AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 7 sur 7
Dans les rues de Edimbourg
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle

Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Lenwest Peters, le  Jeu 4 Oct 2018 - 19:09

Il y eut une sorte de malaise qui s'installa entre les deux jeunes femmes. Imprononçable, il était pourtant bien présent. Pourquoi, mais pourquoi avait-elle posé cette fichue question? Elle s'était enlisée elle-même dans des sables mouvants. Elle n'avait plus que sa tête pour respirer. Comment se sortir de là?

Première chose: ne pas paniquer. Ou alors ce serait beaucoup trop louche. Elle fronça les sourcils, comme si elle se concentrait sur la personne qu'elle avait en face d'elle. Mais non, aucun éclair ne lui apparut.

Et soudain, une chose l'intrigua dans la réponse qu'elle avait entendue. Une londonienne à Edimbourg. Ce n'était certes pas an Englishman in New-York, mais ce n'était pas une native non plus. Comme toutes les capitales, celle écossaise revendiquait du cosmopolitisme, mais était-ce vraiment une coïncidence? C'est ce qu'elle souhaitait découvrir, alors elle allait creuser de ce côté là.

- Et la ville te plaît?

Ben quoi? Oui, c'était la technique d'approche qu'elle avait adopté. Elle ne voulait pas lui faire peur, mais simplement s'assurer qu'elles étaient de parfaites inconnues l'une pour l'autre.

- C'est drôle, je viens de Londres aussi. Et même si j'adore cette ville, j'adore voyager et en découvrir de nouvelles. D'ailleurs je trouve Edimbourg particulièrement belle, j'adore m'y promener. Elle accompagna sa réponse d'un simple sourire, incarnation de l'innocence.

Malgré tous ces efforts, elles était tendue. Un point ne lui semblait pas clair dans cette conversation, mais elle ne savait pas mettre le doigt dessus.
Theya Alomora
Theya Alomora
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Theya Alomora, le  Jeu 18 Oct 2018 - 13:53




Moldu ou pas moldu, telle est la question.

 

Un sentiment commun malaisant qui devait disparaître. Des questionnements pour détourner ton esprit de cette coincidence. Un intérêt soudain puis une réponse au bord de tes lèvres :

- La ville est sublime, c'est la première fois que je viens en Écosse. Edimbourg est vraiment superbe. Et toi ?

Des paroles qui avaient l'air sincères et un point commun nouveau entre vous deux. Un désir de découverte, d'aventure même peut être. Un rencontre étrange mais qui peut s'avérer belle. Tu continuais tes frottements de souliers sur le sol écossais, un sourire joyeux qui se voulait accueillant, comme si tu te voulais chaleureuse dans un lieu dont tu n'étais pas d'origine. Une douceur de plus pour apporter de la confiance dans cette connaissance nouvelle.

- J'aime aussi beaucoup voyager et découvrir de nouveaux endroits, c'est parfois par hasard que nous découvrons les plus belles cités, ça te dirait qu'on aille boire quelque chose dans un de ces cafés si propre atypique ?

Un sourire en coin dans l'espoir dans savoir plus, sur les points communs que vous aviez toi et la jeune inconnue...

Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Lenwest Peters, le  Dim 21 Oct 2018 - 12:03

Parler de la ville, apparemment nouvelle pour les deux jeunes filles, était une bonne stratégie pour détendre l'atmosphère. En plus, leurs avis sur celle-ci semblait similaire. Elle partagea alors volontiers ses impressions.

- Je trouve aussi! Même si l'ambiance et l'apparence sont différentes de celles de Londres, je m'y sens presque aussi bien. Et c'est aussi la première fois que je mets les pieds en Ecosse! Pour découvrir un pays, j'aime bien commencer par sa capitale. J'arrive comme ça à avoir une vue d'ensemble sur la culture que l'on pense connaître. Et ensuite, si j'en ai l'envie et le temps je m'aventure un peu plus loin, même des mois plus tard. Et là l'expérience est souvent sublime. Aller de plus en plus loin dans le pays permet de mieux le connaître, et différemment.

C'était bien sa curiosité typique de journaliste qui parlait là. Depuis son attrait pour ce métier, elle avait développé cette curiosité qui la poussait à aller toujours plus loin, à se nourrir de cultures différentes au coeur même des pays qu'elle visitait. Aller au plus proche de la source assurait une authenticité qu'on ne trouverait jamais autrement.
Visiblement, la jeune inconnue avec qui elle avait plus d'un point commun partageait cette envie de découverte. Cela rendit Lenwest encore plus curieuse. Elle avait l'impression qu'il fallait qu'elle creuse, qu'elle en sache un peu plus sur cette rencontre.
Ainsi, elle fut surprise mais ravie de cette invitation. Se retrouver autour d'un bon café était un de ses passe temps préféré. Enfin non, ce n'était pas une perte de temps, loin de là, mais avant tout une occasion de découvrir une inconnue.

- Avec plaisir! J'ai croisé pas mal de cafés à deux rues d'ici, on y va?

Elles pourraient ainsi discuter tranquillement, diriger la discussion vers les sujets qu'elles voudraient et pourquoi pas découvrir des choses... Tout en étant dans un café typiquement écossais, un bon moment en perspective quoi!
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Shae L. Keats, le  Mer 5 Déc 2018 - 11:47

pv Jean Dupont


En amont du fleuve un point de ciel flambait, l'atmosphère s'obscurcissait à mesure que les rues se vidaient.Il n'y avait plus que les dernières âmes du dimanche soir, traînant encore aux stands des éternels marchés de noël. Depuis vingt jours, depuis vingt nuit, noël semblait peupler l'univers tout entier. Les cantiques résonnaient, portés par le souffle glacial de l'air d'une oreille à une autre. Les mains s'épanchaient pour les branches de sapin qui peuplaient les allées de la capitale écossaise, et les goût n'étaient pas non plus délaissés. Maman ça sent bizarre... Il est vrai que les odeurs oppressent dans les lieux comme celui-ci. Cannelle, brioche, marron, vin chaud et sa multitudes d'épices se consomment plus agréablement par voie olfactive.
J'aime à croire que la noblesse d'une chose réside en son odeur. Elle est bien souvent la première à frapper, bien avant que les yeux n'aient eu le temps d'en dessiner les contours, ou encore les mains de l'effleurer. Le premier contact au monde réside dans les odeurs.   Ça sent bizarre, l'inconnu, la découverte. Ça sent l'imprévu à plein nez pour lui, Tim est encore à cet âge où le monde est à découvrir. Les merveilles à chaque coin de rue qui n'attendent que d'être découvertes. Enzo est chez un de ses grands-pères, j'avais promis une après-midi à Timothy. Quelque chose rien que pour lui, et il a voulu voir le père noël. J'aurais pu l'emmener voir le vrai, je l'avais trouvé une fois, je pouvais le refaire.
Mais il est des mystères de l'enfance qu'on tient à préserver.

Alors nul moyen pour moi de savoir ce qui peut bien traverser son univers. Qu'est-ce qui peut bien sentir si bizarre.Je ne sens d'ici que les épices, l'alcool et la braise. L'humidité aussi, si tant est qu'elle ait une odeur, mais il me semble que oui. L'enfant flâne à quelques mètres, insouciant, ébloui par les lumières sur lesquels mes yeux ont fini de s'user. La nuit va tomber, il sera bientôt l'heure de rentrer, mais il est encore temps de profiter des dernières langueur, de la senteur si particulière du bord de mer l'hiver. Ça sent le gris, le froid, le sel. La mort tardive de l'été. Les embruns et la décomposition des feuilles. Ça sent la barbapapa qui disparaît peu à peu entre les lèvres de l'enfant. Ça sent le soir et la douceur d'un feu, la fumée qui s'échappe des cheminées.   
La neige. 
Les cendres.

Et l'on s'éloigne doucement de l'agitation, on se répand dans les rues où ne subsistent que l'odeur de la pluie, de l'asphalte et de la pisse froide par endroits. Les distractions sont moins nombreuses et la main enfantine ne prend plus la mienne pour m’entrainer à sa suite.  Les pas se font les uns plus lent que les autres jusqu'à ce que l'allure adopte celle de la flânerie, les regards perdus sur la décoration des boulevards.
Finrod Elensar
Finrod Elensar
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Finrod Elensar, le  Ven 4 Jan 2019 - 12:48

Retrouvailles enivrantes



PV Shae L. Keats




S'éloigner du brouhaha de la capitale était une chose rare que pouvait s’octroyer le nouveau Directeur du département de contrôle et régulation des créatures magiques. Difficile d'échapper à ses responsabilités... À toutes. Édimbourg n'était pas vraiment connue du presque géant. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle il se trouvait là, aujourd'hui. Ne cherchant que le calme et la solitude. Bien que haut placé du Ministère, il n'était que récent à ce poste et peu de personnes pouvaient mettre son nom sur son visage, ce qui était agréable. Son visage, il le savait, n'était que rarement oublié. Ses particularités physiques en étaient pour beaucoup.

Habillé simplement, pas de coiffe de perles, crâne nu, brûlures visibles. Il était principalement là pour lui-même et personne d'autre. La récente pluie réveillait bon nombre d'odeurs étonnantes et quotidiennes pourtant oubliées de tout le monde tant chacun vaquait à ses occupations. Elles apportaient des sensations agréables autant que nauséabondes. Mais là, c'était la pluie. Si caractéristiques et uniques, bien que le contraste soit moins fort que lorsqu'elle s'empare d'un sol chauffé par un soleil ardent d'été, là voilà qu'elle enveloppe ce sol froid d'hiver. Ses pavés, ses passants, ses murs. Difficile de passer à côté et pourtant peu de personnes semblaient profiter de cette effluve de vie de tous les jours qui se promenait discrètement. Il fallait y faire attention pour ressentir son entièreté.

Finrod resta debout, au milieu de la rue et des quelques passants. Fermant les yeux, immobile. Une attitude étrange mais qui lui permettait de se recentrer. Car les moldus ne lui étaient pas d'une compagnie agréable. Pourtant, il avait fait l'effort de chercher les ruelles loin du centre-ville mais rien n'y faisait. Une plante, attira son attention olfactive. Les feuilles humides, la terre qui s'imprégnait de sa nourriture, afin de vivre. Une agréable sensation, une nature aimée du sorcier. Préférée, même. Ce n'était pas pour rien qu'il profitait plus de son manoir en campagne que son appartement non loin du Chemin de Traverse.
Shae L. Keats
Shae L. Keats
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Shae L. Keats, le  Lun 18 Fév 2019 - 21:24

Les soirées coulent ces derniers temps, sans accrocs, sans risque, elles glissent le long de la peau comme de l'eau et le corps ne se fait plus exutoire mais porte l'âme de jour en jour,indépendamment des rafales, des piques de froids, et des mémoires acides qu'une mauvaise génétique peut parfois forcer à porter. Le corps innocent court à quelques mètres encore et j'ai envie de le laisser vagabonder encore un peu, avant de rentrer, manger, se laver, dormi, et tout recommencer demain encore et encore, teinter les journées de l'odeur du savon, de la purée, des parcs pour enfants et plus rien d'autre. Devenu loin le temps où les nuits se teintaient de merveilles, où l'adrénaline et l'odeur de la peur suintait par tous les pores et élevait le corps.

Alors je prends sa main et le chemin se fait inverse, remonter le flux de passants, tous plus insignifiants les uns que les autres. Les effluves tentatrices du vingt chaud de tout à l'heure font bien moins envie une fois renversées sur le manteaux d'un ivrogne qui titube non loin.Le devant et l'envers de la scène se confonde soudainement alors qu'un enfant maladroit vient nous frôle sa gaufre en main,et j'vois les pupilles du petit s'étirer encore et encore. S'élargirent d'avantage devant l'odeur que devant l'aliment et pourtant l'envie de faire plaisir et bien présente et je le traîne jusqu'au stand d'un marchand joufflu qui empeste autant le rhum qu'une pâte à crêpe correcte.    Parce qu'il est des écarts que l'on se doit de commettre, pour alimenter sans cesse une fabrique à souvenirs dans un esprit encore pur.

Et cette fois repartir, parce qu'il est parfois temps de mettre fin aux distraction, de se jeter de nouveau dans les rouages d'une mécanique si bien huilée qu'elle pue la bile. Et c'est à contre cœur que l'on attire l'enfant dans son sillage, s'éloigner de nouveau des lumière, retrouver le calme des grandes avenues vers un endroit plus propice à disparaître sans faire de vagues. Pas tant pour moi, mais plus pour lui, car l'heure n'est pas encore à le jeter en pâture à des idées qu'il est bien trop jeune pour faire sienne. Et continuer d'avancer, malgré les innombrables suppliques du gosse qui s'ébahie devant le moindre animal, ou la moindre personne plus grande que la normale. J'finis par jeter un œil, tant pour le faire arrêter de parler que par curiosité.

J'pensais pas,pas là, pas comme ça.Je me doutais bien que ça arriverait un jour, les explications, ou ne serait-ce que se revoir à l'angle d'un événement mondain. Mais l'enfant comme caution, et l'envie de savoir me brûle les lèvres, alors j'approche, lentement, la main de Timothy serrée dans la mienne, qui m'ancre un peu plus dans le réel. J'approche sans trop savoir que dire, que dit-on après tant d'année d'absence. Alors opter pour le plus simple, un bonsoir prudent pour prendre une température que l'on ne parvient à estimer.  
Finrod Elensar
Finrod Elensar
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Finrod Elensar, le  Sam 16 Mar 2019 - 21:35

Concentré, loin du masque, difficile d'agir. Trop risqué. Trop impliqué pour se laisser aller. Toujours dans la maîtrise. C'était important... Pour lui, pour les autres. Son arrestation serait une catastrophe. Non, pas le droit de craquer. Pourtant, il avait envie d'entendre les os se briser. Une violence cachée derrière ce visage aux yeux fermés, à ce crâne parsemé de brûlure d'il y a une vingtaine d'année.

Voilà qu'une voix le tire de ses pensées, une voix qu'il sait sortant de la bouche d'un enfant. Simplement, il le sait. Il n'en a pas mais ne connaît que trop bien les timbres de voix adultes. Et il parvient presque à remarquer les odeurs qui accompagnent l'innocence des bambins. Loin de la transpiration quotidienne, du parfum agressif que l'on asperge chaque matin. Rien de tout cela, une pureté proche de leur innocence qui ne tardera pas à voler en éclat, lorsqu'ils auront gagner quelques années. Apparemment, Finrod l'intrigue. Ce dernier se baisse, trop habitué à être le plus grand, face aux enfants, c'en est presque une obligation. Trop concentré, il ne voit pas le parent s'avancer. Qui lâche une banalité qui ne résonna pas comme telle aux oreilles du presque géant accroupi. Une odeur sans pareil, une effluve trop connue. Loin depuis longtemps, voire trop ? Un retour surprise, une rencontre inattendue. Toujours, ils redoutent de le recroiser.

- Bonjour. Répondit-il calmement. En se relevant. L'enfant n'a plus d'intérêt pour le sorcier. Seule la personne face à lui attire toute son attention. Son regard, ses sens. Le toucher n'est pas encore demandé mais cela pourrait ne pas tarder. "Que fais-tu ici ?"

Une habitude qui n'a pas disparu : demander des comptes. La ville aurait pu être vide d'habitants, cela aurait été pareil. Seuls eux deux comptaient à présent. Le rythme cardiaque de Finrod avait augmenté, petit à petit. Mélange de sentiments, d'émotions. Surprise, bonne ou mauvaise ? Étonnamment, trop tôt pour le dire.

Contenu sponsorisé

Dans les rues de Edimbourg - Page 7 Empty
Re: Dans les rues de Edimbourg
Contenu sponsorisé, le  

Page 7 sur 7

 Dans les rues de Edimbourg

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.