AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 10 sur 11
Devant un tableau
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant
Lorelaï Peony
Serdaigle
Serdaigle

Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Sep 2017, 00:35


Décidément, cette peinture avait quelque chose de magique. L'illusion d'optique était trop bonne pour être simplement due aux coups de pinceaux. Il y avait certainement de la magie là-dessous.

Plus Lorelaï regardait le tableau, plus elle se sentait plongée dedans. Elle sentait à présent la brise dans ses cheveux, l'odeur de l'eau salée.

Absorbée, les yeux dans la peinture, les oreilles pleines de musique, elle n'entendit pas qu'une personne approchait.

Elle sentit simplement la chaleur d'une main sur son épaule. Et pourtant, elle ne sursauta pas.
Elle tourna lentement la tête. Grand effort pour quitter le tableau des yeux.

Un visage, une personne qui parle. La lumière devient plus sombre, l'effet de l'oeuvre se dissipe.

Elle sourit, elle le connait. Elle retire son casque.
- Hey Fergus! Comment vas-tu? Viens, assis-toi. Y a quelque chose de magique dans cette peinture. Tu vas aimer.

Elle tapota le sol à côté d'elle. Elle était contente de pouvoir partager ce moment avec Gusgus, il pouvait comprendre l'importance de l'instant. Elle se souvenait de leur voyage en train... Et surtout de leur déjeuner.

Elle se retourna vers la peinture.
- Regarde, laisse toi envoûter par les couleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Fergus Blake
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Fergus Blake, Sam 23 Sep 2017, 01:32


- Hey Fergus! Comment vas-tu? Viens, assis-toi. Y a quelque chose de magique dans cette peinture. Tu vas aimer.

Ah oui, c'est bien la Lorelaï à laquelle je commence à m'habituer. Comme toujours, elle ne répond pas vraiment à ma question, mais ce n'est aucunement par méchanceté, et je serais bien incapable de lui en vouloir. Ses cheveux et ses yeux lui vont aussi bien qu'avant, et elle semble d'ailleurs très bien se porter. M'asseyant à ses côtés, je me force à cesser de la regarder elle, pour plutôt me retourner vers cette peinture. Il est vrai qu'elle est sublime, très réussie. Elle a raison, je vais aimer. J'aime. Je me sens presque comme si la peinture n'était pas une toile, mais plutôt une ouverture dans le mur. J'ai l'impression d'être dans un chalet, un peu reculé. Je pourrais avoir un café, un chocolat chaud, un thé, une tisane, et je me sentirais réellement parfaitement en paix. Après tout, ce qui fait la force d'un moment, c'est autant l'instant vécu que la personne avec qui on le passe, ce moment. Je me retourne vers la Serdaigle, souriant, comme toujours.

- Oui, j'aime beaucoup! Et je vais bien, d'ailleurs!

Je posai le regard sur son visage. Sa peau semblait moins pâle, grâce à la lueur des torches, et je voyais dans ses yeux les reflets de ces torches, mais aussi du paysage qui se trouvait devant nous. Enfin, de la toile. C'est à s'y méprendre! "Regarde, laisse toi envoûter par les couleurs.", m'avait-elle dit. Elle n'avait pas à le dire deux fois. C'est comme si l'artiste de la toile avait sû utiliser chaque couleur à son plein potentiel, chaque agencement était fait à la perfection. Chaque élément de la peinture était important, car rien de précis n'y était montré, aucun élément prenait une importance face à un autre. L'important, c'est le tout. Le paysage. La lumière orangée qui bouge avec les torches. L'impression de ressentir le vent de la mer, l'odeur du sel, l'odeur de pivoine... Il n'y a pas de pivoine dans la toile... Et cette odeur est bien réelle, plus que chaque sensation venant de la toile. Je me retourne vers elle, un léger sourire en coin presqu'effacé se camouflant sur mon visage.

- C'est vraiment spécial, non? Cette toile... Elle me plonge dans une autre réalité... Plus de château, plus d'école, juste une petite pièce, une énorme fenêtre... Un magnifique paysage. Personne d'autre, plus d'enseignants, plus d'élèves. Juste... toi et moi.

J'observais ses yeux. Ses beaux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Sep 2017, 01:48


Il s'installe. C'est agréable d'avoir quelqu'un avec soi. Il est proche. Elle sentirait presque sa chaleur.

Elle se retourne vers la toile. Lui aussi.

Petit à petit, doucement, elle est à nouveau sur le quai. Elle entend les mouettes. Ses cheveux flottent un peu dans l'air.

Il se retourne vers elle.
- Oui, j'aime beaucoup! Et je vais bien, d'ailleurs!

Elle le regarde. Étrange. Cette fois il semble être prit dans la toile avec elle. Derrière lui elle peut apercevoir des bateaux à voiles décorés de fanions colorés.

Il aime. Elle savait qu'il allait apprécier.
Elle lui sourit. Il se retourne vers la toile. Elle le regarde. Il la regarde à nouveau.

Jeu de regards.

Il l'observe longuement.
- C'est vraiment spécial, non? Cette toile... Elle me plonge dans une autre réalité... Plus de château, plus d'école, juste une petite pièce, une énorme fenêtre... Un magnifique paysage. Personne d'autre, plus d'enseignants, plus d'élèves. Juste... toi et moi.

Toi et Moi.

Il avait insisté sur ces mots.

Elle sourit encore. Il la faisait souvent sourire.

Elle avança sa main et la posa sur la sienne, au sol. Sa main était froide comparée à la sienne. C'était peut-être le vent? Cette brise n'était pourtant pas trop fraîche. Lorelaï inspira pleinement. Elle sentit l'air marin lui emplir les poumons. Elle se sentait revigorée. Quelle belle matinée!
- C'est chouette d'être juste toi et moi...
Revenir en haut Aller en bas
Fergus Blake
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Fergus Blake, Sam 23 Sep 2017, 08:52


J'ai toujours aimé cette habitude que nous avons, avec Lorelaï, à nous observer. Je peux toujours passer de longs moments à parcourir chaque détail chez elle. Chaque courbe, chaque couleur, chaque teinte. Ses yeux bleus étaient plus tôt plongés dans la toile, puis un peu partout. Maintenant, elle avait accroché son regard dans le miens et je sentais une chaleur m'envahir. Cette chaleur était douce et contrastait bien avec la brise maritime que je pouvais sentir souffler sur moi. Comme moi, Lorelaï semblait prise dans le paysage de la toile. C'était comme s'il n'y avait rien d'autre. Ce n'est que partiellement faux ; en cet instant, il n'y avait rien d'autre qui m'importait. J'aurais pu avoir des tonnes de devoirs, je n'aurais rien changé, je serais resté des heures. Elle inspira profondément, posa sa main sur la mienne. Sursautant légèrement, je me contentai de lui sourire.

- C'est chouette d'être juste toi et moi...

Je rougis légèrement. Oui, elle a raison. Toi et moi. Elle et moi. Elle et ses superbes cheveux cendrés, son teint pâle, ses yeux d'argent, et moi. J'observai chaque détail de son visage, très près. J'entendais le son de l'eau se fracasser en vagues sur la plage. Je sentais le doux parfum de pivoine de la serdaigle se mêler à l'odeur de sel marin. Je sentais ses doigts sur ma main, que je retournai pour prendre la sienne dans la mienne. De mon autre main, je replaçai une mèche rebelle de Lorelaï, observant autour de moi la nature magnifique. Cette toile est vraiment magique.

- Oui, c'est chouette. Bien sûr que c'est chouette.

Plus que chouette. Chouette, ça fais trop banal. Non, cet instant est magique... Cependant, à Poudlard, tout est magique, non? Je souris tendrement à la jeune femme juste devant moi. J'hésitais quelque peu. Que veut-elle? Oui, elle a bien posé sa main sur la mienne, mais je ne peux m'empêcher d'être dans l'incertitude. Lentement, j'approchai mon visage du sien. Rapidement, nous étions tout simplement trop près pour s'observer ailleurs que dans les yeux. Laissant passer un léger soupire, j'appuyai légèrement mon front sur le sien. Nous étions si près, c'était si chaleureux, si agréable. Elle sentait bon, elle était belle, l'instant était magnifique. Nos lèvres se touchaient presque, je pouvais sentir son souffle se mêler au miens.

- Je pourrais continuer à observer cette peinture avec toi pendant des heures entières...

Je fermai les yeux. Bien sûr, je ne portais plus attention à la peinture depuis un moment, et c'était plus elle qui créait une atmosphère par elle même. J'appuyai mes lèvres sur les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Sep 2017, 16:49


Il réagit. Il lui prend pleinement la main. Elle se sent doigts, sa peau, sa paume. Leurs chaleurs se partagent. Il se réchauffe à son contact.

Elle l'observe, encore et toujours. Elle oublie le paysage autour. Elle oublie la brise, elle oublie le chant des mouettes, l'eau qui cogne les rochers.

Il rougit. Elle aime le voir rougir.

Oui, c'est chouette. Bien sûr que c'est chouette.


Sa voix semble si proche. Il se rapproche.

Il s'avance. Elle ne voit plus que ses yeux verts, gris. Impossible à définir, continuellement changeants.

Elle va bientôt sentir sa peau, elle l'attend. Elle sent son front sur le sien.

Elle ferme les yeux. Sa main, sa peau, son visage. Et son cœur qui se serre.

Un souffle.

Je pourrais continuer à observer cette peinture avec toi pendant des heures entières...


Elle attend. Pleinement présente. Libre et légère.

Elle sent enfin ses lèvres se poser sur les siennes. Doucement.

Un partage.

Elle serre sa main. Elle approche son corps.

Un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Fergus Blake
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Fergus Blake, Sam 23 Sep 2017, 17:32


C'est doux. Elle embrasse bien. Elle serre ma main et colle son corps au miens. D'une certaine manière, nous ne faisons qu'un. Nos mouvements, légers, détendus, se suivent. C'est presqu'une danse, une chorégraphie. Comme si c'était écrit, comme si l'artiste de la toile avait, d'une manière ou d'une autre, utilisé une magie puissante et pure pour écrire cette danse. Je passai lentement ma main derrière son dos. Derrière sa nuque, je passai ma main dans ses cheveux. Ils étaient doux, plus que ce à quoi je m'attendais.

Nos lèvres se touchèrent pour une durée impossible à décrire. Le temps avait ralenti, ou peut-être avait-il accéléré? Quelques secondes, pas plus. Mais ces secondes, avec tous les efforts du monde, je n'aurais jamais réussi à les compter. Lentement, naturellement, nos visages se sont éloignés, nos lèvres se sont séparées. C'est normal, ce n'est pas triste, ce n'est pas difficile. On commence ce que l'on achève, on détruit ce que l'on crée, dans le simple cercle de la vie.

J'ouvre les yeux afin de contempler à nouveau Lorelaï. Elle semble encore plus belle. Elle semble bien. Elle semble parfaitement en contrôle, peut-être même plus que moi. C'est presque déroutant. Ce baiser, c'est comme si elle l'attendait. Elle l'avait pris sans surprise, sans gêne. Ses joues ont pris une jolie teinte rosée. Elle semble bien. Comme moi. Je suis si bien.

C'est étrange, pourtant. Lorelaï est magnifique, une très bonne amie, elle a sa propre manière d'être elle même qui me fait sourire et qui m'empêche d'être négatif avec elle. Malgré ça, je ne la vois pas autrement qu'une amie. Une très bonne amie, certes, une branche de l'amitié pure et inexplorée dans mon cas, mais une amie. Pourtant, ce moment est si précieux, si parfait. Rapidement, mes mots sortent, plus vite que ma pensée.

- Je t'...

Non. Ne fais pas ça. Ce n'est pas vrai.
Si, en plus, elle m'aimait, ce serait complètement irrespectueux. Sinon, notre relation ne serait plus la même. Pourquoi ça a voulu sortir, tout de même? Vite, tu n'as qu'une fraction de seconde. Penses.

- Je trouves que tu embrasses très bien...

Je me mordis la lèvre, histoire de ne rien dire de plus, pour ne rien gâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Sep 2017, 18:12


Il passe la main dans sa nuque, sous ses cheveux. Elle pose sa main sur son ventre. Elle agrippe doucement le tissus.

Le temps semble ralentir, pourtant les cœurs s'empressent. Un besoin de tenir le moment. De le tenir longtemps.

Les peaux se séparent. Elle relâche son étreinte. Les yeux toujours fermés, elle ne sera pas parvenue à le tenir. Le temps a repris son court.

Elle pose son front au creux de son épaule. Elle ne veut pas ouvrir les yeux trop vite. Elle prend le temps de sentir sa chaleur, de sentir son corps. Son odeur.

Le visage enfoui, elle ouvre les yeux. La lumière est tamisée. L'effet de la toile s'est certainement dissipée. Elle voudrait tant rester dans l'instant.

Il parle, elle sent sa voix secouer son corps.
- Je t'... Je trouves que tu embrasses très bien...

Elle sourit. Relève la tête. Ils sont assis au milieu de la pièce éclairée par des torches.
- Merci, dit-elle, se pinçant la lèvre.

Elle prend sa main et passe se doigts entre les siens.
- Tu n'embrasses pas mal non plus, Gusgus.

Elle regarde autour d'elle.
- On dirait que l'effet de la toile a disparu. Un regard vers le tableau, c'était incroyable. J'aimerais tellement pouvoir reproduire cet effet. Il faudrait que je me renseigne sur les sorts que l'on peux utiliser en peinture.

Elle réfléchissait,
- Peut-être avec quelque chose d'hypnotique?
Revenir en haut Aller en bas
Fergus Blake
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Fergus Blake, Sam 23 Sep 2017, 18:48


Elle me montre son magnifique sourire, relâchant quelque peu son étreinte. Nous sommes toujours proches, je peux toujours sentir son parfum, je remarque chaque détail dans la couleur de ses yeux.

- Merci, tu n'embrasses pas mal non plus, Gusgus.

Gusgus. Je ne dis rien, ce n'est pas grave, c'est affectif, c'est tout. Elle prend ma main et passe doucement ses doigts entre les miens. Je ne peux m'empêcher de resserrer la main, de ressentir ce contact. C'est fou, ce qu'on peut communiquer avec un simple touché, une simple main dans celle d'un autre. On peut déceler les émotions, les intentions d'une personne. C'est étrange, d'ailleurs. J'ai l'impression de tout savoir sur ce qu'elle veut, ce qu'elle ressent. Mais plus j'y pense, plus c'est flou. En fait, je n'en sais rien. Je me met à divaguer.

- On dirait que l'effet de la toile a disparu. C'était incroyable. J'aimerais tellement pouvoir reproduire cet effet. Il faudrait que je me renseigne sur les sorts que l'on peux utiliser en peinture.

Peut-être avec quelque chose d'hypnotique?


Oui, c'était incroyable. Malheureusement, je ne connais pas grand chose sur ce genre de magie. Je me contente de lui sourire, caressant le dessus de sa main avec mon pouce.

- Oui, c'était magique. Je comprends très bien pourquoi tu voudrais reproduire cet effet...

Un sourire en coin, je ne put m'empêcher de lui faire un clin d'oeil. Je n'osais pas me relever, la relâcher. J'étais bien, même sans l'effet de la toile. Le simple fait d'être seul avec quelqu'un d'apprécié, c'est parfois tout ce qu'il faut. Sans trop y penser, je caresse doucement sa joue, passant mon pouce sur le coin de ses lèvres, ma main allant ensuite se poser au creux entre le derrière de son cou et de son épaule. La lumière vacillante des torches donne un léger mouvement à l'iris de Lorelaï et je me perds lentement dedans.

- Si jamais tu réussis à reproduire cette expérience, penses à me le dire. Je serais prêt à réessayer... Juste pour voir!
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Sam 23 Sep 2017, 19:04


- Oui, c'était magique. Je comprends très bien pourquoi tu voudrais reproduire cet effet...

Il caresse sa joue, touche le coin de ses lèvres. Elle apprécie le contact de sa peau.

- Si jamais tu réussis à reproduire cette expérience, penses à me le dire. Je serais prêt à réessayer... Juste pour voir!


Elle se sent atterrir. Grande inspiration. Elle éclate de rire et tombe en arrière sur le dos. Lâchant sa main.

Son crâne repose sur le plancher, sa poitrine monte et descend. Elle rit. Une larme, qu'elle essuie rapidement. Un souffle. Elle regarde le plafond. Vieux, sans intérêt.

- Ah, Gusgus...

Un moment.

Que dire?
- Je t'aime beaucoup tu sais?

Elle se relève.
- Je passe de très bons moments avec toi. Vraiment. Je sais pas, tu es...

A quoi bon mettre des mots? Elle le regarde, ses yeux verts brillent à la lumière des torches. Il est attachant.
- Mais, tu sais que je te donnerai rien de plus.

Elle passe la main dans ses cheveux. Là où se promenaient ses doigts quelques secondes plus tôt.
- Mon cœur est fermé. Et je ne pense pas pouvoir l'ouvrir. Pas tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Fergus Blake
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Fergus Blake, Sam 23 Sep 2017, 19:25


Je sursaute légèrement en la voyant par terre, sur le dos, en train de rire. Je rougis légèrement, je me demande ce qu'il y a de si drôle. Je la regarde essuyer une larme et observer le plafond. Pas une larme de tristesse, une larme dû à son rire.

- Ah, Gusgus... Je t'aime beaucoup tu sais?

Mon coeur saute un battement, l'instant d'une seconde, je me demande ce qu'elle veut dire par là. Je me doute qu'elle ne parle pas du grand amour, et je l'espère à vrai dire, mais je reste silencieux. J'attends qu'elle poursuive.

- Je passe de très bons moments avec toi. Vraiment. Je sais pas, tu es...

Elle me regarde, mais ne dis pas ce que je suis. Je suis... Attachant? Un bon ami? Magnifique? Parfait? Ce n'est qu'une chose de plus sur la liste des choses auxquelles je n'aurai probablement jamais de réponse claire, mais ça ne me dérange pas. En vrai, je comprends ce qu'elle veut dire.

- Mais, tu sais que je te donnerai rien de plus. Mon cœur est fermé. Et je ne pense pas pouvoir l'ouvrir. Pas tout de suite.

Je hoche la tête, l'observant passer sa main où j'avais passé la mienne plus tôt, dans ses magnifiques cheveux. Je la comprends. Je ne suis pas comme elle, je ne dirais pas que mon coeur est fermé, mais je comprends ce qu'elle veut dire. Puis ça me frappe, elle a sûrement cru que je voulais plus d'elle. De l'amour. Une relation sérieuse, délimitée, balisée. Je n'ai pas dû être clair. En même temps, difficile de démontrer ça à quelqu'un dans des circonstances pareilles.

- Lorelaï, non, tu n'as pas besoin de me dire ça! dis-je, souriant. Je me suis sûrement mal exprimé, je ne souhaite rien de sérieux non plus.

J'hésite un peu. Comment ne pas mal paraître?

- Je te vois comme une bonne amie. Une sorte d'amie que je n'ai pas vraiment eu avant.

Je pose mon regard dans le sien.

- Malgré ça, je disais juste que je serais prêt à reprendre cette expérience physique avec toi. Juste pour le plaisir et la découverte. Pour sortir des barrières, des règles non-écrites. Pour aucune raison valable, sauf que ça donne du plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un tableau

Message par : Lorelaï Peony, Dim 24 Sep 2017, 17:14


Mon cœur est fermé. Et je ne pense pas pouvoir l'ouvrir. Pas tout de suite.


Ses propres mots résonnaient dans sa tête.


Mon cœur est fermé.


Fermé. Depuis si longtemps. Et cette pression que se fait sentir à nouveau dans sa poitrine. Lourde. Écrasante. Qui lui serre le cœur. Qui lui serre la gorge. La mâchoire.

Il parle.
- Lorelaï, non, tu n'as pas besoin de me dire ça! Je me suis sûrement mal exprimé, je ne souhaite rien de sérieux non plus. Je te vois comme une bonne amie. Une sorte d'amie que je n'ai pas vraiment eu avant. Malgré ça, je disais juste que je serais prêt à reprendre cette expérience physique avec toi. Juste pour le plaisir et la découverte. Pour sortir des barrières, des règles non-écrites.

Il a l'air si léger. Merci. Merci d'avoir partagé un peu de ta légèreté avec moi Fergus.

Un tressaillement, elle soupire. Un regard vers la toile. Plate, inexistante, ou presque. L'effet a disparu.

Un regard vers lui. Souriant. Vivant. Chaud. Présent.

- Pour aucune raison valable, sauf que ça donne du plaisir.

- Ça me va.

Un effort, elle se lève. Range son casque. Prend son sac, le pose sur ton épaule. Elle attend. Un sourire.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Matt Jayer, Mer 08 Nov 2017, 10:10




Ce n'est plus le même plaisir.

Pv ~ Ellana Lyan



Pas de réponse, je chipe le sujet, me mp si besoin !

Je crois qu'à force de traîner par-ci par-là, d'un trou à l'autre je m'attendais à ça, croiser un.e client.e dans le château. Je l'avais déjà croisé plusieurs fois en plus, rien d'étonnant, c'est l'une des préfets.es de ma maison. Je ne marchais pas plus vite en sa présence, ni plus lentement, mais je n'avais jamais pris la peine d'y adresser la parole depuis les vacances passés. Elle m'avait payé pour une soirée, nous nous étions amusés et fin de l'histoire. Pas de chichi ni d’accolade que ça soit avant ou après les faits. Elle n'avait rien dit le soir où nous nous étions croisé, elle devait pourtant m'avoir déjà croisé dans Poudlard, de mon côté, j'avais déjà sa tête d'inscrite dans ma mémoire, elle devait m'intéresser de base. Et elle l'était réellement, j'y avais même fait un tarif réduit.

Et voilà qu'aujourd'hui, en me promenant dans le château, en me baladant dans le 7 ème étage je me retrouvais nez à nez avec elle. Moi qui pensais pouvoir être tranquille aujourd'hui, ne pas me prendre la tête ni autre chose de mon anatomie. Je souhaitais juste passer du temps tranquillement, seul entre les murs de cette grande bâtisse. Mais non, manque de chance apparemment, quoi qu’espérons que non, je tombais face à cette demoiselle.

Une belle blonde mais, avec elle quoi. « Heu. » Ok, pour ce qui est de trouver ses mots et faire le coq, pour le coup, on repassera. « Salut. » Deuxième test. Quoi dire de plus que cela de toute façon. Salut salut, tu te souviens de moi ? Je t'ai pris quelques pièces contre une partie de jambes en l'air lors de vacances d'été. Ah, je vous jure, quelle classe. Autant ne rien dire et la laisser lancer la discussion si elle le souhaite.

~ ❤ ~



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Déplacement de sujet

Message par : Ellana Lyan, Mer 08 Nov 2017, 16:18


Il est beau. La première apparence prend à la gorge comme une évidence, redoutable. Fermer les yeux comme si les rouvrir pouvait sincèrement faire changer le décor pourtant je sais que rien ne différera.
Plantée au milieu du couloir je sens son regard clair sur moi qui brûle juste assez pour ne pas me donner envie de l'ignorer et de poursuivre mon chemin comme si de rien n'était. La routine. Cette folle qui m'attrape les doigts sans que je ne puisse m'y opposer pour me guider toujours vers le même chemin mais aujourd'hui il semble falloir casser l'habitude.
Il y a dans mon regard un flash qui me transporte en arrière, le tout est un peu flou comme un souvenir chiffonné d'une nuit d'été durant laquelle entre ses bras je me suis perdue.
Douce folie, douce mélodie.
Mes oreilles ont tintés délicatement au son de sa voix me replongeant dans un autre espace-temps.

Je me souviens.

De son visage d'ange qui m'a fait désirer, l'oubli à cet instant où tout autour de moi était en train de s'effondrer.
Quels masques auraient-ils donc montré si par malheur la raison d'une dépense de leurs pièces était venue à leur être révélée ? Mais ils ne sauront jamais à présent. Mirage. J'y avais cru ne sachant trop si j'étais droguée d'alcool ou de morphine à moins que ce ne soit d'adrénaline, les souvenirs de son corps autrefois comme un délice aujourd'hui devenu supplice.
Une erreur que je n'étais pas sûre d'avoir voulu revoir mais après tout le destin ne m'avait pas demandé mon avis.
Alors à présent perdue entre la parole et la fuite tant dis que lui pantin hésitant comme la marionnette au cheveux incolore que je me retrouve être, face à face pour un nouvel acte, une dernière pièce ?
Oublier les scénarios pour se concentrer vers la raison à présent si lointaine. Je savais que tu ne m'étais pas inconnu quand tes yeux m'ont souris il y a une éternité tu fuis si je te paie pas pour rester ? il avait déjà donner son prix.

La vérité plus lâche, j'ai peur, seule maintenant qu'il est là comme un nouvel abandon.
Sans savoir si j'ai besoin de lui ou de quelqu'un, le cœur à présent repris, l'attachement toujours à la dérive.
Véritable idiotie ! Appuyée contre le mur de pierre froide qui transperce l'uniforme, une caresse des yeux pour l'être derrière les habits duquel je connais la beauté. Deux adolescent perdus qui s'aiment sans amour avant de se lâcher sans un mot.
Lui un petit sal*pard profiteur que nul ne pouvait pourtant blâmer, même pas moi. Et l'attente insupportable d'une réaction qui ne plaira pas...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Matt Jayer, Jeu 16 Nov 2017, 11:08




Ce n'est plus le même plaisir.

Pv ~ Ellana Lyan



[HRP] Je déborde sur le LA, tu me dis si tu veux que j'édite ♥ Tu as mon LA pour le reste du rp si besoin de détails de ce genre.[HRP]

Elle m'observait, c'était comme si j'étais de nouveau nu devant elle, amusant quand même en y repensant. Mais bon je n'avais pas engagé, rire, la discussion pour replonger là-dedans. Pourquoi pas. Non, oublions. Mais j'accepterais sans hésiter une nouvelle valse avec la demoiselle sans rien demander en retour, pour me remémorer une soirée passée, bouger nos hanches avec délicatesse en même temps que nos mains s'amuseraient à de tendre caresses. Je salivais juste à y penser. « Je savais que tu ne m'étais pas inconnu. Tu fuis si je te paie pas pour rester ? »

Cette dernière phrase me fit lever les yeux vers le ciel, plafond, mais j'étais content en même temps qu'elle se souvienne de moi. Elle était appuyée contre le mur, je m'en approchais alors, lui souriant avant de poser une de mes mains à côté de son cou, à quelques millimètres de sa chevelure « Moi qui pensais passer une journée tranquille. » Je posais alors la seconde de l'autre côté, finalement, c'était comme si j'avais oublié l'idée de passer une journée comme un élève normal. « Et si je ne fuis pas, tu compte faire quoi exactement ? » J'approchais mon visage de son cou, respirant son parfum, me remémorant notre longue nuit. C'était plaisant d'avoir de tels souvenirs. Ne pas s'attacher, prendre et jeter. C'était ma politique, elle fonctionnait assez bien même si parfois le détachement restait plus compliqué. Pas plus de cinq nuit avec la même personne, ne pas accepter de trop gros cadeaux.

Mais là c'était quand même dur. Enfin, pas dur dans le sens sentiment, non, je ne sais pas vraiment ce que cela peut-être. Mais se dire que durant une nuit nous nous sommes mêlé, que nous nous sommes croisé à maintes reprises après, comme si rien n'était, alors que cette nuit avait été parfaite. Pour moi du moins. Je soupirais, posant mon front sur l'une de ses épaules. Qu'allait-elle dire, faire. Fuir ?

~ ❤ ~



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Ellana Lyan, Mer 22 Nov 2017, 07:14


C'est un peu de folie alors qu'il joue de ses yeux avec un désir envolé comme un test à me faire passer que j'ai j'ai si peur d'échouer, il avait vu, les citatrices parcourant ma peau, connaissais jusqu'à la moindre parcelle de ma peau empoisonnée, de mes lèvres toxiques aux baisers dangereux et à présent devant moi sans la moindre gène__ peut-être aurait-il donc été judicieux de continuer à l'éviter comme si bien jusqu'à présent, mais quelque chose de plus fort semble tiraillé le cœur un attachement dénué d'amour comme une affection de compréhension et un irrémédiable sentiment d'attirance que j'essaie de cacher
compliqué de se détacher aussi vite avec ce cœur de papier fragile qui se gonfle sans cesse pour mieux rejeter ensuite, déni.
Une main à nouveau si proche, je laisse tomber mon masque pour planter l'émeraude grisée de mes yeux dans les siens
si compliqué d'être c'est derniers jours alors qu'une folle spirale de question vient bloquer l'air de mes poumons et me faire crier m'obligeant à couper les ponts perdue dans ce sentiments d'éternelle enfermée, il faut savoir rebondir et s'enfuir plus loin que le passé, ne pas rester sur ses bases et s'oublier dans un futur espéré, je veux croire que tu puisses sincèrement et sans argent être à mes côtés...

tu peux encore fuir
on peut toujours tu sais
faire un pas plus loi
poser un pied de travers
parfois par obligation, parfois par lâcheté

deuxième mains qui m'emprisonne
les paroles s'envolent et résonne délicates contre mes tympans
son visage s'approche du mien et je respire
le parfum d'une autre nuit, celui de son corps
de nos corps mêlés, un doux poisons
du venin de deux serpents.

Pourquoi ? une multitude de question posée en une seule, mes doigts viennent caresser avec douceur sa joue avant de la repousser délicatement pour chercher ses yeux comment t'en est arrivé là ? éviter ses interrogations, déposer les miennes à la place, c'est une danse à deux ou chaque mouvement en entraine un second de la part de l'autre, parfois inattendu, un -sourire flotte sur mes lèvres quand je le regarde. Un mélange de crainte, un peu de douleur, simplement moi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Devant un tableau

Message par : Matt Jayer, Mar 28 Nov 2017, 08:26




Ce n'est plus le même plaisir.

Pv ~ Ellana Lyan



[HRP] Je ne vais pas être présente durant quelques jours mais, d'ici la fin de première semaine de décembre, je serais pleinement de retour ! Je reste quand même disponible si besoin par mp. Je te laisse mon LA pour la suite du RP.[HRP]

Que de venimeuses pensées qui me traversaient, délicatement comme un déhanché promptement mené, avec habileté, douceur. Pourtant ce n'était pas dans mes habitudes premières. Je n'étais pas non plus hargneux, mais délicatesse n'était pas un adjectif caractéristique de mes habitudes, genres et styles de pratiques, de dialogue. « Pourquoi ? » Cela sonnait comme un défi, une question pour répondre à une autre interrogation, une esquive de plus un soupçon de malice. La question était bonne, elle soulevait plusieurs points présents, sans pour autant cibler celle qu'elle souhaitait. Je sentis ses doigts me caresser la joue avant de la voir m'écarter mon visage avec finesse pour plonger ses yeux dans les miens. « Comment t'en est arrivé là ?  » C'était encore une bonne question. Comment. Même moi je ne savais pas, ou peut-être que si, profondément enfoui.

« Je ne sais pas.  » Autant être honnête pour une fois, mais l'envie de m'amuser encore avec âmes et chairs s'avançait en mon esprit. Je souriais sans sourire, déguisant mes lèvres de plaisantes paroles, apportant fraîcheur aux oreilles de mes conquêtes, de mes prestigieuses proies. Exquise libellule, vipère.  « D'après toi, penses-tu que cela pourrait venir de toi ?  » Je souriais, sans lâcher ses yeux, la dévorant, la déshabillant du regard sans en perdre une miette, me remémorant une nouvelle fois nos ébats passés, espérant peut-être en découvrir de nouveau.

Et je me décalais, feignant de partir plus loin sans pour autant le faire car faire semblant n'était pas la chose la plus amusante pour ma personne. Non c'était plus agréable d'être entier, présent, réel. Mais parfois aussi d'être entraîné par elle, par toi. « Que penseraient les élèves ? Savoir cela de leur préfète, de la savoir si, parfaite ?  » Parfaite physiquement, avec ou sans vêtements. En plus il était amusant d'avoir un jouet de plus, un secret. Si elle le dévoilait, cela ne me causerait que de très faible préjudice, ne cachant pas généralement mon penchant. Je ne le criais pas, je ne l'hurlais pas, mais si quelqu'un venait à me le demander, je ne me cachais pas. Les secrets, les désirs c'était tellement distrayant à manipuler. Peut-être une future monnaie, juste pour quelques personnes, personnalités, rare pulpe sanguine désaltérante. Je souriais encore, de nouveau m'amusant d'avance sans rien n'avoir de prévu pourtant, j'improvisais toujours comme à mon habitude avec hommes et femmes, mais j'espérais peut-être aussi plus, plus d'actions, plus d’impulsivités.

~ ❤ ~



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Devant un tableau

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 11

 Devant un tableau

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.