AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 25 sur 38
Comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26 ... 31 ... 38  Suivant
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle

Re: Comptoir

Message par : Ebenezer Lestrange, Mar 27 Déc 2016 - 1:21


Noël c'était surfait, bon pour les familles ringardes et bien-pensantes ainsi que pour le bon fonctionnement de la société de consommation. Rien qui fasse rêver le Lestrange moyen qui avait décidé de boycotter cette fête toute façon trop moldue et de n'acheter que des cadeaux pour lui une fois la date passée. Oui, ça faisait très égoïste et sans-ami mais il assumait pleinement le fait que personne ne voulait lui faire de présent. Non, ça ne faisait pas pitié, je proteste.

Bref, par cette fin d'après-midi de fin décembre, Ebenezer était fin prêt à aller faire ces achats. Techniquement, vu où il habitait, il aurait pu se rendre à la BAMN en pyjama boursouflet sans se ridiculiser devant plus de vingt personnes. Cependant, il avait un peu d'honneur, certes bien caché, et ne souhaitait en aucun cas entrer ainsi fagoté dans son magasin préféré. Il avait donc dégringoler les escaliers de son appart partagé d'un tissu gris encapuchonné. Sa cape d'hiver, d'un bel anthracite, lui tenait bien chaud, se fermait sur le devant pour parer les coups de vent et par conséquent, il n'avait enfilé qu'un pantalon dessous, c'était pas comme s'il allait se dévêtir de toute façon.

D'un pas leste, il s'avança prestement dans l'Allée des Embrumes en direction de l'entrée de la sombre boutique. Ding-dong fit le carillon de la porte quand celle-ci s'ouvrit, à condition que ce dernier existe bien entendu. Le brun se dirigea vers le comptoir, ne s'attardant qu'une demi-heure dans les rayons qu'il connaissait presque par cœur (faudrait se renouveler) pour tout analyser. Arrivé à la caisse, il se racla la gorge pour signaler sa présence.

- Bonsoir, le Manuscrit d'Albert l'Ancien s'il vous plaît !

Sourire tout innocent à l'appui, ce n'était, après tout, que par simple curiosité qu'il voulait cet ouvrage. Lui, tester la nécromancie ? Jamais.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Mer 4 Jan 2017 - 11:42


Réponse à Célya + LA

Célya lui répondit qu'elle ne venait que pour le doxycide, ce qui était logique en soit puisque l'Occamy Doré se trouvait à même pas deux minutes de marche de la BAMN. La gérante avait donc dû se rendre compte de la présence du nid de Doxys et venir à la boutique directement pour éviter de laisser traîner le problème trop longtemps étant donné qu'elle avait une solution juste à côté. Enfin, elle reviendrait probablement un autre jour pour faire d'autres achats dans la boutique la plus célèbre de l'Allée des Embrumes.

- Au fait, tu as l'info en primeur, nous organisons un bal masqué pour Noël à l'Occamy Doré. Si ça t'intéresse, tu pourras nous envoyer un petit mot...

- Ah bah ça peut être sympa ! Tu peux compter sur ma présence, répondit-il avec un clin d’œil.

La sorcière déposa le gallion nécessaire à son achat tandis que le gérant l'encaissait. Il lui tendit le spray et lui souhaita une bonne journée alors que la Shake sortait de la boutique pour retourner dans le froid qui semblait avoir envahi Londres à cette période de l'année. Le sang-mêlé ne savait pas très bien pourquoi il avait dit qu'il viendrait à cette soirée de l'Occamy Doré puisque cela impliquait qu'il allait devoir être social, discuter avec des gens, tout ça. Après, il fallait bien admettre que Célya savait très bien organiser des soirées, comme elle l'avait montré lors de la réouverture de l'établissement, et que cela ferait plaisir à Ashton de la revoir là-bas.

C'est alors qu'il fut tiré de ses pensées par le bruit d'un pot de Bubobulb qui s'écrasait au sol, faisant soupirer profondément le gérant.

Célya L. Shake : 1 Doxycide - 1 Gallion
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Mer 4 Jan 2017 - 12:31


@Ebou

J’ai des choses à voler
Si je ne veux demain
Être accusée de retard
Ou de banalité
Non il me faut trouver
Le cadeau parfait
Celui qui le surprendra
Celui qui le fera rire
Un qu’il mérite, compte tenu
De tout ce qu’il a fait pour moi
Malgré nos malentendus
J’arpente les rayons
En quête de l’objet approprié
Hésite entre deux
Adaptés à leur manière
Relativement complémentaires
Lequel lui serait le plus utile ?
Lui plairait en portant un signal-
Un rappel, un symbole
Qu’il comprendrait ?
Je ne parviens à me décider
Mes doigts pressent le boîtier
Métallique
Presque autant que le sang
Que lui et moi faisons couler
Je m’y arrête
Ça ne coupe pas assez
Fièvre symbolique
Ou torpeur douloureuse ?
Je ne parviens à me décider
Le choix est soit fulgurant
Soit impossible
Il faut croire que quand il est concerné
Mon cerveau se met en veille
Décide de déconnecter
Voilà qui ne m’arrange guère
Et pour couronner le tout
Un râclement de gorge
Reconnaissable entre mille
Ah, Lestrange, tu sais choisir ton heure
Ton mépris de mon heur est sans faille
Je te remercierai bien d’un highfive
Dans la face
Avec une chaise
Mais tu me dirais que j’exagère
Alors j’écoute ta demande
Chope le banal manuscrit
Des années que j’ai le mien
Et ne parviens à en sortir ce que je désire
Soit la plume est mauvaise
Soit mes talents de nécromanciennes
Sont plus que limités
20 Gallions, -
< je ravale le Eb
< qui allait sortir de ma gorge
< j’oubliais presque que je n’étais moi aujourd’hui
< j’étais Autre
< un autre visage volé
< larcin identitaire
- Autre chose ?


< limiter le nombre de mots
< limiter le risque d’être reconnue
< je suis ombre

Apparence:
 

Ebenezer Lestrange - Manuscrit d'Albert l'Ancien - 20G
Revenir en haut Aller en bas
Damien J. Eales
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Damien J. Eales, Mer 4 Jan 2017 - 17:35


--------L'élue - [PV avec Lizzie Bennet.]


L'issue de tout ceci était évidente depuis le début à tel point que les mots étaient presque futiles dans ce genre de situation. La fille était conquise et le pacte conclu, faisant d'elle de façon officielle mon apprentie. A première vue, cela n'était pas bien différent de tout ces autres se trouvant d'ors et déjà sous mes ordres, mais pourtant, aucun d'eux n'avait ce dont j'avais réellement besoin... plus que des disciples, il me fallait également LA personne, un diamant brut possédant tout ce que je recherchais et que je n'avais plus qu'à tailler de la façon dont je le souhaitais pour ensuite peaufiner tout ça. Et dans mon cas, ce diamant se nommait Lizzie, jeune femme que j'allais prendre sous mon aile pour qu'elle puisse étendre les siennes. De ce qu'elle était, elle allait devenir quelqu'un de puissant et endurcie, de disciple, elle deviendrait mon bras droit pour finalement accéder à ma place si jamais je devais passer le flambeau. Mais tout ça demanderait sûrement du temps et surtout beaucoup d'efforts de sa part, car je n'allais pas la ménager, loin de là même... un léger sourire victorieux ornait désormais mon visage, celui de l'homme qui avait obtenu tout ce qu'il désirait, alors que j'observais la vendeuse faisant preuve d’enthousiasme.

Jamais je n'avais penser que nous en arrivions là lors de notre première rencontre, elle la vagabonde méprisant l'autorité et moi le vulgaire chien obéissant aveuglement aux bureaucrates avaient bien évolués depuis tout ce temps, éveillant en nous ce que nous étions réellement. Cette deuxième rencontre ne devait d'ailleurs pas être le fruit du hasard... après tout, c'était elle qui m'avait permit de m'éveiller alors quoi de plus logique que ce soit elle qui puisse remplir le rôle le plus important à mes côtés ? Bien que je ne croyais pas au destin, là, je ne pouvais l'ignorer.

Mais bien conscient que nous nous trouvions dans un endroit public où la jeune se devait d'exercer sa profession, il fallait couper court et faire en sorte qu'elle ne perde pas de temps. Raison pour laquelle ma main plongea à l'intérieur de la poche de mon pantalon, extirpant le nombre de Gallions nécessaire pour ce que je souhaitais, les tendant en direction de la vendeuse qui, finalement, allait pouvoir conclure un achat avec moi.


D A M I E N ---E A L E S
Finalement je prendrais une paire de Miroirs à double sens. Gardes l'un d'eux pour que l'on puisse communiquer et que tu saches où me rejoindre.

Dans un premier temps, cette méthode serait suffisante en tout cas, mais l'idéal serait de trouver quelque chose de bien plus performant par la suite, quitte à ce que je me décides d'acheter un logement assez spacieux dédié spécialement à ma petite organisation et qu'elle puisse loger là-bas afin de faciliter les choses. Mais pour l'heure, nous n'en étions pas encore-là et ces miroirs feraient parfaitement l'affaire et dès que le mien se trouvera être en ma possession, je me volatiliserais de cette boutique, allant préparer tout le nécessaire pour commencer la formation de Lizzie.

DAMIEN J. EALES.--------

Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Jade Wilder, Mer 4 Jan 2017 - 18:17


Réponse à Liz'
Je suis en retard, tu as l'habitude, disoulée ♥
Dernier post ici



Il était franchement difficile de décrire ce que Jade ressentait à cet instant. Un sentiment de rejet, une douleur bizarre qui donne l'impression que le coeur brûle, acide. Une envie de pleurer sans que les larmes ne soient autorisées à s'échapper. Garder tout ce qu'on ressent, encore et encore, pour éviter le pire. Ce qu'il se passait dans sa tête ? Une tornade. Dans son coeur, c'était pire encore, ça faisait mal. Mais c'était ainsi, elle ne pouvait pas faire autrement. Déjà que l'adolescente ne se confiait jamais, mais la situation présente était bien plus difficile à porter encore. Elle ressentait tellement de choses pour Lizzie, tellement de choses qui ne semblaient pas importer comme elle l'aurait voulu. Pourtant, la coupure avait été nette ce soir là. Pas l'ombre d'un doute, balayée de sa vie comme un grain de sable sur le chemin de l'adulte. Ça ne pouvait pas être autrement.

Alors bon sang, pourquoi par Merlin, continuait-elle d'y croire ? Pourquoi passer à autre chose semblait aussi difficile, douloureux, impossible ? Jade avait beau ignorer ses propres sentiments, elle n'en était au final pas capable indéfiniment. Faible, voilà tout. Elle n'était que faiblesse, incapable humaine qui n'agit qu'avec son coeur, ignorant les mises en garde de son esprit. Bon sang, est-ce vraiment incompréhensible d'avoir de l'espoir dans ce Monde ? C'était sans doute idiot, mais le bien-être de Jade ne reposait que sur l'Espoir. Sans ça, elle ne pourrait plus entrevoir cette vie meilleure miroitant sous son nez depuis des années. Et dans le cas présent, elle n'aurait plus qu'à s'éloigner définitivement de la brune. Peut-être était-ce l'espoir qui la ramenait sans cesse vers Lizzie, qui sait. Mais le perdre en tout cas était tout simplement inenvisageable, que son ancienne camarade le veuille.. ou pas. Changer de sujet était une manière de fuir. Elle avait dit ce qu'il fallait dire, ce qu'elle avait besoin de dire. Qui sait, peut-être que cette main tendue apporterait l'espoir escompté. Habituée à être déçue, Jade préférait ne plus espérer de grandes choses et pourtant.. les quelques mots qui franchirent les lèvres de la brune dépassèrent toutes ses espérances.

- je ne déteste pas poudlard, tu sais
j’en garde des souvenirs bien colorés


On dira que l'espoir n'est souvent qu'illusion. Mais lorsqu'il apporte ce qu'on attendait, ce qu'on espérait.. cette chaleur au niveau du coeur, faisait un bien fou. Merci, peut-être que finalement, tout n'était pas perdu. Permettez lui d'en douter, parce-que Jade pourrait faire absolument tout.. mais dire qu'elle n'était pas attachée à Lizzie serait un mensonge. Ces mots, ces mots ravivaient cette petite étincelle d'espoir qui ne voulait pas mourir, qui résistait malgré le froid et les bourrasques. Merci Lizzie, parce-que tu ignores sans doute à quel point ces mots font du bien au coeur.

- 2h de préparation... ce sera 5 gallions le flacon
tu en veux combien ?


La commande, elle l'avait presque oubliée la blonde. Pourtant, c'était surtout pour ça qu'elle était venue. Enfin non, la commande n'était qu'un prétexte pour pouvoir parler enfin à la vendeuse, en tête à tête, sans qu'aucun élément ne vienne perturber cette discussion. Il n'empêche que cette potion, elle en avait furieusement besoin. Peut-être que ça l'aiderait à combiner tout ce qu'elle avait à faire ? D'après ce qu'elle avait lu, il fallait faire attention aux doses.. bof, elle verrait bien une fois le moment venu. En attendant, elle préférait avoir une réserve, les mois à venir allaient être éreintants. Autant que la Magie lui file un petit coup de pouce..

- 4 flacons, c'est possible ?

Le temps de préparation était long. Il fallait prendre en compte ce facteur. Et puis l'autre, plus marqué, comme quoi il fallait laisser du temps au temps. Ça ne servait à rien de coller encore la vendeuse pendant deux heures, elle avait mieux à faire et de toute façon Jade ne saurait pas préparer la potion pour autant. Du temps, au temps.

- Je viendrais les récupérer plus tard, prends le temps qu'il faut..

Espérons que Lizzie comprendrait. Qu'elle saurait que Jade n'avait aucunement l'intention de la piéger. Qu'elle était prête à attendre le temps nécessaire, pas pour les flacons, mais pour elles deux. Par pitié, faites qu'elle vienne aux Halles à la date prévue.. Peut-être ainsi, Lizzie reviendrait. L'espoir avait bien des facettes, beaucoup le confondaient avec l'inconscience. Tant pis. Une main glissée dans la poche pour y trouver les gallions, 20 si ses basses compétences en calcul n'étaient pas faussées et si la quantité était acceptée.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Gabrielle Phoenix, Jeu 5 Jan 2017 - 22:41


On est quelques temps après le retour des vacances...

Gabrielle avait tournée à l’angle du chemin de Traverse, dans l’Allée des Embruns. Que diable venait-elle faire ici? Aucune idée… cet endroit lui filait la chair de poule, pourtant elle continua mécaniquement d'aligner les pas jusqu’au seuil de la boutique Barjow et Beurk. La façade semblait vieille, sombre et une atmosphère maléfique s’en dégageait… Elle pouvait encore faire demi-tour, rien ni personne ne l'en empêchait. Mais comme mue par une pulsion inhabituelle, la jeune fille poussa la porte d’entrée. Une clochette tinta, avertisseuse de sa présence, signal que la proie s'était prise le filet.

Des objets menaçants, des armes, des bocaux aux contenus illicites sans doute se dressaient tout autour, elle en fut presque prise de nausée. Mais qu’est ce qu’elle foutait là ? Il était trop tard pour faire machine arrière, le prédateur-vendeur devait être déjà là. La lumière irrégulière contribuait à l’aspect lugubre de la boutique où la serdaigle mettait les pieds pour la première fois. Celle-ci, encore vierge de toute magie malfaisante, s’avança vers le centre dans la pièce où son regard se perdis sur les immenses vitrines qui trônaient là.
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Elysion Stella, Jeu 5 Jan 2017 - 23:00


Message subliminal reçu 5/5 Ash'



Cela faisait plusieurs fois qu'Ely passait devant cette Boutique sans jamais avoir franchi les portes ou s'être arrêtée devant la vitrine de peur de se faire interpeller par un commerçant ou un passant de l'Allée. Ne pas rester immobile dans le Brume : continuer d'avancer en donnant l'impression d'être attendue quelque part ou presser à une quelconque affaire louche. Du moins, ça semblait marcher jusque là même si quelques passants l'avaient déjà interpeller et autres clichés.

Mais ce soir, la métisse avait décidé de céder à sa curiosité et de pénétrer en ces lieux à la Sombre Réputation. Elle devrait pouvoir y trouver des choses intéressantes et qui lui permettraient de se tirer de quelconques pétrins. On était après tout jamais trop prudent.

-Bonsoirlança-t-elle, la politesse entre vendeurs était importante même en ces lieux puis cela permettrait à un commerçant de se préparer si besoin était.

Se déplaçant agilement entre les rayons, elle survola les objets maudits pour s'arrêter plus longtemps sur les potions et en repérer quelques uns d'utiles -mais combien de temps durerait-une solution de Force ? Et quels étaient les effets exacts ? Une force surhumaine ? Ou moins impressionnant mais plus sur la longueur ? Enfin, elle posera la question à un vendeur. Et ce fluide explosif semblait aussi lui faire de l’œil..

Mais avant d'interpeller un vendeur et si on allait voir les objets ? Cape d'invisibilité....Trop cher pour sa bourse...Main de Gloire ? Pas discret... ! Un canif qui permettrait de forcer toutes les serrures ?Et se libérer de n'importe quel nœud ? ! Il le lui fallait. Surtout si elle perdait sa baguette...bien qu'elle ne voit pas pourquoi ni comment cela pourrait arriver :  


-Excusez-moi...J'aurais besoin de quelques renseignements, je vous prie...
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Ven 6 Jan 2017 - 0:28


Ventes régulières :

@Damien (j’espère ne pas avoir mal interprété la fin de ton RP ? hâte de lancer le prochain !)

Il est des regards satisfaction. L’homme me contemplait comme une victoire personnelle. Du calme l’ami, tu n’as encore rien accompli ! Pourtant, pourtant je sens que tu as changé depuis notre première rencontre. Cette fois, je ne cherche à détourner ton attention avec un chien vaseux, non. Cette fois je t’attends. Première leçon. Comme un Roc tu seras dur. Comme un chène tu sera fort. Tranchant comme l'épée - Plus rien ne t'effraie.
Les mots ne sortent, pourtant. Il reste là bras ballants. Il voit tout ce que l’avenir nous réserve. Dans ses yeux miroitent des rêves que je ne saurais voir, moi qui fonctionne plus minute après minute que jour après jour. Mais j’aime l’éclat qui y scintille. Il y a la promesse d’apprendre, et c’est plus que je puisse jamais désirer. Savoir même, n’avait le même attrait. Non, j’avais l’engouement de l’apprentissage, de la découverte, et comptais sur ses talents de transmission. J’avais entendu parler d’un établissement, ou plutôt, reçu une lettre me le présentant. Le Heurtoir. Peut-être serait-ce le lieu de notre prochaine rencontre ? Qui sait. Ça m’irait, moi. Mais tous les contextes étaient bons, tant qu’il s’écoulait moins de 3 ans avant que nos pas se recroisent. J’attendrais sa lettre. Nous restions face à face, sans un mot, et il finit par dégainer des gallions, sonnants, trébuchants. Il prenait une paire de Miroirs à double sens. Charmant -je revoyais l’image d’une ombre, celle qui se glissait dans mon pas de semi-vivante- ce qui me surprit plus fut son choix. L’artefact serait notre moyen de communication ? Magique. Je hochais la tête en guise de remerciement, et bientôt l’homme s’effaça, comme un souvenir. Pourtant, les étagères vibraient encore de sa présence. Elles aussi avaient senti frémir l’ouragan. Oh, demain serait déroutant.

@Jade
L’Italienne sembla, en quelques syllabes, changer de couleur. Son teint se ravivait des douceurs usuelles, de cette candeur qui réchauffe les coeurs les plus sombres. Il serait sans doute un mensonge que d’affirmer que c’est seulement la perspective de 20 gallions. Parce que autant, voir sa protégée informelle sourire lui faisait chaud dans la poitrine, autant imaginer pourquoi elle se droguer à la potion d’adrénaline lui plaisait pas du tout. Déjà parce qu’elle était en train de prendre le temps de l’imaginer. Donc de réfléchir au vécu de la petite blonde. De se rappeler de leurs discussions antérieures, des envies de vengeances, des peurs... tant de choses pouvaient justifier le besoin d’être reboostée, mais un reboost prolongé indiquait une période trop complexe pour qu’elle la laisse faire sans rien dire. En Sunil, quelque chose se tordait.
< dis moi jade
< pourquoi ne pouvais tu pas
< juste me haïr partir en courant
< pourquoi reviens tu dans ma vie
< déplaces tu des montagnes avec ton sourire
< tu vas me détruire
< et je vais te maudire
< je ne te pardonnerai de sentir déjà
< ce filament qui me lie à toi
< ne reviens pas trop tôt
Je peux te les livrer par hibou, sinon. En t’épargnant les frais supplémentaires. Ça te va ?

< tant que ça m’évite de la revoir
< pas tout de suite
< pas quand les hormones fragilisent tant la carapace
< je la sens fléchir
< sous son regard-espérance

> et elle
> sans un mot
> me dépecer d’un coup de pupille

< pourtant ma belle
< je meurs de te demander
< l’usage que tu réserves à ses fioles

Réductions -15% :


@Gabrielle
Il est des âmes trop jeunes
Des âmes trop pures
si souriantes sous leurs blessures
si vide sous leurs innocences
Je ne parviens à me souvenir
Si je leur ai un jour ressemblé
Elles semblent vivre dans un monde ouaté
un monde recouvert d’un filtre pâle
comme une fumée
un coton
un cocon
< dis Sunil, tu crois qu’elles ont vécu ?
une fiole supplémentaire file dans mon gosier
bim bam bamn
l’on ne me reconnait
vase et jeu capillaire
suffisent à vous retourner l’âme
voilà que je me pavane
sourire pincé
comme une complicité
une blague entre moi et moi qu’il faut freiner
garder dans ma bouche
rien laisser filtrer
me laisser envahir par la douceur de la poussière

ma silhouette, jusque là cambrée sous le comptoir
se relève pour croiser le regard de l’élève ayant pénétré la boutique
tiens, moi qui trouvais que la population vieillissait un peu ces temps ci
elle me rappelait encore combien les jeunes
à leurs premiers jeux
pouvaient sombrer
rappelle toi- eb, fangirlant devant la BAMN
rappelle toi- ash, si seulement tu l’avais vu rencontrer 43
et toi ma puce, à quel jeu t’adonneras-tu ?
te faut-il quelques conseils en la matière ?
si tu savais, je te ferais dresser plus de poils sur la chair
que tu n’as conscience d’en avoir
- Bonjour Ms. J’peux faire quelque chose pour toi ?

Apparence:
 

@Elysion
Tu
Tu n’en peux plus
Tu te perds dans tes grimoires
Croyais pourtant avoir trouvé les bonnes doses
Tu pensais avoir de quoi créer la potion qui résoudrait
et que dalle
te voilà à nouveau, t’enlisant dans le doute
le chaudron émettait une fumée peu inspirante
malheureusement, en l’art des potions
les échecs étaient parfois assez simple à identifier
un peu trop simple cette fois, même
voilà que les odeurs t’harcelaient les narines
que la chaleur te rongeait la peau
qu’avais-tu raté pour que ça réagisse ainsi ?
pourquoi tes composants ne voulaient permettre la création
de la potion idéale ?
patience
patience
souviens toi qu’un jour, un chapeau rapiécé t’a mise à Poufsouffle
au vu de la défaillance de ta persévérance
et de la relativité de ta loyauté
il est quelque peu à espérer
que c’est ta patience qui transcende la norme
ou alors tu peux juste retourner crever
au choix
grrrrrr
l’ombre se retourne dans l’antre, un magnifique Anapneo
lui enserrant la gorge -c’est mieux que tes mains
quand enfin tu retrouves un rythme respiratoire adapté
ce n’est que pour constater le bruit de la vieille sonnette
le devoir t’appelle, et tu accours pour répondre
aux questions plus aisées
les êtres vivants
sont plus faciles à manier
que tous ces ingrédients
même pour toi
et c’est dire
un jour pourtant
tu y arriveras
ce jour là
le sens de la vie
pivotera
tu en es sûre
Service renseignements bonjour.
Si j’ai une question précise, ça sera plus simple d’y répondre !

je rêve
tu avais fait un clin d’oeil ?
mais tu devenais barge
y avait-il une quantité de polynectar
à partir de laquelle le vide identitaire devenait catastrophique ?
tu te reconnaissais pas
t’avais l’air toi, pourtant
mais tu te sentais pas toi
pas cette fois

Damien Eales : 8 Gallions : Miroir à Double Sens
Jade Wilder : 24 Gallions : 4 potions d’adrénaline + 4 fioles en verre

Réduction -15 : Jean, Gabrielle, Elysion, Azénor. 1 restant.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Gabrielle Phoenix, Sam 14 Jan 2017 - 15:30


- Bonjour Ms. J’peux faire quelque chose pour toi ?

Une voix.
Mélodie qui jaillit.
De l’orifice buccal d’une femme.

Une silhouette émergea du comptoir, comme si ce dernier venait du lui donner vie. Gabrielle détailla du regard la créature nouveau-née. Des traits asiatiques, des cheveux auburn, un sourire mielleux et des yeux bridés, à moins que ça ne soit des amandes effilées… Angoissants quoi qu’il en soit. Presque trop délicats, ses battements de cils ondulants comme la vague qui roucoule dans la grève, comme les flots qui serpentent, hypnotisants.

Elle s’empressa de lui répondre.

- Hum, je fais un petit tour merci !

Sourire respectueux.
Inutile de frustrer le commerçant.
Qui t’accueille en son royaume malfaisant.
Son temple calamiteux.

L'adolescente plongea dans une contemplation plus détaillée du contenu des vitrines, en les longeant d'un rythme lent.

Lent...
goureux...
Comme celui de la valse intemporelle de la mariée fidèle,
Hantant inlassablement le parquet qui craquelle,
Attendant de retrouver les bras de son cavalier,
Avec qui tournoyer pour l'éternité.

Elle détournait souvent le regard avec un dégoût réprimé, lorsque la vue de la noirceur présentée lui devenait insupportable. Toute la haine anti-moldus affichée sans vergogne lui faisait frissonner l’échine. Mais curieusement, certains articles vinrent retenir son attention. Des objets protecteurs seulement, ne vous méprenez pas. Le seul intérêt de la boutique à ses yeux était de trouver de quoi se sécuriser. Pas de quoi blesser.

Pour l'instant.
Chaque chose en son temps.

L'avenir est imprévisible.
Elle avance à tâtons dans le noir.
Les yeux bandés par son futur, incoercible.
Dans cette existence, cet abattoir.
Suivant une trajectoire incorrigible.
Elle avance sur le fil du rasoir.

Du moins pour l'instant.
Chaque chose en son temps.

Elle sentait le regard pesant de la vendeuse sur sa nuque, du chat surveillant les moindres mouvements de sa proie. C'était elle, le petit aigle encore frêle, et inconscient du danger auquel il s'était exposé en quittant son nid. Espérons que le prédateur soit rassasié aujourd'hui.

La serdaigle se retourna alors vers la vendeuse pour demander:

- Euh s’il vous plait, quelle est la différence d’effets entre la cape d’invisibilité et le casque sombre ?

Un regard vers l’objet convoité.

- Et pour le détecteur de mensonge, ajouta-t-elle, il ne détecte que les mensonges qui sont fait à son propriétaire ? Ou tous ceux auxquels il assiste ? Et est-ce qu’ils révèlent ceux de ce dernier ?

Avant tout achat, vaux mieux être bien renseigné, des usages et précautions.
Que chaque chose trouve sa place, sa juste fonction.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Comptoir

Message par : Hugh Dey, Mer 18 Jan 2017 - 23:16


La main, la fiole, elle avait donné tout ce que j’avais commandé. Très bien. J’aurais pu, et j’aurais sans doute dû partir comme ça. Après avoir examiné la fragile main. Les doigts, les os, maigres et fins. Ca me donnait presque envie d’en briser un tout de suite, pour souhaiter que nos rapports aillent mieux. Est-ce qu’on m’en voudrait, si en cadeau je donnais une main du Singe Maudit ne comptant que quatre doigts à casser ? Ou trois, j’avais bien d’autres vœux à réaliser…

Finalement, j’aurais peut-être mieux fait de garder tout ça pour moi et d’acheter encore autre chose mais… Mais elle venait de dire le montant, et ça faisait déjà trente-cinq gallions. Et fallait pas exagérer, si j’aimais bien la personne à qui j’allais offrir le cadeau, elle méritait pas que je dépense autant de tunes pour elle.

Donc, je voulais m’arrêter là. Mais évidemment, j’avais voulu en savoir plus sur sa manière de me considérer et tout le tralala. En lui choppant le poignet, j’avais sans doute fait l’acte le plus stupide de toute ma vie. Elle avait dégaine une arme, comme un couteau, avec une rapidité hallucinante, et je me retrouvais rapidement avec l’éclat de la lame contre ma gorge. Gloups. Et j’osais même pas faire gloups. Parce que ça risquait de faire bouger ma pomme d’Adam et de me faire saigner.

Très doucement, je retirais mes doigts du poignet que je bloquais. Et je me reculais millimètres par millimètres de cette lame bien trop proche. Les yeux fixés dans les siens. Ils avaient sans doute pris une couleur blanchâtre, témoins de la peur qui m’animait.

Alors, sans plus un mot, je cherchais simplement dans ma poche quelques trente-cinq gallions, que je déposais sur le comptoir. Je quittais ses yeux un instant pour être sûr de ne pas la toucher en les y plaçant, mais revenais bien vite à son regard. En déviant, j’avais l’impression de pouvoir me faire crucifier sur place à chaque instant.

Je pris mes achats, et reculai, lentement, sans oser me retourner. Je la gratifiais d’un « Au revoir » blême avant d’enfin passer la porte et m’enfuir à toutes jambes.

[Fin du RP avec toi Lizzie, merci pour ta rapidité]
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Elysion Stella, Dim 22 Jan 2017 - 21:36


Réponse à Liz' ♥

Bruit de course et la/une des potionnistes de la Boutique fait son apparition, échevelée et portant une blouse couverte de substances végétales et autres utilisés dans la préparation de décoction et autres solutions. Attirant immédiatement l'attention de l'américaine qui se mit à fixer _ trop attentivement ?_ la sorcière oubliant un instant qu'elle se trouvait dans une boutique.

"-Service renseignements bonjour. Si j’ai une question précise, ça sera plus simple d’y répondre ! l'accueillit l'Apparition soudaine d'un charmant clin d’œil et provoquant l'interrogation mentale de la métisse :

*Vous êtes une Maîtresse des Potions ?...Et seriez-vous par le plus grand des hasards d'accord pour prendre une apprentie ?* yeux brillants face à cette possibilité, l'américaine détourna ses yeux un instant afin de se contrôler : elle n'était pas là pour ça, elle n'allait pas agressée la vendeuse avec sa Passion...surtout si elle travaillait dans une Boutique de Magie Noire.

Inspirant discrètement, elle humidifia rapidement ses lèvres afin de se donner une certaine contenance_après tout se racler la gorge dévoilera immédiatement son excitation face à cette Possibilité... Adoptant une voix contrôlée_sonnant presque timide en ces lieux, elle décida de poser les questions comme l'avait invité son Objet de Tentation :


-... En effet, ce n'est pas faux...J'aimerais savoir les effets exactes de vôtre Solution de Force_(et sa recette)_ainsi que sa durée : restaure-t-elle nos forces ? Ou l'augmente-t-elle ?regard interrogateur et toujours brillant d'intérêtEt vôtre Fluide Explosif aurait quel niveau de puissance exactement ? Proche d'un bombarda ou d'un bombarda maxima ? _(enseignez-moi...)supplication muette visible au fond des yeux qui sont reportés sur les artefacts...et ce Canif...il coupe uniquement de la corde ou aussi des liens métalliques ?

Observant le mûr derrière la sorcière afin de résister en vain à son attraction comme un papillon irrémédiablement attirer par des flammes pouvant la brûler, Elysion tenta de garder bouche close afin de retenir une dernière question qui voulait franchir ses lèvres :

-Etes-vous une maîtresse des Potions ?

Murmure étouffée qui trouva son chemin vers l'extérieur malgré que sa propriétaire penaude ai tentée _ tardivement_ de le garder toujours captive de sa bouche...passera-t-il inaperçue dans le silence de la boutique ?

Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Mar 24 Jan 2017 - 9:26


@Gabrielle

Sometimes, I stand speechless when your eyes get lost somewhere between your feet. Remembering over and over how the most outstanding people I know are often the most broken ones, too. I see your smile crackling, your complexion so ready to burst, and then -in a sigh so light I am not even sure it occurred at all- you pull off that sunny expression of yours. The one that reassures them because you look so warm and confident and caring -and you are.

Le filament d’air tournoie
Mais ne se noie
Elle palpite d’un sourire anxieux
Craint que je la prenne de court
On sent qu’elle est de ceux qui ont besoin
D’un minimum de certitudes
De valeurs fixes
De stabilité
Elle n’est pas une des vapeurs
Des fumées ou des cendres
Elle a une petite fébrilité qui la trahit
Qui rappelle qu’elle ne sait encore
Qu’elle peut marcher sans se tenir à la rembarde
Qu’une équilibriste sommeille en elle
Et que même la poutre elle en peut dévier
D’un coup d’envol d’un coup d’épaule
Ivresse de vivre
_Pour l’heure elle est tissée de peurs
De mes horreurs elle se détourne
Y préférant les protecteurs
< Pfff.
Ses mots enfin se détachent des lèvres scellées
Des questions d’enfant
(pourquoi pourquoi dis moi pourquoi
parce que parce que parce que)
Enfin presque
Elle ne veut savoir si les poissons peuvent voler
Juste des formalités concernant les objets
. La cape et le casque te paraissent pour l’heure, aussi utiles l’une que l’autre
. Mais seul le casque sait créer une invisibilité digne de la cape de la mort
. Les capes vieillissent moins bien et sont plus vite repérables à l’oeil attentif
. Les casques sont infaillibles tant qu’on en respecte l’entretien mensuel 
_d’une demi voix : au sang humain
. Malheureusement, le détecteur met en évidence tant tes dissimulations
. Que celles d’autrui.
. Il vaut mieux l’utiliser dans un contexte où tu ne mens pas
. Sans quoi tu seras incapable d’en tirer de véritables informations

Souviens toi de l’histoire magique du 20e
De Fol Oeil justifiant le sifflement du détecteur 
Par les mensonges constants des étudiants -
Alors que la vraie cause était sa propre dissimulation
Sous le Polynectar.

Lequel préférera-t-elle ?

@Hugh

They fail to notice your weaknesses. Which I understand. Since your strength is already eating up all the space. I do. And it makes that rage of yours even more knowledgeable. Someday, you will have to teach us how to go as deep in introspection as you do. How to turn holes into stars. How to understand people’s hearts in three words spread apart. We are just childish books to you, aren’t we? And yet, you are here. Never judging. Your soprano voice as the more powerful lullaby. Your arms as the safest place on Earth. So full of affection it is all over the room whenever you walk in.


C’est ma lame contre tes mains
C’est ma rage contre ta douceur
_douceur trop tardive j’étais déjà morte
_mortifiée par tes mots condamnant mes maux
Oui
Oui tu avais raison
Le temps le prouverait
Combien j’avais eu tort de surestimer ma force
De croire que je pouvais me battre en me creusant
Des faiblesses jusque dans la poche de plasma
Pour l’heure pourtant
Je n’en savais rien
N’avais pour toi que violence
Et regret
D’avoir été rejetée
Et que tu oses te pointer
Comme si tu pouvais effacer cela
Prétendre que cette fois tu allais m’accepter
Que cette fois ta fille pouvait être mère
Sans que tu te prennes à la juger
Cela aurait pourtant un bien beau portrait
Mais même en essayant de toutes mes forces
Je ne pouvais l’esquisser à la gouache
Je l’effleurais à peine à l’aquarelle
Il portait en lui même ce rêve
Des langueurs mélancoliques
T’as desséré tes doigts
J’ai retiré mon couteau
Tes yeux avaient changé de couleur 
_sous l’effet de la brisure
Face à ta fébrilité j’étais le monstre d’acier
Le robot qui n’avouerait
Le besoin que tu le guides encore
C’était le début de la fin
Et les gallions trébuchants
Ne suffisaient à faire oublier
La vérité de ce portrait
. Ne reviens pas - cri perdu
cri manqué

(fin de RP)


@Elysion
Do you have any idea how loved you are? The thing is, we can sing it and write it and draw it and still, your self-doubts make you unable to grasp how stunning you are. When I see your broken smile surfacing these smooth lips of yours, it hurts to feel so powerless. So incapable of proving you how much you mean to us. To all of us. How you change our lives with your empathy. Always being so true -and yet such a sponge, absorbing our pain in your hug.


Quand toutes les portes se ferment d’autres paraissent voler
En éclat
Là où les escaliers ne menaient qu’à un mur aux allures de porte

Face à moi
Se trouvait un regard si ouvert
Que pour un instant j’en perdis l’équilibre
Elle avait l’espoir et l’excitation si palpables que c’était
Déstabilisant
Je suis trop morte pour ces jeux là tu sais
Ses lèvres mouillées hésitaient à parler
Et finirent par trancher le silence au couteau
Y avait tellement de couleurs dans ses mots
Que je me demandais à quel moment
On s’arrêtait de rêver
Des mots des mots toujours des mots
Auxquels je répondais d’abord professionnelle
Une chose à la fois
Dosons les syllabes
Comme une nouvelle concoction
. Tout dépend des circonstances. Une personne blessée retrouvera ses forces ;
. Une personne âgée verra sa force rajeunir de quelques années ;
. Une personne en pleine forme et santé verra la sienne décuplée.
. Retiens simplement qu’elle l’accroit, la forme et la manière sont fonctions
. De l’état du corps accusant réception de la potion.
. Sa durée est de 1h30 ; pour la recette exacte, tu peux soit venir avec moi à l’antre,
. Soit te procurer l’ouvrage Potions courantes... ou pas de Adya Cystenin aux Halles.
. Bien réalisé, le fluide permet une explosion plus proche de la version Maxima.
. Tu te demandes peut-être pourquoi l’utiliser à la place du sort ?
. Les potions sont un art plus patient ; c’est le domaine de ceux qui ont -
. une longueur d’avance sur le temps. Qui vont placer la fiole 
. et laisser la concentration magique de leurs opposants activer la potion.
. Quant au canif, il coupera des liens métalliques
. Tant que ceux-ci ne sont pas trop complexes et épais
. Attention à ne pas jouer avec les câbles moldus, ils sont parfois électrifiés

Je retiens mon souffle quelques instants.

Frappée par son intérêt pour cette discipline.
C’est à son âge que j’étais devenue une professionnelle-
Auparavant je n’étais qu’une gamine en quête d’expériences.
Mais j’avais manqué d’un mentor pour me guider sur cette voie.
Espéré le trouver dans la personne de West mais le feeling n’était jamais vraiment venu.
Damien et Evan étaient doués dans d’autres domaines, mais les potions ? Pas tellement.
Je comprenais d’autant plus son besoin... et hochais la tête, lentement.
Regard planté sur le sien.

Cherchant la profondeur de son attraction pour les potions.
. Oui.
Convaincs moi.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 29 Jan 2017 - 16:58


Réponse à Lizzie

Inconnu au comptoir. Pas de Parker ni de Bennet à l'horizon. Cette déception. Surtout que le mec respirait la chaleur, la politesse, la communication avec les clients. Non, ça balançait le prix et rien de plus de très intéressant. Ebenezer dévisagea le vendeur. Il n'avait jamais vu sa tête, certainement un pauvre type qui s'était fait embrigader. Bien fait pour lui, il avait qu'à avoir plus de conversation. Pour la peine, Ebenezer paierait en noises. Il en avait plein dans sa poche, merci les pourboires miteux de la TS. Il sortit les pièces une à une de sa cape, hésitant à demander si Lizzie était là. Puis il se souvint qu'il était pas forcément très habillé donc qu'il valait mieux pas trop traîner et éviter de croiser des surexcitées. Puis il avait un bouquin tout neuf à dévorer.

- Voilà pour vous !

Ton mielleux, sourire hypocrite, il manquait trois petites pièces mais fallait tout recompter pour le savoir. Il empocha son livre, merci lui-même, oh mais de rien, tout content de son auto-cadeau de Noël. Peut-être que ça allait lui servir à quelque chose. Direction la sortie d'un pas enjoué.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Sam 4 Fév 2017 - 3:42


Réponse à @Ebenezer

Il joue les inconnus
Tu joues les inconnus
On ne se parle à nu non !
Tout est dans le masque
Le masque de chair
Le masque de mots

On s’ignore et s’éloigne
On s’isole et se perd

Il avait une voix si sucrée
Que tu manquas de douter
Etait-ce vraiment Ebenezer ?
Si oui, qu’avait-on fait du vrai ?
C’était flippant tout ce miel
Coulant entre ses lèvres
Drop
Drop
Drop

Tu le reconnaissais pas
Pourtant physiquement il était lui
Alors forcément toi
Toi t’étais impossible à remettre

C’est la misère du temps
Que d’oublier qu’on vient de son enfance
Que de se perdre dans un labyrinthe d’Autres
Autre corps
Autres normes
Autres habitudes

Parfois je me demande
Ce que la Lizzie enfant
Aurait dit de toi aujourd’hui
Mais il n’était pas temps
D’en découdre avec le passé
Tu empochas les mornilles
(t’aurais du vérifier)

Et le laissas filer
Vers d’autres mensonges
D’autres masques et d’autres costumes

Peut-être qu’un jour viendrait
Où vous vous rappelleriez
L’un à l’autre
Qui vous étiez
Pour l’heure vous avanciez
Étrangers
A l’autre
A vous

(bye, je file payer les 3 noises manquantes, l'affreux)

Revenir en haut Aller en bas
Jaren Macgregor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 2)
Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Comptoir

Message par : Jaren Macgregor, Sam 4 Fév 2017 - 12:08


En temps normal l'Allée des Embrumes était déjà un endroit sordide et sinistre, petite ruelle tortueuse et étroite coincée entre des bâtiments délabrés, et parcourue d'individus aux airs patibulaires. Et le temps maussade de cette journée ne venait rien arranger. Des nuages sombres et bas emplissaient les cieux, filtrant la lueur du soleil jusqu'à la réduire à peau de chagrin. Une pluie fine tombait sans discontinuer depuis des jours, formant flaques et boues au sol. Ici et là des mendiants grelottant et trempés tendaient la main. Dans les ruelles moins fréquentées, des animaux malingres fouillaient les détritus. L'endroit semblait encore plus miteux qu'à l'accoutumée.

Jaren Macgregor n'était pas un habitué des lieux et il trouva rapidement l'ambiance déprimante au plus haut point. Il serra sa cape contre lui tout autant pour se protéger de l'air frais matinal que pour se prémunir des mains chapardeuses qui pullulaient dans ce genre de place. Il pressa le pas, marcha dans plusieurs flaques, se fit bousculer de l'épaule à de nombreuses reprises et retint son souffle lorsque des bouffées alchimiques s'échappèrent d'une échoppe et vinrent agresser ses délicates narines. Mal à l'aise dans une foule austères composées en partie d'individus peu recommandables, il joua des coudes pour atteindre sa destination au plus vite et abréger cette déplaisante expérience.

Ses pas cessèrent de le mouvoir après un énième détour au coin d'une rue et il leva la tête. Les gouttes s'écrasèrent en cascade sur son visage et ruisselèrent sur sa peau pâle. Il plissa les yeux. Malgré le rideau de pluie il parvint à lire la pancarte décrépie qui surplombait la devanture d'un établissement.




" Barjow et Beurk "



C'était le lieu qu'il recherchait. De forts soupçons avaient toujours planés sur la légalité des affaires de ce magasin mais l'échoppe s'était toujours tiré à merveille des enquêtes qui l'avaient visées. Il serra les poings. Le fait que cet établissement soit le seul à proposer l'article dont il avait besoin n'arrangeait rien à son agacement.

Mais l’a priori qu'il avait à l'encontre de Barjow et Beurk datait de plusieurs années. Les choses avaient peut-être changées depuis sa longue absence à l'étranger. Il devait rester ouvert et objectif. Il expira à quelques reprises, dompta le serpent colérique prêt à frapper qui s'agitait dans son esprit, se mit une claque sur la joue pour sortir de sa torpeur et afficha un sourire de circonstance avant de pousser la porte d'entrée. Un grincement sinistre accueillit le geste suivi d'un son de cloche annonçant l'arrivée du client.


DING


Le son métallique se répercuta dans la pièce avec force.


CLAC


La porte se referma d'un coup sec et le sorcier se trouva plongé dans les ténèbres.


- Hello Darkness, my old friend. Marmonna-t-il

Il lui fallut plusieurs secondes pour que sa vision s'acclimate à la faible luminosité des lieux, la seule source de lumière étant la lueur diffuse et diaphane provenant des vitres embuées donnant sur la rue. "Plic, ploc" firent les gouttes qui s'échappaient de ses vêtements pour venir s'étaler sur le parquet. Il extirpa sa baguette de sa poche et la pointa sur ses habits. Un "Consectetuer Dryer" informulé plus tard et il était au sec. Quelque part dans sa tête il ronronna de plaisir. Dirigeant ensuite sa baguette vers le sol il fit disparaître la flaque d'eau qui s'était formée durant son moment d'immobilité. Une fois cela fait il reporta son attention sur ce qui l'entourait. C'était la première fois qu'il mettait véritablement les pieds dans la boutique.

Chaos. Voilà ce que l'endroit évoquait pour Jaren au premier abord. L'endroit ne semblait pas avoir de méthode de rangement à proprement parler, les articles semblant avoir été déposés aux hasard en fonction de la place disponible, parfois empilés les uns sur les autres. Certaines piles s'étaient d'ailleurs à moitié écroulées, soutenues uniquement par les autres piles adjacentes. Au fond il pouvait apercevoir le comptoir, mais aucun moyen d'accès direct, il allait devoir zigzaguer entre les articles.
Ce qui le frappa en second fut l'odeur. L'odeur de la poussières, des vieux livres et des objets anciens. Une odeur qui avait accompagnée sa vie. Lui qui écumait les bibliothèques, musées et magasins d'antiquités connaissait bien cette fragrance et l'aimait avec tendresse. Aussi surprenant que cela puisse paraître, il commençait à apprécier un peu cette boutique.

Il chemina entre les rayons et observa avec curiosité les articles. Il oublia rapidement son aversion initiale et la raison de son dégoût des lieux, effacés par une curiosité intellectuelle. Certains objets, manifestement portés sur la magie noire, le firent cependant grimacer à plusieurs occasions. Rien de bien surprenant toutefois compte tenu qu'il s'agissait là de la cause première de la célébrité de cette enseigne. Le sorcier atteignit finalement le comptoir, le craquement du parquet sous ses pas étant les seuls bruits qui brisaient le silence profond de la boutique endormie.

Jaren attendit patiemment qu'un vendeur se montre. Lorsqu'une personne se matérialisa enfin devant lui il se présenta avec courtoisie.


- Bonjour. Je suis en recherche d'un Fuseau Tisse Magie. Dit-il en souriant et en inclinant avec politesse la tête. Il est fort probable que je vous prenne également quelques autres articles.

En effet, ses pérégrinations dans la boutique lui avait fait découvrir d'autres objets dont il pourrait avoir l'usage.



[HRP : Me contacter en MP si besoin de modification des descriptions / paroles]
Revenir en haut Aller en bas
Vhagar Meraxès
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Once
Permis de Transplanage


Re: Comptoir

Message par : Vhagar Meraxès, Dim 5 Fév 2017 - 21:45


Lizzie
C'est court mais askip j'ai pas le temps :P

Lorsque Lizzie lui donna la bonne raison de ne pas pousser le bouchon plus loin, le Nordique se ravisa et revint sur l'oeuf de serpent qu'il rangea délicatement dans la grande poche de son manteau. Il réalisa alors qu'il ne savait même pas de quelle espèce il s'agissait. Et en fin de compte, il s'en fichait pas mal. Le fait était que celui-ci ne servirait pas plus qu'un animal de compagnie. Vhagar n'était pas du genre à exploiter ses propres animaux dans un but aussi pathétique que l'élaboration de potions. Il prit soin de bien refermer la poche par le bouton qui permettait de la clore, et remis son attention sur la borgne qui lui demandait ce qu'il en était pour l'autre oeuf. Il réfléchit un instant, avant de répondre.

- Laisse tomber pour l'oeuf. Je n'en ai pas besoin dans l'immédiat. Par contre, il me faudrait une pensine.


D'un geste sûr, le Scandinave allongea la centaine de gallion dans une bourse pleine à ras, sortit de l'autre poche. Il la posa sur le comptoir et tapota sur celui-ci de deux doigt au battement régulier. Plus il y pensait, et plus il en avait besoin rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 25 sur 38

 Comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26 ... 31 ... 38  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.