train de t’attacher à une gosse ?

Tu sais que c’est pas pour ça le masque !
C’est pas pour le groupe, pour les gens,
C’est pour la cause !

T’es pas là pour aimer t’es là pour avancer !

Pourtant ton coeur d’ombre vacille
Face à cette douceur fragile
Face au potentiel d’amour
Qui déborde déjà de ses grands yeux tristes

— Tu sais petite
— Je crois qu’Hemingway avait tort
— Il a dit il a dit qu’on skiait mieux aujourd’hui
— qu’on pouvait se briser une jambe ou le coeur
— mais que d’autres philosophes jugeaient que le coeur n’existait pas
— il a dit qu’on skiait mieux et qu’on écrivait mieux
— grâce aux guerres
— je crois qu’il a rien compris à la vie
— je crois qu’on tire une force de nos souffrances oui
— mais que pour se relever pour se construire
— on a besoin de coeur on a besoin des autres
— je crois que j’ai besoin de toi pour comprendre où je vais


Ta tête a dodeliné, dangereuse
Comme pour se reposer sur l’épaule de l’enfant
C’était l’esquisse d’une relation plus que maternelle
Une relation avec une part d’égalité
De respect mutuel

Je ne suis pas sûre que tu aies connu ça
pas avant elle

— Il y a quelque chose que je puisse faire pour toi ?
— toi qui as souvent skié seule ?


wisdom, wisdom, where can i get some
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Sam 8 Juil 2017 - 8:33


Si proche de toi,
comme je pouvais d'un seul pas te rejoindre,
comme si d'une phrase, il m'était possible de t'enlacer,
même si tout n'est finalement, qu'une douce illusion
j'ai peur de me perdre à nouveau,
me noyer dans des mensonges que je ne reconnais plu,
qui dois-je donc croire, alors que tout s’effondre ?
y aurait-il encore un dieu pour moi,
me permettre de me racheter,
oublier un peu de se passé
__ mais non, je ne vois pas, incapable

et tu es là, si proche
si lointaine
emprunte de noir, d'une autre aura
cette mère n'est pas humaine
n'est-ce donc mieux ainsi ?
alors que les cicatrices qui me meurtrissent
n'ont été causées par ton masque ...
ce soir j'ai envie d'y croire,
cette nuit je veux prendre ta main,
insensée, ou, peut-être n'ai-je point de raison
peut-être que c'est la seule chose qui me libère un peu
de cette prison cage aux barreaux tranchants
je veux me battre... encore un peu.

Hemingway ne dis que des bêtises,
mais, sans doute que personne ne comprend rien
à cette Vie.
parce qu'elle est simplement incompréhensible
quelque soit le génie qui tire les ficelles
besoin de toi
une surprise, comme un doux soupire,
soulagement qui s’empare de mon être,
besoin d'être proche, besoin d'être


et puis j'ose, comme une délicate erreur,
pour s'enfoncer un peu plus loin,
tester les limites, encore et toujours,
je joue avec un feu qui pourrait bine
me consumer toute entière, pourtant
je n'ai plus peur. Doigts hésitant, des mains d'enfant
petite paumes blanches qui s'élèvent,
les cinq doigts d'une mains,
qui viennent caresser le masque,
effleurer d'un bref contact
maman...
comme un espoir, une voix cassée,
un mot étrange sans doute jamais prononcé.

Il est difforme dans mes lèvres,
comme s'il n'y avait pas sa place,
comme si non, je n'avais pas le droit,
mais je le garde, précieusement,
je ferme les yeux pour graver l'instant
dans mon cœur, mon âme,
ce qu'il reste de mon être,
m'emplir à nouveau d'un brin d'espoir
même si je peux-être en train de rêver

prêtes moi tes bras,
j'ai froid...

comme un soupire, doux murmure,
à la nuit qui a tant hurler, mais
ce soir, je veux soigner les plaies,
comme un nouveau départ,
un infime besoin de toi
et j'ai peur de m'appuyer,
peur de profiter, de trop vite oublier
les paupières s'ouvrent,
un chuchotement à ton oreille
moi,
il y a t-il quelque chose que je puisse faire pour toi ?


Tu es belle, être de la nuit,
d'une aura sombre et protectrice

je veux être là, encore un peu,
profiter de ta douceur que je n'ai jamais connue

tu es, comme un peu début
un peu comme moi,
comme tous et personne à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Mangemort 87, Ven 14 Juil 2017 - 15:25


elle a soupiré un besoin de toi

tu n’as pas su que faire que dire

elle a caressé ton masque 

de sa voix inquiète

de son regard brisé

avant de lâcher comme une bombe

le mot que tu avais guetté des mois 

dans la bouche de tes jumeaux

maman

il est assez commun chez les êtres humains

d’avoir une génitrice

peu arrivent pourtant

à s’entourer des bras aimants d’une mère

tu as eu une maman quand tu étais jeune

mais vous n’aviez qu’une maigre complicité

elle se souciait de sujets dans lesquels tu ne pouvais t’identifier

vous vous êtes aimées sans vous connaître


puis un jour tu as fui son amour

tu t’es emmurée dans une dénégation

car il était plus simple de se croire seule

que de voir les barreaux d’Azkaban sans que personne

personne ne vienne te rendre visite

tu ne pouvais jalouser ton compagnon de cellule

mais lui avait toujours des gens

même le seigneur des ténèbres, 70, s’était déplacée pour lui

toi tu n’avais eu personne


personne jusqu’à cette lumière féminine

une blonde jamais identifiée

qui avait fait vaciller les sécurités pour t’aider à t’échapper

en vain

t’avais fini une baguette sous la gorge et un pied sur la face

t’avais fini captive des années encore

alors tu avais préféré croire cette scène irréelle

une illusion dans ton magma imaginaire

tu étais retournée dans un isolement

tant physique qu’émotionnelle

tu avais posé de nouveaux barreaux

t’interdisant l’espoir et l’amour

parce que tu ne pouvais survivre à une nouvelle déception


aujourd’hui tout était différent

aujourd’hui malgré tes réticences t’avais une chaleur dans la poitrine

comme un mini radiateur
et quand elle a dit avoir froid

tu l’as enveloppée de ta chaleur
une étreinte comme tu n’en avais pas connu depuis longtemps

hors tes enfants


on est des êtres à facette, tous

il y a le toi mère et le toi froide

il y a le toi sunil et le toi explosive

cela faisait longtemps que tu n’avais laissé quelqu’un d’autre que tes enfants

te toucher ainsi

pas seulement par l’étreinte

elle se faisait une place en toi

une place que tu ignorais encore avoir
une larme a roulé de ton oeil droit à son épaule

sa cadette a vite emprunté le même sillon

— je ne crois pas que tu te rendes compte

— ici et maintenant, tu fais déjà tellement pour moi


tu l’as tenue contre toi quelques minutes

te balançant d’un pied sur l’autre avec douceur

comme pour la bercer

cela endormait bien Squirtle


se rend-t-elle compte que toi aussi, derrière ton masque

tu es une âme en mal d’amour ?

et encore…

est-ce vraiment derrière ton masque ?

tu n’en es pas sûre

peut-être même te masque te permet-il d’exprimer

le radiateur que t’as à la place du coeur
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Ellana Lyan, Dim 16 Juil 2017 - 10:51


Cette nuit on pouvait voir deux âmes torturée
de peine, peut-être de douleur, lacérée des griffes démones
sas pourtant l'avoir peut-être mérité, des cœurs noircis
cette peur de faire confiance, de toujours construire plus de barrière
pour se protéger des autres, se battre sans cette peur de se perdre
comme si avoir moins d'attache nous rendait plus libre, plus fort
alors que ses bras m'entoure, j'oublie
les jolies théorie qui promettent qu'il faut garder le cœur froid
la distance grande et le regard éteint
des promesses devenues intenable par le fil du temps
cette nuit je voulais trouver autre chose, ce soir j'avais
le cœur tout brûlant

sans savoir si c'était bien ou mal,
il n'y avait sans doute pas de réponse à cela,
seulement un nouvel univers qui s'ouvre
si merveilleux qu'on aurait pas cru possible que cela puisse exister
je me demande si elle a connu ce partage inespéré
aujourd'hui je suis l'enfant mais dans ses bras je n'ai plus peur
comme si toute crainte avait disparu

perle argentée qui roule, coule, se brise
je lève la tête vers la source
voyant la première, arrêtant la seconde
d'un pouce maladroit pour essuyer les yeux
une étreinte plus intense pour empêcher l'eau de fuir


faut pas pleurer
la voix qui tremble comme mal assurée
parce la peur de faire un pas de travers est grande
je ne veux pas tout gâcher de ma simple présence
même si c'est sans doute elle qui a su tout créer
mes ses mains autour de moi
doux balancement qui ferment les yeux
les membres cessent de trembler
le froid glacé de l'âme transformé en doux été
peut-être que c'est ce dont j'avais envie
m'endormir entre ses bras, de tout oublier
pour ne penser qu'à elle

tu crois que c'est possible ?
encore un peu de penser réussir à aimer ?
J'ai un cœur brûlant, heureux
comme j'ai tant espéré sentir dans ma poitrine
et maintenant que dois-je faire ?
comment donc alimenter ce feu ?

une voix douce pour les oreilles de celle qui me berce
dans ses bras chauds qui font battre mon cœur
est-ce que je peux m'endormir ?
les paupières lourdes qui luttent encore un peu
mais la lune est haute dans le ciel, le nuit noire qui enveloppe
et le monde bascule quand dans les bras de cette mère
je redécouvre un brin de vie, un peu d'amour
brève hésitation, avant de me laisser basculer dans l'autre monde...


Vu que ma tite Ellana s'est endormie je crois que c'est la fin du RP pour moi, du coup tu peux clôturer si tu veux moi ça me va d'arrêter sur cette note là ! Puis si tu veux on peut en refaire un à mon retour de camps histoire de continuer ça, enfin si t'es d'accord hein ^^

En tous cas merci beaucoup c'était géniale de pouvoir écrire avec toi et pour Ellana aussi Wink
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elhiya Ellis, Ven 21 Juil 2017 - 11:37



L'alcool est l'aspirine de l'âme il purifie tout... soit disant..
Pv Daemon StebbinsThème musical d’Elhi sur ce texte



hors jeu:
 

La gare de Poudlard, habituellement bondée le week-end, avait déjà déversée sa horde d’élèves impatients vers d’autres quais, à en juger par les petits groupes présents à cette heure-ci. Tant mieux, les wagons seraient calmes pour une fois, et il n’y aurait pas besoin de jouer des coudes pour se trouver une place. D’un coup d’œil circulaire à son environnement, Elhiya chercha évasivement si le brun était déjà arrivé. Personne, il avait peut-être finalement abdiqué. Tant mieux aussi, ou..Tant pis, pour le coup la blonde ne savait pas trop si elle devait être soulagée ou non, encore quelque peu perturbée par leur altercation toute fraîche.

Récupérant son bouquin moldu, elle estima que lire un peu au lieu de tergiverser bêtement était la meilleure des solutions. Elle se posa sur un banc, feuilleta le livre pour retrouver sa page et ne leva le nez que lorsque qu’une silhouette se découpa sur le paragraphe qu’elle lisait. Bon, tout compte fait, il était venu. Sourire en coin, pas franchement enthousiaste, mais pas agacé non plus.

 
« Re, je t’avais pas entendu arriver »

Elle avait réussi à recouvrir son calme et son détachement habituel, mais évitait de soutenir trop longtemps de regard de Daemon. Nonchalamment, elle reporta son attention sur son livre, en même temps, elle ne voyait pas trop quel sujet lancer pour faire comme si tout avait déjà été oublié et pardonné. Fort heureusement, le train à vapeur arriva quasi de suite, ouvrant ses portes rougeâtres et accueillantes à ses futurs voyageurs. Elle ferma son ouvrage, remis son sac sur l’épaule et pénétra dans le wagon que tout le monde boudait –question d’habitude-. Le jeune homme sur ses pas, elle s’était installée contre la fenêtre.

L’idée de passer le voyage en s’ignorant royalement ne l’enchantait pas, et pour une fois, la solution de faire la formation en transplanage lui semblait intéressante. Elle se renseignerait un peu plus tard, ce pourrait toujours être utile. Mais pour le moment, il fallait bien désamorcer la situation. Elle extirpa son livre, adressa un sourire à Daemon et d’un signe de tête lui montra a page ouverte. Elle en était incapable pour le moment/i]

« Ça te dérange si je termine mon chapitre ? »

Elle le voyait mal dire non en fait, et d’un chapitre, elle passa à deux, puis à trois,  sans s’en rendre compte, et finalement dans une secousse désagréable le train s’arrêta, les libérant sur la voie 9 3/4. Machinalement Elhiya regarda par la fenêtre et sourit, Londres, ses rues fourmillantes de mondes, ses pubs toujours agréables, ses odeurs particulières, et surtout ses moldus insouciants, elle avait toujours aimé être ici. Elle se leva, rangea son livre et ébouriffa les cheveux du brun qui s’était endormi. Ce n’était pas plus mal qu’il ait fini par s‘assoupir, au moins, ils n’avaient pas eu à se faire la discussion, et le temps de trajet avait nettement apaisé la blonde.

« Tu viens Princesse, c’est plus trop loin »

Effectivement, en quelques enjambées, les deux adolescents avaient rejoint le métro, transport non magique que la blonde avait trouvé amusant la première fois qu'elle l'avait prit, sans vraiment trop savoir pourquoi. Fourrant un ticket dans les mains de Daemon, elle passa le portique pour s’engouffrer dans la rame qui les mènerait à coté du parc St James. Grâce à Lucy, son amie d'enfance non magique, la blonde avait très vite pris ses repères dans Londres, bus, taxi, métro, plus aucun n’avait de secret pour elle, et les deux gamines, au fil du temps avaient pu dénicher de bonnes adresses pour passer du temps. C’était surement à cause de ces doux souvenirs que la blonde était des plus enthousiastes. Ici, pas de sorcier, ou uniquement ceux coutumiers du coté moldu du coin, pas de regard en coin car elle portait du vert –bien qu’en fait elle ne portait pas sa tenue scolaire-, pas d’espèce de pression sociale stupide concernant les origines de sang, juste un tas d’êtres humains avec qui elle se sentait mieux.

La bouche du métro les expulsa juste face à une des entrées du magnifique parc qui n’avait pas à rougir face à celui de Poudlard. La nature verdoyante se mariait en parfaite harmonie avec le centre de Londres, elle avait toujours aimé le contraste. Si il n’avait pas été accompagnée elle aurait rapidement traversé les lieux pour s’installer dans un coin à l’ombre des regards en face du lac avec la vue imprenable sur la grande bâtisse de l’ancien club snob littéraire Athenum. Mais là, y’avait Daemon avec elle, et ils avaient convenu d’aller prendre un verre, donc ça attendrait. Se tournant vers lui, elle lui adressa un sourire pétillant, très certainement le tout premier du genre qu’il devait voir sur son visage depuis ce matin, et lui montra du doigt le pub dont la terrasse était à quelques mètres d’eux.


« C’est ici, tu viens ? »

Question stupide, elle le savait, mais elle avait fait l’effort d’être polie au moins. Du coup, occultant que son interlocuteur était capable de la troubler, elle agrippa, entre deux doigts, le bas de sa chemise pour le faire se dépêcher un peu. Seul contact qu'elle se permettait. Posant son sac sur une table en terrasse avec vu sur le parc Saint James, la blonde s'installa en laissant son regard fureté un peu partout. A cause de l’heure la ville n’était pas encore en pleine effervescence c’était agréable. Elle soupira comme soulager d’un poids, devoir fouiner pour trouver un pub de libre n’était pas une option qu’elle avait envisagée. Finalement, tendant la carte des boissons  au brun, elle prit la parole placidement. Son nœud à l’estomac était enfin parti, mais autant ne pas tenter le diable et ne pas trop lui porter d’attention.

« Déjà venu dans le coin ? »


Dernière édition par Elhiya Ellis le Sam 22 Juil 2017 - 8:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Daemon Stebbins, Ven 21 Juil 2017 - 16:11



L'alcool est l'aspirine de l'âme il purifie tout... soit disant..
Pv Elhiya EllisThème musical d’Elhi sur ce texte


Je n'avais pu m'empêcher de sourire durant le retour éclair à mon dortoir. D'ailleurs, ceux, qui me croisait, en devaient être étonnés. Je me changeais en quelques minutes. Sélectionnant rapidement ce que j'aillais porter car mes vêtements avaient des traces d'herbe, de feuille et de terre. Pour sortir en dehors de l'école ce n'était pas des plus élégant ou glamour en particulier en compagnie d'Elhiya. Je mis un jean délavé, déchiré au niveau des genoux accompagné d'un débardeur blanc sur lequel j'apposais une chemise mauve à manches longues qui resterait ouverte. Celle-ci exposait mon collier de cuir où se baladait une pièce ancienne japonaise. Je l'avais reçu de la part d'une de mes cousines et ne la quittait plus depuis ce jour. J'ôtais mon bracelet de force et rechaussa mes baskets. Je redescendis vers la salle commune en ramassant mon portefeuille au passage. J’accélérai mon allure pendant que je traversais le château. Et une fois dehors, je me mis carrément à courir. Il ne me restait que peu de minutes avant le rendez-vous qu'Elhiya m'avait donné à la gare.

Quand j'arrivais sur le quai, je m'aperçus qu'il y avait que peu de monde. Je cherchais la blonde des eux et la vis assise sur un banc entrain de lire. J'aimais cette image que j'avais devant moi. Elle se tourna vers moi surprise de ma présence.

- Je suis désolé si je t'ai surprise.

Visiblement, elle avait réussi à reprendre sa maîtrise. Toutefois, ses yeux étaient fuyants certainement à cause de ce qui avait été provoqué entre nous plus tôt. Mes lèvres gardaient d'ailleurs, le souvenir de la peau tendre de la serpentarde. Je ressentis alors une étrange chaleur dans mon cœur. Je n'en doutais pas une seconde, j'avais réellement savourer cet instant au goût sucré. J'espérais qu’elle n'avait pas eu le temps de remarquer cette lueur d'envie. Heureusement le train fit son entrée en gare à ce moment mettant fin à ce silence.

La verte se leva et m'entraina dans son sillon. Nous nous installâmes dans un wagon que la plupart des élèves évitaient. Aller savoir pourquoi. Je me calais confortablement. Pour tout avouer, je trouvais que le train était moyen de transport bien trop lent. Heureusement, ce genre de chose, ne serait plus bientôt. Puisque j'avais entamé mes premiers cours de transplanage. La blonde souleva son livre me demandant i cela ne dérangeait qu'elle finisse son chapitre.

- Je t'en prie.

Le train démarra. Je tournais la tête pour observer le paysage qui défilait devant moi. Le ronronnement de la voiture me berça et sans me reprendre, je finis par m'assoupir. C'est lorsque je sentis des doigts s'emmêlaient dans mes cheveux que je sortis du pays des songes où j'avais pu contempler une paire de prunelles azurées.

- Bien sûr Doxy.

Puisque Elhiya s'entêtait avec ce surnom là, je n'étais pas prêt à lâcher celui dont je l'affublais.

La serpentarde m'avait entrainé vers le métro londonien. Elle me fila un ticket pensant que je ne connaissais pas ce moyen de transport ou bien pour gagner du temps. Elle continuait de garder la tête de notre expédition après elle seule savait où nous nous rendions. Nous sortîmes au niveau du parc St James. Il était certes beau mais ne valait pas celui de Poudlard. Nous arrivâmes à un pub. La blonde prit place sur la terrasse et m'invita à m’assoir.

- Pour tout te dire oui. Jamie, mon futur beau-frère, ne vit pas loin d'ici à Chester Street. Cependant je n'étais jamais vraiment arrêter de ce côté-ci. Et toi, comment connais-tu cet endroit ?

A ce moment, un serveur s'approcha de nous, tout sourire en disant :

- Bonjour. Que puis-je vous servir.

Je faisais un signe de tête à Elhiya pour qu'elle dise en premier.

- Quant à moi, ce sera une despérado s'il vous plaît.
- Très bien je vous apporte cela tout de suite.

Je repris la conversation là où nous avions été interrompu en réitérant mon interrogation:

- Alors comment ma doxy connaît ce pub ?

C'est une fois que le mots étaient sortis de ma bouche que j'avais réalisé ce que j'avais dis. Ca y était. Cette fois, c'était confirmé, j'étais entrain de devenir cinglé par Merlin. Qu'est-ce qui m'avait pris de considérer la demoiselle comme si elle m'appartenait alors que ce n'était absolument cas là et voir même impossible. Il y avait fait des baffes qui se perdaient. Visiblement mon assurance de ce matin était entrain de faire son grand retour et au grand galop. Si seulement j'avais pu m'enterrer à cet seconde, je l'aurai fait immédiatement...


Dernière édition par Daemon Stebbins le Ven 28 Juil 2017 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elhiya Ellis, Ven 21 Juil 2017 - 17:40


En fait, une fois assis, la discussion semblait désormais nettement plus fluide que lors de leur arrivée à la gare de l’école. En tout cas, Daemon avait abandonné l’idée de se confondre en justifications vaines et lui répondait tranquillement qu’il connaissait le coin. Après tout ça paraissait logique, le parc St James était réputé, que ce soit pour les anglais eux même que pour les touristes. On pouvait y flâner tranquillement, loin des bruits de la ville, comme coupé du monde, une vrai bouffée d’air frais au milieu de la  la pollution de la capitale. Elhiya, elle y allait généralement pour dessiner, ou tout simplement bavasser avec Lucy quand Luna ne la trainait pas dans un cimetière glauque à la recherche d’une créature répugnante. Elle avait de bons souvenirs en relation avec ce parc au final, même si elle n’y avait pas fait grand-chose. La compagnie des deux filles, bien que très différentes l’une de l’autre, donnait toujours un autre sens à la journée. Peut-être aurait-elle du prévenir la blonde qu’elle était dans le coin aujourd’hui, histoire d’organiser quelque chose ? Quoi que sans téléphone portable, elle se voyait mal envoyer un hibou à une moldue. Niveau crédibilité, avec tous les bobards qu’elle lui avait déjà servi, ce serait compliqué.

La question de Daemon, ainsi que le serveur la tirèrent de sa réflexion. Ses yeux glissèrent de l’un à l’autre, comme si elle réalisait qu’elle n’était pas toute seule sur la terrasse. Décidément, un rien ne la distrayait aujourd’hui, ce n’était pas normal. Ce verre lui ferait du bien, à défaut, il ne risquait de lui faire plus de mal. Avec un sourire des plus conventionnels, la blonde passa commande de whisky. Un double, tant qu’à faire, et regard un inquisiteur au brun qui avait commandé une boisson moldu. A chaque fois qu’elle avait bu avec des jeunes sorcières, aucune n’avaient demandé quelque chose qui ne découlait pas du monde magique. D’un sourire amusé, elle le fixa une fraction de seconde avant de se dire que ce n’était peut-être pas une bonne idée. Enfin pas pour le moment..

Vu les derniers mots qu’il venait de prononcer, le blonde était ravie d’avoir trouvé un intérêt aux serviettes en papier que le serveur avait posées sur la table en venant s’enquérir des commande. Il avait dit « ma » ?  Elle ne l’avait pas imaginé ? Pourquoi l’aurait-elle imaginé d’ailleurs ? Elle n’était pas un animal de compagnie dont on pouvait obtenir la possession en l’amenant faire un tour ! En plus, ce n'était pas lui qui l’avait amené ici ! Il s’était contenté de la suivre. Certes elle s’était permise un geste peut-être un peu trop familier en lui ébouriffant les cheveux, mais quand même, ce n’était pas une invitation à.. à quoi d’ailleurs ? à la prendre pour autre chose qu’une simple connaissance ? Médusée, elle posa brusquement les yeux sur lui, les yeux grands ouverts.


« TA ? Non mais ça va bien oui ? Je ne t’ai pas proposé un rendez-vous amoureux non plus, j’ai juste dit que je voulais boire un verre. Que tu sois à la même table que moi ne signifie pas que je suis TA Doxy ! Et puis pourquoi Doxy ? C’est super moche comme truc, ça a trop de bras et trop de jambes pour être des fées ! »

Elle gonfla les joues, moue boudeuse classique quand elle se renfrognait, sale habitude qu’elle n’avait toujours pas réussi à abandonner alors qu’elle s’efforcer de le faire depuis des années. Le serveur revint avec les commandes, leur disposant au milieu de la table. La blonde fouina dans son sac, à la recherche du porte-monnaie et régla l’addition avant que ne prenne l’envie au brun de le faire. Récupérant son verre, elle lui adressa un sourire en coin pas bien fier.

« C’est pour moi, prend ça à valeur de dédommagement pour la gifle. »

Un « désolée » ou « excuse-moi » aurait été de rigueur, mais ça lui coutait déjà d’avouer qu’elle avait été excessive et qu’elle s’était laissée emporter. Pas envie d’en dire plus, et surtout, pas envie de repenser à la scène qui la forçait presque à s’excuser, elle porta rapidement son verre à ses lèvres, avala la moitié d’un trait, et grimaça de dégout. Trop amer en premier lieux. Mais ça n’avait aucune importance. Le spiritueux lui réchauffait voluptueusement la gorge avant d’atterrir violemment dans son estomac, faisant taire instantanément le nœud à l’estomac qui lui avait repris. Bah oui… a dire qu’elle pouvait bien lui payer sa bière car elle l’avait frappé, la sensation de son bras contre sa taille s’était forcément imposée. Mais le whisky jouait son rôle, il avait chassé et le début de trouble qui allait finir par la gagner et les souvenirs de la caresse.

Aussi, c’était sans trop d’appréhension qu’elle reporta son attention sur Daemon en lui souriant.


« Sinon, je connais le coin, car je viens régulièrement avec une amie d’enfance, comme elle suit un cursus scolaire classique, elle m’a trainée dans pas mal de pubs sympa, et surtout ça change de ceux qu’on à nous. Je préfère nettement ceux…..ci.... à…. Un... »

Son regard avait dévié sur les passants de la rue alors qu’elle répondait à ses questions, inexorablement attiré par une chevelure d’or flottant au vent. Pour le coup, elle n’était pas certaine d’avoir bien vu, d'où la décomposition des mots qu'elle prononcait. C’était une apparition légère, suivit d’un parfum de fraise qu’elle avait cru capter derrière le brun, quand finalement, la vision se planta devant eux, un large sourire radieux aux lèvres, s’insinuant comme un rayon de soleil qui filtrait par un vieux volet de bois en plein matin d’été. Le souffle tout d’abord coupé, Elhiya se ressaisit rapidement adressant exactement le même sourire à la fille qui les fixaient chacun leur tour

« Bah Elhi, tu ne m’as pas dit que tu rentrais de l’internat ce week-end ! T’aurais dû passer à la maison ! Ou m’appeler, on aurait fait quelque chose ce soir. C’est qui ? »

Si Lucy avait intégré Poudlard, elle aurait forcément atterrit à Poufsoufle, bien trop joyeuse et aimable pour se retrouver sous une autre couleur. Elle avait forcément remarqué Daemon, en même temps, le contraire était étonnant vu qu’il était attablé avec elle. Elle lui adressa un sourire lumineux, tout en le scrutant, intriguée. Si Elhiya ne répondait pas vite fait, Lucy allait inonder le garçon de question. Quelque peu hésitante, Elhiya lui adressa un sourire en coin.

« Hum Lucy-Daemon, Daemon-Lucy. Il est dans la même école que moi, tout simplement, va pas commencer à te faire des idées ! Je te connais hein ! De toute façon on avait prévue  de se voir le week-end prochain non ? Tu fais quoi ici du coup toi, tu devais pas réviser toi? »

Détourner l’attention de la blonde n’était pas une mince affaire, elle avait déjà posé sur le brun un regard malicieux qu’Elhiya ne connaissait trop bien pour savoir qu’elle devrait s’expliquer le week end prochain, sans quoi, la petite blonde passerait ses soirées à demander à la famille Ellis quand Elhiya rentrait. Elle parut satisfaire à l’idée qu’elles passaient deux jours ensemble la semaine d’après et dodelina de la tête en rigolant et papillonant des yeux.

« Je venais acheter une robe de soirée, je te raconterai ça ! »

Une robe habillée ? C’était un peu tôt pour un bal au lycée, mais après tout pourquoi pas, Elhiya acquiesça d’un signe de tête, si Lucy faisait des mystères c’était qu’elle avait quelque chose d’important à lui dire. Mais bon, vu le caractère de la blonde, tout s’avérait toujours important à ses yeux, que ce soit la nouvelle recette réussie d’un muffin ou un évènement sportif. A force, au bout de 14ans, Elhiya avait appris à apprécier l’engouement éternel de son amie. Ne pouvant s’empêcher de réprimer un léger pouffement de rire,  elle la regarda planter ses yeux émeraudes sur Daemon.

 « Toi, soit gentil avec elle ! Sur ce à plus tard ! »

Aussi rapidement que la blonde était apparu, et s’évanouit dans la foule de passants qui trainait des pieds, laissant derrière elle juste les effluves sucrées de son parfum entêtant. Elhiya récupéra son verre, et adressa un regard encore pétillant sur le brun qui venait toujours juste de faire menacer par une moldue de 17ans.

« Bah voilà, c’est à cause d’elle qu’on est là. ! »

Un soupire lourd lui échappa, elle aurait bien voulu que Lucy reste un peu, non pas qu’elle était mal à l’aise avec son comparse sorcier, mais car la blonde avait une aura tellement rayonnante qu’elle avait toujours pu entrainer Elhiya dans son tourbillon solaire. Verre à la main, elle le fini cul sec, avant de se dire en une grimasse provoquée par l'alcool trop fort que ce n'était pas une bonne idée, elle n'avait pas encore mangé et ses joues commençaient à virer de couleur.

L'avantage, c'était qu'un seul verre ne lui tournerait pas la tête, ou juste brièvement car elle l'avait bu trop vite. Finalement, regardant son fond de verre elle soupira, et marmonna timidement quelques mots à l'attention de Daemon
.

"Désolée.. pour tout à l'heure."

Des excuses, c'était une premières, elle n'en avait jamais prononcées jusqu'à présent, pour personne.. Mais là, elle allait devoir avouer que finir d'une traite un verre de whisky n'était vraiment pas judicieux, ses paroles arrivaient à franchir déjà la barrière de ses lèvres avant que son esprit l'en empêche
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Daemon Stebbins, Dim 23 Juil 2017 - 9:19



L'alcool est l'aspirine de l'âme il purifie tout... soit disant..
Pv Elhiya EllisThème musical d’Elhi sur ce texte




Evidemment, il n'avait pas fallu longtemps pour que Miss Elhiya bondisse verbalement à cause du pronom possessif que j'avais osé prononcer. Sa réaction avait bien été plus rapide que le fait de prononcer : quidditch.  D'ailleurs, je tentais de comprendre moi-même pourquoi ce fameux "ma" avait franchi aussi naturellement la barrière de mes lèvres. Je me rendais compte qu'en sa présence, je faisais n'importe quoi. Qu'est-ce qui me prenait d'agir comme l'une de ces stupides dindes qui gloussaient sur mon passage et tentaient d'attirer mon attention en disant ce qui leurs passait par la tête. Ce fut, à ce moment, que je fus frappé par une chose, ma nervosité. Moi, Daemon Stebbins, monsieur je me contiens en permanence ou l'art d'agir comme il faut quand il faut, me laissais envahir par tout ce que je pouvais ressentir lorsque j'étais avec la blonde. Je m'étais donc demandé quand cela m'était arrivé pour la dernière fois et la réponse fut aussi claire que de l'eau de rosé, jamais. Parce qu'aucune fille, avant ma rencontre avec la verte, ne m'avait troublé ou donné envie d'aller plus loin.

Merlin, j'étais dans de beaux draps. Ainsi mes hormones avaient fini par me rattraper à mon tour. Car cela ne pouvait s'être qu'une réaction passagère, dû à l'adolescence. Enfin c'est ce que je tentais de me faire croire puisque je prenais conscience que c'était totalement différent de ce que j'avais déjà expérimenté par le passé. C'est Aya qui se bidonnerait quasi jusqu'à l'évanouissement si elle découvrait cela. Les faits ne mentaient pas pourtant. Ce fut son interrogation sur le surnom que je lui avais collé depuis tout à l'heure qui me sortit de ma cogitation sur moi-même.

- Ce n'est pas pour son physique que j'ai employé le mot doxy. C'est parce que je te trouve aussi mordante qu'elles à cause de la manière dont tu sais percuter verbalement les gens avec efficacité. Ce qui est, pour ma part, une merveilleuse qualité que de réussir à remettre les gens à leur place sans se démonter.  Et enfin parce que tu m'as appelé princesse en prime. L'image c'est alors imposé d'elle-même dans mon esprit.

J'avais fourni une explication des plus plausibles, espérant que cela ne la mécontenterait pas de nouveau. A cause de cela, j'avais avalé plusieurs gorgées de ma bière à la téquila dés que le serveur avaient amené nos consommation pour rester calme et maître de ma langue avant de déclencher une seconde Grande Guerre. Du coup, je ratais ma chance de payer l'addition avant elle. Au finale, je ne fus pas déçu. Elhiya se servit de ce prétexte pour me faire comprendre qu'elle regrettait le geste malheureux de tout à l'heure. Je lui avait souri pour signifier que cela me touchait. Pour moi, c'était déjà du passé. Elle enchaîna sur l'explication de sa connaissance du coin lorsqu'elle s'interrompit. Visiblement quelque chose avait attirer son attention.

Soudain une odeur fruité envahit l'air et une jeune fille à la longue chevelure blonde vint se poster à notre table. Si pour moi c'était une inconnue, ce n'était pas le cas pour ma compagne. La nouvelle venue posa son regard sur moi en demandant mon identité sans même dire bonjour au par avant. La serpentarde s'empressa de nous présenter et enchaîna sans me laisser le temps de dire quoique ce soit appelant Poudlard, un internat. Je saisis rapidement que notre interlocutrice était moldue et ne savait pas notre nature de sorcier. Elles continuèrent leur échange comme si je n'étais pas là. Puis l'amie d'Elhiya se tourna vers moi en m'intimant d'être gentille avec cette dernière. Puis sans attendre ma réponse, elle était repartie comme elle étaient venue tout aussi brusquement.

Elhiya sourit en m'indiquant que l'amie dont elle parlait, quelques minutes plutôt, était la tornade qui venait de passer. Je pus observais sa manière de sourire que cette fille devait être important pour elle car la verte avait réagir de manière naturelle. c'était agréable de la voir ainsi sans ce masque distant et froid qu'elle m'avait présenté au lac. Elle rayonnait et je me surpris à la trouver encore plus jolie sous cette angle.

*Au secours. Pitié. Faites que le mode guimauve se déactive. Par Merlin*

Cette fois, c'était sûr, il fallait absolument m'envoyer à Saint-Mangouste. Je perdais la raison et ne parvenait pas éviter toutes ses remarques sur la verte et cela me paniquait. Je la vis finir son verre et prononçai des excuses. Ce qui était surprenant au vue du caractère que cette dernière m'avait démontré. Est-ce l'alcool qui lui faisait de l'effet ? Peut-être qu'un double whisky n'avait pas été un si bon choix sa part.

- Ce n'est rien. J'étais, moi aussi fautif pour tout à l'heure.

J'avalais la fin de ma despérado et demanda par curiosité:

- Tu comptes lui dire un jour ce que tu es ? Parce que cela ne doit pas être évidemment de ne pas pouvoir agir normalement devant ton amie. Au vu du lien que tu as évoqué entre vous. Par chance, les moldus qui sont dans mon entourage, sont mariés à des membres sorciers de ma famille. De ce fait, je suis libre d’utiliser la magie si j'en ai besoin. En tout cas, une chose est sûre, elle tient vraiment à toi. C'est la première fois que quelqu'un me donne un ordre ainsi sans me connaître. Elle est plutôt surprenante et très confiante en elle-même. Fréquentes-tu beaucoup le monde moldu ? Qu'est-ce qui t'y plaît le plus ?

Voilà revenir à une conversation normale et posée ainsi j'éviterai que mon cerveau ne cogite trop et me pousse trop loin dans un sentier que je commençais à aborder pour la première fois de ma vie. Je l'écoutai avec saveur, la voyant s'animer en évoquant ses préférences. Elle était captivante. Cet instant de paix ne put durer. Soudain, je me rendis compte que je fixais ses lèvres en me demandant si elles étaient de la même teneur que sa peau. Je me fustigeais mentalement pour avoir si peu de contrôle sur ma personne et demanda pour faire une pause.

- Est-ce que tu désires autre chose à boire ? Un coca peut-être ?

Banale, j'étais entrain d'explorer la maladresse qui m'était soudainement tombé dessus. On aurait limite dit un première année dans toute sa splendeur. Oui, je n'en doutais plus Elhiya avait une capacité d'influence encore plus importante que je l'imaginais. Où tout cela allait nous conduire ?

hsRPG:
 


Dernière édition par Daemon Stebbins le Ven 28 Juil 2017 - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elhiya Ellis, Dim 23 Juil 2017 - 11:38


Un simple hochement de tête pour unique réponse  à l’explication du surnom choisi par Daemon pour lui parler. C’était de bonne guerre au final, vu ses capacités à manquer cruellement de douceur lorsqu’elle rencontre quelqu’un pour la première fois. Mécanisme de défense, ou juste manifestation de son refus profond de son intégration dans le monde des sorciers, la blonde n’avait jamais vraiment cherché à savoir quels étaient les tenants et les aboutissants de son comportement. D’autant plus qu’elle avait toujours été effrontée et insolente, même à l’école primaire, avec les autres petits moldus. Tout s’était empiré quand le hibou pour Poudlard était arrivé. Comme la fatalité inévitable de devoir suivre les traces préconçues sur un chemin construit spécialement pour elle par ses parents. Aucune échappatoire, aucune solution de repli, rien de plus que l’avenir péremptoire choisi par sa famille. Elle avait eu beau s’insurger du haut de ses 11ans, menacer qu’elle fuguerait, crier qu’elle les détestait tous, on lui avait collé un uniforme ridicule sur le dos, une chouette stupide dans les bras et abandonnée dans un train à vapeur, vestige de la technologie moldue.

Si elle avait été accueilli agréablement par une élève croisée sur le chemin de Traverse, Elhiya n’en été pas moins toujours habitée par un furieux rejet de tout ce que le monde magique avait à lui offrir. Ho bien sur elle s’amusait à jeter des sortilèges pour s’entrainer ou s’amuser, comme tous les autres, elle savait faire des potions, identifier les plantes mais jamais avec l’émerveillement béat que plusieurs de ses comparses affichaient. Dans son « malheur », le Choixpeau avait eu la brillante idée de la coller chez Serpentard, très certainement car elle fulminait quand on le lui avait posé sur la tête, cette façon de trier les gens était ridicule, ils n’étaient du vulgaire bétail à qui on collait un numéro et une tache à effectuer. Mais, chez les Verts & Argent, il n’était pas dur d’être ce qu’on attendait d’elle : une peste hautaine et suffisante. Ça ne lui demandait pas beaucoup d’effort, toute cette bande de moutons lui sortait par les yeux.

Avec le temps, son opinion sur la grande supercherie magique n’avait absolument pas changé, par contre, grâce au côté ultra sérieux et « je-sais-tout » de sa binôme écailleuse, la blonde avait accepté de mettre cet atout de son coté, d’apprendre sagement ce qu’on pouvait lui apprendre, de rapporter de bonnes notes comme ses parents le voulaient, sans oublier de leur rappeler à chaque visite qu’elle ne faisait qu’être royalement hypocrite comme eux, avant de leur claquer la porte au nez pour se réfugier chez Lucy.

Aussi, ce « désolée » qu’elle avait réussi à articuler avec quelque difficulté l’avait interloqué elle-même. Comme si elle concédait, enfin, pour cette dernière année à être un tantinet moins revêche.  Mais elle en doutait, son regard se perdant dans le fond de son verre, se demandant, d’où provenait ces excuses. Quand, la sortant de sa torpeur, Daemon la lança sur sa relation avec la tornade blonde aux effluves de fraise qui était venu les voir.  Elhiya avait posé sur lui des yeux ternis où tristesse et remord régnaient en maitre. D’un sourire en coin, elle détourna le regard, pour le poser sur la foule de passants, du côté ou la blonde pétillante avait disparu, fixant un point invisible qu’elle seule pouvait voir. Elle soupira lourdement. La question du brun était pertinente, et source principale du conflit éternel qu’Elhiya menait avec ses parents. Quelques rares personnes étaient au courant, Luna notamment, et malgré son impudence coutumière, même elle, faisait le dos rond chez les parents de la blonde. Les yeux dans le vague, le cœur lourd, un sourire en coin flanqué sur ses lèvres, la blonde ignorait si c’était les prémisses du whisky but trop vite qui la poussait à répondre, mais elle ouvrit la bouche, lâchant monotonement plus de mots qu’elle ne le voulait.


« Oui, je lui dirai, une fois cette dernière année scolaire finie. Même si la Trace n’est plus effective depuis mon dernier anniversaire. Ce sera plus simple, comme ça je n’aurai pas encore à disparaitre dans ce qu’elle pense être un internat privé en Ecosse. » un sourire amer fleuri instantanément sur son visage alors qu’elle regardait toujours dans le même direction « Ça a été dur de lui faire gober que c’était une tradition familiale, mais elle est de nature à accepter très vite ce qu’on lui dit, donc elle n’a pas posé plus de question. Elle se doute forcément de quelque chose depuis le temps... On se connait depuis qu’on à 3ans, du coup, même avec les mensonges, et même si mes parents ne veulent toujours pas qu’on se voit, rien à changé. »

Oui rien, même après que les gamines aient passées des soirées à faire le mur pour se voir, ou même après les invectives furibondes de son père, même après qu’Elhiya ai malencontreusement montré à Lucy qu’elle savait faire léviter des objets. Rien n’avait changé, la moldu l’avait toujours accueilli avec le même sourire chaleureux, et l’avait toujours entrainé dans chacune de ses virées, se moquant éperdument du reste. Elhiya lui en avait toujours été très reconnaissante, et ne pouvait que se sentir encore plus coupable à chaque nouveau bobard qu’elle lui racontait. Son esprit commençait lentement à s’entourer d’une douce sensation cotonneuse, le cul-sec avait franchement été stupide, mais ce n’était pas bien gênant, au pire ça lui déliait la langue, rien de plus. Nouveau soupire et coup d’œil rapide à son interlocuteur avant de reprendre sur le même ton dénué de toute vitalité tout en lui souriant faiblement.  

 « Il n’y a pas de mixité toléré dans ma famille. Ils sont persuadés que leur vision archaïque des origines de sang est la seule qui prévaut. Mon amitié avec Lucy est une simple hérésie pour eux. Pour le moment, on me laisse faire, ça doit être mis sur le coup de la crise d’adolescence. Je serai très certainement plus que diffamée par la suite, mais ce n’est pas gênant. » petit rire amusé à l’idée de la tête de son père en réalisant que son affecvtion pour les moldus n’était pas qu’une passade de la part de sa seule et unique fille. « Je comptais me trouver un petit copain moldu, juste pour les faire rager, mais au château c’est un peu une denrée rare. »

D’un sourire espiègle au métisse, la blonde constata qu’elle arrivait à soutenir son regard sans que son esprit s’emballe stupidement. Bien qu’en fait, le brun ne soit pas vraiment en train de fixer ses yeux pour le moment. Elle inclina la tête sur le côté, quelques mèches de cheveux baignés d'or glissant devant ses yeux, sans vraiment trop comprendre ce qui pouvait le captiver subitement. Pourtant sa boisson n’était pas extrêmement forte, et même s’il l’avait bu un peu vite, les effets ne devaient se faire sentir aussi rapidement. D’un geste, elle attrapa la bouteille vide qui trônait sur la table et lisait au dos la teneur en alcool de la boisson. 5.9% infime face à un double whisky à 40%.  Il n’avait aucune excuse pour se laisser distraire sans raison. Amusée, la blonde acquiesça d’un signe de tête à la proposition d’un nouveau verre, et reposa la bière-téquilla sur la table.

« C’est toi la fillette avec ce truc, donc le coca c’est pour toi, en plus j’aime pas les bulles. Moi je prendrai un White Russian, histoire de virer le gout amer du whisky »

Après tout, ce double whisky était très bien passé et elle ne semblait absolument pas l’engourdissement caractéristique de ses pensées lorsque l’alcool se faisait bourreau et juge de son esprit. A peine un voile léger, et encore, tout ce qu’elle voyait c’était que le trouble que Daemon lui avait inspiré n’était plus présent, donc c’était parfait. Penchant la tête en arrière, ses cheveux tombant en cascade dorés dans son dos, Elhiya interpella du regard le serveur qui récupéra rapidement les commandes. La blonde avait pris son cocktail à la vodka, crème de café et lait concentré sucré et n’écouta que vaguement ce que Daemon demanda.  Attendant que les verres arrivent, l’espérance de vie des cacahuètes gracieusement offertes par l’établissement se voyait considérablement réduite. Grignoter un bout était tout de même recommandé, si elle ne voulait ne pas trop être impactée par ces deux verres d’alcool.

Le serveur ramena la commande, informa la blonde qu’il avait eu la main un peu lourde avec la vodka sur son verre, mais qu’il avait tenté de compenser avec plus de lait concentré pour que le gout soit moins prononcé. Ça, par contre, ce n’était vraiment pas judicieux, rajouter du sucre pour cacher l’alcool ne faisait que tromper les sens gustatifs, mais devant l’air incommodé de l’employé, elle récupéra son verre, assurant que ce n’était rien. Elle prendrait son temps pour le boire voilà tout. Surtout qu’en trainant en terrasse, Lucy pouvait bien repasser et lui montrer ses achats.

Nouvelle cacahuète sacrifiée avant de porter le liquide blanc et doucereux à ses lèvres, sucré, rond, emplissant sa bouche d’une sensation de douceur, Elhiya fut surprise, elle avait l’impression d’avoir croqué dans un morceau de nuage qui fondait lentement sur sa langue. Tout naturellement, elle leva des yeux pétillants sur Daemon, poussant du doigt son cocktail.


« Tu veux gouter ? c’est tout doux. »

Exquis et moelleux, comme une crème de mascarpone mangée à même le pot avec un arrière-gout de café et de vanille. Agréable en bouche, et sans gout de vodka, comme avait pu le sous-entendre le serveur. Mais surtout contenant une teneur en alcool aussi forte que son whisky qui avait peu à peu commencer à grappiller les brides de sa froideur et suffisance habituelle. Il ne grappillait pas que ça au final, Elhiya s’en rendait compte que maintenant. Si elle arrivait à glisser ses yeux clairs dans les pépites ambrées que contenaient les prunelles du brun, ce n’était pas car elle avait réussi à passer outre l’altercation au parc, mais juste car cette nuance de ses yeux, visible uniquement quand un rayon de soleil caressait son visage la captivait.

La prise de conscience aurait dû la faire détourner le regard, pour le poser sur le bol d’arachide, sur les passants ou encore sur le sublime parc qui leur faisait face, mais non, au lieu de ça, elle préféra se perdre dans les nuances de noisettes et de miel de ses yeux. Elle ne les avait pas remarqués ce matin dans le parc de Poudlard, surement car elle était trop occupée à vouloir ennuyer Daemon. Tachant de réagir avant qu’il ne le remarque, Elhiya montra d’un signe de tête le parc St James.


« Tu veux y aller après ? Il est vraiment joli et agréable. Plus que celui qu’on a nous à mes yeux. Mais si tu trouves que ça fait trop… ambiguë qu’on y aille que tous les deux ils proposent des billards et autres à l’intérieur. »


En fait, c’était surtout Elhiya qui trouvait que ça sonnait un peu comme un rencard d’aller déambuler entre les arbres et autres buissons en fleur du parc. Mais elle mettait ça sur le coup du whisky qui lui avait intimé de proposer la balade. Quoi que, à bien y réfléchir, si elle avait été seule, elle y serait allée, donc, elle n’était pas censée craindre un quiproquo.  Attendant qu’il réponde -autant à la dégustation du verre qu’à sa suggestion-, elle tourna sa paille dans sa direction pour prendre une nouvelle gorgée de liquide aux nuances céleste
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Daemon Stebbins, Lun 24 Juil 2017 - 0:52



L'alcool est l'aspirine de l'âme il purifie tout... soit disant..
Pv Elhiya EllisThème musical d’Elhi sur ce texte



J'ai rapidement remarqué le poids que devait supporter Elhiya du fait qu'elle ne pouvait dire sa nature à sa meilleure amie. Depuis le temps d'ailleurs, je me demandais bien comment notre monde parvenait encore à maintenir le secret. Parce qu'après la victoire ultime d'Harry Potter, le survivant, contre le mage noir Voldemort, une certaine ouverture avait été faite sur les lois concernant l'information des moldus appartenant à des familles de sorciers par mariage, ascendance ou descendance. Et malgré le nombre croissant de sang-mêlé dans la confidence, rien ne s'était éventé encore. Le pouvoir était impressionnant et pourtant terrifiant à la fois quand on songeait. Au vu de ce que je compris, les parents de la verte était du genre sang-pur à fond et croisade anti-moldus. Comment à notre époque, surtout avec les atrocités qui s'étaient déroulées à la fin du vingtième siècles, pouvait-on encore penser de la sorte. Remarquez les derniers événements qui s'étaient prouvés que jamais notre monde ne se débarrasserait jamais complétement de ses idéaux dénués de logique et complètement injustifiés. Je me rendais compte combien j'avais de la chance d'avoir une famille aussi ouverte que ce soit sur le sang ou la culture.

- Alors si je rencontrais tes parents, ton père me considérerait sans aucun doute comme un traite-à-mon-sang si il me demandait mon opinion à ce sujet. Ca pourrait déjà bien le faire enrager de savoir que tu fréquentes quelqu'un avec de telles idées et certainement encore pire, si tu me présentais comme ton petit-ami pour l'achever. Je crois que cela serait encore plus grave pour lui encore.

Je n'avais fait qu'émettre un jugement logique de la situation lorsque je me rendis compte des propos que je venais de tenir.

* Merlin quelle subtilité Daemon. Pendant que tu y es, tu ne veux pas carrément la demandait en mariage. Comme cela, tu auras touché directement le fond du lac.*

Mais qu'est-ce qui me prenait de parler de cette façon. Mes neurones avaient fondu visiblement pour de bon. Je devrais me rendre à Saint-Mangouste et m’interner moi-même immédiatement, le temps que je reprenne le contrôle de mes actes et pensées. J'enchainais comme si de rien été et ajouta :

- Je me rends compte que j'ai de la chance à ce sujet. J'ai peut-être eu une éducation stricte mais très ouverte d'esprit que ce soit sur la mixité culturelle ou ses inepties au sujet du sang magique. Pour te dire, le fiancée de ma sœur, Jaimie et né-moldu.

Et évidemment, je continuais à m'enliser mais cette fois volontairement. Je voulais que la serpentarde sourit et oublie durant un instant toute cette tension familiale qui la rongeait de l'intérieur. En tout cas, je ne pouvais qu'admirer le courage dont elle faisait preuve pour préserver ses convictions malgré son entourage.

- Si tu veux rendre dingue tes parents, annonce leurs que tu es invité l'été prochain à un mariage mixte et tu seras aux premières loges comme cavalière du témoin. Je suis persuadé que tu marqueras un grand nombre de points.

Par la suite, Elhiya ne fut pas enchantée par ma proposition de boisson. Elle me fit comprendre que avaler du coca était seulement digne d'un gamin. Point sur lequel, je n'étais pas d'accord et lui dit :

- Ce n'est pas parce que nous sommes majeurs, que nous devons boire de l'alcool en permanence. Tout d'abord parce que cela provoque une dépendance mais surtout perdre le contrôle peut provoquer pas mal de mésaventures. Et de de méchantes surprises selon le gens qui t'entourent. Puis la possibilité d'engendrer une situation dangereuse, lorsque l'on est une jeune, devient plus grande.

Certes j'avais eu de la chance que mes excès d'alcool n'est provoqué uniquement de la déception le lendemain et rien d'autre. Le verte était une belle fille, un garçon trop éméché et ayant l'alcool mauvais pouvait en faire une proie et cette pensée me déplut haut plus au point. Toutefois je ne voulais pas qu'une nouvelle opposition vienne entacher le moment que nous partagions. Alors je n'ai pas poussé plus loin mon propos. Je commandais donc au garçon la même chose que tout à l'heure.

Quand le serveur fut de retour avec nos breuvages, il annonça à le blonde qu'il s'était un peu emmêlé les pinceaux. J'aurai aimé qu'elle refuse le verre. Néanmoins elle ne fit pas, certainement à cause de l'air embêté de l'homme. Elle le goûta pendant que j'avalais de ma bouteille avec un peu de mécontentement. Puis devant mon air peut-être, elle me proposa d'y tremper les lèvres pour en connaître la saveur qui l'enchantait au vu de son sourire. Ce qui me fit accéder à ce qu'elle désirait étrangement.

- D'accord. Je vais en boire pour te faire plaisir et te montrer que je ne suis pas une fillette. Toutefois il y a une condition. Que tu n'en reprenne plus. Si jamais, tu arrives émécher au château, je pense que nous serons privés de sortir jusqu'à ce que Merlin revienne. Tu es peut-être en dernière année. Mais ce n'est pas encore mon cas même si je suis adulte d'après la loi sorcière.

J'avalais donc un peu de cette mixture et franchement la sensation ne porta pas de mine. C'était trop sucré et surtout le lait, beurk. Je n'avais jamais pu me faire à celui-ci. Quand j'étais enfant, ma mère était obligée de mettre une tonne de chocolat pour que je me plie à avaler ce liquide blanc.

- Avec plaisir. Cela fait longtemps que je n'y ait pas fait un tour. Ce sera agréable de marcher dans un autre lieu que le parc de l'école. Au contraire, Cette ambiguïté n'est pas pour me déplaire. Je pourrai ainsi savourer encore un moment ta présence. Puis On est assez enfermé à Poudlard à cause des cours, autant profiter de ce temps exceptionnel.

Oui j'avais encore laisser ma bouche plus vite que mon cerveau. Cependant au vu des réactions de la demoiselle, je me disais que je ne craignais pas grand chose. Et surtout tout prétexte pour rester en sa compagnie était le bienvenu. Ainsi je pourrai en découvrir un peu plus sur sa vie....


Dernière édition par Daemon Stebbins le Ven 28 Juil 2017 - 17:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elhiya Ellis, Lun 24 Juil 2017 - 17:15


Converser sur la famille d’Elhiya semblait soudainement trouver un attrait quelconque aux yeux du brun qui  venait à en faire des suppositions bien étranges. Quelque peu déroutée, la blonde avait levé vers lui un regard réprobateur. Pourquoi irait-elle présenter Daemon à ses parents ? Il était sorcier, tout comme elle, ça n’avait strictement aucun intérêt de le trainer là-bas. Et même si les circonstances devait la pousser à se retrouver comme étant sa cavalière d’un stupide bal organisé par l’école, elle ne voyait pas bien pourquoi elle s’embêterait à faire des présentations. Il avait des idées étranges quand même… un peu comme ses justifications… car il était quand même dur d’imaginer Monsieur Ellis plus énervé face à un prétendant sorcier éventuellement de sang-mêlé que face à un amoureux complétement dépourvu de pouvoir magique. Autant prendre un jeune sorcier né-moldu dans ce cas, en plus elle en connaissait un.  Elhiya haussa une épaule sans rien dire, le regard toujours dans le vide, elle ne voulait pas parler de ses parents, ni même du reste de sa famille qui était du même acabit. Et de toute façon, elle n’avait pas de cobaye non-mage à imposer à son paternel.

D’une oreille distraite, elle l’écoutait lui parler –encore- de sa propre famille, ce n’était pas qu’elle s’en fichait, mais que le jour où elle désirerait connaitre tous les détails de composition de la famille de quelqu’un c’était soit qu’elle était tombée sur la tête, soit qu’elle éprouvait un intérêt dévorant pour cette personne. Et pour le moment, ni l’un ni l’autre n’était encore arrivé. Certes Daemon s’avérait quelque peu intriguant avec ses explications inutiles et son comportement changeant, mais à moins que soudainement il lui dise qu’il était en plein période de menstruation pour justifier son attitude changeant, elle ne comptait pas vraiment creuser plus que ça. Du coup savoir que son beau-frère était né-moldu, elle ne voyait pas trop à quoi ça pouvait lui servir.

Et puis, c’était quoi cette idée de mariage mixte, en quoi être la cavalière du témoin serait gênant pour son père qui ronge son frein en la laissant passer du temps avec Lucy. Sur le coup, c’était à se demander qui du métisse ou de la blonde avait bu cul sec le double whisky. Cependant, une simple question effleurait l’esprit de la blonde : pourquoi continuait-il, tant bien que mal, à palabrer sur le sujet ? Ca avait de moins en moins de sens. S’il avait voulu se  montrer compatissant, ca ne nécessitait pas de s’étaler autant sur le sujet. Il donnait l’impression d’essayer de noyer le poisson, elle avait loupé quelque chose dans le flot de paroles qu’il venait de lui déverser ou quoi ? D’un léger sourire, car elle ne voyait pas vraiment quoi lui dire là-dessus, Elhiya le regarda un petit instant sans vraiment saisir où il voulait en venir. Au parc, au moins, il était nettement plus transparent…

Mais quand il commença à lui faire une leçon de morale lui rappelant que ce n’était pas car ils étaient supposément majeur qu’elle devait en profiter pour boire, Elhiya hésita une fraction de seconde. Elle allait l’envoyer paitre allégrement, quand elle se permit une association d’idées entre le terme possessif qu’il avait utilisé, ses excuses lors qu’elle l’avait giflé, son idée saugrenu de le présenter à ses parents et maintenant, son speech sur la dépendance des jeunes avec l’alcool. C’était étonnant, et l’emboitement du puzzle qu’il lui proposait était surprenant.  


 « Daemon ? »

Petite hésitation avant de lui adresser un sourire espiègle, elle devait avoir mal interpréter ses paroles, mais dans le doute elle préférait s’en assurer.

« Tu es en train de t’inquiéter pour moi là non ? Tu veux qu’il m’arrive quoi hein ? Que je finisse par vomir mon petit déjeuner ? Pas de risque je n’ai pas mangé grand-chose. Que je puisse avoir des soucis avec les gens qui m’entourent ? Actuellement y’a que toi qui m’accompagne, donc à moins que tu aies des idées pas biens saines derrière la tête, je ne pense pas risquer grand-chose. Et puis, sincèrement tu sur-estimes tes capacités, ce n’est très certainement pas toi qui pourrait m’empêcher de faire ce que je veux »

Elle avait souri, amusée,  malgré ses derniers mots tintés d’une pointe de dureté. Il ne la connaissait pas, il n’avait rien à lui dire quand à sa consommation ou non d’alcool. D’autant plus qu’elle ne buvait que très rarement autre chose que de l’eau ou des jus de fruits. Elle connaissait ses limites et ne comptait pas les dépasser, ça ne servait à rien. Cependant, alors qu’elle lui avait proposé de gouter, il avait jugé bon d’en rajouter une couche, lui demandant de ne plus rien prendre. Prétextant d’avoir peur de se faire punir par un quelconque membre du personne à Poudlard. Comme si les préfets ou les profs étaient derrière la porte de chaque dortoir pour vérifier l’état d’ébriété des élèves. Ridicule. Ils arrivaient déjà pas à les empêcher de pénétrer dans la foret interdite, alors les pincer quand ils revenait de Pré-au-lard éméché, fallait pas révérer. D’un haussement d’yeux au ciel, la blonde soupira agacée, avant d’incliner sa tête sur le côté pour le regarder, blasée.

« Dis ? T’es toujours aussi sérieux ? Le Choixpeau à tiré à pile ou face pour choisir ta maison ? Des insolents gryffon ou des condescendants aigles ca dur être compliqué de te trouver une jolie case ou te mettre non ? C’est dommage, car avant de te prendre pour mon père je te trouvais presque mignon.. »

D’un haussement d’épaule accompagné d’un sourire malicieux,  évoquant un tout simple « tant pis pour toi » , la blonde glissa sa paille dans la bouche. Franchement, il s’inquiétait pourquoi ? Elle n’avait pas fait le trajet jusqu’à Londres pour rentrer une heure après. Et quand bien même, ils avaient encore 2h de temps à perdre dans le train, c’était largement suffisant pour que sa tête arrête de lui tourner. Elle avala une longue lampée, juste car il l’avait échauffé à jouer le moralisateur. Au moins, le trouble qu’il avait suscité en elle s’estompait, parfait !

Pourtant, il rajouta quelques mots qui ne passèrent pas inaperçus. Après s’être prit  pour un défenseur de la vertu des jeunes filles de 17ans, voilà qu’il lâchait sans aucune équivoque, que l’idée d’une balade, dans un lieu qui pourrait paraitre romantique, avec elle lui plaisait bien. Alors qu’il soit en train de raconter que sortir prendre un bain de soleil en dehors de Poudlard était également agréable, elle s’en contrefichait. On pouvait lézarder aussi dans l’enceinte de l’établissement pour jeune sorcier, il suffisait de se rendre au parc ou encore au lac ! Elle se redressa, abandonnant paille et verre, passants et bol de cacahouètes, pour poser sur Daemon des yeux tout ronds, interloquée.


« Quoi ? «

Bon, elle avait parfaitement compris les propos du brun, et elle n’avait pas suffisamment bu pour confondre un mot avec un autre. Certes, c’était un peu cotonneux niveau cerveau, mais rien qui ne lui pouvait lui brouiller l’esprit à ce point. Elle sentit ses joues virer rapidement du rosâtre au rouge pivoine, ce qui la força à détourner les yeux pour se rabattre sur sa paille qui flottait au-dessus du liquide crémeux.  Du bout des doigts, elle faisait tourner son verre, tachant, au mieux de garder son attention sur les glaçons qui gigotait au gré du mouvement. Son cœur s’était de nouveau emballé, le traite. Alors qu’il cognait sagement depuis un bon moment, voilà qu’il s’était emballé pour quelques paroles prononcées très certainement sans aucune authenticité. Sans quitter sur regard son verre, elle reprit la parole sur un ton qui se voulait sec, mais là aussi, ce fut raté, au mieux, elle paraissait passablement agacée.

« C’est franchement pas sympa de jouer à nouveau. Surtout en traitre comme ça.. »

Enfin à condition que le brun fût réellement en train de la taquiner, chose qui n’en était pas moins sur si elle laissait les effluves d’alcool juger à la place de son propre cerveau. Elle tenta de vérifier ce qu’il en était, levant le nez pour poser les yeux sur lui. Tant pis pour les joues roses, au pire, elle pourrait prétexter que c’était l’alcool de son cocktail qui faisait effet que maintenant. Etonnement, malgré la confusion qui régnait en elle, elle arrivait à fixer es prunelles noisettes. Elle maudit silencieusement le rayon de soleil qui faisait étinceler doucement les pépites d’ambre du regard du garçon. Elle passerait bien des heures comme ça. Mais non ! Qu’est-ce qu’elle racontait, ce n’était pas le moment de se noyer dans son regard ! Une étrange mélange de colère et confusion lui permis, ainsi,  de ne pas se perdre dans ses yeux et de lui demander durement :

« A quoi tu joues réellement? »

Ca ne servait pas à grand-chose de la tester plus qu’il ne l’avait déjà fait dans le parc, il avait bien vu qu’il l’avait déstabilisé, et qu’elle n’avait pas du tout apprécié. Or il continuait, une chose était sûre, il pouvait remercier ce verre qu’il ne voulait pas qu’elle prenne. Car l’alcool finissait par noyer la blonde d’un tas de question plus stupides les unes que les autres au lieu de la laisser s’offusquer méchamment. Toutefois, si son cœur avait manqué un battement et que ses joues lui semblaient rosirent encore plus  alors qu’elle soutenait son regard, elle n’en était pas moins apte à ne pas s’enflammer une nouvelle fois. Aussi, sur le même ton sec et lent, elle l’exhorta  à être plus précis

« Toi qui était si sérieux tout à l’heure, tu aurais pu avoir l’honnêteté de me dire à quoi tu jouais non ? »

Une vague de chaleur  zébra subitement son estomac. C’était malin, maintenant elle était pendue à ses lèvres, attendant fébrilement de savoir ce qu’il en était. Comme si, en temps normal elle aurait donné autant d’importance à ce simple détail. Qu’il jouait ou non, qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire, elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui ait dit ça en tout franchise quand même ? Si ? Elhiya avait beau  tourner la question dans tous les sens possibles, elle ne voyait pas pourquoi, soudainement cela avait pris de la valeur. L’alcool ? Non,  son double whisky et son cocktail n’avait eu que pour effet de lui faire ponctuellement oublier la base du souci. Car en fait, elle était toujours troublée, et peut importait les efforts qu’elle tachait vainement d’accomplir pour se dire le contraire elle n’y arrivait pas.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 27 Juil 2017 - 21:04



L'alcool est l'aspirine de l'âme il purifie tout... soit disant..
Pv Elhiya EllisThème musical d’Elhi sur ce texte



Je la regardais entrain de me dire qu'elle ne risquait rien à propos de l'alcool. Elle pensait que je la jugeais, ce n'était absolument pas le cas. Certes, je n'étais pas forcément fan de la voir engloutir ainsi un second verres. Mais le seul sur qui je portais un jugement c'était moi. Je devais rectifier les choses.

- Ce n'est pas sur toi que je portais un jugement mais sur moi et mon expérience. L'alcool et moi, nous avons eu plutôt une relation chaotique.


Oui, je me souvenais très bien de mes frasques de l'année dernière. Ce fut surtout le regard de cette fille, dont je ne connaissais même pas le nom, et qui m'a hanté pendant un long moment. Je m'étais réveillé avec un mal de crâne terrible signe que j'avais bien abusé la veille. Ce n'était pas une première et pensais à cette seconde, que même si je disais que je ne le ferais plus, cela se reproduirait certainement encore. Puis je me suis rendu compte que le décor autour de moi m'était complétement inconnu. Où est-ce que j'avais bien pu atterrir ? Puis cette forme qui s'était mise à remuer à mon côté. J'avais alors réalisé ce qui s'était produit. Je venais de m'envoyer en l'air. Avec qui était la grande question. Et surtout la seconde, comment allais-je faire pour me sortir de ce pétrin. Parce qu'évidemment, une fois ma conscience revenue, je réalisais ce que j'avais fait. J’espérais cependant que ce n’était pas plus grave que cela. Bien sûr, je me trompais.

La veille, nous avions fait une fête pour clôturer la fin des Buse. Tous les cinquièmes années y avaient été conviés. Ce n'était un événement officiel. Nous avions utilisé la salle sur demande. J'ai enchainé entre bièraubeurre, whisky pur et autres breuvages mixés. Très vite, j'ai ressenti les effets. Ce fut à partir de là que les choses étaient floues. J'avais des flashbacks. Cette fille qui s'approchait de moi. Les danses assez suggestives. Nos lèvres qui se cherchaient, se collaient et s'approvisionnaient sans aucune limite. Puis un lit, nos corps en action. Et là je me souvins de mon dégoût pour moi en comprenant le lendemain qu'elle était novice dans ce genre de relations. Elle s'était éveillé et avait plongé ses yeux gris dans les siens. Sans qu'un mot soit échangé, elle avait compris au vu de mon comportement. Une larme avait coulé. J'avais soufflé un : je suis désolé tout en me levant et en enfilant rapidement mes fringues. Je ne m'étais pas retourné en entendant ses sanglots. J'avais été lâche et j'avais simplement fui. Depuis ce jour là, je n'avais plus jamais perdu le contrôle. Cependant j'avais mis du temps à pouvoir me faire face.

- Il y a des choses que j'ai regretté et que je regrette toujours.

Il y avait eu un silence qui avait durait quelques minutes. Puis il y avait eu cette question qu'il avait piqué sa personne. J'avais serré ma mâchoire afin de ne pas être trop acerbe. Et même si Elhiya m'intriguait, il y avait des remarque que je n'appréciais pas.

- Je suis désolé si ma manière d'être ne te convient pas. L'une ou l'autre me convenait très bien. Car ce n'est pas une maison qui définit qui je suis. Ce qui fait ma personne, c'est mes origines, mon éducation et les gens. Donc j'aurai été ailleurs, j'aurai toujours été ce garçon qui ne satisfait pas tes hautes attentes malgré le fait que mon physique ne te laisse apparemment pas indifférente...

J'avais fini par cette touche d'humour pour garder mon contrôle et lui montrait que moi aussi, je savais être piquant.

Elle semblait troubler par ses paroles au sujet de ses propos sur le parc et ajouta qu'elle voulait savoir à quel jeu, je jouais. Toujours en fixant mes prunelles sur elle, je répondis sans hésitation.

- Qui t'a dit que c'était un jeu ? Parce que pour moi, ce n'est pas le cas.

Moi aussi j'étais troublé. Je n'étais pas ce genre de type qui se dévoilait si facilement, qui se laisse prendre aussi aisément par les filets d'une fille aussi jolie soit elle.Non définitivement la serpentarde était au-dessus des autres et avait réussi à prendre un chemin vers ma personne que je ne soupçonnais pas d'exister. En disant cela, j'avais capté son attention.

- Tu aurais peut-être préféré que je dise que je plaisantais ou qu'il ne fallait pas prendre au sérieux mes propos car c'est le genre de chose que je lance souvent. Et bien ce n'est absolument pas le cas. Comme tu l'as dit, je suis quelqu'un de réfléchi et je ne parle jamais sans peser mes mots. A toi de comprendre ce que tu veux sur ce que j'ai dit.

Mon regard ne cillait pas et un doux sourire se posa sur mes lèvres alors que je continuais à observer ses réactions qui me déstabilisaient ou me troublaient chaque fois qu'elle me répondait ou réagissait à mes propos. J'en profitais pour m'emparer du second ticket et payer la seconde tournée. Puis en me levant, je lui lançais :

- Dépêchons nous d'aller profiter de cette balade que tu m'as proposé tout à l'heure avant que nous devions retourner à la gare.

Je patientais que la demoiselle se lève à son tour afin que nous puisons traverser la route pour nous profiter du parc...


Dernière édition par Daemon Stebbins le Ven 28 Juil 2017 - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Elhiya Ellis, Ven 28 Juil 2017 - 10:04


Nouveaux propos, nouvelles explications, décidément, ce garçon passait son temps à se justifier. Pourtant, elle ne lui avait rien demandé. Elle le regardait sans rien dire alors qu’il lui avouait que ses relations avec l’alcool étaient chaotiques. Pas de bol pour lui, Elhiya, elle, ne pouvait pas dire ça, elle n’en avait jamais vraiment abusé, pas même avec la préfète des Gryffondor. Encore heureux, sinon elle aurait très certainement fini par faire des avances au serveur du bar. Mais non, la rouge avait été de très bonne compagnie et elle avait préféré se marrer avec elle qu’autre chose. Aux mots « regret », la blonde glissa sur Daemon un regard moqueur, et s’avisa bien de rajouter que c’était franchement dommage pour lui de ne pas être capable d’agir en conséquence. Remord ou regret, il fallait souvent choisir, la blonde n’avait aucune préférence et n’était intime avec aucun de ces deux sentiments. C’était assez pratique de se moquer complètement des états d’âme d’autrui en fait.

Nouvelle gorgée de cocktail pendant que le brun, piqué à vif sur sa maison, rétorquait acerbement que sa couleur ne le définissait pas lui. Un sourire amusé avait ourlé les lèvres rosées de la blonde, imperceptible, alors qu’elle coinçait sa paille entre ses dents. Elle n’avait ni démenti, ni confirmé, après tout, elle s’était toujours insurgée de cette façon d’être rangé dans des petits boites à Poudlard, elle ne pouvait qu’être d’accord avec lui. Sauf qu’elle ne partagerait pas sa pensée avec lui, du moins, pas pour l’instant. Autant le laisser râler, il était marrant. De plus, son rôle de petite écailleuse lui allait parfaitement quand elle n’était pas d’humeur sociable, alors, rien ne la poussait à le rassurer sur le sujet.

Par contre, impossible de rester impassible sur a petite pique comme quoi elle serait éventuellement intéressée par son physique. Elle haussa les yeux au ciel, soupirant doucement en tachant de ne pas trop rigoler.


« C’pas la modestie qui t’étouffe en tout cas Princesse. Mais,  navrée, je préfère les hommes plus âgés. »

Petit clin d’œil rapide avant de s’abreuvoir légèrement. C’était vrai en plus. Elhiya n’avait, jusqu’à lors été troublée que par des hommes, pas par des étudiants, sans réelle raison précise en fait. Autant même dire que ça avait été totalement déraisonné. Et pourtant…Elle n’avait su dire ce qui avait  pu l’attirer hors mis leur capacité à la mettre en rogne en une fraction de seconde… Elle n’avait même pas réagit à la main mal placée de l’autre Vert, sachant parfaitement que le houspiller n’aurait fait que le pousser à faire plus... Mais Daemon la tira de sa réflexion, assurant qu’il ne jouait pas. Elle lui adressa un regard circonspect, hésitant entre une réflexion acerbe ou une nouvelle question et opta pour un haussement d’épaule accompagné d’un faible « si tu le dit » désinvolte.

En fait, le brun commençait à se montrer un poil agaçant, Elhiya avait un peu de mal à se montrer patiente quand les gens tournaient autour du pot, et ce n’était pas car il pouvait la déstabilisé avec une facilité déconcertante que son irritabilité s’en voyait revue à la baisse. Cependant, elle se contenta d’un simple mot pour réponse.


« Bien »

Sous couvert d’un regard quelque peu méfiant. Les mots c’était facile à manier, facile à oublier, facile à détourner et changer en un quiproquo. Or là, Daemon la noyait de paroles et rien de plus. Elle lui adressa un sourire en coin, pas bien sûr de savoir sur quel pied danser avec lui. Il paya la note et se leva, visiblement pressé d’aller faire un tour. Surprenant. Sirotant la fin de son cocktail, la blonde récupéra ses affaires et se leva en acquiesça d’un signe de tête. Le parc était à coté, et le brun avait clairement énoncé que l’aspect rendez-vous lui convenait parfaitement. Autant donc occulter totalement le semblant de malaise qui aurait pu s’insinuer alors qu’il se dirigeait vers les grilles de l’espace vert.

En fait, vu que le brun se complaisait même dans une situation qui pourrait être ambigu –selon ses dire- la blonde ne voyait pas vraiment pourquoi elle devait se poser plus de questions. Du coup, elle lui agrippa la main droite et l’entraina sur un des petits sentiers mal entretenu que peu de personne empruntait. Le coin était relativement calme, le peu de promeneurs présent devaient être des habitués car ils s’arrêtaient de temps à autre pour admirer un petit monument recouvert de lierre. Si on passait trop vite devant, on ne les voyait pas, c’était un peu dommage. Mais elle n’était pas là pour faire le guide touristique au près du jeune homme, elle avait fini par glisser ses doigts entre les siens, les enlaçant doucement pour le guider au milieu des herbes hautes qui débordaient sur le petit chemin de gravier.

Au bout de quelques minutes de marche ou la blonde n’avait pas vraiment été très bavarde, le lac ainsi que la vielle bâtisse du club littéraire pointèrent le bout du nez. D’un sourire très doux, elle montra d’un signe de tête la vue.


« On est pas très loin du coin que Lucy et moi squattons régulièrement, quand tu verras Millennium Whell surplomber correctement le bâtiment on y sera. Peu de gens passent dans le coin à cause de la végétation, du coup on est pas mal coupé du monde. Pas de bruit de la ville, pas mal d’écureuils et d’oiseaux qui s’approchent, un fois, j’en ai un qui m’a volé un crayon de papier pendant que je dessinais... Ça devrait te faire oublier que tu semblais vouloir rentrer rapidement à Poudlard. »

Hum, l’alcool commençait surement à faire son effet, la sensation d’avoir l’esprit dans le coton était toujours là, elle se faisait plus prenante à chaque instant mais la tête ne lui tournait pas. Ce deuxième verre terminé à la va vite ne serait certainement pas aussi doux qu’elle l’avait espéré. Tant pis, à l’heure actuelle ce ne lui déliait que la langue. Quant à ses doigts entrelacés à ceux du brun, ça n’avait rien à voir avec le cocktail, enfin, lui semblait-il. En tout cas, elle ne lui avait toujours pas lâché la main, et l’entrainait un petit peu plus loin dans les fourrés

D’un point de vue extérieur, ils donnaient l’image de deux adolescents en train de rechercher un coin isolé du monde, pour batifoler, niveau ambiguïté et quiproquo, Daemon était servi. Mais il avait bien dit que ca ne le dérangeait pas non ? Et puis, pour Elhiya, le carré d’herbe à la vue dégagée sur les splendeurs du parc n’était qu’une zone de repos où elle aimait dessiner et papoter avec Lucy. Finalement, la blonde s’arrêta, abandonnant son sac sur le sol et rompant le contact physique qu’elle avait noué avec le métisse. Pendant une brève seconde, elle avait voulu garder sa main dans la sienne, le conserver un peu plus près d’elle et ne pas aller s’assoir contre son tronc d’arbre favori.

Voilà, ça y est-elle déraillait complètement, comme si le brun avait fait quoi que ce soit qui puisse justifier qu’elle désirait se rapprocher de lui. Franchement, ca n’allait pas ce matin. Du coup, esquivant son regard elle se calla sur le sol, assise en tailleur, lui faisant signe de venir s’assoir à coté pour voir ce qu’elle regardait. A cette hauteur, le lac se parait de milles étoiles scintillantes, reflétant doucement l’ancienne construction romaine lui donnant des allures fantomatiques. Tout comme elle l’avait dit, l’agitation de la ville s’était fanée, laissant place à la nature.


« Bref, généralement, je bouge pas d’ici »

Elhiya avait pris soin de ne pas le regarder dans les yeux, et fixait un papillon citron qui virevoltait au tour de son sac.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 11

 St. James's Park et ses environs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.