AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
[Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice
Charli Proulx
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Charli Proulx, Lun 23 Fév 2015 - 19:14


______________________________


Voici l'habitation (Duplex) de John Dawson.

Il peut poster dès à présent.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : John Dawson, Mer 25 Fév 2015 - 4:59


Description de l'appartement.:
 

De retour en Angleterre, John avait une seule idée en tête : Devenir un adulte fonctionnel. Il avait beau procrastiné, toujours reportant la recherche d'emploi et de maison après ce voyage. Mais là, la trentaine approchait à grand pas et il en avait marre de devoir toujours trouver une chambre d'hôtel où ramener les victimes de son charme. Une fois qu'on a dépassé les vingt cinq ans et qu'on n'a pas les moyens de se payer une chambre où ramener une demoiselle, son égo reçoit un plus vilain coup que celui reçu par son porte monnaie. En plus de ça et le plus important, il avait besoin de son propre territoire.

La procédure était assez simple quand on est sorcier, on n'avait pas à galérer avec trop de paperasse, les gobelins de Gringotts étaient bien plus efficaces que ces vieilles peaux qu'employaient les moldus.

Comme John venait de déposer le dernier carton, il avait besoin de marquer son nouveau territoire. Pour ce faire, il visita le petit coin avant de s'occuper de quoi que ce soit. Il alla se pointer devant la porte d'entrée, bien que la maison soit meublée à la perfection, mais elle n'avait pas encore cette touche personnelle. Faisant face à une montagne de cartons et d'emballages, John se dessina un plan précis de ce qu'il voulait, ce n'était qu'un plan de départ qu'il allait l'adapter au fur et à mesure. Avant de commencer, il enferma Oxana dans sa cage et enchaîna Thor dans un coin éloigné du bazar, pour ne pas être gêné.

Les travaux de décoration risquaient d'être ennuyeux s'il les faisait à coups de baguette, il décida donc de les réaliser à la moldu. Il enleva ses vêtements chauds et ne laissa qu'un vieux t-shirt qui ne l'avait pas encore abandonné, et s'attaqua à son travail. Il déplaça les canapés, arrangea les bibelots, ajusta la moquette... Il prit un moment pour regarder par la fenêtre et observer la vue, ce n'était pas une si mauvaise affaire après tout. Plusieurs heures après, la montagne avait descendu des trois quarts, mais avant de reprendre son travail, il fallait préparer quelque chose à manger pour lui et quelque chose à servir aux éventuels voisins qui risquaient d'avoir l'idée de le visiter. Pour ne pas causer trop d'ennuis, il avait omis de lancer le Repousse-Moldu, du moins pour les quelques jours à venir.

Le gentil garçon qu'il était, il suivit les conseils de Maman Dawson et décida de préparer des cookies qu'il mit au four. Attendant que le four fasse son tour de magie, John s'étala sur son hamac qu'il avait arrangé à la terrasse pour profiter du changement des couleurs du ciel passant du bleu à l'orange et aussi pour ne pas salir le canapé blanc. Il ressentit les courbatures que lui avait causé le déplacement du matériel de sport, il avait eu recours à la magie pour le déplacer en haut, mais la magie risquait d'être assez imprécise quand il s'agissait de léviter des centaines de kilos pour les déplacer de quelques centimètres. Il repensa au travail qui lui restait et qui se résumait à une dizaine de cartons comportant des effets personnels, il rêvassa aussi pendant quelques minutes, mais il fût tiré de sa rêverie par la sonnette cristalline de la maison : John Dawson recevait des visiteurs pour la première fois dans sa maison.

- Entrez, c'est ouvert ! Cria-t-il, avant de se rendre compte qu'il avait attaché Thor en face de l'entrée.

Il se dépêcha de mettre son plat de côté, de soigner plus ou moins son t-shirt. Il se rua à travers le salon qui, à la grande satisfaction de John, était bien rangé et prêt à recevoir des invités. Malheureusement, il entendit les aboiements du lévrier Irlandais, même s'il étaient amicaux, la vue du chien causait un sursaut.


Dernière édition par John Dawson le Ven 3 Avr 2015 - 2:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Invité, Mar 3 Mar 2015 - 5:21


19 Bristol Gardens, London, W9 2JQ. Voilà l’adresse que lui avait indiquée John lorsqu’il lui avait annoncé qu’il emménageait à Londres et qu’elle avait pris soin de noter sur un petit bout de papier, se promettant d’y faire un saut aussitôt qu’elle en aurait l’occasion. Tout n’allait certainement pas être prêt du jour au lendemain, mais ce n’était pas bien grave. Peut-être pourrait-elle lui donner un coup de main avec les cartons les plus légers ou un petit coup de baguette pour les tâches les plus délicates ? La sorcière s’était en outre autoproclamée gardienne du bon goût et aurait certainement quelques conseils déco intéressant à lui prodiguer, les mecs étant généralement des catastrophes dans le domaine !

Tandis que cela faisait bien trop longtemps à son goût qu’elle n’avait pas vu le beau brun, la jeune enseignante profita d’une fin de journée où elle n’avait pas trop de copies à corriger pour fuir le coin paumé d’Écosse où Poudlard se trouvait, au profit de l’un des quartiers les plus pittoresques de Londres : Little Venice. C’était apparemment là qu’il avait élu résidence, ce qui impressionnait beaucoup notre héroïne qui aurait aimé avoir autant de chance. Son propre appartement se trouvait malheureusement en plein centre-ville, avec tous les désagréments que cela supposait. Ne connaissant que très peu cette partie de Londres, Clíodhna transplana dans un parc dont elle se rappelait vaguement, mais suffisamment pour visualiser un coin à l’abri des regards moldus, puis c’était à pieds qu’elle ne mit en quête de l’appartement de John. Légèrement déboussolée, elle vagabonda dans le voisinage pendant une bonne vingtaine de minutes avant de finalement trouver l’immeuble que son morceau de papier indiquait.

Elle fit alors un saut dans un coffee shop au coin de la rue, jugeant que cela ne se faisait pas d’arriver les mains vides, et c’est finalement avec deux cafés à la main qu’elle s’introduit dans l’immeuble :

« Entrez, c'est ouvert ! », hurla l’ancien Serdaigle lorsqu’elle finit par sonner à sa porte.

De sa main libre, la jeune femme remit alors un peu d’ordre dans la choucroute savamment étudiée que formait son chignon, puis s’engouffra dans les quartiers de son ami qui ne tarda pas à débouler depuis les escaliers, tandis qu’un chien gigantesque lui aboyait sévèrement dessus. De nature méfiante vis-à-vis des animaux, Clíodhna n’avait jamais été une grande amatrice du genre canin et fut passablement impressionnée par le gabarit impressionnant de l’animal, John lui ayant bien dit qu’il avait un chien mais ayant de toute évidence omis d’en préciser les dimensions. Fort heureusement, il était attaché et ne pourrait lui faire aucun mal. Avant même d’avoir pris le temps d’inspecter les lieux, la brunette se débarrassa de ses cafés en les posant sur la commode la plus proche et se jeta sur les lèvres du jeune homme. Par Merlin, qu’elles avaient pu lui manquer !

« Je ne t’interromps pas j’espère ? s’enquit-elle alors en relâchant son étreinte, ne pouvant s’empêcher de remarquer le T-Shirt suintant de son ami. Parce que sinon, ça ne me dérange pas de mettre la main à la pâte... ! », avant de lui proposer un café tandis qu’elle commençait à promener son regard sur la pièce que le nouveau propriétaire avait aménagé avec beaucoup de soin.
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : John Dawson, Mar 3 Mar 2015 - 23:13


Tout en traversant le salon, John dégagea un carton d'un coup de pied vers le mur opposé et ne fut pas heureux d'entendre le son familier de porcelaine brisée. Cependant, il n'eut pas le temps d'y remédier car il avait de la visite. Il s'attendait à recevoir des visiteurs, mais ils ne risquaient pas de trop s'attarder s'ils étaient reçus par Thor. Et quelle fut sa surprise lorsqu'une belle jeune femme lui sauta au cou pour l'embrasser ! Et pas n'importe quelle jeune femme, c'était LA jeune femme ; à laquelle il ne cessait de penser et repenser. Il lui rendit son baiser à son tour.

- Je ne t'interromps pas j'espère ? Demanda-t-elle en desserrant son étreinte. Parce que sinon, ça ne me dérange pas de mettre la main à la pâte... !

Il prit alors le café qu'elle lui tendait et s'apprêta à lui répondre, mais il remarqua le chien qui aboyait toujours. Il s'agenouilla à ses côtés, le prit par le collier et procéda à lui caresser la tête pour le faire taire.

- Non, ce n'est pas la peine. Répondit-il en passant la main d'un geste machinal sur le crâne de l'animal. J'ai fini pour aujourd'hui.

John n'était pas un grand amateur du café, mais ne le refuserai pas pour autant. Les mots qu'avait prononcé Clíodhna étaient tout ce qu'il y avait de naturel, mais un mot retint son attention : Pâte. Il avait le sentiment qu'il devait faire quelque chose, mais sans pouvoir s'en souvenir... Une odeur peu plaisante se fit sentir alors qu'il était agenouillé près du chien, il regarda ce dernier mais se rendit compte qu'elle venait de lui, il n'avait pas encore pris sa douche et n'avait même pas pris la peine de se changer. Il se redressa et invita la demoiselle à se mettre à l'aise. C'est là qu'il se rappela de ce qu'il avait à faire, il devait sortir les cookies du four... Le four était préréglé, mais on n'était jamais sûr avec une telle recette. Il les sortit et les mit de côté.

- Je suis vraiment content que tu sois passée. Il appréciait vraiment le fait que Clío ait pris le temps de passer le voir, c'était plutôt bon signe.

- Bon, tu devras m'excuser, je vais prendre une douche et me changer.

Il avait l'impression de dégager une aura verte et repoussante, digne d'un troll adulte. En plus, il venait de se remplir le ventre, donc, s'il ne le faisait pas maintenant, il allait avoir un poil dans la main, et il n'était absolument pas question de passer la soirée avec Clío' sachant qu'il puait comme une bouche d'égout.

- Entre temps, tu peux faire le tour de la maison, arranger un peu les choses, parce que la déco... c'est pas vraiment mon truc. dit-il en se passant les mains dans les cheveux, signe de malaise. Sinon, tu peux m'épier dans la salle de bain et je ferais comme si je n'avais rien remarqué. Il ponctua cette dernière phrase d'un clin d’œil avant de prendre l'escalier en fer forgé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Invité, Jeu 16 Avr 2015 - 8:26


« Bon, tu devras m'excuser, je vais prendre une douche et me changer », lui avait lancé le jeune homme avant de grimper les escaliers, lui conseillant de s'occuper comme elle pouvait.

Pour Clíodhna, c'était un peu la douche froide. À peine était-elle arrivée qu'il la laissait déjà en plan ? Elle n'aurait pourtant pas été contre l'idée de l'accompagner sous la douche... Café à la main, la jeune femme n’eut donc d’autre choix que de se mettre à arpenter le rez-de-chaussée, prenant acte de l'aménagement qui était en train de prendre forme. Elle finit d'ailleurs par abandonner son gobelet en carton sur une table basse et par sortir sa baguette, jetant des sorts par-ci par-là afin de donner un peu plus de cachet à la pièce. La magie faisait parfois vraiment des miracles, autrement comme une jeune femme de son acabit aurait-elle pu déplacer d'aussi gros meubles à elle toute seule ?

Non sans audace, elle ajusta l’agencement de certains angles la pièce au profit de quelque chose de plus cosy et de plus harmonieux. À ses yeux, il n’y avait en effet rien de plus ennuyeux qu’un divan placé contre un mur principal et elle préférait le positionner au centre de la pièce afin de créer un espace plus convivial. Tant qu’elle y était, elle en profita pour rectifier la couleur des rideaux pour l’harmoniser avec celle des autres éléments de la pièce, prouvant si c’était nécessaire que les profs de métamorphose avaient une obsession presque malsaine pour les détails.

Elle se lassa pourtant rapidement de jouer les décoratrices d'intérieur et finit par aller faire un tour du côté de la cuisine, impressionnante tant de par sa taille que de par son équipement. Ce n'était sans doute pas très poli de se servir, mais John lui avait mis l'eau à la bouche avec ses cookies et elle rêvait d'y goûter. Elle en saisit donc un, prenant soin de réarranger les autres pour qu'on ne remarque pas son absence. Il était franchement délicieux, un excellent point pour le jeune homme. Effectivement, notre brunette ayant beau avoir un grand nombre de cordes à son arc, la cuisine n’en faisait définitivement pas partie. Elle n'avait de fait jamais été une grande adepte des fourneaux et s’était toujours arrangée pour qu’on cuisine à sa place, quitte à dépenser des sommes folles en livraisons à domicile.

N'oubliant pas la ligne qu'elle se devait de soigner, la jeune femme se débarrassa toutefois du reste du cookie à peine eut-elle mordu dedans :

« Salut toi... fit-t-elle donc au lévrier irlandais, toujours attaché dans l'entrée. Alors, c'est quoi ton petit nom ? Ça te dit une petite friandise ? », avant de lui glisser le biscuit dans la bouche en retirant sa main aussitôt de peur de se faire mordre.

À l'heure qu'il était, elle ne savait pas très bien quoi penser de cet opulent compagnon à poils de John. Si elle avait toujours eu du mal à trouver l'intérêt que les gens portaient aux chiens en général, c'était particulièrement vrai pour les plus grands représentants de leur espèce qu'elle trouvait à la fois malaisants, encombrants et, bien trop souvent, malodorants. Mais si elle tenait à son idylle naissante avec le propriétaire de ce charmant duplex, elle allait probablement devoir apprendre à s'habituer à sa présence. Qui sait, le don qu'elle venait de lui faire allait peut-être faciliter leur cohabitation ?

« C’est ça, t’es un bon gros toutou ! », finit-elle d’ailleurs par ajouter en prenant sur elle pour lui tapoter la tête du bout des doigts.

Cependant, l’heure tournait et John tardait à redescendre. À moins que ce fût simplement elle qui se montrait impatiente ? Possible. M’enfin, que pouvait-il bien faire d’intéressant sous la douche… ? D’un naturel curieux, la belle décida qu’il était grand temps d’aller voir par elle-même. Après tout, ne lui avait-il pas dit qu’elle pouvait l’épier et qu’il ferait comme s’il n’avait rien remarqué ? Si ça se trouve, ce qu’elle avait pris pour un brin d’humour était une véritable invitation et elle le faisait attendre. Un sourire un tantinet malicieux se dessinant sur ses lèvres, elle gagna donc l’étage où se trouvait de toute évidence la partie privée de l’habitation : deux chambres, une salle de bain, une salle de sport et un bureau.

Frappant brièvement sur la porte la porte de ladite salle de bain, Clíodhna n’attendit pas de réponse avant d’y glisser la tête :

« Ça va, tu ne t’es pas noyé j’espère… ? », lança-t-elle, amusée, se préparant mentalement à entrevoir de quoi alimenter des nuits et des nuits de fantasmes.
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : John Dawson, Mar 21 Avr 2015 - 3:01


Se dépêchant d'aller sous la douche, John savait pertinemment que planter sa visiteuse comme il venait de faire n'allait pas vraiment lui plaire. D'ailleurs il regretta le temps qu'il avait passé à rêvasser ; ce temps qu'il aurait pu investir dans des tâches plus impératives, notamment son hygiène personnelle. Lorsqu'il en finit de se laver, le jeune homme se rappela ne pas avoir encore déballé les cartons de vêtements et par conséquent ; pas de peignoir. Il devait sûrement être enfui dans une boîte qui - espérons bien - se trouvait dans la chambre à coucher. Prenant bien soin de prendre sa baguette avant de s'en aller, il entendit la deuxième porte s'entrouvrir et la voix de Clío : Ça va, tu ne t’es pas noyé j’espère… ? Et il se pressa de franchir la porte reliant les deux pièces et refermer la porte derrière lui, pudeur oblige. Prenant conscience que chaque pas qu'il faisait laissait des traces, il se sécha d'un coup de baguette et récura à ce qu'il venait de causer, du moins de ce côté de la porte, l'autre côté serai pour plus tard. Pas vraiment tiré à quatre épingles, mais heureux de ne plus être dans son plus simple appareil, John se hâta de quitter la pièce après avoir essayé sans succès d'arranger ses cheveux.

Prenant soin à ne pas surprendre Clíodhna en venant par derrière, il la prit par la main pour qu'ils descendent à l'étage inférieur. John ne put s'empêcher de remarquer le chignon que formaient les cheveux de la jeune femme, ça lui allait à merveille ce look de prof. Il y avait toujours une prof qu'on ne pouvait que porter aux nues par ses regards débauchés - pas pervers -, et béer chaque fois qu'elle passait au tableau pour écrire...

- J'adore tes cheveux faits comme ça. Remarqua-t-il en s'extirpant peu à peu de sa rêverie.

Une fois à l'étage inférieur, John nota un certain changement dans l'agencement des meubles, il ne saurait dire lequel, mais il y avait quelque chose de nouveau. D'ailleurs, sa mémoire n'avait pas eu le temps de bien s'imprégner de l'ordre qu'il avait établi. La seule transformation qui sautait aux yeux du propriétaire était la couleur des rideaux qui n'était plus la même. Hormis les rideaux, John ne pouvait déceler précisément d'autres variations dans le décor. Mais en gros, c'était mieux que ce qu'il avait fait de la pièce. Heureusement que la prof de métamorphose était passée, sinon, qui sait ce qui serait advenu de cette maison.

- C'est vraiment beau et facile aux yeux. T'as vraiment l’œil pour la décoration. Fit-il en s'adressant à la concernée.

Oubliant où il avait laissé son gobelet de café, John prit une bouteille de bière Moldue et non la Bièraubeurre que même les boutonneux de Poudlard avaient le droit de boire. Les deux sorciers prirent place sur le canapé, John prit soin de se mettre à la gauche de la jeune femme dans une tentative pour dissimuler sa cicatrice à l'épaule. Il décapsula alors sa bouteille et bût une gorgée avant de sentir un petit malaise dans le dos. Maintenant qu'il était assis, il commençait à ressentir les courbatures dans ses muscles qui lui tirèrent une grimace de douleur. Pour l'instant, il fallait qu'il reporte son attention sur Clío' qui, par un quelconque miracle, n'avait pas encore pris la fuite car, jusqu'à présent, il ne s'était pas montré bon hôte envers elle.

- Alors, comment t'as passé la journée ? Commença-t-il par dire. Comment ça se passe au château avec ce nouveau directeur et ces "réformes" qu'il compte instaurer ? Il ne veut quand même pas ramener l'école au Moyen Âge ?

Pas vraiment la question qu'on rêvait d'entendre après une longue journée de travail, mais il valait peut-être mieux aborder ce point maintenant que d'en parler en cas de silence gênant. Il y avait aussi un peu de curiosité qui était partie prenante dans la question, après ce qu'on disait à la Gazette - qui n'était pas toujours une source fiable - au sujet de ces réformes/punitions qu'il comptait appliquer. Et s'il prévoyait les appliquer, ça voulait sûrement dire qu'il serait là à long terme. En plus, le personnel du château devait avoir son mot à dire sur ce nouveau directeur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Invité, Dim 26 Avr 2015 - 2:25


Quelle ne fut pas la déception de la jeune femme lorsqu’elle ouvrit grand la porte de la salle de bain et qu’elle découvrit qu’elle était vide. Où était passé John ? Elle ne se posa pas la question longtemps puisque son homme se manifesta aussitôt derrière elle. Malheureusement, il avait déjà eu le temps d’enfiler quelque chose. Ce n’était toutefois que partie remise, Clíodhna n’ayant jamais été du genre à s’avouer vaincue avant d’avoir livré bataille. La récompense en cas de victoire était d’ailleurs suffisamment attractive pour qu’elle se salisse un peu les mains, ce qu’elle ne tarda pas à faire lorsqu’elle les laissa subtilement vagabonder sur les biceps du jeune homme tandis qu’il l’invitait à le suivre au rez-de-chaussée.

Elle était au moins parvenue à lui remettre la main dessus. Effectivement, elle n’avait pas grandement apprécié qu’il l’abandonne si rapidement pour aller prendre une douche et ce n’était pas les quelques compliments qu’il lui adressa ensuite qui rattrapèrent le coup. Si elle n’avait qu’une chose en horreur, c’était bien d’être délaissée, elle qui aimait plus que tout être au centre de toutes les attentions.

« Mouais, ‘fin j’ai pas fait grand-chose… », répondit-elle néanmoins d’une voix pleine de lassitude lorsqu’il loua son bon goût en matière d’ameublement intérieur.

Force était effectivement de constater qu’elle avait eu la flemme d’entreprendre quoi que ce soit d’ambitieux et qu’elle avait rapidement rangé sa baguette, préférant aller faire un tour du côté des cuisines. C’est d’ailleurs par-là que se dirigea ensuite John, avant de revenir une bière à la main. Une seule bière à la main. Apparemment, les femmes ça ne buvait pas de bière. Ça ne buvait rien du tout d’ailleurs, puisqu’il ne lui proposa rien d’autre. Les deux sorciers s’installèrent alors dans un canapé, la jeune femme prenant d’emblée ses aises en posant la tête sur le torse de son amant. Bien décidée à ne pas se laisser faire, elle n’eut d’ailleurs aucun scrupule à prendre la bouteille dans les mains du goujat et à en siphonner la moitié. Outch, c’était une bière moldue en plus. Répugnant.

Tandis qu’elle replaçait incognito la bouteille entre les doigts du jeune homme, celui-ci daigna enfin s’intéresser à elle :

« Alors, comment t'as passé la journée ? lui demanda-t-elle effectivement. Comment ça se passe au château avec ce nouveau directeur et ces ‘réformes’ qu'il compte instaurer ? Il ne veut quand même pas ramener l'école au Moyen Âge ?
– Écoute, je t’avouerai que j’ai plus de mal à encaisser la disparition d’Harshing que je l’aurais voulu, lui confia-t-elle alors. Ce n’est pas que je l’aimais particulièrement, elle n’était pas vraiment appréciée à Poudlard, mais… C’est quand même elle qui m’avait donné cette chance, qui a décidé de me faire confiance », la mine soudain chagrine.

« Il y a ça, et puis… reprit-elle ensuite après une brève interruption, n’étant pas encore sûre de pouvoir faire confiance à son ami sur ce genre de sujet. Les circonstances de sa mort, je les trouve louche. On nous a dit qu’elle était décédée de mort naturelle, t’y crois toi ? Ce soir-là, en présence du ministre… ? Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’on nous cache quelque chose et la nomination de Kholov ne doit pas être un hasard. Je n’avais aucune ambition particulière par rapport à ça, mais tu trouves ça logique qu’on ne m’ait même pas proposé de reprendre la direction du château ? Je veux dire, je suis la professeure la plus ancienne et je ne m’estime pas particulièrement incompétente… », laissant la question en suspens.

Elle revint alors sur le sujet de départ :

« Pour le moment, je ne sais pas quoi penser de ce Kholov, poursuivit-elle sur un ton qui en disait long sur sa rancœur. Mais ça ne m’annonce rien qui n’aille… Cela dit, je ne suis pas sûre d’avoir envie parler de ça, j’en mange déjà suffisamment toute la journée. Parle-moi plutôt de toi et de tes voyages ! Qu'est-ce que tu comptes faire de ta nouvelle vie de sédentaire ?! », lui caressant le bas du ventre comme pour l’encourager.


Dernière édition par Clíodhna Quinn le Lun 10 Aoû 2015 - 3:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : John Dawson, Mer 29 Avr 2015 - 4:55


Confortablement installé sur le canapé, John écouta attentivement ce que la jeune femme avait à dire au sujet du trépas de la directrice de Poudlard. Clíodhna lui fit d'abord part de sa perception de Mrs Harshing, ainsi que de sa gratitude pour la chance qu'elle lui avait accordée en l'embauchant en tant que professeur. Ne pas ressentir de l'affection pour quelqu'un et savoir avouer sa reconnaissance envers cette même personne était preuve d'une évidente grandeur d'âme.

En ce qui concerne le décès, la jeune femme doutait que ce soit une mort naturelle. On se poserait sûrement des questions vu le contexte de l'incident. En effet, d'après la Gazette, le ministre en personne était présent au château ce soir-là. L'ironie était dans le fait que Sudworth ait soulevé la question de sécurité de Poudlard pendant son discours, alors qu'il ne pouvait même pas assurer la sécurité d'une personnalité aussi éminente que Renata Harshing. On ne peut pas le tenir pour responsable unique de cette tragédie, n'y avait-il pas des personnes chargées de la sécurité ? En outre, s'il s'agissait vraiment d'un meurtre, alors les coupables avaient une chance non négligeable de se trouver dans la salle. Mais avant de pointer du doigt à la recherche de l'assassin, il fallait d'abord déterminer la cause. Personnellement, John penchait pour un empoisonnement ; étant donné qu'il n'existait aucun sortilège capable de tuer à retardement.

D'un autre côté, la disparition d'Harshing impliquait automatiquement la nécessité de trouver un successeur, ce qui faisait office de motif de meurtre aux malheureux suspects. Pour la nomination de Kholov, cette réaction du ministre était trop rapide au goût de John. On aurait dit que la transition entre l'ère Renata et l'ère Sergeï n'avait survenu que par zapping et que le changement de directeur n'était qu'une simple substitution préméditée. Entendre Clíodhna parler de son ambition personnelle à se retrouver un jour à la tête de l'établissement donnait à John une nouvelle perspective sur l'école millénaire ; il se la représentait à présent comme un échiquier géant lui rappelant bizarrement une vieille série télévisée Moldue où il était questions de trônes. En temps normal, il y aurait dû y avoir un directeur adjoint qui prendrait les commandes de l'établissement pendant cette période, du moins jusqu'à ce que la tempête passe.

Pour John, ce n'était qu'une question de temps avant que le ministère ne monte une quelconque mascarade pour détourner l'attention de la population magique. De telles supercheries n'étaient pas nées d'hier.

Le jeune homme prit une gorgée de sa bouteille et s'apprêta à formuler ses doutes à propos de Kholov qui aurait Harshing en travers, John fut contrarié par le brusque changement de sujet.

- Cela dit, je ne suis pas sûre d’avoir envie parler de ça, j’en mange déjà suffisamment toute la journée. Parle-moi plutôt de toi et de tes voyages ! Qu'est-ce que tu comptes faire de ta nouvelle ville de sédentaire ?!

- Et bien, on a la chance de rencontrer de nouvelles personnes et voir des paysages captivants... A vrai dire, mes voyages n'ont rien de bien intéressant, sauf si tu considères être poursuivi par un géant pendant qu'une Povrebine te... Bref, ce n'est pas toujours aussi beau qu'on le croirait.

Parler de ses voyages rendait John nostalgique, bien qu'il était sincère au sujet de ses mésaventures avec les monstres, il prit soin de passer sous silence les amourettes qui venaient pimenter ses trips. Mais cette ère est maintenant révolue, John avait décidé de prendre sa vie entre ses mains et commencer à agir en tant qu'adulte fonctionnel. Nouvelle gorgée.

- Pour l'instant, je me contente de travailler dans une banque Moldue. C'est barbant comme travail, on croule sous la paperasse. Mais je fais ce que je peux pour me dégoter un poste au ministère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Invité, Sam 2 Mai 2015 - 17:27


Quel meilleur moyen pour distraire un homme que le faire parler ? À peine eut-elle donné la parole à son ami que Clíodhna essaya de reprendre la bouteille de bière, déterminée à l’achever. Elle n’avalait en effet que difficilement la goujaterie du beau brun et comptait bien réduire à néant l’objet de la discorde.

La première tentative fut toutefois un échec, John portant la bouteille à ses lèvres au moment précis où la belle tenta une offensive…

« Je regrette parfois ne pas avoir voyagé davantage, confia la demoiselle avec mélancolie. Beaucoup de sorciers font le tour du monde après leur scolarité et j’imagine que ce doit être vachement enrichissant… », bien qu’elle savait qu’elle n’avait guère eu le choix, ayant commencé à travailler aussitôt ses A.S.P.I.C. en poche.

Clíodhna fut toutefois un peu frustrée qu’il se montre si avare en commentaire, mais sans doute valait-il mieux revenir à la charge à un autre moment. Le récent déménagement du sorcier marquait un nouveau départ dans sa vie et ne constituait de toute évidence pas le meilleur moment pour ressasser le passé.

Quoi qu’il en fût, le petit côté aventurier du jeune homme faisait partie de ce qui plaisait et intriguait le plus notre belle, toujours partante pour mettre un peu de pimenter dans son quotidien.

Malicieuse, elle profita d’ailleurs d’une nouvelle gorgée de John pour lui chiper sa bière et l’avaler d’une traite, réprimant ensuite le renvoi qui se forma dans sa gorge. Sa relation avec le jeune homme étant encore toute récente, mieux valait effectivement qu’elle tâche de se maîtriser un minimum.

« Je ne savais pas que tu travaillais chez les Moldus ! s’exclama-t-elle ensuite comme si de rien n’était, replaçant d’ailleurs l’épave entre les doigts de son ami. Ça doit être super chaud de passer sans cesse d’un monde à l’autre et de ne pas avoir l’air bizarre à leurs yeux, moi je suis méga stressée en leur présence. Au fait, tu ne m’as jamais dit, t’es d’origine moldue ? Non pas que ce soit important pour moi hein, bien au contraire, c’est juste que… », se rendant que ce n’était de fait que de la curiosité.

Elle poursuivit d’ailleurs aussitôt :

« Un job au Ministère de la Magie ? répéta-t-elle effectivement, songeuse. Ça veut dire que tu soutiens le gouvernement en place ? », espérant que leurs orientations politiques ne se révèlent pas trop incompatibles…


Dernière édition par Clíodhna Quinn le Lun 10 Aoû 2015 - 3:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : John Dawson, Sam 11 Juil 2015 - 18:42


Depuis que les deux sorciers avaient pris place sur le canapé, John ne put s'empêcher de remarquer le goût prononcé pour la bière Moldue qu'avait démontré Clíodhna. Celle-ci n'avait cessé de la lui chiper pour en avaler le contenu, ce qui n'était pas peu dire, car elle ne tarda pas à siphonner le dernier quart d'une traite. Il n'avait jamais vu de sorcier raffoler de la bière Moldue, lui-même n'en buvait pas aussi fréquemment que son réfrigérateur n'en laissait paraître. Il voulut se lever pour apporter une paire de bières mais se ravisa car il préférait, et de loin, rester campé à échanger avec la belle brunette.

La jeune femme était plutôt surprise à l'idée qu'on puisse travailler chez les Moldus, lui-même ne connaissait aucun sorcier qui soit en contact direct et continu avec eux. Mis à part le Secret Magique, il n'y avait rien de bien différent entre les deux populations.

- Non, au contraire, la vie du côté Moldu de Londres est beaucoup plus agréable quand on sait comment s'y prendre avec eux... Entama-t-il en expliquant à son amante comment il avait passé la première partie de sa scolarité dans une école Moldue ainsi que la période après Poudlard, avant de poursuivre : C'est pour ça que je me sens à l'aise avec eux.

En effet, John avait passé la période après avoir quitté Poudlard à faire des études dans une université pour les Moldus. Ce n'était pas ce que faisaient d'habitude les jeunes sorciers à leur départ du château, mais lui avait préféré voir de plus près comment ça se passait de l'autre côté du Chaudron Baveur. L'évocation du fameux pub lui ramena à l'esprit le fait qu'il n'avait rien offert à Clíodhna. Il s'empressa de lancer un charme de Remplissage sur la bouteille sur la table et d'en faire voler une autre qu'il rattrapa de justesse, car il en fallut de peu pour qu'elle lui aplatisse le minois. Il décapsula la bouteille en marmonnant une excuse pour sa muflerie, pour ne pas dire goujaterie, et déposa le siphon dans la main de la brunette.

- Travailler au Ministère ne veut pas dire forcément qu'on le soutient, mais ils offrent des emplois plus stables qu'une boutique, tu ne penses pas ? Il bit une gorgée de bière pour marquer une pause avant de reprendre.D'ailleurs, je ne suis de retour en Angleterre que depuis peu de temps, je ne sais pas trop ce que cet idiot de Sudworth a fait.

Se rappelant qu'il n'avait pas encore répondu à la première question, il but un autre coup du breuvage.

- Non, mes parents sont tous les deux sorciers. Reprit-il sur le ton de la conversation afin de répondre à la question. Il se passa les doigts dans les cheveux car ce genre de question le mettait quelque peu mal à l'aise ; il n'aimait pas le terme "sang-pur", pour lui, cette appellation évoquait les chevaux et non les humains. Nouvelle gorgée de sa bouteille. Mais je n'en vois pas trop l'avantage. Et toi, t'es d'origine Moldue ? Parle-moi un peu de tes parents.

John s'aperçut des tâches de bière qu'il avait sur le t-shirt et qu'il n'avait pas remarqué tellement il était absorbé par la conversation, mais décida quand même de les ignorer et attendre ce que Clíodhna avait à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Invité, Lun 10 Aoû 2015 - 4:42


« Ouais, je te comprends, approuva alors Clíodhna à propos de son commentaire sur le Ministère de la Magie, tandis qu'elle saisissait la bouteille de bière qui venait de se remplir comme par magie. J’ai longtemps espéré pouvoir intégrer le Département de la Justice Magique, mais sans piston j’ai l’impression que c’est pas la peine… », et inutile de préciser qu’elle n’avait jamais envisagé de se contenter d’un poste moins ambitieux en attendant de gravir les échelons petit à petit.

Leur conversation allant bon train, ils finirent par venir à la politique :

« Tu exagères ! s’indigna-t-elle tandis qu’il traitait Sudworth d’idiot. Je reconnais qu’il n’a pas toujours fait les choix les plus judicieux, mais ça reste un bon ministre et tu reconnais toi-même que tu ne peux pas juger. Je veux dire, on a vu pire et il n’a encore fait passer aucune loi particulièrement problématique… Souviens-toi de Lievitch et sa loi sur le Polynectar, ça, c’était vraiment abusé. Ou encore de son frère avant lui, entre la loi sur les loups-garous et la mise à pieds des Aurors ! », s’arrêtant brusquement lorsqu’elle se rendit compte qu’elle s’emballait peut-être un peu trop et que son passé de fervente admiratrice du ministre n’était pas encore tout à fait enterré.

« En plus, il ne manque pas de charisme… conclut-elle alors, avant de nuancer un peu ses propos : Cela dit, j’avoue que sa politique n’est pas très efficace, particulièrement en matière de sécurité, et qu’il se comporte de manière de plus en plus incohérente. Il est peut-être temps qu’il passe la main ? », regrettant que la politique sorcière ne soit pas plus dynamique et que le gouvernement en place ne connaisse pas aucune concurrence crédible en dehors des puristes.

La politique, vaste sujet sur lequel il valait mieux ne pas lancer notre héroïne ! Lorsqu’elle était petite, elle de celles qui admiraient des figures comme Milicent Bagnold, la dernière femme à avoir accepté aux plus hautes fonctions du monde magique voilà plus d’un siècle, et qui rêvait de jouir un jour d’une telle notorité. Elle était comme ça la Clíodhna, attirée par le pouvoir comme un Niffleur par ce qui brille.  De plus, son appartenance à l'Ordre du Phénix la poussait à rester informée de ce qui se passait. Cependant, elle savait d’expérience que la politique pouvait être un sujet sensible lorsqu’on ne savait pas à qui on s’adressait et que la plupart de gens trouvait cela terriblement ennuyeux…

C’était peut-être le cas de John, puisque celui-ci de tarda pas à revenir à un tout autre sujet, celui de ses origines :

« Ils sont tous les deux sorciers, ça veut dire que t’es de sang pur ? lui demanda-t-elle avant de répondre à sa question : Moi aussi ils sont sorciers, mais tous les deux nés-moldus donc j’ai pas grandi dans un environnement très conservateur ou quoi que ce soit… Cela dit, je n’ai jamais vraiment côtoyé de moldus à qui il faut préserver le secret magique, alors j’ai parfois peur de faire des gaffes. Ce qu’il faut que tu saches par rapport à mes parents, c’est surtout que j’ai deux papas. Techniquement, j’ai bien une mère, mais… Enfin bref, c’est compliqué et je la considère un peu comme une inconnue. Mes parents sont vraiment super, j’ai hâte de te les présenter, je suis sûr qu’ils vont t’adorer. Papa était aussi un peu du genre baroudeur quand il était jeune, vous avez pas mal de choses en commun ! », ne précisant pas qu'elle parlait de celui qui était techniquement son beau-père.

Parce que oui, ses parents étaient homosexuels, ce qui on ne peut plus banal pour la jeune femme qui avait toujours été très proches d’eux. Lorsqu’elle était adolescente, elle avait bien traversé une période un peu plus difficile lorsqu’elle avait dû affronter les premières railleries d’élèves issus de milieux particulièrement traditionnels, mais cela faisait bien longtemps qu’elle avait surmonté ça et qu’elle ne cherchait plus à taire cet état de fait. D’expérience, c’était au contraire un très bon moyen pour éloigner les personnes nocives de sa vie, les stéréotypes ayant encore la vie dure plus de cent ans après la légalisation du mariage homosexuel chez les moldus du Royaume-Uni.

« Alors quoi, tu as prévu quelque chose de spécial pour ce soir ? lança-t-elle finalement, réalisant que c’était pire que si on lui avait jeté un sortilège de babillage et que le pauvre John n’arrivait pas à en placer une. Je ne sais même pas si tu t’attends à ce que je passe la nuit ici ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 [Habitation] 19, Bristol Gardens, Little Venice


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.