AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 5 sur 8
Chez le glacier
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle

Re: Chez le glacier

Message par : Ebenezer Lestrange, Lun 25 Jan 2016 - 15:14


Il sourit froidement au "Enchanté" du garçon trop sang-purien pour ne pas filer des boutons illico à Ebenezer. Au moins tout rentré dans l'ordre, il allait récupérer sa glace et son café sans histoire et sans même devoir faire ravaler son sourcil relevé au jeune homme maniéré. Lalala, tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes, il s’assiérait sur sa chaise, seul, esseulé et solitaire en tête à tête avec lui même et malgré le surplus de solitude, il serait très bien comme ça.

Le destin en voulut autrement. Le mauvais karma plutôt. Un sorcier moche et sa guenon lui avait volé sa place et donc sa solitude programmée. C'était dramatique, tout bonnement dramatique. Il allait les tuer. Mais la vengeance était un plat amer qui se mangeait froid alors il s'assit en face du plus jeune, souriant presque à la pensée de sa revanche prochaine. Il commença à manger sa glace en silence, dévisageant son voisin par la même occasion avant de se décider à ouvrir la bouche.

- Serpentard ?

Il ne se mouillait pas trop, tous les sales gosses trop bien élevés étaient à Serpentard à quelques exceptions près. Il n'était pas mieux qu'eux avec son visage impassible et son ton froid mais il était différent. Du moins, c'était ce qu'il aimait croire et ce que son père n'hésitait pas à lui rappeler. On ne pense pas à la famille, leur QI frôlant le moins l'infini fait déprimer. Peut-être qu'il aurait du continuer à manger en silence parce qu'il ne savait plus trop quoi dire maintenant. Mais les blancs, en buvant son café, il les trouvait gênants et pas d'échappatoire dans un livre quelconque possible. D'un côté, il ne fallait pas que sa glace fonde donc pas parler trop non plus. Chose qui ne risquait quand même pas d'arriver.Alors il n'avait plus qu'à jouer au mec intéressé par les gens et posait des questions au gosse avec ses p*tain de manies.

- Tu t'appelles comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Chez le glacier

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 27 Jan 2016 - 23:38


Il allait donc avoir de la compagnie pendant son moment de quiétude. Seule sa bonne éducation l'empêcha de soupirer longuement. Surtout que son voisin semblait être du genre bavard désagréable; à savoir, le genre de personne qui n'a aucune envie d'être ici mais qui fait quand même la conversation pour ne pas se sentir trop seule/bête.

" - Serpentard ? "

Il arqua un sourcil un brin blasé tout en dévisageant son interlocuteur. Bravo Sherlock, tu avais deviné sa maison, tu devais probablement être un Serdaigle. Il entendait d'ici les préjugés (souvent justement fondés) tambourinés dans la tête de son camarade. Il n'avait pas besoin de répondre à une question purement rhétorique.

" - Tu t'appelles comment ? "

...
Cette fois-ci, Asclépius soupira franchement et referma son livre avant de prendre une gorgée de café. Il allait donc devoir distraire un môme assez mal élevé. Pendant son temps libre. Merlin, qu'il détestait ce genre de situation..

" - Asclépius. "

Il observa Ebenezer un peu plus attentivement avant de reprendre la parole, un sourire en coin sur le visage:

" - Ne te sens pas obligé de faire la conversation pour me tenir compagnie, je ne t'en voudrais pas. "

Oui, il savait comment se rendre sympathique aux yeux des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Chez le glacier

Message par : Ebenezer Lestrange, Jeu 18 Fév 2016 - 15:20


Un soupir vint pimenter sa cuillère de glace. L'autre sorcier n'était pas des plus sympathiques. Apparemment, Ebenezer était tellement emm*rdant qu'il faisait fermer les livres des verts. Il essaya de lire le titre à l'envers mais ce n'était pas de l'anglais. Ça devait être du français vu l'accent qui se trimbalait. Du moins, c'est ce qu'il s'était dit avant de partir dans un débat intérieur pour savoir s'il devait, ou non, apprendre une nouvelle langue. La réponse était oui. Restait à savoir laquelle. Une langue cool, un truc qui changeait...

- Ne te sens pas obligé de faire la conversation pour me tenir compagnie, je ne t'en voudrais pas.

Il releva les yeux vers le garçon et le dévisagea longuement, sans ciller. Il avait des cernes de compèt, l'Asclépius, ils pouvaient limite faire un concours. Il lui fit son plus beau sourire hypocrite parce que pour une fois qu'il s'efforçait de parler, il aurait bien aimé que ce soit pas pour faire plaisir uniquement au vent. Il retourna à sa glace. Elle était un peu monotone niveau parfum. Mais c'était du chocolat et le chocolat c'était la vie. Il allait écrire un livre sur le sujet. Mille pages dans lesquelles il déclamerait avec moult détails son amour éternel et infini pour le chocolat noir, le chocolat chaud, les gâteaux au chocolat , les œufs aux chocolats,...

Tout à son délire chocolaté, il se rendit compte qu'il n'avait plus de café. Il s'en recommanda un double, s'étira, finit sa deuxième boule de glace et observa la salle. L'homme laid squattait toujours son ex table avec sa groupie. Le gamin et sa famille avaient été remplacés par une petite vieille et son croup. Bref, un gigantesque va-et-vient dans la glacerie et il n'avait plus faim. Son nouveau café arriva. Il en but une gorgée avant de le reposer pour le laisser refroidir. Après tout, manger sans un mot face à un inconnu ne l'avait jamais tant dérangé que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Chez le glacier

Message par : Asclépius Underlinden, Lun 22 Fév 2016 - 1:33


Une fois la crêpe avalé, le jeune homme s'était attaqué au café viennois. Il aurait presque sourit de sa situation : une telle liberté n'arrivait pas tous les jours ! E tau lieu d'en profiter, que faisait-il ? Bah rien. Il était beaucoup trop anxieux et angoissé pour faire quoique ce soit de sa vie. Et surtout, il avait sommeil.. Tellement sommeil...
Il profita de la commande de son vis-à-vis pour lui-même commandé un café bien noir, sans sucre. Aussi noir que l'âme de quelqu'un de bien moins sympathique que lui, c'était pour dire.

Distraitement, il se massa l'arrête du nez. Généralement, ce tic (ou toc) suffisait à le réveiller. Et ce fut de nouveau le cas, merci Merlin ! Ce serait bien trop embarrassant de tomber tête la première sur la table, la bave aux lèvres et le regard vide... Non, il préférait ne pas y penser.
Cependant, quant il rouvrit les yeux, il constata que son précieux ouvrage n'était plus sur la table. Le jeune homme se sentit pâlir : il s'agissait d'un des livres qu'il avait trouvé en farfouillant dans les affaires de feu Asclépius IIe du nom, ce livre était au moins aussi vieux que sa date de parution ! Il ne s'était pas envolé tout de même ? Quoique...
Paniqué, il balaya la salle du regard et trouva rapidement le coupable : une petite sorcière aux jolies nattes brunes dont les parents prenaient visiblement un café en terrasse.

Maître de lui, le Serpentard se leva et se dirigea vers la gamine avant de s'accroupir pour être à sa hauteur, les yeux impassibles et un sourire poli sur le visage :

" - Bonjour demoiselle. Ne sais-tu donc pas qu'il ne faut pas subtiliser ainsi les affaires d'autrui ? "

L'enfant releva se grands yeux bleus vers lui, ses petits poings toujours aggripé à son livre :

" - ça veut dire quoi "o-trui" ? "

Il manqua de soupirer, ayant la désagréable impression de se donner en spectacle. Il ferait mieux de mettre fin à cet échange le plus rapidement possible.

" - Cela signifie que ce que tu tiens entre tes mains appartient à quelqu'un. Autrement dit, moi. "

Il tendit la main gentiment pour ne pas intimider l'enfant, qui lui lançait dorénavant un regard méfiant.

" - Pourquoi est-ce que ça serait à toi ?
- Parce que j'en ai décidé avant que tes géniteurs n'aient l'idée de te concevoir. Tu me le rends maintenant ? Ne sais-tu pas que le crime de vol est très sévèrement puni ?
- Ce n'est pas un vol, c'est juste un emprunt... Répliqua timidement la petite en serrant fort le livre contre elle. "

Décidément, aux grands mots les grands remèdes. Asclépius opta pour un nouveau sourire, celui où il souriait le plus grandement possible de façon à faire peur aux gens qui avaient le malheur de croiser son regard :

" - Et bien.. Dans ce cas j'accepte de le prêter. Fais juste attention, il s'agit d'un vieil artefact de magie très obscure. Plus tu passes de temps en sa compagnie, plus ton âme est aspirée par le livre. Et quand toute ton âme aura été sucée par cet ouvrage et bien... Il montra la vieille sorcière au Croup à la gamine. Tu ressemblera à ça. "

L'enfant pâlit et apeurée, lâcha le livre sur le sol avant de courir rejoindre ses parents. Agacé que son patrimoine soit ainsi maltraité, Asclépius ramassa le livre et retourna s'asseoir à sa place, s'époussetant comme si de rien n'était. Il préféra tout de même ranger le livre avant de boire le café qu'on venait de lui servir, mieux valait être prudent désormais : on ne savait jamais d'où l'ennemi pouvait surgir.
Nonchalamment, il releva la tête et s'adressa au jeune homme de Serdaigle :

" - Au fait, tu ne t'es toujours pas présenté. "

Il n'y avait rien de telle qu'une conversation tout ce qu'il y a de plus banale pour faire disparaître de sa mémoire ce malheureux accident. Il devrait vraiment songer à arrêter de se donner ainsi en spectacle... Mmh... L'on verra la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Chez le glacier

Message par : Ebenezer Lestrange, Mer 24 Fév 2016 - 0:35


Il était noir son café, aussi noir que le café d'Asclépius. Pauvre garçon, avoir le nom d'un dieu de moldu. Il faillit lui demander s'il voulait faire médicomage lui-aussi avant de se raviser. Nom en -ius, sang pur jusqu'au bout des ongles, à la pointe de la mode ancestrale des prénoms sorciers. Il s'esclaffait mentalement. Bois ton café au lieu de ricaner. Asclépius. Il y avait des dieux moldus plus nuls. Celui-ci était même plutôt badass à recoller les têtes des malades décapités par des prêtres trop zélés. Il y avait même un serpent dans la légende, un monstre du moins. Il en fabriquerait bien un, un jour.

Il dérivait, son voisin aussi. Ebenezer voyait très bien que celui-ci était à deux doigts de piquer du nez. Il voyait très bien également une sale gamine louvoyer jusqu'à eux. Il la regardait, curieux et n'esquissa pas un mouvement quand elle déroba le livre du serpent. D'un côté, depuis quand les petites filles étaient assez hautes pour voler les livres posés sur une table de glacerie ? Question existentielle du jour, c'était peut-être à cause de ses tresses qui lui faisaient gagner des centimètres et de la laideur en excès. Il n'aimait décidément pas les gosses, et les adultes non plus. L'entre-deux ? N'en parlons même pas. La petite fille était trop bête, elle s'était improvisée voleuse de mots alors qu'elle ne savait même pas lire.

Le verdâtre s'était levé, parti en croisade contre la gosse. A sa place, Ebenezer l'aurait dépecée sur place. Lui, il préférait parler. C'était très noble de sa part mais moins instructif que la vivisection, tout le monde ne pouvait cependant avoir l'esprit pratique. Le brun continuait d'observer du coin de l’œil, ça faisait une attraction, et reprit l'ingestion de son café. Il ne pouvait entendre ce qu'Asclépius racontait mais il ne rata rien du regard paniqué de la gamine vers la vieille sorcière et le croup à quelques tables plus loin. Il compatissait presque, les croups adoraient la chair fraîche à un point où cela en était effrayant. Mais ils ne s'attaquaient qu'aux moldus, aux sans-pouvoirs ou peut-être même aux enfants trop jeunes pour faire de la magie. Intéressant. Il repartit dans ses rêveries.

- Au fait, tu ne t'es toujours pas présenté.

Ah, son voisin était revenu. Ebenezer le détailla, léger sourire en coin. Le livre avait disparu, peur d'un autre rapt ? En tout cas, il avait l'air plus disposé à la conversation. Le bleu ne savait pas si c'était une bonne chose ou non, surtout que bavard et social comme il l'était, ça n'allait certainement pas durer longtemps. Allez, du courage, on ouvre la bouche et on émet des sons.

- En effet...

Mouais. Il faisait comme s'il n'avait pas compris la question sous-entendue là. Effort zéro. Il but la moitié de son café d'un coup. Il n'était plus sûr de vouloir parler, il avait échafaudait d'autres plans. Il avait quoi à dire ? Juste son prénom, Asclépius n'avait pas pris la peine d'en dire plus. Et sa maison à la limite. Il partit sur ça.

- Ebenezer. J'étais à serdaigle.

Oh, la jolie araignée qui se baladait au plafond.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Chez le glacier

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 24 Fév 2016 - 10:28


En attendant la réponse de son loquace vis-à-vis, le Serpentard prit quelques gorgées de café. Ah, ça faisait du bien. Les effets n'étaient peut-être pas immédiats mais il pouvait toujours se dire que ça faisait de l'effet. ça marchait, un peu... Pas tellement, même au bout du rouleau, il n'était toujours pas assez crédule ; Serpentard oblige.

" - En effet... "

Il haussa un sourcil aristocratique et se permit d'esquisser un sourire en coin. Ils pouvaient être deux à jouer à ce jeu-là, pas de problème, il avait de l'entraînement... Enfin, drôle d'entraînement ; généralement, on ne lui répondait pas. Ouais, c'était assez triste, mais tant pis.

" - Ebenezer. J'étais à serdaigle. "

Il reprit une gorgée de café tout en observant attentivement le jeune homme. Ebenezer, de Serdaigle. Etait à Serdaigle. Tiens, il avait déjà finit ses études ? Il ne semblait pas bien vieux pourtant.
Mouais, cool. Qu'allait-il bien pouvoir faire de cette information ? "Ebenezer ? Oh c'est un joli nom". Nah, c'était un peu trop étrange à dire. Il avait encore toute sa tête, merci bien. Ou tout du moins une partie.

Ebenezer... ça faisait bien Sang-Pur tout de même. Sang-Pur sang-pour-sang Britannique même. Ce qu'il pouvait être drôle parfois.
Bon, le temps de la réflexion était passé, il fallait relancer la conversation :

" - Tu as déjà commencé une formation alors, si tu n'es plus à Poudlard. " Oui, il affirmait et tant pis s'il avait tord. A la sortie de Poudlard, on se spécialisait et on continuait ses études, point. En tout cas, c'est ce qu'il ferait. Parce qu'en tant que troisième fils, mieux valait pour lui ne pas regarder l'héritage du paternel de trop près. Et puis il ne se mouillait pas trop, c'était studieux un aiglon non ? " Qu'étudies-tu ? " Arf, elle était bizarre cette phrase, mais tant pis.
Et pour une fois, il était vraiment intéressé par ce que pouvait dire son interlocuteur : il avait envie de savoir ce qui se passait après le carcan de Poudlard, ce qui se trouvait de l'autre côté. Qu'il soit surpris ou déçu, cela ne fera que renforcer son ambition, ou sa détermination, au choix.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Chez le glacier

Message par : Ebenezer Lestrange, Lun 21 Mar 2016 - 21:47


Pourquoi avait-il relancé la conversation l'autre débile ? Il allait encore devoir faire style qu'il n'était pas totalement misanthrope. Asclepius s'intéressait à ce qu'il faisait. Et bah il allait être déçu parce que lui, il était plus du genre déchet du système que jeune promis à un avenir brillant. Tout n'était peut-être pas perdu mais il devait se bouger pour rattraper le coup et n'avait pas trop la motivation. C'était bien mieux de se la jouer au grand incompris qui, quand il en aurait assez, n'aurait plus qu'à trouver un pont d'où sauter. Problème réglé, solution de la fatalité et vie foirée. Mouais.

- Rien, j'étudie rien... Je bosse déjà, comme serveur.

Hum, que ça sonnait pathétique et qu'est-ce que ça lui foutait la mort. Il se noya dans son café, se maudissant lui même d'avoir légèrement sacrifié ses études pour une cause futile qui était l'invocation des esprits via sacrifice de boursouflet. Nan, en fait, dis comme ça, il regrettait rien, juste pour la tête de Blanchet. Puis parce qu'il avait confirmé sa théorie sur le potentiel de dictateur de Kholov. Comme s'il y avait encore eu quelque chose à prouver.

- Mais dés que j'aurai l'âge requis, du moins dés qu'il aurait trafiqué un faux diplôme d'ASPICs, j'irai étudier la médicomagie.

L'art de s'auto-persuader. Puis une fois médicomage, il irait renverser le ministre, tout faire exploser et partirait dresser les dragons. Tentant, tentant. Pour l'instant, sa seule mission était de finir son café et de redorer un peu son blason en face de ce mec qu'il connaissait depuis moins d'une heure. Avec un peu de chance, le zigoto ne ferait pas le lien entre son prénom et le viré de l'année qui s'était amusé à repeindre les cachots. Parce que, dans le cas contraire, il serait catégorisé mariole pendant un bout de temps.

- Tu sais déjà ce que tu veux faire toi ?

Parce que lui, il avait trouvé sa vocation tout gamin, une lubie, un peu comme ça mais dont il ne s'était jamais débarrassé malgré son amour infini pour son prochain. Médicomage, ça faisait plus classe qu'aurors en plus et vu ce qu'un auror valait par ces temps-ci, il était en fait pas très compliqué de faire mieux. Mais ça c'était une autre histoire. Limite, il pouvait lancer Asclépius sur le sujet, juste pour voir à quel point il entrait dans le rang des sang-purs.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Chez le glacier

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 23 Mar 2016 - 20:25


Instantanément, la joie intérieure qu’il aurait pu ressentir s’évanouie. Il ne savait trop s’il était déçu ou compatissant… Mais pour tout dire, il était mitigé. L’Ebenezer avait l’air d’être un sacré personnage… Avec un petit penchant pour exprimer son Pathos. Tout petit le penchant, pas le Pathos. Certainement pas. Du tout.
Il divaguait. Allez, on se réveille, on garde la tête droite, et on évite de fermer les yeux, merci ! Manquerait plus qu’il se mette à ronfler dans son café çui-là…

« - Mais dès que j'aurai l'âge requis, j'irai étudier la médicomagie. »

Une gifle dans la face ne l’aurait probablement pas mieux réveillé, et voilà que le troisième du nom se relève, le regard alerte et franchement intéressé – voire pétillant – avant de se rembrunir et de retourner dans la contemplation de la surface obscure de son café.
Des rêves pleins la tête, une profession à l’horizon, un avenir dérisoire, une motivation qui touche le fond, et une estime de soi encore plus bas.

Ouais, c’était un bon résumé de son existence. Voilà qu’il virait dépressif maintenant, on aura tout vu… Un serpentin dépressif… C’est celui qui se mord la queue pour abréger ses souffrances non ?

Bon, comme c’est un petit peu drôle, il se permet de sourire. Juste un tout petit peu. Minuscule. Pas beaucoup. La commissure de ses lèvres qui esquisse une grimace maladroite, ressemblant vaguement aux prémices d’un sourire burlesque. Ou un truc dans le genre. Il ne savait plus trop à vrai dire, ses perceptions étaient un peu flous… Fallait du café pour remédier à tout ça… Tiens, une tasse de café en offrande dans ses mimines ! La vie est bien faite quand même.

Tandis qu’il sirotait le breuvage divin, il aimait à se perdre dans ses rêveries. C’était un peu tout ce qu’il avait pour lui : ses rêves. Le reste appartenait à sa famille, ou au système dictatorial et autoritaire de Poudlard, duquel il partirait dès qu’il en aurait la possibilité. En évitant de se faire virer, bien sûr : mieux valait partir avec les meilleures chances possibles. Ce qui se traduisait dans le langage courant par « ASPIC ». Et il n’y avait pas que des Potions ou de la Métamorphose aux ASPIC.
Mouais. Fallait qu’il songe à une reconversion lui… Pourquoi pas éleveur de Boursouflets ? Ça avait l’air drôlement pépère comme métier… Mais comme il trouvait ces bestioles assez immondissimes, pas sûr qu’il tienne le coup bien longtemps. Difficile d’être une petite nature dans un tel monde de brutes.

« - Tu sais déjà ce que tu veux faire toi ? »

Ouh la question piège…
Il voulait lui faire cracher son café-tout-noir-amer-pas-sucré ou quoi ? Parce que c’était bien parti.

Bon… Devait-il répondre ? Oui, puisqu’il avait relancé la conversation, et que le Serdaigle en face faisait lui aussi des efforts. Donc pour récompenser les efforts de tout le monde, il se devait de répondre. Serpent qui se mord la queue. L’était coincé quoi…
Autre problème, que répondre ? Ce qu’il avait hurlé intérieurement à son Directeur de Maison quand il lui avait posé la question ? A savoir : « Mais arrêtez de me poser des questions sur mon avenir ! Je n’ai pas d’avenir, personne n’a d’avenir, on va tous mourir et c’est très bien comme ça ! Je ne connais même pas le menu des repas pour la semaine alors mon avenir ? Mais allez vous la mettre où je pense votre question ! »
...
Non, à la réflexion, il était bien trop formaté et complexé pour ne serait-ce que penser un truc pareil. Mais ne venait-il pas de le faire ? Ohoh ! Les tendances s’inversaient ! Serait-ce grâce au St-Café ? Il y croyait ! Allez, surfons sur la vague… Ou plutôt, il allait appliquer sa fameuse technique de la divagation-qui-perd-subrepticement-l’ennemi-et-qui-le-fait-passer-pour-un-Serdaigle-en-puissance. Le titre était un peu longuet, mais il avait encore un peu de mal à faire plusieurs choses à la fois…

« - Je pensais prochainement m’instituer Rêvasseur ; car j’allie sans cesse dans mes rêveries, l’Incertain et l’Impossible. Et si on pouvait me payer pour faire ça, ce serait wunderschön. »

Le secret de cette technique, c’était de ne perdre aucunement son air sérieux et sang-purien, tout en permettant un petit sourire amusé. Et Asclépiousse était un maître renommé, en cet art le plus délicat de la Magie : la rhétorique.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Chez le glacier

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 15 Avr 2016 - 15:45


Il aurait peut-être pas du poser sa question. A peine était-elle sortie de sa bouche qu'elle sonnait déjà parole de vieux con. C'était triste à son âge. Il fallait qu'il se ressaisisse ou qu'il arrête de parler aux gens, juste à lui-même. L'autre là, Asclépius, son prénom lui échappait déjà, changeait d'expression toutes les deux secondes. Un coup intéressé par la réponse du plus vieux sur la question des études, réponse un peu améliorée par rapport à la vérité d'ailleurs, un coup à deux doigts de se faire gicler la cervelle en muggle style. Il avait du mal à suivre. Il n'avait plus de café, il parlait comme un vieux, il allait se faire seppuku et il reviendrai.

- Je pensais prochainement m’instituer Rêvasseur ; car j’allie sans cesse dans mes rêveries, l’Incertain et l’Impossible. Et si on pouvait me payer pour faire ça, ce serait wunderschön.

Blablabla, Ebenezer avait décroché au bout de deux secondes. Il n'aimait pas trop les élans poétiques, il ne les comprenait vraiment que déchiré et il ne l'était pas. Du coup, il trouvait ça ennuyant. Ça faisait d'ailleurs un petit moment qu'il s'ennuyait à faire semblant d'être sociable en déprimant à moitié. Il ne le montra pas trop et mangea la mousse qui restait dans sa tasse à la petite cuillère avant de glisser cette dernière dans sa poche par réflexe.

Que dire à l'autre ? Rien. Il avait eu l'inspiration, maintenant c'était le néant. Les sujets glissant avaient tendance à finir compromettant, puis c'était du vu et revu. Il fallait qu'il bouge, il en avait assez de l'odeur des glaces, du brouhaha de la salle, ça le rendait malade, il avait envie de tout faire péter et de laisser la place au rouge sang. Pas un très bon plan. Alors il regarda les gens, les dévisageant froidement, certains baissaient la tête, d'autres détournaient les yeux et d'autres avaient l'air de s'énerver mais Ebenezer ne restait jamais sur un visage trop longtemps. Enfin, il retomba sur le couple dégoulinant d'amour qui lui avait piqué sa place, précipitant ainsi cette discussion de surface. Il eut très envie de les faire payer, puis ça l'occuperait et ça occuperait le serpentard. Alors il se balança sur sa chaise, fit glisser sa baguette le long de sa manche et sourit. Légèrement, très légèrement, plus rictus que sourire.

#Terrorim avait-il sussuré, visant la femme. Il préférait chuchoter les sortilèges que les informuler, niveau bruit, ça revenait au même quand il était assez loin, niveau puissance, il manquait d'entraînement à la magie sans parole mais c'était dans ses objectifs. Il demanderait à Bennet à l'occasion. Elle hurlait la dame maintenant et il manquait d'éclater de rire. Clin d’œil à Asclepius, index sur la bouche. #Duro sur le mec, informulé cette fois. Il déposa quelques pièces sur la table.

- A une prochaine fois monsieur le Rêveur.

Et cinq secondes après, il s'était tiré très loin.

Fin du RP pour moi, désolé d'avoir tant trainé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez le glacier

Message par : Invité, Ven 13 Mai 2016 - 17:46


PV avec Amy Shields.

Une journée douce se terminait. Vous savez c'était l'une de ces journées ou le soleil brille et amène une chaleur agréable, avec cette légère brise qui permet de ne pas croire qu'on se liquéfie, ces journées ou l'on peut voir des nuages passer paresseusement cachant le soleil en de rares occasions. L'un de ces jours ou vous avez pleins d'énergie mais ou en début de soirée, vous vous laissez aller à une douce langueur, une tendre léthargie qui vous permet d'apprécier l'instant actuel. Du moins pour beaucoup de monde le début de soirée est ainsi, mais pas pour elle.. Non pour elle c'est le moment ou elle se permettait de sortir, sans avoir trop de monde à rencontrer, sans trop de regards sur son visage qui restait maigre, sur ses cicatrices qu'elle cachait presque toujours mais qu'on voyait parfois quand elle remontait ses manches inconsciemment les fois où elle avait chaud.. N'assumant pas le regard des autres sur tout ces détails, elle sentait toujours la même colère revenir au galop à la moindre œillade dans sa direction. Et donc afin de limiter les envies de combats en tout genre, elle ne sortait que lors des heures ou les gens sensés étaient chez eux ou entre amis dans leur petit monde plus ou moins heureux. T.shirt bordeaux à manche longue, jean, basket ses cheveux court libre, ses lunettes cachant encre et toujours un partie de son visage, Lyria marchait le long du chemin de traverse. A plusieurs endroit la jeune femme avaient vue des affichent pleines de couleurs sur un fond sombre. A n'en pas douter les Mangemorts se faisaient de la pub, mais elle était complètement bousillé par des pro phénix ou de simple guguss qui voulaient jouer les rebelles. La brune avait ainsi passer plusieurs minutes a contempler l'une des affiches, laissant ses pensées vagabonder de façon aléatoire. Cela devait bien faire une 15 aine de minutes qu'elle était ainsi statique les yeux rivés sur les «chefs d’œuvres » quand elle prit conscience que cela attirerait les questions si on la voyait faire. C'est alors que sans attendre, la demoiselle reprit son chemin, ne s'arrêtant qu'une fois devant le glacier en faisant mine d'être normal et d'avoir juste envie de manger un truc.

*Je ne sais pas qui j'essaie de convaincre la.. Moi ou les rares passants ? *

Regardant le comptoir sans trop le voir, la Snow se mit à réfléchir à sa façon de se comporter. Etait ce sain pour elle de tenter de tout cacher comme ça? Ou fallait t'il qu'elle se force petit à petit à montrer et assumer son passé? Choix limité et impossible à faire pour le moment.. Elle continuerait alors encore à se battre contre elle même et ses doutes pour le moment. A la voir ainsi on aurait pu penser qu'elle essayer de faire fondre la glace de son regard, ou qu'elle était hypnotisée par les couleurs chatoyantes savamment disposé le long de l'étalage
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Chez le glacier

Message par : Amy Shields, Sam 14 Mai 2016 - 15:39


Il faisait chaud. Trop chaud. Beaucoup trop chaud. Mais pourquoi même en début de soirée il faisait aussi chaud ? Amy avait passé sa journée au Chaudron Baveur, comme à son habitude en fait. Depuis qu'elle avait quitté Poudlard, elle pouvait s'y consacrer pleinement et y passer tout le temps qu'elle voulait. N'empêche que rester une journée où le soleil est tout le temps présent et où la chaleur est aussi forte, c'était vraiment l'enfer au Chaudron. Etant donné que le bâtiment était assez vieux, la chaleur rentrait et sortait comme dans un moulin. En ce jour, il avait fait étouffant tout au long de la journée. Le seul moment où elle s'était sentie plus ou moins bien c'est lorsqu'elle s'était transformée en Fennec pour voir si ça allait mieux au niveau de la chaleur. L'animal était sensé êtres habituée à la sécheresse, ça devait donc aider. Et effectivement, malgré les poils épais et doux, l'animal avait un système de refroidissement qui avait fait qu'elle s'était sentir beaucoup mieux une fois dans le corps de son animal. Mais bon, servir les clients en mode animal n'était peut-être pas l'idée du siècle. Il avait donc bien fallut qu'elle se remette en humaine à un moment. Même si elle aurait préféré sa boule de poils.


Journée finie, journée finie et journée finie. Elle devait rentrer. Mais rentrer où ? La seul maison qu'elle avait c'était chez ses parents. Pas encore l'argent pour s'acheter son propre chez elle, trop dommage, puisqu'elle en avait vraiment besoin. Le transplanage c'était bien, mais aller à pied au boulot et être à proximité de tout c'était très bien aussi. Puis même, vivre sans les parents c'étaient un peu un accomplissement, une forme de maturité. Mais pas encore. Il fallait des sous. Un jour, elle en aurait. 


Alors qu'elle marchait d'un pas rapide, espérant trouver un peu de fraîcheur chez elle, le regard océan de la petite brune fut attiré par un étalage très coloré. Des glaces. Oh mon dieu des glaces ! C'était froid les glaces non ? Bah oui, bien vu Sherlock ! La jeune femme s'avança vers l'étalage et regarda tous les goûts qu'il y avait. Raaah, il y en avait vraiment trop. D'ailleurs, dans ce genre de magasin, il y avait toujours beaucoup trop de choix. Alors, que faire ? En réfléchissant, Amy remarqua qu'une autre jeune femme était arrêtée devant le glacier. Elle l'avait déjà vue. Sûrement au Chaudron Baveur puisque c'était là que la brunette rencontrait le plus de monde. L'inconnue avait l'air perdue dans ses pensées, mais comme à son habitude, la Poufsouffle, poussée par son impulsion, l'apostropha en disant d'une voix enjouée.


- Bonjour ! On s'est déjà croisée au Chaudron Baveur je crois, je vous ai servi un verre. Amy enchantée. Vous aussi vous avez un peu trop chaud aujourd'hui ? 


Pour être franche, Amy parlait au feeling, au naturel. Ne prévoyant aucune de ses paroles. Elle avait juste envie de parler et peut-être, se faire une nouvelle connaissance, pourquoi pas !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez le glacier

Message par : Invité, Dim 15 Mai 2016 - 19:09


Quand une jeune femme vint se planter non loin d'elle, afin de trouver quoi manger, la demoiselle se raidit. Un frisson la parcouru, s'éloignant d'un pas, pendant que la fille se concentrait sur les différents choix, Lyria songea a s'éclipser avant de se voir interpe.. Trop tard, l'autre brune lui avait adressé la parole joyeusement, naturellement..

*Aller répond vite fait, fais un sourire et barre toi avant que cette fille ne se décide a faire copine copine avec toi ! Quoi que, elle montre surement que de la politesse en attendant de prendre sa glace.. Une hypocrite de plus ? Fort probable.. *

Lui jetant un regard assez froid, l'ex jaune et noire du se retenir de ne pas envoyer balader cette fille trop joviale. La Snow se mordit la lèvre, puis décida de rester polie et de faire son possible pour ne pas donner l'impression d'agresser cette fille. Après tout, si elle paraissait normale, qu'elle lui rendait son salut, cela serait peut être suffisant.

Oh bonsoir Amy, oui je me rappel de vous.. Je .. Non je n'ai pas eu trop chaud, je.. Je ne veux même pas de glace. Rien ne me donne envie. Comment allez vous ? Vous travaillez toujours au bar ?

Les formules de politesses hypocrites pour le paraître... Lyria se répugnait à faire semblant de s'intéresser à son interlocutrice, mais c'est ce qu'il fallait faire dans cette société.. En observant celle à ses côtés, la brunette au visage se mit à l'envier. Amy avait beaucoup pour elle: beauté, joie, un travail et surement pas mal d'amis peut être même un ou une compagne.. Tout ce que la Snow n'avait pas ou plus...Et la.. revoilà la colère, la jalousie sous jacente qui reprenait de l'ardeur. Elle qui avait réussi à contrôler tout ça en revoyant Alicia, cette fois n'y arrivait pas. Une simple inconnue lui faisait une fois ressentir tout ça.. Sentant son regard se durcir encore, ainsi que ces mains se mettre à trembler légèrement, l'ancienne poufsouffle fit un effort considérable pour sourire à la jeune fille qui lui avait parlé afin de prendre congé.

Je ... Je suis désolé j'ai été un peu curieuse. Je devrai y aller...

Reculant d'un pas, Lyria s'éloigna doucement, un sourire crisper aux lèvres. Fuir cette fille, pour fuir ses sentiments. Ca devrait marcher. Du moins, si la serveuse était moins têtue que Emily Lynch.. Ancienne camarade d'école qu'elle avait un jour rencontrer sur le chemin de traverse et qui avait refuser de la laisser en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Chez le glacier

Message par : Amy Shields, Lun 16 Mai 2016 - 20:38


 Comment allez vous ? Vous travaillez toujours au bar ? 


Au moins elle se rappelait bien d'Amy. Sinon, la demoiselle aurait eut l'air bien bête si sa compatriote ne l'avait pas reconnue et lui avait demandé qui elle était. Mais bon, encore heureux, ce n'était pas le cas. Alors comme ça elle ne voulait pas de glace ? Bizarre, pourquoi était-elle là alors ? Sûrement pour se changer les idées. Ca arrivait aussi à la brunette de s'arrêter devant une boutique et de regarder l'intérieur sans pour autant être intéressé par les marchandises. Bah oui quoi, le vendeur pouvait être pas mal aussi ! Bah quoi ? Amy était sage mais quand même ! Bref, Lyria ne voulait pas de glace. Dommage, elle lui aurait bien payer pour lui montrer qu'elle n'était pas seule. Comment pouvait-elle savoir que la jaune et noire se sentait seule ? Aucune idée mais Amy le voyait. C'était quelque chose dans les yeux, dans son regard. Oui, la Phénix arrivait bien à décrypter ce genre de truc.


- Ca va bien. Oui je travaille encore au Chaudron Baveur mais j'ai monté en grade ! Je suis à présent la gérante.


Petit sourire vers sa camarade. Avant de s'adresser au glacier et de lui commander une glace à la vanille, tout simplement. La simplicité, c'était bien ça. Le glacier la lui fit, elle paya avant de se retourner vers Lyria, passant sa langue sur la boule sucrée. C'était froid. Pile ce qu'elle voulait en réalité. Ca faisait beaucoup de bien. Elle resta quelques secondes à déguster sa glace avant de demander à Lyria d'un ton coupable :


- Tu ne veux vraiment rien ? C'est pas top de manger devant toi alors que tu n'as rien.


Le petit pas en arrière de la Snow n'avait pas échappé à Amy, d'autant que ses paroles était tout aussi révélatrice. Si elle voulait partir, elle pouvait, elle ne la retenait pas, loin de là. Et en même temps la Phénix pouvait comprendre, se faire aborder de tel manière alors qu'on est tranquille en train de regarder les glaces, ça donnait pas très envie de connaître la personne en face. Puis bon, Amy ne lui avait pas demander de rester non plus. Elle voulait juste lui parler dans l'espoir d'avoir une connaissance de plus. Maintenant, la jeune femme pouvait très bien l'envoyer bouler en lui disant de la laisser tranquille et d'aller manger sa glace autre part que dans ses pieds. La petite brune ne le prendrait pas mal, quand on était habituée à être rejetée, le déni des autres devenait presque normal. Enfin soit, Que dire de plus à part que nous sommes tous maître de nos gestes et de nos actes. Fuis si tu le veux, aucune chaînes ou cordes ne t'en empêche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez le glacier

Message par : Invité, Mar 17 Mai 2016 - 22:01


La joie de cette fille était presque contagieuse, elle donnait envie à cette étrange fille de se laisser un peu aller pour une fois. Ce n'était pas arrivé depuis bien longtemps. Etait-ce du au fait qu'elles ne se connaissaient pas, malgré un écart d'âge peu important semblait il ? Ces deux là avait du être à l'école en même temps, avec maxi un ou deux ans d'écart.  En tout cas rien en elle ne lui était familier, elle savait juste qu'elle l'avait vue dans ce pub en tant que serveuse et ça lui suffisait. Prenant sur elle, elle combattit son envie de fuir immédiatement.

Euh.. non merci je n'ai.. comment dire pas vraiment faim. Et bien-sûr mes félicitations Mademoiselle c'est plutôt bien pour une jeune de devenir si vite gérante. Vous devez le mériter, je suis sincèrement contente pour vous croyez moi. Pensez vous restez longtemps à ce poste ou envisagez vous déjà un autre avenir pour vous ?

Faire la conversation comme ça était devenue tellement bizarre, chaque petit mots amicaux, chaque sourire semblait tellement surfait aux yeux de la Snow, qu'elle préféra se taire avant de montrer que pour elle tout cela n'était qu'une sorte d'exercice. Elle voulait essayer de ne pas paraître trop sur la défensive, seulement la.. L'ex pouffy se donnait l'impression d'être mauvaise actrice de série B qui récitait son texte apprit de façon bête et méchante sans y apporter une touche de sincérité ou tout au moins de naturel. Car après tout, pour le coup, elle l'avait vraiment félicité. Il était si bien de pouvoir travailler, être capable de se montre à la hauteur des espérances d'une autre personne et ainsi en obtenir un avantage ou une reconnaissance. A cet instant un nouveau sentiment de jalousie envahit la jeune brune. Cette ancienne déprimé, luttait tant et tant contre elle même  et pour fuir les autres, que la voir tout ce qu'elle s'était fait rater, la mettait en colère contre elle bien entendu mais contre le monde entier aussi. Et elle était jalouse de voir tout ce qu'on pouvait obtenir quand on était moins idiot qu'elle ne l'avait été.

*Ne rien laisser paraître, rappel toi, elle n'y est pour rien cette fille !!! Tu as merdé toute seule. Ton problème, ne t'en prend pas à elle.. Respire Lyria !! Respire.. *


Se répétant ça dans sa tête, L'ancienne étudiante passa instinctivement la main sur son bras gauche, révélant ainsi sans le vouloir quelques unes des nombreuses cicatrices ornant son corps tel un dessin fait par un peintre sous kiwicot ou autre élément perturbateur..


Bon bah voila.. Je tire ma révérence.. Amy je te laisse mon LA pour terminer ce rp comme tu l'entends, fais toi plaisir ma belle ♥
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Chez le glacier

Message par : Amy Shields, Jeu 26 Mai 2016 - 13:27


:( 


Ne pas avoir faim.. C'était dans ces moments là que Amy se rendait compte qu'elle était un vrai estomac sur patte. Malgré le fait qu'elle passait ses journées à apporter de la nourriture aux sorciers, la jeune femme avait tout le temps faim. Estomac sur patte, sérieusement. En plus, elle ne comprenait pas du tout les gens qui ne mangeait jamais. Nan sérieux, ils faisaient quoi de leurs journées ? Bon, oké, elle exagérait un peu. Elle ne faisait pas que manger pendant sa journée, comment voulez vous en même temps ! Elle n'avait pas 5 bras ! Enfin, as encore du moins. Bref, elle se reconcentra sur les dires de la jeune femme qui se trouvait en face d'elle.


Avoir de la chance car elle était jeune pour être gérante.. Oui, pas faux. Amy en était consciente. Elle avait beaucoup de chance d'être montée en grade comme ça puisque, Shawn le méritait tout autant qu'elle. Après, elle n'allait pas se plaindre de sa situation. Le Chaudron Baveur était son deuxième chez soi, son truc à elle, alors pouvoir le gérer ou du moins, aider à le gérer c'était vraiment génial ! La brune en face d'elle la félicita et lui dit qu'elle était contente pour elle. La brunette lui sourit, elle aussi heureuse d'entendre ça. A vrai dire, ses parents ne la voyait pas dans ce genre de job, aussi, ils ne l'avaient pas félicitée. Bof, ça ne lui faisait ni chaud ni froid mais en même temps elle savait que ses parents voulaient qu'elle change pour faire un job plus.. intellectuel ? N'importe quoi. Elle changerait quand elle en aurait envie.


- A vrai dire, pour l'instant, je me plais très bien à ce poste. Mais, comme toute chose, à partir d'un moment ça devient lassant. Je changerait à un moment ou à un autre. Mais pour l'instant, je suis heureuse et je m'amuse alors, pourquoi changer ?


Petit rire franc avant de s'apercevoir que la jeune femme s'était reculée en relevant les manches, laissant entrevoir quelques cicatrices sur ses bras. Qu'est ce que c'était ? Elle n'allait tout de même pas lui demander, ce n'était pas ses affaires et elle n'avait aucun droit de savoir. A la vue de la mine de sa connaissance, elle comprit qu'elle voulait s'éclipser. Amy lui sourit, et reprit d'une voix qui se voulait enjouée.


- Bon, je vais y aller, il se fait tard et j'aimerais bien rentrer chez moi. J'espère bientôt vous revoir ! 


Sourire en direction de la jeune femme avant de tourner les talons et de s'éloigner. Dans la mauvaise direction, certe, mais au moins elle s'éloignait, c'était déjà ça. Avait-elle dérangé cette grande brune ? Si c'était le cas, elle n'avait nullement cette intention au départ. Rentrer, rentrer, rentrer. Transplaner. POP. De la poussière qui se lève, tandis que le corps d'Amy a disparu.





Fin du Rp
Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Leblanc
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez le glacier

Message par : Gilbert Leblanc, Sam 9 Juil 2016 - 18:10


HRPG:
 

RP avec Pandore Hastings

Il faisait chaud, très chaud ce jour-là. Le soleil était à son zénith. Il était environ midi et quart lorsque Gilbert est entré chez le glacier. Son corps lui quémandait une substance glacée et agréable pour pallier à ses besoins. Il n'avait rien englouti depuis la veille au soir et ces gargouillements incessants le malmenaient, à tel point que sa tête commençait à lui faire mal.

La façade de l'enseigne avait des couleurs pastel qui la mettaient en valeur par rapport à celles des autres boutiques, plutôt sombres et déplaisantes. Il s’appuya contre la porte battante et celle-ci s'ouvrit sans aucune difficulté. L'intérieur de la boutique lui faisait penser à un monde à part, où les glaces avaient fait leur révolution. La pièce était spacieuse, ovale et dans le prolongement de la rue. Le mobilier était blanc et agréable à regarder. Les sièges en acajou étaient confortables et lourds. Ces derniers étaient couverts d'ornements, sculptés à la main avec la plus grande minutie. Lorsque Gilbert entra à l'intérieur, il eut du mal à trouver une table de libre. Ces dernières étant toutes occupées, il fut interpellé par la présence d'une jeune femme dans la boutique. Celle-ci était assise à la troisième table de gauche. Elle était blonde aux yeux bleus et avait un port de taille gracieux, parfaitement bien dessiné pour sa morphologie.

Au début, elle lui fit penser à sa propre sœur, âgée d'une quinzaine d'années. Les deux avaient les mêmes traits physiologiques - blondes, yeux bleus, tour de taille, etc. Il se rapprocha d'elle et lui demanda :

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger. Attendez-vous quelqu'un ou je peux me joindre à vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Chez le glacier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 8

 Chez le glacier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.