AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 1 sur 2
Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître de jeu
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Maître de jeu, le  Dim 25 Jan - 16:44

Si vous êtes arrivé à l'accueil dans le coma à cause d'un cri de Mandragore, avec une coupure jusqu'à l'os faite à la suite d'une quête pour attraper un hippogriffe (vous n'êtes pas très poli aussi), ou alors une brûlure au troisième degré faite par votre crabe de feu personnel, on ne peut que vous conseiller de vous diriger vers le premier étage de l'hôpital dédié au blessures par créatures vivantes. Des Médicomages spécialisés dans ce domaine s'occuperont de vous retirer de votre position certainement inconfortable : ce n'est pas tout le temps qu'on se retrouve piqué par une centaine de Billywigs et contraint à ne plus pouvoir reposer un pied au sol. Au moins, vous vous sentirez moins bête au milieu d'autres patients tout aussi inconscient ou malchanceux que vous.
Jacob G. Kenway
Jacob G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Jacob G. Kenway, le  Mer 29 Juil - 11:07

Apply cold water on the burned area
PV Rurik Mkrovsk
Suite de ce RP


Jake se réveilla en sursaut. Il avait la tête comme un tambour. Tandis qu'il se redressait dans son lit aux draps immaculés, l'ancien Serdaigle sentit comme une lourdeur entre ses épaules et sa nuque. Confus, il observa un instant autour de lui: le jeune homme se retrouvait dans une salle où étaient disposés plusieurs lits simples. Auprès de ceux-ci se trouvait une table de chevet sur lesquels trônaient divers présents. Les différentes personnes présentes parlaient à voix basse. Au deuxième lit à sa gauche, se trouvait une femme d'âge moyen, sur sa peau on distinguait des marques de succion réparties aléatoirement et de ce qui se rapprochait d'une strangulation.

Apparemment, il était à Londres. Il reconnut sans aucun mal le signe distinctif de l'Hôpital Sainte-Mangouste: les armoiries représentaient un os et une baguette croisés. Le jeune Kenway se mit à s'affoler, où était sa baguette? Son regard se porta immédiatement sur la table de chevet près de lui. Posés sur le meuble, se trouvaient un exemplaire de la Gazette du Sorcier, ce qui semblait être une feuille de papier pliée en quatre, ainsi qu'un panier rempli de friandises témoignant de la visite de sa mère. Ce qui était extrêmement gênant. Elle semblait oublier qu'il avait déjà 24 ans et qu'il n'était plus un gamin... mais tout homme reste un enfant aux yeux de ses parents non?

Il prit la feuille pliée sur sa table de chevet et se mit à la lire. Il s'agissait d'un mot de son ami Matt Austin. Ce n'était qu'un message rassurant, expliquant vivement qu'il était celui qui lui avait porté secours lors de l'accident – des images de vastes collines, de vestige de château abandonné, d'un dragon et de flamme se bousculèrent dans la tête du patient – et qu'ils avaient transplané immédiatement pour que le jeune homme puisse se faire soigner. L'Auror précisa qu'il était passé régulièrement pour prendre des nouvelles du Serdaigle bien que celui-ci fut inconscient pendant une semaine entière. Il terminait sa missive en souhaitant à Jake de s'amuser avec sa ravissante infirmière, ce qui esquissa un sourire sur le visage du blessé.

Le sorcier, était décidé à faire ce que son ami lui avait conseillé de faire. Il s'arrangea les cheveux rapidement - bien sûr par pur réflexe, car il n'avait aucun miroir pour se voir et s'arranger correctement - avant de prendre le journal qu'on lui avait offert. Il comptait sur son air de patient blessé et confus qui avait besoin d'air intensif pour profiter de cette situation au maximum. Des bruits de pas se firent entendre derrière la porte de ce qui ressemblait à une chambre. Lorsque la porte s'ouvrit et qu'il sentit la personne s'approcher de son lit, il commença d'une belle voix suave avec un regard charmeur tout en levant les yeux de son journal:


    « Bonjour Mademoi.... AAAAAAAH MAIS VOUS N'AVEZ RIEN D'UNE RAVISSANTE INFIRMIERE! »


Dernière édition par Jake G. Kenway le Jeu 30 Juil - 9:46, édité 3 fois
Invité
Anonymous
Invité

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Invité, le  Mer 29 Juil - 19:06

Longeant les couloirs de l'hôpital, l'imposant russe avait son attention rivée sur un morceau de parchemin. Il s'agissait de diverses informations qu'on lui avait fait parvenir sur ses patients, notamment quelques nouveaux arrivants, des complications en tous genres que les infirmiers, infirmières et autres guérisseurs avaient décelés. Au final, rien de bien grave, pour la réaction de Mr. Folks, il fallait juste qu'il se force à manger davantage au lieu de se laisser dépérir... Pour Mrs. Angwutts, un oubli de potion... Bref, que des bêtises dans le genre. Les adultes étaient toujours pire que les enfants quand il s'agissait de soins. Enfin, vu la gravité de certains cas, les enfants n'y survivaient pas... et tant mieux, ce n'était pas une garderie, ici !

« Eh... Mkrovsk, tu devrais aller voir le brûlé de l'autre jour, il devrait pas tarder à se réveiller...
- Hmm ? Ah oui pas bête, il est arrivé inconscient... Tu passes vérifier là haut si y'a pas de morts ?
- Oui pas de soucis, je sais que tu t'inquiète beaucoup pour tes autres patients.
- Non, c'est surtout pour savoir si des places se libèrent... »

Grognant d'un air amusé en laissant la guérisseuse dans le couloir, le sorcier se dirigea donc vers le premier étage, celui qui accueillait un bon nombre de ses patients à court et moyen terme. Sa spécialité dans la faune et la flore en faisait un des principaux médicomages de cette zone, bien que certains cas ne nécessitaient pas ses connaissances spécialisées. Le patient qu'il allait voir, un certain Jake G. Kenway, avait été brûlé par un dragon.

Entrant dans la salle, il vit que le jeune homme venait de se réveiller, réalisant peu à peu où il se trouvait.

- Bonjour Mademoi.... AAAAAAAH MAIS VOUS N'AVEZ RIEN D'UNE RAVISSANTE INFIRMIÈRE !

Haussant un sourcil, le russe laissa échapper un léger grognement amusé.

« Désolé de vous décevoir Mr. Kenway... Je ne suis que celui qui vous a sauvé la vie, alors la prochaine fois, si vous voulez faire des rencontres, dites-vous que tourner le dos à un dragon n'est pas la meilleure chose à faire. »

Croisant les bras et l'observant de haut en bas, le médicomage hocha lentement la tête : il s'était bien remis, ce qui signifiait que la potion de guérison qu'il avait concocté s'avérait être très efficace, surtout avec son choix d'y intégrer quelques nouveaux ingrédients. S'approchant du patient, il fit le tour du lit pour venir s'asseoir derrière lui (le lit grinça légèrement, souffrant sans doute sous cette masse conséquente).

« En soi, la brûlure n'est pas si grave que ça si on s'en occupe, le problème, c'est l'endroit brûlé. »

Retirant délicatement le bandage qu'il avait lui-même apposé le soir précédent, il observa la blessure... C'était pas beau à voir mais bon, c'était normal, et au vu de ses activités hors Sainte-Mangouste et Poudlard, rien ne pouvait vraiment le dégoûter (surtout que bon, ça la foutrait mal pour un médicomage).

« En gros, la brûlure aurait pu atteindre un centre nerveux très important au niveau de la nuque et... griller littéralement votre système nerveux. On vous garde ici pour voir s'il y a des complications, c'est très difficile d'établir un diagnostic dans le genre quand le patient est inconscient. »

Il fit une pause, pour laisser le jeune homme assimiler ce qu'il venait de raconter. Puis, quelque chose lui passa par la tête.

« Ah oui, je suis censé vous rassurer et vous dire que ça va aller, mais je pense qu'il vaut mieux vous dire ce qu'il en est, surtout que là on est sûrs de rien, j'estime que mentir n'aide pas du tout. »

Bon, le coup de la délicatesse du dragon dans un magasin de porcelaine, c'était fait, que manquait-il ? Le changement du bandage pouvait attendre un peu, ça ne pressait pas, mais maintenant qu'il l'avait retiré pour vérifier l'avancement des choses...

« Je vous refais le bandage ? La peau doit être sensible et laisser ça à l'air libre ne doit pas être agréable, c'est vous qui voyez... »

Il était de bonne humeur, pour l'instant, et son patient n'était pas un vieil homme ayant voulu caresser une créature dangereuse en croyant qu'il s'agissait d'un truc tout gentil, ça le changeait un peu. Il n'était pas du tout désagréable à regarder, mais le loup-garou préféra rester professionnel... pour l'instant.

Jacob G. Kenway
Jacob G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Jacob G. Kenway, le  Jeu 30 Juil - 9:58




Son rythme cardiaque se mit à suivre le tambourin qui frappait de plus en plus fort dans sa tête. N'importe qui pourrait dire qu'il s'agissait là d'un effet secondaire dû aux différents traitements qu'on lui a probablement fait prendre tandis qu'il était inconscient, mais le jeune Kenway savait que la véritable raison était tout autre. En effet, lorsque son ami lui avait laissé une lettre expliquant qu'une belle infirmière s'occupait de lui et qu'il allait bien s'amuser avec elle, il était loin d'imaginer que cette infirmière était un grizzly que l'on n'oserait même pas appeler Petrushka par peur de se faire démonter. Quoi qu'il en soit l'homme à carrure de bête qui lui faisait face ne semblait être assez compréhensif car il répondit au patient dans un grondement amusé :

    « Désolé de vous décevoir Mr. Kenway... Je ne suis que celui qui vous a sauvé la vie, alors la prochaine fois, si vous voulez faire des rencontres, dites-vous que tourner le dos à un dragon n'est pas la meilleure chose à faire. »


Outch... c'était ce qu'on appelait une deuxième brûlure. Cela se voyait que la victime était gênée par cette réponse. Purée c'était plus de la compréhension, il se foutait de sa gueule ouvertement. Et Jake n'avait aucune réponse qui lui venait en tête pour répondre à cela. Le médecin observa le jeune homme de la tête au pied tandis que celui-ci gardait sa tête choquée, la blague que lui avait fait son pote et le vent qu'il venait de se prendre n'étaient pas encore montés au cerveau. Le médicomage, qui pouvait très bien être confondu avec un monstre, fit le tour du lit où Jake était installé et s'assit derrière celui-ci. La situation était... vraiment... vraiment étrange dans la tête de l'ancien Serdaigle.

    « En soi, la brûlure n'est pas si grave que ça si on s'en occupe, le problème, c'est l'endroit brûlé. »


C'était le cas de le dire. Enfin, le sorcier réalisa un instant qu'ils ne parlaient plus de la même chose. Il était devenu beaucoup plus sérieux, ce qui d'une certaine manière était rassurant même si le Kenway s'inquiétait de plus en plus. Jake fit une grimace lorsqu'il enleva le bandage situé au niveau du muscle trapèze du brûlé. Étonnamment, l'infirmier qui, selon ce qui était indiqué par son badge portait le nom de Mkrovsk, était particulièrement silencieux lorsqu'il observait la blessure. Il apporta davantage d'information sur l'état de celle-ci :

    « En gros, la brûlure aurait pu atteindre un centre nerveux très important au niveau de la nuque et... griller littéralement votre système nerveux. On vous garde ici pour voir s'il y a des complications, c'est très difficile d'établir un diagnostic dans le genre quand le patient est inconscient.

    - De toute évidence, dit-il en faisant du mieux qu'il pouvait pour cacher sa peur.

    - Ah oui, je suis censé vous rassurer et vous dire que ça va aller, mais je pense qu'il vaut mieux vous dire ce qu'il en est, surtout que là on est sûrs de rien, j'estime que mentir n'aide pas du tout. Je vous refais le bandage ? La peau doit être sensible et laisser ça à l'air libre ne doit pas être agréable, c'est vous qui voyez... »


Sa drôle de sympathie et probablement le fait qu'il était toujours assis juste derrière Jake, ont fait que celui-ci était toujours mal à l'aise, mais lorsqu'il fit ce commentaire – qui pourtant n'avait rien de spécial – sur sa peau et lui proposa ce drôle service, l'ancien Serdaigle se sentit beaucoup plus gêné. Mais il n'avait d'autre solution. Et même si les cicatrices représentaient pour lui différents trophées, il ne pouvait pas prendre le risque de rester avec une affreuse marque de brûlure mal cicatrisée sur son dos, et non cela n'avait aucun rapport avec son désir refoulé de faire la une de Sorcière Hebdo.

    « Oui, vous avez parfaitement raison.... Heum... oui... heum je suppose que vous pouvez vous occuper de refaire mon bandage s'il n'y a vraiment pas d'autre ravissante infirmière pour le faire à votre place. »
Invité
Anonymous
Invité

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Invité, le  Sam 1 Aoû - 20:57

Son patient était visiblement très tendu et effrayé par tout ce qui se passait, sûrement le choc de la prise de conscience de son état... Ça arrivait à beaucoup de personnes. Sa première réaction face aux explications du médicomage laissait sentir une peur considérable. Le russe se demanda si cela n'était pas parce qu'il était loup-garou et légilimens qu'il pouvait ressentir facilement ce genre de choses... Surtout la peur en fait... Ça, ça devait être l'habitude avec le milieu mafieux : à force de causer la terreur dans l'esprit des gens de toutes les manières possibles, il pouvait en effet la reconnaître avec une certaine aisance.

Sa proposition était apparemment très gênante pour le sorcier brûlé... Rurik ne voyait pas trop en quoi...

- Oui, vous avez parfaitement raison.... Heum... oui... heum je suppose que vous pouvez vous occuper de refaire mon bandage s'il n'y a vraiment pas d'autre ravissante infirmière pour le faire à votre place.

Grognant à nouveau d'un air amusé, l'imposant médicomage se leva et fit à nouveau le tour du lit pour aller fouiller dans le petit placard à côté du lit du patient.

« On va éviter de faire faire n'importe quoi à n'importe qui, à la moindre mauvaise manipulation, vous écoperez d'une marque à vie, voire des complications, alors je préfère m'en charger moi-même, que ça vous plaise ou non. »

Du meuble de rangement, il extirpa un grand flacon de potion orange à la texture épaisse et visqueuse, un peu comme de la lave en fusion (mais probablement pas à la même température, sinon ça ne serait guère cohérent à utiliser sur une brûlure), ainsi qu'un petit rouleau de bandage standard. Avant de retourner derrière le patient, il le dévisagea un instant et ajouta :

« Je suis là pour vous soigner du mieux possible et vous conseiller de ne pas chercher à côtoyer des infirmières, qu'elles soient ravissantes ou non, c'est pas très bon signe en général... Et puis honnêtement, fit-il en baissant ensuite légèrement la voix, il n'y a rien de très intéressant dans cet hôpital. »

Se plaçant à nouveau derrière le Mr. Kenway, le russe lui posa une grosse paluche sur le bras afin de le bouger légèrement afin qu'il soit plus droit. Oui, il aurait pu lui demander, mais c'était moins drôle... Et puis eh ! Il était pas mal, alors bon, s'il ne pouvait pas "abuser" de son métier les seules fois où ça valait vraiment le coup, où allait le monde ?

« Je vais d'abord vous passer une potion un peu spéciale sur la zone brûlée, afin d'accélérer la guérison et permettre une disparition totale des marques. Pour l'instant il faut que ce soit moi qui l'applique, certaines zones de votre peau sont encore trop fragiles, il faut donc être prudent, mais quand ça ira mieux, n'importe qui pourra s'en charger. »

Ouvrant la fiole et vidant une partie de son contenu dans la paume de sa main, le médicomage posa le conteneur et entreprit de répartir la potion sur ses deux mains : la texture étrange de la potion lui permettait de se coller facilement à ses mains. Son utilisation était aussi très pratique, s'adaptant à la peau qu'elle touchait, elle ne pénétrait pas ce premier contact et se fixait bien pour permettre une application plus simple, agissait effectivement au second contact.

Sans se soucier de quoi que ce soit, le russe apposa une première main enduite de potion directement sur la zone brûlée de la peau du patient, sans lui faire mal, l'effet de la potion lui donnerait au pire une sensation de froid à peine désagréable. Méthodiquement, Rurik passa donc ses mains sur toute la zone de la blessure, faisant bien pénétrer la potion dans la peau. Il était assez étrange de voir un barbare comme lui faire preuve d'une attention particulière pour ses patients, surtout lorsqu'il prodiguait des soins, mais c'était comme ça, ses collègues avaient appris à s'y habituer... Et surtout à ne plus faire la moindre remarque.

« Et sinon, à part ne penser qu'aux femmes, vous faites quoi de particulier dans la vie ? »

Son ton était neutre, un brin sympathique : il essayait de faire la discussion tout en faisant attention de ne pas appuyer trop fortement aux endroits où la peau était un peu trop fragile. Le sujet de la gente féminine ne l'enchantait pas des masses, mais l'important était d'aider son patient à se détendre, non ? Déjà qu'il était pas vraiment fait pour ça au vu de sa carrure et de son caractère, ça n'allait pas être évident.
Jacob G. Kenway
Jacob G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Jacob G. Kenway, le  Dim 2 Aoû - 14:33




En guise de réponse à l'accord du Serdaigle, le médicomage poussa un grognement amusé ce qui de nouveau, rappela à Jake qu'il était probablement parenté aux ours. Ce fut suffisant pour que l'esprit facilement diverti du jeune Kenway s'interroge sur la possibilité d'une quelconque présence de grizzly en Russie. Il n'avait même pas encore regarder le nom du médecin qu'il savait déjà que celui-ci venait probablement de ce pays ou d'un quelconque pays de l'est vu le fort accent qu'il avait. Quoi qu'il en soit la comparaison mentale qu'il venait de se faire du médecin et du mammifère omnivore esquissa un sourire sur son visage, lui faisant oublié l'espace d'un instant le malaise qu'il éprouvait face à cette situation. Mkrovsk se leva et alla fouiller dans le placard situé de l'autre côté du lit tout en lui disant :

    « On va éviter de faire faire n'importe quoi à n'importe qui, à la moindre mauvaise manipulation, vous écoperez d'une marque à vie, voire des complications, alors je préfère m'en charger moi-même, que ça vous plaise ou non. »


Cet homme avait le chic pour foutre la chair de poule à Jake. Dire qu'il manquait de tact était un bel euphémisme. Le sourire moqueur qu'il avait s'envola, et l'ancien Serdaigle se tût. Le soviet finit par sortir un drôle de flacon au contenu douteux ainsi qu'un rouleau de bandage. Le brûlé fronça des sourcils, se demandant ce qu'il comptait faire avec ce machin. Le récipient contenait une sorte de potion qui lui rappelait étrangement à de la lave en fusion, ce qui était loin de rassurer le patient. Il venait tout juste d'être brûlé et on comptait le cuir un peu plus ? Jake observa suspicieusement l'imposant médicomage jusqu'à ce qu'il retrouve sa place derrière lui.

    « Je suis là pour vous soigner du mieux possible et vous conseiller de ne pas chercher à côtoyer des infirmières, qu'elles soient ravissantes ou non, c'est pas très bon signe en général... Et puis honnêtement, il n'y a rien de très intéressant dans cet hôpital. »


Qui avait dit que ce bon gros grizzly n'avait pas d'humour ? Jake ne put s'empêcher de rire lorsqu'il entendit cette dernière remarque. Mais lorsqu'il commença à le toucher, son rire devint un peu plus nerveux. Il se convainquit que cela n'avait rien d'étrange : « Mkrovsk est médecin, donc il est tout à fait normal qu'il te manipule pour que tu puisses te tenir convenablement... »

    « Je vais d'abord vous passer une potion un peu spéciale sur la zone brûlée, afin d'accélérer la guérison et permettre une disparition totale des marques. Pour l'instant il faut que ce soit moi qui l'applique, certaines zones de votre peau sont encore trop fragiles, il faut donc être prudent, mais quand ça ira mieux, n'importe qui pourra s'en charger. »


Il avait réellement l'intention de lui appliquer ce truc sur le corps là ? Jake ferma les yeux, appréhendant une quelconque douleur à venir. Il se souvenait de l'atrocité de la douleur que représentait les flammes. Et pourtant là il était question de s'occuper du mal par le mal. Alors il attendit que le moment se passa. Pourtant lorsque la main imposante du médicomage se posa sur son épaule et que l'autre vint près de son coup, il ne sentit qu'un simple froid désagréable.. ou peut être était-ce la main du toubib qui l'était ? Il commença à masser la zone brûlée et à la plus grande surprise du Kenway, il savait ce qu'il faisait.

    « Et sinon, à part ne penser qu'aux femmes, vous faites quoi de particulier dans la vie ?

    - Ma vie... Ma vie... Je suis encore en quête de moi-même. Je ne sais pas ce que je veux. J'ai pendant une certaine période été gérant des Halles Magiques – croyez moi c'est parfait pour faire des rencontres – puis je me suis plutôt concentré sur le sport, j'ai été pendant deux saisons attrapeurs de Quidditch ! Mais ça c'est fini... Je pensais à écrire un bouquin sur la science des baguettes magiques mais... Le sorcier marqua une pause. Mr Mkrovsk, n'y voyez aucune ambiguïté mais vous avez des doigts de fées ! Jake rigola. Vous jouez d'un quelconque instrument ? Du piano peut être ? »


C'était définitivement la situation la plus étrange qui lui était donnée de vivre mais Jake, immobile, se laissait être massé.
Invité
Anonymous
Invité

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Invité, le  Mar 4 Aoû - 13:49


Petit à petit, alors qu'il parlait, le grand brûlé se détendit... Un petit peu, pas assez au goût du médicomage, mais que pouvait-il faire ? Le menacer de lui briser à mâchoire à coups de poings s'il ne se détendait pas ? Cela ne risquait absolument pas d'être fructueux... Les chances de réussite flottaient près des 0%... Tellement proche qu'elles s'y raclaient copieusement, formant des petits copeaux de...de... chances ? Hmm, décidément, Rurik n'était pas vraiment net dans sa tête, il préféra donc se concentrer à nouveau sur son patient. Surtout que c'était mieux, d'être concentré... quand on faisait un truc délicat...

Heureusement, Jake répondit à la question du médicomage :

- Ma vie... Ma vie... Je suis encore en quête de moi-même. Je ne sais pas ce que je veux. J'ai pendant une certaine période été gérant des Halles Magiques – croyez moi c'est parfait pour faire des rencontres – puis je me suis plutôt concentré sur le sport, j'ai été pendant deux saisons attrapeurs de Quidditch ! Mais ça c'est fini... Je pensais à écrire un bouquin sur la science des baguettes magiques mais...  

Il marqua une pause, sans doute allait-il évoquer un côté triste de sa vie qui avait brisé tous ses rêves et l'avait empêché de continuer ses projets...

- Mr Mkrovsk, n'y voyez aucune ambiguïté mais vous avez des doigts de fées ! Vous jouez d'un quelconque instrument ? Du piano peut être ?

Ah... D'accord, ce n'était pas ce à quoi il s'attendait... C'était déjà moins triste que ce qu'il s'était mis en tête, ceci dit. Grognant d'un air amusé, il répondit :

« J'ai appris à jouer du piano, oui, mais ça fait un moment que je n'en ai pas fait... Je n'ai plus le temps... »

Bah... Pourquoi il lui racontait ça ? En général il ne le disait à personne, ou du moins l'oubliait facilement... Il jouait également d'un autre instrument : les cordes vocales, en tranchant la gorge de ses proies juste assez pour venir faire de la guitare avec l'organe de la voix... Évitons cependant d'en parler.

« Et puis j'imagine que c'est un trait commun aux médicomages... Qu'il s'agisse de manipuler quoi que ce soit ou de lancer certains sortilèges délicats, il serait embêtant de causer des catastrophes. Ou peut-être simplement que je suis doué pour les massages... »

D'ailleurs, sans s'en être rendu compte, il s'était mis à masser un peu autour de la zone brûlée. Si son patient ne voulait pas d’ambiguïté, c'était raté de son côté... Pour la forme, il remonta ses mains et frappa gentiment les deux épaules de l'homme d'une manière facilement interprétable comme "voilà, fini !".

« Hmm... Je crois que c'est bon, à moins que vous ne vouliez que je ne vous tartine tout le dos... Cette potion reviendrait un peu cher comme huile de massage. »

Attrapant sa baguette, le médicomage fit disparaître les quelques restes coriaces de la potions sur ses mains et attrapa le paquet de bandage, le déroulant et le manipulant avec aise.

« Certains de mes collègues savent faire un bandage d'un coup de baguette magique, moi je suis plutôt de la vieille école, j'ai pris l'habitude de les faire sans magie. On ne sait jamais, si un jour on se trouve dans une situation sans baguette, c'est plus fiable, j'imagine. »

Encore une excuse pour faire "contact" ? Absolument pas, le russe était bel et bien du genre tactile, mais il ne mentait pas : toutes ces années passées chez les moldus lui avaient appris à faire certaines choses sans l'usage de sa baguette, surtout quand il s'agissait de bandages ou premiers soins... Il ne comptait plus les fois où il avait été forcé de faire un bandage, que ce soit pour lui-même, un de ses sbires, ou mêmes quelques fois un de ses collègues policiers lorsqu'il s'était retrouvé en plein milieu de fusillades un brin trop... chaotiques.

« Sinon, vous avez eu un parcours un peu chaotique, non ? Gérant, puis sportif... Ça se voit, d'ailleurs... Personnellement, je ne suis pas très branché Quidditch... Je ne pense pas que ce soit un sport fait pour moi. »

Haussant les épaules, il termina de bander la blessure, visiblement habitué à ce genre de choses, serrant un peu le bandage : pour l'instant, il valait mieux qu'il y ait un contact pour que la potion fasse effet en "profondeur" avant que la guérison ne se fasse jusqu'à la surface de l'épiderme.

« Voilà qui est fait, on verra pour en faire un autre plus tard, ou demain matin à la rigueur. Évitez de faire des mouvements un peu trop amples ou brusques. »

Tournant son regard vers la porte, il demanda :

« Vous attendez d'autres visites à part votre ami l'Auror ? Je ne sais pas s'il va passer à nouveau, la dernière fois que je l'ai vu, ce Mr. Austin avait beaucoup de choses à faire... »

Comme chasser du moldu vers lequel le russe avait "redirigé" des preuves, par exemple... Mais ça aussi fallait pas le dire !

Jacob G. Kenway
Jacob G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Jacob G. Kenway, le  Mer 5 Aoû - 19:24



Jake se laissait être massé, loin d'imaginer que ce monstre de grizzly pouvait être aussi habile de ses doigts. Conscient que la situation était réellement ambiguëe, le sorcier ne sut trouver le courage de mettre fin à ce charabia. Pourquoi ? Parce que le lynx qui était au fond de lui était probablement en train de ronronner. Mkrovsk répondit à nouveau avec un grognement amusé, qui en rappelant une nouvelle fois au Kenway le rapprochement qu'il faisait, lui donna un sourire.

    « J'ai appris à jouer du piano, oui, mais ça fait un moment que je n'en ai pas fait... Je n'ai plus le temps... Et puis j'imagine que c'est un trait commun aux médicomages... Qu'il s'agisse de manipuler quoi que ce soit ou de lancer certains sortilèges délicats, il serait embêtant de causer des catastrophes. Jake rigola. Ou peut-être simplement que je suis doué pour les massages...

    - Peut être ! Si vous avez une compagne elle est à coup sûr sacrément chanceuse, si vous voyez ce que je veux dire !» Plaisanta le brûlé.


Tandis qu'il disait cela, l'ancien Serdaigle se rendit compte que son médecin massait un peu plus que la blessure elle-même. L'espace d'un instant il se demanda s'il s'agissait là d'une forme de réponse à sa question. Et ça, c'était définitivement étrange. Le pianiste reconverti remonta ses mains vers la plaie et termina le massage en frappant gentiment sur les épaules.

    « Hmm... Je crois que c'est bon, à moins que vous ne vouliez que je ne vous tartine tout le dos... Cette potion reviendrait un peu cher comme huile de massage.

    - Oh non, vous inquiétez pas j'ai de bonnes lotions chez moi. Je pourrais demander à ma mère de ramener un flacon ou deux afin de les rajouter au traitement ! Nan je déconne bien sûr. »


Il fit nul ne sait trop quoi avec sa baguette avant de poursuivre :

    « Certains de mes collègues savent faire un bandage d'un coup de baguette magique, moi je suis plutôt de la vieille école, j'ai pris l'habitude de les faire sans magie. On ne sait jamais, si un jour on se trouve dans une situation sans baguette, c'est plus fiable, j'imagine. »


Et il avait parfaitement raison. Certaines choses telles que l'expérience et le savoir faire s'avèrent être beaucoup plus efficaces que n'importe quels tour de baguette ou sortilèges. Étrangement, même si Petrushka lui semblait bien effrayant lors des premières secondes de leurs rencontres - bon en même temps le patient s'attendait à une pin-up tout droit sorti d'un magasine –, Jake se sentait entre de bonnes mains. Il en vint même à ne pas regretter de ne pas avoir fait de rencontre particulière. Bon... il était assez particulier ce grizzly, maiiis il restait sympa.

    « Sinon, vous avez eu un parcours un peu chaotique, non ? Gérant, puis sportif... Ça se voit, d'ailleurs... Personnellement, je ne suis pas très branché Quidditch... Je ne pense pas que ce soit un sport fait pour moi.

    - Boarf... Malheureusement oui. Vous voulez que je vous dise ? J'ai frôlé la mort et je sais toujours pas ce que je vais faire pour profiter de ma vie, si ce n'est d'aller dans un autre bar moldu pour en draguer quelques unes. Pour ma vie professionnelle... Je n'ose tout simplement pas donner de chances aux activités qui me motivent réellement. »


Mkrovsk termina le bandage et l'ajusta pour qu'il puisse y avoir contact entre celui-ci et la potion probablement, prouvant une fois de plus qu'il savait très bien ce qu'il faisait. Il dit enfin :

    « Voilà qui est fait, on verra pour en faire un autre plus tard, ou demain matin à la rigueur. Évitez de faire des mouvements un peu trop amples ou brusques. Vous attendez d'autres visites à part votre ami l'Auror ? Je ne sais pas s'il va passer à nouveau, la dernière fois que je l'ai vu, ce Mr. Austin avait beaucoup de choses à faire...

    - Merci Mr Mkrovsk. A priori, non je n'attends personne en particulier, mais mes parents passeront probablement, ou ma meilleure amie qui sait.... Savez-quoi ? J'vous trouvais assez étrange à première vue - faut l'avouer vous êtes vraiment intimidant – mais... au fond, vous êtes un type bien.»


Et comme si le médicomage était un pote qu'il connaissait depuis longtemps, il profita du fait qu'il soit à proximité pour lui frapper amicalement sur le bras.
Invité
Anonymous
Invité

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Invité, le  Ven 7 Aoû - 16:00


- Peut être ! Si vous avez une compagne elle est à coup sûr sacrément chanceuse, si vous voyez ce que je veux dire !

Le médicomage ne put retenir un grognement amusé : "une compagne", hein ? Voilà qui allait faire plaisir à Finrod... La remarque des lotions faillis le faire réagir plutôt violemment, mais cela était une blague... heureusement... Il ne fallait pas mettre quoi que ce soit d'autre sur ces blessures, cela serait vraiment stupide ! La discussion sur les activités professionnelles et le destin du Mr. Kenway continua donc tout naturellement.

- Boarf... Malheureusement oui. Vous voulez que je vous dise ? J'ai frôlé la mort et je sais toujours pas ce que je vais faire pour profiter de ma vie, si ce n'est d'aller dans un autre bar moldu pour en draguer quelques unes. Pour ma vie professionnelle... Je n'ose tout simplement pas donner de chances aux activités qui me motivent réellement.

Frôlé la mort, hein ? Le Quidditch était un sport assez dangereux... Si c'était de cela que le jeune homme parlait.

« À défaut de multiplier les conquêtes...parce que sinon y'en a un qui va râler... Je préfère me battre pour ce qui me semble être juste, et mon boulot de médicomage me permet de le faire, dans une moindre mesure. Pour le reste, il va falloir que je cherche encore un petit peu... donc niveau conseils, je ne pense pas pouvoir vous aider davantage. Enfin, si vous prenez l'habitude de tourner le dos au danger, évitez de le faire avec un mangemort, par exemple. »

Il grogna d'un air amusé : cet énergumène risquait en effet de pas faire long feu s'il n'arrivait pas à gérer les dangers. Franchement, un dragon, ça ne se perd pas de vue, c'est la base de la survie, non ? Le patient le remercia donc pour le bandage et lui fit quelques compliments... inattendus. Au fond, il était un "type bien" ? Alors très au fond, hein... Il était vrai que ça avait tendance à remonter à la surface quand il soignait des gens, il n'y pouvait rien.

Une frappe amicale sur le bras vint souligner les paroles du brûlé. Ah bah, si lui aussi devenait tactile, qu'il ne se plaigne pas des ambiguïtés après coup ! Jetant un coup d'œil dans la salle, il ne repéra rien de particulier à faire. Il jeta un œil au petit bloc-note qui se situais dans la poche de sa blouse de médicomage... rien non plus avant quelques heures pour le traitement d'un patient... du moins, rien à faire s'il n'y avait pas d'urgences.

« Si vous attendez de la visite, je ne vais pas m'attarder, à moins que vous ayez besoin de quelque chose... Ou que vous souhaitez discuter... J'ai du temps devant moi, pour une fois. Mais j'imagine qu'après ce que vous avez écopé, vous n'avez pas très envie de parler blessures, maladies, magie noire ou toutes les horreurs auxquelles je fais face au quotidien. »

Bah ouais, tant qu'à faire, autant rester là plutôt que devoir supporter certains de ses collègues. Il y en avait des potables, mais trop peu. Il était plutôt de bonne humeur, mais il sentait qu'à la moindre embrouille, ses poings étaient prêts à traverser un crâne... Au moins là, il risquait pas de déborder...Et en cas de souci, le patient était déjà installé.


Jacob G. Kenway
Jacob G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Jacob G. Kenway, le  Lun 10 Aoû - 0:02




    « À défaut de multiplier les conquêtes... Il marmonna quelque chose. Je préfère me battre pour ce qui me semble être juste, et mon boulot de médicomage me permet de le faire, dans une moindre mesure. Pour le reste, il va falloir que je cherche encore un petit peu... donc niveau conseils, je ne pense pas pouvoir vous aider davantage. Enfin, si vous prenez l'habitude de tourner le dos au danger, évitez de le faire avec un mangemort, par exemple. »


Jake rigola de bon cœur avec Rurik. Apparemment c'était son truc de lancer des petits piques. En même temps c'était tellement con de sa part de tourner le dos à la créature... même s'il voulait se convaincre qu'il n'y avait pas d'autre solution, se retourner et lancer une variante du charme du bouclier aurait été la situation la plus efficace, cela aurait permis non seulement de protéger son ami, mais aussi d'éviter de se faire toucher étrangement par son médicomage aux traits bestiaux.

Mais la petite blague mise à part, le Kenway souhaitait de tout cœur de trouver sa voie, il souhaitait que quelqu'un approuve chacune de ses décisions et l'encourage... du moins quelqu'un d'autre que sa mère. L'animagus ne demandait qu'un simple quelque chose: il lui suffirait d'une étincelle pour embraser le feu qui l'animerait... bon okay après y avoir réfléchi il avait eu sa dose de flammes.

Après lui avoir fait son bandage, Mkrovsk sortit un bloc-note d'une des poches de sa blouse. Il observa ce qui était écrit. En se basant sur ce que le russe lui dit juste après avoir examiné ce dit bloc-note, Jake déduisit que le nom des différents patients qu'il devait soigner y était probablement consigné.

    « Si vous attendez de la visite, je ne vais pas m'attarder, à moins que vous ayez besoin de quelque chose... Ou que vous souhaitez discuter... J'ai du temps devant moi, pour une fois. Mais j'imagine qu'après ce que vous avez écopé, vous n'avez pas très envie de parler blessures, maladies, magie noire ou toutes les horreurs auxquelles je fais face au quotidien. »

TTiens, apparemment le brûlé était lui aussi de bonne compagnie si ça ne lui dérangeait pas plus que ça de rester bavarder avec lui. À moins qu'il s'agissait là un prétexte de plus pour avoir l'occasion de le toucher ? Quoi qu'il en soit, Jake voulut prendre le risque... Il ne voulait pas rester seul, il n'aimait pas ça. Et dans tous les cas si le médicomage avait prit la décision de s'en aller, il serait parti emmerder le patient qui, à en juger par les marques sur les parties visibles de son corps, s'était fait attaquer par quelques strangulots. Et bon c'était pas forcément ce qui avait de mieux pour ce pauvre patient, car du haut de ses 24 ans, Jake se comportait parfois comme un adolescent. Il se décida de dire :

    « Et bien si vous n'avez rien à faire vous pouvez rester. Par contre je suis extrêmement curieux alors ne pensez pas que cet argument suffira à m'effrayer. À dire vrai, ces sujets me passionnent... dîtes m'en plus. Les cas d'urgences sont-ils si fréquents ? Parlez moi de la pire situation à laquelle vous avez du faire face. »
Invité
Anonymous
Invité

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Invité, le  Mar 11 Aoû - 11:43

Il était facile d'imaginer Rurik comme un énorme asocial, se contentant du minimum d’interactions avec qui que ce soit... Mais ce n'était pas le cas, surtout lorsqu'il était à Sainte-Mangouste. Bien évidemment, ça ne l'empêchait pas d'être complètement flippant, absolument nul lorsqu'il fallait rassurer ou réconforter qui que ce soit, capable de s'énerver à une vitesse alarmante si un patient faisait un peu trop de zèle malgré son état ou encore envoyer paître un collègue s'il estimait que celui-ci était en train de faire une erreur.

- Et bien si vous n'avez rien à faire vous pouvez rester. Par contre je suis extrêmement curieux alors ne pensez pas que cet argument suffira à m'effrayer. À dire vrai, ces sujets me passionnent... dîtes m'en plus. Les cas d'urgences sont-ils si fréquents ? Parlez moi de la pire situation à laquelle vous avez du faire face.

Grognant d'un air amusé, le lycanthrope songea tout de même aux nouveaux médicomages fraîchement débarqués qui croyaient pouvoir faire face à toutes les situations en ayant avalé tous les livres possibles et imaginables... grave erreur.

« Tant mieux si ça ne vous dérange pas, il ne manquait plus que vous ayez également écopé d'un traumatisme... »

Il tira une chaise près du lit du patient et s'y installa, ignorant le léger grincement synonyme de complainte de la part de l'objet.

« ...Pour vous répondre, les cas d'urgence sont très fréquents, la magie ne pardonne pas ceux qui l'utilisent pour tout et n'importe quoi, surtout de manière stupide. Accidents de métamorphose, enchantements instables, application de charmes inadaptés au corps humain... Les gens arrivent toujours à me surprendre. Le plus frustrant doit être le fait que nous on a pas vraiment le droit à l'erreur, alors que tous ceux qui viennent ici en ont fait, que ce soit dans le cadre de leur travail ou non... »

L'imposant sorcier haussa les épaules... De toue manière, il ne s'autorisait pas les erreurs, c'était contre sa nature, gravé dans son esprit depuis trop longtemps : au sein de la mafia ou au sein de la police, une erreur et l'on repartait les pieds devant.

« Et pour la pire situation... laissez-moi voir... Probablement les grands blessés par magie noire. Il n'y a rien de plus efficace que ça pour foutre en l'air le corps, l'esprit et la magie. De nombreux sorciers et sorcières sont tentés d'y toucher, et finalement ils s'y brûlent les doigts. Faut pas déconner avec la magie noire, ça a plus de chances de vous péter à la figure qu'à réaliser les rêves plein de puissance, d'argent, de conquêtes ou toutes les conneries dans le genre... »

Oh, mais c'est qu'il faisait son moralisateur, maintenant ? Parlait-il en connaissance de cause ? Partiellement... Lui et la magie noire avaient quelques histoires communes, mais rien de bien poussé. Une analyse plus qu'autre chose de la part du médicomage : n'était-il pas connaître un minimum ce qu'il devait soigner ? C'était l'excuse qu'il utilisait pour se sentir bien... Car il ne savait absolument pas pourquoi il touchait à ces arts interdits à part ça : le pouvoir ? Bof... L'argent ? Déjà qu'il s'emmerdait avec une fortune moldue issue de la mafia... les conquêtes ? Haha, bonne blague !

« Je pense que le pire, c'est de convaincre quelqu'un qu'il a besoin d'aide, en fait... J'avais un patient occlumens qui refusait de se faire traiter d'une affection magique, il fermait complètement son esprit et ne voulait pas la moindre assistance. On n'a rien pu faire... »

Il n'était triste, noooon, juste déçu... Blasé que les gens soient stupides. En fait, quand il perdait un patient, ça le faisait chier, c'était souvent parce qu'il n'avait pas eu le temps d'essayer suffisamment de choses.

« Je crois que c'est partout pareil en fait, les clients récalcitrants qui vous donnent envie de leur planter votre poing en travers du crâne... La hantise de tout job, vous ne pensez-pas ? »

Jacob G. Kenway
Jacob G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Jacob G. Kenway, le  Mer 12 Aoû - 22:32



Son côté érudit, cette part de lui qui était constamment à la recherche de nouvelles connaissances se réveillait. C'était ce même côté là qui l'avait d'une certaine manière mené jusque ce lit. D'une manière c'est assez triste d'avoir une qualité prédominante qui bien souvent n'apporte que le mal chez soit malgré le plaisir qui l'accompagne. Épicure, un philosophe et sorcier de l'Antiquité grecque, appelait cela les désirs vains : les désirs qui dans leur accomplissement mêlaient souffrance et satisfaction. Selon lui, il s'agissait là des principaux désirs à éviter, mais l'Animagus n'y pouvait tout simplement rien, cette soif de savoir avait guidé sa vie depuis son enfance, sans cela, il n'aurait jamais été choisi chez les aigles et Dieu sait vers où il aurait du s'en aller. Le fil de pensée du Serdaigle vagabondait encore plus loin lorsque Rurik finit par répondre :

    « Tant mieux si ça ne vous dérange pas, il ne manquait plus que vous ayez également écopé d'un traumatisme... »


Jake n'était pas sûr d'avoir compris ce qu'il insinuait par là. Si le brûlé avait un traumatisme cela aurait influencé différemment son jugement ? Le sorcier l'observa quelques secondes. Et c'est avec un peu de recul qu'il comprit tout le sarcasme qui pesait dans ses mots, le traumatisme aurait eu lieu probablement à cause du médecin... Il avait un humour décalé mais ça restait de l'humour, alors le sorcier sourit, attendant avec impatience ce que le russe avait à lui apprendre. Celui-ci tira une chaise près du lit avant de continuer.

    « ...Pour vous répondre, les cas d'urgence sont très fréquents, la magie ne pardonne pas ceux qui l'utilisent pour tout et n'importe quoi, surtout de manière stupide. Accidents de métamorphose, enchantements instables, application de charmes inadaptés au corps humain... Les gens arrivent toujours à me surprendre. »


Le sorcier comprenait parfaitement ce dont voulait parler le médicomage. S'il y a bien une chose que ces vingt-quatre dernières années ont montré à l'héritier de la famille Kenway, c'était qu'il n'y avait d'égale à la bêtise humaine. Jake le savait pertinemment, il baignait de temps, sauf que lui, cela dépendait de lui, c'était son choix. Il montrait une facette de lui à tous afin que personne ne puisse comprendre réellement ce qu'il se cachait derrière tout ce superflu.

    « Le plus frustrant doit être le fait que nous on a pas vraiment le droit à l'erreur, alors que tous ceux qui viennent ici en ont fait, que ce soit dans le cadre de leur travail ou non... Et pour la pire situation... laissez-moi voir... Probablement les grands blessés par magie noire. Il n'y a rien de plus efficace que ça pour foutre en l'air le corps, l'esprit et la magie. De nombreux sorciers et sorcières sont tentés d'y toucher, et finalement ils s'y brûlent les doigts. Faut pas déconner avec la magie noire, ça a plus de chances de vous péter à la figure qu'à réaliser les rêves plein de puissance, d'argent, de conquêtes ou toutes les conneries dans le genre... »

La magie noire... D'une certaine manière il pouvait comprendre ces personnes qui tentaient, qui trempaient leur âme dans cette matière obscure et inconnue, parce qu'il avait toujours eu ce sombre désir de l'exploiter, afin de mieux la comprendre et la maîtriser. Mais il n'avait jamais tenté. Parce que, quand bien même il voulait le contrôle, il voulait aussi un corps qui restait (im)parfait, une âme qui restait (im)parfaite.

    « Je pense que le pire, c'est de convaincre quelqu'un qu'il a besoin d'aide, en fait... J'avais un patient occlumens qui refusait de se faire traiter d'une affection magique, il fermait complètement son esprit et ne voulait pas la moindre assistance. On n'a rien pu faire... »

Le jeune blessé eut un pincement au cœur en pensant à cela. Il ressentait une profonde compassion, souffrant ainsi avec cette personne qu'il n'avait pourtant jamais connu. C'était affreux, l'idée qu'une personne puisse être perdue loin de ce monde dont nous avons consience et qui pourtant par peur ou par obstination refusait qu'on lui guide vers le droit chemin. C'était poignant.

    « Je crois que c'est partout pareil en fait, les clients récalcitrants qui vous donnent envie de leur planter votre poing en travers du crâne... La hantise de tout job, vous ne pensez-pas ?»


C'est probablement à ce moment que Jake eut enfin la confirmation de ce qu'il soupçonnait depuis le début de leur conversation : ce mec AVAIT UN GRAIN. Et le Kenway adorait ça alors il ne put que rire en approuvant ce qu'il disait, car d'une certaine manière il pensait exactement comme lui. C'était certes malsain mais il fallait l'avouer, il existait un bon grand nombre de personnes qui parfois mérite que l'on remette leur pendule à l'heure.

    « Oh dieu que oui ! Qu'est-ce que ça peut être exaspérant. Du coup si vous êtes toujours ici c'est que cela prouve que soit, vous avez énormément de patience, soit il n'y a jamais eu personne pour pouvoir témoigner de ce que vous avez plus le faire, ceci qui par la même occasion prouve que vous êtes doués pour cacher les corps. Il rit. Sous vos airs de bons gros nounours je suis sûr que vous en êtes capable. » Bien sûr, il plaisantait... ou pas. Qui sait réellement ?
Invité
Anonymous
Invité

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Invité, le  Jeu 13 Aoû - 19:11

Le patient écoutait le médicomage, visiblement très intéressé et curieux. La curiosité n'était pas une mauvaise chose, il suffisait juste de faire attention à ne pas se casser les dents sur un mur en croyant qu'il s'agissait d'un accès magique comme celui de la voie 9 3/4. Oui cette métaphore était valide !

Lorsqu'il eut terminé ses longues explications sur ses expériences diverses et variées, le Mr. Kenway se mit à rire... Rire ? En quoi c'était marrant la mort et la stupidité des gens ? Ce devait être la manière dont il avait raconté ça... Pourtant, Rurik et les blagues, ça faisait au moins quinze.

- Oh dieu que oui ! Qu'est-ce que ça peut être exaspérant. Du coup si vous êtes toujours ici c'est que cela prouve que soit, vous avez énormément de patience, soit il n'y a jamais eu personne pour pouvoir témoigner de ce que vous avez plus le faire, ceci qui par la même occasion prouve que vous êtes doués pour cacher les corps. Sous vos airs de bons gros nounours je suis sûr que vous en êtes capable.

Quelle douce chose que la réalité, quelle douce confusion que ces approches des apparences : il ne fallait pas se fier aux apparences, sauf quand elles étaient bien représentatives de la personne à laquelle on avait affaire... Seulement, comment le savoir avant qu'il ne soit trop tard ? Rurik jouait beaucoup sur cela et ça avait tendance à l'aider.

À Sainte-Mangouste, il n'y avait aucun danger pour qui que ce soit : il y faisait son travail, du mieux qu'il pouvait, et il aimait ça. Une fois sorti de l'hôpital, les choses prenaient une toute autre tournure, et les possibilités étaient aussi multiples que diverses. Si seulement ce Jake savait... Une brûlure de dragon était tellement plus douce à côté de ce dont le mafieux était capable.

« On m'a suffisamment taquiné sur mon apparence pour que je n'y prête plus attention, Mr. Kenway... fit-il en soupirant légèrement. Il m'est déjà arrivé de sérieusement blesser des gens, mais en général je guéris les gens, je ne m'en prends pas à eux. »

Haha, la bonne blague, il fallait remercier ses années de pratique de l'Occlumancie pour parvenir à débiter de si grosses énormités tout en ayant l'air parfaitement sincère... Sa passion pour la médicomagie aidant un peu. Il sentit alors une pulsation au niveau de sa poche : en retirant à nouveau le bloc-note magique, il vit que des inscriptions étaient apparues sur la couverture, habituellement vide à part pour le symbole de l'hôpital.

« Ah... Des complications... venin de fangieux. Je suis sûr qu'ils lui ont encore donné cette foutue potion de Moldpeck, je leur ai dit mille fois qu'elle ne faisait qu'atténuer et camoufler les dégâts, donnant le temps au venin de se propager dans tout le corps. »

Grognant d'un air agacé, il se releva donc de sa chaise, envoyant une réponse par l'intermédiaire de son bloc-note d'un coup de baguette magique. Eh oui, les médicomages préféraient s'envoyer des messages beaucoup plus rapide que ces notes de service au Ministère : quand la vie de personnes étaient en jeu, il valait mieux éviter de perdre du temps, non ?

« Je vais devoir vous laisser, Mr. Kenway, il était évident que mon temps libre allait être sauvagement assassiné à cause d'incompétents qui pensent avoir toutes les réponses. C'est bien beau d'avoir une spécialité, mais si personne ne vous écoute... Enfin bon, je vous conseille d'essayer de ne pas trop rester allongé sur le dos, je viendrais vous refaire le bandage ce soir, et si votre peau a bien réagi à la potion, vous sortirez d'ici demain en fin d'après-midi. Vous avez eu de la chance, évitez juste de vous retrouver encore ici... La prochaine fois je fais payer la séance de massage. »

Une autre grognement plus tard, il rangea la chaise et salua le jeune homme d'un signe avant de se diriger vers la porte : la pause était finie, au boulot !

Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Ulysse Daiklan, le  Lun 14 Aoû - 15:31



Ebenezer & Ulysse
© Never-Utopia

C’est moche un hôpital. Du genre vraiment. Vous aviez jamais remarqué ? C’est tout blanc, tout vide, les seuls trucs colorés qu’on voit c’est du rouge quand les patients saignent, et du vert quand ils vomissent. Pas génial comme environnement. Et je n’observe pas ça pour me distraire, pas du tout. Pas du tout pour essayer d’oublier la douleur non non non. D’ailleurs j’espère qu’il n’y a pas d’Aurors par ici parce que je dois clairement faire un attentat à la pudeur.  Je veux dire, normalement on n’a pas le droit de se balader torse nu. Sauf qu’il ne restait qu’une manche à mon pull donc autant vous dire que je l’avais rapidement enlevé. Ah et une partie de mon pantalon manquait aussi.

Le pire, c’est que j’aimerais bien me rhabiller, mais je ne peux pas. Pour la simple et bonne raison que ça ferais trop mal. Déjà c’est une infirmière qui a dû m’enlever la manche restante parce que je suis incapable de bouger le bras droit. Et je ne peux même pas m’asseoir à cause de ma jambe et éviter une infection, génial quoi.

En plus vous auriez vu la tête du secrétaire quand j’ai expliqué le truc à l’accueil. Je vous jure, c’était marqué dans ses yeux le mépris qu’il avait genre: « Eh bah lui, il a pas inventé l’eau chaude. ». C'est seulement après avoir très longuement -trop longuement- soupiré qu'il m'a répondu.

- Premier étage monsieur. Un Médicomage va vous recevoir.



Ce qu’il s’est passé ? Oh bah il s’est passé que je me baladais en forêt avec des potes Gryffonds, et qu’on a vu des pierres vertes un peu cachés. Sauf qu’une des filles de notre groupe m’a dit que c’était des gousses de Snargalouf, et que ça valait cher. Donc, sans même réfléchir, je suis allée chercher ces trucs. Alors oui, effectivement je dors en cours de botanique, et oui je fais des trucs cons pour impressionner les filles. Mais je pouvais pas deviner que cette plante du diable allait commencer à sortir des tentacules pleins d’épines pour me fouetter!  Je sais pas trop comment mais l’une des tentacules me retenais par le bras pendant que les autres m’attaquaient. C’est seulement au bout d’une trentaine de secondes que l’un de mes potes me pris l’autre bras et tira un grand coup dessus pour me dégager.  Et du coup grâce à ça, j’ai le bras droit en charpie avec de très longues traînées de griffures tout le long, tandis que mon torse, mon dos et ma jambe étaient très amochés.
Mais du coup les filles étaient hyper impressionnées et m'ont fait des bisous magiques!... Ok non pas du tout. Elles se sont juste moquées de moi avant que je ne me sauve en transplannant à St Mangouste.  

D'ailleurs, je ne pense pas avoir besoin de le préciser mais j’ai mal. Je suis forcé de rester debout, à moitié nu, au milieu d’un hôpital glauque pour attendre qu’on me soigne. Mon corps va mal et mon égo va mal. Meilleur journée de ma vie sans déconner. Mais bon, j’espère que le Médicomage se payera pas trop ma tête. Je sais, il y a de quoi. Mais l'espoir fait vivre.
Ebenezer Lestrange
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Ebenezer Lestrange, le  Mar 29 Aoû - 23:47

Service des blessures par créatures vivantes... Rien que le nom du domaine était une blague: y-avait-il vraiment besoin de préciser que les créatures étaient vivantes ? Il manquait peut-être d'imagination mais il ne voyait pas comment on pouvait être blessé par une bestiole morte sauf si on l'avalait de travers. Et si Ebenezer aimait bien les animaux dans la mesure où ces derniers ne lui jacassaient pas dans les oreilles des le matin, il n'était pas forcément fan des morsures/piqûres/griffures. Il trouvait cela très répétitif en réalité et aurait adoré écoper d'un autre service pour sa période de stage. Il n'avait pas trop râlé: il jouait à l'élève modèle pour pouvoir faire ce qu'il voulait plus tard.

A la dixième morsure de croup, le sorcier était rodé en guérison de plaies ouvertes. Il suffisait de quelques sorts, d'une potion pour la douleur et des conseils basiques sur l'hygiène pour lutter contre les infections. Tout ça à faire avec un semblant d'amabilité pour que le patient excuse plus facilement oubli, retard et erreur médicale. Rodé mais pas épanoui, il se foutait du sang partout, les patients râlaient et bougeaient et le médicomage qui le surveillait pour vérifier ses gestes était le monsieur le plus aimable du monde. Ebenezer avait à peine commencé sa journée qu'il avait envie de tout brûler. Il renvoya une vieille dame en lui faisant promettre d'arracher les canines à son molosse et eut droit à une pause café d'environ dix secondes : temps que mit le patient suivant à arriver.

Un jeune cette fois, un mec encore à Poudlard à tous les coups, genre dernière année. Il n'avait pas la tête désespérée de quelqu'un lancé dans les études supérieures ni d'un travailleur. Le veinard. Il était amoché et à moitié nu aussi. Ebenezer le toisa de haut en bas avant d'esquisser un petit rictus méprisant ce qui lui rapporta un regard noir de la part de son supérieur. Oups. Il fit signe au nouveau venu de s'installer sur la table de consultation et sortit le formulaire habituel.

- Alors il va me falloir votre nom, votre âge et une brève description de ce qu'il vous est... Regard appuyé sur le bras droit du type. ... arrivé.

Une fois qu'il eut rempli les papiers, Ebenezer sortit sa baguette. Il ne savait pas trop par où commencer. Il aurait bien coupé le bras mais c'était un peu trop radical comme mesure. Dommage, il aurait bien aimé donné un bras à toucher à Lizzie pour qu'elle devine ce que c'était. Non, il ne se moquait pas des handicapés, juste des Bennet (ce qui était certainement synonyme en fait). Mais là c'était pas Bennet, c'était... Il relut le nom sur le formulaire.

- C'est où que vous avez le plus mal ?

Comme ça il finirait par là.
Contenu sponsorisé

Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes Empty
Re: Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 Premier étage : Service des blessures par créatures vivantes

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.