AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 9 sur 11
Devant un tableau
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
Ulysse Daiklan
Gryffondor
Gryffondor

Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Mer 13 Sep 2017 - 2:28


Elhiya & Ulysse





J’étais tranquille vous voyez.

En fait je suis obligé d’être tranquille, j’ai déjà eu ordre de réduire le sport le temps de recouvrer entièrement mes forces mais du coup j’espèrais au moins que les gens me laissent dans ma solitude. Mais non. Je révisais ma botanique lorsqu’un première année rentre dans la salle commune l’air passablement trumatisé. Qui est allé gronder une première année encore ? En plus lui il est tout gentil le pauvre.

- Heu, c’est bien toi Ulysse ? Ah non c’est pas toi, t'as les yeux marrons. Dis t’es bien en dernière année hein ?


Bah. Si c’est moi Ulysse. Cet école est bizarre.

- Heu, oui.

J’en attends un peu plus. Non parce que là je suis clairement assomé par la partie sur l’étude de la branchiflor et autres plantes aux propriétés magiques. Dur de me sortir de ça aussi simplement.

- Dis tu connais pas un Ulysse Daiklan ? Y’a une blonde, une Serpentarde je crois, qui cherche un grand blond aux yeux bleu.

Je souris au bonhomme. C’est vrai que la couleur de mes yeux peut tromper vu qu’ils changent littéralement de couleur sans aucune raison. Mais bon. J’ébouriffe les cheveux du gamin.

- C’est bien moi. Merci de m’avoir prévenu c’est gentil.

C’est seulement une fois que je le vois repartir vers ses potes que je capte ce qu’il m’a dit. C’est la description d’Elhiya ça ?! Qu’est-ce qu’elle fout ici ? Elle devait vouloir Daemon c’est pas possible. Je soupir, pose ma plume et range un peu mes affaires, vu que nos échanges semblent toujours durer une éternité avec elle. Au moins si quelqu’un a besoin de la table il pourra la prendre, bref.

Je me lève et regarde ma tenue de pyjamas. Bon haut noir, survêtement gris, ça va y’a ire, flemme d’aller me changer. Je récupère ma nouvelle baguette dans ma poche avant de m’avancer. Inconsciemment je gratte ma cicatrice quand la porte s’ouvre sur la Verte. Je m’avance et attends que la porte se referme.

- Bonsoir, tu me cherchais ?


Je m’approche un peu plus. Elle a pas l’air hyper stable sur ses pieds, c’est quoi ça encore ? Elle est au courant qu’il y a des escaliers tout autours au moins. Attendez, c’est quoi cette odeur ?.. Mais. C’est de l’alcool ? Elle est bourrée ? Sérieusement… elle va toute me les faire ?

Puis pourquoi elle est bourrée en semaine ? Et pourquoi elle vient ME voir quand elle a bu ? C’est le job de tête de nœud de veiller sur elle. Puis alors pas sûr qu’il apprécie le truc. Moi-même si Violet allait le voir quand elle est bourrée j’suis pas sûr que je le prendrais très bien. Mais bon, de toute façon c’est fait. Puis si elle vient c’est qu’il y a une raison.

Je reste quand même assez proche pour ne pas qu’elle tombe Sérieusement ces Serpentards.. A vivre dans les cachots ils ont oublié que les escaliers bougent ou quoi ? C’est déjà un miracle qu’elle soit arrivée jusqu’ici en un morceau. Je vérifie ses mains. Pas de baguette en vue ? Elle est même pas venue pour se battre… Je comprends rien.

- Eh, ça va ?


J’ai beau essayer de contenir mon ton soucieux je n’y arrive pas. Déjà elle avait pas l’air normal dans les cachots, maintenant elle vient ici complètement déchirée… Ca me ferait chier de perdre ma rivale. Surtout avant de l’avoir battue.

De loin, la scène doit avoir l’air comique. Une Serpentarde en jean, visiblement alcoolisée, face à un Gryffond en pyjamas complètement shooté par les devoirs et la fatigue.

Cette discussion promet.

LA Elhiya

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Elhiya Ellis, Mer 13 Sep 2017 - 10:58




Can you say it again?


Ils étaient combien dans cette tour immense ? Non question bête, ils étaient beaucoup, comme chez les Verts dans leur cachots, c’était donc normal que cette fichue porte s’ouvraient et se fermait bien trop souvent pour vomir des Rouges & Or inconnus. Et puis bien sur, ils n’avaient rien d’autre à faire que le jeter un coup d’œil interrogatif. Non elle ne s’était pas perdue, non elle n’avait pas besoin d’aide, oui elle voulait qu’on la laisse tranquille. Au bout d’un moment la tête blonde qu’elle avait faite appelée se montra. Toujours ébouriffé, et en pyjamas… Petit sourire moqueur, il était vrai qu’il était un peu tard, mais bon. Chacun son tour pour l’ensemble de nuit. Par contre pas de point d’égalité sur le coup, y’avait pas de nounours sur ses vêtement à lui. Par contre ce n’était pas franchement ce qui venait de la frapper à l’instant.

Pour une fois que le garçon était face à elle et assez proche, la blonde réalisa qu’en fait il n’avait pas la couleur de prunelles qu’elle avait surpposée. Sur la pointe des pieds pour mieux voir, plantant ses opales dans les siens, réduisant l’espace entre eux, elle esquissa une moue boudeuse.


« Bordel t’as pas les yeux bleus! J’avais cru ! Mais c’est quoi cette couleur ? Du vert ? Du gris ? du noisette ? Un mélange ?  Non franchement, tu pouvais pas faire un effort et les avoir bleu ? Pas entonnant que j’ai dû poireauter autant de temps ! »

Reposant les pieds au sol, elle soupira doucement, et fourra ses mains dans ses poches. Stylos, rayons et autres outils de dessin toujours présent, elle allait les lui rendre, avec sa douceur habituelle quand un autre rouge passa dans le coin pour rejoindre sa salle commune. Décidément, ce couloir était trop fréquenté, et tomber sur son petit copain ou sur Aria à l’heure actuelle ne faisait pas parti de ses projets. Pas envie de se taper une leçon de morale car sur un coup de tête noyé sous des effluves de spiritueux, elle avait décidé de s’enquérir de l’état d’Ulysse, enfin de Machin, enfin de l’autre abruti en pyjamas quoi…

En plus, comble de la bêtise, c’était lui qui lui demandait si ca allait. Non franchement, s’il commençait à virer Poufsouffle refoulé lui aussi, ça allait être compliqué. Roulant des yeux d’exaspération, Elhiya lui agrippa la main sans plus de procédure, se moquant royalement du fait qu’avoir ses doigts entremêlés aux siens pouvait paraitre relativement déplacé aux vues de leur relation habituelle. Et, l’avait embarqué dans les escaliers pour descendre quelques étages


« Ouai ca va, et ouai je voulais te voir, mais on bouge d’ici avant de devoir se taper le defilé de ta maison »

Le ton était peut-être un peu froid, question d’habitude. Ca tranchait pas mal avec la prise qu’elle gardait sur lui jusqu’à ce qu’ils atterrissent sur dans un couloir au 4éme étage, vide, peu éclairé. D’un soupire toujours agacé, sa main avait lâché la sienne, et lui avait rapidement fourré son matériel de dessin dans les bras. Geste trop abrupte, mais au moins n’était-elle pas venue le menacer avec sa baguette. Donc, il ne pouvait pas se plaindre… Enfin, en ce qui concernait les crayons en tout cas… Maintenant qu’il les avait, la blonde n’avait plus qu’à partir, après tout, elle ne voyait pas trop quoi lui dire, sauf que s’était sans compter avec la faculté bien trop communicatif que lui fournissaient les grammes d’alcool qui courraient dans son sang. Et cette exaspération de ressentiments.

D’un geste léger, deux de ses doigts avait parcouru la trace laissé par une des flèches qu’elle lui avait jeté pour l’immobiliser. Cet abruti n’avait même pas esquivé le projectile, pourtant ca aurait été simple de se baisser ou se décaler. Ce garçon était déprimant. Nouveau soupire alors que sa prunelle claire regardait la danse de ses doigts qu’un éclair de lucidité força a arrêter.


« T’aurais franchement pu mieux te défendre »

Un reproche, même temps à quoi pouvait-il s’attendre de la part de la petite serpentarde. Ca relevait déjà du miracle qu’elle ne lui ai pas prononcé ces quelques mots en le frappant… par contre, espérer qu’elle s’arrêterait-là était désormais au rang de l’utopie. Sur le même ton semblable à une mère en train d’houspiller son gamin, la blonde avait repris, ne lui laissant pas le temps de dire un mot

« Non franchement, que tu hésites la première fois à répliquer, pourquoi pas, on met sur le coup de la blondeur. Mais après.. Sérieusement, à quoi tu jouais ?  T’attendais clairement que je t’achève ? En plus…. Cette flèche elle était facile à esquiver ! Faut franchement que je te donne des cours particulier ma parole ? Et si.. »

Elhiya s’était interrompu, se pinçant l’arête du nez, ne croyant pas ce que l’alcool était en train de lui faire dire. Pourtant, cette simple petite idée n’avait eu de cesse de la suivre pendant ces jours, la troublant un peu

«.. Et si t’avais perdu connaissance avant que les secours arrive ? «

Bon voilà, la pointe d’inquiétude qu’elle ne voulait pas qu’il décèle chez elle venait tout simplement de se déverser sur ses bouclettes blondes sans crier gare. Pourtant, ce n’était que lorsqu’elle l’avait vu fondre sur le sol que sa colère s’était étouffée. Certes ils n’arriveraient jamais à s’entendre pour des raisons très puériles. Mais malgré tout, elle n’avait pu s’empêcher de paniquer un peu dans le cachot… Un peu… Suffisamment pour lui transférer le peu d’énergie qu’elle avait, mais ca il l’ignorait




Dernière édition par Elhiya Ellis le Jeu 14 Sep 2017 - 8:05, édité 2 fois (Raison : ajout entete)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 14 Sep 2017 - 0:00


Elhiya & Ulysse




Au nom de dieu cette haleine. Elle se rapproche juste devant moi avec son haleine pleine d’alcool à dix centimètres de ma face, pour m’engueuler en plus. Autant la bouille qu’elle prend est mignonne, autant l’odeur viens de me couper tout appétit pour au moins… Wāh, au moins une heure.

Je pose mes mains sur ses épaules et la fait redescendre sur ses pieds.

- La couleur change toute seule. Je ne sais pas pourquoi je sais pas comment, c’est aussi simple que ça.

Après ma question plusieurs autres Gryffonds hésitent à donner le mot de passe devant la grosse dame. Puis la Verte semble mettre son temps à…. Ah bah très bien ok, elle me prend la main et me dire dans les couloirs dans le plus grand des calmes. J’évite de songer au fait que Daemon n’était pas dans le dortoir et que s’il me voit main dans la main avec sa copine aller dans des coins chelou du château, je vais finir par-dessus la rambarde.

Elle finit par me répondre sur la route. Le défilé de ma main ? Woh, elle doit être vraiment finie. Mais c’est encore plus bizarre parce, niveau odeur, je sais qu’elle a bu mais niveau comportement ça va encore. Genre elle me parle toujours aussi bien vous voyez donc ça passe.

Une fois arrivés dans un couloir presque désert, elle se retourne et me lance presque mon matériel à la figure.

- Eh c’est trop cool ! J’ai failli aller me les racheter merci ! Tu les as retrouvés où ?


J’ai un immense sourire et vérifie que tout est là. Boarf pas grave ça se trouve elle a pas tout retrouvé. Je me demande vraiment où c’était, bon pas grave. Décidément, la bière la rend tactile. Pendant que je commence à ranger les feutres dans mes poches elle me prend le bras et commence à regarder mes cicatrices. Elle a les mains douces.

-T’aurais franchement pu mieux te défendre.


Je fronce les sourcils. Non, bah non. Pourquoi elle veut ça ? Mieux me défendre aurait revenu à la blesser. J’ai voulu lancer des protego mais ses sorts étaient plus rapides. Je pousse un soupir en passant ma main dans mes cheveux. Elle ne me laisse même pas le temps de répondre avant d’enchainer. Mais ?... Je me fait vraiment gronder parce que je lui ai pas fait mal en retour ? C’est quoi ce délire encore.

Je la vois hésiter sur sa dernière phrase et se pincer l’arête du nez. Je prends sur moi pour ne pas l’interrompre, je suis pas à ça près, je peux prendre mon mal en patience.

-.. Et si t’avais perdu connaissance avant que les secours arrivent ?


Sa voix tremble légèrement. C’est donc ça. Bizarrement je me détend, je sens mes épaules légèrement s’affaisser. Donc j’avais raison. C’est étrange comme la voir comme ça me fait mal au cœur. Elle est où ma rivale combative et tranchante là ? Je pose gentiment ma main sur sa tête en souriant avant de passer derrière elle et de m’adosser au mur. Je sens que cette discussion va être longue. J’essaie de prendre une voix basse qui va pas la brusquer. Il manquerait plus que je la braque et qu’elle le prenne mal.

- Alors, déjà, je ne jouais pas. Je vois juste pas l’intérêt d’essayer de te battre si t’es pas toi-même. C’est comme si là, maintenant, je commençais à te lancer des sorts alors que je sais que t’as bu. Aucun honneur. Aucune fierté.

Je prends une grande inspiration et regarde moi-même ma cicatrice, puis passe la main sur mon cou où se trouvait la brûlure. C’est vrai que j’ai failli y passer ce soir-là. C’est d’ailleurs étrange que ça ne se soit pas fait, c’est comme si j’étais pas arrivé à mourir.

- Puis tu sais j’ai essayé d’esquiver. La boule de feu je m’y suis pris trop tard et la flèche j’ai réussis. J’avais juste pas vu qu’il y en avait trois c’est tout…

Je sais. Je sais que normalement je devrais l’envoyer chier, être en colère. La faire culpabiliser même, elle le mériterait. Mais j’ai l’impression qu’elle a pas besoin de ça. En plus elle m’a rendu mes crayons, c’est bien une preuve de bonne foi non ? Puis, si à chaque fois qu’elle me voit elle est pas en forme, c’est mort pour nos duel de d’habitude.

-… Et si les secours n’étaient pas arrivés ça aurait été de ma faute d’avoir sous-estimé mon adversaire. J’ai été assez bête pour baisser ma garde, et tu en a profité, c’est normal. Okay ? Puis apparemment, j’ai un ange gardien qui refuse que je meurs, c’est plutôt cool non ?

Oui. Oui ça m’arrache la gueule de dire ça. Parce que clairement, j’ai pas baissé ma garde et en plus tout ça reviens à avouer que j’ai perdu. Bon de toute façon je lui ai dit pourquoi je n’avais pas répliqué correctement. Je fronce les sourcils en attente de sa réaction, et surtout pour voir si j’ai réussis à la calmer un peu. Mais une pensée me trotte dans la tête en réalisant que je suis en train de réconforter ma rivale.

Le choixpeau aurait dû m’envoyer chez les Pouffsoufle.


LA Elhiya

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 14 Sep 2017 - 10:29




Can you say it again?


Trop enthousiaste, ce garçon était pire qu’elle, il arrivait à être content quand on lui rendait un pack de stylo qu’il avait oublié, juste des feutres.. Qu’elle lui fourrait elle dans les mains. A la limite si c’était quelqu’un d’autre la blonde aurait compris, mais là ça dépassait l’entendement. Il se rappelait qu’ils étaient censés ne pas s’entendre ? Visiblement non… Et puis… Une tape sur la tête ? Vraiment ? Comme à une gamine de 10ans qu’on devait rassurer ? Et c’était elle qui avait des élans d’affection quand elle avait un verre de trop dans le nez ? La blondinette lui avait adressé un regard dubitatif, ne comprenait pas trop ce qui lui prenait. Techniquement il était censé l’envoyer paitre, pas essayer de la réconforter.

Les quelques mots choisis par le blond, arrachèrent à la verte une légère moue boudeuse. L’honneur, la fierté n’avait rien à voir dans leurs échanges habituels, sans quoi ils se diraient bonjour normalement comme tout un chacun. Et puis, son état dans les cachots n’avait rien de bizarre, c’était plutôt l’inverse. Elle était elle-même, entièrement, sans les barrières des convenances, sans les limites instaurées par des gens qu’elle ne connaissait même. Juste elle, lasse de se contraindre à faire semblant... Un soupire lui échappait, Ulysse se trompait, il ne la connaissait pas et ne pouvait pas se permettre de juger quel était réellement son état normal.

L’envie de lui couper la parole et de le lui rappeler qu’il ignorait tout d’elle l’avait démangée. Sa bouche s’était entrouverte pour l’interrompre, mais s’était vite ravisée car le blondinet frôla le reste de brulure provoquée par le sortilège de feu. Nouvelle grimace ce sort n’était pas sensé l’atteindre à l’origine, pas plus que les projectiles... Super, elle qui tachait de ne pas culpabiliser en se disant que le Rouge et Or l’avait bien mérité après tout, c’était un peu loupé.. Nouveau soupire, nouveau roulement d’œil au plafond, c’était qu’il en devenait exaspérant. Elle n’était pas venue pour qu’il vienne dire que tout était de sa faute ou quelque chose dans la même lignée, elle était venue pour lui rendre son matériel de dessin, et voir s’il récupérait correctement même si ça lui coutait de s’en rendre compte.

Alors ses belles paroles de comme quoi il avait baissé sa garde, qu’il avait éventuellement sous-estimé son adversaire, il pouvait se les garder, elle n’en voulait pas. D’un claquement sonore de la langue, Elhiya gratifia son interlocuteur d’un regard qui se voulait dur, yeux plissés, mais trop compliqué d’arriver un minimum de sérieux avec le taux d’alcoolémie qui courrait dans ses veines. Aussi, sa tete blonde s’était contenter de dodeliner, affichant une moue contrariée d’enfant, joues gonflées


« Pffffff ! C’est n’importe quoi ! T’es nul tu ne sais pas esquiver voilà tout ! Puis mon état était normal, alors ta fierté tu peux te la carrer où je pense hein ! Puis les anges gardiens ca existent pas faut arrêter de rêver. Tu crois quoi ? Que Morgane est tombée du ciel comme ça Pouf dans la salle de classes de cachots juste pour tes jolis yeux ? Redescend un peu de ton nuage tu veux... »

Hors de  de question de lui raconter ce qui s’était précisément passé, d’ailleurs, la Verte ne savait même pas pourquoi elle restait encore face à lui à lui parler.. A si.. ce fichu verre de spiritueux de trop.. Sa soirée avec son cousin aurait dû lui suffire et lui faire apprendre qu’elle avait la fâcheuse manie à causer beaucoup, trop dans ces cas là.. Tant pis, de toute façon, ce n’était pas comme si elle pouvait contrôler entièrement le flot de ses paroles ou tous ces gestes à l’heure actuelle. Aussi, un sourire moqueur sur les lèvres, Elhiya avait continuer, ne faisait même pas cas de ce qu’elle voulait garder juste pour elle

« Faut pas être super intelligent pour faire la bonne déduction. J’avais que toi et moi dans ce cachot, y’a pas eu d’intervention divine désolée de te décevoir. Même un dragon aux yeux bleu (Atk 3000/ Def 2500… :D ok j’ai rien dit, je regardais pas YugihoXD) pas les gens au sol, surtout quand ils sont déjà à moitié inconscient. T’es juste vraiment trop bête de m’avoir balancé qu’un sortilège de transe ! J’pouvais pas... »

Une seconde de pause, le temps de détourner les yeux, et fourrer ses mains dans ses poches de vete. Car là, ça lui coutait vachement à la blondinette d’avouer qu’elle avait faiblement commencé à se dire que s’il perdait connaissance il ne se relevait surement pas. Et que ce n’était pas le but cherché, enfin pas de base… Tiens un crayon caché ! Elle releva le nez abruptement, lui fourrant le nouveau crayon dans les mains et planta ses opales ternies dans les siennes serrant la machoire une fraction de seconde

« .. J’pouvais pas te laisser tomber dans les vapes tout simplement ! Tiens, c’est à toi aussi ça ! »

Ok manœuvre d’évitement plus ou moins réussi. Elle lui avait filé son feutre, et recalé ses mains dans ses propres poches c’était déjà pas mal. Maintenant fallait s’y tenir et pas claquer un « j’suis désolée » en lui faisant un câlin alors que c’était un peu ce qu’elle s’apprêtait à faire à l’origine quand il était sorti de sa salle commune. Ouai ouai y’avais pas mal de faille dans la carapace et le masque de la petite vipère, elle le savait, mais lui pas vraiment

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 14 Sep 2017 - 12:44


Elhiya & Ulysse



C’est fou ce qu’elle peut être agaçante.

Je croise les bras et l’écoute parler. Et dieu sait qu’elle parle beaucoup. En temps normal je serais hyper attentif et prêt à répliquer n’importe quoi, mais j’ai toujours pas entièrement récupéré et en plus elle fais des têtes de poupée qui la décrédibilise totalement. Essayez de vous faire engueuler par une Barbie bourrée, vous comprendrez où est le problème.

Son état normal ? Oui oui bien sûr. Puis à défaut de Morgane qui est venu pour mes jolies yeux, c’est elle qui est arrivé. Et si, bien sûr que si un dragon achève son adversaire quand il est au sol. Elle déblatère n’importe quoi là. Bon je vais pas le lui dire parce que je risque de mourir encore une fois.

Ah mais ok d’accord du coup c’est elle qui m’a soigné. Je me sens un peu con en entendant cette information. Et piqué dans mon égo. Se faire sauver par la personne qui manque de vous tuer, c’est assez rabaissant. Bref, t’façon.

- Merci.

Je serre la mâchoire après avoir dit ça. Je préfère dire merci pour des stylo que pour ce genre de trucs sérieux. Bon. Je récupère le stylo qu’elle me refourgue et le met avec les autres. Quoi dire de plus. Je la regarde d’un air profondément sceptique. Bon, vous voyez un parquet recouvert d’œuf ? bah je m’apprête à marcher dessus avec des rangers de militaire là.

- Mais tu me fera pas croire que c’était toi. T’es pas capable de t’encombrer d’un bonjour quand on se croise, et tu vas me faire croire que t’es venu me lancer des sorts juste pour me soigner après ? J’suis peut-être blond mais quand même.

Je déglutis. Je sens que la suite va pas lui plaire parce que je vais passer pour un mec hyper ingrat mais tant pis. Je décolle mon dos du mot, poste une main sur ma hanche et lui fait une pichenette sur le front de l’autre.

- Donc, petit dragon, tu pouvais parfaitement me laisser tomber dans les vapes. Si tu ne l’as pas fait, c’est que t’as pas voulu. Après pourquoi, ça c’est à toi de voir.

Je hausse les sourcils et penche la tête sur le côté. Quoi qu’il y a bien une raison qui aurait pu la pousser à m’avoir soignée. Bon vu qu’elle vient ici pour me dire que j’ai été con de me laisser faire, je suppose que mon idée est fausse mais bon. Je la lance en l’air, j’suis plus à ça près.

-A moins que t’ai fait ça juste pour pouvoir recommencer plus tard. Si c’est ça : vise le prochain bras la prochaine fois, au moins ce sera symétrique.


Je fais un sourire en espérant qu’elle ne prenne pas mal mon humour. J’ai envie de partir, vraiment très, très envie de partir. Mais elle n’a pas l’air très capable de se débrouiller toute seule, pf je sens que c’est bibi qui vais devoir la raccompagner au cachot pour éviter qu’elle tombe dans les escaliers. Je grimace à l’idée de tomber à nouveau sur son cousin si c’est le cas. Il va croire que c’est de ma faute encore. De toute façon j’ai pas le choix, soit je devrais demander à Jace, soit je devrais demander à… Élius… ERK. Je préfère encore l’autre psychopathe.

Pf. Encore une bonne soirée en perspective.



LA Elhiya

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 14 Sep 2017 - 14:56




Can you say it again?


Merci ? mais merci de quoi ? Merci de l’avoir mis en vrac ? Merci d’avoir gagné des cicatrices ? Merci d’avoir failli lui faire perdre connaissance. Quelque chose ne tournait pas rond dans la logique de ce garçon, et heureusement que la blondinette était trop alcoolisée pour se focaliser dessus, sans quoi il aurait été bon pour un nouveau sort en guise de « mais je t’en prie Lyly ». Mais comme il venait à grand coup de suspicion, un soupir de soulagement s’échappa de la blonde. C’était mieux ainsi, qu’il en vienne à refuser de la croire, c’était nettement plus simple. Non pas que son opinion l’intéressait ou pouvait la toucher, mais juste que les justifications, les explications c’était réellement pas son truc. De toute façon, elle n’était même pas en état pour.

D’ailleurs si elle avait été sobre et en forme, sa pichenette sur le front aurait eu droit à un meilleur retour qu’une simple tape du revers de la main. Et là, de suite maintenant, elle était en train de regretter de ne pas l’avoir achevé dans ce cachot détrempé, comme si elle avait besoin de chercher les raisons du pourquoi du comment elle avait préféré lui refourguer ce qu’il lui restait d’énergie au lieu d’abréger ses souffrances.   De toute façon, vu son taux de réflexion, autant oublier avant d’aboutir à une conclusion totalement stupide.  Un peu comme sa supposition. Quoi qu’en fait, au final ce n’était pas trop mal comme excuse.  D’un simple sourire en coin, Elhiya avait haussé les épaules sans siller un seul instant, le fixant sans vraiment trop savoir que répondre.


«  J’sais pas. On s’en tape du pourquoi, et fait pas chier, avec ce détail tu veux... »

De toute façon, maintenant qu’il avait ses stylos et ses feutres, maintenant qu’il semblait avoir récupérer un minimum de répartie,  la Verte et argent n’avait plus besoin de gaspiller son temps avec lui pour le moment. Dodelinant de la tête, elle inspira profondément, fermant les yeux une fraction de seconde, c’était qu’en fait elle s’était inquiété durant tous ces jours sans vraiment vouloir se l’avouer. Désormais quelque peu rassurée, ses épaules s’affaissèrent et la commissure de ses lèvres concédèrent enfin à lui adresser un sourire plus complet. Elle dodelina de la tête et reprit un peu moins abruptement

« Si t’arrives à faire des blagues aussi pourries c’est que tu vas mieux, du coup, j’ai plus rien à faire là »

Partir était simple, il suffisait de tourner les talons, et suivre le décale d’escaliers pour retourner au rez de chaussées. Mais fronçant un sourcil alors qu’elle s’était décidée a partir, un petit quelque chose qui avait tendance à prendre pas mal de place à cause de l’alcool, la poussa à enrouler ses bras au tour du blondinet, le gratifiant d’une étreinte qu’elle aurait bien du mal à justifier si quelqu’un la surprenait ainsi blottit contre le Rouge et Or.

Resserrant doucement sa prise, Elhiya soupira, en fait, pas besoin d’expliquer pourquoi elle ne l’avait pas achevé, de toute évidence, elle n’en était pas, capable. Le coté poufsouffle bien trop présent depuis le début de l’année, ça l’agaçait au plus haut point…. Fermant les yeux quelques seconde, le temps qu’elle le garde dans les bras, la blonde lui souffla quelques mots


« La prochaine fois… t’as plutôt intérêt à être à la hauteur … Je ne comptes pas te sauver la mise éternellement…»

C’était beau de proférer des menace tout en câlinant quelqu’un… La crédibilité en prenait un sacré coup, là. Mais tant pis, la blonde s’en moquait. Si elle avait voulu la conserver, elle l’aurait laisser disparaitre noyé dans son propre sang. Relevant le nez vers lui, réalisant que la proximité était un peu trop présente, Elhiya lâcha sa prise et recula d’un pas pour prendre conges du blond non sans un dernier sourire moqueur

« Au fait, les pyjamas nounours c’est plus classe au passage, penses-y prochaine fois »

Bah quoi, pour une fois que c’était lui qui était en ensemble de nuit, normal qu’elle en vienne a faire une remarque avant de partir. Quoi que là pour partir, c’était mal barré, l’escalier avait visiblement tourné pendant qu’elle bavassait un peu trop, et a part le vide, rien d’autre n’était disponible pour quitter l’étage

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 14 Sep 2017 - 16:02


Elhiya & Ulysse





Heu non, ouai mais non pas du tout genre vraiment pas. Genre vraiment, vraiment pas, le malaise puissance dix mille. Heureusement qu’il n’y a pas de fantômes aux alentours parce que je serais vraiment au bout de la gênance.

Qu’est-ce qu’elle fait là ? M*rde je rougis. Heuuu je dois pas avoir l’air débile là, les bras ballant pendant que l’autre a décidé de passer en mode bisounours. Rha mais pourquoi elle fait ça ? Je réfléchis activement à comment me libérer quand elle le fait d’elle-même. Nom de dieu je me sent respirer à nouveau.

Mieux me défendre ? Mais… Elle abuse là, j’lui ai déjà dit que ça servait à rien. Ouai attaque moi quand t’es normale je me défendrais mais là ça sert à rien. Je lui réponds sans même m’en rendre compte.

- T’façon je comptais m’acheter un pyjamas dragon…

Ma voix est complètement éteinte. Je suis en bug total. Genre vous voyez un ordi mort ? Bah vous le branchez à l’électricité, vous lui lancez de l’eau dessus. Je la vois s’en aller sans aucune réaction autre que lui parler de mon pyjamas dragon. En fait je ne me réveille qu’au bout de quelques secondes, quand je la vois s’approcher du vide.

- Minute papillon.


Je m’avance vers elle et la tire par le col en arrière jusqu’à une distance que je trouve raisonnable pour quelqu’un de bourré.

Par principe je me place entre elle et l’escalier disparut afin d’éviter catastrophe et la fixe. Je dos vraiment la fixer longtemps. Mais je n’arrive pas à arrêter mon cerveau je veux dire, un câlin ? C’est le truc qui achève de m’inquiéter. Surtout qu'elle m'a précisé je cite " on s'en tape du pourquoi". Bah non, on s'en tape pas non. Ca se trouve elle a vraiment des gros soucis, genre qu’elle peut pas en parler ni à sa famille ni à ses mais ni à tête de nœud. Genre vous savez les trucs vous pouvez pas le dire à vos proche, genre quand t’es gay. J’allais lancer un « T’es lesbienne ?! » avant de me souvenir qu’elle est avec l’autre machin. Bon déjà c’est pas ça.

- Mon dieu Elhiya j’en reviens pas de dire ça mais si y’a un truc grave que tu peux en parler à personne j’peux ptetre t’aider tu sais.

Je fronce les sourcils et pose une main sur son front. Puis vais prendre son poignet comme pour prendre son pouls avant de me rendre compte que… AH. Je sais pas prendre un pouls, Mer**.

- T’es malade ? Genre normal ? Grave ? T’es devenue alcoolique ? Ou tu prends de la drogue ?


D’autorité je remonte sa manche le long de son bras pour vérifier les veines… Non rien, pourtant ça expliquerait à peu près tout. Son agressivité, pourquoi elle est devenue hyper agressive pour rien. Bon on se chamaille toujours pour rien mais d’habitude ça ne part pas aussi loin, aussi tard. Puis je comprendrais pourquoi elle voudrait pas en parler à sa famille ni à Stebbins. Surtout lui, pour un mec y’a pas pire qu’apprendre que sa meuf est devenue droguée. Enfin si y’a toujours pire, genre apprendre qu’elle est…

- T’es enceinte.

Je dis ça d’une voix mortellement sérieuse. Ca aussi ça expliquerait tout, après tout y’a de quoi devenir alcoolique si ça arrive. Puis les hormones tout ça. Je dis ça comme une affirmation même si c’en est pas vraiment une, j’espère vraiment qu’elle va me contredire. Non parce que l’idée d’avoir fait un duel contre une femme enceinte me rebute. Et l’idée de finir Poudlard sans avoir pu battre correctement ma rivale me donne envie de vomir.

Je plante mes yeux dans les siens à la recherche de la vérité, les yeux légèrement écarquillés sous l’instant de panique que je suis en train de vivre.

Respire Ulysse. Tout va bien se passer.

LA Elhiya

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 14 Sep 2017 - 16:58




Can you say it again?


Bah il lui prenait à la tirer en arrière apres avoir parlé de son futur pyjamas avec des motifs de dragon ? Il voulait un autre câlin ? Non pas que la blonde dirait non, mais ça serait un peu gênant quand même, deux câlins à la suite, comme ça, sans vrai raison, ou du moins sans raison valable énoncée, elle allait finir par rougir. D’ailleurs, il avait les joues rouges ou c’était encore un coup de son ami l’alcool ? pas bien sur de ce que ses yeux lui faisaient voir avec un début de tête qui tournait Elhiya fixait le Rouge & Or qui était venu se mettre entre elle et le vide. Il avait eu peur qu’elle ne voit pas l’absence de l’escalier ? Hannn trop mignon ! Non… Pas trop mignon c’est Ulysse, il n’est pas supposé être mignon, vite chasser cette idée saugrenue de son esprit, en secouant la tête vivement de gauche à droite. Mauvaise idée, elle le savait en plus qu’il ne fallait pas gigoter dans tous les sens juste après avoir bu, ça lui filait presque la migraine, et surtout, le sol avait tendance à danser seul sous ses pieds

*Oula*


Et le pire c’était la tonne de question que l’autre abruti n’avait de cesse de lui poser. Mais c’était quoi son souci franchement ? Elle avait essayé de l’envoyer 10 pieds sous terre, et lui, il lui proposait de l’aide ? Juste car dans un élan débile d’inquiétude elle avait voulu savoir s’il se remettait bien de ses blessures ? Fallait pas pousser quand même, elle ne cherchait pas une oreille pour s’épancher, ni une épaule pour pleurer, elle avait son cousin pour ça. Par contre là, elle avait bien besoin que le plancher cesse de tanguer dangereusement sous ses pieds. Quelle idée d’avoir remuer la tête hein ? Tant bien que mal, la blonde avait pris brièvement appui sur le Gryffondor en pyjamas, posant sa main sur sa hanche pour essayer de se positionner par rapport au sol. Voila, plus rien ne bougait c’était mieux, elle pouvait en revenir à ce qu’il racontait. Il avait une imagination débordante quand même

En plus, il lui avait pris le bras pour regarder sous sa manche de veste, lui arrachant un soupire d’exaspération. Pourquoi il en venait à s’inquiéter au juste ? Que quelqu’un lui explique la logique des évènements là ! et puis... C’était quoi cette affirmation. ? Elhiya avait tellement rougi qu’elle aurait pu être un phare lumineux en plein milieu des ténèbres que c’était la même chose. Au moins, d’un coup d’un seul, sa tête avait arrêté de lui tournait et elle avait écarquillé les yeux sous la surprise avant d’arriver à articuler quoi que ce soit


« Mais ça va bien oui ? Je t’en pose des questions moi ? je te demande la réelle raison qui fait que tu n’as pas été fichu de me balancer un seul vrai sort d’attaque ? Ouai ouai la fierté l’honneur tout ca…. Comme si t’étais crédible… Tu m’as balancé un put*in sortilège de Transe quand j’étais à terre !  Puis c’est quoi ce ton quasi soucieux que t’as pris tout à l’heure ? ok j’ai bu, je reviens d’une soirée, mais je ne suis ni sourde ni aveugle ! Mais sinon, non, je ne suis pas malade, je prends rien d’illicite, et je suis encore moins enceinte. J’ai 17ans bordel, et dans tous les cas ca risque pas d’être possible ! Et puis je ne vois même pas pourquoi je me justifie au prés de toi, t’es ni mon copain, ni un de mes potes ! »

D’où venait ce trop-plein de sollicitude d’un coup ? Qu’est ce que son état pouvait bien lui faire de toute façon ? c’était le câlin qui le perturbait, Le fait qu’elle lui ait ramené ses feutres ? L’idée qu’elle ait eu besoin de vérifier qu’il allait mieux ? Ca servait à rien de tergiverser, sinon ca allait prendre des heures. D’un soupire exaspéré, Elhiya tira le garçon à elle par son t-shirt pour qu’il ne reste pas au bord et planta ses yeux dans les siens, se mordant inconsciemment la lèvre inférieure

« Tu fais chier quand même ! La seule raison de ma présence ce soir c’était que je voulais vérifier que tu te remettais bien. Pourquoi ? car t’es ce genre d’abruti qui préfère se soucier de son adversaire que de lui-même alors qu’il se vide de son sang car il n’est franchement pas doué ! Alors ouai, de moi-même, sans cette soirée en ville, je ne serai pas venue te parler, car au cas où tu l’aurais toujours pas capté, je ne suis pas censée avoir une once de sympathie pour toi§ C’est bon ca répond à tes questions ? »

Le ton s’était un peu élevé au final, en même temps il l’avait irrité avec ses question stupides. Par contre, elle avait bien repéré que juste avant, quand elle l’avait pris dans ses bras il s’était figé. Elle réitéra l’opération, se blottissant une nouvelle fois

« Et pour ce genre de chose, c’est juste…. Car en fait je suis soulagée que ça aille… c’est bon ? interrogatoire fini ? »  

Elle avait relevé le nez avec un demi sourire en coin, trop câline avec l’alcool, elle le savait aussi, généralement c’était plutôt son cousin qui subissait ce genre de traitement, mais bon tant pis…. Dey aurait une raison pour lui faire la morale pour une fois, enfin a condition qu’il l’apprenne


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 14 Sep 2017 - 21:40


Elhiya & Ulysse




«…. ca risque pas d’être possible » erk, merci mais je voulais pas savoir.
Par réflexe je grimace en entendant cette information parce que clairement, savoir quoi que ce soit à propos de la vie sexuelle et par extension : celle de Stebbins... Meh, non merci. Elle me tire par le tee-shirt, oh décidément l’alcool la rend beaucoup trop tactile. Vraiment, heureusement que l’endroit est désert parce que ce serais vraiment compliqué d’expliquer ça à qui que ce soit.

Elle décide de me regarder sérieusement mais c’est un peu raté, dû au fait qu’elle était rouge comme pas permit deux secondes auparavant, et encore bien éméchée. Ahhhhh mais elle s’inquiétais juste. Mais fallait le dire j’lui aurais directement dit que tout allait très bien.

Elle me refait un câlin. Sérieux ? Je redeviens au moins aussi rouge qu’elle l’était il y a i minutes.

-… c’est bon ? interrogatoire fini ?

Oulah faut faire quoi là ? Donc elle me sourit et je tente de faire pareil mais ma tête doit juste vouloir dire ‘’ JE NE SUIS ACTUELLEMENT PAS A L’AISE.’’ Bon tant pis. Si elle veut faire l’enfant bisounours, je vais pas lui jeter la pierre. On va mettre ça sur le compte de ce qu’elle a bu. Non parce que si elle vient me faire des câlins en étant parfaitement lucide, là je crois que vous me retrouvez par terre en PLS pour réfléchir au sens de la vie et de l’univers. Je lève mécaniquement la main et viens tapoter le haut de son crâne. Mon dieu même ça c’est pas naturel.

- Heu oui bah oui du coup heu.. ça va bien.


Wow quelle éloquence. Quelle aisance, c’est magnifique. Un véritable dramaturge n’aurait rien eu à envier à ce que je viens de dire. Donc heu répondre a ses questions. J’espère que mon rougissement est passé parce que sinon je vais avoir l’air au moins aussi crédible qu’elle.

- Donc heu… je n’ai pas répliqué parce que je m’y attendais pas. A la base j’étais pas venu pour me battre, pis sur la fin j’me suis dit que c’était le meilleur moyen d’arrêter le truc sans te blesser si t’étais pas toi.

Je pousse un soupir et enchaine rapidement parce que je sais déjà ce qu’elle va me dire.

- Et je me fiche que ça ait été vrai ou non. Si y’avais un doute, je vais pas t’attaquer si c’est quelqu’un qui te manipule quand même ! Surtout que j’sais pas si t’a remarqué j’étais pas dans le meilleur état du monde donc c’est à peu près tout ce que je pouvais faire.


Le lève les sourcils au ciel et lui lance un sourire mutin. Pas une once de sympathie uhuh? Je vais pas me gêner pour la taquiner dessus.

- Après tu sais, si tu voulais pas me laisser crever parce que tu m'aime bien, tu peux le dire aussi hein. Promis je le dirais à personne.

Je me retiens de lui faire un clin d'oeil parce que là par contre, je me ferais taper. Le silence s’installe. Et j’ai vraiment l’impression d’être observé c’est un truc de fou. Oui je deviens paranoïaque mais voilà. Je m’éclaircis rapidement la gorge et détache ses bras de mon corps.

- Heuuu non pas que ce soit désagréable mais j’ai pas tellement envie de me faire casser la figure. Enfin pas ce soir en tout cas.

Surtout si ton abruti de copain nous trouve comme ça je vais définitivement y passer.

Bon ça c’est dans ma tête mais quand même, c’est plutôt vrai. Ca, et le fait que Violet n’apprécierai certainement pas que je me fasse câliner par des jolies blonde bourrées à la tombée de la nuit. Puis aussi, j’ai pas envie de jouer les briseurs de couple, j’me sentirais hyper coupable après ça. En plus l’autre abruti d’asiat a l’air vraiment mordu, vu comment il était complètement soumis à l’infirmerie, c’est un coup à avoir tout leur espèce de clan sur le dos... Non merci, ça ira.

Je tourne la tête et vois que l’escaliers n’est toujours pas revenu. Rhaaaaa. Bon bah.

- Viens on va s’assoir le temps que le machin revienne.

Je vais m’adosser contre le mur et me laisse glisser jusqu’au sol. En la regardant ça me rappelle notre première rencontre à la volière. Je lui lance un sourire mutin, j’espère qu’elle ne va pas m’attacher de nouveau. Pour m’occuper un peu je sors l’un de mes feutres de ma proche pour jouer avec. Je suis quelque peu soulagé de voir que c’est en bon état, non parce que ça coute cher ces c*nneries quand même.

LA Elhiya

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Elhiya Ellis, Ven 15 Sep 2017 - 10:14




Can you say it again?


Un simple regard sur le blond avait suffi de confirmer qu’il n’était pas dans sa zone de confort, arrachant à la blonde un pouffement de dire. Plutôt que le taper, il suffisait de la câliner pour qu’il ne sache plus ou se mettre, à noter ! En plus, il rougissait, c’était amusant. Il lui en fallait peu quand même. Un pouffement de rire lui échappa alors qu’il tapotait encore le haut de sa tête affirmant que pour le coup pas besoin de question de plus. Parfait, restait plus qu’a attendre que les escaliers reviennent. Sauf qu’en fait, palabrer sembler être l’option du moment. D’un sourire en coin la blonde écoutait son interlocuteur sans bouger, tachant de ne pas rire maintenant que tout semblant d’inquiétude était parti.

Par contre, c’était bien gentil de bavasser, mais au cas où il ne l’avait pas remarqué, elle n’était pas réellement en état de se concentrer bien longtemps sans dévier de sujet. Donc, lui répéter qu’elle n’était peut-être pas elle-même dans les cachots lui imposa une question personnelle qui n’avait pas vraiment de sens : et si elle s’était pointée en pyjamas pikachu pour lui balancer un truc à la tête, il aurait estimé qu’elle était normale là ? Ouai certainement en plus…. Nouveau sourire amusé alors qu’il avait soupiré sans qu’elle ne comprenne pourquoi, avant de lui sourire faiblement. Tiens, il arrivait à faire autre chose que des sourires pénible et désagréables qui donnait envie de le taper ?  Franchement, fallait qu’elle arrête de le croiser le soir, car elle allait finir par quasi plus rien avoir à lui reprocher à par son agaçante manie de s’en prendre à son copain. Quoi qu’en soit ce n’était déjà pas mal, même si là, grâce à ce surplus d’alcool elle était encore collée dans ses bras, et qu’il aurait été dur de croire que de base elle était un peu sensé le détester. Pouffy refoulée va..  Le jour où elle arriverait à haïr véritablement quelqu’un n’est pas encore arrivé… ca aurait été déprimant comme constations si elle avait été sobre.

Un peu comme ce que disait le blond là.. « si tu voulais pas me laisser crever parce que tu m'aime bien, tu peux le dire aussi hein. Promis je le dirais à personne. » Non mais, fallait pas pousser non plus hein, l’alcool qui courrait dans son sang n’était pas en quantité suffisante pour qu’elle dise ce genre de chose ridicule. D’autant plus qu’elle venait de réaliser qu’elle ne l’avait toujours pas lâché depuis qu’il parlait. Finalement lui retira ses bras qui l’enserrait en justifiant qu’il ne voulait pas se faire casser la figure. Un peu plus un peu moins, ca faisait une grande différence ? Elhiya pouffa de rire doucement en allant se caller le dos contre le mur, assise en tailleur. Pas sur qu’elle arrive à se relever par la suite sans un coup de main, surtout que glisser un peu trop vite lui faisait tourner la tete. Elle grimaca


« Je dirai pas qu’au final t’aimes mes câlins t’en fait pas va. Et que tu rougis pour rien même si c’est mignon.  Par contre…. »

Fallait franchement que le monde cesse de tourner aussi désagréablement devant ses yeux avant d’être malade. D’une longue inspiration ses yeux se fermèrent, et sa tête se posa doucement sur l’épaule à côté d’elle le temps de tenter de calmer la danse des multiples lucioles qu’elle voyait derrière ses paupières closes. Elle en profita pour faire le récapitulatif de sa fin de soirée

-Rendre ses feutres au blond : Check, et tous en plus
-Vérifier qu’il survivait : Check, même s’il était pas encore sur pied
-Ne pas le balancer dans le vide : Check, merci culpabilité
-Avoir trop parlé : pas au programme mais bon fait quand même
-L’avoir caliné : alors là… Joker !  faute à l’alcool !
-Avoir avoué à demi-mot qu’elle avait fini par s’inquiéter : pas au programme mais fait aussi
-Avouer qu’en fait elle l’aimait bien : Rien confirmer \o/ car elle avait réussi a pas oublier que non en fait elle était quand même supposer le détester… Niveau conflit intérieur faudra qu’elle remercie son petit ami du coup..
-Aller voir Dey : exclus, en plus pour se pointer dans la salle commune avec le blond ca le ferait pas.
-Retrouver Jace : oublié, en plus, fallait le revoir pour quoi déjà ? Trou de mémoire...
-Commencer à s’endormir comme une loque sur la mauvaise personne : loading….



« … Laisse moi une seconde, ca tangue un peu trop là, j’ai un peu sur estimé mes capacités »

Sachant que sa tolérance à l’alcool était proche de zero, forcément, avec une 10aines de verres, elle ne risquait pas d’être vraiment en état, en plus, voilà qu’elle commençait à se pelotonner doucement, sentant le sommeil la gagner progressivement. Ah ouai non, mauvaise personne, et mauvais endroit. Tentative désespérée d’ouvrir les yeux... Autant même pas re-itérer et finir de se blottir....


[Fin du RP pour la blondasse qui va finir par dormir pour se faire hurler dessus par qui de droit par la suite xD Merci "Machin" Wink Ouai gardons les bonnes habitudes! :kiss:]


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Ven 15 Sep 2017 - 21:16


Elhiya, Jace & Ulysse







Mignon? Mignon?!
Sérieusement il faut qu’elle arrête l’alcool, elle est encore plus flippante. Bon j’avoue sa remarque me fait lever les yeux au ciel et presque rire mais quand même, elle n’est pas supposée dire des trucs comme ça.

J’ai l’impression que la sentence est irrévocable quand je sens sa tête se poser contre mon épaule. Nom de dieu, je savais que ça allait arriver c’était obligée. Surtout quand elle a fait sa pause dans sa phrase, c’était trop long pour être de bon augure. Puis autant quand elle s’est assise en tailleur, tranquille tu te dis elle fait une pause pis elle va se relever. Mais là elle a carrément l’air de me prendre pour son doudou.

Ma tête se cogne contre le mur tandis que je pousse un énième soupir. C’est à combien de temps les cachots déjà ? Beaucoup trop ? C’est bien ce qu’il me semblait. Je tourne la tête et voit que l’escaliers est revenu.

Décidément, aucun sens du timing.

J’essaie de me relever de façon à pas faire tomber la miss par terre. Ce serait très vache comme victoire. Bon alors. J’hésite. Soit je la porte en princesse, soit je la porte en sac à patates au choix. En fait le sac à patate me parait la meilleure solution, jusqu’à ce que je réalise que le mec qui m’a soigné au cachots portait aussi du vert. En même temps je verrais mal un Pouffsoufle s’amuser à frapper un convalescent m’enfin. J’aurais beaucoup plus d’entrain à la porter si c’était Violet. Puis au moins, elle elle tiens l’alcool. Je lève les yeux au ciel avant de la porter selon le choix le plus galant et de commencer à descendre les escaliers.
Alors, vous voyez je fais beaucoup de sport. Je mange beaucoup aussi mais ça c’est qu’un détail. Mais je dois vous avouer que de porter la blondinette durant 8 étages et une traversé de château, ça fait mal aux cuisse. Faudrait peut-être que je lui demande pour le renforcement musculaire tiens, je peux essayer de la convaincre de me servir d’altère, on sais jamais.

Bon enfin les cachots. Et OH MON DIEU. La chance serait-elle avec moi ? Un petit Serpentard qui décide de frauder et de sortir tard de son dortoir si c’est pas magnifique.

- Eh toi.

Le petit se retourne et me regarde bizarrement. Oh ça va c’est pas parce que j’ai une fille endormis qui me bave dessus que je suis chelou quand même ! Bon faut que j’appelle le cousin de la Verte. Je me souviens plus son nom là…

- Tu peux aller me chercher Jace Butter ? Ou Better, quelque chose du genre. Bref il a une cicatrice sur le visage. Dis-lui que ça concerne sa cousine.

Ouai bon, on se dirige comme on peut. Le Serpy retourne dans son antre chercher celui que je lui ai demandé. Qui arrive d’ailleurs assez rapidement. Ca va je n’ai pas trop eu à prendre mon mal en patience, apparemment le monsieur est déjà connu. Et reconnaissable. Dès qu’il apparait il ouvre la parole.

- Elhi ! Qu’est-ce que tu fais ?!


Je déglutis. P*tin cette voix, je m’en souviens parfaitement. Autant la face m’avait échappé mais l’entendre prononcer son surnom et employer ce ton m’a fait l’effet d’une douche froide. Je ne suis pas du tout à l’aise et ma cicatrice semble fourmiller. Je sais pas comment elle fait pour ne pas se réveiller vu le bruit qu’il vient de faire d’ailleurs.

- Je te la ramène. Faudrait lui dire que l’alcool c’est peut-être pas la meilleure idée du monde pour elle.


Après tout il est de sa famille, il doit savoir de quoi je parle. Je serre la mâchoire, en attendant qu’il vienne la récupérer. Je sais pas trop si je dois lui tenir rigueur de ce qu’il s’est passé.
Décidément, soirée des surprises.


LA Elhiya & Jace

Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Jace Becker, Sam 16 Sep 2017 - 22:08


J'étais toujours sur l'un des sofas je finissais un devoir pour l'un des professeurs, rien de bien passionnant. Je range mes affaires prêtes à aller dormir, jusqu'à ce qu'un petit Serpentard deuxième ou troisième années maximum m’interpelle.

-Jace !
-Quoi ?
-Il y a un rouge et or qui te demande à l'entrée de la salle commune, il a dit que ça concerne ta cousine.

Mon sang ne fit qu'un tour, si c'est l'autre abruti, que Merlin m'en soit témoin, la prochaine fois je l'achève.
Je jette mes affaires, l'élève se décale très rapidement, et je marche d'un pas très rapide vers l'entrée de la salle commune.
Une fois le tableau ouvert, je sors de la salle commune et me précipite sur le grand blond, Elhi dans ses bras.

-Elhi ! Qu'est-ce que tu fais ?!

Je m'approche d'un pas rapide vers le blond, le poing serré, mauvaise idée, il porte Elhi et si je le frappe elle risque de tomber... Je pose un instant mes yeux dans celui du garçon, il fait une drôle de tête, se souvient-il de ce qu'il s'st passé dans cette fameuse salle de classe ?
Il me dit quelques mots je ne prête aucune intention à ce qu'il me dit, et je prends à mon tour Elhi dans mes bras.
Je commence à faire demi-tour pour revenir dans la salle commune en compagnie d'Elhi, mais je me retourne au dernier moment.

-Au fait -dis-je d'un ton sec- La prochaine fois que je vois Elhi mal en points, et que tu es présent. Je t'achève.

Et je le regarde droit dans les yeux, mélange de défi ? Probablement, s'il fait l'erreur d'attaquer un Serpentard devant leurs trous il risque de s'en mordre les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ulysse Daiklan, Dim 17 Sep 2017 - 19:55


Elhiya, Jace & Ulysse






Heureusement qu’il est musclé. Bon moins que moi mais en même temps je suis plus vieux et je m’entretiens, c’est normal. Je suppose que quand il va grandir il va devenir une machine de guerre. Peut-être. Ou alors il va rester à la même taille, au choix. Bref, pas le plus énorme et sec, mais il l’es suffisamment pour porter la verte, et là c’est le plus important. Il rentre dans son dortoire avant de se retourner.

-Au fait. La prochaine fois que je vois Elhi mal en points, et que tu es présent. Je t'achève.

Je crois qu’il essaie de m’impressionner. En même temps il a dû avoir sacrément peur pour sa cousine ce soir-là, normal qu’il me prenne pour l’ennemis. Mais sa menace ne m’atteint pas plus que ça. Peut-être parce que je suis fatigué ? Ou parce que je suis encore en convalescence ? En vrai il pourrait être effrayant mais là, ça n’est pas le cas. La cicatrice semble essayer de me rappeller que, si, bien sûre que si, il est dangereux. Mais là j’en ai rien à faire.

Physiquement il est moins fort que Stebbins et magiquement… Ah bah je sais pas. Bon ça me fera au moins une raison de me méfier. Et la cicatrice. J’avoue que la cicatrice qu’il a sur sa joue peut poser une certaine frayeur. Même qu’en pleine journée j’aurais peut-être été effrayé tiens. Je pousse un soupir face à sa pseudo menace.

- T’inquiète pas mec, j’ai pas besoin de toi pour mourir.

Je lève un sourcil, après tout il est bien placé pour le savoir. Je regarde Elhi qui semble parfaitement bien là où elle est et tourne les talons, faisant un mouvement de la main à Jace.

- Bonne nuit.


Je retourne à mon dortoir en survêtement, teeshirt. Bon bah plus qu’une chose à faire.

S’acheter un pyjamas Dragon.


LA Elhiya et Jace


Fin du RP pour tout le monde merci Yaya et Jace :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Ven 22 Sep 2017 - 23:33


[RP avec Fergus Blake, LA mutuel accordé]



Lorelaï déambulait dans couloirs du château. En ce weekend ensoleillé, rares étaient les étudiants qui restaient à l'intérieur. Le parc était bondé. Lorelaï évitait donc d'y mettre les pieds. Elle se promenait, son casque sur ses oreilles. Le temps passait. La lumière changeait. Au travers des fenêtres le début de soirée pointait.
Lorelaï s'arrêta près de la fenêtre du deuxième étage. Son regard allait au-delà de lac qui reflétait la lumière dorée du crépuscule approchant.


Comme dans un songe on croit trouver de l'or
Au matin, au réveil
C'est un peu de soleil
Fondu au matin


Il était temps de remonter dans son dortoir avant le dîner. Lorelaï monta quelques marches de l'escalier à sa droite, elle n'eut pas le temps d'arriver au bout qu'il se mit en mouvement. Elle dû s'accrocher à la rampe fermement car l'escalier avait décidé de faire un grand tour.

Sourire aux lèvres. L'étudiant appréciait toujours les surprises que réservait le château.

L'escalier s'arrêta finalement, et Lorelaï pu terminer son ascension et retourner sur un plancher fiable.
Elle regarda autour d'elle, aucun idée d'où elle se trouvait. Elle se pencha au-dessus de la rambarde, elle était assez haut.
Tant qu'à être dans un nouvel endroit, autant en profiter pour visiter. La jeune femme ajusta le casque sur ses oreilles et s'avança vers la pièce la plus proche. Il n'y avait pas de porte, juste un chambranle. Elle s'avança dans la pièce sombre et les torches s'allumèrent sans qu'elle n'eut besoin de rien faire.

La lumière éclaira les murs et Lorelaï fut si surprise qu'elle retira son casque afin d'admirer pleinement l'oeuvre qui s’étalait devant elle.
Un tableau de plusieurs mètre de long décorait le mur de la pièce pourtant vide. Aucun personnage, simplement un paysage de campagne peint à l'huile.

Elle s'avança pour mieux l'observer, elle était collée au tableau et passait sa main à deux centimètre de la toile pour en suivre les courbes. L'artiste qui avait produit cette oeuvre avait certainement un grand talent. De près, on ne voyait que quelques points de couleurs mais dès qu'on était à bonne distance, on distinguait un port aux teintes bleus et or.

Lorelaï s'installa sur le plancher froid, reposa son casque sur ses oreilles, choisit la musique qu'elle souhaitait écouter pour accompagner ce moment en compagnie du chef-d'oeuvre.

Rêver d'océans
Rêver de pur-sang
Mais on est dans le dur
Pour cette vie c'est sûr
Et après
Et après
Qui sait

Revenir en haut Aller en bas
Fergus Blake
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Fergus Blake, Sam 23 Sep 2017 - 0:21


Quelle belle journée pour se promener dans l'école! Il fait beau et tout le monde est dehors... Ils sont soit près du lac, soit éparpillés un peu partout, assis sur l'herbes, entre amis. Normalement, je serais dehors en une journée si ensoleillée. Après tout, ce n'est pas à tout les jours qu'on a un si beau soleil dans ce coin du monde! Et pourtant, je suis à l'intérieur. J'ai profité de l'après-midi calme pour faire mes travaux, histoire de ne pas prendre de retard. Je ne suis pas super studieux et faire mes devoirs ne m'enchante jamais, mais c'est tout de suite moins lassant lorsqu'on les fait dans le silence. Je me plonge pleinement dans mon travail et je ne vois plus le temps passer.

Enfin, j'ai terminé. Fini mes devoirs pour cette semaine! Je vais pouvoir faire autre chose de mes soirée, pour une fois! Les temps sont difficiles, les devoirs et les cours le deviennent aussi. Je la sens, cette dernière année. Je range mes livres dans mon sac, puis ma plume et mon encre. Je fais attention de bien les placer, histoire de ne rien abimer ou de ne pas renverser mon flacon d'encre partout dans mon sac. Je range ma baguette que j'ai l'habitude de déposer devant moi et me lève enfin. Rempli d'un immense sentiment de satisfaction, je sors de la salle, me dirigeant vers l'immense salle remplie d'escaliers qui bougent à leur joie. Aujourd'hui, c'est ma journée, et je ne vois pas ce qui pourrais mal se passer.

Arrivé dans la salle des escaliers, je regarde autour de moi... Monter ou descendre? Si je monte, j'arrive juste à côté de l'entrée vers ma salle commune, et je n'ai pas nécessairement envie d'aller m'y enfermer. Je descend, donc. J'entre alors dans un couloir que je ne me rappelle pas vraiment avoir parcouru. J'y suis probablement déjà passé, mais je n'y ai jamais porté attention. Ça et là, des armures montent la garde. Le couloir n'a pas grand chose d'anormal, mais je jette quand même un oeil dans les salles. La plupart ont des portes fermées et je ne décide pas les ouvrir. À quelques mètres, je vois une lumière qui se laisse passer par l'ouverture d'une salle qui n'a pas de porte. M'avançant, je commençais à apercevoir l'un des murs de la pièce. Il ne semble pas y avoir grand chose, sauf des torches.

En arrivant face à la chambranle, je vois le mur du fond, simplement décoré d'une énorme peinture magnifique. Les teintes magnifiques et naturelles sont fortement chaleureuses, et l'effet est très accentué avec la lueur des torches. Ça va parfaitement bien avec le sentiment que j'ai depuis que j'ai fini mes travaux. Le ciel bleu occupe une bonne partie de la toile et fait respirer le tout, et je pousse un léger soupir, comme pour relâcher. Soudain, j'aperçois, devant la toile, assise, une chevelure qui me rappelle quelqu'un. Je m'approche, me demandant comment j'ai pu la manquer. Je suis presque certain de savoir qui c'est. En m'asseyant juste à côté d'elle, je sens un léger soupçon de son parfum naturel, je reconnais mon amie. Je lui pose une main sur l'épaule, histoire de lui signifier ma présence, elle qui, comme d'habitude, porte son casque moldu qui fait jouer de la musique dans ses oreilles.

- Bonjour, Lorelaï! Que fais-tu ici?
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Sep 2017 - 0:35


Décidément, cette peinture avait quelque chose de magique. L'illusion d'optique était trop bonne pour être simplement due aux coups de pinceaux. Il y avait certainement de la magie là-dessous.

Plus Lorelaï regardait le tableau, plus elle se sentait plongée dedans. Elle sentait à présent la brise dans ses cheveux, l'odeur de l'eau salée.

Absorbée, les yeux dans la peinture, les oreilles pleines de musique, elle n'entendit pas qu'une personne approchait.

Elle sentit simplement la chaleur d'une main sur son épaule. Et pourtant, elle ne sursauta pas.
Elle tourna lentement la tête. Grand effort pour quitter le tableau des yeux.

Un visage, une personne qui parle. La lumière devient plus sombre, l'effet de l'oeuvre se dissipe.

Elle sourit, elle le connait. Elle retire son casque.
- Hey Fergus! Comment vas-tu? Viens, assis-toi. Y a quelque chose de magique dans cette peinture. Tu vas aimer.

Elle tapota le sol à côté d'elle. Elle était contente de pouvoir partager ce moment avec Gusgus, il pouvait comprendre l'importance de l'instant. Elle se souvenait de leur voyage en train... Et surtout de leur déjeuner.

Elle se retourna vers la peinture.
- Regarde, laisse toi envoûter par les couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Devant un tableau

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 11

 Devant un tableau

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.