AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-44%
Le deal à ne pas rater :
Fauteuil gaming Arozzi TORRETTA noir
139.99 € 249.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 1 sur 8
La Répartition
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Maître de jeu
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
La Répartition
Maître de jeu, le  Dim 25 Jan - 15:06

Voici le lieu où tout va commencer pour vous : votre répartition. Vous êtes debout au milieu de l'allée, attendant qu'on appelle votre nom. Le choixpeau trône sur la chaise où vous allez devoir poser votre fessier. Il a chanté une drôle de chanson vous disant de faire attention au cours de votre année. Poudlard est une école qui n'est pas sans danger, vigilance constante comme disait le regretté Maugrey. Etant nouveau, vous n'en avez sûrement rien à faire des mises en garde, l’excitation est trop grande pour faire attention aux paroles d'un bout de tissu. On vous appelle, il est temps de vous asseoir, vous tournez le dos à la table des professeurs et vous faites face à celles des élèves. Gryffondor, Serpentard, Poufsouffle, Serdaigle ... quelle va être votre maison pour au moins sept ans ? Où sera votre seconde famille ? Il est temps de le découvrir ...
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Altaïr Debrooks
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Altaïr Debrooks, le  Sam 14 Mar - 22:43

Le fait de retrouver l'enceinte de Poudlard pour une nouvelle année d'étude emplissait Altaïr d'une joie incommensurable. L'atmosphère qui se dégageait des longs murs de pierre, des larges arches surplombant les innombrables pièces du château et même de ces antiques armures était teintée d'un sentiment d'authenticité qui plaisait énormément au Serdaigle. Indéniablement, il se sentait chez lui.

Lorsqu'il pénétra dans la Grande Salle pour la première fois depuis deux mois, Altaïr était ravi d'entendre cet énorme brouhaha qui envahissait tout l'espace. Cela était en rupture totale avec le calme insupportable de la campagne londonienne où il vivait. Les deux mois de vacances qui venaient de s'écouler lui parurent interminables, et ils s'étaient sentis terriblement seul à de multiples reprises. Avec les temps qui couraient, ses parents ne le laissaient aucunement partir au coeur de Londres pour passer du temps avec ses amis, s'ils n'étaient pas surveillés.

Après s'être attablé à la table des Serdaigle, il commença à discuter avec ses amis, même s'il ne participait pas activement à la conversation, n'ayant rien de très passionnant à raconter. Il attendait patiemment l'arrivée fébrile des premières années, et le discours traditionnel du Choixpeau Magique. La cérémonie de Répartition était toujours un moment qu'il appréciait, puisqu'il s'agissait d'une occasion de faire une rétrospective de son parcours à Poudlard, mais aussi d'accueillir de nouveaux élèves.

Les nouveaux premières années pénétrèrent d'une démarche hésitante dans la Grande Salle, sous les regards amusés des aînés. Altaïr tâcha de ne pas trop se montrer hautain, puisqu'il connaissait cette sensation d'angoisse à l'idée de se faire répartir. La plupart d'entre eux avait leur préférence, même s'il n'avait aucun pouvoir face à la sentence de l'éternel Choixpeau. En plus d'être tiraillé par cette peur, il devait se confronter à ces regards pour la majorité supérieurs, ce qui n'avait rien de très facile.

La Répartition débuta. Comme à l'accoutumée, les maisons accueillaient chaleureusement les nouveaux membres par d'assourdissantes salves d'applaudissements, ce qui confortait les nouveaux qui gagnait en confiance. Les nouveaux Serdaigles se faisaient plutôt rares cette année-là, et Altaïr attendait que la place en face de lui soit occupée.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Altaïr Debrooks
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Altaïr Debrooks, le  Lun 16 Mar - 18:31

Le brouhaha s'intensifiait au fur et à mesure que la Répartition touchait à sa fin. On pouvait voir sur les visages des nouveaux répartis du soulagement lorsqu'ils rejoignaient leur table, même si certains étaient visiblement déçus par la sentence du Choixpeau. Pour sa propre répartition, Altaïr avait été un peu surpris quant à la décision prise. N'ayant jamais été dans d'écoles Moldues, il ne pouvait pas vraiment comparer son niveau à d'autres élèves, et ne pouvait donc pas juger si son niveau était bon, faible ou moyen. Il se contentait de suivre les conseils de sa mère et sa soif d'apprendre se cultivait à mesure qu'il grandissait. Aussi, lorsqu'on l'avait attribué à la maison des érudits, il ne pensait pas vraiment être à sa place, jusqu'à ce qu'il comprenne que d'autres valeurs se cachaient sous l'emblème des Serdaigle : la sagesse, par exemple.

Lorsque le Choixpeau annonça l'arrivée d'un nouveau Serdaigle grâce à sa forte voix, Altaïr alimenta les applaudissements de ses camarades de maison en frappant vivement dans ses mains. Il ne devait pas faillir à la règle, cela faisait partie de la tradition, et nulle chose n'est plus immuable que les moeurs de Poudlard. Il vit le petit Serdaigle s'approcher avec un sourire rayonnant sur le visage et s'asseoir sur la chaise juste en face de lui. Ses voisins lui donnaient des tapes amicales sur les épaules, mais Altaïr était trop loin pour le féliciter physiquement. Étant donné que le Choixpeau l'avait interrompu dans ses pensées, il n'avait pas vraiment entendu son prénom. Les autres Serdaigle mirent fin à ses interrogations lorsque la plupart lâchaient des "Bien joué, Leister !"

Sachant qu'il se trouvait juste en face de lui, Altaïr prit alors la décision de l'accueillir plus personnellement. Le nouveau Serdaigle ne connaissait personne, et son intègrement se ferait dans la durée, alors si les anciens l'encourageaient, cela rendrait la tâche moins ardue. Il se souvenait s'être retrouvé tout seul le jour de son arrivée, et encore plus pour le banquet, sa timidité l'empêchant de discuter avec les autres comme le faisaient les autres nouveaux. C'était une situation qu'il souhaitait à personne.

-Félicitations Leister, lui lança Altaïr d'une voix la plus naturelle possible. Si tu en doutes encore, saches que tu es tombé dans la bonne maison, tout le monde est super ici.

Il lui lança un sourire complice, comme pour lui signaler que ses dernières craintes pouvaient enfin s'envoler en même temps que son ancienne vie.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Altaïr Debrooks
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Altaïr Debrooks, le  Ven 20 Mar - 18:23

Tout dans l'attitude de Leister démontrait qu'il était ravi d'avoir été réparti chez les Serdaigles. Il souriait, recevait les démonstrations chaleureuses avec plaisir, gigotait dans tous les sens...Cette effervescence fit sourire Altaïr, qui ne se lassait jamais de ce spectacle initiatique dans le vie de tout apprenti sorcier.

-Ma maman était une aigle, elle m'a à de nombreuses reprises raconté sa fierté à être une bleue et bronze, lui expliqua alors Leister.

Altaïr acquiesça alors, comprenant le fait qu'on se sentait plus à l'aise dans une maison déjà fréquentée par ses parents. Il s'agissait d'une forme d'héritage qu'on leur octroyait et qui leur permettait de débuter une nouvelle vie sans craindre le jugement de ses proches. La mère d'Altaïr était une Poufsouffle, alors que son père appartenait aux serpents. Le fait d'être un aigle n'avait fait qu'attiser une peur secrète : la fierté de ses parents. S'il aurait été réparti dans l'une des deux maisons de ses parents, alors il aurait pu suivre le même chemin qu'eux, mais le Choixpeau en avait décidé autrement. Heureusement pour lui, ses vieux s'étaient montrés agréablement tolérants et le couvraient même d'éloges puisqu'ils pensaient que sa réussite était toute tracée juste grâce à son appartenance à la maison des érudits.

Altaïr s'apprêta à lui répondre lorsqu'un nouveau tonnerre d'applaudissements retentit à la table des Serpentards. Lorsqu'ils se turent, le frétillant jeune garçon relança un nouveau sujet, les yeux pétillants d'excitation.

-Tu connais mon prénom suite à la répartition mais comment te prénommes-tu ?
-Je suis Altaïr, cinquième année. Tu verras rapidement à quel point le temps passe vite ici !

Il se revoyait encore en première année, l'esprit en alerte à chaque cours, toujours prêt à apprendre de nouvelles formules et de nouvelles choses sur le monde de la magie. Il regrettait parfois ce temps de l'innocence, et du respect dans des élans contagieux de nostalgie. Le nouveau aiglon lui demanda alors ce qui allait se passer pour le reste de la cérémonie.

-Une fois tout le monde réparti, et après le discours traditionnel de Renata Harshing, tu pourras déguster ton premier festin ici à Poudlard. Fais gaffe, on se fait toujours avoir la première fois, à s'empiffrer le plus possible, pour essayer de goûter à tous ces plats succulents !

Altaïr parlait en connaissance de cause, c'était la typique erreur du débutant.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Helena Collins
Helena Collins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Helena Collins, le  Mar 7 Avr - 20:50

RP avec Benjamin Collins et Isabella Lestrange
Mémoire d'une sorcière

N'importe quel élève normalement constitué aurait été ravi d'arriver dans la salle de répartition. Oui mais voilà, Helena Collins n'était pas normalement constituée. Déjà à 11 ans ses yeux semblaient haineux et malsains. Peut-être un gêne familial qui s'était perdu... En fait ce qui la rendait d'humeur si mauvaise, c'est qu'elle avait fait le trajet sans son frère, c'est-à-dire seule. Ce dernier avait pourtant promis de ne pas s'éloigner et de la garder à l'œil. Mais évidemment, il avait fallut que la demoiselle prenne un peu d'avance une fois dans les compartiments du train, et elle se retrouvait seule. Elle avait pourtant trouvé une place en or, vide, où ils pourraient être tous les deux seuls. Et évidemment, il l'avait laissée. Enfin c'était son point de vue: Selon elle, Benjamin l'avait laissée toute seule. Et pendant le trajet des barques au château, elle ne l'avait pas revu. Très vite, elle avait pris peur. Certains élèves étaient allés la rejoindre, la voir même sans la connaître pour lui demander pourquoi ce visage troublé mais elle les avait envoyé valser un par un. Un membre du personnel chargé de les accompagner lui avait même demandé mais elle avait répondu "rien" comme si il ne s'était vraiment rien passé.
Un instant elle avait cessé de penser à son frère. Notamment lorsqu'elle franchit les portes du château, émerveillée par l'architecture complexe qui le façonnait. Petite Helena était facilement impressionnable. Elle avait même écouté avec intention les dires de bienvenue qu'on adressait aux élèves nouveau, n'en ratant pas un seul mot. Mais c'est lorsque la foule d'élève dont elle faisait partie se remit en marche qu'elle se rendit compte qu'elle était toute seule. "Malheur" pensait-elle. Enfin, ils entraient dans la Grande Salle où une chaise et un choixpeau (relativement vieux et moche) attendait les élèves. Helena chercha de nouveau désespéremment la silhouette de son frère, sa tête commençant légèrement à tourner à cause de cette foule, de ces élèves. Elle poussa plus d'un élève pour se frayer un chemin et finalement, elle remarqua une tignasse de cheveux bien coiffée de couleur assez sombre qu'elle connaissait derrière une troupe de petits garnements. Elle les poussa eux aussi, mais avant qu'elle ne lui parle, elle le découvrit en compagnie d'une fille. Alors elle comprit que la raison pour laquelle elle avait été laissée, c'était pour cette fille là, aux cheveux blonds. De rage elle attrapa le bras de Benjamin et le fusilla du regard.


" Benjamin Lestrange! C'est pour ça que tu m'as laissée ? Avec une foule horrible et pleine de Sang de Bourbe? Tu m'as laissée toute seule dans le train! Tu avais promis à Père et Mère que tu me surveillerais! Il aurait pu m'arriver n'importe quoi, tu te rends compte? "

Déjà à 11 ans la demoiselle ne se considérait pas Collins mais Lestrange. Il fallait dire que sa mère la prenait souvent à part, plus que son frère pour lui rappeler ses origines et d'où elle venait même si parfois, elle avait recours à d'étranges méthodes. Ce qui perturbait un peu la demoiselle, Benjamin ne le savait pas en plus. Helena regarda droit dans les yeux ce dernier et après un soupir de petite fille énervée, elle lui demanda

" Tu diras quoi aux parents quand ils sauront que tu m'as abandonnée dans le Poudlard Express? Tu verras ce qu'ils vont dire. "
Isabella Lestrange
Isabella Lestrange
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Isabella Lestrange, le  Mer 8 Avr - 23:22

Isabella était descendue du train à la suite de Benjamin, profondément bouleversée. Les aveux qu'elle lui avait fait avaient ravivé en elle des douleurs qu'elle croyait enfouies, ainsi qu'une haine violente à l'égard de tout ce qui se rattachait à son enfance, auxquelles s'ajoutait un agacement grandissant contre elle-même. Qu'est-ce qui lui avait pris ? Elle n'avait pas encore franchi les portes de Poudlard que déjà sa force était mise à rude épreuve par la désarmante et sincère bienveillance dont Benjamin savait faire preuve. Etonnant pour un descendant de la famille Lestrange ! Il conservait toutefois une part de son assurance de sang-pur qui permettait à Isabella de penser que tous deux porteraient bientôt l'uniforme vert et argent. La jeune fille regrettait de s'être autant confiée à lui, elle s'était promis de se montrer plus prudente à l'avenir. Puis Poudlard s'était dressé devant elle, avec ses tours légendaires, ses innombrables fenêtres qui scintillaient dans la nuit, et elle avait abandonné ses réticences, saisie d'excitation.

Le traditionnel discours d'acceuil laissa Isabella totalement indifférente : elle hésita quelque secondes entre les adjectifs "moralisateur", "niais" et "barbant", puis, concluant qu'elle perdait son temps pour pas grand chose, elle y colla mentalement l'étiquette "trop long". La foule de gamins qui s'entassait à présent dans le grand hall de pierre incluait une forte proportion de sang-de-bourbe et Isabella ne pouvait que difficilement contrôler ses gênes. Elle s'apprêtait à glisser à Benjamin un commentaire bien senti sur la chose quand elle remarqua qu'il n'écoutait plus du tout la litanie de bienvenue qui agaçait tant la jeune fille. Debout sur la pointe des pieds, il promenait un regard anxieux sur le groupe de premières année. Helena. songea Isabella. A bord du Poudlard Express, celui qu'elle considérait déjà comme son ami lui avait beaucoup parlé de sa soeur jumelle et la petite blonde n'était plus sans savoir à quel point le lien qui les unissait était fort. Il était naturel qu'il s'inquiète pour elle. N'ayant jamais eu de frère, leur relation l'intriguait et suscitait en elle une jalousie sous-jacente et inexpliquée.

Le discours s'acheva enfin et les futurs sorciers entrèrent dans la Grande Salle sous les applaudissement de leurs aînés. Impossible de décrire l'effet que l'immensité de l'ensemble et la magnificence des décorations eut sur la fillette, qui avait partagé son enfance entre un manoir en ruines et une mansarde blottie au dessus d'une boutique d'amulettes frauduleuses, dans un renfoncement du Chemin de Traverse. Les mots qu'elle s'apprêtait à glisser à Benjamin s'étouffèrent dans sa gorge. Les yeux brillants, elle se laissait submerger par le vacarme ambiant et l'émotion.

Soudain, comme sorti de nulle part, un tourbillon de boucles brunes fondit sur eux dans un sifflement de rage.

" Benjamin Lestrange! C'est pour ça que tu m'as laissée ? Avec une foule horrible et pleine de Sang de Bourbe? Tu m'as laissée toute seule dans le train! Tu avais promis à Père et Mère que tu me surveillerais!

Si le sang-pur de Benjamin ne se remarquait pas au premier regard, il n'y avait aucun doute avec Helena. Elle ne semblait pas éblouie le moins du monde par la Grande Salle, et sa détermination plut immédiatement à Isabella. La façon dont elle avait appelé son frère "Lestrange" plutôt que "Collins" avait, pendant un instant, insufflé une vague de fierté à la petite blonde, comme si au contact d'Helena elle avait entrevu la possibilité de faire renaître la noblesse de ce nom. Et... Moins d'une seconde plus tard, Isabella était rebaptisée "ça". En temps normal, la jeune fille aurait explosé de colère. Elle s'était déjà battue pour des injures moins humiliantes - en combat verbal, bien sûr, où la frêle fillette avait presque toujours le dessus. Ce genre de joute avec Helena pour adversaire ne devait pas être inintéressant, songea-t-elle en réprimant un sourire en coin. Pour une fois, elle n'était pas certaine de l'emporter haut la main et cette perspective était des plus plaisantes. Avant qu'elle n'ait pu répliquer, Helena avait reprit la parole et accablait son frère de reproches sur un ton de princesse contrariée.

"Il aurait pu m'arriver n'importe quoi, tu te rends compte ? Qu'est-ce que tu diras aux parents quand ils sauront que tu m'as abandonnée dans le Poudlard Express ? Tu verras ce qu'ils vont dire.

Le ton de la Collins, réellement menaçant bien qu'elle ait à lever la tête pour regarder son frère dans les yeux, amusa Isabella qui renonça à une confrontation immédiate, afin d'éviter à Benjamin une situation trop inconfortable. Et puis, quelque chose dans le regard d'Helena donnait envie de découvrir celle qui se cachait derrière de tels débordements de colère.

- Il n'aura qu'à leur dire que le l'ai assommé avec ma valise, c'est à moitié vrai. répondit-elle avec une relative douceur.

Elle ne savait pas d'où lui était venu ce sang froid qui frôlait la gentillesse -et elle devinait qu'Helena l'entendrait d'une toute autre oreille- mais elle ne voulait ni provoquer ni ignorer cette dernière.
Audrey Manners
Audrey Manners
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Audrey Manners, le  Sam 11 Avr - 15:14

Le Poudlard Express siffla le terminus. Benjamin, gêné par les autres sorciers, réglait ses pas à une allure tantôt rapide, poussé par les autres élèves, tantôt ralentie, afin de ne pas perdre sa nouvelle amie en chemin. L'agitation contagieuse se mêlait à l'admiration qui secouait tous les premières années jusqu'à l'échine. Ils se trouvaient maintenant en compagnie du garde-chasse et marchaient en direction des barques. Certains peinaient encore à croire qu'ils allaient bientôt voir Poudlard. Benjamin, lui, se trouvait dans un état second. Comme tous les autres, il avait du mal à réaliser ce qu'il lui arrivait dans le brouhaha général... Il avait du mal à accepter qu'il vivait cet instant sans sa jumelle. Pour la première fois de sa vie, le brun était séparé d'elle pendant plusieurs heures et l'inquiétude ne le lâchait pas ; au contraire, elle croissait au fil des minutes. Et s'il lui était arrivé quelque chose en chemin ? Le Collins avait beau continuer à la chercher du regard, il ne la repérait pas. D'un autre côté, le futur Serdaigle tentait de se faire une raison: il y avait au moins une centaine d'enfants, ce n'était pas parce que sa sœur n'apparaissait pas dans le périmètre qu'il ne la reverrait pas... Helena passerait nécessairement devant le Choixpeau, ainsi que lui-même. Ce dernier les répartirait, et là, ils s'assoiraient côte à côte sur le banc réservé aux Serpentard.

Ça, il était certain d'atterrir dans cette maison. Benjamin s'y sentait obligé, comme il l'avait tant répété à Isabella lors de ses récits dans le Poudlard Express, presque autant que le prénom d'Helena. Isabella... Le garçon se retourna. La blonde était toujours à ses côtés. Elle semblait ailleurs. La confiance de son cousin fut mise à mal ; il était quelqu'un d'assez irritable - bien qu'il le cachait toujours, et le moindre signe qui ne jouait pas en sa faveur le faisait douter. Était-ce lui qui l'avait rendue dans cet état ? Regrettait-elle de s'être confiée ?

L'arrivée dans le château eut sur lui l'effet d'un Oubliettes. Fascinée, ce fut le mot qui décrivit le mieux l'expression de Benjamin à son entrée dans l'école. L'architecture moyenâgeuse, les tableaux mouvants - qui n'étaient pas sans lui rappeler ceux de son manoir, l'atmosphère indescriptiblement grandiose qu'inspiraient les lieux, tout cela le frappa de plein fouet. Devant la Grande Salle, les futurs répartis s'apprêtaient à écouter le discours de la directrice Renata Harshing. Benjamin rejeta un œil sur sa camarade. La tête que tirait Isabella trahissait une certaine indifférence, qui contrebalança avec une lueur de dégoût lorsqu'elle jeta un œil sur les autres enfants. Cette lueur mauvaise dans les yeux lui rappela systématiquement Helena. Leur lien de parenté commun avec Bellatrix n'était pas là pour rien. Helena...

Benjamin se mit sur la pointe des pieds. Il n'entendait plus rien du discours, une toute autre chose l'intéressait et il n'allait plus en découdre. Malheureusement, ce fut trop tard. Les élèves durent entrer dans la Grande Salle sous les applaudissements des plus âgés. Et un second sortilège d'Oubliettes lui fut lancé en pleine face sous l'effet de la magnificence des lieux. Comme ses parents le lui avaient décrits, un plafond étoilé ornait la salle immense. Les professeurs, en face d'eux, avaient chacun un petit quelque chose qui les rendaient particuliers. Les quatre tables et leurs quatre ambiances différentes, les drapeaux verts qui indiquaient que les gagnants de la coupe de l'année précédente étaient les Serps, le vieux Choixpeau posé sur un siège... Tout, absolument tout était comme il l'avait imaginé, mais en mieux. C'était incroyable.

Quelqu'un lui agrippa alors le bras. Et ce quelqu'un était bien la personne qu'il avait le plus envie de voir dans l'absolu, mais le moins envie dans le moment présent, en compagnie de la Lestrange. Helena allait imaginer qu'il l'avait abandonnée pour Isabella. Bien que c'était à moitié vrai, il ne la laisserait pas dire du mal d'elle.

"  Benjamin Lestrange! C'est pour  ça  que tu m'as laissée ? Avec une foule horrible et pleine de Sang de Bourbe? Tu m'as laissée toute seule dans le train! Tu avais promis à Père et Mère que tu me surveillerais! Il aurait pu m'arriver n'importe quoi, tu te rends compte? Tu diras quoi aux parents quand ils sauront que tu m'as  abandonnée  dans le Poudlard Express? Tu verras ce qu'ils vont dire. "

Les paroles d'Helena auraient dû le rendre mal à l'aise, car elle avait presque insulté la demoiselle qu'elle ne connaissait même pas, et qu'elle menaçait de tout dire aux parents. Mais entendre sa voix eut l'effet inverse. Elle lui avait manqué, et Benjamin était heureux de la retrouver. Pendant qu'il la détaillait avec un regard mi-rassuré mi-admiratif, le ton doux qu'adopta Isabella pour répondre à sa sœur surprit Benjamin. Soit elle faisait semblant pour ne pas envenimer les choses, soit elle n'avait réellement aucune mauvaise intention. Cette humeur tranchait indiscutablement avec les premières paroles qu'elle avait adressé à Benjamin dans le train, lorsqu'ils étaient encore des inconnus. Quoi qu'il en soit, Helena avait attiré l'attention autour d'eux. Mais elle fut vite oublié lorsque le premier nom fut prononcé par la directrice.

- On peut dire ça... répondit-il à Isabella avec un sourire amusé. Puis il tourna la tête vers Helena. En tout cas, les parents seront contents de savoir qu'on a retrouvé notre cousine. Tu sais, celle qu'on a jamais revu depuis trois Noël ?
Helena Collins
Helena Collins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Helena Collins, le  Dim 12 Avr - 16:46

Helena ne s'était pas réellement attendue à une telle réponse. Benjamin semblait plus qu'absorbé par la jeune fille, leur cousine donc, qui l'accompagnait. Elle était vraiment de la famille? Alors dans ce cas pourquoi ne s'était-elle jamais présentée aux habituelles réunions qui semblaient durer des siècles? Oh et puis ce sourire ingrat qu'abordait Benjamin... En quoi la compagnie de la blonde était-elle plus intéressante que la sienne? Cherchait-il la guerre? Dans ce cas il avait déjà perdu.

" Je ne reconnais membres de la famille que ceux qui daignent se présenter aux réunions et ceux qui en valent la peine. Peu importe ce qui a bien pu lui arriver pour qu'elle ne s'y présente pas mais en tout cas elle n'en fait pas partie. Elle a pas été séquestrée des années non plus. Si elle avait des choses plus importantes à faire que d'accorder du temps aux Sangs Purs de sa patrie, elle n'a pas à la représenter. "

Helena ne daigna même pas lui adresser un regard. Le fait que Benjamin préfère passer du temps avec une sale traître qui fuyait leur famille lui donnait la nausée. Et en ce qui pouvait bien concerner les parents, la demoiselle était certaine qu'ils pensaient la même chose. Fuir ses origines, alors qu'elle étaient symboles de principes, ils n'apprécieraient sûrement pas.

" Et je ne pense pas non plus qu'ils apprécient le fait que tu traînes avec elle. Si on en a plus entendu parler c'est bien pour une raison. "

La jeune fille était toujours en colère après son jumeau. Elle avait sans arrêt l'impression qu'il cherchait à la nuire. Et même si l'autre lui avait répondu avec politesse, elle n'avait pas l'intention d'en tenir compte. Comme si Helena pouvait se prendre d'amitié pour quelqu'un de la sorte. C'était s'attaquer à sa fierté! Alors que les premiers noms se faisaient appeler par le choixpeau, la demoiselle ressentit comme une légère décharge en elle. Elle n'en pouvait plus d'attendre, il fallait qu'elle rejoigne les bancs des serpents! Sa cravate horriblement neutre ne lui plaisait pas, il fallait qu'elle voit les couleurs vertes et argentées lui rappeler ses origines et les enseignements qui avaient fondé son enfance. De plus, elle ne voulait pas se retrouver seule dans cette épreuve, son frère était censé l'aider à vaincre ses phobies. Et quand elle comprit qu'il avait plutôt préféré discuter avec une rejetée de la famille, elle se mit à bouilloner intérieurement.

" Maintenant tu viens avec moi, ça sera bientôt notre tour. "

Et à peine eût-elle terminé de parler qu'elle empoigna son frère par le bras. Elle l'amena au deuxième rang pour être sûre qu'ils ne loupent pas leur tour: De plus, Benjamin serait le premier à passer car ils étaient très certainement classés par ordre alphabétique. Elle voyait des têtes blondes, brunes ou rousses passer sous le choixpeau et regardait avec fierté la table qu'elle convoitait tant. L'autre irait sûrement à Poufsouffle tandis que tous les deux seraient assis à la table de Salazar. Elle était plus qu'impatiente d'envoyer un hiboux où elle révèlerait, comme une évidence, la maison qui l'avait choisie.
Isabella Lestrange
Isabella Lestrange
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Isabella Lestrange, le  Ven 17 Avr - 14:37

Du haut de ses onze ans, Isabella avait subi, enduré et supporté un grand nombre de violences, d'épreuves et d'affronts. Elle conservait pourtant cette innocence qu'ont beaucoup d'enfants et dont Helena semblait singulièrement dépourvue. Un instant donc, elle se trouva désemparée face à la virulence de la Collins, dont les paroles étaient aussi blessantes que des poignards. La blondinette savait, pour avoir discuté avec Benjamin, que les deux jumeaux avaient eu une enfance paisible et heureuse. Etait-ce de sa faute si le sort en avait décidé autrement pour elle ? La situation était profondément injuste.

Mais le temps lui avait appris à ne pas trop s'apitoyer sur ce que l'on ne pouvait changer, et elle redressa la tête, sentant monter en elle plus de colère que de tristesse. Après tout, Helena n'avait pas complètement tort. Isabella était un paradoxe vivant, rattachée à des origines dont elle était fière et qu'elle haïssait tout à la fois. Elle savait qu'il lui faudrait certainement du temps avant de parvenir à se positionner et, s'il le fallait, elle accepterait d'être une traître à son sang, mais ce n'était certainement pas cette petite brune hautaine qui allait en décider à sa place. Ni gâcher ce moment particulier qu'était la répartition. Ni lui enlever Benjamin.

Elle rattrapa vivement le frère et la soeur, juste à temps pour surprendre dans les yeux d'Helena une lueur d'émotion alors qu'elle contemplait la table des Serpentards. Aucun doute, elle serait bientôt sur ses bancs. Elle se campa face à la soeur de son ami et posa une main sur le bras de ce dernier, parfaitement consciente que cela n'aurait d'autre effet que d'attiser la jalousie de la Collins. Une jalousie qui était parfaitement infondée, d'ailleurs, car il était évident que Benjamin accordait beaucoup plus d'affection à sa soeur qu'a sa cousine.

- C'est bien, murmura-t-elle, tu es un bon petit soldat qui répète bien sagement ce que Papa sang-pur et Maman sang-pur t'ont appris. Bravo, tu connais ta leçon. Es-tu donc incapable de réfléchir par toi même ? La seule chose qui te sauve du ridicule, la seule chose qui me retient d'avoir pitié de toi, c'est la prétention de tes propos. Tu caches ton petit coeur desséché et ton petit cerveau idiot derrière une noblesse que d'autres ont établie pour toi ! Et tu revendiques leur sang ? Et tu te crois digne d'eux ? Eux, je les écouterai, mais toi, tu n'as rien à me dire, Collins. J'ai fais le trajet avec Benjamin. Je reste avec lui, ne te déplaise.

Elle avait conscience que ces phrases n'étaient pas toutes aussi cohérentes qu'elle l'aurait voulu, mais elle avait simplement déversé sur Helena un échantillon de la colère qui la submergeait, et cette colère elle même n'était pas sans incohérences.
Helena Collins
Helena Collins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Helena Collins, le  Sam 18 Avr - 23:10

On change donc l'ordre

La salle se faisait de plus en plus bruyante et Helena devait fermer de temps en temps les yeux pour oublier le monde qui s'y concentrait. Elle pensait, au départ, s'être débarassée d'Isabella mais celle-ci était revenue. Cherchait-elle donc un quelconque duel, un quelconque défi? Avait-elle envie d'être humiliée devant tous avant même que sa répartition ne commence? Benjamin ne semblait pas vraiment s'inquiéter de la situation mais Helena devinait déjà quelles seraient ses réactions. Quoi qu'il était tout de même très imprévisible presque autant que sa sœur. Il devait tenir ça de leur père, lui qui passait des journées et des nuits entières à faire la tête sans aucune expression sur le visage. C'était simple en onze ans jamais sa fille ne l'avait vu sourire. C'en était perturbant. Benjamin lui souriait. Bon certes, il n'en restait pas moins étrange et incompréhensible sur certains points, mais il souriait. Il devait tenir ça de leur mère, qui était le sosie conforme de sa fille. Elle, elle souriait souvent. Son visage, bien qu'il soit marqué et cadavérique avait toujours quelques traits doux et séducteurs. Elle les avait souvent offerts à sa fille et par ailleurs, elle avait toujours cherché un certain contact physique avec elle. Quand elle demandait à Helena d'apprendre un morceau avec elle, un quatre mains au piano, c'était surtout pour l'avoir près d'elle, lui parler en murmure et toucher ses mains pour les déplacer correctement sur le clavier. Peut-être n'avait-elle jamais eu de bonnes relations avec sa mère et qu'elle cherchait à se rattraper... Même si bien qu'adorant ça, la fillette de onze ans s'en sentait parfois gênée.
La demoiselle sortit brusquement de ses pensées quand la blondinette posa sa main sur l'épaule de Benjamin. Helena se permit de la prendre comme un déchet, par le bout des doigts et de la lâcher dans le vide. Quand à la pseudo "cousine", elle commença à partir dans un délire proche de l'ennuyeux. Une fois sa tirade terminée la Collins lui dit d'un ton glacial qui se voulait calme.


" T'as mis combien de temps à écrire et apprendre ton monologue? Et à combien de personnes tu l'as sorti? Faudrait p'tet corriger les erreurs, certains passages n'ont aucun sens. "

Le Choixpeau appela les "B-i" ce qui signifiait que le tour des jumeaux était proche. Helena tourna le dos à l'ennuyeise blonde et tira son frère par le bras. Il fallait se tenir prêts, leur tour allait venir! Si l'autre croyait que parce que son enfance différait des autres elle avait tous les droits, elle se trompait. Ce n'est pas qu'elle s'en fichait mais... Enfin si. Chacun ses problèmes n'est-ce pas? Un sourire vint éclairer le visage de la brunette, il était destiné à son frère. On ressentait en elle l'excitation, elle ne pouvait plus attendre! Bientôt elle porterait une cravate colorée et se baladerait avec lui dans les couloirs. Helena avait de nouveau oublié la présence de la malmenée, une seule chose l'importait à présent.
Audrey Manners
Audrey Manners
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Répartition Empty
Re: La Répartition
Audrey Manners, le  Dim 19 Avr - 12:47

Benjamin déduisit des paroles de sa jumelle qu'elle n'était pas prête à apprécier la Lestrange, ce qui était, somme toute, évident. Les raisons à cela ne se comptaient pas : elle pouvait très bien avoir mal digéré l'absence du Collins, être persuadée qu'Isabella était une traître à son sang, n'avoir rien à faire d'elle, ou encore avoir été victime d'un quiproquo... Helena dirigea son frère à l'opposé d'Isabella après leur conversation, au regret de Benjamin. La blonde refit alors son apparition, décidée à en découdre avec son homologue brune. Les répliques aiguës, caractéristiques des voix des filles de cet âge, que s'adressèrent à nouveau les Lestrange irritèrent le sorcier. Les deux cousines ne s'accordaient visiblement pas sur un point: la légitimité de l'une et l'autre. Pour Helena, Isabella ne valait pas sa place dans la famille pour n'avoir donné aucune nouvelle. Elle aurait eu tout à fait raison si cet acte était volontaire, hors Benjamin savait - et là se trouvait le quiproquo - que son père l'avait jetée à la rue pour une raison parfaitement injuste. Mais la Collins se fichait sans doute de ça. Si elle l'apprenait, elle pouvait même trouver ça pathétique de ne pas avoir trouvé grâce aux yeux de Mr Lestrange pour qu'il prenne la peine de la garder. Et le seul garçon du trio devinait que l'injuste intolérance, du point de vue d'Isabella, dont faisait preuve Helena, la mettait en colère. Elle sous-entendit par conséquence que la sœur de Benji était une idiote sans-cœur et tenta, sans doute, d'attiser sa jalousie en touchant Benjamin, ce qui n'eut pas d'effet remarquable.

- Chht, souffla-t-il tout en dirigeant son index vers ses lèvres et en fronçant les sourcils d'un air mécontent.

Il comprenait Isabella mais n'avait pas apprécié ses insultes envers Helena. Benjamin refusait que quiconque la traite d'idiote. Raison pour laquelle il décida délibérément de l'ignorer à partir de ce moment.

Pendant ce temps, tous les autres enfants savouraient jusqu'au moindre pli qu'effectuait le Choixpeau en pleine réflexion. Il s'occupait de la répartition d'un certain David Bynes. Le brun tourna la tête au moment où le nouveau réparti rejoignit sa table auréolée de costumes aux blasons jaunes. Poufsouffle, donc... Le pauvre. Alors, la directrice roula son volumineux parchemin vers le bas et passa aux noms en C. Le tour de Benjamin approchait. Et en ce qui concernait les deux filles à côté de lui ? Le garçon considérait que le moment était trop important pour qu'elles continuent de se crêper le chignon, en tout cas il l'espérait. L'enfance du première année différait de celle de sa sœur à l'échelle de quelques détails, mais quelques détails déterminants. Il n'avait, par exemple, pas était aussi chouchouté par sa mère qu'Helena. Son père, lui, ne faisait pas preuve de favoritisme, pour la simple et bonne raison qu'il était dans son propre monde depuis toujours, partagé entre son travail au Ministère et les pensées qu'il ne cessait de ruminer. Benjamin avait donc été moins exposé aux idéologies de la famille comme en témoignait sa baguette très flexible, symbole d'une bonne ouverture d'esprit. Il était également un lecteur assidu de livres de magie car la découverte tardive de ses pouvoirs magiques avait baissé sa confiance et qu'il mourrait d'envie de faire ses preuves. Cette différence risquait de jouer dans sa répartition.

Le sorcier répondit au sourire excité d'Helena et lui prit la main en même temps, le cœur battant, non sans jeter un regard désolé à sa camarade de train. Son opinion envers elle s'était radoucie quelques minutes après les insultes. C'est alors que la directrice appela d'une voix forte mais maîtrisée :

- Benjamin Collins !
Contenu sponsorisé

La Répartition Empty
Re: La Répartition
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 8

 La Répartition

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.