AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Sports magiques ~¤~ :: Quidditch libre
Page 2 sur 3
Les vestiaires
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Marx Rosenzwag
Gryffondor
Gryffondor

Re: Les vestiaires

Message par : Marx Rosenzwag, Mar 11 Aoû 2015 - 11:12


La jeune sorcière rougissait des compliments dont Marx venait de la gratifier. Cela le fit sourire. Il déballa ses feuilles, qui manquèrent de s'envoler dans tout les sens avec ce maudit vent, ce qui arracha un juron au Gryffondor. Il posa ses lunettes sur son nez avec application, récupéra son critérium et plaça un papier sur la chemisa cartonné qu'il tenait sur ses genoux.

- Ouais faisons ça maintenant. T'as l'air de savoir ce que tu fais alors je te fais confiance... dessine moi. Tu aimerais faire quoi après Poudlard ?

Il dévisagea la lionne un cout moment, l'air grave et sérieux, puis commença à griffonner par de petits gestes rapides. Il trouvait la situation très étrange. Il venait de rencontrer Eléna, ne connaissait pour ainsi dire rien d'elle, si ce n'est qu'elle était sérieuse, et il était déjà en train de lui tirer le portrait. Cela lui arracha un nouveau sourire. La jeune fille restait parfaitement immobile, ses cheveux flottant dans le vent. Sans lever la tête, il lui répondit:

- Je ne sais pas trop encore. Et honnêtement, ça ne m'affole pas plus que ça! J'aimerais pouvoir conjuguer ma passion des animaux au dessin, peut être en écrivant un livre. Enfin LE meilleur livre traitant sur ce sujet, illustré par mes soins. A tout les coups, il rencontrerait un succès phénoménale, et moi je deviendrais célèbre! Retiens bien mon nom!! D'ici quelques années, tu en entendra parler partout! Hé hé hé!!

Le rouge et or releva la tête pour faire un clin d'œil malicieux à Eléna. Marx avait pris son petit air prétentieux et plaisantin. Ce rêve avait quelque chose d'archaïque et d'enfantin, mais il se trouvait que le garçon y croyait de plus en plus. Il continua à s'imaginer en séances de dédicaces ou en interview pendant une poignée de seconde avant de se recentrer sur ce qui avait à faire. Il gomma un trait raté, puis continua, recroquevillé sur sa feuille.

- Et toi alors? Qu'est-ce que tu voudrais faire? Une carrière pro dans le Quidditch?!
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Aiko Wilkerson, Jeu 13 Aoû 2015 - 14:41


HRPG : Désolé pour le petit temps d'attente.



- Je ne sais pas trop encore. Et honnêtement, ça ne m'affole pas plus que ça! J'aimerais pouvoir conjuguer ma passion des animaux au dessin, peut être en écrivant un livre. Enfin LE meilleur livre traitant sur ce sujet, illustré par mes soins. A tout les coups, il rencontrerait un succès phénoménale, et moi je deviendrais célèbre! Retiens bien mon nom!! D'ici quelques années, tu en entendra parler partout! Hé hé hé!!

Un livre ? Un peu comme un bestiaire quoi. Intéressant. Le regard d'Eléna se perdait vers l'horizon à l'écoute de Marx. C'était un beau projet qu'il avait là. Etait-ce un rêve pour lui d'écrire un livre sur les animaux puis le dessin ? Eléna l'espérait, elle aimait bien voir les gens réaliser leurs rêves. Elle avait un léger sourire accroché aux lèvres. Elle observait le lion dessiner calmement. Cette atmosphère était calme et reposante.

- Et toi alors? Qu'est-ce que tu voudrais faire? Une carrière pro dans le Quidditch?!

Eléna se retint de rire pour ne pas fausser sa posture. Loin de la ! Pour elle, le Quidditch n'était qu'un simple sport pour s'occuper, s'extérioriser, rencontrer de nouvelles personnes et se fixer l'objectif de gagner. Rien de plus. La brune avait quelques projets, mais non fondés pour le moment. Son avenir n'était pas tracé et encore flou dans sa tête. Elle attendait d'abord d'avoir ses ASPICs pour ensuite se diriger dans un domaine.

-Le Quidditch n'est qu'un sport que j'aime pratiquer, rien de plus. Je ne sais pas du tout ce que je pévois de faire plus tard. C'est bien flou dans ma tête tout ça. Elle marqua une pause. J'ai hâte d'acheter et de lire ton prochain ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Marx Rosenzwag, Jeu 13 Aoû 2015 - 15:34


Marx ne pu que remarquer le léger sursaut qui agita Eléna lorsqu'il lui posa sa question. Il comprit immédiatement que sa réponse serait négative, et ne pu s'empêcher de sourire suite à cette réaction.

-Le Quidditch n'est qu'un sport que j'aime pratiquer, rien de plus. Je ne sais pas du tout ce que je prévois de faire plus tard. C'est bien flou dans ma tête tout ça. J'ai hâte d'acheter et de lire ton prochain ouvrage.

- Je vois. C'est vrai que tu as encore un peu de temps pour y réfléchir. Ha ha ha!! Rassure toi, ce n'est pas pour tout de suite!! Mais quand se sera fait, tu auras droit à une spéciale dédicace!

La remarque de la jeune fille lui avait fait très plaisir, un peu comme si elle donnait du corps à son rêve, lui permettait de l'approcher un peu plus. Cela redonna de la vigueur au garçon qui redoubla d'efforts sur son papier. Les traits noirs remplissaient peu à peu le vide de la feuille, qui devait reculer et se réduire sous les assauts incessant du crayon gris. Le Gryffondor se mura dans le silence, s'efforçant de rester concentré sur son travail, réajustant ses lunettes de temps à autre après avoir jetait un bref coup d'œil à la jeune sorcière. Il pris sa gomme, dont il gratifia la feuille de deux ou trois passages éclairs, puis releva enfin la tête. Il fit craquer son cou, qui commençait à s'engourdir.

- Tu ne trouve pas la situation étrange? Je veux dire que l'on ne se connait pas du tout, et je suis là à te tirer le portrait. Non pa sque ça me déplaise hein, loin de là même! Mais il y a quelque chose d'étrangement sain si je puis dire...

Marx se perdait dans les mots qu'il cherchait à mettre sur ce qu'il ressentait. Il se contenta de faire une petite moue frustrée. Se voulant taquin, il rajouta avec un petit clin d'œil amusé:

- Et puis beau comme je suis, j'ai peur que tu me sautes dessus dès que je te quittes des yeux!!
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Aiko Wilkerson, Jeu 13 Aoû 2015 - 16:19


- Je vois. C'est vrai que tu as encore un peu de temps pour y réfléchir. Ha ha ha!! Rassure toi, ce n'est pas pour tout de suite!! Mais quand se sera fait, tu auras droit à une spéciale dédicace!

Eléna souriait. Elle aimait bien ce Marx et avait hâte d'avoir cette fameuse dédicace. Elle se souviendrait de lui et serait l'une des premières à acheter son livre.

-Tu ne trouve pas la situation étrange? Je veux dire que l'on ne se connait pas du tout, et je suis là à te tirer le portrait. Non pas que ça me déplaise hein, loin de là même! Mais il y a quelque chose d'étrangement sain si je puis dire...

Cette idée devait trotter dans la tête de Marx depuis un moment, sûrement depuis le début de leur discussion en rapport avec le dessin. Eléna était à l'aise avec ce gars-là. L'ambiance était positive, le lieu était parfait et le brun était sympathique. Alors, elle ne se posait pas trop de questions sur le reste. Apparemment, lui aussi semblait apprécier le moment puisqu'il le qualifia "d'étrangement sain". Eléna l'observa. Il était toujours en train de dessiner. Cette image ne lui déplaisait pas.

- Et puis beau comme je suis, j'ai peur que tu me sautes dessus dès que je te quittes des yeux!!

Quoi ? C'est lui qui disait ça alors qui avait avoué trouver la brune charmante deux minutes plus tôt. Il lui avait même dit qu'elle avait la peau parfaite. Eléna rigola de bon cœur. C'est vrai qu'il était beau, mais ce n'était pas une raison pour lui sauter dessus.

- Si c'est moi qui baisse ma garde, c'est plutôt toi qui me sautera dessus à cause de mon visage parfait. Et en plus de ça, tu seras charmé. Elle sourit. J'aime bien cette situation étrangement saine comme tu dis.

Après ce petit épisode, Eléna se posa deux trois questions, c'est vrai que Marx était beau. La brune était bien curieuse de savoir si ce garçon avait quelqu'un dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Marx Rosenzwag, Jeu 13 Aoû 2015 - 23:54


- Si c'est moi qui baisse ma garde, c'est plutôt toi qui me sautera dessus à cause de mon visage parfait. Et en plus de ça, tu seras charmé. J'aime bien cette situation étrangement saine comme tu dis.

Ce fut au tour de Marx de rire. La brune l'avait pris à revers, si bien qu'il en avait perdu son latin. Il s'arrêta de dessiner pour la regarder, les yeux remplis de malice comme s'il préparait un mauvais coup. Eléna ne manquait pas d'air, et cela plaisait bien au garçon. Cela faisait un bon moment qu'il grattait sur sa feuille avec son crayon. Le Gryffondor fit craquer ses doigts avant de reprendre.

- Tu ne manques pas toupet quand même! Si tu étais belle au point que je veuille te sauter dessus, je ne pourrais pas finir ton portrait. Hors c'est ce que je suis en train de faire... Vous m'en voyez navré ma chère.

Il lui fit un clin d'œil amusé en plus d'une petite grimace. Le rouge et or se moquait un peu de la jeune sorcière, en espérant qu'elle ne le prendrait pas trop mal. D'autant plus qu'il ne pensait pas ce qu'il venait de lui dire. La lionne était de loin la plus belle fille qu'il ait vu. Remarque, il y avait June aussi. Mais Eléna était très différente de la Poufsouffle. Elle avait quelque chose de plus animal, de plus sauvage.

- Je plaisante bien sur! L'idée du dessin, c'est juste pouvoir te regarder en détail sans paraitre impoli, te déshabiller des yeux sans que se soit trop flagrant! Hé hé!!

Marx se rendait à peine compte de ce qu'il était en train de dire. Il y avait une part de vérité dans ses propos qui le ferrait passer pour un pervers de première catégorie. Il ne pu s'empêcher de rougir après ce qu'il venait de déclarer. C'était un peu poussé quand même. Pour se rattraper, il lui demanda la première chose qui lui passa par la tête, dans l'espoir que ce ne serait pas trop débile ou pire que ce qu'il venait de faire:

- Mais une jolie fille comme toi bien avoir un homme dans sa vie. Surtout que tu es connue comme tu joues dans l'équipe de Quidditch! A moins que le fait d'être batteuse ne les fasse tous fuir! Ha ha ha!!

L'idée n'était pas tellement différente, mais sa petite blague la ferrait surement passer à autre chose. Enfin peut être... Marx avait ce don de franchise un peu trop accentué, qui le perdait très souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Aiko Wilkerson, Ven 14 Aoû 2015 - 19:01


- Tu ne manques pas toupet quand même ! Si tu étais belle au point que je veuille te sauter dessus, je ne pourrais pas finir ton portrait. Hors c'est ce que je suis en train de faire... Vous m'en voyez navré ma chère.

La brune donna un petit coup de poing dans l'épaule du lion de façon plutôt amicale. C'était lui qui ne manquait pas de toupet. Elle ne sut quoi répondre. A vrai dire, il lui ôtait les mots de la bouche, et ça, c'était très rare. Il avait un talent fou.

- Je plaisante bien sur ! L'idée du dessin, c'est juste pouvoir te regarder en détail sans paraitre impoli, te déshabiller des yeux sans que se soit trop flagrant ! Hé hé !!

Eléna se sentit rougir une nouvelle fois. Mais qu'est-ce qu'il lui arrivait bon sang ? Ce n'était pas dans ses habitudes de rougir si vite avec qui que ce soit. La brune ne comprenait pas très bien. Heureusement, une brise fraiche vint rafraichir ses joues rosées. Après avoir laissé son regard se perdre vers l'horizon, Eléna tourna les yeux, essayant de ne pas trop bouger, et regarda Marx. Elle eut à peine le temps de prononcer le moindre mot, le garçon était plus rapide.

- Mais une jolie fille comme toi bien avoir un homme dans sa vie. Surtout que tu es connue comme tu joues dans l'équipe de Quidditch! A moins que le fait d'être batteuse ne les fasse tous fuir ! Ha ha ha !!

Ce mec lisait dans les pensées d'Eléna ou bien ? Elle aussi voulait savoir si le brun était avec quelqu'un. Son allusion au poste de batteuse fit rire la lionne. Peut-être préférait-il le rôle de poursuiveuse ? Il avait intérêt vu que la lionne allait le devenir dans les prochains matchs. Malheureusement, ou peut-être pas finalement, Eléna était seule et libre. Sûrement la fille la plus libre de Poudlard d'ailleurs. Et ça tombait bien, c'est ce qu'elle voulait.

- En parlant de mon portrait, qu'est-ce que tu vas en faire après, tu vas le garder pour toi ou me le donner ? Elle sourit. Et je n'ai pas de petit copain. Triste non ? Elle rit. Et toi ? T'es bien plus beau que moi alors tu es avec quelqu'un ? Ou quelqu'un te plait peut-être ?

Et bah dis donc, Eléna était bien curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Marx Rosenzwag, Sam 15 Aoû 2015 - 14:11


Les couleurs que prenaient le visage de la jeune sorcière aux réplique de Marx le faisaient sourire. Il n'était pas peu fier du petit effet qu'il produisait chez la lionne. Voir qu'Eléna était aussi réceptive à ce qu'il lui disait faisait gonfler son égo comme un coq bombe son poitrail. Pour une fois que ses plaisanteries attisaient autre chose que la colère chez une jeune fille, il devait en profiter!

- En parlant de mon portrait, qu'est-ce que tu vas en faire après, tu vas le garder pour toi ou me le donner ?

C'est un regard rempli de perplexité que Marx posa sur la Gryffondor. Il n'y avait pas vraiment songé à vrai dire... Il allait surement lui donner, surtout qu'il était bientôt fini. Le garçon n'allait certainement pas le garder, cela n'aurait pu que pousser Eléna à penser qu'il était réellement un malade. Il lui sourit à son tour.

- Je vais te le laisser pardi! A moins que tu n'en veuilles pas. Je serais alors obliger de le garder. Je pourrais tout aussi bien l'accrocher dans une salle de classe ou dans notre salle commune si tu y tenais. Hé hé!

Cette idée l'amusa. Ce portrait qu'il trouvait plutôt réussis jusqu'à maintenant, ce qui n'est pas peu dire quand on sait l'exigence que le rouge et or a envers ses œuvres, cela ne lui aurait pas posé de problème que de l'exposer aux yeux de tous. Bon il y avait de grandes chances que l'idée d'être placardé sur un mur où tout le monde peut vous voir ne plaise pas franchement à la lionne, mais qui sait?!

Et je n'ai pas de petit copain. Triste non ? Et toi ? T'es bien plus beau que moi alors tu es avec quelqu'un ? Ou quelqu'un te plait peut-être ?

- Ce n'est pas triste, au contraire. Et bien sur que je suis bien plus beau que toi! Je ne suis pas n'importe qui quand même!, il éclata de rire à ces mots, Et je n'ai personne dans ma vie pour l'instant.

La réponse de la sorcière l'avait surpris. Peut être était elle seule perce qu'elle le désirait. Après tout, c'était son droit.
Le Polonais ne détailla pas plus sa réponse. Il n'aimait pas du tout parler de ce genre de choses quand elles concernaient. Surtout qu'il venait de rencontrer Eléna, il ne pouvait donc pas lui parler de cela maintenant.
Dernier coup de gomme, dernier coup de crayon. Son dessin était achevé. Un sentiment rare de fierté vis-à-vis sa création lui arracha un somptueux sourire.

- Ça y est! C'est terminé, tu peux te détendre maintenant!
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Aiko Wilkerson, Dim 16 Aoû 2015 - 12:58


- Je vais te le laisser pardi! A moins que tu n'en veuilles pas. Je serais alors obliger de le garder. Je pourrais tout aussi bien l'accrocher dans une salle de classe ou dans notre salle commune si tu y tenais. Hé hé!

Eléna préférait laisser son portrait à Marx ou bien le prendre avec elle. Mais il était hors de question de l'accrocher dans une quelconque pièce du château. Elle aurait pu le mettre au-dessus de son lit dans le dortoir des filles, ça aurait pu donner un petit côté sympa. Mais de la à l'accrocher dans la salle commune, jamais. Et dans une salle de classe, à la vu de tous... Encore pire. Autant se pendre. Même si Eléna ne doutait pas du talent de son nouvel ami, elle préférait savoir ce dessin entre de bonnes mains.

-Si tu veux, tu peux le garder pour admirer ma beauté, mais ne l'affiche jamais en lieu public je t'en supplie.

Au moins, ça c'était dis. Elle sourit à Marx avant de tourner les yeux pour observer le paysage. Elle ne pouvait pas trop bouger et commençait à avoir des crampes, c'était pénible . Mais bon, le résultat en valait sûrement le coup. Et pour en revenir à la discussion, Marx répondit à la brune.

- Ce n'est pas triste, au contraire. Et bien sur que je suis bien plus beau que toi! Je ne suis pas n'importe qui quand même!, é t je n'ai personne dans ma vie pour l'instant.

C'est vrai que Marx était beau, au moins lui il le reconnaissait, pas comme ces types qui disaient être moche pour recevoir des compliments. Mais plus beau que la lionne, ça c'était une autre histoire. Même si elle-même l'avait dis, il fallait l'avis d'une autre personne pour trancher. Le rire de Marx fit sourire Eléna. Elle resta quelques secondes sans rien dire. Il n'avait pas de petite copine ? Personne ne l'intéressait ? C'était bizarre cette histoire. Plusieurs filles devaient sûrement lui courir autour en plus et pourtant, rien.

- Ça y est! C'est terminé, tu peux te détendre maintenant!

Oh génial. Eléna s'étira de tout son long. Ça faisait du bien d'être libre. La brune se leva puis se remit assise. Elle se demandait bien quelle heure était-il.

- Alors comme ça le beau Marx n'a pas de petite copine, étonnant. Elle marqua une pause. Alors fais voir ce dessin. Elle prit la feuille de Marx et contempla le chef d'œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Marx Rosenzwag
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Marx Rosenzwag, Dim 16 Aoû 2015 - 19:34


-Si tu veux, tu peux le garder pour admirer ma beauté, mais ne l'affiche jamais en lieu public je t'en supplie.

Cette réplique fit glousser Marx. Alors comme ça, Mademoiselle pouvait frapper des cognards avec une batte devant des centaines de personnne, mais elle ne pouvait pas accepter que son portrait, *réalisé par le plus grand des artistes que la Terre n'ai porté* ne pu s'empêcher de penser Marx avec humour, soit affiché à la vue de ces même centaines de personnes. Voilà qui était bien étrange.
Le Gryffondor la regarda s'étirer quand il lui dit qu'il en avait finit. Sa silhouette fine fendait le ciel qui s'étendait derrière elle. La lionne avait du poser un peu plus d'une heure selon lui. Le garçon échangea quelques regards de sa feuille à la jeune sorcière, pour juger de sa réussite. Pour une fois, son travail était plutôt satisfaisant.

- Alors comme ça le beau Marx n'a pas de petite copine, étonnant. Alors fais voir ce dessin.

La remarque de la rouge et or stupéfia le jeune homme un instant, si bien qu'il ne pu l'empêcher de prendre son dessin. Il le récupéra précipitamment, un peu trop d'ailleurs, ce qui pouvait paraitre très bizarre. Il s'empressa de signer en bas du papier, comme à son habitude. Puis en souriant à Eléna, il le lui tendit gentillement.

- En effet, je ne suis pas encore casé. Mais je pourrais te retourner la même remarque ma jolie...

C'est alors qu'un coup de vent d'une rare violence lui arracha de la main, faisant s'envoler par la même occasion toutes les feuilles qu'il n'avait pas pris le temps de ranger correctement. Ses crayons roulèrent sur le sol en bois. Un vacarme étonnant se fit entendre. Le ciel au-dessus de leur têtes se remplis de pages blanches virevoltant dans toutes les directions. Le garçon bondit sur ses pieds et essaya vainement de rattraper ce qu'il pouvait, battant désespérant l'air de ses bras

- Oh bon sang!! Non non non non!!! C'est pas possible!!!
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Aiko Wilkerson, Lun 17 Aoû 2015 - 16:44


- En effet, je ne suis pas encore casé. Mais je pourrais te retourner la même remarque ma jolie...

Ma jolie ? Il ne pouvait pas s'empêcher de faire rougir la lionne ou quoi ? Pour cacher ses joues rosés Eléna fit mine de s'étirer le coup de haut en bas pour que ses longs cheveux viennent cacher son visage. Effectivement, la brune n'était pas "casé" mais elle était seule et libre. Enfin bon elle aurait bien aimé partager sa vie avec quelqu'un mais... ça attendrait. Marx signa son nouveau chef d'œuvre et Eléna pu enfin le prendre. C'était totalement... magnifique ! La lionne n'avait jamais rien vu d'aussi bien dessiné. Bon en même temps elle ne s'intéressait pas au dessin, mais quand même, c'était très joli.

- Oh bon sang!! Non non non non!!! C'est pas possible!!!

Qu'est-ce que..? Oh non ! Une forte bourrasque de vent avait emporté le matériel du jeune homme. Il se mit debout, les bras en l'air, essayant de les attraper. Eléna se leva à son tour et sortit sa baguette. Avec un accio informulé destiné au matériel du brun, elle récupéra un maximum de feuille. Elle les redonna calmement à Marx, qui lui de son côté semblait paniqué. En même temps, c'était normal. Elle vit également que deux trois crayons s'étaient échappés de leur boîte. La lionne les ramassa puis les remis à leur place original. À présent, il y avait deux ou trois feuilles qui volaient en direction de la forêt interdite, mais les deux sorciers en avait récupéré plus des trois quarts. Le ciel n'était plus bleu mais orange/rose. Le soleil se couchait et l'air froid de la nuit arrivait.

- Il se fait tard. Je crois que l'on devrait rentrer. Ils descendirent ensemble jusqu'au terrain et remontèrent au château l'un à côté de l'autre. Arrivée devant la grande porte, Eléna ne savait pas quoi dire alors elle se contenta d'un simple : j'ai apprécié cette après-midi avec toi... à une prochaine fois !

[ Fin du RP ]
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les vestiaires

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 8 Mai 2017 - 14:54


RP Unique

Le soleil s'estompant au loin sur la ligne d'horizon
comme une éponge est sa tâche de peinture crème légère
douce et opiniâtre temps de cette nouvelle senteur du soir

La première étoile brillant haut dans le ciel entre trois labeurs
et nuages perdus par ce nouveau venu dans les vestiaires
qui s'habillent pour l'occasion cette occasion de s'entraîner

Persévérer toujours continuer chercher la justesse
prendre son balai à une main le poser-là contre le banc cassé
avant d'écrire quelques lettres flambées flottantes

Les tribunes vides et le regard triomphant
pour une prochaine victoire écrasante envoûtante
comme cette voûte céleste qu'on observe du soir au matin

« GRYFFONDOR LIBRE DE TOUTES PENSÉES
GRYFFONDOR ALIÉNÉ - GRYFFONDOR VICTORIEUX
DE CE MATCH OU BRILLENT SEPT DIEUX »


Et ce même refrain qu'il scande d'une voix amplifiée
d'un coup de baguette magique avant de se rendre compte
qu'il est l'un des sept dieux avant de se rendre compte
qu'il faut aller s'entraîner
pour gagner.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les vestiaires

Message par : Josephine Campbell, Jeu 25 Jan 2018 - 6:45


Avec Loulou©

LA mutuel pour toute la durée du RP


Jo se sentait un peu bête. Elle faisait le tour du château à la recherche d'une personne. Une personne qui n'avait pas quitté son esprit depuis plusieurs jours. Elle avait essayé de ne plus y penser, mais c'était peine perdue. Tout d'abord, parce que le destin s'était ligué contre elle. Elle n'avait cessé de le croiser dans les couloirs, alors que jusque-là ça n'était jamais arrivé... Ou alors elle n'y avait pas prêté attention... Ensuite, parce qu'elle culpabilisait encore du comportement qu'elle avait pu avoir envers lui. Il s'était ouvert à elle, et pour l'en remercier elle s'était encore comporté comme une petite fille colérique et capricieuse. Peter lui avait déjà dit qu'elle se comportait ainsi et elle n'y avait jamais prêté une quelconque attention. Maintenant, c'était chose faite... Et enfin parce que même avec tous les efforts du monde, elle n'arrivait pas à s'enlever de tête le visage de Louis. Son sourire, ses yeux, ce qu'elle avait ressentit lorsqu'elle lui avait effleuré la main et le dernier regard qu'il lui avait jeté.

L'école était grande et cela faisait une heure qu'elle était à sa recherche. Au départ, elle faisait son tour sans rien demandé à personne pensant qu'elle le retrouverait facilement. Mais c'était peine perdue et maintenant là voilà qui demandait aux personnes qu'elle croisait si elles n'avaient pas vu le jeune homme. Elle tomba finalement sur un groupe de Serpentards qui indiquèrent qu'elle le trouverait sur le terrain de Quidditch.

Elle aurait pensé à tout, sauf à cela. Elle n'allait que très rarement là-bas, sauf pour encourager son équipe pendant un match... Et encore !

Lorsqu'elle arriva sur le terrain, il n'y avait déjà plus personne. Elle poussa alors un juron et s'apprêta à faire le chemin inverse, jusqu'à ce qu'elle passe devant les vestiaires... Et s'il était à l'intérieur encore ? Elle chercha les vestiaires de Serpentard, rien de bien difficile et frappa doucement à la porte... Quelques instants, pas de réponse... En même temps, elle y avait mis tellement de force qu'il était fort probable que ses coups avaient été à peine audibles.

Elle poussa la porte timidement et entra dans une pièce qui devait sûrement servir de lieux pour définir les tactiques de jeu. Il y avait un tableau avec des croix qui devaient sûrement représenter les joueurs et des flèches qui partaient dans tous les sens qui devaient sûrement indiquer ce que ces derniers devaient faire.

Jo n'avait jamais montré un grand intérêt pour ce sport, ni pour aucun autre sport en général d'ailleurs. Elle n'essaya donc pas de comprendre ce qui avait été tenté d'être expliqué sur ce tableau. Elle passa devant, sans y apporter une quelconque attention et se dirigea vers la porte, au fond de la pièce qui était entrouverte.

Elle jeta un coup d'œil rapide par l'embrasure et à grande surprise y trouva la personne qu'elle cherchait très peu vêtu. Elle émit un mouvement de recul rapide, toute gênée de ce qu'elle venait de voir. Elle avait déjà eu des modèles nus pour ses dessins, et cela ne lui avait jamais rien fait. Mais là, c'était diffèrent. Il était seulement torse nu, et pourtant elle s'était senti rougir comme une tomate dès qu'elle avait posé les yeux sur les parties dévêtues de son corps très bien sculpté en passant!

Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Attendre ? Où alors se manifester ou...

Elle jeta de nouveau un coup d'œil pour cette fois-ci profiter de la vue qu'elle avait pendant quelques instants. Elle sentit au fur et à mesure naître un sourire sur ses lèvres. Un sourire niais, sûrement ! Elle resta là un petit moment à le regarder se changer, sans rien dire, se comportant comme une vraie petite voyeuse. Puis rattrapée par les remords du comportement qu'elle avait eu envers lui, son mal de ventre la repris. Ce mal de ventre qui ne l'avait pas vraiment quitté depuis la dernière fois...

Elle prit alors un instant pour reprendre un peu contenance et retrouver son calme. Elle mit son sac sur la table qui trônait au milieu de la pièce et en sortit un gâteau, une sorte de muffin, qu'elle retira de son emballage de transport. Elle y planta une bougie sur le dessus et lança un Incendio pour l'allumer.

C'était l'anniversaire de Louis aujourd'hui, elle l'avait entendu le matin même alors qu'elle passait devant la table des Serpentard dans la Grande Salle. Un peu pris de court, elle n'avait trouvé que cette idée de gâteau d'anniversaire miniature et s'était dit que c'était peut-être une bonne excuse pour l'approcher de nouveau et la bonne occasion pour s'excuser de ce qu'elle avait fait.

Le gâteau dans les mains, elle frappa à la porte, la peur au ventre. Elle avait peur qu'il lui dise de partir, qu'il ne voulait plus la voir et que tout ce qu'il lui avait avoué n'avait été qu'une erreur ou un mensonge. Elle attendit quelques instants avant que la porte ne s'ouvre...
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Louis Varik, Jeu 25 Jan 2018 - 11:18


Louis venait de terminer un entraînement de Quidditch avec quelques amis, il ne faisait pas partie de l'équipe de Serpentard mais il appréciait la pratique de ce sport. Ça lui permettait de se vider la tête, se retrouver sur un balais, fusant dans les airs à toute vitesse lui procurait une sensation de liberté qu'il adorait.
La séance avait pris fin quelques dizaines de minutes plus tôt, les différents participants avaient rejoint le château sauf Louis.
Il aimait rester un peu seul après l'effort, se recentrer, parfois méditer mais surtout profiter du peu de moments de calme et de silence qu'il pouvait avoir. Le brouhaha de l'école était tellement envahissant que ces instants étaient précieux pour le jeune garçon mais malheureusement bien trop rares.
Dehors l'air devait être froid, la neige avait laissé place à une pluie diluvienne, faisant disparaître l'immaculé manteau blanc au profit d'une grisaille permanente.
Louis venait de sortir de la douche, il commençait à se rhabiller, il prit son temps, profitant du son de la pluie venant de l'extérieur. Ce doux martèlement le plongeait régulièrement dans ses pensées, le jeune garçon se définissait lui-même comme pluviophile. Combien de fois s'était-il retrouvé, un livre à la main, isolé et perché au faîte de la tour d'astronomie, profitant du bruit des trombes d'eau s'abattant contre les fenêtre?
Il fut immédiatement ramené à la réalité, quelqu'un venait de frapper à la porte du vestiaire. Il termina de lacer sa chaussure, puis se dirigea vers la porte. Sans doute était-ce des Serpentards de première année qui souhaitaient occuper le vestiaire...
Il ne prit pas la peine de remettre un t-shirt ou tout autre vêtement et ouvrit la porte.

- Oh!? C'est toi?

Devant lui, se tenait Jo, les joues rougies, un gâteau surplombé d'une unique bougie à la main.
Il dut se passer quelques secondes durant lesquelles il fixa la jolie brune, dans sa tête le temps s'était arrêté.
Louis ne savait pas vraiment comment réagir, ils ne s'étaient plus vus depuis le trajet entre Pré-Au-Lard et Poudlard. Il avait bien tenté de retrouver la Gryffondor dans la grande salle, la cherchant à la table de sa maison, mais sans plus. Lors de leur dernière rencontre, ils s'étaient séparés précipitamment de manière assez abrupte. Louis lui avait fait savoir qu'elle occupait une bonne partie de ses pensées et qu'il n'était pas indifférent à ses charmes. En retour il avait accueilli une salve de boules de neige, elle l'avait désigné comme un crétin et avait lâcher sa colère sur lui. Pour une ballade en sa compagnie, on avait vu mieux.

Mais aujourd'hui, elle était là, présente devant lui, dans ce vestiaire humide et rebutant. Ce n'était sans doute pas l'endroit le plus approprié pour ce type de rencontre. Quelle réaction avoir? Est-ce qu'il lui en voulait? Peut-être, il n'était pas rancunier mais il n'avait pas osé l'approcher par peur d'un nouvel accès de colère. Du coup il s'était résigner et efforcer à ne plus penser à Joséphine. Mais ça, c'était plus facile à dire qu'à faire.

* Bon alors quoi? je ferme la porte? Je la prend dans mes bras? Pfff... *

- Salut.

* SU-PERBE, quelle entrée en matière, quel panache, alors là, tu te dépasses mon grand. *

Exceptionnellement, Louis était perdu, il ne savait pas quoi faire. Il avait l'habitude de parfaitement gérer ses émotions, son esprit cartésien lui permettait d'analyser assez rapidement les choix s'offrant à lui et de prendre la décision qu'il estimait la plus juste. Mais là,... Il ne voyait d'autre solution que laissé venir à lui les événements, improviser et adapter en fonction.
Il le savait, à cet instant il devait paraître assez froid, mais il ne maîtrisait pas vraiment la situation. Et ça le dérangeait.

Le jeune garçon fit volte-face, se dirigea vers ses affaires, laissant Jo dans l'embrasure de la porte.

* Non mais elle me fait quoi là? Elle débarque de la sorte, sans prévenir? Et moi la dedans? Si elle savait a quel point j'ai envie de la prendre dans mes bras...*
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les vestiaires

Message par : Josephine Campbell, Jeu 25 Jan 2018 - 13:53


- Oh !? C’est toi ?

Elle ne savait pas si c’était de l’étonnement ou de la déception dans sa voix. Et vue qu’elle ne débordait pas de confiance en elle là à cet instant elle pencha pour la deuxième proposition. En même temps c’était à prévoir. Elle l’avait bien cherché.

Il la fixa pendant un petit moment d’un regard tellement froid qui si elle s’était écouté, elle se serait carapaté en quelque secondes. Mais voilà, elle voulait rattraper le coup, et pour cela elle allait devoir prendre sur elle et ramasser tout le courage qu’il y avait en elle.

En effet, elle était relativement fonceuse comme fille, quitte à agir sans réfléchir, mais là, face à Louis, elle n’en menait pas large. Elle avait essayé de faire la fille forte que rien n’atteignait, mais elle devait bien se rendre à l’évidence, avec lui ça ne fonctionnait pas. Et puis, elle devait être honnête, là tout de suite, alors qu’il était devant elle si peu vêtu, elle avait du mal à mettre de l’ordre dans ses idées. C’était déjà assez compliqué comme ça mais là, on rajoutait un niveau de difficulté supplémentaire.

*Ne baisse pas les yeux… tu restes concentrée ! T’es venu faire quoi déjà ? Même moi je ne sais plus…*


- Salut.

*Tu dis bonjour au Monsieur ? Ou tu restes plantée là comme une cruche ?*


Elle ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit et puis de toute façon, il venait de lui tourner le dos et de retourner dans le vestiaire.

*T’as l’air fine avec ton gâteau et ta bougie là…*


C’était le moment où elle devait faire demi-tour ou bien elle insistait ?

Elle poussa la porte et entra sans demander si elle pouvait. En même temps il n’avait pas été très clair et ne l’avait pas demandé de partir. Pas encore tout du moins…

- Euh… salut…

Elle évitait de le regarder, il était surement en train de finir de s’habiller.

- Ça fait un moment que je te cherche. En fait, j’étais venu… pour…

*Oui, pour quoi ? Crache-le !*

Elle était venue pour s’excuser ! C’est ce qu’elle aurait dû dire, mais elle avait encore en tête le regard froid de Louis.

- C’est ton anniversaire… alors…

Elle s’approcha de lui, et lui tendit des deux mains le gâteau avec la petite bougie allumée. Encore une fois elle se sentait minuscule à côté de lui. Et plus ça allait et plus elle se disait que son idée de gâteau d’anniversaire miniature était vraiment pathétique.

- Il faut que tu souffles.

Rire nerveux.

- Et tu dois faire un vœux aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Les vestiaires

Message par : Louis Varik, Jeu 25 Jan 2018 - 18:53


Jo venait de rentrer dans le vestiaire, elle semblait plus craintive que d'habitude, elle se faisait discrète comme si elle ne voulait pas être remarquée, manque de chance, c'est elle qui avait rejoint Louis ici et ils n'étaient que deux à partager ce lieux.
Pendant ce temps, le jeune garçon prit soin de terminer de s'habiller, puis de finir de ranger ses affaires.

Bien qu'il en eut l'envie, il fit un effort pour ne pas parler, il continuait à tourner le dos à la jolie brune à peine entrée dans la pièce.
Derrière lui, il l'entendit :

- Euh… salut… Ça fait un moment que je te cherche. En fait, j’étais venu… pour…

* Pour à nouveau me lancer quelque chose au visage? A nouveau me faire regretter ce que j'ai dit à Pré-Au-Lard? Merci, mais j'ai donné *

- C’est ton anniversaire… alors…

Il se retourna et vit Jo se rapprocher et lui tendre le gâteau qui ressemblait plus à un cupcake qu'autre chose.

* Cette fille m'énerve, j'ai envie de lui en vouloir et pourtant, quand je la vois comme ça, si mignonne, je n'ai qu'une envie, l'avoir près de moi! *

C'était le challenge proposé à Louis, lui en vouloir pour son comportement ou passer l'éponge sur ce qui c'était passé? Tous les signaux lui disaient de choisir la seconde solution, mais au fond, il voulait qu'elle sache qu'elle ne pouvait pas faire n'importe quoi avec lui. Si elle avait l'habitude d'agir de la sorte avec ses amis, ça ne serait pas le cas ici.

- Il faut que tu souffles. Et tu dois faire un vœux aussi.

Elle venait de dire ça avec un petit rire nerveux. Louis la fixa, se demandant si elle se fichait de lui ou si elle était sérieuse, si vraiment elle l'avait cherché durant quelques jours, si elle faisait ça pour une raison particulière, si elle était toujours en colère, si...?

Il approcha son visage de celui de la jeune fille, décidant d'ignorer momentanément la bougie se consumant. Il était à présent penché, à quelques centimètre d'elle. Louis la fixa, comme s'il souhaitait découvrir quelque chose dans le bleu profond de ses yeux.
Même s'il ne voulait pas parler dans l'immédiat, il dit :

- Pourquoi tu fais ça? Pourquoi tu es là? Tu me dis que tu me cherches depuis quelques jours, mais... Tout ça pour ce gâteau?

Il venait de dire ça de la manière la plus placide et posée qu'il soit, mais il savait intérieurement que vu de l'extérieur, son timbre de voix et son calme apparent seraient perçus d'une autre manière. C'est ce qui se passait en général.

Puis il reprit :

- Merci pour l'attention, c'est gentil d'y avoir pensé.

Il se tourna vers le muffin qu'elle tenait dans sa main, souffla la faible flamme dansant en son sommet avant de replonger son regard dans celui de Jo.
En se relevant, il prit le visage de la jolie brune entre ses deux mains et déposa un baiser sur son front.

- Tu m'énerves, tu le sais ça...?

Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les vestiaires

Message par : Josephine Campbell, Ven 26 Jan 2018 - 13:41


Louis s’approcha très près de son visage. Elle était tellement impressionnée par ce geste qu’elle recula un pied pour amorcer un mouvement de recul que finalement ne le fit pas totalement prise au piège dans ses iris de glace. Il le la quittait pas des yeux et semblait chercher des réponses. Il devait surement se demander si elle ne se fichait pas de lui, au vu de leur dernier échange. Mais non, elle était bien là pour lui et uniquement lui, seulement elle n’arrivait pas à le lui dire.

- Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu es là ? Tu me dis que tu me cherches depuis quelques jours, mais… Tout ça pour ce gâteau ?

Il n’arrivait pas à lire dans ses yeux que cette histoire de gâteau n’était vraiment qu’un prétexte ? Elle allait devoir lui raconter ce qui se tramait dans sa tête ? Elle n’avait jamais fait cela auparavant et elle n’était même pas sure de ce qu’elle ressentait. Tout ce qu’elle savait c’est qu’il n’avait pas quitté ses pensées depuis la dernière fois et qu’elle s’en voulait terriblement de lui avoir fait du mal.

- Merci pour l’attention, c’est gentil d’y avoir pensé.

Il souffla sur la bougie qui avait pas mal rétrécie depuis son allumage. Jo se rendit compte alors qu’elle avait retenu sa respiration jusque-là, attendant la réaction de Louis. Elle avait eu tellement part qu’il lui demande de partir et de ne plus l’approcher, mais elle avait encore surement une chance de se rattraper.

Elle ne put s’empêcher de fermer les yeux lorsqu’il lui prit son visage entre ses mains comme pour savourer ce contact qu’elle avait attendu depuis si longtemps. Lorsqu’il lui embrassa le front, elle sentit quelque chose la tirailler dans le ventre, elle n’avait jamais rien connu de tel encore.

- Tu m’énerves, tu le sais ça… ?

S’il savait. Lui aussi l’énervait d’être autant… lui. Il était en train de perturber sa petite vie tranquille dans laquelle elle n’avait besoin de rien d’autre que de ce qu’elle avait déjà. Et lui, était en train de créer un manque qu’elle n’arrivait pas à combler sauf s’il était près d’elle, comme là à cet instant. Elle avait envie de lui dire tout ça, mais aucun mot de sortie de sa bouche.

Elle posa ses mains sur celles de Louis, alors qu’il lui tenait toujours le visage. Elle avait tellement eu envie de le faire encore. La dernière fois, elle avait fait en sorte que cela paraisse accidentel mais là elle n’arrivait plus à faire semblant.

- Je sais…

Elle avait chuchoté, comme si elle avait peur que quelqu’un d’autre que lui ne puisse l’entendre. Elle avait rouvert les yeux et se plongea à nouveau dans son regard.

- Je suis désolée…

*Désolée de ? De savoir que tu l’énerves ? Ou bien de l’attitude de petite peste que tu as eu la fois précédente ?*

- Je ne sais pas gérer ça.


Il allait être obligé de deviner ce qu’elle voulait lui dire par là. Parce qu’elle était complètement sous son emprise, si bien qu’elle n’arrivait plus à parler. Maintenant, elle voulait lui toucher le visage, ses mains ne lui suffisant plus, alors elle leva celle de gauche et effleura la pommette droite de Louis du bout des doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les vestiaires

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Les vestiaires

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Sports magiques ~¤~ :: Quidditch libre-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.