AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 7 sur 10
Dans un centre commercial
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Dans un centre commercial

Message par : Evan, Sam 1 Juil - 8:45







J'entendis la voix d'Euydice qui me paraissait lointaine qui m'invitait à m'asseoir avec eux, mais mon regard était perdu à contempler Elly, qui semblait vraiment dans un bien triste état. Je ne m'attardais pas non plus sur Ian qui avait soudainement eut l'air pressé de se détacher un peu de la brune, comme s'il était en train de soulever la table avec autre chose que sa main...

Je fixais Elly, me voir avait l'air de l'avoir calmée, comme si elle s'était attendu à tout sauf à ma présence. Peut-être ne soupçonnerait-elle même pas que je l'avais suivie.

Je la regardais, la vis parcourue de secousses caractéristiques et, je la vois se pencher en avant, et... trop tard. Elle venait de gerber une magnifique flaque bien dégueu sur mes pompes. J'en eus un air décontenancé, elle me faisait de la peine.

J'étais prêt à me baisser pour être sûr qu'elle allait bien, mais déjà elle sortait sa baguette devant tout le monde et entreprit de nettoyer mes chaussures. Ce qu'elle n'arriva étrangement pas à faire. Elle eut l'air déçue, ou étonnée, de son échec, et me salua en se redressant. Je lui fis un sourire qui ressemblait davantage à un rire nerveux retenu.

Puis elle prit la parole, me présentant Eurydice et tentant de me présenter à elle, laissant en suspend ce que j'étais dans sa vie. Je réfléchis quelques secondes, qu'étais-je dans sa vie ? Je venais de la sauver. Elle venait de découvrir mon identité de mangemort. Et pourtant l'on était toujours proches. Et pourtant je la désirais et elle aussi me désirait.

Nous étions simplement, deux âmes qui s'aimaient mais qui attendaient une autre situation de se retrouver l'un avec l'autre, de se promettre l'un à l'autre. Et cette situation-ci ne se prêtait pas vraiment pour le moment à une relation plus intimiste ou charnelle.

Je sortais ma baguette, la cachant du mieux que je le pouvais, et j'informulais un #Recurvite pour nettoyer aussi bien le vomi sur moi que celui au sol. J'attrapais alors une chaise de la table voisine et prenais place près de ma balle, avant de lancer un sourire de circonstance à Ian et Eury. Puis je pris la parole.

- Et bien... Je suis plus qu'un ami pour Elly, et réciproquement...

Une phrase bien pourrie, mais d'une part je n'avais pas envie d'expliquer la complexité de notre relation aux deux face à moi, et d'une autre, je me demandais comment Elly percevait cela dans sa tête à cet instant. Mais au moins, j'indiquais clairement à Ian que s'il avait eu l'intention de toucher à Elly, qu'il se serait frotté à moi et qu'on aurait certainement retrouver sa baguette magique ancrée bien profondément dans son...

Pourtant, alors qu'on nous apportait de nouveaux verres, je reportais mon regard sur elle, avec un sourire de ceux qui naissaient naturellement à chaque fois que je la voyais. Elle était comme la cascade que l'on découvrait au milieu de la jungle, scintillante, étincelante, et embrasait tout en moi dès lors que mon regard se posait sur elle.

Je passais ma main sur son bras nu et remontais la bretelle de sa robe qui avait révélé toute la douceur de son épaule, avant de laisser ma main courir su son bras jusqu'à venir lié ma main à la sienne. Mon regard n'avait nul reproche quant à son attitude, j'étais rassuré de voir qu'elle n'était pas dans son état normal et notre proximité me donnait ce qu'il fallait de chaleur pour raviver mes sourires éteints plus tôt.

Puis je récupérais le verre que l'on m'avait apporté et faisais mime de le lever pour trinquer, lâchant un faible "A la vôtre" qui se voulait davantage pour meubler le silence survenu après le vomi de ma belle que pour faire la discussion. Et après avoir avalé quelques gorgées, soit tout le verre, je m'adressais aux deux qui avaient l'air aussi proches que deux spaghettis dans une assiette, avec un soupçon d'ironie, m'attardant davantage dans le regard de Ian que je voulais décontenancé.

- Et vous deux, que représentez-vous l'un pour l'autre ? Vous avez l'air... très proches...

Sans attendre la réponse, j'attardais mon regard sur Elly, gardant sa main précieusement comme si j'avais peur qu'elle ne disparaisse si jamais je ne la lâchais. Je lui murmurais un "Ça va ?" à peine sorti de mes lèvres, espérant que je ne récolterais pas comme réponse un nouveau vomi sur mes vêtements. Mon inquiétude était redescendue d'un cran, j'espérais juste qu'elle ne s'enfuirait pas en courant, et je me ferais un plaisir de la ramener chez elle, d'être là pour elle, avec elle, si Ianou avait l'intention d'exploré les quatre coins du bar avec Eurydice...
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Eurydice Wildsmith, Dim 2 Juil - 19:29


Monsieur prenait les choses bien en main. Une communication intense s'entama entre les deux jeunes gens où des paroles muettes voletaient partout dans le bar se posant n'importe où. Elle aurait voulu pouvoir lire dans ses pensées les plus profondes juste pour avoir le plaisir de les connaître et d'en rougir*ou pas*.

-Je suis sure que vous apprécierez ma prochaine leçon.
« Est-ce-que j'ai promis d'être sage et docile ? Je me souviens plus très bien. » répliqua t-elle dans un bruissement de lèvres.

Elle n'était pas obligée de faire partager cette discussion au combien gênante avec sa sœur aîné assise juste devant eux. Puis, quelqu'un vint interrompre sa montée d'adrénaline de sa simple présence. Evan. La brune s'amusa aussi de la réaction du professeur sexy. Il n'avait pas la même réputation à tenir et faillit faire une crise cardiaque. Après tout, elle ne le forçait pas à jouer à leur jeu tordu, délicieux.

Voyant sa sœur régurgiter tout l'alcool, elle sentit le fiasco arrivait et l'atmosphère se corsait encore un peu. Ses tentatives désespérées de nettoyage s'avérèrent nulles et heureusement tous les moldus du bar étaient bien trop occupés à leurs conversations futiles. L'autre professeur agissait avec une douceur infinie. Elle le soupçonna d'être Le « fameux » qu'Elly avait évoqué précédemment sans donner plus de détails. Qu'avait-il bien fait pour la mettre dans cet état ? Eurydice sentit toute la détresse et la lassitude chez la blondinette. Pincement au cœur.

Je sens que c'est assez tendu entre-eux.. peut-être devrions-nous les épargner de notre présence.. ?
«  Pas tout de suite. Je ne laisse pas ma sœur comme ça au premier venu. Tu as peur que le reste de la nuit ne suffise pas ? » L'étudiante oscilla entre deux sentiments. Elle était à la fois inquiète mais ne put empêcher ses yeux de pétiller de contentement. Comment ne pas se repaître de sa bouche?
Une voix détourna son attention.

Ils obtinrent quelques éclaircissements concernant leur relation mais tout cela lui sembla plutôt ambiguë au vu du léger drame qui s'était joué quelques minutes plus tôt. Elle commanda un verre d'eau pour que Blondie se réveille demain matin et le lui tendit :
« Tiens bois ça, ça va te faire du bien. Si tu veux des mouchoirs je dois en avoir dans mon sac. »

Et vous deux, que représentez-vous l'un pour l'autre ? Vous avez l'air... très proches...

*oh pitié pas le sermon !* L'Anglaise ne releva pas le sous entendu du professeur de Métamorphose et lança un sourire crispé en direction de l'amour d'Elly. Si faire de la spéléologie c'était être proche, elle n'était pas au bout de ses peines. Il ne fallait jamais se poser trop de questions dans le cas présent. Elle ne serait plus brisée et ce n'était pas le moment de s'attacher le cœur à la proue de Ian. Petite certitude. Elle se disait que ce n'était qu'un avant goût de liberté.

« Si toutes nos soirées sont aussi mouvementées, ça promet d'autres surprises. D'ailleurs, si quelqu'un a quelque chose à me dire ne vous gênez pas. Je suis d'excellente humeur et pas sujette à des colères noires. »
Accent de sincérité à l'horizon!
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Dans un centre commercial

Message par : Elly Wildsmith, Ven 7 Juil - 0:01


L’homme en face voulait partir avec sa petite sœur, et cette dernière refusait de la laisser partir avec Evan. Les rôles naturels des deux sœurs s’étaient inversés. La blonde totalement noyée dans l’alcool, la brune noyée dans le désir du professeur (IAN). Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure, et même l’auror, pourtant bien abimée, s’en rendait compte.

Et puis, le mage noir qu’elle désirait pris la parole, indiquant qu’il était plus qu’un ami pour elle. Sérieusement ? Elly ne put retenir un rire nerveux de s’enfuir, comme si les relations amicales étaient sensé se dérouler ainsi « Eh l’ami, viens qu’on s’tape dessus et que j’découvre que finalement t’es un mangemort, t’sais ceux que tu passes ta vie à combattre ». Soupir. Décidément la vie ne lui faisait pas de cadeau. Elle le regarda trinqué et ne l’imita pas, trouvant la situation totalement irréelle et perdue dans la protection qu’elle voulait offrir à sa sœur. Lui présentait un mangemort n’était certainement pas la meilleure des choses à faire.

Dans le même temps, sa cadette, dans une douceur infinie lui commanda un verre d’eau qui ne mis pas longtemps à arriver et que l’auror avala d’une traite, avec un faible sourire pour cette brune qui était sa sœur. L’eau raviva les douleurs laissaient par l’alcool dans sa gorge, mais avait au moins le mérite de la rafraichir un instant, lui permettant d’y voir clair … enfin d’essayer d’y voir clair ! La présence d’Evan avait eu le don de calmer les effets de l’alcool sur son sang.

Et puis, à nouveau, Evan se mis à parler et elle le regarda avec des yeux ronds ? Qui était-il pour se permettre pareille remarque sur sa sœur. Eury répondit à la question le plus simplement du monde et sa voix trahissait l’agacement que la question avait provoqué. Et il en était de même pour sa sœur, qui se leva d’un bond, titubant sur quelque pas

- Evan ? Pour … qui tu te prends ? Que de … lui poser des ques … tions comme … ça ? Parce … que toi … tu couchais … pas avec tes … élèves par hasard ?

Un rire rauque s’échappa de la gorge de l’auror, avant qu’elle ne s’affale sur un moldu qui, visiblement peu enclin à supporter son poids la repoussa un peu plus loin. Et la sorcière n’avait de cesse de rire de cette situation totalement ridicule mais sur laquelle elle n’avait aucun contrôle. Elle revint en titubant vers sa table, qui lui semblait étrangement loin pour le peu de pas qu’elle avait fait, et s’adressant à sa sœur « Je te fais confiance pour … euh … euh faire attention. S’il te plait Eury, promet moi, pas d’idiot…ie ». C’était décidément l’hôpital qui se foutait de la charité tant Elly s’était montré irresponsable durant cette soirée.

- Je vous … laisse.


Et sans un mot ni regard pour Evan, elle s’éloigna en chancelant sur ses jambes, en direction de la sortie du bar. Rentrer chez elle allait s’avérer difficile mais après tout, cela finirait sans doute par être amusant, demain matin, lorsqu’elle ignorerait ce qui lui était arrivée. Ah l’ironie des gens totalement saouls.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Dans un centre commercial

Message par : Ian Benbow, Mar 11 Juil - 17:09


Mon envie de m'écarter du petit groupe pour profiter de la demoiselle me consume de plus en plus, ces petites caresses et autres mots séducteur ayant attisés mes envies charnelles. La jeune demoiselle, cependant, ne semble pas si impatiente que ça, car je le vois à son regard juste après mes derniers mots : elle ne compte pas s'amuser tout de suite. Et elle me le fait savoir, répondant elle aussi dans un souffle qui se veut discret. Elle joue la petite soeur inquiète, elle veut être celle qui s'assure que le Professeur de Métamorphose ne souhaite aucun mal à sa soeur.

Evan ne me semble pas être le genre d'homme à s'en prendre aux femmes, qui plus est lorsqu'elles sont bourrées. Je le vois plus comme un gentleman, un homme qui aime les femmes, qui les respecte. Bien que je sois, moi aussi, un amoureux des femmes, je ne peux en dire autant sur le côté gentleman. Les jolis mots, l'amour et la galanterie ne font pas partie de ma vie. Lorsque je rencontre une dame, soit ça se passe comme ce soir avec Eurydice, soit ça ne se passe pas. Des personnes qui savent ce qu'elles veulent, qui ne s'encombrent pas de jeu de séduction. Deux adultes, même si Eurydice ne l'est pas encore totalement, qui savent dans quoi ils s'engagent.

Evan est le suivant à s'exprimer, donnant de plus amples détails sur sa relation avec la blonde, dont j'ignorais encore le nom jusqu'à ce qu'Evan le prononce pour elle. Elly. Wildsmith, donc. Un nom inconnu. Ce qui attire le plus mon attention est la révélation faite par mon collègue. Ils nous annoncent être plus qu'un ami pour la grande soeur, ca qui ne laisse aucune place à l'interprétation. Les deux adultes sont ensemble, et apparemment c'est compliqué. Vu le comportement d'Elly vis à vis de moi, et sa réaction à l'arrivé d'Evan, la grande soeur en a après le Professeur. Et une femme qui vous en veut est une femme dangereuse, imprévisible. Intérieurement, j'essaie de me convaincre qu'aucune des scènes précédentes n'étaient parvenues jusqu'aux yeux de mon collègue. Histoire de pas finir l'année scolaire sous tension.

Un serveur vint briser un silence provoqué par l'enchaînement des récents événements. Elly qui vomit sur les chaussures de son amant, et moi surpris la main sous la robe d'une étudiante par un collègue. S'il y a bien un moment dans ma vie où je dois me sentir mal à l'aise, c'est celui-ci. Evan eut la bonne idée d'avaler son verre sans se faire prier, et je décide de l'imiter, ingurgitant moi aussi la totalité du liquide présent à l'intérieur du contenant.

Et puis, vient la question gênante. Le collègue décide de détourner l'attention de sa maîtresse, ou copine, en mettant en avant la scène à laquelle il a assisté à son arrivée. Ou en tout cas, des déductions. Mes yeux se posent sur Eurydice qui se charge de répondre pour nous. Malgré tout, je décide d'ajouter quelques mots.

- Ho, tu sais. Wildsmith voulait un Optim..

Je n'ai pas le temps de terminer ma remarque ironique que je suis coupé en plein milieu par Elly. La grande soeur se lève d'un bond, apparemment incapable de supporter cette remarque, assez anodine il faut se l'avouer. La jolie blonde se met à balbutier des mots, accusant le collègue d'avoir déjà testé ce genre de relation, lui-aussi. S'en suivit une remarque des plus gênante, à nouveau, en direction d'Eurydice. Moi qui n'ait jamais prit l'habitude de me retrouver dans ce genre de situation, me voilà servit en malaise pour une année entière.

Et après quelques bousculades avec un moldu, qui d'ailleurs provoque une envie de torture en osant poser ainsi sa main sur un être doté de pouvoir magique, la grande soeur s'en va, nous laissant derrière elle sans même attendre la moindre réaction de notre part. J'ouvre de grand yeux, surpris par la réaction, et ne sachant pas trop quoi faire. Mon regard se pose sur l'un, puis sur l'autre, à la recherche de consigne. À voir sa démarche, il ne fait aucun doute que la jeune Elly ne passera pas le coin de cette rue sans tomber une bonne dizaine de fois.

- Un sacré tempérament cette Elly. Je vois que tu aimes les femmes avec du caractère, Evan. Je souris poliment à mon collègue, puis décide de m'adresser à Eurydice. Je pense que tu es la plus à même à la raisonner et lui faire comprendre qu'il ne vaut mieux pas faire ce chemin seule. On se reverra à Poudlard..

Je lui fais un clin d'œil puis me tourne vers Evan. Allez vieux, propose-toi pour prendre ce rôle. J'aimerai garder la petite avec moi ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Dans un centre commercial

Message par : Evan, Mar 11 Juil - 18:08







En même temps que j'avais posé ma question vers les deux amants d'un soir, j'observais Eurydice qui avait gentiment commandé un vers d'eau pour Elly, et lui tendit quand ce dernier fut servi. Je laissais un regard alors s'en aller vers ma belle, qui s'empressa d'avaler ce verre d'eau comme si elle n'avait espéré qu'en croiser un pour se rafraîchir un peu.

La seule réponse que j'eus d'Eurydice resta évasive au possible, parlant davantage de cette soirée qui tournait sur des rives étranges qui devait être sa manière à elle d'éluder mon intrusion dans leur jeu. C'est alors que, quand la voix de Ian s'éleva pour me parler, commençant un semblant d'explication auquel je prêtais l'oreille, tout le monde s'arrêta pour suivre Elly, moi le premier.

Je l'avais entendu se lever et s'en suivit alors une réplique sèche qui m'était destinée. Enfin sèche, une réplique clairement imbibée d'alcool tout de même. Me remettant alcooliquement gentiment à ma place, me disant que je n'avais pas à poser ce genre de questions en me rappelant que j'avais moi-même déjà couché avec certaines de mes élèves.  

J'affichais un regard passablement gêné, non pas que je me doutais que mon collègue aurait déjà eu vent de cette information, mais je préférais que celle que je voyais comme ma compagne ne l'exclame pas devant toute une assemblée.

Après un rire qui s'échappa de ses lèvres comme si elle se moquait de moi, elle s'affala sur un moldu qui ne manqua pas de la repousser plus loin, auquel j'envoyais un regard meurtrier  et j'eus une soudaine envie de lui arracher la gueule l'espace d'une seconde ou un coup de sang me monta à la tête.

Finalement, elle revînt vers la table où tous, nous la regardions pour nous assurer qu'elle allait bien. Elle s'adressa alors à sa sœur, lui disant de faire attention entre les mains -mais pas que- de Ian, avant de décréter qu'elle nous laissait là.

J'affichais aussitôt un regard surpris et je la regardais s'en aller vers la sortie, restant seulement retenu de courir à elle par la voix de Ian. Quand je reportais mon attention sur mon collègue, il adresse quelques mots à Eurydice, avant de se retourner vers moi et de me faire un clin d’œil, qu'il n'avait même pas la peine de me faire pour le coup.

Lui aussi avait abandonné son auréole un soir dans un champ où je ne sais où, certainement revendue pour je ne sais quel jupon qu'il avait exploré... Je lui adressais un sourire faux.

- Inutile, je m'en occupe, je vais la raccompagner chez elle...

J'envoyais un regard à Eurydice, comme pour qu'elle puisse voir combien que j'étais sincère et que je prendrais soin d'elle. Je me baissais alors pour laisser un murmure à l'oreille de Ian, lui délivrant un "Bonne soirée" qui voulait tout dire, ne manquant pas de lui laisser une tape sur l'épaule au moment de quitter les deux.

Je rattrapais alors Elly qui gagnait tout juste l'entrée du bar et posais une main à son épaule tandis que de l'autre j'attrapais la poignée de la porte de sortie, me mettant devant elle pour lui tenir ouverte, en même temps que je laissais ma main à son bras, le regard à la fois peiné et aimant de la voir dans cet état.

- Je te raccompagne chez toi.. Tu vas avoir besoin de te reposer, et je veux être sûr que tu arriveras saine et sauve jusqu'à ton lit...

Une fois la porte fermée, je l'attrapais alors dans mes bras, posés dans le haut de son dos, mes deux mains dans ses cheveux que je caressais machinalement, comme me revoyant à mon manoir le lendemain de cette fameuse nuit. Je lui fis un sourire qui voulait lui dire que j'étais à la fois content d'être là pour elle et que je ne lui en voulais pas d'avoir fait ce qu'elle avait fait.

Je déposais un long baiser dans ses cheveux d'or sur le sommet de sa tête, puis en fit un autre sur son front peu après, comme pour lui dire que j’étais là pour elle, et que je le serais peu importe les épreuves.

- Je suis là... Tout ira bien maintenant...

Je laissais mes bras se défaire d'elle un court instant, me plaçant à sa droite. Je passais mon bras gauche autour de sa taille pour qu'elle ne tombe pas, ma main droite tenant son bras droit, pour la guider, la ramener, où elle pourrait se reposer.

J'avais oublié toutes les avances maladroites qu'elle avait faites à Ian, cette situation dans laquelle je m'étais retrouvé à la suivre. Seul comptait à présent que je sois avec elle et qu'elle aille bien.

Départ d'Elly et Evan ICI
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Eurydice Wildsmith, Mer 12 Juil - 16:48


Il y eut cette magnifique tentative de la part du cher professeur Benbow de rétablir un semblant d'apparence. C'était si ravissant de viser « l'optimal » avec lui. Elle voulait en apprendre encore plus dans une avidité à peine contenu par le flot des événements. Ce n'était que le début.  A quoi ressemblait-il déformé par le plaisir ? C'est ainsi que ses yeux glissèrent toujours plus lentement vers lui aspirant certains détails appétissants.

Eurydice avait envie de la prendre dans ses bras. Elle ne sut si c'était de l'affection, de la haine ou les deux à la fois qu'elle éprouvait envers Evan. D'une part il l'avait faite souffrir sans aucun doute et pour cette raison la jeune femme voulait le briser dans une rage enivrée.  D'autre part, il avait l'air si attentionné. * malgré tes mœurs volages n'est ce pas ?* Elle se perdit dans la contemplation d'un geste tendre. Elle voulait surtout tout savoir de sa grande sœur, de ses chagrins, de ses déceptions, de ses amours...Tant de choses manquées...Et de jalousie.

« Je te promets. Ne t'inquiète pas pour moi. Au fait je pourrais passer à l'appart' quand tu...Elly mais où vas tu ? » lança t-elle à brûle pourpoint sans pouvoir finir complètement sa pensée. Elles n'avaient pas encore passé ce cap et de toute façon Elly filait déjà perdant pieds dans la réalité. On aurait dit qu'elle s'échappait d'ici. Ce n'était peut être pas le bon moment cependant elle ne savait pas comment aborder la chose. En quête de délicatesse. Est-ce-que la soirée devait déjà être écourtée ?
Il se joua quelque chose entre les deux hommes de sorte qu'elle n'eut le temps de formuler une réponse. Il semblait qu'il ne la laisserait pas partir ce soir. Clin d’œil qui pouvait déclencher son hilarité à tout moment. Elle se fit voler la vedette par les ténèbres. Tant pis, elle trouverait les siennes le temps d'une nuit. * t'aimes les feux d'artifice? *

 L'Anglaise déversa un regard qui se voulait amical pour le professeur de métamorphose ne sachant comment trouver le naturel. Quelque soit la situation, Evan n'abandonnerait pas sa sœur et cette idée la rassura. Elle avait peut être trouver son ancre auprès de lui et ne se réveillerait pas seule et désorientée. Ils partirent tous les deux comme dans un songe. Quant à la belle, elle prit pleinement conscience de la présence de l'autre. Intensément.

« Faites attention sur le chemin du retour. Bonne soirée »
Evan débarquait aussi dans sa vie en quelque sorte et cela était bizarre, sorti de nulle part. Cela lui crispait le cœur. Pourtant, au début, elle ne s'imaginait pas à deux avec Blondie mais tout avait été autrement. Tout en remuant ses idées, elle acheva encore un verre succulent. * tu vas jamais t'arrêter ou quoi ? Fichu whisky, tequila...Ah Ian ! *

Reportant ses mirettes sur le bel homme à ses côtés elle lui demanda s'approchant tout près de lui :
« Alors, comment trouvez-vous ma sœur... ? A quoi pensez vous... ? » ajouta t-elle en susurrant. C'était comme frôler un point sensible et s'y attarder. C'était sûrement un homme à femmes mais pourquoi vouloir se poser la fatidique question maintenant ?

La brune profita de cet instant pour humer l'odeur velouté de sa peau. Elle déposa sans hésitation un baiser humide le long de sa clavicule faisant durer son plaisir. Ses doigts pianotaient le long de sa cuisse. Elle les avait occultés les jugeant inintéressant dans un dédain non dissimulé. Sa robe lui serrait la poitrine ne sachant pas comment ni pourquoi mais tout son corps était incandescent. Il n'y avait plus aucune trace de décence à travers ses lèvres.  Alors, ses joues s'empourprèrent légèrement. Cette soirée la rendait audacieuse comme jamais. Pas même les moldus vaquant autour ne purent la retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Dans un centre commercial

Message par : Ian Benbow, Mer 19 Juil - 11:43


Mes yeux fixés sur Evan, je suis suspendu à ses lèvres, attendant ses mots comme une sentence. Soit il accepte de raccompagner sa copine pour me laisser en charmante compagnie, soit il décline mon offre implicite et décide de passer la soirée ici avec moi, laissant Eurydice ramené sa grande soeur à 3/4 ivre. Ne connaissant que très peu le collègue, je ne peux pas réellement savoir quelle sera sa décision. Après tout, en acceptant de quitter les lieux, il me laisserait avec une Dennis étudiantes entre les mains. Et dieu seul sait ce que j'ai prévu de faire dans les heures à venir. Finalement, au bout de quelques secondes seulement, Evan décide de rompre le silence, mettant fin au suspens.

- Inutile, je m'en occupe, je vais la raccompagner chez elle... Mentalement, je remercie Evan pour ce geste très apprécié. Le Professeur de métamorphose s'approche de moi et me glisse deux petits mots à l'oreille, suivit d'une tape sur l'épaule. Je réponds, dans un souffle également. Merci. À demain.

Intérieurement fou de joie, j'essaie d'en limiter l'expression, me contentant d'un sourire discret en direction de la belle étudiante. Enfin, nous pouvons passer aux choses sérieuses. Plus de collègue ou de grande soeur. Juste des moldus, bruyant, aux alentours. Mon regard se pose sur la table, des idées remontent à la surface. Tout aussi compliquées à réaliser, sans magie en tout cas.

Je sors ma baguette de la poche de mon pantalon alors qu'Eurydice m'adresse la parole. Je la regarde, mais ne peut maintenir mon regard très longtemps, ce dernier plongeant dans sa poitrine assez rapidement.

- Alors, comment trouvez-vous ma sœur... ? A quoi pensez vous... ?

Un baiser délicat, des caresses. Elle sait comment faire grimper l'excitation. Je n'ai pas envie de répondre, juste de lui montrer ce qui l'attend, juste un aperçu. Je décale ma chaise, plaçant mes jambes face à son flanc. Ma baguette est visible maintenant.

- #Vitro Convexo à gauche. #Vitro Convexo à droite. #Vitro Convexo devant. #Vitro Convexo derrière.

Un carré de miroir nous entoure, rendant nos deux corps invisibles pour le reste du monde. Plus personne ne peut entrer dans ce carré, notre carré. Mon carré. J'attrape sa chaise et la fait pivoter. Mes jambes face aux siennes, maintenant. Je tire la chaise. Soulève ses jambes.

Ses jambes par dessus les miennes.

Un sourire. Elle sur sa chaise, moi sur la mienne. Je laisse glisser mes doigts, ces derniers reprenant le chemin d'un endroit qu'ils ont été obligé de quitter plus tôt.

- Je pense à.. énormément de chose.

Mes yeux parcourent ses formes et s'incrustent dans les siens. J'essaie de garder mon calme, de faire durer cette période de transition, entre le départ d'Evan et le vrai moment. Quelques secondes seulement, puis je retire mes doigts, un sourire étirant, toujours, mes lèvres.

- Elle à l'air plutôt sympa, mais.. je préfère me concentrer sur la petite soeur.

Je me penche en avant, dépose ma main droite contre sa nuque et l'attire vers moi. Je l'embrasse.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Eurydice Wildsmith, Jeu 20 Juil - 5:42


Eurydice le vit dévisager et se perdre son décolleté. Elle se dit intérieurement que c'était finalement une très bonne idée d'oser la robe bustier pour un soir. De charmante compagnie elle passait à délicieuse compagnie. Le sentiment d'être désirée l’enivrait beaucoup plus que l'alcool. La tentation était trop grande et à portée de main. *on comprend pourquoi monsieur réserve ses sourires et ne les offre pas à tout le monde... *

Quelque chose de magique s'éleva près d'eux. Ils étaient maintenant enfermés dans un cube qui reflétait le moindre de leur mouvement. Avant même l'expérience de la nudité la belle se sentit exposée et devint cramoisie. La position qu'il lui fit prendre était très inconfortable mais quand il révéla ses intentions tout son corps se tordit de plaisir. C'était comme plonger dans la cascade. Elle arrêta de penser à toutes les situations gênantes de la soirée. Lui seule comptait à ce moment précis. Coupée du monde et assoiffée de satisfaction. La simple idée de l'accaparait quelques heures la séduisait. Et de nouveau, il disparaissait avec l'origine de ses soupirs. Elle aurait voulu attraper violemment sa main et le forcer à continuer mais elle n'eut pas le temps.

« En fait, je crois que je.... »*ne veux pas savoir, je préfère que tu continues* avant d'avoir pu achever sa phrase, ses lèvres atterrirent sur les siennes. Elle en avait rêvé toute la soirée. Ce baiser là était une promesse charnelle. Un vertige la saisit. C'était la terre inconnue qu'elle se faisait un devoir d'explorer. La brune se sentit toute absorbée par son professeur et mordilla distraitement pour découvrir la saveur de sa bouche. Explosion.

Elle finit par le repousser sur sa chaise et repartit à l'assaut de sa bouche tout en s'asseyant à califourchon sur lui. Plus de proximité. Maintenant.
Évidemment elle ne touchait pas le sol de ses pieds; cela ne l'irrita pas assez pour descendre. L'Anglaise voulait attiser les braises en lui, effacer ce calme se rapprochant encore plus près. Elle ne savait pas comment il réussissait cet exploit, garder ce contrôle, car en elle, l'ouragan se levait.

Ses mains descendirent tanguant bouton après bouton avec patience tandis qu'elle laissait la fougue emporter ses lèvres et finit enfin par dénuder une de ses épaules. Elle laissa une traînée de baisers sur celle-ci se remplissant de son odeur. Il y avait un goût d'alcool qui persistait mais ce n'était plus sa conscience qui la guidait ni les mots de sa sœur qui l'avaient à peine effleurés. Elle le quitta enfin reprenant son souffle happant l'air alourdi par ce sentiment, ce drôle de sentiment qui ne l'avait jamais rendu aussi vivante : le désir.

« Dis, tu veux jouer ? Je faisais ça avec des rubans sur des coussins quand j'étais gamine. » sourire en coin qui froissa ses lèvres.
« Je suis pas sûre d'y arriver après cette soirée mais... j'ai bien envie d'essayer. Sauf si tu préfères le faire... » terminant avec un clin d’œil amusé. Avant même sa réponse la sorcière essaya tant bien que mal pour lui montrer qu'elle aussi pouvait faire de la magie et sortit la baguette coincée dans son dos en se tortillant.
#Incarcerem !
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Dans un centre commercial

Message par : Ian Benbow, Ven 21 Juil - 19:26


Des lèvres qui s'effleurent, puis qui se touchent. L'envie de plus, mais de se contenir aussi. L'impatience, l'excitation, la faire sienne pour ce soir. Ne rien faire, se contenter de ce baiser, de l'instant vécu. Devoir se retenir, maintenir sa fougue, pour jouer un peu plus. Toujours plus. Sentir son odeur, s'accrocher à ses lèvres, échanger plus que des mots. Des jeux de lèvres, de langue, puis de dent. Un sourire, elle sait s'y prendre. Mon regard qui se perd dans le sien.

Elle prend le dessus, c'est inattendue. Se laisser faire, parce que prit dans le jeu, dans le moment. Lui laisser l'opportunité de mener. Se retrouver caler dans le fond de sa chaise, l'étudiante à califourchon sur sois. Mes mains qui se perdent sur son corps, sous ses vêtements. L'impression de ne faire qu'un, alors que ce moment n'est pas encore arrivé. Des baisers, encore. Ne pas s'arrêter. L'excitation grandissante, le corps incandescent. Des images qui surgissent, prédisant l'avenir. Envie de plus, toujours plus.

Un bouton, deux boutons. Elle commence à enlever ma chemise. Des baisers, mais plus sur mes lèvres, les siennes changent de destination. Le désir qui grimpe en flèche. Sur le point de ne plus pouvoir résister. Être décontenancé, par cette élève pas si innocente que ça. Ce sourire qui ne me quitte plus, mon compagnon pour cette aventure. Se mordiller les lèvres, sans trop savoir pourquoi. Un réflexe. Est-ce que ça aide vraiment à soulager son excitation ?

Des mots, que je n'entends qu'à moitié.

Elle parle d'une vieille expérience, qu'elle souhaiterait reproduire. Dans un nouveau genre de situation. Ne comprendre que trop tard, lorsque la formule est prononcée. Les poignets attachés, je ne peux rien faire.

Être impuissante, devoir se laisser faire. Impossible de bouger, de se défendre. Et malgré ma réticence, je me prends au jeu. Je me surprends à apprécier. Parce que la confiance est là. Alors, après une minute de tentative, je me résigne. J'arrête de gesticuler, je comprends que je ne peux rien faire. Je ne sais dire pour combien de temps, mais je ne peux rien faire.

Le sourire, qui m'avait quitté depuis que je suis attaché, me retrouve, vieil ami. J'essaie de reprendre des couleurs, de retrouver la confiance dont je dispose habituellement.

- Ça ne me semble pas être le genre de jeu convenable pour une enfant de 12 ans. Et beaucoup moins intéressante avec un coussin.

Essayer de montrer que je ne suis pas mal à l'aise. Faire celui qui a l'habitude de se retrouver là. Se pencher en avant, le plus possible, afin de se rapprocher d'elle, claquer des dents en essayant de lui mordiller le nez, mais ne pas y arriver. Parce que je suis entravé, et qu'elle a réussi à esquiver. Elle me repousse dans le fond. Je ne montre aucune résistance, inutile.

Un nouveau genre de sourire s'affiche sur mon visage, plus sadique. Démontrant mon envie de vengeance.

- Dés que j'en suis libéré.. D'un geste du menton, je désigne les cordes. Tu vas le sentir passer.

Clin d'œil, puis, à nouveau, j'essaie de me rapprocher, mais pour attraper sa bouche, cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Eurydice Wildsmith, Dim 23 Juil - 22:13


Le palais des glaces


Un autre visage fit son irruption. Parmi tous les sourires qu'il m'avait envoyés, celui-ci était le plus sauvage. Il recelait une telle hargne que cela la fascina. Encore plus. Tout en écoutant sa menace, il se tendit pour attraper ses lèvres sans succès. Les siennes s’entrouvrirent à peine. Elle se trouvait si près, fruit dangereux qui n'attendait que d'être croqué. Hors de portée.

«C'est pour ça que tu me sers de cobaye. Tu ne devrais pas trop bouger tu risques de te faire mal. Et puis doit-on vraiment parler de ce qui est convenable ? »
conclut-elle. La taquinerie qu'elle nourrissait dans ce moment était sans égale. Elle se prêtait au jeu de cette succulente et lente torture. Il était comme cette allumette prêt à brûler, à se consumer. Miroir d'elle même. Il sortait les crocs croyant la faire renoncer. Pas si facilement.

« L'attente n'en sera que plus bénéfique alors ! » chuchota t-elle espiègle. Il n'y avait pourtant aucun bruit aux alentours. Juste eux. Juste les glaces qui lui renvoyaient son regard. Un regard remplit d'une soif qui la décontenança au plus haut point. La sorcière admira les liens qui entouraient les poignets du jeune homme. Ils formaient des entrelacs qui parcouraient sa peau. Mais surtout, cela symbolisait une chose : le contrôle. Cette emprise que l'amante possède un jour. Juste maintenant, sûrement pas demain, ni un autre jour, ce moment lui appartenait. Les battements s'accélèrent dans sa poitrine. Chaque pulsation ressentie avec une telle puissance. Elle s'empara à nouveau d'un baiser au combien volé s'asseyant sur la cuisse du condamné. Mais quelle condamnation peut bien être la luxure?

La jeune fille libéra toute son imagination comme jamais elle n'avait pu le faire avant déversant le souffle ardent de l'excitation. Elle voulut connaître chaque recoin du bout de ses doigts, avec la pulpe de ses lèvres, partout, n'omettant pas une seule parcelle de peau. Ce qu'elle avait touché de ses yeux, sa langue le reconnut. Ses cheveux lui tombaient parfois devant le visage. Rien n'empêchait sa course. La belle flirtait avec sa timidité et son envie grandissante de ne rien laisser intact. Tout était exquis. Sa chemise pendait à ses mains, encore accrochée. Sa nudité était absolument sublime. Allait-elle se réveiller ? Était-ce un rêve ? Les minutes défilèrent, insouciantes.

Puis le bonheur de la magie s'estompa. Son seuil était peut être déjà atteint. Ce n'était plus le prisonnier, le ligoté, mais l'homme tapi sous le charmeur de femmes. Sa musique allait sûrement retentir différemment maintenant que tout était claire à la lueur de sa chair innocente et de ses épaules rondes. Elle n'osait lui montrer son expression, si heureuse de partager cette fantaisie avec lui et lui tourna le dos. A quoi pouvait-il bien penser?

« Dis, sois gentil. T'as plutôt intérêt. »
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Dans un centre commercial

Message par : Ian Benbow, Jeu 24 Aoû - 9:37


L'élève manie bien les mots, son sens de la repartie m'étonne. J'arrête de me débattre alors qu'elle me prévient des risques. Elle a raison, l'option la moins maligne est celle que je choisis depuis tout à l'heure. Essayer de se défaire des liens par la force ne va pas fonctionner, et pourtant je m'y efforçais depuis près d'une minute maintenant. Faut dire que cette situation me prend au dépourvu. Si j'avais prévu ce développement depuis le début de la soirée, j'étais à mille lieux de m'imaginer finir les mains attachés. D'imaginer Eurydice capable d'autant de folies.

Cette sensation de ne pas maîtriser, de ne pas être capable de, littéralement, prendre les choses en main, me rend nerveux. Ce n'est pas dans mes habitudes, je suis celui qui décide dans tout genre de situation, et surtout dans le cadre de relation intime. Je n'ai pas prit l'habitude de laisser ma partenaire mener la danse. C'est une expérience nouvelle, à laquelle je ne me soumets pas avec joie, pour le moment. Et alors que mes doutes se font plus nombreux, la douce Eurydice me caresse de baiser. Ça et là, parcourant ma peau nue de ses lèvres, me faisant oublier tout ce dont j'avais pu me plaindre auparavant. Détendu, je reste immobile face aux allées et venues répétées de la Serpentard.

Et alors que je bouge une main, je me rends compte que la liberté leur a été rendue. Depuis combien de temps ? Impossible à dire. J'ai l'impression que cet espace intimiste, créé à partir de miroir magique, ne se soumet pas aux effets du temps. Impossible de compter les secondes, de déterminer depuis combien de temps maintenant la soeur et le collègue s'en sont allé.

Elle, aussi, se rend compte de ma liberté retrouvée. Elle s'arrête et se recule de quelques pas, puis me tourne le dos. Légèrement déçu, je me surprends à souhaiter que le sort ait duré plus longtemps, m'entravant les poignets encore quelques minutes. L'espace de quelques secondes, je reste assis, immobile, le regard fixé sur la demoiselle.

Puis je me lève. Je m'approche d'elle à petit pas, pose mes mains sur son ventre et dépose un baiser à l'arrière de sa nuque. Puis un autre, tout en laissant mes mains glissées jusqu'au bas de sa robe. Je la soulève doucement, lentement. Un baiser contre le lobe de son oreille. Le ventre à nue. Mes lèvres contre sa joue. La robe est à terre.

- Toujours.

J'attrape son bras et la retourne, la mettant face à moi, presque à nue. Je l'attire contre moi, soulève son visage d'un doigt contre son menton et l'embrasse, sans plus jamais m'arrêter. Je l'attrape à la taille, la soulève d'un bras et lui demande, sans un mot mais en lui attrapant une jambe d'une main ferme, de m'enserrer de ses bras et de ses jambes. Je plaque son dos contre l'une des paroies magiques, probablement froide et sans un mot continue d'échanger de nombreux baiser avec la belle.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Eurydice Wildsmith, Lun 28 Aoû - 12:33


LA Ianouu  amour

Elle le sentit comme sous l'effet du charme, devenir caramel. le voir ainsi, à sa merci, la rendait euphorique. Elle savait que ce n'était qu'une avalanche de plaisir sur son torse, ses bras, son cou. Brûlant. Elle n'avait pas besoin de se cacher derrière les civilités assommantes. Il n'était plus qu'homme abandonné dans les joies et les mystères de ses jeux.

Eurydice le savait. Et pourtant elle sursauta au contact de sa bouche contre sa nuque qui fut aussi tendre que ses douceurs, comme une promesse charnelle. Elle avait toujours détesté les surprises mais celle-ci la cueillit sans effort. Son corps à découvert, territoire inconnu. Ses lèvres quittèrent la naissance de son dos et chatouillèrent sa joue. L'air s'en appropria le toucher, insaisissable.
Son sourire en coin révéla sa fossette.

Dans chacun de ses baisers, elle se retrouva un peu plus, comme pour donner du sens à cette soirée dont elle ne pourrait oublier les détails, les délices. Elle eut l'impression de se goûter elle même tant la sensation était fulgurante, tant leurs bouches s'enlacèrent, s'entremêlèrent sensuellement.

"Toujours". Ce mot lâché doucement résonna dans sa tête bien plus qu'elle n'aurait pu se l'avouer. Une vigoureuse émotion la transperça:
celui de sa première fois qui lui appartenait désormais. Pas une seule seconde, la belle n'eut besoin de l'interrompre, désirs accumulés qui tressautent et une confiance dans tous ses silences, entrecoupés de ses soupirs. Elle se ficha bien de la froideur, lui qui faisait fondre la glace à chaque tracé de ses doigts, lui qui faisait battre son coeur si rapidement. Elle était seulement vivante. Elle se sentit renaître. Le miroir lui renvoyait sa nudité et son regard langoureux.

Se retrouvant dans les airs, se glissant tout contre lui, elle se perdit dans cette facette qu'elle ne croyait ne jamais connaître. Lentement mais sûrement, la brune connut ces moments extatiques de l'amour, qui dès qu'ils nous laissent, en redemandent. Insatiable. Inépuisable.
Elle était serpent s'enroulant autour de lui. Leurs souffles cadencés envahirent l'habitacle. Demain serait un autre jour. Elle ne préférait pas y songer, que cela prendrait fin comme cela avait commencé, tout d'un coup. Ephémère. Papillons qui se meurent. Son cœur s'enferma à doubles tours tandis que déjà le feu s'apaisait. D'un rire irrépressible, elle manifesta son contentement. Les pensées sanglantes avaient déserté son esprit.

Ian la regarda rire jusqu'au larmes tout en lui rendant sa robe, parfait gentleman. Il n'avait pas pensé qu'elle serait si désinvolte, si ouverte. Il était tant de partir car le sommeil serait ce soir réparateur.
"Je crois qu'une autre leçon s'impose. Sois sûre d'être à l'heure Miss Wildsmith. Je te raccompagne?"
Mhh... Je n'oserai vous faire patienter. Dormez bien monsieur le professeur. Je me débrouille" dit-elle tout bas, la voix un peu rauque. Elle n'était pas une damoiselle en détresse. Il n'était pas le chevalier des contes de fées et elle l'acceptait.
* merci pour aujourd'hui * L'Anglaise n'avait laissé aucune fissure à sa fragilité, à l'émotion qu'elle aurait voulu partager. Elle avait ce même sentiment que cela n'était pas entièrement fini, dans une soif d'apprendre, dans une faim de lui.


FIN DU RP


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un centre commercial

Message par : Elhiya Ellis, Sam 2 Sep - 9:49



Les princes existent au rayon biscuits.. Nous, on a un vert ca compte?
Pv Cousin Chéri et Poussinette• Mon LA aux 2 loulous• ♫♫


Crumble n’avait pas rechigné à envoyer ses messages, surement car pour se balader dans Poudlard l’animal y trouvait toujours son avantage. Quelques biscuits volés par-ci par-là, et les missives avaient trouvés leurs destinataires.

Comme le rendez-vous était prévu le samedi matin dans un centre commercial réputé de Londres, et qu’Elhiya ignorait si les deux autres passaient leur week end à l’école ou non, elle n’avait pas proposé de les amener en transplantant. Surtout que l’escorte n’était franchement pas son fort avec des êtres vivant : trop peur de les perdre en route.  Par ailleurs, elle était rentrée chez ses parents la veille dans l’espoir de passer un peu de temps avec son ami d’enfance.

Slim noir, t shirt large noir et rouge à capuche avec une licorne dessus, veste en cuir noire, et boost marron enfilé, la blonde avaité tiré ses cheveux en queue de cheval question de pas etre gênée et avait filé rapidement après son petit déjeuner. Rapide passage par la porte voisine pour demander si Lucy était là, mais non. Tant pis, les deux blondes se verraient au retour. Maintenant, direction les boutiques, le sac vissé sous le bras.

Pas grand monde le matin dans les rues de Londres, c’était pratique et agréable. L’air frais matinal ébouriffait doucement ses quelques mèches rebelles, la faisant frissonner légèrement, elle aurait dû prendre un foulard, ou un truc qui pourrait avoir le même effet, mais trop tard pour faire demi-tour les premières silhouettes du bâtiment se découpaient devant ses yeux. Au pire, ce serait un bon prétexte pour en acheter un tout nouveau et plus chaud pour l’automne qui n’allait pas tarder à arriver.

Les portes étaient fermées, mince pas de bol, en avance, peut-être qu’attendre un peu et bavasser avec sa mère aurait été une bonne idée…. Tant pis aussi…. Restait plus qu’a poireauter en priant pour que son cousin sache où était le point de rendez-vous, pas sûr qu’il trainait souvent dans ce coin. Quoi que s’il arrivait à la bourre, il pourrait payer les chocolats chauds des filles pour se faire patienter. Un sourire amusé s’était dessiné sur ses lèvres rosées à cette idée. Déjà que trainer un garçon pour faire les boutiques se révélait de l’exploit, alors lui faire porter leurs sacs de courses et leur fournir les cookies pourrait révéler des anecdotes utiles pour l’embêter par la suite !

Au loin des bruits de pas l’arracha de sa réflexion personnelle, adossées contre une des portes vitrées, le pied calé sur un des rebord en bois, la blondinette levait le nez pour vérifier qui se ramenait à l’heure de l’ouverture


Dernière édition par Elhiya Ellis le Mar 5 Sep - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Jace Becker, Sam 2 Sep - 15:23


Elhi m'avait demandé de venir samedi matin à un centre commercial moldus pour rencontrer sa petite protégée.
J'ai étais réellement surpris quand elle m'a parlé d'elle. Je ne vois pas Elhi être maternelle... Sauf avec moi peut-être.

Donc le samedi matin, je me réveille de bonne heure, en même temps que mon père à dire vrai, il m'emmènera à Londres.
Après m'être douché et coiffé comme à mon habitude. J'opte pour un tee-shirt blanc avec un col en v, un pantalon en jeans foncé accompagné d'une paire de basket noire et d'une veste en cuir noire.

Après que mon père nous fit transplaner jusqu'à Londres, je regarde les rues que je connais pas très bien, un centre commercial hein... Mais lequel ?
Après avoir demandé à mon père la direction du centre commercial le plus proche, je mis en route.
Pas grand monde ce matin, une légère brise se fit sentir, tans mieux ça réveille.
Après quelques minutes de marche, je commence à apercevoir un grand bâtiment, ça doit être ici.

Je m'approche donc, il n'y a presque personne, excepté une petite tête blonde que je reconnais directement.
J'accélère légèrement le pas vers elle qui lève la tête au même moment.

-Salut cousine.
En la prenant dans mes bras puis lui faisant la bise.

-Ouais... C'est officiel je suis habitué à t'es câlin.

Je regarde autour de nous, pas de trace de sa petite protégée.

-Ta petite protégée ses perdu en route ?

Puis je m'adosse à côté d'elle en attendant l'arrivée de la petite Marjorie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marjorie Lunas
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un centre commercial

Message par : Marjorie Lunas, Sam 2 Sep - 21:05


Aujourd'hui c'était... journée shopping ! J'avais reçu un hibou dans la salle des Pouffy, c'était mon tout premier "hibou" et je ne savais pas trop comment m'y prendre... A peine je m'approchais que l'oiseau s'envolait, pourtabt c'était bien mon nom sur le papier ! J'avais essayé toutes les techniques possibles avant de tenter de l'attirer avec les quelques cookies qui me restait, je n'avais que ça... Et la chouette avait fini par s'approcher. C'était une lettre d'Elhi me proposant une petite virée shopping avec son cousin. Parfait ! J'étais à la maison ce week-end là.

Je me réveille toute excitée à l'idée d'aller faire les magasins. C'était la première fois que je rentrais chez moi depuis la rentrée et avait passé toute la soirée de la veille à tout raconter dans les moindres détails mes petites histoires, de mes péripéties du train en passant par ma rentrée rocambolesque. Je leur avait parlé d'Elhiya en mentionnant la fameuse journée au centre commercial.

Ce matin donc je m'étais habillée rapidement, Jean bleu, t shirt gris et par dessus un sweat Bordeaux. J'avais fait un rapide chignon, car rien de pire que de se coincer une mèche entre l'épaule et la hanse du sac.


Ma mère m'avait déposé devant le centre commercial, non pas sans mal... J'avais dû lui réexpliquer avec qui j'y allais, quel âge ils avaient, et une multitude de questions de ce genre, en même temps avec tout ces kidnapping qu'on entendait à la tv... En arrivant au centre commercial, je repère Elhi à côté d'un jeune homme. Certainement son cousin. Je les montre à ma mère qui fini par se convaincre qu'ils n'avaient pas des têtes à me ligoter au fond d'un coffre.

Je descend alors de la voiture et me précipite vers Elhi.
-Coucouuuuu Elhi !!! Tu vas bien ? Puis je me tourne vers le jeune homme. Salut ! Tu dois être son cousin ! Moi je m'appelle Marjorie ! Mais tu peux aussi m'appeler Marjo ! Le tout avec un grand sourire. J'avais hâte que la journée démarre !
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un centre commercial

Message par : Elhiya Ellis, Sam 2 Sep - 22:08


Les seuls bruits de pas étaient ceux de son cousin qui se planta devant elle avant de l etreindre et lui faire la bise. Chose surprenante de sa part. La blonde haussa un sourcil avant de rigoler doucement. S'habituer aux câlins hein? C'etait une façon de voir les choses, mais elle ne comptait pas sn plaindre pour une fois. Comme il s'adossait a côté sur la même vitre, elle haussa les épaules a sa question.

"B'jour toi.. j'sais pas, c'est une gosse, j ai zappé ce détail, il y aurait peut être fallut la récupérer pour rassurer ses parents ou un truc du genre.."

Depuis son  plus jeune âge, la blonde avait toujours eu tendance à en faire qu'a sa tête du coup, elle n avait pas vraiment pensé à ce genre de détail. Mais une petite tête brune apparu soudain au loin dans son champ de vision. D'un coup d'épaule au brun et d'un signe de menton, Elhiya sourit doucement.

"Nan, elle est là, regarde"

Dans un tourbillon de bonne humeur, la gamine les avait rejoint. La blonde rigola et se redressa avant même le cliquetis de l ouverture automatique des portes derrière eux. Agrippant au vol la veste du brun pour qu'il ne bascule pas en arrière, Elhiya s'occupa rapidement des présentations

"Lui c'est Jace. T arrives pile à l'heure c est en train d ouvrir. Crumble n'a pas essayé de te picorer les doigts au moins? Elle est pénible quand elle connaît pas.. enfin.. elle fonctionne un peu comme ton prefet: un biscuit et tout passé tranquille!  Il y as rien dit d'ailleurs après que je suis partie?"

Vu qu'Arty et elle avaient un léger différent à l heure actuelle, Elhiya n avait pas reprit le temps de chahuter avec lui, l autre abrutis de vert et argent étant toujours collé avec lui.

Les portes dans son dos s'ouvrirent et les néons du hall commercial s'illuminerent petit a petit lui arrachant un sourire amusée en se tournant vers Jace.


"ah on peut y aller! Si quelqu un a sauté son petit dej qu'il le dise!"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans un centre commercial

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 10

 Dans un centre commercial

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.