AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 7 sur 8
Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard

Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Megan K. Hayajân, le  Jeu 30 Nov - 21:13

____________________


Des couleurs. Des couleurs sans cesse, et plus que ça pour rythmer sa vie. Des couleurs qui s'étirent, se nuancent, cavalent et viennent se nouer dans ses cheveux, sur ses joues, dans l'orage de ses yeux. Des bleuets lancinants pour les petites douleurs, les jalousies de mauvais goût, les peurs tandems qui finissent jetées et piétinées sur le macadam. Des jaunisses violentes pour les jours de grand soleil, les rayons qui s'étendent sur le canevas qu'elle tisse soigneusement. Des coquelicots empourprés pour les colères, les démons, les pulsions. Toutes les passions qui la tourmente finissent dans du rouge sanglant. Des pâquerettes pour la fatigue et la violence de ce qui l'anime : pourquoi elle, comment elle, et ça et ça ? Puis la chrysanthème, la dernière, au nom de sa finitude et de sa naissance. La chrysanthème au naturel, posée sur le pied du lit et qui sent, embaume... pas seulement l'odeur mais le corps. Des violettes au dessus. Des couleurs.

C'est par couleur qu'elle aimerait répondre à cette nana, parce qu'à force de les voir de partout, elle se sent plus familière avec les nuanciers qu'avec les mots étoilés qui se jettent, abrupts, de ses lèvres. Elle aimerait être rassurante, douce, attrayante. Elle n'est rien de tout cela - le torchon abîmé qui finit en patte à poussière, le dessin fané accroché sur le frigo depuis dix ans. De ces petites choses qu'on oublie, que l'on chasse de sa mémoire et quand on les retrouve c'est de grands -oh mais tu étais là toi - qui finissent aux ordures parce que j'ai vécu sans toi si longtemps... tu ne me sers plus à rien, plus même à être un souvenir. Mais elle se contente, Megan, de réponses niaises et de rougissements stupides.

« - C'est pas volontaire. Ca vient tout seul, même quand je préfèrerais pas. Genre là. »

Elle dit rien pour la main dans ses cheveux. Faut dire que ça fait longtemps qu'elle se laisse plus approcher, en bon chat sauvage, mais là... elle se sent dans une bulle, un demi-monde dans ce couloir, et ce léger contact n'est rien d'autre qu'un peu de baume au coeur. Harmony. Pour Megan, la couleur des fleurs fanées - Hayajân veut dire faner, ma chérie - et pour Harmony, de la musique, n'est-ce pas ? Un rapprochement si facile... Mais la brunette lui verrait bien les mains sur un piano ) faire valser les notes pour enchanter les âmes. Ca non plus, elle ne le dira pas.

« - Qu'est-ce que tu fais là, Harmony ? se délecter de chaque syllabe, vraiment. Tu rêves ? »
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Harmony Lin, le  Mar 12 Déc - 0:57

Comme toute mon attention est attirée par ces formidables phénomènes, je ne vois pas Megan rougir. Je ne vois qu'une fille qui a la capacité de faire quelque chose de merveilleux. Quelque chose d'unique. Quelqu'un d'unique, tout simplement. Et je souris, doucement, les yeux pétillants d'une joie palpable. Le cœur plein d'émotions nouvelles. De belles émotions.

- C'est pas volontaire. Ca vient tout seul, même quand je préfèrerais pas. Genre là.

Soudain, ajouté à la fascination s'ajoute de la curiosité. Une envie d'en savoir plus. De l'aider à comprendre la raison de ce phénomène étrange mais si impressionnant. Serais-ce lié à ses émotions ? Serais-ce aléatoire ? Il reste tout à apprendre. Tout à découvrir.

Megan ne me repousse pas quand je passe ma main dans ses cheveux, observant de plus prêt ces mèches roses que j'aime déjà. Un instant s'envole. Une minute se passe où personne ne dit rien. Règne autour de nous la beauté de l'instant présent. Sa douceur. Moi, toujours les yeux dans les étoiles. Les pieds sur Terre. Tout comme ma tête. Avec Megan. Mais tout ce qui permet de voir plus loin que la terre ferme reste haut dans le ciel. Ce tout cherche à aller toujours plus haut. Et peut être qu'un jour, nos rêves atteindront des sommets ? Jusqu'à aller rejoindre le firmament ? Jusqu'à atteindre toutes les personnes chères parties ? Les rêves sont grands dans cette petite tête.

- Qu'est-ce que tu fais là, Harmony ? Tu rêves ?

Les yeux reviennent sur Terre accompagnés du cœur. Je dévisage celle qui est encore coincée dans la marche. L'air de redescendre d'un nuage. Elle ne pourrait pas viser plus juste. Sauf que je rêve constamment. Les rêves sont mon moteur. Mon carburant pour avancer plus loin.

- J'allais voir les étoiles quand je t'ai vu. J'ai cru que tu faisais partie du rêve. Mais j'ai voulu vérifier et ça n'était pas le cas. Tu étais là.

Je la regarde, pas sûre d'être claire. Les mots ne viennent pas. Ils sont bloqués. Je fais une moue insatisfaite. Retourne les phrases dans ma tête. Les rassemblent. Les démêlent. Et puis, une suite arrive. Traverse le seuil de mes lèvres.

- Je n'ai pas voulu te laisser seule. Je ne voulais pas que tu ais froid.

Je regarde la veste, souris. Je suis contente que ça la réchauffe même si je commence moi-même à avoir un peu froid. Puis je regarde son pied. Ça doit être inconfortable. Il serait peut être temps de l'aider plutôt que de discuter ? Je réfléchis. A un moyen de la sortir de là. Puis, alors que mon cerveau tourne, ma bouche décide de partager les pensées qui traversent ma tête.

- Et toi ? Comment t'es-tu coincée ici ? Tu veux que j'essaye de te sortir de là ?

Les pieds définitivement sur Terre. Le regard toujours tourné vers loin devant mais cette fois-ci, au sol. Je veux l'aider. Et pour ça, il faut que je réfléchisse. Pour ça, il faut que je revienne sur cette planète qu'est la notre. Pour ça, je dois me concentrer.

Et pourtant... Un dernier regard sur les cheveux. Regard plein d'étoiles. Regard fasciné. Etoiles qui peu à peu disparaissent pour laisser place à un air sérieux.

Le soleil s'est levé dans les yeux de la jeune fille. Plus d'étoiles en vue. Remplacées par de simples reflets brillants, toujours présents. Reflets de la lumière intérieure de la sorcière au prénom musical et aux yeux couleur océan.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Megan K. Hayajân, le  Mar 19 Déc - 17:25

LA d'Harmo

____________________


Une autre amoureuse des étoiles, alors ? Ce phénomène a toujours fasciné Megan. Child of the cosmos. Elle avait tout de suite adoré l'Astronomie, bien que transformer en matière scolaire une nature si incroyable semble une offense au ciel. La tour d'Astronomie avait toujours été son repaire, l'îlot qu'elle transformait en boudoir quand le sommeil refusait de venir à elle. Elle aimait ce calme, cette tranquillité, et la vue imparable que cela offrait sur l'immédiat et l'irréel, sur le parc et bien entendu, sur les astres. Les levers de soleil n'étaient franchement pas mal non plus... Mais là, elle revenait simplement des cuisines et s'était perdue après une clope. Elle avait le pied profondément enfoncé dans le piège et comme elle réagissait de manière... très particulière au stress, elle s'était endormie.

« - Je veux bien un coup de main, oui, merci. »

A peine avait-elle parlé qu'elle s'auto-flagella pour s'être montrée si froide. Ce n'était pas volontaire - juste que quand son esprit formait de belles phrases, elles s'écorchaient sur le bord de ses lèvres et devenaient une toundra hostile. D'une certaine manière Megan ne pouvait qu'envier les douces et délicates jeunes filles, comme Harmony, pour qui le social et les conventions semblaient être innés. La belle brune aux yeux tourmalines avait une facilité déconcertante à placer les bons mots au bon moment tandis que notre empotée s'enfonçait dans son affligeant handicap social.

« - Tu sais, je suis pas un glaçon. Fin, si, si sans doute un peu. C'est maladif. Mais j'essaye d'être gentille et ouverte là... »

Avec l'aide d'Harmony, elle tira son pied du piège. Sa cheville était bleue et gonflée, aussi elle reprit place très rapidement sur la marche, s’asseyant en essayant de grimacer le moins possible.

« - J'ai jamais été douée pour les rencontres. »

Et en réalité, elle n'était pas spécialement plus à l'aise après...

Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Harmony Lin, le  Ven 19 Jan - 0:14

Quand je lui propose enfin mon aide pour retirer son pied de la marche, je me sens un peu stupide. Parce que j'aurais dû l'aider dès le départ. Mais toute perdue que j'étais dans mes rêves et dans cette rencontre fortuite, je ne l'ai pas fais. Alors il est temps de me rattraper...

- Je veux bien un coup de main, oui, merci.
Tu sais, je suis pas un glaçon. Fin, si, si sans doute un peu. C'est maladif. Mais j'essaye d'être gentille et ouverte là...  


Je lui souris. Comme pour lui dire que ça n'a aucune importance. Et que je sens qu'elle fait des efforts. Ou au moins que je ne sens pas vraiment que c'est un glaçon. Je suis aveuglée par le sentiment qui m'envahit moi. Une profonde joie de cette rencontre. L'impression qu'on sera inséparable pour le reste de nos années à Poudlard. Peut être même après ? Qui sait ? Mais c'est une impression qui ne me quitte pas.

Puis mon attention est attirée par autre chose. Par sa cheville bleue. Par la grimace sur son visage. Qu'elle tente de cacher. Je fais la moue. Je n'arrive plus à penser à autre chose. Comme lorsque que j'avais rencontré cette femme coincée dans une boutique. Dont je ne connaissais sans doute que le surnom. Tina. Qui était blessée après que j'ai échoué à la sortir de là où elle se trouvait.

- J'ai jamais été douée pour les rencontres.

J'entends à peine ses paroles. Je les range dans un coin de ma tête. Sors ma baguette à la place de ma langue. Pas de réponse donc. Pas pour l'instant. Juste un mouvement de main. Un murmure.

- #Curos As Velnus #Episkey


Deux sorts lancés. Un pour atténuer la douleur. Un autre pour soigner la blessure. Je ne sais pas s'ils seront des plus efficaces. Je m'entraîne depuis des années pour les faire de façon correcte mais on est jamais à l'abri d'un échec. Puis, mon attention retourne à ma nouvelle amie. A ses paroles. Je la regarde. Je souris.

- Moi je trouve que tu t'en sors très bien ! Je t'apprécie déjà beaucoup !

Comment expliquer cette sensation d'être proche avant même de l'être ? Peut être me prendra-t-elle pour une folle ? Je ne sais pas. Mais en tout cas, je parle et j'agis avec mon cœur, ça c'est une certitude. J'espère juste qu'elle le comprendra. Et qu'elle ne s’enfuira pas. Maintenant que je lui ai rendu sa liberté.
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Megan K. Hayajân, le  Jeu 8 Fév - 0:41

____________________


Elle est gentille, cette nana, tout simplement. Megan s'en rends bien compte. C'est une évidence, ça crève les yeux. Elle se sent même un peu gênée. Elle est pas habituée à ça... elle connait pas trop, les marques de gentillesse, les politesses et les sourires. Elle se mords la lèvre et se ses joues se crispent. Elle adorerait savoir faire. Glisser sur les mots, plaire aux gens. Mais elle sait pas faire ça. Alors elle se contente de hausser les épaules et de tenter une moue satisfaite.

Harmony soigne sa cheville. Elle le comprends plus qu'elle ne connait ce sort. De toute façon, elle serait bien incapable de le jeter. Pourtant, elle ne se sent pas humiliée devant cet étalage de talent. Sa comparse d'une nuit a quelque chose de rassurant. Elle n'a ni regard supérieur, ni petite moue boudeuse. Elle se contente d'être là, d'aider tout simplement. Meg se laisse faire. Elle trouvera le moyen de l'aider à son tour, de lui rendre la pareille.

- Moi je trouve que tu t'en sors très bien ! Je t'apprécie déjà beaucoup !

Outch. Megan a les yeux écarquillés. Elle reste bouche-bée, un peu tremblante. Que voulez-vous répondre à ça ? Meg se redresse, s'époussette de partout. Elle ne veut rien répondre. Elle veut juste partir. Megan a peur de ce genre de choses, de mots gentils... Elle ne supporte pas ces élans volontaires du coeur. Elle ne peut surtout pas s'empêcher de se sentir incroyablement impliquée dans ce début de relation amicale... Meg déglutit de travers.

- Je ... veux... heu... je vais... dortoir ! Bonne nuit !

Megan file. Elle ne dit rien de plus, ne se retourne pas et dévale les marches quatre à quatre. Elle ne pense plus qu'à une chose, se planquer dans les cachots et ne plus jamais pointer le bout de son nez. Plus. Jamais.
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Harmony Lin, le  Lun 12 Fév - 21:42

Quand les paroles sortent de ma bouche, elles n'ont pas l'effet attendu. Megan a l'air choquée. Dans le mauvais sens du terme. Elle se redresse. Et j'ai soudain peur que ce dont j'avais peur se réalise. Que lui avoir rendu ses ailes la fasse s'éloigner loin de moi. Et plus les secondes passent, dans le plus grand des silences, plus je sens que je vais être déçue. Je n'aurais pas du dire cette phrase. Je m'en veux déjà, tandis que je la vois s’épousseter les vêtements.

- Je ... veux... heu... je vais... dortoir ! Bonne nuit !

Elle part. Comme ça. Une gêne évident s'est sentie dans sa voix. Elle ne savait pas quoi dire. Je ferme les yeux et le poing suit. Je soupire. Baisse la tête. Mais qu'ais-je fais ? Ça semblait si bien parti et j'ai tout gâché... Moi qui m'étais relevée quand elle l'a fait aussi, je retombe brutalement sur la marche. Soupire à nouveau. Met ma tête dans mes mains et broie du noir. Quelques secondes. Quelques minutes peut être.

Mais un bâillement m'arrache à mes sombres pensées. Il est tard, je devrai retourner à mon dortoir. Alors je me lève et pars, une sensation d'échec dans le creux du ventre. J'espère ne pas avoir loupé ma chance de faire de Megan une amie...

[Fin du RP]
Hillarius Ludwig
Hillarius Ludwig
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Hillarius Ludwig, le  Sam 10 Mar - 19:35

Ôde à la maladresse
RP avec Elhiya Ellis

Hillarius s'évadait quelques instants, archet, en main le regard perdu dans les couloirs, les tableaux, la pierre du chateau. Plus personne. Il se sentait libre, seul. Trop seul? Il ferma les yeux. Alors, il imaginât devant lui le plus grand des publics, tout visage posé sur lui, les lumières, les projecteurs, des yeux brillants. Tout une assemblée. Une salle immense, un stade. Les yeux clos il laissa échapper un frisson. Le concerto pouvait commencer.

Waltz n°2. Dimitri Shostakovitch


Quelques cordes pincées, puis l'archer se posa délicatement contre les cordes de son violon. Les notes se perdaient, dans l'air. Doucement. Puis la méoldie s'étoffa. Tout en jouant, le petit bonhomme tournait sur lui même, laissant flotter tout autour de lui les tissus noirs de son uniforme. Ses yeux se fermèrent doucement. Ses pieds tapaient en rythme le carrelage.

Mais il se rapprochait dangereusement pas à pas d'un escalier à la descente raide. S'en éloignait, revenait, pas à pas, la chute lui tendait les bras... On aurait pu croire qu'il jouait avec ce risque. Mais, lui ne voyait rien, il était porté par la musique, et la danse endiablée qu'elle lui faisait faire. Rien ne l'arrêtait. Des tableaux se tournaient vers lui. Certains amusés, se laissait porter par la mélodie, d'autres fuyait ce garçon bruyant. Mais d'autres commencèrent à apercevoir ses pas maladroits se rapprocher de la descente.

"Hé Monsieur ! Monsieur, faites attention devant vous ! Vous ne voyez pas? JEUNE HOMME !"

A vrai dire, non. Il ne voyait pas vraiment quoi que ce soit, ni n'entendait personne. Il n'existait que lui et son public imaginaire. Et au bord du gouffre, des boucles blondes virevoltaient, l'archet frotté avec insistance sur les cordes crachaient tous ses crins, priant presque pour que cela s'arrête.

Improvisant, le morceau de Shostakovitch à sa guise, tout le corps en action, le petit garçon, finit par jouer une dernière note au milieu du passage "à la renverse", glissando !

Plus une note, plus un son plaisant. La chute ne pardonnait pas. Il trébucha sur sa robe et dévala les marches de pierre les unes après les autres. Il serra par réflexe son petit instrument contre lui, le protégeant du choc du mieux qu'il put. Le corps plein de bleus et les yeux légèrement humide, Hillarius atterrit sur les fesses et se réceptionna de justesse sur la dernière marche de l'escalier magique. En dessous de lui, le vide. Et ses jambes pendant tout au dessus.

"OuAAAAAH !! Au secours ! "


Mince, il ne l'avait pas vu venir, ça... Le coeur qui s'emballe ! Les larmes qui montent... Et... quelqu'un qui vient? Que ça ne soit pas son imagination, par pitié.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Elhiya Ellis, le  Sam 10 Mar - 20:58

Les souliers dans le vide se balancaient au rythme de quelques notes de violon venue de nul part. Une agréable mélodie, bien qu'inconnue rendait l'attente moins irritable. Ans les  couloirs, le début de la nuit devait avoir inspiré un quelconque mélomane désireux de partager sa passion. Les mèches blondes penchées vers l'avant ne cherchaient à savoir d'où la caresse musicale parvenait, préférant débattre illusoirement du remps necessaire au retourdes escaliers disparus.

Encore 5 minutes, ou 10, de quoi profiter un peu de ce chant de corde se rapprochant. Qu'importait l'oreille était ravie et se prêtait volontiers a dessiner sur les lèvres de la jeune fille un sourire enchanté. Si ses doigts savaient manier des mondes peuplés de couleurs pastel, elle  été restait admirative de ceux, plus doués qu'elle, capable d'embarquer dans un tourbillon de sonorité quiquonque les entendait. Une magie différente de celle que leur inculqué Poudlard..

Mais l'arrivée des marches facétieuses forçait la demoiselle a quitter son perchoir pour partir et s'éloigner supposément de l'air enchanteur.  Sauf que de quelques pas sur le sol, l'intensité de chaque notes s'intensifiait.-tout comme l'animation des tableaux- Surprise, les opales claires avaient cherché la raison de cette étrange impression. Mais le passage d'un gamin tenant un instrument entre ses mains suffit pour réponse à toit questionnement.

Dans sa bulle, le violoniste lui était passé devant, inconscient du monde qui l'entourait et de sa robe trop longue capable de le faire chuter. Quelques mots s'étaient échappés de sa bouche, juste pour mettre en garde le gosse, mais aucun ne l'atteignirent alors qu'il entamait sa course folle vers le vide. Ces maudit escaliers avaient décidé de se balader de nouveau, se moquant du parcourt de ses occupants.

La respiration coupée un instant, Elhiya avait observé le drame comme au ralenti, sortant sa baguette pour jeter sur le malheureux de quoi lui éviter chute et impact plusieurs mètre plus bas. Grave au ciel, a Merlin, ou a n importe quel autre croyance, le mouflet avait atterri sur son postérieur à même le sol. Arrivée à son niveau très rapidement, la blondinette s' était agenouillee à son niveau et faisait en sorte d éviter toit geste brusque en lui tendant la main

-Hey! Ça va, t'inquiète pas. Mais recule doucement en arrière. Si t'as peur de tomber ne bouge pas et laisse moi faire.

Réflexe primaire en fonction directement : le regard vérifiait qu'outre le choc psychologique le garçon ne se soit pas blessé. A première vue rien. Il lui suffisait donc de le calmer pour le ramener plus haut sur les marches. Le sourire doux et rassurant sur les lèvres, Elhiya montrait d'un coup de tête la direction qu'elle voulait que l enfant prenne.

-Recule tout doucement, ne pense pas a tes pieds..
Hillarius Ludwig
Hillarius Ludwig
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Hillarius Ludwig, le  Mer 14 Mar - 22:01

LE VIDE ! Et tout en bas ces descentes d'escaliers mobiles et infernales.

Une main sur mon épaule ! Je sursautai. Y avait bien quelqu'un. Quelqu'un se tenait tout juste derrière moi, la baguette tendue. Paniqué je n'osai plus bouger. J'allais mourir comme ça? Non. Reprends ton souffle. On te regarde. Tout le monde te regarde. Inspire, expire...

-Hey! Ça va, t'inquiète pas. Mais recule doucement en arrière. Si t'as peur de tomber ne bouge pas et laisse moi faire.

Oui, j'avais peur ! Terrifié. La main crispé sur mon violon, mes yeux cherchant l'archet que j'avais du faire tomber dans le vide. J'essayai alors de me concentrer sur cette voix. C'était ma seule bouée. Ma seule accroche.

Mes pieds tremblants semblaient glisser, vouloir être attirés par ce vide immense si dense. Je vis alors dans ce panorama qui semblait tournait autour de moi, un visage, bien précis, un regard bienveillant, sauveur. Un regard de fille.

Je n'osai rien dire tant mon mon coeur battait la chamade. Mes lèvres articulaient devant cette jeune sorcière des choses incompréhensibles. Je me sentais minable. Je me tut. Mais la fille me répondit par un simple sourire et un mouvement de la tête.

-Recule tout doucement, ne pense pas a tes pieds..

Elle m'indiquait de la tête quelque chose. La marche que je sentais derrière moi, pouvait me servir d'appui, en effet, puis l'autre au dessus, et l'autre. La pierre était glissante mais... j'étais idiot. J'aurai pu m'en rendre compte tout seul et prendre mon courage à deux mains.

Je déglutit et m'exécutai. Une main... doucement après l'autre. Allez... Doucement. En levant lentement la tête je sentais ce regard me dévisager. La honte ! Le pire sentiment qu'il existe et que j'éprouvai pourtant si peu. Ne pas y penser. J'étais si près du but.

Presque arrivé en haut, de nouveau, je redressai ma tête vers ma sauveuse. Au moment où j'allais lever ces yeux en me retournant, je me rendis alors compte que ces derniers étaient noyés de pleurs. Des larmes coulaient sur mes deux joues rougies, sans que je puisse les retenir. Dans un excès de honte et de panique, j'essuyai un geste vif pour chasser ces larmes, en m'appuyant un peu lourdement sur un côté.

Ma prise glissa.

Non.
Non...
Pas ça, non,
Pas là,
PAS MAINTENANT
VITE, NON


Un cri suraigu. Une main tendue. La mienne. Et l'espérance de me raccrocher à quelque chose. Et des larmes, encore ces fichues larmes qui coulaient partout. Je vais mourir.

"AAAAAAAAaaaAAAH, NOooOOOON !! "
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Elhiya Ellis, le  Jeu 15 Mar - 17:10

LA mutuel

Le mouvement des lèvres du garçon formaient une danse incongrue et quasiment silencieuse. Impossible de saisir le sens des sons qui tentaient de s’échapper maladroitement de la bouche pâlotte. La peur et l’anxiété bien trop présente, se contentait de créer une barrière de communication que la blondinette pouvait aisément comprendre. Malgré ses récurrentes maladresses, jamais une marche n’avait menacée de l’envoyer dans le vide, faute à son affection pour les espaces vides sous ses pieds, très certainement. Néanmoins, la plupart des autres élèves avaient tendance à vouloir éviter ce genre de sensation, ce jeune aiglon notamment. Aussi, décidait-elle de continuer à veiller sur sa progression vers l’intérieur des escaliers.

Un doux sourire aux lèvres, l’encouragement silencieux l’accompagnait pendant qu’il gravissait cette montagne illusoire à reculons. Une puis deux, la frêle sécurité grandissait à chacun de ses nouveaux appuis, si le gosse continuait comme ça les larmes se changeraient en rire cristallins et histoire risible à raconter à son retour au nid. L’ascension était lente, mais suffisante pour que tout danger soit écarté. Des commissures de lèvres redressées offertes en guise de réconfort primaire, la demoiselle partait à la recherche d’un mouchoir en papier dans son sac avant de reprendre la parole.

Le nez dans un fourbi assez conséquent, le précieux objet ne voulait se montrer. La main fouillait dans chaque recoin de la besace quand un cri suraigüe mit fin instantanément aux recherches archéologique. D’un sursaut de surprise, el cœur battant, le réflexe principal de la sorcière avait été de pointer sa baguette sur le gamin.

« Levicorpus »

Suspendu dans les airs, la tête à l’envers, la chute du jeune aiglon s’était stoppée. La position ne devait pas être des plus agréables, mais un pouffement de rire avait échappé à Elhiya qui inclinait la tête en regardant le garçon.

« Désolée, ça me semblait plus simple pour t’arrêter. Je vais te faire descendre et je te récupère, d’accord ? »

De quelques pas de plus, elle était partie à son encontre et resta quelques instant dessous, baguette toujours en l’air, pour pouvoir le réceptionner. L’idée lui semblait plus judicieuse et plus raisonnable que le faire atterrir directement sur les escaliers. Malgré son amusement, éviter d’avoir à expliquer un jeune Serdaigle avait fini par embrasser la pierre plusieurs mètres plus bas restait la meilleure des options envisageable. Et tant pis si cela nécessitait de se retrouver avec un moufflet dans les bras quelques minutes.

« Liberacorpus »

Ne sachant pas trop comment le sortilège prenait fin, elle avait machinalement levé les bras pour intercepter le gosse avant qu’il ne touche terre. Si l’intention était bonne, la manœuvre restait maladroite, gratifiant le Bleu et elle-même d’une bosse sur la tête. Collision involontaire inévitable. Penser que le garçon n’était pas une plume malgré son jeune âge aurait pu être pas mal. Mais trop tard, ce fut donc d’un postérieur embrassant les dalles des escaliers qu’Elhiya effectua son sauvetage. Douleur vive la faisant fulminer un instant, avant de reposer les yeux sur le gosse bloqué dans ses bras en pouffant de rire

« Ça devrait le faire, on ira pas plus bas. Tu peux te relever ? »

Sa prise s’était déliée, attendant de pouvoir récupérer sa liberté, mais espérant surtout qu’il ne fonde pas en larmes après-coup.
Hillarius Ludwig
Hillarius Ludwig
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Hillarius Ludwig, le  Lun 19 Mar - 23:06

Mon coeur tambourinait encore dans ma petite poitrine, les yeux dans le flou. Je venais à peine de comprendre ce qui venait de se passer. La main serrée sur les cordes de mon violon, à m'en faire mal, je fixais sans comprendre, la jeune fille qui semblait m'avoir secouru. Et étrangement dans ma tête tournait encore en boucle la valse n° 2 de Shostakovitch.
Je me trouvais sur elle, la tête enfoncée dans mon col trop large, les yeux révulsés. Elle riait.

« Ça devrait le faire, on ira pas plus bas. Tu peux te relever ? »

Silence. J'ouvris les lèvres, tentant d'articuler quelque chose. Puis il sortit de là de petits rires qui ressemblait plus à des hoquets. Lentement, je me levai, encore sous le choc. Je ne pleurai plus. Je m'accrochai juste à la rampe, tournant le dos à cette fille.

Réfléchir. Qu'est ce que j'allais dire? Qu'est ce que je devais faire, avec mon visage, mes mains, mes bras? Dédramatiser. Oui.

Je me retournai vers elle, le visage remis un peu en lumière et lâchai une tentative de rire, teinté d'amertume, un rire... faux? Je fixais des yeux l'élève de Serpentard. Je sentais que dans mes manches, mes mains tremblaient. Ma mâchoire toute serrée devait me rendre laid. Je lâchai avec difficulté un petit.

"Merci..."

Très court silence.

Non, non ! Ne pas... Trop tard. Ca coule encore? Le rire bancal se transforme en sanglots ! J'essaie désespérément de le couper avec un petit rire. Puis peu à peu je sens que mes mimes se transformes en quelque chose de plus sincères. De vrais rires nerveux qui sortent de ma gorge, des rires de panique noyés dans des larmes que je tente de cacher du bras puis en faisant volte face de nouveau.

Je veux monter lentement les escaliers, mon violon pendant à mon bras, recouvert du tissu bleu de mes manches. Mais même mes pas ont perdu leur rebond, leur grâce, ils sont lourds, et lents.

Je vais remonter et m'enfuir... La honte...
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Elhiya Ellis, le  Lun 26 Mar - 16:08

LA Mutuel

Pas de larme, ou du moins pas réellement. Noyées dans un rire nerveux, elles se voulaient discrètes coincées à l’orée des paupières alors que l’enfant fuyait. Tentative de reprendre contenance bien reconnaissable. Se levant à son tour, la blondinette époussetait sa tenue avant de regarder le gosse dont l’esprit ne semblait pas avoir réussi à se focaliser de nouveau correctement. Léger choc comme fautif, son regard fini par croiser le sien.

Un remerciement, puis un nouveau déferlement de nerfs trop fragile… Spectacle risible d’un enfant appelé voulant jouer les grands... ridiculement commun et tragique… Et dans sa représentant, la fuite étaient bien entendue la meilleure des solutions à adopter…

Désabusée, la blondinette soupira lourdement avant de rejoindre le gamin, stopper sa lente marche et le bloquer avec douceur dans ses bras avant de poser sa tête contre la sienne.

-Attends un peu avant de remonter. T’es pas en état…

Le temps du baby-stting semblait bien loin, néanmoins les réflexes étaient toujours présents, enfouis dans un coin de son être, graver dans une part d’elle qu’elle ne soupçonnait pas. Les mômes grandissent toujours, ils finissent par partir, disparaitre, ingrats et mal élevé, lui tournant le dos comme si le monde leur appartenait… insupportable écoulement du temps qui l’agaçait toujours un peu. Et pourtant, les doigts fins étaient partis se faire apaisant, gratifiant d’une légère caresse la tignasse de l’aiglon encore au stade du poussin dans l’œuf.

-Inspire profondément, c’est rien, on est plusieurs dans ces couloirs, on t’aurait pas laisser chuter dans le vide

Vérité somme toute possible. Du nombre de farces dont les escaliers faisaient preuve, jamais la Verte n’avait entendu parler d’un impact d’élève plusieurs mètres plus bas. Si ça avait eu lieu, l’incident avait été caché. Mais les idées, peut habituées aux paroles réconfortantes n’avaient trouvés que ce genre de phrases à confier au moufflet apeuré. Serré contre son cœur, elle attendait qu’il arrive enfin à prononcer une phrase, un mot sans que les sanglots ne viennent s’étouffer dans sa gorge.

-ca va mieux ?
Hillarius Ludwig
Hillarius Ludwig
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Hillarius Ludwig, le  Sam 31 Mar - 18:34

"Oui, tout va bien ! "

Je me tournai d'un coup vers elle. Un grand sourire qui venait trancher, balayer mes larmes, ma honte. Haha... C'était juste une blague, je pleurais pas vraiment en fait. Des effets spéciaux. Je suis magicien, tu sais. Illusioniste. Tu ne sais pas différencier le réel du faux?

[ET TOI?]


Moi? Moi, je sais toujours. C'est moi qui ai les cartes en main après tout, non? Je sais manier les papillons de jour et de nuit, poète, musicien, prestidigitateur, et j'embrouille tout le monde. C'est pas vrai?

[PEUT ÊTRE PAS TOUJOURS]



Proche de moi, Elhiya avait posé ma tête contre elle, me rassurant. C'était très gentil de sa part. Je lui était extrêmement reconnaissant. Alors que je songeai encore à ce vide, cette brèche qui s'était ouverte, je me raccrochai à cette fille, comme une bouée de sauvetage, le maitre nageur qui m'avait ramenée sur la berge. Le problème.... le problème c'est qu'elle avait lu en moi. Je me sentais nu, comme découvert. Le vrai petit garçon peureux qui était en moi venait de s'ouvrir à quelqu'un. Je détestais cette sensation de vent soufflant sur mon coeur fin. J'avais froid.

Je n'avais pas le choix, pourtant. C'était trop tard. Mais il fallait que je lui dise quelque chose. L'empêcher de dévoiler ce dévoilement à d'autres.

"Comment tu t'appelles?"

"Elhiya"

Quel beau nom. Il sonnait comme une brise mélangé à un court d'eau douce. Un courant. Prends ton souffle à deux mains.

"Elhiya... Dis, tu... Tu ne le diras à personne, hein? "

Un demi-sourire forcé sans aucune saveur.

"Je suis jamais tombé dans l'escalier, hein? C'était juste... C'était juste un rêve. Pas vrai?"

J'avais encore les yeux humides. Mais cette fois mon regard était dur, coincé au loin. Fixé sur l'attente d'une promesse. J'étais trop fier. D'un coup beaucoup trop dur pour mon âge. J'avais encore peur de ce souvenir vide et immense. Je tentais de l'éloigner de mes yeux, de mes pensées.

S'il te plait, Elhiya. Oublie tout ça. Que tout le monde oublie.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Elhiya Ellis, le  Dim 1 Avr - 20:41

Un sourire, un faussaire, une simple illusion requête de besoin de liberté que la blonde offrait en détachant doucement ses bras. La prise disparue, ses opales fixait le gamin toujours à ses côtés, sourire en coin figé sur les levres, attendant qu'il prenne son envol vers d'autres marches, ou qu'il s'effondre à nouveau. La patience maternelle était supposement sans limite, une petite goutte de ce don semblait vouloir subsister et s'illuminer au contact de l'enfant, à ses mensonges.

Elle écoutait, observait, gardait le silence sauf pour donner son prénom. Etiquette inutile qu'elle concedait à offrir si celle-ci pouvait être un point de repère quelconque à l'apaisement du gamin. Cela semblait necessaire vu les requêtes suivantes. Un desir d'oubli, de prétendre que rien ne s'était passé, accéder à une vérité deguiser pourse rassurer et avancer. Les mèches blondes avait validé la doléance, comprenant que parfois mystifier les événements était ce dont l'esprit avait besoin. Le sien, notamment fonctionnait de la meme facon.

Alors les commissures de lèvres s'étaient redressées dans une douce ligne pour appuyer sa réponse muette. Le marmot voulait que rien ne fut, alors rien ne serait, et ces prunelles humides, ce regard dans le vide n'avaient du coup plus aucun sens.

-Très bien petit violonniste, oublie ca, tu t'appelles comment au fait?

Le ton enthousiaste, un peu forcé, accompagnait un ebourrifage de tête dans les regles de l'art. Des épis ornaient la bouille de jeune sorcier, lui conférant ses airs d'endormi. Elhiya pouffait directement avant de montrer d'un cou de menton la ditection de la salle commune des aiglons.

-Je te t'accompagne et tu me diras où t'as appris à jouer. Je t'ai deja entendu plusieurs fois. T'es doué

Partir sur un autre sujet. Délier la langue en la nourrissant d'explications traitant d'une passion. Une manière comme une autre d'occulter
Hillarius Ludwig
Hillarius Ludwig
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Hillarius Ludwig, le  Mar 17 Avr - 22:15

- Hillarius Ludwig. Première année à Serdaigle ! Enchanté !

Ça ne coûtait rien de tenter. Je repris un peu de sourire en laissant ce vide froid et amer derrière nous. Elle était gentille. Compatissante. Mais il fallait arrêter de passer pour le gamin pleurnichard maintenant. Se ressaisir. Me reprendre en une expression lumineuse. Un claquement de doigts. Dissiper les brumes. Un... sourire

-Je t'accompagne et tu me diras où t'as appris à jouer. Je t'ai deja entendu plusieurs fois. T'es doué

Le voilà mon public. Il était là, caché sous un escalier. Je sentis un frisson d’excitation en entendant ces compliments. Un immense sourire en moi se réveillait de nouveau. Je redevevenais moi même. Je levais mes yeux innocents et immenses comme deux projecteurs sur mon auditrice. Puis mes dents se dévoilèrent comme celles d’un ange trop blanc pour être vrai. Pourtant tout le monde y croyait. C’est ça qui était fou. Ou stupide. Peut être un peu des deux.

- Tu trouves? Merci ! C’est gentil. Tu connaissais ce morceau?

Ayant perdu mon archet je jouais pizzicato l’air de Shostakovitch, l’expression malicieuse.
De la grande musique moldue. Elle connaissait peut être, après tout. Tous les élèves de cette école ne sont pas des ignares.

- Et j’ai appris grâce à mon père. Bon, normalement il est plutôt trompettiste, mais je voulais apprendre le violon, alors il a commencé à l’apprendre tout seul pour me donner des leçons ensuite... C’est chouette. Et depuis ce jour il m’a toujours dit : « Ne laisse jamais tomber l’archet »... Bon. Enfin... on dirait bien que c’est raté.

Demi sourire de déception. Bon... Cette histoire était fausse, je l’admet, mais plus mignonne, plus intéressante. J’avais juste pris des cours comme tout le monde même si Papa m’avait beaucoup encouragé et motivé il est vrai. Il ne m’avait jamais sorti ce conseil bidon. Mais, non je ne mens pas ! Je brode la réalité.

De la haute couture, Madame.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Elhiya Ellis, le  Mer 18 Avr - 11:45

Un nom, un prénom, un Age. Une jolie étiquette à coller sur le front du mouflet. Convention sociale stupide qui semblait lui permettre de tourner la page, autant ne pas passer à coté. Un sourire pour accompagner cette identité, Elhiya l’observait s’éveiller en se découvrant un auditeur conquis. C’était facile. Bien qu’elle ne connaissait que peu de chose à la musique, il était facile de comprendre que tout artiste nécessité un minimum de reconnaissance. Surtout à cet âge-là.

Mais du classique, ou de la musique se diffusant dans l’esprit du garçon, la blonde n’avait aucune connaissance. Son oreille se plaisait à l’écoute de la valse des notes créées par un quelconque artiste. Un art qu’elle ne possédait pas, et qui, comme toute chose inconnue la fascinait. Mais le gosse, se retrouvait sans possibilité d’assouvir la soif auditive de son publique, ayant perdu l’archer capable de faire vibrer les cordes.

De toute évidence déçu, du manque de validation de son interlocutrice, de la perte d’un bout de son instrument, ou même de l’absence de son père dont il parlait avec tendresse, il avait esquissé un demi-sourire. Au moins là, il ne jouait pas la comédie. Regardant au sol, Elhiya entreprit de le réconforter de quelques mots dansant sur des airs positifs.


–Et bien, ton père avait raison. C’est tout un art que de savoir interpeller autrui de quelques notes glissées au creux de l’oreille. Je n’y connais rien en musique, je suis navrée, mais je sais qu’il te faut de quoi effleurer les cordes pour pouvoir animer ton violon. On va essayer de reperer ton archer, d’un accio, on pourra le récupérer sans avoir à traverser tout le château.

Le sourire se faisait doux, maternel, touché par ce petit bout de sorcier qui pétillait en parlant de musique. Il lui faisait quelque part penser à Élius, en bien plus calme, bien plus doux, et bien plus âge. Mais cet Hillarius avait quelque chose que possédaient la plus part des premières années, ce petit « trucs » impossible à ignorer, ce detail qui se ternissait en grandissant et qu’elle avait toujours aimer protéger : l’insouciance réele de l’enfance.

Penchée sur la rambarde, plissant les yeux, l’index pointé vers l’étage inférieur désignait un objet longiforme abandonné

-Ce ne serait pas à toi ? D’ici, je peux le ramener à nous

L’espoir, c’était cette flamme que les marmots avaient en arrivant aussi. Flamme vive et brulante qui faiblissait à meure de l’éveil au monde. Détail précieux et insignifiant que la blonde tachait d’aviver chez le gamin avant qu’elle ne se ternisse.
Contenu sponsorisé

Les escaliers n'en font qu'à leur tête  - Page 7 Empty
Re: Les escaliers n'en font qu'à leur tête
Contenu sponsorisé, le  

Page 7 sur 8

 Les escaliers n'en font qu'à leur tête

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.