AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 11
Une taverne moldue
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une taverne moldue

Message par : Maître de jeu, Dim 25 Jan 2015 - 14:52


Marcher dans les rues, cela donne soif peu importe l'endroit où l'on se trouve ! Vous entrez donc dans la première taverne se trouvant sur votre chemin. L'ambiance est tamisée, il y a de grandes tables en bois rondes se trouvant à des intervalles réguliers dans la salle. Des habitués sirotent des breuvages dans de grandes choppes et ne manquent pas de vous détailler de haut en bas. Attention à votre tenue, si vous voulez passer inaperçu, il faudra être au top au niveau du style vestimentaire ! Au fond de la taverne se trouve le comptoir, une serveuse aux formes généreuses attend les clients tout en gardant un oeil sur les poivrots. La maison ne fait pas de crédits, prévoyez donc de l'argent moldu et en quantité si vous avez envie de faire un concours de boisson !
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une taverne moldue

Message par : Valentina Boccini, Sam 14 Fév 2015 - 23:33



-I hate lights -
[RP Luke Belt - Privé]



____________________


Une fois de plus, je contemplais l'aube qui se levait. J'avais passé la nuit assise dans mon transat, au bord de la piscine, en Italie. Les yeux perdus dans les étoiles, j'avais tenté de faire le vide. La lettre était partis quatre heure plus tôt, sans doute l'Auror Belt aurait-il le temps de la trouver avant que l'heure du rendez-vous n'arrive. Je nourrissais encore, malgré mon entrevue avec Damien Eales, un certain dégoût pour ceux que j'appelais "les chiens de garde" du Ministre de la Magie. Petrus, ou l'homme aux abonnées absents. Je me levais et passais par la porte vitrée restée ouverte. Il faisait bon, à Florence. J'étais en sous-vêtements, couverte d'un fin peignoir en soie gris, et malgré la chair de poule sur mes bras, je n'avais pas froid. Je gagnais le salon, puis mon bureau. Une paperasse indéfinissable le couvrait, rien à voir avec les rangements pour le moins ordonnés de Poudlard ! Sur une pile bancale, je récupérais le dernier numéro de la Gazette. 

Je retournais m'asseoir au bord de la piscine. Personne n'était levé, dans le voisinage. Il était six ou sept heure du matin, pas plus. Mon rendez-vous avec Luke Belt était fixé à onze heure trente. J'aurais le temps de me préparer. Tournant les pages du magasine officiel, je relisais l'article sur le décès de Victoire Grey, non seulement auror, ancienne collègue, mais surtout compagne de mon ami, Dwayne. Que je n'avais pas revu depuis et qui semblait avoir disparut de la circulation. En temps normal, ça aurait été lui, l'Auror que j'aurais contacté. Mais dans la situation actuelle, j'avais peur de le rencontrer à nouveau. Comme j'avais parlé dans la Salle des Professeurs de mon désir de faire intervenir un des toutous de Petrus dans un de mes cours, un de mes gentils collègues m'avait parlé de Belt, qui, qui plus est, était un Serpentard. En rentrant a Florence ce vendredi soir là, j'avais trouvé un bout de parchemin et dicté à ma plume à papote une missive que Smeraldo avait expédié. Elle était rentrée il y a trois quart d'heures. Luke avait dut lire mon courrier ! 

10 heure tapante, à l'horloge de la cuisine. Je venais de finir d'avaler mon jus d'orange... Je montais dans mon dressing, cherchant une tenue appropriée. À vrai dire, même un sac à patates m'aurait rendue belle. Je trouvais un jean dit slim, qui correspondait bien à mon humeur du jour, un pull amble dénudé sur les épaules d'une jolie couleur prune, et le tour était joué. Je chaussais des escarpins, nouais mes cheveux en un chignon strict, et montais me maquiller, ce qui fût rapide. J'entendis japper. Cenere et Catena avaient du voir passer quelqu'un. Il était onze heure, j'avais tout juste le temps d'aller vérifier puis de transplaner pour Londres. Je récupérais ma baguette d'ébène que je cachais dans mon soutiens-gorge, et descendis à nouveau. 

Il n'y avait personne au portillon, simplement deux gamins qui jouaient dans la rue. Je caressais la tête de Cenere, lui glissais un mot de félicitation en italien, et transplanais sans prendre la peine de faire un pas de plus. L'acte me transperça le ventre, malgré les années d'expérience, la sensation me restait désagréable. J'étais arrivée dans une ruelle sombre, entre deux bâtiments gris, et personne en vue. La Taverne où je devais rencontrer Luke Belt se trouvait sur la gauche, je tournais donc et hâtais le pas. En effet, la devanture me confirma que j'étais au bonne endroit. J'entrais. Les tables de bois rondes étaient presque toutes occupées. J'en repérais une dans un coin, éloignée de la porte mais proche d'une fenêtre. Cela ferait l'affaire. Je marmonnais un : "Bonjour" au moldu qui dirigeait l'endroit, et m'assis sur la banquette. J'avais quatre minutes d'avances : mon correspondant ne devrait pas tarder à arriver. C'était ponctuel, les Aurors, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Une taverne moldue

Message par : Luke Belt, Dim 15 Fév 2015 - 16:54


Ce soir là, assis au coin de la cheminée dans laquelle crépitait un petit feu, je ne m'étais pas attendu à ce qu'un hibou vienne me déranger dans ma lecture, surtout aussi tardivement. Lorsque des coups de becs retentirent dans ma bibliothèque, je brandis donc instinctivement ma baguette et me relevai d'un bond, le grimoire tombant sur le sol dans un bruit sourd. Il me fallut quelques instants pour me rendre compte qu'il ne s'agissait que d'un hibou. C'était juste une petite bestiole qui n'avait rien demandé et non pas un intrus qui me voulait du mal. Soulagé, je glissai le bâton d'ébène dans ma poche arrière et me dirigeai vers la fenêtre, que j'ouvris sans plus tarder. Le rapace s'engouffra à l'intérieur, et une fois que j'eus récupéré la lettre accrochée à sa patte, il s'envola sans demander son reste.

Je retournai m'asseoir dans mon fauteuil molletonné puis déroulai le parchemin, me demandant bien qui pouvait m'écrire à une heure pareille. Délaissant complètement le livre de magie peu légale, je me plongeai dans la lecture de la lettre. Ainsi donc, la professeur de DFCM me donnait rendez-vous demain dans une taverne moldue. Si j'avais bien compris elle souhaitait faire intervenir dans un de ses cours un auror. Bien que le lieu du rendez-vous ne m'enchante pas particulièrement - parce que je n'aimais rien de ce qui avait un rapport avec les moldus - je décidai d'accorder à la jeune femme cette rencontre. En effet, je devais bien avouer que son idée me plaisait plutôt. Il fallait bien sûr voir les détails, mais le principe était pas mal. J'appelai mon elfe d'un claquement de doigt, afin qu'il amène la missive dans mon bureau et éteigne le feu, puis je me dirigeai vers ma chambre, non sans avoir récupéré d'un accio informulé mon grimoire.

Une demi-douzaine d'heures plus tard une sonnerie stridente me réveilla. Je me levai rapidement et passai quelques instants à choisir une tenue adaptée. Le costume cravate me paraissait un peu de trop, puisque Valentina Boccini restait une ancienne camarade de Serpentard, mais je voulais tout de même avoir une certaine prestance pour ce rendez-vous. Je finis par opter pour un pantalon chino beige, une chemise vichy et un pull bleu marine, sur lequel j'accrochai mon insigne brillante. J'ajoutai à ma tenue une paire de chaussure cirées, glissai une poche intérieure ma baguette et j'étais fin prêt.

Quelques minutes plus tard j'arpentai les rues de Londres à la recherche de la taverne. L'orientation n'avait jamais été fort, surtout en environnement moldu. Après avoir tourné et viré dans plusieurs rues et avenues, je parvins enfin à l'endroit désiré. Un rapide coup d'oeil à ma montre m'informa que j'étais pile à l'heure. Heureusement que j'étais parti en avance ! Sans plus attendre je poussai la porte de la gargote qui était pleine à craquer. Ce n'était pas le genre d'établissement que je fréquentais habituellement, mais il y avait une première fois à tout ! Malgré la foule, je trouvai rapidement Boccini - Ou Valentina ? Je ne savais pas vraiment comment la nommer, ni si je devais la tutoyer - qui s'était installée à une table ronde située dans un coin. Parfait. Un fin sourire aux lèvres je me dirigeai dans sa direction et pris place face à elle.

- Bonjour, comment allez-vous ? Saluai-je poliment, avant de reprendre. Je dois dire que j'ai été assez surpris de recevoir votre lettre hier soir.

Je déboutonnai un ou deux boutons de mon gilet afin de ne pas avoir trop chaud puis saisis délicatement la carte. La plupart des boissons avaient des noms similaires à ceux que l'on trouvait dans les bars sorciers, aussi je n'étais pas complètement perdu.

- Vous souhaitez boire quelque chose ? Demandai-je à la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une taverne moldue

Message par : Valentina Boccini, Sam 28 Fév 2015 - 21:40



-I Hate Lights-
[RP Privé avec Luke Belt]




____________________


Onze heures vingt huit, constatais-je à l'horloge de la taverne. Une vieille pendule de bois ouvragée, posée nonchalamment sur un kiosque à journaux qui dataient de la préhistoire. Cela ne vallait ni la Gazette du Sorcier, ni le Chicaneur; c'était certain, mais si je sortais un journal magique aux images animées au bon milieu d'un bar moldu, je serais radiée de la communauté magique. Certes, j'avais vécu quelques temps avec les sens pouvoirs, huit mois, en fait, lors de mon immersion au Portugal. Je n'en gardais pas un très bon souvenir : certains gestes naturels magiques m'étaient alors impossible, comme le simple fait d'attirer un objet à soi. C'était des pas en plus, une perte de temps pure et simple.

Alors que je commençais à m'ennuyer, une silhouette souple se glissa en face de moi. L'Auror Belt, de toute évidence. J'arquais un sourcil. Le simple fait qu'un Serpentard soit devenu Auror me donnais des frissons de répulsion. Chacun ses idéaux politiques, certes, mais devenir larbin de service, je ne voyais pas grand intérêt. Ce n'était pas ça, le "chemin de la grandeur". Quel était-il, d'ailleurs ? Enseigner à des étudiants boutonneux et obsédés ce qu'était la magie ? Peut-être, au vu du nombre de vert et argent à Poudlard.

- Bonjour, comment allez-vous ? Je dois dire que j'ai été assez surpris de recevoir votre lettre hier soir. déclara Luke Belt d'un air guindé.

Je soupirais puis lui adressais un sourire de circonstance. Oui, il avait toutes les raisons du monde d'être surpris. Je regrettais un peu. Mais avais-je le choix ? Le programme, c'était le programme, et malgré ma haine vicéral des chiens de gardes du Ministre, je ne pouvais faire autrement que d'en inviter un. Autant qu'il porte le plus noble des blasons.

-Bonjour, Mr. Belt. Je vais bien, je vous remercie. je plaquais mes mains l'une contre l'autre. Oui, je m'étonnes moi-même. Je ne porte pas dans mon coeur ce qui exercent votre profession, en toute franchise.

Et bien voilà qui était fait.

- Vous souhaitez boire quelque chose ?

-Un café suffira ! Mais c'est mon invitation, c'est moi qui paye.

Je demandais d'un geste de la main à la serveuse de venir, et attendis poliment ce que Luke voulait consommer. En réalité, je ne savais pas trop comment entrer dans le vif du sujet, surtout après ma déclaration précédente.

Dans le programme de cinquième année et en vu de l'orientation post-BUSES de mes élèves, je dois présenter un maximum de métiers possible, et le votre en fait partis. Non pas que ça m'enchante, mais c'est ainsi. Je ne suis pas douée pour les beaux discours donc je ne vais pas tourner autour du pot ? Voudriez-vous venir et rencontrer mes classes de Quatrième, Cinquième, Sixième et Septième années pour leur parler du métier d'Auror ? Bénévolement, s'entends.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Une taverne moldue

Message par : Luke Belt, Mar 14 Avr 2015 - 11:58


Désolé pour ce retard...

Je tournais les pages de la carte sans parvenir à me décider. Est-ce que je voulais tester une fantaisie moldue, rester dans le classique avec un café, ou prendre un cocktail ? D'ailleurs, cocktail alcoolisé ou non ? Oui, je me posais vraiment des questions existentielles... Après encore quelques instants d'hésitation, je finis par me rabattre sur un thé aromatisé à la bergamote. Une valeur sûre. Pendant ce temps-là, Boccini me salua en retour et répondit à mon interrogation.

- Bonjour, Mr. Belt. Je vais bien, je vous remercie. Oui, je m'étonnes moi-même. Je ne porte pas dans mon coeur ce qui exercent votre profession, en toute franchise.

Au moins cela avait le mérite d'être franc, même si cela m'amusait plus qu'autre chose. Si seulement elle savait... L'ombre d'un sourire s'étira sur mes lèvres, ne pouvant m'empêcher de songer à l'ironie de la situation. Je ne portais pas non plus dans mon coeur mes collègues aurors, et c'était d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle j'exerçai ce métier. Car comme dit le proverbe, il faut être proche de ses amis, mais encore plus de ses ennemis.

Avant que je ne puisse répliquer, la professeur m'informa qu'elle ne prendrait qu'un café et déclara qu'elle comptait bien payer l'addition. Au vu du ton que la jeune femme avait utilisé, ce n'était même pas la peine d'essayer de négocier. Aussi, j’acquiesçai simplement tandis que la serpentard appelait une serveuse qui passait par là.

- Je vais prendre un thé bergamote, merci.

Lorsque la moldue fut enfin partie, je reportai mon attention sur Boccini. J'attendais que la blonde m'explique plus en détail la raison de cette rencontre et ce qu'elle attendait de moi.

- Dans le programme de cinquième année et en vu de l'orientation post-BUSES de mes élèves, je dois présenter un maximum de métiers possible, et le votre en fait partis. Non pas que ça m'enchante, mais c'est ainsi. Je ne suis pas douée pour les beaux discours donc je ne vais pas tourner autour du pot ? Voudriez-vous venir et rencontrer mes classes de Quatrième, Cinquième, Sixième et Septième années pour leur parler du métier d'Auror ? Bénévolement, s'entends.

Je m'adossai sur le dossier de ma chaise et passai mes doigts dans ma barbe inexistante, faisant mine de réfléchir à la proposition. Cela me distrayait de voir à quel point la jeune femme y allait à reculons pour faire sa demande. Elle ne faisait décidément pas cela de bon coeur, on aurait presque dit que discuter avec un auror la blessait dans son ego. Du coup, je décidai de la tester un peu, de voir jusqu'où elle pourrait aller.

- Mmmh. Je vois. répondis-je, avant de me redresser et de la fixer dans les yeux. Mais j'y gagne quoi, moi, à accepter votre demande ?

C'est à ce moment-là que la serveuse revint avec nos commandes, et je fus obligé de m'interrompre. A cause de ce fichu secret magique, nous ne pouvions même pas discuter tranquillement de nos affaires. Je remerciai sèchement la moldue et celle-ci s'éloigna sans demander son reste. Je versai ensuite un sachet de sucre dans ma boisson puis mélangeai doucement le liquide à l'aide d'une petite cuillère. J'attendais avec impatience la réponse de Boccini.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une taverne moldue

Message par : Valentina Boccini, Ven 15 Mai 2015 - 1:06



-I hate your friends-
[RP Privé avec Luke Belt]




____________________


L'Auror semblait tout guindé, fier de lui, un bourgeois de plus dans Londres.  Luke Belt, hein ? C'était sans doute un fils de l'aristocratie, un être imbu de lui même... Ou alors il s'agissait d'une carapace, d'un masque qu'il portait particulièrement bien. Dans tous les cas, de par son métier, le Serpentard était puant à mes yeux. Le visage fermé de toute expression, je l'entendais commander un thé. D'une voix douce, je demandais à la jeune moldue de m'apporter un café et de tout mettre pour moi. Je la regardais s'éloigner lentement, de cette démarche mal-assurée que ces gens-là abordaient communément. Je fronçais un peu les sourcils. Étaient-ce mes pensées ou celles de mon Corbeau ? Se confondaient-elles à présent ?

Il s'adossa contre sa chaise, je compris que l'affaire n'était pas gagnée. Et malgré toute ma méfiance envers Belt, c'était lui que je voulais dans ma classe. Idiot. Aucune raison apparente à cela, juste la tenace impression qu'il serait le moins pire. Car il était clairement hors de question que je ramène ce chat puant qu'était Alexander Scott devant mes élèves ! Pas plus que ce bon-à-rien d'Austin, ou cet inutile Damien Eales qui remettait presque mes capacités d'enseignante en jeu. Heureusement pour moi, même le plus brillant des professeurs ne pouvait pas transformer un toutou en chien libre et à même de se protéger. Belt me dévisagea un instant, et prit la parole.

- Mmmh. Je vois.  Mais j'y gagne quoi, moi, à accepter votre demande ?

La main qui se trouvait sur ma cuisse se crispa presque instantanément. Mes traits se durcirent, ma mâchoire se contracta. J'avais envie de le lui faire avaler par les narines, son thé à la bergamote. Bien que ce soit une boisson excellente, j'en convenais. Puisque la serveuse avait posé devant moi l'addition et le café, je pris d'abord une gorgée du liquide brûlant pour me détendre un peu. Ma main quitta ma jambe pour trouver dans ma poche quelques pièces d'argent moldu, que je posais dans la coupelle avec le petit bout de papier. Chez les sorciers, le serveur avait au moins le charisme de dire lui même la somme à donner. Visiblement, les moldus n'avaient pas notre sens de l'accueil.

Je souriais doucement. Il n'était pas de ma maison pour rien, c'était certain. C'était peut-être pour cela, finalement, qu'il se trouvait en face de moi. Lui et pas un autre portant le même insigne.

" Les Aurors ne défendent-ils pas le peuple ? N'est-ce pas de la protection que d'informer nos jeunes de vos conditions de travail, des dangers de votre métier, de ses joies et de ses difficultés... ? " Je lui servais ce petit sourire qui ne signifiait jamais rien de bon. " Que voulez-vous en échange, monsieur Belt ? "

Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Une taverne moldue

Message par : Luke Belt, Mar 26 Mai 2015 - 12:34


Je ne parvenais pas à déchiffrer l’expression de Boccini. D’un coté, ma réplique semblait l’avoir perturbée, puisque les traits de son visage s’étaient soudainement contractés. Mais d’un autre coté, elle souriait, ce qui était pour le moins paradoxal. Cette femme était décidément bien étrange, j’avais du mal à la cerner. Elle ne rentrait pas dans les normes, que ce soit au niveau des expressions ou du comportement. Parce qu’une prof de DFCM qui n’aime pas les chasseurs de mages noirs, ça ne court pas les rues. Mais bon, sur ce dernier point, je n’étais pas vraiment le mieux placé pour parler ou faire des remarques.

- Les Aurors ne défendent-ils pas le peuple ? N'est-ce pas de la protection que d'informer nos jeunes de vos conditions de travail, des dangers de votre métier, de ses joies et de ses difficultés... ? Que voulez-vous en échange, monsieur Belt ?

J'esquissai un sourire en coin à l'entente de la réponse du professeur. Les aurors devaient en effet protéger la communauté sorcière, mais en ce qui me concernait, ce n'était pas pour cette raison que je les avais rejoins. Je m'étais engagé uniquement pour satisfaire mes ambitions et dissimuler ma double vie. Qui irait penser que derrière un respectable auror se trouvait un mage noir ? Personne, puisque je jouais le jeu à la perfection. En toute modestie, évidemment.

Je ne savais pas quoi répondre à la jeune femme. D'un coté, j'avais pour principe de ne jamais dévoiler mes secrets, de toujours tout garder pour moi. Mais d'un autre coté, je ressentais l'absurde envie de lui dire à demi mot que nous avions le même avis sur les aurors. Sauf que cela aurait été bien trop risqué, je ne la connaissais pas et elle aurait pu aller raconter cela à n'importe qui... Mais j'aimais jouer avec le feu. Elle n'aurait qu'à lire entre ligne, enfin, écouter entre les mots.

- Effectivement, c'est notre travail. Mais ce n'est pas pour autant que ce travail est fait un grand sourire aux lèvres et que je vais accepter de me rajouter des heures de boulot simplement parce que vous le désirez. Mais j'admets que c'est poliment demandé, et puis il est plus agréable de discuter de cela ici, avec une bonne boisson chaude, plutôt que dans un austère bureau au ministère.

Quant à ce que je voulais en échange, je n'y avais pas du tout réfléchi. À vrai dire, je n'avais même pas imaginé que Boccini puisse me répondre cela et rentrer dans mon jeu.

- Je ne sais pas... Cela dépend de ce que vous avez à offrir. Des secrets ? Mais pas des potins de commères sur vos collègues ou elèves, cela ne m'intéresse pas. J'aime les vraies informations, les informations pouvant faire chanter un sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une taverne moldue

Message par : Valentina Boccini, Sam 13 Juin 2015 - 17:33



-J'ai horreur des Aurors. -

____________________


Je buvais mon café en essayant de conserver mon calme, chose difficile dans le cas présent. Non seulement l'Auror avait des manières de duc, et en plus, un je ne sais quoi dans son regard malicieux ne m'inspirait pas confiance. Non, vraiment. En tant que fier et fidèle défenseur du monde des Sorciers, il n'était pas crédible. Tout en réfléchissant mentalement à une manière de découvrir ce que tramait Luke Belt en son for intérieur, je souriais. Un geste réflexe, bien qu'il soit complètement faux en cet instant. Comme souvent d'ailleurs. La sincérité et la spontanéité n'étaient pas mon fort.

Belt prétendait ne pas faire son boulot de gaieté de coeur. Pauvre bichette... ! Ne manquaient plus que les violons et la foule en pleurs ! Il voulait quoi, hein ? Le merlin d'or du pire acteur ? Je n'allais sûrement pas le plaindre. C'était lui, et lui seul qui se retrouvait à travailler pour le compte d'un fuyard ayant pour seule capacité le charisme... Je souriais toujours, cependant. A croire que sa dernière phrase le couvrait. Je ne savais pas quoi penser de l'auror. Dans d'autres conditions, peut-être aurais-je pu l'apprécier. Il était perspicace en tout cas. Mais sa condition m'insupportais. Vraiment, ça fonctionnait de la même manière qu'une allergie ! Incontrôlable !

- Je ne sais pas... Cela dépend de ce que vous avez à offrir. Des secrets ? Mais pas des potins de commères sur vos collègues ou elèves, cela ne m'intéresse pas. J'aime les vraies informations, les informations pouvant faire chanter un sorcier.

Eh bien, là, la conversation prenait un tour vraiment intéressant ! Le rictus de mon visage se faisait moins faux. Finalement, peut-être que Belt et moi n'avions pas tant de différences que cela. Mon travail, après tout, était bien de récolter des informations ! Je me mordais la lèvre, réfléchissant.

"Mmm, eh bein, tout dépend du sorcier que vous voulez faire chanter, mr. Belt ! "

Après tout, je n'étis pas connue pour être la personne la plus franche de l'Angleterre, et s'il me fallait trahir quelqu'un pour parvenir à mes fins, cela ne m'empêcherait pas de dormir la nuit. Deux personnes étaient à l'abri. Dwayne et Rurik... Les autres, je m'en moquais comme de ma première dent. Sincèrement. Si tout ce que voulais Belt, qui me semblait d'ailleurs bien loin d'avoir la mentalité des aurors, pour venir dans mon cours était des informations, je pourrais peut-être en trouver quelques unes. Ou, si besoin, mentir un peu. *Mentir à un représentant de l'ordre ? Vilaine, Tina. Vilaine !* Et fière de l'être !

" Tous les sorciers qui se respectent ont un... loisir à côté de leur métier... " susurrais-je.

Ou, autrement dit : J'ai compris le message, j'approuve !

Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Une taverne moldue

Message par : Luke Belt, Ven 26 Juin 2015 - 14:05


La conversation avait pris une nouvelle tournure qui n’était pas pour me déplaire. Malgré nos sourires aussi éclatants que factices, je sentais que Boccini et moi avions des points en commun. De nombreux points en commun. Si un inconnu était passé devant notre table à cet instant, il aurait certainement cru à un banal échange de paroles sans aucun intérêt, puisque tout était dans le non dit, mais entre fourbes serpentard on se comprenait.

- Mmm, eh bein, tout dépend du sorcier que vous voulez faire chanter, mr. Belt !

J’attrapai ma tasse de thé et me redressai, faisant mine de réfléchir tout en sirotant ma boisson. Je n’avais actuellement personne à faire chanter, mais en répondant de la sorte la professeur venait de confirmer qu’elle détenait des informations. Il ne restait plus qu’à découvrir à propos de qui… sauf que le monde sorcier était vaste.

- Tous les sorciers qui se respectent ont un... loisir à côté de leur métier…

J’arrêtais de siroter ma boisson et posait sur la jeune femme mon regard. Avait-elle compris que j’étais plus qu’un simple auror, pantin du ministère, ou bien parlait-elle du sorcier que je désirais faire chanter ? En raison de son sourire qui se faisait de moins en moins hypocrite, je penchais plutôt pour la première option. Elle avait apparemment bien interprété mes paroles. Cela pouvait être aussi dangereux qu’utile, mais je restais assez serein : La vert et argent n’avait, de toute façon, strictement aucun moyen de découvrir que j’étais un de ces porteurs de marque.

- Et bien… je crois que nous avons un deal : Des informations en échange d’heures sup !

Sur ces mots, je tendis ma main à la sorcière, un sourire mi-honnête mi-poli aux lèvres, histoire de sceller notre accord. La parole d’un serpentard n’était certes pas la plus fiable, puisque une poignée de main sans aucun témoin n’engageait pas grand-chose, mais la jeune femme avait intérêt à respecter notre marché.

- Je n’ai actuellement personne dans ma ligne de mire, donc je n’ai pas de nom à vous donner pour les informations. Néanmoins, la prochaine fois que j’aurais besoin de faire chanter quelqu’un, mon hibou saura vous trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une taverne moldue

Message par : Valentina Boccini, Lun 17 Aoû 2015 - 20:20



-Auror-




____________________


Ma conversation avec l'auror touchait à sa fin. Je continuais de boire à petites gorgées mon café noir, haussant un sourcil, le sourire aux lèvres, en examinant l'ex-Serpentard. Apparemment, nous étions arrivés à un accord sans que je ne m'en rende compte. Cet arrangement m'allais bien. Les informations, c'était mon domaine et mon premier métier. Comme ça, je maintenais ma couverture de bonne professeur, de la manière la plus simple qui soit. En m'associant à ceux qui me ressemblais, à d'autres membres de ma maison. Il me semblait qu'un certain courant était passé entre nous. On se comprenait, même si au fond, on se moquait éperdument l'un de l'autre...

- Je n’ai actuellement personne dans ma ligne de mire, donc je n’ai pas de nom à vous donner pour les informations. Néanmoins, la prochaine fois que j’aurais besoin de faire chanter quelqu’un, mon hibou saura vous trouver.


Je souriais pour bien faire, me levant à mon tour après avoir finit ma tasse de café, et lui serrais la main. Je n'avais aucune idée de qui j'allais avoir à connaitre mais ça n'avait pas grande importance. J'avais obtenus ce que je voulais, lui aussi, il n'y avait rien de plus à ajouter. Cet accord allait sans doute me mener à commettre d'autres infractions à la loi, mais bien que portant l'insigne des aurors, Luke ne me semblait pas être irréprochable...

- Je n'en doute pas un instant, Mr. Belt.

Peu importe quels étaient ses secrets, rien ne m'effrayais. Je n'avais pus peur de personne. Je baissais respectueusement la tête avant de refermer ma cape sur mes épaules et passer une main dans mes cheveux.

Je vous remercie, monsieur l'auror... le sarcasme suintait de mes propos. Bonne fin de journée.

Je quittais la taverne après un dernier regard et m'enfonçais dans les sombres venelles de la ville. Après avoir vérifié que personnes ne me regardais, je transplanais jusque l'arrière de ma maison italienne. J'avais un cours à préparer.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: Une taverne moldue

Message par : Alexander Scott, Mar 18 Aoû 2015 - 22:55


PV Altaïr Debrooks

L'ordre du Phenix, voilà maintenant plusieurs semaines qu'Alexander avait rejoint l'antique organisation pourtant son quotidien n'avait pas réellement changé. Avant d'en faire parti le jeune homme était totalement exténué, inutile de dire que depuis son état de fatigue n'avait fait qu'empiré, encore quelque temps et il irait peut-être voir July pour qu'elle lui trouve une solution. Dans les premiers temps le sorcier de l'est avait pensé que rejoindre l'ordre ferait réellement avancer la lutter contre la magie noire et contre ses utilisateurs mais il s'était complètement fourvoyé. Evidemment tout le monde faisait de son mieux pour mettre la main sur cette foutue menace mais un fantôme demeurait un fantôme et les mangemorts étaient plus insaisissables que jamais. Ces derniers temps ils avaient apparemment décidé de mettre le ministère à genoux en révélant le secret magique, pour le moment le ministre n'avait pas réagit et les Aurors avaient du travaillé de paire avec les oubliators pour endiguer la crise. Peu importe ce qu'ils cherchaient à faire et ce qu'ils commettaient, peu importe le type de mission qu'ils effectuaient, ils demeuraient des ombres introuvables. Phenixs et Aurors en étaient réduits au même point, chacun des deux camps couraient dans tout les sens pour essayer de trouver le moindre indice sur l'identité des mages noirs. Le dernier mangemort qui avait été attrapé avait vu sa mémoire effacé au cours d'un affrontement, ce n'était pas vraiment l'idéal pour avoir des information, n'est-ce pas ? A la réflexion il y avait bien l'autre mais... Mkrovsk lui avait réglé son compte et lorsqu'il le leur avait montré il n'y avait plus rien à en tirer depuis un long moment déjà. Deux ennemis capturés... Deux ennemis inutiles... Même lorsqu'ils avaient la chance de leur mettre la main dessus leur lèvre demeuraient scellées. Scott enfonça un peu plus ses mains dans ses poches, au fond de lui il en voulait à Grunt, si son adversaire avait encore été en état de parler nul doute qu'ils auraient attrapés déjà quelques masqués mais bon, n'était-ce pas là les affres des combats ? On ne peut pas toujours s'assurer de garder son adversaire en vie, c'est parfois trop dangereux.

Le sorcier de l'est stoppa brièvement de ruminer de sombres pensées pour relever les yeux sur l'enseigne qui lui faisait face "Shannon", le nom du bar était entouré de néons de couleurs rouges qui clignotaient quelque peu, visiblement cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas été changés. Scott n'avait pas choisit le bar le plus populaire de la capitale Anglaise. Le Shannon n'était pas un endroit mal fréquenté mais la clientèle qui le peuplait était composée seulement d'adulte, Alexander avait toujours détesté les enfants, ils laissaient toujours leurs oreilles traîner là où il ne fallait pas. En quelques enjambées l'Auror traversa la rue et ne tarda pas à pousser la porte du pub. En ce début de soirée le bar était plein à craquer, comme prévu, les gens venaient déstresser après une dure semaine de labeur, s'échanger les ragots de la semaine et prendre des nouvelles de la famille. Altaïr et Alexander ne seraient ici que deux travailleurs comme d'autres, deux amis discutant tranquillement de leur travail. Le Russe ajusta sa veste de cuir et se fraya un chemin à travers la foule épaisse. Une forte odeur de tabac se dégageait des lieux, Scott avait toujours détesté le tabac mais il pouvait bien faire une exception pour l'entretien qu'il devait avoir avec son jeune ami aujourd'hui. Rien qu'à cette évocation tout l'être de l'ancien Serdaigle se tendit, que se passerait-il si il refusait ? Honnêtement il n'avait que très peu envisager cette situation mais si il devait avoir recours au sortilège d'amnésie... En vérité il valait mieux ne pas envisager cette hypothèse.


- Une pression s'il vous plaît.

La patronne ne dévisagea même pas Alexander et se contenta de réceptionner la monnaie qu'il lui tendait. Même si il était un sorcier le chasseur de mage noir portait toujours des vêtements moldus et avait toujours de la monnaie Anglaise sur lui, cela pouvait se révéler bien pratique lors des tours de garde dans la capitale Anglaise. Et puis la robe de sorcier ce n'était pas vraiment discret lorsqu'on se baladait dans des quartiers moldus. Le chasseur de mage noir attrapa la pression et se mit à la recherche d'une table qu'il ne tarda pas à trouver dans le fond du pub, c'était parfait. Le membre de l'ordre du Phenix s'assit seul à la table et posa son badge d'Auror dessus, les moldus c'étaient bien incapables de savoir ce que c'était et ça permettrait à Altaïr de le localiser si jamais il n'avait jamais vu son visage. Le Russe détestait ça mais son visage devenait de plus en plus connus à mesure qu'il passait du temps au ministère de la magie. Il avait d'abord fait de brèves apparitions dans la gazette du sorcier avant d'être pris pour cible par un magazine de sorcière... Comment s'appelait-il déjà ? Sorcière Hebdo ? Apparemment il avait été élu sourire le plus charmeur de grande Bretagne, la belle affaire ! Il n'y avait de toute façon que Miss Quinn pour lire ce genre d'anneries et puis devant son manque de réceptivité il semble que la rédaction avait jeté son dévolu sur quelqu'un d'autre. Le sorcier de l'est avait toujours détesté la notoriété et il devait bien avouer que voir les projecteurs s'éloigner ce n'était pas plus mal. Ce genre de chose ne risquait pas d'arriver dans la Taïga. Alexander reporta son attention sur la salle à la recherche d'Altaïr.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Une taverne moldue

Message par : Altaïr Debrooks, Mer 19 Aoû 2015 - 13:17


Recrutement...
Avec
Alexander Scott.

Le bar Shannon se dressait face au jeune homme, bâtiment plus ou moins ancien baigné dans un halo de lumière sanguine et visiblement envahi par une population londonienne en quête de paix. Altaïr n'était pas un fervent adepte des bars Moldus, mais d'après l'auteur de la lettre qu'il gardait enfouie dans la poche de son jean, il s'agissait d'un endroit propice à la discrétion. L'inquiétude de se trouver dans un monde en rupture complète avec la sorcellerie n'avait rien de comparable au fait qu'il s'apprêtait à s'entretenir avec un parfait inconnu. Même s'il s'agissait d'un représentant du ministère, Altaïr n'avait pu s'empêcher d'élaborer divers scénarios dans lesquels le dénommé Alexander Scott ne faisait que lui tendre un piège afin de le livrer à une personne X ou Y. Certes, il serait stupide de tenter la moindre attaque magique dans un lieu bondé de Moldus, mais le Serdaigle ne doutait pas quant aux talents de persuasion des personnes mal intentionnées, ou pire encore, des mages noirs.

Ignorant la petite voix qui lui intimait de retourner immédiatement chez lui, Altaïr franchit la porte d'entrée du bar Moldu et se fraya un chemin dans la foule de personnes qui s'entassaient devant le bar. L'étape suivante se révélerait beaucoup plus difficile : retrouver une personne qu'il n'avait jamais vue dans une mer de visages inconnus. C'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Néanmoins, si Alexander Scott était vraiment un Auror, alors le visage de ce-dernier avait sans doute déjà fait son apparition dans la Gazette du Sorcier ce qui faciliterait la tâche du jeune homme, bien qu'il ne soit pas le lecteur le plus fidèle du journal sorcier. Avant de partir à la recherche du sorcier, Altaïr entreprit de commander un soda à la femme qui se tenait derrière le bar, avant de se souvenir qu'il n'avait pas d'argent Moldu, et que les Gallions n'avaient aucune valeur ici. Haussant les épaules, il s'aventura tête la première dans la marée de corps humains qui lui faisait face, à la recherche d'un homme qui devait sûrement porter un signe distinctif pour qu'on puisse le reconnaître dans de telles situations.

Les tables étaient quasiment toutes occupées, à quelques exceptions près. Les gens ne faisaient pas attention à lui, ce qui n'était pas plus mal : le garçon avait brodé une reproduction du blason de Serdaigle sur sa chemise afin de permettre à l'Auror de le reconnaître si lui-même échouait. Pour les Moldus, il ne s'agissait que d'un élément décoratif, pour les sorciers, cela représentait bien plus. Altaïr s'était longtemps interrogé sur l'enquête en question d'Alexander Scott, et de quelles manières il pourrait lui fournir son aide. Le jeune homme n'avait pas été témoin d'événements particuliers ces-derniers temps, et toutes les histoires qui étaient relatées dans la Gazette du Sorcier n'avait rien à voir avec lui ou un membre de son entourage. Peut-être cherchait-il des informations supplémentaires quant aux diverses attaques Mangemorts perpétrées à l'encontre de Poudlard ces derniers mois, dans ce cas-là, il ne lui serait d'aucune aide.

Au bout de quelques courtes minutes, le regard d'Altaïr se posa sur un homme assis face à une table, seul. Un objet luisant brillait aux côtés d'un verre plein. Le visage de l'homme semblait vaguement familier au Serdaigle, comme s'il l'avait déjà aperçu dans la rue, peut-être au Chemin de Traverse, ou à Pré-au-Lard : dans ce cas, il s'agirait donc d'un sorcier. Ou alors, comme l'avait supposé Altaïr quelques minutes auparavant, l'homme avait déjà fait son apparition dans la Gazette du Sorcier : il s'agirait donc d'Alexander Scott. En s'approchant discrètement de la table, le jeune Debrooks remarqua que l'objet qui brillait à côté de la bière était en fait une insigne. Une insigne d'Auror. Bingo !

-Euh, vous devez être Mr. Scott je présume. Je suis Altaïr Debrooks, se présenta-t-il.

Avant de se faire marcher sur les pieds pour la énième fois de la soirée, le jeune homme prit place face à l'Auror. Le brouhaha qui prenait place dans le bar noyait leur conversation, ainsi que toute tentative d'espionnage. Altaïr tendit la main vers Alexander dans une tentative de politesse, en espérant qu'il reçoive une poignée de main en retour.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: Une taverne moldue

Message par : Alexander Scott, Mer 19 Aoû 2015 - 18:22


Comme d'habitude Alexander était arrivé en avance, c'était une habitude qu'il avait pris au fur et à mesure des années. Lorsqu'il était arrivé à Durmstrang le jeune homme avait mis beaucoup de temps pour réussir à s'orienter dans l'école, il avait écopé d'un bon nombre de punitions pour ses nombreux retards. Après quelques années cependant il était parvenu à se familiariser avec le château mais il avait été alors envoyé à Poudlard pour sa dernière année et le calvaire avait recommencé ! Cette fois une année n'avait pas suffit pour lui permettre de mémoriser les lieux et ses retards s'étaient accumulés de façon exponentielle. Désormais l'ancien Serdaigle arrivait toujours en avance, sa ponctualité était irréprochable, pourquoi ? Simplement parce qu'il partait avec une grande avance pour pallier à son sens de l'orientation dérisoire. Le seul endroit où le Russe était capable de relativement bien s'orienter c'était dans la Taïga autour de chez lui, il y avait vagabondé toute son enfance, protégé par les sortilèges de son père, tant et bien qu'il avait appris à lire tout les signes qui peuplaient cette immense forêt glacée. Dans la grandes villes c'était pire que tout, le chasseur de mage noir pouvait se perdre en une fraction de seconde, la seule exception étant l'immense capitale de l'Angleterre, il avait fait tant de tours de garde dans cette dernière qu'il en connaissait chaque recoins ! L'avantage de se perdre c'était qu'on visitait toutes les ruelles en essayant de retrouver son chemin. Les premières soirées en tant que chasseur de mage noir avaient été catastrophiques et Londres n'avait jamais été aussi mal gardée de toute son histoire mais désormais Scott savait très bien où se placer pour être sûr d'être au meilleurs endroit, au meilleurs moment car il y avait des endroits moins bien fréquentés que d'autres.

Le chasseur de mage noir releva la tête, il n'y avait toujours aucune trace de son contact mais il aimait profiter de l'ambiance de cet endroit. C'était assez étonnant puisque l'animagus détestait les endroits peuplés mais ici les choses étaient relativement différentes, d'abord parce que les gens qui le peuplaient n'étaient pas accaparés par leur travail et ne courraient pas en tout sens. La véritable différence avec le monde des sorciers cependant c'était qu'ici justement il n'y en avait pas un seul, toutes ces personnes étaient des moldus. L'ambiance avait quelque chose de surréaliste pour le pourfendeur de magie noire. En ce moment si on se rendait dans un bar de la communauté magique l'ambiance était nettement moins festive, on était presque dans un climat de terreur suite aux différentes actions perpétrés par les mangemorts. Les gens étaient peu à peu devenus moins souriants, moins communicatifs, chacun avait peur que son commerce soit la prochaine cible des mages noirs. Les moldus étaient les premières victimes des criminels magiques mais ils n'en savaient rien... Big Ben, Tower Bridge, la gare et même Buckingham Palace avaient été attaqués mais les Oubliators avaient fait leur travail... Désormais ces sombres évènements n'étaient plus que de vagues souvenirs dans leurs esprits. Alexander avala la mousse de sa bière tandis que son regard se promenait sur l'assemblée, pourquoi diable les mangemorts s'en prenaient-ils au moldus ? Pourquoi certains sorciers avaient-ils tant d'aversion pour les sans pouvoirs ? Certains disaient qu'ils étaient contre nature, qu'ils étaient inférieurs, qu'ils étaient de simples animaux, de quel droit pouvaient-ils dire de telles choses ? Les mages noirs se cachaient derrière de grands principes, soit disant ils voulaient changer les choses... La vérité c'est qu'ils étaient une bande de tarés cherchant le moindre prétexte pour pouvoir perpétrer des attentats et des meurtres tout en gardant le soutien d'une partie de la communauté magique. Comment pouvait-on soutenir une bande de fous pareils ? Les gens ne voyaient pas les carnages perpétrés par les criminels. Le sorcier de l'est soupira, lui il avait vu, il avait vu des centaines de moldus ensevelis, carbonisés, saignés à cause des grands principes de la supériorité magique. Bande de dégénérés...


-Euh, vous devez être Mr. Scott je présume. Je suis Altaïr Debrooks.

Surpris Alexander releva les yeux vers Altaïr, il avait baissé sa garde, il n'y avait bien qu'ici qu'il pouvait se permettre de baisser sa garde. Un mince sourire de dessina sur les lèvres du sorcier de l'est tandis qu'il serrait la main du Serdaigle et qu'il en profitait pour le détailler. L'Auror pouvait sentir les yeux vert de son interlocuteur le dévisager également. Debrooks n'était pas comme la plupart des élèves, rien à voir avec Parker et Jayden il était bien plus musclé que ces derniers. Le jeune homme devait faire craquer plus d'une fille dans les couloirs de l'école de sorcellerie mais il pouvait cependant passer inaperçue dans la rue, il était loin d'être extravaguant. Le sourire de Scott s'élargit, d'un point de vue physique son interlocuteur semblait avoir des arguments pour prétendre à devenir membre de l'ordre du phenix mais le passé avait montré qu'on ne devenait pas membre de l'ordre parce qu'on était musclé. Si le sorcier de l'est était ici ce soir là c'était bel et bien pour évaluer lui même les qualités morales du jeune adulte, on lui en avait dit du grand bien que ce soit ses camarades ou ses professeurs mais Alexander préférait évaluer avant de l'engager dans une aventure qui changerait sa vie à tout jamais ou qui tout du moins pouvait grandement l'écourté si il n'avait pas l'étoffe nécessaire.

-Je suis content que tu sois venu Altaïr... Pour être honnête il ne sera pas question d'enquête ce soir mais ta présence ici n'en est pas moins capitale. Saches que tu es libre de partir maintenant mais si tu restes alors tu restes jusqu'à la fin de notre conversation. Peu importe ce que tu tu choisis tu ne cours aucun danger crois moi. Alexander attendit quelques secondes mais Debrooks ne semblait pas décidé à partir, le sorcier de l'est salua la décision du garçon d'un signe de la tête. Que sais tu de la situation actuelle de la communauté magique et qu'en penses tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Une taverne moldue

Message par : Altaïr Debrooks, Jeu 20 Aoû 2015 - 11:53


L'Auror paraissait rassuré de voir qu'Altaïr avait répondu à l'appel, et ce-dernier demeurait d'autant plus soulagé de constater que son interlocuteur n'avait pas vraiment l'allure d'un serial-killer. Le Serdaigle remarqua qu'il ne paraissait pas se soucier de son apparence physique, ce qui lui faisait déjà un point commun avec lui, et fut rapidement intimidé par ses deux yeux d'un bleu si profond qu'il semblait pouvoir lire directement dans ses pensées. Néanmoins, malgré la profession qu'exerçait Alexander Scott, Altaïr n'était pas mal à l'aise en sa compagnie, ce qui était à la fois étrange et passablement inquiétant. La poignée de main de l'Auror était ferme et forte ce qui était une preuve de sincérité et de respect, si l'on en croyait les critères de bienséance de son père. Pour le moment, rien ne semblait indiquer que le jeune homme avait affaire à une personne mal intentionnée, mais il devait tout de même rester sur ses gardes : en ces temps sombres, tout le monde devait rester constamment sur ses gardes. Il ne s'agissait pas d'une paranoïa collective, mais plutôt d'une épée de Damoclès qui couronnait chaque sorcier et sorcière, quelque soit leur âge ou leur profession.

-Je suis content que tu sois venu Altaïr... Pour être honnête il ne sera pas question d'enquête ce soir mais ta présence ici n'en est pas moins capitale. Saches que tu es libre de partir maintenant mais si tu restes alors tu restes jusqu'à la fin de notre conversation. Peu importe ce que tu tu choisis tu ne cours aucun danger crois moi.

Altaïr conserva le silence, et laissa un flux de sentiments parcourir la totalité de son corps. Au moins, Scott avait joué cartes sur table, ce qui n'était pas une mauvaise chose : au moins le Serdaigle ne se trouverait pas dans une situation embarrassante où il aurait dû avouer qu'il n'était d'aucune aide pour l'enquête de l'Auror, et ainsi il pourrait éviter de passer pour un crétin écervelé de dix-sept ans. Pourtant, Altaïr était partagé entre deux sentiments à la fois si différents mais tout de même étonnement convergents, la méfiance et la curiosité. Après tout, n'était-ce pas le doute qui engendrait la soif d'apprendre, ou inversement ? Les paroles d'Alexander Scott étaient toutefois rassurantes, mais en quoi la présence du jeune homme était-elle si "capitale" ? Dans de telles situations, un unique sentiment prenait le dessus sur le second, et contrôlait une prise de décision plus ou moins sage. Altaïr n'avait pas été réparti à Serdaigle pour rien, la curiosité le stimulait, comme l'adrénaline stimulait les Gryffondors. C'est pourquoi il acquiesça d'un bref signe de tête, et attendit que la suite des événements se produise.

-Que sais tu de la situation actuelle de la communauté magique et qu'en penses tu ?

Deux options se présentaient à Altaïr. Répondre de manière objective en ne laissant rien transparaître de significatif, ou au contraire, imposer son opinion, sans craindre les conséquences. Alexander Scott était un chasseur de mages noirs, il ne devrait pas tenir rigueur de la subjectivité du jeune Debrooks. Il devait tout de même faire attention aux mots qu'il s'apprêtait à utiliser au cas où ses paroles soient retransmises au ministère dans le cadre d'une campagne de recensement.

-Alors, on entend beaucoup de choses vous savez, des rumeurs surtout. Mais je sais qu'une...une organisation de mages noirs sème la terreur un peu partout en ville, et que les autorités -comme vous par exemple- font de leur mieux pour les capturer, malgré la difficulté de cette tâche. On ne peut pas dire que le ministre de la magie soit très...disons présent pour contrer cette vague de violence, enfin, je ne le vois pas souvent évoquer le sujet à la communauté magique, comme si rien n'était anormal.

Altaïr marqua un temps d'arrêt, afin de rassembler ses pensées. Il lui manquait encore un sujet à évoquer, mais il ne savait pas vraiment comment l'aborder.

-Et puis, on parle d'une autre organisation, qui semble opposée à celle des...des Mangemorts. On l'appelle l'Ordre du Phénix, et sa mission est de neutraliser les mages noirs, et de se battre pour défendre tout un tas d'idéaux, et j'estime qu'ils ont le droit d'être défendus. On ne connait pas non plus leur identité, et agissent dans l'ombre, puisque le ministre ne semble pas très favorable à ce type d'organisation bien que je ne comprenne pas vraiment la raison... Mais il est tout de même difficile de démêler le vrai du faux, avec tout ce qui se raconte.

Le Serdaigle eut peur de s'être trop impliqué, puisque après tout, il avait affaire à un membre du ministère. Évoquer le ministre en sa présence n'était peut-être pas très judicieux, mais il lui avait semblé essentiel de donner son avis. Il aurait préféré être confronté à quelqu'un d'autre qu'un Auror, puisqu'il aurait pu débattre longuement sur le sujet. Il craignait que ses paroles soient mal interprétées par son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: Une taverne moldue

Message par : Alexander Scott, Jeu 20 Aoû 2015 - 18:09


Altaïr Debrooks avait à peine dix sept ans et il allait sans doute rejoindre l'Ordre du Phenix pour mener un sombre conflit contre les mangemorts comme Izsa, Lilith et tant d'autres avant lui. Alexander avait presque honte d'être ici à lui demander de prendre un tel engagement, ce n'était pas une simple décision qu'il lui demandait mais plutôt un choix qui conditionnerait son avenir. Son interlocuteur n'avait même pas encore fini ses études à Poudlard et déjà il lui demandait de prendre ce qui serait sans aucun doute l'une des décisions les plus importantes de sa vie... Le sorcier de l'est avait vingt quatre ans lorsqu'il avait du prendre cette décision et c'était déjà bien trop tôt à son goût. Comment les deux organisations rivales en étaient-elles arrivées à recruter des élèves ? Ils en étaient arrivés au point où ils recrutaient des enfants pour mener leur propre guerre, il y avait de quoi se sentir quelque peu coupable même si c'était nécessaire. Clíodhna et Rurik avait quitté Poudlard récemment, pour le moment il ne restait que Lilith et Izsa et ce n'était pas suffisant. Un an plus tôt les mages noirs avaient prouvés combien ils étaient implantés dans l'école de sorcellerie, Petrus croyait vainement qu'elle pouvait rester un terrain neutre mais il se berçait d'illusions. Il s'était avéré que Miss Elfast était une mage noire même si le mangenmagot l'avait innocenté, combien d'autres meurtriers, combien d'autres terroristes, combien d'autres adorateurs des sombres arcanes se dissimulaient dans les coursives de l'école ? Le chasseur de mage noir était pleinement conscient de l'urgence de la situation même si cette dernière la répugnait au plus haut point, ils avaient besoin de Phoenix à Poudlard afin que les ténèbres n'enveloppent pas définitivement ce lieu de paix. Par le passé de nombreux membres avaient portés cette lumières parfois même des générations plus tôt lors des premières guerres magiques, aujourd'hui Altaïr allait sans doute devenir l'un de ces porteurs... C'était nécessaire et urgent comme l'avait prouvé l'attaque du terrain de Quidditch quelques semaines plus tôt, ou l'attaque de la grande salle.

-Alors, on entend beaucoup de choses vous savez, des rumeurs surtout. Mais je sais qu'une...une organisation de mages noirs sème la terreur un peu partout en ville, et que les autorités -comme vous par exemple- font de leur mieux pour les capturer, malgré la difficulté de cette tâche. On ne peut pas dire que le ministre de la magie soit très...disons présent pour contrer cette vague de violence, enfin, je ne le vois pas souvent évoquer le sujet à la communauté magique, comme si rien n'était anormal.

Un mince sourire se dessina sur les lèvres du chasseur de mage noir, le jeune Debrooks prenait sans doute des pincettes pour éviter de le vexer pourtant il n'y avait aucun risque que cela arrive. L'opinion du Serdaigle était mature, intéressant et malgré tout les éléments qui lui manquaient il commençait à discerner un semblant de ministère au milieu de l'immense brouillard qui entourait la politique du pays depuis plusieurs semaines. Une question cependant taraudait l'esprit de l'Auror, l'avis de son interlocuteur était-il partagé par une majorité des élèves de Poudlard ? C'était relativement peu probable, à cet âge la plupart d'entre eux ne s'intéressaient même pas à la politique, c'était comme si ils avaient des œillères et qu'ils étaient insensibles au monde extérieur, c'était peut-être là le contre coup de la quiétude apparente de l'école de sorcellerie. Pourtant Alexander préférait un élève ne s'intéressant pas à la politique plutôt que les pseudos révolutionnaires qui souhaitaient à tout prix renverser le ministère pour se donner un genre. Bien des mois auparavant le ministère était venu à Poudlard pour un meeting et les élèves avaient critiqués les méthodes des Aurors se croyant sans doute plus malin que des professionnels avec des années d'expérience dans la traque des mages noirs. Le Russe posa son regard sur le jeune homme qui lui faisait face, ce dernier s'était arrêté et semblait réfléchir à la suite de son discours, une nouvelle fois il cherchait sans doute à ne pas le froisser. Debrooks n'était pas un pseudo révolutionnaire, il était d'une autre trempe du moins c'est ce qu'on lui avait expliqué d'ailleurs dés les premières secondes de leur entretien le sorcier de l'est avait décelé un esprit vif chez cet élève et une curiosité particulièrement encourageante. La plupart des élèves ne se seraient pas rendus au rendez vous qui l'avait fixé, ils se seraient contenté de brûler la lettre ou de prévenir les professeurs. Quelques autres seraient sans doutes venus mais seraient repartis aussi tôt lorsqu'ils se seraient rendu comptes qu'il avait mentis sur ses intentions. Très peu seraient restés lorsqu'il avait dit qu'il serait impossible de partir avant la fin de l'entretien. Et pourtant... Pourtant Altaïr Debrooks se tenait devant lui, il ne semblait pas plus impressionner que cela alors qu'un Auror du ministère se trouvait devant lui et qu'il n'en avait sans doute jamais vu.

-Et puis, on parle d'une autre organisation, qui semble opposée à celle des...des Mangemorts. On l'appelle l'Ordre du Phénix, et sa mission est de neutraliser les mages noirs, et de se battre pour défendre tout un tas d'idéaux, et j'estime qu'ils ont le droit d'être défendus. On ne connait pas non plus leur identité, et agissent dans l'ombre, puisque le ministre ne semble pas très favorable à ce type d'organisation bien que je ne comprenne pas vraiment la raison... Mais il est tout de même difficile de démêler le vrai du faux, avec tout ce qui se raconte.

Pas très favorable... C'était un euphémisme, si n'importe quel membre de l'Ordre du Phenix venait à être capturer il gagnait un allé simple sans retour possible pour la prison d'Azkaban. Quel crime avaient-ils commis pour mériter une telle sanction et une telle haine de la part du ministère ? Rien, ils cherchaient seulement à défendre les moldus et les communautés réprimés en générale. Visiblement avec le temps lutter contre la magie noire était devenu un acte criminel. Au moins Debrooks était-il favorable aux actions de l'Ordre de là à dire qu'il était prêt à les rejoindre... Il y avait un fossé qu'Alexander était loin d'être prêt à franchir ! Le chasseur de mage noir resserra sa main gauche sur sa baguette tandis que sa main droite était posée sur sa choppe. Dans un premier temps il s'agissait de toute façon de donner un petit cours au jeune homme sur les événements actuels, son tableau était relativement complets mais il lui manquait de nombreux éléments. Pour la première fois depuis qu'il était arrivé Scott se désintéressa de son interlocuteur et jeta un coup d’œil autour de lui, aucun signe d'un quelconque sorcier, visiblement personne n'avait suivi Altaïr. Devait-il jeter un sortilège pour éviter que des oreilles indiscrètes ne captent leur conversation ? Non, le brouhaha constant de la salle empêchait d'entendre ce qu'ils échangeait et su par malheur un moldu les entendait il ne comprendrait rien. Si par hasard un sorcier cherchait à entendre leur conversation alors il passerait alors dans le périmètre d'action de l'Auror, peu importait la présence de moldus, il faudrait bien qu'il sorte à un moment ou à autre. Le chasseur de mage noir soupira et planta son regard dans les yeux de son interlocuteur.

- Je vois que tu es relativement bien informé, laisse moi cependant apporter un complément à ta vision des choses. L'organisation se mages noirs dont tu parles, il n'y a aucun doute sur leur identité ce sont les mangemorts. Pourquoi sont-ils de retour ? Leur motivation ne sont pas encore parfaitement clairs, ils ne se contentent pas de tuer des moldus à la pelle, ils s'en prennent également aux sorciers comme tu as pu le constater lors de l'attaque de la grande salle il y a un an. Depuis peu il semble décidés à révéler le secret magique et les oubliators n'ont jamais eu autant de travail. Alexander marqua une pause laissant son interlocuteur digérer les informations, il profita de cet instant pour finir sa bière. Tu dis que le ministère a peu de résultat lors de sa poursuite des mangemorts et tu as raison... La vérité c'est que le ministère est corrompu, infiltré jusqu'à la moelle, comme l'est probablement Poudlard. Pour tout te dire je ne serai même pas sûr de pouvoir envoyer un mage noir à Azkaban même si je l'attrapais la main dans le sac. Impossible de savoir qui sont les taupes et qui est corrompu mais les faits sont là. Cette information était plus dure à digérer et le sorcier de l'est marqua une nouvelle pause. Quand à l'Ordre du Phenix... Son seul tort semble être de combattre la magie noire. Lors du nouvel an les mangemorts ont fait porté le chapeau de leurs attentats sur le monde moldu aux Phenixs. Désormais ils sont poursuivis au même titre que les mages noirs ce sont... Des criminels.

Alexander voyait bien que Altaïr ne cessait de réfléchir et comment aurait-il pu en être autrement ? Ne venait-il pas de lui dire que le ministère censé protéger la communauté magique n'était qu'une bande de corrompu ? Gouvernement dont lui même qui lui avait donné rendez vous ici faisait parti... Il y avait de quoi faire cogiter ! Le sorcier de l'est était conscient d'avoir un peu noirci le tableau, tout le ministère n'était pas corrompu mais il y avait probablement des mages noirs à l'intérieur. Il y avait des mangemorts à l'intérieur c'était une certitude. Le sorcier de l'est planta son regard dans les yeux verts d'Altaïr et serra sa main gauche sur sa baguette tandis que la droite était posé sur son insigne d'Auror. Désormais le jeune homme ne pouvait plus partir car les choses sérieuses allaient commencer, pour le recruter le Phoenix allaient devoir lui même se compromettre.

- Je suis moi même membre de l'Ordre du Phoenix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une taverne moldue

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 11

 Une taverne moldue

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.