AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -10%
-30€ sur Apple Watch SE (GPS, 40 mm)
Voir le deal
269 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 63 sur 63
Comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 61, 62, 63
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Loredana Wildsmith, le  Dim 17 Mar - 19:37



Enzo

Il y avait quelque chose dans son regard. Une lueur qu’il n’avait pas la dernière fois. De la douceur au goût sucré à laquelle je voulais goûter. Alors je profite de ce regard, de ses gestes simples, affectueux et de ses paroles qui veulent engager une discussion. Comme deux amis. Ceux que nous étions. Le mur que l’on avait construit entre-nous, malgré nous, s’abaissait lentement pour laisser nos deux âmes se réunir et former cet ensemble homogène que l’on avait formé par le passé. Un passé qui nous appartenait, qui nous avait fait voir le monde d’une manière différente, qui nous avait aussi fait commettre des erreurs. Je voulais être une source de chaleur dans ce froid qu’avait provoqué mon départ, je ne comptais plus aller nul-part désormais. Cette Loredana-là n’était plus. Je conserve un sourire sur mon visage tandis qu’il me parle. C’était tout cela qui me manquait chez lui. Son côté sombre était ce qui m’avait poussé dans ses bras, mais j’appréciais également cette autre face de lui, celle dont j’ai besoin de voir.

- Oui, ça va ! Je suis vraiment contente que tu sois venue ! J’aimerais qu’on se voie plus souvent !

Je le laisse regarder autour de lui. Après tout, je me doute bien qu’il n’était pas venu jusqu’ici juste pour moi. N’aimant pas vraiment envahir les personnes qui entraient dans la boutique, je laisse ses yeux se promener dans les différents rayons poussiéreux. À la recherche d’une glace à l’ennemi, ainsi que d’un chuchoteur, je hoche silencieusement la tête pour répondre positivement à sa question.

- Ne bouge pas, je vais te chercher ça.

Je m’éloigne quelques instants tandis que je l’entends déjà sortir les gallions. Peut-être était-il pressé ? Je m’en vais chercher les deux articles demandés dans les rayons, puis retourne derrière mon comptoir pour les déposer devant lui.

- Alors, oui effectivement, ça te fait 15 gallions, c’est tout bon. Tu ne souhaites rien d’autres je suppose ?


L’on pourrait croire que j’allais poser des questions sur ce qu’il allait faire de ça. Mais à vrai dire, cela m’importe peu. Je croise tous les jours des clients qui achètent des choses douteuses. Jamais je ne pose de questions. Je n’ai jamais renié les pratiquants de la magie noire et puis les articles d’Enzo n’en étaient pas, d’ailleurs. La glace à l’ennemi était plus celle qui la détectait.

- Il faudrait…j’sais pas que tu passes chez moi ou moi chez toi un de ces quatre… Me rendant compte de ma phrase, j’essaie de me rattraper. En tout bien tout honneur, bien sûr !

Réitérer mes erreurs n’est pas vraiment dans mes plans. Quoiqu’il fallait peut-être que j’arrête de parler d’erreur. L’erreur avait été de fuir. Ce qu’il s’était passé entre Enzo et moi était la simple suite de notre histoire. C’était comme ça que cela devait se produire. Il ne fallait pas renier sous prétexte que cela avait détruit notre amitié. Parce que je l’avais voulu. Alors je souris, simplement.
Invité
Anonymous
Invité

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Invité, le  Mer 20 Mar - 23:57





We create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
   You must become the missing piece.


Avec Loredana

Dans mon corps, je peux ressentir une vague de chaleur naitre dans chacune des parties de celui-ci, lorsque je me retrouve auprès d’elle. Elle a cette façon de m’accueillir avec le sourire, malgré nos différents, malgré notre passé douloureux. Lorsque mon regard se pose sur elle, je repense à nos bons moments passés ensemble. Surtout à ce jour où elle m’a offert ma planche ensorcelée. J’avais ce sourire ancré sur les lèvres avec cette incapacité de m’en défaire. J’étais l’homme le plus heureux du monde à cet instant. Et à vrai dire, ça me plaisait. Et puis, il y a eu Aysha aussi, même si j’ai fais le con derrière son dos, j’ai fini par me poser les bonnes questions et j’ai fini par prendre de bonnes résolutions. Je compte m’éloigner de cette ville pendant un certain temps. J’ai besoin de couper les ponts pendant quelques mois. Sans doute après quelques projets personnels, je m’en irais plus loin, sans manquer de donner des nouvelles à ma princesse. Cette fille me fait toujours autant tourner la tête et j’suis bien content qu’après tout ce temps, qu’elle continue à bien vouloir de moi. Nos débuts étaient loin d’être facile, mais d’avoir réaliser moi-même son tatouage, d’avoir son nom inscrit sur la peau de mon torse, j’en suis pas mal fier. Puis, je me souviens que je suis auprès de Loredana, mon regard se rabaisse sur elle et j’esquisse un autre sourire. Dieu qu’elle n’a pas changé, quoi que si, mais qu’en bien, en mieux et sa chevelure caméléon ne me surprend pas tant que ça… Quand je pense à tout ce que j’ai découvert jusqu’à maintenant.

« Oh, ça peut s’arranger, ça. Enfin, faut voir avec mon emploi du temps. Figure-toi que j’suis plus à Poudlard et que j’ai même un job, maintenant. »

Un p’tit clin d’œil de ma part et je me retrouve à regarder les futurs biens que je vais acquérir, une fois la somme payée. J’ai cette certaine hâte d’installer le tout, dans ma maison, même si je la considère plus comme un appart’. Faut dire que j’ai vu les choses en grand, au cas où si un jour Aysha se décide d’habiter chez moi, si un jour, notre couple survivra jusque-là. Puis, je me remémore ce que m’a dit ma meilleure amie avant de rire un peu suite à la connerie que je m’apprête à dire.

« C’est possible de te piquer un peu de ton temps libre après ton service ? On pourrait, j’sais pas, se balader un peu ensemble, histoire d’échanger un peu nos nouvelles ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

J’ai bien compris que ce qui s’était produit, il y a quelques temps, ne se reproduira plus à l’avenir. Alors, je ne relève pas son propre commentaire, je me contente de venir près d’elle pour lui faire un rapide câlin, simplement par envie, rien de plus. (L.A. dans la sign, bande de curieuse.x). Puis, d’une bise sur sa joue, je m’autorise même à lui faire un clin d’œil avant de mettre légèrement à rire. Faut croire que je suis de bonne humeur après tout.
 
CODAGE PAR AMATIS
 
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Loredana Wildsmith, le  Ven 22 Mar - 11:30



Enzo

Je sens de la bonne humeur, son envie de passer du temps avec moi. J’ai envie d’y voir quelque chose de positif, retrouver celui que j’ai connu, celui dont j’avais besoin. On a tous nos soucis, nos noirceurs, nos périodes de doutes et parfois même, des pulsions suicidaires. Mais il ne faut jamais oublier les personnes qui nous veulent du bien, les personnes que l’on aime. J’avais longtemps dit non à tout cela, refusé de laisser mes proches m’approcher, quitte à partir, à disparaître dans un nuage de poussière. J’essaie encore de me faire pardonner pour ma maladresse, ma lâcheté, cette peur de devenir trop proche de lui alors que ma vie était instable. J’aurais dû assumer, accepter que cela avait été inévitable.

J’esquisse alors un grand sourire lorsqu’il accepte de passer du temps avec moi. Je comprends alors qu’il avait mis en œuvre ce dont il m’avait parlé lorsque nous nous étions vus dans les rues de Pré-au-Lard. Son envie de quitter Poudlard et de trouver un travail. J’étais contente pour lui, s’il était davantage épanoui ainsi, c’était le plus important. Je n’avais pas osé quitter l’école sans mon diplôme, devenir Alchimiste demandait un certain niveau, je n’avais pas eu envie de prendre le risque de foncer droit dans le mur, sans pouvoir me relever.

- Oui, de toute façon il faut que je fasse en fonction d’ici aussi. Mais on peut se retrouver un week-end ou un soir après le boulot, enfin c’est comme tu veux. Tu travailles sur le Chemin de Traverse ?

Je prends soin de placer ses articles de façon à ce qu’il n’ait pas trop de soucis à les transporter et ramasse les gallions qu’il avait laissés. L’achat était, lui, terminé. La boutique ne grouillait pas de monde, je pouvais lui accorder un peu de temps s’il le souhaitait. Mais il avait parlé plus vite que moi, me proposant de me retrouver juste après.

- Oui, bien sûr, on peut se retrouver devant la boutique ou sur le Chemin de Traverse, ou à Londres, c’est comme tu le souhaites, je n’en ai plus pour longtemps de toute façon !

Reprendre nos activités là où elles s’étaient arrêtées. Parler de nos vies, de la vie en générale, de ce que l’on était devenu. Le tout, loin de la tension de la dernière fois, loin de la tension qui s’était installée malgré nous dans le Dirigeable. Je voulais que les choses soient plus simples entre nous, que l’on n’oublie jamais les personnes en qui on pouvait avoir confiance. Dans le monde où l’on vit, il est important de distinguer nos amis de nos ennemis.
Invité
Anonymous
Invité

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Invité, le  Lun 25 Mar - 8:52





We create our own fate
Every human being is a puzzle of need.
   You must become the missing piece.


Avec Loredana

Pendant qu’elle fait « je-ne-sais-quoi », je me contente de poser mon regard sur elle. Je la trouve particulièrement mignonne comme lorsque je l’avais rencontrée la première fois. Certes, c’est vrai qu’Aysha me fait complètement tourner la tête, mais Loredana a été une meilleure amie d’une façon dont je ne saurais l’expliquer. Cette façon inexplicable de dire qu’il existe aussi un coup de foudre en amitié. J’attrape mes achats avant de me retourner vers elle avec cette impression de pouvoir respirer à nouveau. Elle est cette brise légère qui fait que j’oublie les récents évènements le court d’un instant, parce que j’en avais bien besoin.

« J’ai dans mes projets de retourner un peu, au Japon, prochainement. Si tu le pouvais, tu voudrais m’accompagner ? »

Bien sûr que j’ai pensé à elle en premier. Ça me parait indispensable de le faire, parce que c’est véritablement la seule fille qui me connait bien mieux que tout le monde, dans tout les sens du terme, d’ailleurs. Puis, je me retourne doucement vers elle pour venir la chercher et la reprendre dans mes bras. J’ai ce besoin de lui montrer que je suis là pour elle, que je ne la laisserais plus jamais tomber non plus.

« Que dis-tu de venir chez moi, un jour, j’ai envie de te parler de quelque chose d’assez personnel. »

Et puis, je veux qu’elle apprenne pourquoi j’étais en colère, l’autre fois, lorsqu’on s’était recroisé par pure hasard. Et comme quoi, le hasard fait bien les choses, parce que désormais, je me montre inséparable avec elle. Je me sens comme si j’étais attaché à elle, par une ficelle rouge qui nous relies ensemble. Un lien indéfectible et indestructible aussi.

« Je travaille comme apprenti-Entraineur au Heurtoir, en fait, autant que tu le saches, ma belle. »

Et hop, un p’tit clin d’œil de ma part aussi, juste pour espérer revoir son sourire. Autant dire que Loredana m’avait tellement manquée que je prends le temps de savourer ce moment sans faire de chichi. C’est comme si elle m’offrait une seconde vie, une seconde chance de nous reconstruire ensemble…
 
CODAGE PAR AMATIS
 
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Loredana Wildsmith, le  Lun 25 Mar - 16:45



Enzo

Je suis heureuse de voir qu’il n’est pas si pressé que cela. J’aime cette compagnie et la sienne valait bien plus. Après cette peur de le perdre, une lueur d’espoir pointé le bout de son nez, me laissant cette lueur, cette échappatoire. J’ai besoin de mes amis, de tous mes amis, de ce qui me rendent meilleure chaque jour. Il en fait partie. Je souris lorsqu’il me propose une virée dans un autre pays, un autre continent. Un peu surprise tout de même, je laisse s’écouler quelques secondes avant de lui répondre.

- Si je le peux, oui, j’adore voyager alors penses-tu, c’est une chose que je ne pourrais pas refuser ! Mais ce ne sera que l'histoire de quelques jours, je ne pourrai pas m'éclipser davantage.

Si ça proposition est sincère alors, oui, je compte accepter et me débrouiller pour me libérer. Je ne sais pas trop quels sont ses projets, mais partir quelque temps – pas trop longtemps – ne peut me faire que du bien. Changer d’air, penser aussi à tous ses changements dans ma vie. Theya allait de mieux en mieux et elle avait les clés de mon appartement en cas de besoin. Si je m’éclipse, peut-être qu’elle ne m’en voudra pas. Pourquoi m’en voudrait-elle après tout ? Elle connaissait parfaitement ma situation. J’étais un livre ouvert à son égard. Elle savait tout.

- Bien sûr, tu n’as qu’à me dire lorsque tu voudras que je vienne et je viendrai, y’a pas de soucis.

Des questions se posent alors dans ma tête, mais je veux croire que ce qu’il a à me dire n’a rien à voir avec moi. Peut-être cherche-t-il à se confier. Peut-être qu’il a besoin d’un avis, de l’avis d’une amie récemment retrouvée. Était-il réellement possible alors qu’il me pardonne et accepte que tout redevienne comme avant ? Il me parle ensuite de son travail. J’étais tellement perturbée par ce retour que j’avais oublié de poser la question. Il travaille au Heurtoir, un endroit que je connais bien pour y avoir été à deux reprises. Une soirée avec Elly où elle s’était plongée dans mes souvenirs les plus profonds et cette après-midi avec Arty, un date disait-il. Toujours à jouer dans l’originalité, ce qui n’était pas pour me déplaire puisque je continuais d’accepter ses invitations. Mais cela était probablement avant l’arrivée d’Enzo, puisque je ne me rappelais pas l’avoir vu dans les locaux.

- C’est super ! Je connais un peu Elly et Azaël là-bas, c’est bien que tu fasses partie du groupe du Heurtoir aussi. Je suis contente pour toi, c’est une belle activité, Entraineur !

Il me prend dans ses bras, je sens que tout va mieux. Cette peur de le perdre’envoler petit à petit. Peut-être qu’elle finira même par disparaître au fil du temps. Je voulais croire que je pouvais moi aussi, être entourée par toutes les personnes que j’aimais.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Vanille Fleury, le  Dim 7 Avr - 14:55



~ Lizzie

Bien lucide malgré son œil en moins, c'est un cliché parmi d'autres mais un peu différent pourtant. La pirate semble unique dans le troupeau. Comme tous à bien y regarder. On forme un peu un équipage. Je souris joyeusement. Elle a raison, dire que c'est rassurant de savoir que les gens menacés ne sont pas que ceux qui occupent de grandes positions. On passe trop de chose sous le silence. C'est terrifiant. C'est vrai, je ne peux pas le nier, mais le danger n'est-il pas décuplé dans son cas ? Soupir un peu défaitiste. Allons, allons, il faut se ressaisir non ? Peut-importe, au final, j'espère juste que mes cadeaux l'aideront ou du moins lui feront comprendre que je tiens à elle à défaut de la protéger. Je crois pas être assez forte pour dresser une barrière entre ceux que j'aime et les malfaiteurs mais j'essaie pourtant encore et encore, c'est ça qu'on appelle l'amour, non ?

La boutique aurait de quoi filer la frousse à plusieurs dizaine de gosses et cela sans connaître ses recoins mystérieux. La curiosité me donne envie de suivre Lizzie vers cette nouvelle antre de souvenirs alors que la raison m'en empêche. Elle prétend que ce n'est pas dangereux mais - amusée - je m'interroge sur sa notion du danger, n'est-ce pas au contraire tout ce que nous sommes, ce qu'il nous reste ? Les souvenirs, ces larmes transparentes propres à chacun et si similaires les unes aux autres.

Cet endroit n'est-il pas justement fait pour se débarrasser du pire de chacun de nous ? Peut-être que je dramatise un peu mais quel internet de se séparer de fragments de soi sinon ? Je crois que la curiosité l'emporte ! Tu me montres ? Le risque est à prendre, je trépigne presque d'impatience. Le monde a raison, je suis encore trop une enfant pour être une femme. Mais je joue et pour le moment, pas trop mal, non ?
Invité
Anonymous
Invité

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Invité, le  Dim 7 Avr - 22:42

Ce jour là, ton transplanage t’avais mené au chemin de traverse. Ton temps libre, tu aurais potentiellement pu le consacrer à autre chose, mais non, c’était Londres et son Chemin de Traverse qui avaient eu raison des révisions et autre méditations. Quoique… Aujourd’hui, si une chose t’intriguais particulièrement, c’était bien les pensines. Tu n’en avais jamais vu et en avais entendu parler dans un livre traitant des souvenirs et de la mémoire. Plutôt normal, en tous cas. C’est ainsi que tu t’étais dirigé vers le Chemin de Traverse. Ou plutôt, l’allée des embrumes. Beaucoup diraient que se rendre ici alors que l’on est qu’un élève est une idée plutôt saugrenue, mais toi, tu ne trouvais pas. Pour toi, c’était simplement une idée avec ses propres risques et conséquences. Il suffisait de savoir comment les gérer.

Finalement, tu atterrissais devant la porte d’une boutique singulière. La devanture poussiéreuse indiquait “Boutique d’Accessoire de Magie Noire” en lettres effacées par le temps. Un magasin dont tu avais déjà entendu parler, et qui recelait tout un tas de choses étranges, et, d’après ce que tu avais entendu, pas forcément extrêmement légal. Mais ça, au final, ça n’était pas réellement ta préoccupation. Ton soucis à toi, c’était tes souvenirs. Explorer ta mémoire - ou d’autres souvenirs. C’est ainsi que tu poussais la seule porte de bois de la boutique, pénétrant dans ce lieu singulier et ô combien lugubre.

En entrant dans les lieux, tu observais l’environnement. Un éclairage sombre pour une ambiance lugubre, des étagères multiples contenant bocaux et objets dont tu n’avais pas le nom en tête, des vitrines remplies d’objets précieux, et, dans un coin, un vaste comptoir ainsi qu’un escalier menant à des endroits qui t’étaient encore inconnus. Ton but, tu l’avais en tête, et c’est ainsi que tu te dirigeas vers le comptoir afin d’expliquer la raison de ta venue. Mais pour l’instant, il te fallait avoir des informations.

- Bonjour. J’ai appris l’existence d’une “banque mémorielle” ici, dans cette boutique. Ainsi, j’aimerais en savoir un peu plus sur ce que c'est exactement.

A présent, il fallait attendre les réponses de l’employé(e) présent(e), mais tu espérais bien tirer quelque chose d’intéressant de cette banque mémorielle. Peut-être est-ce ici que quelque chose changera ta vie ? Qui sait ?
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Lizzie Cojocaru, le  Jeu 11 Avr - 13:21

@ Ellana

Ellana semble si attachée à cette sorcière… Le portrait est plus touchant qu’il ne devrait l’être.
— Je le lui souhaite aussi. Tu es si douce et prévenante avec elle…

Je ne peux être envieuse de leur lien. Je sais que la voie que j’ai choisie est bien solitaire. Les ombres savent être solidaires entre elles, mais souvent l’obscurité est si totale qu’il est difficile de s’identifier les uns les autres, de savoir en qui se fier. Alors j’avance, seule et dramatique, avec le cache-oeil du martyre sur le visage.

La réaction de la Serpentard me surprend en revanche. Pour elle, la seule utilité d’une potion est de se débarrasser de nos monstres ? Je croyais qu’il s’agissait de les analyser, pour les domestiquer et ne plus les laisser nous dominer. N’est-ce donc pas le but de chacun, prendre le contrôle du pire de soi pour le transformer en quelque chose de meilleur, ou du moins ne pas le laisser régler notre vie ?

L’isoler me paraît trop utopique. Peut-être est-ce parce que mes monstres m’ont plus amadouée que je ne veux bien me l’admettre, et que je suis depuis trop longtemps la pire version de moi-même pour qu’une simple pensine suffise. Une mort suivie d’une résurrection conviendrait mieux à mon essence extrême, mais je sais ne pas la mériter.
— Après toi, fis-je en l’invitant à entrer.

Emplie de mystères, la pièce nous attend. Je présente à Ellana la pensine mentionnée. Elle sait que chaque voyage achevé la ramènera à mes côtés, que je serai là pour la guider et répondre à ses interrogations. Quelle drôle d’idée que de penser que ma présence lui suffira à plonger… Comme si je pouvais être une garantie de sûreté ! Non, Lizzie, c’est de l’arrogance que d’insinuer ceci. Si elle passe à l’action, c’est seulement car la curiosité est trop forte.
— Tu en as déjà utilisé une ? Si ce n’est pas le cas, on peut utiliser un souvenir de la banque en tant que démonstration.


@ Sora

Prostrée dans la boutique, je caresse ma baguette. Arundo est un généreux cadeau que m’a fait Izsa. J’ignore d’où lui est venue l’inspiration. Toujours est-il que cette amie de roseau est censée être choisie par des sorciers courageux et éloquents, sans oublier d’être des amis protecteurs… Est-ce ainsi qu’elle me perçoit ? D’où lui vient cette idée ? Non, je dois confondre. Le bois, la baguette, la personne, quelque chose ne colle pas. Mes doigts courent le long de ses 19.4 cm.

J’ai l’impression qu’il y a une erreur dans l’équation. Peut-être qu’une nuit, raidie par l’alcool, j’ai volé une baguette que je trouvais jolie. Peut-être que c’est du chêne. Je n’en sais rien. Il y a forcément une explication - quelque chose de plus censé que le souvenir de ce cadeau. Peut-être faudrait-il que je démêle ma mémoire d’un passage dans notre antre mnésique…

Secouant la tête, je note qu’une tête parlante ricane. Je lui lance un regard courroucé, suivi d’un :
— Je t’ai causé peut-être ?

Et la nuisance sonore de répliquer quelques insultes diverses et… je dirais bien variées, mais pas vraiment, en soit l’imagination des têtes parlantes demeure très limitée.

Je me bouche les oreilles comme une enfant et lui tire la langue. Heureusement que mes collègues ne sont pas là… Je pète un câble ces temps-ci. La fatigue, sans doute. Essayant de reprendre un minimum de sérieux, je replace mon cache-oeil. Cela suffit à peu près à dissimuler la part de ma peau amochée par la potion, et les cheveux en bataille font le reste.

Bientôt, un nouveau venu fait son entrée. Ajustant mon sourire de pirate, je quitte le dédale des étagères pour aller l’accueillir.
— La banque mémorielle...

Je m’humecte les lèvres, curieuse de voir qui a entendu parler de notre projet. Ton visage m’est familier, sans que je parvienne à remettre un nom dessus. Silencieuse, je t’étudie.

La mer des hésitations traverse ton regard. J’en perçois les vagues et les ressacs. Nulle marée ne semble se manifester, mais ton trouble est apparent. Tenter de le cacher ne te trahirait que plus.
— Elle donne un accès libre à une pensine et à divers souvenirs que nous avons collectés. Cela dépend de ce que tu cherches : berceuse, voyage en mer, bataille de boule de neige, rush d'adrénaline, sensualité perdue, fiole mystère… on a de tout.

Invité
Anonymous
Invité

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Invité, le  Jeu 11 Avr - 14:41

@ Lizzie-senpai

Un rire sombre tranchait avec le silence lugubre de l’endroit ? rire reçu une réponse cinglante d’une voix que tu avais déjà entendu. Finalement, ce dernier changea bien vite en une rivière de jurons pitoyables terminant sa course dans le calme le plus complet, replongeant le lieu dans sa placidité habituelle. Enfin, ce que tu jugeais habituel, puisque tu mettais les pieds ici pour la première fois. Finalement, la jeune femme porteuse de la voix que tu venais d’entendre se présenta au comptoir, écoutant ta requête avec attention. La personne qui se tenait en face de toi, tu la connaissais bien. Il faut dire que Miss Bennet est professeure à Poudlard. Et de vol, en plus, une matière que tu appréciais particulièrement puisqu’elle t’avait menée à devenir batteur de Serdaigle. Tu la saluais comme il se devait.

- Oh, bonjour Bennet-sensei. Sora Okinawa, élève à Poudlard. Je vous ai reconnu aisément puisque vous êtes notre professeure de vol.

C’est ensuite que tu écoutais ce qu’elle avait à te dire concernant ce que tu venais voir : la banque mémorielle. Les quelques signes que tu avais devant toi n’étais pas trompeurs : une humidification labiale réflexe, un regard hésitant, le doigt légèrement tremblotant… la jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’on lui parle de la banque mémorielle, apparemment. Intéressant à savoir. Même si tu avais peu de chance de tirer quelque chose de cette information, tu la gardais quand même à l’esprit, soigneusement noté dans un livre de ta bibliothèque mentale. Ainsi donc, la chose que tu étais venu voir donnait bien accès à une pensine, mais aussi et surtout à des souvenirs collectés par l’établissement. Ton regard bleu scintilla de curiosité à l’écoute de ces informations.

- Hoho, je vois. Cela m’intéresse énormément, de ce fait, j’aimerais y accéder. Est-ce possible ? J’imagine qu’il y a un droit d’entrée à payer, n’est-ce pas ?

Tes deux questions te semblaient plutôt légitimes. Si Bennet-sensei était surprise, c’était forcément à cause de quelque chose en rapport avec cette banque. Peut-être qu’elle n’est pas terminée ? Aussi, la question du droit d’entrée est logique. Nous sommes dans une boutique, après tout. Il faut bien vendre, n’est-ce pas ?
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Vanille Fleury, le  Jeu 11 Avr - 18:15



~ Lizzie

J'ai tendance à aimer un peu trop fort, je ne peux le nier - et pourtant j'ai mis du temps à assumer. Il faut dire que de nos jours c'est plus facile de prétendre avoir un cœur de pierre qu'en chamallow bien que je suis persuadée que ce soit plus courant. Nous vivons dans une époque bien triste. Ne suis-je donc pas moi même dans une boutique réputée pour ses sombres recoins ? La cohérence, je ne maîtrise pas encore très bien. Mais après tout, on fait tous des erreurs pas vrai ? Même les mamans.

Lizzie finit par m'emmener dans l'antre aux souvenirs à laquelle elle avait pourtant donné un nom beaucoup plus stylé dont je ne parviens plus à me rappeler. L'endroit intrigue, fait rêver et douter. Il happe et donne la chaire de poule. Un peu près comme les souvenirs.

Mes yeux plongent vers la pensine qui m'appelle et me repousse. Quelques fois, j'ai envie de tourner la tête vers Lizzie pour lui dire que ce n'est pas une bonne idée et que finalement je préfère rentrer. Mais étrangement, je ne donne aucunes finalité à ces nouvelles pulsions. La peur - peut-être - de décevoir la mère qui pourrait penser à de la lâcheté. Une excuse parmi d'autres pour se donner la force sans doute. Non, non, jamais ! Précipité. Je jure que je n'y ai pas touché ! Non, ça doit être le chat. De grands yeux innocents. Cela arrangerait mieux de ne pas vider ma tête devant elle pour la première fois. Peur de la sensation quand la présence ne dérange pas. Mieux vaut se montrer prudente.

Et, on peut ? Comme ça ? Aller dans les souvenirs de quelqu'un ? Et si moi je donne un souvenir tous le monde pourra le voir ? Si je le mets là est-ce que je vais l'oublier ? Tant de questions que la panique précipite dans les bras de Lizzie avec une mine perdue, l'air de demander dans quoi je me suis embarquée. Est-ce un joli voyage au moins ?
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Lizzie Cojocaru, le  Ven 12 Avr - 18:54

Sora

Alors que nous parcourons le chemin des souvenirs, je me retrouve enfermée avec les miens. Je ne sais pourquoi j’ai, dès longtemps, envisagé la mort. J’ai si souvent eu des idéations de suicide – et pourtant, je ne sais guère en quoi je crois. Quelle interprétation faut-il donner à la mort ? Qu'est-ce que c'est, la mort, est-ce doux et paisible, atone et silencieux ou est-ce un enfer qui rend vivant ? Je suis bien persuadée qu’on n’entre pas dans un monde parallèle, ni celui d’une souffrance infinie ni celui d’un monde idéal où la faim n’existe plus et où tout le monde est heureux.

Oui, l’idée de la cessation physique de la vie peut être attrayante quand on n’a aucune responsabilité, mais quand on est parent, on sait que ce ne sera pas si simple. On sait qu’on ne pourra véritablement mourir – même si je veux partir, une part de moi restera sous forme de fantôme pour veiller sur les enfants. La matérialité ne règle pas tout. Si le corps se dissout mais que l’âme reste cadenassée à la Terre sous une forme limitant encore ses possibilités, quel intérêt ? Et si je suis condamnée à être un fantôme, je ne pourrais plus vraiment mourir. Ou alors il faudrait vraiment bien s’y prendre. Non, avec le « miracle de la vie », la vérité c’est que je me suis retrouvée condamnée à vivre.

Aujourd’hui aussi, d’ailleurs, alors j’essaie de suivre l’échange mené avec le jeune Sora.
– Tu me connais : j’aime être où l’on peut faire l’impossible. Voler, s’amuser au boulot, et même, oui voyager dans des souvenirs. L’entrée coûte 10 Gallions, mais tu peux me rembourser à Poudlard si tu le souhaites.

Qui se balade avec l’équivalent de soixante-dix euros pour flâner dans l’Allée des Embrumes à dix-sept ans en même temps… Mais bon, cette question ne devrait pas priver le garçon d’une expérience digne de ce nom.

Ellana

Ellana semble terrifiée, mais un peu excitée aussi, par la perspective de cette initiation. Je ne veux pas lui forcer la main : il faut que ça vienne d’elle. Je peux la tenter, oui, mais pas la manipuler de trop. Elle m’interroge et je la renseigne sur la procédure, pour qu’elle sache ce dans quoi elle s’engage ici. Les informations doivent être données en bonne et due forme pour que son choix soit informé.
– On peut, oui ! En fait, il y a un sort qui permet au sorcier d'extraire un souvenir précis de sa propre mémoire, en posant sa baguette sur sa tempe. Comme ça, ploc ! Mais il est alors important de le stocker dans un flacon hermétique ou une pensine pour éviter que le souvenir disparaisse de cette forme un peu grisâtre, comme dans cette fiole là...

Marquant une pause, je la laisse examiner l'apparence d'un souvenir.
— Si tu mets un de tes souvenirs ici, pour l'examiner juste toi, on s'assurera que nul autre que toi ne le voit. Les clients ne peuvent voir que leurs propres souvenirs et ceux qu'ils achètent, pas ceux qui sont déjà là. Par contre, si tu décides de nous vendre ton souvenir, il pourra être visionné une et unique fois pour l'exact prix auquel tu l'as vendu. On ne fait pas de marge sur la mémoire, c'est trop précieux pour être lucratif.

En revanche, une fois qu’elle s’aventurera vraiment sur cette voie, je la prendrais par la main avec la plus joyeuse curiosité. Quel étrange et heureux projet que d’accompagner quelqu’un dans sa quête mémorielle ! C’est une idée assez excitante pour me faire oublier l’envie d’arracher ma tête au reste de mon corps. A défaut de pouvoir séparer l’âme du reste de mes composants, je me familiarise avec la perspective alléchante d’une paix, d’une paix comme je n’en ai jamais connu.

— Quand tu extrais un souvenir, tu ne le supprimes pas. Tu le dupliques sous une forme liquide pour mieux le comprendre, pour le voir avec plus de recul. Mais il reste dans ta tête, ne t'en fais pas pour ça. C'est plus clair ?
Vous imaginez ? Ne plus rien ressentir ? Dans l’idée, cela semble si beau que l’on pourrait tout sacrifier pour cet état. Même avoir des conduites à risque pour obtenir des pilules nous donnant un aperçu de cette sensation. La vie comme un long fleuve tranquille, elle est là, dans cette douceur paisible de la mort. J’ignore si Ellana y est sensible. Si elle me permet de la guider, l’examen de ses souvenirs m’en révélera sans doute plus sur elle. Oh, quelle douce idée que celle de ne plus exister !

Quel tendre cadeau que celui du néant ! L’on ne doit rien craindre de la mort : elle n’est là que lorsque nous ne le sommes plus. Si tu le veux, belle enfant, je pourrais t’en donner un avant-goût. J’ai beaucoup de matériel pour t’apporter un aperçu des sensations pouvant précéder le décès… Ou peut-être voudrais-tu m’en offrir aussi ? Qui sait. C’est peut-être trop violent pour toi. Est-il possible que tu aies déjà vu la mort ? Que tu aies tué ? Intriguée, je t’examine d’un sourire silencieux.
Invité
Anonymous
Invité

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Invité, le  Ven 12 Avr - 21:47

@ Lizzie-Senpai

Les sentiments sont intimement liés aux souvenirs, n’est-ce pas ? Chacun interprète son coeur à sa façon. Les mémoires remplissent la bibliothèque des émotions, et tu ne dérogeais bien sur pas à la règle. Ton soucis ? Tu ne sais pas vraiment que représente quoi. Aussi et surtout, ta bibliothèque n’est pas complète. L’insinctivité de l’empathie te manque. Dans ce monde où l’on apprend en essayant, tu comprend pour essayer. Tel est le paradoxe qui régit ta vie et ton esprit. C’est certainement ce qui justifie ton apathie, d’ailleurs. Tu t’efforces de paraître chaleureux, mais à quel prix ? Tout ce que tu sais des sentiments n’est que givre, tristesse et morosité. A contrario, l’étincelle de chaleur naissant en ton coeur n’est pas encore suffisante pour faire fondre toute cette glace. Le sera-t-elle un jour ? C’est au fond du dédale de ton coeur que tu trouvera cette réponse.

Est-ce en explorant des souvenirs qui ne t’appartiennent pas que tu trouvera des réponses à tes interrogations ? Tu ne le savais bien sur pas. Ce dont tu étais conscient, c’était du risque encouru. A se chercher dans ce labyrinthe complexe avec pour seule carte celle d’un autre, on finit souvent par s’égarer. Tu étais bien sûr au courant de tout ceci, mais tes talents de cartographes étaient beaucoup trop médiocres pour prétendre à dessiner un joli plan. Et pourtant, tu essayais d’en dessiner un bout le plus fidèlement possible, avec cependant bien peu de succès. Ainsi, peut-être qu’essayer le croquis de quelqu’un d’autre portera ses fruits, qui sait ? Attention à ne pas mélanger les deux. C’était le plus gros risque.

Lizzie te répondais, t’annonçant un prix. Sachant pertinemment que tu n’avais pas la dizaine de gallions demandés sur toi, tu acceptas la proposition de ta professeure de vol.

- Je vous comprend. D’après ce que je vois et sais, je crois comprendre qu’il y a beaucoup de choses potentiellement intéressantes ici. J’avoue ne pas avoir ce nombre de gallions sur moi, ainsi je vous les rendrais à Poudlard au plus tôt. Merci de la proposition, d’ailleurs.

Tu pris le temps de la réflexion avant de conclure que tu n’avais pas d’autres interrogations.

- Je n’ai pas réellement d’autre questions. Du coup, puis-je y accéder ?
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Lizzie Cojocaru, le  Lun 6 Jan - 12:06

(reprise de RP avec Sora)

Le jeune Serdaigle est vite satisfait de mes explications. Je le guide donc en direction de la Banque Mémorielle - oh, quelle merveilleuse invention que cette section de la boutique ! Je pousse la porte et prends une grande inspiration de poussière de mystères d’antan. Qu’on est bien ici. Je suis si heureuse que je pourrais lui pardonner tous ses vouvoiements, juste pour le plaisir de plonger ici dans l’un des plus délicieux labyrinthes.

Toute guillerette, je l’attrape par le bras et amène sa main contre le rebord de la pensine. C’est beau non ? Tu trouves pas ? Là, ces volutes de fumée, ce ciel liquide concentré dans un antre du passé. Ces souvenirs d’autrui qui voltigent ensemble, se côtoient, se mélangent, se confondent. Ce lieu où la conscience se fait collective, où l’on s’invite à rêver ensemble, ce havre intrusif fait pour une communion exquise.

Aujourd’hui, c’est ton tour Sora. Es-tu prêt à plonger ? Que cherches-tu vraiment, que crois-tu trouver, à quoi seras-tu confronté ? Fini, les duels épiques à coup de jets de lumière : tout se déroule dans un silence absolu, le nez plongé dans un liquide argenté détenant plus de magie que la voie lactée. Le froid de la pierre s’engouffre contre ma paume, et j’offre une pichenette au sorcier.

— Alors, tu veux voyager dans tes propres souvenirs ou arpenter ceux de sorciers passés avant toi ?

Vis tes rêves, rêve ta vie : ici, tout est possible. L’introspection est le plus sûr chemin pour trouver sa véritable voie, pour se réconcilier avec ce qui a été et être décisionnaire de ce qui sera.

Lorsque les pensées s’emmêlent et empêchent de dormir, un coup de baguette suffit à tranquilliser ton esprit. Une fois les souvenirs collectés, tu peux les relire, relier les points d’accroche comme autant d’étoiles dont tu tracerais la constellation. Te comprendre, en somme, t’apprivoiser pour mieux avancer. Ou alors, ou alors tu peux saisir les rêves d’autrui, te jeter pieds joints dans un univers merveilleux que tu n’as jamais expérimenté. La vision partagée, le cinéma version sorcier, oui. Mon enthousiasme est tel que je semble émettre des lueurs phosphorescentes dans l'obscurité de la pièce.
— Va, mon grand.
Invité
Anonymous
Invité

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Invité, le  Lun 13 Jan - 22:49

Les explications faites, la jeune professeure ouvrit la voie à travers les sombres couloirs de la Boutique d’Accessoires de Magie Noire. Tu te disais que ce n’était pas tout le monde qui avait eu l’occasion d’observer d’autres lieux de la boutique que la salle principale et le comptoir. C’est dans un état d’esprit particulier que tu suivis la jeune femme, partagé entre le fait de potentiellement faire une bêtise et t’attirer des ennuis, à errer dans ce genre d’endroits, mais aussi en apprendre plus sur toi-même, et sur les sentiments humains. Vu ton alexithymie et ton apathie importante, la chose que tu cherchais le plus était justement de ressentir des émotions.

Mais ça, Lizzie n’avait pas tellement besoin de le savoir. Pour l’instant.

Vous étiez là, prêt de la pensine. Tu contemples la bassine de pierre emplie de magie avec attention. C’est la première fois que tu en vois une. Alors que la jeune professeure encourage ta main à agripper l’objet, tu la laisse faire, et prend contact avec la roche ouvragée. Tes sensations au toucher de cet artéfact sont étranges, comme si ta main réagissait à la magie de l’objet que tu touchais pour la première fois. Posant l’autre main sur l’autre côté de la pensine, tu regardes curieusement l’étrange surface te semblant liquide, comme une flaque d’argent mystique. Ses reflets te captivent. Finalement, tu sors de ton observation pour observer la jeune femme. A sa question, tu lui répond ceci :

- J’aimerai voir des souvenirs de quelqu’un d’autre. Quelque chose de très puissant émotionnellement parlant.

Ton regard reste sur la jeune femme. Tu l’observe. Un cache-oeil, comme à son habitude. Les cils de son seul oeil visible papillonnent plus rapidement qu’à l’accoutumée. Tu vois des mouvements réflexes plus rapide qu’en temps normal. Un extrêmement léger sourire trace ses lèvres. Des mains un peu plus actives que d’habitude. L’excitation et la joie ont pris possession de la professeure de vol. C’est claire, dans les signes que tu lis. Elle est heureuse de la situation actuelle. Elle aime certainement beaucoup ça, voyager dans les souvenirs. Ou alors, elle est contente d’avoir un nouveau client pour sa boutique. A sa phrase, tu réponds simplement, parlant un peu plus de toi à la professeure qu’elle était.

- J’espère trouver ce que je recherche… On verra bien.

Tu ne cherches pas grand chose : juste des émotions. Et tu espères qu’elle en a à te vendre, des émotions.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Lizzie Cojocaru, le  Dim 26 Jan - 23:34

Coucou - J’ai du louper une notification, ou oublier que c’était mon tour, je ne découvre ce RP qu’aujourd’hui ! Pardooon. :mm:

Allons-y !
j’avais fourni une fiole à Sora
et dans un souvenir nous avions plongé
bientôt le concert de rock détonna
une chanteuse en tête de meute
sa robe flottant comme un drapeau
la guerre des sons était déclarée
je souriais au client

je m’infiltrais dans sa chanson
comme une maladie prendrait le corps d’assaut

comme l’eau pénétrerait le navire
corrompant son timbre porcelaine
je m’infiltrais dans sa chanson
comme un rat suivant son joueur de flûte
parlant pour elle avec elle
dans une bulle de joie

la musique ralentissait un temps
s’étouffait dans un nuage de coton
les spectateurs profitèrent d’une accalmie
pour partir sur un air tout autre
un chant de mains et d’encouragements
une ivresse d’admiration

les artistes furent émus
de ces manifestations d’affection
un salut virevolta
puis la chanteuse entonna
un air que l’enfance avait soupiré
comme une promesse

un frisson me courait le bras
et je chantais avec une voix
que je ne connaissais pas

mettons nous d’accord
la femme présente dans mon corps
paraissait à Sora être moi
elle bougeait comme moi
s’habillait comme moi
mais il y avait en elle un trop plein
de miel
de coton
de-
je ne sais
elle se faisait passer pour moi
avec un art redoutable
et chantait Amélie Sky
comme pour me rappeler
à être
à être elle jusqu’au plus profond de mon âme

maintenant
ce souvenir doit s’écrire au présent
Contenu sponsorisé

Comptoir - Page 63 Empty
Re: Comptoir
Contenu sponsorisé, le  

Page 63 sur 63

 Comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 33 ... 61, 62, 63

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.