AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 11 sur 12
Un quartier peu fréquentable
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
Matt Austin
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Matt Austin, Mar 7 Aoû 2018 - 10:15


Les yeux de l’Auror continuèrent de fixer la jeune femme alcoolisée qui se trouvait face à lui. Pour elle, il venait de fermer les yeux sur un crime. De briser des règles que lui fixaient sa fonction. Des principes que lui dictaient sa conscience. Lui qui avait juré de défendre la justice, ce monde magique mais aussi moldu. Voilà qu’il allait complètement à l’inverse. Car oui. Wildsmith venait de commettre un délit voir un crime devant les yeux même de l’agent d’élite du Ministère de la Magie. Un séjour à Azkaban s’imposait pour l’ancienne Chef du Bureau des Aurors. Mais seul le brun en avait le pouvoir de le décider. La. Maintenant.

Mais le sorcier avait déjà parlé. Sa décision déjà prise. Pour des raisons qu’il connaissait mais que lui même n’osait s’avouer, il ne ferait rien. Un conflit intérieur faisait rage en lui et il avait les plus grandes peines du monde à le faire taire. A passer outre cette petite voix qui ne cessait de lui dire qu’il faisait le mauvais choix. Qu’il devait passer les menottes aux poignets de Wildsmith et la tirer devant la Justice du monde sorcier britannique. Car cela ne faisait aucun doute, si on apprenait ce qu’était entrain de faire le franco-américain, ce serait lui qui se retrouverait devant la justice. Ce serait lui qui finirait les menottes aux poignets. Qui croupirait dans une cellule de l’horrible prison pour sorcier.

Et la réponse que lui donna la sorcier, alcoolisée, pitoyable, sale, le surprit au plus haut point. Car oui, même si elle était fortement alcoolisée, elle devait néanmoins comprendre la situation dans laquelle elle se trouvait. Devait comprendre la gravité de son geste. Mais non. Rien de tout cela. Aucune reconnaissance pour ce que s’apprêtait à faire l’Auror. Rien. Elle préféra lui parler de « bavure ». Par la barbe de Merlin ! Mais qu’elle était son intention ? Un remerciement lui aurait arrachée la gorge ? Et elle se permettait en plus de le regarder avec mépris. Stupide.

Le regard de Matt, ses prunelles bleutées, n’avait plus rien d’amical. Juste de la froideur. A l’état pure. Des envies de meurtre à son tour aussi, contre cette sorcière face à lui. Qui ne sembla plus vouloir se taire. Qui semblait vouloir se jouer de lui. En faire sa proie. Elle continue à lui jeter des paroles aux allures de reproches, de moqueries. Ce genre de moquerie que lui même utilisait habilement. Ce genre de mot. Ce style de phrase. Pour pousser à bout son interlocuteur. Juste des paroles. Aucun geste. Car les mots étaient souvent plus puissant qu’un geste. La violence verbale souvent plus efficace qu’une violence physique. Et ce nouveau refus de Wildsmith vis à vis de son aide. Qu’elle essaye d’inverser les rôles. De prendre le dessus sur lui. Ne fit qu’accroître une rage que le brun retenait en lui depuis maintenant de nombreux jours. Une rage envers elle.

L’Auror le sentait, appuyée dans son dos. Sa baguette. L’outil magique des sorciers. Le canalisateur de leur pouvoir. Le bois contre sa peau le piquait. Lui rappelait sa présence. Elle avait voulu jouer. Comme son frère, se prenait-elle pour un être supérieur ? Pouvant se moquer de la vie elle même ? Cette rage en lui dictait ses gestes. Le suppliait de la saisir. Et d’en faire à son tour un jeu. Des idées noires. Des idées qui pouvaient le faire plonger à tout moment de l’autre côté de la barrière. Dépasser la limite. Et résoudra deux problèmes d’un simple sortilège. En finir avec elle. En finir avec cette faille.

Sa respiration était haletante, rauque. Son souffle était brûlant. Contraste parfait avec la froideur que dégageait son regard. Et dans son esprit, le calme était enfin revenu. Plat. Glacial. Et calculateur. Le brun n’en doutait pas. La sorcière face à lui était puissante. Ancienne dirigeante du bureau des Aurors. Actuelle propriétaire du seul établissement de combat de la capitale anglaise. Mais il ne doutait pas non plus de l’était dans lequel elle était. Ivre. Chancelante. Faible. Pitoyable. Sans aucun doute, l’effet de surprise et la rapidité serait de son côté.

Des années à avoir fait ce geste. Des répétitions insatiables. Sa main droite, vive, plongea dans son dos. Sa paume. Ses doigts ses refermèrent sur le manche en bois de sa baguette. Qui déjà, sortait dans la noirceur de l’impasse. Elle fusa, brisant l’air. Et sa pointe se tourna en direction de la sorcière que le mur de la ruelle soutenait.

« Ensoporis. »

La formule avait été murmuré, comme ci le sorcier avait douté du sortilège que lui même voulait employer. Mais une vive lumière investie l’impasse quelques instants avant de laisser de nouveau place à la noirceur du lieu. Le sortilège avait été lancée avec puissance, frappant la sorcière alcoolisée qui tituba. Les paupières lourdes. La fatigue déjà présente dans son corps. L’alcool coulant dans ses veines. Plusieurs petits détails qui accumulés, suffirent à rendre le sortilège lancé par l’Auror d’une efficacité redoutable.

La proximité entre eux fit que le sorcier brun n’eut besoin que d’un petit pas pour la rattraper par bras avant qu’elle chute au sol. Endormie. Faire taire Wildsmith avait quelque chose de réjouissant pour lui. Une paix intérieur autant qu’extérieure. L’impasse était maintenant étrangement muette. L’air s’engouffra dans cette dernière, soulevant les longs cheveux de la brune autant que ceux du franco-américain. Ce dernier, regard une dernière fois le visage de la jeune femme. La fatigue, les joues creusées, marquées par les larmes qui avaient coulé. L’odeur nauséabonde de l’alcool. Oui. Tout cela en moins, elle devait être ravissante. Dommage.

D’un un craquement sonore, alors que le moldu au sol commençait à reprendre doucement ses esprits, une partie de ses souvenirs volés par l’Auror lui même, les deux sorciers disparurent. Pour le Ministère de la Magie ?
FIN DU RP.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Mangemort 08, Lun 13 Aoû 2018 - 9:29





Les Effluves Chaotiques de la Passion


Contenu sensible : Propos potentiellement choquants, violence.


RP Unique


Je ne sais pas, je ne sais plus. Comme si les jours s'évaporaient en poussières, éclataient en lambeaux de pensées diffuses qui me tourmentaient sans cesse. J'avais l'impression d'être aux Enfers même, mais qu'ils me rejetaient pour que je souffre davantage.

Comme si ce n'était pas suffisant qu'elle soit partie, qu'une nouvelle fois, je me retrouve aux cendres de ma vie, à voir tout ce que j'avais cru construire mourir en quelques mots, en un seul geste, et je me retrouvais crucifié sur une Raison inconnue, avec la terrifiante impression qui me gouvernait, de cette fois, l'avoir réellement perdue.

Les jours passaient avec une lenteur déconcertante, et les litrons de whisky absorbés ne résolvaient que peu mon problème. Parfois si, proche d'un coma, j'occultais tout ce qui me tourmentait, mais ce n'était que peine perdue. Toujours, revenaient ces échos horribles tambouriner à mes tempes, rugir dans mes veines, et j'avais bien du mal à ne pas sombrer sous les vents tempétueux de la Folie.

Déjà, quelques mois plus tôt, j'avais cru perdre tout ce qui m'était cher, elle. Les semaines avaient été bien douloureuses, mais nous avions fini par nous en relever, et goûter à nouveau à ce nectar si exquis qu'est la présence de l'Autre, quand il est aimé. Et il n'y a rien de pire que l'absence de cet être.

C'est ce que je vivais à nouveau, et si j'arrivais un temps soit peu à sauver les apparences dans mon travail, les journées chez moi, chez nous, me ramenaient à la triste réalité qui incendiait mon cœur, les pièces étaient désespérément vide de sa présence essentielle.

Il n'y avait plus Étoile et sa bouille d'amour pour réclamer des caresses, certainement couvée dans les bras de sa maitresse, loin de moi en somme. Plus ça allait et moins je dormais dans cette demeure bien trop vide sans elle. Rien que la vision des draps me rappelait d'intenses moments de fusion, dont le souvenir aussi délicieux soit-il ne pouvait que me plonger un peu plus dans les ténèbres qui m'assaillaient sans relâche.

J'étais une ombre, en proie à un Chaos intérieur qui brûlait comme les flammes les plus ardentes des Enfers. Je n'avais pas encore laissé tomber toutes les chaines me rattachant à la réalité, sachant pertinemment ce que cela engendrerait, quand bien même la violence de mon quotidien ne cessait de me hanter férocement.

En ce samedi soir, après avoir passé une partie de l'aprem' à tenter désespérément de noyer dans quelques dizaines de centilitres d'alcool cette étouffante solitude, j'avais décidé d'aller la voir. Ou plutôt, de l'observer, comme ce jour lointain où je l'avais retrouvé non loin de Ianou des bois qui avait failli y passer.

Je n'avais pas les idées claires, mais plutôt que de me laisser abattre par un déluge de larmes qui ne devraient jamais naître, je préférais faire face, la revoir, et, peut-être savoir. Une partie de moi espérait la voir malheureuse, voir que je lui manquais. L'autre...

Des Ténèbres qui ne devraient jamais voir la lumière du jour...

J'avais attendu que les étoiles chantent harmonieusement dans le ciel, et je m'étais vêtu de mon habit d'obscur pour défiler dans la nuit comme un caméléon. Je m'y sentais bien, là, à pouvoir me plonger dans cette immensité nébuleuse où je laissais mes pensées vagabonder comme sur un océan infini dont le terminus était la seule frontière de mon esprit.

Les rues londoniennes, pour beaucoup, dormaient dans un climat doucereux et silencieux. Les quelques badauds que je croisais pour la plupart rentraient chez eux. De quelques échoppes festives s'échappaient encore des buées d'enthousiasme et d'alcoolisme passager. Des rires parfois un peu trop fort que je fuyais, visage encapuchonné sur l'émeraude épousé de mon visage fermé.

J'étais allé à notre appartement, où j'étais resté emmitouflée dans une ruelle pavée non loin, à regarder les fenêtres éclairées faiblement, tentant d'entendre son rire si salutaire, tentant d'entrevoir sa silhouette divine qui manquait à ma vie comme si on m'avait coupé d'oxygène.

Là, à regarder ce chez nous vide de ma présence, qui me flinguait le cœur, me rappelant ce vide demeurant présent dans mon quotidien, j'étais comme un enfant qui espérait que son cadeau de Noël tombe avant l'heure, comme un pantin désarticulé sans cette essence vitale pour nourrir ma bouche devenue sèche.

Les minutes s'étaient transformées en heure, et, quand la nuit apposait pleinement son aura de Majesté, mon regard perdu entre le triste et une fatigue certaine qui creusait de jour en jour mes joues, j'avais vu la porte s'ouvrir, me faisant me redresser comme un chasseur attendant sa proie depuis de longues heures dans le froid.

Mon cœur fit un bond, que de la revoir, quand bien même cela était lointain et qu'elle ne pouvait m'apercevoir, je n'avais plus grand bonheur que je ne pouvais ressentir, me renvoyant des images célestes, que cela soit de nos lèvres nouées en un bal passionné, que de nos corps capables de chanter le refrain le plus excitant et endiablé, dans une fusion qui nous était propre, à l'apogée de nos tourments et de notre monde mirifique.

Là, même loin d'elle et ne pouvant la toucher que de mon regard qui l'espérait comme au premier jour, j'attendis que ses pas gracieux ne foulent les trottoirs amorphes, pour m'engouffrer derrière elle, à plus d'une centaine de mètres, observant celle qui faisait battre mon cœur aller vers un inconnu dont je n'avais point peur.

La suivant, mes pensées étaient encore plus confuses, et bien des émotions me chahutaient, comme si j'étais un navire égaré que les flots ballotaient sans cesse. Perdu entre un semblant de plénitude que d'être si proche d'elle, et sous des questions tortueuses que de ne pas savoir ce qu'elle faisait, comment elle allait, si elle avait, ou non, définitivement tirer un trait sur moi.

C'est ainsi que je la suivis, jusqu'à la voir faire irruption dans un... bar ? Vraiment ? Venait-elle y retrouver quelqu'un ? Je ne pus réprimer un frisson qui s'empara de moi, perdu entre une appréhension qui devait se lire aisément sous mon masque et un soupçon de peur, qu'elle ne soit déjà perdue.

Allant sur le trottoir d'en face, dans l'ombre d'une porte cochère rougeâtre qui se pavanait en bordeaux avec la faible luminosité de lampadaires trop espacés, mon regard scrutait une devanture derrière laquelle je peinais à voir celle que je ne pouvais me résoudre à ne plus appeler ma compagne.

Souhaitant la mort de deux bonnes dizaines d'inconnus, je finissais pas retrouver sa silhouette parfaite, assise au bar et semblant boire un cocktail dont j'imaginais difficilement qu'il soit sans alcool. Pour autant, aucun homme à son bras, quand bien même le moindre un temps soit peu proche d'elle me donnait une irrésistible envie de meurtre.

Je restais, tiraillé de toutes parts, à me demander ce qu'elle pouvait bien faire dans un tel lieu, me renvoyant à une scène dont je me serais bien passé, déroulée plus d'un an en arrière. C'est là, qu'après de longues minutes, je vis cet homme qui semblait un peu trop proche d'elle, suffisamment pour me donner envie de débarquer dans le bar et de l'assassiner sur place.

Serrant la mâchoire, me disant qu'elle ne souhaitait certainement pas me voir, je prenais sur moi, observant scrupuleusement la situation en me tenant prêt à toute alternative. Avait-elle tiré un trait sur moi et voyait-elle un nouvel homme ? Cette pensée me révulsait, et un frisson de dégoût hérissa ma chair.

Chaque seconde qui s'écoulait, j'étais perdu entre crispation, doutes et appréhension, et je savais mon équilibre mental des plus fragiles, et qu'il pourrait voler en éclats rapidement suivant ce que je voyais. Finalement, je la vois qui quitte le bar en laissant l'homme à l'intérieur, et je me redresse de cette porte contre laquelle j'aurais pu m'assoupir, prêt à de nouveau suivre la femme qui manquait tant à mes journées pour qu'elles soient belles.

Elle fait quelques mètres, l'air pensive que je lui connaissais bien dans lequel elle dessinait des mondes entiers. C'est alors que je vois l'autre trouduc qui sort du bar derrière elle, et qui se met à la suivre, la rattrapant, la serrant d'un peu trop près que ma main se posa immédiatement sur ma baguette, alors qu'ils disparaissaient par une ruelle annexe, me forçant à traverser la rue pour les suivre.

Une voiture qui passe, des phares comme un signal d'alerte, relancé par mon cœur qui tambourinait d'une crainte réelle, et me voilà à presser le pas pour rejoindre l'autre côté et le bar où restaient les silhouettes fantômes.

La bouche ouverte, je presse le pas, mes pensées embrumées dans une scène que je ne souhaitais pas voir, et, j'arrivais à l'ouverture de la ruelle plongée dans une douce pénombre sur des mots ignobles, m'envoyant à un rôle de bourreau que je ne savais embrasser que trop bien. Des mots amers qui résonnent, que je devine envers la femme de ma vie, et au moment où j'arrivais, un bruit de poubelles de l'autre côté me fit me figé.

Ma belle en prise avec l'autre sac à m*rde qui la touchait comme s'il voulait la violer, une silhouette floue, des sorts qui volent et le fouille m*rde blessé, et je suis là à regarder d'un œil la suite, camouflé dans l'obscurité qui semblait me comprendre. Je voyais le moldu, ou sorcier, qui perdait son sang et cette vision me ravissait.

Et ma belle qui se dirige vers l'autre silhouette dont je ne distingue qu'une vague forme de ma position. J'entends des bribes de mots qui volent, ne comprends pas tout si ce n'est qu'ils devaient se connaître, et le type se dirige vers le moldu, et le soigne ? Mais c'était qui ce con ? Mon sang ne fit qu'un tour, une envie de double meurtre prenant forme dans ma tête soudainement.

Une rage violente crie en moi, que de débarquer et tuer les deux. Mais je reste simple observateur, à écouter une faible partie des mots de l'échange qui se joue. Ils se connaissent c'est certain, mais le type est trop loin pour que j'arrive à resituer sa gueule et la conversation qui me parvient trop confuse pour tout comprendre. Une minute, deux, trois...

Et... Je vois le mec qui lance un sort à ma compagne qui ne tarde pas à tomber dans ses bras. Cette vision me révulse, me lance une nouvelle poussée de haine. Je ne sais que faire, comme tétaniser par l'enjeu. Elle était partie, elle m'avait laissé, ça avait été de son choix. Et j'étais là, face à elle, sans savoir si elle souhaitait me revoir ou si elle voulait simplement tourner la page. Ma baguette se lève vers l'inconnu pour lui tirer dans le dos, ma main tremble, j'hésite. Et si... Et si.

Je finis par abaisser ma baguette, résigné à ne pas aller contre sa volonté, mais à tout faire pour enquêter sur ce fouille m*rde qui semblait la connaître. Et s'il s'en approchait trop je le réduirais en cendres, atomiserait sa pauvre carcasse pourrie ou le démembrerait pour le filer à bouffer à mes loups.

Une fois qu'ils eurent disparu, j'avais toujours cette pulsion de haine qui me dévorait les entrailles, et c'est naturellement que je me dirigeais vers le moldu soigné plus tôt qui était toujours étalé par terre. Sous mon masque d'émeraude, aucun signe de pitié ou de compassion, au contraire, un tic tac dans ma tête, une envie de vengeance, d'apaiser un peu ces voix qui me torturaient. Je m'arrêtais au-dessus de lui, dévisageant l'homme que je m'apprêtais à tuer de sang froid.

- La toucher aura été la dernière erreur de ta vie...

Je voyais dans ses yeux idiots, cette bulle de peur devant mon aspect, ma silhouette, et l'incompréhension aussi, surement parce que l'autre m*rde avait dû lui faire oublier la scène. Mais j'allais lui rappeler, douloureusement. Sans faire durer plus longtemps le suspens, et alors qu'il marmonnait quelques mots pour savoir ce que je voulais, je levais ma baguette.

- SECTUMSEMPRA !

Un cri rageur dans la nuit, bouillonnant de colère, de haine, de vengeance, de désespoir, d'amour. Mon sort lui taillada le cou duquel sortit une énorme gerbe de sang dont quelques éclats volèrent vers moi, et après quelques spasmes sur le côté, l'avorton ne bougea plus, mort, continuant de se vider abondamment. Je le regardais un instant, sentant une satisfaction que de l'avoir tué, me sentant apaiser, d'avoir vengé la femme que j'aimais. Même si, rapidement, apparurent dans mon esprit les contours incertains du pignouf qui l'avait emmenée. Nouvelle cible à tuer. C'est sur cet obscur inconnu que dans les soupirs de la nuit, je disparaissais.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Artemis Lhow, Jeu 16 Aoû 2018 - 16:34



Intervention dans le cadre d'un TDG


La journée fut longue ... mais la discussion avec le nouveau venu de l'équipe fut intéressante. Il semble sérieux et intègre, un peu rigide c'est bien un point sur lequel il rejoignait celui que Matt appelait le stagiaire, mais face au jeune agent Wildsmith, n'importe qui paraitrait rigide.

La journée fut longue, parce que la journée fut calme surtout et pour une fois, ça fait du bien. Toutefois, rien ne dit que la nuit sera aussi calme. Attendant le relais de l'équipe de nuit, je patrouille dans les ruelles après avoir congédié mon partenaire de la journée. Une bonne nuit de repos me fera le plus grand bien, demain on remet ça et si ça pouvait être aussi calme qu'aujourd'hui ce serait tout simplement parfait.

De la rage dans ce cri qui déchire la nuit ... une rage intense pour un sortilège qui m'arrache un frisson. Ce n'est pas loin, sortant ma baguette, je détalle à travers les rues, à la recherche de l'imprudent qui agit dans la nuit. Sans grande difficulté, je cherche et je trouve, une boule me noue l'estomac sans que je comprenne tout de suite pourquoi : Matt est parti dans cette direction il y'a quelques minutes.

Une ombre au visage masqué se tient devant une ombre qui tremble sur le sol, qui tremble et dont la mare de sang brille à cause des reflets de la lune. Serait-ce lui ? Impossible, il ne se serait pas fait avoir si facilement, il se serait battu, non ? Déjà, l'ombre amorce un mouvement sur elle même, pas question de la laisser fuir. Hostium Halitus !



   
[Statistique Destruction : 70 + 5]
Utilisation du bonus « Rancœur tenace »

   Réussite critique (1-10) : Le sortilège fait mouche et frappe l'ombre en pleine poitrine, après un joli vol plané, elle s'écrase sans ménagement contre un mur proche.
   Réussite (11 - 75) : Son épaule droite prend un sacré coup ! Son transplanage est annulé, mais sa rage risque fort de changer de cible.
   Echec (76 - 95) : Trop tard, mon sortilège vient frapper le mur derrière lui, il est sans doute déjà loin ...
   Echec critique (96 - 100) : J'aurai mieux fait de le laisser fuir, non seulement il est loin, mais un éclat de la brique ayant explosée sous l'impact de mon sortilège est venue se loger dans mon mollet, super !
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Jeu 16 Aoû 2018 - 16:34


Le membre 'Artemis Lhow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 38
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Mangemort 08, Mer 5 Sep 2018 - 17:37







Mon narrateur avait fait un rp unique, le genre de truc que tu fais histoire de pas monopoliser le sujet ni se rajouter plus de rp's que nécessaire alors qu'il a déjà masse de retard. Mais voilà, les Aurors ont des TDG et vu que mon narrateur stalk autant de rp qu'un maçon est naturellement doué dans la couture, je me retrouve à devoir répondre à l'autre là...

Soit, j'avais voulu transplaner, partir loin de mes démons, de l'odeur âcre que de voir ma belle agressée et partie dans les bras de je ne savais qui, et voilà qu'un sort me frappe au moment de me volatiliser, m'envoyant valser dans la ruelle contre le mur non loin.

Je me cogne lourdement la tête, tombe au sol sur mes mains, me faisant mal aux poignets au passage, et je me relève péniblement après avoir récupéré ma baguette qui m'avait échappée, grimaçant de douleurs, pour faire face au trouduc qui m'avait agressé.  

Si autant le cadavre du moldu n'était pas un problème, la tronche de mon agresseur (particulièrement hideuse pour le coup, même dans le noir...), en était un plus important. Au delà que j'avais pas du tout prévu de combattre, et que ça ne me dérangeait pas particulièrement à part que j'avais pas besoin de ça pour être énervé, c'était surtout que c'était Artemis Lhow, l'Auror le moins rapide, l'ex de ma dulcinée et accessoirement un type à qui j'avais déjà eu envie de fracasser la tronche et lui avais retiré une partie de la mémoire.

Mais s'il avait bien une qualité indéniable, quand bien même là lui porterait-elle peut-être préjudice, c'était sa ténacité et son amour pour son travail. Ça se lisait sur sa gueule, il avait la tête de l'emploi comme on dit, le genre de larbin à être à 6h55 au bureau pour commencer à 7h et à siroter un café fumant et le dernier exemplaire de la gazette les pieds sur son bureau et les rideaux tirés. Quelques mots marmonnés, en même temps que je faisais face au type faussement BG.

- Super... J'ai le chic pour attirer les bouffons... Puis, plus fort cette fois, pour qu'il entende les ténèbres de ma voix. Vous avez pas un matou à sauver dans une chaumière plutôt ? J'en ai marre d'envoyer des membres du Ministère à l'hosto... Et croyez-moi, vous tomber VRAIMENT PAS, sur un bon jour pour me faire ch*er...

Petite mise en garde, même si je me doutais que dans son costume de super héros que ma grand mère aurait pu imité à la perfection en étant aveugle et sa barbe de trois jours à faire chavirer la moitié des mégères esseulées, qu'il allait pas tracer sa route et me laisser tranquille.

Je soupirais, sans le quitter des yeux, repensant au parfum qui m'avait conduit jusqu'ici, à la perte de ma vie. Pas le temps de faire dans le détail, Auror ou pas, connaissance ou pas, ce soir, j'étais un fils de la Mort. Juste le temps de lever la main, un souffle, puis des abysses je lançais le refrain.

- Endoloris !

[Statistique Esprit : 51 – Pas de Bonus/Malus]

Réussite critique (1-10) : Bonne nuit Mister Lhow. La cloche des Ténèbres résonnent pour vous, et mon sortilège vous frappe de plein fouet. Votre corps se retrouve sujet, à des secousses violentes que je fais de longues secondes prolonger.
Réussite (11 - 51) : Sortilège exécuté, mais la douleur encore présente dans mes poignets, me force à le stopper rapidement. Debout vous rester, avec une légère douleur subie.
Echec (52 - 95) : Trop de douleurs encore dans mon corps, et c'est le fond de la ruelle qui voit jaillir mon éclair de lumière.
Echec critique (96 - 100) : Mon genou flanche au moment de prononcer, et c'est mon pieds qui se retrouve touché, pour le coup le secoué, c'est bien moi le masqué.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Mer 5 Sep 2018 - 17:37


Le membre 'Mangemort 08' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 38
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Artemis Lhow, Jeu 6 Sep 2018 - 21:46



Mon sortilège touche l'adversaire qui est envoyé se fracasser dans un mur non loin de là. Sa baguette lui échappe et c'est son crâne qui heurte le mur, parfait. Il tombe sur le sol et s'empare à nouveau de sa baguette avant de relever la tête. Je garde Fearn dirigée contre lui, lui intimant de ne pas faire le moindre geste, mais bien entendu, il n'en fait rien.

De la provocation, des menaces, chien qui aboi ne mord pas dit-on. Tu parles d'une expression à la con, avant même que je n'ai eu le temps de lui dire de la boucler, sa baguette fends les airs et mes genoux lâchent sous la douleur. Mon sang est en ébullition dans mes veines, j'ai l'impression que mon crâne va exploser et mes muscles ... mes muscles se contractent et de détendent à toute vitesse comme sous l'effet d'une crampe particulièrement tenace.

Mon estomac semble comprimé, mes boyaux forment des nœuds dans mon ventre, les yeux vont me sortir de la tête et l'air que je respire semble vouloir me brûler les bronches. Les larmes commencent à peine à rouler sur mes joues que le sortilège s'arrête aussi soudainement qu'il a commencé. Je suis perclus au sol, regardant mon adversaire, que je reconnais pleinement. Enfoiré ... c'est lui, lui qui a envoyé Shela à Ste-Mangouste récemment. Lui qui n'hésite pas à tuer un moldu et torturer ses ennemis.

Le souffle court, je relève péniblement ma baguette vers le mur se trouvant juste derrière lui. Bombarde Multiplicare ! Une, deux, trois explosions frappent violemment le mur et répandent une pluie de débris sur sa position. Mais ça ne suffit pas, la haine et la douleur déforment mes traits pendant qu'il danse à travers les gravas, je vais lui faire connaître le vrai sens du mot douleur.

Animales Ignes Exitioses Invocatur a Nigra Magica !!

[Statistique Destruction : 70 – Pas de Bonus/Malus]

Réussite critique (1-10) : Les débris ont parfaitement joués leur rôle et le masqué voit un aigle de feu le soulever de terre pour venir exploser avec lui contre ce qu'il reste du mur. Il tombe inconscient au sol, de sérieuses brûlures abdominales sont à prévoir...
Réussite (11 - 70) : Un morceau de roche vient se mettre sur la trajectoire de l'aigle qui explose à son contact envoyant une multitude de petits débris s'enfoncer dans les chairs de mon adversaires. Tout n'est pas perdu...
Echec (71 - 95) : Envoyer un projectile au milieu d'un champ d'astéroïde n'est pas une bonne idée, l'aigle s'écrase sans effet notoire contre les premiers débris ...
Echec critique (96 - 100) : Trop faible ... beaucoup trop faible ... la créature est bien invoquée, mais me lacère l'épaule avant de disparaître. Voilà ce qui se passe lorsqu'on ne contrôle pas ses sortilèges ...
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Jeu 6 Sep 2018 - 21:46


Le membre 'Artemis Lhow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 80
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Mangemort 08, Dim 9 Sep 2018 - 17:06







Je regarde le cloporte se tordre de douleur sous mon sortilège, avec une lueur dans le regard, de celle satisfaite de le faire souffrir, comme s'il devenait un réceptacle d'une partie de ma peine. Là, je pourrais le tuer, que ça ne me ferait rien, et je prendrais un plaisir malsain à faire disparaître son cadavre pour que tout le monde s'interroge sur sa disparition sans jamais ne pouvoir le retrouver.

Mais je stop mon sort, peut-être perdu dans mon flot de pensées discontinues, là, sûrement perturbé par ces yeux ébènes dont je n'avais plus vu l'éclat depuis trop longtemps. Je vois la souffrance sur son visage, un sourire se forme à l'aube de mes lèvres, mais je reste comme dans une bulle loin de tout cela, dans un état sirupeux où je flotte sur une pensée près d'Elle.

J'ai tout juste le temps d'entendre son sortilège que ma pensée explose, en même temps que le mur derrière moi. Mais trop tard, comme seule protection j'ai mes bras qui protège mon visage, mais plusieurs gravats me heurtent le dos et un m'entaille la cuisse droite. Je fléchis les genoux, attendant que le chaos passe, crispant la mâchoire sous la douleur ressentie pour ne donner aucune satisfaction à l'autre type là.

Et voilà qu'il hurle un autre sort, et là, je savais exactement à quoi m'exposer, et je n'étais pas égaré dans mes pensées, alors j'ai le temps de projeter ma baguette devant moi et de hurler un - Protego - pour m'aider à le parer, m'attendant à voir une hordes d'animaux de plusieurs mètres d'envergure s'abattre violemment sur moi.

Mais non, rien, ou presque, juste l'aurore d'un aigle entraperçu qui disparut aussi vite qu'il était apparu en heurtant les derniers gravats retombant lourdement sur le sol. Nerveusement, j'éclatais de rire, parce que la dernière fois que j'avais lancé ce sort, clairement c'était très loin d'être un simple volatile insignifiant que j'avais fait sortir. Je mettais une main entre l'Auror et moi comme pour m'excuser d'avoir ri, mais pour le coup, son piètre niveau ne pouvait qu'être risible.

Je soufflais. Quelques secondes s'envolèrent au milieu des volutes de poussières. Une, deux, trois secondes écoulées au passage d'un nuage silencieux. Baguette relevée vers le sorcier qui avait voulu me faire brûler.

- Incendio !

L'on pouvait être deux à jouer avec le feu, surtout moi, envoyé des Enfers, recraché sur l'autel des pensées les plus assassines, plus rien à perdre si ce n'est mes dernières secondes de vie.  

[Statistique Destruction : 70 – Pas de Bonus/Malus]

Réussite critique (1-10) : La puissance de mon sort est imparable pour lui. C'est une grande partie de son habit qui s'enflamme, sa chair aura un goût appétissant.
Réussite (11 - 70) : Sort réussi mais puissance modérée. J'arrive à mettre le feu à son bras droit, mais il ne devrait pas trop galérer ni souffrir pour s'en sortir.
Echec (71 - 95) : Je me suis foutu de la gueule de son aigle ? Bah voilà, mon sort va s'éclater contre le mur à côté de lui.
Echec critique (96 - 100) : La douleur subie à ma cuisse se réveille au moment de lancer le sort. Résultat, c'est mon bras gauche qui s'enflamme, et la douleur est instantanée.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Dim 9 Sep 2018 - 17:06


Le membre 'Mangemort 08' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 57
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Artemis Lhow, Lun 10 Sep 2018 - 13:15



La puissance était limitée, le flux magique restait perturbée par l'assaut du sortilège impardonnable et c'est un unique aigle de flammes qui s'est rué sur l'homme masqué. Malheureusement, à agir dans la précipitation, Artemis n'avait pas pris en compte le flot de gravas qui tombait encore sur la zone ciblée. L'aigle rencontra un rocher et tout deux finirent leur course dans une petite explosion sans grand effet. Se relevant péniblement, profitant du chaos régnant sur le terrain, l'auror réfléchissait à une solution pour ... anéantir son adversaire.

Levant sa baguette, il entendit un rire et vit l'homme au masque placer sa main entre eux, comme une excuse au rire échappé. Un sourire en coin, la haine aux yeux, il incante à nouveau, le même sortilège, à pleine puissance, voilà qui devrait lui ôter l'envie de rire pensa t-il. Mais alors que l'incantation n'en était qu'à ses prémices, les flammes lui dévoraient le bras droit. Il échappa un cri de surprise plus que de douleur, sa veste commençait cramer et les premières flammes lui léchèrent la peau du coude jusqu'à l'épaule. D'un mouvement rapide, il ôta sa veste, mais son bras brulait encore. Sa peau formait de jolie cloque et la douleur lui tiraillait maintenant les chairs.

Aguamenti...

Un filet d'eau coula le long du bras de l'auror, éteignant les flammes au passage, laissant sa peau rouge et marquée. Le moindre mouvement du bras devenait douloureux et il n'eut le choix d'utiliser son bras gauche pour tenir sa baguette. Moins habille de ce côté, il envoya d'un coup de pied sa veste en direction de son adversaire. Pas douloureux, mais suffisent pour agir sans être vu.

Oppugno !

En plus de sa veste, voilà que les débris du mur se mirent à s'élever dans les airs pour poursuivre l'homme au masque. Le poursuivre et, dans l'idéal, l'enterrer sous les débris et en être enfin débarrasser. Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin ? La douleur dans son bras poussait Artemis à agir sans réfléchir, sans prendre le temps de considérer la douleur dans son bras, simplement à rendre coup pour coup à cette homme qu'il haïssait plus que tout. Cet homme qui avait prit un malin plaisir à s'en prendre à la jeune Diggle, cette homme aux idées aussi noire que ses idéologies, cet homme qui menaçait par sa simple existence un équilibre déjà précaire.

Electrocorpus Multiplicare !


   

[Statistique Création : 70]

   Réussite critique (1-10) : La foudre s'abat sur l'homme au masque l'envoyant au tapis ... les débris finiront le travail.
   Réussite (11 - 70) : La foudre envoi valser l'homme au masque, pas de chance, loin des débris qui s'écrasent lourdement contre le mur.
   Echec (71 - 95) : Non, mais c'est quoi ton problème avec ces morceaux de pierre sérieux ?!
   Echec critique (96 - 100) : Bras gauche, bras droit ... du pareil au même ... non ? Mauvais réflexe, le bras droit gigote pour lancer le sort alors que la baguette est dans la main gauche. Pas de bol, la prune est pour toi !
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Lun 10 Sep 2018 - 13:15


Le membre 'Artemis Lhow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 90
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Mangemort 08, Mer 26 Sep 2018 - 10:14







Petit pantin devant moi. Ah ce cher Lhow, une âme de justicier mais des compétences magiques tout au mieux élevées au rang de Ridicule. Peut-être avait-il un semblant de cervelle et de charisme pour se tenir là devant moi, pour le reste, je doute que le mot Crédibilité pouvait être accolé à côté de son nom. Ses sorts relevaient d'une médiocrité à faire s'uriner dessus Albus Dumbledore, et si la Gazette était dans le coin pour mitrailler de clichés compromettant, qu'il pourrait être en tête d'affiche du prochain numéro, avec un gros titre qui le crucifierait au banc déjà très bien garni, des loseurs Aurors.

C'est avec un plaisir non dissimulé sous mon masque d'émeraude, que je voyais les flammes que j'avais su faire naître s'attaquer férocement à son bras. Et l'homme pris d'une panique soudaine qui s'extirpa de son tissu comme s'il était parti pour se mettre à poil le plus vite possible avant de courir se jeter dans un lac gelé comme le faisaient certains moldus perchés du cerveau.

Le sorcier eut tout de même le réflexe, -après tout il était pas non plus le roi des cons-, de mettre fin aux flammes l'assaillant d'un Aguamenti bienvenue, qui lui permit de constater l'étendue des dégâts sur son bras, que, même moi de ma position, je ne peinais à voir. Et voilà qu'il se prend pour un footballer, à défaut de pouvoir être un Auror compétent, et shoot dans sa veste vers moi, et je regarde le tissu qui tombe à un mètre devant moi. Peut-être était-il en admiration de mes capacités de duelliste et voulait-il me jeter un de ses vêtements comme une fan acharnée dans la fosse d'un concert moldu qui jetterait ses sous vêtements au chanteur du groupe ? Non, trop peu pour moi Mister Lhow, et, clairement, vous êtes doté de quelques attributs, du moins j'espère pour vous, qui ne me plaisent pas.

Mais ce que je n'avais pas vu venir, c'est le sortilège qui avait suivi, le sorcier me renvoyant des gravats particulièrement agressifs vers moi. Et si le Protego installé plus tôt se chargea d'en arrêter une grande partie qui pouvait m'atteindre, j'en pris un dans le genoux gauche qui m'arracha un cri de douleur et me fit mettre genoux à terre un instant, alors que les autres gravats s'estompaient et retrouvaient le sol comme avant. Sous mon masque un rictus de douleur certaine s'étirait, et j'avais tout juste le temps de calmer la douleur ressentie avec un Curo As Velnus, que je l'entendis prononcer un autre sort.

Paré à le dévier, surtout vu la formule hurlée violemment comme s'il avait à compenser quelque chose d'absent dans son froc, j'écarquillais de grands yeux en voyant que son multiple sortilège alla défoncer un peu plus les murs autour de nous dans la ruelle, et je me demandais de plus en plus si je ne ferais pas mieux de quitter ce cirque de suite avant qu'il n'arrive à s'auto tuer lui-même...

- On est d'accord, ton but est de défoncer le plus de murs possible ? Je peux t'aider si tu veux...

Sourire narquois sous mon masque, je m'écartais un peu des gravats, non sans boiter à cause de mon genoux quand même douloureux dès que je posais le pied par terre, et lançais ma riposte d'un geste vif.

- Exteo Stattiga !

[Statistique Création : 50 – Pas de Bonus/Malus]

Réussite critique (1-10) : STRIKE !!!! Coup parfait, les trois flèches filent se planter dans mon adversaire, je crois qu'il est l'heure du Game Over. Bonne nuit Mister Lhow.
Réussite (11 - 50) : En léger déséquilibre, les flèches partent pas très droit, et seule une d'elle va l'entailler légèrement sans pour autant se planter dans son corps.
Echec (51 - 95) : Mon genoux vrille un peu, et mon déséquilibre me fait envoyer mon sort beaucoup trop à gauche pour espérer le toucher.
Echec critique (96 - 100) : Mon genoux cède en prenant mon appui et je me retrouve à lancer le sort maladroitement et me tirer une flèche dans le bras. Pour le coup, la riposte est ratée.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Mer 26 Sep 2018 - 10:14


Le membre 'Mangemort 08' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 55
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Artemis Lhow, Dim 7 Oct 2018 - 12:41



Le combat est trop long, trop fatiguant, nous n'arriverons à rien si ce n'est à nous entre tuer. Enfin, si l'un de nous parvient à toucher l'autre. Mon épaule me lance et ma respiration se fait chaude. Son genoux semble également le faire souffrir et son sortilège me passe bien à côté du corps. Si je ne parvient pas à terminer cela rapidement alors je ne donne pas cher de ma peau.

Je ne prête pas attention aux provocations de l'autre idiot et concentre mes dernières forces sur un ultime sortilège. Après celui-là, je ne réponds plus de rien ! Levant doucement ma baguette sur mon adversaire j'incante Bulla Aquae !



[Statistique Création : 70 – Pas de Bonus/Malus]

Réussite critique (1-10) : Dans un dernier élan, l'eau jailli du sol aux pieds de mon adversaire. Celui-ci se retrouve bien vite submergée, noyée dans la masse d'eau qui tourbillonne autour de son être pour former une sphère d'eau inviolable. Je maintiens le sortilège autant que faire se peut puis l'eau vient frapper le sol avec force, laissant un corps inerte au milieu d'une flaque.

Réussite (11 - 70) : L'eau jailli tant bien que mal du sol pour engloutir mon adversaire, mais ça plus le feudeymon, la sphère magique qui se forme autour de lui ne dure pas plus d'une dizaine de secondes. Suffisamment longtemps pour l'incommoder fortement, mais pas assez pour le mettre au tapis.

Echec (71 - 95) : Bon, et bien voilà où se situent mes limites, rien ne se passe.. Là, je suis hors combat ! Ma seule option : la fuite !

Echec critique (96 - 100) : Canalisant ma force sur le sortilège, l'eau submerge mon adversaire qui se retrouve trempé de la tête aux pieds. Mais c'est tout... la sphère n'a pas eu le temps de se former, le sortilège est rompu et je m'écroule sur le sol, inconscient, vidé de toute énergie.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Maître de jeu, Dim 7 Oct 2018 - 12:41


Le membre 'Artemis Lhow' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 100 faces' : 34
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Un quartier peu fréquentable

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 12

 Un quartier peu fréquentable

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.