AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 13 sur 13
Devant un tableau
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13
Invité
Invité

Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Invité, le  Jeu 02 Aoû 2018, 12:20

Mon regard se perd dans celui, apeuré, de la jeune étudiante. Sa détresse est contagieuse, j'en ressens les effets. Bizarrement, je ne me sens pas particulièrement à l'aise. Vous savez, j'ai pour habitude de me nourrir du malheur des autres, mais cette fois-ci c'était différent. Étais-ce à cause d'Azénor ? En lui ouvrant la porte, l'avais-je laissée déverrouiller, pour permettre à d'autres d'entrer ? Ou était-ce tout simplement la vue de cette jeune fille, d'une Harmony complètement perdue, convaincue de vivre dans un monde terrifiant qui me bouleversait ? Lentement, et alors que la jeune fille s'exprimait à nouveau, je remontais ma garde. Toujours debout, je croisais les bras. Un signe ? Peut-être.

Harmony s'ouvre un peu plus, sous la pression de Lizzie. Cette dernière essaie d'en savoir plus, posant les bonnes questions sans brusquer l'étudiante. Je fronce les sourcils, les bras toujours fermement croisés, tout en écoutant les explications de la jeune Serdaigle. Elle s'essaie à une description plus poussée de ses problèmes. Je me mordille la lèvre inférieur, ayant l'impression d'avoir mit le doigt sur le problème de notre chère étudiante. Vous savez, le harcèlement entre étudiant est très courant chez les moldus, peut-être un peu moins à Poudlard, mais il existe. Et la version que nous raconte Harmony me semble décrire un harcèlement. Elle l'empêche de dormir, elle s'en prend à elle, la suit partout et menacerait de s'en prendre au corps professoral.

Malgré tout, je retiens mes questions, sachant pertinemment que je ne pouvais encore affirmer avec certitude que le problème se trouvait dans son dortoir. Je patientais encore un peu, laissant la main à Lizzie, elle devait être beaucoup plus douée que moi pour ce genre de chose. Je n'écoutais que rarement les problèmes des autres, et les autres ne se confiaient jamais à moi. Clairement, je manquais d'expérience. La Serdaigle a un mouvement de recul, j'ai la sensation, l'espace de quelques secondes, qu'elle va s'enfuir.

Alors que Lizzie continue son discours encourageant, je ne cesse d'acquiescer de la tête, essayant d'apporter du poids aux affirmations de ma collègue. Et, au bout de quelques phrases, je l'entends mentionner le sort permettant de se débarrasser du monstre enfermé dans cette armoire. En un regard, la Professeure de Vol me fait comprendre. Je sors ma baguette.

- Harmony, tu as certainement déjà entendu l'expression "combattre le feu par le feu". C'est exactement ce qu'il va se passer ici. Je change de position tout en parlant. J'ai remarqué le réflexe de fuite qu'à eu l'étudiante toute à l'heure. Je décide donc de me positionner entre sa position et la porte, pour en bloquer l'accès. Dans cette armoire, il y a un épouvantard, et tu vas devoir l'affronter. Tu vas nous montrer ce qui te pose problème, et tu vas le vaincre. Je sais que tu en es capable, tu dois juste puiser cette force au fond toi.

Je croise les bras à nouveaux, mes pieds solidement plantés au sol. Elle ne pourra pas passer par cette porte.

- Tu n'as qu'une seule option, Harmony.

Je lance un regard désolé vers Lizzie, sans même prendre la peine de vérifier à quel point l'étudiante est apeurée, ou non. Je serre la vis, je redeviens moi-même, mais c'est pour son bien.

- #Alohomora !

Un clic puis la porte s'ouvre. Qu'allait-elle révéler ?

HRP : Si Harmony essaie de sortir de la pièce, tu as mon LA pour dire que Ian essaie de l'en empêcher.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Harmony Lin, le  Mer 15 Aoû 2018, 21:06

Trigger Warning - Scène violente + présence abondante de sang

Musique avant l'Alohomora - Musique après l'Alohomora


Ils essayent de savoir ce qui ne va pas mais je ne veux pas leur dire. Si j'ai contacté Lizzie pour qu'elle m'aide à aller mieux, ce n'est pas pour parler de ce qui ne va pas ! Vous ne trouvez pas ça logique ? A vrai dire, moi non plus. Mais je suis dans un état tel que je ne réfléchis plus. L'aigle est allé se posé dans de lointaines contrées auxquelles je n'ai pas accès. Seule subsistent la peur et la douleur. La présence toujours plus menaçante de la Bête qui n'est jamais loin.

— Ne t’inquiète pas pour notre sécurité, on est grands, on se gère. Ce qui compte, encore plus là et maintenant, mais de façon générale aussi, ce qui compte c’est toi. On va trouver un moyen de l’éloigner, tous les trois.

Je soupire de soulagement, un soupir discret, léger, qui ne brise pas le silence qui s'installe alors que des regards s'échangent. Je me demande juste comment ils vont faire pour m'aider. Bientôt, ça ira mieux, j'en suis sûre. Je l'espère.

— Je pense que pour qu’elle cesse de te hanter, il faut que tu apprennes à la conjurer. Tu sais lancer le Riddikulus ?

Non.
Je ne peux pas.


Evidemment que je connais le Riddikulus. Mais affronter ma peur, je n'en suis pas capable. D'autant plus qu'ils pourront voir ce qui me fait peur. La Bête. Mon secret pourrait être menacé et ça, je ne peux pas le permettre.

- Harmony, tu as certainement déjà entendu l'expression "combattre le feu par le feu".

Il me confirme ce que je redoutais. Je fais un pas de plus vers l'arrière puis me rend compte qu'il s'est posté devant la porte. Je suis enfermée, bloquée dans cette pièce. C'est un piège. Je regarde Lizzie, terrifiée, la suppliant presque du regard de me laisser partir. De ne pas me faire subir ça.

- Dans cette armoire, il y a un épouvantard, et tu vas devoir l'affronter. Tu vas nous montrer ce qui te pose problème, et tu vas le vaincre. Je sais que tu en es capable, tu dois juste puiser cette force au fond toi.

Non. Non, non non. Je me retourne vers la porte mais il a croisé les bras et impossible que je puisse le déloger de là. Il n'a sans doute pas la même prévenance à mon égard que Lizzie. Je ne le connais pas aussi bien en même temps. Et il n'a pas la même personnalité. Mais le fait est que je vais devoir affronter ma peur devant eux. Et aucune partie de moi n'est d'accord avec ça. Sauf peut être le loup, qui fait un sourire carnassier à l'intérieur de moi, ce qui m'arrache un tremblement.

- Tu n'as qu'une seule option, Harmony.

Des larmes commencent à s'accumuler sous mes yeux. Aucune ne coule mais la peur remporte clairement ce combat contre le courage qui de temps en temps m'habite pour des causes qui me semblent justes. Je ne suis pas capable de voir apparaître ma plus grande peur. Et si je n'arrivais pas à m'en sortir ? Je...

- #Alohomora !

Un brouillard sort de l'armoire et doucement, des formes apparaissent. Une centrale puis plusieurs autours, le tout ne s'élevant pas plus haut que M. Benbow. Et quand il se dissipe complètement, ma plus grande peur s'affiche à nos yeux.

Une gigantesque flaque de sang recouvre le sol et au milieu d'elle se trouve un loup un peu plus grand que la moyenne avec une fourrure noire. Mais ce qui est le plus étonnant avec ce loup sont ses yeux d'un bleu intense, qui dénotent avec le pelage qui pourrait lui permettre de passer inaperçu dans les profondeurs de la Forêt Interdite. Le loup a les babines dégoulinantes de sang et chaque goutte qui coule vient faire s'agrandir la flaque à ses pieds.

C'est la Bête. La Bête dans toute sa puissance. Avec toute la terreur qu'elle m'inspire...

Autour d'elle, plusieurs personnes, celles à qui appartiennent le sang a priori. Je n'ai pas envie de regarder qui elles sont. Mais je ne peux détacher mes yeux de cette scène horrible et reconnais alors tous ceux auxquels je tiens. Aux pieds du loup se trouve Megan, ma meilleure amie, mon pilier, ma moitié. A ses côtés, toujours allongée dans la marre de sang et blessée gravement à la gorge, Azénor, ma cousine. Et de l'autre côté de Megan, éventrée, ma grand-mère. Juste derrière elle, je reconnais Lïnwe, lui aussi sans vie et attaqué par le monstre qui se trouve au milieu de ce carnage. Max est juste derrière le loup, comme si elle avait été la première à se faire tuer, une première barrière de passée, la protectrice de la Forêt Interdite. Et je ne peux, je ne veux pas regarder plus.

Je m'écroule sur le sol, en pleurs, tremblant de tous mes membres, perdue dans un tourbillon de douleur et de peur. Je sais que ça n'est pas vrai mais je n'ai qu'une chose une tête, qu'une crainte : que cela arrive un jour.

Je suis incapable de lutter. Incapable de faire disparaître cette vision d'horreur qui est apparu. Et alors que je regarde le sol, faisant tout pour ne plus voir cette scène, quelque chose me fait relever la tête :

Un hurlement puissant de la Bête à la Lune...
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Lizzie Cojocaru, le  Dim 19 Aoû 2018, 21:31

L’enfant me supplie du regard, et des sanglots la secouent quand Ian dit que c’est sa seule option. Parmi ses démons, je reconnais bientôt quelques visages plus ou moins familiers. Max, d’abord, la nourrice de mes enfants que le temps avait transformée en une amie loyale ; Lïnwe, mon cobaye préféré sur lequel j’aimais exercer mes rancunes et élans de tendresse ; Azénor, that girl, ma némésis, mon alter ego ; Megan, ma reine du jardin. Il y a aussi, quoiqu’elle ne me soit pas identifiable, une vielle dame partageant ce bain de sang — et, surtout, surtout, un loup déchirant tout et hurlant plus fort qu’Harmony pleure.

Face à son coeur qui se brise, j’hésite. Peut-être est-ce trop tôt. Ce n’était pas à moi de prendre cette décision ; ses peurs, c’était ses combats. Je devais l’aider à domestiquer ses démons, pas lui forcer la main… Et cela, cela ne pouvait pas être la bonne option. Pas si cela se faisait à tant de frais. Surmonter son épouvantard devait pouvoir se faire sans détruire les dernières onces d’espoir qu’abritaient son regard. L’envie de la prendre dans mes bras se fit de plus en plus forte, mais je savais que cela ne suffirait en rien. Cela ne lui ferait rien. Peut-être que si j’avais suivi une formation pour être une meilleure maman, durant ma période de grossesse, j’aurais fait une meilleure amie à présent. Ici, l’impuissance face à sa souffrance m’étouffait.

Troublée par ce spectacle au glauque implacable, je tourne mes pensées dans tous les sens, activais les neurones émotionnels et mes malheureuses capacités d’aide. Damn, c’était où le cours pour mieux comprendre les êtres humains en situation de détresse ? Je sais pas mais moi ça me devenait de plus en plus intolérable cette situation. Je n’ai qu’une envie : intervenir, attirer l’attention de l’épouvantard, le ridiculiser, l’enfermer, et réessayer plus tard. C’est long comme envie, mais vous avez l’idée. Cependant l’anxiété me brûle la gorge : et si elle se convainquait qu’elle n’en était pas capable ? Si elle se mettait à douter d’elle, à croire que les loups sont une menace éternelle planant comme des vautours autour de ses proches ? Si elle se mettait à craindre des canidés inoffensifs et à s’inventer des allergies, si elle n’osait plus regarder la pleine lune ? Vous imaginez un peu, une vie sans plus regarder la moindre pleine lune ?

Retenant donc mes pulsions de super-héros des temps modernes, ou She-Roes pour les intimes, pouvant aussi s’orthographier She Rose si on veut pousser le féminisme, je restais dans l’ombre de la jeune fille, les doigts tapotant, tripotant le bas de ma cape. Non, il n’était pas possible que ce soit la seule voie. Déjà, déjà il fallait qu’elle sache qu’elle n’était pas seule pour affronter sa crainte. Ses craintes, plutôt, puisqu’elles étaient multiples. La perte de ses proches, je pouvais la comprendre, même si j’étais surprise de ne pouvoir identifier des adultes en âge d’être ses parents. Mais les loups ? Pourquoi les loups ? Une peur tirée des livres ? Un loup-garou ayant sévi sur un de ses proches ? Peut-être ayant transformé l’un d’eux. Peut-être que justement, l’un de ses parents était dans le tableau, sous le visage du loup…

— Ce n’est pas réel Harmony.

La voix est ferme sans être tranchante. Je poursuis, m’approchant lentement d’elle.
— Il n’y a pas de menace dans cette salle. Nous sommes avec toi. C’est un épouvantard, rien de plus… Tu es apte à l'affronter. Fais-toi confiance.
La main posée sur son épaule, j’essaie de capter son regard et de lui transmettre la vague de bienveillance et d’empathie et d’amour que j’éprouve à son égard.
— N’intellectualise pas ta peur pour l’instant ; concentre toi sur une idée pour tourner cette scène en une version suffisamment ridicule pour faire reculer la créature. Pour commencer, peut-être vaut-il mieux transformer le sang en une piscine à balles ? Cela t'aiderait après à plonger tes proches dans une atmosphère plus amusante.

Mes mots sont maladroits, déformés par l'envie de bien faire et la sensation de ne jamais faire assez. Mais c'est de tout coeur que mes pensées sont avec elle, et j'espère qu'elle s'en rend compte. Qu'elle garde en tête que whatever comes next, elle n'est pas seule. Elle n'est plus seule.
Invité
Anonymous
Invité

Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Invité, le  Jeu 23 Aoû 2018, 12:10

Impassible, mon regard se plante dans celui, apeuré, de la jeune Lin. Les bras croisés, je reste insensible à son état de détresse. Je peux la lire dans ses yeux, la peur. Elle cherchait une issue, en se tournant vers la porte, mais elle n'en avait pas trouvée. À elle maintenant d'affronter ses démons. Peut-être s'attendait-elle à une hésitation de ma part, une once de regret ou d'empathie. C'est bien mal me connaître.

Mon attention est détourné, par cette brume qui s'échappe de l'armoire. Impossible de dissocier quoique ce soit à l'intérieur de l'épais brouillard, ne serait-ce qu'une forme. Je me mordille la lèvre inférieur, légèrement inquiet. Quelque chose me dérange, je sens mes muscles se tendre alors que je redoute la disparition de ce brouillard. Je cligne des yeux. Impassible, je ne le suis pas. Je fais un pas en arrière, fronçant les sourcils. Peut-être par instinct, je ne sais pas trop, mais mon regard se concentre sur l'unique visage qui m'importe réellement.

De longs cheveux noirs, teintés de rouges, des lèvres charnues, entre-ouverte, des yeux marrons résolument fixé sur le plafond, immobile. Une gorge déchiqueté, de laquelle s'écoule une quantité effrayante de sang. Paralysé, je n'arrive pas à quitter la scène des yeux. Cinq secondes durant, mon monde entier s'écroule. Je me sens oppressé, écrasé par une pression si intense qu'elle m'arrache à la réalité. J'en oublie l'épouvantard, Lizzie et Harmony. Il n'y a plus qu'elle et moi.

Je me sens vaciller. Je veux bouger, m'appuyer sur le mur pour récupérer un brin d'équilibre, mais je n'y arrive pas. Je suis tétanisé, abandonner par mon corps. Je veux fermer les yeux, m'échapper de ce spectacle horrifiant, mais c'est impossible. Je ne peux que la regarder mourir.

Un hurlement, me glaçant le sang, résonne dans la pièce. Un cri qui me fait frissonner, qui me réveille. Lentement, j'utilise ma main droite pour faire disparaître l'unique larme s'étant frayé un chemin le long de ma joue. Je ferme les yeux. Je reprends mes esprits, alors que j'entends Lizzie s'adresser à Harmony. Des mots qui, ironiquement, pouvaient tout aussi bien m'être destiné.

- Ce n’est pas réel Harmony. Ian, entendais-je.

Ce n'est pas réel, Ian.

Elle a raison. J'ouvre les yeux. J'essaie de faire un pas, j'y arrive péniblement. Mon regard se pose sur le coupable, cet énorme loup, babines retroussées, les dents rougies par le sang de ses victimes, par le sang d'Azénor. Je récupère ma mobilité, sans pour autant regagner mon sang froid. Je transpire. Les gouttes de sueurs se multiplient sur le haut de mon front, alors que j'essaie de me frayer un chemin jusqu'à Harmony, les yeux rivés sur cette bête énorme, bien plus grosse qu'un loup ordinaire.

L'étudiante est au sol, submergé par la peur, comme je l'ai été il y a quelques minutes. Lizzie est à ses côtés, une main posée sur son épaule en guise de soutien. Trop effrayé pour regarder à nouveau en direction de la Gryffondor, je lui tourne le dos, bien conscient maintenant qu'il ne s'agit que d'une illusion. Mon visage, précédemment fermé, est maintenant ravagé par les différentes émotions qui m'ont traversées. Je suis à peu près certain que l'on peut y lire mon inquiétude.

Je tends la main vers Harmony, et d'une voix anormalement faible, j'ajoute.

- Relève-toi. Bats-toi.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Harmony Lin, le  Jeu 23 Aoû 2018, 13:10

Alors que je suis au sol, en pleurs, comme perdue face à la douleur qu'est la vision de mon pire cauchemar, un hurlement de la Bête me fait relever les yeux. Et soudain, mes yeux sont accrochés par les siens. Douce ironie quand on sait qu'elle les tiens de moi. Ces yeux bleus que je tiens moi-même de ma mère, ces yeux bleus si reconnaissables, si puissants. Ces yeux qui actuellement, sont comme une prison pour moi. Je ne peux plus cesser de la regarder, elle et ses babines desquelles coule le sang de tous ceux qui comptent. Une long frisson me parcours tandis que je reste bloquée une nouvelle fois, vaincue par la peur.

— Ce n’est pas réel Harmony.

Ce n'est pas réel...

Et la, je me souviens que je ne suis pas complètement seule. Il y a Lizzie derrière moi. Et puis Ian aussi, deux professeurs qui vont pouvoir m'aider ? Qui peuvent faire disparaître cette vision d'horreur ?

— Il n’y a pas de menace dans cette salle. Nous sommes avec toi. C’est un épouvantard, rien de plus… Tu es apte à l'affronter. Fais-toi confiance.

Elle pose sa main sur mon épaule et cela m'aide à sortir de la cage que la Bête avait formée autour de moi. Doucement, tout doucement, je tourne mon regard vers elle. Je lis dans ses yeux beaucoup de belles choses mais toutes ces belles choses, peuvent-elles vraiment m'aider à affronter ma peur ?

— N’intellectualise pas ta peur pour l’instant ; concentre toi sur une idée pour tourner cette scène en une version suffisamment ridicule pour faire reculer la créature. Pour commencer, peut-être vaut-il mieux transformer le sang en une piscine à balles ? Cela t'aiderait après à plonger tes proches dans une atmosphère plus amusante.

Le sang ? Une piscine à balle ? Je... Non, ce n'est pas ça ma plus grande peur. Je n'arrive pas à visualiser une situation dans laquelle cette scène pourrait être drôle. Si la Bête est présente, la scène ne peut que représenter la douleur. La peur. La perte de contrôle totale. Je.. J'en suis incapable.

- Relève-toi. Bats-toi.

Nouvelle voix qui retentit. Plus faible. Comme s'il avait deviné ma véritable nature, comme s'il avait peur de moi. J'ai envie de pleurer à nouveau mais au moins, il ne m'a pas encore attaqué ?! Donc peut-être suis-je en sécurité ? Il me dit de me battre en tout cas, ils me disent tous les deux de me battre. Alors peut être que je peux essayer ?

Doucement, je me tourne cette fois-ci vers Ian et je prends la main qu'il me tend. Je me relève, les jambes tremblantes et le coeur battant à tout rompre. J'inspire profondément puis j'expire tout l'air de mes poumons. J'essaye, sans doute en vain, de me calmer un peu. De me donner du courage pour affronter cette vision que je n'ose même plus regarder.

Alors je ferme les yeux et je me tourne vers là ou se trouve la Bête et je la visualise, un jouet pour chien entre les crocs. Je l'imagine en train de remuer la queue, comme si elle voulait que je vienne jouer avec elle, comme si je devais venir attraper la balle pour la lui lancer le plus loin possible. Mais le sang... Le sang... Je n'arrive pas à retirer de mon esprit cette vision du sang sur le corps de mes proches. Comment rendre drôle tout ça ? Je ne sais pas... Je n'y arrive pas...

Après tout, peut être que ma première vision suffira ?

- #Riddikulus !


J'ouvre les yeux mais rien n'a bougé. Les corps sans vie de mes proches baignent toujours dans une marre de sang. La Bête est toujours aussi terrifiante. Je pousse un soupir teinté de sanglots. J'ai besoin de toutes les forces en moi pour ne pas m'écrouler à nouveau en pleurs. Les paroles de mes professeurs résonnent dans ma tête. Je peux le faire. Je peux me battre. Tout ça n'est pas réel. Je peux faire en sorte que ça n'arrive jamais.

Alors je me concentre à nouveau et je visualise de nouveau la Bête et son jouet et puis les paroles de Lizzie me reviennent en tête. La piscine à balle... Essayons.

- #Riddikulus !

Toujours rien. RAAAAAAAAAAAH ! En suis-je capable ? Oui. Oui, j'en suis capable. Allez ! Je souffle, j'expire, j'inspire, je jette un regard à mes professeurs, comme pour leur prendre de la force, le temps de lancer ce sort. Et je visualise la scène. Le loup est maintenant un chien qui n'arrive pas à tenir debout dans les balles et qui fait tout pour ne pas lâcher son jouet, ce qui lui fait perdre l'équilibre et s'écrouler dans les balles. A côté, chacun de mes proches s'amuse dans les balles et rigole en voyant le chien-loup se perdre au milieu de cette piscine pour enfants.

- #Riddikulus !

Et la, quand j'ouvre les yeux, c'est exactement cette scène qui se déroule sous mes yeux. Je soupire de soulagement et m'écroule sur le sol, épuisée et toujours un peu terrifiée mais soulagée d'avoir réussi.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Lizzie Cojocaru, le  Jeu 23 Aoû 2018, 23:32

La voix de Ian me surprend ; les émotions qui la traversent ne lui ressemblent pas. Je ne peux m’empêcher de le regarder, surprise, et de tanguer sous le ravage de ses souffrances. Sur le coup, je ne pensais plus à son lien avec la directrice. J’hésitais à l’approcher, mais Harmony avait plus besoin de moi que lui ; nous en parlerions plus tard, si le besoin se faisait sentir. D’une certaine façon, le voir ainsi humain me faisait du bien ; c’était la première fois que son masque tombait, qu’il ne vendait ni cynisme, ni arrogance, ni séduction pour se dissimuler. Il n’y avait que cette terreur à l’idée de la perdre.

Mal à l’aise, je tourne mon regard vers Harmony, et continue de l’encourager. Il faut qu’elle sente ma présence indéfectible — pour elle, et pour lui. Une raison de plus. Connaissant son coeur gros comme le monde, je me demande si elle a vu l’état dans lequel il est, si cela lui servira de déclic… ou si sa propre douleur est si étouffante qu’elle ne pourra regarder le professeur Benbow. Il semble important de vite effacer ce tableau d’horreur.

Je m’en veux quelque peu d’avoir mis si longtemps à le reconnaître tel quel ; je crois que mon passé a tant banalisé l’image que je me fais de la violence que je ne sais plus reconnaître son intensité, même illusoire, dans l’esprit des autres. Il est temps que je m’ancre dans le réel, que je m’éloigne de Sunil, que je me retrouve et regarde mes peurs de près. Aurais-je, si l’occasion m’en était donnée, la force qu’avait Harmony en regardant ses démons en face ?

Allez Harmony, tu y es presque !

Maintenant qu’elle a la main de Ian dans la sienne, j’ai le sentiment qu’une énergie nouvelle la galvanise. Peu à peu, des détails changent de visage ; là apparaît un jouet, ici le loup se fait chien… C'est bien ça ! Continue ! Bientôt, la piscine à balles fait son apparition, et l’animal, chutant à répétition, s’attire les moqueries des défunts — non, d’ailleurs, non ils sont revenus à la vie. Un rire de surprise et de soulagement s'échappe de ma gorge : elle a trouvé le moyen de les faire revenir à la vie. Qu'elle est étourdissante vraiment.

Quand je vous dis qu’elle sait tout faire cette petite… Elle a dans ce coeur plus d'Espoir que n'en porte le reste du monde assemblé. Et peut-être les prochains, pour un peu qu'ils soient habités. Je l'avais senti, à notre première rencontre près du banc ; et aujourd'hui encore, face au carnage, elle parvient à trouver un soupçon d'humour, un élan de vie.

Sans laisser le répit s'installer, je les hèle rapidement :
— A trois… Riddikulus ? avant de lancer le décompte sur un rythme rapide et haché.

Il ne faut pas se tromper : son soulagement n’aura sans doute qu’une courte durée ; Ian est mieux placé que moi pour le savoir, mais un épouvantard ne va pas rentrer sagement chez lui. Il va chercher sa prochaine proie, et l’état du professeur me laisse imaginer qu’il pourrait bien être cette cible… Or, si on retombe sur la mort d’Azénor, Harmony va s’effondrer, ce n'est pas si dur à prévoir. Elle n’a pas signé pour ça ; je le sais.

Un sentiment d'urgence m'étreint la gorge. Il nous faut profiter de l’état de confusion de la créature pour la renvoyer dans son armoire avant que la peur n’emplisse à nouveau cette salle. Ensuite seulement pourrons nous nous reposer sur les lauriers de la jeune Serdaigle et discuter de ce que cette vision a réellement signifié pour elle. Il faut bien admettre qu'un blocage dans mon cerveau m'empêche, de mon côté, de lui donner ou plutôt de lui chercher un sens ; je rejette la violence, refusant de la voir pour ce qu'elle est.

Les autres frissonnent face au sang ; je ne contemple que le rouge.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Harmony Lin, le  Lun 15 Oct 2018, 23:05

Alors que je crois que tout est fini, que j'ai vaincu mon épouvantard, je remarque que le loup se tourne soudain vers le professeur de Défense contre les Forces du Mal. Je me tourne alors vers lui, toujours perdue dans la brume de la réussite mais aussi de la fin de la terreur sauf que... Il n'a vraiment pas l'air bien. Et quand j'entends Lizzie - qui m'a d'ailleurs encouragée pendant toute mon épreuve contre la Bête - me dire qu'il faut lancer une nouvelle fois le sort, je ne réfléchis pas plus et me relève, comme trouvant une force nouvelle.

Je me met alors instinctivement devant mes deux professeurs, sachant bien que si l'épouvantard leur fait face, leur plus grande peur me sera dévoilée. Ils sont venus pour m'aider et non pour subir ça donc si je peux protéger leur vie privée, peu importe si j'ai une épreuve de plus à surmonter.

Ensemble, nous lançons un #Riddikulus qui ne change pas grand chose si ce n'est que la scène devient un peu plus drôle puisque le loup n'arrive maintenant plus à tenir sur ses jambes. Je lance alors un coup d’œil à Lizzie.

- Tu m'aides à en finir ?

D'un geste et sans attendre sa réponse, je pointe de nouveau ma baguette et lance un sort supposé faire s'envoler l'épouvantard jusque dans l'armoire de laquelle il est sorti. Il est temps que cette horrible créature aille faire dodo jusqu'à ce qu'on ait de nouveau besoin d'elle. J'espère personnellement que ça ne sera pas avant longtemps.

- #Eolo Procella

Tout le courage que j'ai accumulé semble partir avec ce dernier sort, me prenant mes dernières forces. Je souffle. Puis relève les yeux, espérant que l'épouvantard n'est plus qu'un mauvais souvenir...
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Lizzie Cojocaru, le  Sam 20 Oct 2018, 11:46

Harmony trouve quelque part dans sa force de vie inépuisable l'énergie de me rejoindre, et à trois, nous lançons un premier sort. Le loup perd son équilibre, avec des jambes toutes flageolantes, comme si elles étaient faites en flamby. Amusée, je réponds à l'invitation de Harmony et nous terminons l'épouvantard d'un bloc. Le chevalier de la peur se rétracte, chargé par un coup de vent dans l'armoire.

Je me jette contre la porte et la verrouille de plusieurs sorts, par sécurité. Il va falloir le virer de Poudlard lui, à moins que Ian en garde une collection dans son bureau ? Ouais non, dans cet état là, hors de question que je le file au professeur de défense contre les forces du mal. Limite, je pourrais le garder de mon côté. Vous croyez que y a un moyen de choper un bout d'un épouvantard, pour des tests de potion ? Y a peut-être des calmants contre la peur qui peuvent être faits à partir de ça, genre des antidotes avec la troisième loi de Golpalott et tout…

Incertaine, je reste adossée à la porte, le souffle court. Au départ, la créature cogne pour être libérée, puis elle finit par se taire.
— C'était plus complexe que je le pensais, on était pas trop de trois pour celui-là…

Lentement, je prends une retraite loin de la tristesse et des terreurs inspirées par cette scène, et m'avance vers la jeune Serdaigle. Elle semble si épuisée par ce qu'il s'est passé…

Fronçant les sourcils, mal à l'aise, je finis par trouver mes mots.
— Je suis désolée, je n'ai pas de chocolat sur moi, mais j'ai des cacahuètes si tu veux, ça fait du bien aussi. Hum…

Silence, le temps de retrouver. La retrouver.

— Hum, tu crois que tu pourrais nous parler de ce qu'il s'est passé ? Cette femme qui te hante… Laquelle était-ce ?

Bah elle a pas inventé la poudre Lizzie, hein. Logique, vu la suite des événements j'ai envie de dire.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Harmony Lin, le  Dim 04 Nov 2018, 23:24

Le démon... Il est vaincu ? Je n'y crois pas. Je sais qu'il reviendra, qu'il n'est jamais vraiment loin. Ce n'était que la version visible de mon épouvantard mais il reste coincée au fond de mon cœur et refuse obstinément de partir. Il ne partira jamais je crois. J'aurais pour le restant de ma vie peur que le loup me dévore et qu'il dévore par la même occasion toutes les personnes qui comptent pour moi.

Mais pour l'instant, il n'est plus. Un effort commun l'a fait battre en retraite. Alors comme une poupée de chiffon qui se souviendrait brusquement qu'elle n'est pas faite de chair et de sang, je m'effondre sur le sol, sans énergie. Et je regarde la porte de l'armoire, le regard vide, mon esprit étant comme parti en vacances. Je n'entends même pas la créature qui se bat contre cette prison de bois, je ne suis juste plus là.

— C'était plus complexe que je le pensais, on était pas trop de trois pour celui-là…

Je voudrais acquiescer, je le voudrais je vous assure. Mais je n'en ai juste pas la force. Alors un soupir s'échappe simplement de mes lèvres, comme une parole sans son. Puis le silence revient et j'avoue que ce n'est pas pour me déplaire.

— Je suis désolée, je n'ai pas de chocolat sur moi, mais j'ai des cacahuètes si tu veux, ça fait du bien aussi. Hum…
Hum, tu crois que tu pourrais nous parler de ce qu'il s'est passé ? Cette femme qui te hante… Laquelle était-ce ?


Oh. Il va falloir que je parle maintenant, que je sorte de ma bulle. La bulle dans laquelle j'aimerais me cacher pendant quelques semaines et en ressortir réparée. En ressortir fraîche et neuve, comme si je n'avais pas de multiples blessures. Comme si j'étais invincible. Mais j'avoue ne pas être sure de réussir à me faire croire ça à moi-même, même si j'étais seule sur une Île, sans personne autour pour me hanter. J'avale ma salive et j'ai comme l'impression d'avaler un couteau tant les larmes sont proches de paraître. Il faut former un mot maintenant. Allez.

- Non, merci... Ce n'était pas une femme mais une créature. Le loup. C'est cette bête qui me hante.

Mais si seulement elle savait que c'était moi. Si seulement je pouvais lui dire. La mettre en garde de s'éloigner avant qu'il soit trop tard. De partir vite, très vite loin de moi. Si seulement je pouvais m'enfermer dans cette cage, me protéger contre lui et protéger les autres de ce côté sombre de moi.

Si seulement...
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Lizzie Cojocaru, le  Mar 13 Nov 2018, 22:22

Harmony finit, à contre-coeur, par m'avouer que ce n'est pas une femme qu'elle craint, mais le loup qui ensanglantait le tableau. Surprise, j'arrondis la bouche en un O et je dis :
— Oh.

Puis il faut le temps que ça percute, que je trouve quelque chose pour rebondir. On a toujours fait le procès du grand méchant loup, alors c'est sûr, tous les élèves en ont peur, mais en vrai, c'est pas méchant les loups !

Comment l'en persuader ? Dans quels contes me faut-il piocher ? Oh, l'affaire n'est pas mince, d'autant plus que notre société nous a habitué à la plus grande défiance vis à vis de ces fautes ! C'est un truc bien ridicule quand même. Chez nous, manger du cochon ça gêne pas, mais alors le chien ou le chat c'est im.po.ssi.ble. Et de la même manière, notre manichéisme veut que toutes les fables et histoires présentent le loup comme un monstre dont il faut se méfier, se protéger… quitte à causer sa mort.

On s'inquiète jamais de la souffrance des loups. Enfin dans quelques romans et associations, mais c'est plutôt rarissime. Vite, une image, quelque chose pour la réconcilier avec les loups !
Alors que je contemple le visage encore terrifié de la jeune fille, une image me revient.

C'est le loup qui la hante. C'est le loup qui la hante. Mais qui hante le loup ? Sa tante !
— Tu sais, les loups ne sont pas foncièrement méchants. Ils peuvent être agressifs face à un adversaire tendu ou peureux ou haineux. C'est comme les chevaux, les loups ça sent les choses, bien mieux que nous les humains…


Je prends une feuille et je lui fais un dessin avec un loup très triste dessus. Globalement on dirait surtout une patate géante, mais il a une larme et y a écrit "le loup" souligné trois fois.
Lentement, je reviens vers Harmony, lui remets la feuille et pose une main bienveillante sur son épaule. Comment le lui dire ?
— Avec ce système de merdre, la déforestation et tout et tout, les loups ils font pas confiance aux hommes, alors ils peuvent agir de façon sauvage. Mais il n'est pas impossible d'établir un lien et une confiance réelle avec eux.


Je me fouille la cervelle.
— Un bon moyen de commencer, ça peut être de parler avec un loup-garou… Après tout, ce sont ceux qui s'y connaissent le mieux au sein de l'espèce humaine. J'pourrais sans doute t'en présenter un… Si t'as peur qu'il s'en prenne à toi, je peux te fournir une bague de protection ?


Bon plan, ça. Vaincre la peur du loup en parlant avec un loup-garou… San savoir à craindre qu'il vous attaque.
— C'est pas très complexe comme truc, c'est juste une bague avec un poil de loup-garou dedans, et ça permet aux loups-garous de savoir qu'ils sont en présence d'un allié. Mais si ça peut t'aider, d'en parler à un expert, je t'en ramène une dès demain.


C’est pas simple, la pédagogie, et Ian m’aide pas, mais on y arrivera. Tu te débarrasseras de tes peurs, ma belle. Tu auras des boucliers dans la poitrine, à la place des poumons, et tu respireras avec plus de confiance.

petit rappel sur la cohérence — comme dans le rp de morsure lizzie ne sait pas que harmo est lg, elle pense ici que harmo a simplement peur des loups et qu'il faut qu'un lg la réconcilie avec ces créatures.
Harmony Lin
Harmony Lin
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Harmony Lin, le  Sam 24 Nov 2018, 17:09

En annonçant que c'était le loup qui me hantait, j'avoue que j'attendais autre chose comme réponse que "Oh.". Alors pendant quelques secondes, je panique un peu intérieurement, me disant qu'avec tant d'indices, elle a découvert mon secret. Je me relève alors, prête à m'enfuir. Prête à abandonner toute chance d'être un jour sauvée. Oui, aujourd'hui j'ai vaincu ma peur, mais demain elle reviendra, je n'en doute pas une seule seconde. Malheureusement, vaincre ses peurs n'est pas aussi facile que ce que l'on peut penser, pas aussi facile que lancer un simple sortilège.

— Tu sais, les loups ne sont pas foncièrement méchants. Ils peuvent être agressifs face à un adversaire tendu ou peureux ou haineux. C'est comme les chevaux, les loups ça sent les choses, bien mieux que nous les humains…

Oh oui, ça je le sais... Ils sentent beaucoup de choses. J'aurais juste aimé ne pas être le loup, encore moins celui qu'elle dessine. Parce que moi, ce que j'aimerais faire sur son dessin, c'est remplacé le loup qui pleure par un loup heureux, un loup avec un sourire carnassier. Et à côté se trouverait une petite fille aux yeux bleus qui pleure. Oui, cette image me semble bien plus proche de la réalité.

— Avec ce système de merdre, la déforestation et tout et tout, les loups ils font pas confiance aux hommes, alors ils peuvent agir de façon sauvage. Mais il n'est pas impossible d'établir un lien et une confiance réelle avec eux.

J'essaye ! Je promets que j'essaye d'établir un lien. Mais quand il cherche à me pousser hors de mes limites à chaque seconde de ma vie, quand il peuple mes cauchemars pour que je dorme le plus mal possible et que je lui cède, la confiance est difficile à donner.

- Un bon moyen de commencer, ça peut être de parler avec un loup-garou… Après tout, ce sont ceux qui s'y connaissent le mieux au sein de l'espèce humaine. J'pourrais sans doute t'en présenter un… Si t'as peur qu'il s'en prenne à toi, je peux te fournir une bague de protection ?

Mon sang se glace dans mes veines. Non, non, non. Enfin je pourrais peut être découvrir qui m'a mordu si elle fait ça mais non. Je ne peux pas.

- C'est pas très complexe comme truc, c'est juste une bague avec un poil de loup-garou dedans, et ça permet aux loups-garous de savoir qu'ils sont en présence d'un allié. Mais si ça peut t'aider, d'en parler à un expert, je t'en ramène une dès demain.

Pas besoin d'une bague comme ça pour savoir que qu'il sera en présence d'un allié. Et j'avoue que je me passerais bien de ça. Et d'ailleurs, il est temps que je file, non ? Je me lève, fais un sourire gêné et me dirige vers la porte.

- C'est gentil, mais non merci. Merci pour votre aide en tout cas, c'était un peu violent mais efficace je suppose. Bonne soirée.

Et je ne m'enfuis pas mais je marche très vite pour m'éloigner de cette salle, de Lizzie qui est bien trop proche à mon goût de découvrir la vérité. Je veux me renfermer de nouveau loin de tout ce qui me terrorise, même si après tout ça, elle s'est un peu calmée ce soir. Peut être que je pourrais pour une fois bien dormir ? Je l'espère...

[Fin du RP pour moi - Merci ♥]
Invité
Anonymous
Invité

Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Invité, le  Ven 25 Jan 2019, 22:33

RP unique

La balade de la brune continue dans les couloirs de Poudlard. Une petite promenade de santé, un jogging matinal pour se mettre en forme ? Pour se réveiller peut-être ? L’ancienne auror s’amuse. Du vide du château alors que la majorité des élèves ne sont pas encore levés. Comme si elle pouvait en apprécier toute la beauté, toute la simplicité. Et ce silence, oh que le silence fait du bien lorsque l’on passe son temps entouré d’adolescent de tous poils. La brune contemple, parfois elle fait la causette avec des tableaux « Vous allez bien ? » « Oh très bien et vous Miss Wildsmith ».  Les tableaux sont polis. Parfois. Pas toujours. Certains sont clairement de gros malotrus que la brune ne préfère pas croisé. Enfin comme pour l’humanité, il y avait des bons et des beaucoup moins bons, voire des carrément mauvais. Mais du reste … difficile hein.

D’ailleurs, ce matin-là, la brune prend volontairement son temps. Elle choisit à quel tableau elle laissera de la compagnie. Et puis y’en a un qui hurle à ses oreilles. Il est là, réclame de l’attention. Alors elle sourit. Elle sait exactement ce qui lui faut. « Oh Monsieur le chevalier, je vous apporte de la compagnie ». Sourire énigmatique, ou plutôt malicieux. Une pile de tract, avec le visage de l’élève Askin. Et elle en tartine partout sur le tableau, ignorant les insultes du chevalier dessous. Heureusement qu’elle ne fait pas ça lorsque tout le château est reveillé, sinon … il y avait de grande chance que son autorité en prenne un coup.

A côté, une dame dans un tableau rigole elle aussi. Elle indique à Elly qu’elle n’en pouvait plus de ce soi-disant chevalier. Car il ne s’agissait, au final, que dans paysan qui avait extrait son armure d’un autre tableau. Ah bravo, quel exemple ! « Il ne vous embêtera plus pour quelque temps ». Et sans un mot de plus, le sourire aux lèvres, la brune s’éloigne. Des tracts vantant LEGIT, cette association estudiantine lancée par son cousin, nul doute que ce serait visible.

Devant un tableau - Page 13 3_eliu10
Contenu sponsorisé

Devant un tableau - Page 13 Empty
Re: Devant un tableau
Contenu sponsorisé, le  

Page 13 sur 13

 Devant un tableau

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.