AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils ...
Voir le deal
4.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Infirmerie
Page 1 sur 5
Salle d'examen
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Maître de jeu
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'examen Empty
Salle d'examen
Maître de jeu, le  Dim 25 Jan 2015 - 16:24

Non, ce n'est pas l'endroit où vous allez jouer votre avenir, mais celui où vous allez jouer votre vie. Afin d'avoir un peu plus d'intimité, c'est la salle où l'infirmière vous ausculte avec plus de précision. La salle est assez neutre, il y a des placards renfermant toutes sortes de potions et de matériels de soins. Au milieu de la pièce se trouve un lit ou vous pouvez vous asseoir, vous allonger ou ne pas être dessus selon les ordres de l'infirmière. A présent détendez vous en attendant que le verdict tombe. Ne vous en faites pas, vous n'êtes peut-être pas si malade que cela... Ou peut-être que oui et vous risquez de mourir dans les prochaines heures, auquel cas tant pis pour vous ! Après tout, ce n'est que votre problème...
Severus Storm
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Severus Storm, le  Dim 8 Fév 2015 - 21:17

[RP avec Abbigail O'Flyfox]


Les rayons du soleil percèrent les fenêtres de la Bibliothèque du collège de sorcellerie de Poudlard et éclairèrent l'immense pièce d'une lumière chaleureuse. Un jeune homme releva vivement la tête devant ce changement atmosphérique des bienvenus. Les révisions avaient été intensives durant la journée, si bien que l'étudiant de dernière année n'était pas passé par la Grande Salle pour le déjeuner. Contemplant un instant la beauté du paysage extérieur, il s'aperçut qu'il serait désormais incapable de se remettre au travail. Il jeta alors un coup d'oeil à sa montre et constata que cela faisait près de six heures qu'il était attablé là à passer d'un sujet à l'autre pour se préparer aux ASPIC. Il pouvait s'arrêter pour aujourd'hui. Il avait bien travaillé et était fier de lui. Severus regarda autour de lui et en profita pour s'étirer longuement. Rester assis dans la même position aussi longtemps lui avait causé quelques courbatures. Il ne put réprimer un bâillement en constatant qu'il devait encore ranger toutes ses affaires et remettre les livres qu'il avait emprunté à leurs places respectives sur les étagères de la Bibliothèque. Le Serpentard s'exécuta donc, récupéra son sac en bandoulière et sortit en direction de la Salle Commune.

Avec ce soleil, il aurait été stupide de ne pas aller prendre l'air dehors. Severus était resté enfermé une bonne partie de la journée. Un peu d'air frais près du lac ne lui ferait pas de mal. Le jeune homme accéléra alors le pas. Il descendit les escaliers avec une vitesse qui ne lui était pas habituelle. Parvenant dans les cachots, il s'engouffra dans la Salle Commune des Serpentards, déposa son sac et se couvrit de son écharpe et de son manteau, dans lequel il fourra sa baguette, avant de ressortir pour se diriger vers l'extérieur du château. Une fois dans le parc, Severus fut heureux de sentir l'air frais sur son visage. Il aimait marcher seul. La solitude le reposait et lui permettait de réfléchir à certaines choses. Perdu dans ses pensées, ses pieds le menèrent directement vers le Lac. Le paysage était magnifique. Hormis le froid glacial, le soleil et le ciel bleu donnait une touche splendide non négligeable à l'atmosphère hivernale de l’Écosse.

Alors qu'il s'avançait tout en étant plongé dans ses pensées, Severus ne vit pas tout de suite la silhouette allongée près du Lac. C'est au fur et à mesure qu'il s'en approchait qu'il trouvait ça curieux que cette élève puisse se reposer ainsi sur le bord de l'eau. D'ordinaire, c'était en plein été que l'on voyait ce genre de chose. Là, avec ce froid... Bon, après, certaines personnes pouvaient être aussi bizarre que lui... Le Serpentard de dix-sept ans sentait toutefois que quelque chose n'allait pas avec la jeune demoiselle étendue au sol. Ce sentiment se confirma lorsqu'il s'approcha vraiment. Il s'agissait d'une Serdaigle de première année qui paraissait endormie... Fronçant les sourcils, Severus se pencha sur elle et constatant qu'elle ne faisait aucun mouvement, il la détailla. Ses vêtements étaient trempés. Elle ne dormait pas... Elle était clairement inconsciente !

Ni une ni deux, l'étudiant s'assit près d'elle. Délicatement, il posa une main sur son front et ses joues. La Serdaigle était glacée.
* Purée ! * D'un geste sûr, il posa deux doigts au niveau de sa carotide de vérifier qu'il ne lui était rien arrivé de grave. Rassuré de sentir les battements, faibles mais réguliers, de son cœur, Severus retira son manteau, le déposa sur le petit corps frêle de la jeune fille. Délicatement, il la saisit dans ses bras, la serra contre lui et sprinta en direction de l'infirmerie du château.

Arrivé à l'infirmerie, Severus s'engouffra dedans en ouvrant la porte d'une vigoureux coup d'épaule. Ne voyant personne sur les lieux, il déposa la Serdaigle avec une extrême douceur sur un lit. Sous la pression et les effets de l'adrénaline, le Serpentard ne prit pas le temps de voir si l'infirmière était revenue dans la pièce et murmura à l'attention de la jeune fille:


- Mais qu'est-ce qui t'a pris...

Anxieux, Severus n'avait pas pris le temps de regarder si elle avait repris conscience entre deux.
Abbigail O'Flyfox
Abbigail O'Flyfox
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Abbigail O'Flyfox, le  Lun 9 Fév 2015 - 20:40

•••RP avec Severus Storm•••


Dans les limbes de l'inconscience, Abbigail distinguait néanmoins un murmure à peine audible, comme une voix très lointaine qui s'adressait à une tierce personne. Ou à elle-même ? Tout était bien trop indistinct pour qu'elle en soit pleinement certaine. Peut-être même que cette voix qui prononçait des mots sans aucun sens n'était que le fruit d'un rêve. De toute manière, réfléchir était bien trop compliqué pour le cerveau embrumé de la fillette. Dans un effort vain, elle tenta donc d'ouvrir les yeux pour comprendre ce que cette voix inconnue tentait de dire -car son instinct lui dictait que c'était à elle qu'on s'adressait- mais ses paupières refusèrent de lui obéir et demeurèrent opiniâtrement closes.

Cependant, elle quittait progressive l'épais brouillard blanc dans lequel son esprit errait depuis... Combien de temps s'était écoulé depuis qu'elle ne pouvait plus penser convenablement ? Elle n'aurait su le dire, mais petit à petit la brume se dissipait pour laisser place à une douleur diffuse. Heureusement, elle commençait également à ressentir, autour de son petit corps trempé, un épais tissu chaud et sec.

La première partie de son corps qui daigna répondre à son appel fut ses doigts qui se resserrèrent autour de ce qui lui servait de couverture. Puis ses pieds s'agitèrent à leur tour, presque involontairement, comme si elle cherchait à courir. De plus, une forte lumière agressa ses yeux lorsqu'elle eut enfin la force de les ouvrir. Si, dans un premier temps, elle ne distingua que des ombres diffusent autour d'elle, elle sentit cependant rapidement la douleur enserrer ses membres fragiles. En effet, alors que les contours des formes autour d'elle se faisaient plus nets et que les nuances de gris se transformaient en une infinité de couleurs, elle sentit très clairement que son cou et son bras la faisaient souffrir -là où les Strangulots l'avaient saisie. De plus, des petites coupures -certaines la picotant, d'autres lui procurant une sensation de brûlure- se dessinaient sur son visage, ses bras et ses jambes, la faisant grimacer.

Reprenant pied dans la réalité, elle remarqua enfin la présence d'une personne à ses côtés. Il s'agissait d'un jeune homme bien plus âgée qu'elle et qui devait donc être en dernière année. Il portait les couleurs de Serpentard, mais la Née-Moldue avait été confrontée à plusieurs reprises à des situations qui lui prouvaient que la mauvaise réputation de cette maison n'était pas fondée. Elle tenta de saluer le sorcier avec un sourire timide, mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge. Étrangement, elle avait bu la tasse à de nombreuses reprises dans le lac, mais sa bouche était désormais aussi sèche qu'un désert.

Toussotant un peu, elle lança donc un regard à la fois interrogateur et un peu effrayé à l'inconnu. Ce ne fut qu'à ce moment qu'elle s'aperçut qu'elle était allongée sur un bon lit moelleux à l'infirmerie de Poudlard et que le tissu qui la recouvrait avec soin était un manteau. Rougissant de timidité, elle toussa à nouveau avant de s'adresser à son mystérieux sauveur.

- Je vais mouiller ton manteau... regretta-t-elle en tentant maladroitement d'éloigner d'elle la partie du vêtement ce qui n'était pas encore humide.
Severus Storm
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Severus Storm, le  Mar 17 Fév 2015 - 12:38

Alors qu'il commençait à faire les cents pas à côté du petit corps désormais posé sur un lit confortable, Severus s'aperçut que la jeune imprudente commençait à émerger des limbes dans lesquelles elle était plongée jusqu'à présent. L'étudiant de dernière année eut un soupir mêlé d'agacement et de soulagement. Ses yeux d'un gris profond se posèrent sur elle. La jeune Serdaigle tenta d'entrer en contact avec lui, mais apparemment les mots restèrent coincés dans sa gorge. Peut-être éprouvait-elle de la honte vis-à-vis de la situation ? Cela était plus que probable.

Ne voyant personne arrivé, le jeune homme prit des initiatives pour apporter les premiers soins à la demoiselle. Il avait vu sa mère exécuter ces gestes de nombreuses fois. C'était presque par instinct qu'il agissait donc à présent. Parcourant des yeux la pièce, il vit une cruche d'eau avec des tasses déposées à ses côtés. Il s'avança d'un pas sûr, versa un peu d'eau dans une tasse et revint près de la Serdaigle. Elle paraissait si jeune et si fébrile qu'il hésita avant de lui tendre la tasse.


- Tiens, bois un peu, dit-il avec une certaine froideur dans la voix. Ça te fera du bien.

Severus était plus froid qu'il ne l'aurait voulu. Cependant, il ne pouvait en faire autrement. Le comportement de la jeune fille relevait clairement de l'inconscience et il ne pouvait pas laisser passer ce fait. Après tout, il était désormais adulte et il devait être froid quand il le fallait. Avec les jeunes gens, cela leur permettait de comprendre qu'ils avaient fait une bêtise. Et ici, en l'occurrence, une énorme bêtise. Cette première année avait faillit perdre la vie. Certes, le Serpentard admirait la capacité et le courage dont elle avait fait preuve pour se sortir du lac, mais cela n'enlevait rien au fait qu'elle avait commis un acte incroyablement déraisonné.

Elle ne saisit pas la tasse tout de suite et toussa légèrement. Alors que Severus fronçait les sourcils, il lut dans le regard de la Serdaigle de la frayeur. Un bon point. Elle comprenait que son acte ne serait pas sans conséquence. Après une nouvelle quinte de toux, elle lui parla enfin.


- Je vais mouiller ton manteau... regretta-t-elle en tentant maladroitement d'éloigner d'elle la partie du vêtement ce qui n'était pas encore humide.

Severus ne répondit pas. Il saisit d'un geste son manteau, pointa sa baguette dessus et lança un #Consectetuer Dryer informulé. Le vêtement se sécha instantanément tout en dégageant une certaine chaleur. Réfléchissant un instant, il ne savait que faire. Soit il lui demandait de retirer ses vêtements et de se mettre sous les couvertures, soit il lui re-déposer le manteau maintenant tout chaud sur les épaules. Non...Le mieux était de combiner les deux solutions. Le Serpentard prit une inspiration avant de donner ses instructions.

- Tu ferais bien de prendre la force de retirer tes vêtements et de te mettre sous les couvertures en attendant l'infirmière. Je pourrais les sécher comme ça et tu seras plus à l'aise. Si tu veux tout de même te couvrir de quelque chose de chaud entre deux, prends mon manteau. Ne t'en fais pas, je ne regarderais pas.

Les jeunes gens pouvaient être pudique. Severus comprenait parfaitement ce point. Il déposa la tasse sur la tasse de chevet et se retourna pour lui laisser le temps de se mettre à l'aise, mais surtout pour qu'elle s'habitue à sa présence. L'étudiant de dernière année ne partirait pas avant d'avoir parlé à l'infirmière ou d'avoir obtenu quelques explications. En l'absence d'une autorité en ce lieu, il se faisait un devoir de rester auprès de la Serdaigle. Et puis... Elle ne passerait pas à côté d'une petite remontrance.
Abbigail O'Flyfox
Abbigail O'Flyfox
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Abbigail O'Flyfox, le  Mar 3 Mar 2015 - 16:06

La gorge sèche, la jeune Bleue et Bronze peinait à prendre la parole. Déjà qu'habituellement sa timidité naturelle lui portait préjudice pour s'adresser à des inconnus, cette fois-ci, elle devait en plus se débrouiller pour parler avec la bouche pâteuse. Heureusement, le Serpentard semblait avoir compris les pensées d'Abbigail.

Tout d'abord, quand il s'éloigna du lit de la jeune blessée, cette dernière eut peur qu'il ne la laisse toute seule dans l'infirmerie déserte. Cependant, il revint presque instantanément avec une tasse remplie d'eau claire.

- Tiens, bois un peu, dit-il avec une certaine froideur dans la voix. Ça te fera du bien.

Le ton très froid de son interlocuteur déçut la fillette. Elle ne se sentait pas très bien, et elle aurait donc largement préféré avoir un peu de réconfort plutôt que de subir les réprimandes d'un inconnu. Car c'était certain, les reproches ne tarderaient pas à venir. Une légère quinte de toux la coupa dans ses réflexions et l'empêcha de se saisir du verre d'eau qui lui était tendu.

Le jeune homme semblait énervé par les risques qu'elle avait pris, mais il ne semblait en revanche pas vexé pour son manteau. Sans rien dire, il récupéra le vêtement et le sécha grâce à un sortilège. Lui qui semblait, depuis le début, savoir exactement quoi faire donnait maintenant l'impression d'hésiter un peu. Il se décida néanmoins après un moment de réflexion.

- Tu ferais bien de prendre la force de retirer tes vêtements et de te mettre sous les couvertures en attendant l'infirmière. Je pourrais les sécher comme ça et tu seras plus à l'aise. Si tu veux tout de même te couvrir de quelque chose de chaud entre deux, prends mon manteau. Ne t'en fais pas, je ne regarderais pas.

Après avoir déposé la tasse sur le chevet de la fillette, il se retourna pour préserver sa pudeur. À vrai dire, la fillette n'était pas particulièrement pudique car, à son âge, elle n'avait pas encore grand chose à cacher. Malgré cela, elle ne dit rien et laissa le jeune homme lui tourner le dos. D'un autre côté, cela lui permettait de ne pas montrer les grimaces de douleurs qu'elle faisait en bougeant.

Au prix d'un pénible effort, elle parvint tout de même à décoller ses vêtements trempés de son corps, puis à se recouvrir des draps de son lit et du manteau -devenu délicieusement chaud- du Serpentard. Entre temps, elle prit soin de vérifier que le sort qu'elle utilisait pour dissimuler le médaillon pendant à son cou était toujours actif, rendant ainsi l'objet invisible tant qu'elle ne prononçait pas une certaine phrase. Constatant que son précieux bijou était toujours caché, elle s'éclaircit donc la voix avant d'appeler son camarade.

- Heu... C'est bon, lui dit-elle. Tu peux te retourner.

Bien qu'ils soient presque dégoulinants de l'eau sale du lac, la Née-Moldue avait tout de même pris le soin de plier correctement ses vêtements et de les déposer délicatement au sol, juste à côté d'elle. Se sentant déjà mieux grâce à la chaleur qui émanait du vêtement, elle décida d'enfin boire la tasse d'eau qui lui avait proposer son "sauveur". Il y a encore quelques jours, si on lui avait dit qu'elle prendrait autant de plaisir à boire de l'eau, elle aurait bien ri. Mais aujourd'hui, en effet, elle se délectait du breuvage limpide qui coulait dans sa gorge meurtrie.

Lorsqu'elle eut enfin fini sa tasse, elle la reposa d'une main tremblante sur sa table de chevet. Elle n'était pas très sûre de savoir pourquoi ses membres étaient soudainement pris de frissons : ce devait être dû à la fatigue puisqu'elle n'avait pas froid.

- Je... Je crois que je te dois des remerciements... Alors, merci... bredouilla-t-elle soudain en réalisant qu'elle n'avait même pas encore fait part de sa gratitude au Serpentard. Au fait, ajouta-t-elle après une instant d'hésitation, je m'appelle Abbigail, Abbigail O'Flyfox.

HRPG:
 
Severus Storm
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Severus Storm, le  Mar 17 Mar 2015 - 9:57

Le jeune homme se dirigea vers la fenêtre donnant sur le paysage écossais. Le paysage montagneux se dressait alors sous ses yeux. Les couleurs se dégradaient en nuances orangées alors que la nuit n'allait pas tarder à faire son apparition. Il resta debout, immobile, les mains derrière le dos à admirer ce spectacle. Pendant ce temps, la jeune fille était en train de se changer. Malgré son jeune âge, il ne voyait aucune raison à rester face à la jeune Serdaigle alors qu'elle s'affairait de son côté. Severus avait toujours respecter l'intimité de chaque personne. Il avait compris que s'il voulait qu'autrui respecte la sienne, il devrait commencer à se soucier de celle des autres. Le Serpentard savait que la jeune demoiselle aurait du mal à tirer ses vêtements trempés. Après tout si elle avait besoin d'un coup de main, elle pouvait faire appel à lui. D'autre part, exécuter de tels gestes la fatigueraient un peu plus. Elle restait donc tranquille un moment. Il pourrait essayer de comprendre l'origine de ce geste inconsidéré.

N
'entendant plus la Serdaigle se débattre derrière lui, Severus eut la décence d'attendre qu'elle attire son attention.


- Heu... C'est bon, lui dit-elle. Tu peux te retourner.

Hochant la tête, l'étudiant de dernière année se retourna vers la jeune demoiselle qu'il venait de sauver. Sauver... C'était un bien grand mot. Mais, si personne ne l'avait trouvé, elle aurait pu faire une hypothermie. L'hiver était encore là. Et la nuit, l'air était glacial. Severus le savait pour avoir maintes fois parcourut le parc après le couvre-feu. La jeune fille étendue sur le lit avait pris des risques inconsidérés. Pourquoi ? Est-ce que le motif valait la peine d'attenter ainsi à sa propre vie ? Les yeux gris scrutèrent un long moment la Serdaigle. Elle ne semblait pas avoir peur de lui. Elle semblait juste profondément triste et un peu déçu qu'il ait été si froid envers elle. Dans le fond, emmitouflée ainsi dans son grand manteau, elle le touchait, mais il ne pouvait rien laisser paraître. Il la regarda boire avidement l'eau dans la tasse. Ce geste frénétique lui décrocha un sourire. Après qu'elle l'eut reposée, Severus se décida à s'avancer vers elle. Il s'empara des vêtements gisants sur le sol et répéta l'opération qu'il avait effectué quelques minutes auparavant avec son propre vêtement. S'il gardait le silence, c'était avant tout pour pousser la Serdaigle à entrer en contact avec lui.

- Je... Je crois que je te dois des remerciements... Alors, merci... bredouilla-t-elle soudain en réalisant qu'elle n'avait même pas encore fait part de sa gratitude au Serpentard. Au fait, ajouta-t-elle après une instant d'hésitation, je m'appelle Abbigail, Abbigail O'Flyfox.

Après avoir reposé les vêtements, secs à présent, près du lit, le Serpentard se tourna vers elle et lui répondit d'une voix plus posée.

- Severus. Severus Storm, pour vous servir jeune demoiselle, ne put-il s'empêcher de lancer avec un petit ton sarcastique.

Severus laissa un temps avant de reprendre. Il ne fallait pas laisser la jeune fille se refermer sur elle-même. Au contraire, il fallait l'amener progressivement à se confier.

- Eh bien, Mademoiselle Abbigail O'Flyfox... Vous m'avez fait ressentir une belle montée d'adrénaline. Si c'était dans le but de me séduire, je dois dire que vous y êtes presque parvenue, ajouta-t-il en lui souriant.

Le Serpentard voulait que ses mots soient plus agréables et plus doux à présent. Cependant, il lui fallait aborder le problème.

- Plus sérieusement... Puis-je savoir ce qui t'est passé par la tête. Je te préviens: je suis du genre tenace, donc ne crois pas t'en tirer avec une explication banale ou en restant muette tout simplement. Je ne quitterais pas cette pièce sans avoir eu l'explication de ton geste. Si c'était dans le but de me faire mourir d'une crise cardiaque, tu as failli y arriver... Mais comme je te l'ai dit: je suis coriace, finit-il avec un petit clin d'oeil en direction de la jeune fille.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Ven 22 Mai 2015 - 11:54


[ Vu que ça fait plus de deux mois que ce RP est sans réponse, j'en lance un nouveau avec Liv J. Samuels ]

Voilà qui était embêtant, pas moyen de trouver quoi que ce soit dans ce château ! Certes, les sorciers n'avaient pas besoin de s'encombrer de technologie comme les moldus, mais il y avait quand même une limite syndicale pour le niveau de civilisation !

C'est donc avec un reste de branchage sur l'épaule, à moitié emmêlé aux fibres de son t-shirt et à moitié fiché dans la peau qu'il poussa la porte de l'infirmerie... Personne... Il était sûr d'avoir déjà vu l'infirmière de Poudlard, mais son absence ne le dérangeait pas plus que cela. En fait, il avait l'habitude de se débrouiller tout seul.

S'avançant dans la salle principale sans s'y attarder, l'imposant sorcier se dirigea aussitôt vers la salle d'examen, sachant pertinemment qu'il y trouverait ce qu'il lui fallait. D'un coup d'épaule, il ouvrit la porte, s'écroulant à demi sur elle lorsqu'une vive douleur le traversa comme un éclair : il venait de se servir de son épaule blessée pour enfoncer à moitié la porte... ce n'était pas très malin, mais vu le coup qu'il avait écopé un peu plus tôt, il n'aspirait pas à l'intelligence suprême, devoir retrouver la sortie de la forêt interdite avait été quelque peu difficile, mais il s'en était pas trop mal sorti... en espérant que personne ne se plaigne des arbustes qu'il avait arraché au passage.

« ...Bordel, j'aurais dû l'égorger... De toute manière il est déjà probablement mort... » grogna-t-il.

Ses jambes butèrent sur le lit qui se trouvait là, manquant de le faire s'écrouler dessus : ah non, ce n'était pas le moment de tomber, il était venu jusqu'ici sans s'étaler de tout son long, autant continuer à profiter de ses jambes qui semblaient en bon état, contrairement à la partie supérieure de son corps.

Soufflant un instant, le russe secoua la tête et regarda autour de lui, satisfait de ce qu'il découvrait peu à peu, lorsque son cerveau parvint enfin à assimiler correctement les images renvoyées par ses yeux : du matériel de soin, et pas qu'un peu ! Voilà exactement ce qu'il cherchait ! En tant que médicomage, il était conscient de son état, sachant que des sortilèges de soins n'étaient pas toujours très bons dans certaines situations. Et il se trouvait dans une de ces situations.

Gniiii ! Fit un placard lorsque l'imposant sorcier l'ouvrit, grimaçant une fois de plus : il fallait vraiment qu'il arrête d'utiliser son bras blessé, mais c'était difficile quand on était droitier et que c'était ce côté-ci qui avait morflé. Certes, il était ambidextre lorsqu'il s'agissait d'utiliser des armes à feu ou des armes blanches, mais dans sa vie de tous les jours qui consistait à enfoncer des portes à coup d'épaule et ouvrir des placards, il était tout de même droitier ! Un petit coup d'œil vers la porte le rassura tout de même un petit peu : il ne l'avait pas vraiment enfoncée, elle n'était pas verrouillée, donc il n'y avait pas de dégâts matériels... Dans son état, il se doutait bien qu'un Reparo aurait éventuellement le même effet qu'un Bombarda.

Plissant légèrement les yeux d'un air blasé lorsqu'il vit une potion pour calmer la douleur, il posa son doigt sur la fiole et la poussa tout au fond du placard, afin de mieux voir le reste : souffrir ne le dérangeait pas, l'essentiel était de se soigner, car apaiser la douleur ne servait à rien si l'on ne s'occupait pas de la cause de celle-ci. Attrapant tout d'abord une potion désinfectante, une pince et quelques bandages, il se dirigea vers le lit pour s'asseoir dessus.

Soupirant à nouveau, il pris tout de même le temps de s'observer un peu, maintenant que son cerveau avait décidé de réactiver certaines fonctionnalités autre que tous ces signaux de douleur. Son bras droit était plein de sang, un mince filet coulant en continu depuis son épaule, quelque part au niveau de la clavicule, là où un morceau de branchage s'était logé dans la chair : sur tous les arbres qu'il y avait dans la forêt interdite, il avait fallu qu'il soit projeté sur le plus robuste. Bon, au moins, ça n'avait pas été le saule cogneur...

Abandonnant l'idée d'utiliser la petite pince qu'il avait emporté, il posa délicatement sa main sur une extrémité du morceau qui semblait être bien planté dans sa peau : avec un peu de chance ça s'enlèverait facilement, non ? Tirant d'un coup sec, il laissa échapper un grognement bestial qui résonna dans toute la pièce. Ce qu'il venait de retirer était beaucoup plus long que prévu, ce qui expliquait bien tout le sang et la douleur...

Son état n'était pas très beau à voir : son t-shirt vert sombre était en lambeaux, maculé de sang à divers endroits. De nombreuses petites plaies, plus ou moins profondes, étaient visibles sur ses deux bras. Son visage était plus ou moins intact, il sentait un peu de sang sur le haut de son crâne, il devait d'être coupé un peu au dessus du front, mais rien de bien problématique. Et enfin, son épaule droite, bien entendu, ayant donc été à demi empalée, le sang s'était remis à couler abondamment maintenant que le "corps étranger" avait été retiré de la manière la moins délicate possible.

« ...Pfeuh, je me suis encore bien arrangé, pour changer... »

Étirant son bras gauche pour ramasser la fiole de potion désinfectante, il se stoppa net en voyant qu'elle n'était plus là où il l'avait posé : elle avait dû tomber et rouler lorsqu'il s'était arraché le morceau de bois de l'épaule. Il la repéra rapidement près de la porte, à côté de pieds...oui, des pieds !

...Le russe releva les yeux, luttant contre le vertige qui commençait à s'emparer de lui : ah, il n'était plus seul. Et par malchance, c'était l'infirmière, debout, ici, sans doute surprise de voir un grand russe ensanglanté dans sa salle d'examen. Parfait, en plus de souffrir, il allait devoir encaisser tout plein de remarques et de reproches, c'était bien sa veine !

Liv J. Samuels
Liv J. Samuels
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Liv J. Samuels, le  Lun 25 Mai 2015 - 22:26

En fronçant légèrement les sourcils, Olivia posa sa plume. Elle saisit légèrement sa tête entre ses mains et massa ses tempes. Elle avait un sacré mal de crâne. C'était comme ça quasiment tous les mois. Il lui fallait faire l'inventaire de l'Infirmerie, passer commande auprès des fournisseurs, voir avec tel ou tel professeur pour les médicaments manquants, et tellement d'autres choses. Le pire, c'était bien de consigner toutes les factures dans son registre. C'est dans ces cas là qu'elle aurait bien aimé avoir un stagiaire, tiens. Ces bestioles servaient bien à ça, non ? Bon, trêve de plaisanterie, il était temps de faire un petit tour des lits de l'Infirmerie. Liv se leva et appela l'Elfe de l'infirmerie. Ensemble, ils rentrèrent dans la salle principale. Aujourd'hui, c'était plutôt calme. Une petite grippe et un accident de balais. La petite qui avait la grippe dormait paisiblement dans uns des lits et le quatrième année qui s'était blessé semblait se remettre. Tout le monde pourrait retourner à sa petite vie normale dès demain matin. Alors qu'elle déambulait dans cette pièce qu'elle aimait tant, elle avait le sentiment du devoir accompli.

Néanmoins, ses côtes et son genoux, vestiges de sa participation au tournoi de duel, la rappelèrent à l'ordre. Cela faisait déjà deux semaines qu'elle avait dû lever le pied, ses douleurs physiques lui rappelant les limites de son corps. Elle était fière de ce qu'elle y avait accompli, même si elle devait mettre des mois à s'en remettre. S'assurant une dernière fois que tout était en ordre dans son infirmerie, elle retourna vers son bureau, ordonnant à l'elfe de veiller ses patients et de la prévenir au moindre soucis. Avec une petite grimace de douleur, elle s'assied et reprit sa plume. Elle nota consciencieusement quelques mots de son écriture un peu brouillonne. Elle n'eut pas le temps d'avancer plus, un grand bruit la tira de sa concentration. Elle se releva, un peu intriguée, et rentra dans la salle principale. Rien, juste les élèves qui dormaient et l'elfe. Un autre bruit. Cela venait de la salle d'examen, là où elle pratiquait les soins qui nécessitaient un peu de calme.

La porte était ouverte, et le spectacle que Liv découvrit dans la pièce la laissa perplexe un instant. Elle reconnut le professeur Mkrovsk, qui enseignait la médicomagie. Il avait une épaule ensanglantée et une jolie coupure au front. Il tenait en outre un éclat de bois de taille respectable, maculé de sang. Il semblait bien mal en point. Aux pieds de la brune, une fiole de potion désinfectante. A en juger par les instruments disposés, l'homme avait décidé de se soigner tout seul. L'infirmière rammasa la potion à ses pieds, et regarda Rurik. Elle se souvenait l'avoir croisé quelques fois, mais c'était assez lointain. Se ressaisissant, elle avança dans la pièce et s'exclama :

-Par Merlin ! Que vous est-il arrivé ?

Elle franchit les derniers pas qui la séparait du professeur et se pencha vers l'entaille sur l'épaule, sans attendre de réponse, calmant peu à peu sa surprise. La blessure était profonde. Celle au front posait moins de problèmes, elle s'en occuperait après. Pour l'instant, il fallait nettoyer et désinfecter. Des sutures s'avéreraient surement nécessaires. Et en plus, il devait souffrir le martyr. Sans attendre, elle retourna près de l'armoire ouverte, se nettoya les mains et enfila des gants. Elle préférait souvent travailler comme les moldus pour les soins comme ça, c'était plus simple. Dans un souffle, elle revint près de Mkrovsk avec un peu plus de matériel et lui dit :

-Laissez, je m'en occupe. Ce sera plus simple.

Liv était dans un état assez second, comme à chaque fois qu'elle prodiguait des soins. Elle se concentrait, respirait et pouvait être bien plus directive qu'à l'habitude. Sans attendre la moindre autorisation, elle déboucha la fiole de potion désinfectante et en déversa un peu sur une compresse. Elle l'appliqua délicatement et commença à nettoyer les bords de la plaie. C'était profond et des morceaux de bois étaient peut-être restés fichés dans les chaires. Concentrée, elle s'adressa tout de même au médicomage sur un ton neutre, tout en continuant son travail.

-Vous ne vous êtes vraiment pas loupé...Le blessure est profonde de plusieurs centimètres. Il vous faudra des sutures et ce bras va être douloureux un bon moment.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Mer 27 Mai 2015 - 12:08

- Par Merlin ! Que vous est-il arrivé ?

Euh...

« ...Euh. »

Quelles explications... Que pouvait-il dire ? Alors qu'elle se retournait pour aller se laver les mains et enfiler des gants, il parvint à aligner quelques mots cohérents.

« Bah... Me suis empalé l'épaule, rien de bien extraordinaire dans le métier... »

Oui, en tant que mafieux ou policier dans un coin pas très net, ça l'était, mais ici il était censé être médicomage... Ou professeur, à moins que ce ne soit les deux...

« Enfin, je veux dire, j'ai l'habitude de voir des trucs comme ça. »

En fait, elle s'en foutait royalement, son instinct d'infirmière avait pris le dessus et elle s'était préparée en quatrième vitesse pour lui venir en aide alors qu'il ne lui avait rien demandé. La jeune femme s'approcha alors de lui avec davantage de matériel.

- Laissez, je m'en occupe. Ce sera plus simple.

Quelque peu confus, le russe mis quelques instants avant de réaliser qu'elle s'occupait effectivement de lui. La compresse imbibée de potion au contact de la blessure ne le fit même pas réagir.

- Vous ne vous êtes vraiment pas loupé...Le blessure est profonde de plusieurs centimètres. Il vous faudra des sutures et ce bras va être douloureux un bon moment.

Ahuri pendant un instant, il cru s'entendre lui-même : certes, il était un peu plus fataliste, froid, menaçant et cent fois moins rassurant quand il prodiguait des soins, mais le fond était le même. Un brutal retour à la réalité le frappa, et il se maudit intérieurement d'avoir pris tout ce temps pour s'occuper de son cas... Il avait perdu un peu trop de sang et se sentait un peu mal. Son bras gauche stoppa l'infirmière en plein mouvement. Il ne lui fallait pas ce genre de soins, il avait l'impression que la douleur était la seule chose lui permettant de rester conscient (même si à plusieurs reprises, il avait fait l'expérience de croire pouvoir en encaisser suffisamment, pour finalement s'écrouler comme une masse...pas très glorieux, tout ça, mais tout le monde a ses défauts !)

« Ça va aller, je peux... Je peux m'en charger, me faut juste un peu de temps. Et puis... » grogna-t-il.

Il coula un regard à son épaule, sa main quitta le bras de l'infirmière et vint se placer au niveau de sa plaie. Essayant de réfléchir du mieux qu'il pouvait, ses connaissances en médecine et en médicomagie parvinrent à une conclusion un peu moins pessimiste que celle de la jeune femme (pour une fois que ce n'était pas lui le pessimiste).

« Avec le bon enchantement et la potion qui va avec, ça sera comme neuf en quelques semaines... Un ou deux mois, voire moins si je fais attention, mais je ferais pas attention, bien sûr... Rien de bien handicapant, au final. »

Il se surprit même à adresser un sourire à l'infirmière. Non, vraiment, il n'était pas bien !

« Olivia Samuels, c'est ça ? On a dû se croiser à la réunion de Kholov... Mais c'est tout... Dommage, moi qui voulait éviter de passer pour un mauvais médicomage, c'est dans cet état que vous me trouvez. »

Ah... Si seulement elle savait que ce genre de situation était presque normale pour le russe... Retirant sa main, il ajouta :

« On est pas des moldus... J'approuve une bonne partie de leur médecine, mais il y a mieux que des points de suture. Surtout que ça tient jamais bien longtemps avec moi... »

Il fallait quelque chose qui tienne le coup même après la transformation de la prochaine lune, mais ça, il n'était pas très enclin à lui dire. Le tatouage intégral de son bras gauche n'était pas fait uniquement pour faire joli, c'était à la fois pour camoufler son horrible blessure, mais également pour l'empêcher de se retrouver avec un bras ouvert après chaque pleine lune. Intégrer des éléments curatifs dans l'encre avait été une excellente idée.

« Vous allez me réprimander comme un élève et me demander comment je me suis fait ça ? »

Bien sûr qu'elle allait lui demander, c'était dans les habitudes d'une infirmière, non ? En attendant sa réponse (et l'éventuelle question implicite qui suivait, donc), il bougea légèrement le bras droit : c'était douloureux, mais pas tellement que ça... Il roula légèrement de l'épaule. Outch. Oui, bon comme ça c'était très douloureux. Faisant quelques autres petits mouvements, il analysa la marge qu'il avait afin de pouvoir adapter son quotidien pour les prochaines semaines... Une habitude de mafieux : c'était comme ça qu'on faisait quand on se prenait une balle, on ne pouvait pas vraiment se mettre en congés maladie ou une connerie dans le genre, il fallait rester fort, sinon même ses alliés pouvaient l'abandonner. Cependant, il ne craignait pas qu'un de ses gars profite d'un moment de faiblesse pour essayer de l'abattre afin de prendre sa place, ils étaient suffisamment loyaux, mais le criminel préférait limiter au maximum de se montrer trop blessé ou fatigué... Le moral des troupes, c'était important.

Son esprit se focalisa de nouveau sur l'instant présent, à savoir l'infirmière. Elle avait tout de même un drôle de visage, un peu trop large, non ? Sûrement le genre à utiliser trois miroirs... Et ces yeux ! Pourquoi étaient-ils comme ça ? Non, ce n'était pas normal, elle devait arrêter de faire de tels yeux ! Rurik calma ses pensées : il devait être en train de délirer, c'était ce qui arrivait lorsque l'on perdait un peu trop de sang...

« Je crois qu'il va me falloir de la potion de régénération sanguine... Il serait dommage que vous vous retrouviez obligée de me porter... » grogna-t-il d'un air amusé.

Il en avait vu dans le matériel de l'infirmière... Maintenant, la question était de savoir s'il allait réussir un simple sortilège d'attraction... Normalement ça ne devait pas être impossible, il avait déjà réussi à prodiguer des soins magiques en étant lui même dans un état lamentable, alors bon ! Il informula un Accio en se concentrant sur la fiole de potion, et celle-ci s'échappa lentement du placard, flottant lentement dans les airs, faisant une petite rotation inutile et assez hasardeuse en chemin, pour finir dans la main gauche du sorcier, qui lâcha sa baguette et la laissa tomber à côté de lui sur le lit au même moment pour être sûr d'avoir une bonne prise sur le conteneur. Niveau ambidextrie, c'était moins glorieux avec sa baguette qu'avec ses armes à feu, mais peut-être qu'il pouvait mettre ça sur le dos de la fatigue...

« Ça va, je suis pas dans un si mauvais état que ça... »

En fait, si, c'était le cas, mais il fallait toujours que la situation empire pour qu'il s'en rende compte.

Liv J. Samuels
Liv J. Samuels
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Liv J. Samuels, le  Dim 31 Mai 2015 - 23:52

Depuis quand s'empaler l'épaule était quelque chose de parfaitement normal ? Liv avait tiqué en entendant les réponses à ses questions. A sa place, elle aurait couru dans tous les sens, totalement paniquée. En fait, non. Elle se serait évanouie. M'enfin bref, elle ne savait pas, pour la simple et bonne réponse qu'elle ne s'était jamais fait empaler l'épaule ! Elle nettoyait consciencieusement les bords de la blessure quand elle sentit une main la stopper. Visiblement, le professeur avait quelque chose à redire. Il lui expliqua qu'il n'avait pas besoin de ça et qu'avec un bon sort et une potion, ce serait réglé. L'infirmière n'était pas du tout de cet avis. Pour elle, les blessures magiques nécessitaient des soins magiques, mais d'autres blessures non magiques ne guérissaient jamais aussi bien que traitées de façon moldue. Le corps se régénérait mieux de lui même, avec un simple petit coup de pouce. Elle ne s'était pas enquiquinée deux mois pendant sa formation à apprendre à réaliser correctement des sutures pour rien...

« Olivia Samuels, c'est ça ? On a dû se croiser à la réunion de Kholov... Mais c'est tout... Dommage, moi qui voulait éviter de passer pour un mauvais médicomage, c'est dans cet état que vous me trouvez. »

Sortant de ses pensées considérant les avantages et inconvénients des deux médecines, elle acquiesca. Elle allait ajouter que cela arrivait et que cela ne faisait pas de lui un mauvais médicomage, mais elle n'eut pas le temps. Ce fut lui qui reprit.

« On est pas des moldus... J'approuve une bonne partie de leur médecine, mais il y a mieux que des points de suture. Surtout que ça tient jamais bien longtemps avec moi... »

Ha lala. Ces personne incapables de tenir en place. Olivia n'avait pas grand chose d'une aventurière. Elle essayait souvent de se bouger, de sortir de sa zone de confort. Malgré tout, cela ne suffisait pas tout le temps et elle se retrouvait dans de drôle de situations. Si elle avait du mal à imaginer que l'on ne puisse pas tenir en place, elle concevait tout à fait le supplice qu'était d'aller contre sa nature propre. Elle interrompit ses pensées une nouvelle fois lorsque le professeur reprit :

« Vous allez me réprimander comme un élève et me demander comment je me suis fait ça ? »

Elle éclata d'un rire franc. Ce n'était peut être pas une situation propice à la rigolade, mais il ne semblait pas en danger. Tant que personne ne manquait de trépasser à chaque seconde, la brune considérait qu'elle avait le droit de rire. Olivia reprit son sérieux et répondit:

-Non, ne vous inquiétez pas. Vous êtes majeur et vacciné. Tout ce que je peux faire, c'est de rafistoler les morceaux en bougonnant comme l'infirmière acariâtre que je suis.

Néanmoins, le professeur ne sembla pas réagir. En fait, il semblait plutôt vaseux. Ce n'était pas anormal pour quelqu'un qui venait de perdre autant de sang. Elle allait s'occuper de ça mais elle n'eut pas le temps. Rurik fit une remarque sur la nécessité de prendre une potion de régénération sanguine et en attira une. L'infirmière roula des yeux. Utiliser sa magie dan cet état...Elle voulait bien que l'homme en face d'elle soit un dur à cuire, mais quand même...

« Ça va, je suis pas dans un si mauvais état que ça... »
-Je ne suis pas aussi optimiste, mais bon...Allez, prenez-moi cette potion. On va attendre qu'elle fasse un peu effet et on discutera de la suite.

Liv lui laissa le temps de boire la potion, sans vérifier s'il le faisait vraiment. Le russe n'avait pas douze ans, il n'avait pas besoin de quelqu'un derrière son dos. Elle soupira et partit chercher un tabouret à l'autre bout de la salle. Elle se rapprocha et s'assied. Elle reprit, songeant à la suite des opérations.

-Qu'est-ce que vous préconisez dans ce genre de cas ? Personnellement, j'aurai nettoyé l'intérieur de la plaie pour retirer les échardes fichées dans la blessure, à la main. Elle s'arrêta un instant, en réfléchissant. J'aurai vérifié que tout va bien au niveau de la circulation sanguine. Et, finalement, j'aurai refermé.

La jeune infirmière sourit et esquissa un geste vers sa baguette.

-Même si je pense avoir compris que vous préféreriez un Sortilège de réparation des chaires ? Je dois avouer que je le maîtrise mais que les cicatrices qui en sont issues sont assez imposantes. Je n'ai pas vraiment de pratique...J'ai été embauchée ici à ma sortie de formation. Vous avez travaillé en hôpital, vous ?
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Ven 5 Juin 2015 - 15:09


~~~~~
- Non, ne vous inquiétez pas. Vous êtes majeur et vacciné. Tout ce que je peux faire, c'est de rafistoler les morceaux en bougonnant comme l'infirmière acariâtre que je suis.

Ahh, si elle n'avait pas une paire de seins et des ovaires, le russe l'aurait probablement embrassé : les gens qui ne posaient pas de question, c'était bien, surtout quand on savait pertinemment que cela pouvait mener à des reproches...

- ...Allez, prenez-moi cette potion. On va attendre qu'elle fasse un peu effet et on discutera de la suite.

Très bonne idée... Ouvrant la fiole, Rurik agita un petit peu le conteneur : cette potion faisait généralement des grumeaux, et il n'était guère agréable de tomber sur un amas, mieux valait qu'ils soient répartis de manière homogène. Si on rentrait dans les détails magico-scientifiques, c'était mieux aussi, mais là, son cerveau risquait à tout moment de manquer d'oxygène, alors il fallait se dépêcher de renouveler son sang. Sans s'embêter à prendre un verre ou quoi que ce soit (bah oui, il était blessé, il n'allait tout de même pas se lever !) , il porta le goulot de la fiole à ses lèvres. Au vu de son poids et de sa carrure, il savait approximativement quelle était la quantité qu'il devait prendre : un peu plus ou un peu moins n'allait pas le tuer.

- Qu'est-ce que vous préconisez dans ce genre de cas ? Personnellement, j'aurai nettoyé l'intérieur de la plaie pour retirer les échardes fichées dans la blessure, à la main. J'aurai vérifié que tout va bien au niveau de la circulation sanguine. Et, finalement, j'aurai refermé.

Une sorte de grognement de satisfaction roula dans la gorge du médicomage : enfin quelqu'un qui savait quoi faire et qui ne pensait pas uniquement à la magie.

« C'est une bonne chose de retirer les morceaux qui restent à l'intérieur...je vais pas y échapper, je pense. »

Il jeta un œil rapide à sa blessure : le sang ne coulait presque plus, mais avec la potion qu'il venait de prendre, cela n'allait pas tarder à reprendre.

- Même si je pense avoir compris que vous préféreriez un Sortilège de réparation des chaires ? Je dois avouer que je le maîtrise mais que les cicatrices qui en sont issues sont assez imposantes. Je n'ai pas vraiment de pratique...J'ai été embauchée ici à ma sortie de formation. Vous avez travaillé en hôpital, vous ?

« Oh non, je ne suis pas toujours un adepte du sortilège de réparation des chaires. Pour refermer, il y a différentes méthodes, moi je préfère utiliser des bandages avec un enchantement spécial, ça permet de laisser agir la cicatrisation naturelle tout en l'accélérant. Ça m'a permis de me retrouver avec des cicatrices moins importantes que ce qui était prévu à la base... Mais étrangement, quand je leur montre, mes patients prennent peur. »

Il haussa les épaules, le regrettant immédiatement lorsqu'une douleur fulgurante lui traversa tout le côté droit.  

« Et oui, je bosse à Sainte-Mangouste quand je ne suis pas ici pour donner des cours, je suis spécialisé dans la faune et la flore, mais je suis souvent forcé à bosser aux urgences, parce qu'à part mes patients de longue date ou permanents, il y a peu de cas spécifiques à mon domaine étendu. J'ai par contre déjà eu droit à des élèves de Poudlard qui avaient fait l'erreur de vouloir explorer la forêt interdite tout seuls. Entre les acromentules venimeuses et toutes les saletés qu'il y a là bas... D'ailleurs avant de venir ici, j'ai failli tomber dans un buisson de racines toxiques. Faudra que je songe à y retourner pour les ramasser... Cette fois-ci au moins, il n'y aura pas de troll... »

Se figeant, il réalisa soudainement qu'il venait de se vendre sans que l'infirmière n'ait eu besoin de lui demander quoi que ce soit. Oops ? D'habitude il n'était pas du genre à révéler quoi que ce soit à quiconque. Ce devait encore être sa passion de la médicomagie : ces racines, bien préparées, avaient de nombreuses utilisations en tant qu'ingrédients ! Cela lui épargnerait le fait d'aller en chercher à l'hôpital ou bien d'en demander au professeur de potions. Bref, après tout, il était "majeur et vacciné", comme elle disait, et la forêt interdite ne l'était que pour les élèves ! En plus, il commençait à bien la connaître, vu qu'il y allait durant toutes les pleines lunes, les sens développés de la bête gravaient dans ses souvenirs les éléments importants qui lui permettaient de s'orienter.

« Et euh... Oui voilà, en hôpital, mais aussi beaucoup sur le terrain, quand je suis retourné en Russie. La pratique, c'est le meilleur des apprentissages. Pas forcément le plus joyeux, mais on ne peut malheureusement pas sauver tout le monde dans le métier. »

Oui, il n'aimait pas perdre un patient... Et il aimait tuer des gens... C'était probablement contradictoire, mais une fois les contextes établis, ça lui semblait cohérent.

« Vous aurez de la pratique au fur et à mesure, à Poudlard au moins, les élèves sont très imaginatifs quand il s'agit de risquer leur vie... comme par exemple énerver leur professeur de médicomagie.... En attendant, je ne faisais que passer pour... Éviter le pire, et récupérer deux-trois ingrédients. »

Elle avait l'air sympathique et engagée dans son métier... Mais il n'était pas toujours enclin à faire confiance à qui que ce soit lorsqu'il était gravement blessé. S'il pouvait encore s'occuper de lui-même sans devoir dépendre de qui que ce soit, ce n'était pas la peine de prendre davantage de risques. Et là, en l'occurrence, il ne risquait pas de passer l'arme à gauche... Donc infirmière ou pas, le médicomage allait s'occuper lui-même de son cas.

Grognant en se relevant, il alla s'emparer des deux petites fioles qu'il avait repéré tout à l'heure : des ingrédients qu'il lui fallait et qu'il n'avait pas dans son bureau.

« Voilà, avec ça, d'ici deux-trois jours j'aurais plus rien. J'vais pas te déranger plus longtemps, je te remercie pour ton aide, mais t'as sûrement des trucs à faire... Ou pas... En tout cas, moi si. »

À ces mots, il se dirigea vers la porte, la saluant d'un signe (et en grognant légèrement sous la douleur, s'étant encore une fois servi du mauvais bras).


[ Post modifié le 04/10/2015 pour clore le RP, vu l'absence de réponse. ]


Dernière édition par Rurik Mkrovsk le Dim 4 Oct 2015 - 21:31, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Dim 4 Oct 2015 - 21:00

Suite dece rp

Le crépuscule avait laissé place à la nuit d'une fraîche matinée. D'ailleurs, il était impensable que qui que ce soit fut sorti dehors à cette heure pour s'exposer à un quelconque danger qui l'aurait conduit à l'infirmerie car les heures se faisaient de plus en plus longue et l'air de plus en plus froid en cette période de l'année. Aussi l'infirmerie était elle presque vide et les quelques personnes qui y dormaient devait elles ne rien remarquer de ce qui allait se passer. L'infirmière elle même, une charmante et très jolie jeune femme qui valait qu'on se donne la peine de sécher un cours, d'après ce que l'on entendait dire dans les couloirs, devait dormir quoi que toujours prête à intervenir de l'autre côté du château si un élève... Se cassait un bras en pleine nuit. Pourtant, la grande et rectiligne salle que représentait l'infirmerie et qui n'était éclairé par rien en cette nuit sans lune fut bientôt illuminée de toute part de la lumière des bougies qui flottaient devant les murs. Incedio ! avait dit le jeune Aquila en entrant dans la pièce, soutenu par une élève de Serdaigle dont il avait déjà oublié le nom mais qui avait son entière reconnaissance et accompagné de la charmante Amy de poufsouffle et Elyas, un autre élève à qui il devait beaucoup.

Il y a quelqu'un ? Interpella le jeune homme qui su qu'à cette instant précis, il avait manifesté son escapade nocturne à tout le monde et que les conséquences en serait fâcheuses. Peut-être finirait il dans le bureau du directeur, quoi qu'il en soit, ce n'était pas son idée de venir à l'infirmerie. Il avait suivit la fille qui l'avait emmené tout en sachant qu'il aurait bien pu guérir de lui même des blessures que lui avaient affligés cette montagne d'acromentules dont ses nouveaux amis l'avaient extirpé. Hou hou ? appelait il comme il n'y avait pas de réponse. Il s'attendait à voir l'infirmière survenir d'un moment à l'autre.
Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Amy Shields, le  Dim 4 Oct 2015 - 22:07

Amy les avait suivi tout le long du trajet. Elle avait surveiller la cheville d'Aquila et l'évolution de ses blessures. Ca n'avait pas l'air d'avoir empiré. La jeune Poufsouffle était restée collées à eux tout ce temps. Alors qu'ils arrivaient à l'infirmerie, le Serpentard alluma les bougies d'un coup de baguette. Il dit ensuite à voix haute : 


Il y a quelqu'un ?  Hou hou ?


Il n'eut pas de réponse Amy passa donc devant, alla dans le fond de la pièce et ouvrit un rideau qui séparait deux lit. Elle dit ensuite de sa voix douce mais essoufflée de la marche qu'ils venaient d'effectuer : 


- Installe Aquila ici, on ne peut pas attendre l'infirmière debout comme ça, sa blessure à la cheville va empirer. Comme tout le reste d'ailleurs si on ne fait rien.


Sur ces mots, elle retira les draps blancs qui servaient de couverture pour que la jeune femme de Serdaigle puisse installer Aquila convenablement. La Poufsouffle partit ensuite chercher l'infirmière. Mais elle se rendit vite compte que leur arrivée avait réveillée quelques élèves qui dormaient ici. Elle dût donc s'occuper de les rassurer en assurant que ce n'était rien qu'un petit incident. Elle chercha ensuite encore l'infirmière pendant quelques minutes avant de revenir vers le petit groupe en se demandant si elle ne devrait pas commencer à le soigner toute seule, même si elle n'était pas infirmière.
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Invité, le  Lun 5 Oct 2015 - 17:09

La jeune femme épuisée ne faisait guère attention à ce qu'il se passait autours, elle avait carrément zappé le voyage entre la forêt et l'infirmerie, c'est dire... Lorsque ils pénétrèrent dans la salle, elle redoubla d'effort pour continuer d'avancer et surtout soutenir le Serpentard qui lui de son côté s'amusait à lancer un sort, comme si il n'était pas en assez mauvais état. Elle roula des yeux et si elle avait pu, elle aurait soupiré d'exaspération *Les vipères... tous les même. Frimeurs en plus d'être idiot...*

Un élément vint la conforter dans son jugement sur les Serpentards comme quoi ils étaient tous bête. Le jeune homme qui à l'instar des trois autres élève ne devait pas être là eu la bonne idée de dire à haute voix "Il y a quelqu'un ? Hou hou ?" Non mais il a quoi dans la tête ? Elle n'avait pas envie de se faire punir, elle, et elle espérait qu'il n'allait pas lui faire regretter de l'avoir aidé.

- Installe Aquila ici, on ne peut pas attendre l'infirmière debout comme ça, sa blessure à la cheville va empirer. Comme tout le reste d'ailleurs si on ne fait rien.

- Bon les gens.. Y en a-t-il un qui s'y connait en medicomagie ? Parce que si on ne trouve pas l’infirmière rapidement sa risque fortement de dégénérer.. enchaîna Elyas, et elle secoua la tête avant de répondre

- Non, vraiment désolée... Je peux peux être tenter de désinfecter la plaie mais je pense qu'il serait plus sage d'attendre quelqu'un de qualifié...

Siobhan s'exécuta et aida le garçon à s'allonger sur le lit avec toute la douceur du monde, étrangement. Ou peut-être était-ce dû à son stade d'épuisement avancé, elle avait les gestes mous et lents, vidée de presque toute son énergie. Ne bouge pas, petit malin... dit-elle pour qu'il ne lui vienne pas à l'idée de bouger d'avantage ses jambes. Elle les souleva l'une après l'autre et les plaça correctement. Elle ne savait pas si le sortilège d'Amy avait fonctionné et se garda donc bien de surélever les jambes du jeune homme.

- Je... J'vais m'asseoir cinq minutes... Si tu permets. A ces mots Siobhan tira la chaise qui se trouvait à côté de la table de chevet et y posa lourdement son corps à la fois très léger mais pourtant lourd. Elle avait la tête qui tournait et les membres tremblant, certainement à cause des efforts qu'elle avait fournit. Amy... ou Elyas... Enfin quelqu'un... 'pouvez aller chercher l'infirmière... ? S'vous plait.

(Edit HRP: Elyas ayant eu un bug lors de la réponse elle s'est affiché longtemps après, du coup, mon RP est normalement placé juste en dessous.)


Dernière édition par Siobhan Kvelgen le Lun 5 Oct 2015 - 19:11, édité 2 fois
Elyas Findlay
Elyas Findlay
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Elyas Findlay, le  Lun 5 Oct 2015 - 18:12

Elyas était rentrée à l'infirmerie comme les 3 autres élèves pour accompagner le serpentard blesser, ils semblèrent tous ne faire plus qu'un tellement ils étaient soudées. C'est sûr qu'une péripétie comme çà, ça ne s’oublie pas ! Une fois arrivé sur place le serpentard bien qu'amoché alluma les bougies d'un coup sec de baguette avant de rétorque:


- Il y a quelqu'un ? Hou hou ?

Ce n'étais certainement pas la meilleurs des idées de dévoilées notre présence à tout les élèves se trouvant dans l'infirmerie mais bon, ce n'était pas bien important. De toute façon on allaient prendre chère sa s'était sur..
Tout en défaisant le lit pour Aquila, la pouffsoufle s'adressa à l'autre serdaigle d'un ton essoufflé:

Installe Aquila ici, on ne peut pas attendre l'infirmière debout comme ça, sa blessure à la cheville va empirer. Comme tout le reste d'ailleurs si on ne fait rien.

Sur ces mots elle traversa la salle dans le but de trouver l'infirmière, mais après quelque minutes elle revint comme elle était partie; seul. Agacer par cette situation d'impuissance et d'ignorance le serdaigle s'exclama avec un ton inquiet:

Bon les gens.. Y en a-t-il un qui s'y connait en medicomagie ? Parce que si on ne trouve pas l’infirmière rapidement sa risque fortement de dégénérer..

Après ces dires, Elyas resta fixer pendant quelque seconde sur le visage de la serdaigle qu'il trouva attirant.. Mais repris vite ses esprits et s’essaya par terre.




Contenu sponsorisé

Salle d'examen Empty
Re: Salle d'examen
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 5

 Salle d'examen

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Infirmerie-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.