AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 6 sur 8
Zoo Magique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Galatéa Peverell, le  Dim 27 Mar - 17:31

Le soleil était rude aujourd’hui. Bien plus que ne l’avait prévu Rachel, puisque dans son sac se trouvait même un parapluie. Très vite, elle avait eu vite-fait de retirer toutes les couches superflus les unes après les autres, pour finir en débardeur et jean. Lorsque Gwen les conduisit jusqu’au Chartier, Rachel resta un peu en retrait le temps de trouver un élastique et de s’attacher les cheveux. Elle courra alors sur quelques pas pour les rejoindre plus rapidement, arrivant pile au moment où la créature décidait de se faire entendre.

La sorcière laissa échapper un rire franc avant de prendre sa bouteille d’eau et de boire une gorgée. Elle n’en proposa néanmoins pas aux deux autres, sachant parfaitement ce qu’elle avait mit dedans, soit quelques goûtes de philtre de paix, histoire de tenir la journée sans se prendre la tête. Elle voyait si peu Gwen ces temps-ci, ça aurait été dommage de gâcher ça. Et puis, elle savait que Gwen en avait sur elle également (de l’eau) et se doutait que c’était sans doute le cas d’Eléna également. AU pire elle n’aurait qu’à lui payer un verre ou une glace pour se faire pardonner.

- On ne va pas rester longtemps près de ce truc, si ? C'est horrible de l'entendre crier.

« Aucune patience » se moqua silencieusement la verte. Créature adorable au premier abord c’était vrai, mais qui devenait très vite une plait… Rachel avait pensé en offrir un à sa mère une fois, mais elle c’était vite rétracter de peur d’en baver encore plus. Le combo Chartier plus mère en délire… très mauvaise idée ! Vraiment.  

- Tu peux choisir le prochain animal à voir Rachel si tu veux.

Un clin d’œil vînt ponctuer la fin de sa phrase et Rachel, en grande paranoïaque, se demanda vaguement s’il n’y avait pas anguis sous roche. Elle se contenta cependant de la remercier d’une révérence exagérée avant de reprendre la marche.

Très vite, elles arrivèrent devant la cage du Bandimon et après l’avoir observé pas moins de trois millièmes de secondes, elles repartirent vers une prochaine bête. Cette espèce de flac verte et gluante n’avait rien de très attractif. Quoi que… mettez-le dans un tube en plastique et il aurait put ressembler à de la pate à prout !

Rachel, qui n’en pouvait plus d’être au soleil, regarda alors les bâtisses alentours, se demandant dans laquelle entrer. Celle de droite ou celle de gauche. Jouant dans la tête au « pic ni douille c’est toi l’andouille » dans sa tête, Rachel se dirigea d’un pas ferme vers le monument de droite. Après tout on lui avait demandé de choisir ! Elle ouvrit donc la porte et…

- Non, pas celle-là ! s’exclama-t-elle en repartant rapidement vers le bâtiment de gauche et d’entrer.

Ah, c’était mieux. Même s’il faisait nettement plus chaud et plus humide ici que dehors, Rachel ne regrettait pas d’avoir quitté l’autre vivarium. Elle suivi donc le chemin et tomba nez à nez avec un perroquet obèse rose. Le Focifère.

- Faut s’y faire à un nom pareil, tenta de faire rire la brune.

Humour pourri, elle sait. Blague facile, toujours. Faut pas lui en vouloir, c’est un héritage de famille !

- Il est tout chou ! En plus j’adore le rose !

Le groupe passa à l’animal suivant. Encore un volatil, en même temps dans une serre c’est un peu normal. La sorcière connaissait l’Augurey de nom, mais n’en avait jamais vu et ne le voyant pas tout de suite dans la cage, elle chercha de quoi se documenter sur lui.

« Timide de nature, il a tendance à se cacher dans sa cage afin d'éviter les regards des visiteurs. »

Oh chouette, un bon jeu. Rachel se rapprocha du grillage, autant qu’elle le pouvait sans risquer de déranger l’animal (de toute manière il y a toujours une barrière pour éviter aux gens de trop s’approcher) et se mit à le chercher.

- La première qui le trouve à gagner !

Voyons voir… l’Augurey était une sorte de vautour, donc il devait être assez gros. Par contre, il devait aussi être vert (ou absent) pour se cacher aussi bien parmi le feuillage.

HRP:
 
Invité
Anonymous
Invité

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Invité, le  Mar 22 Nov - 0:55

____________________



PV Erundil.



Sur la scène du Crépuscule, l’affrontement entre le jour et la nuit fut terriblement grandiose. De ce combat de titans, le sang gicla, se répandit sur le Ciel dans une nuance d’or, d’orange, de rouge, qui plongea la Terre dans une étrange atmosphère : un cataclysme, la fin du monde ? On aurait dit qu’une force vengeresse abattait son sabre céleste, furieux, implacable et que rien ne pourrait l’empêcher de nous trancher en mille morceaux.

Les yeux appartiennent au ciel, pas à la chair. Nos yeux nous sortaient comme des orbites, dirigés vers le ciel avec une avidité infinie. Cette explosion insoumise, indisciplinée nous parcourait de frissons extrêmes. L’écho de sa beauté puissante et terrible remuait notre appétit bestiale, notre appétit destructrice. Le coeur battait à rompre, tandis que le silence régnait sur le zoo.

Il nous fallut plusieurs minutes, et attendre que le gris de cette journée jusqu’alors brumeuse reprenne ses droits pour revenir à notre distraction du moment. On reporta notre attention sur les visiteurs, qui, sans fin, passaient, repassaient devant l’enclos du loup. Il nous était néanmoins impossible d’avoir un regard fixe tant l’incendie qui avait ravagé la voute céleste, brulait encore nos iris.

Dans la cage, le Loup tournait d’un pas fatigué mais avec cette fierté immuable. Noir comme les ténèbres, le Loup avançait lentement sur ce chemin qu’il avait répété des dizaines et des dizaines de fois, et qu’il répéterait des dizaines et des dizaines de fois encore. On sentait qu’il attendait la nuit, comme nous. Qu’elle était signe de sensations délicieuses, mélancoliques, propice à la liberté à laquelle nous aspirions tous les trois.

Peut-être était-ce pour ce lien infime qui nous liait qu’il avait accepté notre présence dans l’une des ombres de son enclos. Dans notre tunique sombre, on était aussi discret que le vent, invisible aux yeux des passants, si un regard croyait voir notre silhouette prédatrice, on lui échappait aussitôt, comme un rêve, un cauchemar qui hante dans le silence, invisible mais là, toujours là, une peur silencieuse qui tonne pourtant entre chaque battement de cœur.

Qu’y avait-il à regarder ? Si ce n’est ces âmes vides. Ces voix arrachées aux silences de ce monde comme le crin doré d’un cheval aux barbelés d’une barrière ? Rien. Mais on regardait. Patient. Prêt à surgir. Les sens en alerte.

Et, dans la foule amoindrie, on l’aperçut. Ce jeune poète à l’âme transcendante. Erundil. Erundil, murmurait notre sourire bestial, notre regard de braise concentré sur lui avec une intensité féroce… Erundil… Erundil… et le Loup s’approcha des barreaux. Percevait-il l’échange que l’on tentait de créer avec le jeune Serdaigle ?

Erundil… Erundil


Les vivants s’appellent les uns les autres par leur prénom dans la nuit profonde. Es-tu vivant ? Es-tu prêt à vivre ? Comme la nuit et ses desseins fous, le loup était prêt à bondir ; on s'apprêtait à planter nos crocs.
Erundil Trismegiste
Erundil Trismegiste
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Erundil Trismegiste, le  Mar 22 Nov - 1:47

{HRPG} … grandiloquent honneur, surtout avec un tel début {/HRPG}

La nuit se réveillait petit à petit.

Et dans l’horizon … aaah,  l’horizon.

Se déchainait lumière embrasée embrassant la folle gaieté du tourment, du firmament et de l’infinité. Dans mes pensées se transformait cette immensité. Je n’étais plus rien. J’étais juste un. Enfin, le corbeau me représentant osait enfin se transformer en pourpre, je n’étais plus que ce Un.

Pourquoi étais-je en ce lieu ? Nombres créatures étaient enfermées. Moults êtres étaient adorées autant que torturées. Je me sentais elles, en chaque une. Je me sentais frêle aussi, quand la lune, Déesse de la nuit, m’entourait de son baiser. Je me sentais charogne tourmenté par une Reine sachant quoi faire de mon être éveillé, c'est-à-dire Rien, c'est-à-dire Un. Je n’étais plus que carcasse quand je l’ai vu me sourire, et puis dans un éclat, ne voulant plus que souffrir, pour elle, je me sentais si bas. Je me sentais BIEN. Et puis enfin, je me suis senti quelqu’un. Cet autre que je n’est pas, et ne peut être….

… une ombre ?

… Peut-être.

Je sentais l’enivrance de la lactée voix, me sentant rien, puis quelque fois, me sentais quelque chose, autre que moi….

…. Une ombre ?

Certainement….

Oui… ‘Me’ se sentait ombre, parfois. Ombre galopante dans le sommet des tourments, plus haut que les montagnes immenses. Ombre dévalant vallées, puis tourmentant à outrance. Ombre libre, étant Un et Tout à la fois. Etant vivante au travers de la peur et de l’émoi. Une ombre ….

Puis venait l’instant où je ne sais plus qui, quoi, qu’être. Folie dans l’absolu ? Ou bien une absolue folie ? Perdre la raison ? ou bien la trouver ? Ou est donc vérité ?



Chaleur, suffocante, Et puis peur aberrante,
Le plaisir inonde et dévale la pente
De nos pensées.

Puis gesticule avec fierté
L’insouciance,
Celle-la même dont la panse
Ne peut se rassasier.

Vois-tu la folie, l’incohérence,
Dans ces propos ?

Peut-être que parler de croyance
Est bien trop tôt.

La folie m’abime, mais je m’éveille. Me sens plus vivant. Alors je traine, et laisse l’instant.

Puis une autre ombre s’installe dans l’horizon.

Déjà là. Son territoire. Celui de prisons. En est-il une une ?

Une ombre sent l’agonie persécuter… Cet être regarde Ca.

Oui. Je le ressens aussi... il nous regarde. Alors je lui souris. Comme naturellement, une courbe solennelle je lance, pour cet être que je n’ose définir, car je ne peux. Cet être assez proche maintenant. Quelques pas séparent nos regards. Et d’un air empli de hasard, je le surprends à vivre non loin. Alors je l’approche d’un air incertain. Car la vie se fait beauté. Oui, la vie se pomponne de mystère et de nouveauté. Quelle sera cette rencontre.

A l’avenir de nous le conter…

Encore quelques pas de folies. J’approche, entendant le loup chanter. Il claironne face à la voix, lactée de beauté. Je m’emprisonne un instant. Je l’admire. Je le vois beau craignant le rire et le pire. Tout à la fois.

Superbe créature,
A la beauté aussi dure
Qu’une infinité

Chantonne et claironne,
Et rends moi aphone
Par ton être qui me rend fou.

Je suis être de rien,
Je ne peux vivre sans Un
Ce toi qui me rend Tout.


Allez… Tant pis… Je laisse la folie me submerger. Puis je lui dis…

- Belle soirée

Avec un sourire enchanté.
Invité
Anonymous
Invité

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Invité, le  Lun 26 Déc - 19:12

____________________





- Belle soirée

Il ne croyait pas si bien dire : l’air s’assombrissait crescendo.

Mais ce n’était que le début. À l’horizon, sous l’étendue d’un nuage noir (nuage noir qui boufferait les derniers lambeaux de lumière avant de filer inexorablement vers un autre horizon), on pouvait voir arriver des cavaliers informes et éparses qui, ensemble, formaient un régiment de linge sale, une gigantesque nuée meurtrière. Bientôt, cette seconde marrée de nuage voilerait totalement la partie du ciel où le soleil avait brillé tantôt et violerait l’intimité de chaque rue.

Toujours dissimulé dans l’ombre de la cage, on regard le jeune Erundil que le loup nous cachait partiellement. Mais en ces instants, la bête était comme une extension de nous-même, le patronus réelle de notre furieuse pulsion animale qui grognait au fond de on, aussi, on avait l’impression de regarde le jeune Serdaigle dans les yeux.

S’était-il rendu compte de notre présence ? Le doute était permis, mais on misait sur l’intelligence, notamment sensorielle, du jeune poète pour penser que c’était bien le cas. Néanmoins, on restait tapis dans l’ombre, laissant le mystère de cette rencontre se jouer encore.

Sur le long d’un mur, une ombre arachnéenne se déplaçait avec une innocence relative. Là, il semblait que cette ombre avait un coeur, un coeur dont le sang était pompée directement à la source des peurs des Hommes. Cette source se trouvait dans un monde plus impalpable que l’air, dans un monde de ténèbres dont l’existence dépendait de la lumière, un monde où tout foutait le camp, un monde à grande vitesse, un monde d’anarchie où toute chose pouvait être dévorée ou dévorer.

On se déplaça vers une autre ombre, le loup se bougea au même moment. Un fil semblait relier l’animal à on, nos mouvements s’accordaient dans une danse subtil et à la fois brutale. Nos ombres ne faisaient plus qu’une. À présent, elles projetaient d’une seule ombre sur le sol, à l’extérieur de la cage, les épaules légèrement voutées, la tête penchée non de côté, mais en avant, comme pour sentir les pensées de notre proie.

- Que viens-tu faire ici Erundil ? on souffla, le loup et On, en laissant trainer le silence. Viens-tu t’abreuver de la faiblesse des bêtes en cage, pour te sentir fort ? Ou viens-tu tester la frontière entre ton Loup et toi, qu’une simple muraille de barreaux sépare ?
Erundil Trismegiste
Erundil Trismegiste
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Erundil Trismegiste, le  Mer 28 Déc - 22:05

Des bruits. La nuit. Un incendie. La flamme d'une âme vive et vivante. Bougeant dans l'ombre seulement. Une ombre se sent apaisé devant ce paysage sauvage d'une nuit abandonnant tout espoir et toute lueur, embrasant le coeur ardant de ceux-là face à moi. Des corps jumeaux. Des esprits similaires. Est-ce une meute, ou bien une seule entité. Chaque un se sent purement BIEN. Deux étant Un. Le bonheur à l'état naturel. Une ombre laisse une fissure paraître, grandissante, face au spectacle.

Que disais-je ?

La fraîcheur de la nuit laisse mon esprit vagabonder. Je n'arrive plus trop à penser. J'observe encore cet être, ou ces êtres habiter le décor, à l'abri de la vie ou la mort. Ou peut-être les deux.

Comme une ombre ?

Une ombre caressant ce métal qui sépare les mondes. Voltigeant quelque peu. Plus aucune frontière la nuit. Une ombre est partout. Regard depuis des orifices sans globes oculaires, vers un être sans éphémère. L'occulte du moment déchire cette nuit.

Je luis souris.

A celui ou ceux-là devant moi, mes pensées, mes esprits valdinguent, je deviens dingue, je ne sais plus quoi penser.

Pourquoi résister ?

Une ombre s'empresse de chavirer face à la carcasse qui se prélasse dans cette cage de glace.

Une ombre s'endort dans  un souffle.

Erundil ?

Il m'appelle Erundil. Cet être devant moi que je ne reconnais pas ? Mais qui me connait ? Demande ce que je viens faire ici ?

- Je laisse la nuit me perdre dans sa vie. Sa folie.

Il parle d'animaux en cages. Celui-là semblant me connaître penserait que je suis de ce genre à aimer ce décor. Non. Pourquoi enfermer des êtres ainsi ? N'ont-il pas le droit de vivre. Non, une telle chose m'énerve. Ca m'exaspère. Ca enerve… ça !

- J'execre l'idée d'enfermer de pareilles entités. Elles si belles. Elles qui ensorcellent. Les enfermer pour se sentir plus puissant ? N'est-ce pas justement preuve de faiblesse ?

Une ombre est éloquente en cette nuit familière et noir comme l'ombre d'une ombre.

- Et que fait cette créatures dans une cage ? Pourquoi ne pas profiter de la liberté ? Cela est des plus intrigant.

Une fissure déchire toute l'âme d'une ombre en extase.

- Un être loup, un être humain. Un être de tout. Ëtre de rien.


Que disais-je ?

Ah oui. Les être en cages. C'est une aberration. Uns simple preuve que l'homme est anti nature, car il préfère fuir cette naturer, ou la mettre en cage. Par peur. Par déraison. Par envie. Par envie ou besoin de puissance. Mais cela n'est pas être puissant. Juste enlever la vie à des êtres qui le méritent aussi. Mais je garde ces mots pour moi, ne les conte pas à cet être que je ne connais. Mais étrangement. Voilà que je fais un pas. Vers cette barrière, ce fossé, cette muraille qui nous sépare. J'ai la caboche en flamme …

Je perds un peu la tête. J'essaie de rester moi. J'ai besoin de garder le contrôle de moi. Ou bien. Peut-être ? Ah .. Je ne sais pas. Peut-être pas ?

Non. Pas ...
Charlie Baldwin
Charlie Baldwin
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Charlie Baldwin, le  Sam 25 Fév - 18:53

HRPG:
 

RP avec Annabella. ( Et son LA)




Balade Au Zoo.



Les vacances... N'est-ce pas un si grand plaisir que ces petits moments de bonheur éphémères qu'ils ont le pouvoir de nous procurer ? J'adorais Poudlard , mais qui disaient vacances, disaient aucun devoir, aucun cours énervant, aucune punition, aucune prise de tête avec personne, seulement nous, notre famille pour ceux qui ont cette chance , et les personnes qu'on avait envie de voir. Plus besoin de croiser toujours les mêmes têtes qu'on a pas envie de voir toute la journée, et ça, chaque jour. Les vacances, c'était aussi le bon moment pour pouvoir respirer au grand air, aller voir des endroits fabuleux, inconnus, des monument inimaginables. Généralement, j'appelais mes vacances  mon "Moment Moldu" puisque sans ma mère et ma sœur, mon grand frère et moi étions le seuls sorciers de la petite famille et mon père ne s'y connaissant qu'à moitié sur le monde de la magie, il nous emmenait la plupart du temps voir des monuments moldus, des endroits où l'on n'y fait rien de magique, mais qui le reste tout de même parce qu'on est avec sa famille et qu'on profite ensemble. Il nous emmenait de temps en temps , voir "des parcs d'attractions", les moldus adorent ce genre d'endroits, et , bien que sorcière, je les adorent aussi ! En ce moment, c'était les vacances d'hiver, et bien qu'en temps général, je reste à Poudlard pour les petites vacances, j'avais cette fois décider de rentrer chez moi.

Aujourd'hui, il était temps de ramener à mes vacances un petit peu de magie ! En effet, avec une jeune amie allemande du nom d'Annabella , que je ne connais que depuis le début de cette année, nous nous sommes donné rendez-vous au Zoo Magique de Grande-Bretagne afin de faire ressortir la sorcière qui est en nous ! Nous avons eu cette idée lors de la première conversation que nous avons eu, nous avions commencé à parlé de Niffleurs, de Botrucs et de toutes sortes d'animaux fantastiques lorsque je lui ai dit qu'il faudra qu'on aille au parc d'animaux ensemble. L'idée lui avait semblé charmante et je sentais déjà qu'elle était émerveillée à ce projet. J'étais déjà allé au Zoo Magique et j'adorais cet endroit ! On pouvait regarder n'importe quelle créature, elle allait forcément nous surprendre d'une façon ou d'une autre, et celle qu'on regardera ensuite nous surprendra tout autant que la précédente.

Ce matin-là, donc je me levai me préparai et était en retard : Réveil qui n'a pas sonné - à cause d'une des blagues de mes frères, bien sûr-, et moi qui ne m'arrête jamais de dormir, bref, lorsque je me suis enfin éveillée et que j'ai vu l'heure, j'ai dû filer à toute vitesse afin d'être prête à temps. Rapidement, je mangeai un repas vite-fait à midi , puis je pris mon sac , faisant attention à l'heure, avec une bouteille d'eau, quelques encas  au-cas-où que je pourrai partager avec la jeune Gryffondor.  Puis, j'étais partie, et à l'heure !

Le zoo n'étant pas très loin, je pris d'abord le bus de ville moldu, afin de m'arrêter à l'arrêt le plus proche possible, et c'est seulement quelques arrêts après, que je descendis de celui-ci, arrivée à destination. Tout comme il fallait passer par Le Chaudron Baveur pour aller au Chemin De Traverse, il fallait passer par une de ces tavernes pour aller à destination du Zoo. Celle dans laquelle je rentrai alors s'appelait  "Le Passage", subtil comme nom ! J'entrai dans l'endroit, puis, passai par la porte du fond afin de pouvoir arriver devant un mur. Petite, devant ce grand obstacle, je regardai autour de moi et pris ma baguette; un petit coup à droite, deux petits en haut, un en bas et trois à gauche et le tour était joué ! Les briques du mur se déplaçaient et créaient un passage afin de pouvoir me laisser passer. Je fis un pas afin de traverser l'obstacle. Ca y est, j'étais arrivé au Zoo Magique de Grande-Bretagne.

Je m'émerveillais devant cette splendeur et cette animaux, mais avant de pouvoir sauter de joie à l'idée de rencontrer tous ces animaux, il fallait que je paie. Magique ou non, un Parc ne sera jamais gratuit ! Je sortis donc quelques  gallions et quelques mornilles de ma poche et paya le prix affiché. Je passai la barrière et vit le premier animal, mais je ne pouvais pas avancer , il me fallait attendre la demoiselle avec qui j'entreprenais cette visite.
Invité
Anonymous
Invité

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Invité, le  Sam 25 Fév - 23:22

J'étais en vacance et j'étais en train de réviser... Probablement une des choses les plus idiotes que je pouvais faire mais je m'ennuyais ferme. Les jumeaux de battait derrière moi, ma soeur criait sur mon frère, et moi j'étais planté la. Au moins ils ne m'embête pas pensais-je dans ma tête. Huit heure passé de cinq minute sonnait tandis que je décida enfin à me lever. Aujourd'hui était un jour spécial car j'allais au zoo magique avec une amie. S'ensuit alors le train-train quotidien de la vie: dix minutes devant la penderie pour finalement remettre les vêtements de la veille, essayer de se coiffer les cheveux mais finalement les attacher par flemme... Bon, jetais enfin prête, négligée mais prête. Je me depecha alors de prendre les affaires nécessaires: un petit carnet, un crayon machouille, un snicker sans oublier bien sûr ma baguette. Je déposa jeta les affaires dans mon sac avant de le passer à mon épaule et de me diriger vers la cheminée. Esquivant un lancer formidable de boîte de conserve représentant un cognard, j'empoigna un peu de poudre et la jeta après m être glissé dans la cheminée en prononçant:

Zoo magique de grande-Bretagne!

c'est en un clin d'oeil que je me trouvait dans une cafétéria près des guichets. Passant par les toilettes pour gommer les traces de suie qui agressait ma peau, je vit avec excitation une silhouette de dressé au-delà de l'entrée. Jadorais les animaux magique. Les cours de bêtes magique était de loin mes préférés et j'ai souvent senti une certaine ampathie pour nos amis les animaux. C'est donc le coeur en liesse que je m'aventura dans le parc après avoir nonchalamment déposer une poignée de mornilles sur le comptoir. Ma première étape était de retrouver Amortancia. La tâche fut aisé puisqu'elle attendait les deux talons plantés au beau milieu de la place principal. Je me dirigea donc vers elle en faisant des grands mouvements de bras. J'arriva alors à son niveau, la visite allait commencer...

Salut, comment vas tu. Dis je en souriant.
Charlie Baldwin
Charlie Baldwin
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Charlie Baldwin, le  Dim 26 Fév - 19:52

La place principale sur laquelle j'attendais la demoiselle était grande, bien que, comme elle était carrée, l'on pouvait y voir le moindre de ses recoins. Elle était ornée de fleurs sur ses rebords et au centre, une grande fontaine donnait un air vivant à l'endroit. Sur celle-ci, on pouvait souvent y voir, quelques animaux plus qu'inoffensifs venir s'y désaltérait. J'aimais cette place, et le bonheur qu'elle respirait. On pouvait y voir toutes sortes de sorciers, de tout âge. En effet, beaucoup se donnaient rendez-vous ici, ou tout simplement venaient se balader sur cette place. Certains sorciers âgés venaient s'asseoir sur le bord de la fontaine afin de donner simplement des petits bouts de nourriture aux oiseaux qui passaient par là ou bien on pouvait voir des enfants, en trottinette, en vélo, ou bien en skateboard se baladait et s'amuser entre amis. Il y avait aussi des adolescents, des jeunes adultes qui attendaient que leur ami viennent les rejoindre. Je me tenais dans cette catégorie, et alors que j'étais assise sur le rebord de la fontaine, je voyais au loin, une jeune fille faisant des grands signes avec ses bras afin que je la remarque. Je compris alors que c'était Annabella.

Elle s'approcha gentiment de moi, et me demanda naturellement :

- Salut ! Comment vas-tu ?

Je répondais seulement que j'allai bien et lui retournais la question. Après tout, ce n'était ni le lieu ni l'endroit pour se raconter nos problèmes, c'était un moment de bonheur éphémère qu'on allait passer au Zoo Magique en souriant et s'extasiant devant toutes les créatures qu'on allait voir et croiser. Alors qu'on commençait à enchaîner les sujets, nous avons dans le même temps, commencer à marcher et à s'approcher de la première cage.

La cage devant laquelle nous étions n'était ni grande ni petite, mais plutôt d'une taille que je qualifierai de moyenne. Elle y contenait un genre de serpent , bleu, et une longue crête violette s'allongeait sur tout son corps. Celui-ci occupait tout son espace habitable. Tournant ma tête, je regardai la pancarte indicative de l'animal :

Occamy
Classification : XXXX (Dangereux)
Se déplace sur deux pattes, plumes, ailes.
Choranaptyxique ( Sa taille varie en fonction de l'endroit où il se trouve)
Peut devenir très agressif, surtout s'il protège ses oeufs


L'animal était classé dangereux, ce qui m'attirait encore. Bizarrement, plus la créature était dangereuse, plus elle m'attirait de la curiosité, j'avais envie de la connaître. Les yeux de l'Occamy étaient petits et vicieux, mais pourtant, tout ce que j'avais envie de lui apporter était de l'affection et de la tendresse. J'adorais sa couleur "bleu fabuleux" , et le soleil sur ses écailles donnaient un reflet qui rendait cette couleur encore plus magnifique.

Je sortis un instant de mon rêve et tournai la tête afin de voir si Annabella était dans le même état de rêverie que moi. Elle aussi regardait l'animal et semblait intéréssée par celui-ci, je repris alors mon grand sourire enchanteur devant l'animal.

Occamy:
 
Invité
Anonymous
Invité

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Invité, le  Dim 26 Fév - 22:00

Enfin j'étais en face de mon amie. Après lui avoir demandé par politesse comment elle allait, je trepignait d'impatience à l'idée de voir des animaux. C'est avec sobriété quelle me retourna la question. Tant mieux ! Après tout on était ici pour se repaître les yeux et pas pour évoquer le fait que ce prof était pénible ou que cette fille m'avait ignorée et que c'était vraiment pas bien. Ce genre de plainte me tapait sur le système. Avec ma tête de bonne poire, les gens me prenait toujours pour une fille gentille qui écoutait leurs commérages insignifiants. Grave erreur de jugement. Mais je n'étais pas la pour m'empoisonner l'existence avec ce genre de pensée.

Tandis que nous nous dirigieons vers les premiers animaux, discutant de la pluie et du beau temps, j'observa longuement Amortencia. Ces cheveux bruns négligées contrastait avec ces yeux en amande. Elle n'était pas vraiment plus grande que moi mais sa démarche et son comportement me rappelais beaucoup trop qu'elle était plus grande que moi. Pendant un instant, un doute plana sur mon visage. Pourquoi accepterait elle d'être avec une première année alors qu'elle pouvait sans problème rester avec des gens de son âge, rire peut être un peu trop fort entre amie, flirter gentiment avec les garçons... Je chassa cette idée alors que l'on arrivait devant le premier animal.

Dans la cage se reposait un serpent bleuté avec des ailes. Intéressant comme animal. Sa tête striée de plumes me faisait penser à un dinosaure et ses ailes à un aigle. Je jeta un rapide coup d'oeil à la plaquette et vit deux choses qui m'intriguerent:
Premièrement, cet animal était classifié dangereux mais rien dans son anatomiste laissai prévoir un venin mortelle ou une morsure infectieuse...
Le deuxième point de trouvait dans sa description. L'ocammy se déplace sur deux pâtes. J'avais beau regardé la bête, elle ressemblait plus à un serpent qu'à une espèce anthropode... étrange.
Je gardai ces questions dans un coin de ma tête et regarda alors mon amie. Elle semblait interresser par l'animal et affichait un sourire béat. Je trouvait cet Ocammy intéressant scientifiquement parlant mais pas très beau. J'aimais les animaux majestueux mais cet animal ressemblait principalement à un croisement entre un piaf et un serpent qu'à une bête.

Je detourna le regard. La visite ne faisait que commencer et des centaines de nouvelles espèces dormait derrière de nombreux barreaus de fer et nous invitait à les découvrir. Je tira donc sur la manche de ma camarade pour la presser de décoller ses yeux de l'animal avant de lui déclaré malicieusement:

Je te laisse mener la marche.
Charlie Baldwin
Charlie Baldwin
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Charlie Baldwin, le  Sam 11 Mar - 13:45

- Je te laisse mener la marche.

Anna' me ramena à la réalité à l'aide de cette phrase. Je lui répondis avec un sourire et entama le chemin vers l'animal suivant. Je l'aimais bien, Annabella. Cette jeune fille m'étonnait; contrairement à moi, elle n'était pas du tout timide pour une première année, elle osait parler ! Et bien que nous avions 4 ans d'écart, ça ne me dérangeait pas de rester avec elle, j'avais bien sûr mes amies de mon âge avec qui j'aimais m'amuser, mais rester avec des plus petits que moi ne me dérangeait guère, loin de là.

En la regardant, le souvenir de ma première année me revint, je me souvins de mon tout premier cours, j'étais si excitée ! C'était un cours d'Enchantements, une matière que j'avais hâte de connaître, plus que d'autres, elle a toujours été une de mes matières favorites. Mon deuxième cours fût Histoire De La Magie, beaucoup moins sympathique... Bien qu'intéressant, il m'eût vite ennuyée et je commençai à m'endormir sur ma table déjà à la moité de l'année. Je me souvins aussi de la première fois où j'ai mis les pieds dans La Grande Salle, elle avait été décorée pour l'occasion bien sûr, comme tous les ans. Mais même sans décor, j'avais été émerveillée par le plafond de bougies, et par l'immensité des tables. J'avais alors regardé chaque professeur les uns après les autres avec attention et précision jusqu'à ce que j'arrive devant notre cher Choixpeau. Arrivée à mon nom, j'eus très peur, mais au final, il m'avait répartie là où je devais être.

Mon esprit finit par rejoindre la réalité et je décidai d'entamer la conversation avec Annabella:

- Alors dis-moi, tu te plais à Poudlard ? Tu aimes tes cours ? Et tes professeurs ?


J'attendais sa réponse alors que nous arrivions devant le deuxième animal. Cette fois-ci, il s'agissait d'une cage rempli de Botrucs, ils étaient tellement chous !!! J'adore ces créatures, je les trouve si mignonnes ! Et elles semblent tellement innocentes, ce qu'elles sont d'ailleurs puisqu'elle sont seulement classée "XX", soit inoffensives.


Invité
Anonymous
Invité

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Invité, le  Sam 11 Mar - 23:09

Les botrucs avait beau avoir l'air brut et sans intérêt pour le commun des mortels, je trouvai que cet créature était très intéressante et.... marrante.

-Alors dis-moi, tu te plais à Poudlard ? Tu aime tes cours ? Et tes professeurs ?

C'était une question anodine mais pourtant intéressante. Bien sûr que j'aimais Poudlard. J'aimais les maisons, la magie, les murs froids et poussiéreux.... Le problème était que je mennuyais ferme en cours. Mon rêve était de tuer des mangemorts, me battre contre des epouvantars ou des accromentule. Pas de faire voler des plumes ou de chanter des chansons moches. Je chassai cette idée en regardant mon amie.

Oui bien sûr mais les cours m'ennui un peu.... A part le cours de DCFM et de soins au créatures magique.

Détournant mes regard, je m'attarda sur les cages. Je sortit discrètement ma baguette, m'amusant a caire des moulinets avec ma baguette. J'avais un peu envie de faire une bêtise. J'aimais les animaux mais pas les zoos. Pour moi un animal devait être en liberté et non dans une cage. Je m'apprêtais a ranger ma baguette afin d'éviter de me faire éventuellement interné dans un établissement peu recommandable de type prison, mais une idée saugrenue me vint à l'esprit. Je rangeai tout de même ma baguette en gardant mon plan dans mon esprit,attendant le bon moment. Je me tourna vers ma camarade avant d'arborer un grand sourire et de lui dire:

- On continue?
Charlie Baldwin
Charlie Baldwin
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Charlie Baldwin, le  Sam 18 Mar - 12:43

- Oui bien sûr mais les cours m'ennuient un peu.... A part le cours de DCFM et de Soins Aux Créatures Magiques.

Comme je la comprenais ! Surtout lors de la première année, les cours sont énormément basés sur de la théorie, et rarement sur de la pratique, ce qui avait le don de m'énerver moi aussi, lorsque j'y étais. Mais je me souviens que je m’entraînais sur d'autres sorts plus compliqués dans ma chambre, ou bien près du lac lorsqu'il me fallait plus de place. Mais bon, lorsque je pense au cours que suivent les moldus à ce niveau, entre les mathématiques ? Et le... français ? Je me dis qu'on a bien de la chance d'être à Poudlard...

Je la vis d'un seul coup se rapprochait près des cages, et sortir sa baguette, je me demandai alors ce qu'elle avait en tête, en espérant qu'elle ne ferait pas une bêtise qu'elle pourrait regretter par la suite, mais heureusement, elle rangea rapidement son bâton magique et revint vers moi, avant de me proposer de continuer la marche. Je fis un simple oui de la tête, intriguée, et reprit mon chemin.
Nous nous approchions alors de la prochaine créature, des Jobarbilles, soient des petits oiseaux tachetés bleus -plutôt mignons, je dois l'admettre-, lorsqu'une idée me vint en tête: si Annabella s'ennuyait en cours, je pouvais, si elle le souhaitait, lui apprendre quelques sorts des années suivantes, sans y comprendre de danger non plus:

- Si tu veux, je connais quelques sorts qui pourrait t'amuser, je pourrai peut-être t'en apprendre quelques-uns, davantage que ceux que tu apprends en cours ?
, dis-je avec un grand sourire.


J'attendis sa réponse avec impatience, espérant que l'idée lui semble aussi plaisante que je la trouvais.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Artemis Wildsmith, le  Mar 10 Oct - 9:55

Les minuscules (ou majuscules)
Avec Leo


Quand on regarde comme ça de tout ici, forcément, on ne comprend pas. On ne comprend pas pourquoi des géants viennent là, observer, s’émerveiller, s’effrayer parfois devant ces barreaux gigantesques. Parce qu’on est là, nous, c’est obligé, on n’a pas le choix que d’avoir la racine qui se tourmente, sonnette d’alarme avant l’explosion de flammes qui vient s’écraser sur les limites surnaturelles de l’enclos. On pourrait croire qu’on s’habitue, mais pas du tout. Il y a toujours un doute. Et si aujourd’hui je finissais cramé. Ça dépend des jours, parfois ça peut être considéré comme sympathique mais c’est-à-dire que ça inquiète toujours un peu. A quel point le feu de ce monstre ne nous atteindra pas. Mais ils ne tiltent pas eux, l'éventuel danger, non. Ils se ruent, insouciants devant les grilles et tentent d’allonger leur nuque pour pouvoir ne serait-ce que l’entrapercevoir. Et on ne peut pas soupirer, on ne peut même pas ressentir l’exaspération mais l’envie est là. On veut leur dire, mais vraiment, allez-vous-en, c’est un dragon.

Tout se ressemble, ça continue de défiler, ils ne se lassent absolument pas. Tant de jambes et de pieds extrêmement beaucoup trop proches. On essaie quand même, de se laisser aller avec le vent et de pousser les copains leur dire, attention, en voilà un qui s’approche trop près. Sauf qu’il est difficile, ça demande de secouer la racine et de se concentrer sur l’extrémité afin de la faire s’incliner. Après, effectivement, il n’est pas impossible de se faire écraser et de revenir vivement à la vie, petit à petit, on éclot de nouveau, s’élever après être resté dans le noir sous une semelle. La vie d’un brin d’herbe quoi.

Et maintenant ne change pas des instants précédents, il y en a un, juste là, qui observe. Ça se sent jusqu’ici, son enthousiasme et on espère juste ne pas se retrouver sous lui. Mais pour le moment il se contente de demeurer, complètement stoïque et d’attendre le dragon, sans doute. On reste là, aussi sans bouger, à patienter jusqu’à ce que la chaussure du garçon vienne nous écrabouiller, parce que c’était forcé. Ils finissent tous par se rapprocher des barreaux, ils ne peuvent pas faire autrement, comme si c’était plus fort qu’eux. Petit vent qui les pousse à voir l’adrénaline de plus près, comme nous, excepté qu’on n’a pas le choix, que ça vient comme ça et on tombe. Alors qu’eux, ici, ils pourraient faire d’autres choses, parce que ce n’est pas si époustouflant, d’être là, constamment, au pied d’un enclos à monstre de feu. On attend, que le gamin se décide comme les autres, à s’avancer davantage, parce qu’on sait que c’est inévitable. Ou presque. Il penche la tête, un petit peu, sur le côté. Ça fait attise de la peine d’ailleurs, parce que le monstre n’est pas là, on le prophétiserait, ça vibrerait sans doute plus que légèrement à la racine. Rien que pour lui, on a envie de lui faire plaisir, mais on n’y peut rien.

La seule chose qui se répand c'est un vrombissement, pas lancinant du tout, juste en dessous, créé par son pied qui tapote. De la hâte, sûrement.
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Shae L. Keats, le  Lun 30 Oct - 15:43

Post sponsorise par la Veggie Pride




Il fait noir et froid. Forcé a l'immobilisme par l'absence des nerfs qui me reliaient autrefois aux autres muscles, pour une question de coordination. Coupe de tout contact, pose sur des glaçons dans une boite froide de petit format, a attendre je ne sais quoi. Je suis la depuis des heures. J’étais dans une plus grand boite avant, avec mes sœurs. Il faisait froid mais on se tenait chaud. Et la lumière s'allumait parfois, lorsque la boite s'ouvrait. On pouvait voir un peu ou on était, ce qu'on faisait.
Mais je suis seule désormais, avec mon os a moelle au milieu du corps. Et j'ai peur de ce qui va suivre.

Je ne sais pas combien de temps s’écoule ainsi. Des minutes ou des heures. J'ai jamais été douée pour compter le temps. Mais le couvercle saute enfin et la lumière éblouie. Il y a une main et cinq doigts qui m'attrape et me serrent et me tirent de la. M'exposant a l'air et au jour. Il me faut quelques secondes avant de distinguer clairement ce qui m'entoure. Quelques secondes avant de comprendre. Des barrières de toutes parts. Comme dans l'ancien parc de la vache a qui j’appartenais. Je me demande ou elle est désormais. Peut être est-elle encore en train de brouter quelque part dans un pré en normandie.  J'en sais rien.

L'humain me tend en l'air au dessus de sa tête. Je ne sais pas trop ce qu'il veut. Mais je peux admirer la foule. L'herbe. La foule se tasse un peu a l’écart. Il y a un jeune homme tout seul dans un coin. Et un ou une adulte qui s'en approche, je vois pas bien d'ici. Mais yel a l'air enthousiaste. Au moins autant que l'enfant. Le vent me porte le début de ses mots avant que la voix de mon kidnappeur commence a parler, couvrant tous les autres bruits.

Eh mais j'te connais toi, t'es... Mesdames et Monsieur ! Gérard le Magyar n'a pas l'air de vouloir se montrer, nous allons donc tenter de l'attirer a l'aide de cette belle entrecôte.

Je n'ai rien compris a ce langage, mais voila que mon ravisseur me lance dans les airs et que je m’écrase au sol tendis qu'il part en courant. Je ne comprends pas. Le sol se met a trembler. J'ai peur. Peur de ce qui va m'arriver. Peur de ce que je vais devenir. Peur qu'il n'y air plus d'avenir.
Je n'ai plus d'autre choix
je ne peux même pas fuir.      


Dernière édition par Shae L. Keats le Mar 25 Déc - 12:37, édité 1 fois
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Artemis Wildsmith, le  Mar 14 Nov - 18:25

Vite prenez vos affaires ! Fuyez pauvres fous ! Ça fuse de tous côtés, les idées, les cris, nous ne l’avons pas senti venir celui-là. Un nuage d’excitation qui sort de la bouche des hommes postés devant les barreaux. Qu’est-ce que nous faisions là bordel ?! Aurons-nous le temps de se rassembler ? On aurait dû prévoir quand même, quelle idée de se poser à cet instant. Où est Jonathan ? Vous avez-vu Jonathan ? On nous répond, quelque part parmi les roches, un vers l’aurait attiré. Mais c’était pas le moment-là, faut bouger ! On sautille, on vérifie, ne pas se laisser divertir. On entend la voix de l’autre là, grave, il a l’air tout content, c’est qu’il veut vraiment l’attirer avec sa fichue viande. C’était quoi leur problème aux humains franchement ? N’avaient-ils que ça à faire ? Faire joujou avec les dragons. Un coup d’ailes, on virevolte. Jonathan est toujours porté disparu. L’entendrait-il ? Ça nous remue les plumes à la racine. L’oisillon était obligé de le voir venir, de l’entendre, de le comprendre. Coup de bec à gauche à droite. Nous appelons la compagnie, zou ! il fallait que nous partions avant l’arrivée du monstrueux. Ça fait trembler les trois doigts des pattes. Jonathan ? Pas le temps, on prend le vent.

Allez viens toi, fais pas ton filou, petit vers de terre, pas besoin d’essayer de rentrer là, j’t’ai vu. Vite, vite. Sluurmph. Oh. C’est que c’est un long vers. Petit arrière goût de terre qui n’est pas dégueu. Gloups. Ah. Ça fait du bien par où ça passe. Claquement de bec. Regard à droite, à gauche. Y’a quelque chose de différent dans le décor. Un silence et un enthousiasme tangible. Ils sont où les copains ? Copains ? Cui-cui ? Élévation furtive, ça n’allait pas. Cligne, cligne des yeux, secoue les plumes. Le vent tourne, mauvais présage, les copains ont disparu. Grondements, même les feuilles crient en se plissant, rentrer dans l’écorce à tout prix. La fuite ! Décollage immédiat, accrochez vos ceintures.
Oh mon dieu.
Virage à droite.
L’entrecôte n’est pas passée loin, elle est plus grande que moi !
Pas le temps de regarder, sauve qui peut, ne pas s’attarder sur le sort de la barbaque. Chacun pour soi. Puis entre viande et oiseau. Y’a pas photo. Oh wait. Peut-être que si. La viande n’allait pas suffire. On accélère, vite. Ailes qui s’abiment de précipitation. Je valais mieux qu’un maudit bout de steak ! J’étais plus juteux ! De l’élan !
Non ! Une crampe !

Je vois les barreaux comme échappatoire. Allez. De l’ombre derrière moi, gigantesque, yeux qui s’agrandissent, j’ai l’impression de perdre mes plumes. Les barreaux comme échappatoire. Ça se rapproche. Tout. Faire des feintes, slalom de tous les côtés. Les barreaux. Le cœur va lâcher, je le sens, il n’est pas fait pour ça. Une course poursuite avec un-je-ne-sais-quoi-de-particulièrement-imposant. Quelle idée ! Focus. Les barreaux. Battre l’air, dare-dare, expéditivement, atteindre la limite. Les barreaux. Pupilles qui s’accrochent à un adolescent. Pourquoi lui ? Alors qu’il y en a plein. Il attrape le bras de son ou sa voisin.e. Il a l’air heureux, on prendrait une pause pour se délecter de son bonheur à c’t’enfant. « Chut ! Regaaarde ! Le dragon ! » Comment ça un dragon ? Où ça ?
Je m’écrase. On peut pas passer à travers les barreaux. C’est bloqué. J’suis coincé ! Épitaphe en vrac.
Je pars en fumée.

Nous l’avions vu le Jonathan, et ce n’était pas du joli joli, très cendré. Un de plus, un de moins dans la nuée. Nous parions qu’il aurait bien aimé skiper le goûter aujourd’hui. « Ooh non ! L’oiseau est mort ! Tout cramé ! » Belle considération de la part d’un petit homme, ils sont empathiques ces chétifs, ça fait chaud au cœur. Mais il sautille quand même, c’est que le dragon a préféré Jonathan à l’entrecôte, ce n’était pas si étonnant. Merveilleux spectacle pour les humains. « C’est ça quand on est trop appétissant tu vois » Il parle tranquillement l’adolescent.
Nous, nous déménageons. C’est pas safe ici.
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Shae L. Keats, le  Mer 3 Jan - 23:19

LA de Arty


C'est lourd. Très lourd. Écrasée tous les jours, c'est qu'il gagne en force le petit homme. Moi aussi ceci-dit. Il prend soin de moi, il me muscle parfois, en courant ou en marchant. Il a beau être ingrat, je l'aime bien moi. C'est pas le cas de ma jumelle, elle l'aime pas elle, elle dit qu'il nous remercie pas, qu'il irait pas très loin sans nous. C'est vrai, elle a pas tord. Mais il nous lave et nourrit nos fibres. Ça me suffit perso.

Y a une autre paires de jambes a cote. Je les ai déjà vu il me semble. Mais j'arrive plus a savoir ou, c'etait il y a longtemps. Il n’empêchent qu'elle m'ont pas saluée lorsque j'ai fait se contracter le genou de mon propriétaire. Je les méprise du coup alors que Artemis s'extasie. Et le voici en train de sauter. J'ai bien envie de lui casser un ligament. Le soucis est toujours le même, j'aurais plus mal que lui.  Alors je m'abstiens, j'attends qu'il ait fini. Et j'en ressors toute retournée. Enfin métaphoriquement, sinon vous pouvez être surs que le gamin hurlerait. J'lui ai fait le coup une fois, mais j'ai eu tellement mal qu'au final c'etait pas si drôle.

Je viens de comprendre pourquoi il a arrête de sauter le gamin. Si je m’arrête au niveau du bassin c'est pas pour rien. J'aime bien le muscle grand gluteal. Il aime bien les ragot et je comprends alors que notre propriétaire a envie d'uriner. J'en ai marre de ce gamin qui peut pas se tenir alors je prends la décision de m'engourdir brutalement pour l'immobiliser un instant, pour avoir droit a un peu de repose. J'vois les autres jambes se tourner vers mon adolescent alors qu'une voix s’élève plus haut.
Oh il est beau le dragon.
Eh M'sieur on peu t le caresser ?


Il sent un peu bizarre l'autre, il sent fort l'alcool, c'est un peu gênant. Mais bon, je suis pas supposer le sentir, je ne vais pas m'en plaindre. je vais juste attendre un peu pour rétablir la circulation et laisser Artemis se mouvoir.
Il n'est pas si reposant d’Être la jambe d'un poufsouffle.    
Contenu sponsorisé

Zoo Magique  - Page 6 Empty
Re: Zoo Magique
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 8

 Zoo Magique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.