AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 5
Tour de Londres [Quartier]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Elias Baxter
Serpentard
Serpentard

Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Elias Baxter, le  Mar 30 Mai - 15:12

Sa nouvelle comparse hésite pas à le rejoindre tandis que sous son regard d'enfant la vieille semble pas franchement jouasse de voir qu'on lui paye autant d'attention. « Elle s'imagine peut être que tirer la gueule permet de moins l'identifier ? » Elias pouffa tandis que les joues ridées commençaient à trembloter directement, à rougir même. « J'voulais pas vous vexer. C'est vrai que tout le monde tire la gueule. » « C'est vrai ça m'dame, vous tirer la gueule, elle a raison. C'est pas très beau à voir savez ? » Y a la main de la jeune femme qui l'attrape pour les faire reculer, comme si qu'elle avait peur que la vieille leur saute dessus. C'est vrai qu'ils sont à deux doigts de la faire sortir de ses gonds. Elle prend des teintes presque violacée, et à ce titre on parle plus de rouille ! « Allez-vous en ! »

Les talons font du tactac sur la chaussée, rythmés, agacés. L'Elias se tourne vers sa partenaire, un sourcil arqué. Elle avait quelque chose à cacher la mémé. « Qui aurait cru que la reine fut dotée de magie ? » Magie ! Boucle d'or elle parlait de magie, comme ça, au milieu d'la foule ! Un sourire benêt s'étire sur les lèvres du sorcier, qui la tape gentiment à l'épaule. « Beh chut hé ! Le secret magique ! » Il pouffe et traine un rictus amusé sur le visage. « Mais t'as vu le violet comme moi hein ? Sûr qu'elle est genre méta ou j'sais pas quoi ! » L'anglaise est en pleine réflexion ça se voit. Mais Elias il est sûr que c'est la reine. Un port si haut, des lèvres aussi pincées, ça s'invente pas ! C'est forcément aristocrate. Pis y a aussi qu'elle traine près de ses soldats, pour sûr pour les surveiller, ça ne fait aucune doute ! Savent-ils seulement que leur gouvernement est en vérité souillé à la souche, sorcier de haut vol ? «  On la transforme ? »

Il suit les frisettes jaunes, il les suit jusqu'à la mémé, qui marche vite mais pas tant et qui sert son sac à main tout contre elle. « Laissez-moi tranquille ou j'appelle à l'aide je vous dis ! Gaaaardes ! » Les gardes restent impassibles.
« Vous êtes vraiment la reine ? Vous êtes une sorcière ? » Elias se corrige pour chuchoter sa dernière phrase. « Vous êtes une sorcière majesté ? » Il roule après la vieille sur sa trottinette, empressé de recevoir les réponses à ses questions. « Évidemment ! » Ah ! La satisfaction du devoir accompli. Ah ! La satisfaction ! La reine est une sorcière ! La reine est une sorcière. « Mais alors pourquoi garder le secret magique ? » La bonne femme s'arrête net en se tordant les doigts.


Dernière édition par Elias Baxter le Dim 25 Juin - 18:19, édité 1 fois
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Shela Diggle, le  Dim 25 Juin - 17:06

j'me suis rendue compte il y a peu (et un peu tard)
du siècle dans lequel baigne le forum. nous avons inventé une autre vieille reine



Pour qu'une plébéienne appelle aux gardes, c'est qu'il lui faut une sacrée dose de culot. Aussi le caractère royal de la personne se confirme : quel autre idiot tenterait d'attirer un mouvement de la part des Allumettes. Le touriste aux deux-roues s'excite de la nouvelle, et il y a de quoi; il s'empresse et ses mots batifolent, il y a en lui l'enfant l'enfant
comme celui qui coure, filet à la main, chasser les crabes dans les rochers, se faire pêcheur d'un jour sous le soleil écrasant, y'a du monde partout mais l'enfant s'en fout, il n'y a que son aventure, le roc coloré, par les algues, les moules, la marée, que son aventure, les crabes à trouver, les mains qui pataugent dans les flaques, l'appréhension de se faire pincer
mon touriste est un enfant, encore un; il y a de beau dans les enfants, le fait qu'ils sachent rêver.
Question fatidique, et l'autre, exaspérée, crache une positive réponse. Ses traits sont figés, ses yeux, allant de l'un à l'autre de l'autre, à l'un; le rouge ne l'a pas quitté. Elle attend, tendue à s'en rompre, une exclamation et un recul de ceux qui la chassent. C'est le crabe et quatre mains d'enfants, qui triturent le fond de l'eau, se veulent triomphants. Quatre mains d'enfants, nerveux à l'idée d'atteindre ce qu'ils cherchaient.

Et finalement ils tombent dessus ! et c'est la chute du rideau, l'éclat de voix, ah ! ah ! la reine est magie ! Quelle belle trouvaille, et sans chercher un sens un but un savoir à exploiter, un gamin est heureux d'avoir trouvé, quoi, quelque chose. Et cela suffit. Innocente question, donc, que le monsieur tire de son gosier, pourquoi pourquoi, le secret magique, avec une telle influence ? Croquer son visage dans un coin de tête, elle a perdu ses couleurs, ne cherche plus à faire colère. Et froncer sourcils, légèrement, tourner la tête vers le médisant; c'est un désir en une question ?
Il y a ces gens qui revendiquent
l'annulation de l'ignorance
se souvenir que dans ces gens il y a, des désireux peints en noir. Je ne suis ni avec ni sans, n'être ni moldue ni sorcière être, commerciale, les valeurs des choses des gens varient dans le temps - tant qu'ils restent inconnus. Tant qu'ils ne sont que des chiffres dans un édito, un nombre de gens qui meurent, pas de noms, parfois une nationalité, alors leur valeur change, aux yeux du monde, alors mes yeux s'adaptent, aux variations du marché des morts.
Le touriste n'a pas pris parti, il trouve seulement (peut être) cela bizarrement inutile, le secret magique, bizarrement inutile. Se trouver accordée à cette constatation; le bizarre de l'inutile de la loi.

dans sa tête, litanie, pourquoi diable avoir reconnu leur idée folle, ils ne me laisseront jamais plus tranquille, et de la magie, d'où sortent ces démons ? dans sa tête, peut être tout à fait autre chose/c'est assez clair pour répondre sans comprendre

Et un échange en tac-tac-tac. Pour ne pas servir de cobaye à la science-Vous les en empêcheriez avec la magie-Pour ne pas créer de conflit-Ils sont évitables aux tolérants-Parce que c'est un secret, voilà tout ! La petite dame fulmine, son dernier argument est de celui que l'on donne aux enfants. Sauf que tout enfant répond. Vous avez peur. Mais d'eux, ou de vous ?
.
Question à l'ensemble de ceux prônant le silence.
Elias Baxter
Elias Baxter
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Elias Baxter, le  Mer 5 Juil - 10:38

La vieille a l'air pas serein, les traits tirées, les veines gonflées, les sourcils arqués. On croirait une cocotte minute en train de siffler. Elias l'observe comme il aurait observer une potion qui mijote, un intérêt marqué, la tête un peu penché. Il attend. Il attend avec attention, mille réponses à mille questions. De la bouche d'une reine, ça oui, des réponses de la bouche d'une reine. V'là un trophée qu'on pouvait pas y cracher dessus.

Pour ne pas servir de cobaye à la science ! Soit, soit, mais ils avaient de quoi se défendre ! Vous les en empêcheriez avec la magie ! Le tac au tac de la jeune femme qu'était venu lui servir de comparse fit sourire Elias d'une oreille sur l'autre. Ça que oui que la magie pourrait empêcher mille dérives malicieuses et malchanceuses de la sciences. Mais les sorciers faisaient dans l'égoïsme, en plus d'être planté dans leur purisme. Pour ne pas créer de conflit ! Le conflit, y en aurait toujours. Ils sont évitables aux tolérants. Reflet même de sa pensée, les mots quittèrent la bouche de l'anglaise à son côté. Il darda sur elle un regard pas peu fier. Parce que c'est un secret, voilà tout ! Alors ça pour sûr que c'était un argument con ! Pour peu qu'on puisse définir ça comme un argument en soit. Vous avez peur. Mais d'eux, ou de vous ?

Les mots trouvèrent écho, écho, écho. Elias serra sa trottinette entre ses doigts en levant un sourcil vers la vieille, qui semblait plus savoir que dire, ni que faire. Ayant le pouvoir que vous avez, vous êtes la mieux placée pour faire bouger les choses, j'vois pas pourquoi qu'on doit se cacher comme si on était des monstres... ! Monstres de foire ! Monstres de foire ! C'est comme ça qu'ils nous verront vous verrez. Quant à leur technologie, vous n'imaginez même pas jusqu'où ils peuvent aller ! On pourrait penser qu'on aurait le dessus facilement, mais j'vous assure que non, ça oui ! Ils ont des ressources ces enfoirés... Majesté ! Un langage si cru dans une bouche si noble, ça faisait mal par où ça rentrait. Vous pensez pas que ça vaille le coup alors ? Peut-être bien qu'on pourrait s'entendre ! Les humains sont pas fais pour s'entendre, dès que y a de la différence voyez dont ce qui se passe. La tolérance c'est une illusion jeune homme ! Elias jeta un oeil à sa compagne d'un jour et la questionna du regard. T'es d'accord avec ce qu'elle dit toi ? Perso j'en ai marre de me cacher. Et si c'était inversé ! Que c'était eux qui devaient se cacher hein ? Avec leur technologie bizarre ! Moi j'serais prêt à les accepter. J'suis sûr que eux aussi pourraient faire un effort. Z'êtes aigrie madame.
Shela Diggle
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Shela Diggle, le  Sam 8 Juil - 17:11

Il acquiesce acquiesce, prend position, la conviction va bientôt suivre : parfois les gens avouent leurs désirs sous forme de questions. Préférer, en général, fuir la chose politique, embêtante, les discours ne permettent de trouver ce qu'il y a à perdre et a gagner, il me faut connaître les règles, apprendre s'il s'agit d'un jeu à somme positive ou négative, gain à l'enrôlement - mangez-moi plutôt. Le savoir superflu n'intéresse guère, il amène avec soi les corbeaux, longues ombres sur le tableau, les corbeaux embêtants, aussi, les corbeaux qu'attire l'odeur de la charogne; trop savoir c'est trop, pouvoir, est dangereux, chacun le veut. Préférer, donc, fuir le pouvoir des mains, obéir à plus haut afin de tirer profit, être de ceux qui font beaucoup de peu, et sans s’enorgueillir - le chanceux qui parle trop crève vite.
La reine s'échauffe une nouvelle fois, détruit son langage, trop de futilités ruine l'émotion, pas vrai, la reine clame sa peur de la force de ceux qu'elle place en ennemis, d.o.u.t.e. Comment avoir peur ? Mais sans importance, l'idée s'accroche et de décroche, comme une vague, vomit sur la plage et se retire, s'allonge s'allonge, lèche les pieds de quelques aventuriers, la vague s'en va et ne revient plus; la vieille intéresse peu, finalement, moins que mon touriste à roulettes.
Lui, prudemment, affiche son parti pris, avance tout doucement son avis, presque d'une innocente méfiance, lui, pacifiste, pour calmer les ardeurs, se dit ouvert s'il n'avait été d'une minorité discriminée, et bien vouloir le croire. Il est plus facile d'être l'empathique lorsque l'on a été du mauvais côté, plus facile d'être l'humain en ayant été la victime. En ayant goûté au besoin, l'on a le désir de le retirer aux autres; simplement, quand le privilège est habitude, l'égalité ressemble à l'oppression.

Et la question à soi, devenons direct, je suis, neutre s'il n'y a pas d'objectifs je n'ai, pas le courage de prendre position, je suis celle que le jour aura décidé, de l'avis de la priorité : pas de gain assuré, pas de jeu. Avoir ce côté mauvais perdant, peut être, éviter cette douleur-là, aimer le risque quand il ne tient qu'à soi, qu'il ne permet pas aux autres de se faire juges. Je pense
beaucoup de choses, je pense le ciel indigo et des parasites carrés, je pense les mains sur le sol je pense, des solutions aux théories inexistantes, je me pense incapable de vivre ailleurs qu'avec un pied dans ma tête je pense que l'on ne devrait avoir à être invisibles

Je pense qu'il y a des combats à mener
être vague vague vague ne pas proposer à quels combats l'on songeait, penser, aujourd'hui même les combats de crayons finissent ensanglantés Ma Dame, quoi que vous fassiez, la peur n'est pas une bonne maîtresse. Le jeune homme est pacifiste par ses mots, et ses idées violentes, un peu. Brusquer le monde le transformer, voilà de politiques questions, voilà de quoi fuir, l'on parle pouvoir et décisions, souhaiter s'effacer. Je n'en ferai rien. Mon Etat n'entrera pas en guerre, et le secret est un choix nécessaire à la paix. Elle asséna une tape sur la main du brun. Ce n'est pas aussi simple que dans vos petites têtes. Je crois que ça l'est, en fait. Suffit d'en parler, en faire une annonce populaire. La reine est magie, et refuse l'égalité. Le ventre se tord.
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Lizzie Bennet, le  Dim 27 Aoû - 17:59

(Faute de réponse depuis 1 mois et demi, j’pique le sujet, me MP si problème)
Nemesis gratuite — PV Azénor — elle a mon libre arbitre


Je sais pas ce que j’ai aujourd’hui. J’dirais bien que j’ai fumé un truc pas net, mais en fait, je suis vachement sage là dessus depuis quelques jours. En revanche j’ai de la peinture rouge sur le nez, et ça c’est bizarre. Avec de la poudre blanche sur le visage, et une bouche plus grosse que trois patates alignées.

En fait. Je sais très bien ce que j’ai. J’avais prévu d’aller voir ma soeur, Lydia. Et puis, et puis j’ai perdu le courage, alors j’essaie de me persuader qu’à la place je fais un truc utile, intéressant, tout ça. J’me balade dans la rue, sans baguette au poing, juste ma magie qui dégouline de mes ongles.

J’crache des Orchideus et j’offre des bouquets de fleurs aux gamins. Regard malicieux, sourire de connivence. Et puis l’un qui me chope le poignet. M’attire vers ses parents. Dit :
— Je vous l’avais dit ! La magie existe ! La magie existe !

— Il serait ridicule d’en douter. Tu reprendras bien un dernier bouquet ?

Sourires échangés avec l’enfant, parce qu’il sait, en cet instant, bien plus que ses parents le lui font toujours croire. Il touche la magie du doigt…

Mais je suis pas venue faire d’histoire, moi. J’me fais passer pour un petit clown moldu. J’prends pas leur sous, juste leurs sourires, et puis je repars voguer dans un Londres brumeux. Il est temps de vendre des rêves, des rêves à tous ces enfants pour qui je ne suis rien. Me faire pardonner d’avoir été, pour ma propre soeur, encore moins.

J’ai répété mon tour jusqu’à ce que la pluie n’éloigne les passants ; et d’un Umbrelum manumagique, j’ai éloigné les gouttelettes de mon couvre-chef.
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Azénor P. Benbow, le  Ven 1 Sep - 22:02



je suis la paupière

Ouverte à l'envie, au différent. Pluie qui pointe acide pour certains qui pointe régénératrice pour d'autres qui sont des fous trop fous pour en avoir quelque chose à faire. Sortie pour regarder le monde en pleine face et aimer la pluie comme elle vient. Un tee-shirt et un jean. J'ai un peu froid, les pores resserrés, les doigts qui dégoulinent. Mèches de cheveux coincées contre ma peau, je sens la vie un sourire aux lèvres.
Les rues de Londres se dépêchent, courent et se cachent de l'eau qui coule, assez seule. Peut-être que ce sont eux les fous. Inabritée soumise au temps je marche droit devant sans vraiment me soucier du chemin. Une balade, un coin de rue et je tourne. Parce que pourquoi pas.
Je voulais me changer les idées tu sais voir ce qu'il se passait outside. Pourrait-on appeler cela une fuite. Fuite du quotidien ou recherche du lendemain qu'en saurais-je.

J'ai tout ce que je veux, un métier que j'adore, un bar, un amour, une âme sœur, et un objectif atteint. C'est le début, je suis devenue ce que je devais être, la vie qui continue et suit son cours, pour une fois tranquille.
Pas dupe bien-sûr.
Qui ne chérie pas ses démons pour qu'ils reviennent.

Un détour, sur la gauche.
Froncer les sourcils, découvrir, s'étonner.
Je m'approche de la silhouette parce que je crois voir l'impensable. Je m'avance curieuse et bornée, une femme maquillée en clown un peu coulé pointe du doigt le Ciel et un parapluie transparent la protège des gouttes. Arrêt Je ne sais pas par où commencer. Je pourrais prétendre ne pas comprendre, demander quelle sorte de tour de magie extraordinaire lui permet de créer un parapluie au bout de son doigt. Mais je suis d'humeur à savoir, pas à jouer. Je ne me suis pas approché à plus de quelques mètres. Je ne sais pas même s'il elle m'a remarqué. Je l'observe du coin de l’œil, ombre qui tic. Une fille qui doit être fabuleuse derrière le maquillage décoloré. Une mâchoire carnassière, une prestance particulière.
te connaitrais-je?

Tout doucement je m'approche un peu plus, toucher l'inconnu. Quelques mètres peut-être trois, quatre ou même cinq nous séparent désormais et je re marque un arrêt. Une coquetterie dans l’œil, qu'est-il arrivé à ton regard. Je le vois d'ici et le trouve un peu vide. Comment percer ton intérieur jolie fleur. Qui es-tu sous ton nez rouge et ta peau blanche.
une fille

- tu me prêtes ton doigt?

tutoyer
simplicité
do you feel something
special?

Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Lizzie Bennet, le  Mar 3 Oct - 12:39

Des mots coulent de tes lèvres ; sans crainte. Tu veux mon doigt. Je souris. Je m’attendais à ce qu’on veuille plutôt voler mon nez. J’ai du louper un numéro. Ce n’est pas grave, si tu y tiens, Fille Bis, je peux te filer mon doigt. Ou plutôt, ma griffe. Doigt est un terme trop humain, et il y a longtemps que je ne me suis sentie humaine.

Même aujourd’hui, alors que l’envie d’offrir des sourires aux gens creuse des rigoles dans mes fossettes, je ne me sens pas humaine.

Je ne suis pas réelle. Je suis un fantasme, un cauchemar, et un mirage. Je suis une illusion vivante. Le maquillage n’est là que pour m’habiller d’humanité. Ou confirmer le caractère spectaculaire. Je ne sais pas trop. Je suppose qu’Entouan dirait que je me suis égarée dans le cirque de mon imagination.

— Tiens. J’ai tendu mon doigt, pas recroquevillé comme la serre qu’il cachait, non. Tendu, droit, il manquait juste un sourire dessiné au feutre. Il faut que j’aille me chercher du feutre. Ou du feu. C’est plus simple, plus court, plus mieux.

Évidemment, je ne pouvais me réduire à te donner un bout de moi sans qu’il n’y ait d’entourloupe. Tu aurais du t’en douter. A peine nos doigts se sont-ils effleurés que j’ai renvoyé de petites ondes manumagiques. Un charmant Lashlabask. Brûle, brûle inconnue. Nous ne sommes que des mensonges aux visages de cire. Un peu de chaleur et puis tu fonds. La peau rougit, brunit, se couvre de cloque, s’enflamme, et pèle tour à tour.

Sous la peau, une couche qui hésite entre chair et blanc, entre vert et violet. Des vaisseaux explosés. Et puis, cachée, tout au fond, sous les douleurs oubliées, des mots. Des mots aux allures de rêve d'enfance. Ou de souvenir.

Nous sommes jumelles,
Nous sommes fragiles,
Mais à nous deux,
Nous pouvons faire disparaître le monde.

Réduite à l'errance entre les corps je danse, danse sans savoir pourquoi, sur quelle partition, et puis à quoi ça rime, à quoi ça rime.
— Tu te souviens des mots ?

Tu te souviens d'avant, de ce qu'on a laissé filé, des images de cheval à bascule, de sa main sur ma gorge, tu te souviens des peurs et des rires, tu te souviens de vivre, ou tu es, comme moi, déjà morte ? Es-tu fantôme, cadavre ou vivant ? Qu'as-tu fait de mal ?
Y a l'orage qui s'agite.
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Azénor P. Benbow, le  Lun 30 Oct - 9:19


Un doigt tendu. A peine touchée je ressens une sorte de décharge brûlante, j'enlève immédiatement notre transfert de haine. Hééééééé! Mais qui est-tu pour infliger sortilèges aux inconnus? Inconnus dis-je. Mais pourquoi cette coquetterie dans l’œil. Une seconde, un geste de main, devant la bouche. Bien-sûr, pourquoi ne t'ai-je pas reconnu plus tôt, fille. Un regard assez méprisant s'installe sur mon visage. Mais je crois que, tu ne peux plus voir. Je vois tes yeux perdus, ils sont vidés de vie, ils ne regardent même plus, ils ont perdu la beauté que je leur connaissais. Une question réside, celle qui demande ce qu'il t'est arrivé.
— Tu te souviens des mots ?

Je me souviens de beaucoup de choses tu sais, surtout de ces conneries que j'aimerais plutôt oublier. Le genre claque à gauche claque à droite. Couchée par terre impossible de se relever. Qui peut prétendre connaître la douleur je me le demande. Je me le suis souvent demandée.
Regarde la scène. Deux nanas qui se connaissent à peine, préjugés, sous la pluie battante, sous un orage qui gronde, en colère, à se regarder dans le blanc des yeux, si je puis dire. Pourquoi est-ce-qu'instinctivement j'ai empoigné ma baguette au fond de la poche de ma veste. Parce que j'ai pas confiance, parce que je ne t'aime pas, pas du tout. Mais pourquoi donc. Ça ne me va pas, pas vraiment, de refuser d'essayer, mais est ce que je me berce d'illusions en me voulant me faire croire à moi-même que tu n'as rien à m'apporter. Est-ce-que je te déteste en surface pour enterrer l'idée d'addiction.
J'en sais rien.
- positive
Et toi des larmes, tu t'en souviens des larmes?


Ça remonte à quand la dernière fois que tu as pleuré. Est-ce-que ça fait toujours, toujours du bien de se vider. Pourquoi de l'eau coule de là ou je vois le monde. Pourquoi des frissons si ardus vont jusqu'à me faire mal au ventre. Et pourquoi je suis là, trempée, frigorifiée, à ne pas être capable de lever un doigt de pied. J'suis plantée dans ton regard vide parce que peu importe comment tu as fais, tu m'as touchée. Trop profond pour que je m'en aille.
Un clignement d’œil
Qui es-tu sous ce masque. Pas celui du maquillage pour faire rire les enfants, non. Je parle de celui que tu portes à longueur de journée. Un masque de peur pour terrifier les autres.

Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Lizzie Bennet, le  Dim 26 Nov - 18:21

J'aimerais que tu prétendes en avoir quelque chose à foutre. Que tu cherches pas que les sourires, les joies factices et les étreintes. Que tu acceptes les bavures d'âme, les peurs et les doutes.

je panique parfois
devant le flacon asséché
devant nos rêves oubliés
trop de silences se sont glissés


Je sais qu'il est trop tard. Que notre histoire s'est écrite sur le ton du théâtre, du maquillage de vérité et du déguisement émotionnel. Que tu ne connais de moi qu'une idée ; que tu ne me montres de toi qu'une idée. Pourtant.

parfois tu manques tant
que ça en devient douloureux
.parfois j'sais plus d'où l'on vient.
parfois aussi je t'en veux
de trop manier les mots
mais au fond j'sais que l'appel des âmes
résistera à toutes les larmes


Le problème au fond, c'est surtout que t'appelles pas. Surtout que t'aies pas besoin, pas même du masque de chair. Il glisse, glisse comme mon esprit, et sur ses bordures on voit se dessiner des monticules de sang, des monticules de crainte.

Alors, loin de ton monde dont je n'ai jamais eu la clef, je ne peux que soupirer, entre promesse et prière :
respire les sourires, souffle-les
comme des bulles de savon ;
ris des quais déchainés et de la douceur
des cires fondues
vis
à t'en remplir le coeur
d'espoirs


De mon côté je prendrais soin de ragaillardir le masque glissant. Je redeviendrais une sombre et absolue - illusion.

- Non, je ne m'en rappelle pas. Elles ont quel goût déjà ?
- aux âmes scellées
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Azénor P. Benbow, le  Sam 2 Déc - 15:41


Tu sais je connais une chanson qui dit que soit ça pourrait être le paradis soit ça pourrait être l'enfer. Je me demande souvent à quel moment d'une réalité on se met à réaliser. Que tout pourrait être mieux je veux dire. Il y a toujours pire, c'est débile de dire ça, c'est tellement vrai que c'est débile. Mais les habitudes, tu sais. A quel moment on se rend compte qu'on est malheureux alors qu'on a toujours, toujours pensé que ça y est, sourire n'était plus une corvée. Mais si tu sais bien cette espèce de gêne que tu sens dans ton ventre, qui te prend de partout, des sueurs froides et des frissons. C'est intéressant avec toi je me sens comme si j'étais seule. C'est bizarre, parce que tu sais quand je suis seule j'ai pas honte, j'ai rien, je suis pas grand chose. Avec toi c'est si facile, j'ai pas besoin de prétendre, pas besoin de jouer un rôle. Pourquoi. Pourquoi quand t'es là j'ai le droit de souffler comme si j'étais seule dans mon lit à espérer qu'un de mes rêves se réalise. Tu sais quand je parle de rêve je veux dire le truc qui m'empêche de dormir. Pas les espèces de conneries qu'on voit quand on a réussi à s'apaiser. Si tu savais comme je m'efforce, tous les soirs à pas penser à comment ma vie pourrait être meilleure. J'essaie vraiment de me dire qu'elle est déjà bien comme ça, de me contenter de ce que j'ai. Mais c'est comme les lasagnes ça aussi, plus t'en as envie, plus cette idée t'accapare et tu dois juste, en manger tu vois, pour plus avoir cette idée dans la tête qui te ronge littéralement.
Tu peux plus me voir pourtant c'est comme si personne ne m'avait jamais autant regardée.

do you dare to look me right in the eyes.

J'ai froid, tu sais j'ai si froid. Un long soupir, je sais plus vraiment où je suis. Regarde comme le monde s'arrête autour de nous, il y a la pluie il y a toi il y a moi. Quoi d'autre. Prend une histoire de ta vie, imagine la, encore. Et maintenant, demande toi, et si. C'est l'histoire de ma vie. C'est pas des regrets, plus des remords. Je suis peut-être simplement pas celle qu'il fallait. J'ai toujours tout donné, tout avoué, tout balancé, avec condescendance et dépit, parfois avec amour et nostalgie. Mais tu sais j'ai toujours tout fait dans les règles de l'art. J'ai toujours été réglo. Et puis je suis sympa, je suis rigolote. Est-ce-que c'est parce que je préfère infliger la peine à moi-même que de voir les autres souffrir que Dieu là haut me met de côté parfois. En surface j'ai une vie incroyable, mes amis sont fiers, mes amis m'aiment. Tu t'aimes?

- Non, je ne m'en rappelle pas. Elles ont quel goût déjà ?

Tu vois j'attends pas un truc de fou, simplement une fleur dans le cœur. Oui je veux une fleur dans le cœur. Mais le paradoxe c'est pourquoi c'est ce à quoi je pense -une fleur- quand t'es devant moi. T'es pas une fleur toi, non hein. Pas une fleur du tout. J'ai toujours pensé que il y avait, des trucs du genre, des circonstances atténuantes tu vois. langage parlé. Mais c'est faux. Complètement faux. Parfois les gens sont simplement débile, réfléchir au long terme, faire confiance à celle qui a fait ses preuves. Mais moi j'essaie toujours de trouver des excuses et des raisons là où il y en a pas. J'arrête. Vraiment. J'arrête de chercher des mots à tout, à toute ma vie.
barefoot on hell

- solitude

Je dois avoir l'air d'une petite puce, petite et menue, un peu déboussolée, qui sait pas elle-même pourquoi elle est incapable de bouger, pieds encrés dans le sol qui glisse. Même la pluie ne me fait pas cligner des yeux. Je te lâche pas du regard, jamais. J'ai confiance que dans les fleurs.
et les lasagnes
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Lizzie Bennet, le  Dim 14 Jan - 16:38

Hum, nous ne parvenons pas à trouver cette personne.

Impossible de localiser Lizzie Bennet.
Si l’identité est correcte, voici trois autres choses que vous pouvez essayer de faire :

Réessayer ultérieurement.
Vérifier qu’elle désire vous voir.
Si elle a cessé de répondre à qui que ce soit depuis plus de 48h, accepter son décès.

Un temps. Une langue en suspens. Un regard vide, qui divague, quoique vhag ne soit pas là et qu’il s’agisse plutôt de l’Autre.

Hum, nous ne parvenons pas à trouver cette personne.

Impossible de localiser Lizzie Bennet.
Si l’identité est correcte, voici trois autres choses que vous pouvez essayer de faire :

Réessayer ultérieurement.
Vérifier qu’elle désire vous voir.
Si elle a cessé de répondre à qui que ce soit depuis plus de 48h, accepter son décès.

Réessayer. Sa voix qui s’accroche — qui balance un mot, comme ça. Comme une bombe à travers la porte entrouverte. Avant de la claquer et de s’enfuir.
A l’intérieur, la bombe pianote, s’excite, s’enflamme, et bientôt brûle la maison du silence.

https://lizziebennet.fr

Elle est là. Sans trop le vouloir. Contrainte à réagir par la brûlure. Par la douleur. Bien sûr qu’elle sait ce que c’est, la solitude. Et plus que celle-ci, l’isolement. Elle sait s’isoler, compartimenter les morceaux de sa vie. S’assurer qu’au travail, personne ne sache qui elle est vraiment. Que jusque dans l’intimité, Parker n’ait pas idée qu’elle a des enfants, grands maintenant. D’un autre père que lui. Du même nom pourtant.

Ce n’est pas qu’elle cherche à mentir, pourtant. C’est plutôt que chaque bout de vie rentre dans sa boîte. Sa div. Et elle évite soigneusement que les div interagissent les unes avec les autres. De points en points, elle se retrouve finalement bien solitaire. Plus proche du 0 que du 1.

Ses mots, ses mots à elle, touchent plus proche qu’ils ne le devraient. Alors un sanglot commence à me secouer, dans l’estomac. J’ai l’amertume qui remonte dans la gorge. Comme une envie de vomir, de cracher un gros glaire resté tapis ici, en moi.
— alors si c'est ça, je crois que je n'ai pas oublié. pas vraiment. c'est juste que c'est resté là. coincé.
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Azénor P. Benbow, le  Mar 27 Fév - 22:25


Je ne connais pas tout sur tout évidemment pas tu sais, fille, mais je vois, je te regarde et j'ai l'impression de savoir, de me baser sur du faux. T’es pas une fleur ça non, je l’ai déjà remarqué, y'a qu'à voir cette fois où tu t'amusais à casser des assiettes sur des gens; t'étais encore indemne -mais bien-sûr- en ce temps là, mais t’es autre chose qu’une bête qui montre les griffes pour se défendre.
Tu te protèges n'est-ce-pas? C'est pour ça que sans le vouloir toi et moi on est un peu somilaires. Moi j’ai défendu ma petite personne en souriant, toujours plus, comme pour me faire croire à moi-même que j’étais enfin heureuse, pleinement, profondément.
some fear the darkness but you can not stand the light

Mais c’est quoi le bonheur dis-moi ? J’pense que c’est pas un état durable, on est toujours ramener à nos démons hein. Quitte-on vraiment ses démons un jour. M’enfin les quitter c’est peut-être un grand mot, ils sont toujours là, comme omniprésents mais on va dire que je les trimballe en garde alternée. Avec qui je la fais cette garde alternée ? J’en ai aucune foutue idée mais c’est cette impression que le vide est parfois comblé puis ressurgit de l’antre d’une bête. Je trimballe une bête.
Et si la bête c’était la même que la tienne ?
-alors si c'est ça, je crois que je n'ai pas oublié. pas vraiment. c'est juste que c'est resté là. coincé.
Dis-moi fille, pourquoi ça reste coincé ce genre de choses ? Pourquoi j’ai pas d’eau qui coule de mes deux points de vision de ce foutu monde ? Pourquoi la seule chose qui les mouille c’est cette pluie qui me donne si froid mais que j’arrive pas à quitter ? Peut-être parce que t’es là, que tu me vois à travers ton regard si vide, tu me vois peut-être mieux que tous et pourtant je te déteste et je t’admire quel étrange paradoxe es-tu devenue.
-on reste tous coincé quelque part pas vrai ?

J’ai pas envie d’en savoir beaucoup plus sur toi, après tout j’suis censée pas t’aimer, pas me forcer cette fois. Mais c’est sûrement pour ça aussi que j’ai plongé si profondément dans tes yeux vides, c’est peut-être bien que ce qu’on déteste nous attire plus que ce que l’on aime
under the rain.

Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Lizzie Bennet, le  Mar 17 Avr - 23:10

(mais mais j’étais sûre que c’était ton tour, déso pour l’attente)

Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Giphy

— Sans doute.


Tu as des mots justes et blessants. Oh, je sais ce que cela veut dire, d’être perdu dans ce surplace infernal. Le cirque de notre esprit, j’y ai erré des années durant. Je connais tous les numéros et les variantes des spectacles ; c’est ainsi que je peux chaque nuit chaque jour revisiter le réel. Ne plus savoir si j’ai réellement été coincée dans un aquarium, ou si ça s’est produit la semaine dernière. Et puis, y avait cette histoire de sketch à moustache, avec plein de sandwichs au thon. Très important pour le ton de la narration.

It's like living on a merry go round and round you seem to go
No one ever seems to know why

J’ai tant aimé rêver que parfois, parfois je ne peux démêler les histoires les unes des autres. Comme cette nuit, où j’avais un fils, toujours jaloux de son jumeau imaginaire. Ce n’était pas vrai, ce n’était pas l’autre que je préférais. Oscar n’existait pas. Mais lorsque mon fils pensait à lui, Oscar s’agitait, et me cognait la tête contre une baignoire. On finissait toujours par se disputer, et ce, jusqu’à devenir condamnés à l’apparence de chiens. Volants. Errant loin l’un de l’autre, Oscar cherchant à nous séparer.

We're doing everything
That we can do to get it through to you

Tu sais, j’ai jamais voulu abandonner. Je savais qu’il fallait te trouver, fils. C’était écrit dans les néons, et ça clignotait comme un orage. Mais sans le son. Lorsque nos pattes se sont touchées pourtant, il était trop tard ; ceux qui avaient tout manigancé, les humains cherchant à dominer le monde en coinçant le reste de l’humanité sous une forme animale, étaient là. Ils ne comprenaient pas comment on avait fait pour savoir, alors que c’était dans notre ADN. Tant et si bien qu’on a fusionné, tous les deux. Et j’te parle même pas de la partie où on a commencé à traverser les portails de l’espace-temps, d’un vert clignotant, pour un cache-cache avec les méchants. On en fait des choses, hein ? Quand on se laisse rêver de trop…

Try to make you see but you're blind
In the circus of your mind

— Mais peut-être qu’on est pas vouées à faire ça toute notre vie. Peut-être qu’on peut profiter de la pluie pour guetter ou créer un arc-en-ciel. Ou danser dans la lumière.
Une main tendue en sa direction, hésitante.

— De quoi as-tu peur ?
Cette danse pourrait être notre portail à nous. Le vrai.

Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Azénor P. Benbow, le  Dim 13 Mai - 13:55

i'm sorry



— Sans doute.
do you feel the same when I'm away from you?

Et si j'y arrive plus? Coincée derrière mon bureau, pour seule lueur une bougie qui crépite et fait valser mon ombre. Si je reste assise à lever les yeux au ciel, me demandant toujours si j'ai fais le bon choix, ce qui ce serait passé si j'avais tout fais autrement, ça fait quoi? Est ce que le monde va s'arrêter. Si j'ai trop peur de tomber, je peux juste arrêter de regarder en bas. Je sens le vent dans mes cheveux, roh non ils vont s'emmêler, je vais ressembler à une sorcière; ah? Mais j'suis où dans le manège de ma vie, derrière mon bureau, avec une bougie, les cheveux au vent, sous la pluie. Ça n'a pas de sens. Oh je sais, un couché de soleil. Derrière mon bureau, avec une bougie, les cheveux au vent, sous la pluie, et un beau couché de soleil, ciel orangé, quelques nuages rosés, parfait. Seule. Seule je me sens bien. C'est dur de devoir faire face au monde, de savoir que l'on en attend de vous, mais j'attends rien de personne moi bande de fous. Ça fait trop mal, ça déçoit trop. Look at the mess I am. But still you want me. Naaaah

Oh attend, est ce que ça t'es déjà arrivé, tu sais de sourire, de toutes tes dents, simplement parce que ça fait du bien. Et puis tout de suite hop, en une fraction de secondes, une larme. Une vraie, qui coule tout doucement sur la joue. Parce que peu importe les efforts pour se contenter de toi, c'est pas suffisant. Un battement de coeur qui guérit tout, tada. Quoi qu'il arrive, ce tata c'est everything, c'est des mots, qui guérissent. Tout s'en va pour trois minutes et cinquante secondes. Essaye. Tu verras. Une claque dans la gueule je te le dis.

— Mais peut-être qu’on est pas vouées à faire ça toute notre vie. Peut-être qu’on peut profiter de la pluie pour guetter ou créer un arc-en-ciel. Ou danser dans la lumière.
— De quoi as-tu peur ?


Oh so life's real??

Une main tendue, celle qui m'a piqué, faudrait être pris de folie pour l'attraper. Alors je l'attrape; évidemment. Ah ça tourne toutes les deux, les yeux dans les yeux, je vois tout ce que tu vois pas, tu comprends sans doute ce que j'ai du mal à percevoir. Parce que quand on voit pas on voit finalement beaucoup mieux non? Regarde, moi je sais pas de quoi j'ai peur, j'ai l'impression que la liste pourrait être si longue, que je n'arrive pas à nommer la première. La plus grande peur. Ah je vois plus clair, le contact.

de moi bien-sûr
on part à l'aventure?

Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Lizzie Bennet, le  Lun 4 Juin - 21:40

Des mains qui se saisissent l’une de l’autre ; qui osent, à petit pas. Qui se complètent plus qu’elles compete. Enfin, c’est ce que je pensais, au début. Et puis elle répond — elle répond et là, tout bascule. Car elle est la première à comprendre. Les autres ont toujours peur d’autrui, mais elle est de ceux qui savent.

— C’est une bonne chose, déjà, de se connaître assez pour se méfier de soi.


Elle est de ceux qui sont des bombes à retardement. Qui ne pourront pas tout sauver, pas tout faire à temps. Qui vont devoir apprendre à vivre avec leurs erreurs et les terreurs qu’ils écrivent dans le regard des autres — ce qu’on appelle, au quotidien, l’incompréhension. Alors que c’est tellement plus que ça. C’est le début de toutes les trahisons et des solitudes qui en découlent.

Alors on s’habitue, peu à peu, à ne vivre plus qu’avec soi. Avec notre plus grande peur et notre plus grande chance. Mais aujourd’hui, aujourd’hui, elle est là avec son coeur ouvert, grand comme une comète, elle donne envie de chercher la fréquence qui permet de traverser les galaxies. Parce que y a un truc, en elle, un truc qui dépasse tout, et qui donne envie de croire que j’pourrais la rejoindre. Qu’on danserait dans les nébuleuses.

C’était pas le plan. C’était pas le deal. Moi j’étais juste là pour distribuer des sourires aux autres, pas pour vivre pour moi. Parce que tu sais, ça, je sais plus faire. J’m’en suis rendue compte hier, pour la première fois, quand les larmes aux yeux j’ai compris que j’avais peur d’être heureuse. Peur de m’autoriser à vivre, et à tout risquer, à tout perdre. Je reste un temps interdite devant sa proposition, puis finis par répondre.

— Je te suis. Mais, simple curiosité — si tu t’effraies toi-même, quel sort me réserves-tu dans cette quête ? Es-tu le héros ou le destinateur ? L’adjuvant ou l’opposant de cette histoire ? 



J’inspire une bouffée d’air frais, une bouffée de rêve. Je la déteste, de me tenter comme ça. D’être tout ce que je ne saurais être. Non, pire ; ce qui me frustre, ce n’est pas qu’on soit si opposées que ça. C’est plutôt l’inverse. C’est qu’on soit les mêmes, et plus exactement, qu’elle soit une meilleure version de moi. Une version que je n’avais jamais su être, et ne saurai jamais devenir.

Ce n’est pas de l’envie ; plus une forme de mélancolie. Et je sais que plus on avance, plus l’on s’approche, et plus elle saura me détruire. A cette pensée, je me surprends même à m’imaginer le désirer, ou la désirer, ou quelque chose au milieu. Ah, ces zones grises.

Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Artemis Lhow, le  Sam 3 Nov - 20:55

Naissance d'un nouvel Ordre
Shela Diggle
Le moment est venu de savoir, de vérifier si mon intuition est la bonne et si elle me suivra effectivement dans la folie qui est mienne. C'est un projet de longue date, un projet ambitieux, mais surtout un projet risqué. Le genre de projet qui pourrait bien nous valoir une peine d'emprisonnement à vie... si nous venions à être pris.

Je ne suis pas seul à lutter pour la justice et l'ordre, mais je serai sans doute le seul à le faire de cette manière. Du moins je serai seul si elle ne me rejoins pas. Je ne sais pas encore si ma compagne sera de la partie, ni même s'il est judicieux et l'informer de cela. Mais je sais aussi qu'elle m'en voudrais de lui avoir caché et qu'elle aimerait être à mes côtés.

Mais d'un sens, j'ai peur qu'elle ne me reconnaisse pas dans mes actes et qu'elle ne se retrouve pas dans ma façon de faire à venir. La justice est à vitesse variable et nous enferme dans le cercle vicieux de l'administration. Il n'est pas question là de demander l'autorisation aux juges pour fouiller ou interroger, pas plus qu'il n'est question de respecter certaines lois protégeant d'avantage les criminels que les citoyens innocents.

La tenue est inhabituelle, une robe de sorcier noire, de la tête au pied... ainsi qu'un masque cachant mon identité. Je ne veux pas prendre de risque, qui sait quel sera sa décision au terme de la discussion. Ce sera déjà un bon début si elle ne m'attaque pas à vue. Il doit être à peu près l'heure pour elle de quitter le Ministère et elle devrait passer par cette ruelle si mes informations sont bonnes.

Les minutes s'écoulent lentement, lorsque le son de pas frappants le goudron me sortent de ma torpeur latente. Elle est toute proche, et je suis seul, debout au milieu de la rue, ma baguette à la main. Bonsoir Shela.
Contenu sponsorisé

Tour de Londres [Quartier] - Page 4 Empty
Re: Tour de Londres [Quartier]
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 5

 Tour de Londres [Quartier]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.