AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -20%
Multiprise Electraline 8 prises avec interrupteur et ...
Voir le deal
9.59 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 2 sur 10
La galerie des armures
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Invité
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Dim 19 Avr - 19:52

Bien que Severus ait une idée de ce qui arrivé à Emma-Lee, il fut incapable de faire quoique ce soit lorsque la jeune femme hyperventila entre ses bras. * Calme-toi Sev'... Il y a bien quelque chose à faire ! * La Serdaigle commença à être prise de tremblements. Elle perdait complètement le contrôle de son corps. C'est alors qu'elle perdit toute force corporelle. Le Serpentard l'a senti s'effondrer dans ses bras. Il la retint et la fit s'allonger contre son torse avec toute la précaution dont il était capable.

Severus était extrêmement tendu. Il se sentait désarmé face à cette situation. Emma-Lee raffermit sa poigne près de son cou. Ce fut le déclic. Il fallait entreprendre quelque chose. N'importe quoi...
* Réfléchis ! Réfléchis ! Mum a dû parler de ça un jour... * pensa-t-il en se concentrant sur ses souvenirs. Sa mère travaillait à Ste. Mangouste. Il devait y avoir une référence, quelque chose par rapport à ça. Fermant les yeux pour se concentrer l'espace d'un instant, le Serpentard se souvint d'une discussion entre son demi-frère et leur mère à propos d'une femme ayant eu une hyperventilation au cours d'une journée. Sa mère avait dit quelque chose à ce propos... * Il faut... Il faut lui mettre la main devant la bouche ?! * se dit Severus en rouvrant les yeux et en essayant ce geste.

Le jeune étudiant plaqua sa main devant la bouche d'Emma-Lee et lui caressa doucement les cheveux.


- Ça va aller... Ça va aller... murmurait-il en essayant de se rassurer autant que de la rassurer elle-même.
Emma-Lee Swan
Emma-Lee Swan
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Emma-Lee Swan, le  Dim 19 Avr - 20:40

Les poumons de la Serdaigle étaient en feu. Le trop plein d'oxygène lui donnait l'impression de ne pas en avaoir assez et de suffoquer, lui faisant perdre tout contrôle sur elle-même.
Alors qu'elle s'écroulait sur place, Severus la rattrapa et l'allongea sur lui, cherchant une solution pour lui venir en aide. Sa mère faisant partie du personnel soignant de Ste Mangouste, elle lui avait forcément parlé des gestes à adopter en cas d'urgence.

- Ça va aller... Ça va aller...

Quelques instants plus tard, le Serpentard colla sa main près de la bouche d'Emma-Lee, la forçant à respirer l'air qu'elle expirait. Et à mesure que les secondes passaient, la jeune élève retrouvait peu à peu ses capacités.
Ses muscles cessèrent de se contracter involontairement, ses mains se détachèrent de son cou pour attraper la chemise du jeune homme et la 3e année cacha son visage dans le cou de son amoureux.
Les doigts de Severus dans les cheveux de sa compagne aidèrent à la détendre un peu plus, et l'encourageant à s'accrocher davatage à celui qu'elle avait esquivé pendant le mois qui venait de s'écouler.

Malgré tout ce qu'elle avait entreprit pour s'en sortir seule, l'état d'Emma-Lee ne s'était pas amélioré. Et dans ce couloir, seule avec son confident, elle se rendit compte qu'elle n'aurait pas dû s'isoler de lui comme elle l'avait fait, mais plutôt lui demander conseil, soutien et réconfort comme un homme devrait le faire pour sa femme.
Mais son caractère indépendant et son instint de protection avaient pris le dessus...

- Je suis désolée...
souffla t-elle près de son oreille en respirant l'odeur de son parfum.
Invité
Anonymous
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Lun 20 Avr - 19:01

- Je suis désolée...

Severus pouvait sentir le souffle de la jeune Serdaigle dans le creux de son cou. Elle venait de reprendre un peu de contenance. Il lui faudrait encore quelques instants pour pouvoir se calmer complétement et entamer une discussion rationnelle. Le Serpentard continua à passer ses doigts dans sa chevelure. Ce simple geste le calmait énormément, alors pourquoi pas elle ? Depuis qu'ils se connaissaient, le jeune homme avait bien cerné la personnalité d'Emma-Lee; ce qui la calmait, ce qui la vexait, ce qui la rendait triste, ce qui l'effrayait...

- Tu n'as pas à t'excuser. J'ai bien compris que quelque chose n'allait pas à ton attitude envers moi, lui expliqua-t-il pour l'apaiser davantage. Dès que tu t'en sentiras la capacité, tu pourras me parler de ce qu'il t'est arrivé pour que je te retrouve dans un tel état de tension corporelle et psychique. Pour le moment, calme-toi.

Severus réfléchit un instant, se disant qu'il n'était pas bon de la forcer à se confier dans un tel état de stress. Soit il patientait et la forçait à lui révéler ce qui n'allait pas depuis un mois; soit il la ramènerait dans sa salle commune afin qu'elle se repose un peu et qu'elle choisisse le bon moment pour lui raconter le pourquoi de tout ça.

Inspirant, il se décida de lui laisser le choix après un petit moment de silence.


- Écoute, Emma-Lee, je te laisse le choix: soit tu m'expliques ce qui ne va pas depuis un mois, soit je te raccompagne à ta salle commune pour que tu dormes un peu, que tu te détendes et que tu m'expliques quand tu le voudras. Je serais patient, ajouta-t-il en lui déposant un baiser sur le front.
Emma-Lee Swan
Emma-Lee Swan
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Emma-Lee Swan, le  Jeu 30 Avr - 12:20

Emma-Lee se calmait peu à peu dans les bras de Severus. Ses bras lui rappelaient qu'il était là pour elle, que ce soit dans les bons ou les mauvais moments. Malgré toutes les disputes que le couple avait connu, il était resté auprès d'elle.

- Tu n'as pas à t'excuser. J'ai bien compris que quelque chose n'allait pas à ton attitude envers moi. Dès que tu t'en sentiras la capacité, tu pourras me parler de ce qu'il t'est arrivé pour que je te retrouve dans un tel état de tension corporelle et psychique. Pour le moment, calme-toi.

Malgré ses paroles, la jeune fille se rendait compte que sa fuite était ridicule. Son petit ami aurait pu l'aider à surmonter son agression, ou du moins la rassurer dans ses déplacements et éviter de nombreuses crises comme celle qu'elle venait de faire.

- Écoute, Emma-Lee, je te laisse le choix: soit tu m'expliques ce qui ne va pas depuis un mois, soit je te raccompagne à ta salle commune pour que tu dormes un peu, que tu te détendes et que tu m'expliques quand tu le voudras. Je serais patient.

Le rythme cardiaque de la Serdaigle se mit à accélérer d'un coup en songeant à la salle commune de sa maison. Elle ne se sentait en sécurité nulle part, elle avait sans cesse l'impression que quelqu'un la suivait ou allait l'attaquer. Rien ne la rassurait..

Dans un murmure, Emma-Lee lui répondit d'un ton paniqué en s'agrippant un peu plus à son cou:

- Ne me laisse pas...
Invité
Anonymous
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Sam 13 Juin - 21:04

Pas de réponse depuis plus d'un mois, je pique le sujet !
RP avec Morgan et Lizzie


Amis, Ennemis et Armures en folie


Le moins que l'on puisse dire sur les derniers mois qu'avait passés Seth à Poudlard, c'est qu'ils avaient décidément été les plus ennuyants de son entière scolarité dans le château.

Cours. Repas. Révisions. Sommeil. Repas. Cours. Repas. Révisions. Sommeil. Repas. Cours. Repas. Révisions. Sommeil. Repas. De temps en temps, quelques délires entre amis pour alimenter cette période de l'année ensoleillée. Mais bon dieu de Merlin, le tout restait pénible à souhait !

Plus de Holly Smythe. Disparue, pouf ! Seth avait bien fini par passer à côté de cette fille qui n'avait occupé que quelques mois de sa vie.
Plus de papa. Oublié, pouf ! Fallait bien continuer à vivre, de toute façon.
Plus de Ariana. Ils ne se croisaient plus dans les couloirs, ne communiquaient absolument plus.
Et il y avait cette nouvelle direction à l'école des sorciers. Alors que la mort de Renata Harshing avait fait un tabac chez les élèves comme chez les adultes et auprès du gouvernement, Seth, quant à lui, n'y avait guère prêté attention. Et le nouveau patron avait débarqué ; Sergeï Kholov. Il avait imposé un tout nouveau règlement à Poudlard, de quoi faire frissonner tous les élèves par sa sévérité. Mais Seth n'en avait rien eu à cirer là aussi, puisque son seul but à présent était de passer son année au calme, sans personne pour bloquer son chemin et sans commettre aucun acte susceptible de gâcher son avenir.

Il avait vu le temps passer à un rythme assez lent pour pouvoir compter des milliards de moutons. Cependant, son ennui, au lieu de lui redonner goût à l'amusement et au plaisir de la vie, n'avait fait que l'enfoncer dans les profondeurs de l'emm*rde. Lorsqu'il avait du temps libre, il se posait dans un coin de la bibliothèque et roupillait jusqu'au soir. Ou il sortait ses livres de cours et lisait quelques chapitres qu'il jugeait intéressants – en gros, à peu près tout ce qui ne parlait pas de plantes.

Et ainsi il se robotisait, devenant le parfait modèle du citoyen que l'on disait exemplaire mais qui n'était en réalité qu'un mouton parmi tant d'autres. La preuve, s'il avait voulu mouvoir son arrière-train, il aurait déjà tenté de se rebeller contre l'autorité de Kholov, ou aurait à l'inverse rejoint l'élite qu'avait formé le nouveau directeur et qui aurait permis à Seth de se montrer supérieur à ses camarades.

Enfin bref. Here he was, traînant dans les couloirs, ne pensant à rien qui vaille la peine de s'y attarder. Ce jour-là était un jour comme tous ceux qui l'avaient précédé, et le Blaireau marchait ici d'un air nonchalant. Un Blaireau, il en était un vrai, maintenant, mais pas dans le sens que l'entendait le monde magique. Ses camarades ne lui disaient plus qu'un court « Salut, ça va ? » lorsqu'ils le croisaient dans les couloirs, et il ne se marrait plus autant qu'à l'époque de cette cuite aux Trois Balais qu'il avait passée en compagnie de Morgan et Severus. Ces-derniers, il ne faisait que les croiser à présent. Même s'il parlait toujours un peu à Morgan puisqu'ils appartenaient à la même maison, il avait complètement perdu de vue Severus qui avait sûrement dû se faire de nouveaux amis.

Mais voilà que cette journée qui commençait de manière aussi ordinaire que d'habitude prit un tournant plus original lorsque Seth bifurqua vers un couloir qu'il mit du temps à reconnaître, n'étant que très rarement passé dans ce coin du château. Il n'avait pas cours cette heure-ci, ni l'heure suivante d'ailleurs. S'étant trouvé doté d'une dose surchargée de temps libre, il avait commencé à se balader par-ci par-là, ne faisant qu'habituer ses jambes à une vie fatigante par sa longueur insurmontable. Et voilà qu'ainsi il débarqua dans l'allée que l'on surnommait la Galerie des Armures, à cause de toutes les armures moyenâgeuses qui servaient de décoration au couloir. Seth ne s'était rendu ici qu'une ou deux fois dans toute sa scolarité, et à chaque fois dans une même situation : il avait marché sans but précis, et s'était retrouvé là.

Parfois, ces armures semblaient vivantes, telles des chevaliers sans âme qui ne cherchaient qu'à trouver la paix. Seth s'arrêta pour les observer et commença à guetter une quelconque activité susceptible de se produire ici.

*Allez, pensa-t-il, donne-moi un peu de panache, je suis en manque de conner*es...* pensa le Poufsouffle en contemplant une des cuirasses d'acier.

Mais rien ne vint. Ce n'était qu'une armure, de la bête décoration. Non, la vie de Seth n'allait sûrement pas être mouvementée aujourd'hui, les jours qui suivraient non plus. Le garçon eut quelques pensées presque dépressives puis s'agenouilla contre un des murs, à un mètre à peine d'une des figures chevaleresques qui auraient sûrement pu lui donner de l'inspiration pour ses dessins s'il n'avait pas eu la flemme de les dessiner.

Et il commença à fixer le vide, regrettant ses erreurs passées et futures. Bientôt, il crut qu'il allait s'endormir, mais, pensant qu'il ne devait sûrement pas manquer les cours de fin de journée, se donna une tape sur le crâne pour se tenir aux aguets de l'heure qui s'écoulait lentement. Il resta planté là, aussi vide que toutes les armures qui l'entouraient...

Puis, d'un seul coup, son esprit se réveilla.

Ses yeux s'arrêtèrent sur la première cuirasse qui passa dans son champ de vision.

*Bien sûr que non, elle ne va pas se mettre à bouger, se dit-il. Enfin en tout cas, pas toute seule.*

Ce n'était pas au monde de bouger pour lui, mais à lui de bouger pour le monde. Pendant tous ces derniers mois, qu'avait-il donc attendu pour que sa vie soit chamboulée et redevienne aussi joviale qu'autrefois ? Il n'avait fait qu'attendre des autres un peu de bonne humeur à lui donner, mais s'il n'était pas prêt lui-même à se donner cette bonne humeur, ce n'était pas prêt d'arriver. Il devait reprendre les choses en main, à présent. Il devait s'amuser.

Alors il se leva d'un geste brusque, sortit sa baguette et lança en direction de l'armure :

#Piertotum Locomotor !

Enfin, aux yeux de Seth, le monde pouvait bouger.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Hugo Mourlevat, le  Lun 15 Juin - 18:35

La galerie des armures, c'était quand même un drôle d'endroit. Des armes qui pendouillaient au bras de pauvres armures à l'aspect austère et qui pourtant pouvaient se révéler meurtrières en cas d'attaque. C'était un endroit où l'on n'avait pas vraiment envie de passer en fait car parfois, prises d'une minimaliste folie carabine, elles s'animaient le temps d'un clignement d’œil pour se redresser où vous menacer. Et pourtant, il suffit juste de les observer quelques instants pour se rendre compte qu'elles ne vous veulent aucun mal. Elles sont juste là, ces vieilles armatures, pour faire leur boulot, elles sont juste là pour protéger le château en cas d'attaque. Mais des attaques, cela n'arrivaient jamais, mise à part la grande guerre de Poudlard qui commence à dater un peu. Alors, il fallait bien qu'elles se dégourdissent un peu, quitte à effrayer les rares passants. Ces armures étaient calmes, et avait même un côté sympathique si l'on ne faisait que, juste un instant, attention à elle. Aussi, le Blaireau se demanda qui osait déranger les pauvres carcasses dans leur repos. Qui donc était assez fou pour oser animer l'une d'elles, au risque d'énerver les autres ? Morgan s'était retrouvé là part hasard, suivant le fil de ses pas. C'était un truc qu'il faisait lorsqu'il était encore préfet, peu après sa morceau. Vu qu'il n'arrivait pas à dormir, il faisait des rondes de plus en plus longues... Jusqu'à la perte de son insigne. Depuis, il était obligé, comme aujourd'hui, de faire ça de jour, entre deux cours.

Le Jaune et Noir s'arrêta au coin de couloir, baguette dégainée. Bien sûr qu'il avait le droit d'utiliser sa baguette dans les couloirs, il faisait parti de l'élite, et puis de toute façon, il l'avait juste dégainée. Aussi, on ne pouvait rien lui reprocher. Le Français s'approcha doucement, et tomba enfin sur le fauteur de trouble. Malheureusement, c'était une tête connu, il ne pouvait donc pas disputer cette personne pour se changer les idées. A la place, il préféra laisser cours à sa curiosité. On remplaçait une chose par une autre, c'était tout aussi bien.


-Tiens, Seth, on fait mumuse avec les armures ? demanda avec un léger sourire le lycanthrope. Celui-ci observa l'armure. Elle était rouillée, à cause de tout le temps où elle n'avait pas pu bouger. Elles étaient un peu devenues des mémoires de guerre, ces armures. Elles étaient là au début, et elles seraient encore là à la fin, il n'y avait pas de doutes là dessus. Moi à ta place, je la laisserai tranquille, tu risquerais d'avoir des ennuies. Et pour appuyer ses propos, le septième année lança un regard autour de lui, en direction des autres sentinelles de métal.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Lizzie Cojocaru, le  Mar 23 Juin - 19:37

A pas d’loup, se balader sans mot dire. Brûler un livre juste quand t’en aimes pas le titre.  Fumer les cendres comme à l’aube de la vie. Refusant d’affronter l’implacable regard de la vérité. Passer à la tanière y voler quelque affaire. Ligoter un gosse qui te regardait de travers. Prendre tous les prétextes et moyens de te divertir. Prendre Poudlard pour un bac à sable et y oeuvrer un temps, sourire aux dents. Puis s’apercevoir que cela ne peut plus suffire. Chercher à reproduire un sort ouï, dans cet outre-monde qui pourrait être un univers rêvé. Attention, par là je n’entends pas un monde parfait -chacun sait que le nôtre pourrait l’être si l’on le décidait. Par la perception et l’action, qu’est-il que nous ne pourrions en faire ?

Interroger un fantôme -antipathique comme faire se peut- pour obtenir des conseils pour un sortilège que l’on peine à utiliser. Lutter un temps, argumenter un deuxième, lui courir après. Parler, parlementer, le tourmenter encore jusqu’à obtenir le mouvement précis. Douter de pouvoir le croire, vouloir le vérifier. Chercher un objet d’expérience, trouver un mioche, ne pouvoir l’utiliser faute de savoir en effacer la mémoire. Retomber dans le bac à sable. S’en extraire. S’arrêter, donc, de bailler aux corneilles, changer les gargouilles gardiennes du temps en créatrices de présent. Les animer, les faire compter quelques autres mirages d’autrefois.

Ah non. Ça, ce n’est pas toi qui le fait mais un autre. Pis qu’un autre ! Un duo d’imblairables blaireaux. Ton ex-collègue préfectoral, ton ex-partenaire de chasse. Brûlez, brûlez, amis. Ne s’y résoudre directement, les observer un premier temps. Comprendre qu’une fois de plus le conventionnel n’a pas l’ombre d’une responsabilité, déchanter. Reporter ton attention sur celui que tu aurais dû laisser périr dans les flammes dont tu étais l’instigatrice. Il t’est étrange, ou plutôt étranger ; quelque chose en lui est subtilement changé. Tu le sais demeurer toujours aussi barbant que son ami mais le trouve entrain d’enfreindre le règlement. Sa première infraction du semestre ; tout en finesse, tout en boucan, digne de l’imbécile action commise par Delab quand tu l’avais bourré à coup de baguette et de haine.

Rester muette de dégoût, et rire. Gutturale et vraie. Te moquer de sa stupidité, de son inconséquence, de son manque d’expérience. Il te rappelle Brightwood, fin Lamewood, fin Trucwood, les années passent et ce nom aussi. Glissant entre tes oreilles pour en sortir avec une nouvelle forme. Le mot métamorphomage. Elle l’avait aidé, un temps. Plus arrogante peut-être, mais pas plus fine. De toute manière, tu les méprises tous deux. Elle a un mérite, ceci dit. Quoiqu’elle ait peiné à trouver le code de ses lettres, elle avait fini par le faire et te répondre -moins subtilement- où trouver le fauve. Par fauve, j’entends la solution, le moyen de faire virer quelque abruti rendant passée toute l’Histoire de la Magie. Un homme non-épris, non pédagogue, non enseignant. A quoi avait servi MecQuiSaoule, en comparaison ? Un divertissement, rien d’autre. Sans doute était-ce pourquoi il se montrait une fois de plus. Sans prendre la peine de te cacher, baguette en main, mâchoire affirmée, un #Plasticinum jailli hors de toi. Faire d’un bras de sentinelle un lasso et, le plaçant sous ta volonté par le sort qu’il avait dû utiliser, l’enrouler au cou du bruyant casse-cou*lles. Un #Electrocorpus et le fer à la mort le mène ; trouvant bien lente la manoeuvre, tu te contentes de tenir le bout et d’attirer l’imbécile à toi.
- Salut l’duo d’c*ns. Qui souffle "articule" ?
Invité
Anonymous
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Mer 24 Juin - 13:44

Et l'armure dansait frénétiquement, mimant sa gloire passée, ses exploits d'antan. Elle n'avait plus d'âme mais semblait revivre son temps, et Seth, quant à lui, assistait à un véritable spectacle, la représentation historique de toutes les batailles auxquelles avait participé ce chevalier mais dont lui n'avait jamais entendu parler. Alors ainsi était exposé l'art, aujourd'hui. On contemplait une oeuvre mais n'en comprenait pas le but, le contexte de sa création. Parfois c'est un simple écriteau qui se chargeait de l'expliquer, et parfois c'était l'oeuvre elle-même qui parlait, racontait son histoire. Ici l'armure se mouvait et faisait défiler les siècles à chacun de ses gestes, et bientôt le Poufsouffle se crut au beau milieu de l'ère médiévale, écuyer de ce paladin en cuirasse qui le menait vers des territoires ne demandant qu'à être explorés...

- Tiens, Seth, on fait mumuse avec les armures ? demanda une voix familière qui le tira hors de ses rêveries.

Delaube l'observait à l'arrière, ou plutôt observait l'armure. Se sentait-il envoûté lui aussi ? Non, sûrement pas, ou il n'aurait pas osé prononcer un mot.

- Moi à ta place, je la laisserai tranquille, tu risquerais d'avoir des ennuies.

Morgan jeta un œil à toutes les autres armures de la galerie. Seth suivit son regard mais se sentait incapable de ressentir un quelconque danger parmi les conséquences de ses actes.

- Bah, elle n'attendait que ça, répondit-il en souriant.

C'était vraiment ce qu'il pensait. À en voir les mouvements lyriques du chevalier, ce-dernier semblait heureux de retourner à la vie même si son corps n'était plus là pour exprimer directement ses envies. Certes, le bruit de rouille devenait de plus en plus intense au fur et à mesure que l'armure se démenait pour effectuer ses pas de danse, mais Seth se fichait de ce que pouvaient en penser les autres - ce qu'il était en train de vivre en ce moment même, c'était ça, la vraie magie.

- Argh ! s'exclama alors soudainement le Poufsouffle.

Il se sentit oppressé, comme attiré par une force maléfique. Et il remarqua que Bennet la Fourbe avait crié dans son dos. Le bras de l'armure qu'il avait ensorcelée s'était transformé en véritable lasso, et une atroce douleur tordit le cou de Seth qui fut tout à coup happé vers celle qui avait prononcé le sortilège. Il s'écroula sur le sol, à un mètre à peine de la fausse Poufsouffle.

- Salut l’duo d’c*ns, fit celle-ci.

Après le rêve, le cauchemar. Mais bon, c'était plus l'heure de roupiller ; quitte à enfreindre le règlement, autant le faire avec panache.

- P... Pie...

Sa gorge était si serrée qu'il crut qu'il allait y passer, incapable de prononcer le moindre mot pour se défaire de l'emprise du bras de fer. Mais non, Benêt avait pas pu lancer un sort plus puissant que Seth pour prendre le contrôle de l'armure... Enfin logiquement quoi, par principe, c'était pas possible. Alors Seth dut forcer ses poumons et détruire littéralement ses cordes vocales pour prouver sa supériorité intellectuelle à son "ex-partenaire" de chasse.

#Pie... PIERTOTUM LOCOMOTOR !!!

C'était la troisième fois en cinq minutes que ce sortilège avait été prononcé dans la galerie, mais Seth le reformulerait s'il le devait. Le bras de fer ne lâcha pas tout de suite, et le Poufsouffle faillit croire que sa puissance magique était inférieure à celle de l'autre chieuse. Mais heureusement, comme le disait un grand sage de jadis, c'est dans le cœur que se trouve la véritable force. Et, tout proche de la mort, Seth avait bien été forcé d'utiliser la force de son cœur pour se maintenir en vie. Son intention en utilisant ce sortilège avait été meilleure que celle de la Fourbe, et le sortilège fonctionna. Le bras-lasso retomba lourdement sur le sol. Seth avait repris le contrôle du chevalier sans âme.

Fier de son envie de vivre momentanée digne des plus grands héros de films d'aventures, Seth aspira une grande bouffée d'air et, une fois remis sur pattes, se tourna vers la casse-cou*lles de première :

- Eh ouais, Lizzie Benêt, 'suffit pas d'avoir un cerveau pour faire de la magie, faut aussi savoir l'utiliser ! lança-t-il ironiquement.

Et il se tourna vers l'armure :

#Wingardium Leviosa !

La cuirasse se mit à léviter, et Seth fit pivoter sa baguette en direction de Lizzie. Lorsque la sentinelle se retrouva juste devant elle, le Poufsouffle hurla un #Repulso, projetant à toute vitesse l'armure vers son adversaire.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Hugo Mourlevat, le  Jeu 25 Juin - 13:25

Bon, si les autres armures ne disaient rien, pourquoi Morgan se plaindrait-il ? Et puis, il fallait avouer que Seth avait pas trop mal réussi son sort. De plus l'armure semblait y prendre du plaisir, donc bon, autant laisser tomber. Les grincements de celle-ci faisait grimacer le Blaireau. Il n'était pas encore habitué à sa nouvelle ouïe, et les bruissements du métal lui étaient fort désagréable. Aussi, il n'entendit pas le rire de Slizzie la Benête qui avait décidé de se joindre à eux. Cependant, le Jaune et Noir vit bien Seth se fait tirer en arrière puis s'étouffer. Il fallut un peu de temps au Français pour se rappeler qu'il avait sa baguette dans sa poche. Heureusement, le temps qu'il la sorte, Seth avait su se débrouiller seul.

-Tiens, tu m'avais manqué toi. Lança ironiquement l'ex-Préfet à sa collègue. S'il y avait bien une personne qu'il n'avait pas envie de voir en ce moment, c'était bien Bennet. Déjà parce qu'il fallait l'avouer, elle était grave pénible , à toujours vouloir se rendre intéressante. Après Superman, Super-Ego ! Et puis franchement, elle devait avoir un gros problème cérébrale. Nan parce que madame désirait ardemment se diversifier des autres. Franchement, si le né-moldu avait été moins sympa, il se serrait enfermé dans une pièce avec elle et aurait bu du vive-loup.

Pendant qu'il réfléchissait aux divers moyens de torturer Lizzie, Seth avait décidé de se venger en envoyant une armure sur la Moche. M'ouais, pas mal. Mais un Waddiwasi aurait pu être plus rapide et efficace. Voire même un Oppugno. Décidant d'être assez discret durant ce futur duel, le benjamin Delaube profita du brouhaha de l'armure pour murmurer un #Protego Conditionnalis. Si Liz attaquait, le bouclier se déclencherait. Bien sûr, le Pouffy alla se placer à côté de son ami, lançant un regard méprisant mais tout de même fatigué à la Blairelle.

-En fait, je crois que tu n'as pas de vie, nan ? Ou alors tu me suis, parce que j'ai l'impression que tu es toujours derrière moi à tenter de me casser les c******s. Ou alors, t'as juste envie qu'on entende parler de toi ? Vivement que je vois ta tête dans la Gazette, quand il annonceront qu'une gamine de Poudlard, de la maison Poufsouffle -soit dit en passant, j'émets l'hypothèse que tu as donné de la drogue au choixpeau pour qu'il te case là-, a été enfermé à Azkaban. D'ailleurs, tu sais que pour avoir tenté de tuer Seth, tu devrais être dans les cachots ? Purée, j'ai vraiment hâte de te voir avec les chaînes autours du cou et des bras. Dit le lycanthrope en affichant un sourire moqueur.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Lizzie Cojocaru, le  Lun 29 Juin - 0:47

P... Pie...
Ah non. Pas un nouveau bègue. Elle en pouvait plus de ces gosses. En plus de ne rien dire de bien intéressant, ils mettaient cent ans à le sortir de leurs lèvres baveuses et encerclées de points noirs qu’ils auraient mieux fait de confier à Ms Samuels. Non mais c’est vrai quoi. Après, fallait pas s’étonner que les Poufsouffle passent pour des cas sociaux quand ils ne parvenaient à aligner trois mots. Bennet desserra le lasso. Pis il était à genoux ce boulet quoi. Allez, dis le, articule crétin.
#Pie... PIERTOTUM LOCOMOTOR !!!
Et bah voilà ! C’est pas si dur ! Quoique si, pour un boulet pareil, puisque le tas de ferraille avait pris tout son temps avant de perdre son bras.
Tout fier, le pas-assez-brûlé chantonna :
Eh ouais, Lizzie Benêt, 'suffit pas d'avoir un cerveau pour faire de la magie, faut aussi savoir l'utiliser !

*Et faire claquer ce p*tain de t, c’est dur d’utilisation aussi ? Par Morgane, mes parents sont casse-pieds, si seulement ils m’avaient filé un nom que ces immigrés français savaient prononcer correctement !* Pis il avait vraiment cru triompher d’elle, ça la fit lever les yeux au ciel, c’était d’un chou. Ah, pis pour de bon, il se sentait plus, il voulait continuer.

#Wingardium Leviosa ! Repulso !

Allez, le retour des sorts réservés aux premières années, made in MecquiSaouleLand ! Pis disons qu’il informulait autant qu’elle hurlait quoi, ou peut-être était-ce l’inverse, le brouhaha de ses c*nneries m’empêche, même derrière mon écran, d’y réfléchir, mais t’façon les deux se disent. Pis un sort Boomrang suffit à renvoyer la masse ferrugineuse vers l’abruti s’étant moqué de l’importance de sa présence au sein du château. Cependant, il devait avoir prévu le coup car le corps chut sans vie avant de les heurter. Et là, la pire attaque qui soit eut cours. Il parla. Pis pour parler voilà quoi, qu’on aille nous parler des meufs qui caquètent quand le sexe pointu compte pareil ressortissant.

-En fait, je crois que tu n'as pas de vie, nan ? Ahkeukoukou. Non mon chou, rêve pas, je reste te hanter jusqu’à la fin, pis si j’avais plus de vie je continuerai encore, mais quelle affreuse fille je suis.
Ou alors tu me suis, parce que j'ai l'impression que tu es toujours derrière moi à tenter de me casser les c******s.
Ah, tu comprends pas l’ironie ? T’y as vraiment cru, que j’avais que ça à faire ? Pis la question de Kholov, du Vagabond, de Kitty, de la silhouette sans odeur, de se faire torturer au taff, c’est des distractions par rapport à mon but premier qui est de te faire suer. Mais oui, j’ai que ça à faire. Mais quel abruti.
Ou alors, t'as juste envie qu'on entende parler de toi ? Oh, vrai, c’est sûr que je n’ai jamais tout fait pour être discrète. La preuve en est : je passe mon temps en colle. Tain même le kiwicot pouvait pas faire divaguer à ce point, le type était dingue. Mais dans le mauvais sens du terme.

Vivement que je vois ta tête dans la Gazette, quand il annonceront qu'une gamine de Poudlard, de la maison Poufsouffle -soit dit en passant, j'émets l'hypothèse que tu as donné de la drogue au choixpeau pour qu'il te case là- Techniquement, c’était pas moi, mais Reny était peut-être une pâte avec lui aussi. Qui sait. Qui s’en tape ? Quelle maison aurait, de toute façon, pu correspondre à une fille comme Bennet ? Ni courageuse, ni intelligente, ni ambitieuse (sauf si vouloir passer de stagiaire à serveuse au Chaudron était signe de folie des grandeurs ?) ; à la rigueur, elle était loyale envers une personne, et persévérante quant il s’agissait d’exprimer son mépris, mais ça ne suffisait à la définir. Libre, voilà tout ce qu’elle était ; s’embrasant pour à la moindre once de vent. Anywhere the wind blows, comme disait l’un des meilleurs moldus que la Terre ait su porter.

a été enfermé à Az’Cabane (@Deybile). D'ailleurs, tu sais que pour avoir tenté de tuer Seth, tu devrais être dans les cachots ?
1, si elle avait voulu le tuer, il serait mort ; 2, les cachots, sans Wells, c’était sans intérêt.
Purée, j'ai vraiment hâte de te voir avec les chaînes autours du cou et des bras. Tant qu'à jurer, autant le faire correctement. Par le string de Morgane, ça pète. M'enfin, c'était lui, alors le calecif de Merlin suffisait. Mais pas la cuisine que les mioches usaient comme insulte quoi... Ah, il avait des fantasmes sadiques, enfin un truc intéressant -s’ils ne l’avaient incluse. Pis bon. Dixit le type qui ferait bien d’en porter toutes les quatre semaines pour pas égorger la moitié de Poudlard quoi. Fin d’ailleurs, ce serait une bonne idée de ne pas l’attacher et au contraire de le laisser galèrer sévèrement quand au réveil il comprend avoir fait le ménage à Poudlard.

Après ce qui était pratique avec les bavards, c’est que tout à leur obsession de combler le silence de leurs palabres, ils se faisaient aveugles à leur environnement. Un #Terasectum avait suffi à donner un tout autre aspect à l’armure qui dans sa chute s’était rapprochée de la blairelle, et un #Deflectere renvoya la masse dans la bonne direction, aka les pieds de ses ennemis. Mais faut dire que le speech du Delab était une moins bonne diversion que le pitit #Deprimo sur le plafond qui donna un sourire moqueur à la jeune femme. Du bruit ? Que dalle ! Un concert plutôt. Toute façon, ils avaient commencé, c'est celui qui le dit qui l'est, nanananère.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Hugo Mourlevat, le  Lun 29 Juin - 14:12

Qui ne dit mot consent, avait un jour dit... Quelqu'un. Du coup, Morgan avait sûrement vu juste, vu que la grognasse ne répliqua rien. En fait, elle lui vouait peut-être une admiration sans borne... Ouais nan, par contre là c'était vomitif. On parlait de Lizzie après tout. Et franchement, Lizzie était loin d'avoir le charisme d'Harley Quinn. De toute façon, Le Blaireau n'était pas le Joker non plus. Enfin bref, la moche avait décidé de jouer un peu, vu qu'elle fit fondre la statue. Ça, ça s'annonçait mal. Le Jaune et Noir garda bien sa baguette en main, pointée devant lui. Et il avait bien eu raison, vu que la masse fondue repartit dans leur direction. D'un coup de baguette, et sous l'effet de l'adrénaline, il informula un #Evanesco Maxima, dissipant l'affreuse armure réduite en bouillie. Cependant, il n'eut pas le temps d'éviter un bloc de pierre qui lui tomba dessus. Bon, il n'était pas très gros, mais assez pour le faire choir. Et puis p*tain, ça faisait mal ! Après un rapide passage de sa main sur le dos de son crâne, il découvrit une légère tâche de sang. Okay, Benêt l'avait fait saigner, il était maintenant libre de toute vengeance. Tout d'abord le français se releva et fixa son adversaire. Elle allait morfler la vieille.

Tout d'abord, l'ex-préfet informula un #Lumus Solem en direction de la Blairelle. Profitant de sa diversion, il en profita pour lancer un #Waddiwasi avec les morceaux de pierres qui lui était tombé sur la tête. Retour à l'envoyeur. Pis à la limite, si ça pouvait lui crever un peu plus les yeux que le sort de l'éclat de diamant a dû le faire, ça pourrait être cool. Une Lizzie aveugle était beaucoup moins menaçante qu'une Lizzie avec une bonne visibilité. Ca, il l'avait su après son duel durant le cours de Boccini. Genre, un petit Obscuro et la Blairelle faisait beaucoup moins de dégâts. Et en plus de ça, ça la faisait rager, parce que madame était mauvaise perdante. Ah lala, mégalomanie, quand tu nous tiens.
Invité
Anonymous
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Sam 4 Juil - 12:24

Pendant que le Poufsouffle attendait patiemment que Lizzie réplique à son attaque, il aperçut Morgan en train de glander sur le côté. Est-ce qu'il s'était au moins rendu compte de sa situation ? Enfin quoiqu'il en soit, Seth n'était pas encore en véritable danger pour l'instant - il avait simplement déclenché une bataille, mais aucune attaque mortelle n'avait été lancée. Delaube pouvait continuer à bronzer, au moins jusqu'à ce que Seth se retrouve à l'agonie, ce-dernier saurait parfaitement se débrouiller tout seul contre la Benêt de service.

Voilà donc que Lizzie renvoya l'armure sur les deux garçons - c'était prévisible. Alors que Seth s'apprêtait à la prendre par surprise, voilà que la cuirasse s'écroula lourdement sur le sol dans un grand bruit de fracas. L'ado se tourna vers Morgan, qui s'était parqué à côté de lui. Finalement, il ne s'était pas montré si inutile, et il commença à prononcer un "petit" discours de fierté :

- En fait, je crois que tu n'as pas de vie, nan ? Ou alors tu me suis, parce que j'ai l'impression que tu es toujours derrière moi à tenter de me casser les c******s. Ou alors, t'as juste envie qu'on entende parler de toi ? Vivement que je vois ta tête dans la Gazette, quand il annonceront qu'une gamine de Poudlard, de la maison Poufsouffle -soit dit en passant, j'émets l'hypothèse que tu as donné de la drogue au choixpeau pour qu'il te case là-, a été enfermé à Azkaban. D'ailleurs, tu sais que pour avoir tenté de tuer Seth, tu devrais être dans les cachots ? Purée, j'ai vraiment hâte de te voir avec les chaînes autours du cou et des bras.

Rassure-moi, si tu parles aussi longtemps, c'est bien pour faire distraction, non ? faillit demander Seth, mais il se résigna en pensant que cela vexerait son ami si ce n'était pas le cas. En plus, pendant ce temps, Bennet avait commencé à faire mumuse avec l'armure qui avait petit à petit fondu jusqu'à devenir un liquide en fusion. Seth avait tout vu mais ne prit même pas la peine de répliquer. Tellement prévisible - elle allait renvoyer le liquide vers eux, en pensant qu'ils ne devineraient pas le truc et qu'ils se laisseraient avoir par son petit jeu.

Un peu trop prévisible, d'ailleurs, se dit alors le Poufsouffle. Il savait que Lizzie ne réfléchissait pas toujours, mais elle l'avait quand même habitué à mieux... Enfin bref, l'attaque de l'armure en fusion fut plutôt un jeu pour Seth et Morgan afin de savoir lequel des deux répliquerait en premier. Mais Momo eut l'air un peu plus effrayé que lui et s'empressa de contrer la charge.

Mouais... C'était pourri, quand même, pensa Seth. Mais bien sûr, il avait raison : Lizzie l'avait habitué à mieux. Et, à peine une seconde plus tard, un bloc de pierre s'écroula sur Morgan qui tomba sous le choc.

- Oh m*rde ! lâcha précipitamment le Poufsouffle, surpris par l'attaque. Ça va ?

Ouais, c'était ce genre de question réflexe mais complètement débile que tout le monde avait pris l'habitude de poser après un acte inattendu. Et à peine l'eut-il prononcée que le plafond le sanctionna pour son idiotie en lui envoyant à son tour une pierre sur la tronche. Elle était assez petite, cette-là, pas de quoi le faire chuter, mais une autre suivit, beaucoup plus grosse. Seth l'évita de justesse à l'aide d'un petit pas sur le côté mais le son de l'écroulement de la pierre sur le sol du château dut retentir dans toute l'enceinte de l'école.

Le plafond s'écroulait peu à peu, Seth formula un #Protego Maxima afin que Morgan et lui soient protégées de l'éboulement. Delaube, quant à lui, s'était relevé presque aussi vite qu'il était tombé. Il s'était occupé d'aveugler la fausse Poufsouffle et de lui renvoyer ses cailloux. Seth décida de ne pas répliquer maintenant - s'il le faisait, Bennet allait forcément en profiter pour les traiter de lâches qui n'osaient pas s'attaquer à elle un par un. Alors il profita de la dispersion de son ami pour prononcer un #Illusionis. Tandis qu'un double de Seth se créait et prenait sa place, l'original partit se cacher précipitamment vers une des armures proches de Lizzie. Il était impossible qu'elle le voit de là où elle se trouvait...
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Lizzie Cojocaru, le  Lun 17 Aoû - 11:32

L’armure-appât disparut, de manière moins canon que les gens dans les armoires à disparaître, mais les blocs du plafond chu firent son petit effet. Une tâche de sang germait sur le crâne de son ex-collègue. Ce n’était pas le cas de l’autre imbécile, mais elle l’abhorrait moins, aussi la perte était-elle d’importance réduite. Fin bon... Pour une raison défiant toute logique, le français parvint à se relever dans les dix secondes et la rattaquer, armé par sa haine réciproque. Sauf que la blairelle ne le vit pas, trop occupée à songer à lancer une dernière alerte avant de leur faire tomber le staff de Poudlard dans la poire. L’instant suivant, elle était aveuglée par une lumière insupportablement claire. Il était c*n ce type, elle l’avait déjà battu sans sa vue, elle le referait sans peine... Pis ça ne la rendait pas sourde, et contrer le jet de pierre ne nécessitait qu’un banal Repulso qu’elle exécuta à l’instant où les rocs pénétrèrent son aire sonore. Si seulement un pouvait leur briser les parties génitales une fois pour toutes, comme leur seule vue lui cassait les ovaires !

Après, Bennet n’était pas stupide non plus. Fin si mais pas pour ça. Elle se rappelait que la fois où elle l’avait battu ciega, lui était seul. MecquiSaoule, en dépit de son utilité réduite, était présent. Elle entendit d’ailleurs un bruit dans son dos, et consciente que les rocs n’avaient pu la dépasser, devina qu’il en était la probable source -à moins que Delab se déplace plus vite que la lumière, mais il aurait fallu attendre que l’idée s’instille dans son cerveau, et en un si court laps de temps, il était trop épais pour que ce soit possible. La préfète réfréna tout souhait de se pivoter, consciente que de toute façon, elle ne verrait pas plus. Sauf qu’il y avait une autre possibilité. Celle que ce ne soit pas l’un des deux pitres mais un membre du personnel. Celle que les deux autres aient déjà fui comme des lâches. Elle, elle n’en savait rien après tout, mais ils avaient fait trop de boucan pour omettre cette possibilité.

D’un #Ascencio elle fila à l’étage supérieur par la voie que l’éboulement du plafond avait permis, et échappant à la baguette trop lumineuse de Delab, put voir qu’il y avait en présence deux Seth, un ex-collègue, mais aucun personnel. Bon. Elle informula un #Expelliarmus sur Delab et les invita à la suivre.
Bon les gars, vu le boucan, le fait qu’le dirlo soit pas encore dans nos pattes relève du miracle. J’suppose que vous le kiffez pas, reprit-elle plus bas, comme pour elle-même. Elle jeta un coup d'oeil : le couloir était désert, et c'est à la galerie des armures que les gens fouineraient. V’nez par là. Et sans attendre elle s'enfonça dans le couloir, à la recherche d'une salle déserte assez éloignée de leur altercation, pour discuter Dorkins -car rebelle et lion font rébellion, mais si l'on ajoute des blaireaux dans l'équation, la vie se fait feu d'artifice.
Invité
Anonymous
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Dim 20 Sep - 16:03

PV Ghrystal & Leo

Lundi soir, avant le dîner dans la grande salle...

Justin et ses deux acolytes fouteurs de mer*e s'étaient donnés rendez-vous juste avant le repas dans la galerie des armures. Le préfet avait bien pris soin s'arracher les cheveux de trois élèves différents dont il connaisait les noms, faisant bien attention de bien connaître leur identité avant, au cas ou.

Les 3 garçons avaient passés leur samedi à discuter de comment mettre en œuvre la chose, mais chacune des idées étaient farfelues, elles étaient toutes irréalisables - ou presque - ou bien alors trop dangereuses et leur couverture n'aurait servie à rien puisqu'ils seraient sans doute virés. Mais finalement ils avaient trouvé un terrain d'entente, les trois élèves étaient doués et ils ne restait plus qu'à voir s'ils tiendraient la route au moment venu. Le sinople et argent s'était rendu au lieu du rendez-vous sous sa cape d'invisibilité, espérant que les deux autres aient eu la sagesse de faire de même, se faire remarquer par un professeur, un adulte du château ou tout simplement une balance aurait été plutôt mauvais pour eux puisque la personne n'aurait pas eu de mal à relier ça aux événements qui allaient se passer.

Davis s'était rendu compte que trois Polynectar c'était un peu beaucoup, à la place le serpent avait rempli trois fioles de taille moyenne, il y avait facilement pour trois-quatre gorgées chacun qui les ferait tenir plus longtemps en cas de recours, quand à lui, il avait préféré garder un Polynectar dans sa poche. Sa sécurité était beaucoup plus importante que celle de Ghrys ou de Keats.

Les armures donnaient un air mystérieux à la pièce où les rebelles devraient se retrouver, une pièce fascinante et d'ailleurs Justin se retint de réveiller une de ces armures à l'aide d'un certain sortilège plutôt connu mais sans doute qu'elle ferait un peu trop de bruit, et en plus il ne savait pas si elle s'attaquerait à lui. Et pendant qu'il était perdu dans ses pensées, un des deux membres du front attendus arriva enfin.
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Shae L. Keats, le  Dim 27 Sep - 19:11

Caché sous sa cape d'invisibilité, Leo avait prit soin d'éviter les couloirs trop fréquentés à cette heure-ci, car même si la cape lui offrait une protection appréciable, celle-ci était loin d'être suffisante, il suffirait qu'un élève le bouscule pour que le plan qu'ils avaient longuement élaborés tous les trois tombe à l'eau. Il avait donc privilégier les détours, empruntant des couloirs déserts, se plaquant au mur dès qu'un élève venait à l'approcher, évitant ainsi d'être repéré. Le Vert et Argent leur avait donné rendez-vous dans la galerie des armures, et le jeune lion n'en était vraiment plus très loin, encore une moitié de couloir et il pourrait s'y réfugier en toute sécurité. Seulement voilà, ce couloir-ci, situé à proximité de la Grande Salle était pour le moment bien encombré, et le traverser semblait impossible. Les groupes d'élèves se pressaient les uns contre les autres, et tenter de passer entre eux en espérant être discret relevait du suicide.

Toujours placé derrière l'une des statues du couloirs, dans l'espoir que personne ne lui rentre dedans, le jeune homme commençait à désespérer lorsqu'un éléments inattendu entra en jeu, faisant pencher la balance en sa faveur. L'un des élèves trébucha et chuta lourdement sur le sol, créant ainsi un ralentissement suffisamment  conséquent pour permettre au Gryffondor de traverser rapidement.

Une fois bien en sécurité de l'autre côté, Rejoindre la galerie des armures fut relativement facile , il eut juste à longer les murs et à s'engouffrer dans la salle, enfin à l'abri de tout risque d'être découvert. S'assurant tout de même que personne ne se trouvait là, il se détendit en apercevant Justin en pleine contemplation des armures et ôta sa précieuse cape, dévoilant ainsi sa présence à l'autre membre du front:

-Salut Justin. Prêt pour le grand jour ?


Dernière édition par Leo Keats le Ven 3 Juin - 15:04, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Invité, le  Ven 9 Oct - 6:48

[Désolé pour l'attente et le poste un peu ennuyeux]

La cape sur la tête, Ghrystal glissait dans l'ombre, souriant doucement dans son invisibilité. C'était tellement stupide, ce qu'ils allaient faire là. C'était tellement stupide mais c'était exactement pour ça qu'il le faisait. Ça, et la gloire. Personne aimait Kholov. Enfin. Ceux qui l'aimait étaient des lèches cul incroyables qui, de toute façon, n'entrait pas dans l'équation pour considérer la population de Poudlard comme communauté. Ils étaient à part, ennuyeux et peu nombreux. Donc, pour Poudlard, Ghrystal s'était engagé dans cette rebellion, une idée un peu stupide mais clairement créative - et dieu sait que l'intérêt du jeune homme est toujours attiré par la créativité. Il devait retrouver deux compagnons du front. Leo Keats et Justin Davis (ironiquement préfet de sa maison; excellent travail pour faire valoir les règles, jeune homme !), deux personnes en qui il ne voyait pas réellement d'intérêt pour l'instant. Mais qui pourrait très bien devenir ses amis. Enfin. L'impersonnalité, le peu d'intérêt qu'il leur donnait rendrait plus facile leur sacrifice au cas où lui se faisait prendre. Il se savait bien trop utile pour se laisser expulser, voyons. Il serait une pièce clef dans cette rébellion. Un véritable Che Guevara sorcier, ha !

De soir, il trouverait le Gryffondor et le Ser... Serpentard. C'était si étonnant que l'un d'eux eut fait preuve de solidarité que Ghrystal s'en méfiait. Ses préjugés ressortaient et ils ne s'évanouissaient pas du tout lorsqu'il tournait le coin du couloir, apercevant les deux fauteurs de trouble un peu plus loin. Arrivant à leur hauteur, il retira la cape de sur son crâne, s'affichant bravement à eux avec un sourire excité. La galerie des armures, hein. En dehors des torches sur les murs, c'était un endroit qui avait l'air froid. Gelé. Un peu comme le devenait peu à peu Poudlard avec le vieux russe à sa tête. Bientôt, ce serait la Sibérie ici, mais pas à cause de l'hiver, malheureusement.

"Salut vous deux. Alors. Prêts à guillotiner le vieux roi fou qui hante notre chère école ?"

... Peut-être devait il préciser un peu ce qu'il signifiait. Il se laissait emporter.

"... Kholov. Le vieux singe. Sergeï. Justin, t'as ce qu'il faut ? Faut se dépêcher. Et faire attention, qu'on nous prenne pas pour des Mangemerdes. Les gens ont peur depuis qu'ils ont attaqués Poudlard. Pour notre cause, faut faire attention. On ne blesse personne, même par accident."

Il semblait soudainement très sérieux. Il avait sincèrement peur qu'il y ait malentendu, que la panique qui s'était installée quelques mois auparavant revienne résonner dans les murs de l'école, par les cris. Il surveillerait Leo et Justin de près.
Contenu sponsorisé

La galerie des armures - Page 2 Empty
Re: La galerie des armures
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 10

 La galerie des armures

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.