AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 8
St. James's Park et ses environs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Tybalt Maitland
Gryffondor
Gryffondor

Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Tybalt Maitland, Mer 18 Nov 2015 - 17:32


RP avec Azmaria Slown


L'inconnue -qui n'en était apparemment pas une- sembla déstabilisée par l'aveu de Tybalt. En même temps c'était logique : elle le croisait par hasard, semblait heureuse de le revoir et voilà que lui ne se souvenait strictement pas d'elle. Enfin, strictement n'était sûrement pas le terme adapté puisqu'il sentait bien, au fond de lui, qu'il éprouvait une vive affection pour la jeune femme.

Gêné par cet instant de flottement et par l'hésitation de son interlocutrice quant au comportement à adopter, l'amnésique baissa les yeux en rougissant. Il avait bien conscience qu'il s'agissait là d'un comportement assez enfantin que de détourner le regard et de laisser le rouge lui monter aux joues, mais il était tout bonnement incapable de s'en empêcher. Il détestait ne pas se souvenir de son passé, mais ce qu'il haïssait encore plus, c'était bien de blesser ceux qu'il avait côtoyés par le passé.

- Dis ! Il peut jouer aussi le monsieur ?! demanda la fillette surexcitée après s'être extraite de sa cachette.

L'intervention de la petite dissipa aussitôt toute la gène qui était née dans l'esprit de Tybalt. Bien que la rougeur de ses joues mit un peu plus de temps à disparaître complètement -il pouvait toujours tenter de se convaincre lui-même que c'était simplement dû au froid et non pas à son embarra précédent-, il pouvait à présent observer la jeune femme dans les yeux sans se sentir obligé de fuir son regard. Oh moins, il ne ressemblait plus à un gamin intimidé, c'était toujours ça de gagner.

- Et si tu allais jouer avec Drew avant qu'on rentre ? proposa-t-elle gentiment à l'enfant en se penchant vers elle. Je dois discuter avec le monsieur. Et cette fois, je compte sur toi pour rester dans mon champs de vision !

Aussitôt, la petite partit en courant avec un petit garçon qui lui ressemblait comme deux gouttes d'eau et qu'il n'avait pas remarqué jusqu'alors. Tandis que la jeune femme les regardait s'éloigner, Tybalt se fit la remarque qu'ils étaient très attendrissant tous les trois. Voir une famille aussi unie mettait du baume au cœur du jeune homme qui ne parvenait pas à (re)construire le même lien avec ses propres parents. Et puis, la fillette tout particulièrement, éveillait en lui un sentiment fraternel familier mais dont il ne comprenait pas l'origine.

- Ne t'inquiète pas, lui dit-elle avec un sourire. Je suis Azmaria Slown, ancienne élève à Poudlard, de la maison Poufsouffle. Nous étions assez proche, mais je suis partie peu de temps après la fin de notre septième année... Je ne suis revenue que très récemment. Et toi, que t'est-t-il arrivé ?

*Azmaria Slown, Poufsouffle, assez proche...* répéta l'amnésique mentalement.

Étonnement, toutes ses informations lui disaient quelque chose. Jusqu'à présent aucun nom -à part le sien- ne lui avait semblé familier : même ceux de ses parents ne lui disaient rien. De la même manière, Poudlard allumait toujours en lui un sentiment d'attachement et de sécurité, mais jamais il n'avait été capable d'y rattacher quelqu'un, tout du moins jusqu'à présent.

En fermant les yeux, il parvenait même à entrevoir de vagues et lointaines images d'une fille plutôt petite aux longs cheveux blonds bouclés vêtue d'un uniforme aux couleurs jaunes et noires.

Effectivement, ils devaient avoir été proches pour qu'elle parvienne à laisser une empreinte dans son esprit plus forte que son amnésie.

- Et bien, je crois que tu sais mieux que moi qui je suis ! répondit-il en riant, rassuré de remarquer qu'elle ne semblait pas lui en vouloir. Tybalt Maitland, apparemment ex-Gryffondor comme tu peux le voir, commenta-t-il en désignant la vieille écharpe rouge et or qui lui entourait le cou et débordait légèrement de sous son manteau. Oulà, j'aimerais bien le savoir ce qui m'est arrivé !

Une petit sourire à la fois triste et résigné se dessina sur ses lèvres en réfléchissant à comment formuler sa réponse. Il opta pour la version claire et courte, même si elle n'était pas très délicate.

- Je me suis réveillé à Sainte Mangouste le mois dernier, raconta-t-il en fixant son regard dans le ciel. Les médicomages m'ont dit que j'étais resté quelques mois dans le coma après qu'un inconnu m'ait amené inconscient à l'hôpital sorcier. Personne ne sait ce qui m'est exactement arrivé mais d'après le personnel médical, il semblerait que je souffre d'amnésie due à mon coma. Ils ne savent pas comment ça va évoluer sur le long terme... termina-t-il en baissant la tête.

Il se sentait toujours un peu honteux en évoquant son état. Pourtant, rationnellement, il savait très bien qu'il n'y pouvait rien et que culpabiliser pour cela était idiot, mais il ne parvenait pas à accorder son cœur avec sa Raison.

- Pourquoi tu es partie, toi ? Est-ce qu'on avait gardé le contact après ton départ ? lui demanda-t-il un peu inquiet.

En effet, il était inquiet parce que, s'ils étaient restés en contact malgré la distance, c'était donc lui qui avait rompu tout lien et l'avait laissée sans nouvelles quand il avait été blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Azmaria Slown
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Azmaria Slown, Ven 25 Déc 2015 - 17:41


Après avoir laissé les deux enfants partirent en courant, elle s'était "présentée" à son ami d'enfance sans omettre de lui demander ce qui avait bien pu lui arriver. Elle lui laissa le temps de remettre ses quelques souvenirs en place si jamais il lui en revenait, tout en observant ses deux petits monstres qui jouaient un peu plus loin. Certaines questions ne cessaient de la hantée... Serait-elle à la hauteur pour les élever ? Surmonterai-t-elle la mort de ses parents ? Et pire encore, arrêterait-elle un jour de s'en vouloir pour leur mort.

La jaune et noire s'était montrée égoïste en rentrant en Angleterre et en arrachant les deux enfants au foyer qu'ils avaient toujours connue, mais y rester était trop dur pour elle. Le manoir entier avait semblé lui crier de partir au moment ou elle y avait remis les pieds et si la blonde pensais que ce mal-être ne serait que passager, celui-ci dura suffisamment pour qu'elle souhaite y mettre fin. e rouge et or finit par la sortir de ses pensées...

- Et bien, je crois que tu sais mieux que moi qui je suis ! répondit-il en riant. Tybalt Maitland, apparemment ex-Gryffondor comme tu peux le voir, commenta-t-il en désignant la vieille écharpe rouge et or qui lui entourait le cou et débordait légèrement de sous son manteau. Oulà, j'aimerais bien le savoir ce qui m'est arrivé !

Il continua...


- Je me suis réveillé à Sainte Mangouste le mois dernier, raconta-t-il en fixant son regard dans le ciel. Les médicomages m'ont dit que j'étais resté quelques mois dans le coma après qu'un inconnu m'ait amené inconscient à l'hôpital sorcier. Personne ne sait ce qui m'est exactement arrivé mais d'après le personnel médical, il semblerait que je souffre d'amnésie due à mon coma. Ils ne savent pas comment ça va évoluer sur le long terme... termina-t-il en baissant la tête.


Le brun ne semblait pas ravi de parler de son "état"... Quoi de plus normal puisqu'il annonçait en le faisant qu'il n'avait aucun souvenir de la personne qu'il avait pu être par le passé et des gens qu'il avait pu côtoyer. Puis, son ami lui demanda les raisons de son départ et si tous deux étaient restés en contacte. Les yeux de la jeune femme s'assombrirent quelques secondes puis elle décida qu'elle lui devait bien la vérité...

- Non, nous n'étions plus en contacte à partir du moment ou je suis montée dans un avion en direction de l’Allemagne. Je suis partie parce que j'avais peur que ma présence ne finisse par blesser mes parents adoptifs, alors j'ai décidé de les fuir eux et tout ceux a qui je tenais. C'est stupide je sais, mais... Je vous aimaient tous et j'ai préféré vous savoir en "sécurité". Mon père n'est pas une personne habituer à faire des menaces en l'air. Quand il m'a dit que si je persistais a refuser de le suivre il ferait du mal aux personnes qui me sont les plus cher. Il a finalement décidé de me retrouver lorsque je me suis mise à voyager.


L'ex-préfète ne s’attendait pas à ce qu'il la félicite pour son geste, et peut-être espérait-elle aussi un peu qu'il ne le fasse pas. C'est les yeux rivée sur les jumeaux qu'elle attendit la réaction du jeune homme face à son explication....
Revenir en haut Aller en bas
Tybalt Maitland
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Tybalt Maitland, Sam 26 Déc 2015 - 22:30


RP avec Azmaria Slown

Dès qu'il eut terminé de poser sa question relative au départ de son amie d'enfance, Tybalt regretta aussitôt ses mots. En effet, le regard jusqu'alors pétillant de la jeune femme se voila soudainement. Apparemment, en lui demandant ceci, il avait réveillé en elle des souvenirs enfouis qu'elle aurait préféré oublié. Un comble quand on songeait que, lui, avait des souvenirs oubliés qu'il aurait préféré déterré !

- Non, nous n'étions plus en contacte à partir du moment ou je suis montée dans un avion en direction de l’Allemagne, lui raconta-t-elle finalement. Je suis partie parce que j'avais peur que ma présence ne finisse par blesser mes parents adoptifs, alors j'ai décidé de les fuir eux et tout ceux à qui je tenais. C'est stupide je sais, mais... Je vous aimais tous et j'ai préféré vous savoir en "sécurité". Mon père n'est pas une personne habituée à faire des menaces en l'air. Quand il m'a dit que si je persistais à refuser de le suivre il ferait du mal aux personnes qui me sont les plus chères. Il a finalement décidé de me retrouver lorsque je me suis mise à voyager.

L'amnésique avait un peu l'impression qu'elle lui avait fait part de ce pan de sa vie à contre cœur, mais il ne pouvait pas lui en vouloir puisque lui-même avait quelque peu rechigné à lui parler de ce qui lui était arrivé. De plus, il était bien trop troublé par cette histoire des plus dramatiques pour ne serait-ce qu'envisager l'idée de se vexer de sa précédente réserve.

Il n'avait pas vraiment tout compris, mais les personnages principaux semblaient être le père biologique d'Azmaria et ses parents adoptifs. Le premier était la cause qui avait poussée la blonde à abandonner les deux autres. Les histoires de familles étant bien souvent les plus sombres et sordides, cette situation n'avait en soi rien de très étonnant. Pourtant, le jeune homme avait l'impression que sa camarade avait omis de mentionner un élément clef et que les choses étaient bien plus graves qu'elle ne le laissait entendre.

Plus dérangeant encore, l'ancienne Poufsouffle paraissait se sentir un peu coupable -presque honteuse- de son geste. Bien sûr, partir en laissant derrière elle tous les siens n'était probablement pas la meilleure chose à faire, mais elle avait agit ainsi par amour et par soucis de protéger autrui, donc son geste n'était en aucun cas condamnable.

Même s'il avait du mal à se souvenir d'elle, Tybalt ressentait une grande amitié envers la jeune femme, c'est pourquoi il aurait voulu l'aider d'avantage. Néanmoins, la soutenir sans savoir toute l'histoire n'était pas chose facile et l'amnésique était persuadé qu'elle ne lui disait pas tout. Il hésita à la questionner un peu plus : ce ne serait pas très honnête, mais en même temps il ferait cela pour la protéger.

- C'est une histoire... commença-t-il mais, ne trouvant pas d'adjectif approprié, il laissa sa phrase en suspens. Est-ce que... est-ce que ton père t'a retrouvée finalement ? Si tu as pu rentrer, c'est que les choses sont revenues à la normale, non ?

Le jeune homme n'était pas vraiment doué pour les discours de réconfort. Pourtant, il avait l'impression que cette situation lui était vaguement familière. Après tout, s'ils avaient été vraiment proches par le passé, ce n'était pas étonnant que l'ancien Gryffondor ait déjà tenter de réconforter son amie.

- Je... Ça peut paraître un peu absurde puisqu'on vient à peine de se retrouver, mais si je peux faire quoi que ce soit pour t'aider compte sur moi ! lui promit-il en lui prenant la main et en la regardant droit dans les yeux pour lui prouver su'il était sincère. Et s'il y a quelque chose d'autre que tu voudrais me raconter, n'hésite pas non plus !

Un peu gêné par ce contact si proche, le sorcier détourna le regard. C'était une situation vraiment très étrange : la jeune femme lui paraissait à la fois inconnue et familière car son cerveau refusait toujours de lui montrer les souvenirs en lien avec elle qui étaient pourtant bien présents dans son subconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Azmaria Slown
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Azmaria Slown, Sam 2 Jan 2016 - 17:35


Ses pensées se bousculaient dans sa tête, elle avait l'impression de se trouver dans une boule à neige que l'on vient juste de secouer. La jeune femme avait été idiote de penser qu'en partant, elle les protégeait, mais quand elle avait enfin compris son erreur il était trop tard. De plus, elle n'avait pas souhaité arrêter ses incessant déplacement afin qu'il ne la retrouve pas, et ça, c'était la partie égoïste du pourquoi elle était partie. La blonde avait essayé plus jeune, beaucoup plus jeune, de recoller les morceaux avec son géniteur, et elle en garderait une horrible et douloureuse marque à vie.

Alors que ferait-elle quand il jugerait qu'il est temps qu'elle le rejoigne ? Devrait-elle le suivre ou l'affronter ? Voilà. Elle n'aimait pas parler de ça, les souvenirs qu'elle s’évertuait à planquer au plus profond de son subconscient profitaient toujours d'une petite fissure pour venir tout gâcher. Déjà qu'elle n'était pas très joyeuse en ce moment, alors elle n'avait pas besoin qu'ils viennent en rajouter une couche ! La jaune et noire leva la tête en direction de son ami et l'observa quelques secondes sans vraiment le voir, puis reprit ses esprits. Elle venait de le retrouver, elle n'allait quand même pas se laisser aller à la déprime maintenant !

- C'est une histoire...
commença-t-il mais, ne trouvant pas d'adjectif approprié, il laissa sa phrase en suspens. Est-ce que... est-ce que ton père t'a retrouvée finalement ? Si tu as pu rentrer, c'est que les choses sont revenues à la normale, non ?

Non, non, non et non ! Dieu merci, ce monstre à forme presque humaine ne lui avait pas encore mis le grappin dessus. Il attendait peut-être le moment le plus opportun pour le faire mais elle n'était pas presser que ce moment arrive, qu'il reste la ou il était et qu'il arrête de lui pourrir la vie tient !

- Je... Ça peut paraître un peu absurde puisqu'on vient à peine de se retrouver, mais si je peux faire quoi que ce soit pour t'aider compte sur moi ! lui promit-il en lui prenant la main et en la regardant droit dans les yeux pour lui prouver qu'il était sincère. Et s'il y a quelque chose d'autre que tu voudrais me raconter, n'hésite pas non plus !

Thybalt était vraiment un garçon adorable et ça, c'était quelque chose qui ne changeait pas malgré son amnésie ce qui la fit sourire de plus belle. La jaune et noire venait à peine de rentrer en Angleterre et déjà elle retrouvait de vieille connaissance et de vieux amis qui était prêt à la soutenir au besoin. La preuve, bien que le jeune homme ne puisse se remémorer tout souvenir d'elle, il était tout de même prêt à l'aider. Elle lui raconterait tout un jour, elle s'en faisait la promesse.

- Non, il ne m'as pas retrouvée. Mais je pense qu'il sait ou me trouver quand il aura décidé que c'est le moment ! Elle serra un peu plus la main du jeune homme. Je ne pouvait juste pas les faire voyager, ce serait trop égoïste, ils n'ont rien demandé. C'est gentil, la dessus tu ne change pas, toujours a te soucier de moi !

Elle le vit détourner le regard un peu gêné. Inconsciemment, elle passa ses bras autour de lui et dit simplement "tu m'as manquée..." avant de le lâcher  et de l'observer avec un petit sourire. Oui, sa vie, ses amis, l'Angleterre.... Toutes ces choses lui avait manqué, maintenant qu'elle était revenue, elle n'avait plus l'envie de repartir.

- Mais toi aussi ! Si tu as des questions sur quoi que ce soit et que je suis en mesure d'y répondre je le ferais ! Alors il ne faut pas que tu hésite, d'accord ? Dit-elle avec un sourire. Tu as pu revoir d'autre personne que tu as connu depuis ton réveil ?
Revenir en haut Aller en bas
Tybalt Maitland
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Tybalt Maitland, Mer 20 Jan 2016 - 19:19


RP avec Azmaria Slown

Heureusement, la jeune femme sembla plus enchantée que gênée par la soudaine proximité et familiarité dont Tybalt faisait preuve. Elle conserva même le contact en gardant sa main liée à celle du jeune homme, un grand sourire sur les lèvres. La chaleur doucec qui se dégageait de la main d'Azmaria en cette froide journée était rassurante. Malgré qu'il ne puisse mettre le doigt sur le souvenir qui y correspondait, l'amnésique avait le profond sentiment que ce n'était pas la première fois qu'une situation semblable se produisait.

- Non, il ne m'as pas retrouvée. Mais je pense qu'il sait où me trouver quand il aura décidé que c'est le moment ! Elle serra un peu plus la main du jeune homme. Je ne pouvait juste pas les faire voyager, ce serait trop égoïste, ils n'ont rien demandé. C'est gentil, là-dessus tu ne changes pas, toujours à te soucier de moi !

Tybalt devina sans mal que le "les" faisait référence aux deux enfants qui accompagnaient son amie. Il se sentait un peu mal vis-à-vis d'eux car il ne savait pas s'il était censé les connaître ou non. Ils ne semblaient pas l'avoir reconnu, mais à cet âge il était normal de ne pas se rappeler des visages. Surtout, c'était la petite fille qui intriguait l'ancien Gryffondor : il ne pouvait s'empêcher de se demander si elle avait un rapport avec la fillette qui hantait ses rêves chaque nuit, bien qu'elles ne se ressemblent pas vraiment.

- Tu m'as manquée... lui souffla-t-elle en passant un bras autour de ses épaules.

L'étreinte fut de courte durée mais elle réchauffa le cœur de Tybalt et lui ôta tout doute : après tout, il avait confiance en l'ex-Poufsouffle donc il n'avait qu'à tout simplement lui poser la question.

- Mais toi aussi ! Si tu as des questions sur quoi que ce soit et que je suis en mesure d'y répondre je le ferai ! Alors il ne faut pas que tu hésites, d'accord ? dit-elle avec un sourire. Tu as pu revoir d'autres personnes que tu as connues depuis ton réveil ?

Le jeune homme lui adressa un doux sourire. Il commençait à vraiment comprendre de quoi était faite leur relation passée : des confidences, du soutien mutuel et beaucoup d'affection. C'était probablement une de ses amies les plus chères lorsqu'ils étaient élèves et, malgré le temps, la distance et son amnésie, il lui semblait que rien n'avait changé là-dessus.

-La famille, ce sont souvent là qu'on trouve les pires histoires... déclara-t-il avec amertume en se disant que, finalement, il ne s'en sortait peut-être pas si mal que ça avec les personnes qui lui servaient de parents. D'ailleurs... les deux enfants là-bas... Est-ce que ce sont les tiens ?

Il ne savait pas trop comment formuler la dernière question. Après tout, la jeune femme était tout à fait en âge d'être mère, mais l'idée qu'une de ses camarades de Poudlard soit déjà mère lui faisait bizarre. Ils avaient dû se rencontrer dès leur entrée à l'école pour être aussi proches, donc ils ne devaient pas avoir plus de onze ou douze ans. Ils étaient des gamins et maintenant ils étaient adultes, c'était un constat à la fois excitant et inquiétant.

- C'est étrange à dire puisque je ne me souvenais pas du tout de toi il y a encore une heure, mais j'ai vraiment l'impression que tu m'as manquée aussi ! Je ne savais juste pas encore qui me manquait, avoua-t-il en riant. Et bien, à mon chevet, il y avait mes parents, mais c'est comme si je ne les avaient jamais connus avant. Toi, je savais que tu m'étais familière, mais eux ne m'évoquent purement et simplement rien du tout...

Il était un peu gêné d'admettre ça. C'était quand même assez violent de dire que le seul sentiment que ses géniteurs lui inspirait était l'indifférence, voire l'agacement lorsque Virginia tentait de tout contrôler dans la vie de son fils. Il était un peu vieux pour une telle crise d'adolescence, non ?

- Et paradoxalement, quand j'ai croisé Jasmine Vagneur, j'étais persuadé de la connaître alors qu'on n'était simplement en même temps à Poudlard sans jamais s'être vraiment parlé. Sauf que j'ai fait semblant de me souvenir d'elle et vice-versa, donc je ne te dis pas le quiproquos ! C'est pour ça que j'ai préféré te dire la vérité...

Ce souvenir le faisait toujours rigoler. Il n'avait peut-être plus aucune mémoire de sa vie avant son coma, mais avec des événements comme celui-ci, il aurait très bientôt plein de nouveaux souvenirs amusants et précieux.

- Qu'est-ce que tu comptes faire par rapport à ton père du coup ? demanda-t-il, soudain inquiet pour son amie.
Revenir en haut Aller en bas
Azmaria Slown
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Azmaria Slown, Mer 3 Fév 2016 - 15:03


Après lui avoir dit qu'il ne devait surtout pas hésité à lui poser des questions et lui avoir demandé si il avait pu reprendre contacte avec d'autre personne de son passé depuis son réveil, le jeune homme lui offrit l'un de ses plus beau sourire. Ils avaient étés très proches lors de leurs années à Poudlard et même si le jeune homme n'en avait pas souvenir, son subconscient quand a lui semblait ne pas l'avoir oubliée.

-La famille, ce sont souvent là qu'on trouve les pires histoires... déclara-t-il avec amertume. D'ailleurs... les deux enfants là-bas... Est-ce que ce sont les tiens ?

Il n'avait pas tort au sujet de la famille. La jaune et noire ne savait pas grand chose au sujet de celle du jeune homme d'ailleurs. Celui-ci lui avait vaguement parlé de ses parents mais sans vraiment entrer dans les détails... En revanche, il lui avait pas mal parlé de sa petite sœur très protéger par le cocon que ses parents et lui avait formés autour d'elle en se rendant compte que l'enfant était née cracmol. La veinarde n'avait pas eu a subir le même sort que la blonde et elle avait été très heureuse de l'apprendre. Il continua...

- C'est étrange à dire puisque je ne me souvenais pas du tout de toi il y a encore une heure, mais j'ai vraiment l'impression que tu m'as manquée aussi ! Je ne savais juste pas encore qui me manquait, avoua-t-il en riant. Et bien, à mon chevet, il y avait mes parents, mais c'est comme si je ne les avaient jamais connus avant. Toi, je savais que tu m'étais familière, mais eux ne m'évoquent purement et simplement rien du tout...

Étrange en effet. Bien qu'il n'en ai pas énormément parlé, il semblait tenir énormément à ses parents à l'époque alors savoir que ses parents ne lui rappelle absolument était bizarre puisqu'elle même lui évoquait quelque chose... Il continua en présisent qu'à l'inverse, quand il avait croisé une autre élève en étant persuadé qu'ils se connaissait il s'est avéré qu'au final il ne s'était jamais parlé a l'époque de Poudlard. La jeune fille lui sourit avant d'ajouter...

- Alors... Les deux enfants là-bas ne sont pas les miens. La petite fille a qui tu as pu parler s’appelle Avalon, son frère Drew. Tu auras du mal à lui arracher une parole, il a beaucoup de mal avec les étrangers depuis la morts de mes parents adoptifs. Ce sont leur enfants. Son regard se voila. Je les aient pris avec moi quand j'ai enfin appris ce qui était arrivée. Ma mère biologique avait insisté pour qu'on les lui confit en attendant que leur tuteur légal, ça c'est moi, rentre de son voyage.

Elle fit une légère pause. Personne n'aurait pu comprendre à quel point elle était reconnaissante envers sa mère de ne pas avoir laisser la famille de rapiat qui entourait les Slown d'envoyer son frère et sa sœur en orphelinat. Ses parents lui avait laisser leur "entreprise" ainsi que toute leurs énormes économies en plus des jumeaux. Au final, les Slown avaient toujours étés conscient que leurs "amis" et "familles" n'en avaient qu'après leur argent... Elle qui pensait que jamais ils ne s'en étaient rendus compte.

- Ça doit te faire un souvenir assez marrant ! Puisqu'on parle de la famille, comment va ta petite sœur ? Ça  a du lui faire bizarre quand tu es rentré sans souvenir...


Avec une sorte d’inquiétude dans la voix, le jeune homme demanda a la Slown ce qu'elle comptait faire pour son géniteur. Il fallait dire que celle-ci faisait beaucoup de chose sur un coup de tête ses derniers temps ce qui expliquait qu'elle avait parfois l'impression d'avancer complétement a l'aveuglette dans une foret ou se cacherait le plus effroyable des monstres. Clairement rien. Elle n'avait rien prévue...

- Je ne sais pas. Je le tuerais bien volontiers mais je ne sais pas si la vengeance et vraiment une bonne solution. Peut-être une confrontation ? Non, impossible.

Ses yeux furent de nouveau attiré par Avalon qui semblait chercher quelque chose. En faisant plus attention, la jeune femme remarqua qu'il manquait un des enfants et qu'Avalon revenait en courant vers eux. C'est essoufflé qu'elle lui dit...

- Maria ! J'ai perdue Drew ! On joue a cache-cache, je le trouve pas !

La petite fille demandait surtout qu'on l'aide a chercher, mais ne semblait pas inquiète. Son frêre ne suivrait jamais un inconnu et il devait probablement se cacher plus loin que les limites qu'elle leur avait donnés... Elle jeta un coup d’œil a Tybalt avant de lui demander un peu gêner...

- Ça t'ennuierait de m'aider a le trouver ? Il est vraiment très discret et doué pour se cacher... Je ne pense pas qu'il ait suivi quelqu'un, mais je serais plus rassuré si l'un de nous deux le ramenais ici.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 13 Mar 2016 - 21:03


HRPG:
 

RP avec Arcturus Madverier


Face au lac, Asclépius attendait. Il n'était arrivé chez son cousin que la veille, mais n'avait eu en tête que sa rencontre prochaine avec son ami. Bien qu'il se soit échangés des lettres, alors qu'il était encore à Poudlard, il était impatient de converser de nouveau avec lui. Mais également anxieux. En effet, il se savait médiocre en Magie, ou tout du moins, y croyait fermement. Et devoir avouer sa faiblesse et sa médiocrité à un de ses pairs.. Cela le rendait malade de honte. Que pouvait-il faire, ou dire, pour changer quoique ce soit à sa situation ? Pas grand-chose, malheureusement.
Alors, il l'attendait, face au lac, sur un banc, à lire un recueil de poésie. Il avait tout du jeune homme distingué et de bonne famille, et ne faisait aucunement tâche dans le paysage alentour. Après tout, qui fréquentait un tel parc, si ce n'était les touristes et l’intelligentsia londonienne ? Il se fondait ainsi parfaitement dans le paysage.

Parfois, il jetait quelques coups d’œil aux alentours, observant un couple en train de se balader, un vieil homme promenant son chien, ou un groupe d'amie qui papotaient. Le temps était des plus clément, et le paysage invitait à la méditation. D'ailleurs, en observant ces passants, le Serpentard se plaisait à essayer de deviner s'il y avait ou non des sorciers de dissimuler. Il savait - pour en faire plus ou moins partie -, que le quartier de Mayfair, non loin d'ici, après Hyde Park, était essentiellement constitué de vieilles familles sorcières, cherchant la discrétion. Son cousin, y avait d'ailleurs une maison, qu'il occupait avec sa fiancée, lorsque cette dernière était présente à Londres. Lui-même venait passer la plupart de ses vacances ici, mais les passait seul la plupart du temps. Bien qu'il y ait des jeunes gens de son âge, aucun d'entre eux n'était sorcier. Et il aurait vraiment fallu qu'il perde l'esprit pour un jour, aller parler avec des Moldus.

Asclépius frissonna, et resserra son riche manteau doublé d'un col de fourrure autour de lui. Il préférait ne pas penser aux Moldus et faire totalement abstraction du fait qu'il était le seul sorcier dans ce parc. Il ne se sentait pas des plus en sécurité, bien qu'il n'y eut pas grand-chose à craindre. L'angoisse, que voulez-vous, était irrationnelle.
Anxieux, il continuait d'attendre, le recueil de poésie désormais délaissé.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Asclépius Underlinden, Mar 22 Mar 2016 - 23:47


Quelques vers qui se détachent, une présence qui se rapproche, un ami qui sourit. Asclépius referma définitivement son recueil, avant de le montrer doucement à son interlocuteur, un léger sourire amusé sur le visage :

« - Jolie prescience, cher ami. »

Il rangea ensuite son recueil du poète Irlandais Yeats dans une des poches intérieure de son riche manteau, avant de se tourner vers Arcturus, arborant désormais une figure bien plus amicale qu’auparavant. C’était fou le bien-être que pouvait lui apporter la présence d’un de ses pairs : il ne s’en lasserait jamais !

« - Mes plus amicales salutations, cher Arcturus. Je me porte on ne peut mieux, merci, malgré mon regard délicat ; et vous de même, je l’espère ? »

Et le troisième du nom osa même se fendre d’un sourire amical, pour ponctuer son propos, bien qu’il semblât amusé, il était toujours un peu nerveux : il avait un peu de mal à cacher le fait que son ami l’avait surpris – voire l’avait un peu effrayé. Dans cette situation, il se sentait telle une petite chose sensible et délicate, qui sursauterait au moindre courant d’air avant de s’enfuir en couinant… Comme un cochon d’Inde… Ou un elfe de maison… Sensiblement assez éloignés, tout de même…
Le recueil de poésie commençait à manquer à ses doigts osseux et nerveux, et il n’osait aller triturer les manches de son manteau favoris. Manteau favoris qui avait également été celui de son camarade… Il fallait croire que la mode sorcière ne changeait pas beaucoup, car les meilleures choses demeurent indémodables. Notamment ce superbe manteau… CQFD

Lui qui avait toujours été quelque peu frileux, avait trouvé en cet habit toute satisfaction, sans même avoir à recourir à un Calda, plus ou moins bien dosé. Qui plus est, il alliait majestueusement le confort et l’élégance… Non, ce n’était en rien pour se vanter, mais il était très fier de ce qu’il portait : il avait du goût après tout !

« - C’est… Une agréable surprise que de tomber sur vous, dans ce parc… Navré de vous avoir fait attendre… Si vous le souhaitez, nous pouvons nous mettre en route vers le domicile de mon cousin ? »

Le jeune Asclépius avait mis autant de conviction que possible dans ses paroles pour ne pas paraître trop suspect quant à la raison du pourquoi il se trouvait dans ce parc pour guetter le futur invité tandis qu’Albert… Disons… Rangeait quelques affaires qui traînaient…
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Asclépius Underlinden, Ven 1 Avr 2016 - 18:28


Le troisième du nom entendit la réponse de son camarade résonner comme un glas. Un cloche terrible qui se mettait à résonner, et l’obligeait à devoir se confier. De quoi avait-il peur ? Question complexe : beaucoup de choses l’effraient. Après tout, il était un petit être cardiaque, maladif, angoissé, anxieux, et un brin maniaque… Tous ces facteurs ne l’aidaient aucunement à surpasser ses angoisses…
Et parmi ses plus terribles angoisses, il y avait les Moldus. Il en avait peur depuis l’enfance, principalement à cause d’une conversation qu’il avait surprise entre ses parents, tandis qu’ils le croyaient endormis… Rien que ce souvenir lui donnait des sueurs froides. De fait, il avait beaucoup changé, depuis l’interception de cette fameuse conversation, qui le concernait. Autrefois, enfant plutôt joyeux et extraverti, il s’était renfermé, rembrunit, et avait laissé ses angoisses le grignoter petit à petit, comme un ver, qui aurait élu domicile dans une pomme du jardin d’Eden. Cette image représentait tout à fait son sentiment, quoique parfois, il hésitait à se comparer, soit à la pomme pourrissante, soit au ver dévoreur.

Et bien qu’il portât une considération certaine envers son vis-à-vis, il n’avait aucune envie de s’épancher sur ses angoisses et son mal être : il jugeait inutile de rajouter de la honte au déshonneur.
Alors que faire ? Arcturus semblait être quelqu’un de plutôt persistant… Le genre de personne capable d’obtenir tout ce qu’elle désirait, à force de manipulations diverses, et d’une détermination accru. Un peu comme son frère aîné, Maximus, mais dans un autre style… Un style un peu plus britannique, pour Arcturus… Quelque chose de plus… Oui… De plus Madverier, en somme.

Comment mentir à quelqu’un qui en avait autant l’habitude, et qui, en outre, avait profité des enseignements du grand Salazar ? Eh bien, probablement se mettre à son niveau, en matière de mensonges et de tromperies. Il n’en avait peut-être pas la carrure, mais Asclépius avait très tôt apprit à mentir, au sein de sa famille. User de tromperies diverses, était une part importante de son éducation traditionnelle. Ne serait-ce que pour ne pas se montrer indélicat ou irrespectueux lors d’une soirée mondaine, ou devant les invités de ses parents… Auquel cas, son existence au sein de la bonne société sorcière, aurait tout simplement été effacée. Il fallait se faire sa place, et se battre pour la conserver, une fois cette dernière acquise : les ennemis étaient légions, et gagner le soutient de sa propre famille ne se faisait jamais sans peine. Alors, pour être soutenu, et partiellement accepté, ne lui restait plus que le mensonge, qu’il avait, depuis cette conversation cachée, appris à maîtriser, durablement. Il n’avait pas toujours été très fier de ses actes… En regrettait même quelques-uns, et avait le poids de sa conscience, son tribunal intérieur, qui le jugeait depuis le moment où son esprit s’éveillait, jusqu’au soir, où il s’endormait.
Mais se perdre dans ces élucubrations, ne l’aiderait nullement à apporter une réponse convenable à son camarade. Etait-il devenu fou ? Pour vouloir ainsi essayer de tromper un Serpentard, un Auror, et un Madverier tout à la fois ?

Eh bien, pour être honnête, Asclépius doutait d’avoir un jour été sain d’esprit. Faut croire que c’était de famille, s’il en jugeait de ses antécédents génétiques… En ce sens, il était un digne héritier de l’illustre famille Underlinden
Alors, qu’il poursuive sur cette voie…

« - Si c’est ce que vous souhaitez, cher Arcturus, je serais franc avec vous. Ainsi, parlons-nous en tant qu’égaux, et n’ayons crainte de nous offenser l’un à l’autre. En tant que gens de biens, je pense que nous pouvons nous permettre une telle reconnaissance. Ainsi, pour être honnête, je ne puis répondre à votre question. En effet, je n’ai encore jamais fait face à un quelconque épouvantard : il m'est donc impossible de connaître précisément les raisons et les causes de ma peur, qui s’avère en outre, être pluriel. »

Et en conclusion de son discours, il n’osa guère esquisser un sourire quelconque, jugeant que cela serait peut-être malvenu. En effet, même s’il paraissait confiant, il ne l’était aucunement. Mieux valait donc afficher un masque davantage sérieux qu’impétueux.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Asclépius Underlinden, Jeu 21 Avr 2016 - 11:19


Regard scrutateur du serpentin, face au crotale plus âgé et un brin plus expérimenté dans l’art de badiner son monde… Alors, ça passe, ça passe pas… ? Tiens, un petit sourire ? Ça devrait passer alors ? Ou son cher ami se préparait-il au contraire à répliquer ? Et pouf, tapotements amicaux – voire affectueux – dans le dos. Ça passe crème anglaise tout ça… Encore un trait d’esprit dont il pouvait se vanter… Seul et solitaire, loin des hommes et de tout ce qui avait la capacité de formuler un discours, en fait… Lui, misanthrope ? Si peu, si peu…
Mais il hésitait à sourire en retour à son camarade de Serpentard, et attendit patiemment sa réponse… Et il fut loin d’être déçu. Oh, si loin…

Que disait Scarvius déjà ? Bah tiens, il avait déjà oublié les leçons de morale de Mr. le Magenmage en puissance… Ah oui, ne jamais se trahir… Même s’il se sentait un brin flatté par le discours de son aîné… Et rassuré. Arcturus Madverier était quelqu’un d’ambitieux, de déterminé, de manipulateur et de charmant tout à la fois… Un Serpentard, en somme. En clair, une présence amicale…
Et c’est bien avec ses amis, qu’il faut agir avec le plus de prudence. Parole de Scarvius Underlinden.

« - Qu’en dites-vous, cher Arcturus ? Et le voilà qui se met à esquisser un léger sourire, plus amical que cordial. Qu’en pensez-vous ? Ai-je répondu ainsi pour ne pas répondre à votre question ? Ou bien pour détourner la conversation et protéger mes secrets ? Ou même, par une franche naïveté enfantine ? Voire, pour une toute autre raison que celles que vous avez précédemment citées… En effet, j’aurais très bien pu également avoir eu le désir de faire un bon mot, et de prononcer ces paroles dans l’optique d’une satisfaction littéraire et rhétorique personnelle. Ainsi, vous avez là, cher ami, l’embarras du choix. A mon tour de vous poser une question : selon votre jugement, quelle était mon intention derrière mes mots, parmi les options que je vous propose ? »

L’œil désormais clair et amusé, l’Underlinden observait son comparse, tandis qu’une nouvelle confiance en lui s’instillait petit à petit dans son cœur, tel un doux poison bienfaiteur…
Vraiment, il suffisait de le mettre en confiance, et face à des domaines dans lesquels il avait une certaine maîtrise – voire un talent non négligeable – pour qu’il commence à esquisser un geste pour se décoincer…

La prochaine étape ? Réveiller sa fibre révolutionnaire et réfractaire ; et il se mettrait à brandir le poing, et à chanter des slogans… Ou pas. Le carcan des convenances sang-puriennes était bien trop ancré au sein de son organisme même… Pour ne pas dire que son essence était intrinsèquement liée à sa caste de Sang-Purs…
Bah tiens, le v’là redev’nu pensif… Une vraie girouette que ce serpentin… Il faut croire que ses bribes d’assurances n’étaient efficientes que pendant une durée limitée…
Et si tel est le cas… Comment Salazar ferait-il pour poursuivre cette conversation ? Oh non, il allait encore se ridiculiser, et face à l’un de ses pairs en plus ! Horreur et damnation ! Souffrance et agonie ! Fuite et désespoir !
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Asclépius Underlinden, Mar 7 Juin 2016 - 15:18


L.A. d'Arcturus



Face au discours du crotale le plus vieux, le serpentin ne trouva rien de mieux que de répondre par un sourire gêné. Gêné, à la fois par les mots de son camarade à propos de ses capacité… Et par ce qu’il sous-entendait dans sa dernière phrase…
Ah ah… Eux ? Cacher quelques objets ? Dissimuler avec vilénie leurs secrets aux yeux de l’autorité ministérielle ? Allons, allons… Cela ne leur ressemblait que bien peu… Ou beaucoup trop… Mais bon, avoir des ennuis avec le Ministère de la Magie… C’était presque devenu une tradition, chez les Underlinden… Une sorte de coutume, qu’ils se transmettaient de génération en génération… Et cela, avant même leur exil… Peut-être, était-ce cela, ce caractère, qu’il devait cultiver ? Porter en oriflamme cet héritage ancestral… Cette haine anti-gouvernementale, ce refus absolu de s’intégrer à la société…
Mais – peut-être était-il mauvaise langue ? – il doutait fortement de l’efficacité de cette technique sociale… Alors, sans rien ajouter, il se contenta de se racler la gorge. Il n’avait pas besoin de tout dire à Arcturus, de toute façon…

Tranquillement, les deux sorciers se déplaçaient dans le parc, avant d’en sortir, puis d’emprunter les rues pavées de Londres, se dirigeant au fur et à mesure vers les quartiers d’habitation, évitant les passants, contournant les invisibles de la société pour, finalement, s’arrêter au fond d’une impasse désuète. Cependant, loin de s’arrêter et de faire demi-tour, l’aristocrate fit signe à son camarade de le rejoindre, avant de passer à travers le mur. Semblable à celui que l’on pourrait trouver sur le fameux quai de la voie 9/4 à King’s Cross, permettant d’accéder au Poudlard Express, ce mur-là permettait de rejoindre une autre impasse, bien moins insalubre que la première : des plantes vivaces courraient sur les murs, ainsi que quelques touffes de mousses et de fleurs, un vieil arbre trônait au centre d’une cour pavée de vieilles pierres aux symboles runiques… Et tout au bout de cette impasse, dans le fond, se trouvait la devanture d’un tailleur sorcier, connu comme étant assez marginal : Abelricht Sertorius Underlinden, cousin germain de Maximus, Scarvius et Asclépius Underlinden.
Abelricht avait quitté tôt le domicile familial, et avait travaillé auprès de maîtres divers avant de pouvoir se payer lui-même cette propriété. Le rez-de-sol était occupé par le magasin, l’atelier et l’arrière-boutique ; tandis que son habitation, qu’il partageait de temps à autre avec sa fiancée, occupait les deux étages supérieurs, ainsi que le grenier e la cave.

Bien que le bonhomme soit plutôt antipathique, cela n’empêchait pas quelques membres de l’aristocratie sorcière de venir passer commande de bottes, capes, chapeau ou boutons de manchette dans sa boutique. L’endroit était isolé, plutôt agréable, réservé aux sorciers (suite à une affaire douteuse, impliquant des cravates et des moldus), et un thé était offert aux clients. Une sorte de petit rafraichissement pour la noblesse en mal de sensation, en somme.
Loin de se plaindre du manque d’intérêt pour sa boutique, Abelricht créait, allait au théâtre, sortait parfois… Mais ne fréquentait jamais la bonne société. Il était l’un des illustres inconnus de la noblesse : ceux dont l’on connait le nom, mais dont l’on n’a jamais vu le visage.

Austère et misanthrope, le jeune homme fuyait le monde depuis un accident brumeux, survenu il y a de cela plusieurs années, qui lui fit perdre l’usage de ses jambes. Cloué dans un fauteuil Louis II, il ne devait sa mobilité qu’à l’usage de sa magie.
Bien que sa condition physique ne lui permette plus aucune extravagance, l’Underlinden fumait souvent à la pipe un drôle de bouquet d’herbes odorantes, buvait beaucoup, et continuait d’expérimenter.

Parfois à ses côtés, se trouvait sa fiancée : Proserpine Sophrosya de Rougeoy. Issue de la vieille noblesse sorcière française, la famille de Rougeoy avait la particularité d’être à la fois florissante et quasiment désargentée. Ainsi, tous les membres de cette lignée travaillent… De préférence dans des postes qui leur permettent de conserver une certaine mainmise sur le corps professoral et scolastique.
Abelricht et Proserpine, se sont ainsi rencontrés au cours d’une conférence particulièrement intéressante sur les propriétés du pissenlit, et son usage pratique dans les poisons courants.

Rarement présente à Londres, Proserpine préfère le calme de son appartement parisien, sous les combles. Il lui arrive néanmoins de passer de temps en temps voir son fiancé, et son cousin. Perçue comme étant d’excellente compagnie, la présence de la jeune fille est ainsi souvent désirée dans les salons mondains, dans lesquels elle se rend de temps à autre.
Sinon, la demoiselle passe beaucoup de temps en bibliothèque, à étudier, afin de préparer des concours, lui permettant de postuler en tant que professeure, bien qu’elle semble avoir d’autres ambitions…

« - C’est ici. Signifia Asclépius à Arcturus, tandis qu’ils s’engageaient dans l’allée. Mon cousin devrait fermer bient-…
- Oh, merci in-fi-ni-ment pour ce que vous avez fait de ma robe de chambre, mon cher Underlinden ! S’exclama une voix féminine, assez facilement reconnaissable, dans la boutique. Je regrette seulement de ne pouvoir la porter en pleine rue, tant elle est belle !
- Miss Zetkins Balbutia le Serpentard d’une voix blanche. »

La voix de leur connaissance continuait à résonner dans la boutique, comme si elle était partie dans un long monologue (ce qui devait probablement être le cas), et Asclépius en profita pour ouvrir la porte de la cave, avant de faire signe à Arcturus de le rejoindre.
Etait-il puéril ? Peut-être bien. Ou plutôt sain d’esprit… Disons tout simplement qu’il ne souhaitait guère servir de confident attitré à la veuve… Non pas qu’il ne la portât pas dans son cœur… Mais… Disons qu’il souhaitait être inconvenant, afin de préserver sa tranquillité d’esprit : quitte à paraître ridicule.

« - Venez, chuchota-t-il, nous pouvons rejoindre le petit salon, en passant par la cave. »
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Re: St. James's Park et ses environs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 8

 St. James's Park et ses environs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.