AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 8 sur 9
A la nuit tombée...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Sean Balor
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: A la nuit tombée...

Message par : Sean Balor, Mar 21 Fév 2017 - 1:29


Ceci est un post de type unique.

Ah... le 14 Fevrier, bon dieu qu'il détestait cette fête mais il devait bien avouer qu'il aimait regarder les gens heureux, c'était son pêché mignon de Saint-Valentin voir les couples se baladaient c'était tellement... cliché Purée. Ce soir-là Sean s'ennuyait, lui il n'avait pas de Valentine non, lui il n'avait que son boulot et ses rêves alors il avait passé une première partie de soirée assez calme à contempler les étoiles sans rien dire. C'était peut-être cela enfaite qui lui fallait ? A quoi bon avoir l'amour lorsqu'il pouvait regarder les étoiles. Au lieu de regarder en bas les gens devraient regarder vers en haut. Là, tout en haut. Dans le ciel tout était parfait, tout était si beau. Des étoiles plus brillantes que la lumière qui berce la première matinée d'un nouveau-né, une lune d'argent qui était plus gracieuse que n'importe laquelle des princesses ici bas et tout cela sans un bruit, sans un seul murmure. Oui, tout était si parfait là-haut. Tellement parfait que cela en devenait presque terrifiant dans la beauté de la chose. Comment cela pouvait être de cette façon quand ici tout est aussi imparfait. Lui-même était imparfait, il ne fallait pas se le cacher tous les êtres humains étaient imparfaits d'ailleurs.

Il soupira longuement du haut du toit sur lequel il s'était perché pour la nuit, habillé noir. Corbeau qui observe sans un mot les tourtereaux. Il ne lui vint rien d'autre à l'esprit que des légers sourires quand certains donnent le rire à celle qui fait le battre leur cœur. Il regarde sa montre tranquillement, il est là pour la nuit mais il préfère connaitre l'heure, à partir d'un certain moment toutes les joyeusetés de la journée partiront et la froide nuit reprendra sa place, elle reprend toujours sa place à son grand désarrois. Elle avale chaque jour s'en laisser le temps aux gens de profiter de ce dernier.

22h29. Les couples sont encore là pour quelques heures au moins il aura l'impression de ne pas être tout seul d'avoir des gens avec lui. D'ailleurs il se demande ce qu'on fait certaines personnes aujourd'hui. Hurtson ? Wilder ? Ses soeurs ? Aileen ? Que font-ils ce soir ? Ils doivent s'amuser, il l'espère pour eux en tout cas. Quelques secondes de plus et une détonation a lieu, pile devant ses yeux.

Des formes s'élèvent vers le ciel, d'abord des cœurs d'amour, Sean trouve cela beau probablement un sorcier qui souhaitait offrir à tous les autres un cadeau de la Saint Valentin général jusqu'à ce que.. un serpent puis un oiseau qui déploie ses ailes.. Il le reconnait.

Un phénix qui déploit ses ailes parmi les étoiles, plus brillant que chacune d'entre elles et plus majestueux même que la lune d'argent. Il est roi pendant un instant du ciel, maitre de ce que Sean admire : de l'espace. Étoile parmi les étoiles, ayant naquit dans le ciel dans cette forme aussi belle que puissante il finit par s'éteindre sans un bruit, sans un mot.. il finit juste par disparaitre loin du bruit qui l'avait fait apparaitre.

Sean ne l'a pas lâché tout du long, il sait ce que c'est, d'où ça vient mais devant cela il ne fait rien, il observe en silence ce spectacle somptueux que lui ont offerts en ce soir les ennemis du ministère. Il aurait pu agir mais il ne l'a pas fait il s'est contenté de regarder comme un enfant qui découvre pour la première fois un animal qui ne fait pas parti de ses connaissances. Il sourit bêtement, ce soir il ne veut pas les traquer, ce soir il les observe, il regarde ce qu'ils proposent à ses yeux, il n'aime toujours pas ce qu'ils font mais il apprécie le cadeau alors même s'il sait qu'il y a peu de chance qu'ils soient sur les lieux ou qu'ils le connaissent il murmure un simple #Avis.
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Dragomir Orton, Dim 26 Fév 2017 - 17:52


Le vent dans les cheveux

Le bruissement des arbres au loin

Le calme

La paix

Enfin.

Dragomir, sur un rocher, méditait, dans la plus grande simplicité.
Il avait fui la salle commune bondée pour se promener dans Pré au Lard avant de se poser sur un monolithe de granite à la limite de la ville afin de retrouver sa paix intérieure.  C'est un vieil ami de son père, Yu, un sorcier Japonais, qui lui avait appris l'art difficile mais ô combien apaisant de la méditation. En tailleur sur son rocher , les pouces joints, le Français se concentrait sur sa respiration tout en s'ouvrant sur l’extérieur.

Outre les murmures du villages, en se concentrant bien et en faisant abstraction du reste, Dragomir pouvait entendre les bruissement de la forêt au loin, la trille d'un merle noir puis les chants saccadés de deux verdiers, les battements d'ailes lents et réguliers d'un hiboux passant par là et même les voix de deux randonneurs s’interpellant dans les montagnes au dessus de lui.

Pour la première fois depuis longtemps, il se sentait apaisé, heureux d'être tout simplement.
Un jour, son grand père lui avait soufflé "L'homme est égoïste Dragomir, il vit dans sont terne passé ou dans son glorieux futur. Il ne profite pas de l'instant présent, ne commet jamais cette erreur!  "

Un mince sourire se dessina sur les lèvres du garçon. S'il y avait quelque-chose dont il pouvait vraiment profiter c'était son présent. Élève à Poudlard, issue d'une famille aisée où personne ne se faisait la guerre (du moins du coté paternel), peu d'amis mais des vrais, oui, Dragomir était heureux, heureux d'être.

Une cloche au château sonna la demi-heure. Quelle demi heure? Le garçon n'avait pas vue le temps passer.
Le soleil se couchait déjà sur les montagnes , les teintant d'une rougeur presque surnaturelle.

"Il faudrait peut être songer à rentrer."

Cependant il se ravisa, il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas eu une telle sensation de plénitude.

Le repas pouvait attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: A la nuit tombée...

Message par : Mangemort 87, Lun 13 Mar 2017 - 3:46


LA de 91

ton fils
ton fils t’a appelé
il y a un demi-matin
il a quelque chose pour toi
généralement ses plans sont si atypiques
que tu sais déjà ne pas pouvoir
refuser rester dans ton coin
oh quand il t’appelle
tu accours
chien
tu le suis

enfin pas cette fois là ce soir là était un peu différent il se passait quelque chose d’inusuel tu étais en avance tu t’étais soumise au dictat des horloges et étais arrivée avant même que ton novice ne soit sur place pourquoi franchement 87 ça te ressemblait pas reprends toi t’as mieux à faire non y a pas une bouteille à vider un crétin à tuer un potentiel à guider quelque chose à faire quelque chose de cette soirée au lieu de rester là passive

attendre
non ce soir tu n’as pas envie
tu préfères rester là sans rien faire
tu préfères l’attendre
tes derniers projets t’ont mise dans des situations
que t’aimais pas vraiment
alors ce soir quelques instants tu arrêtes de courir
tu es l’ombre couchée dans l’herbe
enfin dans la terre qui entoure le platane quoi
mais c’est presque pareil
où que tu sois tu cherches l’appel
le rappel
d’où tu viens
tu veux te souvenir
pour leur apprendre eux aussi
un sentiment d’appartenance
tu t’aperçois avec le temps
que même quand tu crois le plus flotter
en vérité tu retombes toujours
aux pieds de quelqu’un
attachée

il est temps de s’arracher tu sais il faut repartir il faut courir entre les forêts à l’ambiance tim burton il faut pas hésiter foncer pas respirer juste courir et voir où ça te mène car c’est quand tu sais pas où tu vas que tu peux aller le plus loin alors lève toi et file file 87 disparais avant d’aller te fourrer dans les bizarres idées des gens t’as pas le temps t’es déjà assez foutue toute seule pour pas te perdre dans les labyrinthes des gens non tu crois pas quand est-ce que tu arrêtes de te perdre petit chien mouillé je veux revoir le félin indépendant je veux te voir te redresser

et toi t’es là
allongée la nuque dans la terre
chatouillée par écorces et brindilles
t’as arrêté de courir

la fatigue de vivre
si c’est ton fils qui t’appelle
c’est forcément important
et puis
et puis en attendant
tu peux toujours te perdre
dans un vol de pensées


une pilule au foie
quatre à la division
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Mangemort 91, Jeu 23 Mar 2017 - 16:25


Ils avaient déjà fait appel à leur presque-mère. Avant cette virée. Avant cette sortie, flânerie macabre. Ils l'avaient fait venir. Parce qu'ils savaient qu'elle comprendrait. La peur du noir sen solitaire. La puissance des présences. Parce qu'ils avaient envié l'idée de sa présence de nombreuses fois. La nuit faisait moins peur et les explications tardaient. Et pourtant ils lui donneraient. Digérant difficilement l'idée qu'elle puisse leur en vouloir. Ils avaient brûlé d'envie de la voir cette nuit là, passer à ses côtés ce genre de moment que les gens qualifieraient de privilégiés en compagnie de celle qui les avaient fait renaître. Par des mots, des sorts, ouvert les portes d'une famille qu'ils n'avaient jamais soupçonné avoir. Avec ses bizarrerie, ses coups tordus. Les portes bien cadenassées de la non-solitude.    

Ils l'avaient demandé, comme on demande de la compagnie dans les méandres de la nuit. Et c'est avec un soulagement non dissimulé qu'ils l'aperçurent en transplanant non loin du lieu défini. Étendue comme un songe. Sans trop savoir si ils la rêvaient elle aussi, comme cet homme perdu le long des quais londoniens la nuit dernière. L'homme qui les avaient troublé. Mister Cellophane.
Mais qu'ils la rêvent ou non, son ombre les rassuraient  à mesure qu'ils s'en approchaient doucement, jusqu'à s'asseoir à ses côtés. Poser leur main sur l'herbe. Dans le silence totale de la nuit bienfaitrice. Comme un cocon safe où les mots se taisent, les mains s'éloignent. Parce que tous les chats sont gris, et eux les premiers. La nuit les démons se mêlent aux bons.

Ils restent là un moment sans rien dire. Assis aux côtés de sa forme allongée, le masque vissé rassurant des traits maladroits qui ne pourront pas le transpercer. Un malaise agréable d'absence d’ambiguïté. Et l'envie de laisser passer la nuit ainsi, parce que même si la peur de la décevoir est trop grande pour s'en accommoder il ne se passera rien tant qu'elle sera là pour rassurer.

Mais les bruissement troublait, la présence indésirable pressentie aussi. La tête tourne, et distingue la forme au loin. Soupir agacé, parce que toute tranquillité semble devoir à tout pris être troublée. Ils interpellent l'ombre au loin. D'un ton lassé.

Qu'est-ce que tu fais là petit ? On ne peut pas s'oublier tranquillement visiblement.
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Dragomir Orton, Dim 26 Mar 2017 - 19:37


Un frisson glacé, à peine perceptible, parcourue Dragomir des pieds à la tête.
Le soleil était maintenant masqué par les arbres et la pénombre s'accentuait un peu plus à chaque instant.
Cependant Dragomir ne bougeait pas. C’était dans ces moments là que le calme et la paix étaient à leur paroxysme et le français se sentait plus calme que jamais.
La nuit accourait, lentement mais surement. Les oiseaux du jour laissaient place, peu à peu, à ceux de la nuit. Entres eux, unique et solitaire, le chant du rossignol sonnait comme un médiateur, une ode au crépuscule.
Dragomir cessa de faire abstraction des alentour, il se concentra sur le rossignol et se laissa bercer par ses trilles et ses gazouillis tous plus différents les un que les autres.
Soudain le chant cessa, brusquement. Dragomir qui s'était calé sur celui ci eu un sursaut au cœur, un peu comme lorsqu'on manque une marche.  La forêt était plongée dans un silence inhabituel, seule le vent dans les branche venait le troubler.

Qu'est-ce que tu fais là petit ? On ne peut pas s'oublier tranquillement visiblement.

Dragomir sursauta, deux silhouette sombres se dessinaient au abords de la clairière.

Je suis navré,s'excusa le français,je me reposais sur ce rocher et je ne souhaite pas le moins du monde vous importuner. J'avais l'intention de partir mais peut être puis je avoir l'honneur de savoir à qui je m'adresse?
Bien que certains la tienne en horreur, la politesse était une base solide pour des discutions tranquilles. Cependant Dragomir sentait chez ce duo un je-ne-sais-quoi de sombre voir de dangereux. Tout en s'avançant d'un pas prudent il récupéra sa baguette d'un discret mouvement vers sa robe noire.

Je suis Dragomir Orton, à qui ai je l'honneur de m'adresser ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: A la nuit tombée...

Message par : Mangemort 87, Lun 3 Avr 2017 - 19:45


Tes fils ne dissimulent leur soulagement à ton approche. Il semblerait que tu ne sois la seule à peiner contre tes démons ces temps-ci, et il est plus que temps que tu leur accordes la douceur manquante. Car c’est ça, aussi, être Mangemort. Pas seulement coucher des cadavres comme d’autres le pensent, non, c’est être un activiste de la défense des sorciers, un artisan de cette communauté, un maillon fort, un lien qui permet, aux âmes troublées d’avoir où se poser.

Enfin, difficile de dire laquelle de ces ombres avait le plus besoin de l’autre. Mais une relation humaine, ce n’est que rarement à sens unique ; ici l’équilibre était de mise, et si séparés vos esprits s’emmêlaient, étendus dans une quiétude étrange vous laissiez la torpeur la candeur vous envelopper. Tu hésitais à poser une main sur le front de tes fils. Tu ne savais pas trop comment on était presque-mère, t’avais pas eu de formation, pas de guide ni de mode d’emploi, rien, alors il fallait apprendre, pas à pas, avec eux. De quoi 9 et 1 avaient-ils vraiment besoin ?

Tu les sentais présents dans la troupe mais parfois comme en retrait, comme n’osant pas. Tu te rappelais aussi, à tes débuts, avoir été fébrile et craintive, mais c’était différent. Toi ta peur s’exprimait dans une tendance à te jeter sur les petits ordres de ton maître comme un chien sur un os. En rivalité contre son autre animal de compagnie, le serpent de malheur qui du haut de ses quelques centimètres le défendait pourtant mieux que toi.

C’était finalement un besoin de reconnaissance qui avait marqué tes débuts, besoin qui ne ressemblait rien avec le toi d’avant, le toi qui méprisait l’avis des gens. Qui n’aimait pas les gens. Qui les repoussait. Oh tu les repoussais encore, mais avec le temps avec les pertes tu apprenais peu à peu à laisser quelques uns de toucher platoniquement. Avec reluctance, mais c’était un progrès.

Le nid en pleine forêt fut pourtant interrompu par un bruit de fond, pas assez animalier pour le laisser filer. Tes fils envoyaient déjà des mots comme un lasso, et ils visèrent juste. Si juste même, que loin de s’opposer, dégainer la baguette, chercher les embrouilles, le gamin la joua tout courtois, un peu trop même comme tu étais avec 9 et 1 tu pardonnais au moins le vouvoiement, et fila son identité. Merlin.

Y en avait, il fallait batailler, traquer, torturer pour choper le nom, ceux qui le donnaient direct, généralement ça finissait bien. Dans l’obscurité, un sourire sillonnait ton visage, comme une blanchâtre cicatrice.

— Mangemort A et Mangemort B.
Genre vous alliez donner vos matricules, faut pas pousser mémé dans les orgies non plus.
— Ça maintient ton envie de partir, ou tu comptes nous taper la discute ? Un jour tu sauras être aussi sympathique qu'un blaireau. Quand ? Langue au chat.
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Dragomir Orton, Sam 8 Avr 2017 - 14:32


Dans un roman d'aventure, à ce moment là, le héros lèverai sa baguette et achèverait les vilains mangemorts. Mais nous ne sommes pas dans un roman d'aventure, Dragomir n'as rien du tout d'un héros et il à face à lui deux prétendus mangemorts surentrainés ayant les moyens de lui faire sauter la cervelle à tout moments. Tentant de surmonter sa peur et ses main plus que tremblantes, Dragomir déglutit péniblement. La forêt était à présent totalement silencieuse, pas un hululement, pas un cri ne venait troubler ce silence surnaturel. L'heure était à la diplomatie.

— Ça maintient ton envie de partir, ou tu comptes nous taper la discute ?

Les genoux du garçon s’entrechoquaient violemment. Malgré la terreur qui le tétanisait, il parvint tout de même à éructer
Je...Je ne vais pas vous déranger plus longtemps dans ce c...c...cas.

Dragomir commença alors à reculer doucement afin de quitter la clairière le plus discrètement possible. Une petite voix au fond de sa tête lui murmura que cela ne servirait à rien. A quoi bon fuir... ils savent courir.

N...notez bien que je n...n'avais nullement l'intention de v...vous déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Mangemort 91, Mar 25 Avr 2017 - 1:04


Tendre sursaut de l'enfance qui tressaute. L'envie de laisser filer. De rester aux côtés d'une présence qui rassure. D'une présence qui endure. Comme ils savent pas faire le presque-fils modèle. Parce que leur famille est déjà plus bordélique que l'esprit d'un écrivain dans lequel se battent les idées. Mais la mère reste, les fils essaient. D'ordinaire ils auraient su, être indulgents, bien séants. Mais la surenchère de politesse à leur égard, et la présence de l'autre comme une cheveux sur une soupe déjà maladroite titillait les nerfs déjà ouverts.
Colère, colère.

Il parle trop, mais Mangemort A le fait taire. D'une voix qui claque comme un fouet. Offre une porte ouverte que l'autre tarde à emprunter. Trop parler. Trop insister et voir ensuite tous les nerfs imploser. Et patience s'estomper. Comme un regard désolé à la Terre-Mère, en mémoire de l'instant de paix si rapidement balayé. Puis l'os qui jaillit. La formule qui se tait.

Silencio contre les mots.
Silencio contre les maux.
Contre la montre.
Contre les morsures,
Les coup de couteaux.
Silencio pour sauver sa peau.
Et fuir les mots qui pourraient réveiller l'enfant-d'or-t.

Tu parles trop.
C'est possible d'avoir aussi peu d'instinct de survie ?


Eux ne savent pas. Eux courent, nuit et jours. Courent loin de l'amour, courent après le jour. Après la vies, les larmes d'éléhant our vaincre celles des crocodiles. Eux courent pour sauver le peu qui peut l'être.
Eux courent pour oublier.
Mais l'enfant lui reste.
Et parle.
Et ils aimeraient comprendre. Vraiment. Mais ça les énervent. De devoir reprendre la course.
Alors que pour un instant leurs poumons s'étaient posés sur un coin d'herbe.

Eux courent. L'enfant refuse.
Ne pourra plus.
Confringo Minima. Sur le genou. Le but n'est pas de tuer.
Juste de ralentir. Pour prendre un peu d'avance.
Calmer le -poing- de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Dragomir Orton, Jeu 27 Avr 2017 - 21:21


La peur, l’angoisse est une chose, la terreur indicible en est une autre. Il y à entre la peur et la terreur autant de différence qu’entre la joie et les pleurs.
Dragomir ne réfléchissait plus, ne pensait plus et respirait à peine. Une seule phrase lui martelait constamment l’esprit comme un marteau sur une enclume : Pourquoi moi, pourquoi moi, pourquoi moi.
Il voulu ajouter quelques mots, une baguette bougea, une force inconnu les laissa dans sa gorge.

Tu parles trop.
C'est possible d'avoir aussi peu d'instinct de survie ?


Après ces mots, le monde devint flou. Le garçon se retourna et contourna le rocher pour s’enfoncer dans la forêt. Une seule chose comptait à présent, courir, courir vite, plus vite qu’eux. Il comprenait à présent ce que ressent la proie lorsque le dragon la poursuit depuis les airs. Seule courir compte, la panique aidant, la vitesse augmente.

Dragomir sauta par-dessus un roncier lorsque ce qui devait arriver arriva. Une douleur indéchirable lui broya le genou droit. Il s’écrasa à terre, des étoiles dansaient devants ses yeux pleins de larmes. Il se retourna et fût incapable de hurler malgré la douleur lorsque sa jambe retomba, inerte. Il osa enfin la regarder. Son tibia pendait dans un angle plus qu’anormal, une flaque de sang frais trempait déjà la mousse du sol sous son genou complètement broyé. Cloué au sol, le français ramassa sa baguette. A travers le voile rouge de ses yeux, ils les voyaient arriver. Sa voix n’était toujours pas revenue, il les attendit donc avec un regard noir, tremblant de peur et de douleur.


Dernière édition par Dragomir Orton le Dim 21 Mai 2017 - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: A la nuit tombée...

Message par : Mangemort 87, Dim 30 Avr 2017 - 18:55


il a les mots qui s’entrechoquent
comme des feuilles mortes
la nuit
pas le jour non car de jour
les feuillages automnaux
laissent percer les rayons ombragés
de la vie
lui incarnait la peur
il avait les genoux qui tremblaient
presque autant que ses dents
contre lesquelles sa langue ses mots
tapent
tapent
tapent
— water
(tu ne l’aimes pas déminéralisée)

tu ne sais pas trop
si tu voulais vraiment que l’enfant
traine
demeure en jouet instable
une part de toi avait besoin d’un peu de
paix
d’une caresse d’oubli contre les cheveux
de tes presque fils de tes presque pupilles
de ces fragments de vie que tu avais l’honneur
de connaître
un petit peu
même si c’était encore de la surface
pour beaucoup

t’avais un instinct protecteur avec eux
fallait que t’arrêtes les gardes
les novices
les enfants
les partisans
que t’arrêtes de t’attacher
mais eux eux n’étaient pas pareils
tu avais l’impression qu’ils étaient
l’écho
l'âme ricochet
de tes pensées de tes doutes
que vous vous étiez connus dans une vie antérieure
et pourtant tu ne croyais pas aux vies antérieures

l’enfant parlait encore
ça fait comme un bourdon
qui vous tourne autour
immanquablement
dont les ailes se frottent dans un bzzz bzzz
incessant

il ne veut pas partir
vous auriez pu comme des enfants
rester dos à dos vous tenir les mains
plonger sous l’eau pour ne plus l’entendre
et parler dans la langue des animaux marins
mais son bourdonnement agaçait trop tes fils

il était trop tard pour l’indifférence
au premier sort la guerre fut lancée
déclarée
pour une poussière d’étoiles

(qu’il fallait déloger de tes cils)
(là souffle mon enfant)
(ferme les yeux)
(fais un voeu)
(je t’aime)

vous prenez le bourdon en chasse
il a la baguette dressée
non pas celle là il est un peu jeune pour vous
tu ne pris pas la peine de lever la main toi
juste un petit tour de poignet
si vous ne plongiez sous l’eau c’était à lui d’y aller
oh il ne se noierait de l’Aguamenti filant sa direction
en revanche comme on dit chez toi
(murmure, à peine audible) « il suffira d’une étincelle »
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Dragomir Orton, Dim 21 Mai 2017 - 11:31


Ils arrivaient, deux silhouettes noires à peine visible dans l'obscurité. A terre, le genoux en sang, Dragomir était fou de terreur, et chaque tremblement de son pauvre corps ravivait la douleur de son genou, broyé. Un mouvement rapide d'une des ombre et le garçon reçut un jet d'eau en pleine figure. Luttant pour ne pas respirer, un voile rouge se formait devant ses yeux. Il essayait de se raccrocher à quelque chose, de tenir, mais ses pensées filaient à une vitesse folle, comme des branches emportés par le courant. Il ne pouvait s’accrocher à aucune d’entre elles. Dragomir eut alors un sentiment d'horreur pure mêlé de résignation. Je vais mourir ici, je ne sait pas faire de sortilège informulés et même si je savait je suis face à des bêtes de guerre, je n'ai aucune chance. Quelque chose en lui céda. Il avait opposé une résistance dérisoire à ces monstres, mais voilà que maintenant tout espoirs lui semblait risible. Il baissa alors ses ultimes défenses et laissa l'eau pénétrer ses poumons. La douleur était telle que dans un sursaut involontaire de survie, son corps effrayé par la mort fit un ultime mouvement. Il se jeta de coté en un saut pathétique de poisson hors de l'eau afin de s'éloigner du jet et retomba sur son mauvais genou. Prostré là il l rendit une grande partie de l'eau avalée. Les larmes aux yeux il toussa et cracha, aspirant de grande goulée d'air tel un nouveaux née. Il réussissait à tousser, sa voie semblait être revenu. Trop faible et mutilé pour se redressé, fixant le sol moussu et poisseux de sang et d'eau il croassa.
-Deux contre...contre un. Un élève... N'avez vous donc pas d'honneur?

Il ne craignait plus de vexer les mages noirs, il allait mourir quoi qu'il en soit. Ils allaient l'abattre froidement et le laisser là dans la forêt, comme un jouet cassé.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Mangemort 91, Lun 10 Juil 2017 - 1:43


Leur sort avait fait mouche. Comme l'hameçon au bout d'une canne, l'enfant était cerné. Et terrassé.
Oublié des chances absurdes, et leur frustration exultait. Doucement. Comme un murmure, elle désertait. Comme un souffle au cœur,
aux lèvres et à l'âme. Quelque chose qui fuyait. Loin du corps assassin et assassiné. La presque-mère cessant d'apprivoiser.

Et le crépuscule au sol rougeoyait déjà.

Et quelques pas, une giclée d'eau, une attaque marine. Une odeur d'embruns qui les ramenaient au large. Perdition marine, et engloutissement dans une isolation sensorielle ô combien rêvée. Une idée,. Une chimère de noyade qui les auraient séduit au bord de l'eau. Mais il n'y avait pas ici de quoi faire la moindre folie. Alors, à peine attendri, ils s'étaient accroupis, non loin du corps oblique du jeune cerf poursuivi par les furets.

Mais voilà que l'enfant mal élevé n'appréciait plus les cadeaux de la vie.
Rendant à grandes pompes
L'eau qui les auraient volontiers caressés et étouffés.  

Alors ils se prostrèrent. Les pieds comme arriérés. Les gazouillis d'oiseaux cassé leur assommant la tête.

Deux contre...contre un. Un élève... N'avez vous donc pas d'honneur?

Ils rirent tendrement, amusé par la candeur manifeste de l'enfant. Quelques pas de travers et les voilà accusés. Jugés et dépecés.
Pour des actes incompris.
Pour des actes à demi-
.

Alors ils se penchèrent. Soufflant à l'oreille comme une leçon de vie.

Il n'y a d'honneur qu'avec la vie.

Death-eater
-theater.


Faute de crever les yeux de l'éternel incompris. Un petit #Obscuro dans les pupilles.
Pour ne plus voir la peur.
le jugement et la terreur.
De l'enfant miroir
Aux aspect dérisoires.
Revenir en haut Aller en bas
Dragomir Orton
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Dragomir Orton, Mar 18 Juil 2017 - 14:54


Le rire, voilà bien une chose à laquelle Dragomir ne s'attendait pas. Comment s'attendre à quoi que ce soit dans ces moments là d'ailleurs?  Dragomir avait été choyé, dorloté dans une riche famille et n'avais pour ainsi dire jamais "basculé" de l'autre coté du monde. Il ne savait rien de ces deux monstres, rien du "mal", rien de la vie. Par contre, la douleur, il venait de la rencontrer.
Et c'est là, les poumons encore en feu et les membres tremblants ou sanguinolents, qu'il perdit enfin ce qu'il lui restait de naïveté. Ces gens riaient, il riaient! Ils venaient de le briser, le moindre souffle de destin pouvait le faire basculer à tout moment vers l’Achéron mais eux riaient. Comme d'une bonne plaisanterie, comme d'un jouet désopilant ou d'un gamin qui trébuche. Le français senti un forme indistincte se pencher sur lui à travers le voile de douleur et de larmes.
Il n'y a d'honneur qu'avec la vie.

Dragomir ignorait encore tant de chose de la part sombre de l'humanité. Il était comme un enfant qui ne connait pas le mal. Bien sur que ces choses n'avaient pas d'honneur. Pourquoi s'en préoccuper après tout? Sans honneur, rien ne dicte la conduite, sans honneur la morale n'existe pas, le bien et le mal non plus, sans honneur on est plus... libre.
Un trait soudain et quelque chose changea, la douleur était toujours présente, mais la vue n'était plus brouillé, n'était plus tout court. Un seul geste et Dragomir sombra dans le noir total, le néant, l'oubli.
La panique le gagna, sans en être vraiment conscient il leva sa baguette vers le ciel et sanglota des mots inintelligibles. Il entendit un crac en l'air, sans doutes venait t'il d’envoyer quelquechose.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Daemon Stebbins, Jeu 17 Aoû 2017 - 21:58


Spoiler:
 




Dîner hors du temps

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

Oublier le passé, vivre le moment présent et préparer l'avenir ! Il faut beaucoup d'entraînement pour maîtriser le temps... qui passe à pas de géant... 

♫♫♫ Choix de Dey








Nous sortîmes du château avant d'être noyés dans la cohue des élèves voir cribler de questions par les personnes qe nous connaissions. Commencer cette soirée par un conflit Serpentard / Grfyffondor n'était absolument dans mes plans et inenvisageable si je voulais offrir une soirée de rêve à ma verte et argent. Je l'entrainais à un pas mesuré à cause de ses chaussures. Aya m'avait souvent dit et répétait que les chaussures à talons n'étaient pas franchement des plus pratique pour marcher même  certaines femme s'y habituaient aisément. Vu le style de Elhiya, qui portait en permanence des boots, je me doutais que ce n'était pas son genre.

- Tu n'as pas froid ? Je ne vais pas trop vite pour toi ?

J'étais conscient que nous aurions pu transplaner une fois le portail passé grâce au fait qu'Elhiya avait déjà son permis, néanmoins, je n'avais pas le désir que le déroulement de cette nuit soit accéléré plus que de mesure. Nous avions été séparés pendant vingt-quatre heures. D'ailleurs les plus longues de ma vie. J'avais eu peur qu'elle disparaisse aussi vite qu'elle s'était engouffrée dans mon existence par ce beau matin de samedi grâce à l'attaque sauvage de sa boule de poils. Je chassais ses idées de ma tête, rien ne devait venir m'assombrir et je voulais aussi tenir ma promesse de ne plus parler de l'incident. Je resserrais ma main sur la sienne et tourna la tête pour lui offrir un beau sourire. A ce moment, je choisis de rompre le silence en lui disant où nous allions précisément :

- Je t’emmène dans un restaurant situé dans une des rue perpendiculaire de la grande avenue de Pré-au-Lard. Il n'est pas vraiment connu par les élèves ainsi nous serons tranquilles de toute interruption de connaissances. C'est Jaimie qui me l'a conseillé. Il m'a dit que pour un premier rendez-vous, ce serait un endroit parfait. Il ne me l'a pas trop détaillé afin que je profite avec toi de la découverte du lieu et de l'ambiance.

Nous étions en vue du village grâce aux premières lumières qui apparaissaient. Je me répétais les indications de mon futur beau-frère pour guider ma douce à bon port.  Nous avancions tout en continuant de bavarder :

- Alors que comptes-tu faire à ta sortie de Poudlard ? Est-ce que tu t'es déjà décidé ?

Je l'écoutais en continuant de suivre la bonne direction. Il était étrange d'être là sans toute l'agitation que provoquait les sorties autorisées au cours de l'année pour les étudiants mineurs. Tout semblais plus calme, donnant un autre aspect aux divers maisons et commerces. Je tournais à droite, marchant encore une bonne centaine de mètres avant de reprendre à gauche. J'aperçus enfin l'enseigne indiquant : Diagon Cauldron. Je devais admettre que c'était un nom un peu étrange pour une auberge. Mais est-ce que c'était cela le plus important à cette heure ? Non, l'essentiel, c'était que la nourriture plaise à ma blonde. Que l'on puisse savouré une soirée, loin de ses satanés recherche et surtout qu'il l'enchante.

- Voilà nous y sommes.

L'extérieur ne payait pas de mine. Cependant il ne fallait jamais se fier à l'apparence extérieure chez les sorciers. Nous pénétrâmes dedans. L'ambiance était complètement à l’opposé à l'intérieur. C'était chaleureux et agréable. Quelques tables étaient occupées. Une jeune femme vint vers nous et demanda :

- Bonsoir. Je présume que ce sera une table pour deux.

- Bonsoir, oui s'il vous plaît. Un lieu un peu intime si possible.

La rouquine nous sourit en nous faisant signe de la suivre. Elle prit de menu au passage et nous fit traversés la salle. Je saluais d'un signe de tête les clients dont je croisais le regard visiblement amusé. Il ne devait pas être courant de voir deux jeunes gens un dimanche soir en cet endroit. Nous grimpâmes un escalier en colimaçon noir qui nous amena à une plateforme déserte. Il n'y avait pas âme qui vive. C'était exactement ce qu'il fallait. Ainsi nous serions tranquille comme j'en avais eu le souhait depuis la veille. La serveuse nous installa et nous tendit le menu.

- Faites votre choix, je reviens dans quelques instants prendre votre commande.

- Merci

Je portais mon attention sur ma petite-amie alors qu'elle ôtait sa cape. Je fus soufflé en découvrant sa robe. Elle était splendide à mes yeux. Laplus belle créature que j'avais pu voir dans toute mon existence. Je lui disait :

- Tu es magnifique. Cette robe te va à ravir et elle met en prime tes yeux en valeur.

Elle était appétissante dans cette tenue. Sur ce point là, il ne fallait pas que je m'attarde trop là-dessus sous peine de perdre mon contrôle. Je lui tirais donc la chaise afin qu'elle s’installa comme il convenait de faire. Elle se rapprocha de la table.

- J'espère que le lieu te plaît ? Choisis ce que tu désires. Même si je sais que tu aimes être indépendante, c'est moi qui offre ce soir et pas question que tu discutes.

Je lui fi mon plus beau sourire charmeur afin d'obtenir qu'elle céda à ma demande. Je voulais être à la hauteur même s'il ne s'agissait que d'un simple diner comme diraient certains. Cependant cette soirée allait nous faire franchir une nouvelle étape dans notre relation. Nous marquions le passage à quelque chose de plus sérieux, plus adulte puisque nous n'étions ni en uniforme ni dans l'enceinte surveillée de l'école. Je me mis à consulter le menu et repairait rapidement un plat qui me convenait.

- Tout d'abord, as-tu envie d'un cocktail avant de commencer à manger ou préfères-tu commencer directement ?

J'attendis que ma serpentarde me réponde.

- As-tu choisis ce que tu souhaitais déguster ?

Je l'observais, essayant de deviner si elle se sentait à l'aise dans ce lieu. Je voulais répondre à la moindre de ses envies ce soir quel quelles soient. A ce moment, la serveuse revint ?

- Avez-vous fait votre choix ?

- oui. Demande ce que tu as choisis.

Je patientais quelques instants...





by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A la nuit tombée...

Message par : Elhiya Ellis, Ven 18 Aoû 2017 - 11:52


 ♫♫

D’un compliment à son arrivé, d’une main prise dans la sienne, d’un rougissement pour simple réponse et le décor du château avait laissé place aux rues atypiques du village sorcier de Pré-au-lard. Les rues pavées avaient un autre attrait sous les rougeurs du soleil couchant, les ombres qui se mouvaient lentement elles-même semblaient plus gracieuses, les faibles lueurs aperçues par les fenêtres fermées paraissent plus chaleureuses, le moindre détail insignifiant prenait consistance sous la simple présence du brun à ses côtés. Cette façon attendrissante de la couvrir d’attentions, de prendre soin de ne pas marcher trop vite car elle portait des talons, de lui serrer un peu plus fortement la main quand il cachait certaines pensées, de s’enquérir de son état ou encore du temps. Tant de petites choses qui attiraient les railleries naturelles de la Verte quand elle pouvait observer ce genre de scène d’un œil extérieur.

Pourtant, c’était d’un sourire timide, alors que ses joues s’empourpraient, qu’elle avait accueilli le compliment au pied des escaliers. Et c’était toujours avec la même douceur qu’elle répondait qu’un signe de tête négatif au brun. Marcher avec des talons n’était pas compliqué, il suffisait juste de rester droite et ne pas être hésitante, prendre le coup lors des fêtes ou soirées avait été relativement rapide. Mais l’attention était charmante, avivant les certitudes toutes nouvelles de la blonde. Ce garçon savait l’apaiser en un simple mot, la déstabiliser en un simple sourire, lui faire perdre contenance en un regard, et elle qui avait toujours été indépendante se sentait incapable de faire un pas en arrière, de lui lâcher la main, de le faire disparaitre de son existance.

D’un regard débordant de tendresse, elle l’écoutait lui expliquer comment il connaissait l’endroit qu’il avait choisi pour leur premier rendez-vous, trahissant l’organisation dont il avait fait preuve pendant son absence. C’était tellement touchant qu’aucun mot ne franchirent la barrière de la bouche d’Elhiya qui continuait à suivre d’un pas assuré le trajet que prenait le brun. Les rues défilaient devant ses yeux, plusieurs dans lesquelles elle n’avait jamais mis un pied, beaucoup abritant de petites habitations, quelques boutiques semblaient s’être perdue entre les géraniums fleuris qui ornaient les fenêtres des domiciles, alors que la foule de badauds s’amenuisait à chaque nouveau pas effectué. Pendant une fraction de seconde, la possibilité d’être perdu lui avait caressé l’esprit. Il y’avait tellement de ruelles dans le coin qu’elle n’en aurait pas voulu à Daemon. Surtout qu’il s’efforçait de changer le sujet, lui demandant ce qu’elle comptait faire après Poudlard.

Un soupire incontrôlable lui avait lourdement échappé. Il y’avait peu elle savait parfaitement quoi faire, elle avait tout planifié avec sa meilleure amie, mais cette dernière avait désormais un emploi, repoussant leurs projets et rêves de gamines, les recalant au simple rang d’éventualité. Et puis y’avait son cousin aussi maintenant avec qui il fallait composer. Ses propensions à vouloir approfondir ses recherches devaient être égales aux siennes, et une fois en dehors de Poudlard, les obligations d’étudiants comme rentrer tous les week-end, ne pas tester certaines formules, devoir rendre des comptes, disparaitraient immédiatement. Il y’avait également la boutiques d’apothicaire de son père, pendant les vacances elle devait aider, préparer les potions, remplir les fioles, confectionner les onguents, c’était rébarbatif et nullement amusant, mais il était sûr que son géniteur lui proposera de reprendre le flambeau. Superbe perspective.... D’un léger sourire, les seuls mots qui semblaient valable pour répondre correctement n’étaient que peu enthousiaste.


« Hum, soit je travaille dans la boutique de mon père, soit je me lance quand même dans la magizoologie  comme prévu depuis mes 11ans. Mais pour être sincère je ne sais pas trop. Ça implique pas mal de voyages à l’étranger par la suite, et ils étaient prévus avec ma meilleure amie qui finalement est devenue vendeuse. »

Et surtout, ça impliquait de mettre sa relation avec le brun entre parenthèse pendant quelque temps. A supposer qu’ils soient encore ensemble à ce moment-là. Et à l’heure actuelle, ce n’était pas une option que la blonde voulait envisager. Elle se voyait mal courir après une bestiole mythique pendant des mois pour regrouper le maximum d’information afin de prouver son existence, en laissant Daemon poireauter tranquillement.  Déjà ça ne se faisait pas, et surtout elle n’avait aucun droit de lui dire « je me casse, je sais pas quand je reviens mais je veux que tu m’attendes », ça, c’était valable avec son féreur et son Boursoufflet, rien de plus. Mais finalement comme une petite enseigne en fer forgée se découpa sur le ciel ternis, Elhiya évita de trop s’étaler sur le sujet. Ce n’était pas plus mal..

Pénétrant dans un établissement assez intimiste, elle parcourait la salle des yeux, curieuse. Les tontes des boiseries donnaient un aspect chaleureux et rustique au lieu. Assez coutumier de ce qui se faisait chez les sorciers, très agréable en soit. Comme on leur avait présenté leur table à l’étage, isolé du bruit et des autres clients, Elhiya remercia sa serveuse d’un signe de tête et retira sa cape de sorcier pour la poser sur le dossier de la chaise, dévoilant sa robe verte et noire, attirant un nouveau compliment qui la surprit. Elle avait totalement oublié que le brun n’avait vu que ses chaussures au final. D’un sourire amusée et d’un nouveau rougissement, elle le remercia en s’asseyant.


« Et dis-toi que c'est le résultat après les  30 pauvres petites minutes que tu m’as octroyée. Mais merci, Lucy à dit exactement pareil quand elle m’a imposée la couleur, je voulais du bleu moi.. »

L’heure n’était pas à parler chiffon de toute manière, mais plus à se délecter des nouvelles attentions de son petit-ami qui n’avait de cesse à se complaire en diverses questions qui finirent par arracher un pouffement de rire à Elhiya. Il ne lui laissait même pas le temps de répondre en plus, pour peu, elle croirait qu’il avait fondé tous ses espoirs sur ce repas pour décider de l’avenir de leur relation qui avait a peine débuté. Reposant la carte sur la table, Elhiya adressa un sourire conventionnel à la serveuse, lui énonçant sa commande

« Hum oui, pas de cocktail pour ma part, mon estomac ne tolèrera pas ce soir. Je vais vous prendre une salade du chef avec ses toasts en ce qui me concerne. »

Léger regard à Daemon, s’il ne sautait pas sur l’occasion pour lui demander pourquoi elle refusait un verre d’alcool et un des autres plat qui semblait appétissant sur le menu elle avait de la chance. Mais même en faisant un effort, la soirée de la veille lui restait encore un peu sur le ventre et il lui était impossible de prendre autre chose, au pire elle se vengerait sur un dessert, elle ne savait pas leur résister. Attendant que l’employée parte avec leur deux commandes, Elhiya s’accouda légèrement sur la table, les bras croisés pour se repaitre des pointes d’ambres des prunelles du jeune homme qui ressortaient avec toute la boiserie. Elle avait également noté que si les garçons n’avaient que peu de choix vestimentaire, abandonner la classique chemise blanche était une très bonne idée. Le noir était fait nettement plus habillé.

« Ça te va mieux que le rouge et or quand même. Par contre… J’ignore si c’est bien judicieux de ta part mon cœur, sauf si le but était de me donner envie de jouer à nouveau avec »

D’un regard espiègle, elle lui avait adressée son plus beau sourire. Ce n’était pas sa faute si ce morceau de tissus était relativement pratique pour attirer le jeune homme à elle quand il était trop loin à son gout. Certes, elle savait se tenir en extérieur et ne viendrait pas à y toucher à l’heure actuelle, mais la taquinerie était bien trop dur à contenir. Tortillant une de ses mèches de cheveux dorée, elle inclina la tête sur le côté, un sourire plus tendre se dessina sur ses lèvres. Elle pouvait bien se perdre des yeux sans rien dire, mais un détail la chiffonnait un peu. Ce restaurant, leur tenue, le mal qu’il avait dû se donner pour le trouver.

 « Pourquoi as-tu voulu donner un ton si formel à cette sortie ? On a tout le temps pour se pointer en tenue de soirée. Non pas que ça me déplaise, mais avec les cours demain, ça écourte forcement la soirée, non ? »

Quitte a vouloir donner des aspects de soirée parfaite à leur sortie, pouvoir oublier le fait qu’ils devaient retourner à Poudlard aurait pu être une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A la nuit tombée...

Message par : Daemon Stebbins, Sam 19 Aoû 2017 - 8:35





Dîner hors du temps

Elhiya Ellis - Daemon Stebbins

Oublier le passé, vivre le moment présent et préparer l'avenir ! Il faut beaucoup d'entraînement pour maîtriser le temps... qui passe à pas de géant...

♫♫♫ Choix de Dey








J’observais Elhiya pendant qu'elle commandait. J'avais un mal fou à détacher mes yeux d'elle. Peut-être avait-elle du sang de sirène vu comme j'étais hypnotisé. Je fixais ses lèvres en mouvement. Je n'avais qu'un désir m'en emparait pour m'y désaltérer. Comment faisait-elle pour m’ensorceler à ce point ? C'était un véritable mystère. Je me raclais la gorge pour reprendre mes esprits et sortir de cette transe sans fin. La serveuse se tourna alors vers moi, en demandant :

- Et pour vous ?

- Pour ma part se sera un pain de viande avec accompagnement complet. Pas de cocktail non plus. Par contre, comme boisson nous prendrons de la bièreaubeurre.

La rouquine souriait en récupérant les menus et avant son départ, annonça :

- Je vous apporte cela tout de suite.

Elle fila d'une démarche assuré pendant que je demandais à ma blonde

- J’espère que ça te convient comme boisson ma douce. Le whisky pur feu est à éviter si je ne veux pas que tout capote.

Je tendis ma main pour capturer se doigts qui étaient sur la table. Ma serpentarde en profita pour faire remarque amusante sur le fait que je portais une cravate. Je lui souris trouvant cela à la fois drôle et ironique. Mais c'était pour se mélange là que j'avais été séduit par la demoiselle dés que j'avais échangé nos premiers mots. Elle était vive, piquante, belle et surtout prête à bouffer la terre entière afin de protéger son bonheur.

- Je voulais sortir parce que je souhaitais que l'on se voit dans un autre cadre. Parce que je n'en pouvais plus de rester entre ses quatre murs. Parce que je savais que je ne maîtriserai pas forcément si on allait à la salle sur demande. Que je ne veux pas que tu es des regrets à cause de moi un jour. Et le primordiale, savoir si tu sais te tenir à table.

J'avais fait une pointe d'humour pour ne pas qu'elle ressente de la pression par mes propos qui aurait pu la mettre mal à l'aise.

- Puis je refuse que nous nous installions dans une routine, nous somme bien trop jeune pour agir de la sorte. Puis ici, nous pourrons apprendre à mieux nous connaître.

Je terminais en disant :

- Et puis ce n'est certainement pas à l'école que j'aurai pu te contempler habiller de la sorte, sans devoir partager cette vision avec un tout un tas d'élèves. Ici, tu es à moi et je peux profiter de cet unique spectacle que tu me montres.

Je caressais de mon pouce le dessus de la main de ma blonde accentuant inconsciemment, la sensualité de l'instant. La serveuse revint et déposa deux chopes sur la table.

- C'est la meilleure façon de consommer cette boisson. vos plat seront prêts dans dix minutes. Merci de votre patience.


- Même si la soirée est courte à cause des cours demain, je voulais profiter de ce que j'avais prévu hier. Cela te plaît pas ? Parce que je n'avais pas envie d'attendre une semaine complète pour le faire enfin.

Une partie de la vérité était sortie. J’espérais que cela suffise...




by Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: A la nuit tombée...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 9

 A la nuit tombée...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.