AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 6 sur 7
Chez le glacier
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Gilbert Leblanc
Gryffondor
Gryffondor

Re: Chez le glacier

Message par : Gilbert Leblanc, Sam 9 Juil 2016 - 18:10


HRPG:
 

RP avec Pandore Hastings

Il faisait chaud, très chaud ce jour-là. Le soleil était à son zénith. Il était environ midi et quart lorsque Gilbert est entré chez le glacier. Son corps lui quémandait une substance glacée et agréable pour pallier à ses besoins. Il n'avait rien englouti depuis la veille au soir et ces gargouillements incessants le malmenaient, à tel point que sa tête commençait à lui faire mal.

La façade de l'enseigne avait des couleurs pastel qui la mettaient en valeur par rapport à celles des autres boutiques, plutôt sombres et déplaisantes. Il s’appuya contre la porte battante et celle-ci s'ouvrit sans aucune difficulté. L'intérieur de la boutique lui faisait penser à un monde à part, où les glaces avaient fait leur révolution. La pièce était spacieuse, ovale et dans le prolongement de la rue. Le mobilier était blanc et agréable à regarder. Les sièges en acajou étaient confortables et lourds. Ces derniers étaient couverts d'ornements, sculptés à la main avec la plus grande minutie. Lorsque Gilbert entra à l'intérieur, il eut du mal à trouver une table de libre. Ces dernières étant toutes occupées, il fut interpellé par la présence d'une jeune femme dans la boutique. Celle-ci était assise à la troisième table de gauche. Elle était blonde aux yeux bleus et avait un port de taille gracieux, parfaitement bien dessiné pour sa morphologie.

Au début, elle lui fit penser à sa propre sœur, âgée d'une quinzaine d'années. Les deux avaient les mêmes traits physiologiques - blondes, yeux bleus, tour de taille, etc. Il se rapprocha d'elle et lui demanda :

- Bonjour, excusez-moi de vous déranger. Attendez-vous quelqu'un ou je peux me joindre à vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Pandore Hastings
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez le glacier

Message par : Pandore Hastings, Dim 10 Juil 2016 - 0:16



Avec Gilbert Leblanc


L'air de l'été naissant est sec et chaud ; le temps est idéal pour lézarder. Les rues, en revanche, sont bondées. La lourdeur de la foule est comme une chape de plomb sur les épaules des uns et des autres, elle ramollit l'allure des passants. Un tel tumulte brouille les esprits, chacun erre à son rythme. Les rues pavées sont encombrées et les rayons du soleil viennent s'y écraser de toute leur force. L'air semble onduler aux pieds des gens, toutefois personne ne s'en formalise. C'est un spectacle pour le moins habituel, en cette saison. C'est ainsi que fonctionne le monde. Les hommes profitent de la vue qu'offrent les jeunes femmes en robes légères, les enfants rayonnent eux-mêmes comme des dizaines de petits soleils fougueux, ils courent entre les adultes, ils jouent avec l'eau, ils rient bruyamment. Les devantures des boutiques reluisent les unes faces aux autres. Les commerçants sont prêts à saisir cette occasion de profiter d'un afflux aussi conséquent de futurs clients, et chacun se pare de son plus beau sourire pour apostropher les consommateurs potentiels. Le Chemin de Traverse est comme une immense ruche, elle bourdonne de tout son cœur et ne s'arrêtera que lorsque toutes les ouvrières en auront décidé ainsi.
La chevelure dorée de Pandore reflète la lumière aveuglante de l'astre du jour ; elle brille comme une perle ruisselante et s'envole au gré de la brise, par à-coups, avant de retomber sur ses épaules dénudées. Sa robe légère, de mousseline couleur menthe, caresse ses jambes et ses chevilles en cadence, pendant qu'elle marche. Elle est l'une des rares âmes à se promener seule en cette belle journée. Elle est hors du temps et de l'univers, prisonnière volontaire d'une bulle de sérénité. Elle semble être née dans un conte de fée, un rêve candide, une utopie insouciante. Ses pas, ses cheveux, son sourire, ses vêtements, ses manières... Tout n'est que légèreté, chez la grande blonde.

La chaleur est insupportable. Si tu sembles flotter, c'est uniquement parce que tu es une particule d'eau dans l'atmosphère. Intérieurement, tu te liquéfies. Tu n'aurais pas dû sortir. Pourquoi n'en fais-tu qu'à ta tête ? Désormais, tu donnerais tout pour pouvoir te plonger dans un bain glacé et n'en sortir qu'une fois que ta peau sera bleue. Pourtant tu continues de te pavaner dans les rues, l'air de rien, comme si tu voulais qu'on te remarque. Sincèrement, à force, tu ne te trouves pas un peu pathétique ? Ce besoin que tu as, de faire voir que tu existes... On a compris, arrête ton cinéma.

Pandore lutte contre ses propres pensées. Sa démarche s'alourdit un peu. Elle garde la tête haute et ne laisse entrevoir que sa confiance. Au fond, cependant, tout au fond d'elle... Un sentiment désagréable envahit peu à peu le moindre de ses songes, ralentit le moindre de ses pas. De l'amertume... Une lueur lugubre assombrit ses yeux clairs, soudainement, puis elle s'arrête. Une minute, deux minutes... Elle ne bouge toujours pas. Ce temps s'étire jusqu'à devenir une éternité douloureuse. Finalement, le salut se présente sans qu'elle ne s'y attende.
Une façade colorée souffle un vent d'oubli sur ses idées noires. Elle entre sans l'ombre d'une hésitation. Le claquement aigu de ses talons résonne au creux de ses reins. Le battant de la porte se referme derrière elle, emprisonnant au dehors toutes les choses désagréables qu'elle traînait sur elle comme un voile invisible. Lentement, recouvrant son calme et sa grâce, elle s'installe, seule. Elle observe le mobilier délicat. Les glaces l'appellent comme d'irrésistibles sirènes de fraîcheur.

Cet endroit te rappelle ton enfance, n'est-ce pas ? Tu ne sais pas pourquoi, mais tu te sens chez toi, ici. Tu es détendue. Les couleurs de la bâtisse et des étalages t'apaisent. Tu repenses à ta chambre de petite fille, plus douce encore, barbouillée de rose et de couleurs pastelles dont tu ne pouvais pas te lasser. Le chemin que tu as parcouru depuis cette époque t'a semblé bien calme, mais finalement, il t'a amenée jusqu'à un monde dont tu n'as aucune connaissance. Tu es restée une enfant. Tu passes tes journées à rêvasser pendant que les sorciers de ton âge font ce pourquoi ils ont étudié pendant des années. Ils ont tous choisi un camp, alors que toi, tu te contentes de rester en retrait. Tu es faible et lâche, mais ici, quelle importance ?

La jeune femme commanda quelques rafraîchissements après avoir salué le serveur qui était venu à sa rencontre. Elle resta là un bon quart d'heure, à réfléchir à diverses choses, à se remémorer ses années d'études à Poudlard, à se demander ce qu'étaient devenus certains de ses camarades. Elle continua de commander des verres d'eau fraîche et finit par se dire qu'une glace serait agréable. Elle s'apprêtait à rappeler le serveur lorsque quelqu'un s'approcha de sa table. Était-ce à elle que le jeune homme voulait parler ? Il sembla que oui: il s'était planté précisément à un endroit où il serait sûr que Pandore le verrait.

Bonjour, excusez-moi de vous déranger. Attendez-vous quelqu'un ou je peux me joindre à vous ?

Cette demande était pour le moins inattendue et la Gryffonne ne répondit pas tout de suite. Elle détailla paisiblement l'étranger qui lui faisait face. Il avait un certain charme. Grand, brun, élancé... Oui, il était beau garçon. Les yeux clairs de la sorcière s'attardèrent sur son visage, qu'elle sonda machinalement. On ne change pas les bonnes habitudes. La jeune femme sourit assez faiblement, toujours surprise par la soudaine apparition de cet inconnu. Elle ne l'avait pas vu entrer. À dire vrai, elle n'avait vu personne entrer depuis qu'elle était attablée, elle qui était plongée dans ses pensées. Pendant quelques secondes encore, elle l'observa, comme si elle profitait du spectacle, et finit par se redresser élégamment sur sa chaise.

Bonjour, commença-t-elle. Eh bien, non, je n'attends personne. Je vous en prie, l'invita-t-elle en désignant l'une des chaises, face à elle, dans un sourire radieux.

Ah, ça y est, elle va nous jouer les femmes fatales. Depuis quand tu mates les gens, toi ? Tu as l'air d'avoir tellement envie que ce soit le contraire, d'habitude. Qu'est-ce qui t'arrive ? T'as le coup de foudre pour un type dont tu ne connais même pas le nom ? C'est quoi, ton problème ? Tu es si désespérée que ça ? La compagnie des étrangers, c'est ça ta nouvelle obsession ? Tu n'arrêteras donc jamais d'être ridicule ? C'est le soleil qui t'a un peu trop tapé dessus ? Arrête de faire semblant. Arrête de vouloir être agréable avec tout le monde. Arrête de jouer les filles parfaites. Tu es tellement lâche... Est-ce que tu t'en rends compte, au moins ? Et ne me dis pas que ce joli minois t'intéresse. Non, ne te mets pas à sourire bêtement. T'as l'air d'une cruche. Arrête tout.



Revenir en haut Aller en bas
Gilbert Leblanc
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez le glacier

Message par : Gilbert Leblanc, Lun 18 Juil 2016 - 19:54


Confortablement installé dans un siège blanc, le dos appuyé contre le dossier, je regardai d'un œil attentif la carte des glaces. J'étais féru de sorbets hauts en couleurs depuis ma prime jeunesse. J'aimai jouer avec les nuances et avec les parfums aussi. Je sillonnai les îles du Pacifique grâce à ces arômes exhalés, comme un enfant qui sillonne le chemin d'une rivière. Ils avaient le don de me faire voyager d'un continent à l'autre, tel que le Jolly Roger dans Peter Pan. J'appréciai particulièrement la fleur d'oranger pour son goût fruité et délicat. D'ailleurs, délicat était le mot parfait pour qualifier ce comportement suspicieux et pour le moins commun.

De l'autre, j'étais intrigué et charmé par la ravissante jeune femme qui a gentiment accepté que je la rejoigne. Son côté énigmatique m'interpellait comme le son d'une sirène de pompier, alertant un feu dans les forêts environnantes. Pendant notre entrevue, nos regards peinaient à se fusionner et elle préférait me regarder à travers le reflet de son verre, posé à sa droite, plutôt que de joindre son regard au mien. J'étais aveuglé par sa beauté naturelle et n'osais pas lui adresser la parole, de peur de l'importuner dans ses songes. C'était la première fois que je perdais mes moyens face à une fille. J'avais l'air ridicule et avais honte du peu de prestance que je fis. Bref, il fallait que je prenne mon courage à deux mains et lance la conversation, même si je devais y laisser mon estime par la suite.

- Enchanté de faire votre connaissance, mademoiselle ? Je m'appelle Gilbert Leblanc, j'ai 20 ans. Voulez-vous boire/manger quelque chose ? Je vous l'offre.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Chez le glacier

Message par : Hugh Dey, Lun 10 Oct 2016 - 17:05


[Plus de trois mois sans réponse, je me permets de prendre la suite. Si problème, n'hésitez pas à me MP.
PV Finrod Elensar]


Le rendez-vous était convenu depuis quelques temps. J’avais pris mes dispositions, j’avais pas de boulot à Poudlard, j’avais même pioncé dans mon appartement du Chemin de Traverse, où les voisins du dessus continuaient à faire du bruit. En même temps, j’étais jamais là, j’allais pas me plaindre dès que je revenais alors que la plupart du temps ils étaient tranquilles… Bref.

La journée était suffisamment avancée pour que je me permette de sortir. Je m’étais bien habillé, parce que c’était un rendez-vous de type commercial et que je devais pas paraître trop à la rue. Donc ce que je portais, c’était classe. Un pantalon noir, une chemise colorée, une cape évidemment parce que sans cape j’avais pas l’impression d’être un sorcier. Ca me donnait aussi un côté super-héros que j’appréciais vachement je devais dire.

Et enfin je me pointais devant la Boutique d’Animaux Magiques, parce que c’était là que je devais récupérer le Propriétaire, histoire de parler affaires. Mais on n’allait pas rester sur le parvis de la boutique, nan. J’attendais qu’il se pointe, pis quand c’était le cas, je tendais la main, offrant un beau grand sourire de faux-cul et un très travaillé :

« Monsieur Elensar ! »

Les banalités d’usage quoi. Fort heureusement pour, j’avais quelque chose de prévu, histoire de le soudoyer un peu et de laisser la conversation s’engager. Alors je laissais pas de blanc, puisque le rendez-vous était prévu de toutes pièces et qu’il nous fallait absolument démarrer par ce qui était prévu.

« Grand garçon comme je suis, je pense qu’on ne discute jamais mieux qu’en mangeant un morceau. Ilne fait pas si chaud mais je souhaite vous inviter à manger une glace… »

Petit sourire en coin alors qu’une idée pas très catholique, mais sans doute pas très protestante non plus, prenait place dans ma tête lorsque je pensais à cette glace. Bref… Oui, je trouvais qu’on en apprenait beaucoup sur quelqu’un en le regardant manger sa glace. Ses preferences, sa manière de s’organiser également. Beaucoup, beaucoup de choses vous disais-je.

Donc nous marchions, et nous arrivions rapidement auprès du glacier. Pendant ce temps, la première conversation, formelle avait pu débuter.

« J’ai un projet. Un véritable projet je veux dire… Il se trouve que je suis parvenu à économiser un petit quelque chose et que je me vois acheter une maison avec beaucoup de terrain. Mon objectif serait de constituer une grande réserve animalière voyez-vous. Je n’aurais pas forcément le temps de m’en occuper donc je vous prendrais également quelques elfes, sans aucun doute… Quoi qu’il en soit, j’aimerais établir des relations commerciales saines avec vous, car les achats risquent d’être étalés dans le temps, voyez-vous… Et pour commencer, quel parfum souhaitez-vous ? »

La conversation n’était pas très épanouissante pour le moment mais il fallait bien commencer par quelque chose. Une fois le sujet épuisé, on aurait toujours moyen de partir sur autre chose. Surtout en mangeant, léchant, suçant, chacun notre glace.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Chez le glacier

Message par : Finrod Elensar, Mar 11 Oct 2016 - 14:26


Une matinée banale, rien de bien extraordinaire en dehors d'un rendez-vous professionnel. Cela permettait à Finrod de sortir un peu et ainsi laisser la boutique aux mains de ses employés mais aussi de s'éloigner de la clientèle. Il y a quelques mois, il avait confié la BAM à sa gérante et meilleure amie sauf qu'elle quitta son poste précipitamment. Afin d'éviter que cela n'arrive à nouveau, le Fourchelang évitait de se tenir trop loin de son établissement, il fallait s'assurer que tous travaillent un minimum. Bien qu'il souhaitait moins gérer le contact à la clientèle, le sorcier s'occupait des rendez-vous commerciaux.

L'homme qui se présenta à la Boutique d'Animaux Magiques était des plus élégants. Finrod, quant à lui, était vêtu sobrement, une robe noir à longues manches tombant sur ses bottes de la même couleur, une ceinture en cuir à la taille ainsi que la coiffe de perles sur son crâne chauve. Il serra la main franche que lui tendue son rendez-vous le saluant d'un signe de tête. Il ne dit mot jusqu'au glacier, bien étrange façon d'aborder une discussion à des fins commerciales, mais cela allait avec le personnage, probablement. L'ex-Serpentard écoutait avec un certain intérêt ce qu'avait à lui dire ce fameux Monsieur Dey.

- Ce sera une boule caramel et une boule citrouille s'il vous plaît. Dit-il avec un petit sourire au commerçant. "C'est un ambitieux projet que vous avez en tête si je peux me permettre. De quel espace disposez-vous en terme de superficie ? Expliquez-moi ce que vous avez en tête, les espèces et tout ce qui c'en suit. Vous voyez ce que je veux dire ?"

C'était un joli projet qu'avait ce sorcier, Finrod ne pouvait que l'encourager, surtout si la Boutique en profitait. Les affaires étaient toujours bonnes mais celle-ci était carrément juteuse. La glace arriva dans un cornet flottant, cela permettait d'avoir les mains libres quand on le souhaitait. Le Fourchelang posa ses lèvres sur une des boules et mordit dedans. Il s'essuya le haut de celle-ci avec sa langue qui vint caresser tout doucement la glace fondue et entrer dans la bouche pour avaler. Elle ressortit pour lécher l'autre parfum et ainsi mélanger les saveurs en bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Chez le glacier

Message par : Hugh Dey, Lun 17 Oct 2016 - 18:30


En fait, on pouvait pas dire que le rendez-vous démarrait super bien. Parce que bah, le mec là, le grand – ouais, vraiment grand, j’étais même tenté de me grandir un peu mais je voulais pas lui montrer que je complexais à mort sur ma taille – bah il disait rien. Fin rien au début. Rien avant d’arriver chez le marchand de glaces. C’était sans doute un de ces grands gaillards qu’avait pas été bien sage quand il était petit et qu’avait peur de dire une connerie. S’il en disait une, il aurait été privé de dessert… Ouais. Ouais c’était sans doute ça. Pourtant j’aurais pas pensé ça de lui hein. A le voir, il faisait pas tant traumatisé que ça par la privation de desserts. Mais vu qu’il avait bien grandi, ça se trouve on lui avait remplacé la glace par de la soupe…

Ou mieux ! On lui avait laissé croire que la soupe en fait c’était de la glace fondue, et on l’avait obligé à en bouffer et à en bouffer encore et encore ! Oh le pauvre ! Je lui jetais un regard en coin comme ça, avec un air un peu triste, histoire de lui montrer que je compatissais. C’était horrible d’élever un gamin comme ça… Pour peu j’avais presque envie de lui payer une deuxième glace, comme pour compenser ce manque certain dans son enfance.

« Une menthe et une citron pour ma part. »

Voilà. On avait commandé. Preuve ultime qu’il désirait cette glace plus que tout, il avait préféré la commander avant de me répondre, mais, heureusement pour moi, je présentais quand même un certain intérêt à ses yeux. Oui, j’avais le flouze, les tunes si vous voulez, et lui il avait la marchandise, alors forcément on pouvait s’entendre. Et comme il me demandait de développer, je commençais déjà à me projeter, alors même que j’avais pas toutes les réponses. Le sourire aux lèvres, les mains agitées dans de grands mouvements explicatifs, je commençais à lui dire tout ce que j’avais en tête avec passion :

« L’espace je sais pas encore justement… En fait j’ai moyen d’acheter un grand terrain, véritablement, et une bonne maison avec ceci. Mon objectif en revanche, c’est de posséder un maximum de créatures, et pourquoi pas des dangereuses ! Les conditions peuvent être recréées, voyez-vous, les marécages, les hautes herbes, la chal… »

Je ne pouvais m’empêcher de m’expliquer en le regardant dans les yeux, comme pour savoir s’il m’écoutait ou non. Mais près de ses yeux il y avait sa bouche, et bien près de sa bouche il y avait sa glace. Le regarder manger me coupa tout simplement le sifflet. Il léchait sa glace avec une telle sensualité que j’en avais des frissons. Et le comble était encore le petit léchage de lèvres à la fin. C’était simple, ma bouche restait tout simplement ouverte béatement et mon cerveau n’entendait plus qu’un doux *bzzzzzzz*, signe que tout avait grillé.

Je reprenais vie devant la glace qui venait vers moi. Sans même saisir le cornet – car puisque celui-ci flottait je n’allais pas m’encombrer – je goutais les parfums du bout de ma langue, laissant une traînée majestueuse sur chacune des boules. J’avais une préférence pour l’acidité du citron. La menthe, quant à elle, ne me permettrait que d’avoir meilleure haleine, et qui sait, peut-être allais-je en avoir besoin… Alors je reprenais un peu contenance, après alors goûté la glace et…

« La chaleur… Si hum… Disons que toute chose ayant besoin d’être chauffée devrait trouver sa place à mes côtés… »

Non. Stop. J’avais pas dit ça. Pitié dîtes-moi que j’avais pas dis ça ! Si ? Je l’avais dit ? Ok… J’étais mort…
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Chez le glacier

Message par : Finrod Elensar, Ven 28 Oct 2016 - 17:57


Le goût de la glace était exquis. Fondue, elle coulait dans la gorge du propriétaire de la BAM le rafraîchissant légèrement. Au point même qu'un léger frisson partit de l'arrière de sa nuque pour s'arrêter en bas de son dos, au creux de ses reins. Il se retint de frémir. Il n'avait pas lâché des yeux ce fameux Monsieur Dey écoutant tout ce qu'il disait. Il semblait être prêt à tout pour le bien-être des créatures qui feraient partie de cet immense projet. Mais il perdu les pédales et l'expression de l'étonnement vint se poser délicatement sur le visage de Finrod. Que se passait-il donc ?

- Je vois. J'espère que vous ne ferez pas fondre vos boules trop rapidement.

Le presque-géant avait noté le coup de langue de son interlocuteur, qu'il avait d'ailleurs failli avaler de travers. Quelle étonnante manière de procéder pour manger des glaces... Finrod dégustait les boules sans aucune suggestivité.

- Vous préférez donc la chaleur ? Il faudrait voir quel type d'animaux vous souhaitez acquérir. Certains sont très dangereux et je pense, si je peux me permettre, qu'il faudra faire une croix sur certain. Ils sont bien trop dangereux ou bien trop imposants pour être dans un parc. Mais je peux vous conseiller sur les éventuelles espèces que vous souhaitez acquérir. Discutons en marchant un peu.

Le sorcier lui dit ça en posa sa main dans le dos pour l'inviter se joindre à cette promenade glacière. Mais il l'enleva rapidement lorsqu'il remarqua que sa glace coulait déjà un peu sur le cornet. Aucun enchantement pour maintenir une glace sous un soleil léger ? Pour éviter qu'elle coule partout, il passa rapidement son doigt et le lécha. Puis, avec sa langue va prendre par dessous une des boules. Finrod mordit dedans afin d'être certain de ne pas se retrouver à nouveau avec son doigt dans la bouche. Ce n'était pas très professionnel. Mais son rendez-vous semblait être assez exubérant, il ne lui en tiendrait probablement pas rigueur.

- Nous avons un climat assez frais en Angleterre, car j'imagine que c'est par ici que vous souhaitez construire ce parc. Mettre en place autant d'enchantements vous demander de l'énergie et vous devrez vous assurer que tout se passe correctement. Enfin tant que vous ne possédez pas encore le terrain, le projet n'avancera pas vraiment. Quand pensez-vous l'acquérir ?

Finrod s'emballait. Il aimait les gros projets et là il en avait un qui lui tombait dessus surtout que cela concernait les créatures magiques.

- Votre glace est bonne ?
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Chez le glacier

Message par : Hugh Dey, Ven 2 Déc 2016 - 3:50


- Je vois. J'espère que vous ne ferez pas fondre vos boules trop rapidement.

Petit rire. Nerveux. Gêné. Et je rougissais, comme une gamine effarouchée. Ok, j’avais dit un truc débile, il avait répondu dans la même veine, c’était bon. On pouvait changer de sujet maintenant ? Heureusement je mangeais de la glace, ça pouvait rapidement faire redescendre la chaleur de mes joues. Allez, on souffle, on creuse un sillon dans le bas de la boule et on déguste le parfum de son sorbet. C’est mieux.

La discussion reprit, et le ton professionnel de mon interlocuteur me rassura. Je lui offrais un sourire, tandis qu’il passait une main courtoise dans mon dos, m’invitant à marcher avec lui. Je l’emboitais donc… Non pardon, je lui emboitais le pas, voilà c’est mieux, et je savourais ma glace tranquillement. Ca se voyait qu’il était content le mec quand même. Il avait eu son dessert m’voyez, alors forcément il était content. Et il devait avoir conscience que j’avais encore le pouvoir de le punir. Si jamais il disait une bêtise, hop, je lui retirais qui ce serait bien fait pour lui. Et pas la peine de pleurer pour retrouver sa glace hein, moi je pouvais la jeter par terre s’il le fallait.

Alors bon, je hochais la tête, tout enmangeant ma glace, si bien que je me retrouvais bientôt avec du sorbet citron sur le bout du nez. Mais je m’empressais parce que je voulais pas me salir les doigts comme lui. D’ailleurs ça m’avait fait tout drôle quand il avait léché le sien… Et comme le voulais pas le mettre trop mal à l’aise, quand je voyais que ça commençait à couler, moi, je léchais directement le cornet. J’aimais pas trop parce que, bizarrement, quand je léchais le cornet ça le rendait un peu plus mou – d’habitude c’est pas tellement censé faire ça m’voyez – mais bon, je faisais ce qu’il fallait pour être poli quoi.

- Quand pensez-vous l'acquérir ?

Ah, là on parlait de choses sérieuses ! Et comme j’avais du mal à faire trois choses en même temps – parler, manger et marcher, même si en vrai je parlais pas en mangeant mais chut, je voulais pas dire que deux choses c’était trop dur – je m’arrêtais un moment le temps de parler.

« En vérité, je souhaitais vous demander un devis, avec vos conseils experts pour savoir quelles créatures je pouvais avoir. Je prévoirais ainsi la force nécessaire pour les sortilèges… J’ai un groupe d’amis qui pourrait éventuellement m’aider, car de telles créatures sont tout de même importantes à avoir sous la main vous comprenez. A voir, à étudier… Bref, je souhaitais adapter le terrain aux créatures que nous trouverions. Sitôt le devis établi je me mets donc à acheter le terrain, et nous pourrons ensuite conclure la commande. Je suis en mesure de vous verser un acompte si vous préférez avoir une garantie évidemment. »

Et je reprenais la marche. J’avais fait un véritable effort pour parler correctement, comme un véritable homme d’affaires. Quelqu’un d’important. Le fait est que j’avais effectivement accumulé les gallions depuis quelques temps, notamment à force de travailler pour Poudlard sans avoir besoin de payer quoi que ce soit, et que l’idée d’un projet si énorme avait germé… Pour ne plus jamais se déraciner de mon esprit. Moi qui n’aimais pas les créatures, j’avais pourtant bien envie de les posséder, et de les utiliser…

- Votre glace est bonne ?

« Oh oui j’adore les boules ! Et vous ? »

J’avais répondu sans réfléchir à cette question si banale… Puis j’avais dégluti, en comprenant ce que je venais de dire, et lui jetais un regard en coin… Avant de me racler la gorge et de demander :

« Quelles créatures pouvez-vous me proposer alors ? »

Voilà. On change de sujet. On évite les terrains glissants. Même si quand ça glisse c’est tellement mieux…
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Chez le glacier

Message par : Finrod Elensar, Jeu 8 Déc 2016 - 17:55


La situation, vue de l'extérieur, devait être des plus étranges. Deux jeunes hommes discutant, mangeant leur glace comme des enfants, coulant de partout, sortant leur langue à tout va. On pouvait se demander si l'on ne se trouvait pas dans un scénario bas de gamme d'un certain genre de film alors c'était uniquement un rendez-vous professionnel avec un projet bien concret à mettre sur pieds.

Cornet dur léché allègrement pas le client. Langue experte et connaisseuse, on pouvait l'imaginer. Perturbé par ce qui sortait de cette bouche plutôt que d'y rentrer ? Finrod l'était, légèrement. Il fallait croire que c'était le ton de la discussion. Le presque-géant se stoppa aussi, que se passait-il donc ? Une boule de glace était-elle tombée ? Non, tant mieux, une simple réponse, sérieuse, à la question du propriétaire de la BAM, pas de soucis à se faire. Quant au contenu de celle-ci, il fallut un certain temps pour Finrod pour retrouver ses idées. Le "j'adore les boules" avait comme eu effet de bloquer le jeune homme dans sa réflexion tant c'était inattendu, il lui fit un sourire, ne sachant vraiment que faire et se décida à répondre uniquement aux interrogations professionnelles du Hugh.

- Nous avons un large choix de créatures à la boutique, des petites comme des grandes créatures. Des salamandres, des croupes, des fées, des Gronians, des crabes de feux. Tous ces animaux peuvent être vendus bien entendu. Il est important de respecter les lois du Ministère, vous comprenez ? Je ne sais pas quel type d'animaux vous préférez le plus ? Ni le nombre d'espèces vous souhaitez acquérir ainsi que le nombre de représentants des espèces qui vous intéressent. Sans ces informations, l'ex-serpentard ne pouvait pas vraiment de devis comme le souhaitait ce monsieur Dey. "Vous imaginez bien que certaines créatures peuvent cohabiter tandis que d'autres, il vaudrait mieux éviter. Comptez-vous faire un seul et unique parc ou des enceintes assez grandes afin de séparer les espèces et les différents climats qui sont nécessaires pour certains animaux?

À peine fini sa phrase que Finrod englouti le peu de glace qu'il restait, il ne voulait pas risquer de se mettre partout. Il croqua le biscuit tout en faisant attention que la glace fondue ne coule pas partout, il ne fallait pas en perdre une goutte.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Chez le glacier

Message par : Hugh Dey, Dim 15 Jan 2017 - 22:47


L’avantage de discuter avec le propriétaire de la Boutique d’Animaux Magiques, c’est qu’il connaissait vraiment bien les produits. Euh, les animaux. Bref, ces machins qu’on peut tuer et manger, mais pas tous, parce que déjà si on les tue tous après il n’y en a plus, et en plus il y en a certains qu’il vaut mieux éviter de bouffer. Déjà parce que c’est eux qui nous bouffent un peu plus que l’inverse, et en plus parce qu’ils doivent pas être bon. Si le steak de sombral était succulent, le rôti de boursouflet était sacrément pauvre en viande… pas très rentable quoi.

Heureusement, là, on bouffait pas des animaux qu’il nous vendait vivants et qu’on pouvait tuer pour les manger, mais juste des boules de glace. Et un cornet. Alors il croquait dans le sien, et je savais pas comment il faisait, mais jamais il en avait partout. Sérieusement, j’étais halluciné, mais en bien. Admiratif quoi ! Parce que moi, dès l’instant où j’avais eu besoin de croquer le cornet, je m’étais foutu du sorbet citron sur le pif. Et essayer de le dégager juste avec la langue, c’était pas facile. Je savais pas pourquoi j’avais décidé de ne pas me servir de mes mains, mais comme elles ne tenaient pas le cornet, elles ne méritaient pas de m’essuyer la tronche.

Bref, passons sur ma capacité légendaire à m’en foutre partout sur le visage – prenez cette phrase dans tous les sens que vous souhaitez – j’avais au moins l’esprit un peu plus organisé. Enfin, juste sur ce projet, faut pas exagérer. Du coup, alors que je réfléchissais à quelles créatures lui demander, je m’animais en entendant sa dernière question.

« Ah ! Oui oui, je compte les séparer ! En fait, tout dépendra du climat évidemment, mais le principe est d’avoir plusieurs areas voyez-vous ? Comme une somptueuse habitation, et un parc animalier tout autour. Au Nord, celles préférant le froid, au Sud les créatures du Désert. A l’Est les créatures de la forêt, et l’Ouest les créatures marines. Je veux simplement éviter les nuisibles, tels que les serpencendres ou ce genre de chose, qui risqueraient d’endommager la maison… »

Et je replongeais dans mes réflexions intenses. Je terminais ma boule au citron, mangeais à présent le reste de boule menthe, tout en croquant, mastiquant, avalant, le petit cornet que j’adorais. Toujours sans les mains et le nez couvert de citron, ma bouche était sans doute bardée de vert et de jaune. Comme un enfant, en fait. Mais on s’en fiche un peu non ? Moi j’avais faim, et c’était bon, c’était ça l’essentiel.

« En ce qui concerne les créatures hum… Quatre ou cinq boursouflets, pour une petite cage à l’entrée, au moins les classiques, un moke, un musard, un noueux, un fléreur, un malagrif. Quelques botruc, parce que c’est mignon, un chartier, un niffleur, un demiguise. Sans doute quelques elfes de maison pour s’occuper de tout ça. Et puis ensuite… Les animaux plus spectaculaires. Focifère, Ethonan, Gronian, Hippogriffe, Sombral, Murlap et Crabe de feu, au moins. »

Et encore. Tout cela n’était que le début. Malheureusement, les lois ministérielles interdisaient d’autres achats, que je me serais plu à posséder cependant. C’est pourquoi, j’ajoutais, avec un petit sourire :

« Je suppose que vous ne faites pas dans l’illégal si je souhaitais quelques créatures plus dangereuses ? »

Non, ou en tout cas, pas une glace à la main sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Chez le glacier

Message par : Finrod Elensar, Ven 20 Jan 2017 - 10:20


La fraîcheur de la glace fondue coulait le long de la gorge puis dans le buste de Finrod. Il la sentait descendre, petit à petit. La température basse lui permis de la sentir en lui, oui. Mais son corps chaud fit disparaître cette sensation. Cela avait été un réel plaisir pour le Fourchelang de manger cette glace, ce Monsieur Dey (à prononcer Dé, oui j'ai demandé) avait une très bonné, euh pardon, bonne idée. Cela faisait un moment que Finrod n'en avait pas pris en bouche, pour se délecter. Il prenait rarement le temps pour ce genre de petit moment appréciable tant il était occupé. Les rendez-vous professionnels comme se l'imaginait le presque géant ne ressemblaient pas à ce qu'il se passait en ce moment. Il se les étaient imaginés plus sérieux, dans une pièce loin du bruit et des gens. Ici tout le monde pouvait les voir marcher ensemble. Quoique cela n'était pas un problème en soit.

Les deux hommes continuaient de marcher sur les pavés de la célèbre avenue ou chemin, bref choisissez. L'ex-serpentard regardait de temps à autre le client qui finissait, à son tour, de manger la glace. Il avait plus de peine que lui pour rester propre mais cela ne semblait pas le gêner pour autant. Car il continuait de détailler son projet de grand parc animalier. Il avait de l'ambition, cela en était certain. Cela allait coûter une fortune. Probablement la plus grande vente que la BAM ait jamais connu. Mais pour l'instant rien était fait.

- Vous souhaitez acquérir beaucoup de créatures. Certaines sont en boutique d'autres seront à commander. Mais nous pouvons commencer petit à petit. Je pourrais même me rendre sur les lieux pour me rendre compte du terrain que vous avez à disposition. Et non, je ne fais pas dans l'illégalité. De plus, je crains que ce genre de créatures ne vous causent plus de soucis que de bénéfices mais je ne sais pas si vous connaissez une certaine boutique dans une Allée peu recommandée qui pourrait, éventuellement, vendre des animaux de ce genre.

Regard soutenu, silence. Il était difficile de ne pas comprendre à quoi Finrod faisait allusion. La célèbre boutique de Magie Noire.

- Je pense qu'il vous faudra débourser en tout cas plus de 500 Gallions, si vous voulez acquérir tous ces animaux. Surtout si vous en prenez plus d'un représentant par espèce. Je sais que les elfes de maisons pourraient bien vous servir mais pour certaines créatures, il faudrait des experts. Des humains, ce serait mieux.

Finrod pourrait se rendre sur place s'il le fallait. Mais étant propriétaire d'une boutique, il n'avait parfois pas beaucoup de temps pour s'en éloigner un temps soit peu. Alors ce Hugh Dey devra compter sur d'autres sorciers ou sorcières au moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Chez le glacier

Message par : Hugh Dey, Dim 22 Jan 2017 - 17:05


Vous savez quoi ? En deux petites bouchées, le tout en écoutant mon interlocuteur, j’avais terminé ma glace. J’aurais pu être très content, comme quand on est petit et qu’on se dit qu’on a bien mangé, limite qu’on s’applaudit soi-même. J’aurais pu oui, mais bizarrement je ne l’étais pas. Parce que ça voulait dire que la conversation avait déjà bien avancé, qu’on était plus proche de l’heure de se quitter que précédemment, et plus important encore, que j’avais fini mon dessert. Et comme on m’avait bien éduqué, je n’avais droit qu’à un dessert par repas. Pas un de plus. Dommage, parce que j’aurais bien continué à manger si cela avait pu nous permettre de poursuivre un peu la conversation.

Pourquoi avais-je tant envie de continuer d’ailleurs ? Sans doute parce que c’était drôle. Drôle de savoir que moi, qui n’avais pourtant jamais eu un grand faible pour les animaux, j’allais ouvrir ce parc animalier, parce que j’en avais envie. Et parce que c’était utile. Son conseil, au sujet des créatures illégales, me permit d’être quelque peu raisonnable tout de même. Il avait raison, je ne souhaitais pas créer trop de problèmes non plus, surtout à moi-même. Et même si j’aurais bien menacé un ou deux elfes de maison de les envoyer aux acromentules, peut-être ne fallait-il pas exagérer…

« Vous êtes l’expert des petites bêtes, je vous fait confiance sur ce point. Je ne fournirai donc que chez vous. »

Sourire cordial… Avant de se rendre compte qu’il était difficile de sourire. Ah, le sucre avait collé. Je disposais par chance d’une petite serviette en papier dans laquelle je crachais – discrètement – avant de m’essuyer la bouche avec. Oui, quand c’était collé, ça partait mieux avec une serviette mouillée, vous deviez le savoir. Mais c’était quand même pas la chose la plus élégante du monde.

Et puis… Et puis un banc vide se présenta à nous et une multitude de souvenirs me revinrent en mémoire. Sans attendre, je m’assis dessus, souhaitant un moment prendre toute la place, avant de me rappeler que ce n’était pas très convenable. Par conséquent, je me poussais sur le côté et tapotais le bois sur ma gauche pour lui indiquer qu’il avait droit de s’asseoir également.

« Il est fort possible que je prenne un mâle et une femelle de chaque espèce, ne serait-ce que pour favoriser la reproduction. Quoique… Ils peuvent bien faire comme ils veulent, pourquoi on n’aurait pas un mâle et un mâle hum ? Savez-vous si vos animaux sont homosexuels ? »

Oulah, je divaguais totalement… Mais en même temps, c’était tout le problème à vouloir se restreindre. Je ne souhaitais pas les contraindre à cohabiter avec quelqu’un qu’ils n’auraient pas apprécié. Imaginez que moi, un jour, on m’ait acheté, et collé dans une cage avec Gloire Lecomte. Bon bah elle était moche hein, quoi qu’il arrive, je lui aurais sans doute pas sauté dessus. Bref, je me perdais dans mes réflexions, quand me revint en mémoire le coup du personnel. Ahah ! Et il croyait que j’allais payer des gens tiens !

« Hum… Si vous voulez je peux débourser un peu plus pour les elfes de maisons, si ceux-ci sont formés à s’occuper de certains animaux. Je dois vous avouer que je suis plus collectionneur que passionné. Moi tout ce qui a du poil… Enfin. Dans la limite du raisonnable évidemment. Je veux dire, le poil humain ça va. » Mais pourquoi vouloir toujours tout préciser ? « Avec les commandes et tout le reste, pensez-vous pouvoir au moins me faire un prix de gros ? Après tout c’est un sacré paquet que je pense investir, tout le monde n’a pas cinq cent gallions. »

Vas-y, fais le richou Hughie, il sera peut-être encore plus intéressé. T’es concierge bordel, toi aussi ça devrait te faire mal au c*l de débourser ça !
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Chez le glacier

Message par : Finrod Elensar, Lun 27 Fév 2017 - 13:17


Cette rencontre suivait un rythme bien tranquille. Tout semblait couler de source. Un client avait des idées précises, un commerçant prêt à répondre à ces attentes, une volonté de rester dans la légalité, une fois n'étant pas coutume. Il suffisait de se mettre d'accord sur les formalités mais l'affaire était presque dans le sac. Il n'avait donc pas fallu longtemps pour trouver un accord, en revanche la mise en place prendrait bien plus de temps et ce qu'importe qu'il y ait de la magie ou non.

Finrod suivit du regard, puis du corps, Hugh qui avait décidé qu'il était temps de s'asseoir. Le presque géant accepta l'invitation suite au petit geste, que l'on pouvait presque comparé à celui d'un enfant envers un ami. Il y avait dans ce rendez-vous une discussion d'adultes accompagnés de comportement enfantins. Manger une glace, marcher, s'asseoir, comme s'il était impossible pour eux de rester en place.

En silence mais attentif, le Fourchelang écoutait ce que ce Monsieur Dey disait, prenant note dans sa tête. Pas certain qu'il se souvienne de tout. Après tout, la mémoire était parfois capricieuse chez certaines personnes tandis que chez d'autres, elle paraissait être aussi bien rangée qu'une dizaine de tiroirs d'archives.

- Il existe des espèces dont certains représentants sont homosexuels mais pour les trouver ce n'est pas évident. Mais deux mâles hétéro peuvent très bien s'entendre. Pour certaines espèces, je ne vous conseille pas d'avoir un mâle et une femelle, les bébés peuvent être très nombreux ou alors séparer ceux qui peuvent se reproduire. Vous comprenez ?

Pourquoi parler de sexe ? Perpétuer l'espèce était une bonne chose mais pourquoi ne simplement pas parler de représentants. La reproduction en captivité étant difficile, Finrod trouvait étonnant d'en parler aussi rapidement. Mais il tâcha de ne pas montrer sa surprise et continua à réfléchir pour mieux répondre aux besoins de son interlocuteur.

- Pour un prix précis, je ne vais pas m'avancer, car il est possible que vous décidiez de prendre un animal en plus ou en moins, non ? Mais assurez-vous qu'un prix spécial sera fait. Les gestes commerciaux sont monnaies courantes dans ma boutique. Pour les elfes, il est tout à fait possible de les former. Je tâcherai d'en préparer déjà quelques-uns et ferait en sorte que ceux-ci expliquent aux nouveaux. Avez-vous besoin d'autres précisions ?

Sappuyant sur le dossier du banc, Finrod avait décidé de ne pas souligner le détail sur le poil humain. N'en étant pas beaucoup pourvu, il estimait que cela ne plairait pas à Hugh, en même temps pourquoi cela serait le cas ? Et en quoi était-ce important au final ?
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Chez le glacier

Message par : Hugh Dey, Ven 10 Mar 2017 - 14:29


Et ça continuait à parler reproduction. Oh ouais, du c*l du c*l du c*l ! Oulah. Je secouais la tête pour retirer de mon esprit toutes ces pensées impures venant à mon esprit. D’autant que j’avais progressivement dévié de notre conversation initiale, les animaux ne trouvant aucune place confortable dans les images que j’avais en tête. Heureusement d’ailleurs. Enfin peu importe. Après son petit discours, je me contentais de hocher la tête.

« Très bien, je vous laisserai juger des specimens s’entendant les mieux afin de parfaire les associations. Peut-être pourrons nous aussi mélanger quelques espèces. »

Bordel, on aurait presque pu penser que j’étais en train de parler de plantes. Je n’étais pourtant pas un fin botaniste, autant que je ne respectais pas tellement ces bêtes pour lesquelles j’allais dépenser tant de gallions. Non, il s’agissait simplement pour moi de faire un cadeau d’envergure à une communauté bien plus grande que moi. Plus impressionnante. Aux idées plus tranchées. A celle à laquelle j’adhérais grâce à ce tatouage soigneusement masqué sur mon avant-bras gauche.

Je souriais en y pensant. En appréciant la reconnaissance, la gratitude de ce groupe à mon égard. En imaginant les tapes dans le dos, le « bon boulot » résonnant à mes oreilles. Les félicitations qui allaient me tomber dessus. J’aimais ce projet. J’appréciais cette réserve naturelle que je souhaitais fonder. J’avais réellement l’impression de faire quelque chose d’utile. Je soupirais d’aise, tandis qu’il m’informait ne pas pouvoir me donner de prix tout de suite. Mais au moins avait-il la décence de m’assurer qu’un prix serait bien fait. Je hochais la tête, encore. Puis je tendais la main, m’apprêtant à me relever.

« Très bien Mr. Elensar. Je pense que notre entretien peut s’arrêter là. Vous pouvez donc me sélectionner deux specimens de chaque espèce et me les réserver. Allons, disons un seul simplement pour les plus rares tels que le Phénix par exemple. Commencez également la formation de trois à quatre elfes de maison. Je pense que nous pourrions répartir l’arrivée des créatures selon leur habitat de prédilection. Peut-être pourrions-nous commencer par les créatures de la forêt ? »

La main tendue signifiait l’accord. Nul besoin de signer des papiers, j’avais une confiance totale en ce commerçant. Et surtout, il me fallait à présent retourner travailler. Car des Gallions, j’allais finir par en manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Chez le glacier

Message par : Finrod Elensar, Mer 22 Mar 2017 - 8:49


- Mélanger quelques espèces ? Vous voulez dire essayer de les faire accoupler ou mélanger dans leur parc ?

C'était une drôle de question mais est-ce que ce Monsieur Dey souhaitait faire quelques expériences animales ? Cela ne plaisait pas vraiment à Finrod mais le propriétaire avait dû mal comprendre le sens de sa question. Et puis après tout, il serait sur place pour se rendre compte de ce qu'il se passerait pour cette espèce d'arche de Noé, il n'hésiterait pas à stopper la livraison des animaux s'il avait l'impression que quelque chose ne tournait pas rond.

Le Fourchelang réfléchissait par où commencer, par quelles créatures. C'était un beau projet, il y avait tellement à faire. Pour la caisse de la BAM, c'était une bonne chose mais aussi pour des jeunes gens intéressés par les animaux magiques comme l'ex-serpentard. Même si Hugh n'en était pas fan mais ce détail-ci, Finrod l'ignorait.

- Bien, bien. Monsieur Dey. Nous pouvons commencer par les créatures que vous souhaitez. C'est vous le client après tout. Et je prends note pour les phénix. Ce sont de belles créatures, rares et uniques en leur genre, attendez-vous à beaucoup d'indépendance de la part de celui que vous allez acquérir. Précisa Finrod. "Je vais faire une liste des créatures de la forêt alors et vous donner aussi un prix global final afin d'éviter une mauvaise surprise lorsque nous aurons terminé. Je viendrai aussi voir, quand vous m'y autoriserez, le terrain dont vous disposez afin de me rendre compte de sa grandeur et des aménagements à mettre en place.

Et sur ces mots, Finrod serra la main que lui tendait Hugh tout en se levant. Affaire conclue ! Le presque géant ne pu s'empêcher d'avoir une petite pensée pour son amour perdu. Il aurait sauté de joie devant un tel projet, devant tant de vie et de passion. Difficile de vivre sans lui, même après tant d'années. Un léger sourire triste se dessina sur le visage du grand brûlé.

- Je vais retourner à la boutique, nous nous tenons au courant de nos avancées, cela vous convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Chez le glacier

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 30 Avr 2017 - 18:06


Avec Jessy Brown


C'était le printemps, les oiseaux chantaient, les fleurs fleurissaient, les gens roucoulaient, Ebenezer trouvait qu'il faisait un peu trop chaud. Après trois mois d'hivers, le pauvre chéri s'était habitué à avoir froid, à passer nuit et jour à frissonner avec sa couette en cape, à râler parce que la température flirtait avec le zéro absolu et à boire de l'alcool pour se réchauffer. Du coup, maintenant, il avait beaucoup trop chaud, se baladait pas très couvert dans son appartement puis buvait de l'alcool pour se refroidir et mangeait des glaces. Un peu traumatisé par son colloc et son rapport avec les cônes glacés, le brun n'osait plus ouvrir le congélateur et préférait de loin enrichir le glacier.

Habillé avec sa tenue de serveur à la TS habituelle, pantalon noir, chemise noire, parce qu'il rentrait tout juste du boulot, il fouilla dans les poches de tous les vêtements qui jonchaient le sol de sa chambre pour trouver de quoi se payer son goûter. Par miracle et parce qu'il avait fini par y aller à coups d'Accio argent, il récupéra un nombre de pièces plus que convenable. Tout content, il quitta l'appartement en claquant la porte, ce n'était pas ses colocataires qui allaient râler à cause du bruit. Il faisait beau dehors. A dix-neuf heures, les gens commençaient à rentrer chez eux et les magasins les moins couche-tard fermaient. En fait, ce n'était plus l'heure du goûter mais celle de l'apéro. Il hésita à aller boire un coup mais l'appel de l'estomac fut, pour une fois, plus fort que celui de son alcoolisme.

Il n'y avait pas grand monde chez le glacier, il n'eut besoin d'attendre que trois minutes dans la queue. Il mit un point d'honneur à hésiter longuement sur les parfums, pour que le sorcier juste derrière lui rage bien, et commanda finalement que des boules au chocolat noir. Il n'avait plus qu'à s'installer à une des tables. Il se posta sur une à l'extérieur, illuminée par le peu de soleil restant. La cuillère à la bouche, il rêvassait sur le sens de la vie. La glace était bonne mais lui faisait froid aux dents alors il attendait qu'elle fonde un peu avant de l'engloutir. Pour patienter, il dévisageait les passants et c'est là qu'il la vit.

Une brune, pas trop mal, qui était déjà venue à la Tête du Sanglier. Une brune qu'il voyait régulièrement sortir de la boutique d'Elensar le terrible donc une brune qui y travaillait certainement. Une brune qu'il serait intéressant d'avoir dans ses connaissances donc. Alors, quand elle passa pas trop loin de lui, Ebenezer lui sourit.

- Belle soirée, n'est-ce pas ?

Bon, il faisait un peu gros beauf à interpeller les sorcières qui passaient devant lui. C'était même un peu gênant, c'était pas le genre de truc qu'il faisait d'habitude en fait. Il prit une cuillère de sa glace pour détourner l'attention.

Je t'ai un poil piqué ton LA, si soucis mp Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Chez le glacier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 7

 Chez le glacier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.