AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
Balai laveur avec seau Vileda Spin & Clean
25 € 35 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 13 sur 14
Dans des escaliers délabrés
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
Invité
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Mer 18 Juil - 14:32

We walk together, side by side.

PV Elhiya Ellis
Si seulement, je pouvais lire dans les pensées, j’pourrais savoir qu’elle a envie de me materner, de me chouchouter comme si j’étais une personne fragile, comme si j’étais ce petit chaton que tout le monde voudrait câliner. C’est à croire que je dois être vulnérable d’un point de vue extérieur, puisque sans me rendre compte, toutes les personnes qui me côtoie jusqu’à maintenant, s’approchent de moi avec des pincettes. Bon, peut – être pas ce jeune homme, Arty, qui lui, m’a littéralement sauter au cou, jusqu’à m’embrasser au point de me faire rougir. Même à l’heure d’aujourd’hui, ma peau brûlée par les coups de Soleil, s’embrasse à ce souvenir ô combien excitant et perturbant. Si seulement je pouvais aussi me souvenir de ce que j’ignore, mais il me semble que c’est une peine perdu qu’est de lutter contre l’impossible, pas vrai ?

- « Hem… Cuisant, puisqu’il a fait une de ces chaleurs, là – bas, comme tu peux le remarquer, mais distrayant aussi. Cela m’a fait un bien fou, en effet. Et oui, je viens tout juste de rentrer, mais ce n’est pas grave, tu ne pouvais pas le savoir… Après tout, je n’ai prévenu personne, puisque … comme tu t’en es aperçue, je ne connais personne dans le coin… hmpfh. »

Ce qui attire mon attention, c’est de la voir bouger pour récupérer son bouquin à terre, alors que de mon côté, j’attrape ma valise avant de reporter mon regard sur elle. Pour une inconnue au bataillon, Elhiya semble être une personne drôlement attentionné et le fait qu’elle prenne soin de moi, qu’elle se montre patiente avec moi, me touche un peu sans même que j’puisse vraiment m’en plaindre. Et au final, je finis même par me détendre inconsciemment, comme si j’pouvais enfin me montrer moi – même sans avoir à stresser aussi. Ce qui n’est pas plus mal, en vue de ce qu’il se passe avec mes problèmes d’amnésies aussi.

- « Au pire, je n’ai rien contre à ce que tu m’accompagnes, comme ça, après, on ira boire ce chocolat ensemble et tu pourrais, effectivement en apprendre plus sur moi. »

Chocolat blanc, framboise ? … Ai- je bien entendu ? Elle a cuisinée des biscuits et mon péché mignon s’affole. Alors, comme un gamin, j’attrape le gâteau, me jettant littéralement dessus malgré la fatigue présente dans mon corps. Cependant, cette merveille a le don de recharger mes batteries internes de façon momentanée. Je souris grandement tout en m’esclamant sous la surprise de mon palai qui est aux anges.

- « Grumpfh ! … Ch’est trop boooon ! … Mais .. Mmpfh !... Toi, tu me montreras comment tu fais ! Ch’érieu’ch’ment ! »

Et cette impolitesse dont j’fais preuve. J’rougis rien que pour avoir parler la bouche pleine. Puis, j’avale le contenu de ma bouche avant de m’essuyer les lèvres et rire soudainement. Ensuite, je place une main derrière ma nuque, tout gêné de m’être comporté de la sorte.

- « Oops désolé… C’est juste que là… Waw … J’crois que j’risque souvent te t’en demander de ces biscuits… Ils sont vraiment bon, sincèrement. Meilleurs sans doute aussi avec le chocolat chaud qu’on ira boire d’ici quelques minutes, pas vrai ? »

Je rougis rapidement avant d’étirer un fin sourire. C’est qu’elle grimpe dans mon estime à vue d’œil, la demoiselle.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Ven 20 Juil - 17:23

Cuisant ? J’avais pouffé doucement en imaginant des élèves en train de rôtir dans le Poudlard express, l’avantage avait quand même quelques avantage au final. Enfin, si on oublié la nausée, les étourdissements,  les sens en vrille. Un sacrifice pour ne pas finir liquéfiée dans les rames d’une locomotive. Par contre, je ne savais pas où il était, et quelque part, je ne voulais pas savoir. Il avait oublié son passé, ou on le lui avait arraché. Et si ça  trouvait on lui dit qu’il s’appelait Enzo, ou il se l’était persuadé lui-même, alors, je ne préférais pas savoir où il était, pour ne pas me mettre à essayer de comprendre. Parfois, il ne fallait pas chercher de raison ou de coupable à certains évènement, c’était… moins compliqué pour les autres en tout cas.

Donc pas de question, juste un sourire et un hochement de tête à sa proposition. Je validais, forcément. S’il ne se rappelait plus de rien, il avait peut-être oublié où étaient les cuisines. Quoi que vu son enthousiasme sur mes biscuits, j’avais un doute. Pouffant à sa gourmandise libérée, je le regardais, attendrie, me demandant si je l’avais déjà de la sorte, aussi simple et innocent. C’était déroutant, perturbant et intriguant. Néanmoins, le soulagement ne pouvait s’empêcher de gonfler la poitrine. Il semblait avoir perdu toute l’Ombre qu’il portait, c’était… plaisant ? Le terme n’était pas forcément le bon pour le moment, mais je n’en voyais pas d’autre devant sa bouille soudainement gênée d’avoir parlé la bouche pleine. Il était changé. Totalement diffèrent, étrangement… apaisant.

Etait-ce de ne plus avoir à m’inquiéter de ses sortie nocturne, de ses retours tardifs dans les dortoirs  ou encore de ne plus à avoir mal à chaque fois que je croisais ses prunelles  qui me faisait rire autant. Mais je n’avais pu me retenir. Sa demande était tellement surprenante, son rougissement tellement incongru que je ne pouvais m’empêcher.

– Humph. S’tu veux, tu  peux en demander, ca gêne pas j’en fais pour plusieurs personne au château. Et puis, si tu veux apprendre, c’est avec plaisir. C’est pas compliqué. Le secret est dans la taille des pépites ! J’te montrerais !

Un clin d’œil enfantin glissé avant de lui montrer d’un signe de tête la volée d’escaliers qui commençaient à bouger.

– Tu vas bientôt pouvoir poser ta valise ! Tu te rappelles où est ton dortoir où tu veux que je te montre ?

Après tout, je pouvais bien faire guide touristique aussi.
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Lun 23 Juil - 15:11


We walk together, side by side.

Et bien que mes débuts de rencontre avec elle, ce soir, paraissent bizarre & étrange, on peut dire que là, actuellement, j’adore ce qu’il se passe. Elle me materne comme une grande sœur, elle me nourrit de gâteaux aux chocolats blanc et framboises. J’suis aux anges, j’aurais pas pu rêver mieux, vraiment. Donc, on descend tous les deux jusqu’aux dortoirs de notre maison. Je prononce le mot de passe devant le tableau, allez savoir pourquoi j’m’en souviens encore, je me l’explique même pas. Puis, je fonce rapidement vers ma propre chambre en connaissant encore le chemin.

-  « Mmhf, ça, ça va là ! Et ça… avec moi !   »

La valise finit sous le lit, après que j’ai récupéré mon sac. J’ne prends que le stricte nécessaire, mais surtout ma baguette au cas où, on ne sait jamais. Puis, j’la rejoins assez rapidement. Toujours aussi incapable de tenir en place, j’agis comme une pile électrique surchargé. C’est à croire que la pâtisserie m’a littéralement boosté et qu’en quelques secondes, mon taux de sucre à atteint des plafonds inimaginables. Alors, je peux pas m’empêcher de rire, voir même de sourire tandis que je fouille dans mes poches à la recherche d’une sucette.. Mmh, ça sera fraise pour ce soir. Ensuite, je regarde autour de moi avant de me mettre à réfléchir…

-  Maudite cuisine… J’me souviens plus de l’étage …Ni même où ce qu’elles sont… Non d’une chouette !  »

J’me frappe légèrement le front avant de faire une grimace, digne du gamin de 16 ans que j’suis, après tout. Ainsi, je croise les bras devant mon torse avant de prendre appuie sur la remparde des escaliers et je jette un coup d’œil vers ces derniers. Ça bouge dans tout les sens, ça ne reste pas en place et comme d’habitude depuis la fois où j’me suis réveillé en me demandant pourquoi j’me souvenais de rien, je m’émerveille pour la moindre nouvelle chose.

-  « …… J’me demande encore … Pourquoi tout le monde m’appellent « Zack » ou … même « Alec » … Bien que j’commence à me faire à l’idée … Que c’était … peut – être moi… Dans mon passé, mais j’me souviens de rien … j’ai même pas le souvenir de m’être appeler comme ça, un jour… C’est…flippant.  »

Cependant, pour chasser mes angoisses naissantes, je me décide de sortir mon appareil musical moldu de ma poche. Une fois, un des écouteurs dans les oreilles, je me décide d’appuyer sur play tout en jetant un coup d’œil à la jeune fille. Et là, comme à mon habitude depuis ces derniers temps, je peux pas m’empêcher de remuer en rythme sur place, de toute façon, je suis pas de ceux qui s’ennuient facilement, je fais même partie de ceux qui croque la vie à pleine dents.

-  « Tu viens ? … On va aller se le boire, notre chocolat chaud, Elhiya. »

Et là, j’ai besoin de rire, de bouger. Et c’est pas une surprise pour moi, si j’me mets à danser sur place, prenant lentement le chemin… opposé aux cuisines sans me rendre compte, pour éviter de faire du sur-place. Au pire, comme dit le proverbe, tout les chemins mènent à Rome, alors, j’arriverais bien jusqu’aux cuisines, un jour. Pas vrai.
© Azryel & PV Elhiya Ellis










Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Mar 24 Juil - 16:50


LA Alec/Enzo

De toute évidence, pas de soucis pour le trajet jusqu’aux cachots, aucun non plus pour son dortoir. C’était assez étrange quand même. Ne plus se souvenir de son identité, des gens qu’il fréquentait, mais savoir où il devait dormir et étudier. Lors d’un accident traumatique, certains détails pouvaient disparaitre entièrement, là où des brides de vie entière pouvaient être effacées. Bien que complexe, le sujet m’intéressait depuis un moment. Le manque d’informations précises ne m’avait fait aboutir qu’à des suppositions sans jamais de réelle certitude. La mémoire, le cerveau, était un univers bien à part, où même à l’état de visiteur, il était dur de s’y repérer. Alors, mes questions restaient en suspens pour le moment. Je déposais mon sac et mes livres dans ma propre chambre, et retournais l’attendre dans la salle commune, les mirettes sur les escaliers des dortoirs. La peur que ce n’était qu’un songe m’envahissait, le manque de sommeil me jouait parfois des tours, et si je n’avais fait que rêver son retour ?

Mais non, c’était d’une sucette à la bouche qu’il réapparaissait, le petit prince de mes nuits de néant dévorant. Un sourire s’illuminait machinalement sur mes lèvres. Soulagée, encore. Si ce n’était qu’une illusion, elle durait, et pour une fois, me plaisait. D’un dodelinement de tête, je le suivais, amusée de ses nouvelles réactions, de ses nouvelles habitues. Les sucreries, je n’avais vu qu’Elius avec jusqu’à présent. Ironique quelque part. Quand l’un devenait de plus en plus adulte, l’autre semblait au contraire avoir recouvert son insouciance perdue. Dur de savoir quoi en penser. Compliqué de savoir comment agir, alors, je restais à coté, trottinant à la même vitesse pouffant simplement à son manque de souvenir. « T’inquiète ce n’est pas loin, et puis ça te reviendra, l’estomac se souvient généralement de ce qui est bon pour lui ! ». Tout comme le corps, certains gestes, certaines redondances restaient encrées malgré tout… Même s’il scrutait les escaliers perdu comme un enfant dans un centre commercial.

L’image était touchante. Moi qui l’avait quasi toujours vu trop dur, trop froid, trop fort, sauf quand il oubliait de coller son masque illusoire. Ça m’attendrissait, de nouveau. A croire que j’avais oublié ce bout de lui, parfois trop doux, le dernier qu’il m’avait confié ce soir-ci…. Je soupirai face aux images imposés par les caprices de l’esprit, les embruns avait fouetté mes joues agréablement, la chaleur de ses bras m’avaient réconfortée, puis, il n’avait plus été… Un rappel violent de Conscience qui se méfiait. Elle avait marre de son coté de se retrouver bâillonnée quand elle se targuait d’un « j’te l’avais dit », alors forcément, elle désapprouvait que je ne colle pas de barrière, que je me laisse tant émouvoir par son regard admiratif sur des escaliers en mouvement. Tant pis… Ce ne serait pas la première fois, et très certainement pas la dernière…. Elle pouvait rester en retrait.

Glissant le bras dans le sien, je souriais de nouveau et le faisais pivoter dans le sens contraire, écoutant ses craintes en plein éveil. Aucune réelle réponse à lui offrir, si ce n’était la direction à prendre. « Ces autres prénoms c’était toi aussi. Mais ce n’est pas grave vu que nous on s’en souvient non ? Puis.. t’as l’air… mieux.. Donc cherches pas, c’est surement mieux comme ça. Par contre, les cuisines c’est là-bas. Ça , c’est un sacrilège d’avoir oublié. » En ricanement avec légèreté, je l’embarquais vers les porte du rez de chaussée non loin de nous jusqu’à pousser le lourd vantail de bois.

Cela faisait vraiment longtemps que je n’étais pas revenue ici. Je cuisinais chez mes parents, le week end, ayant bien trop de souvenirs associés à cette pièce. Des moments de vie que je devais taire pour étouffer le désir viscéral de monter devant le tableau de la tour d’ivoire pour en déloger les prunelles d’ardoises qui me manquait temps, même maintenant. A chaque instant en fait, mais je crois bien que ce n’était qu’à cet instant précis que je le comprenais. Risible situation, qui m’arrachait un sourire en coin mitigé. Un regard sur Alec devenu Enzo, l’hésitation fugace de lui dire que ses caprices malsains avaient eu au final un effet plus que bénéfice. Mais ca aussi il avait oublié. Aussi, d’un coup de menton, je lui montrais la grosse table en bois et les bancs. « Va t’installer, je m’occupe du chocolat, à moins que tu veuilles aider ? » Cuisiner à deux était quelque chose qui me plaisait aussi. J’avais initié mon cousin de serdaigle, et même le poufsouffle, quant à Lysse… ce n’était un cours qui avait eu lieu dans cette pièce, mais le résultat avait été au final le même.. Quelque part ça devait rapprocher. Alors… Pourquoi pas ? S’il ne restait de déchu que l’enveloppe charnelle, je pouvais bien découvrir cette autre version dans les instants innocents
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Jeu 26 Juil - 19:42

Enzo M. Aiken - Alec Z. Dmitriev - 16 ans

Et la belle blonde se mets doucement dans mon champs de vision. Comment dire que je sens battre mon cœur à plein vitesse dans ma cage thoracique, lorsqu’elle se tient à mes côtés. Elle a le don de me faire sentir léger, de me faire décrocher un sourire sur mes lèvres. Et je ne peux qu’en profiter pleinement de sa douce attention. Naturellement, elle me rejoins et se permets même de marcher à la même hauteur que moi. Ayant toujours de la musique dans les oreilles, je balance mes bras en rythme, tournant presque sur moi – même sans m’empêcher de danser tout en continuant de jeter des coups d’œil discrets à la jeune fille à mes côtés.

- « Je l’espère bien, sinon, ça craint un peu pour moi, haha… »

Et comme un gosse aussi, je me mets à rire avant qu’elle ne glisse son bras au travers du mien, l’enlaçant pour marcher à la même mesure et au même rythme que moi. Forcé d’arrêter de gesticuler dans tout les sens, je me laisse entrainer dans l’autre sens, riant de plus belle en voyant que je venais de faire une boulette supplémentaire. Moi et le chemin de la cuisine, c’est à croire qu’on est pas vraiment pote, lui et moi, m’voyez.

- « … Tout à fait…. Ehhh ! … Ah ! Oops ! … Au pire, tu n’as qu’à me rafraichir la mémo-- !  »

Pas le temps de terminer ma phrase qu’elle m’embarque vers le rez-de-chaussée de l’école, sans quoi je la vois pousser ce truc en bois avant de la voir se mouvoir dans la pièce. Et pendant qu’elle m’indique la marche à suivre, je me déplace le long de la table tout en me mettant assis sur cette dernière, sans utiliser les chaises. Je ne peux pas m’empêcher de sourire bêtement à l’idée de goûter l’un de ses chocolats chaud, déjà que ses biscuits sont divinement bien réussis.

- « T’es sûr que ça soit une bonne idée ? Je suis bien capable de confondre le sucre avec le sel, ça risque pas d’être comestible avec moi, tu sais.  »

Et lentement, je me remets à rire de bon cœur, tout en croisant les bras devant mon torse. C’est qu’elle m’amuse grandement la belle blonde de Serpentard. Mais il y a quelque chose en moi qui déraille aussi, comme si je me sentais attiré vers elle sans pour autant avoir de sentiments à son égard. Je ne sais pas comment l’expliquer, cette attraction qui lentement se dessine, qui lentement, m’arrache de doux et longs frissons. J’en ai la chair de poule, au point où mon corps déraille tout comme ma tête. Je comprends pas vraiment ce qu’il se passe, mais ça ne m’empêche pas de profiter quand même, n’est – ce pas ?

 
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Mar 31 Juil - 15:11


Il pouffait, il rigolait. Ca changeait, et ça lui allait bien. Pourquoi diable voudrais-je lui rafraîchir la mémoire pour des choses autres que la localisation de quelques pièces qu’il avait possiblement zappées ? Il me semblait bien mieux ainsi, et si je devais composer avec cette pointe au cœur en me demandant ce qui lui était arrivé, ce n’était pas dérangeant. Ce ne serait pas la première fois. Un soupire abandonné à ses mimiques enfantines lumineuse, je lui avais adressé un signe de tête pour qu’il me rejoigne.

–J’vais déjà te rafraichir la mémoire sur cette recette, récupère donc du lait et des carrés de chocolat au lait.

D’un coup de baguette, j’appelais de mon côté la casserole, la crème et le caramel. C’était une chose qui allait finir par me manquer à Pouldard, la liste complexe et indécente de produits disponibles. Ca allait être un peu plus compliqué si j’allais devoir remplir autant mes propres placards, tout serait entassé, et le risque de confondre sucre et sel, pour le coup serait vraiment plausible. Mais là, pour le coup.

– Besoin ni de sucre, si de sel, donc pas de soucis ! Par contre pour les cookies, il en faut, du coup, je surveillerai le moindre de tes gestes ! J’ai des estomacs à combler avec mes biscuits moi !


Un ricanement innocent en lui adressant un clin d’œil. J’avais déjà vu mon cousin Aidan et Alexei en train de massacrer mes gourmandise, je ne voulais plus revoir un tel carnage, tant pour les elfes de maisons qui avaient autres chose à faire que passer derrière les maladroits, que pour les cookies. Je ne me souvenais même plus du résultat en fait. Un désastre que j’avais du vouloir occulter de mon esprit très certainement… Mais là, pas de risque, sauf … Nan juste pas de risque. Un coup de baguette pour allumer le feu de ce qui servait de gazinière, je posais ma casserole dessus, et mettais un peu de crème dedans en attendant, touillant doucement de la cuillère en bois récupérée je ne savais plus quand.

La fatigue n’était pas la cause de mon manque d’attention, les souvenirs non plus. Pourtant j’en avais plusieurs dans cette pièce, des bons essentiellement… Non.. que des bons en fait, même la fois où mon idiot d’ex s’était ramené. Au final, il n’avait fait qu’être un déclencheur à ce qui restait latent. Mais c’était autre chose qui me perturbait : son enthousiasme. Il y’avait, dedans, quelque chose d’innocent, qui me troublait un peu, bien que je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Les pensées s’effritaient lentement, s’envolant vers des suppositions inconnues et des « et si ? » muet. Cette amnésie en elle-même me chiffonnait, et pourtant, je ne voulais pas forcer les choses….

–Donc si je résume t’es gourmand et t’es nul en cuisine…. Et… hum apparemment je peux te corrompre avec du chocolat blanc… je retiens… tiens, d’ailleurs prend la tablette de blanc et non celle au lait, on va varier un peu.

Alors poui, il y avait une formule pour cuisiner directement ce qu’on voulait dèslors qu’on avait les ingrédients, mais ce n’était pas le même plaisir du tout. Un peu comme ce Enzo et Zack, les même couleurs, mais pas les même saveurs… Enfin… à mon avis… Il faudra tester ça aussi, mais plus tard..

– Tu coupes les carrés s’il te plait ? on va les faire fondre dans la crème..
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Mar 31 Juil - 23:30

Enzo M. Aiken - Alec Z. Dmitriev - 16 ans

Et bien sûr que j’m’amuse comme un enfant dans cette pièce, face à cette belle blonde. Son regard m’émerveille, me décroche un sourire tant est si bien qu’il est presque qu’impossible pour moi de redescendre sur terre. Pourtant, je ne peux pas m’empêcher de m’approcher d’elle alors qu’elle me demande de prendre le lait et les morceaux de chocolat. Première tâche et me voilà déjà à fouiller placards et frigos. Sauf qu’autant pour le lait, c’est facile à trouver, mais le chocolat, j’me l’avoue, je suis paumé.

- « Heuu…. Raaah… Chooocollaatt, t’es où ? . »

Et comme un gosse, du haut de mes 16 piges, j’finis par grimper sur le comptoir pour fouiller dans les placards du haut. Tant pis pour ma baguette, la flemme de l’utiliser, aussi, honnêtement. Quand mon bonheur fut enfin trouvé, je fais demi – tour avant de venir la rejoindre, déposant le tout à côté d’elle.

- « Et bien, je pourrais toujours essayer de me faire des cookies pour moi – même, à côté des tiens, comme ça pas de jaloux/ses ? »

Et son rire, bon sang, je me liquéfies sur place tant je fond. Elle est adorable, cette fille, franchement. Du coup, je m’installe sur le plan de travail, attrapant un morceau de chocolat blanc pour le mettre en bouche tout en regardant autour de moi. Me demandant soudainement une chose avant de lui poser la question en retour.

- « Tu cuisines ces merveilles, ici, depuis longtemps ? »

Après, l’entendre faire un résumé de ma personne, c’était troublant, mais je n’arrive pas à m’empêcher de sourire et limite de rire aussi. C’est qu’au fond, elle n’avait pas vraiment tort non plus.

- « Nul en cuisine, je dirais pas ça, juste… quelqu’un d’hypermaladroit… Je stresse pour pas grand-chose et du coup, ça n’arrange jamais mon cas… »

Puis elle me donne un petit travail à faire, alors je m’exécute rapidement, allant casser les morceaux de chocolat pour les mettre dans le saladier, n’osant pas les mettre dans la crème, par peur de faire une bêtise. En revanche, je m’autorise à me servir un verre d’eau en attendant qu’elle continue la base de la recette des cookies. Me retrouvant ainsi, face à elle, bien plus fasciné qu’auparavant.
 
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Jeu 2 Aoû - 14:36

LA Enzo
Un gamin. C’était ce qu’il était redevenu. Un môme insouciant, celui qu’il n’avait jamais eu l’occasion d’être peut-être… Celui qu’il avait oublié d’être quand on s’était connu, peut être… Et moi, j’le regardais, sourire aux lèvres, éblouit par l’innocence soudaine d’un nouveau-né. Un nouveau tableau, des nouvelles lignes, des nouveaux contours. Déroutant, au point de me confondre en observation muette et pointe au cœur. Où était-il parti ? Que lui était-il arrivé ? Les questions se fanaient doucement en le couvant doucement des yeux. Les réponses m’importaient peu désormais, je n’avais que faire des pourquoi, des comment. Ils n’étaient que poissons coulant dans les veines, s’insinuant dans les synapses jusqu’à ne plus rien faire exister que l’ombre, le vide et la colère de l’incompréhension. J’en avais marre de ce genre de chose, marre de perdre du temps à courir après une vérité inexistante, marre de gaspiller des instants comme celui-ci par des interrogations qui restaient secrètes, marre de me battre avec un équilibre incertain vacillant comme un funambule apprentis.

Et quelque par une porte claquait.
Un sursaut de la conscience
Qui se noyait dans ses sourires.
Dieux que c’était doux.
J’avais oublié
Je ne savais plus quand
Mais j’avais oublié
Lui,
Ou cette partie lui,
Mon dieu, que la sensation est
douce
Etait-il judicieux de s’y noyer ?
Je ne savais pas,
je ne voulais pas savoir,
J’en avais marre,
Je m’en fichais,
Alors les comeback,
J’voulais m’en délecter,
En profiter,
Me perdre dedans,
Qu’ils aient gout de chocolat,
De miel ou
de sang collé sur les lèvres.
Alors…
Je souriais.

Et pouffait à ce bonheur volé et totalement innocent. Un cadeau posé à mes pieds quand je n’y croyais plus. Un fragment de lumière, pas le même que Lysse. Pas aussi fort, pas aussi vibrante, vraiment loi, très loin de la lumière-chérie du gryffondor adoré, mais une petite clarté, visible à l’œil nu. Une de celle à ne pas occulter, à prendre entre les mains, en même temps que les ingrédients qu’il ramenait. J’écoutais, amusé ce qu’il disait. C’était si diffèrent, une nouvelle personne, un nouveau départ alors que j’étais déjà là avant. Un équilibre étrange qui ne me dérangeait au final pas. Au contraire, je pouffais.

– Tu veux déjà me faire concurrence alors que je ne t’ai même pas appris ? c’est déloyal ca non ? on peut faire à deux, c’est assez simple tu verras

Très simple. Que ce soit la recette, ou ce retour soudain. Il suffisait de suivre, de se laisser porter, de tendre l’oreille, d’observer les détails, s’en nourrir, de croquer dans un carré de chocolat avec délice et dodeliner de la tête en mâchouillant.

-Pas b’soin de stresser, tu vas voir. J’ai appris petite, tu vas t’en sortir. Viens approche avec ton bol

Réduire l’espace entre nous. Geste inné, ou habituel, qu’importait. La main droite faisait un mouvement pour l’inviter à se mettre sur devant moi, que je passe dans dos, le regard par-dessus l’épaule pour garder un œil sur ce qui se passait.

  Met le tout dans la casserole, la crème est déjà chaude, après tu touilles en douceur avec ca. Je rajouterai la crème puis le lait au fur et à mesure.

L’ustensile glissé dans sa main libre, je gardais mes doigts sur les siens lui montrant la lenteur du geste à adopter pour ne louper aucun carré de chocolat. Pas de proposition d’utiliser la magie. Je n’en voulais pas, pas aujourd’hui, pas maintenant.

–Continue sur le même rythme, pour mêler le tout de façon homogène, prend le temps…

Comme tout dans la vie en fait… Ne pas se précipiter, laisser le temps agir, panser les blessures, les perdre dans l’oubli, en faire des souvenirs à chérir, des parfums à conserver.
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Sam 4 Aoû - 0:54

Enzo M. Aiken - 16 ans
Alec Z. Dmitriev
L.A. d'Elhiya pour toute la durée du rp.
-

Je peux ressentir ce rythme qui bat la mesure dans mon cœur, marquant ma peau de frissons assez marqué aussi. Même si mon souffle part dans une danse endiablée, je me laisse me perdre dans ses divines explications, l’écoutant parler tout en suivant aux pieds de la lettre, chacun de ses ordres sans me risquer à lui tenir tête. Mon esprit, disloqué, se perd aussi dans ses gestes qui me rendent assez confus en toute honnêteté aussi. Surtout, explicitement, lorsqu’elle se colle à mon dos. Mauvaise idée… Mauvaise idée… Vraiment trop une mauvaise idée. Pour nous, pour moi, je ne suis qu’un pantin de bois, désormais, qui réponds des anciens désirs enfouis dans mon corps, dans mes membres.

Et tout comme avec Arty, ce jeune « Loup – Garou », je ne fais que laisser mon corps s’appuie contre elle, jusqu’à ressentir sa féminité recouvrir chaque parcelles de l’arrière de mon corps. Pour nous, pour elle, je ne suis qu’un ange ayant l’allure d’un garçon, en étant revenu après de nombreux mois d’absences, laissés sans nouvelles. Si seulement, tout ça, je pouvais m’en souvenir aussi, mais il n’en n’est rien, seul mon corps se souvient, seul mon corps réagit. Et même si, dans mon cœur, il vit un orage torrentiel, aussi destructeur qu’irréel, ma peau, quant à elle, se craquelle comme une tour de verre autour de ce rêve éphémère.  

Elle, qui s’avère être une sensuelle succube de mes songes, vil tentatrice à la même aura que ma marraine, je me demande encore pourquoi elle me fait cette effet – là. D’une certaine façon qui ne me surprends pas pour le moins du monde, je m’oblige à lever les bras pour venir l’enlacer en douceur tout en la gardant contre moi. Et dans cet instant propices où règnent tout nos vices, je me surprends encore à glisser mon pouce sur sa joue, mes autres doigts de la même main, dans ses cheveux. Et mon regard vert émeraude se fond doucement dans le sien jusqu’à que je me mettes enfin à parler après ce long moment de silence.

- « … Mais …Qui es-tu ? … … Tu me perturbes, tu sais… »

Alors, je laisse mon souffle tel un ouragan se reprendre devant moi, mon cœur battre le rythme bien qu’il s’accentue en sa présence. Son odeur signe dans une dernière valse meurtrière que je ne suis plus un enfant, que je peux me conduire avec elle comme je l’ai déjà fait avec Arty. À croire que nous avions besoin de ce rapprochement pour nous sentir en vie, et comme une impression de déjà vu, je frissonne encore, baissant le feu jusqu’à l’éteindre pour faire un demi – tour sur moi – même. Notre recette peu bien attendre, parce que là, ce n’est plus vraiment moi qui commande, mais ce que je ressens pour la belle blonde.
 
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Sam 4 Aoû - 12:28


Memories live 4ever
 




Il ne fallait pas,
Laisser ma mémoire
S’éveiller.
Ne pas la laisser
Crier,
Demander
Mais qu’est-ce qui s’est passé ?
Contenir les larmes,
Prendre une bouffée de son parfum
Comme avant et
attendre

Mais étais-je encore la même gamine perdue, dévorée par la peur et le vide qu’il avait croisée un soir dans une ruelle sombre ? Etais-je encore celle qui hésitait, la main tremblante, torturée par ses envies et sa conscience ? Etais-je encore cette fille à qui il avait offert un monde diffèrent, fait de mensonges et de déraisons ? Etait-je encore la marionnette de ses caprices ? Le voulais-je encore ? L’influence de son absence gravée en moi, la peine de son départ, la crainte de sa mort avaient changé des choses. Je me relevais seule, car j’avais trouvé comment avancer. Pas pour les autres, pas pour leur faire plaisir. Je ne souriais plus comme un pantin, c’était fini, je n’attendais plus après tout un chacun, mais avançais suivant les choix qui s’étaient imposés -dans cette cuisine d’ailleurs.

Alors, ses effluves doucereux de pommes, de cannelles, qu’il dégageait au moindre de ses mouvements n’étaient plus ceux qui tiraient les ficelles. Il ne pouvait plus, n’avait plus ce pouvoir sur moi, pourtant… l’air trop chaud emplissait mes poumons et mon cœur… impossible à contrer… un vieil air de musique connu et reconnu, avec un tempo autre… C’était différent d’avant, cet arôme avait les délices du passé, sans la servitude. Un gout picotant sur la langue sans même y avoir gouté. Celui de l’interdit. Car il ne savait pas, car je ne voulais pas le brusquer. Pourtant, je voulais savoir, ressentir, toucher, vérifier si Zack était réellement mort. Je voulais juste vérifier de la pointe de la langue si c’était un rêve, ou une de ces chimères que la drogue dessinait de temps à autre… Je voulais juste…

Qu’il se réveille,
Qu’il comprenne,
Qu’il me revienne
Qu’il se rappelle
Qui j’étais pour lui.
Que son cœur
Se souvienne
Et entende le mien
Murmurer…
Dérailler..
Se complaire
Dans son regard
Dans son étreinte
Dans ses gestes
Retrouvés
Écoute donc dans le silence
Et ne te laisse pas prendre
Car c’est toi qui deviendra

Un jouet

J’avais changé, mais il l’ignorait. Je n’étais plus celle qui attendait qu’on use d’elle, sauf si je le voulais. La petite poupée perdue avait été brisée, un ombre m’avait recollée, au hasard de la vie, me permettant de me relever. Une nouvelle chance que je n’avais pas voulu gaspiller, que je ne voulais pas laisser m’échapper. Alors, les rôles s’étaient peut-être un peu échangé. Son empreinte toujours en moi, j’avais fini par adopter quelques une de ses déviances, me moquant du reste, des autres, de ceux qui parlaient pour rien, et me gênaient. Sauf… qu’il l’ignorait… et n'en saura jamais rien… un mal pour un bien, un avantage pour moi, une occasion qui s'esquissait en sourire amusé mes lèvres.

Un trouble, une confusion, ses sens qui se rappelaient, qui parlaient d’eux même. Je me délectais de découvrir que le corps n’oubliait pas tout, qu’il était un allié de poids, et inclinais la tête en haussant une épaule dans une moue des plus innocentes. «  Je ne sais pas. Tu me l’as jamais vraiment dit… Alors à toi de voir… ». Car je ne dirai jamais ce qui avait été, même si je lui en étais reconnaissante de m’avoir mis mon p’tit loup entre les mains, sans lui, ça n’aurait jamais existé, et j’ignorais ce qu’il en serait advenu sans mon Gryffon dans ma vie. Mais il n’avait pas à savoir, pas à comprendre, pas de suite.  Un rictus pour simple hypothèses possibles. Je le laissais se retourner, s’occuper de sa sauce chocolat, attendant quelques secondes pour me nicher dans son cou. Un souffle chaud sur la peau molle, un chuchotement au creux de sa nuque. «  Ca te reviendra ne t’en fais pas »


Dernière édition par Elhiya Ellis le Jeu 9 Aoû - 16:06, édité 2 fois
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Jeu 9 Aoû - 15:19

Enzo M. Aiken - 16 ans
Alec Z. Dmitriev
L.A. d'Elhiya pour toute la durée du rp. & Contenue sensible /!\
-

Parfois, il suffit d’un toucher pour que je m’embrase, quelque chose de bien plus qu’un regard ou de simple mots. Alors que j’ignore notre lien et ce qu’on est l’un pour l’autre, je me mets en tête de lâcher prise, de ne plus me cacher derrière des barrières pour rester « safe ». Je sais que depuis que j’me souviens avoir « ouvert » les yeux pour la première fois, j’avais déjà un don inné pour gravir et passer outre les interdits. Quelque chose au fond de moi, me pousse aussi, à ne plus rester un garçon sage et à ses côtés, ma véritable nature se révèle aussi, même si je n’ai aucun souvenirs de ma vie d’avant.

- « … J’en sais rien… Sincèrement… »

Et sans crier gare, je dépose mes mains sur sa taille pour la faire reculer jusqu’au plan de travail pour la faire s’assoir dessus. Un sourire sournois se dessine sur mes lèvres, tandis que je dépose mon regard sur sa bouille adorable au même moment.

- « … La cuisine attendra, j’ai une bien meilleure idée, là… »

Comme si ça ne suffisait pas, je relève une main jusqu’à sa nuque, l’attirant en douceur vers moi. Et soudainement, nos lèvres s’effleurent, se -re-découvrent en douceur avant que je ne l’embrasse d’une façon plus intime, plus sensuelle et plus gourmand qu’auparavant. C’était comme si le temps n’avait plus d’importance autour de moi, voir même de nous. Cette attraction, cette alchimie entre nous, c’était comme si elle avait toujours existée, et franchement, je commence de plus en plus à l’apprécier.
 
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Jeu 9 Aoû - 17:00


Memories live 4ever
 



Et attendre
J’aurai pu compter les secondes, les trouver pas assez présentes. Mais le rictus sur ses lèvres, ses mains sur mes hanches, cette pression jusqu’à me caller sur le plan de travail, dessinait sur mes joues ce même sourire en coin. Echo du passé recouvert. Mes prunelles espiègles l’observaient, sans mot dire, cherchant cette lueur d’antan dans ses opales. Elle y était, différente, plus terne, mais toujours présente. Bonjour Zack Quelque part, caché en lui, il restait ce bout de lui qu’il avait oublié. Et si j’avais dit ne pas vouloir le brusquer, n’aurait-il pas été pire de le repousser que de le laisser prendre le contrôle de ses anciennes habitudes ?

Le souffle chaud sur mes lèvres nourrissait pouffement et conflit intérieur. C’était comme la nuit sur le pont du bateau, un geste naturel qui reprenait le dessus. Un de ceux qui embrouillait mon esprit. Un de ceux qui me ramenait à mon état de gamin à ses côtés. Un sentiment plaisant par le passé, amusant pour le moment. J’aurai voulu lui dire de ne pas trop chercher, de ne pas jouer à ca mais… la chaleur sur mes lèvres coupait court à toute communication possible. Curieux, empressé ou gourmand, je n’aurai sù dire ce qu’il en était, je m’y abandonnais, glissant mes mains derrière sa nuque remontant dans ses cheveux, le gardant à moi quelques instants de plus.

Un gout de chocolat, de framboise, de sucre, d’abandon, et d’oubli. Les images d’un temps révolu se baladant dans la tête au rythme du palpitant qui s’emballait d’instinct. Le toucher était le même, le parfum identique, le délice quant à lui avait une part de nouveauté appréciable. Une main abandonnait sa prise pour partir glisser son gilet et descendre jusqu’à la couture base de celui-ci. L’envie de vérifier si le reste avait changé aussi me brulait le bout des doigts, mais je me détachais légèrement de lui, mordillant la lèvre inférieure. Faire preuve de patience c’était l’idée, ne rien brusquer, ne pas être sa marionnette de nouveau… mais inverser…

La langue humidifiant mes lèvres, je fuyais du regard dans un sourire un tantinet timide

– Il y’avait un peu de ça effectivement, et d’autre chose qui n’a pas lieu dans une cuisine

Je lui avais adressé un clin d’œil malicieux, libre à lui de comprendre ce qu’il voulait, je ne dirai plus rien sur ce passé qui avait été notre. L’amusement était bien plus grand à le voir s’éveiller sans savoir. Les mirettes pétillantes, j’inclinais la tête sur le côté haussant une épaule en gentille petite fille que je n’étais plus avant de tirer doucement sur son t-shirt pour réduire l’espace entre nous et lui glisser quelques mots au creux de l’oreille.

–Si le reste te reviens il va falloir abandonner le chocolat, ce serait dommage de se passer de ce genre de gourmandises.. Quoi que les autres aussi…

Abandonnant un bisou sur sa joue, je me remettais face à lui dodelinant de la tête, haussant un sourcil taquin. Et maintenant ?
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Ven 10 Aoû - 22:47

FICHE PAR SWAN & Azryel ( Pv /!\ Contenue Sensible + L.A. d'Elhiya accordé. / Enzo - 16 Ans ).
It's about something beetween us...
Can you remember  one thing. You'll be my princess, i'll be your king.
Cette fille me fait perdre la tête et sans que je n’ai à me l’expliquer, je remarque que mon corps réagit de lui – même. Parce que j’ai beau me mettre en tête que c’est mal, elle me jure le contraire. Que je ne dois pas faire ça et pourtant, je le fais. Que je ne devrais pas succomber et malgré moi, je m’embrase lorsqu’elle m’effleure de ses doigts, de son regard, de ses lèvres sur moi. Alors, je m’abandonne à elle en toute âme et conscience, je m’abandonne à cette envie de gourmandise, cette ivresse d’une luxure sans retenue ni promesse.

- « … Le reste ne me revient pas, mais je laisse tomber le chocolat. Je te l’ai dis, il attendra, j’ai envie d’une toute autre chose, là. Genre… Toi.   »

Et moi aussi, sache – le, je ne fais pas dans la dentelle, ni dans la demi – mesure. Si j’ai quelque chose à le dire, je le dis. La preuve, je ne manques d’aucun tact, je fais même preuve d’une certaine franchise à agir ainsi, même que ça m’amuse particulièrement de commencer à briser mes « codes » internes. Il suffit que tu m’allumes, que tu m’effleures pour que mon aura d’Ange devienne « noire ». Un seul geste de ma part et j’abandonnerais ma Lumière pour Tes Ténèbres. Et c’est ce qu’il se passe, à vrai dire.

- « … En vrai, j’ai tout ce qu’il me plait ici, des gourmandises et une jolie fille qui m’plait, que devrais – je souhaiter d’autres ? … Sincèrement ?!   »

Après son baiser sur ma joue, j’en profite pour embrasser son front avant de me recoller contre elle, lorsqu’elle se dresse sur ses pieds. Et je ne manques pas d’embrasser son cou avant d’y marquer sa peau de mes dents. Laissant, ainsi, une belle trace bleutée parcourir la base de son cou délibérément, sans même lui demander son avis. Après tout, elle n’avait qu’à pas me tenter de la sorte, moi, je réagis au quart de tour, surtout quand on m’attire de cette façon, sachant que je ne me l’explique même pas, pourquoi entre elle & moi, il y a cette alchimie bizarre… Mais j’avoue, j’aime ça.  


Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Sam 11 Aoû - 21:00


Memories live 4ever
 

Abandon de chocolat. Sacrilège quelque part qui me faisait rire alors que je n'affichais qu'un simple sourire timide. Comédie certaine, bien que comédienne novice. C'était d'un conflit intérieur que je me moderais.  Car de restrictions passées il n'y avait eu que des caprices et de barrières présentes n'existait que mon désir de ne pas le brusquer. Par contre, pour la délicatesse avec ma propre personn, il me semblait que j'avais oublié de me protéger, que la faible carapace que j'avais avec lui avait fondue. Faute a sa réapparition. J'assumais. Enfin a moitié.

Le rictus espiègle aux lèvres, c'était un peu surprise que j'entendais Zack glisser entre les lèvres de ce Enzo. Un léger sentiment de culpabilité naissait en l'entendant s'exprimer et pourtant, quelque part, je me delectais du changement radical de comportement. C'était comme si on m'avait balancé un chaton terrifié et paumé dans les bras, et que je lui rappellais qu'il avait des griffes. C'était ... mignon.. Et terriblement tentant d'en tester les limites même s'il me déstabilisait un peu...

Être comme avant. Ca me plaisait presque. C'était facile  de glisser  sur ce genre de jeu
Mais je n'étais plus sa marionnette, et à ses mots, malgré le rougissement de les joues, je me contentais d'un simple clin d'oeil. Lui laisser  croire qu'il menait la danse. Ou me persuader du contraire. Je ne savais pas trop, mais qu'importait, un frisson delicieux chassait la moindre de mes pensées. Fichue habitude. Le pire restait que je me mordais doucement la lèvre inférieure, dose de gourmandise, et que mes doigts s'enroulaitnt autour des siens, dose d'amusement, pendant que je retrouchais terre et dodelinais de la tête comme une gosse.

- un endroit plus approprié ?

J'avais pouffé avec douceur, retournant effleurer ses lèvres d'un souffle taquin avant de me détacher de lui pour souffler quelque mots.

-Je t'y emmène si tu veux, mais faut arrêter de me mordre pour ça

Et j'te montrerai cette plage où on a été avant que tu disparaisses. Histoire qu'on finisse de qu' on avait commencé. Ca te dis? Un clin d'oeil de plis a son attention en passant la main sur le morceau de chair qu'il avait attaqué. J'espérais qu'il n'avait fait qu'une légère trace. Le marquage de territoire n'était guère dans les distinctions que je validais gratuitement.
Invité
Anonymous
Invité

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Invité, le  Mar 14 Aoû - 19:52

FICHE PAR SWAN & Azryel ( Pv /!\ Contenue Sensible + L.A. d'Elhiya accordé. / Enzo - 16 Ans ).
It's about something beetween us...
Can you remember  one thing. You'll be my princess, i'll be your king.
Et pendant qu’elle redescend sur terre, elle me propose de bouger dans un endroit moins découvert, plus à même de pouvoir s’amuser en toute discrétion. L’offre est alléchante, la demande intéressante. Alors, d’un signe de tête, j’accepte tandis que je me mords la lèvre inférieure subrepticement.

- « … Oups, pas fait exprès…    »

Sur ce léger mot d’excuse, je la laisse effleurer mes lèvres des siennes avant que je ne vienne lui voler un court baiser pour me faire pardonner de ma jolie trace bleutée bien présente sur son corps.

- « … Mmh, si c’est plus distrayant que de cuisiner.    »

Je l’avoue, je la cherche un peu à me montrer si franc, paraître sans ne rien cacher, sauf les détails inutiles. Puis, je me recule un peu, trempant mon doigt dans la pâte à chocolat avant de le porter à mes lèvres.

- « … Je te suis là où tu veux m'emmener sans problème, tu sais.    »

Enfin, je le lèche avec une certaine gourmandise bien présente sur les lèvres aussi. Ensuite, je la regarde silencieusement, me demandant où elle compte m’emmener, quelle pièce du château, j’allais encore découvrir malgré ma perte de mémoires… De souvenirs.

hrpg:
 


Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Elhiya Ellis, le  Mer 15 Aoû - 17:17


Memories live 4ever




LA Alec/Enzo

Un simple sourire malicieux à sa non excuse et son mensonge éhonté, comme s’il n’avait pas fait exprès… Franchement… c’était lui l’amnésique pas moi. Fallait pas pousser. Mais je ne disais rien, me contentant de le laisser venir picoter mes lèvres avec effronterie. J’attendais juste qu’il se décide, comptant les quelques secondes encore une fois très courtes. S’il ne savait plus qui il avait été, il recouvrait quelques habitudes assez rapidement. Cet accord, le même que lors de notre dernière balade, ne pouvait que m’arracher un rictus espiègle.

– Bien, on va juste passer prendre mes affaires, juste au cas où. M’en s’il n’est pas tard, rien ne coute d’avoir quelques solutions de secours à portée de main. »

Je ne détaillais pas plus que ça, et lui prenais la main pour l’amener jusqu’à notre salle commune où je l’abandonnais pour aller dans mon dortoir chercher mon sac comportant quelques petites fioles de potions et ma cape d’invisibilité. Pas dit qu’on ait besoin, mais juste au cas où… Sans trop le faire patienter, je revenais, une sucette en bouche –récupérée juste avant de fermer mon sac- et lui faisait signe de me suivre.

Quelques pas hâtés dans les couloirs pour sortir du château et traverser le château, pour rejoindre les grilles, logiquement encore ouverte vu qu’a cette heure-ci certains élèves pouvaient encore trainer à pré-au-lard. Mon bras enroulé au tour du sien, je lui adressais un clin d’œil et un simple «désolée » car le transplange d’escorte surprise n’était jamais vraiment drôle, mais c’était le plus rapide pour changer de zone. Pas bien dur de me remémorer l’endroit où je voulais y aller, je m’y étais baladé un bon nombre de fois lors de sa disparition. Un dernier mouvement et un crac résonnait derrière nous.

[Fin du Rp pour Enzo & Elhi – Merci Enzo :kiss:]
Contenu sponsorisé

Dans des escaliers délabrés - Page 13 Empty
Re: Dans des escaliers délabrés
Contenu sponsorisé, le  

Page 13 sur 14

 Dans des escaliers délabrés

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.