AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 11 sur 13
A la nuit tombée...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant
Aya Lennox
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
En ligne

A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Aya Lennox, le  Dim 25 Fév 2018, 15:43

RP avec mon Loup.


Une affaire oubliée
Flashback ; Aya a 16 ans.


Elle détestait Poudlard. Certes, les hauts murs du Collège valaient mieux que le manoir familial. N'importe quel endroit prenait des allures de Paradis sur Terre, comparé à la tristesse de son Ecosse natale et de l'ermitage provoqué par les délires de sa famille.
Mais Aya n'avait que trop peu d'occupations, en dehors des heures de cours. Eplucher les livres de potions et de métamorphose, puis finir par connaître la bibliothèque de Poudlard par coeur, ce n'était pas suffisant. Les murs du château l'étouffaient. Les autres l'effrayaient. Elle ne supportait plus la compagnie des élèves, des professeurs, les mêmes allers et retours dans les longs couloirs rigides qui la bousculaient.

Ses sorties à Pré-au-Lard étaient devenues de plus en plus fréquentes - autant que le règlement de Poudlard le permettait, en réalité - et Aya voyait en ces rues un bon moyen de décompresser, et d'être quelqu'un d'autre pour une fois. Pouvoir quitter l'uniforme de l'école, le temps de quelques heures, était salvateur. Bien que beaucoup d'élèves parcouraient également les rues du village, elle pouvait se contenter de les ignorer et déambuler en tout anonymat.
Les abords de la forêt regorgeaient de spots parfaits pour s'aérer l'esprit, lire un peu ou s'entraîner à la magie, aussi discrètement qu'elle le pouvait. Aya n'ayant que trop peu de connaissances amicales, il lui fallait bien se débrouiller seule pour s'amuser ou s'occuper, tout simplement.

Le soir tombait tranquillement sur les rues, et un vent aride, typique d'un hiver passé à se les geler, menaçait le village et sa campagne environnante. Aya quitta les Trois Balais, réchauffée par un agréable thé au citron et quelques heures de révisions personnelles. Ses intérêts variés prenaient de plus en plus forme, et elle essayait tant bien que mal de suivre ses lectures personnelles mais également ses lectures à côté, souvent composées de livres volés à ses grands-parents. Une fin de journée dans un bar était le refuge idéal.
La jeune sorcière accueillit l'air glacé en enfilant ses gants et en remettant son cache-nez correctement, pour qu'il serve tout de même à quelque chose d'autre qu'à décorer le port de son cou droit. Les rues, ce soir-là, étaient étrangement vides et elle ignorait si le bar était bondé. Elle était partie, perdue dans ses pensées, sans jeter un oeil autour d'elle. Plutôt tourmentée par le chemin du retour et la possibilité qu'elle ne retourne à son dortoir glacée.

Ses pas empressés résonnaient sur les pavés. La jeune femme à la silhouette chétive, pourtant habituée à passer inaperçue, se sentait mal à l'aise. C'était peu dire. Focalisée sur le bruit propre à son passage, elle s'attendait à tout moment à entendre d'autres pas rejoindre sa promenade.
Cela n'arriva pourtant pas, et elle traversa une place complètement vide, quelque part rassurée. Elle ne croiserait décidément personne, ce soir-là. L'adolescente regretta pourtant de ne pas avoir emmené son furet avec elle. La bestiole aurait été une compagnie rassurante. En arrivant à un carrefour de ruelles, Aya souffla de l'air chaud, comme pour décontracter son thorax compressé par le temps décharné. Ce fut à ce moment-là qu'ils apparurent, au détour d'une maison.
La rencontre se passa sans encombre. La jeune fille s'arrêta nette, un quart de seconde, le temps de laisser son pauvre palpitant se remettre de la surprise. Elle reprit rapidement sa marche, non sans jeter un oeil incertain aux trois hommes qui s'étaient arrêtés pour la regarder passer.

Aya soupira et se concentra sur sa route, yeux rivés droit devant elle. Etrangement, elle ne le sentait pas. Elle n'avait pas vraiment réussi à discerner les visages des promeneurs nocturnes, et son instinct lui suggérait que ce n'était pas bon signe. Surtout qu'ils s'étaient arrêtés pour la regarder. Quelques bribes d'informations remontèrent de ses sens à son cerveau, lui indiquant qu'il s'agissait certainement de trois hommes, bien plus âgés qu'elle. Elle n'aimait pas trop s'attarder sur des préjugés, mais le cadre spatio-temporel n'était pas franchement en sa faveur. Elle était seule, ils étaient trois. Avec un peu de chance cependant, ils s'étaient contentés de se diriger vers un des bars du village, dans l'espoir de se réchauffer.
Pas vraiment, en fait. En se retournant, Aya constata que deux silhouettes avaient rejoint son cortège solitaire, à quelques bons mètres cependant. La sorcière déglutit lourdement, accéléra le pas. Son coeur battait dans ses tempes et un malaise voulait lui troubler la vue. Mais elle se savait de sang-froid. Il lui suffisait d'user de malice ou d'assurance, plutôt, pour s'extirper des environs. A l'instant, ses sens se jouaient d'elle.
L'air froid n'insufflait pourtant pas beaucoup de courage à la Serpentard, qui paniquait un peu. La distance ne semblait pas s'accroître au fur et à mesure que ses pas se faisaient plus rapides. Bien au contraire, ils semblaient toujours portés au même rythme qu'elle.

- On est pressée ?
Une voix d'acier s'insinua à son oreille et Aya sursauta, troublée de ne pas avoir vu le troisième homme s'approcher d'elle. Elle avait baissé la garde, le temps d'un instant. D'où venait-il ?
- Je... Elle avait reculé, main sur sa poitrine, et reprenait quelque peu ses esprits. Je... je dois retourner à l'école, bégaya-t-elle sans oser regarder le visage qui lui faisait face.
- Oh... Il se fait un peu tard. Ils doivent t'attendre.
Enfin, elle tenta de croiser son regard, méfiante. Il n'était pas franchement laid, même plutôt mignon, objectivement. La vingtaine et plus, au moins. Un large sourire étirait ses traits bien dessinés et ses cheveux noirs, lâchement coiffés vers l'arrière, lui donnaient un drôle d'air. Un peu aérien. Aya écarquilla légèrement les yeux, assez surprise en fait. Leur face à face ne dura pas longtemps, puisque ses deux amis les rejoignirent rapidement.
- Tu ne nous présentes pas, Markl ?
Elle n'y tenait pas franchement. Les mirettes du jeune homme s'étaient assombries et un mauvais sourire étirait désormais ses lèvres. Aya ne dévisagea pas les deux autres, au contraire se détacha d'eux, beaucoup trop proches d'elle, la tenant comme en proie.
- Je dois y aller, de toute façon, murmura-t-elle en tentant de se dégager vers l'avant.
- Je ne crois pas, ma belle, répliqua sans attendre le beau jeune homme, qui agrippa le poignet de la sorcière avec brutalité.

Les mirettes d'Aya se troublèrent, et elle étouffa un cri de surprise et de douleur. Ses instincts n'étaient pas si pourris que ça. Cette rencontre n'était pas franchement amicale.
Azphel
Azphel
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Azphel, le  Lun 26 Fév 2018, 16:39

Avec Elle

Flashback ; Azphel a 26 ans


P oudlard. Vu depuis Pré-au-Lard, le château avait une aura particulière, presque mystique. Et la brume hivernale qui dansait tout autour conférait à l'école une ambiance surréaliste. Ce lieux est vraiment fantastique, pensa le Directeur de Serpentard, réélu il y a peu. De tout le monde magique, l'école de sorcellerie était l'endroit qui exerçait le plus de fascination sur le sorcier, et ce depuis l'adolescence. Le passé et les secrets du château pouvaient s'entrevoir à même les murs. Et si Azphel avait aujourd'hui un pied-à-terre en bordure de Londres, l'école restait la demeure dans laquelle il s'était senti le mieux, tout au long de sa vie.

Sous un ciel bleu givré paré d'un soleil déclinant, il rentra dans les Trois Balais en se frottant les mains pour les réchauffer, et rejoignit le comptoir en adressant un sourire transi aux serveurs.
- Mr Lamar ! Ça alors, déjà la surprise de recevoir le nouveau Directeur de Serpentard ! s'exclama un sorcier qui avait la trentaine.
- Les nouvelles vont vite, à ce que je vois...
- On se souvient surtout de vous par ici, dit le serveur avec respect, soucieux de ne pas contrarier son client. Vous étiez déjà Directeur il y a quelques années et votre passé de Ministre laisse des traces...
- Je vous le fais pas dire, dit Azphel qui se forçait à sourire. Je crois que ces faits reviennent plus facilement à la mémoire des gens qu'à la mienne.
- Ah, ah !, J'imagine que vous avez dû en avoir, c'est sûr... Qu'est-ce que je peux vous offrir ? demanda-t-il au mage qui haussait les sourcils pour signifier "Si vous saviez..."
- Un whisky pur feu, s'il vous plaît.

Le serveur s'affaira derrière le comptoir sur lequel il posa le verre d'Azphel une fois préparé. Il encaissa le Galion et resta adossé à un tonneau, les bras croisés. Il semblait partagé entre sa curiosité à poser des question au nouveau Directeur et sa conscience qui ne voulait pas l'importuner. Finalement, quand Azphel eut presque vidé son verre, il risqua :
- C'pas trop dur de revenir, de mémoriser toutes ces têtes en milieu d'année ?
- Ça prend un peu de temps, répondit le sorcier. Je ne me rappellerais pas tout le monde, mais on ne me le reprochera pas, tant que je ne perds pas un élève en cours d'année !
Le serveur rit de bon coeur à la plaisanterie et Azphel en profita pour finir son verre. On lui en proposa un second aux frais de l'établissement, mais il préféra le refuser poliment. Le Directeur réajusta sa cape sur ses épaules et quitta les Trois Balais, avec en tête une réunion de professeurs qu'il devait avoir le lendemain.

Le sorcier sortit de l'établissement pour s'offrir aux rues du petit village, presque désertes. Il remonta une ruelle et bifurqua dans une autre qu'il suivit sur une centaine de mètres, avant de tourner de nouveau sur sa droite. C'est à ce moment-là qu'il entendit des échos de voix qui venaient de derrière les maisonnées près desquelles il se trouvait. Une voix d'homme et une autre de jeune fille. Il en prit la direction, sachant qu'il retomberait sur l'artère principale qui menait sur le chemin serpentant jusqu'au château.
Les voix entendues se firent un peu plus claires, et il distingua celles de deux hommes avant que la voix de la femme ne s'étrangle en un cri strident.
L'instinct du sorcier prit le dessus, son cerveau s'activant, le laissant penser qu'il ne s'agissait pas là d'un fait anodin, et il empoigna sa baguette magique avant de se précipiter au bout de la ruelle.

En déboulant, il aperçut trois hommes qui forçaient une jeune fille de l'école à les suivre, la tirant par les mains.
- HÉ ! hurla le sorcier, ne sachant trop à quoi il avait affaire.
Il entendit un juron en langue étrangère et les deux hommes qui tenaient la jeune fille disparurent avec elle alors que le dernier s'avançait d'un pas rapide vers le sorcier.
Azphel le vit sortir sa baguette, fronça les sourcils et...
Le sortilège informulé était aussi inattendu que bien exécuté, et il se retrouva projeté dans les airs avant de retomber sur le sol, plusieurs mètres plus loin. *Bon sang...*

Il peina à se relever et à retrouver sa baguette. Malgré toute la hargne qu'il mit dans ses mouvements, quand il la récupéra, c'est vers une rue déserte qu'il la pointa. *Et me*de* Où étaient-ils partis ? Il se mit à courir, prenant la direction de la ruelle dans laquelle il avait vu les hommes disparaître. Elle était désespérément vide et il n'y avait aucune trace des agresseurs ou de la jeune fille. Azphel accéléra le pas, courant dans une direction inconnue. Il prit de multiples embranchements, explora les cul-de-sac du petit village en fonctionnant à l'instinct, pensant se diriger à chaque fois dans la bonne direction. Il y a quelqu'un ? hurla-t-il dans une rue étroite.
Combien de temps s'était-il déjà écoulé depuis que l'homme l'avait touché. Cinq ? Dix minutes ?

Le sang d'Azphel se glaça quand il entendit le cri d'une femme dans l'air. Il se retrourna aussitôt et regagna à grandes enjambées l'allée principale. La voix provenait de la forêt, en dehors du village... Le sorcier courut si vite qu'il le pouvait, ignorant le froid harassant qui entrait dans ses poumons et le poing de côté qui se manifestait sur son flanc droit. Bientôt, le village de Pré-au-Lard disparut dans son dos, et les ténèbres de la nuit lui firent face. Son coeur battait à tout rompre, il avait peur du pire, mais surtout, il avait peur de ne rien pouvoir faire... Les bois étaient vastes, et les hommes trois, de ce qu'il avait vu... Il allait se laisser happer par une vague d'abattement quand la jeune fille hurla un appel au secours, tout proche...

Azphel s'enfonça dans la forêt en direction de l'origine de la plainte, et s'arrêta net quand il vit, de dos, trois hommes tout proches d'un arbre. La sorcière paraissait étendue sur le sol et se débattait comme elle le pouvait dans des gestes faibles.
- Arrêtez-vous tout de suite ! hurla Azphel en dirigeant sa baguette sur les trois agresseurs.

Ils se retournèrent vers lui et pointèrent leurs armes dans sa direction. Azphel n'était pas décidé à se laisser avoir une seconde fois et son sort partit beaucoup trop vite pour être esquivé. Il toucha de plein fouet l'un des trois hommes. Les deux autres ripostèrent immédiatement et il y eut une pluie de sortilèges qui explosa dans la forêt, la plupart s'entrechoquant, d'autres atteignant des arbres. Essuyant des tirs nourris, Azphel s'adossa à un grand chêne, le temps que la tempête se calme, jusqu'à ce qu'il n'entende plus rien. Quand il risqua un oeil, les hommes avaient disparu. Gardant sa baguette magique comme moyen de défense, il se dirigea vers l'endroit où la jeune fille se trouvait. Ses gémissements et ses pleurs l'avertirent qu'elle était bien vivante, et il la trouva assise contre le tronc d'un arbre, en larmes. Ses vêtements et sales et défaits, son visage et ses mains couverts de terre.

- Ça va bien, je ne te veux pas de mal, dit-il prévenant, en tendant les deux mains devant lui.
Mais la jeune fille avait dû reconnaître le Directeur de Serpentard, puisqu'elle le laissa approcher. Azphel s'agenouilla à sa hauteur, jeta un regard autour d'eux pour s'assurer qu'ils étaient bien seuls, et enleva des mèches de cheveux blonds devant le visage de la jeune fille. Là, malgré les larmes, les balafres, le teint rougeâtre et les expirations bruyantes, il reconnut une élève de sa maison... Aya.. Quelque chose en 'Ox, de mémoire, un nom écossais.
*Bordel de...*

- Tout va bien, tenta-t-il de la rassurer, posant une main sur son épaule. Ils sont partis, c'est fini...

Malgré le fait qu'il ressentait qu'elle n'avait pas peur de lui, il la voyait tétanisée, visiblement blessée.... peut-être v... atteinte de différentes manières.
- Dis-moi ce qui s'est passé... Ces garçons, étaient-ils de l'école ? Tu les connaissais ?
Mais posant ces questions banales, Azphel savait bien que non. Les sorciers qu'il avait entrevu étaient trop âgés pour être de Poudlard, et il y avait fort à parier qu'il ne les reverrait plus dans le coin avant longtemps. Encore qu'il faudrait avertir le Directeur de leur présence et des risques.. histoire de faire poster un Auror ou deux pour la protection des élèves.


Aya arrive. Si le temps de réponse dépasse la limite, ne pas prendre s'il vous plaît.
Invité
Anonymous
Invité

A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Invité, le  Mer 13 Juin 2018, 00:46

Pente glissante
PV avec Lïnwe
Autorisation de Aya de rp en parallèle

Le château. En partie inexploré, en partie abandonné. Froid et lugubre par endroits. Mais pas aussi silencieux qu’on pourrait l’espérer. Quand les oreilles traînent à toute heure du jour ou de la nuit, on se rend compte que le bruit empli toujours. Les conversations parcourent les murs de pierre. Et si on est au bon endroit au bon moment, on peut entendre les petits secrets. Les conversations cachées. Ce que certains voudraient garder pour eux se retrouve révélé au grand jour. Mais la métisse est une tombe, et les secrets se perdent aussi vite qu’ils sont interceptés. Sauf un.

Cette information là n’est pas tombée dans l’oreille d’une sourde. D’après les bruits de couloirs perçus non loin de la salle commune des lions, quelqu’un dans le château a sous la main quelque chose d’assez flou en rapport avec les rêves. Très lacunaire comme rumeur, mais largement suffisante pour attirer l’azur. On dit que la nuit porte conseil, mais la phrase exacte devrait être le sommeil porte conseil. Parce qu’après une nuit en tête à tête avec ses pensées, les nerfs à vif, on a tendance à prendre des décisions plus que discutables.

Nous revoilà aux abords des Trois Balais, à deux rues d’un souvenir vieux de presque trois mois. C’est fou comme le temps à cette capacité de changer les choses, mais aussi de les figer. C’est comme si on sentait encore cette odeur de brûlé. L’angoisse qui guette au coin de la rue pousse à entrer. Chercher des yeux “le serveur le plus jeune” comme l’a si bien dit cette voix de l’autre côté du mur. Un visage plutôt familier, qui donne confiance.  profiter de l’ouverture attendue lorsqu’il se penche pour servir. Glisser un bout de parchemin griffonné d’une invitation, et s’éclipser sans un mot.

La ruelle est déserte, comme prévu. La nuit enveloppe le tout de son manteau de suie. Parfait camouflage. Fantôme dans l’ombre d’un angle attend son heure. Impatience. Crainte. Promesse d’une délivrance prochaine. Compter, intérieurement. Un… Deux… Vingt-huit. Heures. Sans sommeil. A la merci des tempêtes d’émotions, des tsunamis de sentiments. Faites que ça s’arrête. Juste un instant. Une respiration. Un bruit de pas.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 14 Juin 2018, 21:29

— PV Aoi.

Le vacarme assourdissant. Il est parfois pire d'entendre du bruit de fond continu qu'une mélopée mécanique à la Mozart-piqueur. À l'instar d'heurter ses tympans travailleurs, le premier s'immisce dans le cerveau à reprises régulières, comme le coucou - comme une drogue : des voix qui s'entremêlent sans jamais s'arrêter. À en devenir fou. Des gestes brefs, la brutalité animale. Parasite parachute, le bord d'une falaise. Au bord du malaise. Spasmes incontrôlés de la main sur les rebords rugueux du vieux comptoir en bois. Le pire, c'est qu'il y a parmi toutes ces bribes d'expression finalement inaudibles, des discussions intéressantes, des propos colorés, de quoi récolter des informations pulpeuses à des moments. De quoi ruiner la vie intime de certains individus, juste en écoutant, mollement. Mais à choisir, il préférerait se piquer le crâne d'échardes étincelantes, on dit que l’acupuncture fait des miracles, si ce n'est ravages.

Soudain, les yeux brûlent devant la blancheur d'un papier
chiffonné à la va-vite, un empressement qui

de nature devient désireux
d'en apprendre davantage.

On le demande derrière le pub
pour autre chose qu'un verre ou qu'un bon repas chaud.

Sortir par la porte de service
et tourner autour pendant quelques minutes

là-bas, elle y était
cette fille aux fines allures

étrangement
elle avait le même gabarie que Lïnwe.

Les nouvelles vont vite.
De quoi entamer une discussion professionnelle.
Business is business _

Invité
Anonymous
Invité

A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Invité, le  Jeu 28 Juin 2018, 02:46

La silhouette se découpe dans l’obscurité, atténue la distance un pas après l’autre. Plus le corps approche, plus les cheveux sur la nuque se dressent. Ça se concrétise, on sent l’avenir se dessiner un peu plus précisément. Ce n’est plus le moment, mais le doute étreint un instant. Oui, c’est une mauvaise idée, oui elle devrait rentrer et se tenir à l’écart des problèmes comme elle l’a promis à la rousse. Mais c’est trop tard, et les quelques mots l’enchaînent sur le pavé.

- Pour qui sait écouter.

L’inflexion n’est pas inconnue, visage plusieurs fois croisé. Mais dans ce clair-obscur la perspective change. Les os ressortent, deux squelettes en face à face. On découvre de nouveaux visages, les lumières ténues tracent des grimaces sous les masques du jour. La Vérité, comme il l’a dit, est là. S’épanouit la nuit, éclos dans le noir. La nuit oppresse, fait se refermer les bras autour du cardigan couleur de ciel d’orage. Mais chercher de la chaleur n’est pas une priorité. L’esprit exténué prend le dessus, ne veut plus perdre un instant.

- Alors ?

Un simple mot, aux accents impatients, presque impérieux. Ne pas admettre qu’on ne sait pas pour quoi on vient. Qu’il manque des informations. Qu’on a presque agi sur un caprice. Faire un pas en avant, regard pressant. Le décompte continue dans la tête, tic tac du temps qui passe sans s’arrêter, qu’on ne peut que regarder filer, glisser entre les doigts. Doigts qui se tordent d’avidité. Les yeux restent fixés sur le visage fin, les pensées partent voleter au loin. S’imaginent déjà au pays des songes. Se laisser bercer par les illusions de la brise nocturne.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Lïnwe Felagünd, le  Lun 16 Juil 2018, 15:47

Mille excuses, j'avais oublié de surveiller le sujet !... :x

Rester accoudé contre le pan de mur de briques rouges ; de peur de perdre l'équilibre, il est toujours plus rassurant de se tenir penché. Les bras croisés, comme pour montrer sa désinvolture, de son imposture autoritaire. L'analyse silencieuse du profil de la sorcière parmi le clair-obscur des lampadaires artistiques. S'il pouvait donner un nom, il aurait parié sur du Rembrandt. Une poupée de cire squelettique, probablement seule, à court d'émotions tumultueuses. Et quand il n'y a plus d'ami, plus d'épaule, plus de soutien ni de peluche, ni d'attrape-rêves au-dessus du lit... on est prêt à tout pour se satisfaire des morsures de la vie.

L'impatience lisible sur le bord des lèvres : une littérature qui lui est familière. C'est pourtant la première fois qu'elle lui demande une folie. Ce fruit exotique, comme il l'appelle. Lïnwe avait toujours pensé que les gens finiraient par devenir accro, et par définition, végétarien, à force d'en manger. Elle avait tout le physique pour en devenir une. Sa cascade capillaire, aux couleurs de la nuit, lui rappelait celle d'une amie, mais c'était différent ici. Il ne la connaissait pas tant que ça, et c'était mieux ainsi. Ne jamais sympathiser avec le client. Le garçon avait par ailleurs une fâcheuse habitude d'accompagner le consommateur dans son oubli de soi. Autrement dit, tester avec.

Mais pas ce soir. Comme une impression
étrange - et puis, il n'avait plus qu'une seule graine sur lui

                                                                                   (c'était surtout ça qui l'en empêchait)

Sortant de sa poche le kiwicot
encore tiède dans la paume de sa main
ça fera 6 gallions

c'était beaucoup plus cher avant
mais depuis sa disparition sur le marché
les prix avaient chuté

mais il redeviendra bientôt
aussi cher que son passé

bien renseigné.

Il fallait aller de l'avant
faire parfois des sacrifices
pour remonter la pente.

Alítheia
Alítheia
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Alítheia, le  Ven 31 Aoû 2018, 17:58

pv wth Alexeï

La curiosité, une faim qui la ravage, contre laquelle elle est obligée de plier. Elle fait confiance à ses alliés, mais son âme butée désirera toujours voir de ses yeux, avant le jugement. Elle retient les noms et les adresses, rend des visites à l'improviste. Camouflée derrière son apparence banale -elle n'a rien à cacher- un simple objet à montrer pour prouver son identité. Elle le fait rouler dans sa main, baguette prête dans l'autre, juste au cas où, puisqu'après tout, elle ne croit que ce qu'elle voit.

L'homme en question ne devrait pas tarder à finir son service, selon les informations de Seven. Ils ont une bonne relation, un homme d'à peu près son âge. Ali, elle, ne le connait que de vue. Elle est là pour apprendre à découvrir cette nouvelle recrue, savoir la nature de ses motivations, l'entendre refaire le monde de ses projets et de ses rêves. Elle est venue apprendre à gagner sa confiance, elle est venue voir si elle peut lui confier, un jour, sa propre vie.

Une robe sobre foncée, surmontée d'une cape basique, la Phénix attend dans l'ombre, appuyée contre une table qui doit appartenir à la Tête du Sanglier. Des lumières éclairent légèrement la rue passante, mais les clients se font moins nombreux. Elle observe le ciel dégagé en patientant, en oublie presque de s'inquiéter des dangers qui la guette. Un coup d’œil à sa montre, il ne devrait plus tarder.
Alexeï Dragoslav
Alexeï Dragoslav
Poufsouffle
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Alexeï Dragoslav, le  Lun 17 Sep 2018, 15:08

Les nuages passent dans le ciel comme les clients que le Poufsouffle s'évertue de servir au fur et à mesure de son service. Chacun avec ses exigences qu'il s'évertuait à soulager, à traiter. Une fin de service approchait néanmoins et le simple fait de se balader à la nuit tombée revigorait l'énergie du garçon qui n'attendait plus que ça.

Une ultime table nettoyée à la sueur du front, tandis que la vaisselle se faisait nettoyer à l'aide d'une brosse magique. Le monde était plus que facile grâce à des sortilèges et jamais tu n'espérais vivre comme un moldu. Son service fini, il était content de poser tablier et calepin pour se concentrer à sa marche organisée.

Salutations banales avec le reste de l'équipe avant de franchir le pas de porte pour y retrouver une légère brise revigorante, enivrante. Non loin du perron, encore quelques clients flânaient, attendant l'heure de fermeture probable du bar. Des clients qu'il avait servi juste avant et d'autres qui arrivaient, tentant désespéramment d'obtenir un dernier verre. Ca n'était plus le problème du suédois qui s’apprêtait à quitter les lieux.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Kohane W. Underlinden, le  Dim 11 Nov 2018, 21:53


Si problème, me MP
Pv Loredana


La seule manière de montrer qu'on est en vie, c'est pas la pas qu'on fait, qu'on laiss en guise d'empreinte sur la surface du globe. Trace d'un passage, d'un corps, d'une réalité physique et matérielle.
C'est peut-être pour ça que j'aime autant déambuler. Pour prouver à moi-même avant de le prouver aux autres que je suis bel et bien vivante. Malgré tout. Je continue de tenir même si c'est toujours un peu plus dur.
Les événements se sont enchaînés, les m*rdes aussi.
Je ne saurais dire depuis quand tout ça a commencé. L'origine réelle est sans doute trop lointaine pour que je m'en rappelle. Depuis la fin de mon adolescence, ma vie n'est qu'une succession de hauts et de bas.
Mais la récente dégringolade a commencé, je crois, avec mon enlèvement par l'Ordre du Phénix. La trahison de Rachel. Contrebalançant cette dure réalité, Asclépius m'est venu en aide. Il a été là pour me tenir la main. Mais la vie est cruelle. Rapidement, lui aussi s'est fait la malle. Et tout a commencé à déco*ner en moi. Les sentiments en montagnes russes. Les émotions et pulsions incontrôlables. Les larmes, l'envie de hurler, de courir, de s'épuiser, se rouler, frapper, pleurer encore, tout ça en même temps, en cocktail explosif.
Ma baguette aussi, a commencé à me mener la vie dure. A faire la g*eule face aux incontrôlables émotions qui ont tendance à me submerger. J'ai dû me tourner vers la deuxième baguette, achetée un peu plus tôt à Ollivanders. Laquelle semble, en ce moment, plus en accord avec moi.
Et, malgré tout,
La vie continue.

J'ai fermé les 3B et je suis crevée. Il fait nuit noire, il pleut, en plus, je renifle sous les gouttes, manteau serré autour de mon corps. Je marche, parfois dans les flaques, parfois les évitant, je grommelle sans fin dans ma barbe.
J'en ai marre.
Je ressasse le client au regard lubrique que j'ai dû recadrer vite fait bien fait. Il m'aurait mangé Marjo, sinon, j'en suis sûre ! Toutes façons, il se serait approché un peu trop d'elle, il se serait reçu un bon coup de poêle sur la tête, bien comme il faut. A y penser, j'aurais bien aimé ce scénario. Ca m'aurait défoulé.
Sentiments en hauts et bas. Je perds le goût des petits rien et j'ai, parfois, juste envie de m'enterrer et ne plus exister. Mais, d'autres fois, j'ai, au contraire, envie de sortir hors de moi, exploser, même, libérer cette rage-tristesse contenue et refoulée.
Rage d'être laissée seule alors qu'il avait promis, tristesse d'être abandonnée, angoisse de la solitude. Autant de ressentis qui aimeraient pouvoir s'exprimer dans la sueur, le souffle court, la douleur expiatrice du corps.
Peut-être que je devrais me mettre à faire un sport de combat ? Ou un sport tout court ?
Je grommelle encore tandis que j'avance, à pas vifs, sous la pluie. Les rues de Pré-au-lard sont quasi désertes. Nuit plus pluie. Pas bon ménage pour avoir du peuple errant.

Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Loredana Sparks, le  Sam 17 Nov 2018, 10:08



LA piqué :mm:
Je déambule dans les rues de Pré-au-Lard. Le regard vide. La colère à son apogée. Je ne sais même pas pourquoi je ressens cette rage au fond de moi qui ne fait que croître à mesure que le temps passe. Cette solitude qui me ronge. Cette sensation d'être abandonnée alors que la décision était venue de moi et moi seule. Mon esprit n'était pas clair et j'étais incapable de faire la différence entre la réalité et l'illusion. Quels souvenirs étaient vrais, lesquels ne l'étaient pas ? J'avais cette sensation de ne plus être capable de penser par moi-même. J'avais l'impression de n'être qu'un soupir dans le bruit. Petite chose insignifiante que l'on prend, que l'on regarde et que l'on jette sans le moindre regret. Qu'étions-nous dans cet univers après tout ? Pourquoi fallait-il qu'il y ait des méchants ou des gentils ? Des personnes modestes, d'autres égocentriques ? À quoi cela rimait-il puisque de toute façon, on finira de la même manière ? Nous ne sommes qu'une simple parenthèse dans ce monde. Un nuage de poussière qui passe par la en quelques secondes, puis qui disparaît, ne laissant rien derrière lui. Nous n'étions guère plus importants que cela.

C'est dans cet état d'esprit que je me déplace aujourd'hui. Des pensées noires, profondes. Des questions sans réponses. Une amertume mêlée à une colère sans fin. La pluie tombe, les gouttes perlant sur mon visage blafard, déformé par la fatigue. Je sais qu'il ne faut t qu'un simple claquement de doigt pour que ma rage explose. Une envie de provoquer, de parler de façon sarcastique.
D'agacer.
Une envie de me défouler, de ressentir quelque chose de vrai.
Puis je la croise. Cette femme. Cette personne que je connaissais de quelque part. Les Trois Balais. C'est ça ! La proprio des Trois Balais. Celle qui avait essayé de nous arnaquer, de nous prendre pour des pigeons. Grosse erreur de sa part. Je passe à côté d'elle, nos regards se croisent malgré nous. Le sien ne me plaît pas. Il aurait peut-être fallu que je m'abstienne. Que je reste chez moi ce soir afin d'éviter tout cela.
Parce que mes points se serrent sans que je m'en rende vraiment compte. La colère monte, monte et monte encore alors que je n'en connais même pas la raison. Je ressens une envie de me retourner. C'est ce que je fais. Un sourire mesquin apparaît soudain sur mon visage. Mes cheveux virent au rouge. Je n'y prête guère attention. Ce fichu don que je ne contrôle pas, j'ai envie de le foutre aux oubliettes, pour une fois.

- Toi ? Ça ne t'a pas suffit d'user de ton pouvoir pour réclamer du fric en plus ? Tu oses maintenant me lancer ce genre de regard ?

Je m'approche davantage et fais grincer mes dents. J'aurais pu l'ignorer. Il n'en était rien. J'avais simplement besoin de me défouler. Elle était là.
Désolée.
Artemis Lhow
Artemis Lhow
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Artemis Lhow, le  Mar 01 Jan 2019, 20:24

Laisse parler ta haine...
Mangemort 84
Je me frotte doucement les mains pour les réchauffer, la soirée est fraîche et le vent se fait mordant. Je me demande même si nous n'aurons pas le droit à un beau revêtement blanc demain en nous réveillant. Cela ne m'étonnerait qu'à moitié à vrai dire. Nous voilà déjà rendu aux premiers jours de la nouvelle année et nous n'avons encore eu droit qu'aux grêlons et à la pluie. L'hiver semble refuser catégoriquement de laisser son empreinte à nos yeux.

Enzo adore la neige et cela permettrait à tout le monde de profiter d'un week-end un peu plus magique que les autres. Elina en est aux dernières semaines de sa grossesse, mais elle ne tient toujours pas en place. Un week-end en famille dans les hauteurs du plateau l'obligerait à se reposer un peu. M'enfin, ce ne sont là que pures spéculations, rien ne prouve que la neige tombera dans la nuit. Soufflant sur mes doigts glacés, j'avance à bon rythme, m'éloignant du château, pour retrouver ma famille et la chaleur de mon foyer...
Invité
Anonymous
Invité

A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Invité, le  Mer 02 Jan 2019, 11:08

Pré-au-Lard regorge de surprise, d’intérêt particulier ou d’aventure désintéressée. Tu ignores encore ce que tu croiseras dans ce début de soirée, quelle âme tu rencontreras. Ami ou ennemi, difficile de le savoir et de présager de la suite de la soirée. Tes pas, dans les ruelles de Pré-au-Lard, se font délicats, presque silencieux. Il n’y a que la longue cape qui te recouvre, qui fait un léger bruit. Le frottement du tissu contre les pavés, rien de plus. Ta baguette est à proximité immédiate, le long de ton avant-bras, prête à agir si le besoin s’en faisait ressentir.

Et là, dans la pénombre d’une rue, tu reconnais la silhouette. Sous ton masque balafré, un sourire s’extirpe sous ton masque et tu lances un distinct « Mister Lhow, vous aussi vous vous baladez ? ». Le froid est mordant, vif, autant que le ton auquel tu viens de t’adresser à lui. Et subtilement, ta baguette glisse dans ta main, tu es en effet certaine que les premiers sortilèges de sa part ne tarderont pas. D'ailleurs, l’espace d’un instant, tu te demandes si tu n’aurais pas mieux fait de ne pas l’alpaguer … qui sait jusqu’où peut mener cette rencontre.

Après tout, la vie était faite de risques, et puis, il fallait bien que l’idéologie mangemoresque progresse, se propage. Comme un fléau, une infection bienfaitrice. La plupart des sorciers n’en voulaient pas – quoique – alors qu’elle ferait pourtant le plus grand bien à la communauté magique. Lhow accepterait-il de l’entendre ? Rien n’était moins sûr.
Artemis Lhow
Artemis Lhow
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Artemis Lhow, le  Mer 02 Jan 2019, 13:12

Laisse parler ta haine...
Mangemort 84
Une voix s'élève dans la nuit et mes sens sont en alerte. Une ombre parmi les ombres, une voix inconnue, une provocation ouverte... ou un élan de stupidité. Ma baguette glisse doucement dans ma main tandis que je me tourne vers la silhouette, un sourire carnassier sur le visage. Est-ce toi, immonde chien, qui s'est amusé à tourmenter ma femme dans les premières semaines de sa grossesse ? Après tout peu importe... lui ou un autre, c'est du pareil au même.

Mon sourire se transforme en rictus, ma main tremble tandis que j'entre en un état de rage à peine dissimulée. Adieu les chaines de l'administration, un cadavre ne parle pas et sans témoins pas de preuves. L'espace d'un instant, je songe à signaler ma situation à Shela, mais je ne peut m'y résoudre... c'est un combat que je dois mener seul. Un combat qui ne comporte aucune règle, si ce n'est celle de ne pas laisser repartir entier cet être rependant le mal.

L'impardonable me vient aux lèvres, l'envie de tuer, pour la première fois. Aucune limite, aucune retenue... sans bouger les lèvres, je commence en douceur d'un simple Terrorim, Anthemius Vocania. Il n'ira nul part, ce chemin de terre sera sa dernière demeure terrestre. Qu'il ressente la peur, qu'il regrette ses actes, avant que la faucheuse ne vienne lui arracher le cœur. Gladius Purpura CRÈVE !!
Trasïm
Trasïm
Apprenti.e sorcier.ière
Apprenti.e sorcier.ière
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Trasïm, le  Dim 17 Fév 2019, 16:55

Le voleur d'identité

avec Azaël Peverell


Les effets du polynectar ne devraient plus perdurer bien longtemps... cette jeune femme est surprenante et son visage ne m'est pas inconnu. Je ne saurai dire où je l'ai vu pour la première fois, mais il m'est familier. Tout comme c'est rues et cette forêt d'ailleurs, je suis dans le paysage le seul élément inconnu des habitants. Mais Pré-au-Lard attire de nombreux touristes alors un nouveau visage passe inaperçu facilement. Une chance pour moi, mais une raison supplémentaire de se planter.

Comme là, tout de suite, alors que je manque de saluer par son prénom le jeune Peverell. Comment expliquer que je connaisse son prénom alors que mon visage lui est inconnu ? Et puis surtout, s'il se met à taper causette les effets du polynectar risquent de me lâcher et les explications sur le pourquoi du comment risquent de me mettre dans l'embarra. Alors je me contente de croiser le jeune homme en lui souriant. J'ai hâte de rentrer...


Dernière édition par Trasïm le Dim 17 Fév 2019, 17:39, édité 2 fois
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Auror
Auror
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Azaël Peverell, le  Dim 17 Fév 2019, 17:29

Tu reviens des Trois Balais, t'as eu une petite discussion avec Arty. Depuis qu'il bosse là-bas, t'y retournes de temps en temps en tant que client. Les lieux te manquent sans doute un peu. Après tout, c'est tout de même là-bas que t'as décroché ton premier job. Et que t'as trouvé un début de stabilité, entouré de gens tous plus perchés les uns que les autres. Tu y as passé de très bons moments, bien que cette période de ta vie était un bordel sans nom. Tu te diriges vers la Cabane d'un pas plutôt calme, profitant de la douceur de la soirée pour flâner tranquillement.

Et pourtant, tu ne restes pas aussi détendu très longtemps. Un type croise ton chemin, te sourit. Tu t'arrêtes aussitôt, incapable du moindre mouvement tandis que ton coeur semble s'être arrêté de battre un instant. D'ailleurs, t'es persuadé que le temps lui-même s'est arrêté. Comme dans un état second, tu te retournes avec une lenteur infinie, incapable de faire bouger plus rapidement tes muscles tétanisés. Tes jambes te portent à peine, et une peur sans nom semble prendre possession de toi. Ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible. La phrase se répète en une boucle infinie dans ta tête.

Tu regardes le type s'éloigner pas à pas, toujours planté au même endroit. Cette stature, cette silhouette, ce visage que tu as eu le temps de voir... Tu ne parviens pas à l'expliquer. Il est censé être mort, Alhena l'a tué, elle te l'a dit. T'aurait-elle menti ? Pourquoi aurait-elle fait ça ? Uniquement pour que la vengeance ne te ronge pas ? T'arrives pas à réfléchir clairement, t'en es incapable. Pas alors que tu viens de croiser l'homme qui a détruit ta vie. L'homme qui t'a détruit toi. Ton père. Comment peut-il passer à côté de toi comme si de rien n'était ? Comment peut-il te sourire après ce qu'il t'a fait ?

Bientôt la peur laisse place à la colère, la rage, la haine. Il ne peut pas s'en tirer ainsi. Tu dois mettre un terme à son existence. Tu dois te venger, comme tu te l'étais promis il y a de cela des années. Tu pensais que jamais tu n'aurais ce droit, cette chance. Et pourtant, là, cela ne tient qu'à toi. Tu t'es promis de ne plus jamais être faible comme tu as pu l'être face à lui. Tu t'es promis de cracher sur tout ce qu'il a voulu faire de toi. Le tuer ici ce soir sera l'apogée de cette promesse. Tu veux le regarder droit dans les yeux tandis que tu es celui qui lui ôte la vie. Tu veux qu'il comprenne qu'aucune marche arrière n'est possible, et qu'il a signé son arrêt de mort en venant par ici.

Parce qu'il est sur ton territoire. Il te nargue chez toi. Il réapparaît comme ça. Il pense peut-être que tu l'as oublié ? Comme si tu pouvais oublier neuf ans de ta vie à servir de souffre-douleur, à être rabaissé, à être à peine considéré comme un être humain... Ton sang ne fait qu'un tour dans tes veines. Tu le rattrapes rapidement, lui bloques le chemin en te mettant juste en face tandis que Moloch est pointée sur lui.

- Comment oses-tu ? Tu vas mourir ici.

Tu trembles sous le cocktail d'émotions qui tournent en toi. Pourtant tu es déterminé. Il n'y a rien d'autre que la certitude que tu vas le tuer dans ton regard. Et tu n'as pas l'intention de perdre plus de temps. Tu n'as même pas l'intention de le faire souffrir comme il a pu le faire. Tu veux juste le faire disparaître. L'éradiquer. Sans lui laisser le moindre choix. Pour la seconde fois de ta vie, l'incantation commence à passer tes lèvres.

- Avada Keda...

Mais tu n'as visiblement pas le temps de finir cette formule. Ou peut être que si si ton adversaire décide de l'éviter. N'empêche j'ai pas son LA alors c'est lui qui décide, tant pis pour toi.
Trasïm
Trasïm
Apprenti.e sorcier.ière
Apprenti.e sorcier.ière
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Trasïm, le  Dim 17 Fév 2019, 17:53

Alors que je continue ma route sereinement, le gamin me rattrape et se place face à moi, les yeux pleins de rage. Par réflexe plus que par envie, ma baguette glisse silencieusement le long de ma manche pour venir se loger dans le creux de ma main. Pourquoi ce regard, pourquoi cette haine ? Comment oses-tu ? Tu vas mourir ici. Visiblement il ne déconne pas le garçon. Sa baguette pontée sur ma poitrine, je recule d'un pas, circonspect devant sa réaction. Connaît-il le moldu dont j'ai pris l'apparence ?

A vrai dire, je n'ai pas tellement le temps d'y songer puisque sa baguette crépite déjà. Son regard ne laisse aucun doute sur la véracité de mes propos, si ej ne fait rien ou si je le prend à la légère, je suis un homme mort. Avada Kedavra ! Magicae Effusio ! Une lueur verte éclate dans la nuit, le sortilège est aspiré à toute vitesse et mes jambes flageolent sous l'afflux massif de puissance. Son sortilège s'est éteint... et c'est à moi de recracher toute cette énergie.

Libérant le sortilège, j'ai l'impression que chacune de mes cellules éclate sous le choc. Des vitres explosent autour de nous, le souffle arrache un banc à quelque mètres de là et le garçon est projeté au sol sans ménagement. Incarcerem ! De fines cordelettes argentées viennent immobilisées le garçon tandis que je me jette sur lui. Récupérant sa baguette, je me contente de poser une main sur son front avant de transplaner, direction la cabane hurlante.

Son corps immobilisé heurte le plancher et je me dégage de lui, m'écroulant dos contre un mur. Espèce de crétin ! Qu'est-ce qui t'a prit ?!


Visuel du sortilège d'absorbtion:
 
Contenu sponsorisé

A la nuit tombée... - Page 11 Empty
Re: A la nuit tombée...
Contenu sponsorisé, le  

Page 11 sur 13

 A la nuit tombée...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.