AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 60 sur 63
Un tour près du Lac au coucher du soleil
Aller à la page : Précédent  1 ... 31 ... 59, 60, 61, 62, 63  Suivant
Giovanny Gardween
Serdaigle
Serdaigle

Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Giovanny Gardween, Mar 16 Fév 2016 - 1:52


PV Eléna Gilbert

Plus d'un mois sans réponse, je poste ici,
n'hésitez pas à me MP si soucis.

Alors si je mets du Venin d'Acromentule avec une Corne de Licorne en plus ça donne... Giovanny s'arrêta un instant dans l'écriture de sa formule. Ça donne... Il ferma les yeux et soupira. Ça donne rien du tout !

Le mauvais élève ferma son livre brusquement, froissant la page volante à l'intérieur de son livre de potion sur laquelle il avait écrit son cours. Giovanny n'y arrivait pas. Du sang de sorcier coulait dans ses veines mais il se demandait vraiment si c'était une erreur vu la scolarité difficile qu'il passait à Poudlard. Il savait qu'il n'y avait pas mis du sien pendant six longues années. Il avait passé quelques examens pour en arriver là bien sûr mais à chaque fois c'était très juste. Mais maintenant c'est différent, il voulait apprendre. La motivation s'estompait peu à peu face aux multiples cours auxquels il ne comprenait définitivement pas grand chose. Pour lui les sorts étaient les plus importants. Savoir se défendre et se battre étaient le plus important pour lui. Jouer au petit chimiste ne l'intéressait absolument pas. Que dire des cours des Soins aux Créatures Magiques ? Si il y avait bien un cours à supprimer, ce serait celui là selon lui. Enfin, c'était l'avis de Giovanny à cet instant, mais il s'est promis de changer. Alors après réflexion, il ouvrit à nouveau son livre et reprit une fois de plus sa formule. Cette fois-ci son raisonnement se déroulait dans sa tête. Il ne s'était pas rendu compte que dans son énervement, ses dires ne s'étaient pas limités à sa tête, mais étaient sortis de sa bouche. Ses pensées sur son désespoir envers les cours sont libres comme l'air !

Le soleil se couchait peu à peu. Le garçon était venu près du lac pour s'échapper un peu des bibliothèques et profiter du soleil radieux d'hiver qu'il y avait. Malheureusement, une des lois de cette saison, la lumière du jour s'éteint vite. Il était à peine 17h que le soleil faisait déjà ses adieux pour la journée. La luminosité était encore correcte pour y voir bien sûr, mais l'ambiance qu'apportait maintenant cette lumière tamisée, ne prêtait pas à l'étude. Le paysage était magnifique. Le château était caressé par le soleil qui tournait au orange. Les lueurs du lac étaient toujours là, il fallait en profiter. Giovanny leva le nez de son livre assez vite pour se rendre compte de la belle vue qui s'offrait à lui. Il profita comme il le fallait.

Les élèves commençaient à retourner vers le château. En effet, comme dans toute école il y a un règlement avec des horaires. Les horaires d'hiver étaient évidemment différents de ceux d'été. Il fallait rentrer plus tôt dans l'enceinte du château. Mais le Serdaigle jugea le contraire. Il mit ses affaires d'école dans son sac à bandoulière et ferma sa cape d'hiver, brodée avec le blason des aigles, au vu de la température qui descendait. Après s'être levé de la pelouse, le garçon entama quelques pas vers le lac. Il voulait continuer à profiter de ce paysage et à se balader. Il devra s'arrêter un moment, qui sait un préfet pourrait passer par là. Mais ce n'était pas dans l'inquiétude de Giovanny. Il savait ne pas faire de vague par son caractère discret. Puis une remarque et il obéissait pour ne pas avoir trop de soucis... du moins pas plus de soucis qu'il en avait déjà car être piètre à ses examens lui suffisait déjà. Le garçon marcha un moment autour du lac tout en surveillant le soleil qui descendait bien trop rapidement. Il finit par s'arrêter devant l'eau. Le temps passait, il n'allait plus en avoir pour très longtemps à se balader tranquillement seul il le sentait. Après tout, il voulait juste décompresser de ses cours. Alors il s'agenouilla devant le lac et posa son sac sur le côté. Ses yeux se fermèrent et c'est ainsi, avec cette tranquillité d'un coucher de soleil devant le lac, que Giovanny décida de se calmer pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Aiko Wilkerson, Mar 16 Fév 2016 - 12:25


Le soleil n'était pas encore couché, j'avais le temps de descendre au parc pour me promener un peu. En ce moment, j'aimais bien la solitude. Je ne savais pas trop ce qui m'arrivait. Peut-être le fait de voir mes amies partir une à une. Je ne voyais plus Dylan, ni Célya, ni Jasmine, Laurae avait quitté Poudlard. Je me sentais seule. Les cours ce n'était pas trop ça non plus. Je comprenais toujours aussi bien ce qu'on me demandait, mais j'y mettais moins d'envie, moins d'entrain. Un naturel lymphatique refaisait surface, je n'aimais pas trop. Je n'allais pas me lamenter sur mon sort, on n'allait pas me plaindre. Un sac noir sur mes deux épaules et une capuche de la même couleur sur ma tête, je passais les portes du château et m'aventurais dans le parc. Les élèves devaient rentrer ? Je m'en fichais, j'étais préfète et membre du club Sergeï, moi je pouvais rester autant que je voulais.

Un vent frais soufflait. Mes joues devaient être rouges sous l'effet du courant d'air glacial. Le soleil ne me réchauffait pas. J'avançais doucement, mais sûrement sur la grande pelouse. Je voyais des premières années en train de s'amuser avec le saule cogneur. Bah tien. Je m'approchais des jeunes. Des lions en plus. Rien qu'à voir ma tête, leur visage se palissaient. Ils comprirent vite que je ne rigolais pas et sans rien dire de plus, ils prirent la direction du château. Sur un banc, je voyais un garçon avaler la bouche d'une fille. Berk. Je continuais ma route sans prêter attention aux deux amoureux un instant de plus. Je tenais les lanières de mon sac entre mes mains et avançait prudemment. Au loin, je voyais le baron sanglant effrayer des Poufsouffles inconsciemment, très bon spectacle. Je continuais ma route jusqu'à arriver au bord du lac. C'était calme. Il n'y avait plus personne. J'appréciais ce moment. Le ciel était d'un mélange orange-rouge. Une petite carte postale. Près d'un chêne je vis quelqu'un assis par terre. Silencieusement, je m'en approchais. Ses yeux étaient fermés.

-J'crois que c'est pas trop le moment de dormir si ? Ma voix était posée, sans enthousiasme, sans agressivité.
Revenir en haut Aller en bas
Giovanny Gardween
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Giovanny Gardween, Mar 16 Fév 2016 - 23:51


La sérénité, retrouver un peu de courage : Giovanny se concentrait pour faire le vide en lui. S'énerver sur ses cours ne servaient à rien. Ce n'était pas inclus dans le changement qu'il voulait opérer. Il devait lutter et se retrouver quand...

-J'crois que c'est pas trop le moment de dormir si ?


Bien que le garçon se préparait au fait que quelqu'un vienne le perturber à un moment donné, il ne s'attendait pas à ce que ce soit le cas... si vite. Sous la surprise de cette phrase, qui pourtant avait été déballée de manière très neutre, Giovanny ne pu s'empêcher d'ouvrir les yeux pour voir à qui il avait à faire. Il chercha rapidement du regard son interlocuteur, sans se lever. Ses yeux se posèrent vite sur une jeune femme qui n'avait pas bien l'air d'avoir un grand écart d'âge avec lui mais qui par sa confiance inspirait presque autorité. Elle savait ce qu'elle faisait et elle savait qu'elle avait plus de droit d'être là, près du lac, à cette heure-ci que lui... du moins c'était l'impression que cette fille lui donnait. À cause d'une capuche sur sa tête, Giovanny ne pût l'identifier très clairement en un coup d'oeil. En effet, l'élève ne voulait pas s'attarder sur cette personne qui troublait sa méditation plus qu'autre chose. Il prit alors l'initiative de se lever et se tourna comme s'il s'apprêtait à partir.

On le sait, Giovanny n'avait pas vraiment de contacts à l'école. ll ne voulait pas se mettre en première ligne. Comme nous l'avons dis, une remarque et il préfèrerait partir. Dans la phrase prononcée par la jeune femme, il n'y avait pas d'ordre. Cependant, le fait de critiquer ce qu'il semblait faire (alors qu'il ne dormait pas pour autant), le poussa à se replier. Après un pas dans la direction contraire à la fille, le garçon s'arrêta.

Qu'as tu fais de tes bonnes résolutions Giovanny ?


Le garçon baissa la tête et soupira secrètement. Il devait agir vite pour ne pas montrer autant d'hésitation qu'il affichait déjà devant elle. Il était temps que le changement opère, il était temps de s'y confronter : c'était alors le moment, maintenant. Après un temps très court de réflexion, Giovanny se retourna vers son interlocuteur :

- Je ne dormais pas. Le paysage est bien trop beau pour s'assoupir vous ne trouvez pas ?

Même si l'âge de la jeune fille semblait proche du sien, vu sa taille et surtout son accoutrement, le garçon avait pris l'habitude de vouvoyer les personnes auxquels il s'adressait. Quand il ne connaissait pas quelqu'un, comme signe de respect pour démarrer sur de bonne base, il ne pouvait que vouvoyer selon lui. Après tout, on ne sait jamais sur qui on tombe... Sans attendre une réponse de la fille sous sa cape, il reprit sa position de départ, c'est à dire assit par terre devant le lac.

- Venez, peut-être voudriez vous profitez avec moi de ce charmant paysage ? Vite, il disparaît bien vite en hiver. Même trop vite...


Après ce petit manège de Giovanny, c'est à dire ses actions incohérentes et son analyse de la situation, il avait retrouvé sa position initiale : prêt à accueillir l'avis de la personne, qui l'avait perturbé, sous un angle nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Aiko Wilkerson, Mer 17 Fév 2016 - 22:46


L'air frais chatouillait mes joues. L'hiver n'était pas encore fini. J'observais le garçon. Il était encore assis, mais il me regardait. Il ne disait rien, pas un mot. Doucement il se relevait et détournant les yeux, il décida de m'ignorer. Il prit la direction opposée, me tournant le dos. Je me mettais face au lac pour ne pas le voir partir, me mordant les lèvres. Alors comme ça je faisais fuir les gens maintenant ? Je ne me sentais pas très bien, j'étais mal. Était-ce mon regard ? Mon physique ? Bon je n'allais pas pleurer sur mon sort, il partait, pas grave. Sans me poser de question, je prenais sa place et m'asseyais. Les bras sur mes genoux, de l'herbe dans les mains et ma capuche sur la tête, je regardais loin devant moi. J'observais l'horizon. Les vagues du lac sous l'effet du vent. J'essayais d'écouter le chant des derniers oiseaux. Je me sentais... plus faible que d'ordinaire. Vraiment étrange. Tout à coup, une voix attirait mon attention. Je levais la tête et voyais l'élève qui était assis il y a deux minutes. Alors comment ça il avait fait demi-tour. Je baisais la tête avec un petit sourire, je ne voulais pas qu'il le voit.

- Je ne dormais pas. Le paysage est bien trop beau pour s'assoupir vous ne trouvez pas ?

Je savais bien qu'il ne dormait pas, j'avais juste voulu le taquiner, rien de plus. En-tout-cas, il ne semblait pas très ouvert aux autres, j'allais faire attention à ce que je disais. Je préférais le mettre à l'aise. J'observais le paysage et le coucher de soleil. Un dégradé rouge et orange. C'est vrai. C'était magnifique. Ça me réchauffait presque. Je jetais les brindilles d'herbe que je tenais dans ma main et observais le garçon. C'était un Serdaigle. Il était bien plus grand que moi, mais devait avoir mon âge, ou un an de moins. Il était plutôt mignon, ses cheveux étaient... J'arrêtais de penser, je me remémorai la phrase qu'il avait prononcé. Je ne rêvais pas, il m'avait bel et bien vouvoyé. Perturbant. C'est bien la première fois qu'un élève faisait ce genre de choses avec moi. Je ne répondais pas et me contentais de me concentrer sur les petites vagues.

- Venez, peut-être voudriez vous profiter avec moi de ce charmant paysage ? Vite, il disparaît bien vite en hiver. Même trop vite...

Je l'observais. Il m'invitait à partager ce moment ? J'étais flattée. Je me décalais vers la droite pour me rapprocher de lui. Nos bras pouvaient presque se toucher. La moitié du soleil avait déjà été engloutis par l'obscurité. J'observais. Comme il disait, ce spectacle disparaissait très vite. Je reposais mes yeux sur lui.

-Tu n'es pas obligé de me vouvoyer, je préfère le tutoiement. C'est magnifique. Je marquais une pause. Je ne savais pas vraiment quoi dire. Comment est-ce que tu t'appelles ? Nan mais franchement, j'aurais pu trouver mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Giovanny Gardween
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Giovanny Gardween, Jeu 18 Fév 2016 - 23:26


Le garçon se trouvait assis à côté de la "pertubatrice" à présent. Après son invitation a admirer ce fabuleux paysage, il s'attarda sur sa voisine. Il essayait de tourner la tête discrètement mais celle-ci se ferait trop remarquer. Il fit tout de même une tentative en inclinant sa tête, mais la remit vite à sa position d'origine, en face du lac, car il avait raison : c'était trop voyant. Non, il ne le ferait pas, il devait être plus subtile : après tout c'était une nouvelle rencontre et Giovanny ne savait point comment s'y prendre. Alors il utilisa plutôt ses yeux. Le jeune homme essaya par son regard de décrypter plus en détail la jeune fille qui était à côté de lui. Il ne pût voir que le blason sur ses vêtements, le plus voyant : le lion rouge et or. Il n'avait pas eu souvent affaire à des élèves de d'autres maisons lors de sa scolarité. Déjà qu'il n'était pas très ouvert, alors les élèves de sa propre maison lui suffisaient déjà... Après tout ce n'était que des maisons : qu'est ce que cela révèle réellement sur la personne ? C'était la question que Giovanny se posait. Il n'eût pas le temps d'aller jusqu'au bout de sa réflexion que la jeune fille dit :

-Tu n'es pas obligé de me vouvoyer, je préfère le tutoiement. C'est magnifique.

Un silence se passa ensuite. Le garçon se sentait bête alors de l'avoir vouvoyer. C'était évident que c'était une autre élève alors pourquoi ne pas la traiter en tant qu'égal ? Mais la timidité et l'estime de Giovanny prenaient le dessus. Il ne savait pas grands choses des relations avec d'autres élèves, il lui devait alors le respect selon lui. Il profita de ce silence pour réfléchir à la prochaine tentative de conversation qu'il ferait. Il devait changer, alors qu'il change ! Après sa fixation sur le vouvoiement, il remarqua que la jeune fille était aussi sensible que lui au paysage. L'élève ne cacha pas le fait qu'il avait été sensible par rapport à cela. Elle admirait le paysage comme lui il le faisait : voilà un point commun et donc un point d'entente qui rapproche. Quel était le point négatif de cette rencontre pour le moment ? Rien. Il n'y avait que du positif et cela le garçon le remarqua et le prit en son avantage pour établir une confiance en lui-même pour affronter cette nouvelle rencontre.

-Comment est-ce que tu t'appelles ?

Wow... alors là c'était une réelle ouverture. Giovanny devait vraiment rentrer dedans. Il laissa donc échapper rapidement, sans la regarder, un:

- Giovanny... Un instant se passa avant qu'il ne dise de manière plus calme : Je m'appelle Giovanny.

C'était le moment de se lancer et d'enfin réagir plus normalement disons.

Allez Giovanny, fait de ton mieux. Ne l'effraie pas par tes propres peurs, c'est peut être ta chance et ce que tu attendais.


Le jeune garçon ne voulait plus paraître hésitant. Il avait déjà fait un pas en s'asseyant de nouveau devant le lac auprès d'elle et un autre en disant son prénom. C'était le moment d'être fort. Comme on bâtit un mur de brique solide, Giovanny se motiva pour opposer une résistance face à ses peurs et à se montrer sous son meilleur :

- Et vous, comment vous appelez-vous ? Il tourna la tête vers elle pour cette question afin de s'imposer et d'appuyer la plaisanterie qu'il tentait de faire. Je sais que tu m'as dis de te tutoyer mais je ne te connais pas et dans ce que l'on m'a apprit je ne dois pas tutoyer la personne avant de la connaître un minimum. Peux-tu me convaincre ?

Il souriait après cette réplique. Ça faisait vraiment old school mais peut être allait-il piquer sa curiosité. Il l'espérait...
Giovanny avait envie de la chercher un peu, après tout c'était plus marrant. Dans ce choix, il avait laissé son penny de côté : ce qui était rare. Il testait son propre courage mais surtout il voulait ainsi voir rapidement ce qu'avait cette jeune fille et qui elle était vraiment. C'est avec cette phrase, où le garçon y mit tant d'entrain, qu'il effleura le bras de la jeune fille par inadvertance, qui était vraiment tout près.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Aiko Wilkerson, Sam 20 Fév 2016 - 23:39


Un vent frais soufflait autour de Poudlard. Je me demandais vraiment pourquoi je n'avais mis qu'un gilet. Pas grave, c'était chose faite. Je regardais les oiseaux qui volaient au loin. Le paysage était magnifique, même si le temps aurait pu être meilleur. Les nuages étaient gris et le ciel presque de la même couleur. Après tout, ça donnait un côté mystérieux à la nature. Je croisais mes bras et me taisais. J'attendais la réponse du garçon. Je n'avais rien trouvé de mieux à dire que de lui demander son prénom. Disons que c'était un bon début. Je me demandais bien ce qu'il pouvait penser de moi à cet instant. Une fille qui venait le déranger ? Ou bien de ce qu'il pensait tout court. Finalement, il me répondit.

- Giovanny...
Je le regardais. Je m'appelle Giovanny.

Giovanny, j'aimais bien, c'était un beau prénom. D'ailleurs je me demandais de quel origine c'était. Je me contentais de faire un petit sourire, il ne semblait pas trop vouloir parler, je respectais. Le paysage parlerait pour nous. Un rayon de soleil apparu, était-ce bon signe ? Je détournais le regard pour poser mes yeux sur l'aigle. Ce n'était pas désagréable de le regarder, mais je n'allais pas penser à ça maintenant. Je reposais mes yeux sur le lac et observais les vagues entraînées par le vent. Ca me donnait envie de rester encore un moment. Et je ne voulais pas que ce moment se termine.

- Et vous, comment vous appelez-vous ? Je sais que tu m'as dis de te tutoyer mais je ne te connais pas et dans ce que l'on m'a apprit je ne dois pas tutoyer la personne avant de la connaître un minimum. Peux-tu me convaincre ?

Il souriait, c'était la première fois. Il avait un beau sourire. Je décidais de sourire aussi, mais je laissais mon regard divaguer vers l'horizon. Je n'étais pas encore prête à le regarder droit dans les yeux. Parfois j'étais étrange. Je semblais être plus calme, plus douce. Ne pas me prendre la tête et avoir une discussion simple avec une nouvelle personne, voilà ce qu'il me fallait, et ça m'avait manqué. Son bras effleura le mien, je ne disais rien et détournais les yeux sûr lui lorsqu'il regardait le paysage. J'espérais ne pas me faire prendre. Bon, je devais lui répondre, il voulait être convaincu ? Il avait l'air de vouloir me connaître d'avantage.

- Moi c'est Eléna. Je faisais une pause. Je dois essayer de te convaincre c'est ça ? J'aime le rouge, et toi, c'est quoi ta couleur préférée ?

J'étais vraiment, vraiment nul, voilà tout. Je pouvais dire n'importe quoi, partir sur n'importe quel sujet intéressant, mais non, il fallait que je lui demande sa couleur préférée. J'essayais de rester stoïque et de ne pas rougir. Mon bras touchait le sien à nouveau. Je regardais l'horizon. Un corbeau volait. J'étais vraiment très près de l'aigle.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Alhena Peverell, Jeu 16 Juin 2016 - 1:23


RP Privé avec Emily Sinclair
LA Mutuel sauf pour la parole

~ Le désir de nos pensées ~

Voilà déjà plusieurs heures que tu t'occupes de tes copies dans ton bureau. Ça t'ennuie profondément de corriger des ramassis de débilité. Tu t'étires, bailles légèrement. Il se fait tard, mais tu te décides tout de même à aller prendre l'air. Ça ne te fera que du bien. Tu prends un petit gilet, l'enfiles et te diriges dans les couloirs. Tu croises quelques élèves. Une tête rousse se détache de cet amas d'élèves, un sourire sur tes lèvres, mais tu ne traines pas. T'as l'impression que ça t'étouffes, alors tu t'éclipses à vitesse grand V.

Arrivée près du lac, tu humes l'air frais. Une brise légère et un coucher de soleil magnifique. Il n'y étrangement personne aujourd'hui. Ça t'arranges tu avais envie de tranquillité. Pouvoir réfléchir, respirer et souffler un peu. Trop de choses qui dévalent dans ta vie, s'écroulent. Tu as besoin d'être seule, seule avec tes pensées et tes désirs. Tu as l'impression de marcher sur un vieux fil qui est sur le point de craquer. De tanguer dans tous les sens, sans tomber une seule fois dans la crevasse. Que les enfers te tirent par la cheville, mais que tu t'accroches autant que possible à la lumière. Tu fermes d'ailleurs les yeux, profitant des derniers rayons du soleil qui te réchauffent.

Tu commences alors à marcher, te promenant autours de ce lac. Bien des souvenirs de jeunesse remontent à la surface. Des rires, des larmes. Des escapades nocturnes, des baignades interdites. Tu te poses près d'un arbre, t'allumes une cigarette. De là où tu es, personne ne pourra te remarquer depuis l'enceinte du château. La fumée grisâtre s'échappe de tes poumons, les noircissants encore d'avantage. Ne faut-il pas un jour mourir de quelque chose de toute façon ?

Allongée sur l'herbe, tu contemples le ciel orangé. Cela fait quelques minutes que tu es dans cette position. Tu fais disparaitre ton mégot. Fermes les yeux, penses à plusieurs choses à la fois. Ton esprit n'arrête pas de divaguer dans tous les sens, jamais tu ne t'arrêtes, jamais tu ne cesses de penser. Un cerveau qui marche en continue, ça te fatigue, te lasse. Tes angoisses restent coincées au fond de ta gorge, tu repenses à des moments de ta vie. Aux personnes à qui tu as envie de péter les dents avec une queue de billard, à celles qui t'ont soutenues même si elles sont peu. Les mains sur le ventre, les cheveux étalés, les jambes repliés, on dirait que tu dors comme un ange mort. Puis s'enchaines d'autres tracas, des visions que tu ne peux pas t'empêcher de revoir. Les cheveux blonds de ta soeur. Les larmes d'une autre. Les idées folles de ton frère....

Tu te relèves soudainement. Mince ton frère, c'est vrai. Tu devais lui délivrer un message mais tu as oublié et là ta chouette n'est plus là. Tu ne sais quand elle reviendra. Une seule solution s'offre donc à toi si tu veux que le message parvienne vite. Tu te relèves et sort ta baguette. Un instant tu fermes les yeux, ton coeur bat toujours la chamade à chaque fois que tu lances ce sort. Une pensée. Une affreuse et une terriblement belle pensée. Tu murmures un #Spero Patronum qui délivrera ton message. Un gigantesque loup, un tracé blanc aux lueurs bleu, apparait devant toi. Il arrive à la hauteur de tes hanches. Il est beau et magnifique. Tu sais très bien pourquoi de base, c'est un loup. Au départ tu pensais que c'était à cause d'elle, mais au fil et à mesure du temps tu as commencé à comprendre ta vrai nature. Peut-être, est-ce dont vrai que tu es un loup, un animal qui protège sa meute, sa famille. Tu es l'Alpha des Peverell, et ce peut-être depuis bien trop longtemps...

Le Patronus s'échappe dans la forêt alentour. Tu le regardes partir, les cheveux au vent, un sourire se dessine sur tes lèvres. Il fait légèrement frais, tu fermes les yeux encore une fois, profites de cette harmonie soudaine que tu as avec la nature. Tu rouvres tes paupières et observes les couleurs rose, jaune et orange qui s'offrent à toi. C'est un des plus beau moment de la journée que tu adores contempler, avec le ciel étoilé. Tu ranges ta baguette dans ta manche, croises les bras et te retournes pour continuer un peu plus loin ta marche...

Tu te stop soudainement. Elle est là, devant toi. Tu es étonnée, surprise. Avais-tu remarqué que quelqu'un te suivait ? Quand est-elle donc arrivée ? Que faites-elle ici ? Tant de question dans ton regard. Tu ancres tes iris émeraudes dans les siennes. Un frisson, un sourire en coin de ta part. Quelque chose d'électrique, de beau, avec lequel tu aimes jouer. Un énorme chat et une toute petite souris. Une chasseuse professionnelle et une proie toute inoffensive.

Tu t'avances vers elle, à pas lent. Comme si le temps s'était arrêté un instant. Des battements de cils, des coeurs qui battent trop fort. Un jeu. Des murmures malsains qui chuchotent au creux de ton oreille pour te dire quoi faire. Tu t'arrêtes juste devant le corps de la demoiselle. Tu penches ton buste en avant, tes lèvres à quelques centimètres des siennes. Ton regard hypnotisant captant le sien, tu murmures doucement d'une voix suave :

- Qu'est-ce que vous faites ici Mademoiselle Sinclair ?

Tu te recules, un regard et un sourire un peu mesquin. C'est fou comme elle te fait penser à Ombre. Son comportement, ses gestes. Mais peut-être que tu te trompes. Que tu ne vois que ce que tu as envie de voir chez cette jeune fille. Cette petite rousse aux airs parfaits. Peut-être que ce n'est qu'une image que tu te fais d'elle, peut-être que...

...que ce n'est qu'un désir de tes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Sinclair
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Emily Sinclair, Mer 29 Juin 2016 - 1:54


RP privé avec Alhena Peverell
LA Mutuel sauf pour la parole

T'es là, dans la foule, tu marches. C'est pratiquement l'heure du repas, ce qui explique l'abondance d'élèves dans les couloirs et surtout ta présence à cet endroit. La journée avait été plutôt banale, les cours s'étaient enchaînés pour ne laisser qu'un simple bourdonnement dans ta tête tellement tu en avais absorbé en si peu d'heures. Tu continues ton chemin, la grande salle n'est plus très loin...

C'est là que tu l’aperçois, une simple fraction de secondes mais c'est suffisant pour que ton regard la suive quelques instants. Tu sais même pas pourquoi.

Elle tourne au bout du couloir et sort de ton champ de vision. Il n'y a plus personne. T'es seule entre ces murs de pierres qui semblent prêts à t'écraser, comme si l'espace était bien trop grand pour une fille comme toi. Tu te sens oppressée, t'as l'impression d'être une petite souris coincée dans une cage bien trop grande. Faut que tu sortes. Le repas peut attendre, de toute façon, tu n'aimes pas manger quand la salle est pleine. Revenant sur tes pas, tu te diriges vers la sortie la plus proche, désireuse de prendre quelques instants pour respirer un peu et laisser la pression retomber. Les examens approchent et les cours s'intensifient, la pression s'empare de ton corps peu à peu et t'as cette horrible impression que t'es un ballon de baudruche trop gonflé, prêt à exploser à tout moment.

Enfin, tu quittes cette bâtisse et t'es libre, plus aucun obstacle ne se dresse devant toi. Une brise fraîche caresse ton visage, tu respires, tes yeux se ferment et tu te sens bien. Tes paupières s'ouvrent de nouveau et tu la vois, là, au loin. Ton regard se pose sur la jeune femme qui semble si petite d'ici et tu trouves ça marrant. La Peverell au regard glaçant n'était réduite qu'à une tâche dans le paysage et ça t'esquisse un sourire. Tu sais pas pourquoi, mais elle t'intrigue cette femme. Comme si elle dégageait quelque chose spécial, peut-être était-ce sa posture, sa façon de parler ou encore la manière qu'elle avait de marcher. T'en sais rien, mais tes jambes bougent quand même et pendant quelques secondes, tu t'en rends même pas compte.

Tu te dis que c'est de la curiosité. Tu te demandes pourquoi ta professeure d'Histoire de la Magie se dirige vers le lac à cette heure-ci, et c'est tout. Donc tu marches, d'un pas régulier, presque mécanique. T'es une machine de guerre prête à découvrir ce que la brune trafique, t'es déterminée et tu ne reculeras pas. Tu te demandes ce que tu vas voir en arrivant là-bas et tu réalises que tu vas probablement t'attirer des ennuis, mais il est trop tard pour faire demi-tour: tu ne reculeras pas. Voilà que tu atteints les quelques mètres de forêt qui te séparent du lac, c'est presque rien, seulement quelques arbres. Tu peux déjà voir la voir, elle et l'eau bleutée.

Quelques pas en avant et tu renonces à la protection que te fournissent les feuillus, cependant, elle ne peut pas te voir et reste ignorante de ta présence. C'est mieux ainsi. Soudain, un loup blanc aux reflets bleus apparaît, il est gigantesque. Sur le coup, tu te demandes ce que c'est, cette chose sortie de nulle part. Puis tu te sens bête, pour une élève de septième année, ne pas être capable de reconnaître un Patronus c'est assez inquiétant. Après cette réalisation, c'est la surprise qui se lit sur ton visage: tu possèdes le même Patronus. Enfin, le même animal, mais dans la forme il n'a rien à voir avec ce gigantesque animal qui était apparu. Non, le sortilège du Patronus c'est pas ton fort, les rares fois où tu as réussi à faire apparaître la bête, ce n'était qu'un petit animal maigre qui t'arrivais à peine au milieu de la cuisse. La toute première fois, il était minuscule, tu avais cru voir un renard, mais non, il s'agissait bien d'un loup.

Pendant un moment, tu es tellement perdue dans tes pensées que tu ne la remarque pas. Tu ne la vois pas se retourner et ce n'est que lorsque ses yeux s'encrent dans les tiens que tu es propulsée hors de ton monde. Tu es glacée sur place et tu as l'impression de ne pas pouvoir bouger, mais en même temps tu luttes contre tes jambes pour ne pas reculer. Elle est là, elle s'avance et son regard ne quitte pas le tiens. Tu ne bouges pas, tu trembles légèrement l'espace de quelques secondes et tu espère qu'elle ne l'a pas remarqué. Elle est en face de toi, elle se penche et à travers ses yeux tu as l'impression qu'elle lit en toi comme dans un livre ouvert. Tu retiens ta respiration, telle une gazelle face à un lion prêt à la croquer. Ses lèvres son à quelques centimètres des tiennes, tu sens son souffle sur ta peau et tu luttes pour ne pas reculer.

« Qu'est-ce que vous faites ici Mademoiselle
Sinclair ? »

Bonne question. Tu lâches un soupir quand elle recule et tu vois son sourire, même si tes yeux regardent tout sauf elle. Tu te sens comme une proie face à son prédateur et tu as l'impression que peut importe ce que tu répondras, ça sera la mauvaise réponse.

« Rien. » Ta voix se veut ferme mais ton regard fuyant te trahis.

C'est nul comme réponse. C'est pratiquement admettre l'avoir suivie jusque ici, il faut que tu dises quelque chose d'autre. Quelque chose qui lui fera oublier le pourquoi du comment de ta présence. Tu fais quelques pas sur le côté, ton regard posé vers le sol et une fois que tu t'es un peu éloignée, tu te retournes vers la brune. T'essayes de garder ton espace vital.

« Vous aimez les loups ? » Cette fois-ci, ta voix paraissait innocente, tes yeux étaient posés sur la jeune femme sans la fixer.

T'espérais que la question la prenne par surprise, qu'elle se demande pourquoi tu lui parles de loup soudainement. Elle se rendrait probablement compte que tu avais vu son Patronus et tu ne savais pas si c'était une bonne chose, mais c'est trop tard pour reculer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Alhena Peverell, Mar 12 Juil 2016 - 5:22


Une lueur malsaine au fond de ton regard. Un bras reposant sur l'autre, tenant ta tête droite. Ton petit côté fière et hautain. Un sourire dessiné sur tes belles lèvres. Des lèvres qui, quelques minutes plus tôt, s'apprêtaient à toucher celles de la gamine. Enfin gamine... Elle n'est pas si jeune que cela. Juste huit ans d'écart. Ce n'est pas si grand que ça, ce n'est pas comme si c'était vingt cinq ans non plus. Mais là, il fallait avouer que la situation était presque perverse. Et étrangement, elle t'étais particulièrement familière. Sauf que cette fois, les rôles étaient échangés et les étoiles ne brillaient pas encore, seul un rouge orangé bercé votre insolite bulle.

N'oublie jamais :
L'innocence ne se perd pas,
Elle se prend.


- Rien.

Haussement de sourcil, sourire en coin. On ne ment pas à la reine des mensonges. N'était-ce donc pas évident ? Tu avais presque envie de rire d'elle. Mais un jour, elle finirait pas comprendre. Malgré tout, tu essaies de repêcher son regard plus que fuyant. Peur ? Frisson ? Quels effets tu lui faisais ? Tu avais envie de le savoir, qu'elle affronte enfin ton regard. Que tu contemples ses incroyables iris. Que tu puisses lire son histoire, que tu puisses lire ses secrets et son âme. Quels genres d'émotions faisaient frémir chaque parcelle de sa peau.

Tu t'approches d'elle à nouveau, mais elle s'écarte. Elle s'éloigne un peu de toi et tu la laisses faire, tes mains derrière ton dos. Tu sais à l'avance ce qu'elle veut faire. Ce qu'elle tente de faire. Elle n'a aucune excuse à être ici, sauf si elle t'a suivi. Tu le sais, elle le sait. Alors, elle change brutalement de sujet :

- Vous aimez les loups ?

Ô joie, ô Merlin. Elle a décidé de te regarder, enfin de contempler ton être ou un point invisible derrière toi. Elle fuit encore ton foutu regard. La lâcheté dans sa plus belle splendeur. Tu avances lentement pour ne pas la faire fuir. Ton visage est de marbre, ton regard ne laisse rien filtrer. Tu avais donc raison, elle l'a vu. Elle t'a vu lancer ton sort, elle t'as espionner. Intéressant, très intéressant pour toi. Un sourire exquis se glisse de nouveau sur tes lèvres.

- Vous me posez la question parce que vous avez vu mon Patronus ?

Léger mouvement de la tête sur le côté. Et le piège se referme lentement. Quelle douce mélodie tu entends. Des rires étouffés à l'intérieur du gosier. Finalement, la théorie comme quoi tu serais le diable incarnée pourrait à l'instant même devenir réalité. Mais en y réfléchissant bien, plus profondément. Tu n'es que le serpent qui tend la pomme à Eve. Ou est-ce seulement une pensée pour te rassurer sur ce qu'est ta réelle et propre nature. Sûrement, comme tous les jours après tout. N'est-ce pas une des pensées qui fait frémir ton corps entier ?

- Je suppose que oui... Donc vous m'espionnez ? Puis-je savoir pourquoi ?

Tu es de nouveau à quelques centimètres de son visage, tes pieds et tes jambes t'ont ramenés près d'elle. Encore. D'un geste vif mais doux, de l'index tu soulèves son menton. Elle est légèrement plus petite que toi. Puis tu t'approches, encore, beaucoup trop près. Elle ne bouge pas et tu sens sa respiration saccadée souffler sur ton visage. Sans te soucier de quoi que ce soit. Tu te rapproches encore, tes lèvres frôles les siennes, sa joue, son coup. Tu murmures d'une voix suave :

- Oui j'aime les loups, mais j'aime aussi tout particulèrement... les aigles.

Tu te recules de nouveau, ton sourire en coin persistant. Les mains de nouveau dans le dos, tu t'éloignes et contemples la foret. Tu regardes le chemin que ton patronus a prit. Une minute de silence s'écoule. Peut-être qu'elle est partie qui le sait ? Tu te retournes, elle est là. Elle est belle mais elle a l'air plutôt perturbée. Tu la perturbes. Mais cette fois, c'est toi, qui changes complètement de registre. Tu sèmes le doute sur tes intentions. D'une voix claire et enjouée tu lui demandes :

- Avez-vous déjà pratiquer ce sort Mademoiselle Sinclair ? Dites moi quel est votre Patronus ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Sinclair
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Emily Sinclair, Lun 25 Juil 2016 - 2:16


Après réflexion, changer de sujet d'une manière si drastique n'était pas forcément la meilleure des solutions. T'allais te faire griller, c'est pas vraiment ton fort d'en apprendre plus sur les autres quand c'est pas naturel. Et, la dernière chose dont tu avais besoin, c'était d'te foutre la Peverell à dos pour un badge en plastique.

« Vous me posez la question parce que vous avez vu mon Patronus ? »

En même temps, il aurait fallut être stupide pour ne pas faire le rapport. Aucune réponse ne quitte tes lèvres, il n'y en a pas besoin, elle est évidente. Tu croises les bras, te disant qu'il fait légèrement froid ici alors qu'en réalité il ne s'agit que d'un simple geste pour te rassurer. De quoi ? Bonne question. T'as l'impression de mieux tenir debout comme ça peut-être, tu sembles intouchable comme une chenille dans son cocon.

Une simple protection, pourtant si fragile.

« Je suppose que oui... Donc vous m'espionnez ? Puis-je savoir pourquoi ? »

Oui.

« Non... Je suis juste curieuse. »

Tes bras tombent le long de ton corps, la revoilà, une nouvelle fois envahissant ton espace personnel. Sa main sur ton menton, tu n'as d'autre choix que de la regarder. Elle est partout et nulle part à la fois, ses lèvres dangereusement proches des tiennes et c'est cette tension électrique qui te maintien dans cette semi-réalité, t'empêchant de mordre à l'hameçon. Immobile, pieds ancrés dans la terre, t'as pas la force de bouger. Ni l'envie.

« Oui j'aime les loups, mais j'aime aussi tout particulièrement... les aigles. »

La voilà repartie et tu sens de nouveau l'air frais sur ton visage, comme si sa proximité avait tout stoppé autour de toi, t'as l'impression de te réveiller après une absence. Sa phrase avait jeté comme un froid sur ton être, tu es un aigle. T'aimerais déployer tes ailes et t'envoler mais malheureusement c'est impossible, tu n'as que tes jambes pour te soutenir. La brune te tourne le dos et le silence infernal ne fait qu’électrifier la tension déjà bien présente. Tu sais pas quoi répondre à ça et tu laisses tes yeux divaguer sur son dos, sans but précis, juste parce qu'elle était là devant toi et qu'il n'y a rien d'autre à regarder.

« Avez-vous déjà pratiquer ce sort Mademoiselle Sinclair ? Dites moi quel est votre Patronus ? »

Heureusement, c'est elle qui brisa le silence. S'étant maintenant retournée, tu pouvais voir son visage. Changement radical, cette fois-ci elle semble plus... Enjouée. Ta tactique réutilisée contre toi. Mais d'un côté, ce changement de sujet était une bonne chose, cette conversation de loups et d'aigle te mettait mal à l'aise.

Quelques pas dans sa direction, cette fois-ci c'est toi qui l'approche mais une distance raisonnable vous sépare. T'hésites, tu sais pas si tu peux l'approcher plus. Pour l'instant tu es droite face à la brune, tu la regardes, plus à l'aise qu'il y a quelques minutes mais y a quand même quelque chose qui t'empêche de faire quelques pas de plus. Peut-être était-ce du bon sens. De la peur. Du stress. Aucune idée, ton cerveau semble être en pilotage automatique et tu parviens pas à savoir ce qui se passe là-haut.

« Oui, j'ai déjà lancé ce sort. »

Ignorant sa seconde question, ton regard passe sur le soleil couchant et ça te ramène un peu à la réalité. Tu l'avais suivie sans réfléchir, t'avais vu ça comme une opportunité pour ta petite mission mais c'était en train de se retourner contre toi. Tu l'avais mal jaugée, un terrain inconnu sur lequel tu t'étais aventurée. Maintenant, tu sais à quoi t'attendre et la prochaine fois tu seras pas déstabilisée. Quelques pas en arrière tu t'éloignes doucement, sans la quitter des yeux.

« Désolée de vous avoir suivie, vous préférez surement être seule. »

Ta porte de sortie amorcée, tu lui tournes maintenant le dos et tes pieds bougent de quelques centimètres. Tu ne sais pas si elle est au courant. Si elle sait ce que tu as derrière la tête, mais tu sais que tu n'obtiendras rien maintenant, peut-être une autre fois. Avant d'être trop loin, tu te retournes une dernière fois.

« Mon Patronus ressemble étrangement au votre. »

C'est pas vrai. Ton Patronus ressemble pas au sien, c'est juste le même animal. Cependant, c'est suffisant pour comprendre. Avec un sourire, tu la laisse méditer là-dessus avant de te diriger vers la forêt par laquelle tu étais arrivée.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Aysha Brayd, Ven 26 Aoû 2016 - 13:21


Début du RP
PV
Alice Grant

Wahou...

Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de lumière par ici ... Oh, c'est quoi ça ? C'est vert et ... Ouh, c'est tout doux ! Est-ce que ça se mange ? ... Ah, berk ! Berk, berk, berk !


Aysha, agenouillée dans l'herbe dans le Parc de Poudlard, recrache la poignée de brins d'herbe qu'elle vient juste de mettre dans sa bouche. Le château étend sa silhouette noire juste derrière elle, se découpant dans la lumière éclatante. En ce jour d'été, le soleil est éblouissant. Aysha se relève péniblement. Visiblement, le sortilège d'ivresse lancé par un petit plaisantin de sa classe pour son anniversaire à été efficace. La jeune fille titube et s'adosse à un arbre du parc. Elle entreprend d'y grimper.

Ooooh ... Ça marche, ça marche ! Je grimpe ! Je suis un vrai petit singe ! Yipeeeee !

Soudain, Aysha lâche la branche et dérape. Sa cape reste accrochée dans l'arbre, et la jeune fille se débat, secouant les pieds dans le vide.

- Nooon ! Lâchez -moi, sales escrocs ! Je sais ce que vous préparez ! Mais vous ne m'aurez pas comme ca, faites moi confiance ... Je suis un génie, moi ... Un génie ! Yahaaaaa !

Aysha donne un grand coup de pied dans le vide et s'écrase au sol.

- Youhoooou ! J'ai réussi ! Vous avez vu ?

Quelques élèves qui passent par là la dévisagent avec de grands yeux. Aysha se relève d'un bond et se met à courir à toute vitesse sur les bords du lac.

- YIIIIIIIIHAAAAAAAAAAAAAAA !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Alice Grant, Ven 26 Aoû 2016 - 14:04


"Cortes Titilandus a encore frappé"

La galaxie. La Terre. L’Angleterre. Le coucher du soleil. Poudlard. Le Lac. Cherchez l'erreur.
Alice se promène. C'est la deuxième fois qu'elle fait ça, se balader dans Poudlard, enfin sereine. Elle s'approche de l'eau. Certains élèves sont dehors eux aussi. Plus elle s'approche et plus elle entend une voie forte. Trop forte pour un soir qui devrait être calme. Quelques têtes se tournent. Une fille est en train de courir pas très droit en hurlant.
- YIIIIIIIIHAAAAAAAAAAAAAAA !
Un sentiment de déjà vu. Ou plutôt, de déjà vécu. La serdaigle se rappela de la fois ou elle avait fini au poste, sous le Sortilège d'Ivresse. Heureusement qu'une bonne âme avait été là pour la tirer de ce mauvais pas. Cette élève devait avoir la même chance. La sang-mêlée s'arrêta pour fusiller du regard trois premières années en train de regarder le spectacle en rigolant comme des demeurés.
- Hahaha!! Regardez-là! Et si on la pou...
Ils croisèrent les yeux noirs de la jeune femme, se turent soudainement et s'éloignèrent. Pauvre fille. Les rumeurs vont si vite... elle se lance à sa poursuite et la rattrape en quelques secondes, la prenant par les épaules. D'abord, examiner les dégâts. Avec un peu de chance le sort n'était pas si puissant que ça...
- Salut. Tu peux me dire combien font deux et deux?
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Aysha Brayd, Dim 4 Sep 2016 - 13:49


Aysha s'arrête de courir, essoufflée. Soudain, une silhouette s'approche d'elle. Une jeune fille.

Elle à la tête toute carrée ! Hihihi !

Les formes se mélangent dans ses yeux, oscillant, floues. Aysha tend le bras vers la nouvelle venue. Son visage se transforme soudain en une tête de dauphin multicolore.

-Salut. Tu peux me dire combien font deux et deux?


Qu'est-ce qu'elle raconte ? Pourquoi elle me demande ça ? Je vais essayer de communiquer avec ce dauphin étrange. C'est parti.

- Kikikiki ! Kikikiki !

Aysha se met à sauter dans tous les sens.

- Ca y est ! Je suis un dauphin moi aussi. Kikikiki !

Aysha tire l'inconnue à la tête de dauphin par la manche. Soudain, elle se fige. Elle essaye de faire marcher son cerveau convenablement. Elle pourrait presque entendre les rouages métalliques tourner difficilement à l'intérieur de son crâne. Elle plisse les yeux. C'est dur. Quelque chose cloche. Elle est un dauphin. Elle est la, debout dans l'herbe. Il y a quelque chose qui ne colle pas.

Ça y est ! Je sais ! Les dauphins vont dans l'eau. Ils nagent ! Je ne peux pas me tenir debout dans l'herbe. C'est impossible !

Aysha trépigne. Elle a trouvé ce qui ne va pas ! Vite, résoudre cette incohérence. La jeune fille prend son ami le dauphin multicolore par la manche et le tire vers le lac, essayant de communiquer avec de petits cris aigus.

Vite, vite ! Je vais mourir si je reste la ! J'ai besoin d'eau !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Alice Grant, Mar 6 Sep 2016 - 22:07


MDR Excellent!

- Kikikiki ! Kikikiki ! cria l'élève avant de se mettre à sautiller. - Ca y est ! Je suis un dauphin moi aussi. Kikikiki ! Puis, elle la prit par la manche pour l'entraîner à sa suite. Vite. Agir. Mettre fin à la comédie. Rideau.
Ouah. C'est pire que ce que je pensais. Qu'est-ce que je lui ai demandé, déjà? Ah, oui: combien font deux et deux. ... Et ben on est pas rendus. Elle essaya de comprendre un peu ce que la jeune femme voulait dire pour tenter de prévoir les actions les plus imprévisibles de la galaxie: celles d'une personne sous le Sortilège d'Ivresse. Donc, décortiquer les paroles... se mettre dans la peau d'un bourré... en fait, Alice avait juste à se rappeler de sa propre expérience... donc... pourquoi "moi aussi"? Est-ce qu'elle la prenait pour un dauphin en plus d'elle-même? Mais alors... Malheureusement, elle eurent la même idée: la sang-mêlée vit le visage de sa camarade se figer soudainement , cherchant apparemment à résoudre une énigme de la plus grande importance, avant de reprendre sa course folle et de l'entraîner vers le Lac. Vers l'eau, donc. La place des dauphins. Non, pitié, il est trop tard pour un bain! Elle était loin d'être chochotte, mais si elle pouvait leur éviter une trempette, il fallait qu'elle fasse quelque chose.

La sorcière aux yeux noirs s'était déjà souvent creusé les méninges pour se sortir de situations aussi périlleuses que complexes, déjouant les sortilèges de protection des mages noirs dans l'Allée des Embrumes, passer des heures dans la bibliothèque du château... mais elle n'avait aucun plan pour délivrer quelqu'un de ce Cortes Titilandus, à part attendre qu'il cesse de faire effet. Elle tenta alors de rentrer en communication avec la serdaigle:
- Mais non, t'en fais pas, on peut vivre sur terre, on est magiques! s'exclama-t-elle alors en la retenant d'aller plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Aysha Brayd, Sam 17 Sep 2016 - 18:47


L'autre dauphin força Aysha s'arrêter et s'exclama :

- Mais non, t'en fais pas, on peut vivre sur terre, on est magiques!

Magiques ? Nous sommes magiques ? Mais ... Oh, oui ! Oui, c'est vrai ! Je peux respirer hors de l'eau, et l'autre dauphin aussi ! Mais, j'ai tout de même envie d'aller me baigner ... Dilemme.

Aysha fit glisser son regard du lac vers son ami, de son ami au lac. Soudain, une vision extrêmement drôle attira son attention. L'herbe, quelques mètres plus loin, oscillait telle une mer houleuse. Le sol formait des vagues onduleuses.

- Regarde, regarde ! Hurla-t-elle en désignant l'herbe agitée.

Tout cela était si drôle ! Aysha fila à toute vitesse, s'étant dégagée de la pression d'Alice. Elle n'était plus un dauphin, elle était de nouveau humaine. Et son amie ... wahou. Elle était humaine elle aussi. A l'exception de son nez, qui changeait de forme constamment, passant d'un feu clignotant à une banane. Hilarant. Tout autour d'elle était si drôle ! La vie était bidonnante, littéralement.

La jeune fille plongea dans les vagues vertes et se roula dans l'herbe en riant à gorge déployée. Sous elle, l'herbe roulait et la faisait rouler avec elle. Aysha se tourna dans tous les sens, arrachant des brins d'herbe au passage. Son rire semblait se transformer en un son mélodieux.

Oh, je crois que j'ai un don pour le chant. Cool !

Aysha se releva d'un bond. L'herbe avait cessé d'osciller.

Je crois que je vais chanter. Un air d'opéra, peut-être ?

Aysha inspira de toutes ses forces et se mit à hurler. Qu'elle chantait bien ! Sa voix emplissait le parc d'un château telle une chanteuse lyrique de talent. Elle y mettait tout son coeur, la main sur la poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Alice Grant, Jeu 22 Sep 2016 - 8:17


Al' va passer aux sortilèges. Si soucis me MP^^


La serdaigle balada plusieurs fois son regard d'Alice au Lac, puis du Lac vers Alice. Ouf. Elle avait l'air d'avoir compris, elle pourraient éviter la baignade. Au moment ou elle espérait qu'elle avait enfin commencée à ne plus être sous l'emprise du Sortilège, l'élève désigna l'herbe et se mit à crier:
- Regarde, regarde !
Que voyait-elle? Merlin seul pouvait le savoir. Ça pouvait être tout et n'importe quoi. Au moins avait-elle détournée son attention de l'eau. Mais ça n'apprenait pas à la sang-mêlée comment elle allait faire pour sortir sa consœur de ce pétrin. Consœur qui avait sauté dans l'herbe comme si c'était de l'eau et qui gesticulait tout en riant bêtement. Mer**. Si un membre du personnel passait par ici, ce serait la honte assurée pour cette fille, elle aimerait lui éviter ça. Remarque, peut-être que l'infirmerie serait le mieux pour elle... la sorcière aux yeux noirs regarda autour d'elles. Les élèves qui passaient ne s'arrêtaient pas pour assister au spectacle mais pouffaient entre eux et ne prenaient pas la peine de chuchoter pour se moquer. Les histoires allaient bon train au château. Encore plus vite quand elles sont fondées.

La pauvre victime du Sortilège d'Ivresse commençait à hurler, main sur la poitrine, sûrement persuadée d'avoir une voie d'or. Cette fois, c'en était trop. Tant pis, il fallait bien qu'elle fasse quelque chose, la sixième année sortit sa baguette de sa manche et la pointa sur la fille:
- #Nigrum Larva. T'inquiète pas, c'est rien.
Voilà, ce sortilège qu'elle avait prononcé d'innombrables fois sur elle-même lorsqu'elle espionnait des individus particulièrement dangereux ou quand elle se faisait repérer et qu'elle n'avait pas son masque sous la main, elle avait fini par l'adopter. Au moins ne se ferait-elle pas reconnaître par ses camarades de classes susceptibles de faire courir des rumeurs. Et ensuite? Elle ne pouvait pas la stupéfixier quand même!
- Ecoute, tu dois t'arrêter de chanter, sinon tu vas réveiller les gens qui dorment, lui dit-elle calmement, après avoir lancé #Sonorus pour que sa voie couvre ses hurlements.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Un tour près du Lac au coucher du soleil

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 60 sur 63

 Un tour près du Lac au coucher du soleil

Aller à la page : Précédent  1 ... 31 ... 59, 60, 61, 62, 63  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.