AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 4 sur 4
La Poste Magique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Azénor Philaester
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor

Re: La Poste Magique

Message par : Azénor Philaester, Jeu 29 Juin - 2:57




J'ai pas beaucoup dormi cette nuit. Deux heures tout au plus. Mais pour une fois j'en suis presque contente. Parce que si je n'ai pas pu reposer mes yeux c'est parce que j'avais quelque chose de nouveau, d'excitant à faire cette nuit. Eh oui, j'ai disposé des affiches un peu partout dans Poudlard et Pré-au-Lard. Dit comme ça, ça a l'air incroyable, pas vrai? Bon. Disons que c'est quelque chose d'inédit, de totalement neuf et de revigorant qui s'ouvre pour moi. Et poser ces affiches, ces tracts, des papiers énervants qu'on ne peut pas s'empêcher de lire, et bah ça a été le commencement. La première mission que l'Ordre a bien voulu me confier. Et puis j'espère qu'il y en aura d'autres. Parce que j'ai choisis. Enfin, plus que choisis, j'ai réaliser, et puis j'ai compris. C'est marrant parce que moi petite jeune femme, je ne comprends pas tout ce qui m'entoure. Mais là j'ai l'impression de voir clair dans le trouble. J'ai l'impression de suivre un chemin tracé par quelques prédécesseurs, et ça fait du bien. Un objectif, c'est un espoir, un horizon, c'est une raison, celle pour laquelle on se lève le matin après seulement deux heures de sommeil, par exemple, et entre autre.

Alors j'ai décidé de me bouger. De changer un peu des murs identiques du château pour aller prendre l'air non-loin. Pré-au-Lard. Tout sorcier de la région qui se respecte y a déjà mit les pieds, et y a trouvé détente et ressource. Je me trompe? Peut-être bien hein, je ne suis pas vraiment dans la vie des gens, après tout.
J'arrive finalement plutôt vite dans les rues du village adoré, et puis je remarque tout de suite ces tracts qui volent, qui collent, qui sont lues, qui le re-seront, qui l'ont été. Je ne peux m'empêcher d'arborer un sourire au coin des lèvres. La mission aurait-elle marché? Faire réagir le plus grand nombre de gens possible, voilà le but. Qu'ils réalisent, qu'ils se questionnent tout du moins, un petit peu. Sur ce monde qui s'obscurcit de jour en jour, sur cette tâche dans le Ciel qui ne fait que grandir.

Un pas après un autre, démarche neutre et tranquille. Mes yeux se baladent un peu partout. Puis une image retient mon attention. Un jeune garçon, et une homme devant lui en trottinette. J'ai toujours aimé faire de la trottinette. Mais s'il y a une personne qui partage ce loisir, c'est bien ce chat que j'ai croisé une fois le long d'une falaise. Elias, de son côté humain. Et si je crois que c'est lui que je vois au loin, c'est bien parce que sa silhouette me dit bien quelque chose. Et puis, comment oublier Elias. Ce fameux chenapan. Voilà un moment que notre rencontre a passé les mois. Je n'ai pas grand chose à faire, sinon trouver un moyen de passer le temps. Alors, d'humeur et de nature plutôt sociable je m'approche du tout petit groupe de deux.
Je reconnais effectivement Elias accompagné d'une jeune homme qui je pense, doit être un élève de l'école. Ce qui serait tout simplement normal. J'ai cette vision, qui me dit qu'il est un de Ian. Certainement pas le mien, je reconnais toutes les petites têtes lionesques. Un sourire presque niais accroché à mes lèvres, j'arrive enfin à leur hauteur. Et puis comme si je m'étais souhaitée seule bienvenue, d'un ton tout à fait naturel, je m'incruste alors qu'Elias finit quelques mots que je n'ai pas réussis à distinguer.
- Et bien Elias, en voilà une surprise. Que fais-tu ici petit chat Savannah?
Bonjour!


Une tape sur l'épaule pour l'un, comme si on était de vieux amis, pfu.
Un sourire chaleureux pour l'autre.
Puis je réalise. Je crois qu'ils parlent tracts de l'Ordre du Phénix. Une sensation bizarre qui remplit mon corps, une petite couleur rosée qui vient teintée mes joues. Hum. Je déglutis difficilement. Non non, je n'ai pas aidé à les poser, promis.


Dernière édition par Azénor Philaester le Sam 8 Juil - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aido Yokoyama
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Poste Magique

Message par : Aido Yokoyama, Ven 30 Juin - 18:39


Aido se sentait encore perdu dans les tréfonds de son cerveau lorsqu'un bruit de frottement retentit dans son oreille. Petit choc sonore, il sursauta, se relevant d'un coup, laissant les feuilles volées dans son mouvement brusque. Pas possible. Comme par hasard. il n'y a pas un chat dans Pré-au-Lard de toute la journée, la Poste est fermée, aucune raison de venir ici et tiens, tout d'un coup, c'est la fête au village. C'était à devenir parano, c'est sûr. Et pour couronner le tout, quelqu'un s'arrête pile au moment où il est accroupi au milieu de ces journaux d'extrémistes. Bientôt on va l'accuser de les avoir étalés partout. Non, non non ! Il ne voulait pas être associé à ça. Il sortit alors sa lettre d'un geste vif.

Sa tête pivota d'un quart de tour pour déterminer à quelle espèce d'espion machiavélique il avait à faire. Il était sûr de tomber sur un mec en costard cravate, long manteau noir, baguette dégainée, prêt à l'oublietter. Et finalement, pas du tout. Non, il n'avait pas à faire à un Men In Black, mais plutôt à Oui-Oui. Sauf qu'il n'avait pas un taxi, mais un bus une trottinette. Une belle trottinette d'ailleurs, qui ne devait pas être super pratique sur les pavés du village sorcier. Cela lui remuait sûrement un peu le cerveau. C'était un adulte en plus, pas très vieux, mais pas très jeune non plus. Il devait avoir dépassé la vingtaine au moins, le genre qu'on est censé respecté en tant que petit a(i)do. Mais bizarrement, le Yokoyama n'avait pas spécialement envie de le respecter. Il n'avait pas grande crédibilité, trottinette sous le bras.

Lui aussi observait ces affiches bizarres, et paraissait tout aussi absorbé par celles-ci. Aido fronçait les sourcils. Il le voyait de plus en plus dubitatif à mesure que ses yeux dévalaient les lignes et, arrivé au bout, sa voix l'interpella :

- Nos flammes punissent, nos larmes guérissent. T'as lu ça ? Dis gamin, t'as vu qui c'est qu'a mit ça là ou quoi ?

Son regard se plissa, ce qui n'était pas franchement bon s'il voulait voir encore quelque chose entre ses paupières. Tels deux grands traits, il toisait son interlocuteur avec méfiance. Est-ce qu'il voulait le dénoncer ? Ou dénoncer quelqu'un ? Qu'est-ce que ça lui apportait de savoir ça ? Et puis, Aido n'avait rien fait. Il était arrivé, c'était déjà là, promis. Qu'est-ce qu'il risquait si on le soupçonnait d'avoir lancé ces journaux ? Est-ce qu'on allait le mettre à Azkaban ? Peut-être même que ce sorcier, tout beau, tout parfait, était un Mangemort lui. Comment savoir ? Il fallait se méfier de tout le monde.

Et là, il aperçut la trottinette. Non. Vraiment. Un Mangemort en trottinette. Ce serait vraiment la meilleure couverture du monde n'empêche. Et puis, peut-être qu'il savait exactement ce que ces gens faisaient. Pourquoi ces gens aidaient ? Comment ?

Je suis arrivé, c'était déjà comme ça. J'suis étonné que personne l'ait vu avant. Y'avait pas le moindre signe de vie quand je suis arrivé. Vous êtes la première personne que je croise d'ailleurs.

A croire que tout le monde avait mystérieusement disparu le jour où on retrouvait ces tracts.

- Et toi aussi tu fais collec ?

- Je vou...

Pas le temps d'en dire plus. Bizarrement - encore une fois - une femme arriva d'un coup, sautillant presque, c'était à devenir fou. Pourquoi tout le monde venait à la Poste quand elle était fermée ? Ou alors c'était juste sur leur chemin. S'il te plaît, arrête de penser que tout le monde est sur ton dos, se rentra-t-il dans la tête.

Cette nouvelle femme, il lui semblait l'avoir déjà vu, ses cheveux longs et soyeux, sa silhouette élégante, elle lui disait quelque chose. Elle fait partie des femmes qu'on remarque à leur beauté, à défaut de leur taille. Mais ici, elle ne lui inspirait rien de très rassurant. Elle lui rappelait Poudlard. Pourquoi ? Va savoir, mais à cette pensée, Aido se mit à suer abondamment. Enfin, façon de parler, il suait très peu. Mais elle lui provoqua des sueurs froides. Alors qu'il faisait chaud. Mais ce n'était pas le genre agréable. Du tout. Il ne voulait pas croiser quiconque provenant de Poudlard actuellement, pas ici, au milieu de ce bazar

Et tranquillement, ignorant parfaitement le jeune homme à côté, elle se tourna vers le gringalet, engagea la conversation, lui coupant la parole. Mais bon le petit asiatique n'était sûrement pas digne d'intérêt. Il avait l'habitude. Il était peut-être temps de s'éclipser ? Ils ne capteraient rien, ils étaient en pleine retrouvaille, des anciens amis sûrement. Le vieux avait même un surnom, chat Savannah. Ben dis donc, c'était viril ça. Elle ne rajoutait rien à sa crédibilité. Le jeune Serpentard enfonça un main dans la poche contenant l'affiche, la serra, et se détourna, direction le château.

Tranquillement, il avança, à pas de félin, mais sa marche n'était pas très convaincue. Il restait quelque chose, des questions en suspens, l'incompréhension. Les adultes en savent souvent mieux que les enfants, il pourrait peut-être comprendre grâce à eux ? Il ne s'était jamais penché sur la question. Demi-tour, remontant le petit trajet qu'il avait entreprit, il se posta là où il les avait quittés, et s'engagea :

- Euh. J'ai une question. Est-ce que l'Ordre du Phénix nous aide vraiment ? Est-ce qu'ils peuvent nous aider ? Et puis, s'ils sont si gentils, pourquoi on sait pas qui ils sont ? A quoi ça sert ce genre de journal ?

C'est vrai que, demander ça aux premiers inconnus, croiser un jour parfaitement lambda, au beau milieu de rien, sans aucune âme qui vive aux alentours, c'était une bonne chose à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: La Poste Magique

Message par : Elias Baxter, Mer 5 Juil - 17:13


Il a la tête du gamin victimisé, deux traits suspicieux à la place des yeux, une coupe au bol et l'air contrit. Comme si qu'Elias pouvait penser qu'un type de son envergure pouvait faire un truc pareil. Clairement pas quoi. Il avait plus l'air d'un petit chat, ou d'un fondant au chocolat. D'un truc fragile qui donne de l'émoi. Je suis arrivé, c'était déjà comme ça. J'suis étonné que personne l'ait vu avant. Y'avait pas le moindre signe de vie quand je suis arrivé. Vous êtes la première personne que je croise d'ailleurs. Oui oui oui, et alors, il croyait quoi là, que c'était lui qui s'était amusé à balancer des tonnes de paperasses là ? Et bien Elias, en voilà une surprise. Que fais-tu ici petit chat Savannah ? Bonjour !

Ça alors. Retourné sur la silhouette d'où s'échappait la voix fluette, Elias reconnut l'Azénor, coyotte d'un quart de jour qu'avait bien tourné. Azénor ! Ben ça c'est une bonne surprise j'dirais ! Il faillit en laisser tomber la moitié des journeaux récoltés. Son oeil fut attiré par la rougeur vivace qui grandit sur les joues de la jeune femme, et il fronça les sourcils. Euh. J'ai une question. Est-ce que l'Ordre du Phénix nous aide vraiment ? Est-ce qu'ils peuvent nous aider ? Et puis, s'ils sont si gentils, pourquoi on sait pas qui ils sont ? A quoi ça sert ce genre de journal ? Se retournant vers le jeunôt, Elias lui adressa un fin sourire. Très bonnes questions ! J'en sais rien ! D'un mouvement brusque il laissa tomber tout ce qu'il avait entre les bras, ne gardant qu'une affiche froissée qu'il braqua sous le nez du japonais.

Nos flammes punissent, nos larmes guérissent ! J'serais tenté de dire qu'ils essaient d'attirer notre attention. Quant à nous aider, ça dépend sans du nous n'est-ce pas ? Comment peut-on savoir à qui se fier ? Rien qu'entre nous trois statistiquement parlant ça se pourrait bien qu'il y en ait un qui fasse partit du gang des zozios enflammés ! De nos jours faut faire gaffe à qui on parle gamin. Il garda l'oeil appuyé sur lui avant d'en revenir à la sorcière coyotte. Qu'est-ce tu viens faire là au fait ? T'as l'air vachement fatiguée, t'aurais du faire grasse mat tu sais ! Le regard en disait long sur une personne. Encore, et toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: La Poste Magique

Message par : Azénor Philaester, Sam 8 Juil - 1:41



Ces morceaux de papier. Ces lettres intimement choisies. Ces mots gravés dans les esprits. Le vent lui les fait un peu vireveolter par ci par là, mais où qu'elles aillent, j'espère qu'elles garderont leur but premier. Faire réagir. Faire parler. Un peu comme Elias et...Euh. Mais si. Ah, je suis forte pour les prénoms. Ça commence par un A déjà, puis quelques chose avec do. J'en sais trop rien. Mais c'est obligé, bien sûr que l'Ordre a attirer leur attention, titiller leur curiosité. C'est de notre monde dont on parle, c'est du présent, de ce qui est en train de se passer. On parle du concret. De ce qui nous attends demain. On parle de la peur constante. De ce que tout le monde sait mais de ce que personne ne veut admettre.
Et moi j'essaie tant bien que mal d'agir normalement, essayer de pas me faire repérer. Elias lui me salut chaleureusement, ce qui étire un beau sourire sur mes lèvres. Je le considère un peu comme mon ami, c'est vrai. Je n'allais pas très bien, puis il est arrivé, avec sa trottinette. Je me suis faite passée pour une moldue, et on s'est bien amusé cette après-midi là. Tout était plus facile. C'était comme une pause, une bulle dans la banalité et la redondance de la vie.
- Azénor ! Ben ça c'est une bonne surprise j'dirais !
- Tu l'as dis.

Un froncement de sourcils de la part du chat d'un soir. Oups. Je porte mon attention sur le jeune Serpentard, ouais il est de Serpentard, ça je sais, histoire de changer de sujet. Bon, son prénom, je le retrouverais bientôt. Quelle malpolie suis-je. Il fait mine de s'en aller. Sans doute en direction du château. Pars pas si vite, c'est toujours un plaisir d'échanger avec les élèves. Et puis on va au même endroit, quelques fois l'important ce n'est pas la destination mais plutôt le voyage, on y apprend plein de trucs. Mais finalement il rebrousse chemin, change d'idée, et pose une question qui me laisse quelques peu pantoise.
Euh. J'ai une question. Est-ce que l'Ordre du Phénix nous aide vraiment ? Est-ce qu'ils peuvent nous aider ? Et puis, s'ils sont si gentils, pourquoi on sait pas qui ils sont ? A quoi ça sert ce genre de journal ?

Tant de questions. J'ai tant de réponses à te donner si tu savais, jeune homme. Tu as plein de trucs à apprendre encore, mais tu es bien assez grand pour choisir le côté qui te convaincra le plus. Il y a tellement de corruption dans ce bas monde. Tellement de terreur plus ou moins cachée. Des vices, de la violence, gratuite. La Justice se perd, les règles aussi. Mais on s'en fou des règles. Le Ministère, ce sont des incapables. Voilà de quoi l'Ordre est fait. D'aide, de Liberté, de Paix, de réponses à tes questions bonhomme. S'abandonner à une cause qui nous ait chère, agir en silence, jurer fidélité, obéir à son instinct, rien d'autre. Venger les innocents. Il n'y a pas de Lumière sans Obscurité, c'est cliché. Mais les Phénix se seraient envolés bien haut dans le Ciel si les Ténèbres n'existaient plus et ne représentaient pas un danger.
Tu sais moi aussi j'ai des questions, des milliers. Auxquelles je ne trouve pas trop de réponse, le genre de truc qui reste en tête un peu trop longtemps, et puis qui empêche de dormir la nuit. Pourquoi Poudlard. Pourquoi avoir attaqué les enfants, les innocents, mes protégés. Et si tu savais comme je les hais. Traîtres, barbares, et puis je me demande ce qui pousse quelqu'un a choisir la noirceur. La facilité peut-être, la perte surement. La perte tu sais, d'un être, d'une âme, la perte de soi même. C'est évident; je crois. Encore une question sans réponse.
Très bonnes questions ! J'en sais rien !
Nos flammes punissent, nos larmes guérissent ! J'serais tenté de dire qu'ils essaient d'attirer notre attention. Quant à nous aider, ça dépend sans du nous n'est-ce pas ? Comment peut-on savoir à qui se fier ? Rien qu'entre nous trois statistiquement parlant ça se pourrait bien qu'il y en ait un qui fasse partit du gang des zozios enflammés ! De nos jours faut faire gaffe à qui on parle gamin.


Les yeux baissés, j'hésite presque à prendre la parole. Elias parle comme si les Phénix étaient le Mal. Je ne pense pas qu'il ai tout comprit. J’agrémente ses dires de quelques Hmmm pas bien convaincants.
Qu'est-ce tu viens faire là au fait ? T'as l'air vachement fatiguée, t'aurais du faire grasse mat tu sais !

Je remonte la tête, plantant mon regard dans le sien. Il me titille. C'est un peu agaçant, mais je ne montre pas. Puis je décide d'y aller franco, forcément. Je vais essayer de pas attiser les soupçons. C'est comme parler politique, c'est délicat. Alors je tourne ma tête vers l'élève, et puis j'arbore une mine parfaitement neutre. Je commence mes mots, j'ai une voix forte, qui se veut concise et claire. Pas le moment de faire apparaître quoi que ce soit dans le ton de ma voix. Tu comprendras ce que tu pourras.
- Je pense que l'Ordre du Phénix aide moi. Avez-vous lu les livres? Je veux dire, l'Histoire. Ils sont partout. Et puis au vingtième siècle, c'est bien eux qui ont sauvé le monde magique de sa perte, l'air de rien. Et heureusement. Peut-être que nous n'existerions même pas à l'heure qu'il est. Ils ne sont pas connu parce qu'ils sont pas trop en accord avec le Ministère. En fait ils sont vu comme des hors la loi. Mais parfois, contrer les lois c'est nécessaire. - un regard plus prononcé vers l'élève - Sauf à Poudlard, bien entendu. - un sourire -
C'est vrai, je veux dire, si le Ministère n'est pas assez compétant pour faire son travail, il faut bien que quelqu'un s'en charge à leur place. Les Phénix sont là pour ça donc, faire ce que le ministère ne fait pas. Je trouve que la terreur est présente partout. Il n'y a qu'à regarder au château, il n'y sont pas entrer si facilement par hasard, j'ai bien peur qu'il y ait des intrus parmi nous. Et ça me révolte.
Et puis ce genre de journal, c'est sans doute pour se montrer, et puis pour nous faire réaliser que la vie c'est pas forcément ce qu'on en pensen ce qu'on croit voir. Qu'il y a un réel danger, qui nous attend. Et qu'il faut ouvrir les yeux.
Hmm.
Oh et Elias, je t'assure que je vais bien. Mal dormi, c'est tout.


Euh. Voilà.
Je prends une grande inspiration, je les regarde, l'un après l'autre. Un sourire au coin des lèvres. On peut parler tranquillement et parler de nos convictions en adulte sans pour autant haïr l'autre, non? Ils n'ont pas de preuves, ils n'ont rien. Je suis pas une hors la loi, je suis Azénor, Directrice de Gryffondor à Poudlard, et je balance des tracts de l'Ordre du Phénix dans la rue à mes heures perdues. J'ai un objectif concret dans ma tête, c'est sur. C'est réel. Mais ça ne concerne que moi. Je sais pas trop, si je suis allée trop loin, ou non. Mais si mes mots peuvent les faire ne serait-ce que réfléchir alors j'ai réussis le pari.
Je m'attarde un peu plus longuement sur le japonnais. Je pense pas qu'à son âge j'étais aussi curieuse, aussi avide de réponses. Mes quelques questions je les gardais pour moi et je profitais de mon enfance parce que j'ai toujours entendu dire que l'on grandissait trop vite. Ça donne espoir ce genre de bonhomme capable de se poser les questions dont tout le monde devrait prendre conscience.
Les bras désormais croisés, ça me revient. Mais bien sûr. C'est Aido son prénom. Je suis pas prête de l'oublier ce petit curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: La Poste Magique

Message par : Elly Wildsmith, Mer 2 Aoû - 20:41


[RP Unique / Tour de garde / Tapage d’incruste / Je repars après un post / :mm: ]

Il y en avait partout. Des prospectus puant de propagande Phénix. Etrange comme le monde semblait tourner beaucoup moins facilement lorsque les problèmes tapaient à la porte. Sorte de litanie qui ne cessait de recommencer, encore et encore. Comme si tous les gens se mettaient d’accord pour que les problème s’égrènent petit paquet par petit paquet plutôt que d’arriver TOUS d’un coup et ainsi permettre d’avoir une vie plus « tranquille » ensuite. Plus sereine. Mais non. Toujours des problèmes.

Furibonde l’auror avait arpenté les rues de Pré-au-Lard après avoir récupérer une de ses affiches du diables à Poudlard. Elle aurait pu « nettoyé la zone », abimait chacune des affiches. S’abaisser à ce niveau-là, leur niveau. Mais elle n’avait pas cette faiblesse. La censure n’était pas de mise dans le monde sorcier, ainsi quiconque voulait lire le prospectus en avait la possibilité.

Après avoir arpenté de long en large les rues de Pré-au-Lard, l’auror fit un crochet à la Poste Magique, histoire de voir s’il y avait de quelconque problème ou non. Hormis la centaine d’oiseaux qui voletaient à l’intérieur, et cette délicieuse odeur de propre et de frais (plutôt impressionnant vu la grandeur de la volière), elle ne vit rien qui méritait son attention ou une quelconque aide.

D’un pas mesuré, elle quitta la Poste Magique en soupirant. Rendue à l’extérieure, elle observa les sorciers amassés sur la place avant de disparaitre en transplanant. Retour au bureau.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aido Yokoyama
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Poste Magique

Message par : Aido Yokoyama, Mar 8 Aoû - 20:04


{J'me suis laissé envahir, j'suis désolé de ce retard...}

L'appréhension ne tarda pas à monter, redoutant à la fois leur jugement comme leur réponse. Est-ce qu'il voulait vraiment savoir tout cela ? Il pouvait très bien faire comme de rien, un petit journal balancé au hasard n'aurait sûrement pas beaucoup d'intérêt. Et puis, vu le bazar, quelqu'un avait sûrement dû faire tomber ses papiers. Des petits bouts de journal pour promouvoir un spectacle sûrement ? Un cirque dans le coin, un délire sorcier qu'Aido avait peut-être encore du mal à comprendre ? Bientôt, on viendrait lui dire qu'il passerait dans "Vous êtes vraiment un moldu", l'émission qui jouait des tours aux passants. Et ces deux-là n'étaient que des acteurs. Oui, c'était ça.

Puis, Savannah réagit au quart de tour. Il devait être un peu dérangé quand même ce gars, Aido ne sentait pas très à l'aise en sa présence. Sans répondre réellement à sa question, il laissa tomber tout ce qu'il avait ramassé, les affiches venant repeindre les pavés de Pré-au-Lard une seconde fois. Mais il en avait gardé une seule, qu'il s'empressa de plaquer devant ses yeux. L'Asiatique eut un mouvement de recul, ce bras inconnu avait été trop rapide et cette main était trop proche de lui. Il fronça les sourcils, jetant un regard mi-intrigué mi-paniqué à la sorcière derrière.

- Nos flammes punissent, nos larmes guérissent ! Oui bon c'est bon, il avait compris, pourquoi s'acharner sur cette phrase ? J'serais tenté de dire qu'ils essaient d'attirer notre attention. Quant à nous aider, ça dépend sans du nous n'est-ce pas ? Comment peut-on savoir à qui se fier ? Rien qu'entre nous trois statistiquement parlant ça se pourrait bien qu'il y en ait un qui fasse partit du gang des zozios enflammés ! De nos jours faut faire gaffe à qui on parle gamin.

Aucun doute. Cet homme n'avait pas la lumière à tous les étages, il était encore plus parano que notre petit Serpentard. Mais d'un côté, il avait un peu raison. Ce n'était pas fou de croire qu'un d'entre eux faisait partie d'un groupuscule étrange. Quel côté ? Ordre ou Mangemorts ? Auror espion ? Ou même corrompu, psychopathe, pyromane ? En fait, "statistiquement parlant", ils pouvaient être tout et n'importe quoi. Morale : ce mec devrait aller faire un tour à Ste Mangouste.

Cependant, c'était vrai qu'on essayait d'attirer notre attention. Eveiller notre côté rebelle, ouvrir nos yeux ? Plongé dans des pensées bien trop complexes, il ne vit pas la femme le toiser et entendit ses premiers mots de loin, mais qui résonnèrent suffisamment pour lui faire relever la tête.

- Je pense que l'Ordre du Phénix aide moi. Avez-vous lu les livres? Je veux dire, l'Histoire. Ils sont partout. Et puis au vingtième siècle, c'est bien eux qui ont sauvé le monde magique de sa perte, l'air de rien. Et heureusement. Peut-être que nous n'existerions même pas à l'heure qu'il est. Ils ne sont pas connu parce qu'ils sont pas trop en accord avec le Ministère. En fait ils sont vu comme des hors la loi. Mais parfois, contrer les lois c'est nécessaire. Sauf à Poudlard, bien entendu.
C'est vrai, je veux dire, si le Ministère n'est pas assez compétant pour faire son travail, il faut bien que quelqu'un s'en charge à leur place. Les Phénix sont là pour ça donc, faire ce que le ministère ne fait pas. Je trouve que la terreur est présente partout. Il n'y a qu'à regarder au château, il n'y sont pas entrés si facilement par hasard, j'ai bien peur qu'il y ait des intrus parmi nous. Et ça me révolte. Et puis ce genre de journal, c'est sans doute pour se montrer, et puis pour nous faire réaliser que la vie c'est pas forcément ce qu'on en pense ce qu'on croit voir. Qu'il y a un réel danger, qui nous attend. Et qu'il faut ouvrir les yeux. Oh et Elias, je t'assure que je vais bien. Mal dormi, c'est tout.


Il n'y trouvait rien à redire sur le moment, il la regardait, la bouche entrouverte. Sauf qu'il la sentait très informée quand même. Cela sentait le discours préparé, bien rodé, bien recherché. Elle avait dû y penser longtemps puisque cela répondait à moitié à ses questions.

Cependant il y avait quelque chose qui le dérangeait : s'ils étaient si gentils, si impliqués, pourquoi les choses semblaient s'empirer ? Que se passait-il dans le monde ? A quel moment les Phénix étaient intervenus ? Peut-être des centaines de fois et personne n'était au courant. Ou alors, c'était les Aurors. Oui, qu'est-ce qui les différenciaient des Aurors ? Ne pas faire les choses dans les règles, très bien, mais est-ce que les Aurors faisaient forcément tout dans les règles ? Ils avaient leurs propres règles eux aussi, qui étaient peut-être plus louables que celles de Phénix. La justice, un cadre dans les actions réalisées, des personnes bien entraînées, bien formées, c'était plus fiable quand même qu'un groupe constitué d'inconnus, sorti du fin fond des archives, dans un monde qui n'est plus du tout celui du siècle précédent.

La grande question était donc : qui sont-ils réellement ? Aido aurait bien aimé les voir lorsqu'il avait perdu son père également. Il ne les connaissait pas et jusqu'à présent, ne les avait jamais vu faire quoique ce soit pour lui ou des personnes proches. Alors, oui, c'était comme croire au Père Noël, sauf qu'on grandit un moment et sans preuve concrète, à part des petits bouts de papier leur disant que le monde était dangereux - ce que toute personne suivant les actualités pouvait aisément remarquer - ils n'étaient rien.

- Et donc, on doit les croire sur parole dans ce qu'ils mettent dans leurs tracts ? J'en ai entendu que dans des rumeurs, y'a jamais eu de faits concrets jusqu'à présent. Est-ce que c'est raisonnable de placer sa confiance dans des personnes invisibles ? Il baissa les yeux, se sentant à la fois impuissant et remonté, perdant le peu d'espoir qui lui restait. Être réaliste tendait de plus en plus au pessimisme dans le monde actuel. Tout ce qu'on peut faire, c'est s'entraîner pour pouvoir au moins se protéger nous-même, lâcha-t-il à mi-voix, ses mots se perdant dans la petite brise qui vint soulever les papiers à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: La Poste Magique

Message par : Azénor Philaester, Sam 9 Sep - 20:01


eh oh deux fois qu'on nous pique le sujet ohno// Elias si t'es re-là un jour hésite pas à revenir hihi


Peut-être que j'en ai trop dis. Trop sûre de moi. Trop impliquée. La liberté d'expression vous connaissez? J'ai des idéaux, des convictions, toute fois pas forcément partagés. Y'a qu'à regarder Elias, qui m'a l'air ici un peu pommé. Je m'attarde sur Aido et ses questionnements. Un cerveau qui bouillonne n'est-ce-pas. Toi tu non plus jeune homme tu ne comprends pas tout. Quel côté choisir. Pourquoi les Phénix existent, pourquoi n'y a-t-il pas simplement les Force de l'Ordre et les Hors-la-Loi; les gentils et les méchants. Même objectif, différente façon de faire, mais les Aurors ne reconnaissent pas les Phénix. Alors ces derniers se cachent, parce que le mérite n'a rien à voir avec la paix et la justice.
Je vois Aido un peu déboussolé. Il se pose des questions et je trouve ça chouette. C'est vrai, il fait preuve de maturité pour son âge, un garçon intelligent, surprenant presque.
- Et donc, on doit les croire sur parole dans ce qu'ils mettent dans leurs tracts ? J'en ai entendu que dans des rumeurs, y'a jamais eu de faits concrets jusqu'à présent. Est-ce que c'est raisonnable de placer sa confiance dans des personnes invisibles ?
Il continue ses quelques mots dans sa barbe, à mi-voix:
Tout ce qu'on peut faire, c'est s'entraîner pour pouvoir au moins se protéger nous-même.

Je lâche un sourire. Je pense que c'est à chacun de faire sa propre opinion. Le monde est pas tout rose, ça se saurait. Il est pas tout noir non plus, y'a des têtes et des chefs de fil qui redonne un peu espoir. Un monde meilleur, un monde de paix, utopie bien-sûr. Mais j'y crois dur comme fer, je veux changer la donne petit à petit. Mais ils sont nombreux en face. Nombreux. Et ça me ferait mal au cœur, ça me tuerait de voir le jeune Aido choisir la facilité.

Un soupir.
Faut-il les croire. C'est ce qu'il demande. Je suis du genre à dire qu'il est préférable de croire à ce qui nous fait mieux dormir la nuit. Mais alors quand la chose est évidente. Comment fait-on. Moi j'essaie du mieux que je peux de montrer la voie. J'ai une place qui aide, on m'écoute. Je suis la Dirlo sympa de Poudlard, celle qui sourie en coin, qui se tait en regard. J'en remarque des élèves, ceux qui sortent de l'ordinaire. Et je crois, oui je crois en cet instant que Aido en fait partie.
- Les tracts sont là pour attirer l'attention. Ils étaient là lors de l'attaque de Poudlard il y a déjà quelques temps. Ils ont aidé à déguerpir les serviteurs des Ténèbres alors que des employés eux-mêmes ont aider à les faire entrer. Je n'ai pas de preuve, mais c'est évident. C'est pour ça que la situation est encore pire que ce que l'on croit.
Et puis, les personnes invisibles comme vous dites, au moins elle ne font pas ça pour l'argent ou le mérite. La reconnaissance elles s'en fichent. Elles font ça pour...Parce qu'elles pensent que c'est ce qui a de mieux à faire pour protéger le secret, et le monde qui nous entoure.


Je me racle la gorge.
Le vent se lève un peu, des tracts s'envolent pendant que certaines restent collées au sol. Un regard un peu pensif au loin, j'essaie d'éviter le regard de mes deux interlocuteurs. J'en ai certainement définitivement dit trop sur mes convictions. Mais je crois pas qu'aucun des deux soient du ministère. Et puis qu'importe, les preuves sont cachées.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Poste Magique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 4

 La Poste Magique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.