AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 4
[Habitation] The Raven's Sanctuary
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Valentina Boccini
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Lun 24 Aoû 2015 - 21:49



-Hello Darkness my old friend-
[RP Privé avec Kenway]




____________________


Pourquoi la vie s'acharnait-elle toujours à tenter de désarmer les plus forts, les plus méritants d'entre nous ? Je le serrais dans mes bras, le couvrait de baisers sur le front et les tempes, lui caressait affectueusement le dos, serrais ses mains dans les miennes, tâchant de lui montrer que j'étais là, que j'avais toujours été là d'ailleurs, et que je serais éternellement à ses côtés. Sa fragilité était touchante et déclenchait chacun de mes instincts de protection. Ce même instinct qui m'avait poussée à rejoindre les rangs des pro-mangemorts pour le protéger..

Je le laissais me prendre dans ses bras, lui transmettant autant que possible un sentiment de sécurité, lui montrant qu'ici il ne risquait rien, qu'ici, j'étais là pour veiller sur lui. Il était écœuré de cette vie injuste, meurtris par le meurtre de son ex petite-amie, dégoûté par lui-même, aussi, de n'avoir su intervenir.

« Tina... Avant de mourir Merit m'a envoyé une lettre que je n'ai pas reçu à  temps. Dans cette lettre elle m'expliquait être sur la piste de mangemorts et qu'elle allait les espionner sur un point de rencontre avant de les dénoncer. Il marqua une courte pause, suffisante pour renforcer la douleur que je lisais dans ses yeux gris. C'est réellement de ma faute Tina. Si j'avais été là, elle ne serait pas morte. Si j'avais été là j'aurais pu lui prêter mains fortes ou au moins, la dissuader de faire cela. »

Presque aussitôt, je posais un doigt sur ses lèvres, lui indiquant ainsi de se taire. Parce qu'il n'était aucunement responsable, parce que d'aucune façon il n'aurait pu prévoir cette tournure des événements, parce que ce n'était pas à lui de jouer les héros, mais aux Aurors. A ces foutus Aurors merdiques qui ne savaient rien faire de leurs dix doigts. Le peuple était livré à lui même et seule la Gazette du Sorcier, qui s'était enfin détachée du Ministère, nous soufflait quelques bribes de vérité. La mort, la douleur et la colère menaçaient de devenirs à nouveau des fléaux quotidiens, et tout ça parce que Petrus Sudworth avait peur de se mouiller... !

« Jake, je t'interdis de redire une chose pareille... je caressais ses cheveux, le protégeait de mes quarante-huit foutus kilos. Tu n'aurais rien pu y faire. Tu sais aussi bien que moi qu'elle ne t'aurais pas écoutée, et qu'en plus, si tu l'avais suivie, c'est vous deux qui seriez morts. »

Et bordel, comment lui dire que si les Mangemorts avaient bel et biens tués Merit, j'étais leur alliée ? Comment dire au Kenway de se tenir le plus éloigné possible de cela ? Je n'avais jamais su réfléchir avec logique. J'étais plutôt du genre à écarter les idées complètements stupides jusqu'à parvenir à un semblant de raison. Et mon semblant de raison me criait de ne rien lui dire.

« Tu n'as pas à t'en vouloir. La vie, c'est une succession de rencontres. Merit, c'était une belle rencontre. Tu dois juste te souvenir de ça, te raccrocher à cette idée. Cesse de la pleurer... elle n'aurait pas voulu te voir ainsi. Quant-à elle, elle a fait une mauvaise rencontre, au mauvais moment. Les Mangemorts. C'est comme ça...

Je soupirais, l'incitait d'un regard à boire encore un peu de son chocolat chaud et tentais vainement de ne pas plonger dans le flot tumultueux de pensées qui m'étourdissais.
Revenir en haut Aller en bas
Jake G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Jake G. Kenway, Sam 29 Aoû 2015 - 12:21


Hello Darkness My Old Friend
PV Valentina Boccini

L'italienne, en posant un doigt sur les lèvres de Jake, le fit taire. Ca n'était pas quelque chose de méchant, elle ne lui reprochait rien. C'était probablement qu'un moyen de faire comprendre au grand brun que tout ce qu'il disait là n'était que sottises, qu'il avait tout simplement tord, qu'il était aveuglé par la tristesse. C'était tellement spontané, elle n'avait sûrement aucun doute sur qui il était réellement à l'intérieur, sur cette sensibilité qu'il avait caché au plus profond de lui, une délicatesse qu'il avait écrasé sous une tonne de futilités. Mais cette émotivité se battait au fond de lui, elle affrontait toutes les vanités qui s'étaient entasser au fond de son âme, elle hurlait au fond de lui en suppliant aux démons de ce pauvre homme endeuillé de les permettre de faire surface.

    « Jake, je t'interdis de redire une chose pareille... Tu n'aurais rien pu y faire. Tu sais aussi bien que moi qu'elle ne t'aurais pas écoutée, et qu'en plus, si tu l'avais suivie, c'est vous deux qui seriez morts. »


IIl aurait très bien pu mourir, il ne voyait là aucun problème. Au moins, il serait mort en faisant de quelque chose d'utile. Il restait sur ses positions, bien sûr, mais le temps allait forcément effacer cette sensation intense de culpabilité. Non, sur ce moment aucune de ces belles paroles ne semblaient l'atteindre réellement. Seul le contact de sa main allant et venant dans ses cheveux, l'étreinte de leurs deux corps, cet échange physique qui inspirait l'innocence avait un impact sur l'esprit tourmenté de cet homme désespéré. Il y avait quelque chose dans le ton de sa voix, qui l'apaisait : cette blonde d'apparence si fragile semblait se donner corps et âme pour qu'il se ressaisisse. Il restait muet. Elle rajouta :

    « Tu n'as pas à t'en vouloir. La vie, c'est une succession de rencontres. Merit, c'était une belle rencontre. Tu dois juste te souvenir de ça, te raccrocher à cette idée. Cesse de la pleurer... elle n'aurait pas voulu te voir ainsi. Quant-à elle, elle a fait une mauvaise rencontre, au mauvais moment. Les Mangemorts. C'est comme ça... »


Ce funeste événement n'était donc rien d'autre qu'un hasard ? Jake n'arrivait pas à l'envisager comme cela. Et d'une certaine manière, il n'avait pas tord , car par la perte de sa vie, Merit Sullivan venait de livrer dans un linceul le « Grand Peut-Être » qu'il attendait tant. Il n'en avait pas fini. Il ne comptait pas oublier. Et eux non plus ne l'oublieraient pas. Sous le regard de l'italienne, le sorcier termina la tasse de chocolat chaud que Smeraldo avait préparé un peu plus tôt. Il posa ce qu'il tenait entre les mains, se mordit la lèvre inférieure et finit par dire d'une voix relativement basse :

    « Tu as raison. La vie est faite de bonnes ou de mauvaises rencontres. Je peux te dire que si le ciel fait en sorte que ma route croise celle d'un mangemort, et peu importe qui il peut être. Je deviendrais la pire de ses rencontres. »


C'était avec un air menaçant, une voix grave et un regard différent qu'il avait annoncé cette promesse. Et il était de coutume pour lui de faire son possible pour ne pas faillir à ses engagements. Il regagna la sérénité, ces engagements pouvaient bien attendre, pour le moment il était beaucoup trop épuisé pour quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Mar 13 Oct 2015 - 19:32



-Hello Darkness my Old Friend-
[RP Privé avec ♥ J ♥ G ♥ K ♥]


____________________


Parler était inutile.  Ce n'était pas mes mots, qu'il était venu chercher, mais ma présence. Et c'est ce que je lui offrais. Je resserrais mon emprise sur son torse, posais le front sur son menton. J'essayais de lui communiquer mon calme. J'avais côtoyé la mort de si près... Je savais ce qu'il ressentait. Je pouvait presque sentir sa douleur. La pression de mains invisibles sur sa gorge, la poigne terrible des regrets qui le tirait vers le bas. La culpabilité, cent kilos de plombs sur ses épaules solides. Et cette foutue peine, ce chagrin infini de savoir que c'est fini, que vivre c'est signer son arrêt de mort. Savoir que tout à une fin, que la fin est proche, qu'elle est là, sous nos doigts, que l'on est déjà à moitié mort. Une larme en coula sur ma joue.

« Tu as raison. La vie est faite de bonnes ou de mauvaises rencontres. Je peux te dire que si le ciel fait en sorte que ma route croise celle d'un mangemort, et peu importe qui il peut être. Je deviendrais la pire de ses rencontres. »

Peu importe, Jake ? Même si c'était moi ? Je me taisais, optant pour un silence que je voulais réconfortant. Je le berçais simplement, longuement, jusqu'à sentir le corps de l'ancien Serdaigle se détendre dans mes bras, s'apaiser. Sa respiration, enfin, se calmait. Les minutes passèrent, sans que rien ne vienne troubler ce silence contagieux, qui se propageait, lentement, sinueusement, s'imprimait dans nos os et dans nos cœurs, et les menaient à la dérive. Mes lèvres trouvèrent à nouveau sa tempe, je m'acharnais à le rassurer.

Jake était dans mes bras le fantôme d'un enfant. Je savais qu'il était sensible, malgré sa carapace de beau gosse charmeur. Parce que nous nous ressemblions bien plus qu'il ne semblait le croire. J'aurais réagit comme lui. Si. Si, car il y en a toujours un. Si je n'avais pas été la victime de mes instincts. Si, ce jour maudit où j'avais rencontré pour la première fois un Mangemort, je n'avais pas compris que là était mon avenir. Je n'étais pas Mangemort, non, bien trop de devoirs, de responsabilités... mon histoire était plus complexe.

Avec douceur, je relevais le visage mangé par la tristesse du Kenway et le regardais droit dans les yeux. Je le heurtais de mes iris translucides. Le transpercais, en lui disant mentalement "Je t'aime. Malgré tout ce que j'ai pu faire. Tu es mon frère, je t'aime Jake."
- Dis moi ce que je peux faire pour toi chéri, et je le ferais.

Je pensais rarement aux autres. Jake était de ces personnes qui sont à elles seules une exception à toutes les règles de l'univers.
Revenir en haut Aller en bas
Jake G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Jake G. Kenway, Mer 14 Oct 2015 - 22:27



Hello Darkness My Old Friend
PV Valentina Boccini



Il n'avait besoin que d'une pause. Il voulait simplement mettre en pause toute cette souffrance, cette tristesse, pendant une, deux, trois, quatre heures avant de pouvoir mieux anticiper les choses et avancer comme il se doit. Alors, son regard perdu dans le vide, ses muscles se détendant de secondes en secondes, beaucoup trop épuisées par les démons qui ravageaient dans son corps, Jake se laissait être bercé dans les bras de Valentina. Elle l'avait laissé rentrer chez elle, elle l'avait écouté exposer sa tristesse et se lamenter sur la tournure beaucoup trop négative qu'avait prit sa vie.

D'un doigt, elle releva le visage du Kenway avant de le regarder directement dans les yeux. Par son regard, elle transmit à l'ancien bleu et bronze un message silencieux, une once d'amour qui pourrait probablement lui mener vers cette ataraxie provisoire qu'il attendait avec impatience. Elle lui demanda ce qu'elle pouvait faire pour lui. Alors le sorcier qui ne savait quoi dire d'autre, qui n'avait plus aucune force pour réfléchir, lui demanda s'il était possible qu'il puisse passer la nuit ici. Il resserra cette personne si chère à ses yeux, contre ses bras et ferma les paupières.

Les yeux fermées, il se laissait porter par le battement du cœur de l'italienne. Silencieux, il se concentrait su ce rythme régulier qui le menait vers des contées lointaines, assez éloignées pour le maintenir à distance de toutes ces histoires qui le préoccupait. Des images se bousculèrent, des mots, des contextes incohérents. Il entendit la voix de l'elfe de maison de Tina, mais était-ce réellement le cas ? Rapidement, Jake perdit la notion de ce qui était et de ce qui n'était plus. Pause.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Elena Denger, Sam 26 Déc 2015 - 18:34



Discussion sur l'animagie
(Je suis à court d'idée de titre ses derniers temps T.T)
Pv Valentina Boccini



[HRP] Mes excuses pour le retard ! A parler sur la tchatbox et faire la chasse au trésor j'ai eu le temps pour rien. [/HRP]

Aujourd'hui était un grand jour. Ou peut-être la fin d'un rêve qui sait. Elena avait pris son courage à deux mains et avait contacté son ancien professeur de défense contre les forces du mal de Poudlard pour avoir quelques renseignements et si possible des conseils et de l'aide sur le sujet de l'animagie. Ça faisait un moment maintenant qu'elle s'y intéressait, qu'elle lisait des livres et des livres... Des heures entières de méditation... Et pourtant quelque chose bloquait. Quand elle était encore à l'école, l'aigle avait eu un cours de divination sur les rêves. Ainsi, grâce à cela Elena avait pu suivre un de ses cauchemars étranges jusqu'à découvrir quelque chose de très intéressant, un rêve. Elle n'en était pas sûre mais, la Serdaigle avait eu la sensation d'avoir rencontrée son elle-animal. Mais, cela restait une impression. Durant les trois années qui suivirent, elle refit le même rêve, souvent, jusqu'au même point. Puis une lettre vint lui apporter la mort de son père, prise de rancœur, de colère elle préféra fermer son cœur et ses souvenirs à ce sujet pour continuer à vivre comme si rien n'était arrivé. Et les rêves prirent fin.

Les fêtes de Noël étaient derrière elle, le froid restait présent mais, cela restait supportable. Habillé de vêtement moldu, l'aigle avait opté pour un jean et une chemise blanche camouflé derrière sa cape de sorcière pour couper avec la fraîcheur de l'extérieur. La lettre de Mlle Boccini dans une main, sa baguette à la ceinture Elena avait accepté la proposition de son ex-professeur pour se rendre chez elle à Londres. Elle profitait d'avoir des achats à faire pour passer discuter.

Arrivé au centre-ville, la Serdaigle chercha quelques instants l'immeuble dans lequel se trouvait l'appartement. Il n'était pas très loin d'un centre commercial et d'autres commerce Moldu ce qui devait surement faciliter les courses... C'était pas mal, entrant dans le hall, elle ne remarqua rien de très fantastique mais, une fois les pieds dans l'ascenseur, elle observa et compris tout en étant soulagé, c'était le bon endroit, cela correspondait mieux à la classe de son ancien professeur. Arrivé devant la porte, Elena tendit la main et toqua en se présentant.

TOC TOC TOC

- Mlle Boccini ? Bonjour, c'est Elena Denger.







Dernière édition par Elena Denger le Jeu 14 Jan 2016 - 10:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Mer 30 Déc 2015 - 19:11



-Un mentor à plumes pour une futur animagus-
[RP Privé avec Elena Denger]

____________________


Aube naissante, chatoyante, qui taquine le cuir du sofa à travers les rideaux de coton, toi qui sadique, me rappelle que mes yeux ne se sont pas fermés depuis de trop nombreuses heures... Insomnie perpétuelle, immortelle, œil gonflé de fatigue, cernes bleutés, teint fané, tandis que j'avance, ronchonnant, dans la cuisine de mon duplex londonien, saisie par cette maladie de l'âme et de la vie, incurable. Migraines chroniques, peur panique, cette douleur cuisante qui serre, presse, brûle sans pitié, je ne suis pas épargnée par ces maux pesants, l'esprit qui tourne sans cesse, sans repos, ne peut que souffrir, comme une machine surchauffée en manque de liquide de refroidissement. J'attrape la bouteille de lait et me sers un verre.

D'un geste désabusé de la main, je replace une mèche blonde de mes cheveux derrière mon oreille. J'ai vingt-six ans, un bel appartement, une villa en Italie, un compagnon formidable, suffisamment d'argent pour dormir sur mes deux oreilles et pourtant... les affaires familiales que je gérais me tordais le ventre. Nul doute n'était possible, j'étais un monstre. Pas besoin de loi, avec moi, dans mes bras, révolution, mafia. Je hais le monde. Je ne vis pour personne. Je ne vis pas pour les autres, je vis sans raison, peut-être pour ma raison de vivre. Nostalgique, je trempais mes lèvres dans le lait.

Je portais un jean noir et un chemisier de la même couleur, ainsi qu'une paire d'escarpins à talons. Je m'étais habillée ainsi la veille, sous une cape sombre, pour surveiller un peu les rues de Londres, aller acheter la dernière Gazette et prendre un café en ville. Quand j'étais rentrée, tard, je ne m'étais pas changée, simplement assise sur le balcon de mon duplex à attendre cette foutue missive qui ne venait pas. Chaque bruit me semblait être la caresse d'une aile de chouette, mais non, rien. Aussi, la lettre d'Elena Denger, ancienne élève de mon temps à Poudlard aujourd'hui sans doute âgée de la vingtaine, de la maison Serdaigle, avait été une brutale déception. Ce n'était pas ce courrier la que j'attendais. Le verre de lait était vide, je le posais sur le rebord de l'évier.

Toc Toc Toc, une main docile sur la porte de bois. Je cachais mon visage dans mes mains, et usant de mes facultés à user de a magie sans baguette, je chuchotais un #Aelusionem. Sans attendre j'allais vérifier le résultat dans le miroir le plus proche. Une réussite, comme toujours. Mes cernes avaient disparus et le naturel m'allais bien. Je ne cherchais pas à camoufler la cicatrice qui barrait ma mâchoire, elle était très discrète. Je refermais d'un coup ferme la porte de la cuisine. J'entendis le verre de lait vide qui se fracassait sur le sol.

- Mlle Boccini ? Bonjour, c'est Elena Denger.
- Si. , répondis-je négligemment en italien.

Je traversais le salon, le sourcil relevé; soupirante. Schiavo était déjà devant la porte, attendant mes instructions. Je lui fis signe de filer en vitesse d'un geste de la main. J'ouvrais moi même la porte sur miss Denger. Elle n'avait pas tant changé que ça. Elle avait encore un visage enfantin, typique des jeunes femmes qui rentraient tout juste dans l'âge adulte; a vingt-ans, on est encore qu'un enfant, mais on ne le sait pas et on refuse de le reconnaître. C'était la beauté de la jeunesse. J'avais envie d'un autre verre de lait.

- Rentre, Elena, rentre. Installe-toi.  

Je désignais le sofa couleur crème, près de la table basse. Les bougies étaient éteintes, d'un petit mouvement du poignet, j'allumais les mèches qui flamboyèrent. Ah, la magie...

Tu as fait bonne route ? je fronçais les sourcils Tu veux un verre de lait ?



Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Elena Denger, Dim 3 Jan 2016 - 8:29



Un mentor à plumes pour une futur animagus
Pv Valentina Boccini



[HRP] Le rp se passe juste avant l'attaque du MM à la boutique, après Noël mais, avant le nouvel an. Et avant le transplanage et excuse du rappel, je crois qu'en fait je l'écris surtout pour moi... Pour ne pas me mélanger avec ma quantité de rp en cours ! xD [/HRP]

[...] Mlle Boccini ? Bonjour, c'est Elena Denger.

L'aigle n'eut pas à attendre très longtemps derrière la porte. Quelques secondes entre le toctoc et la présentation. Quelques secondes entre la présentation et la réponse. Un léger " Si " à travers l'épaisseur du bois ce fit entendre. Elena n'était pas très forte en langue, mis à part pour l'anglais et le français mais, elle eut aucune difficulté pour comprendre la signification.

L'ex-professeur de DFCM vint ouvrir la porte, la classe intégrale. La bleue et bronze appréciait la " dame " pour son caractère et le fait qu'elle soit à l'écoute, comme pour aujourd'hui par exemple. Mais, elle était aussi légèrement, fortement, très fortement intimidé par Miss Boccini, par sa prestance, sa beauté qui par ailleurs, restait inchangé depuis la dernière fois où elle avait participé à un cours à Poudlard.

Reprenant courage, elle écouta l'animagus qui l'invitait à entrée dans l'appartement et à s'installer. Elle salua de nouveau par politesse ayant enfin la personne en face d'elle et fit quelques pas jusqu'à s'orrianter vers le sofa que désignait la Serpentard. Il était près d'une table basse, Elena s'avança observant les bougies éteintes, allumées. Non elle n'avait pas rêvé. Tournant la tête, elle regarda si l'hôtesse avait sa baguette en main. Non. * Ohhh de la magie sans baguette *. Ou comment ne pas dire ohhh que j'ai les boules je m'entraîne depuis trois ans déjà et le seul moment où j'arrive à éteindre une bougie c'est quand je m'y crame la main dessus. Oui oui, enfin, passons la débilité de la chose. Qui irait éteindre une bougie avec la paume de sa main juste pour obtenir satisfaction et faire genre " j'ai réussi nananère ". Et bien la réponse, une fausse blonde, comme la Denger. Se posant sur le sofa, la jeune femme retira sa cape qu'elle mit sur ses genoux. Elle remarqua alors que sa tenue était similaire à celle du professeur, mis à part les chaussures, l'aigle avait des bottines en cuirs marron, 10 centimètres, pas trop haut, pas trop petit. Détail inutile, elle n'était pas venue pour parler vêtement.

- Tu as fait bonne route ? Tu veux un verre de lait ?

Fronçage de sourcils * Hiii qu'est-ce que j'ai fait? * Mains en l'air manant ! ~ La route avait-elle été bonne ? Humm oui, oui pas trop mauvaise. Bon le train était toujours d'une chiantitude monstrueuse, pas assez rapide, trop de brouhaha dans ce si petit compartiment... Mais, la question avait été surement posée par politesse donc, inutile de raconter sa vie hein !

- Oui merci, c'était calme dans le train et je n'ai mis que quelques minutes pour trouver le bâtiment. J'ai quand même hâte de passer mon permis transplanage. Elle marqua une pause avant de reprendre la conversation sur le lait tout en souriant. Et bien, si vous comptez vous servir un verre, je ne serais pas contre merci.








Dernière édition par Elena Denger le Jeu 14 Jan 2016 - 10:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Ven 8 Jan 2016 - 14:51



-Un mentor à plumes pour une futur animagus-

____________________


Mi-corbeau, mi-humaine, j'alternais mes formes avec une aisance due à l'expérience. Sept ans que chaque jour où presque, je troquais mon apparence angélique pour adopter des plumes si noires qu'elles en paraissaient bleues et une densité osseuse si différente que voler était un jeu d'enfant. La sensation du vent dans mes ailes, des tumultes qui me portaient, des courants qui m'enlaçaient et déportaient, à gauche, à droite, me berçant lentement; j'étais alors heureuse. L'humanité était sale, presque odieuse, quand on connaissait le plaisir immense, la liberté incommensurable du vol d'un oiseau. Le seul point commun entre ma forme humaine et mon enveloppe animale, c'était le bleu transperçant de mes iris. Le signe distinctif de l'animgus que j'étais devenue.

Elena s'installa, docile, presque religieuse, avant de me confirmer avoir fait bon voyage. Bien. Je n'attendais pas spécialement de réponse en soit, parce que mes propos ne faisaient que survoler mes pensées. Les étaler toutes submergerait le silence. The Raven's Sanctuary était un temple en la matière, nul bruit ne perforait les murs, une fois la porte verrouillée, c'était comme si l'appartement était déporté dans une dimension parallèle, l'éloignant d'un même mouvement de l'épreuve du temps.

"Et bien, si vous comptez vous servir un verre, je ne serais pas contre merci."

Je souriais et lui fit signe que je ne serais pas longue. La cuisine était impeccable, les dégâts de mon verre brisé avaient déjà été réparés par mon elfe de maison, et deux nouveaux gobelets remplis de lait m'attendais sur un plateau. Je marmonnais un remerciement en italien. Passant une main dans mes cheveux blonds, replaçant convenablement quelques mèches folles, j'attrapais le plateau et retournais dans le salon, où je le posais sur la table basse. Je restais muette, d'un geste de la main, je fis léviter le verre de Denger jusqu'à devant elle, avant d'attirer le mien dans ma main. Le lait,c'état bon pour la croissance. Puis c'était bon tout court.

"Dis-moi... Qu'est ce que tu veux vraiment savoir de l'animagie ?

Ou plutôt, qu'en savait-elle déjà. Savait-elle que la folie et l'animagie n'étaient pas deux choses si éloignées ? Il fallait, au fond de soi-même, retenir un instinct animal, qui même sous une forme humaine, rugissait parfois. *Parfois, oui...* Le corbeau murmurait au fond de mon crâne. Mon cas était très différent bien sur. Mais l'on était à l'abris de rien.

"Tu connais déjà ta forme animale me semble-t-il... raconte moi son histoire."

Je croisais les jambes, taisant pour un instant ma folie pour redevenir un mentor. Le professorat était ma seconde nature.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Elena Denger, Ven 15 Jan 2016 - 3:59





Un mentor à plumes pour une futur animagus
Pv Valentina Boccini


[HRP] Pardon pour le temps de réponse. [/HRP]

[…] Et bien, si vous comptez vous servir un verre, je ne serais pas contre merci.

L'animagus lui adressa un sourire avant de partir vers sa cuisine tout en signalant qu'elle ne serait pas longue. L'aigle en profita pour observer la pièce chaleureuse. L'appartement ne paraissait pas très grand, mais il donnait l'air d'être confortable. Ou alors c'était peut-être grâce au sofa qu'elle pensait ça. Valentina ne mit pas beaucoup de temps comme indiqué plus tôt. Elle revint de la cuisine avec un plateau sur lequel était disposé deux verres de lait. La posant sur la table basse, l'animagus fit léviter un des verres que l'aigle attrapa tout en remerciant silencieusement par le biais d'un hochement de tête et d'un petit sourire. * Détend toi ma grosse* Miss Boccini attrapa le sien, la bleue et bronze regarda le liquide blanc avant de porter le verre à ses lèvres. Ça faisait du bien, surtout quand on n'a pas encore mangé.

- Dis-moi... Qu'est ce que tu veux vraiment savoir de l'animagie ? 

Fioufffffff.... Quelle vaste question ! À vrai dire elle souhaitait savoir... Tout ce qui était possible. Elle savait que ce qui était écrit dans les livres, mais il était clair que l'entendre de la bouche même d'une personne sachant changer d'apparence apporterait beaucoup plus d'information.

- Je ne sais pas trop par quoi commencer... Quoi que... J'ai lu des centaines de fois le livre écrit par Eurora Caldin, je connais, enfin j'ai plus ou moins compris la partie théorique. Mais.. Est-ce qu'un événement marquant peut... Bloquer ?.. Dur d'expliquer sans expliquer. Est-il possible de parler avec notre nous intérieur sans être métamorphosé ? Quelle changement est-ce que cela apporte-change physiquement et mentalement d'après vous ? Inspecteur Elena, enquête sur les animgus au rapport.

Elle n'osait pas parler de son problème de blocage, elle en avait encore jamais parlé d'ailleurs. Renier ses origines moldu suite à un décès, ce n'était pas très commun pour elle. Mais elle voulait renouer avec son elle intérieur, réussir à passer outre le petit souci «  psychologique ». Et s'il fallait en venir à en parler, elle ferait avec après tout, ce n'était pas non plus une tare.

- Tu connais déjà ta forme animale me semble-t-il... raconte moi son histoire.

- Oui, j'avais douze ans à «  l'époque ». Je faisais beaucoup de cauchemar, toujours le même. J'étais plus vieille et un enfant me faisait face. Je ne pouvais pas bouger et lui m'appelait à l'aide. Puis j'ai eu un cours de divination sur les rêves avec comme potion celle permettant d'avoir un rêve modulable... J'ai... J'ai pu bouger et parler avec l'enfant. Il était mon passé et moi le futur mais aujourd'hui... Elle posa le verre sur la table et passa ses mains dans ses cheveux le temps de réfléchir à comment expliquer. Je ne sais pas si c'est important, je me dis qu'il est possible que l'enfant soit aussi mon futur... Par la suite il y a eut un loup, puis le néant... L'enfant... M'a guidé vers un ciel étoilé et un arbre étrange, à la place des écorces il y avait des papillons. Comme des écailles, une protection. Puis, ils sont venus à moi, fusionnant pour former une paire d'aile et se fixer dans mon dos. Elle regarda Valentina en souriant. Je n'ai pas de chance, la potion a arrêtée de faire effet ici. Cependant, après cela les cauchemars ont pris fin et dans mes rêves je passais mes nuits allongées à regarder les papillons. Je médite aussi beaucoup depuis cette aventure, je volais dans les étoiles avec d'autres lépidoptères.

Elle fit une petite pause, sachant qu'elle attaquait une étape pas très simple dans son histoire. Reprenant le verre sur la table, la jeune femme bue une gorgée de lait avant de le reposer et de poser ses mains sur ses cuisses. Elle commençaient à trembler légèrement, ce n'était pas franchement le moment pour garder confiance en soit dans la suite.

- Il y a cinq ans, j'ai reçu un courrier m'annonçant un décès d'un membre proche. Et depuis plus rien. Même après des heures de méditation... Rien, pas même une lueur...

Un silence tellement horrible pour la Serdaigle, qu'elle avait mal tournée quelques temps au point de passer ses vacances à boire dans les bars, à faire la fête... Bon oui à profiter de la vie, mais malgré cela, les rêves n'étaient pas revenus. Belle image, étudiante à Poudlard et fêtarde pour les vacances.



Dernière édition par Elena Denger le Sam 30 Jan 2016 - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Ven 22 Jan 2016 - 13:38


____________________


Parler de l'animagie, pour moi, c'était aussi accepter une part de mon passé. Les années s'étaient écoulées sans que je ne les vois passer. C'était d'ailleurs toujours comme ça. Le temps passe, l'écart se creuse et je suis là, la bouche entre-ouverte, à réaliser trop tard que le "bon vieux temps" se fait de plus en plus distant. J'ai passé ma formation d'animagus à mes vingt-ans, cependant j'avais commencé à m'intéresser à cette forme de métmorphose unique à seize ans. Pourtant, en ce temps là, je détestais cette matière, car seul l'astronomie et la divination trouvaient grâce à mes yeux, bien que j'excellais déjà en Défense Contre les Forces du Mal et en Soins Aux Créatures Magiques. J'avais cet obsession de l'animal et pour être franche, je savais déjà que je réussirais à devenir animagus. J'allais essayer de guider Elena pour qu'elle aussi découvre cette jouissive sensation.

- Je ne sais pas trop par quoi commencer... Quoi que... J'ai lu des centaines de fois le livre écrit par Eurora Caldin, je connais, enfin j'ai plus ou moins compris la partie théorique. Mais.. Est-ce qu'un événement marquant peut... Bloquer ?..

Je fronçais le nez et poussais un soupir.

-Je ne dénigre pas le talent d'auteur d'Eurora Caldin, mais je ne vis pas l'animagie comme elle. Elle différencie ses deux formes animales. A mes yeux, l'animagie, c'est comme un miroir à deux faces. Différentes, certes, mais toujours lovées l'une contre l'autre. C'est avoir un alter-égo, ne plus être seule.

Et dans mon cas, partager tout mon être, tous mes souvenirs et mes émotions, avec un être plumeux et orgueilleux qui m'avais sauvé la vie à de nombreuses reprises désormais. Le Corbeau avait beau être détestable, je ne verrais plus ma vie sans lui. *C'est une déclaration d'amour ?* Non. Tais-toi.

-Oui. Un événement peut te bloquer. Une forme animale, c'est encore une fois comme un miroir. Si tu doutes de toi, de ce que tu es, tu ne pourras plus accéder à cette apparence. Il faut savoir qui l'on est et apprendre à s'aimer pour devenie animagus. Il faut s'accepter vraiment. Ce n'est pas évident...

Et c'est pour cela qu'il m'avait fallu 4 années. J'étais sur le point de réussir mes transformations, j'avais déjà apprivoisé l'animal en moi quand j'avais tué mon frère. Cet accident m'avait détruite et rien n'était plus clair pour moi. Je doutais de moi, des fondements de mon être, de la voie que je devais prendre. Mon voyage autour du monde m'avait finalement confortée et rassurée, j'avais appris à vivre comme j'étais. C'est au Canada, dans les hautes neiges, que j'avais rencontré un clan d'animagus, tous étaient des oiseaux. Il m'ont apprit cet art : j'étais devenu un corbeau, splendide plumage noir et oeil bleu brillant. Les sorciers m'avait ouvert les yeux. Je leur devait mon salut.

-Est-il possible de parler avec notre nous intérieur sans être métamorphosé ? Quelle changement est-ce que cela apporte-change physiquement et mentalement d'après vous ?

-Ton toi animal deviendra la moitié de toi-même. Si au début tu ne sentiras pas le changement, tu te rendras vite compte que si tu es animagus, c'est parce que ton âme est autant animale qu'humaine. Ces deux parties de toi-même communiquent sans cesse, elles s'apprivoisent. Un jour viendra, et tu peux me croire, où la différence entre les deux sera infime. J'ai aujourd'hui la capacité de reconnaître un loup-garou à l'odeur, sous sa forme humaine. J'ai côtoyé de nombreux lycanthropes dans ma vie, mon compagnon en est un d'ailleurs. Le Corbeau que je suis a identifié cette odeur. Si le loup ne se camoufle pas, je le renifle.   N'est-ce-pas, Morgan ? Physiquement, tes deux formes seront bien distinctes. Je sais que j'ai cependant développé un certain goût pour les vêtements noirs... Mentalement... tout dépends de la part de toi que tu veux céder à ta bestialité. C'est un combat, un apprentissage. Je t'aiderais si tu veux.

Dans les premiers temps, lors de mes premières transformations, j'avais beaucoup de mal à redevenir humaine, j'avais tendance à trop reléguer cette part de moi au fond de mon être et la rappeler se révélait complexe. Désormais, le partage de mon esprit se faisant à part égale, je contrôlais chacune de mes métamorphoses, et le passage d'une forme à une autre, dans n'importe quel sens, était très naturel.

Comme je le lui avait demandé, Elena commença ensuite à me raconter l'histoire de sa première rencontre avec son alter-égo. Cette entrevue était tellement décisive pour le sorcier... Elle était d'ailleurs très poétique, son histoire. Elle était pleine de sens cachés. Je ne connaissais pas assez Denger et son histoire pour les distinguer, mais j'étais persuadée que des bouts de son histoire personnelle avaient été reflétés par cette rencontre. Elle m'expliqua ensuite être bloquée à ce point par un événement de sa vie ; la mort de l'un de ses proches. Je connaissais donc particulièrement bien la sensation, ses émotions. J'avais également vécu cela.

-Dis-moi... t'es tu déjà demandé ce que ton alter-égo animal avait éprouvé à cette nouvelle ? Tu dois apprendre à ne plus réfléchir pour un mais pour deux... je lui adressais un sourire encouragent. Tu devrais lui poser la question...

Je me levais et lui demandais de me suivre. Sans attendre de voir si elle me suivait ou non, je grimpais les escaliers qui menaient à l'étage du duplex. Il y avait sur cette partie de l'appartement trois pièces, une salle de bain, ma chambre et... je poussais la porte. L'espace était assez obscur et une odeur certaine d'huiles essentielles régnait. J'avançais et m'installais en tailleur.

Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Elena Denger, Dim 31 Jan 2016 - 3:04





Un mentor à plumes pour une futur animagus
Pv Valentina Boccini


[HRP] Pardon pour le retard... Je devrais savoir être bien plus rapide maintenant. Enfin je vais éviter de faire des promesses sans savoir si je serais capable de les tenir. Bigre. 1 000 messages. \o/ [/HRP]

L'ancienne professeure de défense contre les forces du mal écouta la jeune femme parler, tiquant quand elle parla du livre qu'elle avait lu et relu de nombreuses fois. Ça n'étonna pas spécialement l'aigle, c'était un livre et une personne, vivant elle-même l'expérience devait avoir un avis différant. La bleue et bronze partait du principe que la théorie était mille fois moins instructive que la pratique. Elle aimait pourtant la lecture, mais c'est en pratiquant qu'elle avait appris correctement à lancer certains sortilèges, pareil pour les potions. Elle avait déjà fait des erreurs en suivant pourtant l'énoncé de base. Donc oui elle se doutait, que la femme avait un avis divergent.

- Je ne dénigre pas le talent d'auteur d'Eurora Caldin, mais je ne vis pas l'animagie comme elle. Elle différencie ses deux formes animales. A mes yeux, l'animagie, c'est comme un miroir à deux faces. Différentes, certes, mais toujours lovées l'une contre l'autre. C'est avoir un alter-égo, ne plus être seule. Oui. Un événement peut te bloquer. Une forme animale, c'est encore une fois comme un miroir. Si tu doutes de toi, de ce que tu es, tu ne pourras plus accéder à cette apparence. Il faut savoir qui l'on est et apprendre à s'aimer pour devenir animagus. Il faut s'accepter vraiment. Ce n'est pas évident... 

Elena écouta attentivement l'animagus, espérant ne pas oublier un quelconque détail. Elle appréciait la comparaison qu'avait fait l'ex professeure sur les miroirs. C'était beau et poétique. La blondinette se remémora alors les premiers échanges, qu'elle avait eu avec son totem. Le papillons était beau, fluide, léger... Il venait prolonger ses bras de magnifiques ailes... Puis cette lettre était arrivée, repliant ses ailes sur son buste... Formant ainsi sa chrysalide, sa carapace... Sa protection. Oui c'était comme s'il avait vu la tristesse, cherchant à la protéger. C'était bizarre. Enfin pour elle surtout, car elle pensait ne rien connaître alors qu'il lui avait dit qu'elle connaissait tout. Oui elle s'était protégée elle-même, ou alors c'était lui qui cherchait à ce qu'elle ne souffre plus ? Elle n'en savait rien, mais depuis la tristesse n'était plus aussi forte, elle arrivait à vivre tout en ressentant un vide en elle, cachant ses timides ailes de peurs de les voir se briser.

- Ton toi animal deviendra la moitié de toi-même. Si au début tu ne sentiras pas le changement, tu te rendras vite compte que si tu es animagus, c'est parce que ton âme est autant animale qu'humaine. Ces deux parties de toi-même communiquent sans cesse, elles s'apprivoisent. Un jour viendra, et tu peux me croire, où la différence entre les deux sera infime. J'ai aujourd'hui la capacité de reconnaître un loup-garou à l'odeur, sous sa forme humaine. J'ai côtoyé de nombreux lycanthropes dans ma vie, mon compagnon en est un d'ailleurs. Le Corbeau que je suis a identifié cette odeur. Si le loup ne se camoufle pas, je le renifle. Physiquement, tes deux formes seront bien distinctes. Je sais que j'ai cependant développé un certain goût pour les vêtements noirs... Mentalement... tout dépends de la part de toi que tu veux céder à ta bestialité. C'est un combat, un apprentissage. Je t'aiderais si tu veux. 

Le changement ? Elle l'avait ressentie lors de son arrivée à Poudlard, ce jour-là, elle avait su qu'elle style de vie elle souhaitait. C'était à partir de la d'ailleurs que les cauchemars c'étaient déclenchés. Elle avait commencé à changer petit à petit, essayant d'apporter la lumière aux personnes dans le besoin... Elle avait même changée de style, délaissant le style armé pour un côté plus féminin, plus pétillant. Mais était-ce son autre partie qui cherchait à la dévoiler plus qu'elle ne se l'autorisait ? Qui sait, peut-être qu'elle pourrait un jour le lui demander. Mais avant cela, il fallait qu'elle renoue avec sa propre âme, qu'elle brise sa chrysalide pour se déployer et gagner en légèreté.

- Dis-moi... t'es tu déjà demandé ce que ton alter-égo animal avait éprouvé à cette nouvelle ?

- Non... Jamais. N'étant plus dans la possibilité de voir mon alter-égo, je me suis renfermé, en silence.

- Tu dois apprendre à ne plus réfléchir pour un mais pour deux... Elle adressa un sourire. Tu devrais lui poser la question...

La Serpentard ce leva, l'aigle l'observa avant de faire de même suite à la demande du professeure. Elena marcha derrière elle, montant les escaliers pour arriver à l'étage. Elle n'osa pas observer autour d'elle, ce n'était pas poli et pas utile. Valentina poussa une porte et s'y engouffra, la bleue et bronze s'avança avant de s'installer dans la même position que la verte et argent, en tailleur. Elle inspira lentement, fermant ses yeux, laissant les odeurs l’envelopper. Les paumes de mains posées sur ses cuisses, elle inspira et expira avant de laisser ses songes prendre le dessus à la recherche des ailes délicates. La peur lui nouait l'estomac, la peur de l’échec et du rejet.

* Qu'ai-je fait... *

Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Mer 2 Mar 2016 - 11:58



-Mentor a plumes-
Désolée du retard Smile

____________________


Le corbeau semblait apprécier la conversation, au fond de mon crâne, il s'étirait. C'était un animal particulier au caractère malsain. Il m'avait conduite à la folie et parfois même, je regrettais ma décision de devenir animagus. Et cette toute jeune femme voulait faire de même ? N'était-il pas dangereux de la conduire sur le chemin de la réussite ? Ne devrais-je pas plutôt la résonner ? Non. Puisque de toute évidence la voix dans ma tête n'était pas le poids de tous les animagus. Mon grand-père, lui, pouvait se métamorphoser en mygale. Il n'avait jamais parlé d'une autre présence, si forte, si... *Mais peut-on vraiment en parler ? Regarde toi, seul Azphel sait...* Et encpre, il ne sait pas tout ! Tu as raison.

Je jetais un coup d'oeil sur l'ancienne Serdaigle, qui, en tailleurs, tentait de communiquer avec son alter-égo. Visiblement en vain. Alors il ne restait qu'une solution, une solution peu plaisante la plupart du temps. Je me levais aussi silencieusement que possible, assez en tout cas pour qu'elle ne rouvre pas les yeux. J'allais jusqu'à la petite commode qui était cachée dans un angle et récupérais un gobelet opaque et une bouteille de liquide ambré... Le whisky sauvera le monde !

-Bois ça. dis-je, revenue vers elle. Tu seras peut-être surprise mais ça ouvre les portes de ton esprit. La communication sera plus facile, après.

Eh oui, se bourrer la g!ule pouvait de toute évidence aider à apprendre cet art subtile, branche mal-connue de la métamorphose. Je n'étais peut-être pas la meilleure professeur qui soit mais au moins, j'avais le don d'innover. Personnellement, c'était l'alcool qui avait réveillé le corbeau en moi, et j'étais presque sure que ce verre bien chargé de whisky pur feu permettrait à la jeune gérante de se détendre suffisamment pour avoir une conversation avec l'animal en elle. De ce que j'avais compris, il s'agissait d'un papillon.

Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Elena Denger, Mar 29 Mar 2016 - 11:58





Un mentor à plumes pour une futur animagus
Pv Valentina Boccini


« Respire, inspire... Prends ton temps... Ne panique pas... Inspire, expire... Garde ton calme... La clef c'est de garder son calme... » L'aigle était bien trop stressé à l'idée de ne pas réussir... Tellement que le calme intérieur n'était qu'une idée, un souffle, une envie qui malheureusement n'était pas envisageable pour le moment... Elle garda les yeux fermés, bougonnant contre elle-même... Ou était-il, ou était-elle... Fille ou garçon ?... Son rêve de divination lui revint en tête... C'était un enfant, oui c'était elle. Elle plus jeune, plus frêle... C'était comme si depuis toujours il était là... Mais sans qu'elle ne puisse réellement lui parler. C'était étrange, vraiment... Elle arrivait encore à visualiser l'arbre, les écailles faites d'ailes de papillons, faites de papillons... Elle se souvenait aussi de la danse qu'elle avait eue avec eux... Et des ailes qu'ils avaient formées ensemble pour se poser sur son dos avant qu'elle ne se réveille....

Son dos lui tira, comme si les ailes cherchaient à sortir... Mais ce n'était pas ça, l'aigle le savait. Ce n'était que son tatouage qui lui piquait encore la peau. Les yeux toujours clos, elle passa sa main délicatement sur le bas de sa colonne vertébrale, espérant calmer la douleur sans grand succès. « Bois ça. » La jeune fille leva la tête tout en ouvrant ses paupières, n'ayant pas entendu la Serpentard se lever, elle fut très étonner de la voir lui tendre un verre. « Tu seras peut-être surprise, mais ça ouvre les portes de ton esprit. La communication sera plus facile, après. »

La blonde, un sourire discret sur les lèvres, attrapa le verre. « Merci... » Elle n'eut pas à demander ce qu'il pouvait bien y avoir à l’intérieur, elle se doutait que ça n'était pas de l'eau ou du sirop mais très certainement quelque chose de bien plus fort. Elle aimait bien ça et savait qu'en quelque sorte l'anima Gus avait raison. Boire aidait à détendre. Sans rien dire de plus, la bleue est bronze leva le verre à ses lèvres, laissant le liquide couler, réchauffant sa gorge. Elle déposa le verre à ses pieds, les jambes toujours en tailleur. « Je pense que c'était ce qui me manquait... » L'apprentie déposa ses mains sur ses genoux et referma ses paupières.

Elle inspira et expira lentement, laissant ses pensées divaguer. Un voile froid lui caressa le dos, avant de s'étaler jusqu'à ses bras et ses mains... D'instinct, elle replia ses doigts, comme pour capturer l'essence même de cette fraîcheur sans pour autant y parvenir. « Enfant, enfant... » Elle testa à l'appeler... Son cocon... « Calme... » Sa chrysalide resta de marbre. L'alcool commençait à lui faire tourner la tête petit à petit. Les yeux toujours clos, des marbrures de turquoises et améthystes dansèrent autour d'elle, dessinant des formes d'écailles... Pareilles à celles qui dessinaient l'écorce de l'arbre, pareilles à celles qui formaient les papillons... C'était silencieux, mais il, elle... Était là. Non Il. L'arbre était de retour, elle ne pouvait pas le voir mais, elle le sentait. Et cette présence, cette moitié de soi-même qui revenait petit à petit combler un vide. Mais silencieusement, comme si parler apportait bien trop de peine. « Une éponge. » oui c'était l'idée qu'elle en avait. La perte de son père ne l'avait pas plus touché que ça, mais pourtant ça l'avait touché lui, comme s'il avait pris pour lui le mal qui aurait dû la toucher elle. « Tu devrais partager notre peine. Qu'as-tu ?... Pourquoi ce silence ?... » Rien. Pas même un murmure. Mais pourtant, un goût amer vint parfumer sa bouche. Une larme coula sur sa joue gauche. « Tu as tourné le dos à toi-même. »... Là. Il était enfin présent mentalement. Quelle étrange dureté pour un si frêle insecte... « Faut bien survivre. » Très bien, dans ta gueule Denger. « Ne pouvons-nous pas, nous protéger... Ensemble... » « Nous pourrions. Oui. » La Serdaigle inspira, pour expirer dans un murmure. « Mon père est mort, il y a cinq ans. » « Non. Notre. Et tu n'en as parlée à personne. Personne. » Il était là le souci. Oui c'était bien clair... « C'est maintenant trop tard, mais nous pourrions de nouveau valser ensemble... » « Trop tard, oui... Valser... Possible... Belle marque sur ton dos, tu as bonne mémoire. » Compliment que la jeune femme accepta avec un large sourire intérieur. Il n'était plus là, mais pourtant il savait pour le tatouage dans le dos de la demoiselle. Alors qu'elle pensait continuer la conversation, elle sentit un détachement, un nouveau vide.

Elle leva la tête avant d'ouvrir ses yeux. La pièce n'était pas aussi nette qu'elle l'aurait souhaitée. « Je... C'est bizarre. » Elle passa ses mains dans ses cheveux, se remémorant les dernières paroles entendues. « Il était là. Mais, je pense... Ça peut faire la tête .... Raaa... Non oubliez... Pensez-vous qu'il me faudrait méditer de nouveau ? »...


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Anthony Adams, Mar 28 Juin 2016 - 23:35


Anthony était parti d'Ollivander's assez tôt aujourd'hui. Il avait une livraison à faire. Première fois qu'on lui demandait ça. D'habitude, il envoyait la baguette, ou le client revenait plus tard. Mais là, cette cliente là, elle avait voulu être livré. Et par lui, sous prétexte qu'elle ne connaissait pas les autres. Considérait-elle qu'elle connaissait Anthony après avoir échangé 2-3 phrases, telle était la question. Il n'était certes, pas obligé de l'écouter. Il aurait très bien pu envoyer son hibou livrer le colis, en trouvant une excuse bidon justifiant sa non venue. Mais il n'avait pas eu le courage de le faire. Pour une raison inconnue, il avait accepté les conditions de la cliente. Peut-être sa beauté. Sans doute son mystère. Certainement l'inconscience.

Elle habitait à Londres, pas très loin de Warwick Avenue. L'immeuble était dans un quartier très chic, près de tous les commerces et autres boutiques de luxe qui pouvaient peupler la ville. Arrivé au pied de l'immeuble, il n'avait pas envie de sonner à l'interphone. Il visualisa donc l'entrée, avant d'aller se planquer un peu plus loin pour transplaner directement dans l'entrée de l'immeuble. Le risque étant de transplaner juste quand un moldu passait. Mais rien de cela arriva et il put donc inspecter les boites aux lettres pour connaître le numéro de l'appartement de... Comment elle s'appelait déjà ? Il fut obligé de regarder sur le paquet qu'il tenait pour retrouver son nom. Valentina Boccini. Sans doute d'origine latine, ou quelque chose dans le genre. C'était chantant, ça changeait des noms anglo-saxon. Finalement, il devait monter au dernière étage de cet immeuble. Il avait le choix entre prendre l’ascenseur et prendre l'escalier. Il avait estimé qu'il y avait près d'une dizaine d'étage, c'est donc logiquement, qu'en bon flemmard il choisit l'option ascenseur. Non, en réalité, c'était surtout qu'il avait encore quelques douleurs du dernier entrainement de Quidditch, et que monter des escaliers pouvaient se révéler très laborieux avec tout ça. Mais, avouons-le, il avait toujours une bonne excuse pour prendre l'ascenseur.

Quand la porte s'ouvrit, la petite musique d'ascenseur l'accueillit. On était bien dans les beaux quartiers, aucun doute possible. Il appuya donc sur le dernier numéro possible et attendit. Il était pas fan des ascenseurs. Ce n'était qu'une boite suspendu à quelques fils qui vous tirait vers le haut, ou vous laissait tomber doucement. Les balais c'était clairement plus sécurisés, sans aucun doute. Arrivé à l'étage, il sortit tranquillement de l'ascenseur et sortit le bout de papier sur lequel il avait noté le nom de l'appartement. "The Raven's Sanctuary". Étrange, mais bon. Tant que l'appart était pas peuplé de corbeau après tout. Puis, il eut un flash. Ce nom d'appartement n'était pas anodin. Tout autant que cette baguette qu'il avait caché dans un colis faisant le plus moldu possible. Le corbeau était de mauvaise augure pour certain, de chance pour d'autres. Un animal tout en contradiction, tout comme cette baguette d'If. Il s'attendait donc à une personne tout en contradiction, présentant peut-être même une double personnalité, ou au moins plusieurs facettes en opposition.

Le jeune gérant d'Ollivander's ne savait finalement pas trop à quoi s'attendre derrière cette porte. On disait qu'il suffisait de regarder la baguette d'une personne pour connaitre le propriétaire, et ça c'était révélé vrai. On découvrait parfois des choses que les gens n'avaient pas forcément envie qu'on découvre grâce à cela. Il en avait fait l'expérience avec Ailyne il y a des années de cela. C'est d'ailleurs à partir de ce jour qu'il avait décidé de ne plus faire d'analyse de baguette à voix haute, c'était risqué. Mais cette baguette prouvait le contraire. Cette baguette permettait juste de savoir que le propriétaire était personne et tout le monde à la fois. Qu'on pouvait avoir à faire à une personne très calme, autant qu'à une personne hystérique. Il s'avança donc vers une grande porte en chêne. Il était bien arrivé. Sur la porte, deux inscriptions : "Valentina Boccini" et "The Raven Sanctuary". Il frappa alors à la porte. Trois coups, secs et rapides, espacés d'un intervalle exactement identique. Qui allait-il voir apparaître derrière cette porte ? La fille mélancolique qu'il avait vu à la boutique ou une femme pétillante ? Mouais, c'était peu probable ça. M'enfin, peut-être verrait-il un petit sourire à la vision de sa nouvelle baguette ?

Allez, ouvre qu'on en finisse.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Valentina Boccini, Mer 29 Juin 2016 - 21:17


____________________


Les cris perçaient ma tête. Je stagnait sur le balcon, l’œil plongé dans les lumières scandaleuses de Londres. Il y avait ce soir un climat étrange. Un rien me serrait l'estomac à coup de cadenas mordant. Je voyais trouble, la douleur m'écrasait le crâne. Les maux de tête se faisaient de plus en plus intenses à mesure que les jours passaient. Un rien. Il me suffirait d'un rien. Je tire sur la cigarette magique que je tiens entre les doigts, ce presque-mégot, et la fumée dense s'étale comme une crinière autour de mon visage anguleux. Les vapeurs finiront par me monter à la tête, je le devine bien. La bouche sèche, l'esprit troublé. Je mords ma lèvre, fort. Le sang fait trembler mes muscles, sont goût ferreux m'assomme. Je laisse des larmes ardentes dévorer mes joues. Je sens la colère monter en moi, cette rage permanente de ma faiblesse, de toi, corbeau. Une haine immonde. Que dieu te préserve, dirait ma mère.

Tu vois cette brume noire, la circulation moldue, les rires des jeunes dans les bars, les soupirs des hommes d'affaires à mallettes, dans ce beau quartier de la ville ? Je renifle, tire une dernière fois, écrase le bout de carton dans un cendrier déjà plein, me détourne, fait face à mon appartement. Les murs blancs éclatent mes pupilles dilatées. Les canapés sont tentation, et Speranza, tourbillon sinople, s'est enroulé dans l'angle du plus gros fauteuil. Je ferme les yeux, tente de calmer les battements fous de mon coeur brûlé. Et on tape à la porte.

Toc.
Enflure.
Toc.
Je te hais.
Toc.
Dégage.

Je traverse le salon et m'approche de la porte, colle mon front contre le panneau de bois, reste immobile quelques instants, prenant le temps de savourer le silence avant de laisser quelqu'un bousculer mon univers, troubler mon calme, pour quelque raison que ce soit. Je me recule, jette un oeil au miroir. Corps de porcelaine, fringues noires d'encre. L'ange pernicieux. J'ouvre la porte. Une silhouette, l'arrête d'un nez, le carré d'une épaule. C'est lui l'ange. Comme la première fois. Je râle. J'attrape la bouteille de whisky sur l'étagère, prends un verre, le remplis autant que possible, en siffle la moitié en trois grandes gorgées.

« Entre. Veux ? » je demande en désignant la bouteille de whisky. Puis mon séant trouve de lui même le fauteuil, et alors, le python s'anime, se glisse sur mes genoux, assigne au nouveau venu une oeillade mauvaise, puis se rendort sans faire de vagues. « Merci d'être venu, pour la baguette. M'appelle Tina. »
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Anthony Adams, Jeu 30 Juin 2016 - 23:01


Un sourire vous avez dit ? Hm... Ce ne fut pas exactement le cas. Anthony fut accueillit par un espèce de râle, puis elle prit une bouteille d'alcool ainsi qu'un verre qu'elle remplit et vida (presque) aussitôt. Charmant. C'est seulement après qu'elle parla. Enfin parler, c'était un bien grand mot. Il ne comprit d'ailleurs pas tout de suite. Vous savez quand on dit qu'une phrase c'était un sujet, un verbe et un complément ? Bah oubliez ça avec elle. Il manquait souvent le verbe. Parfois un sujet. C'était un miracle d'avoir une phrase en entier. Il refusa d'un geste poli et entra dans l'appartement comme elle l'avait proposé.

Le petit corridor donnait directement sur le salon et sur une immense baie vitré. De là, on pouvait voir Londres vivre, s'agiter, oublier de prendre son temps. Étonnamment, ce salon donnait l'impression d'un petit cocon douillet, en total désaccord avec la femme qui l'avait reçu.

- Merci d'être venu, pour la baguette. M'appelle Tina.

Elle le sortit de sa contemplation. Elle lui avait dit merci ! Le jeune gérant d'Ollivander's sourit avant de répondre à "Tina".

- A vrai dire, c'est la première fois que je le fais, il tendit la boîte à la femme. J'avais noté votre prénom quand vous êtes venu à la boutique, puis il rajouta. Je m'appelle Anthony Adams.

Peut-être le savait-elle déjà. Il était toujours surpris par des gens connaissant son nom, soit à cause du Quidditch, soit à cause de la boutique. Il avait même parfois du mal à assumer qu'on scande son nom sur le terrain. Mais c'était une autre histoire. Il préféra ne pas s'asseoir, il ne voulait pas rester trop longtemps ici. Il ne savait pas pourquoi il avait accepté l'invitation et il comprenait encore moins pourquoi il avait accepté de rentrer. Il était juste sensé lui filer la baguette et basta. Qu'est-ce qui lui prenait b*rdel ? Pourtant la réponse était simple. La baguette l'intriguait, autant que le personnage qu'il avait devant lui.

Il ne comprenait pas non plus pourquoi elle avait tant voulu que ça soit lui qui fasse la "livraison" en main porte. Il ne comprenait pas pourquoi elle l'avait accueillit en râlant, alors même que c'est elle qui l'avait invité. Il ne comprenait pas cette femme. Bon ok, déjà, de base, c'était pas facile, mais alors elle, ça dépassait l'entendement. En l'espace de trente seconde, il avait vu une femme qu'il avait semble-t-il gêné, puis une femme alcoolique, puis une femme reconnaissante. Et tout ça sans un seul sourire. Elle était toujours entourée de cette mélancolie qui semblait la peupler. Elle avait l'air de ne rien connaître d'autre que cette mélancolie. C'était le point commun de toutes ses personnalités.

- Donc, comme je vous l'ai dit à la boutique, c 'est une baguette très contradictoire mais très puissante si elle est bien utilisée, il essayait de combler le silence qui voulait insidieusement s'installer. Je vous conseille de ne pas envoyer des sorts trop puissants au début, histoire de vous habituer à...

Il était gêné face à Tina, pas moyen de finir sa phrase. Il ne savait pas s'il la faisait ch*er, ni si elle était réellement heureuse d'avoir cette nouvelle baguette et encore moins si elle l'avait invité en espérant avoir de la compagnie ou juste parce qu'elle avait lancé une phrase sans réfléchir. Il se tut donc, au risque de laisser le silence s'installer. Antho attendit donc qu'elle parle, il sera peut-être enfin fixé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] The Raven's Sanctuary

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 [Habitation] The Raven's Sanctuary

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.