AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 6 sur 7
Dans les rues de Edimbourg
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Mungo Gunn
Gryffondor
Gryffondor

Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Mungo Gunn, le  Mar 19 Déc 2017 - 21:36


https://www.youtube.com/watch?v=_DjE4gbIVZk

Il est par terre avec elle, une main emmêlée dans ses longs cheveux ou les cheveux emmêlés autour de ses doigts, il trouve ça joli les cheveux emmêlés, les cheveux après les avoir roulés contre les oreillers, le matelas, les ventres. I'aime bien regarder son visage à elle, ses joues rouges un peu, son nez aussi, ses yeux tout flous, tout fous, bleus. Il regarde comme il regarde ses clopes, envie de fumer, ça démange, il se gratte la nuque, étire son coup pis ses épaules. I'est comme un léopard bourré, mangé trop de gazelles.

Elle lui dit qu'elle pense être un nuage, le genre de truc qu'on voit pas tous les jours. Elle s'croit assez importante pour cacher l'soleil, Mungo il aime bien ça. Elle a pas peur de se brûler les ailes, mais en même temps, elle sait pas trop, elle reste plus près d'la Terre que des astres, dans l'fond elle a les pieds sul' sol mais elle lévite quand même. Des mains qui touchent pas encore la peau, qui flottent au-dessus comme un peu timides. Quand elle s'écrasera, ça créera des comètes et des étoiles (et des éclats de peau morte) autour d'elle.

Mungo sait plus trop s'il a trois ou dix bouteilles entre les mains. C'est peut-être juste un verre, c'était peut-être juste un verre tout du long et c'est ce nuage qui rend un peu pompette. Le nuage pleut des paysages fantasques un peu partout dans sa tête. Y'en a qui l'font un peu rougir, mais c'est l'vin, il se rassure. Y'a des pas qui viennent le déconcentrer, c'est une autre personne, mais Mungo s'en fout. Il continue d'sourire comme si y'avait rien d'autre à faire, et quand le nuage sort ses mains de nulle part et l'emmène, il suit. Il a les genoux qui raclent par terre aussi, il est à la traîne alors elle le tire plus fort jusqu'à c'qu'ils arrivent sous une table. C'est petit. Une table ronde à cocktails, on voit l'ombre des pieds qui passent derrière la nappe.

Y'ont les tibias qui se collent, les pieds presque les uns sur les autres. Mungo rigole, parce que c'est pas mal drôle d’se cacher sous une table dans un bar en étant bourré. Il fait chut comme pour pas qu'ils se fassent repérer. Y sont comme des petites souris qui s'enfuient parce qu'un chat les course. Mungo, il chuchote des trucs incompréhensibles :
— On va finir par s'casser le dos à être tout reque cro vivi recroquevir... Il pouffe parce qu'il arrive plus à parler. Alors il abandonne un peu la parole et laisse les gestes dire quelque chose. Ses yeux tombent sur la jupe qui tombe aussi un peu sur le haut des cuisses, il sourit que d'un côté, le genre de sourire en coin qu'il arrive pas à reproduire devant son miroir. Ça vient tout seul quand un truc le chatouille dans le ventre tout en bas. Il relève les yeux vite pour pas qu'elle se rende compte de (peu importe ce que c'était). Ça lui donne le tournis, alors y se raccroche aux genoux écorchés du nuage. Il enlève une écharde.
— Pardon. Ça fait mal ?
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Kathleen Gold, le  Sam 23 Déc 2017 - 23:41

Une bulle flottante s'est formée au moment de votre arrivée, une sphère qui vous entoure et tu essaies de lever les yeux pour comprendre que le dôme en nappe blanche se transforme en atmosphère sous tes paupières. Une virée dans le ciel alors que tu cherchais la terre, un petit trou pour s'aventurer dans le terrier, suivre le bruit de l'horloge jusqu'au Macchabée.

Au moment où t'as senti ses paumes sur tes genoux, ses doigts trop utilisés contre tes genoux usés par le sol à force de les faire frotter contre le parquet, t'as compris que t'avais jamais été aussi bourrée.
Tu étais pourtant partie dans l'autre direction, le rire explosant ta gorge dont le fond-cerise fondait sous le sucre, confit de rire qui coulait hors de tes lèvres, tombant comme la pluie sur des terres désolées.

Recro...

Tu as continué de rire, voyageant entre les hauteurs que tu n'as que rarement atteintes, les effleurant des doigts qui se perdent sur le sol. Il t'a emmené dans des lieux perdus où le ciel peut se tordre sans avoir mal, les entrailles sans côtes ni corps écroulées de bêtise.

Puis le crâne est sorti de terre, et de tes vapeurs trop envolées, t'es redescendue d'un coup. T'as vu son visage s'avancer, les dents ressortirent de la mâchoire enterrée, et leurs étendue sur le côté a tout stoppé. Les cheveux qui repoussent, tu te demandes si c'est ta pluie qui a fait ça.

Honey sweet, so sweet whiskey, qui descend en dégringolade dans tes veines-éclairs, chargeant le coton d'électricité, jusqu'aux genoux qui ont cessé de claquer de tremblement riant quand les mains sont arrivées.
T'as levé la tête et les yeux rougis par la brume qui picote ont essayé de sortir du flou pour se fixer.
Sur les dents du cadavre qui vit et sourit,
Un mort-vivant dont les mains glacées par les verres froid pulsent d'alcool.
Une pointe enlevée entre deux doigts, un petit geste qui crée un point rouge sur la peau nacrée partant en fumée.
Ça a picoté un peu, comme une piqûre d'une seconde.
Un bobo qui n'a même pas besoin d'un baiser pour être guéri
Mais tu commences à en avoir envie
Qu'il soigne la plaie
Et
plus
haut.

Pardon. Ça fait mal ?

Une brume qui s'étend, tu peux la sentir mais t'es engourdie par la précipitation acide qui est tombée sur toi en gouttes avalées à la va vite. Elle est passée dans un mouvement de regard avant le sourire, et les mains contre les collants en voile de poussière déchirés. Ta jupe chatouille et tu te demandes s'il a regardé.

Tu fixes et tu dis non sans répondre, ça casserai ta réflexion chancelante
Les mots ont sonné dans ta tête tout droit et ils commencent à se
Casser de nouveau
Dans le mal de tête que tu auras demain
Et les réflexions brise-tête dans le vide alors que les os essaient d'attraper du vent.

Tu avances un peu tout doucement
A vitesse de temps sans lumière
Pour pas le brusquer,
Alors que tu commences à voir
Que tu ne veux pas libérer le soleil
Il va pourrir
Et tu as envie de continuer de faire le mauvais temps et la
Pluie
Pour révéler le reste du cadavre.

Le regard flou avec juste lui en clair, télé brouillée par les interférences des autres nuages mais t'as été trouvée
Fixée
Transpercée
Et tu prends la forme qu'il veut voir.

Tes lèvres qui s'entrouvrent pour parler, mais qui restent immobiles parce que les membres ne répondent plus, trop de verres pour agir vite, et le lapin qui n'était pas le guide mais le perturbateur
Commence déjà à soulever la nappe
Brisant l'atmosphère qui vous protégeait.

Tu veux pas briser le charme alors tu prends encore sa main, son poignet,
Tu joins vos doigts qui s'insinuent, et tu te rends solide pour lui
Tu sais que ses os sont plus forts que ton inconsistance,
Mais t'es pas une illusion
Tu veux être une obsession qu'il suivra du regard
A toujours rechercher la même forme-silhouette dans les autres filants dans le ciel.

Tu choppes une bouteille en passant et tu serres sa main en courant hors du bar, il pleut pas
Parce que la pluie c'est toi
Et tu aurais aimé rester sous la table
Mais t'as besoin de plus
T'as besoin qu'il sorte de sa tombe pour venir voir le ciel
A la lumières des lampadaires.

Tu coures en trébuchant, parce que tes boots ont trop de mal à éviter les rides des pavés, et tu fuis le lapin et les soldats de cœur qui ont enterré le Roi.
Vous êtes en brouillard mielleux qui fond et tu finis par vous trouver un petit coin pas loin d'autres quartiers
Y a personne ou alors tu les vois pas
Y a juste le macchabée qui ne touche plus tes genoux...

Tu t'arrêtes fort, sans te demander s'il va te rentrer dedans, tu prends la bouteille et goûtes au goulot, et tu es intoxiquée
Par le sucre
Et tu sens que ça aurait pu être mieux avec une pluie rouge
Mais c'est doux
Et c'est pas une nuit pour se presser,
Juste une nuit pour savourer
Et tu fixes le macchabée
Vous étiez bien tous les deux dans la chaleur-cocon,
Mais y avait trop de monde derrière,
Et plus qu'une illusion,
T'es pas un mirage,
T'es un nuage.

''Un peu mal maintenant''.

Il n'a plus qu'à demander la forme
Glaise entre les doigts blancs
Ou le souffle sans poumons.
T'as juste une nouvelle gravité et les règles viennent de changer
Qui pousse vers le sol, tu te demandes si une comète t'a traversée
Pour t'exploser contre lui.
Rouge
Et les éclairs qui envoient des décharges de visions
Qui enflamment les joues
T'espère qu'il va bientôt pleuvoir.
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Sariel Fawkes, le  Ven 23 Mar 2018 - 11:33

Quelques mois sans réponse, je prends la suite.
réaction à la lettre


Nouvelles
PV Azphel ; LA accordés


Le papier était presque déchiré entre ses doigts. Elle l'avait tripoté indéfiniment, jusqu'à trouver un endroit où se poser, à l'ombre de tout, et surtout de ce regard absent qui semblait la hanter.
Voilà pour vous.
La voix du serveur était rieuse, presque entraînante et Aya le dévisagea maigrement avant de fourrer le papier dans sa manche. Voilà, déjà il était parti et son maigre sourire s'échappait aussi. Restait une vague odeur de café noir fraîchement moulu.
A l'abri de tout, surtout des regards les plus insistants, la sorcière extirpa de sa manche le papier et le lissa sur la table pour le déchiffrer à nouveau.
Comment avait-il fait ? Ses souvenirs de James n'étaient pas inconséquents. Il l'avait torturée, aurait pu mettre en pièces Azphel et tout ce qui réunissait les deux alliés, à l'époque. Jusqu'à présent, Aya n'avait pas vécu dans la peur de ces retrouvailles, la sorcière étant même persuadée qu'elle ne le reverrait jamais mais rencontrerait plutôt Richard, un autre acteur principal des histoires familiales de son compagnon.
Il l'avait cherché et il l'avait trouvé. Peut-être que cela lui avait pris toutes ses années mais la conclusion restait la même : il savait où elle habitait et où elle travaillait. Espérons qu'il ignore tout de la Colline, cependant.
Aya expira gravement et sirota une gorgée de son café. Le breuvage amer n'altéra en rien le goût de bile bien présent sur son palais. Dans le meilleur des cas, il serait un minimum réconfortant.

Qu'est-ce qui te prend de me contacter en furie pour me dire de venir à Edimbourg ?
Azphel s'était installé en face d'elle et l'observait, la mine vraiment inquiète. Il n'avait pas retiré son manteau et il avait amené avec lui, posé comme un voile sur sa peau et ses habits, toute la fraîcheur de la brume qui stagnait au-dehors.
Il est dix heures du matin, en plus. Qu'est-ce qu'il se passe Aya ?
Sa patte s'empara de celle d'Aya, chétive et crispée, la berça longuement du pouce en espérant chasser la faiblesse du regard de sa belle.
Lis ça, chuchota-t-elle en poussant le papier sur la table.
Le serveur s'amena derrière, pour accueillir le nouveau venu et Aya se contenta de lancer qu'il prendrait la même chose, au moins pour qu'il déguerpisse au plus vite.

La blonde était moins pâle qu'en arrivant. Et sa panique l'avait emporté loin de tout, par ici. Un endroit qu'elle connaissait bien. Le pourquoi du comment n'avait pas d'importance, pour le coup. L'essentiel était qu'elle se sentait extirpée de tout, ici.


Dernière édition par Aya Lennox le Mer 4 Avr 2018 - 11:49, édité 1 fois
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Devon Starck, le  Ven 23 Mar 2018 - 13:53

Le contact avait été des plus étrange, par miroir interposé. Ils utilisaient toujours ce moyen de communication lorsqu'ils étaient éloignés mais c'était tout de même la première fois qu'Aya s'en servait dans l'urgence, de manière aussi précipitée. Azphel avait à peine eu le temps de voir son visage apparaître qu'il avait réceptionné de plein fouet ses paroles : "Tu peux venir vite à Edimbourg, le bar que tu connais ? Y a urgence, fais vite." Comme message y avait plus clair et un peu moins inquiétant.

Azphel s'était libéré du travail dès qu'il avait pu et avait transplané en Écosse pour rejoindre la sorcière. Le temps ici était à la grisaille et la nébulosité et il avait arpenté la distance qui lui restait à parcourir pour rejoindre le bar du plus vite qu'il le put. C'est un peu essoufflé qu'il franchit la porte, et le regard inquiet qu'il chercha Aya du regard. Il la trouva assise à une table face à l'entrée, la mine soucieuse, les mains autour d'un café fumant. La sorcière avait gardé la mine sombre, et lui avait intimé de lire une lettre qu'elle déposa sous ses yeux. Le temps de la lecture d'Azphel, un serveur vint s'enquérir de sa commande et Aya le renvoya rapidement chercher la même chose que ce qu'elle avait commandé.

Face à la missive de James, Azphel resta interdit. Non pas qu'il s'était senti protégé en Angleterre, il n'était pas idiot au point de croire qu'il était introuvable, mais vu la finalité de sa dernière rencontre avec son parrain il avait pensé que celui-ci continuerait sa vie sagement dans son coin. C'était une grosse erreur visiblement, puisqu'il menaçait clairement Aya.
Le mage releva les yeux vers sa chère et tendre :
- Ça date de quand ? articula-t-il la mâchoire serrée.
La réponse n'avait que peu d'importance. James faisait peser sur eux une menace palpable, et surtout, il ciblait clairement Aya si Azphel se risquait à entreprendre des mouvements vers l'Allemagne pour retrouver son deuxième oncle. L'information lui confirmait ce qu'il pensait depuis de longs mois : même si James lui avait révélé l'emplacement de David, il y avait fort à parier que les deux frères s'entraideraient. Le mage noir n'avait jamais douté de ça, mais maintenant que James énonçait clairement son envie de s'en prendre à Aya s'il le faisait, cela amenait à réfléchir sur les prochaines manoeuvres.

Les risques seraient très grands et à la fois, s'il n'agissait pas, ce serait vivre dans l'ombre de cette menace toute leur vie... et cette situation serait davantage inconfortable pour Aya que les risques à prendre pour mettre un terme à cette histoire.
Un instant, Azphel regretta de ne pas avoir tué son parrain. S'il avait pensé qu'il n'entendrait plus parler de lui en l'épargnant, il s'était lourdement trompé. Le Vous souligné dirigeait la menace directement sur Aya, et le côté sadique avec lequel il parlait du Doloris qu'il lui avait infligé avait quelque chose d'inquiétant. James ne se permettrait pas d'envoyer une lettre de ce genre, s'il ne pensait pas chacun des mots qu'il écrivait. Ce qui voulait dire que si Azphel souhaitait en finir avec Richard, il devrait le faire aussi avec James.

- Quel fils de....
Il insinue qu'il sait où on vit... Je crois pas qu'il fasse référence à Dust & Spite... quoique... Mais je m'inquiète pour la Colline. Il y a déjà eu une intrusion d'un mage noir là-bas, je sais donc qu'elle n'est pas aussi imperméable aux inconnus que je le souhaiterais. Peut-être qu'on devrait s'en écarter le temps de régler ça... Merci,
dit Azphel au serveur qui lui ramenait son café. Je ne serai pas tranquille tant que ces deux-là seront en liberté... et pourtant, je m'inquiète de ta sécurité. Se mesurer à James est déjà compliqué, si les deux s'allient, les risques seront trop grands pour toi.
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Sariel Fawkes, le  Ven 23 Mar 2018 - 15:33

Azphel demeurait interdit. Bien sûr. Il ne devait pas s'attendre à ce que sa compagne reçoive un courrier comme celui-ci. Surtout après ces quelques années de silence. La sorcière ignorait si le mage avait tenté quelque chose, dans le sens de Richard. Elle savait qu'il n'était pas retourné vers James, étant donné qu'il avait obtenu de sa part les informations qu'il cherchait. Azphel n'était pas fou à ce point-là. Si ?
Je l'ai trouvé ce matin.
Elle marqua une pause. Une pause renforcée par le silence du mage. Il semblait réfléchir et s'était délesté de son manteau. Peu après, il confia ses réflexions à Aya qui secoua directement la tête, à nouveau pâle.
Bébé, la lettre était à Dust & Spite. Il connaît la baraque. Il sait où j'habite.
Ses doigts s'emparèrent de sa tasse au même moment où le sorcier avala une longue gorgée du breuvage fumant. Elle ne s'arrêta pourtant pas là.
De toute façon nous n'étions pas vraiment tranquilles, depuis cette histoire avec James. Sa menace planait toujours au-dessus de nos têtes... Un instant, elle frissonna. J'ai encore plus l'impression de sentir ses yeux me scruter, depuis que j'ai lu qu'il sait où j'habite et où je travaille.

Un court silence s'installa entre eux, ponctué des sons de gorgées avalées l'une après l'autre et de tasses posées au même rythme. Un mutisme réciproque, peut-être un même chemin de réflexion dessiné entre eux.
Nous ne pouvons nous cacher. Nous n'avons d'autre endroit où aller. Il y a le boulot, et la Colline.
C'est trop dangereux...
Les doigts d'Aya s'emparèrent de la patte d'Azphel, posée sous son menton dans une posture songeuse.
Mais tu sais très bien que je ne te laisserai pas tomber. J'ai peur, oui, très peur de ce que pourrait faire James. Mais je ne t'ai pas promis de t'aider pour me laisser effrayer par la première menace. Nous savions, au fond de nous, qu'il n'en aurait pas fini. Que notre passage ne passerait pas inaperçu.
Ses lèvres s'écrasèrent sur la peau d'Azphel, s'y attardèrent un long moment, patte du loup lovée entre ses paumes graciles.
Etrangement, je lui fais confiance quand il affirme ne pas agir avant que nous n'ayons fait un pas vers l'Allemagne.
Tu ne le connais pas assez pour affirmer ça, Aya... Il est capable de tout, du pire.
Je sais... Mais j'aime à imaginer que depuis le temps, il aurait déjà fait quelque chose. Ou tes autres oncles au moins.
Aya se demanda s'ils avaient prévu quelque chose. S'ils avaient déménagé, aussi, alertés par la possible arrivée de leur neveu en quête de vengeance. La sorcière n'arrivait à imaginer la situation dans son ensemble, les répercussions de leurs actes. Elle était complètement perdue, terrifiée aussi à l'idée que James ne s'en prenne à eux, même si elle ne voulait pas le montrer au sorcier en face d'elle. Lui montrer sa peur aurait été un argument de plus pour Azphel, afin de la mettre de côté et ne plus la mêler à cette histoire. Ce qu'elle refusait catégoriquement.
Ils se l'étaient dit. Pour le meilleur et pour le pire.
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Devon Starck, le  Mer 28 Mar 2018 - 12:14

La menace James revenait finalement pour planer au dessus de leurs têtes, et quoi qu'Aya puisse en dire, il n'y avait rien de rassurant à cela. Elle avait peut-être raison, quand elle disait que James ne ferait rien si elle et Azphel ne bougeaient pas de Londres, ne se risquaient pas à aller vers l'Allemagne. Mais pourtant, Azphel ne cessait de fulminer intérieurement, se répétant qu'il aurait dû tuer James, quand il en avait eu l'occasion... après tout, cet enfoiré avait essayé de se débarrasser de Aya.
C'est ce qu'il aurait dû faire, oui...

- Je pense pas que Richard ait bougé de Berlin... dit le mage noir pensif, les yeux vers le bas rivés sur sa tasse de café alors qu'Aya conservait sa main entre les siennes, comme pour le rassurer. Il a mis des années à se fabriquer sa couverture de parfait moldu, de ce que j'en sais, sa femme est une moldue, il ne prendrait pas le risque de tout lui révéler. Un silence plana dans le bar.
Et même si je préférerais croire l'inverse, je sais qu'il n'a pas peur de moi. Il a toujours été un sorcier accompli... peu instruit certes, comparé au reste de ma famille, mais très doué avec une baguette. Et bien qu'il approche des cinquante ans, je l'imagine au moins aussi dangereux que l'est Moira pour toi...

La question de se rendre en Allemagne se poserait toujours. Richard, pour ce qu'il avait fait par le passé, devait payer. La lettre de James sonnait comme un avertissement et à la fois, elle poussait Azphel à vouloir agir au plus vite pour mettre un terme à tout ça. En se débarrassant de Richard, il y avait peu de chance pour que James joue le vengeur masqué ; il avait beau être redoutable lui aussi, si son frère mourait, il perdrait son plus grand allié... Mais à la fois, il y avait la possibilité que James surveille Berlin également, et alors, la confrontation que Azphel avait toujours imaginé avec Richard prendrait une tout autre tournure...

- Je crois que tu as raison, James attendra que l'on bouge, il ne tentera rien contre nous... Mais il est pervers et manipulateur.. Même si tu veux conserver ta routine à Dust, je crois qu'on devrait réunir nos animaux, ne pas les éparpiller... Ils s'entendent tous plutôt bien, je n'aimerais pas qu'ils soient des cibles supplémentaires pour tenter de nous dissuader de quoi que ce soit. Il faut mettre fin à tout ça, aussi on doit réfléchir à comment s'y prendre... J'ai toujours envie de foncer en Allemagne et de confronter Richard, mais je ne suis pas naïf, si James t'a envoyé cet avertissement, il y a de grandes chances pour que l'on tombe sur lui là-bas... et surement qu'il a dû prévenir Richard du différent que l'on a eu en France...

J'hésite à tuer James avant, lâcha Azphel après quelques secondes de silence, relevant son regard vers Aya.
Après tout, elle était plus ciblée que lui, dans cet enchevêtrement d'histoires... Elle avait son mot à dire sur tout ça.

Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Sariel Fawkes, le  Mer 28 Mar 2018 - 13:36

La situation était critique. Mais Aya persistait dans l'idée que James ne tenterait rien, tant qu'aucun mal ne serait fait à Richard ou ne serait-ce qu'un léger pas provoqué vers Berlin. Azphel semblait penser la même chose puisqu'il confirma ses pensées, étroitement reliées à celles de sa compagne.
Effectivement, je pense que tes oncles ont du en parler entre eux, se contenta-t-elle de murmurer au milieu des réflexions d'Azphel.

Bientôt, il lâcha les mots qu'elle redoutait tant. Il hésitait donc bien à se débarrasser de James, malgré l'avertissement qu'elle avait reçu. Aya déglutit difficilement, en serrant un peu plus la patte du loup dans la sienne. Ses onyx tentaient d'agripper les mirettes du loup et de lui insuffler qu'il s'agissait peut-être d'une mauvaise idée. En vain.
Il ne semblait vouloir reculer devant rien. James avait attisé une colère bien palpable, chez le Loup, en envoyant ses menaces à sa compagne. Aya devait demeurer intouchable. Et pourtant, elle serait peut-être la première victime de dommages collatéraux, créés lors de cette embrouille.

Elle avait un peu peur. Et à la fois non. Aya se savait en sécurité, dès lors qu'elle était proche d'Azphel. Mais elle ne savait de quoi James était concrètement capable. De la tuer ? Elle ne savait pas. Mais sa missive était assez explicite quant à la torture. Il n'hésiterait sûrement pas à user du sortilège Doloris, ni même d'autres sortilèges qu'il devait parfaitement maîtriser, après des années de pratique.
Elle pouvait encaisser une certaine douleur physique et psychologique. Mais jusqu'à quel point ?
Tu es sûr ?
Elle hésita et agrippa fermement la patte du loup avec ses deux mains cette fois-ci.
James est fort. Doué. Et tu as bien vu qu'il n'hésitera pas à agir en conséquence de tes actes.
Les sourcils d'Aya se froncèrent légèrement sous l'inquiétude.
Mais si tu décides de le tuer, alors je te suivrai. Qu'importe le risque.
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Devon Starck, le  Mer 4 Avr 2018 - 10:22

C'était maintenant réel. James n'avançait plus dans l'ombre, mais avait décidé de se présenter en plein jour, comme un contre à Azphel, à ses desseins. Était-ce seulement dans le but de lui faire peur, de le dissuader d'aller en Allemagne ? Y avait-il un quelconque sentiment de protection envers son frère, bien que Azphel savait leurs liens rétrécis avec le temps ; après tout, ils s'étaient suffisamment chargé tous les deux de déchirer la famille, et quelques soient leurs vies aujourd'hui, quoi qu'ils en disaient, ils restaient nostalgiques de cette époque. Visiblement, ils n'avaient plus aucun regrets concernant Cyrielle.

Et c'est là que le bas blesse, songea Azphel. James et Richard se protégeaient mutuellement, en bons petits soldats pourris qu'ils étaient, fiertés de leurs parents, magiciens talentueux et respectés, mais oubliaient complètement dans l'équation qu'ils avaient tué leur nièce, la soeur d'Azphel, avant de faire imploser une famille de sang-purs existant depuis des générations.

Tu es sûr ?
Azphel hocha la tête en signe de négation.
- Je ne suis sûr de rien... à part que là, James fait clairement planer la peur sur nous. Et même si cette idée peut paraître réac' ou précipitée, le seul moyen d'inverser cette tendance, ce n'est pas d'aller confronter Richard, mais bien de répondre à James.. Et je crois pas que de simples mots suffiront à le remettre à sa place. C'est de son frère dont il s'agit, après tout...

Un silence s'installa dans le bar, que seules des gorgées de café ingurgitées troublèrent.

- On peut s'en tenir directement à ce que j'avais prévu, évidemment... Aller à Berlin, trouver Richard et le tuer... Mais je ne sais pas si nous serons de taille à l'affronter s'il est préparé à notre venue, et encore moins si James bouge régulièrement vers là-bas.

Le petit monde d'Aya et Azphel était bien protégé, dans un cocon qu'ils s'étaient façonné sur mesure. Ils avaient tous les deux leurs démons et des problèmes avec leur famille, mais aucun de ces problèmes n'avait vraiment entravé leur vie commune jusqu'ici. Peut-être que cette lettre reçue était le signe d'un changement sombre à venir.
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Sariel Fawkes, le  Mer 4 Avr 2018 - 11:03

Se charger de James équivalait à de gros changements dans le petit quotidien qu'ils avaient établi ensemble. Il leur faudrait braver des événements d'autant plus terribles que James était un sorcier extrêmement puissant et surtout pas prêt à reculer devant la possibilité de barrer la route à son filleul. Famille ou non, dès lors qu'il s'agissait de protéger ses frères, James ne lésinait pas en matière d'intimidation, et surtout de menaces. C'était du moins ce qu'Aya avait compris.
Azphel lui expliqua assez clairement que leur priorité, pour atteindre sereinement Richard, était de neutraliser James. Point barre. S'ils ne s'en chargeaient pas, le fait que le sorcier attende leur venue aux côtés de Richard n'était plus seulement une possibilité mais bien une évidence.
Je pense que le plus sage serait de nous débarrasser de James... Une bonne fois pour toutes, murmura-t-elle sombrement.
Ses prunelles se reposèrent sur son café, qui commençait à tiédir. En fait, la jeune femme réfléchissait à un plan. Un plan qu'il leur faudrait peut-être échafauder avec beaucoup de rigueur. Un sorcier comme James n'était pas simple à éradiquer. Bien au contraire. Il s'agissait plutôt d'un casse-tête, ne serait-ce que pour deviner ses intentions, ses réactions. Ses manoeuvres perfides.
Je pense que nous devrions lui répondre. Ou au moins lui envoyer un signe. Eventuellement lui tendre un piège.
James penserait peut-être à un piège. Justement. Faire croire à un piège, et finalement ne pas en donner l'impression. C'était là tout le principe de la mise en oeuvre. Mais pas sûr que cela marcherait forcément. Aya posa son menton sur sa paume, se penchant légèrement sur la table, dans une moue de réflexion.
Et si je lui faisais croire que je paniquais, à l'idée d'être menacée, et souhaitais te trahir, pour me protéger ? Le supplier de m'aider, que je ferais n'importe quoi, pourvu qu'il ne me fasse aucun mal ? acheva-t-elle en chuchotant, ses prunelles malicieuses se reposant dans celles de son amant.
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Devon Starck, le  Mar 10 Avr 2018 - 11:37

Le retour de James dans leur vie laissait planer de gros doutes et soulevait beaucoup de questions, et laissait tout autant supputer des conséquences pour Aya et Azphel s'ils venaient à se rendre à Berlin. Même si l'oncle du mage ne s'en prenait que Aya physiquement, ce serait bel et bien lui la cible ; il était même plus aisé pour James de traquer Aya plutôt que son filleul, il devait sans doute penser, comme se le disait Azphel, qu'elle n'était pas de taille à le battre. Ce n'était surement pas tout à fait exact, même s'il avait un avantage psychologique sur la compagne d'Azphel, après l'avoir prise pour cible en Bretagne, d'où elle ne s'en était tiré que de justesse.

Le lycanthrope ouvrit de grands yeux à l'écoute du plan que proposait Aya. Si répondre à James était sans doute la meilleure chose à faire, utiliser Azphel comme appât pour s'en approcher était peut-être trop gros ; James n'était pas le plus fin des penseurs, mais il n'était pas idiot non plus. Il y avait le risque que le parrain du sorcier accepte et se rapproche de la sorcière, sans aucun autre but que de lui nuire, et tout ce plan échafaudé tomberait alors à l'eau et se retournerait contre eux, de manière brutale.
- Hmmm, souffla le sorcier, méditant l'idée de sa compagne, je crois pas que James mordra à l'hameçon, enfin pas comme ça... L'idée de te défendre en lui répondant que tu ne veux pas te trouver entre nous deux est bonne, mais je pense pas qu'il croirait que tu veuilles me trahir. Il n'y verrait pas un plan de ta part, mais plutôt une manoeuvre de mon invention... Peut-être que tu pourrais le lui dire, te vendre comme un dommage collatéral que tu ne veux pas être, et s'il demande à te voir, tu pourrais lui dire que tu me contrôles... que tu m'as convaincu de ne rien entreprendre à l'encontre de Richard et que j'ai prévu de rester sage ?

Il y avait peut-être une idée exploitable en ce sens. Que Aya cherche à ne pas se retrouver entre l'oncle et le neveu était tout à fait logique, vu la tournure qu'avait pris la confrontation entre les deux la dernière fois... En revanche, il était peu probable aux yeux d'Azphel qu'Aya puisse chercher à le trahir ; et même si les deux sorciers n'étaient encore en couple au moment où Aya avait accompagné Azphel chez son parrain, ce dernier avait bien saisi tout ce qu'il y avait déjà entre eux. Il n'avait pas eu à les voir se tenir la main pour comprendre que leur relation était plus complexe que ce qu'ils affichaient, et qu'une passion commune les habitaient.

Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Sariel Fawkes, le  Mer 11 Avr 2018 - 12:42


Critique pas, je suis stagiaaaaire.

Il fallait bien être naïve, pour penser que James ne reniflerait pas l'arnaque dans le comportement d'Aya, si celle-ci venait à lui et le suppliait de ne rien faire. Le Parrain d'Azphel n'était certainement pas un idiot. Mais peut-être était-il suffisamment guidé par ses pulsions haineuses à l'égard de son filleul pour croire au moins pouvoir utiliser Aya afin de mieux frapper Azphel ?
Aya n'en savait rien, mais estimait la proposition de son compagnon bien plus juste. Effectivement, peut-être que si elle laissait croire qu'elle contrôlait le mage, James serait calmé. Et contrôlé lui-même, inversement.
Sûrement. Et malgré tout, tu iras retrouver Richard ?
Un ton inquiet, une main portée au poignet du mage, posé sur la table. La tasse de café s'était vidée mais les mirettes d'Aya demeuraient chargées de bien sombres tourments, focalisées sur le visage grave du mage perdu dans ses réflexions.
De toute manière, nous n'avons pas trente-six manières d'agir sous le coude. Il faut calmer James... Autrement, il s'en prendra à nous.
Comme dit, elle s'en fichait d'elle, même si la perspective de recroiser James l'épouvantait. Il lui faisait presque plus peur que Moira, bien que sa relation avec sa grand-mère était plus motivée par la haine que par la crainte.
D'ici là, tu pourras reprendre ta course vers Richard et préparer ta vengeance. Et à ce moment-là aussi, je t'aiderai.
Un sourire en coin s'était logé sur les lèvres de la jeune femme, qui serrait un peu plus la main de son acolyte de toujours.
On se l'est promis, n'est-ce pas ?
Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Lenwest Peters, le  Mer 19 Sep 2018 - 10:32

Je me permets de reprendre ici, mp si problème
Pv Theya



Un week-end, seulement deux jours pour s'évader, prendre du bon temps. Seule, oui, c'est de cette façon qu'elle préfère partir. Et cette-fois-ci elle avait pris le train pour Edimbourg. A la mode Moldu, pourquoi pas! Cette petite manie la faisait quitter son quotidien magique. Changer d'air, changer ses habitudes permettaient de remettre les compteurs à zéro pour redémarrer correctement une nouvelle semaine.

Aujourd'hui elle voulait seulement se promener, vagabonder dans les rues de la capitale écossaise. Toute la matinée elle s'est perdue dans les petites ruelles, étaient entrée dans toutes les boutiques qui lui faisaient de l'oeil. Elle avait trouvé une charmante librairie, avec des livres sûrement cinq fois plus âgés qu'elle. Elle n'achetait jamais rien, mais pouvait passer des heures parmi les rayons.

Pour manger, elle avait choisi un café coincé entre deux rues principales, un endroit discret qui ne payait pas de mine mais qui s'avérait être un vrai petit trésor. Avant de repartir, un café la relança pour cette après-midi.

Le programme pour le reste de la journée était peu ou prou le même que depuis le début. Elle qui détestait faire les boutiques, elle adorait faire du lèche vitrine seule. Alors c'est ce qu'elle fit. Personne pour la presser, pour la forcer de choisir tel ou tel chose. Elle pouvait prendre son temps et simplement regarder ce qui l'intéressait.

Un week-end à Edimbourg, seule, c'était un très bon plan. Au moins, loin de Poudlard elle ne risquait pas de croiser une personne qui lui semblerait familière.
Theya Alomora
Theya Alomora
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Theya Alomora, le  Jeu 20 Sep 2018 - 0:16




Moldu ou pas moldu, telle est la question.

 

Un week-end pour te vider la tête, une petite escapade écossaise avec ta mère, seulement avec elle. Tu en avais besoin, tout se mêlait dans ton esprit, et tu étais mal, vraiment mal. Tu ne voulais pas que cela se ressente à Poudlard, ni dans tes relations. Tu risquais de tout foutre en l'air, et ce n'est pas le moment, clairement pas.

La sixième année était importante, il fallait non seulement que tu créais des contacts pour ton avenir mais aussi que tu sois excellente en cours pour que tu puisses réussir tes Aspics avec brio. La perfectionniste que tu es visait le Optimal, et tu allais tout faire pour l'avoir.
Vous aviez choisi Edimbourg, la capitale écossaise pour visiter, tu ne connaissais pas du tout l’Écosse, à vrai dire, tu connaissais que peu de partie du monde... Quelques voyages fait avec Pat' bien sûr, mais ton rêve à toi était de découvrir toutes les contrées de notre monde. Jusqu'aux cieux... Mais ça allait être plus compliqué.

Mais là tu n'étais pas avec ta mère, pas pendant cette balade. Une balade solitaire, qui ne serait pas étonnante pour vous lecteurs, et habituelle pour toi Theya, bien qu'elle avait besoin de monde autour d'elle. Si je me balade y aura forcément du monde autour, donc ça ira...
Tes idées étaient focalisé sur les problèmes de la vies et non, pas les problèmes futiles du quotidien mais les réels problèmes. Ceux qui peuvent mettre votre vie en péril, tu essayais de comprendre, pourquoi le comportement humain pouvait avoir telle ou telle réaction mais rien ne l'expliquait. Au plus profond de toi tu savais qu'il fallait tout simplement vivre l'exact situation, avec l'exact personnalité de la personne qui l'avait vécu, pour le comprendre. Tu secouais tes boucles, fuyant ces idées néfastes une fois de plus, pour retrouver le contact de tes pieds qui foulaient le sol des ruelles de la capitale. Profite, regarde le paysage, qu'attend tu, ne t'obstine pas - Oui mais c'est si difficile en ce moment...

Tu regardais et observer l'architecture des bâtiments d’Édimbourg, la tête dans les airs, comme si tu contemplais une énième fois le ciel, et ta maladresse sur patte refaisais surface. T'étais prête à percuter quelqu'un juste avant que tu regardes devant toi et tu sursautais en voyant la jeune fille. Tes poils se hérissaient par la surprise, une jeune fille d'à peu près ton âge semblait-il, mais ton humeur à fleur de peau faisait que tu avais été effrayée par la proximité.
Tu avais réussi à passer face à tes grandes peurs, l'agoraphobie, le contact avec les autres, mais dans ces moments là ces troubles avaient tendance à refaire surface. Et il fallait que tu t'excuse, la jeune fille pourrait mal le prendre...

- Pardon je heu... Bonjour, je suis désolée, j'avais la tête en l'air... Je regardais heu... Je regardais l'architecture des bâtiments. Désolée.

Réellement troublée et navrée tu espérais toute fois ne pas avoir blessé la jeune fille, ou peut-être l'avait tu percuté et ne t'étais même pas rendu compte ? Marché sur un pied ? Qui sait ? Tes sens étaient chamboulés, et tu saurais bien assez vite s'il y avait eu une collision...

HRPG : Tu as mon LA pour dire que je t'ai percuté, marché dessus, peu importe Wink

Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Lenwest Peters, le  Dim 23 Sep 2018 - 18:03

Petit rappel géographique. Si je dis Edimbourg...? Exactement! Capitale de l'Ecosse est la bonne réponse. Quand on pense aux capitales, généralement, on peut s'imaginer une grande ville peuplée du monde où passer inaperçu est un jeu d'enfant. Les foules y sont plus nombreuses, mais se faufiler n'y est pas bien compliqué. C'était d'ailleurs une de ses spécialités. Se fondre dans la masse pour ne pas attirer l'attention.
Alors, comment expliquer qu'elle ait réussi à se prendre quelqu'un? De face en plus! Elle l'avait percutée à l'épaule, sans grand mal mais tout de même! Elle ne voulait pas l'incriminer, car si un tel incident s'était produit c'est qu'elle aussi ne devait regarder pas bien droit. Et c'était le cas, à ce moment elle observait le nuage vers l'Ouest, il avait une forme... de Choixpeau! Oui, c'était tout à fait ça! Quoi qu'il en soit ça n'avait plus d'importance.

Sa perturbatrice de visite s'était expressément excusée. Elle regardait apparemment l'architecture. Cela la fit sourire intérieurement, c'est qu'elle avait du goût cette fille! Effectivement, au fil de ses périples, elle avait appris que la meilleure façon de visiter une ville était de lever les yeux. Ainsi vous échappez au monde déambulant le long des rues ainsi qu'aux façades plus ou moins réussies des boutiques dont le but est uniquement lucratif.

C'est donc naturellement qu'elle lui répondit.

- Pas grave, moi aussi j'avais la tête en l'air, il fait beau, autant en profiter!

Elle s'apprêtait à laisser cette inconnue et poursuivre son chemin, mais une intuition l'intriguait. Après un coup d'oeil plus attentif, cette jeune fille lui paraissait, disons, familière, mais de vue simplement. Comment était-ce possible? Elle ne venait pas ici si souvent, ne connaissait personne qui y habitait. C'était une étrange sensation... Sans vouloir réfléchir plus longtemps, elle fit quelque chose qu'elle regretta à la seconde même.

-Excusez moi, mais vous me dites quelque chose... On ne se connaît pas?

Pour ne pas attirer l'attention dans ce cas c'était réussi dis donc. En plus quelle phrase bateau! Et si elle lui demandait ou elle étudiait maintenant? C'était malin! Elle ne s'était pas vraiment renseignée sur les études que les Moldus faisaient à son âge. Non mais franchement...
Mais des Moldus, elle n'en connaissait quasiment aucun en réalité. Elle n'allait pas lui demander si c'était une sorcière quand même. Non, elle attendrait sa réponse, et s'excuserait gentiment en disant qu'elle s'était trompée et on oublierait cette affaire!
Theya Alomora
Theya Alomora
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Theya Alomora, le  Mer 26 Sep 2018 - 19:48




Moldu ou pas moldu, telle est la question.



Des oiseaux étincelants tournaient autour de ta tête de linotte. Toi idiote que tu es, tu avais heurté la jeune inconnue sans même t'en rendre compte. Tes sens complétement éteint, les émotions avaient un effet sur toi que tu ne pouvais encore soupçonner. Encore abasourdie par les étoiles invisibles, les moulures de marbres et cette jeune fille à la tignasse brune comparable à la tienne. Au lieu de paroles vulgaires et désagréables tu avais même une mélodie doucereuse à tes oreilles. Profiter du beau temps oui, elle avait raison... Un sourire et des yeux pétillants servirent de réponse à la belle.

Une ville bien trop sublime pour être admirée par le regard horizontal, là il fallait lever les yeux vers les cieux et voir la beauté architecturale de cette ville. Ces villes que tu visitais étaient toutes uniques de par leur particularité. L'aura qui s'en dégageait ainsi que ses bâtisses. Certaines se ressemblaient, d'autres étaient complétement différente de ce que tu avais déjà vu, et c'est ce qui faisait la beauté de ce monde.

La nature était ta Mère mais le travail de l'Homme, son propre apprentissage au fil des siècles étaient encore plus beau à admirer. L'esprit humain s'était modifié pour atteindre une certaine perfection inaccessible et c'est ce qui donnait ce que nous sommes aujourd'hui. Sous tes questionnements philosophiques, une s'immisçait à ton oreille te faisait reprendre à nouveau conscience de ton corps.
Ton âme immortelle comme dirait Platon était dans une autre galaxie en ce moment, il fallait te lier à nouveau avec ton âme mortelle c'est à dire ton corps. Et une interrogation, dont tu ne t'attendais pas... Loin de là. Comment pouvaient-elles se connaître alors que tu étais, et bien... Sorcière, londonienne, et que là tu étais à Édimbourg. Puis le risque était bien trop grand... Et les chances bien trop minimes. Ton cerveau tourbillonnait à la vitesse lumière en regardant dans ses yeux. Cherchant quelque chose que tu pourrais reconnaître, mais rien... A part cette tignasse brune affolée, rien ne t'évoquait quoi que ce soit.

Tu ne savais que répondre, tu n'allais tout de même pas lui demander de tourner sur elle-même comme si c'était un mannequin pour l'examiner sous toutes les coutures. Un doute s'installa, car oui, la populace Poudlardienne était immense mais de là à ce que tu croises quelqu'un en Écosse... Les chances étaient quasi inexistantes. Alors tu préférais lui répondre simplement :

- Je ne suis pas d'ici, je viens de Londres enfin, je vis à Londres. Je suis ici pour quelques jours avec ma mère, et c'est la première fois que je viens ici... Peut-être que je vous fais pensé à quelqu'un ?

Une réelle pensée bercée par le questionnement, tu n'avais pas de quoi t'inquiéter ta baguette était bien cachée à l'intérieur de ta veste et Georgie était aussi à l'intérieur en train de tricoter avec les fils qui dépassent certainement. Puis, il était tellement timide qu'il n'allait pas sortir sa tête comme ça. Une lueur d'espoir ou de désespoir dans tes deux noisettes, attendant la réponse de la belle inconnue ou connue, tu ne savais pas encore.



Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Lenwest Peters, le  Jeu 4 Oct 2018 - 19:09

Il y eut une sorte de malaise qui s'installa entre les deux jeunes femmes. Imprononçable, il était pourtant bien présent. Pourquoi, mais pourquoi avait-elle posé cette fichue question? Elle s'était enlisée elle-même dans des sables mouvants. Elle n'avait plus que sa tête pour respirer. Comment se sortir de là?

Première chose: ne pas paniquer. Ou alors ce serait beaucoup trop louche. Elle fronça les sourcils, comme si elle se concentrait sur la personne qu'elle avait en face d'elle. Mais non, aucun éclair ne lui apparut.

Et soudain, une chose l'intrigua dans la réponse qu'elle avait entendue. Une londonienne à Edimbourg. Ce n'était certes pas an Englishman in New-York, mais ce n'était pas une native non plus. Comme toutes les capitales, celle écossaise revendiquait du cosmopolitisme, mais était-ce vraiment une coïncidence? C'est ce qu'elle souhaitait découvrir, alors elle allait creuser de ce côté là.

- Et la ville te plaît?

Ben quoi? Oui, c'était la technique d'approche qu'elle avait adopté. Elle ne voulait pas lui faire peur, mais simplement s'assurer qu'elles étaient de parfaites inconnues l'une pour l'autre.

- C'est drôle, je viens de Londres aussi. Et même si j'adore cette ville, j'adore voyager et en découvrir de nouvelles. D'ailleurs je trouve Edimbourg particulièrement belle, j'adore m'y promener. Elle accompagna sa réponse d'un simple sourire, incarnation de l'innocence.

Malgré tous ces efforts, elles était tendue. Un point ne lui semblait pas clair dans cette conversation, mais elle ne savait pas mettre le doigt dessus.
Contenu sponsorisé

Dans les rues de Edimbourg - Page 6 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 7

 Dans les rues de Edimbourg

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.