AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 8
À la maison
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Invité
avatar
Invité

À la maison

Message par : Invité, Ven 14 Aoû 2015 - 18:11


Sujet ouvert avec l'autorisation de Merry K. Harper.
RP privé avec Justin Davis (LA accordé)

Appartement des Scott, dans le quartier chic de Knightsbridge, à Londres. Le soleil qui éclaire la chambre à l'étage, le chat lové sur le lit. Un bureau rangé au millimètre, rien ne dépasse. Des photos scotchées aux murs, elles bougent. L'armoire qui cache derrière ses portes une centaine de vêtements, l'immense miroir collé dessus renvoie le reflet d'une adolescente blonde. Ses cheveux sont presque blancs, elle porte un jean et un T-shirt un poil trop grand. Elle s'observe quelques minutes, s'étudie plutôt, concentrée à être la personnification de la perfection. Elle est satisfaite de ce qu'elle voit, avise sa valise camouflée dans un coin. Une semaine et demi à peine plus tôt, elle montait dans le train rouge et noir, elle s'appuyait sur un dossier râpeux d'une banquette usée, fermait les yeux, souriant aux blagues de ses amis. Elle serre les lèvres, se rappelle du visage de son père, qui l'attendait derrière la barrière. Sa mère n'était pas là - il l'avait prévenue d'un sourire d'excuse en la serrant dans ses bras. Elle avait hoché la tête, l'avait suivie jusqu'à la voiture, le chauffeur les avait déposé ici, avec un sourire qui quémandait le pourboire. Elle eut un reniflement dédaigneux, et prend, machinalement, Royal dans ses bras. Il se mit à ronronner comme un camion dès qu'elle pose la main sur lui, ça lui fait oublier un instant combien le château lui manque. Elle regarde sa montre, il est quinze heures moins cinq, elle sait que Justin ne va pas tarder. Justin - ça lui arrache un sourire. Ils ne sont ensembles que depuis quelques semaines, mais elle sent son cœur tressauter chaque fois qu'elle ferme les yeux et le visage du Serpentard danse derrière ses paupières. Elle évite toujours de penser au moment où ils sont tombés l'un sur l'autre, parce qu'il est directement relié à cet appartement, à la boutique d'en-dessous, à sa mère qui se sert de ses charmes pour vendre des vêtements hors de prix à des touristes aisés, et à son père qui la regarde depuis le comptoir avec plus d'amour dans les yeux qu'il n'est possible d'en imaginer.

Quinze heures moins trois. Elle descend les escaliers du duplex, vérifie avec ce même zèle les autres pièces, allume la télévision, dépose son chat sur le canapé, s'assit. Son ventre se tord de plus belle d'une impatience presque douloureuse. Elle caresse machinalement l'animal qui gigote pour ne négliger aucune partie de son corps, elle regarde un match de football sans même s'en rendre compte. Sa jambe tressaute, elle jette un œil  à l'horloge au-dessus du salon. Quinze heures tapantes. Elle se fige, dans l'attente de quelque chose, ça fait réagir Royal, elle lui intime de se taire d'une voix stressée. Quinze heures une. Quelqu'un sonne, elle se lève d'un bond, éteint la télévision, époussette ses habits, et s'avance dans le hall de l'appartement, le chat noir et gris sur ses talons. Elle ouvre la porte, s'imagine que c'est un livreur de pizza, de la publicité, ou pire, ces imbéciles de Scouts qui viennent lui vendre des cookies.Elle voit d'abord son visage. Son magnifique visage, ses lèvres qui l'attirent comme des aimants, qui s'étirent en un sourire. Ses yeux, qu'elle cherche et redoute tant à la fois, parce qu'ils lui font perdre ses moyens et que ça fissure son image comme un boulet de canon. Un sourire éclatant et incontrôlable apparaît sur son visage angélique, elle ne peut même pas se retenir. Elle cherche ses mots, sent Royal qui se tortille entre ses pieds. ❝ Salut ❞, fait-elle dans un souffle, s'effaçant pour le laisser entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Justin Davis, Sam 15 Aoû 2015 - 2:15


Justin était sur sa moto, le casque sur la tête. Il s'était perdu deux trois fois sur la route de Knightsbridge, quartier beaucoup trop chic pour lui, que des gens faux dans leur belles voitures, enfin c'était ce qu'il se contentait de voir. Depuis la fin des cours le serpent broyait du noir : Poudlard lui manquait, son métier de préfet lui manquait, l'équipe de Quidditch lui manquait - voler dans les airs lui avait toujours fait oublier ses problèmes et ses problèmes paraissaient si petits de haut - mais surtout Dylan, sa bien-aimée lui manquait. Il ne pouvait s'empêcher de penser à elle, tout lui rappelait elle dans Londres, même les choses qui n'avaient aucun rapport. Bon après la belle ville de Londres était plutôt cool : il avait retrouvé quelques amis moldus, il leur avait même fait goûter au kiwicot lors de leurs soirées, mentant en prétendant que c'était une drogue des îles, puisque évidement le de Poudlard leur serait plutôt inconnu.

Le temps était typiquement anglais, gris. Justin n'aimait pas le ciel gris. La pluie ne l'acommodait pas, mais le ciel gris l'insupportait. Pour lui, une fine bruine aurait été plus agréable que ce ciel grisâtre trop agaçant. Il était beaucoup trop déprimant et en plus une brise fraîche traversait la ville de Londonaise. C'était le genre de journées dont Justin tirait habituellement profit à regarder les redifusions des plus gros matchs de la saison des Rockets, son équipe de basket préférée ou encore ceux des Cowboys, un équipe de football américain. Oui Justin était du Texas, et il soutenait ces équipes depuis sa plus tendre enfance, avant de devenir sorcier il avait rêvé d'entrer dans un de ses centres de formation pour les moins de 18 ans, il avait tout pour réussir mais le monde magique à ses raisons que les moldus ignorent. D'ailleurs il portait un pull des Rockets eux-mêmes, volé il y a quelques années dans la boutique officielle de la franchise. Bon au début il était trop large, mais aujourd'hui il était parfait, bien rouge et noir, comme le logo. Il s'était ensuite vêtu d'un jean slim noir et d'une paire de baskets de la célèbre marque virgulée connue de tous, même apres toutes ces décennies. Rajoutez à cela une coupe de cheveux plus courte, et donc plus simple à coiffer et son habituel sourire ravageur et le compte sera bon !

Resté la une bonne dizaine de minutes à contempler le beau quartier de Londres, perdu dans ses pensées il se ressaisit pour aller toquer à la porte de la Gryffondor. Il attendit une dizaine de secondes quand une jolie - ou plutôt une magnifique - blonde vint lui ouvrir la porte de chez elle. Il la fixa pendant un court instant, un sourire béat et un regard amoureux, amoureux c'était le mot oui. Il lui glissa un petit « Salut toi. » presque murmurée, mais elle l'avait entendu, il en était persuadé. Et sans plus attendre les deux se retrouvèrent lèvres et corps collés comme si un aimant entre eux les obligeait à se tenir ainsi, ne laissant aucun espace entre eux. Une fois que l'un et l'autre furent à une distance convenable le préfet des verts lança un rapide coup d'œil à l'appartement et constata qu'à part Scotty et son animal de compagnie, aucun signe de trace de vie dans le duplex. Il reporta son atention sur la lionne, et ça lui faisait bizarre de ne plus la voir sous son accoutrement du château mais dans des vêtements moldus. « Ohlala tu m'as trop manqué Scotty ! » fit-il, son sourire sincère qu'elle arrivait toujours à faire apparaître accroché aux lèvres, et que seule une catastrophe ferait disparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: À la maison

Message par : Invité, Dim 16 Aoû 2015 - 16:38


Deux secondes à peine passent avant que les deux sorciers se retrouvent collés l'un à l'autre. Comme à chaque baiser, chacune des pores de Dylan s'enflamme et son cœur bat une chamade douloureuse. Elle le regarda inspecter discrètement du regard le duplex, et ne juge pas utile de lui préciser que ses parents sont dans la boutique. Non seulement il s'en rendra compte, mais en plus, elle refuse presque catégoriquement d'évoquer ses deux parents dans un moment pareil. Elle se recule un peu, l'observe, l'imitant. L'uniforme leur allait plutôt bien à tous les deux, mais le voir sans, ça lui faisait quelque chose qu'elle n'avait pas prévu - elle n'arrive même pas à décoller ses yeux ciel de lui. ❝ Ohlala tu m'as trop manqué Scotty ! ❞ Elle sourit, sent ses joues devenir roses. ❝ Toi aussi, si tu savais. ❞ Tant de banalités bien réelles. Royal miaule comme un dingue, elle le fusille du regard, et il se tait progressivement, allant jouer sur le canapé. Quel pot-de-colle, songe-t-elle avec une affection débordante. Elle pense en même temps à l'effet que produit le Serpentard sur elle. Pas seulement physiquement, mais elle change en sa présence. Elle est moins hautaine, moins méprisante, elle juge moins - elle est plus douce, aussi, plus vulnérable, malheureusement. Un seul être qui la fait changer de facette comme de culotte, c'est incroyable. L'amour ? La fameuse question. Elle est amoureuse de lui, c'est clair - mais à seize ans, est-ce réellement de l'amour ? Elle rejette avec force ces éternels questionnements auxquels, elle le sait, elle n'aura jamais vraiment de réponses. Autant profiter maintenant.

Elle prend presque automatiquement la main de son petit-ami - elle aura toujours du mal avec ce mot - et lui fait rapidement visiter les lieux, le chat toujours derrière eux, comme un garde adorable. La salle de bain de la taille d'un terrain de basket, la chambre de ses parents, rangée au carré comme la sienne, le coin un peu trop bestial pour être une fierté, avec la litière de Royal toujours propre et Nevosa qui dort sur une fausse branche - et qui se réveille et les observe de ses yeux bleus, copie parfaite de ceux du chat et de leur propriétaire. Une simple formalité, une habitude acquise des années plus tôt, quand c'était un manoir entier à faire voir. Elle referme la porte du bureau, se tourne vers lui. Elle a évité sa chambre, parce que vous allez bien y passer quelques temps, comme dit la voix railleuse dans son crâne. Tout son être lui crie de l'y entraîner, mais elle ne veut pas passer pour ce style de fille. Elle cherche une porte de sortie. ❝ Tu veux peut-être manger quelque chose ? ❞ Elle ne réagit pas au commentaire sarcastique qui naît dans son esprit sur un certain genre d'exercices physiques, et lui désigne du menton la cuisine à l'américaine. Elle ne sait pas vraiment ce qu'elle veut, si elle préfère avoir encore un peu de temps ou si elle devrait écouter ce que lui quémande son être depuis tout à l'heure.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Justin Davis, Dim 16 Aoû 2015 - 22:52


J'ai le LA de Dylan

Comme à chaque fois que Justin disait quelque chose de mignon à Dylan, les joues de la Gryffondor virèrent au rose lui donnant un air d'enfant de cinq ans, trop mignon pour être vrai. « Toi aussi, si tu savais. »Moment de tendresse, que c'est chou. Quelques secondes plus tard la Scott reporte son attention sur son chat, miaulant, enfin presque rugissant à vrai dire. Il ne put s'empêcher d'esquisser un petit sourire à la vue de sa petite amie lançant un regard dévastateur à sa boule de poil jusqu'à ce que ses miaulements s'estompent dans la grandeur de l'appartement.

Finalement la blondinette prit la main du préfet et le guida avec elle, lui faisant visiter chaque pièce du duplex Londonien. Enfin presque chaque pièce, puisque celle que Justin désirait le plus voir avait visiblement été omise. Le serpent savait, il savait que Dylan avait du mal avec les relations sexuelles, et que même si elle en avait eu envie, même si elle en avait envie, elle était beaucoup trop gênée pour l'évoquer, en gros c'était le rôle du garçon de la guider dans cette facette de leur relation. Mais plus il attendait, plus il n'en pouvait plus. Il ne voulait plus attendre, il voulait pouvoir sentir le corps chaud de Dylan contre le sien après un moment torride qui l'aurait rendu accro aux prouesses du préfet. « Tu veux peut-être manger quelque chose ? » Elle l'arracha à ses pensées. Ben ouais qu'il avait faim. En plus il avait pas déjeuné ce matin. Elle le guida vers une cuisine à l'américaine (cooool) et lui demanda de nouveau ce qui lui ferait plaisir. Décidé à ne pas faire le difficile Justin demanda simplement un bol de céréales. Ouais parce que c'est trop bon d'abord les céréales. Une fois servi, il engloutit presque le bol, laissant les pensées qui hantaient son esprit disparaître aussi vite que les quelques céréales restantes au fin fond de celui-ci. Malheureusement dès l'instant où il reposa son regard sur Dylan, son envie ressurgit presque immédiatement, et ce n'était pas un bol de céréales dont il avait envie à ce moment là... « Tu voudrais pas qu'on aille dans ta chambre ? » Il avait hésité puis c'était lancé. Il essaya de mettre le moins de de... De désir dans sa voix mais elle comprendrait qu'il ne voulait pas jouer au jeu des échecs version sorciers if you know what I mean. D'un autre côté c'était ce qu'il voulait, il espérait juste que la lionne serait réceptive à son signal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: À la maison

Message par : Invité, Mar 18 Aoû 2015 - 12:29


Forcément, repousser stupidement l'échéance ne servait à rien, et la blonde le sait. Elle regarde le Serpentard avaler les céréales, tentant en même temps d'éloigner un peu Royal. Elle l'a acheté chaton, il est devenu adulte, mais reste scotché à elle toute la sainte journée. Il tourne autour d'eux, marchant gracieusement sur le comptoir, ses yeux bleus rivés sur Justin. Bonjour l'accueil. Et, évidemment, au bout d'un moment... ❝ Tu voudrais pas qu'on aille dans ta chambre ?  ❞ Ses tripes se tordent, son cœur s'affole, son cerveau aussi, par la même occasion. Qu'est ce que je suis censée faire ? ❝ Si, bien sûr. ❞Elle hoche la tête en même temps, se lève, gravit les escaliers en essayant de ne pas se mettre une pression ridicule, pousse la porte qu'elle a soigneusement évitée. Aussitôt, elle se dit que ça a l'air d'être une chambre d'enfant, que c'est nul, que va-t-il en penser ? Elle s'assure rapidement que tout est resté en ordre. Le chat-collant, toujours sur leurs talons, s'arrête sur le pas de la porte, assagi. Elle lui a appris à ne rentrer que sur son autorisation à elle, et ça lui déchire le cœur de ne pas pouvoir la lui donner maintenant. Elle lui ferme la porte au nez en essayant de ne pas y penser, se tourne vers Justin. Et là, elle prend feu.

Un désir brusque et presque douloureux la traverse, et sans trop savoir le pourquoi du comment, elle se retrouve à nouveau contre lui, leurs lèvres se cherchant et se trouvant avec une impatience teintée d'autre chose - de quelque chose que la suédoise ne connaît pas. Il fait brusquement chaud, son cerveau s'est soudainement éteint, plus rien ne compte plus que ce moment-là. Chaque veine est de flamme - c'est exactement ça. Ça court sous sa peau et c'est douloureusement délicieux, elle sait que ça l'effraie, elle n'a jamais vécu ça, mais pour une fois, l'inconnu l'attire plus qu'il ne la repousse - et elle y plonge tête la première.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Justin Davis, Mer 19 Aoû 2015 - 12:58


Du tac au tac Dylan lui répondit positivement, évidemment. Elle le guida à travers le duplex, grimpa les escaliers avec lui pour finalement arriver devant une pièce, sa chambre. Elle entra d'abord, puis le sinople et argent y entra aussi. Tout était parfait dans sa chambre, c'en était impressionnent. Justin rangeait toujours sa chambre, même si il retrouvait toujours des trucs éparpillés aux quatre coins de sa chambre, mais celle de la lionne était presque parfaite, totalement parfaite. Tout était rangé au millimètre près. Puis rapidement le serpent se souvint que la décoration de la chambre de Miss Scott ne l'intéressait pas vraiment et qu'elle n'était pas vraiment le but de sa venue, le but de sa venue, elle allait bientôt y goûter et risquait d'en devenir accroc.

Sans plus attendre, les deux élèves désireux l'un de l'autre se retrouvèrent de nouveau collés, lèvres contre lèvres. Un baiser torride, un baiser qui allait prendre un tout autre tournant. Les mains du serpent attrapèrent le t-shirt de Dylan pour rapidement le lui retirer, faisant de même du sien et dévoilant un torse musclé. Continuant de s'embrasser Justin ressentit une fougue nouvelle, il avait envie d'elle plus que jamais, il l'aimait, du moins c'est que ce qu'il ressent pour la Gryffondor. Rapidement les deux adolescent se retrouvèrent sur le lit du duplex londonais, prêts à assouvir leurs pulsions, cette pulsion que Justin s'était efforcé de cacher au fond de lui pendant quelques semaines, ne voulant pas la brusquer. Ils retirèrent les quelques vetements qu'il leur restait et bientôt il pourrait gouter au fruit défendu de la suédoise, et il n'arrivait pas à cacher son plaisir. Il avait fantasmé de ce moment tant de fois. Il approcha ses lèvres des oreilles de la miss Scott pour lui chuchoter quelque chose. « T'es sûre que tu veux l'faire maintenant ? » son ton se voulait calme et doux, il ne savait pas pourquoi mais il avait besoin de savoir comment elle se sentait. Il avait réussi, tant bien que mal, à cacher dans sa voix son désir et son impatience, il se disait qu'attendre encore quelques temps ne serait pas la mer à boire. Puis d'un autre côté il avait peur de ne pas résister, d'être trop faible. Vous savez comme une soirée bien arrosée peut vite mal tourner...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: À la maison

Message par : Invité, Jeu 20 Aoû 2015 - 16:49


Et, au milieu des flammes, elle sent vaguement son T-shirt disparaître. Un millième de seconde de panique la gagne, elle ne contrôle pas, elle déteste ne pas contrôler. Ses doigts ne sont plus sur du tissu, mais sur une peau aussi brûlante que la sienne. Elle a déjà vu Justin torse nu, ce n'est pas pareil. Elle a conscience que, petit à petit, les vêtements tombent au sol - mais elle ne parvient pas à connecter le tout. Jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'elle n'a plus rien sur elle. Sa pudeur naturelle et son honneur propre la rappelle à l'ordre, furieux. Qu'est ce que tu fiches ? Tu vas t'humilier. T'hu-mi-lier. Elle rejette autant qu'elle le peut cette idée, la camoufle dans un recoin de son esprit compliqué. Quelque chose l'électrise à l'intérieur d'elle, c'est nouveau et attirant. Elle sait qu'elle a rêvé de ce moment, la nuit, alors qu'ils n'étaient pas encore ensembles et que ces rêves étaient mélangés à ses cauchemars où elle le voyait avec d'autres filles. Cette crainte-là ne s'est jamais réellement dissipée. Elle n'arrivera jamais à être totalement tranquille, et elle le sait - et est prête à parier que lui s'en doute. Mais qu'importe.

Ces pensées brèves volent à toute vitesse dans son esprit, naissantes et aussitôt remplacées par ce moment précis, par la peau de Justin contre la sienne, par toutes ces sensations si nouvelles pour la blonde. Elle entend le souffle du Serpentard près de son oreille plus qu'elle ne le sent. Sa voix est basse, tout est si bien accordé. ❝ T'es sûre que tu veux l'faire maintenant ? ❞ Et, évidemment, conséquence directe, elle doute. Et si ce n'était pas le moment ? Et si ça ne me plaisait pas ? Et si Papa et Maman remontent ? Et si, et si ? Elle connaît ces questions autant qu'elle devine les réponses. Elle recule son visage, légèrement, haïssant chaque nouveau centimètre qui les sépare l'un de l'autre, juste assez pour pouvoir planter ses yeux ciel dans les siens. Elle se dit qu'elle pourrait répondre à haute voix, s'en sait incapable. Alors, elle hoche la tête, derechef. Oui, elle est sûre. Plus qu'elle ne l'a jamais été. Et puis, dans la situation où ils sont, c'est maintenant ou jamais. Ses doigts trouvent d'eux-même les cheveux de Justin, c'est sa manie dès qu'elle est avec lui. Ses lèvres retrouvent celles du garçon qu'elle aime, elle les laisse glisser le long de sa joue, de sa mâchoire dessinée au couteau, de son cou. C'est proche, et elle le sait, lui aussi, ça ne fait aucun doute. Et, loin de la repousser, cette pensée enflamme de plus belle sa peau de porcelaine.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Justin Davis, Sam 22 Aoû 2015 - 13:51


La lionne décrocha son visage de celui de Justin l'espace d'un instant, hochant la tête en signe d'approbation. Il ne put s'empêcher de sourire et de retourner coller ses lèvres contre les siennes, descendant lentement vers son cou, appréciant chaque instant. Il avait rêvé de pouvoir toucher sa poitrine, d'avoir son corps chaud, brûlant contre le sien juste l'espace d'un instant et aujourd'hui elle était là, elle ne voulait pas s'échapper, aucun des deux ne le pouvait. Il y avait cette alchimie entre eux qui les attirait trop pour qu'ils puissent se repousser et les relations sexuelles ne faisaient pas exception à la règle. C'était étrange, il avait tant attendu qu'il en ressentait une sorte de fierté, d'avoir réussi à construire juste une relation basée sur des sentiments. D'habitude si une fille refusait ses avances il allait toujours voir ailleurs, mais quand one est en couple faut éviter, ça s'appelle tromper.

Le préfet décida, après l'avoir mise dans le bain, de passer aux choses sérieuses, une chose que Dylan n'avait jamais faite, une sensation de plaisir intense à laquelle elle n'avait jamais goûté mais dont elle risquait de devenir accro très vite, parce que Justin c'est comme de la coke, une fois qu'on y a goûté, plus de retour en arrière possible. C'était bestial mais aussi doux, il adorait. Il ne pouvait le cacher. Elle passait sa main dans les cheveux de Davis, une de ses habitudes et elle embrassa son cou, ça devait être pile comme elle se l'était représenté. Malgré son impatience depuis tout ce temps il resta étonnamment doux, souhaitant prendre son pied mais aussi lui permettre de s'amuser et de profiter elle aussi, qu'il est attentionné le petit serpent.

Justin était couché sur le dos, haletant après tant d'efforts. Son corps était encore tout chaud et il pouvait constater que celui-ci de la blonde l'était aussi. Il passa la main dans la chevelure blonde de la suédoise puis il alla se réfugier dans ses bras, il n'avait pas envie de s'en aller, il voulait rester auprès d'elle toutes les vacances si il le pouvait, il était prêt à apprendre le transplanage ou même prendre le foutu Magicobus, il s'en fichait de la longue distance entre son quartier et le grand duplex de Dylan. « Je t'aime » se surprit-il à lui dire, dans un élan de romantisme à en vomir par terre, l'amour... Un bien grand mot, mais pour l'instant c'était ce qu'il éprouvait, ce qu'il ressentait pour elle. Mais l'amour c'est pas indestructible, et c'est bien pour ça que c'est moche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: À la maison

Message par : Invité, Dim 23 Aoû 2015 - 15:25


Terrorisée - c'est le mot exact. Bon, quelque chose d'autre, sous-jacent, serpente entre ses tripes et ses poumons, se fraye un chemin jusqu'à son cerveau qui ne parvient plus à enchaîner deux pensées. Des milliers d'interdictions lui reviennent en tête, des souvenirs imaginaires de visages familiers aux yeux écarquillés par le choc. Ça l'agace, comment peut-être penser à sa famille dans un moment pareil ? Elle connaît la réponse, qui vient d'elle-même. Parce qu'elle a été éduquée comme ça - et ce sera toujours pareil. Autant faire avec. La petite princesse blonde lâche brutalement prise, s'abandonne, et plonge tête la première dans ce qui ressemble à la plus grande offense aux règles qu'elle puisse faire.


///

Le souffle lui revient progressivement, elle retrouve, étrangement, ce sentiment après avoir fait un sport intensif, lorsqu'elle s'arrête enfin de courir et qu'elle sent devenir pure et elle-même. Elle sourit, inconsciemment. Un sport intensif, à qui le dites-vous. Elle brûle encore, mais moins, c'est légèrement passé. Elle n'avait pas imaginé que ça puisse faire cet effet-là, et elle n'avait surtout pas pensé qu'elle puisse être heureuse en n'ayant pas contrôlé la situation. Elle sent la main de Justin jouer dans ses cheveux, elle le laisse s'enfermer dans ses bras. Ça y est, ça ressemble à un bonheur pur et neuf. Elle savoure à l'avance la demi-tonne d'après-midi qui leur reste, qui ressembleront à celui-ci. Elle n'arrive plus à se projeter, elle ne pense qu'à la répétition de ce moment précis, à l'infini. Et après, Poudlard. Ça a beau être totalement interdit, l'idée même de braver les règles tyranniques du Directeur pour goûter, en prime, à la délicieuse adrénaline qui l'envahit chaque fois qu'elle se laisse tenter et qui la pousse à accepter la culpabilité qui suit inévitablement, la tente au plus haut point. Elle aurait pu rester encore des heures comme ça, Justin dans ses bras, leurs souffles dansant sur le même rythme. Mais, soudain... ❝ Je t'aime ❞ Sa voix déchire le silence installé, son cœur s'arrête. Quoi ? Elle baisse les yeux vers lui, accroche son regard. Répète ça. Il le lui a déjà dit, mais pas comme ça - et ça prend une dimension de dingue. ❝ Je t'aime ❞, répète-t-elle, presque dans un souffle, à mi-chemin entre une recherche de confirmation et une vraie réponse. Même dans un film, elle n'y aurait pas cru. Mais elle sait que bientôt, ses parents auront terminé de vendre à prix d'or les articles de luxe dans la boutique, qu'ils remonteront. Elle soupire, se lève à regret, songeant avec nostalgie, à peine debout dans sa chambre qui lui semble soudain glaciale, à la chaleur du corps du Serpentard contre le sien. Elle cherche ses habits, s'interrompt, regrette, se dit qu'ils ont le temps, sait bien que non. Mais on a toutes les vacances. Et même après, peut-être. Elle rejette cette pensée. Ne pas se projeter aussi loin. Elle attache ses longs cheveux blonds, s'étire, s'impatiente déjà pour le prochain après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Justin Davis, Lun 24 Aoû 2015 - 16:38


Justin s'étonna de la façon dont il venait de parler. Il s'était exprimé avec une douceur, avec un amour qui ne lui ressemblait pas le moins du monde, c'était Dylan qui le rendait ainsi, elle réussissait à enfouir tous ses pires défauts pour ne laisser place qu'à ce qui le rendait humain, attentionné et bon. Et ça, ça dépassait le préfet, c'était trop magique pour lui.

Et puis la lionne se leva du lit et le vert et argent se sentit plus nu que jamais, sans le corps brûlant de sa petite-amie contre lui. Il admira la vue que lui procura la suédoise, un véritable spectacle se déroulait devant ses yeux et il avait presque envie de huer quand elle eut enfilé tout ses vêtements. Bon ça aurait été carrément bizarre du coup à la place Davis se leva pour également enfiler ses fringues. Il savait que si Dylan avait échappé de son emprise c'est qu'il se passait quelque chose, qu'il devait s'en aller puisqu'amoureux l'un de l'autre comme ils l'étaient, ils seraient restés ainsi jusqu'à ce que le Poudlard Express ne reparte de Londres. Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin, il attrapa Scotty dans ses bras et lui murmura à l'oreille. « Je vais y aller, je te promets que je vais tout faire pour qu'on se voit souvent. » Il ouvrit la porte et se dirigea vers la porte d'entrée, tenant la main de Dylan. Le chat était de retour pour les embêter, même si au final il n'était pas si dérangeant que ça.

Au fur et à mesure que Justin marchait jusqu'à arriver au seuil de la porte d'entrée, il avait l'impression d'avancer vers le couloir de la mort. Il ne voulait pas s'en aller, il n'avait rien à faire de toute façon. Il voulait juste être près d'elle. C'était peut-être à cause de ses sentiments mais il voulait être près de quelqu'un de magique, le monde moldu l'ennuyait de plus en plus, malgré quelques trucs assez intéressants. Soupirant il approcha la suédoise de lui et l'embrassa une dernière fois avant de s'en aller, c'était moins romantique que d'habitude, mais c'était tout aussi plaisant. Il lui dit une dernière fois au revoir et enfila son casque pour monter sur sa bécane. Il regrettait déjà l'atmosphère si plaisante de la maison, mais il savait aussi qu'il serait très bientôt de retour...

Fin du RP pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: À la maison

Message par : Mathéo Angur, Sam 19 Sep 2015 - 22:07


RP précédent apparemment terminé, je prend le sujet, si il y a un problème, MP moi Smile

RP avec Eléane Lestrange - Torture et bain acide

Aujourd'hui n'allait pas être une partie de plaisir pour Mathéo. Faute à une grosse boulette. Il aurait voulu fuir cela. S'en dégagé. Ne pas subir ce qu'il allait subir. Mais ça va être le cas. Il le subira et il n'aura pas le choix. Mais quelle mouche l'a piqué ? Encore une crise, un client pénible et surtout un client né-moldus. Super tout ce qu'il pouvait absolument détesté. Surtout de la façon où il lui a parlé. Mathéo pouvait être gentil, mais il y a des moments ce n'est pas possible. Et évidemment sa crise, bah il ne l'a pas évité. Il l'avait laisser prendre le dessus et il a frappé. Frapper un client ! Tout ce qu'il ne devait pas faire ! Tout ! Enfin voyons. Il l'avait chercher. Mais tout cela ce serait passer inaperçu si une de ces collègue ne serait pas présente. En effet, Eléane était là à ce moment et évidemment elle s'en ai aperçu et à tout vu. Très mauvaise nouvelle pour lui parce qu'au final, bah il va prendre cher. Et elle s'en privera sûrement pas.

Cette torture, c'était elle qui lui avait proposer. Enfin une torture surtout pour Mathéo. Mais vous le verrez après. Autant garder la surprise ! En tout cas, c'était un bon chantage. Soit il se faisait virer. Surtout qu'il adorait son boulot. C'était l'endroit qu'il admirait par excellence. Et en aucun cas, il n'aurait voulu s'en faire virer. Pas de cette façon. Alors elle passa un marché à Mathéo. Qu'il a de suite et sans se poser de question répondu à la torture qu'à ce qu'il se fasse virer. En clair, dans les deux cas... Mais la torture ne durerait qu'une soirée, même s'il aura mal pendant quelque jour. Alors qu'être viré, surtout pour une chose comme ça, bah il n'en reviendrait jamais. Et bonjour pour retrouver un job après !

Mais pour tout ça, il fallait trouver un endroit. Un endroit où sa collègue s'amusera pendant que lui douillera. Il penserait qu'elle l'inviterais chez elle. Mais finalement, ça se fera chez lui. Ou plutôt, là où il habite pendant qu'il est à Londres. C'était la maison de ses parents. Celle qu'il a très peu vécu dedans. Ce soir, il n'y avait personne chez lui. Et heureusement, parce que tu t'imagines de te faire charcuter pendant que tes parents sont tranquillement en train de regarder la télévision. Et surtout en voyant une fille débarquer comme ça. Sans présentation. Ça serait drôle, mais il n'y avait personne. Ils seront seuls. Et la soirée ne faisait que de commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Eléane Lestrange
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Eléane Lestrange, Jeu 24 Sep 2015 - 20:58


LA de Mathéo accordé


Cette soirée promettait d’être parfaite, elle sentait qu’elle allait bien s’amuser avec le petit pouffy stagiaire de la BAM. Eléane avait rendez-vous avec Mathéo chez lui à Londres, bon dit comme cela on pourrait croire des choses, mais non pas du tout, disons qu’elle allait s’amuser et que lui allait souffrir. La brune avait dans son sac à main tout un attirail de torture rétrécit pour que ça puisse rentrer. On sentait dans sa démarche un petit rebond qui démontrait son excitation. Elle aimait bien faire souffrir les gens, bien que là c’était un peu différent, puisque le jeune avait accepté de se faire torturer, non il n’était pas fou, c’était juste un pouffy.

Un pouffy qui avait perdu un pari pour commencer, et ensuite un pouffy qui avait frappé un client devant ses yeux, chose totalement inacceptable. Elle lui avait donc posé un ultimatum, ou il la laissait s’amuser avec lui, ou Finrod apprenait ce qu’il avait fait. La Lestrange avait d’ailleurs été plutôt surprise de l’entendre immédiatement répondre qu’il préférait la torture, sans même réfléchir un seul instant, allez savoir ce qu’il se passait dans sa tête, il devait très certainement avoir une case en moins.

Toujours est-il que la voilà en route pour leur lieu de rendez-vous, donc la maison de ville des parents de son collègue, d’après ce qu’il lui avait dit il n’y aurait personne, et heureusement ! Donc ce soir il y aurait deux tortures différentes. Bien qu’il n’était pas au courant puisque les résultats du pari n’étaient arrivés qu’aujourd’hui et qu’il n’avait pas bossé. Le pari était à celui qui faisait le plus de ventes au mois d’août, et elle avait gagné ! Elle avait ensuite réfléchit à ce qu’elle allait bien lui faire subir, ce qu’elle avait trouvé sans trop de mal. Bien entendu, Mathéo ne savait rien de ce qui allait se passer. Et la voilà enfin arrivé à l’adresse indiquée par le stagiaire, devant une petite maison à Londres. L’ex-Serpentard se plaça devant la porte d’entrée et toqua attendant qu’on lui ouvre, ce que fit le Poufsouffle assez rapidement.

"Salut Mathy ! Prêt à perdre tes poils ? Parce que j’ai gagné le pari !"

Eléane lui fit un sourire sadique. Avant de tourner le regard vers l’escalier.

"Ta chambre est là-haut je suppose ? Viens on y sera plus à l’aise."

La petite brunette fit comme chez elle et monta les marches avant d’ouvrir toutes les portes pour trouver la chambre de son collègue. Une fois fait, enfin elle supposait et espérait que ce soit la bonne chambre, elle s’assit sur le lit et sortit tout son matériel qu’elle agrandit d’un sort, pour une épilation qui promettait d’être bien douloureuse pour le pouffy. Maintenant il ne restait plus qu’à ce que le principal intéressé s’installe !
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: À la maison

Message par : Mathéo Angur, Sam 26 Sep 2015 - 14:10


Mathéo stressait. Ce qui allait se passer était proche d'arriver. Il voulait même qu'elle n'arrive jamais à destination. Ou qu'elle se perd dans les rues de Londres. Perdu. Quelqu'un toqua à la porte et ce n'était sûrement pas le facteur. Quoi qu'il espérait que sa soit lui quand même. Mais quand il ouvrit la porte. C'était bien Eléane qui y était. La torture aura bien lieu sous son toit. Il la laissa entrer et celle-ci lui annonça :

- Salut Mathy ! Prêt à perdre tes poils ? Parce que j’ai gagné le pari !

Le pari ? Oh mais oui, quel idiot ! Il avait complètement oublier ça... Ce foutu pari où fallait qu'il fasse plus de vente qu'Eléane au mois d'août. Bon, bien. Là il était vraiment dans la mouise total. Car il avait totalement oublier ça. Et il l'avait perdu en plus. Et de loin apparemment. Il ne pouvait plus reculer en arrière et changer tout ça. Quoi qu'il advienne, même s'il n'aurait pas frapper ce client. Il aurait eu droit à quelque chose d'exceptionnel. Donc. Cette soirée serait deux fois plus intéressante pour elle. Et Mathéo ne pourra que constater les dégâts. Surtout le lendemain.

- Ta chambre est là-haut je suppose ? Viens on y sera plus à l’aise.

Sa chambre ? Cette chambre où il n'a presque pas vécu dedans avant d'aller à Poudlard. Et qui lui sert juste pour dormir lorsqu'il se trouve à Londres ! Il n'y aura rien d'exceptionnel à voir dans cette endroit qui ressortait d'un sacré feu. Cette maison à été sauvé par les pompiers. Et on voit encore les traces de brûlures dans le salon et la cuisine. Mais là, il n'y aura rien d'intéressant, car tout ce passera en haut. Dans sa chambre miteuse. Elle monta la première et Mathéo la suivit avec une petite boule dans la gorge et le stress montant à chacune des marches que l'escalier lui offrait. Une fois en haut, Eléane avait déjà trouver sa chambre et il ne s'y précipita pas. Et quand il entra. Il vit ce qu'il allait subir aujourd'hui. Tout un tas de produit à épiler était sur son lit. Prêt à l'ouvrage. Et Mathéo à contrecœur, s'installa au côté d'Eléane.

- Bien. Quand tu veux.

Souffla-t-il anxieux. La torture était prête à débuter. Et elle allait s'en faire plaisir. Car c'était partit !
Revenir en haut Aller en bas
Eléane Lestrange
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À la maison

Message par : Eléane Lestrange, Dim 15 Nov 2015 - 18:24


LA de Math' accordé


La brune due attendre quelques minutes avant que le Poufsouffle ne se décide enfin à la suivre. Elle était déjà assise sur le lit dpuis deux bonnes minutes avant qu'elle n'entendent les pas de son collègues montant l'escalier. Puis plus de bruit, mais la brune savait qu'il était là, elle le sentait juste devant la porte ouverte de la pièce où elle était, pas besoin de lever la tête pour le voir. Elle préféra continuer ce qu'elle faisait, c'est-à-dire établir l'inventaire de ce qu'elle avait, soit un chaudron remplit de cire à épilation, des tiges en bois pour l'appliquer et des bandes pour tout retirer. Souriant sadiquement au jeune homme lorsque celui-ci vint prendre place près d'elle sur le lit. Après une inspiration démontrant son stresse, il s'adressa enfin à elle, lui qui n'avait pas prononcé un mot depuis son arrivée.

"Bien. Quand tu veux."

Eléane rigola en le voyant si stressé. C'était plutôt drôle de voir la peur dans les yeux de son interlocuteur, surtout alors qu'elle n'avait encore rien fait. L'ex-Serpentard s'apprêta à plonger le morceau de bois servant à appliquer la cire chaude sur la peau lorsqu'elle remarqua que Mathéo n'avait pas pensé à enlever son pantalon, en même temps avec le stresse et le fait que ça ne devait pas lui arriver tous les jours de se faire épiler, elle aurait dû penser à le lui préciser.

"Euhm je veux bien commencer, mais pour ça il va falloir que tu enlèves ton pantalon. C'est tes jambes que j'épile pas tes vêtements, sinon ce ne serait pas marrant."

Aussitôt dit, aussitôt fait, et la brunette se retrouva face à un petit pouffy en sous-vêtement, pouffy qui se réinstalla sur le lit, toujours aussi tendu. C'était enfin l'heure de commencer la parte la plus drôle de sa venue dans cette maison inconnue, la douloureuse torture. La jeune femme trempa lentement la petite baguette de bois dans la cire jaune avant de l'en sortir. Puis elle étala encore plus lentement la cire brûlante sur une partie du tibia droit de sa victime, avant de recommencer son geste sur le tibia gauche. Elle posa le bâton sur une petite table qu'elle avait emmené avec elle et qu'elle avait agrandis pour mettre son chaudron et posé à côté du lit. Elle prit ensuite une bande qu'elle posa sur la partie pleine de cire de la jambe droite. Elle appuya un peu histoire de bien coller la bande à la cire et aux poils puis regarda Mathéo droit dans les yeux tout en faisant un sourire sadique lui annonçant de se préparer à la douleur qui allait suivre. Et enfin elle tira. Ne le laissant pas reprendre son souffle, elle continua à poser sa bande sur les lignes de cire qu'elle avait au préalable appliqué. On pose, on appuis, on tire, on pose on appuis, on tire... et ce autant de fois qu'il le faut pour arracher tous les poils sur les deux tibias du stagiaire.

"Alors ça va ? Pas trop douloureux ? Parce que je viens de te faire la partie la moins douloureuse. Qu'est-ce que t'en dis, on continu ?" Rigola la Lestrange.
Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: À la maison

Message par : Mathéo Angur, Mer 18 Nov 2015 - 14:29


Une fois fait... Ça ira mieux non ? Oh mais pourquoi.. Pourquoi avoir accepter ça. Il aimait bien ces jambes comme ça. Et puis. Mince quoi. Non, pas de marche arrière. On ne bouge plus. On se laisse faire et on arrête de stresser. On prend un bon souffle et ça ira mieux. Mais non, ça ne pouvait pas aller mieux. Il allait faire quelque chose qu'il n'avait encore jamais vu, ni qu'il ne connait même pas. Tout ce qu'il y avait en face de lui. Tout ces instruments qu'il ne faisait en aucun cas confiance. Trop tard. Ça avait commencé. Ou presque... Puisque ce con était resté habiller et comment veut-il se faire torturer s'il garde ces affaires. Du moins, son pantalon. Ses jambes seront les premiers à prendre.

- Euhm je veux bien commencer, mais pour ça il va falloir que tu enlèves ton pantalon. C'est tes jambes que j'épile pas tes vêtements, sinon ce ne serait pas marrant.

Bah ouais, c'est mieux sans. Ça c'est sur. Épiler. Mot qui ne connait même pas. C'est ce mot qui veut dire tout cette souffrance ? Enlever les poils d'une manière qui te torture la peau ? Mathéo rayera ce mot de son dictionnaire. Il fait déjà très mal ce mot. Alors qu'Eléane ne l'avait encore pas toucher. Ah bah génial.. En tout cas, il enleva rapidement ce qu'il avait à enlever pour qu'Eléane puisse véritablement commencer...

Chaud, brûlant, visqueux, dégueulasse. Argh... Qu'est-ce que c'est que ce p*tain de machin ! Oh et puis elle allait lentement bien sûr. Pour que ça s'applique bien sûr ces jambes ! Du moins, une partie de son tibia...  Et puis, elle posa un truc collant. Ouais ça collait. Ça collait dur. Nan mais attend, c'était ça qui arrachait les poils ? Mais comment on l'enlève ? Et puis Eléane qui prévient que ça va faire mal. Où est-ce qu'elle veut en venir ? Bah à peine se pose-t-il cette question qu'elle tira sur la bande pour l'enlever d'un coup. Un cri de douleur et de surprise sonna dans la pièce.

Et c'était que la première. Car, à peine eut-il le temps de se remettre de ses émotions. Ses mots n'ayant pas eu le temps de sortir de sa bouche d'ailleurs. Eléane reprit cette même manière de faire et les cris de douleurs retentirent à chaque fois qu'Eléane tirait sur la bande. Sur les deux jambes. Continuellement, jusqu'à ce qu'aucun poil ne reste sur ces tibias. Mathéo avait mal aux jambes. Mais ça allait. Il aurait pu croire que ça aurait été pire. MAIS, Eléane ça vite lui faire comprendre que c'était loin d'être fini...

- Alors ça va ? Pas trop douloureux ? Parce que je viens de te faire la partie la moins douloureuse. Qu'est-ce que t'en dis, on continu ?

La partie la moins douloureuse ? Qu'est-ce que ça veut dire ? Qu'il y avait plus douloureux que ça ! Oh bordel. Non, il voulait pas savoir où elle allait continuer à le faire. Mais, il savait maintenant que ce n'était que le début et qu'il allait douiller. Mais c'est pareil. Maintenant qu'il avait commencer. On ne fini par sur un travail à moitié fait. Pas terminer.

- Euhhh... Oui... C'est par où la prochaine étape ?

En fait... Il voulait pas savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: À la maison

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 8

 À la maison

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.