AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 4
Canada
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Artemis Lhow
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor

Re: Canada

Message par : Artemis Lhow, Jeu 27 Avr 2017 - 22:52


La magie d'un instant

avec Elly Wildsmith

Torrent, cascade, déluge ... les mots sont nombreux mais aucun ne saurait décrire parfaitement la beauté des chutes du Niagara.

Dans un craquement inaudible dans la brouhaha ambiant, deux jeunes gens apparurent sur l'un des ponts du Niagara. Magie du décalage horaire, alors qu'ils partaient en fin de soirée du Chemin de Traverse, le matin peinait à se lever sur ce coin du Canada. L'air frais et humide avait le pouvoir de réveiller les sens et de rappeler à Artemis que sa compagne était peut-être trop légèrement vêtue pour une telle ambiance.

Sans mot dire, il ôta sa veste et lui passa sur les épaules, laissant par la même occasion sa main sur la dite épaule. Il se rapprocha d'elle et l'entoura de ses bras, observant sa réaction face à un tel spectacle.

- Magnifique n'est-ce pas ?

Il avait presque crié pour se faire entendre et n'était même pas sûr qu'elle avait entendu ces propos. Mais nul besoin de mots, ils étaient la, ensemble, c'était suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Canada

Message par : Elly Wildsmith, Dim 30 Avr 2017 - 0:31


Une fin de soirée idéale, et un nouveau jour qui se levait sur le couple. Ils avaient transplanés à la destination voulue par Artemis, à l’autre bout du globe. Elly appréciait la magie de l’instant. La beauté de l’endroit. Néanmoins, elle ne put retenir un long frisson. Le fond de l’air était particulièrement froid et sa robe, bien qu’idéale pour la soirée à l’Occamy Doré, s’avérait un peu léger.

Et comme pour répondre à son frisson, Artemis enleva sa veste et lui posa sur les épaules. Elle sentait sa main, encore présente sur son épaule et ce contact lui fit un bien fou. Comme s’il avait le pouvoir de la réchauffer instantanément. Elle se blottit un instant contre lui, hochant la tête à sa question. Bien sûr que ce paysage était magnifique, elle n’avait jamais rien vu d’aussi beau.

Le froid devenant trop mordant pour la jeune femme, elle attrapa sa baguette et avec un sortilège bien placé, la robe se changea en jean gris et en polaire bien chaude noir. Passe partout, confortable, et surtout, très très chaud. Parfait pour la jeune femme donc.

Alors qu’elle aurait pu garder une certaine distance avec Artemis elle attrapa sa main et la passa par-dessus son épaule, se blottissant contre lui, la tête au creux de son épaule. Elle était bien ainsi, à partager sa chaleur corporelle devant le spectacle saisissant que la nature leur offrait, tel une offrande de Dame Nature, ainsi posait dans son écrin. Pour le simple bonheur de la contemplation du couple.

- C’est vraiment magnifique. Pourquoi as-tu choisi cet endroit ?

Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Canada

Message par : Artemis Lhow, Lun 1 Mai 2017 - 18:40


Alors que le jeune homme s'attendait à ce que sa belle prenne un peu ses distances avec lui une fois qu'elle avait changé sa robe en une tenue plus chaude, il fut surpris de voir que, au contraire, elle restait blottit contre lui allant même jusqu'à poser sa tête sur son épaule. Alors qu'elle lui demandait pourquoi il avait choisi cet endroit plus qu'un autre, Artemis prit le temps d'observer la jeune et douce Elly. L'amour et la tendresse se lisait dans ses yeux.

Alors qu'ils n'avaient rien partagé, si ce n'est un verre et du Veritaserum, le jeune homme se sentait étonnamment bien aux côtés de sa brune. Elle avait ce pouvoir enivrant de capter votre attention, de vous attirer à elle et de vous enserrer dans ses griffes plus surement qu'une vélane ne saurait le faire. Ses griffes, qui en réalité n'étaient autres que ses petits bras frêles. Le regard perdu entre les chutes et les yeux de sa belle, Artemis prit le temps de déposer un baiser au coin des lèvres de sa compagne avant de lui répondre.

- Comme je te le disais en début de soirée, j'ai eu l'occasion de beaucoup voyager ... et cet endroit est sans nul doute le plus bel endroit qu'il m'est été donné de voir. Mais très honnêtement, je pense que n'importe quel bourbier me paraitrais sublime en ta compagnie, aussi je crains de ne pas être objectif.

Un sourire amusé, Artemisnota à soi même de toujours garder une fiole d'antidote pour le Veritaserum sur lui désormais. Il n'aurait sans doute pas du boire le contenu de la fiole dans son intégralité...
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Canada

Message par : Elly Wildsmith, Ven 5 Mai 2017 - 21:31


Cadeau :kiss:

Un regard sur lui et la chaleur se propagea entre eux deux. Un sentiment de douceur, de tendresse qu’elle n’avait ressentie chez personne d’autres jusqu’à présent. Elle lui offrait ce qu’elle n’avait jamais offert à quelqu’un d’autre, un sourire franc, un sourire sincère. Sans sous-entendus, sans filtre. Et il lui renvoyait ce regard empli de tendresse et de douceur.

Alors que son regard à lui oscillait entre les splendides chutes et les yeux d’Elly, cette dernière ne regardait que lui, berçait par le bruit étourdissant de l’eau se fracassant aux pieds des falaises. Spectacle divin dont la beauté lui coupait le souffle. Elle se sentait bien ainsi, blottie contre lui qui la tenait fermement, comme s’il ne voulait pas qu’elle s’en aille, ce dont elle n’avait absolument pas envie. Et comme pour répondre à ses pensées, il déposa au coin de ses lèvres un baiser dont elle aurait voulu conserver le gout davantage de temps encore.

Elle répondit avec un sourire, puis accrochant ses bras à sa nuque, elle glissa quelques mots à son oreille, un sourire aux lèvres « Je crois que le Veritaserum fait encore beaucoup effet ». Elle plongea ensuite son regard dans le sien, échangeant avec lui mille pensées, mille désirs. Le rouge lui montait aux joues à l’idée qu’elle venait d’avoir, mais elle était prise dans la magie de l’instant et ne réfléchissait pas vraiment aux conséquences. « Je pense que tu devrais arrêté de parler »

Et sur ses mots elle pose ses lèvres contre les siennes, inhalant la puissance de son parfum, sentant cette intensité qui lui prenait les tripes et dont elle ne saurait se départir.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Canada

Message par : Artemis Lhow, Mar 9 Mai 2017 - 13:11


I See Fire

Répondant à son baiser, Elly accrocha ses bras autour de la nuque du jeune homme, un sourire radieux, sincère et beau lui étirant les lèvres. Elle lui glissa quelques mots qui le firent sourire, lui intima gentiment de se taire et, alors que ses joues prirent des couleurs, déposa sur les lèvres du rouge et or un baiser dont il ne saurait décrire la saveur.

C'était à la fois le feu et l'eau, douceur et violence, calme et tempête, intime et fougueux ... ses lèvres se détachèrent lentement de celles du jeunes homme. Il déposa ses mains sur les hanches de la demoiselle et vint poser son front contre le sien, les yeux à demi-clos. Il respirait l'air, inspirait son parfum, doux mélange exotique qui vint titiller les narines du jeune homme.

« Il ne me semble pas t'avoir vu en prendre toi aussi ... » avait-il dit, un sourire aux coins des lèvres.

N'attendant aucune réponse, il ne lui laissa pas le loisir d'en apporter une. Il remonta sa main droite de sa hanche à sa douce chevelure et lui rendit son baiser avec une intensité non dissimulée. Caressant ses cheveux, il enserra sa belle de son bras libre, laissant à leurs lèvres respectives le loisir de faire connaissance.

Sensation exaltante d'un moment que l'on ne veut briser et dont Artemis se souviendrait certainement pour les décennies à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Canada

Message par : Elly Wildsmith, Mer 24 Mai 2017 - 0:31


Il tentait de répondre sur le même terrain de jeu qu’elle, taquinerie sortie afin de faire chavirer le cœur de l’Auror. C’était une technique admirable, Elly trouvait cela mignon au possible en vérité. Ces jeux, ces moments passés avec lui était une formidable porte de sortie à l’angoisse de sa vie et de sa routine quotidien. Métro, boulot, dodo. En terme sorcier, cela se résumerait à boulot, dodo, le métro étant évité avec le transplanage – et la narratrice d’Elly pense que les sorciers ont vraiment beaucoup de chance !

Elle se laissa attirer à lui, comme éprise d’une force qu’elle ne se connaissait pas, perdue dans la naissance des sentiments nouveaux qu’elle ressentait. Elle sentit sa main remonté de sa hanche jusqu’à sa nuque, ses mains s’accrochant à ses cheveux, laissant sur la peau de l’Auror un délicieux frisson d’extase. Un baiser fougueux, presque amoureux.

Et lorsqu’était venu le moment de la séparation – histoire de respirer un peu tout de même – elle le regardait avec un sourire joueur, revenait sur le Veritaserum « Je n’en ai pas pris … mais visiblement MOI je n’en ai pas besoin pour que l’on me fasse confiance, Monsieur Lhow. »
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Canada

Message par : Artemis Lhow, Ven 26 Mai 2017 - 15:46


La jeune femme se dégagea doucement de son étreinte après quelques minutes et plongea son regard dans les yeux du jeune homme. Sa remarque lui arracha un sourire  et il répondit doucement.

« Peut-être suis-je trop confiant ? Ou peut-être es-tu trop suspicieuse ... quoi qu'il en soit, l'un dans l'autre, nous avons tord tous les deux. Pour ta part, tu peux plaider la déformation professionnelle ... »

Il reporta son attention le paysage quelques instants, laissant vagabonder ses pensées et réprimant un frisson. Il reprit son observation de la jeune Auror et laissa son regard fondre sur chacun des détails qui formait son minois.

Il savait que la soirée touchait à sa fin et qu'ils devraient prochainement se séparer. Mais il n'en avait pas envie, il aurait souhaité rester là, à ses cotées, sans que rien ni personne ne vienne interférer. Rêve utopique il le savait, mais rêver était permis lorsqu'on se trouvait aux chutes du Niagara.

Pour un peu, il sortait un Gallion de la poche et le jetait dans l'eau pour que son vœux se réalise. Mais rares étaient les fontaines de pouvoirs en ce monde et aucune ne se trouvait à porter de main. Il lui faudrait donc compter sur sa chance et sur l'honnêteté de la demoiselle. Puisse son cœur ne pas s'être trompé...

Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Canada

Message par : Elly Wildsmith, Dim 28 Mai 2017 - 23:56


Elle accrocha un sourire lorsqu’il prononça sa dernière phrase. Déformation professionnelle, oui très certainement. Son sourire s’agrandit alors et elle confirma d’un léger hochement de tête « En effet, disons que je plaide pour la déformation professionnelle, mais je ne suis pas sûre que ce soit un atout ».

Elle plongea à nouveau ses iris dans les siennes, reflet divin de ses sentiments, elle le voyait. Leurs rencontres successives étaient étrange, particulièrement belles, sans savoir vraiment pourquoi. Peut-être enjolivait-elle les sentiments qu’elle pouvait ressentir ? Se sentant vivante pour la première fois depuis longtemps. L’entraînement pour devenir Auror n’était pas la meilleure des choses pour faire des rencontres ou pour développer un quelconque lien social.

- Il va falloir que j’y aille, je ne sais pas … combien de temps à passé depuis qu’on est ici …


Sous-entendu pour dire qu’elle n’avait pas vu le temps passé à ses côtés, qu’il avait complètement occulté le reste de ses pensées, jusqu’à en oublier même son travail. Elle déposa un rapide baiser sur ses lèvres, esquissa un dernier sourire et transplana direction Londres.

- Départ d’Elly –
(Merci :kiss:)

Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Canada

Message par : Artemis Lhow, Lun 29 Mai 2017 - 17:04


Le jeune femme avait-elle lu dans ses pensées ? Quoi qu'il en soit, elle annonça son départ ... inévitable et je restait là, debout devant elle lorsqu'elle déposa sur mes lèvres un dernier baiser surplombé d'une esquisse de sourire avant de disparaitre en un magnifique tourbillon de couleurs lumineuses qui faisaient battre mon cœur.

La soirée a été longue et peine de rebondissement. Qui sait quand je la reverrai maintenant et dans quels conditions ? Rien ni personne ne pourrait me le dire, ne me restait qu'à attendre une nouvelle opportunité ou à provoquer ma chance... je n'ai jamais été très doué à ce petit jeu.

Un dernier regard vers les chutes, une dernière bouffée d'air et un léger tournoiement sur moi même, il est l'heure de rentrer ...

Artemis et Elly étant partis, le sujet est libre !
Merci à toi :*

Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Canada

Message par : Asclépius Underlinden, Sam 15 Juil 2017 - 18:13


PV avec Max Valdrak
L.A. mutuel accordé pour toute la durée du RP

Souvenirs vagues, flous et indistincts d’une nuit où, avec le frangin favoris, ils avaient tentés d’entrer en communion avec les grands esprits de Coherencia et Respectus : deux éminent mages noirs portés disparus depuis bien longtemps. Ça avait vite tourné au chaos. Pourtant, ça avait bien commencé : de la grenadine, l’assurance de celui qui s’y connaissait de la part d’Ebenezer (après tout, Kholov l’avait mis à la porte à cause de ça) et même un sacrifice adéquat ! Genre, une bestiole plus grosse qu’un boursouflet et probablement moins mignon, puisque ça transportait la rage ces trucs-là : un écureuil.
Ecureuil qui leur en avait fait voir de toutes les couleurs. Principalement du rouge d’ailleurs, jusqu’à ce qu’ils ne voient plus grand-chose, à cause d’un coma collectif provoqué par la percussion de gros grimoire et d’un tabouret sur leurs caboches respectives.

Et avec tout ça, la bestiole s’en était tiré avec juste une égratignure au flanc, et les esprits des deux mages avaient probablement préférés resté sous terre en voyant leur Position Latérale de Sécurité respective… ça n’avait été ni brillant, ni glorieux cette histoire. Bien moins que l’entraînement aquatique de Carpaccio, y avait pas photo.


Mais le détail le plus intriguant dans cette affaire, c’était le bout de papier qu’il avait retrouvé dans son poing, à son réveil. Un bout de papier, écrit de la main de sa cousine (qu’il n’avait pas revue depuis qu’il avait quitté Poudlard, soit depuis deux ans), l’invitant à se rendre dans un trou paumé du Canada. A croire que l’esprit pratique n’était décidemment pas un gêne familial ; parce que des trous paumés au Canada… Y en avait plein. C’était immense comme territoire, peuplé principalement d’ours et de bûcheron, de son humble avis d’européanocentré.
Pis, pourquoi une forêt au Canada précisément ? Si elle voulait une forêt, bah y en avait une au Schleswig-Holstein, précisément. Et en plus, le château familial y était planté. Elle aurait pu faire connaissance avec tonton comme ça : belle réunion en perspective, surtout au vu de ce qu’il avait appris sur cette autre tante dont personne ne parlait jamais… Enfin… Encore moins que la précédente : c’était bien de préciser.

Ce bout de papier expliquait donc la raison de sa présence en ces lieux peu commodes, pour l’être humain à constitution fragile qu’il était, malgré son patrimoine sorcier. Il aurait bien demandé des renseignements aux habitants du village mentionné sur le bout de papier, mais bon… Lui et la sociabilité, hein… Surtout que personne n’avait voulu lui parler, à partir du moment où sa belle Xenia avait fait son apparition. Tendre amie écaillée qui avait l’habitude de s’entourer autour de son cou, ou de se coller à sa peau, car sa chaleur corporelle était légèrement au-dessus de la normale. Pour une fois que sa fièvre était bénéfique, il n’allait pas se plaindre.

Du coup, il ne s’était pas vraiment attiré la sympathie des villageois… Et n’avait pas particulièrement envie de s’en approcher non plus : il jugeait les ruraux comme étant bien plus rustiques que les citadins. Des gens pas fréquentables, donc.

Et le voilà désormais perdu dans une obscure forêt canadienne, avec des indications à peu près aussi claires qu’un verre d’eau embué de calcaire. Y avait pas des moyens plus simples pour donner rendez-vous à un membre de la famille, non ?

Dans un soupire, il se laissa glisser le long d’un arbre, permettant ainsi à sa belle écaillée de glisser le long de sa manche : ça devait être l’heure du repas, et un peu de chasse ne lui ferait pas de mal.
Il observait ainsi, en simple spectateur, son cobra à cou noir se mettre à cracher sur une tâche rousse qui passait par là. Si en plus, elle se mettait à chasser les écureuils… Y avait vraiment partout de ces sales bêtes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Canada

Message par : Max Valdrak, Sam 22 Juil 2017 - 16:04


Courir. Le vent dans les poils. Les pattes s'agitant sur le sol de terre. L'animal s'évadait. S'éloignant. S'enfonçant encore plus dans la forêt. Montant quelques fois dans les arbres pour prendre de la hauteur. L'écureuil respirait le grand air. Oubliant ses problèmes, ses pensées. Mais où devait-il déjà aller? Qu'était-il venu faire ici?

Durant quelques instants, j'en avais presque oublié ma nature. Cependant, depuis la première fois que j'avais gouté à cette sensation de liberté, je ne pouvais plus m'en passer. Sous forme humaine, les problèmes étaient là. Gravés sur le masque dont je ne voulais me séparer. Il me protégeait. Mais de quoi? Un mystère, que moi seule pourrait déceler.

La méditation m'avait en partie aidée à me contrôler sans avoir à me cacher totalement. Le voile sur mon visage toujours présent mais de plus en plus inutile à mesure que je me fortifiais. Ou du moins j'essayais ne voulant plus me cacher. Cherchant à m’assumer telle que j'étais. Plus de petite fille parfaite. Le modèle étant tombé.

Alors, avec l'écureuil je m'évadais. La liberté. Ma liberté. Je la savourais. Même si le cheminement pour découvrir ce petit être ne fut pas de tout repos. Les mois furent longs. Et les conséquences pas encore totalement maîtrisées. Et de temps en temps les réactions de l'animal venaient interférer avec celles humaines.

Soudain, les oreilles qui se dressent. Un bruit. Humain détecté. A l'odeur bien connu. Un souvenir qui remonte. Une côte encore un peu douloureuse qui avait mise pas mal de temps à cicatriser. Surtout parce que je me refusais à utiliser les sortilèges médicaux sur moi même et que je ne portais pas vraiment les médicomages dans mon cœur malgré le magnifique travail qu'ils avaient fait avec mon épaule.

Une branche. Un saut. Une transformation. Derrière le cousin je me tenais maintenant. Une main dans la poche attrapant ma baguette sans la sortir. Oubliant le roux de mes cheveux, j'élevais ma voix. Et les mots m’échappèrent.

-Bonjour cher cousin. Tu as lu mon petit mot à ce que je vois. Je suis contente de te voir ici même si notre dernière rencontre m'a laissé quelques marques. Mais bon oublions. Pourrais tu dire à ton serpent d’arrêter de chercher l'écureuil? Je ne voudrais pas me faire attaquer par mégarde. Au fait comment vas tu, Asclépius? et ...Lestrange? Désolée le prénom m'échappe.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Canada

Message par : Asclépius Underlinden, Mar 25 Juil 2017 - 22:28



Dans ce cerveau aplatit, primitif, l’instinct basique prenait le dessus. La chasse pour la nourriture, la nourriture pour la satiété. Rien de plus, rien de moins. Pas même l’humain qui lui parlait, ne se permettait d’interrompre ses chasses. C’était des moments privilégiés, et le bipède l’avait bien compris, même s’il lui avait mâché le travail au début, lui apportant des rats. Apparemment, là où il logeait, le bipède avec d’autres, il n’était pas possible pour elle de sortir. Trop de dangers. Elle les sentait. Des dangers qui collent, poisseux. Désagréables.
Compréhension, mais l’estomac passe d’abord ; et quand une chasse est lancée, rien ne peut l’interrompre.

Elle s’apprête à cracher, l’humain semble surpris, elle sent la peur et la sueur du bout de sa langue fourchu. Un arrête, un mot du bipède, dans leur langue commune, son nom qu’il appelle « Xenia ». Son nom, avec les intonations d’arrêt. Elle s’apprête à cracher… « - Xenia, stop ! ». Plus fort, plus autoritaire. Elle siffle. Elle n’aime pas qu’on lui dicte sa conduite. Ses crocs brillent et le venin ne demande qu’à sortir.
Elle crache, mais l’écureuil est déjà parti.

Son bipède est resté, lui dit qu’il ne faut pas attaquer les écureuils, pour le moment. Sa langue sort, elle siffle, puis s’enroule douloureusement autour du bras du bipède, comme pour lui faire payer, sans trop le malmené, de lui avoir fait loupé un repas.


Sans un soupire mêlé d’une légère grimace, Asclépius laissa sa tendre Xenia exprimer sa revanche en lui serrant l’avant-bras. Il se redressa, puis fit face à celle qui avait causé l’arrêt de la chasse tant désirée. Celle qui, apparemment, était l’écureuil, qui avait manqué se faire paralysé par le venin de son cobra, avant de finir à moitié digéré par les sucs digestifs de son estomac longiligne.
Mais ce qui perturba le plus le jeunot pour l’instant, ce n’était pas le fait de comprendre à demi que sa cousine ayant disparu depuis belle lurette lui balance tout un tas d’infos capitales d’un coup (Spoilers : elle est vivante, elle peut se transformer en écureuil !), mais sa nouvelle couleur de cheveux.

Un raclement de gorge, le regard de haut en bas : « - Alors, chérie, je suis pas convaincu que cette décoloration soit ce qu’il y a de mieux avec ton teint. » En toute honnêteté familiale.

Il s’épousseta, Xenia semblait plus calme, même si elle tardait un peu trop souvent sa langue en direction de Max. Probable que sa faim ne se soit pas dissipée.

« - Laissé des marques ? Tu exagères, elle n’était pas mauvaise cette tarte. Faut dire, ce n’était pas Ebenezer aux fourneaux ce jour-là. » Comment répondre à plusieurs questions en une simple réplique : livrets secrets d’un serpentin malin. « - Eh bien, ecce homo, comme on dit ! Qu’il fit en écartant les bras, pour bien montrer qu’il était là. Xenia siffla de désapprobation, et serpenta jusqu’à pouvoir s’enrouler autour de son cou. Donc ? C’était pour entendre le parfum de l’érable ? »


_______________

Max ramène ses fesses poilues d'écureuil bientôt, merci de ne pas prendre le sujet !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Canada

Message par : Max Valdrak, Sam 9 Sep 2017 - 21:30


Cousin retenant le serpent. Je me sentais un peu moins sur mes gardes maintenant. Toujours un peu tendue. Je ne le montrais point. Illusion. Masque toujours là. M'abandonnant parfois. Il revenait rapidement. Les habitudes avaient la vie dure. Compliqué de se détacher d'un si beau jouet qui m'avait protéger. Ou plutôt protéger les autres de moi. Je ne savais pas si se cacher était bien ou mal et pourtant je ne pouvais me résoudre à ne point le faire.

Attention de nouveau porté sur le jeune homme et son mignon petit animal de compagnie. Animal ne m'inspirant rien de bon. Mais soit. C'était le choix du cousin après tout. Ce dernier me fit remarquer le changement de couleur de mes cheveux. Je me sentis gênée. Cela se lisait dans mes yeux. Il m'avait donc vu me transformer. Pourvu qu'il n'aille pas me dénoncer. Foutue pour foutue, j'allais rétorquer mais de nouvelles paroles furent déversées.

Une écoute attentive. Un léger rire s'échappant. Il m'avait vu. Il savait que je pouvais devenir écureuil. Mais toujours point fait le lien avec la lettre et ce fameux soir qui hantait encore malgré moi mes cauchemars. J'étais d'humeur joueuse. Surement la balade et la transformation récente, l'animal un peu présent. Cependant, je me décidais de répondre directement, franchement en omettant de préciser que sa première réflexion m'avait un peu touché. Et pas dans le bon sens.

-Mon cher Asclépius, il y a certaines transformations qui laissent leur marque. Une couleur de cheveux, contre la liberté.
N'est ce point peu chère payé? Enfin, liberté tout est relatif. En parlant de notre rencontre, je ne parlais point de celle de la lettre mais plutôt de ces retrouvailles dans le sous sol. Où un simple petit écureuil a soigné ses agresseurs. Aurais tu oublié?


Pause. Simple courte. Lui laissant le temps d'analyser mes paroles. Une conversation imagée comme je les aimais. Je me plaisais à le laisser chercher par lui même dans ses souvenirs.

-Pour en revenir au pourquoi de cette lettre. C'est assez simple, ayant vu l'opportunité de pouvoir de nouveau discuter avec le seul membre de ma famille qui me restait, je l'ai saisi. Les repères sont rares quand on s'isole pendant un moment.
La famille reste un pilier. Le côté paternel écroulé, j'aurais aimé renouer avec l'autre parti. Penses tu cela possible?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Canada

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 10 Sep 2017 - 22:42



Petit air frais sous les vêtements, témoin indistinct de cette nature sauvage et encore indomptée. En témoignait le nombre de bestioles qui rodent ou se promènent. Bestiole dont Xenia aurait probablement pu faire un repas, si elle n’avait pas été interrompue.
Mais, faut dire, avaler tout cru un écureuil de taille humaine, c’était du jamais vu. Et, aussi perché soit-il, il ne souhaitait pas spécialement voir cela aujourd’hui. Parce que l’écureuil en question était sa cousine (même si c’était davantage un nom sur un arbre généalogique poussiéreux qu’autre chose). Mais, surtout, elle lui était vaguement sympathique. De ce lointain indistinct que sont les relations sociales, il l’avait rangé dans une petite boite avec marqué « Sympathie » au feutre rose dessus. Il était comme ça, le Pius : à considérer les gens comme des Playmobils pour pouvoir les ranger plus facilement dans les boîtes adaptées. Ça allait bien plus vite comme ça, faut dire. Une belle méthode qui faisait ses preuves.

Jusqu’à ce que l’enfant capricieux qu’il était ne se décide à tout renverser par terre, à en décapiter certains et à en brûler d’autres.
La beauté de l’enfance et son innocence en aiguilles de pins.

Il haussa un blond sourcil, tandis qu’un sourire s’amusait sur ses lèvres. Façade amicale tandis que le cerveau turbinait. Il lui semblait avoir devant les yeux des pièces de puzzle, mais ça lui semblait assez ennuyant. Il avait entraperçu l’écureuil tout roux qui jouait entre les branches. Ça, c’était plus intéressant. Ne pouvait-il pas le revoir ?

La langue de sa douce siffla dans l’air, tandis qu’il s’approchait tranquillement de Max : « - A chaque famille, ses secrets, mmh ? » Le ton était joueur, mais le regard comme un flocon.
Il laissa Xenia glisser le long de son bras jusqu’à terre, afin qu’elle puisse poursuivre sa chasse forestière. Et si les écureuils étaient trop rapides pour ce serpent encore jeune…
Lui-même avait une bonne maîtrise des potions. Il pourrait probablement leur donner de la confiture pour les attirer. Qui n’aimait pas la confiture ?

« - J’ai du mal à comprendre en quoi la famille serait un pilier. Tu vis et te construis seule. Peut-être était-il un peu dur dans ses propos ? Mais dur de faire preuve de modération quand on avait un passif familial comme le sien… Mais je t’aime bien. Je crois. Léger silence. Tu as grignoté l’autre pilier, pour qu’il se soit écroulé ? »

Aucune idée d’excuse ne traversa son esprit-caoutchouc. Comment peut-on avoir l’idée de s’excuser, si l’on ne perçoit pas le mal de ses actions ou si l’on n’a pas conscience des conséquences de ses paroles ?
Innocence qui pique et tire des larmes d’un rouge amer.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Canada

Message par : Max Valdrak, Jeu 21 Sep 2017 - 17:58


Ton joueur. J'avais aussi envie de jouer. Tout comme Zip dans son arbre perché. Mais le serpent l'empechant de descendre s'amuser avec le nouveau venu. D'un coup le cousin libéra l'animal, glissant jusqu'au tronc. L'écureuil devenu cible prit peur et dans mes bras sauta tandis qu'en face de moi. Une voix familière reprit la parole.

Une question. Des souvenirs qui remontaient. Qui se mélangeaient. Bons et mauvais. Les instants de partages mais aussi ceux de solitude. Je ne savais pas vraiment quoi dire au jeune homme. Je caressais la tête de mon ami rouquin en reflechissant. Un oeil sur le serpent ne savait-on jamais.

- Il s'est brisé de lui même sans prévenir. Sans un mot. J'ai passé beaucoup trop de temps en ermite dans la nature et j'en passe encore beaucoup. Je t'aime bien aussi c'est pour cela que j'ai cherché à te revoir. Et même si le reste de la famille je ne le rencontre pas, au moins je sais, enfin je pense pouvoir compter sur toi. On s'est rencontré dans un certain contexte. Mais j'aurais aimé si tu le veux bien, apprendre à te connaitre comme un ami et non comme une feuille d'un arbre

La métaphore était venue d'elle même. L'arbre de la famille. Le mien n'avait plus que quelques branches qui étaient couvertes d'ombres. Seule une feuille ou plutôt deux étaient là. Bien présente. Et à ce moment là je me rendais compte que mon exil m'avait éloigné du monde. Je n'avais plus d'accroche. La nature était devenue mon chez moi. Lizz et les enfants, eux, grignotaient doucement une spéciale dans mon cœur sans que je le remarque. Ou plutôt sans autorisation. Mais comme le dirait un moldu: "Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point."
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Canada

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 1 Oct 2017 - 21:31



Sa belle sifflait sur le décor d’une Nature presque onirique tant elle semblait immaculée. Lui qui parlait son langage, percevait ses inflexions, comprenait qu’elle ruminait le fait de voir la possibilité de satisfaire sa faim lui être refusé. Pourtant, il s’agissait là d’un comportement purement instinctif. Tout comme la proie fuit devant le prédateur, et cet écureuil qui s’en va rejoindre un autre. A la forme bien plus humanoïde.
Il lui sembla un instant qu’un vent de lucidité venait effleurer ses bouclettes dissidentes, leur imposant ainsi une autre forme. Plus aérienne. Plus volage. Comme s’il n’avait sur la tête qu’un halo.

Et dans l’air du temps, sa douce s’en alla, ses sens affûtés. Elle avait senti un mulot. Lui, sentait qu’elle reviendrait auprès de sa chaleur d’alter nécessaire lorsqu’elle aurait pu apaiser ce besoin primaire. Un besoin qui les ancrait tous sûrement, les deux pieds dans un sol jamais tangible, toujours boueux, du fait de l’action des Hommes.

Un instant, il observa cette cousine inconnue, et ne put s’empêcher de sourire grandement. D’une joie honnête qui réchauffait son cœur trop vulnérable. Parce qu’elle parlait le même langage que lui, employait des métaphores similaires. Tous deux étaient des feuilles. C’était un fait avéré, impossible de le nier. Ce ne serait que du mauvais goût, que de vouloir nier une vérité à ce point universelle.
Elle lui parlait dans son langage et, d’un seul coup, il se sentit plus proche d’elle. Ou bien était-ce le creux de solitude qu’il semblait déceler dans les demi-teintes de sa voix ? Cette impression familière qui laissait sur les êtres une marque indélébile. Surtout les plus fragiles. Lui, l’était. La cousine avait probablement sa fragilité, mais elle n’en montrait rien. Elle était plus forte.

Plus forte, et pourtant…
Et pourtant, la voici qui se retirait complètement du monde. Vivait en ermite dans ce lieu sauvage, apprivoisant son animalité entre les cimes des arbres. Vivant par et pour elle-même, en-dehors des dieux et des hommes.
Bien que cela soit un isolement volontaire, il ne pouvait s’empêcher de penser que… Tout de même…
La fragilité de chacun se cristallisait de façon différente.

Doux, tranquille à la façon d’un ruisseau, il posa brièvement sa main sur l’épaule de Max. C’était un geste de soutient. De partage, aussi, peut-être. Un peu. De compréhension, principalement.

« - Soyons amis. Le ton était tout aussi doux que le geste. L’on a pu choisir si l’on voulait conserver des liens. En tisser ou en couper. Je suis une araignée : je préfère tisser. Apprends-moi à te connaître et ainsi, je pourrai t’aider à percevoir ta mère. »

Ecoulement des mots dans une limpidité antique.
Au loin, un craquement d’os et des anneaux qui se tendent.
La chasse avait été bonne.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Canada

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Canada

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.