AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 9 sur 11
Un coin tranquille
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
Invité
Invité

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Invité, le  Sam 28 Oct - 12:04

FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Aysha ).
Quelle douce ironie...
d'une vie, lancé sur un pari...d'une voix qui nous maudit...
Je me souvenais pourquoi j'avais perdu mon pari, l'année dernière, pour le bal. Je devais inviter une fille et au final, j'avais complètement renoncé à l'idée d'être accompagné. Ainsi, on m'avait mis au défi de m'y rendre en tant que fille, chose dite-chose faite. Ayant emprunté une robe à certaines filles, ainsi que des talons aiguilles, j'avais crêpé mes cheveux, mis des faux cils, un rouge à lèvres noir en contraste avec mon regard vert émeraude, qui était assorti à ma robe.

Le plus comique, dans l'histoire, c'était que je m'étais lié d'une amitié quasi instantanée avec une Serdaigle, une certaine Aysha aussi. Ainsi, ce n'était pas étonnant qu'en ce début du mois de septembre, qui annonçait ma dernière année, qu'elle m'avait reconnue, une fois de plus, dans cette tenue "ridicule". Mes camarades de chambre m'avaient encore lancé le pari de faire perdre la tête aux élèves de première année, juste pour les taquiner un peu.

Chose promise, chose dû, j'avais remis le couvert en ayant repris les talons aiguilles de l'année dernière, ayant enfilé un jean slim, une longue chemise noire qui pendait sur le devant jusqu'à cacher ma taille "masculine". Puis, pour compléter le tout, j'avais une veste en jean's de couleur un peu verte, un peu rock en vue le nombre de pièces métalliques et de tête de mort dessiné et accroché à cette dernière. Sans oublier mon éternelle coiffure décoiffante et ce rouge à lèvres si sombre tandis que mes paupières avaient été maquillés pour l'occasion.

Alors, d'un sourire qui suivait son signe de main, je m'étais mis à rougir un peu pour l'épater et assurer ma crédibilité en agissant vraiment comme une fille. Tout en me rendant dans sa direction, je l'entendais me dire que ça faisait longtemps que l'on ne s'était pas vu. J'aurais pu très bien lui répondre, surtout depuis cette nuit à Moscou, mais pourquoi pas continuer de prétendre... De faire semblant après tout ?

Finalement, tout en me mettant assis de façon assez galante en tant que "demoiselle", je souriais davantage tout en attrapant un sachet de bonbons dans mon sac tout en répondant d'un signe de tête à la jeune demoiselle. Ensuite, j'ouvrais mon sachet pour mettre un bonbon en bouche, soupirant de bonheur parce que c'était mes préférés, menthe acidulée... Et par politesse, je lui tendais mon sachet en retour.

- « Aysha.... En effet... Tu veux peut - être en goûter un ? »

Sur ces douces paroles, j'avais fini par regarder autour de moi, tout en tirant un peu sur ma chemise, fixant ensuite mes talons par amusement tout en posant mon sac devant mon bassin, cachant ainsi les moindres défauts qui trahirait mon "personnage".


Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Aysha Brayd, le  Sam 28 Oct - 12:33

Sam avait le sourire aux lèvres et une légère rougeur était montée sur ses pommettes, rehaussant un court instant son teint clair. Elle portait une veste pleine de pièces métalliques, d'un vert qui allait de pair avec ses yeux. Ce look un peu masculin lui allait finalement mieux que la robe dans laquelle Aysha l'avait vu l'année précédente, d'autant qu'elle ne s'était pas départie de ses talons qui lui assuraient une certaine féminité. La verte s'assit près de Aysha, sous l'arbre, et posa son sac sur ses cuisses. De profil, la jeune femme avait un visage atypique, avec de longs cils et une bouche fine recouverte d'un rouge à lèvres foncé. Elle avait un style bien plus assuré, tant dans la coiffure, le maquillage ou les vêtements, que la bleue qui s'habillait plutôt simplement. Elle portait ainsi une jupe et des baskets, avec un pull léger. Comme souvent. Et si elle avait toujours eu envie d'affirmer un style plus personnel et original, elle ne s'était jamais réellement résolue à franchir le pas. Un jour, peut-être.

Sam avait sorti un sachet de bonbons de son sac et en dégustait un avec un sourire d'extase. Tournant son paquet vers la bleue, elle lâcha ses premiers mots :

- « Aysha.... En effet... Tu veux peut - être en goûter un ? »

La jeune femme hocha la tête avec un sourire et attrapa un bonbon dans le sachet. Au bout de quelques secondes à peine, elle fit la grimace. Menthe. Elle aurait dû s'en douter : Sam était le genre de fille à aimer les bonbons à la menthe. Piquants, comme elle. Ce qui n'était pas le cas de la bleue qui se força à l'avaler avec un rire contrit. Elle laissa courir son regard sur la silhouette de la verte avant de déclarer :

- - « C'est étonnant, je ne te croise jamais à Poudlard. C'est vrai, ça fait 6 ans qu'on est là toutes les deux et ce n'est que la deuxième fois que je te vois. »

Ce qui était un manque de chance considérable aux yeux de Aysha, qui aurait volontiers croisé la jeune femme plus souvent. Elle pouvait compter le nombre d'heures passées ensemble sur une seule main, à son grand désarroi. Il était assez rare de croiser ce genre de filles dans Poudlard. Elles étaient toutes plus classiques les unes que les autres. Il fallait avouer que les Serpentard avaient toujours eu plus de charme que le reste des élèves, sous réserve bien sûr qu'ils ne soient pas de vrais abrutis ou de varies pestes comme ils l'étaient parfois, plus souvent que les autres là aussi. Cela n'avait pas l'air d'être le cas de Sam, qui combinait donc deux qualités essentielles : le charme des verts et le fait de n'avoir pas leur gros défaut récurrent. En tout cas à première vue.
Invité
Anonymous
Invité

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Invité, le  Mer 1 Nov - 2:41

FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Aysha ).
Quelle douce ironie...
d'une vie, lancé sur un pari...d'une voix qui nous maudit...
Il suffisait simplement de prétendre, faire semblant d'être une personne pour que l'autre nous adore et raffole de notre non-existence. Je me souvenais que j'adorais me perdre dans son regard, rougir à ses petites attentions particulières.

J'aimais, aussi, la voir faire ses petites grimaces quand elle s'était mise à goûter mes bonbons russes qui n'étaient pas à son goût à en juger par sa tête. Le sourire toujours figé sur mes lèvres et le coeur léger, je penchais un peu ma tête vers le ciel, massant ma nuque avant de me mordre un peu la lèvre inférieure.

Ensuite, je retirais ma veste cloutée pour l'occasion, profitant de la chaleur du soleil tout en déposant cette dernière sur mes jambes. Dévoilant mon tatouage sur l'un de mes bras après avoir remonter mes manches puisque ce dernier qui remontait jusqu'à ma nuque, c'était deux serpent, l'un noir, l'autre rouge.

- « En même temps... ça ne fait que depuis 3 ans que je suis ici et si on se croise pas souvent, c'est, sans doute, parce que je passes mes vacances en Russie... Je suis pas du coin, je pense que t'as du le remarquer, vu mon accent. »

C'était assez amusant aussi de voir que même par mon attitude, j'arrivais à la troubler au point qu'elle s'était trompée dans l'année de notre rencontre, ici, à Poudlard. Alors, dans un soupire, je baissais un peu le regard, mettant un autre bonbon en bouche.

Puis, je ne m'amusais à me mordre la lèvre inférieure, jouant un peu avec l'un de mes piercings, toujours aussi parfait dans mon rôle de me faire passer pour une fille, fille qui se laissait dévorer des yeux par une charmante Serdy.


Hrp ; C'est affreusement petit, mais je me rattraperais la prochaine fois, Aysha !
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Aysha Brayd, le  Mer 1 Nov - 12:19

Quelques mèches sur le coin du visage et un bonbon dans la bouche. Sam venait d'enlever sa veste cloutée en la posant sur ses genoux. Elle avait remonté ses manches, révélant un tatouage. Aysha laissa glisser son regard sur le bras de la jeune femme, parcourant des yeux les courbes des deux serpents d'encre qui s’entrelaçaient sur sa peau pâle. La bleue n'avait jamais rencontré une fille comme Sam. Avec sa coupe à la garçonne, sa veste cloutée, son tatouage et son sourire ravageur. Elle était bien différente des autres filles qui, comme elle, s'habillaient simplement, cheveux longs et visage délicat. Le cliché même d'une fille, finalement bien banal. Mais Sam avait un charme qui poussait Aysha à se libérer pour lui faire de discrètes avances.

- « En même temps... ça ne fait que depuis 3 ans que je suis ici et si on se croise pas souvent, c'est, sans doute, parce que je passes mes vacances en Russie... Je suis pas du coin, je pense que t'as du le remarquer, vu mon accent. »

Aysha hocha la tête d'un air confus. Elle ne savait pas que la jeune femme n'était arrivée qu'en cours de scolarité. Quand à son origine russe, bien sûr, elle s'en était rendu compte. Sam avait un accent discret, roulant et qui respirait les neiges fraîches de Russie. Son charme rebelle devait venir de là. Tout en elle était dépaysant. Elle jouait avec l'un des piercings de sa lèvre en la mordillant. Se rendait-elle compte de l'attraction qu'elle procurait à la bleue ? Elle avait l'air de s'en amuser. Aysha dût détourner les yeux pour ne pas se laisser hypnotiser par le petit anneau en métal et maudit intérieurement la nouvelle rougeur qui avait l'air de ne pouvoir s'empêcher de colorer ses joues. Elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille et releva les yeux vers Sam.

- « J'aime beaucoup ton tatouage. Il est original... Il signifie quelque chose en particulier ? »

Les serpents d'encre grimpaient le long du bras de Sam et disparaissaient sous le tissu de sa manche, pour continuer sans doute plus loin sans que l'Aigle ne puisse les suivre encore des yeux. C'était assez frustrant. Elle n'en voyait qu'une partie, donnant au dessin un aspect mystérieux. Elle l'imaginait sans peine remonter sur l'épaule ou dans le dos, sur le nuque, sur la poitrine peut-être. Elle releva les yeux vers Sam avec un sourire maladroit.
HRP : le mien est court aussi aha, la journée ne doit pas être favorable à l'inspiration...
Invité
Anonymous
Invité

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Invité, le  Ven 3 Nov - 3:20

FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Aysha ).
Quelle douce ironie...
d'une vie, lancé sur un pari...d'une voix qui nous maudit...
C'était irrévocablement la journée la plus excitante de toute ma vie, certainement pas la dernière en sa compagnie aussi. L'attente de pouvoir la conquérir et faire d'elle "ma mienne" était longue et pénible, parce que je rêvais de sortir un " Poisson d'avril "...ou un " Félicitation, je t'ai eu " me brûlaient les lèvres depuis un moment déjà. Lentement, un mélange de curiosité et de frustration prenait place en moi. Je remarquais qu'elle me lorgnait du regard et par conséquent, je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir la sale habitude de rajouter de l'huile sur le feu en déboutonnant, ainsi, ma chemise de deux ou trois boutons, dévoilant, ensuite, le reste du tatouage serpentes-que sur ma nuque.

Il m'avait fallu quelques mois pour que le résultat soit magnifique. Huit mois, au total, de douces, mais profondes tortures faites à l'aiguille dans ma chair maigrichonne. Par politesse, je m'étais remis assis face à elle, me disant que malgré mes allures de demoiselle de dernière année, j'avais beau envie de jouer le jeu, je ne pouvais m'empêcher de la trouver à mon goût. Après tout, elle me plaisait plutôt pas mal, puisque sous cet accoutrement, je restais un homme et une femme étant une femme ... Dieu que je les aimais les femmes, surtout lorsqu'elles atteignaient ce point de leur existence où elles devenaient ... femmes. Je me disais que j'en avais commis des péchés, à commencer par être bi aussi, mais là, j'allais gagner le gros lot.

- « Le ying & le yang. L'Ombre et la Lumière. La Vie et La mort. Mon ... Amour et mon cœur brisé. En toute sincerité, je parle très peu de ça, disons que ce sont des ... souvenirs douloureux dont j'ai, encore, du mal de pouvoir tourner la page. En revanche, Tu en as aussi des tatouages ? »

Finissais - je par lui annoncer entre deux soupire un peu gêné, continuant lentement de me mettre à rougir légèrement, essayant de faire de mon mieux pour rester crédible, même si là, d'avoir le regard larmoyant car le fait de penser à ma " défunte" cousine restait un sujet douloureux pour moi, je ne pouvais pas m'empêcher de faire de mon mieux pour continuer de jouer les "petites princesses" extravagantes dans ces mondes de brutes.

- « C'est assez mignon de te voir rougir, ma mère me disait souvent lorsqu'elle était encore ... en vie, que lorsqu'une fille est en train de rougir, on doit lui dire qu'elle est belle à croquer... Mais en y réfléchissant, je me suis demander quel est l'imbécile qui a pu dire ça... Les affaires de cannibalismes.. C'est pas mon délire... J'toucherais jamais à de la viande, même sous la contrainte. »

Avais-je d'avantage, dans un rire candide, parfait scénario monté de toute pièce, dans un théâtre à l'air libre, de choix. J'étais prodigieux, n'est-ce pas ?


Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Aysha Brayd, le  Sam 4 Nov - 16:16

Sam déboutonnait légèrement son chemisier. Je savais qu'elle le faisait exprès, et ce n'était pas pour me déplaire. Je rentrai dans son jeu en faisant de même quelques instants plus tard au cours de la conversation. J'appréciais la tournure que prenait cette conversation, impatiente presque qu'elle arrive à son terme. En espérant que ce terme ne soit que le début d'autre chose. Même si ce n'était qu'un jeu de séduction, rien de vraiment sentimental. Mais la bleue était indéniablement attirée par la jeune femme. Et son tatouage désormais quasiment découvert, et qui remontait dans sa nuque, n'y était pas pour rien. Aysha ne pouvait s'empêcher de le détailler, aussi bien pour l'attirance que cela provoquait chez elle que pour son sens artistique qui la poussait à observer le trait et la construction du dessin.

Un léger soupir dessina une courbe nouvelle sur le visage de la jeune femme, Aysha voulait la dessiner.

- « Le ying & le yang. L'Ombre et la Lumière. La Vie et La mort. Mon ... Amour et mon cœur brisé. En toute sincérité, je parle très peu de ça, disons que ce sont des ... souvenirs douloureux dont j'ai, encore, du mal de pouvoir tourner la page. En revanche, tu en as aussi des tatouages ? »

Sam savait manier les mots. Son approche à la fois lointaine et précise de la signification de son tatouage avait été annoncée d'une façon poétique qui avait fondre Aysha, l'amoureuse des mots.

- « C'est assez mignon de te voir rougir, ma mère me disait souvent lorsqu'elle était encore ... en vie, que lorsqu'une fille est en train de rougir, on doit lui dire qu'elle est belle à croquer... Mais en y réfléchissant, je me suis demandé quel est l'imbécile qui a pu dire ça... Les affaires de cannibalismes.. C'est pas mon délire... J'toucherais jamais à de la viande, même sous la contrainte. »

Cette remarque n'avait pour seul effet que de la faire rougir encore plus, évidemment. Aysha laissa échapper un rire, elle était bon public, et la remarque ironique de la jeune femme l'avait amusée. Elle était à la fois gênée, flattée, et déterminée à rentrer dans son jeu.

- « C'est gentil. Mais je te ferai remarquer que côté rougissement tu n'es pas en reste. T'inquiète pas, j'ai pas pour habitude de croquer les premiers venus non plus.»

Même si je dois avouer que tu es appétissante. Mais ça, elle ne l'avait pas dit, bien sûr. Fallait pas aller trop loin, la verte avait l'air de pouvoir lui glisser des mains et s'enfuir comme un animal sauvage.

- « Regarde... »

Il ne fallait pas oublier que Sam lui avait demandé si elle avait des tatouages. Ce qui était le cas, même si le sien était bien plus petit et discret que celui de la verte. Aysha passa tous ses cheveux d'un côté de son visage, posé sur ses épaules et pencha la tête, révélant sa nuque au regard de Sam en se tournant légèrement. Elle écarta le col de son chemisier. Son tatouage était discret, presque invisible, à la lisière de ses cheveux, sur sa peau dorée. Symbolique et abstrait à la fois, il avait été dessiné par la méditerranéenne elle-même et prenait la forme d'un mélange de courbe représentant des idées qu'elle appréciait, tant la famille que ses origines, que l'art et la littérature, que la magie ou le monde. Rien de bien douloureux, contrairement à Sam dont les blessures ouvertes tatouées sur son bras avaient intrigué Aysha lorsqu'elle les avait mentionné. Elle n'avait pas posé plus de questions, par respect ou politesse, mais elle comptait le faire, par la suite.
Invité
Anonymous
Invité

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Invité, le  Lun 6 Nov - 20:29

FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Aysha ).
Quelle douce ironie...
d'une vie, lancé sur un pari...d'une voix qui nous maudit...
Mon esprit danse, mon regard se balance, traçant chacune de ses formes, de son tatouage avec une certaine élégance. Mes mots, je les choisis avec une certaine prudence parce que je sais que si elle vient à découvrir qui se cache sous cette apparence, elle prendrait la fuite avec une certaine abstinence. Ainsi, j'hésite vraiment à lui accorder ma confiance devant tant d'avance. Elle m'allume, me tease et me consume avec une certaine douceur, que mon esprit lui, meurt d'avance, à l'idée de la corrompre à mon tour. J'avais déjà eu bien d'occasion de mettre mon professionnalisme à l'épreuve de plusieurs missives, à l'épreuve de plusieurs personnes aussi. Cependant, je me trouvais assez rusé pour ne jamais me laisser prendre, ne pas me laisser trahir dans mon comportement.

C'est parce qu'en ce moment, des gallions brillants, scintillants, clinquants, sont à la clef, je les désirais comme récompenses à mon entêtement. Même si elle ignore ma réputation dans cette école, elle doit s'en douter qu'avec moi, on ne plaisante pas, on ne cherche pas, on ne provoque pas. Personne ne veut se retrouver confronter aux conséquences, faire face à ma noirceur et ma "violence". Qu'elle soit verbale ou physique, je suis intenable...Incapable de m'arrêter tant ce venin bouillonne en moi, comme un poison mortel... Ces ténèbres qui m'engloutissent si souvent, si profondes soit - elles, je sais qu'elles menacent souvent mon corps de rejoindre les spectres de mon passé, jouant de simples mélodies funestes pour un orchestre macabre. Spectateur de ma sombre folie, je sais pour autant que ce que je m'apprête à faire, n'est encore moins jolie que dans mes rêves. Mentir à une fille, jouer avec les sentiments d'une vie. Elle n'est qu'un pion de plus sur mon plateau et d'un coup, je vais la mettre K.O.  

Fatale hérésie d'une mentalité détraquée, me voilà à échafauder un plan encore plus sadique que le dernier de cet été. L'amour est une chose terrible lorsqu'on l'utilise avec parcimonie, cruel lorsqu'un cœur est brisé et digne des pires horreurs si on vient à le bafouer. On peut tuer par amour, sacrifier une vie par amour, trahir par amour. L'amour est aussi injuste que la mort. Toutes deux s'aiment et se haïssent. Deux choses qui s'opposent et s'attirent, l'une donne la vie, l'autre l'ôte. Et moi, dans tout cela, je me situais nulle part. Certes, parfois, j'agissais selon mon bon vouloir, pantin de mes déboires, de mon conscient transitoire entre deux mondes. La réalité massacrée d'un monde malade et celui d'un endroit où nul oserait s'y aventurer à moins d'être suicidaire, soit-même. Je n'avais plus besoin de me battre contre l'inévitable, espérer qu'un jour, que les choses changent. C'était à moi de prendre conscience qu'il fallait que je me battes pour obtenir ce que je souhaites aussi, quitte à ce que je ne cesse jamais à faire des efforts, aussi.  

Instants propices à faire d'elle, une douce amante, déchue mais maudite, de là où naissent les drames dans ma vie chaotique. Je laisse sa beauté naturelle s'éclipser, laissant cette union interdite prendre la fuite, parce que, soudainement, je me risque à courir mes doigts sur son doux visage, le tournant en douceur face au mien avant de la gratifier d'un clin d’œil. Est-ce qu'elle le mérite ? Je l'ignore, cette proximité soudaine m'excite et m'amuse. J'en raffole et je jubile. Offrande subtile, plus discrètement, me voilà à approcher mon visage en douceur du sien, posant lentement mon front contre le sien. Ce qu'elle est belle, cette ange fragile. Et dans un regard complice, je finissais soudainement par l'embrasser. Plus de faux semblants, plus de contraintes, lentement, je m'abandonne à elle, comme si je la confondais avec Arty, lui qui me fait aisément me perdre dans un autre monde, est-ce qu'à son tour, y arrivera-t-elle aussi ?


Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Aysha Brayd, le  Mar 7 Nov - 22:12

Le regard de Sam s’était posé sur mon tatouage. Je sentais ses yeux parcourir ma peau dans un frisson. Le cri des élèves se faisait entendre un peu plus loin et le bruissement léger des feuilles au dessus de moi menaçait de m'endormir. Un peu hors du temps.

Je remontai le col de ma chemise et me retournai vers Sam qui avait l'air en proie à un dilemme intérieur. Je n'osai pas lui poser de questions de peur de renforcer ses éventuels doutes et de casser ce moment. Sam ou l’irrépressible tentation. Les sentiments n’étaient pas là, pas encore. Un jour ? Ils étaient là sans doute, sous la surface. Mais il faudrait quelqu’un pour briser la glace. Le temps, ou Sam elle-même. Il suffirait de lui donner la hache. Mais le moment n’était pas encore venu. La tentation, l’attirance physique, le goût du jeu, la volonté de découverte..  Autant de raisons qui me poussaient à continuer sur le chemin de la séduction.

Je n'avais pas eu beaucoup d’expériences amoureuses par le passé. Un fois sur une plage avec un moldu. Une autre fois, un soir avec une sorcière rencontrée par hasard dans un café moldu. Cela s’arrêtait là. Peut-être y avait-il une petite fenêtre de tir avec la belle verte. J'avais envie de me laisser porter toute entière dans ce moment même si il ne devait durer que quelques heures mais je savais que je devais être prudente. Ne pas trop m'investir. Tétée détachée au moins pour le début. Sam paraissait vraie et sincère mais je savais pertinemment que ma naïveté pouvait le jouer de tours et me la faire voir comme elle n’était pas. Je ne voulais pas me faire avoir.

Soudainement et sans prévenir, Sam m’embrassa. La surprise s’évapora rapidement. Elle avait été plus entreprenante que moi et ce n’était pas pour me déplaire. Je posai ma main sur sa nuque. La glace craquait légèrement. Un simple crissement, pas de fissure profonde. Mais la pâque gelée menaçait sans doute de se fendre en deux si la verte continuait comme ça. Et finalement je préférais sans doute que la glace s’effondre de tout son poids sous les lèvres de la belle.
Invité
Anonymous
Invité

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Invité, le  Jeu 9 Nov - 18:09

FICHE PAR SWAN -  bazzart & Azryel ( Pv Aysha ) (désolé si c'est court ;_;' ).
Quelle douce ironie...
d'une triste vie, lancé sur un pari bidon...d'une voix qui nous maudit.
Des intimes sensations qui se bousculent, de profondes pensées qui, lentement, me bascule, dans un monde où les regards des autres inconnus m'importe peu. Je ne m'attarde que sur ces douces lèvres exquises, celles qui me consument. Elles m'implorent silencieusement de ne pas déverser ma trahison, leurs continuer de mentir m'emmènerait, tout droit en prison. Devant la prestance de la jeune Serdaigle, je reste de marbre à son magnétisme, faisant juste acte de présence, avec mon éternel mystérieux charisme. Côtes à côtes, mon esprit semble réconforter mon cœur, dans un élan d'affection insoupçonné, dés lors, jusqu'à aujourd'hui. Conquête de plus sur ma liste, mensonge amère d'une seconde "vie". Lentement, je quitte ses lèvres pour glisser mon visage contre son cou, me débarrassant de cette fausse timidité. Dévoilant calmement, un sourire monté de toute pièce, par la maladresse d'une enfance brisée. Gardant en tête, le port de mon masque invisible, je joue ma scène à la perfection. Comme au théâtre, sournoisement, je l'assassine. Le classicisme de mon étroitesse fermeture d'esprit, ne me laisse pas de glace. Je ris légèrement, l'âme en peine, le cœur en miette, parce que j’éprouve un plaisir malin, à laisser mon esprit malin répandre ses malheurs autour de lui. Il dévore avec gourmandise, toutes clartés autour de lui, se propageant de son sombre manteau pour éteindre chaque lumière autour de lui. Et dans cette noirceur abyssale, là où mon corps et mon être intérieure s'y repose, je laisse l'ombre mouvante se délecter de ma férocité morbide. Je me plais à pouvoir, ainsi, atteindre toutes parcelles de peau qui s'offre à mes lèvres, pâle et ternies, le plaisir de goûter, de ma délicieuse envie, à son cou tel un vampire. Finalement, dans un profond mutisme, je m'éloigne après quelques minutes, laissant sur sa peau, une marque violacée, bleutée, signant ainsi, silencieusement qu'elle m'appartenait. Après tout, c'est prévisible, évident. Aux yeux des autres, je ne suis qu'un enfant, pour moi, je ne suis que le résultat d'une enfance détruite avec le temps.

-----------------------------
RP abandonné, ce sujet est libre.


Fergus Blake
Fergus Blake
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Fergus Blake, le  Mar 9 Jan - 4:32

PV Olivia Cordell
Suite de ce Rp.
Bizarement, Olivia avait quelque peu changé. C'est étrange, elle semblait un peu plus distraite, mais aussi beaucoup moins défensive, plus accessible qu'au début de notre rencontre. Je crus d'ailleurs remarquer, lorsque je passai ma main dans son dos, une réaction plutôt inattendue. Elle était peut-être moins inaccessible qu'elle veut bien le laisser paraître, cette Olivia.

- Merci, je vais mieux finalement.

On a donc fait tout ce chemin jusqu'à l'infirmerie pour rien? L'important, c'est qu'elle se sente mieux, je suppose. Après tout, ça nous a quand même permis de faire connaissance... Enfin, juste un peu. Maintenant qu'elle va mieux, je me demande si elle va tout simplement me laisser et s'en aller vaquer à ses occupations? Je posai mon regard sur elle alors qu'elle appréciait la vue de l'extérieur. Il faisait très beau, dehors. Soudain, elle sortit le reste de ses friandises de ses poches.

- Puisque nous en sommes arrivés là, que dirais-tu d’aller se balader dans le parc ? J’ai de quoi appâter le monstre du marais.

Elle m'avait attrapée la main et, sans vraiment me laisser le choix, s'était mise en route vers les escaliers, qu'elle descendit rapidement, tout comme moi derrière. Une fois arrivés sur la pelouse, toute verte et toute belle, nous avons retiré nos souliers afin de se sentir un peu plus libre dans ce joli paysage un peu plus naturel que les couloirs du chateau. À peine arrivés au Lac, la Serdaigle décida d'éparpiller de la nourriture sur le lac, afin de nourrir le calmar géant. Ne se faisant pas attendre, il vint chercher la nourriture, tentant par la même occasion de nous attraper, elle et moi, grâce à ses tentacules. En nous reculant, je la vis poser son regard dans le miens, et je sentis une petite chaleur atteindre mes joues. Elle en a, de beaux yeux. Ou peut-être est-ce surtout son regard, qui me plaît. Peu importe, je lui souris alors qu'elle me demandait où je comptais me rendre, lors de notre rencontre.

- Oui, j'allais à la bibliothèque, lui dis-je. Mais t'inquiètes pas, je trouverai bien un autre moment pour m'y rendre!

Je lui fit un petit clin d'oeil, avant de m'emparer d'un de ses chocolats et de l'enfoncer dans ma bouche. Après tout, je crois bien qu'elle en a eu assez pour aujourd'hui, et c'est donc lui rendre service que de les manger à sa place. Une petite brise parvint à mon visage et je fermai les yeux, le vent dans les cheveux, le soleil plombant sur mon visage. Comme d'habitude, j'adore être à l'extérieur, sentir cet air frais autour de moi. Ayant assez profité de ce coup de vent, je me retournai à nouveau vers ma nouvelle connaissance.

- Dis-moi, Olivia, où allais-tu avant de me foncer dedans, tout à l'heure?
Olivia Cordell
Olivia Cordell
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Olivia Cordell, le  Sam 27 Jan - 0:11

- Oui, j'allais à la bibliothèque, lui dis-je, mais t'inquiètes pas, je trouverai bien un autre moment pour m'y rendre !

D’humeur taquine, Fergus lui adressa un clignement d’oeil facétieux. Olivia répondit par un charmant sourire qui lui fit plisser les paupières et retrousser son petit nez concave. Elle avait conservé une paume de poigne tendue dans laquelle reposaient les friandises, et d’où le Griffondor y piocha un ballotin de chocolat. Il déballa le papier d’aluminium préservant un fondant du chaudron et le dégusta, en affichant une mine réjouie. Olivia n’avait plus faim mais elle se surprit à éprouver du plaisir à scruter le jeune homme en plein orgasme gustatif. Elle trouvait aux hommes pourvus d’un bon appétit, un charme particulier.

Machinalement, Olivia s’échinait à disperser de la miche qu’elle ne détenait plus entre ses doigts. Elle avait déjà tout émietté, et le calmar, las de l’attente, disparut dans les profondeurs du lac. La jeune fille inclina le dos, rinça ses mains poisseuses dans l’eau, et les essuya sans une once de finesse, contre sa robe de sorcière. Fergus de son côté, avait dégluti sa bouchée et tirait parti d’une rafraîchissante brise lui dépeignant les cheveux. La Serdaigle le singea, ferma les yeux et prit une profonde inspiration en donnant un petit à-coup de cheville contre ses souliers, comme pour se focaliser sur l’instant présent. Le vent fourmillait d’effluves de pins, de sève et de chèvrefeuille. Elle revint bientôt à elle, et Fergus poursuivit la conversation.


- Dis-moi, Olivia, où allais-tu avant de me foncer dedans, tout à l’heure ? Interrogea le garçon en la dévisageant gentiment.

Elle considéra de quelques secondes la question, ayant quelque peu omis son prochain cours. Elle entrouvrit sa bouche replète dans une exclamation d’effroi.


- Oups ! Lâcha-t-elle naïvement, je m’apprêtais à entrer en cours de Divination ! C’est l’une de mes matières favorites, mais c’est trop tard pour y retourner maintenant… Quel dommage, je vais devoir gaspiller une heure entière à traîner avec toi.

Sur ces derniers propos, elle hissa une épaule pour brièvement camoufler une grimace doucereuse esquissée sur son minois. Le professeur McKinnon ne serait pas ravi d’enregistrer son absence, mais il y avait actuellement des circonstances atténuantes. Ce n’était pas tous les quatre matins qu’elle s’écroulait sur un séduisant damoiseau en haut d’escaliers. Elle avait envie d’en apprendre plus sur ce Griffondor. Et peut-être même de le bousculer un peu. Olivia aimait bien surprendre. Nue pieds, elle s’affranchit de son manteau scolaire, abandonné sur la rive, et immergea petit à petit les jambes dans l’étang limpide. Elle ne s’inquiétait pas du monstre aquatique, il n’agressait d’ordinaire pas les étudiants. La jupe flottante, elle parvint à mi-rein dans le loch. D’un geste avenant du bras, elle invita Fergus à l’accompagner dans son caprice.

- Ramène-toi ! Rugit-elle en frappant du plat des mains la surface du bassin qui éclaboussa en milliers de particules pluvieuses, elle est bonne !

Puis, d’un ton plus calme, elle se redressa en longeant ses bras le long du corps, toisant le sorcier de loin. Les remous épousant les formes de ses hanches s’assoupirent et les quelques zones de vêtements touchées par l’humidité goûtèrent dans un bruit cristallin, rejoignant l’originel.

- Je plaisante, tu n’es pas forcé de te mouiller, le rassura-t-elle en s’amusant à susciter des vaguelettes. Mais dis-moi, d'où viens-tu ? Tes parents sont des sorciers ? Est-ce que tu as toujours su que tu irais rejoindre les Griffondors ?


Dernière édition par Olivia Cordell le Lun 19 Mar - 12:13, édité 1 fois
Fergus Blake
Fergus Blake
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Fergus Blake, le  Dim 28 Jan - 22:53

- Oups ! Je m’apprêtais à entrer en cours de Divination ! C’est l’une de mes matières favorites, mais c’est trop tard pour y retourner maintenant… Quel dommage, je vais devoir gaspiller une heure entière à traîner avec toi.

Oh oui, quel dommage. Je ne pût m'empêcher de sourire. Quelque chose me donnait la forte impression que ce n'était pas si dommage que ça de devoir "gaspiller" une heure entière à traîner avec moi. Après tout, si elle avait absolument voulu aller à son cours, elle aurait probablement pu expliquer au professeur le petit contretemps qu'elle avait eu, et il l'aurait peut-être laissée rentrer dans le cours. Je chassai cette idée de mon esprit, comme par peur que la Serdaigle lise dans mes pensées et retourne à son cours. J'avais bien envie de passer un moment avec cette nouvelle connaissance. Elle m'intriguait, elle était plutôt difficile à cerner. Son attitude, passant de "je me fiche de ton existence" à "viens, allons nous balader dans le parc au lieu de retourner à mon cours préféré", m'empêche de me faire une idée. Malgré tout, un petit quelque chose, indescriptible, m'attire vers elle.

Je sortis de mes pensées. Elle avançait maintenant vers le lac, laissant son manteau sur la rive, l'eau montant de plus en plus haut sur ses jambes. L'eau caressait doucement chaque partie de ses jambes, des tibias aux cuisses, s'appropriant de plus en plus de territoire sur Olivia. Rapidement, sa jupe se fit également prendre par le lac, flottant doucement sous l'eau, qui arrivait maintenant à sa taille. Elle leva le bras, vers moi. Je revins à moi. C'est vrai, j'ai un corps, moi aussi. J'étais resté planté là, comme un spectateur, absent, observant ce qui se passe, tout simplement. Un coup de sa main sur la surface de l'eau fit sauter des tas de petites gouttes, et un son sec me sorti complètement de mon observation.

- Ramène-toi ! Elle est bonne !

Elle n'aurait pas à me le demander deux fois. Ma robe de sorcier tomba juste à côté de la sienne alors que je m'avançais lentement vers l'eau, qui reflétait le soleil chaleureux qui était haut dans le ciel, en ce bel après-midi. Lentement, j'avançais vers elle. " Je plaisante, tu n’es pas forcé de te mouiller ", me disait-elle, mais je ne l'écoutais pas. Je n'ai pas peur de l'eau, après tout, et je ne voudrais pas lui donner l'impression que je ne sais pas m'amuser... Alors que j'arrivais près d'elle, arrosé par les vaguelettes qu'elle s'amusait à créer, elle reprit la parole. Je ne pu quitter ses lèvres des yeux.

- Mais dis-moi, d'où viens-tu ? Tes parents sont des sorciers ? Est-ce que tu as toujours su que tu irais rejoindre les Griffondors ?

Les yeux toujours rivés sur ses lèvres, je sentis quelque chose en moi s'éteindre. Un petit, tout petit feu, était désormais à peine plus froid qu'avant. Je n'avais pas envie de parler de mes parents. Surtout pas là, maintenant, alors que je passais un agréable moment... Mais elle ne pouvait pas savoir. Je lui souris, camouflant du mieux que je pouvais ce petit sentiment, à peine important, de gêne.

- Je ne viens pas de loin, mes parents ont une maison pas trop loin de Londres. Oui, ils sont tous les deux sorciers, Sangs-purs et fiers de l'être, tout ça... Je lui souris, essayant de montrer à quel point je n'aimais pas cette manière de penser. Je n'avais aucune idée de la maison qui me serait affectée, non!

Je regardais ma main, que je faisais tourner en rond dans l'eau, lentement. Mon regard passait de ma main au milieu du cercle qu'elle dessinait, comme si j'attendais de voir un tourbillon se former, malgré la lenteur de mon geste. Un petit sourire, presque impossible à discerner, se forma sur mes lèvres, comme si je me moquais de moi-même. Je posai à nouveau mon regard vers Olivia. Ça me frappa ; ma réponse avait été assez simple, bête, automatique. Je ne lui avais rien demandé en retour, je n'avais rien fait pour avancer la conversation. Je peux faire mieux, non?

- Enfin, te concentres pas trop sur d'où je viens, plutôt sur la personne que tu vois, là, devant toi. Je lui souris gentiment, les yeux presque fermés tellement ils étaient plissés, le vent décoiffant un peu mes cheveux. Mais toi, peut-être as-tu quelque chose d'intéressant à me dire sur tes origines, sur ta famille, sur ta répartition, même?

J'avais hâte d'en apprendre plus sur elle, et ça venait tout juste de me frapper, avec force. Je plongeai mon regard dans ses jolis yeux, attendant patiemment pour sa réponse.
Olivia Cordell
Olivia Cordell
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Olivia Cordell, le  Ven 9 Fév - 0:16

Les yeux inclinés vers le bas, la sereine adolescente aux cheveux bruns déclencha une nouvelle série de rainures dans l’eau lorsque ses cuisses naviguèrent entre les algues marines. Lascive, elle entreprit de graviter autour du Gryffondor, à la manière d’une paonne farouche mais intriguée par la quintessence d’un mâle. Pas frileux pour un sou, Fergus avait renoncé à sa pèlerine de sorcier. Elle avait dégringolé le long de ses chevilles en un petit tas informe, juste avant qu’il ne quitte la terre ferme pour s’aventurer dans la fraîcheur du lac. Il la rejoignit bientôt, mais ses prunelles statiques tourmentèrent Olivia qui interpréta son regard appuyé pour de la pudeur. Elle n’éprouvait aucune animosité envers les garçons timides, mais leur effarouchement n’aidait en rien quand il s’agissait de mettre en place une atmosphère détendue. Enfin, c’est ainsi qu’elle le voyait, il lui était difficile d’imaginer pouvoir émouvoir un homme. Lorsqu’elle l’interrogea sur ses origines, Fergus parut imperceptiblement se fermer. Perdu dans le vague lointain, il mit un certain temps à répondre. Lorsqu’il redressa le menton, un sourire se voulant confiant et tranquillisant soulignait les traits de son visage placide. En tapinois, Olivia se repentit brièvement de l’avoir embarrassé.

- Je ne viens pas de loin, mes parents ont une maison pas trop loin de Londres. Oui, ils sont tous les deux sorciers, Sangs-purs et fiers de l'être, tout ça... Ses commissures s’esquissèrent dans un rictus entendu. Je n'avais aucune idée de la maison qui me serait affectée, non !

Son poing s’immergea à la surface de l’eau, et d’un geste giratoire, il dessina un maigre typhon, absorbé dans ses pensées. Son mutisme permit à Olivia d’explorer ses paroles. Il souffrait donc de la pression exercé par sa famille. Typique, et bien malheureusement, courante situation. Ce devait être une position particulièrement étouffante et brimante. Bien que bénéficiaire d’un père concerné par cette identique histoire de sang pur, la demoiselle n’avait jamais eu à subir le traumatisme que soulevait Fergus. Au contraire, elle avait été choyée, et sacrement gâtée. Mais elle payait les pots cassés de leur séparation. Alors qu’elle tendait un bras maternant pour épauler et soulager le jeune homme, elle le rétracta aussitôt lorsqu’il la reconsidéra du regard.

- Enfin, te concentres pas trop sur d'où je viens, plutôt sur la personne que tu vois, là, devant toi. Mais toi, peut-être as-tu quelque chose d'intéressant à me dire sur tes origines, sur ta famille, sur ta répartition, même ?

Prise au dépourvue, ses doigts pianotèrent dans le vide, et ses pommettes s’empourprèrent. Olivia détestait flancher, et elle trouvait humiliant que l’on relève ses accès d’empathie. Montrez-vous inébranlable, et peu seront ceux à vouloir vous déstabiliser. Fléchissez, et le monde se pliera en quatre pour vous affaiblir. Mais pour l’heure, Fergus ne souhaitait qu’apprendre à la connaître. Rien d’avilissant là-dedans. Le corps stoïque, elle sentait des gouttelettes s’écouler le long de sa mâchoire, ricocher contre sa clavicule et terminer leur course entre ses seins naissants. Bien qu’à première vue, ces propos puissent s’avérer lubriques, son chemisier n’était pas assez humide et ses formes suffisamment pulpeuses pour attiser l’imagination.

De la pointe de son index, elle noya un genis, ces fameux insectes skiant dans les nappes stagnantes et croupies. Quelle bête idée elle avait eu de plonger dans ce lac… La prochaine fois, elle lui proposera quelque chose de moins souillard. Oh, et si elle l’entraînait dans la salle commune des Serdaigles ? Ou l’inverse…


- Moi, je suis française. Mon père est un Sang-pur, ma mère, une moldue. Je suis donc de Sang-mélé, avoua-t-elle dans un clin d’oeil coquin. Mais le rapport entre mes parents a volé en éclat compte tenu d’un élément du passé, mon père s’est alors établi dans un quartier de Londres et je vis avec lui.

Olivia regagna la berge non sans caresser subrepticement le poignet de Blake, simplement pour l’inciter à l’imiter. Tout en turbinant sa cravate trempée aux nuances de son blason, elle soutint son monologue.

- Mon père et moi pensions tous deux que je terminerais chez les Serpentards. Mais va savoir, le Choixpeau a du déceler chez moi une éminente… clairvoyance, que je ne soupçonnais pas. Quoique, si. Enfin, un peu.

Révulsée, elle rejeta une algue clandestine qui s’était agglutinée contre son mollet. Elle se redressa ensuite face à Fergus, la silhouette assumée pour ce qu’elle allait énoncer. Ses iris vairons accentuaient si bien l’effet de confusion, à quoi pensait-elle exactement ? Il allait en obtenir la réponse.

- Dis Fergus, chuchota-t-elle en battant des cils… Tu m’emmènerais en douce dans la salle commune des Gryffondors ?
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Elhiya Ellis, le  Ven 23 Mar - 19:51


I don't love ya, I love your drink



Plus d’un mois, on pique, en cas de soucis MP
Mise en page plus tard ^^’
Pv
Lexounouille
LA Mutuel


C’était le retour de son courrier de Saint valentin qui était la cause de sa possible bonne humeur ce soir. Un repas rapidement expédié, des bouquins balancés sur son bureau sans ménagement, un programme plus intéressant qu’une insomnie ou des révisions animait l’enthousiasme de la Serpentard. Bien sûr, passer du temps avec Ulysse ou Jace l’aurait enchanté son cœur, mais le besoin de faire une pause scolaire la poussait à trouver presque n’importe quelle compagnie salutaire. Alors, la requête ridicule de celui qui avait gerbé en plein cours à la vue du sang avait su trouver un écho agréable à ses attentes. Qu’importait que l’envie de le claquer lui prenait dès qu’elle l’apercevait, pour ce soir, il serait utile, il briserait le quotidien étudiant, et c’était tout ce qui était nécessaire.

La promesse d’une bouteille d’une provenance inconnue, et supposément nordique... Il ne fallait guère plus à la blondinette pour estimer que partir sur Pré-au-lard, ou Londres n’était pas nécessaire. Si le Poufsouffle comptait payer ses talents de cuisinière avec un –ou plusieurs- verre de bon alcool, autant en profiter directement au château. Le retour en serait bien plus simple et les débordements supposément réduits. Résultat : sac à dos sur l’épaule contenant quelques paquets de bonbons, un paquet de cookies frais aux 3 chocolats et la liqueur écossaise du village de la grand-mère. Sans trop de surprise, Elhiya avait pu s’en faire envoyer une, en échange de quelques compliquant à son producteur. La providence aurait peut-être conféré au blond un palais suffisamment intéressant pour savoir apprécier toutes les saveurs d’une bonne boisson.

Nul besoin de tenue très apprêtée. Le sweat à capuche oreilles de chat sur une simple jupette accordée à son écharpe grand froid avait paru judicieux à Elhiya, qui patientait au pied des grands escaliers. Une barrette dans la bouche, une seconde se positionnant sur sa frange rebelle, plus que s’inquiéter de l’heure, la gamine se préoccupait des mèches dorées lui tombant sur les yeux. Elle maugréait silencieusement sur sa nouvelle coupe, plus courte, ne prétendant aucune attention aux claquements des talons sur la pierre froide du château.

La tentative échouée de récupérer une vision non entrecoupée d’éclat de lumière mettait à mal ses nerfs déjà fragiles de trop d’heures passées à étudier. Elle aurait aboyé sur n’importe quelle première année qui demandait sa route si l’occasion se présentait, mais au lieu d’un moufflet, c’était la silhouette d’un grand gaillard qui se découpait dans son champ de vision. Sourire en coin figé sur les lèvres, par réflexe sa main tenant l’attache à cheveux s’était levée pour faire un signe au garçon. Habitude stupide, usuellement adressée à ceux qu’elle considérait. Le geste s’était stoppé dans sa lancée, attendant tout simplement que le goinfre arrive jusqu’à elle. Après tout, cette entrevue ne changeait en rien leurs rapports habituels.

Tête inclinée, moue désabusée trônant sur son visage de gamine capricieux, la blonde, peu patiente, croisait les bras en tapotant du pied.
-Prends ton temps surtout, ça te donnerai l’impression de te faire désirer.

Réflexion en guise de bonjour. De toute manière, chassez le naturel il revenait au galop. Elle aurait pu le saluer d’un sourire radieux et chaleureux, lui claquer la bise et l’embarquer par le bras dans le parc, comme elle savait si bien le faire avec d’autres, mais ça sonnait trop faux en son esprit. Alors, dans un balancement de tête, elle avait fourré ses mains dans les poches de son sweat, et adressé un simple signe de tête au Suedois pour qu’il la suive.

-Le parc ? ça te va ?

Question purement rhétorique. L’air frais l’appelait, le ciel étoilé tout autant, il était hors de question de s’enfermer dans la salle sur demande pour monnayer des cours de cuisines ou une commande de cupcake. Un dernier coup d’œil, la capuche enfantine glissait sur sa tête pendant qu’elle se dirigeait vers l’extérieur
Invité
Anonymous
Invité

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Invité, le  Sam 24 Mar - 9:12

Faut avouer que même s'il éprouve quelques sentiments ne s'apprêtant pas vraiment à de l'amitié envers Elhiya, le garçon était content de la retrouver aujourd'hui. Comme elle l'avait elle-même indiqué dans son courrier, les ASPIC n'allaient pas tarder à tomber et les révisions étaient au centre des occupations de chaque étudiant de septième année, Alexeï y compris. Rester à potasser des bouquins et les notes prises en cours ne l'aidait pas vraiment. Ce qui contribuait réellement à la compréhension du jeune homme était d'entendre un professeur lâcher son cours oralement, des heures durant. L'écoute active et la mémoire auditive, y'a que ça de bon d'après Dragoslav.

Pour se préparer au mieux à la soirée qui l’attendait, le suédois s’était goinfré comme un vrai porcelet durant le repas. Il avait confiance en son organisme pour supporter quelques verres, mais il préférait ne rien laisser au hasard quant à son état futur. En revanche, une sacrée place avait été volontairement négligée, en prévention pour tous les cupcakes que pourrait ramener la Serpentard qui allait partager sa soirée. Malgré tout ce que le sang pur pouvait lui reprocher, elle savait cuisiner, il en était persuadé. Ou du moins, les pâtisseries.

Au moment de préparer son sac à dos, le gamin fit bien attention que personne dans le dortoir ne l’entendait remplir son sac de bouteilles en tout genre issues directement de sa consommation personnelle. Bien sûr, il n’est pas alcoolique, disons simplement qu’un verre de temps à autre n’a jamais tué personne. Surtout si c’est de la vodka. Et encore plus si la bouteille a été volée dans les réserves du bar de ses parents. Il avait pris le soin de prendre deux bouteilles, ne sachant pas si Elhiya était une grande buveuse ou non. Comme il n’avait pas de gobelets, le suédois allait directement offrir un des deux récipients à sa blonde.
Pour rejoindre Ellis, il n’avait pas lésiné sur la cire à cheveux, coiffant ses mèches blondes à la perfection.

Coiffé à la va vite, pour donner un effet négligé, tout en restant propre, Alexeï avait même décidé de s’habiller correctement pour l’occasion. Un de ses nombreux pantalons en chino bleu marine qu’il affectionnait tant, et qui mettait en valeurs ses yeux de la même couleur, ainsi qu’une chemise d’un blanc immaculé laissant apercevoir légèrement son torse musclé. Fin prêt pour rejoindre son amie d’un soir, et légèrement en avance, il se retrouva rapidement à l’endroit du rendez-vous, attendant Ellis.

En parlant d’elle, la jeune femme se montra très rapidement. Après un geste étrange de sa part comme si elle chassait un moustique près de sa tête, elle toisa le blondinet comme elle savait si bien le faire. Ne se laissant pas abattre, Alexeï ne lui répondit pas sur le coup, préférant lui faire un de ses plus beaux sourire … en ajoutant une courbette, comme s’il s’adressait à une personne de sang royale. Il se fichait complètement de la jeune femme en face de lui, prenant allégrement son temps pour la rejoindre.

- Bah alors Ellis, on fait pas la bise à son Poufsouffle préféré ? J’suis déçu.

Faisant mine de faire la moue, il tendait la joue mais ne reçut rien en retour. Proposant le parc, le suédois prit la direction qu’Ellis suivait.

- Qu’est-ce qui fait que t’ai envie de me voir ? Et pourquoi tu veux boire ? Tu sais que ça va pas t’aider à avoir tes ASPIC hein ? J’imagine pas la tronche des correcteurs s’ils voient que t’es complètement torchée au moment de passer les épreuves.

Petite pic sympathique tout en continuant de marcher.

Rapidement les deux étudiants arrivèrent à destination. Le parc, comme le lac, étaient vides à ce moment de la soirée. Les deux compères allaient pouvoir profiter de ce silence pour vaquer à leurs occupations sans risquer d’être dérangés. Ça se saurait si les préfets faisaient des rondes aussi tard et aussi loin du château.

- T’as pris un truc pour le sol ? J’ai pas envie de me salir. Fin j’suis tout propre quoi.


Dernière édition par Alexeï Dragoslav le Lun 11 Juin - 21:16, édité 1 fois
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Elhiya Ellis, le  Sam 24 Mar - 12:20



I don't love ya, I love your drink



Une joue tendue en attente de gratification affectueuse avait nourri un pouffement sarcastique à la gamine. La politesse, certes de bon ton en société, se manifestait  envers les autruis inutiles  que lorsque l'obligation professionnelle ou scolaire se faisait sentir. Ce n'etait pas le cas ce soir. "T'inquiète, j'ai de quoi ton consoler". Simple rictus malicieux avant de reprendre le route vers le parc encore délaissé.

Nulle réponse ne glissait hors de ses lèvres rosées, jugeant les interrogations dénuées d'intérêt. Si la passation des examens avaient eu lieu le lendemain, ses aspirations divertissantes auraient très certainement été tout autre. Elle aurait été perdre ses pensées sous la danse éternelle des astres de nuit, vider son anxiété de facon des plus doucereuses, mais certainement pas s'enivrer sous quelques aromes ronds en bouche. La logique etrange du garcon lui vallut un soupir et un roulement d'yeux. Merlin allait devoir être doué pour qu'ils ne finissent pas par user de leur baguette ce soir, à moins que l'alcool ramené appartenait au nectar des dieux... verdict imminant.

Un arbre centenaire, les clappotis du lac endormi, les faibles lueurs du château dans leur dos, un point de quietude habituel qui les attendait. Ourlement de levres et genoux pliés pour laisserles brins d'herbes courir sous la pulpe de ses doigts. L'air etait frais, mais l'humidité n'avait pas encore couvert le parc de son manteau luisant. De quoi quemender une trêve verbale à l'autre râleur.

-Quelle princesse impatiente ..

Le sachet de cookie balancé à son interlocuteur en invitation à calmer les prémices d'hostilité, la gamine extirpait la cape d invisibilité de son sac pour d'étaler au sol. Le tissus étalé couvrait suffisamment la verdure pour éviter trop de proximité incongru. Se retrouver dans un tête a tête au clair de lune était déjà bien assez éprouvant pour la tranquillité de ses nerfs, sans avoir besoin d'avoir à rajouter  un rapprochement quelconque.

S'assayant sur ses genoux, elle vidait le contenu précieux de sa  besace, prenant soin de remettre au clair les raisons de cet entrevue.

-Si tu veux une nouvelle livraison de douceur, va falloir etre un minimum persuasif... mais pariant sur un échec comme pour les totems, j'ai ramené ce qu'il faut.. goute moi ça après avoir croqué le biscuit...

L'oubli des verres avait forcé la demoiselle a tendre la liqueur artisanale sans rien de plus. Les lampees variraient suivant l'intensité de la soif ou de l'affection gustative du liquide aux effluves sucrées.

-Et chialle pas si ca brule le gosier malgré les saveurs de caramel, hein. Et par pitié fait pas comme Ethan.. gerbe pas partout.. ce serait du pur gaspillage

Le rictus mesquin dessiné sur sa bouche avait accompagné des prunelles moqueuse. Alexei semblait être une vraie femmelette, la soirée promettait d'etre amusante.. C'etait bien pour ça qu'elle avait sauté sur l'occasion.
Contenu sponsorisé

Un coin tranquille - Page 9 Empty
Re: Un coin tranquille
Contenu sponsorisé, le  

Page 9 sur 11

 Un coin tranquille

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.