AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 3 sur 11
Une classe déserte
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
Agrat Ghilsofi
Serpentard
Serpentard

Re: Une classe déserte

Message par : Agrat Ghilsofi, Mar 15 Sep 2015 - 22:11


Elle s'en doutait. Un seul baiser ne lui avait pas suffi, il en voulait encore. A vrai dire, c'est comme une personne affamée qui va manger. La première bouchée ne le nourrit pas mais elle ravive sa faim. Elle l'avait embrassé et avait ravivé son envie, et leurs lèvres se rencontrèrent pour la seconde fois après qu'il lui eût mis une mèche en place. Elles s'unirent tendrement puis sauvagement, le désir montait crescendo. Le baiser fut plus long que le premier, plus sûr et plus vrai. Elle ferma les yeux, ses mains caressaient l'arrière de sa tête, toujours sur la pointe des pieds puis le garçon lança le livre sur une table à côté. Elle lança un regard au livre, pensant le prendre avant de s'en aller, puis elle l'oublia. Le bouquin nageait dans l'immensité de son subconscient pendant qu'elle ne pensait qu'aux lèvres de Justin qu'elle était en train de goûter. Il se décolla de la jeune femme pour un court instant,  elle en profita pour mettre pieds à terre. L'instant fut très bref, il fut attiré comme un aimant par le cou de la jeune fille qu'il embrassa avec ferveur. Agrat frissonna à ce contact. Tout était en train de vriller, elle avait résisté pour au final succomber. Tant pis, c'était incontrôlable.

« M'en faut plus que ça... » La jeune fille frissonna de plus belle à l'entente de sa voix, et à la chaleur expulsée par son souffle. Puis les mains musclées et robustes du joueur de Quidditch vinrent se poser sur son dos, puis elle descendirent plus bas. Elle s'en doutait aussi. Les mains baladeuses l'agrippèrent avec passion et délectation, lorsqu'elle étouffa un gémissement. Ils étaient dans une salle de classe vide et poussiéreuse et à la base elle était venue y chercher son livre mais voilà qu'elle était à deux doigts de coucher avec un garçon. Elle avait beau y réfléchir, elle ne comprenait pas comment la situation avait pu déraper à ce point. Bon, d'un côté c'était de sa faute ; elle l'avait embrassé. Mais Justin avait carrément jeté de l'essence sur le feu là, et l'incendie était en train de les consumer les deux sans qu'ils ne puissent l'éteindre. Agrat recula, portée par son élan et toucha une table derrière elle. Elle se hissa dessus, toujours plaquée à Justin, happant ses lèvres avec fougue.

« Justin... » Se plaignait-t-elle d'une voix différente d'habitude. Une voix légèrement suppliante et appréhensive. Bien sûr qu'elle allait récriminer, comme toujours même dans les moments les plus insensées. Toujours en train de râler, sur tout et n'importe quoi même quand les sentiments de la situation sont indicibles et que les mots sont censurée pour ne pas gâcher le moment. « On est dans une classe. » C'était la dernière tentative pour essayer de ne pas croquer le fruit défendu. Dernière et vaine tentative, elle s'en doutait. Peu importait le lieu, Justin n'allait pas gâcher cet instant pour changer de pièce et pour trouver quelque part de plus confortable et surtout de plus adéquat. Tant pis s'ils étaient sur des tables, des chaises ou bien à même le sol, tant qu'il réussissait à avoir ce qu'il avait convoité depuis des semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Justin Davis, Mer 16 Sep 2015 - 18:39


Agrat se laissa faire, absolument révolue à l'idée de refuser les avances du préfet. Pourquoi les refuseraient-elles, après tout ? Ils ne faisaient que passer du bon temps et ce malgré le règlement tyrannique de ce cher monsieur Kholov directeur adoré de tous. Au final en temps que membre de la rébellion il faisait tout simplement une bonne action. Bon bonne action pas tant que ça mais il prouvait au moins qu'il était un anti-système. Il ne pensait qu'à prendre du plaisir dans ce baiser fougueux et langoureux, malgré que le sexe était primordial cela faisait tellement de temps que le sinople s'était retenu de faire ça et ce malgré sa situation amoureuse. Il avait rêvé de lui sauter dessus, de l'embrasser, de passer des nuits avec elles dans le dortoir des Serpentard... En fait depuis cet après-midi hivernal sur le terrain de Quidditch la Bosselli le menait à la baguette. Enfin pas tant que ça, il la faisait bien chier et il arrivait aussi à faire ce qu'il voulait d'elle, la preuve à l'instant, mais le brun était trop faible mentalement quand il était question d'une fille trop attirante, définition parfaite de Sophia. En plus de ça elle était beaucoup plus coquine, beaucoup plus intéressante et sûrement beaucoup plus expérimentée que Scott. C'est fou comment les sentiments d'un homme peuvent changer, il y avait pas moins de 3-4 mois il déclarait sa flamme d'une façon trop romantique à une jolie Gryffondor pour se retrouver plus tard en train de se taper une autre élève dans une salle de classe abandonnée.

Finalement Justin dût se résoudre à retirer ses mains de l'endroit très confortable - enfin surtout chez la Serpentard - ou elles étaient posées quand elle se retira légèrement des lèvres du vert afin de s'asseoir sur une table et de retrouver l'endroit le plus confortable de la pièce : les lèvres du Davis. « Justin... On est dans une classe. » elle se foutait carrément de lui là. Déjà c'était elle qui avait commencée et en plus elle mourait d'envie d'aller plus loin, tout comme lui. Pendant un bref instant il pensa que c'était le moment parfait pour s'en aller, mais trop tard, ce qui était fait est fait comme disent les plus gros pêcheurs. Comme signe de rejet de sa proposition il commença à déboutonner doucement le chemisier de mademoisellle pendant qu'il se réfugiait dans son cou tout chaud. Il n'avait jamais été aussi bien. L'était pas en train de tomber amoureux l'idiot ? Non c'était juste un coup Agrat, un coup qu'il pourrait se refaire encore plein de fois, elle au moins n'aurait pas peur d'enfreindre le règlement. Pendand qu'il enlevait sa robe de sorcier il lança un #Collaporta sur la porte, histoire de ne pas être dérangé pendant ce moment magique de pur bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Agrat Ghilsofi
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Agrat Ghilsofi, Mer 16 Sep 2015 - 22:33


Sa technique pour lui échapper avait lamentable échouée. D'un côté, elle mourait d'envie de passer à l'acte mais le jeune homme qui était en face d'elle n'était autre que Justin, lui qui l'agaçait souvent, lui qui lui lançait des piques, lui qu'elle ne voulait pas faire plaisir. Mais d'un autre, le Serpentard n'était pas si détestable que ça, il était même assez agréable en fin de compte, et il l'attirait comme si elle avait été ensorcelée. A quoi bon résister si ce n'est retarder l'échéance ? Elle n'allait pas pouvoir tenir plus longtemps, elle s'était lassée et Justin avait dû comprendre qu'elle n'était pas aussi facile que ça.

D'un geste habile, il déboutonna la chemise d'Agrat qui la retira rapidement. C'était en quelques sortes un déclinaison à sa proposition, qu'elle comprit assez vite d'ailleurs. C'était lancé, ils ne pouvaient plus s'arrêter. Le garçon enleva sa robe de sorcier et devança la brune en lançant un #Collaporta. Elle ne tenait pas vraiment à ce qu'on l'a voit dans un moment intime comme celui qui allait se dérouler. Ne résistant pas plus, elle déposa pour la énième fois ses lèvres maquillées sur celles du beau garçon en descendant petit à petit vers son cou brûlant d'excitation. Ils ne tinrent pas plus longtemps ; les vêtements se retrouvèrent par terre, pêle-mêle, en quelques secondes seulement  pour que les corps, eux, se rencontrent sans tissus et se lient avec passion.

Une danse impétueuse et effrénée, démesurée, ardente. Une danse qui mêlait non pas l'amour et la haine, mais l'amour et l'indifférence, le pêcher et le bonheur, le plaisir et l'euphorie, la jouissance et l'amertume. Une danse paradoxale, contradictoire. Mais quel danse, même sur des tables et à même le sol. Une danse qui sembla durer une éternité pour sa violence, mais elle sembla aussi durer un court instant pour sa douceur. Justin, jeune homme en apparence arrogant, avait réussi à la faire se sentir bien et l'avait mit à l'aise. Elle ne l'aurait jamais deviné. Mais ce garçon avait aussi réussi au préalable à briser deux bouts de femmes unies par les liens du sang. Le savait-il ? Peut être pas. Ils étaient essoufflés par cette danse, qui n'était autre que celle de la trahison et du mensonge, par cette danse qui allait les mener dans une abysse nébuleuse un bon bout de temps, et du quel ils sortiraient amochés. Mais ils ne s'en doutaient nullement, savourant le moment présent, l'instant même.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Justin Davis, Jeu 17 Sep 2015 - 20:33


À peine eut-il déboutonné un bouton du chemisier d'Agrat que celle-ci s'en debarassa totalement. Encombrant et inutile l'uniforme scolaire, Justin voulait sentir son corps chaud et ses formes contre lui, et en plus la température qu'ils dégageaient avait transformé la pièce en sauna, si bien que sans se dévêtir ils auraient tout simplement explosé. Rien ne pouvait les empêcher de retourner en arrière à cet instant. La marche avait été déclenchée et même une pluie de météores les laisseraient tout simplement dans leur bulle tant qu'ils n'auraient pas fini leur petite affaire. Il avait envie d'Agrat et il s'était retenu de faire ça depuis des lustres, malgré que parfois ses sentiments d'amour qu'il éprouvait envers elle se transformaient en haine il l'avait toujours apprécié pour ce qu'elle était, parce qu'elle était vile, parce qu'elle était rusée, parce qu'elle était sexy ? Surement que ça jouait un grand rôle la troisième chose...

Leurs lèvres s'entremêlerent de nouveau, un aimant invisible les attiraient, et quand leurs lèvres se décollaient c'était tout simplement pour aller s'amuser ailleurs, plus bas. Oubliez le décor désastreux qui en aurait fait fuir plus d'une, oubliez le règlement, voyez juste ldeux personnes prenant leur pied et ce sans savoir à quel point Justin risquait de faire mal à sa conquête. Non, pas dans ce sens là cochons, il était tout simplement en train de faire l'amour à la cousine de sa petite-copine. Et dire qu'il avait été naïf de croire pouvoir s'engager. Il avait laissé son manque d'affection ternir ses sentiments, le rendant amoureux de une fille pour qui il éprouvait encore des sentiments, certes, mais plus au point d'être fidèle. Et il ne s'en voulait pas. Il prenait tellement de plaisir avec Agrat juste à l'instant que plus que toutes les fois ou il l'avait fait avec la Scott. Il brûlait de désir, il ne se contrôlait plus : elle le rendait tout simplement fou. Il voulait le faire toute la journée, il voulait le faire sur un vrai lit, dans les cachots de Serpentard ? Il virerait facilement les élèves grâce à son insigne. Il voulait, mais il oubliait qu'il était en couple. Point quand même un peu important. Que devait-il faire ? Agrat s'engagerait-elle avec lui ? Non, ils ne s'aimaient pas, pas pour l'instant mais elle était une déesse au pieu, comme il pouvait l'imaginer juste en la voyant. L'acte avait duré, oh que oui, mais il n'en était pas satisfait. Il voulait récidiver autant de fois que possible, il voulait passer ses journées comme ça, rien qu'avec elle dans une pièce vide. Surtout que l'idée de le faire sans se faire chopper par Dylan faisait monter l'adrénaline en lui, il était mauvais. Mauvais, psychopathe à pulsions meurtrières parfois, méchant, infidèle, alcoolique à ses heures sombres, fumeur en (d')herbe mais surtout accroc au corps et aux courbes divines de Miss Bosselli.

Même après avoir terminé, il resta longtemps près d'elle, haletant après un si dur et un si appréciable effort. Jouissance extrême, et sans exagération. Il s'écarta de la brunette juste le temps de reprendre son souffle et d'enfiler rapidement son pantalon, gardant son haut du corps bien nu, histoire de faire plaisir aux beaux yeux de la Serpentard. Il approcha ses lèvres des siennes, encore une fois et l'embrassa, en profita pour descendre légèrement vers son cou afin de lui susurrer à l'oreille, toujours la poitrine contre son torse. « Et si ça restait entre nous. Ça serait notre petit plaisir, notre pêché mignon... » Il vendait bien le produit. Il savait qu'elle ne voudrait pas se contenter de ça, aussi dur que cela puisse l'être pour elle de l'admettre. Il savait qu'il était un des meilleurs coups du château et il se foutait royalement qu'elle aille voir ailleurs, ils n'étaient pas en couple après tout, juste de bons amis qui aiment passer du temps ensemble...
Revenir en haut Aller en bas
Agrat Ghilsofi
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Agrat Ghilsofi, Sam 19 Sep 2015 - 15:51


C'était passé. Mais ils étaient encore allongés, l'un à côté de l'autre, liés par leurs membres qui ne voulaient pas se quitter. Essoufflés et rassasiés, ils se turent, se contentant de se regarder dans les yeux et de se réchauffer mutuellement. Plusieurs minutes passèrent ainsi puis Justin enfila son pantalon sous les yeux d'Agrat, toujours nue. Il embrassa encore une fois la brune avant de lui murmurer "Et si ça restait entre nous. Ça serait notre petit plaisir, notre pêché mignon... " Agrat était clairement surprise. Elle pensait qu'il était du genre à se vanter de ses conquêtes, à le crier sur les toits et à le répéter à qui voulait l'entendre mais apparemment il tenait à ce que ce moment reste secret. La surprise, ou plutôt l'étonnement se lisait sur le visage de la douce. Et comme ils avaient fait leur petites affaires et qu'Agrat retrouvait petit à petit les mots et sa langue de vipère, elle lui dit ne fois qu'il se fut écarté d'elle : « Je pensais que tu étais du genre à te vanter de tes conquêtes...» Voilà, elle se sentait mieux maintenant qu'elle pouvait mettre des mots sur son ressentit. Et elle perdait lentement l'affection qu'il lui inspirait tout à l'heure. Ils repartaient à zéro, comme si de rien n'était, se haïssant toujours, sans raison pour l’instant. Mais cette raison ne tarderait pas.

Agrat continuait à regarder les abdos du préfet avant de s'habiller elle aussi. Poudlard avait sûrement dû quitter la Grande Salle depuis longtemps. Le dîner était passé, mais ce n'était pas grave. Un petit tour dans les cuisines et le tour est joué. Elle essaya de rendre son chemisier moins froissé avec ses mains, mais en vain. Elle regretta tout de suite de l'avoir jeté par terre sans faire attention. Justin aussi s'habillait, et ils étaient prêts à s'en aller. Est-ce qu'Agrat continuerait à le détester comme avant ? Ou est-ce qu'elle changerait d'avis à propos de lui ? Elle n'en savait rien. Elle ne savait même pas comment réagir face à lui, que faire, que dire. C'était ambiguë. Coucher avec quelqu'un qu'on hait. La brune était capable de choses bien étranges... En tout cas, elle ne comptait révéler à personne ce qu'ils venaient de faire. Ce n'était pas dans ses habitudes, surtout que c'est très mal vu quand c'est une fille qui le fait alors qu'on adule un garçon. Elle ne voulait pas qu'on l'insulte à tout bout de champs de tous noms qu'il existe. Elle préférait taire ce moment, et le conserver en elle, parce, aussi difficile soit-il à se l'avouer, ça lui avait plût.

Pourquoi est-ce qu'elle était venue ici déjà ? Ah oui, pour son livre. Elle l'attrapa fermement pour que le préfet ne puisse pas lui dérober une seconde fois. Elle le feuilleta rapidement pour être sûre que c'était bien ce bouquin. Pas de doutes, c'était bien lui. Elle prit son sac à main et le fit glisser dedans. « Pas un mot. » recommanda-t-elle au garçon. Elle savait bien qu'il avait compris ce qu'était le livre, il n'était pas bête. Elle pensait qu'il ne dirait rien à propos de ça à qui que ce soit vu ce qu'ils venaient de faire mais elle préféra l'avertir quand même. Toute excitée, à l'idée de le dévorer, elle voulut quitter la pièce et s'en aller vers les cachots. Mais elle ne pouvait pas partir comme ça, en laissant Justin heureux de ce qu'il avait accompli. Non. C'était beaucoup trop gentil de sa part. « Au fait, tu m'as déçu. J'en attendais plus de toi. » Voilà qui était parfait pour faire rager le préfet s'il était sûr de lui, ou le faire complexer s'il manquait de confiance. Elle le regarda encore quelques instants en se mordillant la lèvre inférieure, puis elle quitta la pièce, le bruit de ses pas qui claquaient amplifiés par les murs nus.
FIN DU RP POUR MA PART


Dernière édition par Agrat Bosselli le Lun 12 Oct 2015 - 20:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Justin Davis, Ven 25 Sep 2015 - 22:37


Justin avait essayé de faire en sorte que personne ne le sache, puisque les rumeurs même si elles s'avèrent vraies font si bon train au château. Le préfet écoutais Agrat, particulièrement surprise de sa façon d'agir. « Si je m'en vante pas c'est justement parce que c'est toi... » Évidemment, elle ne savait pas que le sinople et argent était en couple, et même si elle le saurait elle n'aurait surement aucun regret et elle aurait tout de même eu envie de profiter de Justin. Ce n'était pas une fille à qui les marques de propriété posaient problème, ou que non. Il aurait pu se vanter, la Bosselli était ultra canon dans son genre mais ça aurait été idiot et aussi la façon la plus directe de faire du mal à Dylan.

Et l'affection, la sensualité et le besoin du corps de l'un contre l'autre disparaissait aussi vite qu'il était apparu, à la place de quoi les querelles d'enfants des deux Serpentard reprirent. C'était innocent et mignon, mais aussi tranchant et mesquin. Il ne savait pas si il l'adorait ou si il la détestait. Mais il n'avait envie de rien changer, pas du tout à vrai dire. Malgré son faible pour elle il n'avait jamais laissé ses désirs passer avant les poques qu'ils se lançaient, il n'avait jamais daigné baisser en intensité lorsqu'ils se critiquaient ouvertement, au contraire. Et aujourd'hui il avait eu la preuve par A plus B qu'elle n'était clairement pas insensible à son charme. Et à vrai dire il était excité. Bah ouais, il l'avait tellement faite chier que se retrouver avec elle après avoir couché ensemble c'était en sa faveur, elle ne pourrait plus dire des choses sur lui, dire qu'il lui courait après. Mais évidemment la Serpentard risquait de faire courir des rumeurs sur lui. C'était évident, c'était la seule chose à faire en position de faiblesse.

Et la jolie brune se revêtit, Justin grimaça à la vue de son uniforme. Il avait envie de la revoir sans ses vêtements toute sa vie à vrai dire. Et sans qu'il puisse de nouveau s'interposer, celle-ci s'empara du bouquin posé sur une des table voisine. Étonnant qu'il soit resté posé et qu'il n'ait pas glissé. Enfin bref, elle le mît dans son sac rapidement avant de lui adresser un dernier regard. « Pas un mot. » Il la regarda en souriant. Elle croyait qu'il allait le dire à qui franchement ? « Pas un mot. » Répéta t-il. Il se contenta de la laisser faire, elle savait ce qu'elle faisait en grande fille qu'elle était mais malgré tout il se sentit obligé de lui dire « Fais gaffe avec ça. » elle comprendrait évidement l'allusion. Il n'allait surement pas la balancer, jamais ça lui était arrivé, à vrai dire il emmerdait le pouvoir donc pourquoi s'en servir contre les autres.

« Au fait, tu m'as déçu. J'en attendais plus de toi. » Et ses mots résonnèrent en lui, comme si on venait de lui planter un poignard. Du moins c'est ce qu'il lui fit croire. En vrai il savait que c'était faux, et il s'en foutait aussi pas mal de son avis. Juste après avoir pris une expression d'indignation, le visage triste, ses lèvres se redressèrent pour former un rictus. La petite, l'était idiote. Et pendant qu'elle se mordillait la lèvre, il ne pouvait pas non plus la laisser s'en aller. Mais il ne voulais pas lui lancer de pique, trop basique, alors il s'approcha d'elle pour l'embrasser longuement, langoureusement, jusqu'à la laisser partir toujours avec son sourire en coin. Sympathique journée.

FIN DU RP ÉGALEMENT, LE SUJET EST LIBRE
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une classe déserte

Message par : Asclépius Underlinden, Jeu 22 Oct 2015 - 0:11


[RP avec Jakub Ovechkin]





Cela faisait plus d'une semaine qu'il s'entraînait dans cette salle quasi-désaffectée et oubliée de tous et il n'avait toujours fait aucun progrès. Ce n'était pourtant pas bien compliqué de maîtriser une dizaine de sortilège de 5e année, si ? Mais il n'y arrivait pas, pas un seul de tous, même les plus basiques ! Il se sentait stupide et se croyait même Cracmol tandis que d'un œil morne, il observait ses figurines de bois qui semblaient le narguer. La frustration et la rage gonflait son cœur et déferlaient dans ses artères avec la puissance d'une symphonie de Beethoven. Il entendait la 5e et la 7e à chaque fois qu'il échouait et de sa baguette, aucune étincelle ne sortait. De rage, il lança une statuette de bois représentant un nain contre le tableau noir de la salle avant de reprendre son livre Réussir ses sortilèges ainsi que l'Abrégé des sortilèges communs et leur contre-attaque. Un peu de théorie ne lui ferait pas de mal après tout. S'il échouait, c'est tout simplement parce qu'il n'avait toujours pas assez travaillé, qu'il était trop paresseux ou bien trop inattentif. Oui, ce devait être cela. Après tout, il n'y avait aucune raison qu'il soit Cracmol: il était le meilleur en Potions ! Ou alors le Professeur avait tout simplement pitié de lui et ne lui avait pas encore avoué qu'aucune de ses potions n'avait été juste depuis le début de l'année, et les précédentes...
En contemplant la figurine de Merlin, il songea à ses frères aînés, tous deux doués en sortilèges, qui s'entraînent avec leurs amis et organisaient de petits tournois au sein de la demeure familiale sous le regard bienveillant de leur père. Lui, jamais. Pour cela, il aurait fallu qu'il soit doué, doté de Magie (ce dont il doutait sérieusement) ou même, qu'il ait des amis. Un détail que tout ceci.

Il jeta un œil agacé vers la figurine de nain puis fit une moue agacée. Il était un Underlinden par Merlin, il n'allait tout de même pas continuer à se ridiculiser ainsi ! Parfois, il entendait les fantômes et portraits rire tandis qu'il passait. A chaque fois, il sentait le sang remonter jusqu'à ses oreilles. Il se sentait si stupide...

" - Un sortilège d'attraction, je peux le faire, ce n'est pas si dur..."

Il délaissa ses livres pour se lever et se concentra sur la figurine du nain au gros nez avant de fermer les yeux. Il avait parfaitement en mémoire le geste et traça une demi courbe avec sa baguette avant de prononcer la formule:

" - Accio ! "

Un frisson le traversa et avant qu'il ne puisse ouvrir les yeux, son nez avait douloureusement fait connaissance avec celui du nain.

" - Scheiße ! "

Un juron lui avait échappé mais il n'en avait cure. Il s'était fait mal comme un débutant ! Mais au moins, son sort avait "réussi" ... Il devait persévérer en tâchant de s'écarter la prochaine fois.

Se massant le nez qu'il sentait déjà gonflé, il pointa sa baguette vers le nain tombé au sol avant de recommencer son geste ainsi que sa formule:

" - Accio ! "

Et, juste à temps, par un réflexe insoupçonné, il s'écarta et le nain alla violemment terminer sa course contre la porte de bois.
Revenir en haut Aller en bas
Jakub Ovechkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Jakub Ovechkin, Jeu 22 Oct 2015 - 11:12


Jakub n'avait pas eu cours de la journée. Il avait passé son temps à parcourir les couloirs de Poudlard, mains dans les poches, afin de se familiariser avec le lieu. Il avait beau avoir un sens de l'orientation correct, les nombreux dédales de marches et les centaines de couloirs lui donnaient du fil à retordre. D'ailleurs, cette invention d'escalier magique était véritablement stupide, pour lui. Il n'y avait rien de tout ça à Durmstrang. Les escaliers ne bougeaient pas, il n'y avait aucun tableau pour épier le moindre de vos faits et gestes et surtout, les autres élèves ne passaient pas leur temps à piailler comme des enfants.
Alors qu'il passait devant un tableau, celui-ci l'interpella :

« Hé, espèce de Boursouf mouillé ! »

En se retournant, Jakub s’aperçut qu'il s'agissait d'une femme, ou plutôt d'une vieille femme. Ses cheveux gris et clairsemés lui tombaient au niveau des épaules et elle avait une cataracte à l’œil droit. Elle était assise à une table en bois, et un large faisceau lumineux transperçait la fenêtre derrière elle. Sur la table en face se trouvait un service à thé et un épais livre poussiéreux, dont le titre était caché par une large tâche marron.
« Oui, c'est à toi que je parle, *margoulin ! Tu crois que je ne te vois pas, depuis ton arrivée ? Tu rôdes dans MON école. Qu'est-ce que tu cherches, dis ? Il n'y a RIEN pour toi, ici. Pourquoi tu ne repartirai pas dans l'Est, hein ? Tu crois que je ne suis pas au courant ? Les élèves n'ont aucun secret pour moi. »

La vieille dame avait eu un débit de parole tellement élevé que Jakub n'avait entendu qu'un mot sur deux. Calmement, sans cesser de fixer le tableau, il s'empara de sa baguette magique et pointa celle-ci vers la vieille.
« Idi nia houille*. Tu comprends ça, grand-mère ? J'ai pas envie de m'énerver contre toi. Mais si tu continues à me parler comme ça, je pense qu'on va avoir un soucis, toi et moi. »

La vieille dame allait ouvrir la bouche pour répliquer, lorsqu'un homme surgit de la gauche du tableau. Il portait un smoking et une petite serviette blanche était posée sur son avant-bras. Il prit la parole d'une voix conciliante, en arborant un sourire amical.

« Madame Weggles, ce n'est pas très gentil d'importuner les gens comme ça. Ce pauvre garçon ne vous a rien fait, voyons ! »

L'homme regarda Jakub d'un air désolé et d'un geste, l'invita à poursuivre sa route. Il échangea par la suite des messes basses avec la vieille dame qui, indignée, lui répondait en faisant des grands gestes. Fatigué par cette histoire, Jakub se concentra un moment et, d'une voix sèche et sûre d'elle, prononça : « #Diffindo ! ». Il eut le temps de voir le regard hébété de la vieille femme, avant que la toile ne se coupe littéralement en deux. Sans plus attendre, il rangea sa baguette magique et quitta les lieux. Il entendit les hurlements de rage de la vieille et les sanglots du gentleman pendant quelques minutes, avant que la distance n'ait raison d'eux.
Jakub parcourait les couloirs à grandes enjambées en changeant régulièrement de direction. Si quelqu'un était à sa poursuite, il allait lui donner du fil à retordre. Il passa devant une porte entrebâillée et, hésitant quelques secondes, décida d'entrer dans la pièce. Manque de chance, il tomba nez à nez avec un élève. Prit de panique, Jakub s'était instinctivement emparé de sa baguette magique et la pointait en face de lui. Il se rendit compte que l'élève faisait parti de sa Maison, mais n'en relâcha pas moins sa vigilance. Il promena son regard aux alentours afin de voir s'il y avait quelqu'un d'autre susceptible de le prendre par surprise, mais l'élève était seul.

Il allait faire un pas en avant, mais son pied marcha sur quelque chose. Relevant celui-ci, il trouva une petite figurine au sol et, toujours sur ses gardes, l'envoya ailleurs d'un simple coup de pied. Pointant toujours sa baguette vers l'élève, il prit la parole.
« Hé, toi ! Tu vas me causer des emm*rdes, ou pas ?! »


Lexique:
 
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une classe déserte

Message par : Asclépius Underlinden, Jeu 22 Oct 2015 - 20:12


Il avait presque sursauté (oui, presque, il était un Underlinden après tout, et un Underlinden ne se laisse pas surprendre) en voyant un étrange individu entrer et, par réflexe, avait porté la main à sa sacoche contenant quelques potions de sa concoctions. Si l'élève en face de lui se montrait menaçant, il aurait de quoi lui répondre !
Mais il demeura interdit face à son, a priori, camarade de Maison... Mais qui était ce paranoïaque ? A sa question, il ne répondit que par un sourcil aristocratiquement arqué, et un brin dédaigneux. L'élève en face roulait légèrement le "r". Germain ? Slave ? Cela serait surprenant; généralement, les élèves d'Europe centrale allaient à Durmstrang. Ses frères y étaient allés et lui-même y avait passé 2 ans avant que son père ne juge le climat plus favorable en Angleterre.

" - .... "

Conservant sa main sur sa baguette, il passa en revue les sorts de défense qu'il connaissait et se demanda s'il aurait la possibilité et la capacité de n'en lancer ne serait-ce qu'un. L'autre en face de lui semblait menaçant. Pouvait-il seulement engager le dialogue ? Au pire, il s'en sortirait avec quelques bleus: rien qu'il ne saurait soigner avec un onguent approprier.

" - C'est toi qui me dérange, j'occupais cette salle avant. "

Oui, parfois la diplomatie faisait face à l'orgueil et de l'orgueil, il en avait bien plus que son instinct de survie. "Der Instinkt besteht nicht" lui avait maintes et maintes fois répété son père, "einzig ist der Grund wert". Il ne faisait que suivre les enseignements après tout.



Traduction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Jakub Ovechkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Jakub Ovechkin, Ven 23 Oct 2015 - 9:00


L'élève en face de Jakub avait été surpris par cette soudaine intrusion, mais il gardait un semblant de calme. Il avait porté sa main à une petite sacoche dont le contenu restait pour le moment un mystère. L'atmosphère dans la salle était devenu pesante. Jakub était encore essoufflé de sa marche rapide et il sentait des goûtes de sueur perler sur son front. L'autre élève, qui semblait tout aussi anxieux que lui, finit par répondre à sa question après un moment de silence qui parut à Jakub être une éternité.

« C'est toi qui me dérange, j'occupais cette salle avant. »

C'est tout ce qu'il avait trouvé à répondre. Jakub n'en revenait pas. La seule chose qu'il avait dite, le jeune sorcier le savait déjà.

« Oh, merci Sherlock. J'avais pas fait gaffe. » Il fit une pause avant de reprendre « J'ai bien vu que tu étais là en premier, je suis pas né de la dernière pluie. Moi je te demande si tu vas me causer du tord. Le genre de tord qui me ferait renvoyer de cette école de m*rde, tu vois ? Donc y'a deux solutions. Soit tu continues à te palucher dans ton coin et moi je reste un peu ici histoire que les choses dehors se...tassent un peu, soit tu comptes jouer au con et dans ce cas, toi et moi on va avoir un problème à résoudre. »

Sans quitter Asclépius des yeux, il tendit l'oreille afin de percevoir le moindre bruit de pas ou éclat de voix derrière la porte, mais il n'entendit rien. Cherchant la poignée de porte à tâtons, il finit par trouver celle-ci et, silencieusement, referma la porte. Bien qu'elle soit fermée, Jakub ne se sentait toujours pas en sécurité. Il rechercha dans sa mémoire un sort qui puisse complètement les couper du reste de Poudlard et, celui-ci trouvé, s'adressa de nouveau à Asclépius.

« Sherlock, je vais lancer un sort là. Pas sur toi, du moins pas encore, mais sur la porte. Pour ça je vais devoir me retourner. Si tu tentes quelque chose de stupide, ma réaction risque d'être disproportionnée. Vraiment disproportionnée. » Il lui adressa un large sourire malsain et se retournant, récita la formule.

« Collaporta ! »

Comme attendu, la porte émit soudainement un bruit de succion désagréable. Lorsqu'il prit fin, la porte était complètement scellée au sol, au plafond et aux deux murs qui l'encadraient. Désormais, il n'y avait plus aucun moyen de fuir. Ils étaient seuls.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une classe déserte

Message par : Asclépius Underlinden, Ven 23 Oct 2015 - 21:07


Il se sentit un peu gauche face à la réaction de son vis-à-vis. Enfin, que voulait-il qu'il réponde, sérieusement ? Il était plus gringalet que lui et pas spécialement doué dans la maîtrise de sa magie, c'est plutôt lui qui devrait être anxieux ! Il sentait d'ailleurs son cœur commencer à battre de plus en plus vite et il enfonça ses ongles inexistants dans la paume de sa main pour refréner ces battements malvenus.

" - Oh, merci Sherlock. J'avais pas fait gaffe. " Asclépius leva les yeux au ciel d'un air agacé. " J'ai bien vu que tu étais là en premier, je suis pas né de la dernière pluie. Moi je te demande si tu vas me causer du tord. Le genre de tord qui me ferait renvoyer de cette école de m*rde, tu vois ? Donc y'a deux solutions. Soit tu continues à te palucher dans ton coin et moi je reste un peu ici histoire que les choses dehors se...tassent un peu, soit tu comptes jouer au con et dans ce cas, toi et moi on va avoir un problème à résoudre. " L'Underlinden ne put réprimer un soupire agacé et assez peu convenable face à cette réplique. Mais qui était ce paranoïaque ? Un paranoïaque aux sautes d'humeurs imprévisible, fantastique... Vraiment, il avait toujours rêver de se retrouver dans une telle situation... Au moins, la porte était toujours ouverte et il pouvait partir à n'importe quel moment...

" - Sherlock, je vais lancer un sort là. Pas sur toi, du moins pas encore, mais sur la porte. Pour ça je vais devoir me retourner. Si tu tentes quelque chose de stupide, ma réaction risque d'être disproportionnée. Vraiment disproportionnée." Il lui adressa un large sourire malsain qui lui hérissa le poil sur la nuque et se retournant, récita la formule.

" - Collaporta ! "

Oh, génial, vraiment, super... Il se retrouvait seul et enfermé dans une salle déserte à l'opposée de toute civilisation avec un névrosé psychotique... Bon, avant tout, rester calme, céder à la panique ne mène à rien, surtout si son vis-à-vis était du genre lunatique...
Sans quitter son camarade de Maison du regard, il croisa les bras d'un air inquisiteur.
Bon, il avait repris un peu contenance. Il allait juste patiemment attendre que le lunatique d'en face calme sa paranoïa et il pourra s'en aller. Pourquoi était-il partit s'enfermer dans une salle déserte sans prévenir personne déjà ? Ah oui, pour s'entraîner... Et bien s'il mourrait, ce ne serait plus un problème...

Mais bon sang, à quoi pensait-il ? Vraiment, ce type le rendait nerveux !
Revenir en haut Aller en bas
Jakub Ovechkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Jakub Ovechkin, Sam 24 Oct 2015 - 16:04


L'autre élève n'avait pas piper mot depuis que Jakub l'avait menacé. Il s'était contenté de rester immobile, en plaçant un ou deux regards méfiants. Il aurait voulu que cette espèce de chiffe molle lui réponde quelque chose, qu'il ne se laisse pas marcher dessus. Malheureusement, il avait serrer les dents comme un enfant qui se retient de répondre à ses parents. Jakub haussa et les épaules et commença à inspecter les lieux. Il y avait une dizaine de chaises empilées les unes sur les autres en équilibre précaire. Deux bureaux poussiéreux avaient été poussés contre le mur du fond, laissant ainsi le milieu de la pièce totalement libre. Il aperçu également deux bouquins dont il n'arrivait pas à lire le titre et quelques statuettes, sans doute apportées par Asclépius.

Jakub décida qu'il était temps que l'élève se sorte les doigts du fondement. « Je vais te poser trois questions simples. Tu penses être capable de répondre, avec un assemblement de mots qui font, du coup, une phrase ? C'est peut-être trop compliqué pour toi, mais je vais quand même essayer. » Il en avait assez de voir la mine déconfite de ce type. Il voulait vérifier qu'il n'était pas mort d'une crise cardiaque, à l'intérieur. « Alors Sherlock, c'est quoi ton nom ? J'imagine que tes parents t'ont donné un nom. Je vais agir comme les négociateurs dans les films, tu vois ? Je vais te poser une question, en y répondant également. Ils utilisent ça pour instaurer un climat de confiance. Moi, tu vois, je suis Jakub. Attention, deuxième question. Qu'est-ce que tu fout ici, tout seul ? Je veux dire, y'a rien ici. J'ai vu tes bouquins là. » Il les pointa du doigts. « Tu viens étudier, c'est ça ? Bon, c'est une question ça. Mais elle compte pas. Ensuite, dernière question. Prépare-toi mentalement, Sherlock. Pourquoi tu parles pas ? Je m'emm*rde assez comme ça à communiquer dans ton dialecte pourrave, et toi tu fais même pas un petit effort. Je pourrais te parler en russe que ce serait la même chose, c'est ça ? » Il commençait à sentir son cœur battre contre sa poitrine. Il avait toujours tendance à monter dans les tours, lorsque la personne en face de lui restait stoïque. « Oh, et une dernière chose... » Il prit une grande inspiration et réussit, au prix d'un grand effort, à afficher une sorte de sourire normal sur ses lèvres. « Tu pourrais enlever cet air de biche apeurée sur ton visage, s'il te plaît ? Ça me coûte de te le demander poliment, alors ne me déçois pas. »


Finalement, il recula de quelques pas afin de laisser le pauvre gars respirer un peu. Il croisa les bras et attendit la réponse à ses interrogations.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une classe déserte

Message par : Asclépius Underlinden, Sam 24 Oct 2015 - 16:39


" -  Je vais te poser trois questions simples. Tu penses être capable de répondre, avec un assemblement de mots qui font, du coup, une phrase ? C'est peut-être trop compliqué pour toi, mais je vais quand même essayer. "

Il n'avait pu s'empêcher de sursauter lorsque son vis-à-vis lui avait adressé la parole. Il était vraiment trop nerveux... Mais il reprit bien vite son air agacé: ce type était vraiment exaspérant. Visiblement, le silence l'ennuyait. Et bien il n'avait pas pour habitude de prendre la parole donc qu'il fasse avec.

" - Alors Sherlock, c'est quoi ton nom ? J'imagine que tes parents t'ont donné un nom. Je vais agir comme les négociateurs dans les films, tu vois ? Je vais te poser une question, en y répondant également. Ils utilisent ça pour instaurer un climat de confiance. Moi, tu vois, je suis Jakub. Attention, deuxième question. Qu'est-ce que tu fout ici, tout seul ? Je veux dire, y'a rien ici. J'ai vu tes bouquins là. " Il les pointa du doigts. " Tu viens étudier, c'est ça ? Bon, c'est une question ça. Mais elle compte pas. Ensuite, dernière question. Prépare-toi mentalement, Sherlock. Pourquoi tu parles pas ? Je m'emm*rde assez comme ça à communiquer dans ton dialecte pourrave, et toi tu fais même pas un petit effort. Je pourrais te parler en russe que ce serait la même chose, c'est ça ? Oh, et une dernière chose... " Il prit une grande inspiration et réussit, visiblement au prix d'un grand effort, à afficher une sorte de sourire normal sur ses lèvres qui inquiéta davantage Asclépius que l'espèce de sourire malsain qu'il avait aperçu un peu plus tôt. " Tu pourrais enlever cet air de biche apeurée sur ton visage, s'il te plaît ? Ça me coûte de te le demander poliment, alors ne me déçois pas. "

Bon, il allait essayer de se montrer conciliant, pour une fois... Il prit une inspiration et jeta un regard nerveux autour de lui avant de mettre ses mains dans ses poches puis de se rappeler les sermons de sa mère sur le fait que c'était particulièrement impoli et les sortit. Mais ne sachant quoi en faire, il se mit à tourner entre ses mains une statuette qui traînait sur le coin de la table.

" - .... "

Il prit une seconde inspiration, reposa la statuette et regarda son vis-à-vis dans les yeux. Il s'était recomposé un visage impassible et maître de ses émotions.

" - Je me nomme Asclépius Underlinden. Je suis effectivement ici pour travailler. Ensuite... " Il haussa un sourcil. " pour répondre à ta dernière question, je ne vois pas la nécessité de parler. L'on ne se connaît pas, n'avons rien à faire l'un avec l'autre et dans quelques temps, nous retournerons chacun dans nos vies estudiantine et chacun aura complètement oublié la présence de l'autre. Alors pourquoi faire semblant d'entretenir un dialogue vide de sens et emplit de banalité ? Je n'ai pas envie de faire ta connaissance, je me fiche de savoir ce que tu fais ici ou bien les raisons qui t'ont conduit ici. " Il croisa les bras. " Ma réponse te suffit-elle ou faut-il que je développe davantage ? Si tu ne comprends pas, je peux te parler en Allemand. "

Il avait eu l'impression de vider son sac et avait même prit un semblant de confiance en lui tandis qu'il parlait. Après tout, il avait aussi son orgueil.
Revenir en haut Aller en bas
Jakub Ovechkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Jakub Ovechkin, Dim 25 Oct 2015 - 8:19


Jakub crut pendant un moment que l'élève n'allait pas lui répondre. Il était resté immobile, à rentrer les mains dans ses poches puis à les sortir, avant de finalement s'emparer de l'une des statuettes présentes sur la table. Le jeune sorcier avait du mal à savoir si Asclépius essayait de maitriser sa colère ou s'il luttait contre sa peur. Quoi qu'il en soit, il finit par respirer un bon coup et rétorqua : « Je me nomme Asclépius Underlinden. Je suis effectivement ici pour travailler. Ensuite... » Il fit un haussement de sourcil qui énerva Jakub  « pour répondre à ta dernière question, je ne vois pas la nécessité de parler. L'on ne se connaît pas, n'avons rien à faire l'un avec l'autre et dans quelques temps, nous retournerons chacun dans nos vies estudiantine et chacun aura complètement oublié la présence de l'autre. Alors pourquoi faire semblant d'entretenir un dialogue vide de sens et emplit de banalité ? Je n'ai pas envie de faire ta connaissance, je me fiche de savoir ce que tu fais ici ou bien les raisons qui t'ont conduit ici. » Il croisa les bras. « Ma réponse te suffit-elle ou faut-il que je développe davantage ? Si tu ne comprends pas, je peux te parler en Allemand. »

Sans même réfléchir, Jakub répondit du tac-au-tac. « D'accord, Asclépiousse. Tes parents t'ont bercé trop près du mur quand t'étais un bambin ou quoi ? Je veux dire, t'as vu comment tu t'exprimes ? Tu dînes pas avec la reine d'Angleterre là, tu peux redescendre de ton estrade. » Ce type exaspérait Jakub, mais il était hors de question qu'il parte maintenant. La vieille présente dans le tableau avait du aller se plaindre à quelqu'un et à l'heure qu'il était, le concierge était à ses trousses. « Tu vas devoir me parler Sherlock, car je compte pas partir tout de suite. Et quitte à être coincé ici, autant faire quelque chose de nos dix doigts. » Je te mettrai bien quelques pains dans la tronche, mais je vais me contenir pensa-t-il en affichant un large sourire mesquin. « Qu'est-ce que tu étudies, au juste ? Si c'est les sorts, je vais peut-être pouvoir t'aider. Par contre, j'aimerai que tu arrêtes de t'exprimer comme un gars de la haute. T'es élève à Poudlard, pas futur duc d’Écosse. » Il vérifia que la porte était bien scellée et alla prendre l'une des chaises empilées au fond de la classe abandonnée. Il s'assit finalement dessus et, d'un geste mécanique, commença à faire jouer sa baguette entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Une classe déserte

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 25 Oct 2015 - 14:37


Asclépius observa son vis-à-vis avant de retourner dans la contemplation de ses statuettes.

" - Folie que de croire que les conventions sociales s'arrêtent aux portes de Poudlard. "

Il remit quelques statuettes en ordre avant de se placer au centre de la pièce et de tracer un trait dans la poussière, séparant ainsi la salle en deux: d'un côté Jakub et de l'autre, Asclépius.

" - J'apprécie ton offre mais, malheureusement, je me vois dans l'obligation de refuser. Je m'en voudrais d’accaparer ton temps. "

De nouveau, il haussa un sourcil aristocratique qui semblait également un brin moqueur avant de reprendre son étude précédente comme si Jakub avait soudainement disparu de son horizon: il arrivait assez facilement à ignorer les gens autour de lui.
Voyons, quel était le prochain sort sur sa liste... Ah oui, l'Incendio. Alors la gestuelle, en forme de flamme, pas très compliqué à réaliser... Il s'entraîna tout de même un peu auparavant, tout était dans la souplesse du poignet.. Bon, ça c'est fait ensuite, ne restait plus que la pratique... Il prit une inspiration et pointa sa baguette sur une figurine de gobelin et prononça la formule qui suivait le geste:

" - Incendio ! "

Malheureusement, il avait mal dosé sa Magie (encore une fois) et au lieu de s'en tenir à la statuette de gobelin, le sort se propagea à l'ensemble du pupitre. Cependant, ce dernier ne prit pas feu. Bien que prit dans les flammes, le bureau ne se consumait pas. Dépité, Asclépius passa sa main dans les flammes et constata une nouvelle fois qu'il ne se brûlait pas: ses flammes étaient glacées.
Revenir en haut Aller en bas
Jakub Ovechkin
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Jakub Ovechkin, Lun 26 Oct 2015 - 16:39


« Folie que de croire que les conventions sociales s'arrêtent aux portes de Poudlard. » Tu te caches derrière des mots Sherlock, mais tu te lasseras avant moi pensa-t-il en regardant Asclépius délimiter la salle de classe en deux côtés distincts. « J'apprécie ton offre mais, malheureusement, je me vois dans l'obligation de refuser. Je m'en voudrais d’accaparer ton temps. ». La patience de Jakub le quittait peu à peu, remplacée par une colère noire. Le sang lui battait aux tempes et le début d'un mal de tête fit son apparition. Il serra les dents si fort que sa mâchoire craqua comme une branche de bois sec. Asclépius se détourna de lui et reporta son attention sur l'un des livres posés sur le bureau. Après quelques secondes de lecture, il se redressa et exécuta une série de moulinets. Son semblant de préparation effectuée, Asclépius pointa sa baguette sur l'une des figurines qu'il avait apporté et prononça : « Incendio ! ». Une gerbe de flammèches s'échappa de la baguette d'Asclépius et vint engloutir la figurine, avant que le bureau entier soit au prise avec les flammes. Étrangement, aucune odeur de brûlé ne se dégageait du bureau et Jakub comprit immédiatement pourquoi, lorsque Asclépius approcha sa main des flammes et se rendit compte que son feu n'était que visuel.


« T'as rien appris ici, ou quoi ? » s'emporta Jakub en se relevant. La chaise sur laquelle il était bascula en arrière et resta une seconde en équilibre, avant de tomber. « T'es pas foutu de faire un feu qui BRÛLE ! T'es pas non plus foutu de parler comme tous le monde et, pour couronner le tout, tu récites ta formule comme si tu allais te chi*r dessus d'un moment à un autre ! » Il s'approchait de Asclépius à grandes enjambées. Un bourdonnement désagréable lui vrillait les tympans et il sentit ses jambes se raidir. « C'est quand même pas compliqué, bordel. Visualisation - Concentration - Prononciation ! C'est tout ce que t'as à retenir, et t'es incapable de l'appliquer ! » Il pointa alors sa propre baguette sur le bureau en face du jeune sorcier et hurla littéralement « Repulso ! » Le bureau alla s'encastrer dans le mur du fond en passant à un cheveux de Asclépius. « Tu veux d'autres exemples, Sherlock ?! » Désormais Jakub ne parlait plus, il criait. « Qu'est-ce que tu penses de ça, petit génie ? » Cette fois, il visa la pile de chaises. « Evanesco ! » Un grondement sourd s'échappa des chaises et brusquement, celles-ci disparurent. La vue de Jakub commença à se brouiller, mais il puisa dans ses dernières forces une fois encore. « Visualisation, concentration, prononciation ! Retiens ça, espèce de pète sec ! » Enfin, il visa Asclépius « Convulso Crispo ! ». Ses muscles se crispèrent dans un dernier effort et Jakub laissa choir sa baguette au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une classe déserte

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 11

 Une classe déserte

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.