AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-47%
Le deal à ne pas rater :
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et à main
24.99 € 46.84 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 2 sur 3
La petite salle annexe
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Aaron Eastwood
Serdaigle
Serdaigle

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Aaron Eastwood, le  Ven 22 Juil 2016 - 23:49

Tout ça. Toute cette mascarade. Qui t'chamboule, partout, de tes orteils jusqu'à ta crinière mal coiffée. C'est une blague, forcément. Rien qu'une blague. Faite par une gonzesse complètement cinglée. Ouais, c'est ça, une blague. Tu pourrais tourner les talons, t'enfuir, enfermer ici les vérités tant redoutées, mais t'es pas du genre à fuir. Alors tu restes là, cloué sur place, tes ongles s'enfonçant un peu plus dans la chaire de tes paumes.
Tu refoules tes larmes, ce surplus de sentiments. Tu pourrais exploser là. De colère, de chagrin et de regrets. Tu es perdu, complètement. La brune te regarde, toujours. Timide, elle a l'air soudain frêle, toute aussi troublée que toi.
" Je...Je comprends ta réaction. Et je comprends aussi que tu aies du mal à me croire. Mais j'ai la preuve. Une lettre de mon père destinée à son frère. Klaumeith Philaester... T'en as déjà entendu parlé? Et...Du coup, je pense que c'est ta maman...Victoria c'est ça? Qui a...Enfin t'as compris...Hum. Oh, et je suppose que tu es Aaron dans ce cas. Je ne connais pas Jules, je ...Désolée. ”
Respire. Klaumeith Philaester. La preuve. Ton cœur s'emballe, p'is ton imagination aussi. Elle sort de sa poche un morceau de parchemin jaunit par le temps et te le tend. De tes doigts fébriles tu l'attrapes. Les secondes s'égrènent, alors que tu tiens ce fichu bout de papier sans te décider à le lire. Pour finalement t'abreuver des mots écrits à l'encre noire par ton géniteur, il y a de cela quelques années. Seize ans. T'arrives fichtrement pas à y croire. T'es sous le choc, totalement déboussolé, c'est trop d'informations d'un coup que tu dois digérer. T'avales difficilement ta salive en relisant les mêmes phrases, encore et encore. Genre, là, t'as vraiment la tête dans le c*l, Eastwood. C'est pas joli-joli. Tu lèves des yeux incrédules et peinés vers la brunette. Tu la crois, à présent. Difficilement, mais tu la crois. Tu as juste du mal à l'accepter. Une larme roule sur sa joue, ça te tords les boyaux. Tu lèves le pouce et l'essuie, délicatement. Ce geste te semble autant étrange que familier.
“ Tu es Azénor ” tu finis par murmurer.
Ta sœur. Que ça sonne zarbe, bordel.
Ta vie entière n'est que mensonges.
“ Je... ” tu commences, avant de ravaler aussitôt tes paroles.
'Faudrait clairement que quelqu'un pense à écrire un mode d'emploi pour ces genres de situations de cinglés. Genre “ Découvrir que son père n'est pas son père pour les nuls ”.
“ Jules est mort, noyé, il avait neuf ans. ” tu chuchotes, amère.
Fallait peut-être commencer par ça. Après tout, c'était son frère, à elle aussi. Même si elle n'aurait jamais la chance de le connaitre. Tu évites d'en parler comme la peste, d'habitude.
“ Je... je ne sais pas quoi te dire... c'est beaucoup à digérer, t'vois ” tu marmonnes, gêné.
T'as pas l'air très avenant, plutôt grognant et réservé. Mais bordel, woah, c'te fille, à qui tu parles est ta sœur. T'aimes pas les surprises.
Tu la jauges du regard, intrigué
“ Tu... tu pourrais peut-être me parler de toi, peut-être me dire ce que sont devenus Alex, Charly et hm Lucilia ? ”
Tu croyais avoir perdu ton unique frère, et voilà qu'il t'en poussais deux. Énorme.
Tu penses à ton père, James Eastwood, et non ce sombre inconnu. T'avais t-il menti, trahi ? Ta main passe furieusement dans tes cheveux, tu te mets à faire les cents pas, trop excité pour te tenir calme.

Azénor Philaester
Azénor Philaester
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Azénor Philaester, le  Sam 23 Juil 2016 - 2:06


Tu ne réalises pas. Que ce garçon devant toi est ton frère. C'est comme perdre un proche, comprendre la perte c'est une chose. L'accepter s'en est une autre. Tout le monde le sait, personne ne veut l'admettre. Un poids en toi se ressent. Tu n'es pas tranquille. Comment l'être. C'est comme si un petit bout de toi te poussait, te ramenait, s'émissait dans ton espace vital.
Aaron est confus. Peut-être même d'avantage que toi. Ses dires sont durs. Froids? Tu les entends, ne les acquiesces pas. Comment répondre. Tu avais bien compris que Jules n'étais plus de ce monde...Neuf ans. L'âge où le seul soucis ne devrait être que de pas savoir de quelle couleur colorier son dessin.

“ Je... je ne sais pas quoi te dire... c'est beaucoup à digérer, t'vois ”
-Prends ton temps surtout...
Son ton est froid, sec, amer. Sa voix est vide, crie au secours, seule et déployée...
“ Tu... tu pourrais peut-être me parler de toi, peut-être me dire ce que sont devenus Alex, Charly et hm Lucilia ? ”
Bonne idée. Mais vasy doucement Az'. Et puis comment aborder les autres jumeaux, tes frères entiers, Charly et Alex... Ne t'atardes pas sur le sujet surtout.
-Oui alors, pour faire bref, on a vécu à Henley-On-Thames, un village de Grande Bretagne. Maman est française alors on parle tous anglais et français. Lucilia est née moldue et l'est restée. Je crois que c'est par jalousie qu'elle est allée faire ses études loin de nous en Australie. Charly et Alex se portent bien, chacun ont trouvé un stage au Ministère. Ils étaient à Gryffondor comme je le suis. Sinon, du côté de mon...notre père. Je ne sais pas énormément de chose sur lui. Même si j'ai vécu toute mon enfance à ses côtés. Disons que tu n'as rien raté, j'aurais préféré ne pas avoir de père que l'avoir lui. Enfin bref, et toi, parle moi de toi? Coutes que coutes, tu essayes de garder le plus possible de sérénité dans ta voix, même si c'est dur. Elle tremble, n'est pas stable. Elle vacille, est puérile. Et puis tout de même, c'est pas évident d'apprendre à son demi frère que son réel père n'est qu'un, excusez moi pour le terme, c*nnard finit.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Vanille Fleury, le  Sam 1 Juil 2017 - 13:41

Qui es-tu ?
Avec Jace

La même routines, comme si chaque matin était plus pénible que le précédent.
L'horloge tourne encore sans laisser le choix et voilà que me perd à compter les secondes qui me rendront ma liberté ou me remettrons en cage, ça dépendant du point de vue.
Oui une cage, voilà, je passe d'un prison à une autre,
me retrouver derrière des barreau différent certes mais tout aussi étouffant.
En vérité je ne sais pas vraiment ce qui est pire.
Ici ou là, là la douleur, ici l’incessante peur.
Le poids des responsabilité d'un côté.
La souffrance des reproches de l'autre.
le travail acharné pour les deux.
Fataliste ? Peut-être... Que m'arrive t-il donc ?

Les pieds avancent tout seul, sans que je ne sache où ils n’emmènent,
douce hypocrisie, je me fais moi même manipuler.
Ah quoi en suis-je donc arrivée ?
Les portes de la grande salle se dresse devant moi.
Soupire, je pose le regard sur mes jambes.
Ptite C*nnes
Cela fait un petit temps que je n'y suis plus venue.
Depuis le léger trouble alimentaire que j'ai subis, je préfère me servir dans les cuisines.
Moins de questions, moins de problème. Et puis la vue de toute cette nourriture n'est pas forcément des plus agréable pour moi.

Mais je peux bien faire un effort ?
Non ?


Haussant les épaule j'avance dans la pièce.
Bruits de couverts, rire, cris, joie... Écœurement.
Je lève les yeux au ciel avant e poser rapidement mon regard autour de moi.
Non décidément je ne me sens pas capable de survivre à ça.
J'avance néanmoins vers la table des serpents et sans saluer personne m'empare d'une simple pomme avant de tourner les talons. Comme si j'allais m’asseoir avec eux...
Non merci.

Tranquillement je me dirige vers une salle annexe sans un regard en arrière.
Aujourd'hui il y a un truc lourd sur mon uniforme.
Un poids que je sens également sur mes épaules.
Mais également quelques choses qui peut me permettre d'avoir certaines excuses.
Au fond ce n'est pas si mal.
Il avait raison, depuis qu'il est parti c'est moi qui ait pris son rôle.
Je suis devenue lui comme il l'avait prédit.
Et maintenant j'ai un vide, en moi.
Un sentiment si fort abandon parce que ce fichu préfet parfait n'est plus là.
Parce qu'il m'a laissée seule ici avec des responsabilité que je n'assume pas.
Et je le hais si fort...

Je pousse la porte et entre dans la salle, vide.
Soulagement qui marque un instant mes trais avant de m'assoir dans le premier fauteuil venu.
Je soupire en entamant ma pomme, le regard perdu dans le vide.
Il va vraiment me falloir des nerfs et une motivation d'acier si je veux rester ici.
Comme si tout cela n'était pas déjà assez compliqué...
Je me prend la tête entre les mains et soupire.
Qu'est-ce que je fou là, mais qu'est-ce que je fou là...
Il n'y a pourtant personne pour me répondre.
Oh grande surprise, il n'y a de toute façon plus personne, depuis qu'il n'est plus près de moi.
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Sam 1 Juil 2017 - 17:04

Nouveau matin, encore un matin où les premières sont surexcitées comme à leurs habitudes.

Je préfère la compagnie des plus âgées...

Je quitte donc la salle commune des serpents, et après quelques pas la tête dans les nuages. Me voilà arrivé devant la grande salle, j'observe les 4 grandes tables, Serpentard, Serdaigle, Poufsouffle, Gryffondor...

Soupir

Alors que j'entre dans la grande salle, je croise une jeune fille, qui semble frêle et fatiguée.

Elle ne reste pas manger ici ? J'ai cru voir le médaillon des préfets pourtant... Étrange

Je commence donc à la suivre sans qu'elle ne me remarque, elle a quelque chose d'étrange et de magnétique... Pourquoi ne mange-t-elle pas dans la grande salle ? Tellement de questions et sans doute aucune réponse.

Je continue à la suivre, elle arrive à une porte mais, elle ne lance même pas un regard en arrière.
Elle entre.
Je continue de m'approcher de la pièce.
J'ouvre la porte discrètement, elle va s'asseoir, j'en profite pour entrer silencieusement et fermer la porte très doucement.

Qu'est ce que je fais ? Je vais me cacher !

je décide donc de me cacher dans un coin pour qu'elle ne me voit pas.

Une fois caché je continue à l'observer toujours sans faire de bruit, elle bouge et elle...
Mange ça pomme.
Elle vient ici pour manger une pomme ? Drôle de fille...
Elle se prend la tête dans ses mains et j'entend un léger soupir d'où je suis.

Qu'est ce que je fais ? Je vais la voir ? Je sors discrètement ?

Après quelques secondes qui me parût une éternité. Je décide de sortir de ma cachette.
Je prend mon courage a deux mains, je m'approche légèrement, tout en restant assez loin pour ne pas prendre un coup si je lui fais peur.
Je suis assez loin pour éviter un coup, et assez proche pour qu'on discute... Allez Jace ! vas'y !

-Bonjour.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Vanille Fleury, le  Dim 2 Juil 2017 - 16:12

Il y avait du noir, autour de moi,
une fumée épaisse comme un brouillard comme un nuage de poison.
S'épaissit, encore, encore sans se dissoudre.
Autour de moi, le vide, le manque, comme un perpétuelle absence bien trop présente.
Je sens les barreaux autour de moi, prisonnière, animal en cage.
Je suis seule, ça fait presque du bien, c'est presque soulageant.
Presque...

Parce que lui manque, à chaque instant,
lorsque je me réveille avec son nom sur les lèvres,
les larmes trempant des joues essuyée maladroitement d'une main tremblante.
Et chaque soir, chaque matin, affreuse routines, cruelle monotonie.
Enfermée dans ce cercle sans fin de douleur.
Elle me ronge petit à petit alors je je mens, alors que je trahis.
Douceur du regret. Petite vipère amère.
N'oublie pas, n'oublie jamais,
pourquoi il faut te taire.

Puis soudain, un dé-silence,
comme une fêlure dans la solitude, une brume qui s’épaissit autour du cœur.
Double respiration. Je ne suis plus seule.
L'ais-je vraiment été jusqu'alors ?
Un mot, violemment ma tête se tourne dans sa direction.
Comme par magie ma baguette apparait entre mes doigts et de deux pas la voilà pointée contre sa gorge.
Je dépose ma pomme sur la table la plus proche.
Le goût sucré de mes doigts emplit ma bouche alors que je laisse mon indexe passer entre mes lèvres.
Qu'est-ce que tu fiches ici ? Je peux savoir pourquoi tu me suis ?
Parole sifflée entre mes dents sur un ton de menaces.
Autant lui demander de dégager rapidement.

Pointe de ma baguette sur sa gorge, j'appuie un peu plus, le forçant à reculer,
contre le mur le plus proche, plus d'échappatoire pour lui.
Mes yeux se plissent tant dis que je le dévisage avec un petit sourire aux lèvres.
Tu n'es qu'un de ces sales gamins de première dont j'ai la charge, je suppose.
Un petit serpent tout juste sorti de son œuf.
Tu te prends pour qui à m’espionner comme ça, petit ?

Ton froid, ton dur, je ne laisse pas la souffrance passer.
Masqué ses faiblesse, toujours. Encore un peu plus.
Pointe de dégoût dans le regard, un peu de déception aussi.
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Dim 2 Juil 2017 - 17:28

À peine avais-je dit un mot, elle se leva me plaqua sa baguette contre ma gorge, me plaqua contre un mur. De toute évidence, une échappatoire est inutile, je fais un faux un mouvement et je pense que je vais recevoir un joli sortilège bien sympathique.
Je lève donc mes mains, doucement, pour montrer que je n'ai clairement aucune intention violente. Mais je ne baisse pas les yeux pour autant et je la fixe.



Eh bien... vraiment très tendus...

-Eh bien... Première année oui, sales gamins non. Nouveaux serpents complètement, et je n'espionne pas. Ce n'est pas mon genre...-Je continue de fixer les yeux verts de cette fille. Je m'appelle Jace... Pourrais-tu retirer ta baguette de ma gorge. Tu m'intriguais. Voilà pourquoi je t'ai suivi.

Avant même qu'elle ne me répondre, je déplace sa baguette avec mon index, je me décolle du mur, et je me déplace en direction de la table ou la pomme d'Ellana est rester.

-Alors ? -Dis-je en croquant la pomme- Pourquoi venir ici seul ?
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Vanille Fleury, le  Mar 4 Juil 2017 - 12:50

LA de Jace

Il lève les mains comme pour montrer qu'il est inoffensif.
Je fronce les sourcils, un serpent n'est jamais sans danger.
Quoi qu'on en dise, c'est qu'il prépare un mauvais cou.
Ses yeux me fixe et je relâche un peu la pression de ma baguette.
Il a ses yeux, ceux de mère, qui me froid froid dans le dos.
Ce regard cruel qui s'est maintes fois posé sur moi.
Regard impassible quand il me faisait du mal.
Y aurais-je déjà vu un soupçon d'amour ?
Non...

Il se met à parler, non comme un nouveau terrorisé,
mais plutôt posément, calmement.
Attitude qui a le don de me faire sortir de mes gonds.
Il me demande de retirer ma baguette mais fini par le faire tout seul.
Se dirigeant vers la tête où il me vole mon déjeuner avant d'en prendre un belle bouchée.
Mon sang ne fait qu'un tour et je serre les dents.
Mais pour qui donc se prend ce stupide morveux sans cervelle ?
À quel point se croit-il donc tout permis ?
Aurais-je un jour osé faire de même avec Peter ?
J'espèrerais entendre un non mais il faut avouer qu'après lui avoir fait boire un filtre d'amour,
cela n'aurais rien eu d'étonnant de lui voler sa pomme.
Quoi qu'il en soit, je ne compte pas devenir comme lui.
Même si c'est ce qu'il m'a prédit.
Un jour tu seras moi Ellana

Grimace de dégoût, jamais je ne veux lui ressembler, préfète parfaite à la merci des règles,
j'ai trop de travers, le règlement m'a plutôt brûlé les ailes.
Je n'ai pas envie d'être un pion, de le respecter comme tant d'autre avant moi.
Même si je n'ai pas le choix, si je ne suis pas ici pour faire n'importe quoi.
Mais je suis bien trop instable, nerf à fleur de peau, comme si je pouvais le tuer de sang froid.
Là, maintenant... Je n'en suis pas si loin.
Comprend t'il donc ce besoin pour moi d'être seule.
Ces envies de meurtres qui me prenne alors que ses dents entament le fruit.
Regard noir, regard glacé.
Ça petit, tu vas vraiment le regretter, si tu penses bien t'amuser.
Tu veux jouer ? Et bien jouons.

Ma baguette pointée sur lui je lance un #Stupéfix
d'un ton presque résigné, ennuyé.
Il n'a absolument aucune chance de s'en sortir contre moi.
Ce petit n'a que 11 ans et vient tout juste de débarquer ici.
Si il espère jouer au plus malin avec une serpentard,
il peut toujours rêver pour gagner la partie.
Le poussant au sol,
je lui arrache ma pomme de ses doigts et pointe ma baguette dessus.
D'un #Difindo je coupe la partie de la pomme qu'il a croquée.
Je m'agenouille à ses côtés
et enfourne le morceau qui a été en contact avec ses dents entre ses lèvres.

Voilà qui est fait.
Me relevant j'en profite pour les écraser consciencieusement les doigts de sa main voleuse.
Sourire cruel aux lèvres, je me rassied en le regardant impuissant au sol.
Tranquillement je fini ma pomme sans me presser.
Puis pointe ma baguette vers lui d'un #Enervatum
pour lui rendre sa liberté. Il ne me semble pas trop mal l'avoir mérité celle là.
Alors ? C'est à ton goût ?
Parce que sinon tu peux aussi dégagez vite fait d'ici !

Regard noir brillant de rage.
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Mer 5 Juil 2017 - 15:19

Je suis fou, littéralement fou... Je joue avec le feu... C'est même plus jouer à ce niveau ! Mais réfléchis bordel ! Qu'est-ce qui te prend de faire ça ! Elle vient de plaquer sa baguette contre ta gorge, tu la retires toi-même passe encore, mais que tu vas manger un bout de sa pomme... Mais quel idiot !


#Stupéfix

Je n'arrive plus à bouger, je la vois s'approcher de moi avec une véritable soif de sang dans ses yeux. Je vois... Madame aime la souffrance des autres. Le stupéfix hein.. Je m'en souviendrai...
Elle prend sa pomme coupe la partie que j'ai croquée et m'enfonce le morceau dans la bouche. Ho si je pouvais bouger, tu ferais peut-être moi la maligne.

Elle m'écrase la main qui a volé sa pomme -petit rire intérieur- Ah, tu crois me faire mal hein... Il m'en faut pas ma jolie...

Après quelques instants qui parurent une éternité sans pouvoir bouger, elle décide enfin de me libérer.

#Enervatum

-Alors ? C'est à ton goût ?
Parce que sinon tu peux aussi dégagez vite fait d'ici !


Je m'asseois par terre, et je finis le morceau de pomme qu'elle m'a enfoncé dans la bouche.

-Au lieu de s'agresser, on peut parler peut-être ? Tu ne ressembles pas tellement que cela a un Serpent non plus si je puis me permettre, mais plus a une tigresse.

Je la fixe toujours, je crois que mes yeux la dérangent... Je me demande bien pourquoi...

Tout en me massant la main qui s'est fait écrasé quelques instants plus tôt.

-Je suis quelqu'un de curieux... Je me demande pourquoi tu veux être seule, tu as l'air triste en plus... Après si tu préfères rester seul, à te morfondre sur toi-même comme ferait une gamine de mon âge à ta guise. Moi je préférerais te connaître.

Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Vanille Fleury, le  Jeu 6 Juil 2017 - 12:56

J'ai les doigts qui collent,
ça plaque, ça tient et je joue,
séparant mes doigts pour les ressouder ensuite.
Pas un regard pour le petit morveux qui se redresse
léger soupire s'il pouvait juste arrêter de parler
franchement ça ne sera pas mal
mais non inlassable, il continue
je subis son monologue, stupide.
Ses propos n'ont aucun sens,
je ferme un instant les yeux,
ennuyée de cette situation dans laquelle je me trouve.
Pourquoi est-ce qu'il à fallu qu'il me suive ?
Qu'il continue encore à me parler ?
Il n'a pas compris que j'avais envie d'être seule,
que je n'en avais rien à faire de ce qu'il pouvait bien penser ?

Je lui accorde un regard,
le temps pour lui de me fixer
ses yeux me rappelle les siens,
le malaise se fait grandissant en moi,
à quoi joue t-il exactement ?
Je ne suis pas réellement sûre,
d'avoir envie de le savoir...
Ma baguette tourne entre mes doigts,
j'attends patiemment la fin de ses paroles,
réfléchissant à l'avance à ce qui pourrait bien sortir
de ma baguette cette fois-ci.
Il fini en disant qu'il veut me connaitre.
Je retiens un éclat de rire sans joie.

Comment veux-tu me connaitre, petit,
alors que je ne sais pas moi même qui je suis...


Fatiguée de son charabia, je tends ma baguette vers lui
et prononce négligemment une nouvelle formule
#Metalo scencio
Ainsi piégé dans mon filet, je m'avance vers lui,
baguette à la main pour le faire taire,
une bonne fois pour toute. #Silencio
Soulagée par la pensée qu'il ne pourra plus parler,
ni bouger à moins que je ne le libère,
je m'assied face à lui et le dévisage.
Je ne suis pas tigresse,
mais bien traîtresse.
Exaspération qui pointe.
Les gamines de ton âge ne se morfondent pas
elles sont innocentes, elles n'ont pas de responsabilités
et se trouvent généralement émerveillée
et non démoralisée.
Voix casée
habitude ennuyée. Tu es un serpent,
tu n'es pas sensé être idiot,
la curiosité tu la laisse aux aigles, tu veux ?
Si tu veux la place ici, petit,
il va falloir que tu commences
par apprendre à la fermer.


Ton froid, dur, cassant,
comme s'il y avait une place pour la pitié,
comme si nous avions le temps de jouer.
T'es pas chez les jaunes,
t'es dans l'élite. Tu crois pouvoir t'amuser,
la cour des grands n'est pas à ta portée.
Alors un conseil gamin, oublie,
on est pas sur le même pied,
en outre j'ai des autorisation
que tu ne possèdes pas...


Arme pointée sur les trais enfantin,
# Terorim
Mots murmuré à son oreille.
Tu vas rentré dans les rangs,
c'est bien clair ? Imité tous ces petits morveux,
t'entrainer, t'entrainer sans te faire voir
et quand tu seras près...
Tu reviendras me voir.

Petit sourire cruel, si il arrive a s'en sortir,
ce serait déjà vraiment pas mal...
de toute façon tant qu'il ne meurt pas
je ne devrait pas avoir d'ennuis...
Et puis qu'importe, nous verrons bien...
Petit.
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Jeu 6 Juil 2017 - 17:52

Je venais juste de finir ma phrase qu'elle m'envoya un autre sortilège.

#Metalo Scensio

Un filet de métal ! Je suis pris au piège, j'essaye de me débattre quelques instants avant de sentir que le file se resserre contre moi. Je me calme, j'essaye de ne plus bouger, et au moment où j'allai dire quelque mot, elle me renvoie encore un sortilège.

#Silencio

Aucun son ne sort de ma bouche.
Je vois, elle en a marre que je parle, je peux la comprendre...
Elle s'assied face à moi, en me dévisageant et je la dévisage en retour.


Mais oui bien sûr... Elle commence à m'énerver, je vois que la demoiselle n'a pas reçu une éducation digne de ce nom.


Gamins... Nous verrons cela... Autorisation en effet... Tu es préfète, comment elle a pu devenir préfète celle-là ! La maison Serpentard n'est plus ce qu'elle était...

Elle pointe sa baguette contre moi a nouveau, et viens placer son visage près de mon oreille, je ne bouge pas, je ne tressaillis pas d'un pouce, tu ne me fais pas...

#Terorim

Qu'est-ce qu'il m'arrive... Sueur froide le long de ma colonne vertébrale.
J'ai peur.
Je tremble comme cette fois-là, Mère...
Je ferme les yeux.
Plus je tremble et plus le filet se resserre contre moi.
Je n'ai pas peur... Je suis littéralement terrifié, je ne dis aucun mot, je ne peux toujours pas parler.
Je vais mourir, mourir comme un idiot, que ne s'est pas mêlé de ses affaires.
Nouvelle sueur froide.
Je décide de placer mes mains contre le filet au-dessus de ma tête.
Je m'entaille les mains jusqu'au sang, aucune doute que je vais avoir de nouvelles cicatrices.

J'ouvre les yeux et je la fixe, du sang me coule jusqu'au coude. Un mélange de haine et de peur terrifiante ce fait clairement voire dans mes yeux anciennement bleus océan, devenu bleus glacial.

Je vais m'entraîner, je vais m'entraîner comme jamais, et je me vengerais, je me vengerais de ce que tu est entrain de me faire subir.

Ma peur se transformant petit à petit en colère puis en haine à son égard. Mais ce n'est pas suffisant pour me libérer de ce maléfice.

Fais ce que tu veux de moi, mais fait le vite, car un jour. Tu regretteras de ne pas m'avoir achevé aujourd'hui !
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Vanille Fleury, le  Ven 7 Juil 2017 - 13:00

Le monde à toujours été trop dur, pour moi aussi,
alors que des centaines de gamins se morfondent,
que leurs cris percent les tympans, je crie, silencieusement
je hurle leur chance incomprise de trouver des bras aimants,
d'avoir quelqu'un à appeler maman.
Et je ne suis pas comme eux,
n'ai jamais connu ne serait-ce qu'un peu de cette chance inouïe.
Peut est-ce donc la raison de ma présence ici,
au côté d'un martyre souffrant par mes soins,
la raison de se asque, se regard vide,
sans vie sans remord, je le regard sans ciller,
la peur s'empare de son être et intérieurement je souris.
Ô belle souffrance n'est-il donc pas ?
N'as-tu donc jamais reçu de cicatrices de cadeau ?
Je suis déçue, petit, vraiment ennuyée même.
Je vais devoir te laisser une marque, te faire
_ un peu plus de mal

Je le vois ses débattre, le sang perle et le filet se resserre,
regard cruel qui le dévisage, sans une once de remord,
à ma merci, de grosse goûte s'écrasent au sol alors qui veut se protéger
le rouge macule le sol et mon sourire s'élargit
c'est donc à ça que tu veux jouer ? Tu veux simplement avoir mal ?
Qu'importe, nous pouvons jouer, mais je te préviens
je suis très mauvais gagnante...
As-tu donc vraiment envie de plus que maintenant ?
J'en doute, mais sait-on jamais, je ne suis pas vraiment
la dernière à me faire du mal à vrai dire.

D'un coup de baguette j'arrête la peur qui le dévore,
#Finite Incantatem
je connais ce sort et j'ai peur que ses conséquences soient irréversible
je ne veux pas qu'il devienne à demi fou à cause de moi
je risquerais de m'attirer de gros ennuis
et je n'ai vraiment pas besoin de cela.
Pas maintenant... Le filet le blesse toujours,
je le regarde l'air un peu ennuyée,
plongeant de temps en temps mon regard dans le sien,
le plaisir de voir ses yeux souffrants et emplis d'une haine impuissante
me fait un bien fou. Comme si c'était elle qui souffrait
comme je je pouvais la voir déchirée.

Une fois lassée du spectacle, je passe deux doigts entre les mailles,
ceux ci caressent délicatement la joue du petit avant de se retirer,
un cruel sourire aux lèvres, je pointe ma baguette vers lui
#Difindo
une profonde entaille apparait sur sa joue,
je le libère de sa prison de métal (#)
et vient coller délicatement mes lèvres contre le sang de sa jour,
y laissant un baiser, je me redresse et me dirige vers la porte.
Au dernier moment je me retourne et le regarde
On se reverra bientôt, petit...
En attendant... Ne m'oublie pas.

Petit clin d’œil, je sors de la pièce,
le goût du sang sur les lèvres.

[Fin du rp pour moi, merci beaucoup Ange]
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Ven 7 Juil 2017 - 14:48

J'ai peur.
J'ai mal.
Je saigne, je commence à ne plus rien ressentir.
Une envie de fermer les yeux devant la personne qui me provoque cette terreur.
Non.
Je dois me battre.
C'est-ce qu'elle veut et c'est-ce qu'elle aura.
Regard cruel, aucun remords dans ses yeux verts.

#Finite incantatem

Je me sens mieux, ma peur disparaît.
Ma haine reste tel quel.
Je suis toujours ce filet de métal, les mains en sang.
Je la fixe, elle s'ennuie clairement...Mais me fixe de temps en temps quand même.

Je reste à genoux, je la fixe, toujours en-dessous de ce filet. Elle s'approche, puis me caresse la joue.

#Difindo

Je sens le sang chaud sur ma joue.
Souvenir d'elle, souvenir éternel.
Elle me libère, et m'embrasse sur la joue.
Je ne bouge pas, même pas un cheveu.
Elle se lève en se dirigeant vers la porte.
Se retourne et me dit.

"On se reverra bientôt, petit...
En attendant... Ne m'oublie pas.


Avant qu'elle ne sorte je lui réponds.

"Mon nom et Jace. Je ne t'oublierais pas... Tu peux en être sûr.

[Fin du RP, Merci Ellana !]
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Sam 19 Aoû 2017 - 21:42

Véritable amie ? PV avec Zélie LA mutuelle.
RP flash back qui se déroule juste après le RP ci-dessus.


J'étais toujours agenouillé là, mes mains et mon visage recouvert de sang.
Ellana venait de quitter la pièce, et c'est à ce moment que je prends réellement conscience de ce qui venait de ce passé. Elle m'avait agressé, elle m'a fait du mal.
Cependant je ne bouge toujours pas.
Je ressasse tout ce qui vient de m'arriver en compagnie d'Ellana, de simplement l'avoir suivie, à finir avec plusieurs coupures.

Je décide de me lever, et je cherche quelques choses à mettre contre mes mains. Après avoir trouvé le minimal nécessaire à faire une compresse pour mes coupures, je m'adosse au fauteuil où Ellana était installé un peu plus tôt.
Je laisse perler une larme qui se mélange au sang sur ma joue, la douleur commence réellement à se faire sentir. Et je suis ici seul, je ne préfère pas sortir, trop de questions et je ne connais pas les intentions d'Ellana à mon sujet, si je parle qu'est-ce qu'elle ferait ? Je ne sais pas .
Je suis sans but.

Je ferme les yeux, je me sens fatiguer, rien ne pouvait me sortir de ma torpeur.
Mais j'entendis la porte s'ouvrir et se fermer.
J'ouvre les yeux, je regarde la jeune femme qui se trouve dans la pièce avec moi.
Malgré mes yeux humides, je la regarde avec colère, et hésitation.
Zélie Hepburn
Zélie Hepburn
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Zélie Hepburn, le  Mar 22 Aoû 2017 - 0:15


N'ais pas peur
- pv Jace -

__________________________



Zel est en troisième année


Drôle de vie. Des journées qui se ressemblent. Tu as pris le même train que tous les matins mais tu n'es pas descendue à l'arrêt de d'habitude. Tu n'as pas rejoint tes amis à la fin des cours, tu avais autre chose à faire, des choses à ranger, des lettres à écrire. De toute manière, tu n'avais pas très faim. Tu as rarement faim ces temps-ci et personne ne semble le remarquer. Ton corps est aussi maigre qu'hier et voir ta frêle silhouette se refléter dans le miroir est aussi difficile qu'avant-hier. À quoi bon rejoindre la Grande Salle ? Ton cerveau te crie de ne pas t'y rendre. L'odeur de la viande, des légumes mijotés, des cakes au chocolat, le son des biscuits, des pommes, des cacahuètes sous les dents de tes camarades lions, tout ça te donne sans doute la nausée.

Tu t'ennuies, tu ranges ta chambre, tu nourris Ivy qui a faim, elle. Du temps à tuer, tu le tues comme tu peux. V'là bien une heure que tu es cloîtrée dans ton dortoir à regarder le temps défiler et malgré ton envie inexistante de te nourrir, l'ennui, lui, est bien présent. Tu souffles en pensant à ces filles qui dorment avec toi, qui rigolent sans difficulté à gorge déployée, là, maintenant, sans toi. Tu n'as pas faim ? En es-tu certaine ? Le cri que vient de te lancer ton estomac semble pourtant dire le contraire. Est-ce vraiment la nourriture que tu évites ? Ou est-ce la solitude ? Tu n'oseras peut-être jamais répondre... Difficile d'avouer que l'on va mal, toujours plus simple de cacher sa douleur derrière des excuses sans queue ni tête.

Tu craques. Tu n'as pas faim, oui, seulement tu vas tout de même allez croquer dans une pomme. Ou deux. Simple question de survie. Bien sûr... Ceux qui se régalaient quelques dizaines de minutes plus tôt ont sûrement quitté leur table. C'est bête... Tu avais tant de choses à faire que tu vas devoir manger seule. Si seulement tu avais eu faim plus tôt... non, si seulement tu avais eu cette envie de survivre plus tôt, tu aurais pu, toi aussi, rigoler avec tes amis. Mais tu avais des choses à régler, et tu n'avais pas faim.

Comme tu t'y attendais, la Grande Salle est vide. Ou presque. Quelques élèves ayant du mal à lâcher leur assiette sont toujours assis à leur place à manger la dernière miette qui traîne. Tu perçois encore les bruits de couverts, les rires, les cris qui emplissaient la salle quelques minutes plus tôt. Tu les perçois, pourtant ils ont bel et bien disparu. Ils se envolés comme les élèves qui les produisaient. Le silence est brisé par une porte qui s'ouvre à la volée. Il s'agit de la porte de la petite annexe. Une Serpentard fait son entrée, tu ne la reconnais pas malgré son enseigne de préfète accrochée à sa robe. Tu ne fais pas trop attention à ce genre de détails. Tu l'as peut-être croisé une fois dans les couloirs ? Dans tous les cas, tu n'as pas imprimé sa tête. Lorsqu'elle passe à côté de toi, tu remarques le sang qui coule de sa lèvre inférieur. Tu t'abandonnes à la curiosité et te diriges vers l'annexe.  

Il me regarde de ses yeux humides. Il a pleuré ? Il semble énervé et apeuré à la fois. Tu le détailles un instant. Il est adossé à un fauteuil, ce gosse (il a quoi... onze ? douze ans ?) a l'air mal en point. Qu'est-ce que ce Serpentard a bien pu faire comme bêtise pour se faire punir à ce point par sa chère préfète ? Tu t'en fous pas mal, en fait. C'est con les premières, de toute manière. Le blessé te lance un regard noir. Tu serais bien mieux à ta table à bouffer ta foutue pomme, seulement ton côté Poufsouffle refoulé ne peut s'empêcher de refaire surface. C'est con les premières et c'est bien pour cela que tu te sens obligée de l'aider.

    « Heu... Besoin d'aide ?»


T'en as d'autres, des questions connes comme celle-là ? Ce gosse a beau être bête et naïf, il reste tout de même un Serpentard, probablement fier et obstiné.


Dernière édition par Zélie Hepburn le Jeu 31 Aoû 2017 - 14:08, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Invité, le  Mar 22 Aoû 2017 - 0:58

Elle a l'air d'avoir quelques années de plus que moi, je continue de la regarder. En voyant la jeune fille, je sens ma colère partir peu à peu, pourquoi être en colère contre une personne totalement innocente. En revanche ça question, besoin d'aide, j'ai les mains et le visage en sang. Mais je n'ai pas besoin d'aide...

Avec énormément d'hésitation, je lève les yeux vers elle et je fais un petit oui de la tête.
Malgré le fait que j'ai accepté son aide, je sens mon corps ce crisper de peur, peur de prendre une autre série de sortilège.
Je ressens de nouveau la sensation de peur que j'ai ressenti quelques minutes plus tôt et je décide de fermer les yeux en la laissant s'approcher, malgré mon corps qui ce contracte.

-tu t'appelles comment ?

Je parle d'une voix pas sereine du tout, pourquoi une inconnue viendrait m'aider ? Nous nous connaissons pas après tout.
Non.
Il ne faut pas que je pense ainsi, tout le monde n'est pas Ellana, elle, elle est peut-être gentille.
Très doucement avec mes mains qui tremblent, je lève mes mains vers elle recouverte de sang dû aux plaies qui ressemble à des coups de couteau.

-Tu pourrais garder cela pour toi ?
Zélie Hepburn
Zélie Hepburn
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Zélie Hepburn, le  Dim 27 Aoû 2017 - 17:23




Surprise. Tu écarquilles les yeux et tu hausses un sourcil lorsque le petit serpent en larme secoue la tête en guise de Moui.... Il te faut quelques secondes avant de tiquer, il a dit oui. Oui, il a besoin d'aide ! Mer**, tu ne t'es pas préparée à jouer aux infirmiers, comment qu'on fait déjà ? Tu t'approches du gamin terrifié comme tu t'approcherais d'un petit animal blessé, prêt à décamper à chaque instant. Tu es le loup, il est l'agneau. Du moins, c'est ce que tu traduis, ses yeux en disent longs sur la peur que tu? produis chez lui. Depuis quand, toi, tu fais peur ? C'est toi la victime, pas l'inverse. Ce gamin renverse les rôles. Mer** quoi !

Un pas. Deux pas. Il ne réagit pas, il ne sort pas sa baguette non plus, conclusion : il veut toujours de ton coup de pouce. Tu t'agenouilles à ses côtés et tentes d'analyser l'ampleur des dégâts. Sa robe est complètement froissée. Il a de grosses marques sur les bras ainsi qu'une petite coupure sur l'une de ses joues. Torture ? Tu n'as pas trop de mal à imaginer la préfète des Serpentard infliger ça à ses petits protéger. Il faut bien qu'elle établisse la hiérarchie, elle domine par la force.

    « Tu t'appelles comment ? »


Tiens tiens, un serpent bien curieux. Tu ne peux pas lui en vouloir, c'est un première qui essaye sous doute de s'intégrer au mieux malgré la tyrannie qui règne au sein de sa maison. P'is t'es son infirmière maintenant, il veut apprendre à te connaître.

    « Zélie. »


Tu ne vas pas plus loin. Tu as faim et quand tu as faim, tu fais abstraction des pavés descriptifs. Tu commences à regretter ton élan de Pouffytude. À l'heure qu'il est; il ne doit plus rester grand chose sur la table et au lien de te ruer dessus comme la parfaite lionne que tu es, tu joues à maman j'ai bobo. Alors qu'il te demande de garder cela pour toi, tu lui lances un discret #Curo As Velnus. Première étape facile mais efficace.

    « Ne t'inquiète pas, je ne dirais rien. Tiens toi tranquille une minute... »


Tu approches ta baguette prêt de sa coupure et prononce un #Episkey. Le sang commence peu à peu à cesser de couler et la coupure se referme. Tu regardes l'état de ses bras. Aucun doute, il s'est fait violemment enserré et ses marques ne semblent pas s'arrêter aux épaules.

    « Il va falloir que tu te déhabilles... Le haut suffira. »

Contenu sponsorisé

La petite salle annexe - Page 2 Empty
Re: La petite salle annexe
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 3

 La petite salle annexe

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.