AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 8 sur 10
Contrées lointaines
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor

Re: Contrées lointaines

Message par : Shae L. Keats, Lun 11 Sep 2017 - 15:27


Isolde
musique




J'ai peur de dormir. Comme tous les soirs, toutes les nuits, j'ai peur de ce que je vais trouver. Et pourtant ça fait longtemps, qu'elles ne sont pas venues tout visiter. Tout casser. Mais je ne peux pas m'en empêcher. J'arrive pas à la retenir, cette petite boule dans le creux dans la gorge. Ce sac de nœuds sous les côtes. L'appréhension. alors j'ai bu encore. Pas trop, avant de glisser sous les draps. Et de comme un enfant, y glisser la tête. Pour ne rien pouvoir voir. Ne plus rien sentir. Pour que les images cessent de défiler. J'ai fermé les yeux, en respirant profondément. J'avais peur au fond je crois, que ça m'assaille tout de suite. Que lesmains m'enserrent la gorge. Mais ce soir il n'y a rien
Que le vent dans les feuilles à l'extérieur.
Que la branche du pommier qui se berce devant la fenêtre.
Que les volets qui vacillent,
Et la conscience qui suit.

1,2,3,
ce ne sont pas les moutons,
ni le mouvement de ma respiration,
ce sont juste secondes où
l'existence ne me broie pas.
Le Rideau tombe sur le chambre sombre.

~~~~~~~~~~~

Tu as peur Shae. Ça ne t'arrive pas souvent, tu te caches sous des rires, des danses et des faux-semblants. Tu te caches derrière ta liberté. Mais tu as peur, parce qu'il n'y a plus personne pour contempler. Il n'y a plus que l'herbe des collines, et les falaises
de calcaire surplombant la mer. Pas une bâtisse à l'horizon, que le ciel et la terre. L'odeur de l'herbe qui te chatouille les narines, et la poussière que le vent porte qui t'enveloppe un peu, comme dans un cocon-tendre où tu voudrais dormir. Tout est un peu trop silencieux, seule la Nature domine, et c'est peut-être ce qu'il te plait. À croire qu'il n'y a plus que toi et l'infini des Highlands. La brise fraîche et marine qui caresse l'épiderme, et pourtant son froid ne te gagne pas. Et pourtant la peur s'en va.
Sans que tu ne saches réellement pourquoi.

Il y a un chêne au loin. Un très vieux chêne dont tes yeux peinent à dessiner les contours. Et pourtant tu le vois déjà très bien, tu l'imagines cartographié par son âge, avec des branches grandes comme des torches embrasées, et une balançoire accrochée à  la plus vieille des branches. À celle qui a tout vu. C'est l'avantage d'être ici si seul·e. Celui de pouvoir tout inventer, tout créer, parce que personne ne viendra rien vérifier. Alors tu laisses tout aller, et tu façonnes. Pour que la lande prenne ta forme. Pour qu'elle s'adapte à tes caprices, à tes sourires qui mordent et à tes rires qui chantent lea vie.
Tu te retourne et iel est là. L'arbre immense, dont les branches donnent l'impression de s'enticher des nuées. Tu bondis sur la planches alors que tes mains s'entichent des deux cordes. Toi aussi t'as envie de te balancer.
Toi aussi tu veux les côtoyer,
Qu'ils te prennent pour l'un d'eux,
Les oiseaux,
T'as envie de voler,
De tout découvrir
T'as envie de savoir
De tout voir.
lors il te suffit d'un bond en arrière,
Et d'un autre en avant
pour que le balancier face son effet,
Pour que la planche se mette à trembler
À t'élever lentement
Vers l'antre du géant.

Tu n'as plus peur Shae, dans un autre monde, tes mains ont cessé de trembler, le souffle s'est apaisé. Parce qu'ici tu ris, tu regardes autour de toi, comme si plus rien ne comptait. Parce que personne ne t'a dit quoi faire, ni quoi décider. Dans la lande sublime et silence, toi tu penses, au vide, à rien, à l'envie de sauter de la falaise, parce que l'eau te rattrapera, parce qu'il n'y a plus rien pour t'atteindre. Parce que tu as envie de voir
Si tu réussis à voler.
Et pour le savoir tu ne peux qu'essayer.

Alors la balançoire continue ses effets. Et toi tu t'équilibres, tu fermes les yeux. Et lâche une main. Et l'autre. Jusqu'à les tendre, comme un oiseau. LEs yeux toujours clos, tu écoutes tes sensations, ton corps, le balancement régulier.
Il n'y a rien d'anormal dans ton monde Shae.
De là où je suis,
On jurerait que tu as décollé.

Un.e
envie
étrange
d'oubli de la
réalité insupportable,
du monde lointain qui ne menait à rien.
un monde que tu crée Shae, que tu façonnes, à ta façon, comme tu l'aimerais.
Il n'y a rien qui puisse mal s'y passer.                  
Tes ailes se déploient                                            
Par dessus,                                                          
Le vide                                                                
qui                                                                      
te tend les bras,                                                    
qui                                                                                   
t'accueille                                                            
en                                                                        
son                                                                      
sein                                                                      
sans                                                                    
que                                                                      
tu                                                                        
n'oses                                                                  
y sauter.                                                              
L'oiseau                                                                                                                                       
se                                                                  
laisse                                                                      
jamais                                                                  
tomber                                                                    
ni                                                                          
capturer.                                                                
Aucune                                                                  
main                                                                      
ne                                                                            
saura                                                                      
jamais                                                                    
t'attraper                                                                  
de                                                              
nouveau                                                                                                        
comme/ On crut un jour que voler et rire suffirait à nous sauver, comme des enfants, le bâton en forteresse.
ils/                                                                           
l'ont
fait.
Alors ris Shae, parce que ça doit bien faire quelques années que tu n'as pas ris comme ça. Que tu n'as pas chantonné, que tu n'as plus essayé de t'envoler. Ris, ça réveillera ton monde. Ca fera venir les gens. Ris Shae, tu n'as plus rien à perdre. Ris comme si plus rien ne comptait, comme si ta vie en dépendait.
Ris Shae,
ça me réchauffe.    


the bird never broke his wing
because he asked for it
 


Dernière édition par Shae L. Keats le Lun 24 Déc 2018 - 11:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Isolde Hawkes
Isolde Hawkes
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Contrées lointaines

Message par : Isolde Hawkes, Lun 11 Sep 2017 - 22:15


J'ai perdu ma chaussure droite. Toile rouge pétant, lacet très blanc. J'aurais juré l'avoir vue à mon pied il y a quelques instants à peine. Bizarre… Je regarde d'un côté, puis de l'autre ; rien. J'aurais dû prévoir une chaussure de rechange. Je m'en veux de pas y avoir pensé !

Bon. Je suppose que je dois avancer à cloche-pied maintenant.

C'est marrant, j'arrive pas à savoir s'il fait beau ou moche. Je vois bien que le ciel est uni, mais il est bleu ou gris ? Il est peut-être bleu mais je le vois en nuances de gris, comme quand on veut pas gâcher les cartouches de l'imprimante. Maman fait ça tout le temps. J'avance en sautillant. D'abord je suis sur un chemin un peu petit, avec des graviers partout. J'aime bien le son que ça fait quand on cloche-piète dessus. Ça croustille. Puis au bout d'un moment, le chemin s'arrête. Mais moi, même pas peur, je continue. Je vais peut-être me perdre mais au moins je pourrai marcher dans l'herbe sans me faire mal. Elle est super verte, l'herbe, d'ailleurs. Si je me penche… je peux me voir dedans ! Je savais que me couper les cheveux très ras était une bonne idée, ça me va bien. Hâte de découvrir la tête de Maman quand elle me verra.

Je croise une fille. Elle ne sait pas où est ma chaussure. Enfin, je crois qu'elle ne sait pas. Disons que je lui ai posé la question, elle m'a répondu un gribouillis de mots qui veulent rien dire et elle est partie. C'est peut-être parce qu'on est lundi. Je réessaierai demain. Mais si entre-temps j'ai retrouvé ma chaussure, j'aurai rien à lui dire. Je déteste les lundis !

J'avance toujours. Est-ce que Maman s'inquiète ? Je pense pas. Elle doit travailler. Si ça se trouve, elle a même pas remarqué que j'étais plus là. Et si elle m'oubliait pour de bon ? Tant pis, je déménagerais dans une cabane volante et Leanne viendrait me rendre visite parfois. On ferait des batailles d'oreillers – je gagnerais, évidemment, parce que Leanne est un peu nulle.

— Aïe !

J'ai buté sur un gros caillou que j'avais pas vu. Attends, c'est un caillou, ce truc ? Ah mais non, c'est une tortue ! Elle doit être aussi large que mon bras. Je la salue. Je sais bien qu'elle va pas me répondre (ça n'aurait aucun sens sinon) mais j'ai un service à lui demander. Qui ne dit mot consent, comme ils disent je-sais-plus-trop-où. Je m'assois sur sa carapace. Pas longtemps, juste quelques secondes. Puis je viens m'allonger en face d'elle. Je lui caresse la tête et je lui donne de l'herbe pour pas qu'elle soit trop fâchée. Mais tu comprends, jolie tortue, j'ai pas pu résister, j'ai toujours rêvé de faire ça ! On dirait qu'elle me sourit.

Quand je me relève, je me sens lourde. Qu'est-ce qui m'arrive ? Je fais quelques pas et je finis par comprendre : j'ai une carapace sur le dos. Je continue ma route, mais plus j'avance, plus elle grossit et m'engloutit. Je me retrouve bientôt emprisonnée. Je trébuche plusieurs fois avant de tomber définitivement. À cause de la forme ovale j'arrive pas à rouler. C'est pas grave, j'ai qu'à faire une sieste pour rapetisser et passer par les trous.


* * *


C'est un éclat de rire qui me réveille. J'essaie de regarder ce qui se passe dehors. À part l'herbe, je vois pas grand-chose. Mais je suis sûre qu'il y a quelqu'un. J'ai toujours la même taille donc je ne peux pas sortir. Alors je passe un bras à travers l'ouverture de la tête, et avec l'autre bras je toque contre la paroi.
— Te cache pas, j'ai entendu ton rire, je dis. J'ai perdu ma chaussure droite. Toile rouge pétant, lacet très blanc…


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Shae L. Keats, Dim 1 Oct 2017 - 16:18


Un rire de cristal bien loin de l'habituel chant de joie. Tu ris comme tu vis aujourd'hui. Comme tu vis de l'autre côté du miroir. En haletant, en entrecoupant, avec cette pointe d'insolence délicieuse au fond de la gorge.
Tu ries comme tu respires
-entre deux.
Comme cet oiseau de feu dont tu fredonnes le chant le soir en t'endormant.

Et si tu sautais de cette balançoire Shae ? Peut-être que tu t'envolerais, qui sait. Tu sais même pas où t'es, mais rien ne semble trop réel par ici. Alors peut-être que le vent t'emporterait. Un instant, une seconde ou plus rien ne te porterait. Ne t'importerait. Peut-être même que tes pantoufles trop confortables disparaîtraient. T'aimerais bien t'en débarrasser. Elles ne sont pas très jolies avec leurs carreaux dorés. Et leur nez beaucoup trop long. Ça vaudrait bien le coup d'essayer tu ne crois pas ?
Et pourtant, tu n'en fais rien.

T'as pas la trouille, non c'est pas ça. C'est bien plus que ça. Te balancer, echapper au sol en riant, fuir sa gravité, ça c'est bien plus important. Un arrière-goût de liberté enfin rendue.
Alors d'avant en arrière, sans vouloir ni pouvoir t'arrêter, ça n'avait rien d'effrayant.
Cette fois l'air sentait vraiment la mer.
Corps à corps à l'éphémère.

Y avait un bateau au loin, avec des voiles si immenses que tu as d'abord cru le voir comme un oiseau. Gigantesque et majestueux.
Mais il y avait quelque chose d'émouvant à cette façon qu'avait la proue de fendre les flots. On aurait dit que l'embarcation volait tant elle ne troublait rien, ne laissant derrière elle qu'une fugac traînée d'écume avant de fuir au plus vite.
Comme un père absent.
La mère, quant à elle, contemplait le tout en souriant. Était visible et réconfortante. Elle jetait sur la crique une luminosité tendre.

Tu contemplais le tout, presque à t'y oublier lorsque la voix fluette à tranché ton décor. Ton regard a plongé vers le bas mais n'à rien distingué. Que du vide, que du vent. Le sol avait entièrement disparu, et pourtant la voix semblait provenir d'en bas.

Indécis.e tu demandais au vent comment faire pour descendre, alors que le balancement, miroir de tes pulsations, s'accélérait. Que le ciel se recouvrait de nuages noirs et épais. L'envie de suivre le chant d'espoir de l'enfant grandissait grandement. L'envie de fuir les prémices d'un cauchemar.

Il y a deux réponses à cette question Shae. Comme à toutes les questions.  Celle du savant et celle du poète. Laqu'elle veux-tu entendre en premier ?

SHAE- à pleins poumons Celle du vivant.

Vole.

Et tu t'exécutas, sans qu'on ait à te pousser du doigt, sans aucune appréhension. Tu plongeas, la tête la première et jouant avec le vent. Tu tomba de longs instants, sans t'inquiéter ni te soucier de la fin de ta chute. Il y avait quelque chose de plaisant à chuter dans le néant.

Et pourtant,
brusquement,
il fit jour.

Allongé.e sur le dos au milieu d'un jardin trop saturé, Une carapace étrange étendue à tes côtés. Étrange car décalée. Là où une tête aurait dû se trouver ne dépassait qu'un bras. Un affreux bras humain. Mais peut-être celui de l'enfant qui t'à appelé à lui. Alors dans le doute tu retires ta pantoufle affreuse et la dépose dans sa main. Laine Marron, fil doré. Une queston se promène sur ta langue alors te voilà frappant trois coup sur son dos.

Je peux entrer ?
On pourrait en faire un bateau
.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Isolde Hawkes
Isolde Hawkes
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Contrées lointaines

Message par : Isolde Hawkes, Mar 10 Oct 2017 - 22:49


Toc toc toc. J'ai entendu ton rire. Tu n'as plus le droit de repartir maintenant. Tu ris, tu restes. T'as l'air d'accord avec moi. Tu ne t'en vas pas. Tu me glisses quelque chose dans la main. Ça gratte le bout des doigts. Je retire mon bras pour contempler mon butin. Une pantoufle trop grande pour mon trop petit pied. De toute façon, pardon, mais elle est pas très jolie. Je préférais ma chaussure. Je veux te rendre ton chausson mais voilà qu'on toque toque toque.
— Je peux entrer ? tu demandes.
— Il ne manque plus que toi, je réponds, comme si c'était une évidence.

J'ouvre la porte. Tiens, salut. T'as l'air plutôt sympa. J'aime bien tes cheveux mi-longs. Ton visage aux traits fins. J'arrive pas à voir tes yeux mais je les imagine marron avec des éclats dorés. Et ton âge… impossible de le deviner. Je me pousse pour te laisser entrer dans ma petite maisonpace ou carason. Il y a une table minuscule, trois chaises, un escalier en colimaçon qui mène à rien et, par terre, des photos éparpillées. Les personnes sont floues.
— On pourrait en faire un bateau.

Quelle bonne idée ! D'un coup, il y a plein de lumière qui rentre par les ouvertures de la carapace. Je cours vers l'une d'elles.
— La mer est calme, je dis en te faisant signe de me rejoindre.

Je me rends soudain compte que j'ai oublié mon problème chaussuresque. C'était pas si grave, après tout. Je sais pas pourquoi j'ai tant voulu la retrouver. Je suis contente d'avoir croisé ta route, et pas celle de ma chaussure, à qui j'aurais pas pu dire grand-chose de toute façon, ou alors elle aurait eu peur de l'eau et on se serait bien moins amusées toutes les deux. Je me penche vers mon pied gauche et défais les lacets. J'enlève ma tennis. Voilà. Comme une vraie moussaillonne, maintenant. Je te regarde fièrement.
— On va où, capitaine ?

J'ai confiance en toi. J'suis même prête à naviguer jusqu'au bout du monde. Laissons les tracas derrière nous. Ils restent sur la terre ferme. Nous, on prend le large. Pas besoin de se retourner. On va voguer à l'infini. J'espère qu'on va voir de belles îles. Et des dauphins qui volent. Par contre, il faudra faire attention aux sirènes. Non, t'en fais pas, on survit facilement : c'est juste qu'elles chantent très faux alors il faut se boucher les oreilles et passer son chemin sinon on a les tympans qui meurent… il paraît. Je te montrerai.

Tu me guides, je te protège ; on rit.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Shae L. Keats, Jeu 26 Oct 2017 - 23:15


T'aimerais beaucoup toi, te glisser avec elle. Au fond de la safe-house. Danser sur un fruit un peu rance au rythme des tachycardies. Oublier les pinces-a -linge coincées entre tes cotes. T'aimerais bien tout pousser pouvoir entrer. Sans aide et sans trophée. Juste rentrer, voyager, et protéger les miettes de toi que tu serres précieusement entre tes bras. Il ne manque que toi. T'aurais presque eu envie de rester dehors au final. De t'asseoir en tailleur sur le toit, et de flotter sur la mer comme ça. De rejouer ton propre disque-monde. De laisser les vagues jouer aux éléphants. Et le plateau de petits-chevaux jouer le monde. Nos rires feront les étoiles.

Et l'autre ouvre. Salut. Elle a l'air sympa selon toi. Quelques choses de frais, même si elle a cent ans au fond des yeux. Elle t'ouvre et tu entres. C'est cosy a l’intérieur. Y a de quoi s'asseoir et une fenêtre qui donne sur la mer. Tu ne sens presque pas que ça tangue. T'es un peu comme Alice au milieu de la dinette. T'as envie d'un thé a l'esclafette. Ça existe pas, mais peu importe. Il est fumant entre tes doigts et entre tes lèvres. Même dans tes rêves t'esperes que ça ravivera.
the art of not being empty.

Le bateau est beau, et la mer calme, le soleil tape en pleine nuit et c'est très bien comme ça. Y a des baleines qui chantent du flamenco au loin, et des anguilles multicolores qui dessinent dans l'eau.
On va où, capitaine ?

Et tu fronces très fort les sourcils, pour trouver une idée. Tu me déchausses aussi, T'enleves ton pull rose que tu noues autour de ma tete. Comme un capitaine pirate. T'aimerais bien avoir un perroquet et un cache-oeil arc en ciel, et les voila qui apparaissent. C'est pratique tout ça. Du coup tu te dresses tout au bout de la carapace, fièrement, en clamant haut et fort

Tout au bord de la mer Moussaillon !

Mais votre bateau pourrait prendre l'eau. Il nous faudrait un nid de pies. Mais silencieux, même si tu ne savais pas vraiment en quoi ça pourrait vous aider a observer. Plutôt un nid de pies dans les cieux.
Et des chaussures étanches.
Des bottes en caoutchouc sans le plastique qui colle et crisse.  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Peter McKinnon, Lun 11 Déc 2017 - 9:46


Plus d'un mois sans réponse, je me permets de reprendre ici. N'hésitez pas à me MP si problème.
Asclépius Underlinden
Kohane Werner
Rachel Ester Pasca

Le RP se déroule après le mariage de nos deux compères.


La Judée était une région magnifique ! A fortiori, de nuit, cette région du Moyen-Orient offrait une vue à nulle autre pareille. Sauf que ce soir-là, cette vue était cachée à Peter par le léger revêtement de la toile d'une tente sorcière. Après un mois d'efforts et de consultations, celui-ci avait enfin réussi à localiser la Chokhmah et avait entrainé avec lui deux sorcières et un sorcier dans une expédition relativement improvisée. Allongé sur son lit, l'ancien préfet de Serpentard n'arrivait pas à trouver le sommeil. Cela était probablement dû à l'excitation. A la lumière de sa baguette magique (Lumos !), il relisait encore et encore les malheureuses pages qu'il avait "empruntées" dans un manuscrit à la Grande Bibliothèque de Londres et qui indiquaient la présence de l'anneau qu'il convoitait tant.

Fiché en haut d'un lit superposé, Peter n'avait plus fait attention à ses trois camarades britanniques qu'il avait laissé à l'entrée de la tente après qu'ils l'aient tous ensemble montée. C'était une tente sorcière, qu'il avait hérité de son père et qui pouvait contenir jusqu'à huit personnes. Cet espace était d'ailleurs particulièrement pratique puisqu'il ne souhaitait aucunement tomber sur son petit-cousin et sa nouvelle femme en train de roucouler. Certes, cela n'avait pas spécialement été leur genre jusque là, mais, depuis leur mariage, Peter s'était mis à ressentir énormément de chose pour Kohane et était partagé entre ses sentiments secrets et le bonheur qu'il ressentait pour les deux mariés. D'autant qu'Asclépius, que Peter avait réussi à magistralement vexer, était une personne à laquelle il tenait tout particulièrement.

Outre le couple, Peter avait invité Rachel à se joindre à eux. Choix évident, le sorcier avait une confiance absolue en elle et ils avaient partagé un entrainement magique tous les deux. Ils se connaissaient donc plutôt bien dans leurs rapports au danger, ce qui était toujours un atout ! Et puis elle connaissait parfaitement les deux sorciers, ce qui transformait presque cette expédition en petites vacances. Du moins, s'ils n'avaient pas à profaner un tombeau le lendemain, chose que Peter n'avait pas encore spécifiée à ses camarades d'aventures mais qui allait bien finir par revenir sur le devant de la scène au petit-déjeuner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Re: Contrées lointaines

Message par : Invité, Mar 12 Déc 2017 - 23:11



Il étouffe un bâillement puis se masse la nuque à grand renfort de sa main tout en os, qui a su, au fil des années, imprimer un mouvement réconfortant sur les nerfs et articulations de son corps. D’ailleurs, lui-même commençait à être plutôt au fait de ce qu’il pouvait s’y passer, bien qu’au rythme de sa vie plus ou moins tumultueuse, il découvrait encore beaucoup de choses sur lui-même. Le « beaucoup », était soumis à une certaine relativité dû à la réalité des choses. Comme toujours. Pas tant une remise en question. Ça passait sur des plaines de la pensée, comme un vent froid et aride.
Ils sont en Judée. Pas très loin de l’Egypte, et cette pensée lui décroche un sourire. Sac sur l’épaule, il entre dans la tente désormais bien debout et stable. Wow ! Plus grand à l’intérieur ! Mais c’est une réflexion qui arrive souvent… Probablement. Question de temps et d’espace : encore une fois, c’était relatif.

Il est tard, il est fatigué. Mais ces deux faits ne sont pas corrélatifs. Qu’il soit tard ou non, il est fatigué. Surtout en ce moment. C’est comme ça, y a des périodes « avec » et des périodes « sans ». Et là, ça descendait vers le « sans », un peu plus chaque jour. Il s’en rend bien compte, avec sa tête de Pius, quand il fait une chute de tension en se levant trop brusquement de son lit, ou quand monter l’escalier de sa cave l’essouffle. C’est handicapant, prière de ne pas se moquer. De toute façon, il ne s’en rendrait pas bien compte : ça commençait à tourner.
Mais, nonobstant, depuis le début de cette aventure, il avait le sourire collé sur la face. Un sourire calme, un sourire comme ça. Plutôt doux, parce qu’il se sentait bien là où il était. Il y avait quelque chose de rassurant avec l’énergie de toutes ces personnes rassemblées. Et il faisait confiance à chacune d’entre elle. Ne se sentait pas attaqué ou exposé. Même s’il y avait eu des tensions par le passé, qu’il y en a toujours actuellement, ça passerait. C’était… Oui. Un peu comme un voyage en famille. C’était la corrélation qui se faisait dans son esprit : comme un galet qu’on lance dans un lac pour faire des ricochets.

Poser son sac sur le lit supérieur d’une des mezzanines et se hisser dessus par les bras. C’est grand un Pius, et c’est plus solide dans le haut du corps, que dans le bas. Enfin, ça dépend, question d’extrémités. C’est haut un Pius, avec son physique décharné d’épouvantail, y a les jambes en brindilles qui se ramasse et la tête de boucles, nid de corbeaux qui s’allonge, tournant le dos, pour établir un tête-à-tête avec le mur. Y a les pieds qui dépassent, un peu, mais ça, c’est parce qu’il aime bien aller au fond des choses, donc, du sommier.
Il n’a pas sommeil. Ou rarement. Et quand il dort, c’est trop léger pour qu’il s’en rende compte. Alors il rêve éveillé, pour faire passer le temps. Sauf actuellement, où il ne rêve pas, il contemple le réel proche. Il observe une carte mentale pour se représenter la Judée. Il y place des contes et des légendes dans cet espace mental, avant de sortir – soutient de sa réflexion – un livre d’herbologie pour savoir quelles plantes il pourrait bien glaner dans le coin.

Conclusion : le Pius était un animal associable, mais heureux tout de même une fois placé dans une dynamique avec certaines énergies.
...
Où était-il et avec qui d'ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Contrées lointaines

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 13 Déc 2017 - 0:03



   
   

Calme et silence.
Une nuit. Loin. Des territoires habituels. Perdus en plein milieu d'un environnement que je ne connais absolument pas. Ca fait découvrir des choses, au moins.
Se retrouver ainsi, membre d'un quartet censé retrouver je ne sais plus quel artefact. En vérité, l'objet recherché m'importe peu. Ce que j'aime, c'est l'idée de partir. Loin. Un peu d'aventure, aussi. Puis la composition de l'équipe joue pour une grande part. Même si ça n'a pas toujours été facile entre Rachel et moi, maintenant que nous faisons une colocation, nous avons appris -réappris, peut-être, à se parler, être ensemble, éviter les sujets qui fâchent. Puis ça n'a pas non plus été toujours avec Asclépius, à bien y repenser. Malgré tout, on a su passer d'une forte hostilité à une relation amicale liée par un pacte pour la liberté en passant par la relation cordiale du tu te tiens à distance, je me tiens à distance et tout va bien. En fait, il n'y a qu'avec Peter que je n'ai pas eu de problèmes. Même si notre première rencontre était assez... étrange. La deuxième aussi, d'ailleurs. Encore plus.
Mais bon.
Tout ça. C'était avant.
Maintenant, je me sens bien avec chacun d'eux.
Et l'idée de Peter de partir ensemble pour une quête dont j'ai oublié l'objet m'exalte. Découvrir l'inconnu, vivre une aventure tous ensemble. Sortir du plat et morne quotidien. Faire vibrer ce gris trop terne, le colorer à grands coups de pinceau.

La nuit est tombée.
Et, comme toujours, je ne dors pas.
Autour de moi, y'a les respirations. Au moins, on est tous vivants. C'est pas mal, pour commencer l'aventure !
Les jambes posées en angle droit sur le matelas, le dos reposant au sol. Ca fait circuler le sang, d'avoir les jambes en hauteur. Puis de là, on voit le monde autrement. A l'envers. On voit la structure de la tente d'un tout autre œil.
Ladite tente d'ailleurs est super grande. C'est Peter qui l'a amenée. Je crois vaguement l'avoir vu se percher en haut d'un lit superposé. Moi, je préfère le bas. Si je tendais une couette, ça ferait une cabane. Retrouver les joies d'enfant de se construire sa petite maison à partir d'un rien.
Puis, dans ma situation actuelle, être en bas me permet de m'allonger à demi entre le sol et le matelas. Et contempler ainsi le monde d'un point de vu différent.
C'est amusant.
Renverser les choses.
Les ombres.
Les esprits.
C'est comme renverser les valeurs et, à un niveau plus haut, renverser la Machine.
Voilà. Tout commence en adoptant un point de vue différent sur les choses.
De là où je suis, je vois, en face, la mezzanine sur laquelle s'est perché Asclépius. Lequel est parti se coucher sans un mot. Dans la pénombre pas si sombre de la tente, je vois sa silhouette allongée. Je me demande s'il dort vraiment.
Quelle heure est-il ?
Peut-être tard.
Il est probable que Peter et Rachel se soient déjà assoupis. Après tout, je suppose qu'ils ont l'habitude de passer de bonnes nuits et qu'ils ont ainsi un rythme normal de sommeil.
Mais je sais que ce n'est pas le cas pour Asclépius. A croire que le destin -si tant est qu'il existe chose que je réfute normalement- a fait exprès de réunir deux insomniaques. Les nuits sont souvent courtes et, malgré la fatigue, il y a toujours ce sommeil qui ne vient pas ou qu'on refuse (alors quand je pense que ces narratrices ont failli aussi nous imposer une couette avec un hipopo chanteur... imaginez les nuits blanches!).
J'essaie de détecter un mouvement chez le voisin d'en face. Mais je ne vois pas grand-chose. Alors, sans plus de considérations pour les potentiels dormeurs, je me lance :

-Eh, psssst, tu dors ?

Un murmure, envoyé à la mezzanine que je distingue dans mon champ de vision limité.
Je ne pense pas au probable fait que je puisse réveiller Peter ou Rachel.
En fait, je m'ennuie, là. Généralement, au lieu de dormir, je marche, j'écume les rues, je cours sur le monde ou je le regarde tourner.
Là, rien de tout ça.
Le monde ne valse pas sous mes yeux et je demeure immobile, le dos allongé au sol, les jambes sur le matelas. Alors. Ouais. Je m'ennuie. Faut bien que je fasse partager ça, faut bien que ça serve d'avoir un autre insomniaque sous le coude !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Re: Contrées lointaines

Message par : Invité, Mer 13 Déc 2017 - 0:28



Y avait quand même la possibilité de croiser tout un panel d’éléments intéressants dans le coin. Eléments aussi potentiellement utilitaires d’ailleurs. Mais plus du côté du désert et des montagnes… Loin des plaines qui s’avèrent être fertiles après observation. Il y a comme ça, chez lui, une attirance géographique et irrésistible pour les paysages désertiques. Il s’y complaît à s’y perdre, pourrait presque y passer des années, à compter le sable, à compter le sel et les roches, à compter les étoiles et respirer la terre par en-dedans. Devenir être-au-monde en ne faisant qu’Un avec un Tout.
Oui. Quelle merveilleuse idée que ce voyage ! Même si, en toute honnêteté, il ne se rappelait pas vraiment pourquoi on avait fait appel à lui, ou ce qu’il cherchait. Enfin, ce que Peter cherchait plutôt… Oui, ça devait être ça. Une rose du désert peut-être ? Ou de sel ? Dans tous les cas, ça donnait des perspectives de visites intéressantes… Et puis, il avait pensé à prendre son appareil photo avec lui (oui oui, celui qu’il utilise pour le Chicaneur : ça tombe bien d’ailleurs, la quasi-totalité de l’équipe est présente là), de quoi noter… Mais les chaussures de marche, s’ils devaient grimper ? Mmh… Au pire, il irait nu-pieds ? Crème solaire par contre il lui semblait que-…

Un appel en sifflante qui lui fit bien dresser une boucle nocturne. Pourtant, Xenia dormait (bien sûr qu’il avait emporté son cobra de compagnie avec lui, il n’allait pas la laisser toute seule à la Crèche !), alors… ? Ah, non. C’était juste l’hippopotame de la rhétorique de l’étage d’en-dessous.

« - Oui ! »

On dirait pas, mais il y avait un soupçon d’amabilité dans cette réponse… Quoique, non. Il n’y avait pas de ton, c’était atone, comme on dit. Placide même. Un ton de Pius occupé quoi. Occupé à penser, donc, meilleure occupation du monde.
Mais bon, autre caractéristique d’un Pius sauvage : c’est distrait et curieux. Pis, à force, il avait bien fini par apprécier plus ou moins la présence de Kohane à ses côtés pendant les insomnies. Il ne saurait pas vraiment le définir (n’en avait par ailleurs aucune envie), mais il y avait quelque chose de… Rassurant… A ne pas se savoir tout seul dans l’immensité de la nuit. A savoir que quelqu’un d’autre, un autre cœur battait au même rythme que le sien. Avait les mêmes attentes envers les rayons de soleil du matin et le cri barbare du coq.

« - Et toi ? Tu dors ? »

Et les deux autres, au fait, ils dormaient ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Contrées lointaines

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 13 Déc 2017 - 18:33




Je me demande si le sang me monte vraiment au cerveau, dans cette position. En tout cas, il descend dans les jambes, ça pour sûr. Puis je commence à avoir mal au dos, aussi. Le sol, c'est pas un matelas. En même temps, si c'était un matelas, ça serait plus un sol mais un lit. CQFD. Donc ouais, au bout d'un moment, le sol devient inconfortable pour nos petits dos sensibles. Mais j'ai la flemme de bouger. De me relever. Retrouver une station normale d'allongée sur un lit banal. Du coup, la balance hésite entre flemme et confort. In fine, c'est quand même la première qui l'emporte, ce truc plus fort que n'importe quel démon, n'importe quels maux. Alors je demeure allongée sur le sol, à regarder le monde à l'envers.
Tandis qu'une réponse me parvient de là-haut.
Ah.
Il m'a entendue, alors.
Puis c'est un oui atone qui est prononcé.
Oui je dors mais je parle. Ouais, j'aime sa logique. Puis après tout, pourquoi pas ? Regarder le monde à l'envers de ce nouveau point de vue doit contenir le fait de vivre dans de telles contradictions.
Alors, je ne relève pas.
Après tout, avons nous la preuve formelle qu'on ne peut pas répondre oui en dormant ? Il existe bien des somnambules qui se déplacent alors qu'ils sont assoupis. Et il y en a qui parlent dans leur sommeil. Alors, après tout, être à demi-conscient et répondre à des questions tout en étant endormi, j'suis sûre ça doit être possible. Ca doit être un état proche de l'hypnose ou de la transe, je suppose.
Il s'est auto-hypnotisé, le Pius ?
Depuis quand il sait faire ça ?
Puis, à quoi ça sert, surtout ?
C'est un peu idiot, surtout dans ce contexte. Je ne vois pas pour quelle raison il aurait envie de laisser parler son subconscient en se mettant volontairement dans cet état d'être flottant entre deux mondes. Surtout lui. Qui, consciemment, fait mystère de beaucoup de choses le concernant. Je doute donc qu'il ait envie que son subconscient s'exprime en présence de tant de témoins.
Mentalement, je hausse les épaules.
C'est son souci, après tout. D'autant que pour l'heure, son inconscient a juste dit oui. Et qu'à présent, il me renvoie la question.
Je dors, moi ?

-Ouais, ouais, je ferme les yeux.

Ce qui n'est pas tout à fait faux puisqu'au moment où je dis ça, je ferme effectivement les yeux. Le monde à l'envers disparaît et quelques volutes sombres m'envahissent.
Ce n'est pourtant pas pour autant que je dors.
De toutes les façons, il devrait le savoir. Je ne dors pas. Très peu. C'est comme ça que j'ai pu le chopper sur le départ, un matin, à l'aube, sur les docks -heureuse coïncidence, il allait partir sans même me dire au revoir !
Les paupières se rouvrent.
Le monde à l'envers s'ouvre à nouveau à mes pupilles.
Les ombres indistinctes que je vois la tête en bas. Les sons reviennent. Les souffles. Conscience des présences.

-Non en fait, j'y arrive pas...

Comme si souvent.
Et les deux autres cocos, ils ont réussir à trouver le sommeil ?
Enfin, ce qui est rassurant, c'est de savoir qu'il y en a au moins un qui parle. Qu'il soit réellement éveillé ou en état d'hypnose, qu'importe. Tant qu'il écoute ce que je dis et répond en conséquence. Ca me donne l'impression d'être un peu moins seule, comme ça. Et comme être dans une solitude forcée m'angoisse, eh bien ça évite quelque anxiété. C'est d'ailleurs peut-être pour ne pas être seule, justement, que je vais voir le monde tourner sans jamais m'y mêler. Que je l'observe danser dans la nuit en me rassurant : ce n'est pas le néant. Puis c'est aussi pour lutter contre cette perpétuelle inquiétude que j'aime savoir quelqu'un pas loin si je suis enfermée dans une chambre. En ce sens, partager un appartement avec Rachel a son côté rassurant, une fois que le silence se fait au milieu des ombres. Un peu la même chose pour le chalet partagé avec Pius. Puis pour cette tente.
En fait
J'ai besoin des gens.

-Tu crois qu'on va attendre longtemps avant le lever du soleil ?

Question cruciale dans notre situation.
Je ne dis pas que je m'embête mais je le pense très fort.
Vivement demain ! Qu'on bouge, qu'on perce le paysage de nos présences. Et que je me rappelle enfin ce qu'on est venus chercher. Parce que, ouais, j'ai toujours pas retrouvé la réelle raison de nos présences ici. Bien que l'idée de Peter en elle-même me contente grandement.
C'est comme des vacances !

Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Rachel Ester Pasca, Mer 13 Déc 2017 - 19:54


La sorcière tourna sur elle-même une fois de plus. Elle aimait ça les voyages, depuis toujours, mais plus encore depuis qu'elle s'était rendue compte que cela l'aidait à faire taire ses démons. Ester finissait parfois même par disparaître pour laisser toute la place nécessaire à Rachel, parce qu'elles s'étaient rendues compte que les monstres ne les suivaient pas dans leurs voyages. Il n'y avait que des monstres de type animal, pas des vrais monstres en somme. Juste des prédateurs rendus effrayant par un peu de sorcellerie. Mais aucun besoin inné de faire le mal, il n'y avait que l'instinct de survie et ça, Rachel pouvait le gérer.

Mais ce soir Ester était encore présente en compagnie de Rachel et aucune des deux sorcières ne parvenaient à dormir. Cette quête était une aubaine pour se rapprocher des personnes qu'elle aimait et côtoyait depuis... toujours non ? Elle ne confierait peut-être ses secrets à chacun, mais elle leur voyait une confiance absolue quant à leur amitié et à ce voyage. Et en soit pour Ester c'était déjà beaucoup. Même si elles devaient avouer que le couple Werner et Underlinden restait un mystère pour elle. Kohane ne rêvait-elle pas de liberté et de chaînes brisés ? N'avait-elle pas pleurer plus d'une fois ? Combien de fois était-elle restée éveillé ? Pour ça ou pour autre chose, finalement la brune n'en savait pas grand chose. Chacune restait sobre lorsqu'il était question de douleur depuis...

Cependant, si Ester ne dormait pas cela n'avait rien à voir avec la recherche de cet artefact qui lui plaisait tant -et pas uniquement parce qu'elle vendait un article qui avait été inspiré par lui à WaddiWasi-, mais d'avantage parce qu'elle avait soif. Et qu'on venait lui crier dans les oreilles. Comment ça elle exagère ?

- Trop longtemps si vous continuez à parler plutôt qu'à dormir.

Répondre d'une voix douce à Kohane, tout en plaisantant et reprochant en même temps, voilà qui était fait. Mais Rachel se reprochait surtout de tant penser à prendre un verre, tout en sachant qu'elle n'en avait pas besoin. Les monstres étaient loin après tout. Et le/les monstres présents avec elle ne lui faisait pas peur, juste de la peine. Elle se leva donc doucement et s'approcha sans bruit de la couchette à Peter. Pas dans le but de l'effrayé, mais dans le but de respecter le sommeille de...euh... le sable ?

- Tu ne le lâches jamais ton truc ? Si ça continue tu vas pouvoir nous le réciter par-cœur, chuchota-t-elle presque, la voix douce.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Peter McKinnon, Jeu 14 Déc 2017 - 10:00


Le parchemin volé à Londres était la clé de leur survie, du moins c'était ce que Peter pensait. Il contenait des indications assez précises, une fois que l'on savait par quel bout le prendre, et pas franchement compliquées. Apparemment, les anciens avaient simplement voulu rendre un hommage à la femme du chef de leur clan en lui construisant un très beau tombeau, c'était tout. Et l'objet de leur quête se trouvait à l'intérieur. Peut-être l'anneau était-il toujours au doigt de la femme ? Auquel cas il allait falloir violer une tombe dans les grandes largeurs et ôter à un squelette l'une de ses dernières parures. De toutes façons, cette femme devait être desséchée depuis longtemps ...

Bien loin de toutes ces considérations, les mariés semblaient apprécier le voyage, Peter ne comprenait pas exactement ce qu'ils se chuchotaient mais il était bien conscient qu'il y avait du mouvement en bas, à tout le moins une petite discussion. Il était clair qu'il ne voulait pas s'immiscer dans leur conversation, quelle qu'en soit la teneur ! la lecture de son parchemin lui provoquait bien moins de dilemmes moraux, et ce n'était pas peu dire ...

Ce fut à ce moment là que la voix de Rachel se fit entendre. Il était content de l'avoir prise avec lui. C'était un membre de l'Ordre, rompu à ce type d'exercice périlleux, et puis cela lui évitait de tenir la chandelle. D'autant qu'après le voyage d'Asclépius en Egypte, sa femme avait surement envie de rattraper le temps perdu. Peter, qui croyait toujours qu'il y avait un fond d'amour dans tous les mariages, était persuadé que l'on arriverait pas à les décoller de toute la quête, laquelle s'apparentait plus à de la plaisance jusque là.

- Tu ne le lâches jamais ton truc ? Si ça continue tu vas pouvoir nous le réciter par-cœur.

La tête de l'ancienne élève de Serpentard avait fait irruption à sa hauteur. C'était à envisager, il les avait trainé tous les trois là et il avait décider de s'exiler dans son lit. On avait connu plus sympathique comme compagnon de voyage. Mais la sorcière avait raison, il devait se décoller de son parchemin. Il n'avait plus rien à en tirer à cette heure de la nuit. Pour ne pas l'éblouir, il éteint sa baguette en informulant un Nox ! Puis il lui répondit en chuchotant :

- Désolé ... C'est juste que ... J'ai pas envie de foirer ...

Il lui envoya un sourire encourageant avant de passer sa tête par le rebord de son lit pour voir ce qui se passait en bas. Kohane était fiché dans une drôle de position, les pieds sur son lit, le dos sur le sol.

- Qu'est-ce qu'elle fait couchée par terre, celle-là ?

Peter venait de s'exclamer cette réflexion dans un chuchotement à son ancienne camarade de salle commune. Il se rendit alors compte du paradoxe évident de la situation et se fendit alors d'une question, dans un énième chuchotement :

- Pourquoi tout le monde chuchote si personne ne dort ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 14 Déc 2017 - 15:15


Ester laissa sa tête reposer contre le sommier à Peter, tel une enfant trop petite pour atteindre le lit de ses parents. Elle lui rendit son sourire, un peu moqueur, toute trace de sommeille envolé. Elle comprenait ses craintes même si elle ne les partageait pas. L'habitude sans doute, d'être elle-même à la tête d'un voyage. Aussi elle se mit en tête de le divertir, parce qu'elle l'aimait bien le Peter. Il était gentil. Lumineux. Peut-être qu'elle lui offrirait un collier, si jamais il ne trouvait pas la relique. Et alors que la pénombre se propageait dans la tente la sorcière fut surprise d'entendre parler de la position de Kohane.

D'un geste vif, comme une enfant, Rachel se précipita pour avoir une meilleure vu et constata d'elle-même que sa colocataire avait effectivement une position étrange. Elle souffla alors, désespérée. Ce n'était pas étonnant qu'elle ait des problèmes pour dormir avec ça. Ce voyage était une bonne idée. Cella faisait longtemps que les deux colocataires ne s'étaient pas vues, parlées de manière aussi légère. Les problèmes, il n'y avait que ça dans leur quotidien. Puis, après avoir sourie, elle retrouva sa place auprès de Peter qui lui posait une question.

- Pour ne pas réveillé les étoiles, s'exclama-t-elle en criant presque pour que Kohane entende aussi.

Elle savait que les étoiles lui plaisaient. Ester éprouvait aussi le besoin soudain de réveiller un peu tout le monde, pour faire sa pénible . Et parce que personne ne semblait vouloir dormir pour le moment, donc autant en profiter. Une bataille de coussins ? Rachel retourna au pas de course jusque sa couchette, fouilla un instant dans son sac de voyage. Elle récupéra ce dont elle avait besoin, alluma la radio. Pas trop fort, mais assez pour que personne ne puisse ignorer la musique.

- L'avantage d'être propriétaire d'une boutique, c'est qu'on peut se servir comme on veut.

Et elle vida un sachet de bonbons sur un lit vide. Ester se posa ensuite dans un coin bien à l'aise, un paquet de bulle baveuse en main. Dansant sagement, heureuse de ses bêtises. Le retour de l'enfant naïve.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Contrées lointaines

Message par : Kohane W. Underlinden, Ven 15 Déc 2017 - 21:11




Une voix qui n'est pas vraiment un murmure -bien que douce- me répond. Mais cette voix, c'est pas une voix de Pius sauvage. Plutôt d'une Rachel pas endormie. Reproche sous pique humoristique, tout un art. Je la regarde -enfin j'essaie de repérer sa silhouette- la tête en bas. Je me demande à quoi elle peut ressembler, à l'envers. Puis, d'une petite voix plaintive, lui réponds :

-Tu sais bien que je dors pas !

Bah oui, elle le sait.
Enfin... elle est censée le savoir.
Depuis le temps qu'on fait une colocation, elle a bien dû s'en rendre compte, non ? Que je sortais la nuit, que je ne rentrais pas, qu'il m'est impossible de tenir en place et que le sommeil ne vient jamais -ou bien est-ce moi qui le repousse sans arrêt ?
Toujours est-il que oui, elle est censée être au courant !
Puis finalement, je crois percevoir son ombre qui s'éloigne. Un temps, j'ai peur qu'elle ne me marche dessus mais non. En fait, elle doit être assez loin de moi. Mes perceptions des distances sont assez étranges, quand on renverse l'univers. Rachel s'éloigne et en même temps que sa présence physique s'écarte, sa présence dans mon esprit aussi, se fait la malle. Je crois vaguement qu'elle parle -à Peter, sans doute, à moins qu'elle ne cause seule. Mais je sais pas trop ce qu'elle raconte. Jusqu'à ce que sa voix retentisse à nouveau. Fort. Dans ma direction.
Comme quoi, j'suis pas la seule à n'avoir aucune considération pour le sommeil des autres. Boh... après, remarque, si elle parle à Peter c'est qu'il est réveillé et donc que personne ne roupille, sous cette foutue tente. Et après ça à nous qu'elle reproche de parler ? Nah mais... !

Je tourne la tête dans sa direction -sans me relever, finalement, je suis bien, comme ça.
Elle est en effet près de la mezzanine occupée par notre chef de quête, le seul sans doute qui se rappelle ce qu'on est venus chercher ici. Bien que cela me soit, au fond, bien égal.

-Les étoiles dorment pas, je réplique dans sa direction. Elles nous regardent.

Ma main pointe vers le ciel.
Ou plutôt la toile qui l'obstrue.

-Elles chantent et nous appellent. Elles aiment bien quand on va les voir et qu'on danse avec elle. Surtout si on est de la famille.

Un sourire rêveur naît sur mes lèvres.
Repenser aux diverses fois où je les ai côtoyées, ces sœurs étoiles. En compagnie de mon frère adoré. C'était beau. A chaque fois. Puis elles nous faisaient toujours découvrir une partie de leur être, une partie de leur habitat qui nous était méconnu jusque là.
Je me rappelle très bien le jour où on a découvert leurs cousines de l'eau. C'était beau. Un moment magique trop rapidement passé.
Alors que je me perds dans mes réflexion, un son musical me parvient. Je hausse un sourcil tandis que mon esprit revient au lieu actuel, cet ici et maintenant. Je reprends conscience de la tente, des gens présents et, encore, la musique qui égraine ses notes dans cette douce atmosphère.
La tête tournée en direction du bruit -je vais finir par choper un torticolis, à force !- je vois Rachel dans un coin qui danse toute seule.
Qu'est-ce qu'elle fait ?

-Bon ben... je vois qu'on n'est pas les seuls insomniaques, ici.


Nouvel haussement de sourcils interrogateur. J'pensais pas que ni Peter ni Rachel ne dormait. Ou alors est-ce juste ce soir ? C'est exceptionnel, ce soir ? Oh... j'sais pas, j'sais plus, j'm'en fiche. L'important étant que personne ne dort actuellement.
Toujours la tête en bas, je me mets à regarder mes pieds. Pour une fois, on peut regarder ses pieds en ayant les yeux rivés vers le haut. C'est pas beau, ça ? Tiens, je me demande ce que ça doit être, de marcher au plafond...
A nouveau, je m'égare un peu. Au rythme des notes qui enveloppent la tente.

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Contrées lointaines

Message par : Peter McKinnon, Jeu 21 Déc 2017 - 8:39


La sorcière qui était venue tenir compagnie à Peter ne sembla pas soulever sa dernière remarque. Apparemment, elle n'avait pas remarqué la position pour le moins incongrue de sa colocataire sur le sol. Aussi se précipita-t-elle pour aller faire son propre constat de l'originalité des postures de l'ancienne rouge. Elle finit par revenir auprès du sorcier et répondit à sa dernière question, qu'elle avait donc dû parfaitement enregistrer. Sa réponse fusa d'une voix claire et forte, ce que Peter n'avait pas prévu. Celui-ci se redressa instinctivement sur son lit et fichant son doigt sur sa bouche, avant de se rappeler que c'était inutile, personne ne dormait !

- - Les étoiles dorment pas. Elles nous regardent.

A présent qu'il était redressé sur son lit, Peter pouvait apercevoir la sorcière. Avec cette dernière réflexion de la dame (car elle était mariée à présent) qui lui ressemblait tellement, l'ancien préfet remarqua que ses joues s'embrasèrent d'elles-mêmes. Il se laissa alors retomber sur les coussins en poussant un soupir. Il fallait qu'il apprenne à gérer, mais comment était-ce possible lorsque la sorcière était si ... elle-même ? Elle avait continué ses explications, mais Peter, les yeux rivés sur le plafond de la tente, essaya de ne pas y prêter attention.

Rachel, elle, semblait avoir foutu le camp. Repassant sa tête par-dessus son lit, Peter finit par la retrouver sur un autre lit, vide, sur lequel elle était occupée à déverser des friandises, après avoir allumé une radio. Il supposa que la soirée les avait définitivement rattrapés. Aussi, bien malgré lui, il se leva pour aller apporter sa contribution aux victuailles qui allaient être consommées dans cette folie improvisée une veille de visite de tombeau.

- L'avantage d'être propriétaire d'une boutique, c'est qu'on peut se servir comme on veut.

Peter avait attrapé son propre sac, l'avait déposé sur son lit et était occupé à en vider le contenu sur son matelas pour trouver ce qu'il cherchait. Il envoya ainsi promener sa cape d'invisibilité, une écharpe bouclier noire, une autre verte et argentée, sa baguette de rechange, un scrutoscope, un petit sachet dans lequel il conservait ses bagues et dont le contenu cliquetait, une boule de cristal, avant de finir par attraper deux flacons. Il alla ajouter ceux-ci sur le lit occupé par les provisions de la propriétaire de Waddiwasi.

- Si tu as quelque chose contre le xérès, j'ai aussi pris du whisky pur feu !

Il attrapa deux patacitrouilles et en lança une à Asclépius. Il espérait par ce geste, aussi amical que maladroit, arriver à renouer un lien avec celui-ci, qui lui manquait fort. D'autant que le développement de ses sentiments pour sa femme n'avait rien arrangé ...

- Tu te joins à la petite fête, Asclépius ?
Revenir en haut Aller en bas
Isolde Hawkes
Isolde Hawkes
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Contrées lointaines

Message par : Isolde Hawkes, Ven 5 Jan 2018 - 17:53


RP avec Shae en parallèle de celui d'Asclépius, Kohane, Peter et Rachel – Autorisation de Peter
Désolée pour le retaaard…

Je te regarde enfiler ton pull comme si c'était un bandeau de pirate. Ça te donne un certain style. Tu ressembles pas vraiment aux capitaines ordinaires, avec leur tricorne, leur jambe de bois et leur perroquet sur l'épaule. Mais j'trouve ça chouette. Je t'adresse un grand sourire et je mets les pouces en l'air pour te dire que j'aime bien.

Quand je demande où on va, tu proposes qu'on se rende tout au bord de la mer. Le bord de la mer, c'est le bord du monde ? C'est le bord qui finit ou celui qui commence ? J'ai hâte de le découvrir. Je remonte les marches quatre à quatre. Me voilà au sommet de la carapace. Je tire sur les voiles. Elles se gonflent et je vois le paysage défiler à toute allure.

C'est beau. L'eau est d'une couleur très dure à décrire mais très jolie. Les soleils de la nuit font presque briller ma peau noire. Une sirène aux cheveux bleus essaie de s'accrocher ; je lui chatouille le haut du crâne, elle rigole et s'en va.
— Tu vois, c'est comme ça qu'il faut les faire fuir. Tiens, qu'est-ce que tu bois ?

Je tire sur la voile pour avancer encore plus vite. Ça sent la liberté. Puis ça ne sent plus rien. J'aperçois une étendue plus sombre au loin.
— On est au tout bord de la mer, tu crois ? Je plisse les yeux. Non ! C'est Norma !

C'est la baleine qui veut qu'on fasse toujours tout comme elle. Je déteste Norma. Je l'ai souvent vue dans mes cauchemars. Chaque fois j'ai échoué à lui échapper. Je lâche la corde pour faire dégonfler la voile. Ça sert à rien, la carapace va de plus en plus vite. J'ai vraiment pas envie d'affronter Norma ; pas aujourd'hui. Laisse-moi, laisse-moi vivre, laisse-moi être…

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Contrées lointaines

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 10

 Contrées lointaines

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.