AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 24 sur 38
Comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25 ... 31 ... 38  Suivant
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor

Re: Comptoir

Message par : Nya O'Neal, Ven 16 Déc - 22:38


Réponse à Lizzie Bennet

Mon interlocutrice semblait complètement perdue dans ses pensées. Elle mit quelques secondes avant de me répondre puis me tendit deux capes, dont une visiblement faite en poils de Demiguise. Plutôt que de m’inquiéter à propos des créatures sur lesquelles on avait prélevé la toison, je me demandais plutôt à quel point ça risquait d’être chaud, comme truc. Se camoufler, c’est bien beau, mais si c’est pour suer à grosses gouttes pendant des heures, ça n’en valait peut-être pas la peine. Je préférais largement être confortable là-dessous, quitte à ce que les effets s’estompent plus rapidement.

« Hhm… J’risque pas de mourir de chaud, là-dessous? Si ça ne change rien, va pour celle-là, je te fais confiance. »

Ouais, j'étais rendue à la tutoyer alors que je l'avais vouvoyée quelques secondes auparavant... Mais elle ne s'était pas gênée pour en faire de même, donc ça devait être correct. J’en profitai alors pour observer un peu mieux la jeune femme. Une magnifique petite rouquine qui avait l’air d’une pure bad ass. Probablement pas le genre à se laisser marcher sur les pieds. Heureusement pour elle, d’ailleurs, si elle travaillait ici. La Boutique d’Accessoires de Magie Noire ne devait pas vraiment être l’endroit le mieux fréquenté du Chemin de Traverse… Enfin, elle ne semblait pas s’en plaindre. Elle était certainement dans son élément. Je lui adressai un léger sourire.

« C’est 20 gallions, c’est ça? »

Je fouinai machinalement dans mes poches et en sortit en un rien de temps l’argent nécessaire. N’étant pas du genre radine et trouvant la vendeuse particulièrement jolie, je continuai à chercher, histoire de lui laisser un peu de pourboire. Malheureusement pour moi, je n’avais pas prévu le coup et n’avais donc pas grand-chose de plus. Je déposai tout de même les 2 gallions et 12 mornilles supplémentaires que j’avais pu trouver sur le comptoir. Rendu là, j’aurais peut-être dû m’abstenir. Je faisais un peu pitié, avec mes petites pièces. Plutôt que de me laisser abattre, j’adressai un petit clin d’œil à la jeune femme.

« Désolée, c’est tout ce que j’ai sur moi, mais je t’offre volontiers un verre n’importe quand, si ça te tente. »
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Dim 18 Déc - 2:59


(#EcritNocturne #Jetlag Svp ne me haïssez pas)

@Aya
J’observe la belle qui accole ses coudes au comptoir, comme attendant que je la serve quelque consommation. Enfin, dans l’attitude, c’est ce qu’elle me rappelle. Tous ces clients morts de faim. C’était bien beau, le temps du Chaudron, des alcools plus que des potions ; pourtant depuis que mon âme sombrait dans les poisons, je savais que je n’aurais pu supporter le service dans ce style d’établissement. Tellement de dragues lourdes, de clichés sexistes, tout le temps, tout le temps, quand ici... ici ne venaient non les âmes brisées en quête d’oubli mais celles qui n’attendaient qu’à expérimenter construire (auto)détruire ceux qui voulaient les voies des ombres qui ne craignaient ce que d’autres jugeaient moralement irresponsable légalement répréhensible etc etc.

Non, ceux qui venaient ici, c’était les vrais, les bons, et quoique jeune et aux hanches ténues, j’espérais que la blonde soit des leurs. Elle précisa sa commande, et un petit soupir échappa mes lèvres. Elle n’en était qu’aux prémices. Je lui préparais les artefacts, les emballant dans les tissus adaptés, qui n’émousseraient la lame ni ne briseraient le verre. Ce faisant, quelques mots courraient hors de mes lèvres, plus par curiosité que par conversation ; j’aimais cerner ceux que j’effleurais. Savoir pour quoi ils vibraient.

Souvent, il valait mieux démarrer prudent : un « offensif ou défensif ? » en zieutant le poignard offrait rarement une réponse honnête. Au moins, elle semblait s’amouracher de la poignée en os ; c’était plutôt bon signe sur ses goûts et m’arrachait un sourire. Aussi optais-je pour des demi-voies qui en disaient huit fois plus.
Tu as choisi avec qui partager la paire ?


Aya : Miroir à Double Sens (8 Gallions) + Poignard de sacrifice (7 Gallions) = 15 Gallions


La cliente était dubitative ; malgré ses mots, sa confiance sonnait comme une parodie. Peut-être aussi, voire surtout, parce que c’était la première fois que qui que ce soit me proférait une confiance si rapide. Ou parce que je savais au fond qu’elle serait brève. Comme le bout de femme qui m’avait appelée gentille madame, avant de changer de visage et me lacérer au couteau. Il n’était de confiance vite affirmée qui ne soit plus vite encore retirée. Crrr crrrr faisaient ses mots, et mon coeur tambourinait en se fermant d’un loquet supplémentaire. J’hésitais et lui disais-
Ça dépend de si tu as tendance à avoir chaud ou non. Tu peux essayer les deux, au pire, et juger toi-même.

Les autres jugent rarement comme on l’aurait fait, alors que ce sont nos instincts qui nous sauvent le plus des circonstances hasardeuses. Et puis, thermiquement, j’étais carrément pas une référence, j’avais tout le temps chaud, moi. Je savais que beaucoup aimaient les poils de Demiguise, mais si elle était en chaleur encore ? Non, pas dans ce sens là, enfin ça aurait pu l’être, à la manière dont elle me reluquait.

Assez étrange, en vérité. J’avais un peu le sentiment que depuis que je n’essayais plus de plaire, j’attirais plus de regards. Assorti d’une autre personnalité, j’aurais sans doute même été aimée. Coup de bol, j’étais plutôt animalière dans mon rapport à l’être humain. Du genre passe à pas de loup, feule féline en cas de désapprobation, d’une griffe excite les corps désirants, avant de les mordre et laisser pour morts
-sur une envie
-d’être en vie

La rousse parlait encore, me demandait de confirmer le prix ; je hochais la tête, la remerciais d’un sourire en coin en voyant son pourboire tomber. Elle semblait gênée des piécettes, mais pour avoir vécu sans abri quand j’étais à peine majeure, honnêtement, ça me touchait plus qu’autre chose. Peut-être même un peu trop, mais c’était l’effet d’être une autre, l’effet d’être cette moldue.

Qu’il était incongru que pour une sorcière les tuant tous les quatre jours, je me complaise tant dans leur apparence ! Je ne savais trop l’expliquer. Prétextais en toute simplicité les réflexes paranoïaques que Debrooks et Croupton et Lynch et Scott me donnaient. En même temps, quand la liste d’ennemis s’allonge si vite, on est jamais trop prudents, si ? Oui. C’était eux. Eux qui me modelaient, faisaient de moi la Polylizzie. Elle poursuivit, et j’arrachais mes yeux des siens, où dans mes pensées je m’étais quelque peu attardée. Pour ma défense, elle les avait plus verts que bleus et rêves qu’amers. Quand elle m’offrit un verre, j’eus un petit sourire de connivence -vous savez, celui qui dit « évidemment » et plisse les yeux au passage.
- Tu fais quelque chose demain soir ?



Nya : Pourboire = 2 Gallions 12 mornilles
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Comptoir

Message par : Aya Lennox, Dim 18 Déc - 20:15


Tu as choisi avec qui partager la paire ?

La question fuse et l’arrache à ses pensées alors qu’elle regarde le vendeur emballer ses achats, les objets de son fétichisme méphitique, objet pointu prêt à lacéré ou à se laisser dicter une conduite loin du simple découpage par amusement ; miroir dont l’utilité n’en sera que pleinement dévoilée lorsqu’elle la donnera au double. Elle l’achète pour le tenir comme près d’elle, l’avoir toujours à ses côtés et l’appeler. Aussi simple que ça.

Quelqu’un en qui je peux avoir confiance, je suppose, rétorque-t-elle simplement, dans un vague sourire éphémère. Il aura compris que la réponse ne se fera pas claire. Comme tous ceux qui en quémandent une paire.

Ses yeux varient de la main au regard, elle se détourne du comptoir pour fouiner dans ses poches. Ça m’étonne que tu ne t’intéresses pas plutôt à ce que risque de trancher cette lame. Ce qui semble violent suscite plus de questions, en général.

Bien que ce qui existe « en général » ne doit pas vraiment intéresser le vendeur. Surtout lorsqu’on travaille dans ce genre de boutique. Ne prophétisons pas, non plus. Ici, le choix se fait autant dilemme qu’évidence. Le stock plaît, le stock fait de l’œil, les possibilités séduisent. Bien sûr, pas tout le monde. Peu de monde se tourne vraiment vers ce genre de boutique. A moins que. Qu’importe. La faute à quoi ? La mauvaise réputation, c’est ça ? Le « qu’en dira-t-on ». Refrain trop entendu et plus du tout original. C’est 15 Gallions, c’est ça ? Elle allonge la monnaie, j’arrondis à 20, ajoute-t-elle finalement. Pour vous. 'Doit être un de ces bons jours finalement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Lun 19 Déc - 0:14


@Aya

la blonde saupoudrait son monde
et de pensées et de mots
elle vivait dans son demi-rêve
et en revenait en sonnant la trêve
avec ses démons internes
elle les tuait à coup de syllabes
toutes plus charnues les une les autres

elle pouvait avoir confiance en une personne
c’était rare
ou aveugle
je ne saurais dire
je mise plutôt sur la seconde option
mais comme on dit chez moi
au pays des aveugles les borgnes sont rois
alors qu’elle y reste si elle s’y croit
si elle ose commettre ce crime d’espoir
s’en remettre à l’autre
si elle est assez folle pour ça
oh
cette inconnue
a peut-être une chance d’être heureuse

je souris quand elle pense
que tous raisonnent comme elle
j’en ai vu un paquet pour qui
il s’agissait moins de confiance que d’urgence
ou alors de prévoyance
pour le jour où ils trouveraient
quelqu’un digne qu’on se fie
elle voyait de la normalité
dans l’un des actes les plus extraordinaires
dans ce moment où deux âmes se disent
peut-être ne serons nous pas pour l’autre
unique au monde
mais au moins nous serons pour l’autre
quelque chose
et ce frémissement
était déjà un monde
qui se tissait
tout doucement

elle reprit surprise
quant à ma question
l’un de mes sourcils s’arqua
et le regard braqué sur elle
qu’il était agréable d’avoir deux yeux valides
on voyait mieux quand même
et aussi
les autres arrêtaient de nous prendre
pour des acteurs de freakshow
je doute que tu l’achètes pour couper tes oignons

ou ognons
comme diraient les autres
elle saisissait l'idée
on avait tous nos cadavres au placard
j'allais éviter
de lui proposer mon aide
je n'étais pas vouée
à passer ma vie
à coucher les squelettes
enfin je ne crois pas
enfin je n'espère pas

elle demande une confirmation du prix
je hoche la tête
souris devant ses gallions
des gallions tous ronds
plus beaux que mes fins de mois
et non Parker ils n’étaient pas pour toi
ils étaient pour lui
pour lui qui croupissaient dans le corps que je cachais
Merci.

un mot chargé
d’une intensité
comme un mot de notre langue prononcé
au beau milieu d’un charabia étranger
un mot si lourd de sens
que pour un instant je me tais
puis reprends
- Y a quelque chose d’autre qui te ferait plaisir ?


Aya : Pourboire = 5 Gallions
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Nya O'Neal, Lun 19 Déc - 0:34


Réponse à Lizzie Bennet

C’est vrai qu’essayer les différentes capes était une excellente idée. Je serai vite fixée, comme ça. Je m’emparai donc de la première, que je passai autour de moi. Un léger sourire se dessina sur mon visage – seule partie de mon corps encore visible, soit dit en passant. J’avais l’air d’une vraie gamine, à regarder en bas comme ça, alors qu’il n’y avait absolument plus rien à voir – hormis le bout de mon nez, dont mon cerveau captait maintenant très bien la présence. Faut croire que c’est comme ça qu’il se rassure, quand il ne parvient pu à discerner le reste : il redécouvre ce qu’il était tellement habitué à voir qu’il ne le remarquait même plus. Drôle de truc, cet organe-là. Après plusieurs secondes -voire plusieurs minutes, j’en avais un peu perdu la notion du temps-, je reportai mon attention sur la serveuse et retins un petit rire. Elle devait vraiment me prendre pour une folle. Enfin, en tout cas, la cape forgée à coups de sortilèges n’était pas bien chaude. Elle ne m’aiderait pas beaucoup en cette saison hivernale.

Je la déposai délicatement sur le comptoir, puis enfilai la deuxième : celle en poils de Demiguise. Elle avait une jolie couleur, même si c’était peut-être un peu trop shiny pour moi. Ce n’était toutefois pas très important, puisque, comme son nom l’indiquait assez clairement, elle devenait de toute façon invisible dès qu’on la portait. La différence de température était tout de même assez flagrante. J’avais à peine mis la cape depuis quelques secondes que je sentais déjà la chaleur réchauffer mes épaules… C’était plutôt agréable, en fait, vu le temps qu’il faisait à l’extérieur, mais je doutais autant en apprécier les vertus en été. Bon… Et maintenant? Est-ce que je faisais confiance à mon instinct, ou à celui de la serveuse? Finalement, j’aurais dû l’écouter dès le départ et ne pas les essayer, ça m’aurait épargné un dilemme. Hhm… Bon, va pour ma première impression, je lui avais bien assez fait perdre son temps comme ça.

« J’vais prendre celle-ci, au pire je m’habillerai moins chaudement. »

Je souris à la rouquine et lui tendis les pièces de monnaie qui allaient constituer son maigre pourboire… J’avais un peu l’impression de lui donner mes fonds de tiroir, m’enfin. Elle ne semblait pas trop m’en vouloir, au contraire. Elle accepta volontiers mon offre et me demanda si j’étais disponible le lendemain soir. Eh, elle était vite en affaires, la p’tite dame. Mon sourire s’élargit quelque peu. Non, je ne faisais rien. Du moins, je ne me souvenais pas avoir quoi que ce soit de prévu. Enfin… Jusqu’à maintenant.

« Non, demain c’est parfait. C’est une date alors! »

Je lui adressai un léger clin d’œil, puis me dirigeai vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Vhagar Meraxès, Lun 19 Déc - 1:02


Rien de tel après une grosse journée de vagabondage, qu'une visite en un lieu inconnu. Vhagar avait beaucoup entendu parler de la boutique d'accessoires de maie noire, mais jamais l'idée ne lui était venue d'y mettre les pieds. Probablement parce-qu'il soupçonnait le coin de partager avec l'allée des embrumes la moisissure et l'exécrable saleté. Rien ne trahissait cependant son jugement lorsqu'il passa la porte d'entrée de l'établissement, jugement qui peut-être avait été dur, et mal conditionné. Allez savoir.

Sachant déjà ce qu'il voulait, il se dirigea vers ce qui paraissait être un comptoir, sans même apercevoir le visage de quiconque. Il ne s'attendait pas à connaitre l'un des employés du coin, et resta les yeux fixés sur sa main pleine de gallions, avant de détourner son regard vers la petite vignette qui présentait le prix de son futur achat. Les œufs de serpent lui paraissaient d'un coup redoutablement chers, ce qui allait le contraindre à revoir ses désirs en fonction du peu de liquide qu'il avait retiré de son coffre à Gringotts. Le reste serait pour plus tard.

De gestes dynamiques et réguliers, il poussa de sept petits claquements de pouce les sept gallions que ne valait pas le produit, mais sans faire d'histoire. Le dernier roula un moment avant de retomber sur le premier, non sans tournoyer longtemps tel un disque d'Euler sur le meuble qui servait de barrage entre lui et le vendeur, ou la vendeuse, peu importait. Il leva cependant le nez, et lança doucement sa commande.

- Un œuf de serpent je vous prie. Et, j'ai cru comprendre que vous vendiez des œufs de dragon ? D'où viennent-ils ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Lun 19 Déc - 1:39


(Meyyy les gens après vous râlez que je réponde pas assez vite à vos RP, c’est quoi cette avalanche ce soir ?)(J’suis mauvaise langue ça fait grave plais de vous voir à la BAMN :kiss:)

@Nya

Une enfant ;
Sous ses couverts de grande séductrice j’avais face à moi une enfant.
Elle devenait folle avec l’invisibilité de son corps. On eu dit qu’elle ne faisait encore que le découvrir, en explorait les frontières et les possibilités. Oui, oui la magie pouvait le rendre invisible, mais ciel, si tu voulais être étourdie par tout ce que ton corps pouvait fair, tu étais et à la meilleure et à la pire enseigne... Je ne sais pas trop si c’était ou non une bonne chose que tu sois ici, en fait. Mais étant trop perdue dans ton sourire mon raisonnement s’y égara. Tu parlas encore -finis par choisir, de manière très prévisible, celle que je t’avais recommandé. J’hésitais à suggérer aux patrons un changement de prix, parce que clairement, les deux produits n’étaient de la même qualité... En même temps j’avais tendance à gérer mes ventes seule, et ça valait mieux car croiser Parker devenait un peu plus awkward, et l’autre... croiser l’autre était signe que quelque chose de grand nous attendait. Je pense. Seule explication pour justifier qu’il soit si rare qu’il bosse. Ok, il n’était que le propriétaire, mais je m’étonnais -dans le sens positif du terme- qu’il ne passe pas plus souvent vérifier nos stocks. Car s’il savait tout ce que je déformais, testais, volais... pas sûre de continuer longtemps. L’enfant parla encore, avec son enthousiasme déroutant, et lâcha un mot que je n’attendais. Date. Date ? Parce que j’avais une tête à prendre des rendez-vous avec des gens ? La dernière personne à m’avoir demandé un date c’était... c’était... Ulysse, personne lui-même. Nope, moi j’étais le plan cul, celle qui vous souille, pas tout le reste. Elle allait dans un mur, et j’avais presque de la peine pour elle. Je n’eus le temps de lui offrir une douche froide que déjà, elle virevoltait, clin d’oeil papillon -la porte claquait. Echec, Lizzie. Bon. Evite de briser un être supplémentaire demain. Ok ?

@Vhag
j’ai les pieds froids et l’âme qui palpite ;
j’ai ce projet comme une pépite.
la conviction qu’il aboutira.
c’est ambitieux j’en suis consciente
mais imaginez
imaginez tout ce que l’on pourrait en faire
cela défierait la norme
oh diantre si j’y parvenais
le soleil de l’autre côté du miroir
serait peut-être soudainement plus accessible
moins coincé entre les éclats
je crois que son feu parlerait la même langue
qu’on se comprendrait au premier reflet
se déchirant pour nos chimères
on trouverait des mots-valise
des mots-renouveau
des mots-
des mots-
des mots-
vous n’avez idée des scénarios que l’on pouvait ouvrir
mais pour l’heure
il fallait que j’apprivoise la langue des dosages
des contrepoids et des mesures
ce n’est que pas à pas qu’on chevauche l’azur
ne pas s’emballer
ralentir le pas
réapprendre syllabe par syllabe
cette langue étrangère
la faire mienne
jusqu’à ce qu’elle roule entre mes dents
si confondue avec la mienne
que le doute soit omniprésent
j’étais toute à mes affaires
si plongée dans cet ailleurs
que je n’entendis la porte s’ouvrir et fermer
malgré la sonnette fortement affirmée
ce furent les mots du norvégien qui me tirèrent
me ramenèrent
-sur la planète terre
-la première même
-earth 1
j’identifiais sa voix avant de lever le nez
souris en entendant qu’il la jouait mère poule
pour des reptiles peut-être
mais mère poule quand même
t’peux me tutoyer aussi

un clin d’oeil après, je disparaissais entre les rayons
cherchais dans notre antre de vie
le premier de ses désirs
ce faisant, comptant sur soit sa capacité à me suivre
soit celle de ma voix à porter
je précisais
On a aussi des oeufs de dragon, oui.
Tu te doutes qu’on ne les garde en vitrine.

inspiration - expiration - comme un cracheur de feu
Nos fournisseurs sont triés sur le volet ;
En échange, nous leur garantissons notre discrétion.
C’était une simple curiosité, ou tu as déjà tes repères ?
Une préférence d’espèce peut-être ?



Vhag : 1 oeuf de serpent - 7 Gallions
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Vhagar Meraxès, Lun 19 Déc - 2:17


Prononcer le mot dragon éveillait de rares joyeux souvenirs de son enfance et l'admiration que Vhagar portait à son géniteur. Sa fascination pour les dragons surpassait tout, et il lui fallait revisiter ses souvenirs en espérant pouvoir à son tour en élever un. Mais pour le moment, il souhaitait surtout savoir si la boutique pouvait être un moyen plus rapide qu'un retour à Stavanger pour se procurer un œuf de Norvégien à crête. Il avait espéré entendre le nom de Brinjolf Wildund, qui avait très probablement repris les rennes du gardiennage après l'assassinat de son père, mais la voix plutôt familière ne lui avoua rien d'autre qu'un secret professionnel. Et il ne se rendit alors compte qu'une fois l’œuf de démembré en sa possession de l'identité de son interlocutrice.

- Bennet. Ça fait pas assez longtemps. Dit-il en souriant un peu.

A vrai dire, il ne fut pas très surpris de la voire en ces lieux. Même si la jeune femme était pleine de surprise. Il rangea ses gallions en trop, et la regarda d'un air alors plus sévère. Il n'en avait en fait aucune idée. Il n'était pas retourné en Norvège depuis quinze ans, alors il était bien possible que l'entreprise de Kjeld Meraxès ait mis les clés sous la porte, comme il était bien possible que ce soit le parrain du Nordique qui refourguait des œufs à cette miteuse boutique, comme quoi la glorieuse compagnie aurait bien bas chuté. Alors la réponse ne lui parût pas vraiment importante. Il se contenta d'en savoir un peu plus sur ces œufs mystérieux.

- Je pourrai être intéressé par un oeuf de Norvégien à crête. Mais j'ai besoin de certitudes concernant sa provenance.

Le Nordique attrapa avec soin l’œuf de serpent et le rangea dans une petite boîte qu'il ôta et rentra dans sa poche de manteau en quelques secondes. Et son regard croisa de nouveau celui de Lizzie. Ils se connaissaient certes, mais elle ignorait probablement sa familiarité avec les plus belles créatures magiques que le monde aie connu. Alors lorsqu'il vit la note sur le catalogue, il fût de plus assez surpris de voir à quel point les œufs étaient bon marché. Quoi de plus douteux, une fois encore. Mais le vrai questionnemnt demeurait encore. Si un voyage en Norvège pouvait le faire revenir bredouille, il lui suffisait d'en savoir plus, et peut-être que Lizzie Bennet pouvait lui en apprendre davantage, sans pour autant briser son petit secret de cargaison à l'apparence presque contrefaite.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Comptoir

Message par : Célya L. Shake, Lun 19 Déc - 20:38


Ceci se passe entre la soirée passée avec Ashton et le banquet de Noël de l'OD


Une journée et une soirée entières de congé. Célya attendait cela depuis bien longtemps, tant et si bien qu'elle aurait cru ne jamais parvenir à se les octroyer. Si on lui avait dit qu'être gérante d'un tel établissement qu'était l'Occamy Doré, la blondinette n'en aurait pas cru ses oreilles. Les premières semaines avaient été difficiles, mais elle était consciente que le cas se présenterait, puisque le cabaret-salon de thé ouvrait ses portes après des rénovations. Même plusieurs semaines après, voire des mois, après cette fameuse ouverture, il y avait énormément à gérer. Le pire, c'était toute la paperasse ! Et si Alhena était la propriétaire, toutes les tâches délicates étaient pour la gérante, même si celle-ci savait qu'elle pouvait compter sur sa supérieure officielle. Néanmoins, la blondinette s'en sortait encore plutôt bien, et voilà qu'elle préparer déjà un banquet pour Noël. Tous les détails pratiques étaient réglés, il n'y avait plus qu'à tout mettre en place.

Mais avant cela, la jeune femme avait décidé de prendre une bonne journée de congé, ce qui incluait également sa soirée. Quelques jours auparavant, alors qu'elle était restée tard pour s'occuper de la paperasse, elle s'était laissée aller au niveau de la boisson, si bien qu'elle était partie à la Tête de Sanglier pour décompresser. Un lieu familier, qui lui rappelait des souvenirs, bons comme mauvais. Un désir secret de revoir une certaine personne, malgré leur passé quelque peu trouble. Finalement, Célya avait croisé Ashton et tous les deux avaient passé une excellente soirée, du moins du point de vue de la jeune sorcière, qui ne s'était pas sentie aussi bien le matin après depuis fort longtemps. Elle s'était promis de remettre ça, mais surtout de prendre plus souvent des moments de pause ou de petit congé.

Aujourd'hui donc, elle profitait d'un de ces moments pour s'occuper de sa demeure qu'elle partageait avec Crystal. Sa colocataire avait découvert un nid de Doxys, de quelques individus seulement, dans leur domaine. Il était étonnant d'en voir là, mais il fallait dire qu'au Chemical Swan, le froid était descendu rapidement. Puisque la jeune alchimiste était particulièrement occupée à une opération délicate, Célya s'était proposée pour aller chercher du Doxycide. Et elle en trouverait à la Boutique d'Accessoires de Magie Noire. Aussi s'y rendit-elle en début de matinée, histoire de pouvoir faire autre chose de sa journée. Lorsqu'elle poussa la porte de la boutique, elle ne fit plus attention à l'Allée des Embrumes qui puait. Elle espérait voir Ashton. Juste comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Lun 19 Déc - 21:03


Réponse à Célya

Quand il avait décidé de s'impliquer dans la vie de ses enfants, Ashton n'avait pas forcément bien réalisé le travail qu'avoir des jumeaux représentait. Et encore, il ne les avait heureusement chez lui que la moitié du temps. Pour le reste ils étaient chez Lizzie et au moins il avait la paix. Comment faisaient les gens qui avaient des enfants alors qu'ils étaient en couple pour les supporter tous les jours ? C'était tout simplement inimaginable. Squirtle et Braeden avaient à présent quasiment deux ans et ils ne se privaient pas pour montrer qu'ils commençaient à maîtriser le langage. Le seul soucis était qu'au bout d'une heure de babillage incessant, cela devenait de plus en plus difficile pour le crâne du sang-mêlé. Il s'était donc empressé de les laisser à la babysitter qui s'occupait d'eux la plupart du temps lorsque leurs parents se trouvaient à la BAMN.

Heureusement pour lui, des sorciers très intelligents avaient inventé des potions contre le mal de crâne afin de remédier à ce genre de situation. Ainsi, le gérant pu arriver à la boutique à temps pour réceptionner la livraison de Bubobulbs et en ayant l'esprit à peu près clair. Comme ces plantes résistaient assez bien en hiver, le Gryffon s'était bien arrangé pour compenser la difficulté trouver des géraniums dentus à cette saison. Ce n'était clairement pas ce qu'il préférait dans son travail à la BAMN, clairement il y avait mieux et un peu plus intéressant. Le soucis avec les Bubobulbs c'est que si on les touchait on se retrouvait couvert de plaques, ce qui obligeait Ashton à prendre beaucoup de précaution pour les déplacer.

Alors qu'il mettait en place l'une des dernières places, la clochette de l'entrée retentit et le Métamorphomage eu l'agréable surprise de voir arriver Célya. Avec un grand sourire, il déposa la plante en pot (et non je ne parle pas d'Asclépius) et se dirigea vers la jeune femme, qu'il avait vue il n'y avait pas si longtemps que ça.

- Salut Célya ! Comment ça va depuis la dernière fois ?
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Comptoir

Message par : Aya Lennox, Mar 20 Déc - 11:57


en italique c'est des morceaux d'Odezenne

il la remercie, elle répond pas, juste un sourire à peine naissant, à peine prêt à émerger des lèvres scellées.
Y a quelque chose d’autre qui te ferait plaisir ?
non, non, y a plus rien qui lui ferait plus plaisir à ce moment que de rentrer chez elle, elle veut tout prendre et tout garder pour elle. enfin chez elle, chez elle c'est même plus chez elle, chez elle c'est loin, dans le temps, dans l'espace, chez elle c'est aujourd'hui l'inconnu, le vaquant, qu'est-ce que tu vas faire, belle petite âme où les nuages s'amoncellent, qu'est-ce que tu vas faire ?
j'ai le jour, avec moi, la lumière, dans les cheveux
celle des gens, pas heureux, dans la ville, qui accourent
j'ai ma place, dans que dalle, j'ai la dalle, des beaux jours

jure, jure que par les yeux des autres et pourtant elle s'en fout, des yeux des autres, ils jugent, sont foutus que de ça. mais ouais, d'un coup t'as des yeux nouveaux et que t'as l'impression de connaître, des yeux nouveaux qui t'observent et derrière les mirettes un monde que tu sembles connaître.
et je vois, avec de jeunes yeux, désoeuvrés
qu'le temps passe, comme un train, dans mes mains, il y a rien

et parce qu'elle est là, maintenant, parce qu'elle est là et qu'elle y pense, elle lève les yeux sur le vendeur, et ose, la question qui lui brûle les lèvres, qu'elle se pose souvent une fois arrivée ici. Est-ce que Lizzie travaille toujours ici ?
elle soupire un peu, lève un sourcil à sa propre question. il espérait sûrement pas une question du style. qu'importe.
Je l'ai rencontré il y a quelques mois et,
j'aurais voulu savoir comment elle va.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Comptoir

Message par : Célya L. Shake, Dim 25 Déc - 18:42


Réponse à Ashton



Lorsque la jeune femme poussa la porte de bois pour pénétrer dans la Boutique d'Accessoires de Magie Noire, elle ne put s'empêcher de sentir un frisson lui parcourir le dos. Elle ne venait pas régulièrement en ces lieux, rien que l'Allée des Embrumes lui donnait la nausée : on y trouvait des gens vraiment louches et Célya avait déjà vécu une agression traumatisante non loin de celle-ci, elle ne voulait pas revivre cela. Cependant, il y avait des situations où on n'avait pas le choix... si la sorcière s'était déjà rendue dans cette boutique plusieurs fois durant les années précédentes, elle n'avait plus rien à voir avec elle. Aujourd'hui, elle s'y promenait pour acheter un produit qu'elle savait de qualité, aussi essayait-elle se faire abstraction de l'endroit où elle avait mis les pieds. Heureusement qu'elle pouvait risquer de croiser un visage familier, elle se sentait moins menacée. Étrange.

Malgré tout, l'ambiance de la salle de vente n'était pas très rassurante. Si la devanture n'était pas très accueillante, le reste ne l'était pas non plus. Il régnait un vrai bric-à-brac qui aurait fait pâlir Helly, et le lustre du plafond n'arrangeait pas les choses. Célya ne l'avait jamais aimé. Lorsqu'elle passa dessous, elle lui jeta un regard suspicieux. La blondinette prit une inspiration et continua sa route vers le comptoir, seule partie de la boutique qui était propre et rangée. Un sourire se glissa sur son visage tandis qu'elle eut la surprise de voir Ashton, en train de déposer un pot dans lequel une plante se trouvait. Si elle ne se trompait pas, c'était un Bubobulb - sa mère aurait honte si elle ne l'avait pas reconnue.

« Salut Célya ! Comment ça va depuis la dernière fois ? »

Le jeune homme devait être en train de ranger un peu sa marchandise quand la clochette annonçant la venue d'un client avait sonné. Il arborait un grand sourire. La jeune femme avait donc souri en retour, puis elle se remémora la soirée qu'elle avait passée en sa compagne, pas très longtemps auparavant.

« Ashton ! Quel plaisir de te revoir. Je vais bien, plutôt pas mal, et toi ? »

Il n'y avait pas à dire, cette petite soirée, après une journée difficile en termes d'administration de son établissement, lui avait fait le plus grand bien. La blondinette s'était laissée aller sur la boisson, et avait fini la soirée à la Tête de Sanglier, dans l'idée de continuer à boire jusqu'à ce qu'elle se sente pousser des ailes. Cependant, une rencontre fortuite avec le gérant ci-présent avait un peu changé la donne. Deux verres qu'ils avaient rapidement partagés, avant de monter dans une chambre à l'étage. Célya avait eu des ailes, elle s'était sentie légère, mais ce n'était pas l'alcool qui avait tout fait tout seul.

« On a retrouvé un nid de Doxys et on voudrait s'en débarrasser, du coup, j'espère qu'il reste du Doxycide dans ton stock ? » demanda-t-elle ensuite.

Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Lun 26 Déc - 12:42


Réponse à Célya

- Ashton ! Quel plaisir de te revoir. Je vais bien, plutôt pas mal, et toi ?

Quelques jours plus tôt, les deux sorciers étaient allé se détendre à la Tête de Sanglier après leurs journées de travail respectives. Ils s'y étaient croisés par hasard et c'était plutôt bien tombé. En effet, il ne leur avait fallu que quelques verres pour se retrouver finalement dans une des chambres de l'établissement pour faire des choses pas très catholiques. Cela avait été un peu la suite logique de leurs retrouvailles plusieurs années après Poudlard. Et bien évidemment, même s'il n'avait pas tout fait, l'alcool les avaient en tout cas aidé à accélérer les choses.

- Ça va super ! répondit-il en désignant le Bubobulb à côté de lui.

Célya l'informa que la raison de sa présence était qu'elle faisait face à un nid de Doxys, probablement à l'Occamy Doré, et qu'elle venait chercher du Doxycide. Il était vrai que ces petites créatures magiques pouvaient être particulièrement désagréables quand elles s'étaient installées à un endroit inapproprié. Le gérant voyait donc souvent passer à la BAMN des sorciers bien renseignés qui savaient que la boutique possédait le meilleur moyen de s'en débarrasser. Ashton fit donc un signe qu'il allait en chercher et se dirigea jusqu'au rayon des divers potions qu'ils vendaient. Il ne restait plus que quelques sprays de Doxycide, mais il en restait. Parker en attrapa un et revint vers le comptoir.

- T'as de la chance, il nous en restait ! Tu cherches autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Comptoir

Message par : Célya L. Shake, Lun 26 Déc - 13:37


Réponse à Ashton


Le jeune homme devait être en train de ranger un peu sa marchandise quand la clochette annonçant la venue d'un client avait sonné. Il arborait un grand sourire. La jeune femme avait donc souri en retour, puis elle se remémora la soirée qu'elle avait passée en sa compagne, pas très longtemps auparavant.

« Ashton ! Quel plaisir de te revoir. Je vais bien, plutôt pas mal, et toi ? »
« Ça va super ! » répondit le jeune homme en désignant la plante dans le pot.

Un Bubobulb, il n'y avait pas de doute là-dessus. C'était une plante très utile, quand on savait comment faire pour récolter le pus qu'elle produisait. En effet, ce fameux liquide, une fois préparé, était une très bonne crème pour l'acné. Ce qui était étonnant quand on savait les dégâts du pus pur... Cette plante devait donc être manipulée avec précaution. Avec une grimace, la blondinette reporta son attention sur Ashton et lui fit part de la raison de sa visite. Et oui, il y avait un nid de Doxys qu'elle désirait voir partir, même s'il se trouvait loin sur sa propriété. Crystal l'avait découvert et avant que ces bêtes ne fassent mal, autant s'en débarrasser.

Apparemment, Célya avait de la chance car le gérant lui fit signe qu'il partait chercher du Doxycide. Elle le vit s'éloigner quelques secondes, pour le voir revenir avec une bouteille. Un magnifique spray ! La blondinette sourit, c'était sa coloc' qui allait être contente !

« T'as de la chance, il nous en restait ! Tu cherches autre chose ? »
« Ah, parfait ! Merci. Non, pas spécialement, je venais juste pour ça. »

Elle fit la moue. Puis une idée lui vint en tête.

« Au fait, tu as l'info en primeur, nous organisons un bal masqué pour Noël à l'Occamy Doré. Si ça t'intéresse, tu pourras nous envoyer un petit mot... » fit-elle avec un sourire.

Non pas qu'elle était accro à Ashton, mais sa compagnie était agréable. C'était un voisin de commerce, fort sympathique, et s'ils avaient passé une très bonne nuit ensemble, rien ne les empêchait de se revoir en toute amitié. Ainsi, elle serait bien contente s'il se présentait à cette somptueuse soirée de Noël.


[Tu peux me faire payer et partir, tu as mon LA !]
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Lun 26 Déc - 13:43


HRP - Sorry pour le retard, vous connaissez le principe des fêtes Ange

@Vhag
L’homme récupéra l’oeuf puis porta les yeux sur elle. Fin moi. Ce concours m’a embrouillé l’esprit, la vieille Liz est à deux doigts d’émerger, elle garde le nez à fleur de peau, mais il serait temps qu’elle accepte qu’elle est morte, enterrée, ou plutôt incinérée, et que maintenant c’est moi qui mène la barque. L’oeil poison et les cheveux dressés, Mexéras (il avait fallu quelques mois pour assimiler l’ordre des syllabes, mais j’étais pas trop sûre en vérité). Peut-être était-ce Xémares ? Ça avait un nom mi-grec, mi whisky, mais j’arrivais jamais à être certaine de le remettre. Enfin, c’est pas comme si c’était utile de connaître le nom des gens, le faciès suffit dans notre univers de discrimination.

Passé son petit instant reluquage, le Nordique se résolut à répondre avec une phrase, quoique insultante, plutôt construite. Sujet, modalisateur, verbe, COI, groupe nominal, point, nouvelle phrase (commençant par Mais, c’est péchééé) etc, etc.
Tu as bon goût.
Le contenu plaisait clairement moins. Le gars il avait cru qu’il pouvait se ramener dans l’antre de la magie noire le plus fiable de Grande Bretagne et douter de nos partenariats. J’essayais de réfreiner la pulsion de mort qui voulait attacher mes mains à son cou jusqu’à suffocation. J’étais pas ça, non, je pouvais me contrôler, m’arrêter. Oui oui.

Je les ai, les certitudes. Et c’est précisément pourquoi je ne peux te communiquer l’identité du fournisseur.

Enfin je. Je le connaissais pas super personnellement ce type, mais il se trouvait être proche de mon patron/acolyte de magouilles/partenaire de prison/père de mon gosse donc il allait falloir admettre que je me fiais à la qualité de sa marchandise. Oui, le Rafael Martínez était bon, pour avoir su s’attirer tant l’attention de Parker. Il devait avoir plus que des oeufs en magasin... Ce qui rendait l’ex-Gryffon si secret quant à leurs échanges.
Je disparaissais dans les réserves, laissant le potentiellement norvégien ? à ses traffics egg-related.

Fallait être bien narcissique pour vouloir l’oeuf ayant une nationalité similaire à la tienne, et c’était précisément pourquoi je le voyais assez bien balancer des Tak, Noora, du trenger pikk. Han er den kjekkeste og kuleste gutt i hele tredje klasse. Har engelsk. Og boner. Ikke kom over og invader mit personal space! Ah non, sur la fin c’était plus trop ça. Normal. Le repère des dragons me faisait perdre la raison. Imaginer qu’une petite sphère, si fragile, renfermait de la vie, était déjà assez dingue, mais quand c’était ce type de vie...


< je veux rêver de chimères
< en errant face contre terre
< dis-moi que tu les vois
< qu’elles attisent ton émoi
< âme-âme de l’autre côté
< du miroir je sens ton été

Les mains douces et précautionneuses, j’isolais l’oeuf désiré.
plus noir que l'encre de ton coeur
Si je le montrais à Vhagar, il lui succomberait bien vite. Il irait pas me faire ierch avec ses délires de sécurité. Ou alors, s’il voulait jouer à ce jeu là, se priverait de la créature la plus fantastique entre toutes.
qu'en dis-tu ?

@Aya
- Est-ce que Lizzie travaille toujours ici ?
Je l'ai rencontré il y a quelques mois et,
j'aurais voulu savoir comment elle va.
il est des bouts d’âme qui de quelques syllabes
vous déshabillent
rends-moi ma pudeur et mes peurs
rappelle moi combien il est bon d’être autre
ne joue pas à ça petite
n’essaie pas de faire revenir ce qu’il reste
de ce visage là
je me suis trop battue pour l’oublier
l’enterrer
l’incinérer
la noyer
alors ne prends le courant inverse
je ne sais trop ce que je ferais si tu la ramenais
à elle
à moi
des mots s’échappent d’entre mes dents
il eut fallu aiguiser mon filet
en resserrer les noeuds
pour éviter que pareilles lueurs s’en échappent
on me l’a jamais faite celle-là
c’est rare que des gens se soucient d’elle
et comme à moi-même, d’une demi-voix
(c’est pas plus mal je crois)
son rythme est assez irrégulier mais elle bosse ici, oui
tu veux que je lui transmette un message ?

il est des bouts d’âme qui de quelques syllabes
vous déshabillent
nerveusement, j’agrippe la mèche volatile
l’entortille
un geste qu’elle n’avait pas
< je l’ai volé à irma
j’imprime son regard
elle a grandi la blondinette
je ne voulais me rappeler
ni d’elle ni de toi
mais la voilà qui remue
le couteau dans le moi
qui remonte des saveurs
des langueurs d’autrefois
ses mots passent en boucle
comme un cd cassé
j'essaie de me rappeler
combien je devais oublier
mais ça n'embraye pas
l'embryon de conscience est là
impossible à faire taire
< cachez-moi
< cachez-moi dans cet autre corps
< cette autre vie
< laissez-moi me dissoudre
< sans faire de bruit
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Ebenezer Lestrange, Mar 27 Déc - 1:21


Noël c'était surfait, bon pour les familles ringardes et bien-pensantes ainsi que pour le bon fonctionnement de la société de consommation. Rien qui fasse rêver le Lestrange moyen qui avait décidé de boycotter cette fête toute façon trop moldue et de n'acheter que des cadeaux pour lui une fois la date passée. Oui, ça faisait très égoïste et sans-ami mais il assumait pleinement le fait que personne ne voulait lui faire de présent. Non, ça ne faisait pas pitié, je proteste.

Bref, par cette fin d'après-midi de fin décembre, Ebenezer était fin prêt à aller faire ces achats. Techniquement, vu où il habitait, il aurait pu se rendre à la BAMN en pyjama boursouflet sans se ridiculiser devant plus de vingt personnes. Cependant, il avait un peu d'honneur, certes bien caché, et ne souhaitait en aucun cas entrer ainsi fagoté dans son magasin préféré. Il avait donc dégringoler les escaliers de son appart partagé d'un tissu gris encapuchonné. Sa cape d'hiver, d'un bel anthracite, lui tenait bien chaud, se fermait sur le devant pour parer les coups de vent et par conséquent, il n'avait enfilé qu'un pantalon dessous, c'était pas comme s'il allait se dévêtir de toute façon.

D'un pas leste, il s'avança prestement dans l'Allée des Embrumes en direction de l'entrée de la sombre boutique. Ding-dong fit le carillon de la porte quand celle-ci s'ouvrit, à condition que ce dernier existe bien entendu. Le brun se dirigea vers le comptoir, ne s'attardant qu'une demi-heure dans les rayons qu'il connaissait presque par cœur (faudrait se renouveler) pour tout analyser. Arrivé à la caisse, il se racla la gorge pour signaler sa présence.

- Bonsoir, le Manuscrit d'Albert l'Ancien s'il vous plaît !

Sourire tout innocent à l'appui, ce n'était, après tout, que par simple curiosité qu'il voulait cet ouvrage. Lui, tester la nécromancie ? Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 24 sur 38

 Comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 23, 24, 25 ... 31 ... 38  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.