AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 6 sur 11
Une classe déserte
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
Lydie Nouël
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor

Re: Une classe déserte

Message par : Lydie Nouël, Dim 18 Sep 2016 - 21:15


Pendant que son ennemi avait perdu l'équilibre, Lydie, elle, avait relâché sa prise sur le sol. Elle s'était faite plus douce, avait cessé d'y enfoncer ses sabots avec la force et la violence d'un boeuf. Car, maintenant, la paume de ses pieds se contentait de flotter, telle une gerris sur sa mare, elle flottait. Elle glissait, même. Sans s'en rendre compte, la terre bascula, ses sabots se retrouvèrent dans les airs.

Un partout. La rouquine essaya de se relever aussi vite qu'elle le put, mais elle demeurait ce bovin lent de ses mouvements et non le chat agile et rapide. C'est le moment que privilégia la blonde platine pour passer à l'attaque. Ni une ni deux, Lydie passa du boeuf au poulpe. Elle venait de déverser son encre, sur elle même, transformant au passage ses cheveux en immonde tentacules brunes.

BRUNE? Elle ne pouvait le supporter. Elle se releva sans attendre, fulminante.


1. Rouge et Noire de rage, Lydie crache sur Linwe.

2. La rouquine tente de lancer un sort à son ennemi, mais sa baguette lui échappe des mains et tombe au sol.
3. Hors de contrôle, la fillette lance un maléfice de Videntraille à son adversaire.
4. La lenteur de constantine la tortue la frappe tel un éclair, elle n'arrive pas à se décider sur l'action à faire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Maître de jeu, Dim 18 Sep 2016 - 21:15


Le membre 'Lydie Nouël' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 17 Oct 2016 - 23:04


On a rien vu du retard... Ange

L'ennemi ou la sœur du lionceau, il ne savait quel terme choisir, n'avait pas aussi bonne allure que lui. Glissé par le parquet encore frais des balais. Envolée soudaine du stresse qui lui maintient la poitrine comme un crochet de pêche. La rousse n'avait plus qu'à l'attraper au filet. Pris au piège dans ces étreintes du diable. Mais elle n'était pas adepte de poissons. Elle aurait pu le faire cuir. Le brûler, le fumer, le panner avec quelques uns de ces grains qui irritent la peau. Mais elle n'était guère aussi délicate qu'une colombe qui vient se poser sur sa branche, frôlant les papillons et les feuilles vertes et jaunes.

Elle aussi, était perdue. Ses sens cachés sous un voile. Un rideau, qu'on ne veut pas voir dérobés. Après avoir balancé un encrier sur son adversaire, timing parfait pour se remettre d'aplomb et apprécier la présence boisée dans sa paume. Il aurait pu s'attendre à tout de la part de la Gryffondor sauf peut-être à ça. Un mollard informe venait d'être projeté sur sa cape. Elle avait au moins la précision d'un serpent crachant son venin jaune.

Sur le coup, il ne put s'empêcher de l'insulter de « sale porc » ou quelque chose dans ce goût-là. Chose à laquelle il ne prêta aucune importance. Puisque c'était bel et bien un porc. C'était assez comique de voir deux étudiants se battre de la sorte. Insultant évidemment, pour eux. Et leur personne. Bien trop primaire comparé à de sombres événements qui se passaient sans arrêt dans le pays, et à plus large échelle encore. Le gamin secoua la tête. Son esprit coulait comme cette rivière bien trop attirée par sa cascade. « Récurvite ! » gueula-t-il, avant de lancer un maléfice, comme s'il s'agissait d'un sortilège de métamorphose extrêmement complexe.

Ces clowns
bestiaire exotique
d'un saumon filé
fumé
peur des vagues
cette forteresse.


1- Episkey ! Merd*. Il s'est gouré de sort.
2- Il lance un Wingardium Leviosa, faisant léviter une chaise pour tenter de frapper Lydie.
3- Il se cogne l'orteil dans un coin de la table, l'empêchant de formuler correctement son sortilège.
4- « Espèce de sauciflard !! » Maléfice du saucisson bien maîtrisé.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Maître de jeu, Lun 17 Oct 2016 - 23:04


Le membre 'Lïnwe Felagünd' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Lydie Nouël, Dim 30 Oct 2016 - 15:35


Quelqu'un avait laissé la fenêtre entrouverte, nous laissant profiter de la chaleur réconfortante de l'intérieur. Sautillant sur le rebord, un bruit remonta jusqu'à mon appareil auditif. Il y avait de l'agitation, à l'intérieur. Ma piètre vision ne me permettait que de distinguer les mouvements de deux individus.

Ils se vouaient une haine cuisante, un combat de merle, plus démonstratif que violent, semblait manquer volontairement leur coup. C'était à celui qui rugirait le plus fort, qui effrayerait l'autre en premier. A coup de déjection salivaire et de propulsions encrière, ils tentaient de s'intimider. Combat de bras cassé.

Le plus clair se cogna le doigt sur un support, le plus vif dégainait déjà sa branche. J'aurais aimé m'y percher, juste pour une saison, un été, histoire d'être abrité. Mais le perchoir n'avait rien de stable, je savais que ces individus avaient pour coutume de les secouer, plus fort que les vents d'automne. Ces bois ne restaient immobile, qu'une fois leur propriétaire mort au combat.

1. L'oiseau vient se percher sur la baguette de Lydie, l'empêchant de jeter un sort.
2. Lydie jette un #Furunculus à son adversaire, parfaitement maîtrisé.
3. L'oiseau entre dans la pièce, lâche une fiente sur la rouquine, et sort par la fenêtre. Elle passe son tour.
4. L'oiseau vient se percher sur la baguette de Lïnwe, qui tombe au sol sous ce poids. (la baguette, hein)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Maître de jeu, Dim 30 Oct 2016 - 15:35


Le membre 'Lydie Nouël' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 2 Nov 2016 - 11:28


N'était-elle pas aussi crétine que lui ? Tout ceci rimait à quoi, au final ? Une vulgaire querelle de moineaux. Ils n'étaient pas plus impressionnants qu'un couple de limaces. Encore trop jeunots pour savoir se battre correctement. Rien n'allait, dans cette salle. A croire qu'elle était maudite. Ensorcelée pour éviter tout conflit. Il était temps de mettre fin à cette double humiliation. Mais une fois encore, son coup n'avait pas pu aboutir.

Tandis qu'il se relevait pour l'attaquer, son orteil cogna violemment contre le coin d'une table. Même le bois leur en voulait de se battre. Lui, n'avait jamais voulu ça mais l'humain était passé par là et l'avait scié le tronc. Il avait perdu la meilleure forme de sa vie pour devenir table. Lïnwe replongea derrière l'une d'entre elles, anticipant le geste de son ennemie. Seulement, fallait-il encore qu'elle soit plus douée que lui. Lorsqu'un oiseau entra dans la pièce, ce n'était pas signe de paix. La rouquine semblait prête à lancer un sortilège lorsque le volatile se posa sur elle pour faire ses besoins. Ce n'était pas une colombe, seule lueur dans les ténèbres de la guerre, qui repartit d'où elle venait.

Le Felagünd explosa de rire en voyant la gueule anéantie de la née-moldue. « Félicitations ! » commenta-t-il, toujours par terre. Mais il fallait en finir, avec ce numéro de cirque. Même l'environnement n'avait plus de respect pour eux. C'en devenait flippant. Il jeta un dernier coup d’œil avant de se jeter sur le côté.


1 & 4- Il se cogne violemment la tête contre le mur. C'était bien tenté.
2- Il parvient à immobiliser la Gryffondor avec un #Petrificus Totalus lancé en pleine roulade. Même toi, tu n'y crois pas.
3- Il lance un sortilège de jambencoton mais Lydie le bloque et contre-attaque. Il se retrouve immobilisé. Bravo l'artiste...
Revenir en haut Aller en bas
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une classe déserte

Message par : Emily Lynch, Mer 2 Nov 2016 - 14:50


Dé 4 faces pour Lïnwe Felagünd


Dernière édition par Emily Lynch le Mer 2 Nov 2016 - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Maître de jeu, Mer 2 Nov 2016 - 14:50


Le membre 'Emily Lynch' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Lydie Nouël, Jeu 3 Nov 2016 - 17:27


Elle n'avait pas compris ce qui s'était passé. Tout était allé très vite, entre les deux lionceaux. Ils s'étaient détestés, comme si cela allait de soi. Lydie elle, s'en était plutôt amusée, dans les premiers instants. Mais personne ne résiste bien longtemps aux bienfaits doucereux du monde de la critique. Elle s'y était jetée, voulant se défouler. Calme et paix envolé, pour un défi de qualité.

Ils s'étaient retrouvé face à face, s'était rugit l'un sur l'autre, s'était craché dessus, renversé des encriers, cogné les orteils contre des tables. Ils avaient brisé l'art du duel, rendant une scène ridicule au possible, attirant la honte sur tous les sorciers de leur maison. Et, heureusement qu'ils étaient dans la même maison. Au moins, Gryffondor n'en patirait point. Ils étaient lamantables, qui donc cela allait-il interresser? Par ailleurs, si Lïnwe avait été à Serpentard, l'enjeu aurait été très différent.

Prise dans le feu de l'action, la rouquine n'avait pas vu cet oiseau qui, du bout de son bec, s'était frayé un passage dans la pièce. Il lui avait lâché une fiente généreuse sur l'épaule, avant de repartir comme un voleur, en lâchant un rire moqueur au passage. Non. Le rire moqueur, s'était Lïnwe. Il se retenait presque de se rouler sur le sol, mais, au lieu de ça, il décida de lancer un sort simple, facile à éviter en raison de sa postion.

Etrangement, l'odeur nauséabonde de la fiente avait eu pour effet de réveiller la rouquine. Elle ne se laisserait certainement pas faire par le blond platine, bien décidée à lui faire savoir sa supériorité et à mettre fin à cette humiliation. C'est ainsi qu'elle retrouva tous ses réflèxes qui lui permirent d'esquiver l'attaque banale avec une certaine nonchalance. La contre-attaque fût fatale pour le jeune Lion qui, immobile, s'avéra vaincu face au #Petrificus Totalus de la née-moldue.

Son coeur battait à la chamade, l'adrénaline était trop forte. Elle ressentait une telle fierté qu'elle se rapprochait de l'arrogance qui caractérisait Lïnwe. Jamais elle ne s'en serait crûe capable. Poudlard était en train de la changer. Elle expérimentait, testait, éprouvait des sentiments à ce jour encore inconnus. Elle n'avait pas froid aux yeux, se lançait dans l'action sans réflexion, vivait avec passion sa vie de Gryffons. Du moins, cet instant précis. Elle s'en souviendrait toute sa vie.

Profitant de la situation, la fillette s'approcha de son ennemi, un sourire taquin sur les lèvres. Non, elle n'était pas méchante, avait la conviction de s'être uniquement défendue. Alors, elle plongea le bout de sa baguette dans le liquide animal, s'en servant comme d'une ancre spéciale afin d'écrire le mot "weak" sur la cape de l'impuissant. Une fois fait, elle lâcha un petit rire moqueur, se dirigea vers la porte.

- A la prochaine!


L'ouverture se referma sur la chevelure de la rouquine qui se balançaient au rythme de la victoire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une classe déserte

Message par : Lïnwe Felagünd, Ven 11 Nov 2016 - 17:15


HRPG : thanks pour ce duel assez... coquasse. A une prochaine, la chance tourne. Dit-on.

Quel était ce mot, déjà ?
Joie, non.
Tristesse, pas tellement.
Déception, sûrement.
Choquant aussi.

Quel était ce mot, déjà ?
Qui jonche les vallées de ces fleurs tranchantes.
Sale, oui.
Humiliation, certainement.
Détresse est de vigueur.
Échec, plus que cuisant.
Honte non-mesurée.
Krach de l'esprit et du corps qui s'effondre sur le sol, humiliés.

Quel était ce mot, déjà ?
Où s'effondre tout temple à chaque instant.
Où jonche le respect sur le parquet encore tiède.

Quel est ce mot, déjà ?
Qu'on tente d'oublier.
Qu'on tente de cacher.
D'usurper.
Pour ne pas être plus humilié.

Lïnwe l'avait suivie. Lïnwe l'avait cherchée. Jusqu'à rentrer dans cette salle. Tout avait si bien fonctionné jusqu'à leur premier déhanché. Le combat avait été interminablement stupide et ringard. Comme deux chatons trop saouls pour se toucher. S'attraper. Se griffer. Se mordre. Se haïr ou s'aimer.

Il se retrouvait là, planté au sol. A tourner ses yeux d'effroi. Effrayé d'avoir été dupé. D'avoir été jugé. Et d'avoir été battu. Dans l'impossible de bouger quoique se soit d'autre. Tous ses membres étaient pétrifiés. Son esprit et son cœur d'enfant, endoloris par le mépris. Lydie étala sa m*rde au passage, avant de partir. Toute joyeuse. Et toute chanceuse, surtout. Les deux gamins n'avaient pas su compter sur leur talent respectif pour avoir le dessus. C'avait été une série de chances saugrenues. Un défilé de mauvaise fortune. Et Lïnwe en avait pris une de pleine fouet.

Quel sera ce mot, déjà ?
             Celui qui, de ses entrailles se vide.
           Dégueule ce mot trop cru.
                                                                            Dans l'attente...
                          Incompréhension—


|Fin du RP|
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une classe déserte

Message par : Ellana Lyan, Dim 20 Nov 2016 - 20:56


Souffrance et souvenirs


RP privé avec Albus Lupin


Le nom du monde est souffrance. Toujours, à chaque instant de ce qu'il reste de ma vie. J'ai mal, je souffre, intérieurement. Dès que je le vois. Yeux baissés, regard fuyant. Son comportement est bien étrange. J'ai besoin de lui parler mais, il s'éloigne. Je dois lui dire, lui expliquer. Je ne suis plus moi. Une partie de mon être est morte avec ma souffrance tandis que les mots de mes parents restent gravés dans ma chaire « traîtresse ». Mon cœur s'est consumé, j'évolue comme dans un monde parallèle, brisée.

J'ai mal, chaque souffle est un combat, une lutte pour ne pas sombrer. Il reste loin de moi, comme s'il voulait se montrer distant. Son attitude me porte à nourrir des soupçons sur son compte. Que sait-il exactement ? Sur moi, sur ce qu'il sait passer après que nous nous sommes quitté. J'avais prévu de l’ignorer au début, de répondre à ses questions puis de le fuir. Mais, l'inverse s'est produit. C'est lui qui m'évite et moi qui garde mes questions en travers de la gorge.

Mais, je suis incapable de lâcher le morceau. Je veux savoir, je dois savoir. L'attente est insupportable, cinq fois aujourd'hui j'ai essayé de l'aborder et chaque fois il a réussi à m'échapper. Cette fois-ci c'est fini. Je l'ai vu se réfugier dans une classe. Il ne passera plus entre les mailles de mon filet. Je ne me permettrais pas un nouvel échec. Jamais.

Je pousse la porte de la pièce. Et entre dans la salle de classe vide. Je referme délicatement la porte. J'hésite à la verrouiller mais je décide de m'abstenir. Je ne peux pas contrôler ainsi sa vie. La seule chose que je peux exiger de lui ce sont des réponses. Pour cela il n'y a pas question de lui ou de moi. Il me les doit c'est tout.

-Albus…

Ma voix est froide avec une once de menace. Cela me fait bizarre d’employer ce ton avec lui. D'habitude je lui parle toujours chaleureusement mais aujourd'hui. Quelque chose s'est brisé entre nous. Une fissure que tente à ressembler de plus en plus à un gouffre que je me sais incapable de combler. Je ne peux plus. J'y risque bien plus que ma vie.

Machinalement je caresse les cicatrices que m'a infligé ma mère il y a un mois et qui ne semble pas vouloirs disparaître. Je doute quelles le fasse un jour, elles font maintenant partie de moi. Tout comme Albus. Indélébile dans ma vie comme une plaie qui ne cesse de se rouvrir lorsque je ressasse mes souvenirs et mon passé.

Peut-être que je n'aurais pas dû le retrouver, peut-être que je ne suis pas prête à lui parler. Peut-être que les blessures sont trop profondes et me rendent trop vulnérable. Peut-être… Mes parents ont encore tout gâché. Quand mes yeux se posent sur lui je ne peux m’empêcher de revoir ses lèvres m'embrasser, ses bras m'enlacer et ses lèvres m’offrir les si beaux mots dont lui seul au secret. Souffrance.


Dernière édition par Ellana Lyan le Sam 7 Jan 2017 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une classe déserte

Message par : Albus Lupin, Dim 20 Nov 2016 - 22:05


Ca fait plus d'une semaine que la reprise avait eu lieu. 1 semaine entière où Albus ignorait totalement Ellana. Il ne voulait plus lui attirer d'ennuis, lui faire du mal indirectement. Pour son bien, il renonçait à elle, à leurs baisers, leurs câlins, leur futur ensemble. Pour que son père ne la tape plus, il avait tout abandonné, à jamais. Il ne lui restait plus que ses tristes souvenirs, enfin ils étaient joyeux mais plus pour lui. Cela reflétait une époque révolu, une triste déchirure. Elle avait des blessures physiques, il avait les pires blessures émotionelles. Elles étaient trop profondes... Il voulait trouver un moyen de les soigner, peut être un second amour mais c'était peut être trop tôt. Pour l'instant, il n'allait plus que dehors, seul, allant voir les sombrals. Il se ressourçait en leur présence. Ce qu'il faisait demandait beaucoup de courage, sûrement la plus grosse preuve d'amour qu'on puisse faire: laisser quelqu'un à un autre pour que sa situation s'arrange. Si elle était plus heureuse sans lui, si elle ne risquait plus rien, il ne voulait plus la déranger, la parler, la regarder...

Mais il s'y attendait, à certains moments il l’aperçu sur ses traces, cherchant sûrement à lui parler. Il la fuyait, encore et toujours. Mais ce jour là, elle ne lâcha plus d'une semelle. Comme si elle connaissait son emploi du temps, ce qu'il allait faire à chaque instant de la journée. Il ne compta pas mais il dû la voir plus de fois en cette journée que dans le reste de la semaine. Pourquoi s'obstinait-elle tant? Voulait-elle encore être avec lui? Il ne pouvait courir ce risque. Le plus plausible c'est qu'elle voulait des réponses à ses questions. Elle ne comprenait pas pourquoi il ne l'avait adresser même pas un regard depuis leur rentrée.

Soudainement il était dans un couloir, seul quand il la vit tourner et la serpy commençait à porter son regard sur lui.. Il fit demi-tour avant qu'elle ne pû le reconnaître mais trop tard. En cette fin d'après-midi elle allait le coincer. Par une dernière tentative le pouffy se réfugia dans une salle de classe vide. Il avait eu de la chance que la porte fût entre-ouverte sinon il y aurait jamais pensé. Il ferma derrière lui et se réfugia au bout de la salle. Mais il savait ce qu'il allait se passer, elle allait rentrer d'un moment à l'autre avec une tonne de questions... Mais il n'était pas prêt... Rien qu'en pensant à ce qu'il s'était passer l'autre soir, des larmes lui montèrent aux yeux. Le jaune s'assit par terre loin de la porte mais dos à elle. Il était profondément triste et des larmes coulaient de ses yeux. Abondamment, trop abondamment. Il avait l'air pitoyable, il ne s'était pas "coiffé" depuis des jours, il ne voulait plus rien faire. Il regarda un instant le mur de brique puis il replia à moitié ses jambes et passa ses mains autour. Sa baguette dans sa main gauche il prit une boulette de papier et joua avec dans l'air. Petit à petit la boulette de papier prenait des formes qui changeaient très souvent. Un oiseau puis un carré puis un tout petit chat, un hiboux puis à nouveau un oiseau... Ca n'arrêtait jamais.

Il entendit un *clic* derrière lui, la porte se referma. La fille qu'il avait tant aimée était là, à une dizaine de mètres derrière lui.
Il l'entendit:

"Albus..."

Elle n'avait pas prit son ton habituel, non, là elle était froide, trop froide. Des larmes coulaient toujours sur son visage quand je poufsouffle répondit:
"Que veux-tu? Pourquoi tu t'obstines à venir me voir? Je peux savoir? Et ne prends pas ce ton avec moi s'il te plaît..."

Il voulait bien être indifférent, que sa voix soit normale mais elle était chevrotante, sans joie de vivre, triste, elle n'avait jamais été aussi triste. Il ne se tourna pas, il ne voulait plus se tourner, plus la voir. Ca le faisait trop souffrir. Il était toujours assis par terre les jambes pliés, la baguette dans sa main, la feuille de papier volait dans les airs en changeant de forme. Elle tournait au-dessus de sa tête. Il était toujours dans son coin, face au mur, il pleurait silencieusement... Il fit un geste gracieux avec sa baguette et la feuille de papier se transforma en cœur puis il fit un geste brusque. Le papier se déchira en deux et tomba derrière lui...
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une classe déserte

Message par : Ellana Lyan, Lun 21 Nov 2016 - 18:15


-Que veux-tu? Pourquoi tu t'obstines à venir me voir? Je peux savoir? Et ne prends pas ce ton avec moi s'il te plaît...

Sa voix est dénuée de joie de vie, teintée de tristesse, brisée. Albus me tourne le dos. Assis par terre, il fait voler une feuille de papier au-dessus de lui. Comme hypnotisée je regarde le papier prendre différentes formes comme un cercle infini qui recommencent, encore et toujours. La feuille pris soudain une forme de cœur, je la vis se déchirer et tomber en deux morceaux derrière lui.

Mon cœur rata un battement les mes yeux me piquèrent. Que se passe-t-il ? Pourquoi n'a-t-il pas tenté de m'aborder ? Pourquoi tant de mystère ? Que sait-il réellement ? Tant de question, je besoin de réponse. Je lui en veux. Il ne s'explique pas, il sait quelque chose que j'ignore. Je vois rouge.

- Ce que je veux !? Mais expliques-toi enfin ! Tu m'évites, tu me fuis ! J'aurais pu penser que tu voulais simplement t'éloigner, que tu… aimais une autre mais… Ce n'est pas ton genre ! Alors, dit moi, … Que sais-tu vraiment Albus !


L'émotion me prend à la gorge mais ma tirade est déjà terminée. Il ne sait pas combien lui parler comme ça me déchire mais soit. Ne plus dépendre de personne. Ne plus laisser personne dépendre de moi. Je grave cette maxime dans ma tête pour ne plus jamais l'oublier. Voix glaciale, ton assuré. Je crache mon venin car je suis incapable d'agir autrement. Cœur et âme durcie à l'impossible. Je ne serais plus jamais proie ni victime. C'est moi la prédatrice et je dois effacer le dernier rempart qui m’empêche d'avancer. Je dois savoir ce qu'il me cache.

Insensible. Extérieurement en tout cas. Plus personne ne pourra percer mes émotions. Même pas lui. Je ne veux plus de cette faiblesse. Pourtant, je ne suis pas sure de supporter son regard sur moi. Trop profondément ancré dans mon cœur, je doute qu'il en sorte un jour. J'ai mal. J'ai besoin qu'il parte, il règne en moi comme une épine dans mon cœur. Autrefois elle m'apportait sérénité et joie mais aujourd'hui c'est un poison douloureux qu'elle envoie en moi. Je dois m'en débarrasser, pour avancer toujours plus loin.

Je me suis abandonnée à ma mauvaise conscience depuis longtemps. Elle m'évite des souffrances pareilles et me rend plus libre que jamais. Tel un démon qui a pris toute la place de mon être lorsque l'ange est mort avec ma douleur. J'écoute cette petite voix qui doucement me transforme. Mon regard est vide d'émotion. Je doute qu'Albus reconnaisse l'Ellana qu'il essayait de faire ressortir. Je crois qu'elle n'existe définitivement plus.

Je ne suis plus rien. Juste douleur, rage et vengeance. Si je pouvais je briserais le cœur d'Albus, pour n'avoir plus rien à me rattacher, pour verser irrémédiablement dans le mal. Mais, j'en suis incapable. Détruire un être aussi honnête, attentionné et adorable dépasse mes capacités. Je ne suis pas si indifférente, si mauvaise. Je suis simplement versée dans le noir pour éviter la souffrance et réussir à feindre indifférence.

Je m'avance vers lui doucement, assurée, envoûtante. Je m'accroupis à son niveau. J'ai besoin de voir ses yeux, une dernière fois. Son souffle n'est pas régulier. Pleure-t-il ? Oh non, je ne veux pas, je suis incapable de lui faire du mal. Je pose une main sur son épaule. Mes doigts sont gelés. J'aimerais le réconforter l'apaiser, je ne sais pas le faire, je ne sais plus. Je suis incapable de l'aimer. Après ce qui s'est passé. Ça ne m'étonnerait pas qu'il se dégage. Ma main n'est pas rassurante comme je lui voudrais, elle tient plus d'un sorte de menace fantôme qui planerait sur lui.

Je m'en veux d'être si froide, de ne plus pouvoir l'aimer comme je le voudrais. Ce n'est pas tout à fait ma faute, si les choses avaient été différentes…
Revenir en haut Aller en bas
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une classe déserte

Message par : Albus Lupin, Lun 21 Nov 2016 - 19:58


Ce que je veux !? Mais expliques-toi enfin ! Tu m'évites, tu me fuis ! J'aurais pu penser que tu voulais simplement t'éloigner, que tu… aimais une autre mais… Ce n'est pas ton genre ! Alors, dit moi, … Que sais-tu vraiment Albus !

*Que sais-je? Que je ne peux plus t'aimer, te chérir, te regarder en face, être en présence sous peine que tu subisses les conséquences...*

Ellana demandait si Albus en aimait une autre, moins d'une semaine après la rentrée? Il ne pouvait s'y résoudre... Comment pouvait-elle penser ça. Si peu de temps plus tard...

Mais le pire était le ton de sa voix, elle qui était si gentille avec lui, d'une voix suave d'habitude, ce jour là c'était remplacé par une voix plus glaciale qu'un vent de Sibérie. Un silence s'installa, il ne voulait y répondre, il ne voulait plus la voir de peur de chavirer, que les plaies s'ouvrent d'avantage. Des larmes coulaient toujours sur son visage, il respirait difficilement mais il se voulait silencieux, le plus silencieux possible.

Il entendit le bruit de ses pas, elle se rapprochait. Il ne voulait pas, il aurait aimé partir loin, la bousculer et dégager le plus loin possible mais il ne pouvait s'y résoudre. Elle méritait des explications mais surtout le pouffy était figé au sol, incapable de bouger.

Finalement à porter de lui la serpy posa sa main sur son épaule. Mais ce n'était pas comme il le faisait, ce n'était pas chaleureux mais plus glacial qu'autre chose. Ca exprimait juste son impatience comme si elle était pressée qu'il parle, pour qu'elle puisse couper les ponts définitivement sans plus jamais lui accorder un regard. Sans qu'il s'en était aperçu, la verte s'était accroupi devant lui.

Il resta la tête basse, jouant avec sa baguette, des fois des larmes tombaient sur le sol devant lui, à ses pieds.

"Je sais tout, tout je te dis. De ton arrêt devant le seuil juste avant la baffe, le sortilège, la blessure dans la chair jusqu'à que tu rentres à l'intérieur quand il faisait nuit... J'étais là, j'ai fait semblant de partir pour aller vérifier que tu ne te feras pas punir... Je voulais te défendre... Vraiment... Mais je ne pouvais pas... Une voix dans ma tête me disait que si je me levait, que j'attaquais tes parents c'est toi qui prendrait encore plus... Je ne pouvais courir le risque d’aggraver encore la situation... Pourtant, j'étais à 2 doigts, quand il te frappa j'étais hors de moi puis le sortilège... Je me suis levé lentement en pointant ma baguette sur lui. Je n'ai pas encore 17 ans, j'aurais pu avoir des gros problèmes avec la justice juste pour te défendre mais je voulais courir le risque si un instant de plus ce sortilège faisait effet...  je voulais profondément lui faire du mal... Autant qu'il t'en faisait mais je me suis effondré, pleurnichant, t'écoutant crier car si j'intervenais c'est toi qui prendrait... Même sous ma cape, il m'aurait pas vu mais il ne serait que plus furieux et sa colère ne serait que plus grande pensant que c'est ta faute... Je suis désolé, tout est de ma faute... Si je ne mettais pas accoudé près de toi à la volière, rien ne se serait passé... Du coup quand je suis rentré chez moi je n'ai plus bougé de mon lit pendant plus d'1 journée pensant tantôt que c'était de ma faute, que j'aurais dû intervenir et tantôt que j'avais fait le bon choix mais venir te voir avait été ma plus grosse erreur.
J'ai donc décidé que plus jamais je ne voulais avoir affaire à toi pour te protéger, pour que tu sois plus heureuse. J'ai renoncé à toi, à jamais, je laisse à quelqu'un de plus "pur" que moi apporter le bonheur à ma serpy préférée... Un serpentard avec un sang pur améliorait la situation... Je ne suis pas digne de toi selon tes parents alors je préférais qu'on ne se revoit plus... Si tu te demandes je n'ai envoyé aucune lettre, voyant qu'il les avait toutes, une de plus et c'était la mort... Mais je ne pouvais venir te voir à Poudlard, non pas que je manquais d'envie pour tout te dire mais seulement parce que j'étais trop faible à ton égard... Je le suis toujours... Mon cœur saigne plus que je n'ai de sang, les plaies sont extrêmement profondes et je doute qu'elle se referme un jour... Je ne pouvais tout t'annoncer ainsi, en t'ignorant tu aurais abandonnée pensais-je mais c'était le contraire... Je le regrette, j'aurais dû tout te dire dès le premier jour... Désolé pour tout Ellana, désolé de t'avoir abordé, désolé d'être poufsouffle, désolé d'avoir un sang "impur", désolé d'exister, désolé..."


Albus releva la tête et la regarda en face.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Une classe déserte

Message par : Ellana Lyan, Mar 22 Nov 2016 - 20:59


Les larmes roulent sur ses joues. La souffrance est partout. Dans mon âme. Dans son cœur. Dans ma chaire. Dans ses pensées. En lui. En moi. En nous. Toujours. Il pleure et j'ai mal de le voir comme ça, de sentir sa tristesse presque palpable. Je veux l'embrasser, le serrer dans mes bras. Je suis à deux doigts de craquer. Ce qui reste de mon cœur ne bat que pour lui. Et j'ai besoin… De le voire heureux, sans moi. Que son sourire illumine son visage. J'ai besoin qu'il soit joyeux pour me sentir libre, pour que mon cœur se libère de la culpabilité qui l’anime.

Je ressens soudain l'envie irrépressible de succomber. De l'enlacer, de le serrer dans mes bras, de sentir son souffle dans mon cou, de passer ma main dans ses cheveux, de poser mes lèvres sur les siennes, … Mais cela n'est plus possible. Oh comme je regrette. Père, tu m'as tout pris et maintenant tu as trouvé le moyen de me torturer sans agir directement. Sa bouche s'ouvre, il prend la parole.

Il parle, sans cesse. Il m'avoue. Tout. Il était là. Il sait. De la baffe au sortilège. De la blessure, de ma douleur. Il sait tout et je me sens soudain vide. C'est MA vie ce qui s'est passé… C'est tellement privé que ça me fait peur. S'il le répète à qui que ce soit. Si quelqu'un s'en mêle…


-… J'ai donc décidé que plus jamais je ne voulais avoir affaire à toi pour te protéger, pour que tu sois plus heureuse. J'ai renoncé à toi, à jamais, je laisse à quelqu'un de plus "pur" que moi apporter le bonheur à ma serpy préférée... Un serpentard avec un sang pur améliorait la situation... Je ne suis pas digne de toi selon tes parents alors je préférais qu'on ne se revoit plus... Si tu te demandes je n'ai envoyé aucune lettre, voyant qu'il les avait toutes, une de plus et c'était la mort... Mais je ne pouvais venir te voir à Poudlard, non pas que je manquais d'envie pour tout te dire mais seulement parce que j'étais trop faible à ton égard... Je le suis toujours... Mon cœur saigne plus que je n'ai de sang, les plaies sont extrêmement profondes et je doute qu'elle se referme un jour... Je ne pouvais tout t'annoncer ainsi, en t'ignorant tu aurais abandonnée pensais-je mais c'était le contraire... Je le regrette, j'aurais dû tout te dire dès le premier jour…


Mon cœur pleure. Mais la colère m'enlève tout sentiment de tristesse. Comment a-t-il pu m’espionner ainsi ? Je meurs d'envie de me jeter sur lui, de le frapper. Je ne saurais pas, jamais.

- … Désolé pour tout Ellana, désolé de t'avoir abordé, désolé d'être poufsouffle, désolé d'avoir un sang "impur", désolé d'exister, désolé…

Son visage se lève vers mon et nos yeux se croisent. Doucement je m'approche de lui. D'une main délicate je lui relève le menton. Je suis à deux doigts de me fondre dans les larmes comme lui. Mais, je ne veux plus. J'ai assez pleurer. Il est temps de rebondir, de recommencer à vivre. Je dois lui rendre ce que je lui ai volé. Je dois ouvrir la cage que j'ai placé autour de son cœur et jeter la clef, pour toujours. Même si cela me brise, je dois le faire, pour lui… Le laisser s'envoler. Car le voire heureux est ma seule joie, mon seul désir.

-Albus… Regarde-toi. Il faut que cela cesse, je ne puis indéfiniment bloquer ton cœur… Regarde mes yeux. Vois-tu vraiment cette Ellana qui tu aimes en moi ? Je ne suis plus celle que tu as aimée. Je suis morte et ma renaissance est tellement différente de mon passé. Je ne peux plus t'aimer. Tu ne dois plus m'aimer. Je suis mauvaise pour toi. Je te jure que je t'ai aimé. Que j'ai tout fait pour te rendre heureux. Mais, je ne suis pas assez forte. Je ne suis pas celle dont tu as besoin pour avancer. Si tu ne me crois pas… Je peux te le prouver.


Mes mots sont horribles. Comment ais je put dire de pareilles bêtises. Mais ce n'est plus moi qui contrôle mes gestes et mes pensées. Je ne sais plus ce que je fais. Soudain, l'ancienne Ellana reprend le dessus sous mon âme noircie. Elle caresse la joue d'Albus et approche ses lèvres des siennes. Non ! Ne cède pas ! Je l'aime j'en ai besoin ! Tu vas lui faire du mal. Non, je l'aime ! Tu vas te faire du mal ! Je m'en fiche ! Mes lèvres se posent sur les siennes. Recule !!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une classe déserte

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 11

 Une classe déserte

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.