AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 4 sur 9
La galerie des armures
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Jade Wilder
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle

Re: La galerie des armures

Message par : Jade Wilder, Sam 20 Fév 2016 - 12:35


Hors-RP: Je suis honorée, merci beaucoup !


La surprise du concierge était assez.. étrange à voir. Jade ne savait aucunement si elle devait être joyeuse d'avoir fait plaisir, ou dubitative face à un tel étonnement. Bah quoi ? Personne ne lui faisait jamais de compliments ou quoi ? Enfin bon, la jeune fille ne connaissait rien de la vie que pouvait avoir cet homme, elle ne connaissait pas ses proches non plus et d'ailleurs elle n'était même pas sensée se poser ce genre de questions.

Ses mots avaient été spontanés et finalement, c'est un sourire simple qui fit sa place sur ses lèvres rosées. La jeune fille aimait faire plaisir, c'était de plus en plus évident. Parfois c'était calculé, pour soulager les peines et redonner le moral, parfois c'était juste.. spontané. Comme là. Chaque être devrait apprendre que faire plaisir aux autres peut parfois être très simple, mais apporter tant de bonnes choses. C'était une des valeurs transmises par sa mère et Jade y tenait beaucoup, comme des mantras à exercer chaque jour. Pour certains, ça paraitrait sans doute beaucoup trop mielleux, certes. Mais c'était ainsi qu'elle avait grandit et c'est ce qu'elle transmettrait à ses enfants plus tard. Certaines convictions peuvent parfois être marquées au fer rouge. Bonnes ou mauvaises, ça... ça dépends de chacun.

Et puis enfin, révélation.

- Bingo chérie !

Ouiii ! Ça avait souvent du bon de passer son temps dans les livres, visiblement ses déductions avaient été perspicaces.. Métamorphomage.. Elle n'avait jamais rencontré de métamorphomage, tant et si bien qu'elle aurait pu croire à une légende. Mais non, impossible puisque de base, la magie elle-même était une légende pour elle. Bon, ça c'était quand elle avait 5 ans hein, mais entendons nous sur quelque chose: le monde réserve de nombreuses surprises, tant de choses que personne n'a encore découvert, tant de mystères inexpliqués faisant face à nous, pauvres êtres insignifiants. Insignifiants, certes, mais faisant partie de cette infinité de mystères. Et ce jour là, elle avait l'occasion d'avoir des réponses puisqu'elle avait en face d'elle un vrai métamorphomage.

Les réactions de Jade étaient très imprévisibles, beaucoup trop, sauf lorsqu'il s'agissait de sa curiosité et de découvertes en général. Mordant un peu plus sa lèvre, moins de stress mais plus d'un mélange entre joie et surexcitation. Beaucoup trop de questions lui venaient tout à coup et elle n'osait pas les poser. Bah oui, elle ne voulait pas passer pour quelqu'un qui le prenait pour un objet de curiosité hein. Bon, certes elle était attirée par ce côté métamorphomage, mais ça ne signifiait pas pour autant que le concierge était à ses yeux un monstre de foire. Bien au contraire, elle trouvait ça extraordinaire !

Son sourire en coin s'était étiré, formant un immense sourire non retenu, ses prunelles de plus en plus brillantes. Mais voilà, le concierge se détourna soudain, prenant la blondinette au dépourvu. Bah.. non ! Il n'avait tout de même pas confirmé sa théorie pour ensuite s'en aller allègrement hein ? C'était de la torture pour elle !

En temps normal, Jade aurait réagit et aidé l'homme à rassembler les différentes pièces de l'armure, mais cette fois elle était plantée là, sans savoir trop quoi faire. C'est quoi si elle avait été déconnectée. Et la cause était toute simple et toute bête à la fois, puisqu'il s'agissait d'une histoire de frustration. La jeune fille aurait même pu taper du pied, si elle avait été de ce genre là, mais non. Tout ce qu'elle faisait, c'était regarder l'homme s'affairer avec un air de désir inachevé. Imaginez un visage illuminé par l'impatience puis assombrit par la frustration. C'était assez étrange sans doute. Le seul geste qu'elle put accomplir fut de lui tendre le casque de la fameuse armure, ce même casque qui n'avait pas bien bougé depuis qu'elle l'avait lâché, sous le choc face à un visage transformé. Mais voilà, le choc était passé, maintenant elle voulait en savoir un peu plus. Quand, comment, pourquoi ? Les règles de base d'une bonne curieuse. Une fois l'armure de nouveau en place, Dey s'adressa de nouveau à elle.

- Allez. J’te dois une fière chandelle, tu m’as sorti de ma carcasse. J’te propose de te montrer, tu veux ? Comme un jeu. Tu me dis ce que tu veux me voir faire, et moi j’essaie. J’suis pas exceptionnel encore mais ça va m’donner un beau défi.

C'était inespéré. Tant et si bien que le visage féminin s'illumina de nouveau, comme éclairé par un soleil pourtant peu présent dans ce couloir. Ce qu'elle voulait voir ? Mais tout ! Tout ce qu'il était possible de voir ! Bon bien évidemment elle ne dirait pas cela, c'était un peu dingue quand même, mais elle rêvait d'en savoir plus sur cette capacité. Quittant l'homme des yeux, Jade se mordit la lèvre, cette fois en pleine réflexion. Elle ne voulait pas trop en demander non plus, évidemment, surtout que d'après lui "il n'était pas exceptionnel encore". Oh mais..

- Depuis quan.. combien de tempo vous può fare.. non, faire ça ?

Si elle se souvenait bien, être métamorphomage était un don de naissance, non ? Après, sans doute que le don se manifestait plus tard, m'enfin elle n'en était pas sûre, ce don était tellement rare ! Pouvoir parler à quelqu'un qui le possédait était une aubaine. Se replongeant dans ses réflexions, la blondinette fit quelques pas pour rejoindre une autre armure. Ce casque là était différent, un peu plus grand peut-être, plus facile pour rentrer dedans. Il n'empêche que ce n'était pas une idée qui lui passerait par la tête. La tête.. Hm oui pourquoi pas.

- Vous pouvez avere.. enfin avoir le visage di qualcun al.. euh.. quelqu'un d'autre ? O parti.. du visage ? C'est tellement.. incroyable..

Fascination - presque admiration - non dissimulée, une certaine hâte de voir de quoi Dey était capable, tout se mélangeait dans sa tête. La fatigue était toujours présente, mais atténuée par l'effet revigorant d'une curiosité sans limite.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: La galerie des armures

Message par : Hugh Dey, Mar 23 Fév 2016 - 10:44


A l’instant même où je lui avais fait la proposition, j’avais vu son visage s’éclairer. Et c’était franchement bizarre parce que j’étais sûr que la lumière avait pas changé des masses ici. Nan nan, en fait c’était juste qu’elle s’était mise à sourire comme jamais, un peu comme si c’était noël et que je venais de lui offrir le plus beau cadeau de sa vie. Boh allez, j’étais pas tous les jours le cadeau de quelqu’un alors je pouvais bien faire un effort.

En tout cas ce qui était sûr, c’est qu’elle avait toujours faim, vu comme elle se bouffait la lèvre, et je commençais à maudire la magie de pas autoriser à faire sortir de la bouffe comme ça de n’importe où. Parce que là elle me faisait sacrément pitié. Même, au bout d’un moment, sans lui offrir de bouffe, j’allais au moins pouvoir lui filer de la crème quoi. Parce qu’à force de se bouffer la lèvre comme ça, elle risquait de se faire mal. Bah alors… Qu’est-ce qui m’arrivait moi ? Depuis quand je me souciais des autres au juste ? J’en avais rien à carrer de sa lèvre en fait pourquoi que je voulais lui filer de la crème moi ? Ouais voilà, c’était bien mieux comme ça.

- Depuis quan.. combien de tempo vous può fare.. non, faire ça ?

Tain elle était tellement concentrée par son envie de bouffe qu’elle avait du mal à parler ou quoi ? Elle prenait tellement un accent bizarre des fois que je la voyais bien dans une pub pour des pâtes. Parce qu’elle les ferait bien sans aucun doute, et puis elle avait tendance à dire les marques. Enfin des mots qui ressemblaient un  peu aux marques. Style Barilla, Panzani et tout le tralala quoi. Vous avez compris. Elle, des pâtes, elle en avait bouffé toute sa vie visiblement. Mais en fait c’était pas tellement le moment de penser aux pâtes je crois. Parce qu’elle m’avait posé une question la bougresse.

« Ca fait un an, en gros, que je m’entraîne. Parce que tu vois c’est un truc qu’on a quand on est tout petit. Mais moi c’est différent… Parce que j’ai jamais accepté la magie. Quand j’étais à Poudlard je voulais pas en faire. Du coup, il parait que ça a un peu dormi en moi, et du coup j’ai pas mal de retard à rattraper. Un peu comme si je découvrais un jour que j’avais jamais été entièrement moi. »

Vrai que ma situation avait été hyper particulière. Parce que pour le coup, j’avais jamais réellement été entièrement moi, sauf depuis que j’étais Métamorphomage. Fin, d’ici à ce que je retrouve une autre partie cachée de moi-même… Un jour, il allait peut-être falloir que je questionne mon passé. Mais aujourd’hui c’était pas moi qui posais les questions. Aujourd’hui c’était elle, et pour le coup, elle me demandait si je pouvais prendre le visage de quelqu’un d’autre. Alors je hochais la tête, pis je souriais, avant de lui indiquer un endroit où s’asseoir. On en avait pour un moment si je devais me transformer, alors autant qu’on pose un peu nos fesses.

Par terre c’était pas forcément le plus confortable, mais au moins ça me permettrait de me faire moins mal qu’en étant debout. Je les sentais passer les trente-cinq ans, pis surtout les années de balayage que j’avais derrière moi. Je commençais à me casser de partout mais je voulais pas y penser. J’étais Métamorphomage moi maintenant, je pouvais tout réparer, pas vrai ?

Bon allez, justement, une fois assis, je me mettais à ma transformation. Pour ce faire, il était important que je me concentre. Alors je plissais pas mal de visage en fermant les yeux. C’était plus facile comme ça, parce que ça rapprochait mes traits. Du coup j’avais l’impression de pouvoir mieux m’en sortir. Pour commencer, je m’occupais de mes cheveux. Ca c’était facile… Je les faisais devenir plus longs et surtout blonds. Oui, un beau blond, comme la demoiselle.

Le plus difficile évidemment c’était la suite. Quoi que les yeux ça allait. Pour être sûr de ce que je voulais faire, je plantais bien mon regard dans le sien, pour bien déterminer la couleur, et hop, nouvelle concentration, nouvelle transformation. Pour le reste, fallait s’attaquer à la forme du visage et ça, ça demandait plus de temps. En fermant bien les yeux j’essayais de faire deux choses à la fois : affiner le visage dans son intégralité, pour enlever mon menton tout carré, et surtout affiner mon nez. Le nez, je crois que j’y arrivais pas mal. Le visage, j’étais pas bien sûr. Et comme j’avais pas de miroir, je me touchais la tronche un moment pour essayer de savoir, mais j’étais pas bien sûr. Peut-être que c’était devenu plus féminin ? Mon but était de me rapprocher de son visage mais c’était pas tout à fait terminé…

« Je devrais faire la bouche et le front là pour te ressembler davantage. Mais j’ai pas de miroir et du coup je galère un peu. Mais ça te ressemble un peu quand même ? »

[Edit le 23/03 à 21j37 : Pliz pliz les gens, laissez-nous encore quelques jours, Jade arrive très rapidement. Merci !]
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Jade Wilder, Mar 12 Avr 2016 - 17:31


Avec un caractère aussi changeant que celui de Jade, il était rare qu'elle soit de la même humeur au début et à la fin d'une conversation. Un rien pouvait changer sa façon d'être et d'agir, voilà au moins une chose qui n'avait jamais changé au cours de sa vie. Déjà enfant, elle avait des sautes d'humeur très surprenantes. Mais non, rangez vos élucubrations, l'Italienne était totalement normale. Un peu lunatique et susceptible, certes, mais passons. Finalement, ses changements d'humeur au cours d'une même discussion étaient rarement de bonne augure, plus encline à pencher vers le négatif. Mais pas là. Oh non, pas là du tout.

A cet instant, Jade se sentait comme une enfant devant une découverte des plus étonnantes, révolutionnaires même. Il fallait la comprendre après tout, elle avait lu tant de choses sur les Métamorphomages depuis la découverte de ses dons, sans jamais en avoir rencontré un seul. Du moins à sa connaissance, peut-être que certains le cachaient pour une raison ou une autre.

Là, non seulement elle rencontrait une personne qui possédait ce don, mais en plus la personne en question acceptait de lui montrer. C'était Noël avant l'heure, et encore si on compare à Noël dernier, ce jour était largement plus fantastique que cette fête de fin d'année.

- Ça fait un an, en gros, que je m’entraîne. Parce que tu vois c’est un truc qu’on a quand on est tout petit. Mais moi c’est différent… Parce que j’ai jamais accepté la magie. Quand j’étais à Poudlard je voulais pas en faire. Du coup, il parait que ça a un peu dormi en moi, et du coup j’ai pas mal de retard à rattraper. Un peu comme si je découvrais un jour que j’avais jamais été entièrement moi.

Minute. L'espace de quelques instants, la lueur de curiosité fut occultée par autre chose. Qu'était-ce que cette expression étrange sur le visage de la blondinette ? Un semblant de compréhension ? On peut dire ça. Sa situation n'était pas la même, elle acceptait largement la magie, elle ne demandait que ça même. Mais elle, ne semblait pas vouloir d'elle. Son retard, elle le comblait comme elle le pouvait, en révisant comme une dingue et s'entrainant à l'aveuglette. Demander de l'aide ? Comme si c'était son genre. Mais là n'était pas le sujet. La situation n'était donc pas la même, mais c'était assez.. réconfortant de ne pas être "la seule". Pas très clair comme explication, sans doute, mais ça suffirait à son esprit fatigué. Et puis, le concierge ne saurait rien de ces réflexions muettes.

Un hochement de tête fut émis suite aux paroles de l'homme en face d'elle, simple acquiescement, compréhension visible. Si l'échange s'était avéré mitigé au début, Jade se sentait désormais plus à l'aise, pour preuve sa lèvre enfin libérée en un sourire. Eh oui, un sourire, ce qui n'arrivait pas beaucoup ces derniers temps.

Un sourire également avait sa place sur le visage du concierge. Enfin quelqu'un qui ne rejetait pas son besoin d'apprendre. Étrangement ça faisait réellement plaisir à l'adolescente qui ne demandait qu'à en apprendre plus, satisfaire sa soif de curiosité. Lui, il acceptait. Elle, elle en était plus que reconnaissante. Oubliant à peu près tous ses objectifs initiaux, elle alla s'asseoir à terre, en face de son aîné. Assise en indien, les yeux brillants d'une curiosité familière, Jade devait réellement avoir l'air d'une enfant. Particulier pour une préfète de 16 ans, mais passons. Après tout, elle était dans une école, elle devait apprendre n'est-ce pas ? C'est ça. Bon elle n'apprendrait pas grand chose de réalisable par elle-même, mais elle allait voir un vrai métamorphomage transformer son apparence ! Si pour d'autres cet échange aurait pu paraitre ennuyeux, Jade était dans un tout autre état d'esprit. Observer, c'était déjà apprendre.

Confortablement installée - enfin pas tellement le sol n'était pas forcément agréable mais elle s'en fichait totalement en fait - Jade observa Dey commencer une transformation progressive. Cela prenait un certain temps et elle gardait son attention sur le concierge pour ne pas perdre une seule miette des changements. Et ce fut étonnant, vraiment étonnant, que de voir petit à petit ses propres traits apparaitre sur un visage masculin. Voir des cheveux similaires aux siens remplacer ceux bien plus sombres du concierge. Tout ne fut pas modifié, il l'avait dit plus tôt qu'il lui fallait de l'entrainement. Mais bon sang c'était dingue ! Le sourire de Jade s'agrandit plus encore alors que Dey touchait son visage, cherchant à en déceler lui-même les modifications.

- Je devrais faire la bouche et le front là pour te ressembler davantage. Mais j’ai pas de miroir et du coup je galère un peu. Mais ça te ressemble un peu quand même ?

Aie, pour une fois la blondinette se maudissait de ne pas être le genre de fille qui se promène partout avec un miroir. Nan elle c'était plutôt bouquins et parchemins en fait, rien qui pourrait lui être utile. Mais était-ce vraiment important ? Le changement était impressionnant déjà. Peut-être qu'en lui disant ce qui allait ou pas, ça aiderait ? En tous les cas, la blondinette commença par esquisser un sourire, puis un rire léger vint s'y ajouter.

- Plus efficace qu'un miroir ! C'est dingue ! Euh si ça peut.. aider, penso che.. le bas du visage est un peu large, ma io non sono.. un bon juge.

Tête légèrement penchée dans une moue enfantine, avant qu'elle ne reprenne.

- J'ai jamais.. rencontré de métamorphomage.. Vous y.. arrivez bien pour quelqu'un che conosce ses dons que.. depuis un an. Vous pouvez vraiment prendere.. n'importe quelle asp.. apparence ?

Oui c'était un compliment sincère, une fois la timidité envolée Jade était bien trop sincère et causante pour son niveau anglophone. Cependant elle n'y faisait pas franchement attention, à part bien sûr pour ses mots qu'elle tentait de manier du mieux possible. Mais les retenir ? Hors de question, elle était trop excitée là, ravie d'apprendre quelque chose qui lui était particulièrement inconnu. Cependant, quelque chose l'intriguait, revenant sans le vouloir à l'explication donnée plus tôt par son aîné. Il avait déclaré sa magie "endormie", mais comment la réveiller ? Il pourrait peut-être l'aider ? Enfin pas l'aider réellement, la blondinette ne voulait pas d'aide, mais.. disons la conseiller.

- Je peux savoir.. comment.. ou pourquoi vous avez accepté la magie, finalmente ? Je sais que ça ne me regarde pas ma ho la.. sensazione.. hm.. que rien ne tourne rond pour ça.. chez moi..

Se balançant légèrement d'avant en arrière, Jade avait dirigé son regard vers le sol, n'aimant pas particulièrement parler de ses lacunes. Cependant il fallait bien qu'elle en dise un minimum pour expliquer ses motivations. Plus qu'à espérer que Dey ne prendrait pas mal sa demande, après tout c'était peut-être privé. M'enfin elle ne tarderait pas à le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: La galerie des armures

Message par : Hugh Dey, Mar 26 Avr 2016 - 4:54


- Plus efficace qu'un miroir ! C'est dingue ! Euh si ça peut.. aider, penso che.. le bas du visage est un peu large, ma io non sono.. un bon juge.

Ouais bon, si c’était pour critiquer, elle pouvait tout de suite fermer sa bouche hein. Même si j’avais ses yeux doux, je la fusillais du regard. Un peu d’indulgence gamine steuplé, t’es pas capable de faire le quart de ce que je viens de te faire faire. Alors ferme un peu ta grande bouche. Tant d’ingratitude me hérissait sérieusement le poil, mais après je me disais aussi que c’était sans doute parce qu’elle mourait de faim. Ca faisait un moment que je l’avais remarqué. Ca se couplait à sa nature de Poufsouffle, toujours près des cuisines donc, alors je comprenais qu’elle n’en puisse plus. Elle était sûrement en manque de gras, et puisque le gras c’est la vie, sa vie s’échappait lentement de tous les pores de sa peau. Ne restait que l’imbuvable ou l’immangeable, qu’importe, en bref c’était le pas beau à voir.

- J'ai jamais.. rencontré de métamorphomage.. Vous y.. arrivez bien pour quelqu'un che conosce ses dons que.. depuis un an. Vous pouvez vraiment prendere.. n'importe quelle asp.. apparence ?

« Bien sûr que je me débrouille bien ! Et ouais je peux, mais ça marche mieux dans la nuit. On peut pas regarder tous les détails comme ça. »

Ouais bon je comprenais son ingratitude, ça voulait pas dire que je la pardonnais, loin de là. La mine renfrognée, je croisais les bras et bloquais toute possibilité de transformation. Sauf les involontaires évidemment. A mesure que mon humeur s’assombrissait, mes cheveux, eux aussi, reprenaient leur teinte naturelle. Ils rentraient sur ma tête sans même que je ne m’en rendent compte, et commençaient même à frisotter autant que mes pensées en désordre. L’effet s’accentua davantage lorsqu’elle posa la question suivante.

Comment j’avais fait pour accepter la magie ? Je me perdis un moment dans mes souvenirs. Je revivais la personne que j’étais, cet être faible. Ni tout à fait un moldu car j’étais doté de pouvoirs, ni tout à fait un sorcier car je ne souhaitais pas m’en servir. J’étais ce genre d’espèce contre laquelle je luttais aujourd’hui avidement, celle qui se résignait à une condition bien inférieure à celle à laquelle elle devrait aspirer. J’étais faible et lâche et on m’avait réveillé. Bien sûr, à l’époque j’avais peur. Je tremblais. J’en avais perdu mon emploi, ni tout à fait moldu ni tout à fait sorcier puisque je travaillais précisément à l’intersection des deux mondes, au Chaudron Baveur. Puis j’avais regagné ma place dans le monde sorcier et j’avais choisi de me prendre en main. Cinq ans avaient passé depuis ce changement brutal, radical. Cinq années d’évolution constante. Cinq années durant lesquelles je suis sorti de ma coquille.

Lorsque je reprenais conscience de ma présence dans ce couloir, j’avais le regard fou, puissant. J’étais habité par toute la puissance de mon pouvoir magique, tellement conscient de mes capacités que les cheveux s’agitaient constamment, passant du brun au rouge électrique, presque argenté à la fois, luisant, pétillant. Et je me tournais vers elle, brandissant ma main droite entre nous, la contemplant comme s’il s’agissait du Graal. Car elle était la clé.

« On m’a enlevé. On m’a torturé. J’en ai perdu ma main. Et lorsqu’on me l’a remise, j’ai perdu toute sensation à l’intérieur de celle-ci. Je ne sentais plus la magie se déverser de moi comme si elle me salissait. Je la voyais simplement à l’œuvre. Et je la trouvais magnifique. »

Après cette litanie, cette quasi-prière adressée à ma main, je fermais les yeux, donnant l’impression de dormir paisiblement. Comme si le Sort avait décidé qu’il était temps pour moi de me taire. Mais il n’en était rien. Mes sourcils se fronçaient, ma bouche se contractait en une moue concentrée et je retirais une à une toutes les couches superficielles dont je pouvais draper ma main grâce à mon don. En rouvrant les yeux je la découvrais telle qu’elle était réellement. Cloquée par endroits, assez difforme tant elle avait été cassée durant ces cinq années. Brûlée, râpeuse. Mobile certes, mais quasiment inhumaine.

« Lorsqu’on ne sent plus ni la blessure, ni la brûlure, on ne se rend compte de rien. Ni de la magie qui passe, ni du sang qui coule, ni de la chair qui crame. Alors seulement on prend conscience de la beauté des sens, et du cadeau que le Ciel nous fait en nous donnant la vie. »

Je ne la regardais plus elle. Mes yeux se posaient sur la fenêtre et se perdaient dans la contemplation d’un ciel invisible. J’oubliais la compagnie de l’élève. Je ne concentrais plus que sur ma propre existence. Et je me sentais vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Jade Wilder, Dim 29 Mai 2016 - 8:25


HRPG: Encore une fois désolée du retard. Désolée si la fin semble bâclée, je ne savais pas trop comment faire réagir Jadou !


Cet air bougon, bras croisés, cela rappelait tant de choses à l'Italienne. Ses propres expressions, ou celles de sa famille. Il y avait plusieurs points différents, mais dans l'ensemble un tel air était plutôt facile à reconnaitre: le concierge était vexé. Bah quoi, elle avait dit quelque chose de mal ? Analysant ses propres paroles avec attention, Jade eut à son tour une légère moue, de réflexion celle-là. Cependant, elle ne dit rien, n'ajouta rien, préférant laisser planer le silence quelques instants. A bien y réfléchir, ses mots étaient peut-être vexants oui, sans qu'elle ne l'ait souhaité. Réparer quelque chose qu'on n'a pas fait volontairement, c'est faisable ? Sait pas.

Bref. Observant sans un mot le métamorphomage reprendre une apparence masculine, Jade laissa son esprit vagabonder un peu, comme elle en avait l'habitude. Cela devait être fascinant d'avoir de telles facultés. Devenir n'importe qui à n'importe quel moment donnait un grand pouvoir au final et pas forcément quelque chose qui soit facile à gérer au contraire. Si elle avait ce genre de pouvoir, à quelles fins l'utiliserait-elle ? Voilà le genre de question qu'elle n'aimait pas se poser car elle soulevait bon nombres de points plus ou moins inquiétants. D'abord, elle-même utiliserait sans doute ce don pour faire au mieux autour d'elle, comme elle l'avait toujours fait avec quelques facultés en plus. Mais entre de mauvaises mains, cela pouvait être extrêmement dangereux non ? Hm.. De toute façon, la blondinette n'aimait pas envier quelque chose qu'elle n'avait pas, c'était à la fois inutile et vexant au bout du compte. S'imaginer faire quelque chose, c'était bien lorsque la chose était atteignable. Comment juger alors, le possible de l'impossible ? Eh bah voilà, elle se posait des questions qu'elle n'aurait pas dû se poser, tsss, n'importe quoi décidément.

Relevant finalement le regard vers son interlocuteur, Jade fronça légèrement les sourcils. Celui-ci semblait étrange, plus vraiment boudeur mais plutôt.. pensif ? Peut-être. Son apparence elle, prenait des allures déchainées, sans que la blondinette ne sache vraiment pourquoi. Elle avait lu tant de choses pourtant, elle aurait dû savoir à peu près ce que cela pouvait signifier. Quoique, elle était persuadée que tout ne pouvait pas être recensé dans les livres. Assez paradoxal pour quelqu'un aimant particulièrement cette façon d'apprendre, mais passons.

Ne sachant réellement quoi dire et hésitant franchement à quitter les lieux tout simplement, l'Italienne ne bougea pourtant pas d'un cil. Elle n'était pas vraiment du genre à fuir dès que quelque chose ne tournait pas rond. C'était peut-être un défaut d'ailleurs, mais passons, pas de réflexions dans ces conditions.

Empêchant un sursaut au dernier moment, la jeune fille observa la main droite du concierge qu'il avait abattue presque violemment entre eux. D'un seul coup en tout cas, comme une lame tranchant le sujet à la source. Et en effet, peu après, elle eut une explication. Le regard de cet homme était incroyablement étrange, presque sombre, mystérieux. Elle aurait pu avoir peur. D'ailleurs, la peur la prit l'espace de quelques instants. Elle n'aimait pas les imprévus, l'inconnu non plus, préférant avoir toujours une méthode de repli quelle qu'elle soit. Un instant prisonnière d'elle-même, Jade ne tarda pas à se reprendre, écoutant simplement avec une attention non-dissimulée. Si l'expérience de Dey pouvait l'aider à se comprendre elle-même, aucune raison d'avoir peur. Non ? Trop naïve.

- On m’a enlevé. On m’a torturé. J’en ai perdu ma main. Et lorsqu’on me l’a remise, j’ai perdu toute sensation à l’intérieur de celle-ci. Je ne sentais plus la magie se déverser de moi comme si elle me salissait. Je la voyais simplement à l’œuvre. Et je la trouvais magnifique.

Okey. Respire ma grande, t'as besoin d'air pour vivre. Pourtant elle n'avait pas osé, l'espace de quelques secondes, laisser sa respiration créer la moindre petite perturbation. Si elle avait peur ? Honnêtement oui, un peu. Qui ne le serait pas face à des mots reliant enlèvement, torture, blessures physiques.. Pas elle, en tout cas. Elle ne vivait pas dans un monde de bisounours mais comme tout le monde des limites bordaient ses convictions. A vrai dire, la jeune fille ne savait quel était le sentiment dominant entre la peur et la curiosité. Cette envie d'en apprendre plus s'avérait puissante, trop puissante pour elle. Plus puissante que la peur, et résultat elle avait peur.. d'elle-même. Trop de paramètres à prendre en compte pour quelqu'un réfléchissant déjà trop en règle générale. Lentement ses prunelles ambrées se baissèrent de nouveau sur la main du concierge, main devenue méconnaissable. Que lui était-il arrivé bon sang, pour que cette main soit dans un tel état ? Cela n'était pas le résultat d'un petit accident banal, oh ça non. Difficile de garder une attitude neutre. Pourtant, toujours aucun mot, un regard plus sérieux seulement, pas fuyant.

- Lorsqu’on ne sent plus ni la blessure, ni la brûlure, on ne se rend compte de rien. Ni de la magie qui passe, ni du sang qui coule, ni de la chair qui crame. Alors seulement on prend conscience de la beauté des sens, et du cadeau que le Ciel nous fait en nous donnant la vie.

Que répondre à ça, sérieusement ? Voilà ce que ça apportait de poser trop de questions. Parfois on est simplement pas prêt à encaisser la réponse. Dans le cas présent, l'encaisser n'était pas si difficile que cela. Trouver comment y réagir, beaucoup plus déjà. L'envie de fuir n'était plus vraiment présente, du moins d'autres impressions/réactions semblaient avoir pris le pas sur l'instinct primaire. Comme à son habitude, l'Italienne s'était plongée dans ses réflexions, sans réelle logique.

Elle avait été blessée, elle aussi. Oh bien sûr, elle s'en était remise, n'avait pas autant de séquelles - outre mentales - et pouvait aller de l'avant si seulement elle ne se sentait pas autant bloquée par son passé. C'était totalement idiot. Elle s'emprisonnait dans un cauchemar sans trouver la sortie, s'empêchant elle-même d'avancer. Peut-être que ce blocage était en partie responsable de l'instabilité de sa magie ? Quelle ironie. En même temps, elle n'avait jamais réellement accepté la magie non plus, celle-ci s'étant manifestée très peu de temps après la mort de ses parents. Sa situation était loin d'être la même que celle du concierge. Pas le même déroulement, pas les mêmes évènements, trop de choses différaient pour qu'elle puisse en prendre exemple réel. Mais si cela pouvait l'aider à comprendre, se comprendre.. voilà qui serait toujours bienvenu.

Cependant, un problème se posait toujours: que répondre ? Un simple accord, tout un discours, pas un mot ? Elle n'en savait fichtre rien, c'était déstabilisant. Peut-être qu'elle devait simplement arrêter de se poser des questions inutiles. Cependant elle laissa planer le silence un long moment avant de prendre enfin la parole, de réagir. Comme pour ne pas couper la réflexion de son interlocuteur. Mais après un moment, il fut inévitable qu'elle s'exprime à son tour.

- Bravo d'avoir réussi à capi.. comprendre ça..

De son côté, ça n'était pas vraiment le cas. Elle le pensait pourtant, le voyait ainsi. Mais ça n'était pas suffisant, elle ne le ressentait pas. Pas encore, mais elle comptait bien travailler là-dessus si ça pouvait débloquer ses capacités. Elle était capable de faire mieux, de briller à son tour. Alors elle y arriverait, ce n'était pas négociable. Au final, le concierge avait l'air d'avoir évolué en découvrant à quel point la magie pouvait être puissante. Jade ne recherchait sans doute pas la même chose, ne voulait que se prouver à elle-même qu'elle était capable de réussir. Mais savoir que quelqu'un avait pu passer ce cap était tout de même encourageant.

- Je dois y aller.

Se relevant enfin, la blondinette adressa un sourire à Dey. Elle espérait tout de même ne pas l'avoir trop vexé, pour elle la rencontre restait positive. Elle aurait pu avoir peur, franchement, comme au début du discours de l'adulte. Mais non, elle préférait voir au delà, ce qui la perdrait peut-être un jour d'ailleurs. M'enfin.

- Merci. Vraiment.. De m'avoir mostrato.. enfin montré tout ça.. Et hm, e spero vous revoir dans de.. meilleures condizioni !

Non parce-que bon, sauver quelqu'un d'une armure démoniaque, c'était pas le top du top. Elle s'en fichait, mais pour l'autre c'était pas forcément agréable. M'enfin grâce à ça, elle avait pu en apprendre un peu plus sur pas mal de points, nourrissant sa curiosité et apportant une nouvelle pièce au puzzle d'enfer qu'était son propre esprit. Désormais et comme souvent, elle avait besoin de réfléchir. Seule, loin de tout et surtout loin de toute présence humaine. Le dortoir ne serait normalement pas animé, tant mieux. Un dernier signe au concierge et la Poufsouffle s'éclipsa, ne sachant pas réellement ce qu'elle allait pouvoir faire de son côté. Magiquement parlant, bien entendu. Beaucoup de chemin à parcourir et elle était encore trop lente..
Pourtant, elle finirait par trouver.
Ça ne pouvait pas se passer autrement.


~ Fin pour moi ~
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: La galerie des armures

Message par : Hugh Dey, Dim 19 Juin 2016 - 9:45


Complètement perdu au sein d’un esprit torturé et tortueux, aux formes aussi étranges que celles des nuages que j’observais, je ne me rendais même plus compte qu’elle était là. Et le silence s’étirait entre nous comme si nous ne pouvions plus nous parler.

Lorsqu’elle prit la parole une nouvelle fois elle me fit sursauter. J’en avais oublié sa présence et la regardais un instant comme si elle était une parfaite étrangère. Comme si elle n’avait rien à faire là. Presque persuadé d’avoir été dans mon appartement du personnel, je m’apprêtais à lui demander comment elle était entrée jusqu’à revoir les morceaux d’amure au sol et me souvenir de ce qui nous avait fait nous rencontrer. Au-delà de mon don, au-delà du service qu’elle me rendait en me permettant de le montrer à quelqu’un ayant l’air aussi fasciné, je lui devais une fière chandelle. Car je n’aurais pas pu tenir bien longtemps au sein de cette armure et serai sans doute mort complètement étouffé avant que l’on ne me retrouve.

Je m’apprêtais à lui témoigner ma gratitude, mais elle indiqua qu’elle devait s’en aller. Alors je me contentais de hocher la tête avec un sourire triste, me relevant car mes fesses se plaignaient d’avoir eu à subir la rude pierre du château. Son petit mot de départ me fit sourire. Oui, elle aurait pu me trouver dans de meilleures conditions. Elle devait à présent me prendre pour un personnage complètement loufoque. Tant pis. Je haussais les épaules et, alors qu’elle se trouvait encore loin je lui lançais un simple :

« Je te dois un service jeune fille ! »

Mais je la laissais s’enfuir. Car à mon tour il était temps de rentrer chez moi. Et de méditer un peu cette rencontre. J’aimais cette lueur d’admiration dans son regard. Il était temps que d’autres aient la même.

[Fin du RP ! Merci beaucoup parce qu’il était super cool !]
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La galerie des armures

Message par : Amy Jackson, Mar 16 Aoû 2016 - 13:18


Amy soupira , cela faisait 15 minutes qu'elle cherchait les mots exacts pour décrire ce que son héroïne ressentait sans y parvenir. Pour cela elle s'était réfugiée dans la galerie des armures, lieu qu'elle affectionnait particulièrement car il regorgeait d'aventures et de mystères.
Après une énième tentative infructueuse, elle jeta un coup d'œil sur sa montre et sursauta. Cela faisait déjà 2h qu'elle avait faussé compagnie à ses amis et si elle ne rentrait pas bientôt ils allaient commencer à s'inquiéter. Elle rangea ses plumes et son carnet dans son sac qu'elle mit en bandoulière et sauta du rebord de fenêtre sur lequel elle s'était installée. Elle se réceptionna habillement et l'esprit toujours occupé par son histoire elle se dirigea vers la sortie. Alors qu'elle traversait la galerie la tête dans les nuages elle heurta violemment une personne qui se dirigeait dans la direction opposée. Le choc la fit tomber en arrière et le contenu de son sac se déverse sur le sol.

-Aie!! S'exclama la jeune fille en touchant le sol.

Un peu énervée elle releva la tête vers l'inconnu qui n'avait toujours pas dit un mot. Devant elle se tenait un grand brun au regard glacé qui la fixait . Voyant qu'il n'esquissait aucun mouvement pour l'aider, Amy se releva seule et épousseta sa robe.

-Pardon, s'excusa-t-elle en ramassant ses affaires, je ne t'avais pas vu.


Dernière édition par Amy Jackson le Mar 16 Aoû 2016 - 19:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Azaël Peverell, Mar 16 Aoû 2016 - 18:33


(RP privé avec Amy Jackson)


Azaël traversait les couloirs de Poudlard sans réellement savoir où il voulait aller. Une chose était sûre en tout cas : il voulait trouver un endroit calme. Il avait une heure de libre entre deux cours, et il avait besoin de se vider la tête. Trop de brouhaha ambiant, trop de gens en général. C'était épuisant d'entendre les petites histoires que se racontait un groupe de filles gloussantes alors qu'il se trouvait pourtant à plusieurs mètres. Le filtre de son cerveau contre toutes ces discussions stupides semblait en avoir pris un coup puisqu'il avait entendu et donné du sens aux phrases qu'il saisissait. Pitoyable. Un coup à le rendre malade un truc pareil.

Alors qu'il marchait tranquillement dans les couloirs, son sac à dos pendant négligemment sur son épaule et les mains dans les poches, il vit une fille d'environ son âge se diriger vers lui. Elle semblait complètement perdue dans ses pensées. Mais c'était pas à lui de se pousser du chemin, fallait pas déconner. Il passait déjà une journée assez pourrie comme ça. Soit elle bougeait, soit elle comprendrait rapidement  qu'elle aurait mieux fait de regarder où elle allait. Il continua donc droit devant lui, sans se soucier du fait qu'elle se rapprocher dangereusement.

Et ce qui devait arriver arriva. Elle lui rentra droit dedans. Il ne bougea pas d'un centimètre, s'étant préparé à la collision qui, pour lui, était prévue. Il la regarda tomber sur les fesses dans un cri, en renversant le contenu de son sac, complètement impassible. Il s'était arrêté juste où il était, et la toisait du regard, glacial. Il n'était pas énervé, simplement… Blasé. Et il avait bien envie d'être sûr de pas être le seul à passer une journée de m*rde. Et elle allait très vite comprendre que ça ne se passerait pas aussi bien la prochaine fois.

-Pardon, je ne t'avais pas vu.


Il haussa un sourcil en l'entendant. Pas vu ? Non mais sérieusement… Pour voir autour de soi, fallait peut être faire en sorte d'essayer de regarder plutôt que d'avancer dans son monde. Excuse pourrie bonjour. Elle n'allait pas s'en sortir si facilement. Il la laissa se relever sans la quitter du regard, toujours aussi froid. Pas la peine de chercher une pointe de compassion ou de compréhension chez lui en ce moment, c'était totalement inexistant. Trop de personnes qui lui prenaient la tête dernièrement, fallait bien que quelqu'un en fasse les frais. Pas de chance pour elle.

- Pas vu… Entre nous deux, c'est toi la naine. Fait gaffe à ce que tu fais, j'aime pas qu'un microbe me fonce dessus comme ça.

Pour l'amabilité on repassera. Finalement, il était sans doute un peu énervé. Une accumulation de choses, et la Poufsouffle se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. Il allait se décharger un peu sur elle. Rien de bien grave, mais des fois la méchanceté gratuite ça faisait du bien. Commettre une injustice à la place d'en subir une. Bon, c'était une méthode qui fonctionnait uniquement sur le très court terme, mais c'était déjà ça. Dix minutes à s'en prendre à un innocent et c'est reparti pour quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La galerie des armures

Message par : Amy Jackson, Mar 16 Aoû 2016 - 19:13


(RP privé avec Azaël Liderick

Alors qu' Amy finissait  de réunir ses affaires, le serpentard avec qui elle venait d'entrer en collision daigna enfin à lui adresser la parole.

- Pas vu… Entre nous deux, c'est toi la naine. Fait gaffe à ce que tu fais, j'aime pas qu'un microbe me fonce dessus comme ça.


Lorsqu'elle entendit ça son sang ne fit qu'un tour et elle se redressa le plus lentement possible. Elle était d'un naturel plutôt enjoué et sympathique, mais si il y a bien une chose qu'elle détestait s'était qu'on lui manque de respect. Surtout aussi gratuitement. C'est vrai quoi elle avait rien fait, elle lui était juste un peu rentrer dedans pas de quoi en faire un drame!!

-Alors déjà on se connait pas donc tu me parle pas comme ça, d'accord je t'ai bousculé mais un peu de politesse ça n'a jamais tué personne, s'exclama-t-elle, ensuite je me suis excusé donc c'est pas la peine de monter sur tes grands chevaux et enfin si jamais tu m'appelles encore la naine ou microbe je te montrerais que c'est pas parce que je suis petite que tu peux me marcher dessus. Et puis sache que pour ma part je n'aime pas foncer dans des grandes asperges mal luné!

Elle n'attendit aucune réponse de sa part et se dirigea la tête haute vers la sortie tout en marmonant:

-Hé puis c'est vrai quoi qui lui a demandé d'être aussi grand!!

Mais alors qu'elle allait sortir de la galerie elle eut la mauvaise surprise de voir l'escalier se diriger vers un autre étage là laissant sans autre possibilité que de rester.

- Génial, murmura-t-elle, je suis coincée ici avec le ronchon de service pour une durée indéterminée et plus il a une dent contre moi...
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Azaël Peverell, Mer 17 Aoû 2016 - 17:51


(HRP : Désolée pour son comportement, y'a rien de personnel ^^)

Azaël regardait la jeune fille toujours aussi froidement. Il aurait pu laisser passer. Ou se décaler de lui-même. Mais il n'en avait pas eu envie. Il n'avait plus envie de faire des efforts. Plus aujourd'hui. Tout l'ennuyait, l'agaçait. A croire que tout le monde s'était donné le mot. Y'avait des jours comme ça, fallait faire avec. Au final, c'était sans doute aussi pénible pour lui que pour celle qui avait eu le malheur de croiser son chemin. Elle prenait d'ailleurs la parole.

-Alors déjà on se connait pas donc tu me parle pas comme ça, d'accord je t'ai bousculé mais un peu de politesse ça n'a jamais tué personne, s'exclama-t-elle, ensuite je me suis excusé donc c'est pas la peine de monter sur tes grands chevaux et enfin si jamais tu m'appelles encore la naine ou microbe je te montrerais que c'est pas parce que je suis petite que tu peux me marcher dessus. Et puis sache que pour ma part je n'aime pas foncer dans des grandes asperges mal luné!

Pendant toute la tirade de son interlocutrice, Azaël ne changea pas d'expression. En revanche, il commençait à se demander si elle allait respirer à un moment donné. C'était les phrases les plus longues du monde, non ? D'ailleurs, son cerveau avait décidé de lui même d'arrêter d'essayer de donner un sens à la suite de mot continue qu'elle lui déversait. Il avait simplement compris qu'elle n'était pas très contente de sa réaction. Pas très important de répondre à ce genre de trucs. Elle avait peut être essayer de se défendre un peu, mais vu l'attention quasi nulle qu'il venait de lui prêter, il n'aurait pas su dire comment exactement. Ca lui arrivait de plus en plus souvent ce genre de chose. C'était comme si son cerveau se déconnectait automatiquement quand il pensait qu'il ne pourrait pas en supporter davantage. Sans ça, il aurait sans doute déjà pété un plomb depuis longtemps.

Il se contenta alors d'étirer un léger sourire, toujours plutôt froid. Un sourire moqueur, qui laissait paraître l'arrogance de l'adolescent. Il se fichait bien de ce qu'elle avait dit, et déjà elle s'éloignait. Il la regarda faire, et enfin, son esprit sembla capable de traiter quelques informations. Dont les paroles qu'elle baragouina en partant.

-Hé puis c'est vrai quoi qui lui a demandé d'être aussi grand!!

Il secoua légèrement la tête de gauche à droite, complètement blasé. Si c'était comme ça qu'elle insultait les gens, elle avait bien sa place chez les Poufsouffles. Incapable de la moindre méchanceté visiblement. Pourtant c'était plutôt facile, ça demandait presque aucun effort. C'était spontané, et qu'est ce que ça faisait du bien. Même pas besoin d'un bouc émissaire, la première personne qui passait pouvait parfaitement faire l'affaire. Suffisait de savoir s'y prendre en toutes circonstances, et avec n'importe qui.

- Génial, je suis coincée ici avec le ronchon de service pour une durée indéterminée et plus il a une dent contre moi...

Voilà, elle était déjà résignée. Pas drôle. Il allait devoir s'acharner un peu plus sur elle, voir si elle pouvait réellement devenir méchante ou si c'était que des mots en l'air. La pousser à bout, juste pour l'amusement. Un léger moment hors de l'ennui. Pas pour longtemps, juste de quoi tenir un peu plus. De se dire que sa journée n'était pas complètement fichue s'il collait celle de quelqu'un d'autre en l'air. C'était peut être pas l'activité la plus saine qui soit, mais il n'était même plus sûr d'être sain d'esprit à cette période de sa journée. Pourquoi est ce qu'il était là, déjà ? Il n'avait pas l'impression d'être chez lui à Poudlard. Pas plus que chez sa tante. Trop de monde, trop de règles, trop de… Tout. Il manquait de liberté, il s'ennuyait à mourir. Mais il paraît que les diplômes c'est important pour réussir sa vie… Encore de la belle connerie. Il poussa un léger soupir.

- Rien ne t'empêche d'attendre les escaliers en silence et en ne te faisant pas remarquer. Ca m'arrangerait.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La galerie des armures

Message par : Amy Jackson, Jeu 18 Aoû 2016 - 16:58


(HRP: T'inquiètes pas je savais à quoi m'attendre en commençant ce RP ^^)

Alors qu' Amy regardait les escaliers s'éloigner avec dépit, elle entendit le serpentard soupirer avant de dire:

-Rien ne t'empêche d'attendre les escaliers en silence et en ne te faisant pas remarquer. Ca m'arrangerait.

En entendant cela elle ne put s'empêcher de soupirer à son tour. Cette journée avait pourtant si bien commencée! Mais il avait fallu qu'elle aille s'isoler dans cette fichu galerie des armures et qu'en plus de manquer d'inspiration elle entre en collision avec un garçon dont le seul but était, apparemment, de lui gâcher la journée.

La jeune fille prit une grande inspiration et commença à tripoter le collier de sa mère. Elle avait deux possibilitées: soit elle entrait dans le jeu du serpentard et lui répondait, soit elle ne se laissait pas atteindre par ses paroles et ne faisait rien. En temps normal elle lui aurait immédiatement répondu mais elle avait l'impression qu'il avait passé une sale journée et que par conséquent son seul but était de pouvoir pourrir la sienne pour se sentir mieux. Et vu le sourire qu'il affichait elle avait compris que si elle lui répondait il y arriverait sans problème. D'un autre côté elle détestait vraiment qu'on lui dise ce qu'elle devait faire et le sourire moqueur du garçon traduisait tout sous mépris et son arrogance ce qui l'énervait au plus en point.

Tout en réfléchissant Amy continua de tripoter le collier de sa mère. Si elle avait été là elle lui aurait surement dit de rester calme et de ne pas réagir. Et après de longues secondes de réflexions c'est ce qu'Amy décida de faire, au lieu de répondre au serpentard qui n'attendait que ça, elle allait se taire le privant ainsi de la satisfaction de la voir sortir de ses gongs.

Elle tint environ 15 secondes. Amy adorait parler, vraiment. Il paraît même qu'il lui arrivait de parler dans son sommeil. Et si il a bien une chose qu'elle trouvait inconfortable et très gênante s'était le silence. Elle détestait cette lourdeur et cette impression de non-dit qui régnait quand le silence s'installait et ne résistait jamais très longtemps avant de le rompre. Et en l'occurrence comme elle ne savait pas trop quoi dire elle dit le première chose qui lui passa par le tête.

- Je suis désolée c'est vrai que j'aurais dû regarder où j'allais, mais bon c'était pas la peine de s'énerver pour ça d'autant que si tu t'étais écarter ça serait pas arriver. Enfin bon c'est pas la peine de s'appesantir là dessus il s'est rien passé de grave. En fait moi c'est Amy et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Azaël Peverell, Sam 20 Aoû 2016 - 21:24


Quelques secondes de calme. Il en profita tranquillement, sans chercher à ajouter quoi que ce soit. Il avait sans aucun doute été assez clair. Son sourire se mit à disparaître peu à peu, laissant place à un air simplement froid, distant, impassible. De retour dans sa tête, dans ses pensées. Seul avec lui même, un instant paisible et silencieux. Etrangement, il trouvait toujours que sa propre compagnie était l'une des meilleure qu'il pouvait trouver. La preuve, il était le seul à se comprendre. A savoir ce qui se passait réellement en lui lorsqu'il faisait ou disait quelque chose. A savoir où il voulait en venir, même s'il se haïssait de tout son être. Mais une fois encore, la voix de la Poufsouffle s'éleva.

- Je suis désolée c'est vrai que j'aurais dû regarder où j'allais, mais bon c'était pas la peine de s'énerver pour ça d'autant que si tu t'étais écarter ça serait pas arriver. Enfin bon c'est pas la peine de s'appesantir là dessus il s'est rien passé de grave. En fait moi c'est Amy et toi ?

Etait-elle donc incapable de rester silencieuse plus de dix secondes ? Ca ne paraissait pourtant pas si compliqué. Il pensait pourtant avoir exprimer clairement le fait qu'il n'avait pas envie de discuter avec elle. Encore moins de faire ami-amie. C'était pas comme ça que ça marchait. Dans la vraie vie en tout cas, ça ne fonctionnait pas ainsi. Les gens n'étaient pas gentils, bons ou justes. Ils étaient naïfs, hypocrites, mesquins ou stupides. Sauf qu'ils ne s'en rendaient pas compte. Lui savait, c'était ce qui changeait tout. Il avait ainsi gagné le droit de continuer à s'enfoncer dans ses travers en toute connaissance de cause.

Il toisa la jeune fille qui lui faisait face. Lèvres scellées, yeux glacés. Elle faisait parti de ces gens qui se croyaient heureux, ou qui pensaient encore que le bonheur pouvait exister en tout cas. Jolis rêves, jolis espoirs. La vie les brisera d'elle-même. Mais il pouvait l'y aider. Déjà en lui prouvant qu'il existait des personnes qui rejetaient en bloc la moindre gentillesse, juste pour le plaisir de la faire disparaître petit à petit. Petite vengeance parce que lui s'en était rendu compte beaucoup trop tôt. Mais c'était l'espèce humaine elle-même qui voulait ça. Sinon il n'en ferait pas parti.

- Je n'ai aucune envie de te donner mon nom, tout comme le tien ne m'intéresse pas le moins du monde.


Plus glacial serait difficile. Mépris évident. Il était au dessus, clairement. Pour la simple et bonne raison qu'il avait envie d'insuffler le doute en elle. Et pour ça il fallait faire comme si il valait mieux. Alors qu'il pourrait aussi l'envier. Il avait choisi la première solution. Le doute d'abord, le désespoir ensuite. L'un et l'autre se suivaient souvent, avant de se resserrer dans un cercle vicieux qu'il connaissait bien. En sortir devenait difficile, puisqu'ils se nourrissaient mutuellement. Magnifiques émotions, saupoudrées d'un peu de déception et elles devenaient redoutables. Il fallait que quelqu'un lui ouvre un peu les yeux. En fait, il était tout simplement altruiste, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La galerie des armures

Message par : Amy Jackson, Dim 21 Aoû 2016 - 9:53


La réponse du serpentard ne se fit pas attendre.

- Je n'ai aucune envie de te donner mon nom, tout comme le tien ne m'intéresse pas le moins du monde.

Il y avait tant de mépris dans sa voix que Amy sentit son sang se glacer. Bon il fallait pas se mentir elle s'attendait un peu à cette réaction, ce qui ne l'empechait pas d'être énervée. Elle avait tendu une perche au jeune garçon et même si elle aurait été vraiment choqué qu'il la saisisse, son ton glacial, son mépris et son attitude l'énervait au plus au point. Et surtout elle détestait la manière dont il la toisait de ses yeux glacés qui lui donnait l'impression d'être une enfant pénible à qui on explique que ses rêves et ses espoirs ne sont que des chimères. Elle avait déjà vécu cette situation et elle détestait ça. Et elle allait lui faire savoir.

- Ah qu'es-ce que j'ai pu être stupide de croire qu'on pourrait avoir une discussion normale! s'exclama-t-elle en se prenant la tête entre les mains. Tu veux pas parler, ok ça me va, mais explique moi juste un truc: pourquoi tu te comportes comme ça ? Ça t'apporte quoi toute cette arrogance et ce mépris ? Ça te fait plaisir de me rembarrer comme ça ? Tu t'es pas dit, je sais pas moi, "tiens si je l'aidait à se relever ", ou alors qu'on pourrait avoir des choses en commun et bien s'entendre ?
Et arrête de me regarder comme si tu étais au dessus de moi s'il-te-plaît, parce que techniquement parlant t'es plus grand que moi, mais je suis pas plus bête que toi.


Pendant sa tirade Amy s'étaient mise sur la pointe des pieds, et s'était légèrement rapprocher du serpentard afin de combler un peu leur différence de taille et de carrure. Sans qu'elle sans rende compte ses doigts s'étaient refermés sur le collier de sa mère qui s'était ouvert pendant son discours dévoilant la précieuse photo qui se trouvait dedans. Maintenant qu'elle avait fini elle reposa ses pieds à plats et croisa les bras, les joues rouges d'avoir tant parler.


Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Azaël Peverell, Mar 30 Aoû 2016 - 15:43


Azaël fronça légèrement les sourcils en voyant la jeune fille s'approcher de lui tout en lui déblatérant tout un discours.

- Ah qu'est-ce que j'ai pu être stupide de croire qu'on pourrait avoir une discussion normale ! Tu veux pas parler, ok ça me va, mais explique moi juste un truc: pourquoi tu te comportes comme ça ? Ça t'apporte quoi toute cette arrogance et ce mépris ? Ça te fait plaisir de me rembarrer comme ça ? Tu t'es pas dit, je sais pas moi, "tiens si je l'aidait à se relever ", ou alors qu'on pourrait avoir des choses en commun et bien s'entendre ?
Et arrête de me regarder comme si tu étais au dessus de moi s'il-te-plaît, parce que techniquement parlant t'es plus grand que moi, mais je suis pas plus bête que toi.


C'est qu'elle s'énerverait presque la gamine. Un léger sourire se mit à flotter sur les lèvres du Serpentard. Mais ce n'était pas un sourire bienveillant. C'était un rictus moqueur, qui laissait transparaître une fois de plus tout le mépris qu'il pouvait éprouver à son égard. Elle croyait vraiment ce qu'elle disait ? Décidément, la Poufsouffle vivait tous dans un monde à part où tout le monde est ami. C'était pas possible autrement. La seule explication valable. Parce qu'il était bien certain que ça se voyait qu'il avait pas envie de lui parler. Qu'il avait été clair. Et qu'il avait pas la tête du mec le plus gentil du monde prêt à tendre la main à son prochain. Et pourtant, elle s'acharnait à vouloir comprendre. Comme si y'avait besoin d'une raison pour être méchant avec quelqu'un d'autre. Là il avait juste envie d'être un c*nnard. Ca arrivait des fois.

Il recula d'un pas. Pas parce qu'il était impacté par les propos de la jeune fille, mais parce qu'il avait horreur que quelqu'un entre dans son espace vital sans la moindre raison. Déjà qu'il avait l'impression que tout le monde se marchait dessus, c'était pas la peine d'en rajouter. Il eut un regard vers son collier ouvert, mais n'essaya même pas de voir ce qu'il contenait. Ca ne l'intéressait pas. Il finit par hausser légèrement les épaules avant de lui répondre, toujours sur le même ton dénué d'intérêt mais très calme.

- Oui, ça me fait plaisir de te rembarrer. Non, t'aider à te relever ne m'a pas traversé l'esprit. Ni même le fait qu'on puisse avoir des choses en commun parce que c'est tout simplement impossible. Après j'dis pas que t'es plus bête que moi. Par contre t'es trop naïve. Ca me dégoûte. Maintenant, si t'as fini, j'aimerai beaucoup que tu la fermes. Parce que t'es en train de me coller un mal de crâne pas croyable, et ça risque de fortement m'énerver.

Elle avait posé des questions, il avait donné des réponses. Comme quoi, il était quand même poli comme garçon. C'était sans doute pas la réponse attendue par contre. Mais ça il s'en fichait pas mal. Il voulait juste qu'elle lui foute la paix et qu'elle cherche quelqu'un d'autre pour faire sa bonne action du jour et jouer à la psy. Parce que lui il était pas franchement volontaire pour ça, et qu'il n'avait aucune envie de lui parler davantage. Il lui lança alors un regard glacial. C'était pour qu'elle comprenne qu'il était sérieux. Que si elle continuait, il risquait de vraiment devenir méchant. Et ça, c'était pas franchement une bonne chose pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La galerie des armures

Message par : Amy Jackson, Mer 31 Aoû 2016 - 12:47


A peine Amy avait-elle finit de parler qu'un rictus moqueur plein de mépris s'afficha sur le visage de son interlocuteur comme si tout ce qu'elle venait de dire n'avait aucune importance pour lui. Pourtant quelques secondes plus part il recula d'un pas ce qui donna l'espoir à la jeune fille que tout ce qu'elle avait dit n'avait pas été vain et que peut-être finalement ça avait impacter le Serpentard. Son espoir fut balayé quelques secondes plus tard quand après avoir hausser les épaules nonchalamment il lui répondit du ton calme et dénué d'intérêt qu'il employait depuis le début de la conversation et qui couplé à son sourire moqueur avait le don d'énerver prodigieusement Amy.

- Oui, ça me fait plaisir de te rembarrer. Non, t'aider à te relever ne m'a pas traversé l'esprit. Ni même le fait qu'on puisse avoir des choses en commun parce que c'est tout simplement impossible. Après j'dis pas que t'es plus bête que moi. Par contre t'es trop naïve. Ca me dégoûte. Maintenant, si t'as fini, j'aimerai beaucoup que tu la fermes. Parce que t'es en train de me coller un mal de crâne pas croyable, et ça risque de fortement m'énerver.

Si au début la Poufsouffle fut surprise par la violence de cette réponse pourtant très calme et par le regard glacial qui la suivit, son entêtement et sa colère prirent vite le dessus. Elle ne comprenait pas comment le Serpentard faisait pour avoir l'air si indifférent et détaché, comme si tout ce qui se passait ne l'atteignait pas, comme si il ne ressentait rien. Cela la troublait énormément mais au delà de cela la réponse du jeune homme l'avait passablement énervée. En plus de la traiter comme une gamine il se permettait de lui demander de la fermer et de la menacer. Encore une fois l'attitude du jeune homme lui rappelait en tout point celle de son père pendant son enfance et faisait remonter de très mauvais souvenirs, lui faisant adopter par réflexe une attitude défensive.

- Alors je pense que je te l'ai déjà dit mais c'est pas grave je vais me répéter, on n'a pas garder les cochons ensembles alors tu me parles correctement s'il-te-plaît! Ensuite et au risque de me re répéter on se connait pas alors j'aimerais bien savoir pourquoi l'idée qu'on ait des points communs te semble si impossible, quoi que plus on parle moins je pense et moins j'ai envie qu'on en ait! Ah et contrairement à ce que tu sembles croire je ne vis pas dans un monde peuplé entièrement de boursouflets et de licornes d'accord ?!!Je sais que tu le monde n'est pas gentil par nature, je sais qu'il y a des gens qui sont hypocrites ou juste mauvais, qu'il y en a qui ne croient pas au bonheur et d'autres qui, peu importe les efforts que tu fais, font comme si tu n'existais pas. Mais je sais aussi que tout n'est pas noir que certaines personnes sont bonnes par nature. Si pour toi c'est ça être naïve alors oui je le suis! termina Amy les yeux brillants

Cette fois-ci elle n'attendait rien du Serpentard, elle avait bien compris qu'établir le contact avec lui était aussi impossible qu'inutile et qu'il n'avait aucunement envie de lui parler mais elle ne pouvait pas s'empêcher de lui répondre c'était plus fort qu'elle.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La galerie des armures

Message par : Azaël Peverell, Ven 2 Sep 2016 - 11:24


Azaël pensait que la jeune fille allait partir après sa réponse. Ou du moins qu'elle ne chercherait pas plus loin et qu'elle attendrait les escaliers en silence. Mais c'était sans doute trop lui demander. Elle était donc réellement incapable de se taire. Peut être qu'un petit sortilège de Langue de Plomb ferait l'affaire… Une leçon, un nouvel apprentissage pour la Poufsouffle ! C'était pas forcément une mauvaise idée. Et ce serait tellement reposant...

- Alors je pense que je te l'ai déjà dit mais c'est pas grave je vais me répéter, on n'a pas garder les cochons ensembles alors tu me parles correctement s'il-te-plaît! Ensuite et au risque de me re répéter on se connait pas alors j'aimerais bien savoir pourquoi l'idée qu'on ait des points communs te semble si impossible, quoi que plus on parle moins je pense et moins j'ai envie qu'on en ait! Ah et contrairement à ce que tu sembles croire je ne vis pas dans un monde peuplé entièrement de boursouflets et de licornes d'accord ?!!Je sais que tu le monde n'est pas gentil par nature, je sais qu'il y a des gens qui sont hypocrites ou juste mauvais, qu'il y en a qui ne croient pas au bonheur et d'autres qui, peu importe les efforts que tu fais, font comme si tu n'existais pas. Mais je sais aussi que tout n'est pas noir que certaines personnes sont bonnes par nature. Si pour toi c'est ça être naïve alors oui je le suis!

Elle parlait vraiment beaucoup trop. Il en avait assez. Il continua de la toiser, sans rien laisser paraître d'autre que son désintérêt total envers ses propos. Elle espérait réellement le toucher aussi facilement ? Comme si ils pouvaient avoir des points communs… Vu comment elle le gonflait il avait de plus en plus de mal à y croire. Il devait y aller un peu plus fort pour lui faire comprendre qu'il pouvait vraiment devenir méchant. Histoire de l'énerver un peu plus avant de se tirer d'ici. Les escaliers revenaient vers eux, ils ne seraient plus obligés de se supporter très longtemps. Mais il ne savait pas lequel d'entre eux serait le plus soulagé de pouvoir partir. Parce qu'il n'avait pas menti, un mal de crâne commençait à réellement se pointer. Trop de blabla, trop de bruit, pas assez de calme.

- C'est bien pour toi si tu sais tout ça. Par contre, j'te conseille de vite grimper les escaliers parce que ma baguette me démange. Et j'ai vraiment plus aucune envie de t'entendre. J'ai été bien sympa jusque-là, mais me pousse pas trop parce que ça me dérangerait pas de te lancer quelques sorts.

Il avait parlé d'une voix calme, une fois de plus. Ce qui faisait sans doute encore plus froid dans le dos. Si il y avait bien quelque chose qu'on ne pouvait pas lui retirer c'est qu'il était honnête. Et en plus il la prévenait. Vraiment adorable, que demander de plus ? Il lui désigna d'un léger mouvement du menton les escaliers qui venaient d'arriver, pour qu'elle comprenne bien qu'il était on ne peut plus sérieux. D'ailleurs, l'une de ses mains avait déjà glissé dans sa poche vers sa baguette, des fois qu'elle décide une fois de plus d'ignorer ses conseils. Mais il ne valait mieux pas pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La galerie des armures

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 9

 La galerie des armures

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.