AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque
Page 13 sur 14
Petit passage à la Bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
Vincent Kilarno
Gryffondor
Gryffondor

Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Vincent Kilarno, Sam 6 Jan 2018 - 18:08


♫ "Someone In The Crowd" - La La Land ♫
PV avec Elhiya :Mad: - LA accordée

Vincent soupira en son fort intérieur. Sur qui était-il tombé pour entendre de telles paroles ? Une jeune naïve effrontée ne connaissant rien au véritable Amour ? Une demoiselle brisée et trompée par des rencontres malencontreuses l’ayant détournée du chemin de la vérité ? Il est vrai que sa définition de ce sentiment lui était propre, et qu'il ne pouvait pas en vouloir aux autres d'avoir des avis divergents. Soit ! Il allait devoir enseigner les bases à cette Elhiya. Sa bienveillance naturelle ne pouvait lui dicter autre action. Sa méfiance, légitime eu égard à sa maison, lui conseillait aussi d'aborder le sujet avec délicatesse. Enfin, il devait avouer que la beauté de la dame le conviait de même à prendre toute ses précautions, tant pour ne pas la blesser que pour ne pas sombrer dans une mauvaise romance. Il s’éclaircit la gorge avant de développer son argumentaire.

« Avant toute chose, laisse-moi rectifier mes propos s'ils n'ont pas été assez clairs. Je ne joue à aucun jeu, et l'Amour n'en est pas un. L'affection, avec laquelle tu sembles le confondre, est certes, comme tu le dis si bien, inconnue de liberté. »

Le jeune Gryffondor pointa de l'index droit la petite trogne de l' « affreux n°2 », dont le crâne était gratouillé gentiment par les ongles de sa maîtresse. Le reptile semblait apprécier ça. Vincent se demanda inconsciemment s'il ressentirait le même sentiment de joie dans la même situation. Ce moment de fuite de sa pensée ne dura qu'un instant, et il reprit son monologue.

« Tu portes une affection notable à ta salamandre. Tu l'aimes très certainement, et il te retourne son affection. Mais si elle venait à mourir, demain, que ressentirais-tu ? Du chagrin ? Le manque d'une présence ? L’impossibilité de revivre des jours à ses côtés ? »

À chaque question, Vincent connaissait déjà ses propres réponses. Certains souvenirs, comme pour tant de personnes ayant vécu sur cette terre, le hanteraient à jamais. Mais il avait appris à vivre avec aux fils des années, et même si les larmes devaient monter, elles ne devaient jamais s’écouler que pour ceux qu'il aimait.

« L'Amour est gratuit. » répéta-t-il. « L'Amour se suffit à lui-même, et n'a pas besoin d'affection. Il est un sentiment personnel, que pour ma part, je ne partage que de façon unilatérale. Il est ma flamme intérieure qui illumine mon chemin, qui réchauffe ceux que je chérie, et qui me guide sur mon destin. C’est à cela qu’il est synonyme de liberté. Sans lui, ma propre vie ne serait en effet qu'une prison, obscure et aussi noire que la mort. »

Il soupira. Pourquoi devait-il toujours s'envoler dans de pareils lyrismes ? Sans nul doute, le mélange de la France et de l'Italie avait produit un cocktail détonnant en lui, qu'il ne pouvait s’empêcher de faire goûter à autrui.

Il déposa ensuite son index sur les lèvres rosées d'Elhyia. Elles étaient douces, rebondies, un tantinet humides et devaient certainement avoir un délicat goût de miel. Il sourit, ramena son index sur ses propres lèvres, le tourna comme pour murmurer un « chut » de silence et dis à voix basse :

« Mon jeu de proximité que tu as si bien souligné dépend avant tout de ma propre liberté. On ne s’arrête que lorsque l'on a un obstacle sur son chemin. Or, le mien n'en avait pas et j'avais atteint mon but. N'ose même pas croire que ce fut une restriction personnelle de ne pas aller plus loin. De toute manière, tu n’es pas à mon goût. »

Il aimait mentir. Oh, il aimait tant mentir qu’il ne put s'empêcher d’esquisser un sourire après avoir dit cet ignoble mensonge. Finalement, peut-être que le marc de café de ce matin avait raison. Il avait cru y voire le signe d'une épreuve insurmontable. Était-ce juste son propre réveil, ou cette Serpentard dénommée Elhiya ?


Dernière édition par Vincent Kilarno le Dim 7 Jan 2018 - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Sam 6 Jan 2018 - 21:57



Destiny

♫♫
Pv Vincent amour - LA accordé à ce dernier

Que de palabres. Ce garcon devait aimer s'entendre parler. Sans nul doute qu'il devait s'entendre à merveille avec son ex petit copain vu sa faculté à ne pas savoir quand s'arrêter. Étonnée, la blonde avait haussé les sourcils et reposer ses lunettes sur son bureau, attendant que le monologue prenne fin.

Un doigt avait pointé Whisper, venant parler d'Amour, d'affection et de tendresse visible existant. C'etait facile à dire, les animaux étaient bien plus honnêtes que les humains, on pouvait les aimer sans craintes, sans retenue. Ils étaient la quoi qu'il arrivait. Même cette salamandre sont l'éducation s'etait avérée compliquée. Par contre, là ou le brun avait faux, c'etait en supposant que le perte de l'animal s'averrerait une tragédie. Ce ne serait pas le manque de l'animal qui serait gênant, mais d'avoir failli à la promesse faite au propriétaire originel. Cet inconnu...

Un instant ses pensées s'enveloppaient de la douceur et la tendresse qu'elle avait fini par nourrir pour un prénom caché, pour une écriture gracieuse et parfumée. Il ne lui avait pas répondu depuis noël, et inconsciemment, elle ne pouvait faire autrement que s'inquiéter. Pourtant, ce n'était qu'une illusion dans sa vie, juste une traînée d'encre, rien de plus...

L'autre avait continué à bavasser, seul, la ramenant à l'instant présent à la prononciation du mot "mort". Oui mort. Voilà ce que son esprit lui imposait chaque nuit dépourvue de battements d'ailes en sa direction. Son cher fantôme pouvait très bien être mort qu'elle n'en saurait rien. Son coeur se serra à cette idée pendant qu'elle froncait les sourcils et les posaient sur son interlocuteur soudainement bien trop familier.

Voilà qu'il posait son index sur ses lèvres, lui intimant un silence qu'elle ne comptait pas rompre de prime abord. Il parlait franchement trop et en plus, il ne savait pas mentir. D'un pouffement, Elhiya inclinait la tête de côté, lui souriant doucement. Minauder était facile, surtout quand le garçon en face était aussi charmant, mais de part sa conclusion, il était vain de vouloir l'entourer d'une quelconque douceur illusoire.

-Tu te justifies beaucoup pour un garçon désintéressé.

Le regard s'était fait espiègle, le sourire malicieux. Un raclement de chaise accompagnant son mouvement, Elhiya se levait, posait les deux mains devant le jeune homme, sur leur table d'étude, et se penchait au dessus de lui. Ses belles paroles étaient les plus futiles qu'on lui ait offert d'écouter. Celles ci et celle de son ex Amour. Toutes donnaient la furieuse envie de les recracher sous des notes bien plus froides et realistes. Mais il avait sûr joué le petit rouge l'invitant à un certain divertissement...

Les lèvres effleurant les siennes, son souffle carressait doucement sa bouche sans qu'elle ne s'approche plus.

-Moi tout ce que je vois c'est que t'es un menteur qui assume pas ce qu'il fait..

Les opales plantées dans les siennes, elle lui adressait un clin d'oeil provoquateur et se laisser tomber sur sa chaise, fièrement. Elle avait trouvé un nouveau jouet.

-Et donc tout ça pour dire que tu te crois sorti d'un bouquin à l'eau de rose? Ca a bien changer la fierté des gryffondors dis moi


Dernière édition par Elhiya Ellis le Dim 7 Jan 2018 - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Vincent Kilarno, Dim 7 Jan 2018 - 12:24


♫ "Someone In The Crowd" - La La Land ♫
PV avec Elhiya :Mad: - LA accordée

Elle commençait à l’agacer. Eau de rose ? Menteur ? Fierté ? La jeune femme méritait pour ces mots une bonne remontrance, dont il n’allait pas se gêner. S’il détestait bien quelque chose, par-dessus tout !, c’était son arrogance qui empestait autant que son pernicieux Whisky. Qu’aurait fait Platon face à un de ses élèves en subissant un tel calvaire durant un de ses cours ? Une bonne gifle aurait suffi à l’époque. Aujourd’hui, il fallait faire preuve de plus de « politesse » et de précision « chirurgicale » pour faire passer un message. Aussi, il allait viser juste et bref.

« Je ne porte d’intérêt qu’en ton éducation de la vie. Sois gracieuse d’écouter cette belle vérité que je te donne. Ta beauté est peut être extérieure, mais je vois à l’intérieur de toi quelque chose d’aussi moche que tes propos. Sache que la vie se délecte comme un gracieux nectar dont les fleurs sont la douceur et la bienveillance. »

Il avait énuméré ses deux mots en levant son index puis son majeur de la main droite, révélant sa bague en argent sur son annulaire. S’il devait sortir le pied de biche pour faire sauter les gonds du coffre-fort de son âme, Vincent le ferai. Il n’avait aucun scrupule à forcer un esprit renfermé à accepter sa présence. Et s’il devait bien reconnaître une ressemblance avec les Serpentards, ce devait être cette persévérance tendant à l’obsession pour surmonter les obstacles de la vie. Personne ne permettrai à la lance de son Amour d’atteindre son objectif. C’était son pouvoir personnel et sa liberté inaliénable.

Elhiya s’était approchée de lui si près qu’il avait pu sentir son souffle contre son visage. Un air chaud, moite et pourtant porteur d’une froideur qui en faisait frémir la peau de Vincent. Quelque chose en elle n’allait pas, ou tout du moins, ne LUI allait pas. Beaucoup choses n’allaient pas chez beaucoup de gens pour Vincent, mais là, quelque chose de néfaste était présent. Etait-ce ses facilités pour la divination qui lui faisait lire en les pupilles de la Serpentard, ou était-ce juste visible comme le nez en plein milieu de la figure ?

« La Fierté, comme tu le dis, des Gryffondors a en effet bien changé. Elle est plus poétique depuis que je suis parmi eux. Par contre, l’Orgueil des Serpentards est toujours tel que je le connais. Mauvais, bas et puérile. Devrais-je dire encore plus depuis aujourd’hui ? »

Son regard se fit plus dur. Clairement, il n’aimait pas sa façon de penser, de parler et d’être tout simplement. Comment une fille comme elle pouvait être si obstrue ? Certes, elle était dans la maison adverse, mais il avait rarement rencontré quelqu’un de la sorte. Il n’aimait pas être désagréable, mais parfois, une bonne rhétorique méritait d’exister pour remettre en place certaines personnes.

Il sortit sa baguette de la poche intérieure de sa cape, la pointa à quelques millimètres sur le sein gauche de l’élève, murmura un : « Lumos ».  Le faisceau de lumière forma une petite tâche de lumière blanche à l’emplacement du cœur d’Elhiya, juste sur le blason de sa maison cousue sur son uniforme. Le vert du serpent brillait de mille feux dans leurs yeux.

Il prit un sourire bienveillant, pencha la nuque sur le côté, haussa les sourcils, avant de dire sur un ton paternel :

« Dis moi, chère Elhiya, je suis extrêmement curieux de connaître la réponse à ma toute première question. POURQUOI lis-tu ce livre de divination ? Je ne vois aucun avenir en toi. Serait-ce par pure motivation d’avoir tes ASPIC ou te serais-tu simplement tromper d’ouvrage ? »

Après un second murmure, « Nox », la lumière s’éteignit. Le bleu de ses yeux replis place. Son sourire disparut. Il retira sa baguette, mais garda son regard fixé sur le visage d’Elhiya. Il attendait définitivement réponse à sa question. Elle DEVAIT y répondre.


Dernière édition par Vincent Kilarno le Dim 7 Jan 2018 - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Dim 7 Jan 2018 - 14:54



Destiny

♫♫
Pv Vincent amour - LA accordé à ce dernier

Hoho, il continuait le « petit ». Rien de mieux qu’un de ces lionceaux qui voulaient à tout prix imposer leurs idées pour lui éveiller chez la blondinette un semblant de distraction. Elle l’écoutait, sagement, sourire aux lèvres, essayant de ne pas lui rire au nez maintenant qu’elle avait si facilement réussi à l’agacer. C’était mignon cette façon de lui dire qu’elle manquait de douceur et de bienveillance, comme si elle l’ignorait, comme si elle voulait en faire preuve. De toute évidence, ce brun vivait dans son propre monde et refusait de comprendre que tout le monde ne pouvait pas avoir la même vision des choses que lui. Parfait, les têtus étaient les plus amusants.

Jouant du bout des doigts avec les deux bestioles qui faisaient des va-et-vient entre les deux adolescent, son attention restait tout de même accès le nouveau babillage du rouge. Mais malgré ses efforts, un pouffement de rire lui échappait sous la bêtise des propos. Il voulait parler stéréotype à son tour ? Autant le faire entièrement alors et pas à demi-mot. Pourquoi s’arrêter à l’orgueil des petits serpents ? Passant la langue sur sa lèvre inférieure, la demoiselle se parait d’un rictus moqueur pendant qu’elle le laissait continuer sur la lancée. Il semblait avoir beaucoup à dire. Sans aucun doute il devait connaitre son ex. Si ce n’était pas le cas, elle serait ravie de faire les présentations. Les deux males condescendants auraient beaucoup à se dire. Ils pourraient passer des heures à vouloir dire à l’autre qu’il avait raison, ce pourrait être drôle comme spectacle.

Mais l’idée filait hors de son esprit quand un faisceau lumineux éclaira le blason de sa maison. Machinalement, ses yeux avaient suivi, ainsi qu’un haussement de sourcil. Allons bon, qu’est ce qu’il allait raconter maintenant le Rouge ? Que son comportement ne collait pas à ce qu’elle avait enfermé au fond de son cœur ? Une ânerie du genre ? Quelque peu dubitative, ses prunelles s’étaient à nouveau plantées sur celle du garçon. Sa bouche s’était entrouverte pour lui demander de s’exprimer au lieu de sourire bêtement, mais nul de besoin de le faire. Un Rouge bavard, ça ne s’arrêtait forcement jamais.

Le curieux tentait de comprendre, de chercher une raison valable à ce qu’elle ne soit pas une gamine en fleur en attente de quelqu’un pour faire vibrer la corde sensible de son arc. Ri-di-cu-le. Un éclat de rire s’éleva devant l’air trop sérieux du prénommé Vincent.

- Ho voyons Vincent, on a cours de divination maintenant. Qui plus est, le prof connait absolument mon avis là-dessus. Mais ça ne me dispense pas d’étudier quand même.

Elle lui avait adressé un léger sourire avant de faire glisser son livre en sa direction et reprendre sur le ton de la confidence.

- Mais je m’en voudrais de t’empêcher de voir quel perle de douceur le Destin t’as réservé. Ça pourrai te permettre de rajouter quelques adjectifs que tu as oublié dans ta description des Serpents

Elle se redressait et caressait Myrtille venu chercher un peu d’affection. S’il voulait qu’elle se dévoile un peu plus, il allait devoir s’accrocher le pauvre petit. Ce n’était pas car il pouvait éventuellement faire un gouter fort appétissant que cela lui donnait un passe-droit l’image qu’elle se contentait de renvoyer. Le superficiel au moins ne risquait pas de la blesser. C’était bien plus simple et plus conforme à la voie sur laquelle elle avait décidée d’avancer.

–Orgueilleux, méprisant, suffisant, mesquin, hautain, manipulateur, égoïste… Il y’a une flopée d’étiquettes qui nous sont données. Moi ça ne me gêne pas tu sais. Alors voit en mon choix de grimoire ce que tu veux. Qui sait, tu trouveras peut-être la bonne réponse un jour

D’un clin d’œil moqueur, elle avait pris soin de ranger ses lunettes dans son boitier puis dans son sac. Un petit mignon qui lui tenait tête ne pouvait que lui plaire, mais pas aujourd’hui, pas de suite en tout cas, le gout de l’amusement restait assez fade
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Vincent Kilarno, Dim 7 Jan 2018 - 18:31


♫ "Someone In The Crowd" - La La Land ♫
PV avec Elhiya :Mad: - LA accordée

D’accord. Il le consent. Il était sûrement allé un peu fort avec la Serpentine. Enfin bon, on ne vit pas de regret. L’instant présent, c’était ce qui comptait, et présentement, la jeune fille commençait à faire ses valises, et il ne se le permettrait pas tant qu’il n’avait pas au moins terminer sa leçon. Il allait devoir temporiser les éléments les plus importants, et jouer un peu de violon pour la retenir. Sur quel plan allait-il tricoter son discours ?

Clairement, la douceur et la bienveillance ne semblaient pas lui parler. Pas besoin de continuer à déballer de faux sentiments romantiques, elle ne ferait que s’échapper comme un oiseau à la cage ouverte. La connaissance n’était apparemment pas non plus sa tasse de thé divinatoire. Les cours et elles devaient faire deux, aussi ne s’engouffrerait-il pas dans des échanges de ce type. Non, il devait trouver un appât digne de ce merlu, auquel elle ne pourrait résister, et avec lequel il pourrait la tenir au bout de sa ligne encore quelques bonnes minutes. La pêche au gros, c’était son dada.

Orgueilleux, méprisant, suffisant, mesquin, hautain, manipulateur et égoïste… Cela lui convenait ainsi ? Au-delà des étiquettes, son égoïsme était-il si vraie pour qu’elle soit resté si longtemps ? Il sentait l’appel du chasseur répondre à ce mot, et un petit frisson le parcourut. Egoïsme. C’est sur cet adjectif qu’il allait écrire sa partition.

« Allons Elhiya, ce jeu de maisons est purement distractif. N’y vois rien de personnel, ce serait hautain de ma part de t’adresser de telles reproches aussi tôt. Le cours n’est pas encore tout de suite, reprends ce livre, tu l’as eu en première et il est à toi. »

D’un geste, il repoussa le vieux grimoire en direction de la Serpentard et en profita pour attraper sa main. Maintenant, il allait devoir la jouer finaud s’il voulait s’en sortir sans encombre. Les clins d’œil moqueurs d’Elhiya voulaient tout dire. Pas question de se faire prendre pour un innocent ou un coureur de jupons. Quelque soit la vérité, il devait faire en sorte qu’elle soit en sa faveur, ici et maintenant !

Il retourna la main d’Elhiya vers lui, et y fit glisser son pouce le long des lignes incurvées de sa main. Sa peau rose était douce et chaude. Il maintenait sa poigne avec délicatesse, mais assez de fermeté pour éviter qu’elle ne s’extirpe trop facilement de lui. Le glissement de son pouce engendrait surement quelques chatouilles chez elle, qu’il espérait transformer en délicieux frissons. Il pris son accent le plus français et dit comme on chante :

« Oublions le thé. Les lignes de la main sont tout aussi porteuses de Destin. Les tiennes sont profondes… troubles et… blessées par de nombreux sillons. Quelque chose me dit que la vie n’a pas été « bienveillante » avec toi. Nous partageons là quelque chose en commun. »

Il essayait de se remémorer les paroles d’une chanson à laquelle il pourrait faire référence. Il aimait la musique, notamment française, aussi avait il emmené avec lui à Poudlard tout un registre de paroles à laquelle il pouvait se référer à chaque instant de sa vie. Qu’est-ce qu’il pourrait dédier à cette fille ? Oh, il connaissait bien une chanson qu’il pourrait remanier pour cet instant…

« Tu sais, non, je n’ai plus à cœur, de réparer mes erreurs ou de refaire c’qu’est plus à faire, revenir en arrière. Elhiya, on ne vit qu’une vie à la fois. Et on n’a le temps de rien, que c’est déjà la fin, alors… Parle-moi de toi un peu, veux-tu ? »

Parle moi de toi Elhiya, pensa-t-il. Partage avec moi ton égoïsme, aussi profond soit-il. Je suis curieux de toi. Quelque chose me dit que tu es peut être cette personne dans la foule que j’ai besoin de connaître, celle qui me fera s’envoler, qui m’emmènera où je souhaite. Celle qui est prête à être trouvée.
Il perdit son regard dans ses yeux bleus aux reflets verts, et tenta coute que coute de lui faire passer ce sentiment de curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Lun 8 Jan 2018 - 11:48



Destiny

♫♫
Pv Vincent amour - LA accordé à ce dernier


Quelques mots futiles, le grimoire rendu comme un signe de paix alors que le brun se voulait soudainement professoral. Un souci entre les sons qu’il faisaient sortir de sa bouche et les gestes, encore un qui avait décrété qu’il y’avait quelque chose de plus derrière ses manières légères et son refus de parler réellement d’elle. Un jour, les gens cesseront de se mêler de ce qui ne les concernait pas, un jour, et le monde serait alors bien plus simple pour tous. Pour elle en tout cas.

La prise sur son poignet l’avais surprise un instant, le regard noir qu’elle lui lançait en témoignait instinctivement. D’où il se permettait à nouveau ce genre de proximité ? Il avait commencé à jouer mais n’avais pas été capable de suivre, à peine un lionceau tentant de miauler devant une proie qu’il ne pouvait garder entre ses pattes. Ridicule à souhait. Pourtant, elle le laissait faire, par pur curiosité, besoin de distraction, de divertissement, de ne plus penser à ce réveil en écosse, de ne plus se poser de question, brièvement.

Son pouce sur sa paume, chercheur divinatoire, avançant à tâtons, nourrissant suppositions et hypothèse risible la fit sourire mesquinement. La vie n’avait jamais été bienveillante. Elle n’était qu’une toile vierge de couleur, sur laquelle il fallait arriver à apposer nos propres pigments sans se louper. Tout le monde partageait quelques difficultés passagères à moins d’avoir été conservé dans un cocon illusoire à l’abri du monde réel. Pas besoin d’être devin pour savoir ça…

Un minimum d’observation suffisait… Elle était caline avec ses animaux, ne voyait pas de soucis à porter à dérision autrui, se moquait royalement de ce qu’on pouvait penser d’elle, arborait un écusson vert et argent, se faisait joueuse, possédait un matériel de dessin. N’importe qui pouvait, a coup de statistique et stéréotype lui dire qu’elle du rencontrer quelques embuches. Tout comme il était facile de dire que ce garçon avait un certain problème avec le lâcher prise, la capacité de se laisser aller et qu’il tenait à sa famille vu la bague en argent qu’il portait. Très certainement une relique, un souvenir, qu’il chérissait consciemment ou non.

Le haussement de sourcil circonspect avait laissé place à un roulement d’œil faussement agacé. Se perdre en palabre était nullement utile s’il voulait qu’elle reste autant le dire directement au lieu d’oser de paroles de poème ou de chanson qu’elle ne connaissait pas… Il n’y avait aucune raison pour qu’elle accède à sa requête, aucune non plus qu’elle la refuse en fait. Et d’un mouvement vif, elle récupérait sa main et soupirait, esquissant un sourire en coin.

« Pourquoi faire ? Pour que je te prouve que ta capacité à lire dans les lignes de la main est aussi inexistante que la mienne ? J’y gagnerai moi ? j’ai pas besoin d’un Gryffon psychologue, ni même d’un hypothétique sauveur. Le dernier qui s’y est essayé s’est brulé les pattes. Tu pourrais lui demander si tu veux, il doit bien avoir des millions de façons de te dire que tu perds ton temps avec moi »

Un pouffement léger lui avait échappé en imaginant parfaitement la scène. Ce petit mignon, plein de bon sentiments ou de bêtises, allant demander à Daemon ce qui la poussait à agir de la sorte. Deux possibilités se présentait, le Chaton bafoué le prenait mal, s’énervait et ne répondait même pas, ou alors collerait son masque hautain et supérieur en crachant plus de venin qu’une véritable vipère. Dans les deux cas, Elhiya aurait voulu assister à la scène.

 « La seule chose que nous partageons petit lion, c’est cette table d’étude, je suis désolée de te décevoir. Mais si tu veux plus, je ne saurais dire non à de si jolis yeux »

Déstabiliser, provoquer, tester ceux qui avaient tendance à vouloir empiéter sur sa bulle de solitude était devenu tellement naturel qu’elle se surprenait à ne pas avoir poussé un peu plus loin le jeune homme dans ses retranchements. Avec sa vision erronée de l’amour, il était si facile de se moquer et d’appuyer là où ça pouvait faire mal.
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Vincent Kilarno, Mar 9 Jan 2018 - 13:21


♫ "Someone In The Crowd" - La La Land ♫
PV avec Elhiya  :Mad: - LA accordée

Vincent n’appréciait plus autant la tournure de cette rencontre que l’on apprécie une amande qu’on laisse fondre sous la langue. Le léger goût sucré des premières minutes se transformait en un arrière goût d’amertume désagréable en bouche. L’étudiante lui donnait aussi l’impression d’être sur des montagnes russes, l’élançant dans une direction, puis une autre, sans jamais savoir quand cela aller s’arrêter ni si tout cela avait bien un sens. Serait-ce à lui de croquer l’amande et d’appuyer sur le bouton d’arrêt de cette attraction émotionnelle ? Ou lui laisserait-elle finir son tour de manège ?

Elle pouffait trop pour une Serpentard. Chez eux, on siffle. Elle aurait dû finir chez les Poufsouffle, pensa-t-il. Ces haussements de sourcil, ces rictus de lèvres, cette défense excessive : pourquoi tant de difficulté à s’exprimer par des mots clairs et limpides, à s’ouvrir vers les autres, à être transparente ? Le Gryffondor se demanda un instant si ce masque n’était pas son vrai visage, et si elle n’était, ni plus ni moins, qu’une désagréable créature qu’on trouvait dans les profondeurs des dortoirs des Serpentards.

Psychologue ou sauveur, il n’avait nul envie d’être l’un ou l’autre, pour quiconque. Nous étions seuls capable de nous sauver. D’ailleurs, si elle disait vrai, un idiot de sa propre maison avait tenté ce défi. Il ne le connaissait sûrement pas encore, mais il pourrait lui expliquer que certaines choses sont hors de notre volonté. On n’agit pas sur quelqu’un, on laisse agir. À ce titre, le temps est un allié avec lequel il faut savoir jouer.

Rien ne valait l’effort de s’emporter. Ce combat n’était pas le sien. Elle semblait déjà avoir trouvé un bel adversaire en elle-même. Si Elhiya devait le quitter dans les secondes qui suivent, il n’y aura là aucune défaite pour lui.

« Pourquoi me compares-tu à quelqu’un qui a échoué ? Lui ressemblerais-je ? Physiquement ? Par mes paroles ? Quand bien même, je ne suis pas là pour te sauver de toi-même. Sache que je suis quelqu’un de bienveillant. Ce que tu as à gagner de moi, c’est peut être tout simplement une oreille pour t’écouter ? A moins que je puisses t’offrir un quelconque moment de liberté qui t’aiderait à bannir un instant d’anxieux souvenirs ? »

D’anxieux souvenirs. A ses propres mots, Vincent se sentait frémir. Il se rappelait de la disparition de sa mère, dans des circonstances aussi mystérieuses que tragiques. À l’âge de cinq ans, il s’était retrouvé seul avec son père avant de quitter son Italie natale à jamais, pour Paris. Ce fut un des tournants de sa vie, dont il n’avait pour le moment jamais partager la connaissance. Les grandes pompes de Poudlard connaissaient certainement son histoire, mais il n’avait dévoilé cette partie de sa vie à quiconque de manière volontaire.

« C’est déjà une bonne chose que nous partagions cette table d’études, je trouve. Ainsi je peux faire cela… »

À la chaleur de sa main, elle préférait la douceur de ses yeux. Vérité ou non, il n’y porta guère d’importance. Il glissa son coude droit sur la table, face à Elhiya, puis s’appuya la tête contre sa main. Le regard penché vers elle, à quelques centimètres de son visage, il rit un instant et lui dit en souriant :

« Voilà ces yeux, à qui tu ne sais dire non.  Je n’en demande pas plus, personnellement. J’avoue déjà être comblé de cette présente vision. Mais tu sais déjà, n’est-ce pas, que je suis quelqu’un de très ouvert. »

Il ria à nouveau. Cette Elhiya était agaçante, mais amusante aussi.  Allez ! Qu’importe l’amertume et les haut-le-cœur de cette distraction. Elle avait pris le livre de divination qu’il était venu chercher, et c’était pour lui un signe du Destin. Espérons que ce dernier n’était pas d’humeur maline.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Elhiya Ellis, Mar 9 Jan 2018 - 15:20



Destiny

♫♫
Pv Vincent amour - LA accordé à ce dernier

Nouvelles questions, nouvelles palabres, ce garçon ne savait décidément pas capturer l’instant présent. Dommage quand même car il y avait nettement plus agréable à faire que se perdre en discussions stériles du genre. Quel est l’intérêt de savoir s’il ressemblait à l’autre idiot à l’étiquette d’ex petit-ami ou non ? Ou même à faire valoir ses atouts ?  La manœuvre, bien que mignonne était relativement ridicule. Glissant l’ouvrage dans son sac, récupérant le boursouflet pour le mettre sur son épaule, la blondinette ne se défaisait pas de son sourire en coin amusé.

La bienveillance était un joli nom pour se justifier quand on fouinait dans la vie des autres ou qu’on voulait satisfaire sa curiosité. Choisir un autre terme aurait très certainement été bien plus judicieux, mais elle le laissait dire tout en refermant son sac avec soin. Après tout, libre à lui de se faire passer pour ce qu’il voulait. Là il donnait surtout l’impression de vouloir se vendre juste pour l’encourager à se confier et se dévoiler. L’idée était saugrenue, mais au moins avait-il cessé de lui attraper la main pour joueur aux faux devins.

En prime, il plantait ses opales claires dans les siennes lui permettant de déceler à la faible lueur des bougies quelques jolies nuances plus claires. Rappel agréable de quelques journées ensoleillées à se ternir les doigts de pigments azurs en pastel. Son sourire moquer n’avait pas changé, elle haussa juste une épaule et récupéra la salamandre à son tour.

« Offrir son oreille à tout un chacun, risque de rendre l’attention bien trop superficiel. Il est simple de se confier à un inconnu, mais quelles valeurs ont alors les propos offerts ? »

Pour Elhiya la réponse était simple : aucun. Ses peines, ses douleurs, ses pensées, ses espoirs, elle ne les divulguait qu’à eux qui le méritaient. Autant dire qu’ils étaient très peu. Elle avait toujours préféré le rôle de celle qui réconforte que celui de celle qui se plaignait. Les nuits de lamentations à errer dehors, à se plaindre, à ne penser qu’a son petit  nombril lui avaient bien appris que c’était inutile. Si ce petit lion tenait tant à savoir qui elle était, il aurait besoin de temps et surtout de plus qu’une rencontre qu’il pouvait lier au destin –et elle au cursus scolaire les obligeant à reviser-

« Cependant, je veux bien satisfaire ta curiosité, hormis ta couleur de cheveux, le blason de ta maison et cette fichu manie de trop parler, tu ne ressembles pas trop à l’autre idiot de ce que je vois. Ça serait dommage que j’en vienne à vouloir te jeter un sortilège dessus, juste pour rajouter la liste des ressemblances non ? »

Un pouffement –oui encore- avant de se redresser et passer son sac en bandoulière. Myrtille habituée avait glissée d’une épaule à l’autre pour ne pas se faire aplatir par la lanière de cuir.

« Peut-être qu’on se croisera à nouveau, et là t’auras le droit de venir me parler de Destin, même si c’est la faute à un couloir bondé. Au pire, p’t’être que là j’estimerai que tu peux faire une parfaite échappatoire à quelques pensées redondantes. Sait-on jamais »

Elle s’était redressé, vérifiant qu’elle n’avait rien oublié sur la table d’étude, adressait un dernier coup d’œil malicieux au brun et quittait les lieux dans l’espoir de trouver une zone d’étude où son esprit cesserait de divaguer vers cette nuit chez sa grand-mère.

[Départ d’Elhi – Merci Plush :kiss: ]
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Vincent Kilarno, Mer 10 Jan 2018 - 16:21


Un bon soupir valait parfois tous les mots. Sans avoir changé de position, à moitié affalé sur la table, il regarda la Serpentard faufiler son corps de cobra entre les dunes de papiers de la bibliothèque. Le boursoufflet, le reptile de feu et même le livre étaient repartis avec elle. Quel dommage pour ce dernier, il espérait au moins le récupérer après toutes ces manœuvres.

Les paroles d’Elhiya l’avaient un tant soit peu interloqué. « Ça serait dommage que j’en vienne à vouloir te jeter un sortilège dessus » lui avait-elle dit, n’est-ce pas ? A quoi cela rimait-il ? Il arrivait que les élèves se jettent entre eux quelques sorts, pour les cours ou le soir dans nos dortoirs, mais quelque chose lui disait que ce « sortilège » n’était pas si anecdotique. D’autant plus pour une Serpentard visant un Gryffondor, ce ne devait pas être un simple tour de passe-passe.

Est-ce que cela méritait qu’il s’y intéresse, se demanda-t-il. Un idiot, ça pouvait tout aussi bien être un première année, et il n’accepterait pas qu’un de ses amis lionceaux puisse finir entre les crocs d’une vipère comme elle. Il aurait quelques mots à échanger avec son préfet, afin de le mettre au courant de cette jeunette.

En tout cas, s’il devait la croiser, il espère qu’elle serait plus ouverte. Il n’avait pas trouvé aujourd’hui la clé de son âme, mais il en avait entraperçu la serrure. Quelque soit la difficulté d’ouvrir ce verrou, il se ferait un certain plaisir de le triturer jusqu’à entendre le déclic révélateur de son succès. Il aimait le mystère et ce devait être une substance dont cette Elhiya était remplie.

Il s’adossa sur sa chaise, et reprit la lecture du livre qu’il avait à peine débuté. « Lecture du thé : fondamentaux de la divination » était un ouvrage dont la moitié de ces pages dédier un tiers de leur surface à une image d’un flou exceptionnel, et deux tiers du reste à la signification tout aussi intangible de la « révélation ». Après avoir tourné plus de dix pages du grimoire, il avait à peine remarquer une différence notoire entre les formes obscures et insipides tracées par l’auteur. Il ramènerait une loupe la prochaine fois.

La seconde partie du livre présentait les thés les plus aptes à la divination. Outre leur qualité de clarté, certains types d’infusion étaient spécifiques à des sujets : amour, richesse, santé, carrière… Chaque plante avait ses caractéristiques suivant les besoins de son utilisateur. Il lui fallut plusieurs minutes pour tomber sur le thème qui lui convenait.

« Famille… Pu-Erh… »

Un thé sombre d’origine chinoise de la province du Yunnan était le plus apte à ce sujet qui lui est si cher. La méthode de préparation « Gongfu Cha » dénotait de celle des plus communes, et il lui faudrait sûrement chercher ailleurs pour avoir de plus amples détails. D’ailleurs, il se demandait où il pourrait trouver ce type de produits à Poudlard. Peut-être devrait-il demander à un de ses professeurs durant un cours ?

Vincent resta quelques temps à regarder les allées de la bibliothèque. Bientôt sept ans qu’il la connaissait. Il allait devoir la quitter, dans moins de douze mois. Il n’avait jamais vu tant de connaissances si précieuses amasser en un tel en droit, et il s’en voulait de ne pas avoir la capacité de tout avoir parcouru. Il savait que c’était impossible pour quiconque de connaître la moindre ligne de tout ces ouvrages. Les professeurs avaient le privilège d’en savoir plus, mais une vie ne suffisait pas pour tout lire. Voldemort était un imbécile, se dit-il. Avec le temps qu’il avait devant lui, il aurait mieux fait de se consacrer à la connaissance plutôt qu’au pouvoir. Pourquoi avait-il choisi ce chemin ? Ce ne serait jamais le sien. Jamais il ne tuerait quelqu’un par la magie. La magie n’était pas faite pour cela.

Il se rappela de la vendeuse de chez Olivander’s, et sourit du coin de la bouche. Elle était jolie, se dit-il. Et elle offrait de délicieuses Chocogrenouilles. Il ne l’avait jamais revu depuis. Il faudrait qu’il y retourne, une fois, à sa sortie de Poudlard peut-être, pour échanger avec elle sur leurs notions poétiques partagées de la magie, et éventuellement échanger à une table des Trois Balais  une bonne bièreaubeurre qui réchauffe tant le cœur.
[Fin de RP - Merci Sweepy ! Vers l'infini, et au delà !  Superman ]
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Lydie Nouël, Dim 4 Fév 2018 - 21:50


PV ek Meg'


C'est inédit et neuf, la feuille baptisée de son premier coup de plume. Elle glisse et flotte, se fraye un chemin entre les fibres planes du parchemin. Avant, il y a eu cette hésitation, cette interrogation: « J'ai vraiment envie d'écrire sur ce papier, je sais que c'est une action qui va me satisfaire. Mais suis-je à la hauteur? Quel mot je dois choisir, pour assouvir le désir ». L'avenir de sa journée se joue là. Il faut que ce soit beau. Surtout la lettre capitale. Il y a des formes capitales plus plaisantes à tracer, d'autres qui s’agencent mieux avec les quelques métropoles du pays que le mot forme. Ce n'est pas une décision simple à prendre, et, dans ces situations, la jeune fille se tournait toujours vers elle même, une facette simple qui en amenait une autre, utiles ensemble.

Ainsi, l'impulsivité pose la pointe sur le parchemin, la spontanéité, elle, s'occupe après de sculpter ce que la première empêche de penser: « Homework ». Ok, c'était facile, évident. Lydie ne comprend pas vraiment pourquoi ça lui aura pris autant de temps. La capitale est royale, autour de son écriture bancale. Peu importe, la mission satisfaction touche à sa fin, alors la rouquine repose la plume sur le côté.

Tête relevée. Elle a oublié ce qu'elle attendait, avant de se perdre. Ça lui revient. Une camarade, une jeune femme, Serpentarde, du nom de Megan. Lydie sait qu'elle la reconnaîtra, quand elle sera là. Ce n'est pas le genre de fille fade, non. Sur elle le regard s'évade. La rouquine stoppe immédiatement son analyse, décidée à arrêter de supposer trop de choses sur une personnalité qu'elle n'a fait que survoler en réalité.

Elle décide de détacher ses cheveux, pose le coude sur la table vide à laquelle elle s'est installée, ou étalée. Sa cape, son écharpe ainsi que quelques livres, gisent sur le bois usé. Elle repose alors sa tête dans le creux de sa paume, avant de relâcher doucement les muscles de sa nuque, une confiance parfaite en son appui. Son regard à demi perdu s'est posé sur un rayon au trafic routier partiellement nu. Peu d'affluence en ces lieux, c'est suspicieux. Ou simplement lié à une heure de faible fréquentation.

La camarade n'est pas encore en retard. Lydie est tournée vers l'entrée, elle ne peut la manquer. Les secondes s'éternisent autant que l'ennui. Le temps est propice à une jolie sortie - il l'est toujours - elle n'attendrait pas plus de 10 minutes avant de s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 6 Fév 2018 - 15:59


____________________


Megan n'a pas envie d'être Megan aujourd'hui. Contrairement à vous et moi, quand Megan veut s'échapper de son identité, de ce qui la compose, de son identité et de sa personnalité, elle le peut. Le dortoir est vide, Megan est nue. Elle se tient droite, devant son miroir, se faisant une image précise du travail à faire. Elle adore son aisance dans sa propre métamorphose - elle est si peu attachée à sa véritable apparence qu'elle peut la modifier à volonté. Tout d'abord, l’épaisseur. Elle s'invente des muscles, se dessine des abdominaux. Elle se jette un regard séducteur tandis que ses sourcils s'épaississent. Sa mâchoire se fait plus carrée, ses cheveux se rétracte. Elle transpire sous l'effort. Son visage se crispe à nouveau tandis que de sombres tatouages fleurissent partout sur sa peau de porcelaine. Ah, voilà.

Elle n'est plus Megan.
Elle est Felix. Et c'est beaucoup plus amusant.

Megalix sort de sous son lit un t-shirt masculin qu'elle a volé dans le dortoir des garçons. Elle l'enfile, passe un pantalon trop grand qu'elle a également dérobé, la vilaine, et se coiffe d'une main volage dans les cheveux. Elle se sourit une dernière fois dans le miroir et s'éloigne d'un pas assuré. Quand elle passe, les regards se posent sur lui. Elle se sent belle dans sa peau, dans son corps. Il est différent, atypique : il fait plus âgé. Megan prends la direction de la Bibliothèque. C'est là qu'on l'attends.

A peine est-elle entrée qu'elle remarque la jolie Gryffondor avec qui elle devait faire un devoir de métamorphose. Elle est sure que ce sera beaucoup plus amusant comme ça. Elle fait craquer ses jointures, adresse un clin d'oeil à un groupe de troisième années et fait une entrée bruyante dans l'espace de vie de Lydie : elle fait tomber son sac sur la table, se laisse choir sans finesse sur une chaise et adresse un regard mesquin à la lionne.

- 'lut. J'suis Felix. Lival m'a dit de remplacer Meg, elle est malade.

Megan pouffe à l'intérieur d'elle-même. Parler de soi à la troisième personne est vraiment très amusant. Elle va devoir bien faire attention mais en regardant ses grosses mains d'homme, elle se trouve plutôt réussie. Il est vraiment parfait.

- T'es célibataire ? demande-t-elle en durcissant sa voix et en arborant un sourire goguenard.
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Lydie Nouël, Jeu 15 Mar 2018 - 15:30


Désoléééée du retard.

Tic. Tac. La montre du poufsouffle installé deux tables plus loin fait écho dans le silence de la bibliothèque. La rouquine observe son parchemin. Le bel « Homework » qu’elle a tracé d’une satisfaction lui sourit de ses courbes, mais même l’image d’un mot souriant ne sait détourner son attention de l’attente.

Tic². Tac². Elle cède à la tentation mécanique. Son crayon se met à son tour compter les secondes qui la plongent davantage dans l’ennui et le retard de sa partenaire de classe. Quelques gloussements, elle relève les yeux et remarque pour la première fois un jeune garçon au pas trop assuré. Il s’approche. Les crayons qui sont posés sur la table sursautent au choc de son sac, jeté sans la moindre considération. Les sourcils légèrement froncés, elle donne un regard d’un agacement confus.

Maintenant assis en face de la lionne, il décline son identité, le motif de sa présence sur cette chaise en face d’elle un après midi dans la bibliothèque. Lydie n'essaye même pas de masquer sa déception en apprenant qu’elle ne verrait pas sa camarade. Et la question qu’il venait de lui poser lui rappelait qu’il y avait pire encore que de ne pas voir celle-ci : supporter un inconnu sans gêne.

Quelques secondes d'hésitation. Elle ne sait pas encore qu'elle sera son attitude face au jeune homme. Finalement, elle décide d'entrer dans son jeu en espérant que ça lui permettrait d’en finir le plus rapidement possible. Son visage parsemé de tâche de rousseurs s’orne doucement d’un sourire malicieux.

- La réponse dépendra de ton efficacité à la tâche, dit-elle avant de lâcher un clin d’oeil. Sors ton bouquin.

Ça sonnait étrange, dans sa bouche. Elle ne se connaissait pas ce genre de comportement et ne savait combien de temps elle pourrait le tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Megan K. Hayajân, Mer 11 Avr 2018 - 0:58


____________________


Megan hurle du Felix à pleins poumons : elle a même sortit les violons. Le sourire de tombeur, les muscles saillants, l’œillade intense... un vrai prince charmant. La plupart des gens voient en ce type arrogant un beau garçon trop sur de lui, frisant le ridicule dans ses techniques de dragues. La vérité, c'est que Meg se fends la poire derrière le masque en tirant les ficelles de sa marionnette de chair. Elle se sent un Gepetto ; elle est devenu une artiste du mélo. Elle adore voir les yeux des gens s'écarquiller devant ce grand benêt aux airs de fripon. Les plus jeunes fondent, les plus vieilles se la jouent désintéresées. Allez, les filles. Cessez de vous mentir. On rêve toutes d'un bad boy au grand coeur.

La petite Lydie, Megan l'aime beaucoup. En temps normal elle aurait vraiment été ravie de bosser avec elle. Elle ne la connait pas vraiment bien, elle l'a simplement croisée au détour d'un couloir. Faut dire, ça a suffit. Elle l'aime bien et puis c'est tout. Mais voilà, aujourd'hui, Meg n'avait pas envie d'être Meg. Elle n'avait pas envie de son écharpe, de sa maladresse, de son mutisme quasi total, des regards sur elle. Elle est différente. C'est lourd, comme poids, la différence. Alors Megan s'habille en Felix et comme toujours, ça va beaucoup mieux. Lydie rentre dans le jeu. On dirait qu'elle se joue du séducteur mais qu'elle est d'accord pour travailler : c'est parfait.

Megan pose les pieds sur la chaise d'en face - c'est fou ce que les pieds de Felix sont grands... et ces jammmmbes ! puis elle sort un parchemin.

- J'suis toujours efficace à la tâche.

un sourire lubrique avant d'enchaîner...

- On commence par quoi, beauté ?

Meg se fous de la métamorphose. Là, ce qu'elle étudie sous ce jeu à demis-mots, sous cette étonnante pièce de théâtre c'est la complexité des relations humaines et de la puissance du comportement d'un être vivant. Fort heureusement, elle tient bien le rôle. Elle le tient même mien que le sien.

Revenir en haut Aller en bas
Archibald Janaster
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Archibald Janaster, Ven 27 Juil 2018 - 19:45


Un jour comme les autres, j'avais un après-midi de libre et j'avais envie de me changer l'esprit et de ne plus penser aux cours. Après m'être préparé le matin je suis parti faire un tour dans le parc de l'école, j'ai dessiné des plantes et des paysages. Ensuite je suis parti déjeuner, je ne savais pas ce que j'allais faire pendant l'après-midi.

En mangeant, je me suis perdu dans mes pensées et je pensais à Balto. Mon chien, mon super chien, mon chien qui me manquait tant. J'aurais tellement voulu le revoir, le prendre dans mes bras, jouer avec. C'est à ce moment que j'ai pensé à mon idée que j'avais; devenir un Animagus.

J'ai terminé mon repas et j'ai décidé de me diriger vers la bibliothèque, je suis arrivé dans un des rayons et j'ai trouvé le livre qui m'intéressait. Je pose ma main, je m'apprête à le prendre mais il semble retenu comme si quelqu'un le tenait aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Delacour
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Alice Delacour, Ven 31 Aoû 2018 - 20:02


HRPG:
 

Rencontre innatendue


Tu avais finis de réviser et tu ne savais pas trop quoi faire. Tes yeux ennuyés parcouraient ta salle commune, tandis que de ta plume, tu traçais des dessins de qualité médiocre. Tu te rendis compte finalement que tu n'as pas encore fini un de tes devoirs, qui concernait la DFCM. Tu décidas donc de passer faire un eptit tour à la bibliothèque chercher un livre pour t'informer un peu sur des sortièges et autres trucs qui pourraient t'aider à finir ton devoir qui était le seul qu'il te restait à faire.

Habituée des lieux, tu te dirigea machinalement vers le bibliothèque, où tu te rendais souvent pour lire des livres, qui était une de tes passions, à vrai dire, c'était une de tes seules passions. Avec la danse qui t'intéressait beaucoup également, mais que tu ne pratiquais que rarement. C'était bien dommage d'ailleurs, car on t'avais dis que tu dansais très bien, tu comptais tout de même retenter l'expérience car danser t'avais beaucoup plus, pour ne pas dire que tu en avais été obsédée.

Tu entras donc dans la bibliothèque, avide de savoir. Tu te dirigea vers un rayon que tu connaissais bien, et tu y cherchas l'ouvrage souhaité. Tu mis ta main dessus, seulement, une autre personne l'avait fait également. Comme un voleur prit entrain de dérober des billets, tu détacha immédiatement ta main et vain la poser sur ta hanche dans un geste machinal. Tu tourna légèrement ta tête et put apercevoir un garçon, que tu reconnus immédiatement, car il était dans la même maison que toi et tu l'avais souvent croisé dans ta salle commune.

- Salut Archibald ! Tu vas bien ?

Tu connaissais son prénom, l'ayant souvent entendu en cours ou dans ta maison, et tu lui avait déjà parlé de temps en temps.
Revenir en haut Aller en bas
Archibald Janaster
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Archibald Janaster, Dim 9 Sep 2018 - 22:11


Je regarde donc à qui appartient cette main, Alice, content de la voir je souris et lâche le livre pour le lui laisser. Elle semblait surprise de me voir mais pas déçue je prend ça comme un compliment et donc j'ai souris. Derrière elle, la fenêtre montrait deux chouettes jouer ensemble. Et comme d'habitude, voir des animaux jouer m'a rappelé Balto. On était à des semaines des vacances et mon chien me manquait, mon frère aussi mais moins. Un élève bougeant bruyamment sa chaise m'a fait revenir a mes esprits. Je n'avais rien à faire donc si ça ne la dérangeait pas, j'allais passer un peu de temps avec Alice. Je gardais un bon souvenir de chaque fois où j'ai parlé avec elle et pourtant je la connaissait à peine.

- Hey Alice, tu vas bien? C'est cool de te voir ici, tu fais quoi de ta journée?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Petit passage à la Bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 14

 Petit passage à la Bibliothèque

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.