AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques
Page 1 sur 2
Service vétérinaire
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Service vétérinaire

Message par : Finrod Elensar, Dim 23 Aoû - 7:27


Une aile amochée, une patte cassée ? Pas de soucis ! C'est ici qu'il faut venir pour guérir votre compagnon à poils, à plumes ou écailles ! Personne nes'occupera de votre animal pour l'instant. Le service est momentanément fermé. Merci de votre compréhension.

Une pièce a été spécialement créée pour permettre au soigneur de prendre en charges ses patients être dérangé par le bruit des allers et retours incessants des clients, un sortilège a même été posé pour qu'aucun son ne vienne déranger le vétérinaire magique. Un parchemin se trouve sur la porte située à droite du comptoir.







Vétérinaire magique en fonction : /

2 Gallions la consultation.

Annoncez vous et entrez.


FERMÉ







Dernière édition par Finrod Elensar le Mar 2 Fév - 5:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meryl Smith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : Meryl Smith, Mar 25 Aoû - 10:23


Il était environs deux heures de l'après-midi, lorsque la sorcière prenait le chemin du vétérinaire. Elle était vêtue d'un pantalon en simili cuir, d'un débardeur auburn et d'une paire de bottes. Le vent quant à lui, laisser flotter derrière elle, une odeur sucrée et fruitée, un mélange de rose et de cerise.

Meryl marchait d'un air déterminé, une mine inquiète sur le visage. Ce matin en allant faire un tour, là où se trouvait tout un troupeau de sombral, l'un d'eux semblait être mal en point. Elle ne savait pas comment, mais il s'était blessé à l'aile gauche et il était déjà bien affaibli, ne daignant pas un seul instant se relever, même devant un bon morceau de viande. Alors, même si cette espèce faisait peur à la plupart des personnes, de part leur soit disant " malchance ". La brune les aimait particulièrement pour leur différence si singulière, ils paraissent sombres, mais ce n'était là, qu'une simple apparence trompeuse. La brune les aimait particulièrement pour leur différence si singulière, ils paraissent sombres, mais ce n'était là, qu'une simple apparence trompeuse. Pourvu que ça soit quelqu'un de compétent, toutefois, fallait-il encore que cette personne ait vu la mort au moins une fois, sinon, la blessure du sombral lui serait alors invisible.

Préoccupée, la jeune femme n'avait pas fait attention au nom indiquer sur la porte, trop presser à toquer, trop presser de savoir si cet animal s'en sortirait sain et sauf. Une voix masculine lui intima de rentrer à l'intérieur, ce que la sorcière se pressa de faire sans attendre une seconde de plus, jusqu'au bureau, cependant, une fois face à ce jeune homme, elle haussa les sourcils, regrettant de ne pas avoir été plus attentive à l'inscription de la porte. D'un autre côté, il était apparemment le seul capable de résoudre le problème, une fois tout ça finis, elle ne le reverrait plus et ça n'était pas plus mal. Sa rancune étant très tenace, rien n'avait été oublié de son comportement envers elle. Demander son aide lui coûtait beaucoup, néanmoins, la brune affichait son éternel sourire en coin en guise de salutation, et lui expliqua la situation :

- Ce matin, j'ai retrouvé un sombral blessé à l'aile gauche, il était très mal en point, jusqu'à ne pas vouloir manger. Alors je vous demande votre aide. Pour le soigner, mais surtout vérifier s'ils sont en sécurité là où ils se trouvent. Je... Je ne voudrais pas qu'ils leur arrivent quoi que ce soit. Elle planta son regard dans celui du vétérinaire, Est-ce possible ?
Revenir en haut Aller en bas
James Manor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : James Manor, Mar 25 Aoû - 12:45


Trois coups à la porte, trois bruits mats qui percent le sortilège confinant. James relève la tête d’un appareillage en cuivre qu’il est en train de mettre au point. Ce qui ressemble à une lourde araignée de métal brun retombe massivement sur un établi adjacent à la table d’opération.

- Entrez.

Ses cils sont encore perlés par l’engourdissement que donne la concentration minutieuse. Dans son pantalon et son gilet en cotonnade noire et cintrée, il ressemble, de loin, à un jeune majordome qui a oublié sa veste.

La porte s’ouvre, la première cliente du service vétérinaire se dévoile. Le destin est un farceur. De créature apportée, il n’y en a aucune, à l’exception de la femme habillée de cuir qui lui fait face.

- Mademoiselle Smith…

James chuchote plus qu’il ne dit. Elle demi-sourit. Il n’a pas le temps de réagir. Il y a des récurrences, dans la vie… Celle d’assister au débordement d’énergie de Mademoiselle Smith en est une…

- Ce matin, j'ai retrouvé un sombral blessé à l'aile gauche […]. Je... Je ne voudrais pas qu'ils leur arrivent quoi que ce soit.

… Mais pour une fois, il lui pardonne. Pour une fois, elle l’étonne. Elle, préoccupée par autre chose qu’elle-même ou sa sœur ? Ou alors, sous les belles apparences, n’y a-t-il, de nouveau, que sottises et vilénies de petite peste qui a grandi ?

Elle planta son regard dans le sien. Il le soutient. Il l’attend. Il attend de voir, de découvrir ce soudain intérêt pour autre chose que les bêtises, de savoir pourquoi elle peut voir les sombrals, elle qui ne lui a montré pourtant, à Poudlard, que l’éclat des rires moqueurs et le silence des femmes pleines de dédain.

- Est-ce possible ?
- C’est possible, oui.

Il a vu la mort, celle de son père. Et elle, quelle mort...? Cela l’a-t-elle changée ? De la jeune Smith turbulente et indigne de son rang, James garde le souvenir de soirées mondaines ternies par sa présence. Des souvenirs de sa légèreté outrancière, de son indifférence à la décence.

- Un instant, s’il-vous-plait.

Il lui tourne le dos. Dans un charivari de métal, de verre et de plastique, il remplit un gros sac de cuir brun. Une espèce de mallette obèse et aux bords lisses. Elle est neuve. Et elle vaut probablement plus que le prix de plusieurs consultations à elle seule. Qu’importe, au fond. Depuis quand les sangs purs travaillent-ils pour l’argent ?

Il jette un long manteau sorcier, léger, sur ses épaules.

Il s’avance vers elle.

- Je ne pensais pas vous dire cela un jour… Montrez-moi le chemin.

La suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Autumn Moore
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : Autumn Moore, Lun 31 Aoû - 5:03


Autumn s'arrêta devant le service vétérinaire de la boutique d'animaux magique. La jeune femme avait hésité un long moment avant de s'y rendre. Mais l'état de se petit compagnon à écaille empirais et elle ne comptait pas le laisser dépérir sans rien faire. Elle entra donc dans la pièce, en espérant que le vétérinaire soit présent et puisse s'occuper de son animal.

- Bonjour, il y a quelqu'un?

En attendant une réponse, Autumn sortit son moke, qu'elle avait appelé Liberty, de la poche de sa veste. La jeune femme l'avait mis l'a pour ne pas qu'il se fasse blesser par son voyage dans le métro londonien. Parce que la brune vivait chez ses parents, des moldus pur souches. Donc pour venir sur le chemin de traverse, elle était obligé de prendre le métro, à son grand regret.

Autumn regardait à droite et à gauche, examinant de loin les engins de tortures servant soit disant à soigné et les bocaux remplis de produits inconnus. La brune ne voyait rien qu'elle reconnaissait du premier coup d’œil. Elle jeta de nouveau un regard à son animal. Il avait vraiment l'air patraque. Autumn espérait de tout cœur que le vétérinaire arriverait à soigner son petit compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
James Manor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : James Manor, Lun 31 Aoû - 8:32


- Gaspard, lève-toi.

Krrr krrr krrr

Contre le sol lisse, huit pattes grattent. Huit pattes bougent. De fer et de cuivre, elles s’articulent autour d’un corps oblong. Tout aussi fer, tout aussi cuivre. L’araignée de métal, construite par James pour l’aider à opérer les grands animaux, a la largeur d’une table. Elle grince. Elle craque.

Ses yeux projettent des halos verts, de ce vert des magies tapies au fond des grottes et des cavernes.

James est accroupi près de l’araignée géante. Derrière la table d’opération, on ne les voit pas. Ni lui, ni Gaspard. Du bout de l’index, James tapote la tête de Gaspard. Les yeux vert fluo se lèvent vers lui. Ce qui ressemble à des mandibules bougent, tremblent, s’agitent.

- Il faut encore que je te perfectionne …

James gratouille Gaspard sous le menton. Sous les mandibules qui s’agitent davantage. L’araignée a l’air heureuse. Ou énervée. Ou curieuse. Il ne sait pas. Gaspard vient de « naitre » de bouts de ferrailles et de déchets jetés au hasard. Une machine nouvelle-née, cela peut-il être curieux de la vie ?

- Bonjour, il y a quelqu'un?

Une voix féminine. Un bonjour… Elles ne disent pas toutes ‘bonjour’. Qui qu’elle soit, elle commence de la bonne façon.

- Bonjour.

Dit James en se relevant. Il porte de nouveau un pantalon et un gilet cintré en cotonnade noire qui le font ressembler de loin à un majordome de vieille maison anglaise.

Devant lui, une jeune femme brune. Elle retire d’une de ses poches un petit reptile. Sous la lueur des bougies, la peau du lézard brille de reflets dorés. Il bouge peu, ses pattes sont molles.

- Je m’appelle James. Enchanté. Et vous ?

Il s’est approché de la jeune femme au regard tout occupé par son petit animal de compagnie. C’est un spectacle étonnant, cette peau douce et féminine qui entoure une peau rêche de reptile. C’est un spectacle adorable qui fait sourire James de tendresse. Il pointe le moke du doigt.

- Et lui, il s’appelle ?

Il tend les mains vers le moke, pour le prendre entre ses paumes.

- Pouvez-vous me décrire ce que vous avez-vous-même observé ? Depuis combien de temps ?

Quelque chose lui gratte la cheville gauche. James baisse les yeux. A ses pieds, l’araignée de métal tient sa cheville gauche entre ses mandibules. James le repousse doucement du pied. Mais Gaspard semble ne pas vouloir partir. Les pattes de l’araignée crissent contre le sol.

- Gaspard, sois sage.
Revenir en haut Aller en bas
Autumn Moore
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : Autumn Moore, Ven 4 Sep - 11:28


Autumn vit un un jeune homme aux cheveux roux apparaitre. La brune le regarda s'approcher d'un œil distrait. Toute l'attention de la jeune femme était concentrée sur le petit animal qu'elle tenait entre ses mains. Elle releva néanmoins la tête quand l'homme se présenta.

- Je m’appelle James. Enchanté. Et vous ?

- Autumn

La brune reposa ensuite son regard sur son moke, comme si elle avait peur qu'une seconde d’inattention de sa part puisse faire empiré l'état de l'animal. Ce petit reptile était l'une des seules choses qui l'a reliait au monde de la magie quand elle était chez elle. Et Atumn ne pourrait pas se remettre de la disparition de son petit compagnon à écailles. Il était beaucoup trop important à ses yeux.

- Et lui, il s’appelle ?

De nouveau, la brune leva les yeux vers le vétérinaire, qui s’appelait James, elle le savait maintenant. Elle le regarda tendre la main pour prendre l'animal et la jeune fille lui passa en répondant à sa question.

- Il s'appelle Liberty.

Oui Liberty. Comme ça, à chaque fois qu'elle regardait le moke, elle se souvenait de la sensation de liberté qu'elle avait ressentis la première fois qu'elle étais allé à Poudlard. C'était d'ailleurs là qu'elle avait trouvé l'animal. Surement abandonné par un autre élève. La poufsouffle l'avait adopté et s'était occupé de lui. Il était devenu au fil du temps comme son meilleur ami.

- Pouvez-vous me décrire ce que vous avez-vous-même observé ? Depuis combien de temps ?

Elle était une fois de plus interrompue dans le cours de ses pensées. La brune réfléchi à ce qu'elle avait observé et se fit un rapide résumé dans sa tête. Elle voulait éviter de s'emmêler les pinceaux.

- Je le trouve un peu patraque. Il bouge beaucoup moins, mange peu. Ça à commencé en même temps que l'épidémie de grippe qu'il y a eu chez moi. Toute la famille a été malade. Vous pensez qu'il a pu attraper la grippe?
Revenir en haut Aller en bas
James Manor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : James Manor, Sam 5 Sep - 19:07


- Il s'appelle Liberty.
- Enchanté, Liberty.

James porte ses mains et le moke à hauteur des yeux. C’est mignon, un moke. On dirait qu’il n’est là que parce qu’il le veut bien. C’est léger, un peu râpeux et dans les mains, on ne sent que les minuscules griffes à peine enfoncées sous le poids plume.

- Je le trouve un peu patraque. […] Vous pensez qu'il a pu attraper la grippe ?
- Les reptiles partagent quelques bactéries et virus avec d’autres familles, mais c’est rare…

Le petit reptile a la bouche très horizontale, les yeux presque fermés et sa tête dodeline mollement. On dirait un grand-père qui a vu une énorme bêtise faite par des gamins turbulents.

- Ah…

De la pulpe du pouce, il caresse une patte. Le moke tourne lentement la tête vers la patte caressée. Il réagit, au moins.

- Je crois qu’il est juste sonné par des sinus encombrés. Venez, on va lui déboucher le nez.

Sur la table d’opération, James déposé Liberty. Sur son dos, il laisse deux doigts pour le tenir chaud. Il se baisse vers le sol, là où l’araignée de métal lui tient toujours la cheville.

- Non, il n’est pas à opérer.

Près du mur, il y a une grande étagère, pleine de bougies, de bocaux, et d’instruments brillants.

Pat ! James actionne une bouilloire enchantée.
Tac ! Il ouvre un grand bocal plein de graines séchées.
Tchiiiiiiiiiiiiiiiii ! La bouilloire siffle, déjà.
Pof ! Il ouvre la bouilloire.

Dans un bol lilliputien, il verse quelques graines, puis l’eau bouillante qu’il place sous le museau du moke. Qui fronce le nez. Entre ses doigts, James tient la nuque. Qui rapetisse. De plus en plus. Ecaille par écaille.

- Hey, c’est pour ton bien !

Dit le vétérinaire qui doit resserrer sa prise.

Mais le moke ne comprend pas le langage des hommes. Le moke veut juste fuir cette odeur de plantes inconnues.

- Douillet… Tsss… Bon, ça suffira quand même pour aujourd’hui.

James prend Liberty dans sa main, le rend à la jeune fille. Dans l’étagère, il prend de nouveau des graines séchées qu’il verse dans un sachet de papier.

- Voici pour vous. Faites-lui faire des inhalations tous les jours. Si vous n’y arrivez pas… Dites-le moi et je lui ferai faire.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Service vétérinaire

Message par : Elena Denger, Lun 30 Nov - 2:38



Protego, le chat-chouette



[HRP] Si besoin tu sais ou me trouver ! (cœur jaune je suis gentille) [/HRP]


Réveiller à deux heures du matin par ses cauchemars, Elena ne traîna pas longtemps dans son lit. Protego s'était endormi au niveau de ses pieds, en boule sur la couette, comme un chat... Un chat à plume... Avec des ailes. Vous trouvez le truc pas logique ? C'est une chouette ! Une fichu chouette qui se prend pour un félin, qui met dix plombs pour livrer une lettre, se perdant surement en chemin. Les mauvaises habitudes étaient apparues d'entrée quand elle avait pris réception de cette bête adorable (oui bon elle l'aime quand même hein !). Mais son comportement l'inquiété. Manquait plus qu'il mange de la pâté pour chat... Décidé à savoir si c'était normal ou non, elle avait prévu aujourd'hui de prendre les transport en commun de Londres et voir avec le vétérinaire de la boutique d'animaux magiques situé au chemin de traverse. Peut-être connaissait-il se genre de soucis ? C'était les vacances et elle n'avait pas encore avertie l'école pour le décès de son père. Pourquoi ? Raison simple, ou allait-elle dormir pour les grandes vacances ? Ayant pris des sous à sa banque avant toutes ses histoires, elle avait pu sans soucis trouver un lieu pour dormir sans être à dix kilomètre du Chaudron Baveur, sans avoir à se justifier.

Six heures. Attrapant la cage, elle glissa un miamhibou pour appâté sa chouette. Une fois la volaille à l'intérieur, elle referma la cage regardant au passage son stock de graine. - J'en profiterais pour prendre des graines pour l'hiver et du miamhibou à moins qu'ils aient autre chose pour changer. Et toi. Elle regarda Protego. Tu l'ouvres je te brûle. Elle rigolait et il le savait, s'était amusant d'être aussi complice avec un volatile. Il avait pris l'habitude d'être discret car il savait qu'en fin de journée il avait droit à une friandise de plus. Le petit coquin.

Huit heures. Enfin, cela avait été sport ! Entre les guss qui la regardaient comme si elle sortait d'une autre planète et les chiens qui passaient leurs temps à gueuler niveau stress c'était cool, super top. Protego en avait même perdu des plumes à bouger de peur dans la cage. - Reste calme, s'il touche à la cage, ils sont morts. Avait-elle répété plusieurs fois. Mais bon quand vous voyez un clebs qui vous arrive à la taille, il y a franchement de quoi avoir peur, très peur. Bref, le pire étant derrière elle, Elena avait passer l'entrée pour le chemin de traverse et c'était rendu tête baisser jusqu'au cabinet vétérinaire. Toquant à la porte, elle entra et salua par politesse.

- Bonjour !

C'est pour un suivis psychologique s’empêcha-t-elle d'ajouter. Autant ne pas faire rire le véto... Ouvrant la cage, elle laissa Protego s'installer sur son épaule. Et vas-y que je câline (un pouffy pur et dur je vous assure !).





Revenir en haut Aller en bas
James Manor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : James Manor, Mar 1 Déc - 20:59


Dans la salle vétérinaire, il n’y a pas de bruit. Que des lueurs, faibles, de bougies magiques qui ne se consument jamais tout à fait. Accrochés au mur, le matériel d’opération et de soin. Du métal gris, cuivre, or… Des tons qui inspirent les couleurs de la terre et des pierres.

James est penché sur un gros bouquin relié en cuir noir. Il lit, patiemment, les dernières pathologies découvertes par des sorciers asiatiques. Il porte un pantalon et un gilet noirs, une chemise blanche, un foulard blanc. Cet homme-là a le classicisme en seconde nature et la discrétion en première impression.

On frappe à la porte. On l’ouvre. De façon peu masculine. Peu brutale.

Une femme, sûrement. Une jeune fille, en réalité. Les cheveux châtains, quelques reflets or dans les boucles souples.

- Bonjour.

Elle a un joli sourire et l’envie d’être polie. La politesse en réponse vient naturellement.

- Bonjour Mademoiselle.

Dit James heureux de recevoir une jeune personne qui respecte les bases du savoir-vivre. Il a le sourire facile et le regard curieux qui se pose sur la demoiselle.

Elle ouvre une cage haute. Une petite chouette s’y tapit. L’oiseau parait avoir eu peur… Qu’a-t-elle vu, cette petite bête, lors du voyage jusqu’à la BAM ?

James s’approche, l’attention sur l’oiseau qui se laisse prendre par la main de la jeune fille.

- C'est pour un suivis psychologique
- Ah oui ?

Psychologique ? La chouette aurait-elle constamment peur ? Des phobies ? Des angoisses ?

Soudain, James comprend.

Déposée sur l’épaule de la propriétaire, la chouette se frotte au cou, la chouette semble rire… Et ses serres, pourtant dédiées à la préhension, ressemblent à des pattes de félin qui veut jouer.

- Ah oui.

Le spectacle est exotique. Agréable, même, à regarder. La scène a quelque chose de doux et de drôle en même temps. Une espèce d’incohérence qu’on aimerait caresser du regard à chaque fois que la normalité dit qu’il faut pourtant s’en étonner.

James se penche vers la féline chouette. Un bébé fauve à plumes douces.

- Cela fait longtemps ?

Il approche un doigt de l’étrange chimère.

- Pardon, j’oublie la politesse. Je m’appelle James. Et vous ? Et elle ? Ou lui…

Les réponses reçues, il se tourne vers la « table » d’opération. La « table » est un énorme parallélépipède rectangle recouvert de faïence blanche brillante et d’un dessus d’acier lisse, facile à nettoyer.

- Pouvez-vous déposer votre petite chouette sur la table ?

Sans mot dire, il disparait quelques secondes dans l’arrière-salle. Revient avec une souris grise qu’il tient par la queue. Elle se trémousse, elle crie un peu. James semble désolé… Mais… Il n’a guère le choix.

- Si vous êtes sensible, je préfère vous demander de quitter la pièce ou de ne pas regarder…

Il dépose la souris devant la chouette… Et la nature est ainsi faite que…
La chouette chasse la souris.
Elle se rue dessus… La tue…. Comme un chat. Drôle de nature, tout de même…
La chouette mange la souris.
Elle veut croquer la tête. N’y arrive pas. Elle prend la souris toute entière dans son bec et tente de l’avaler.

Mais elle a eu les yeux plus gros que le ventre, cette chouette-là et la souris passe dans le gosier avec le bruit étrange des tuyaux qui se dilatent pour laisser passer quelque étrangeté plus large qu’eux.

- Heureusement que j’avais choisi une petite souris…

Il reste pensif quelques secondes. La chouette est un cas plus sérieux qu’il ne le pensait…

Il se tourne vers la jeune fille.

- Vous avez bien fait de l’amener. Son comportement pourrait être dangereux, à terme, pour elle. Savez-vous si cette chouette a de la famille ?

PS: si Elena est sortie de la pièce pendant que Protégo mangeait, James est allé la chercher pour lui parler. Si elle a tourné ou fermé les yeux, James lui a touché l'épaule pour lui signifier que tout était fini.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Service vétérinaire

Message par : Elena Denger, Jeu 3 Déc - 7:06



Protego, le chat-chouette



Un jeune homme (plus vieux qu'elle mais, autant rester poli !) vint à sa rencontre la saluant à son tour, il était très mince à faire jalouser bien des filles, cheveux de flammes (piliers de la terre en action !) aurait été un très joli surnom pour l'homme vétérinaire. S'ils avaient été plus long, il aurait pu sans hésiter remplace boucle d'or pour boucle rousse. C'était amusant (ça l'est pour moi alors chut).

- Bonjour Mademoiselle.

L'homme fût surpris d'entendre qu'elle venait pour un suivis psychologique. Rien d'étonnant en soit, il ne devait pas voir souvent de chouette se prendre pour un autre animal. Protego était donc réellement étrange... Super hein ? Au moins ça permet de faire des études et des expériences (visuels, je ne tiens pas à avoir une chouette en mode Pokemon, pouffy ou non).

- Cela fait longtemps ? Il approcha un doigt du volatile.

- Depuis que je l'ai acheté au début ce n'était pas autant, il passait juste le matin me voir dans le dortoir, car je laissais la fenetre ouverte pour aéré la pièce puis petit à petit... Et bien monsieur skwate mon lit la nuit et je commence à avoir du mal à le laisser seul. Enfin, disons qu'il me suit même dans le château et c'est dérangeant, imaginez un professeur s'en rend compte... Je serai bonne pour me prendre une retenue ou être viré de cours.

- Pardon, j’oublie la politesse. Je m’appelle James. Et vous ? Et elle ? Ou lui…

- Ne vous excusez pas. Je m'appelle Elena et lui c'est Protego. Au moins il porte bien son nom, enfin, il ne me protège pas du moins pas encore mais, il a l'air de se sentir à l'aise protégé... C'est vraiment étrange comme comportement.

S'éloignant vers la table qui servait très certainement aux auscultations des divers animaux (humain aussi ? hihi). Il demanda à Elena si elle pouvait déposer la bestiole dessus avant de partir dans l'arrière-salle.

- Pouvez-vous déposer votre petite chouette sur la table ?

Sans dire mot à l'homme, elle fit ce qu'il lui avait demandé, posa un ongle sur la table et tapotant dessus - Aller Protego, je te reprends quand le gentil monsieur aura fini. Elle rigola discrètement, se sentant assez couillonne de parler à la chouette. Obéissant, il descendit avec la démarche d'un crabe jusqu'à la table déployant ses ailes comme s'il était impatient. Un vrai gosse ! Cheveux de flammes revint quelques instants après, une souris grise pendu par la queue. Elle s'agitait (la souris) couinant. En voilà un qui va ce régaler ! Le vétérinaire lui ne parut pas aussi heureux que la chouette qui patpattait (oui j'invente des mots !) faisant tapoter ses griffes sur la surfasse.

- Si vous êtes sensible, je préfère vous demander de quitter la pièce ou de ne pas regarder…

- Oh non, aucun souci pour moi, il m'a déjà ramené tellement de bestiole morte que ça me fait même plus sursauté d'en voir sur la table de nuit au réveil.

Il déposa alors la souris devant la chouette qui sans surprise se jeta dessus sans demander d'autorisation ou autre, la tuant rapidement non sans s'amuser quelques secondes avant. Bah oui, c'est plus marrant de laisser partir la souris, la rattraper, la laisser partir, la tuer. Il était clair pour Elena que si elle avait eu la capacité de lire les expressions sur le visage du chat-chouette qu'elle y verrait un large sourire. Quel couillon, car en plus de faire mumuse avec la bête grise, elle s'essaya à lui couper la tête (qu'on lui tranche la tête !) et n'y arrivant pas, plutôt que de viser une partie plus petite (n'ayez pas se sourire pervers) elle se mit dans l'idée de l'avaler comme ça. Crispant légèrement ses mains, la Serdaigle eut peur qu'il s'étouffe mais, à son grand bonheur, Protego fini par réussir à l'engloutir laissant entendre quelques bruits étrange. Dégueulasse. Crado.

- Heureusement que j’avais choisi une petite souris… Réfléchissant quelques secondes, il se tourna vers la bleue et bronze. Vous avez bien fait de l’amener. Son comportement pourrait être dangereux, à terme, pour elle. Savez-vous si cette chouette a de la famille ?

- Et bien.. Je suppose qu'elle a des parents. Mais je n'en sais pas plus. Je l'ai acheté ici à la boutique d'Animaux Magiques par correspondance.






Dernière édition par Elena Denger le Jeu 10 Déc - 20:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
James Manor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : James Manor, Lun 7 Déc - 14:22


Je ne voulais pas te faire attendre => je me suis permis :
1. de faire bouger Protego
2. de taper la scène hors Londres à la BAM

Si souci, n'hésite pas, MP !


Protego est collant.
Protego aime être protégé.

Il y a des bêtes, comme ça, qui sont plus humaines que les humains. Protego doit en être une. Une bestiole blanche et brune qui, en situation de crise, serait peut-être sauvée à la place d’un humain mal dégrossi.

- Je l'ai acheté ici à la boutique d'Animaux Magiques par correspondance.
- Oh, très bien. Alors je vais pouvoir retrouver sa filiation… Tu viens dans mes bras ?

James tend les mains, agite quelques doigts en appâts de câlins. Des petits câlins pour une boule de plumes.

- Tu veux un câlin, Protego ?

Une voix douce à l’adresse d’un animal qui ne le connait pas. Une voix assez grave, qui tombe dans le velours, pour une chouette plus tendre que les autres.

Protego s’avance. James le prend entre ses mains. Le prend dans ses bras. Comme un bébé à plumes. Comme un bébé trop petit pour des bras trop grands.

- Je veux juste vérifier…

Délicatement, James fourrage dans les plumes de la nuque. Dans les plumes du sommet du crâne. Il les redresse, une à une. Il les lisse, une à une. L’air tiède de la BAM s’infiltre doucement entre chaque plume, entre chaque plumette du duvet blanc. Protego ferme les yeux. Certains humains aiment qu’on leur tripote les cheveux… Certains oiseaux aiment qu’on leur tripote les plumes.

- Il n’a pas reçu de coup à la tête…

Il lui caresse la tête, ensuite, de toute la paume, pour lisser les plumes et les remettre à leur place.

Il regarde la jeune fille. Il est pensif, soudain.

Dans ses bras, Protego se laisse caresser. James est particulièrement doux avec les bêtes. Protego semble apprécier. Il ferme les yeux. Pourrait-il s’endormir, comme un vrai bébé à plumes ? Son bec se pose sur la manche blanche. Ses paupières grises tremblent un peu.

- Depuis tout à l’heure, votre voix me semble familière… Elena, avez-vous dit ?

Et puis, cela tilte. Cela pétille. Une petite bulle de souvenir qui explose délicatement à la surface de la conscience.

- Oooooh Elena. N’avez-vous pas été aux trois balais à Halloween ? Oh mais si.

Son sourire s’élargit. Tout grand. Tout blanc de ses dents bien alignées. Elena… La jeune fille qui a osé plonger, tête la première, dans une piscine de sang.

- Oh pardon. Les circonstances sont tellement différentes… Je suis James, tu te souviens ?

Dans les bras, Protego a rouvert les yeux. La voix de James a changé de ton, de hauteur. Les oiseaux entendant l’air et ses vibrations avec une acuité de machines de guerre. La surprise de James ne pouvait pas passer inaperçue…

James se penche vers Elena, plus près.

- Je te vois enfin dans une pièce suffisamment éclairée et non recouverte de sang… Comment vas-tu ?

A travers le coton de sa chemise, James sent l’oiseau se réveiller. S’agiter, un peu. Il le rend à Elena.

- Bon… Viens. On va voir l’éleveur.

~ ~ ~

Le chemin est caillouteux.

A l’écart du reste de Londres, un taxi moldu roule, cahin-caha, sur une petite route abandonnée. Entre les arbres, tout est sombre, tout est vert foncé. James regarde par la fenêtre du taxi.

- Est-ce encore loin ?
- Nous y sommes dans deux minutes…

Répond la voix grasse du taximan indifférent…
… Qui a raison.

Deux minutes plus tard, James tend de l’argent moldu au conducteur qui ne demande pas son reste. Dans un nuage léger de fumée brune, le taxi démarre.

- Protego vient d’un éleveur auquel la BAM n’est pas habituée… Je pense qu’il n’aime pas frayer avec les autres sorciers. Le monsieur n’est guère aimable, hélas. Mais je pense que ton attachement à Progeto l’adoucira. Montre-lui que tu l’aimes, l’éleveur devrait nous aider.

Dit James en s’adressant à Elena. D’une main rapide, il remet son porte-feuille dans la poche de sa veste.

Pas leste et regard curieux… La petite maison de l’éleveur ressemble plus à une bergerie qu’à une maisonnée. Les lieux sentent le vieux, les bêtes, le bois encore humide. De la mousse court le long des murs mal jointoyés.

Toc toc.

Index replié, James frappe à la porte de bois.

Bruits de chaise.
Bruits de caisse.

James hausse un sourcil.

Gniiiii.

La porte s’ouvre.

Le vieil éleveur apparaît. Cheveux blancs. Œil unique et œil borgne. Peau ridée, bouche énorme.

- Bonjour Monsieur Morris, je suis James Manor, le vétérinaire de la BAM. Je travaille pour Monsieur Elensar. Nous nous sommes déjà vus une fois…

Une fois, il y a quelques semaines…

Grognement.

James prend ça pour un oui.

- Mademoiselle ici présente a un souci avec la petite chouette… Qu’elle aime énormément.

James laisse Elena montrer à quel point elle aime sa chouette.

- J’aimerais voir les parents de Protego, s’il-vous-plait. Enfin, de la chouette que vous avez fournie quand nous nous sommes vus pour la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Service vétérinaire

Message par : Elena Denger, Mar 8 Déc - 10:08



Protego, le chat-chouette



[...] Je l'ai acheté ici à la boutique d'Animaux Magiques par correspondance.

- Oh, très bien. Alors je vais pouvoir retrouver sa filiation… Tu viens dans mes bras ?

Elena le regarda rigolant, l'espace d'un instant elle s'était demandée à qui il parlait. Ne faisant pas de remarque pour paraitre plus blonde que ses cheveux, elle observa James mettre ses doigts sur la tape les agitant en guise d'appâts (Je pense avoir un esprit bien mal placé).

- Tu veux un câlin, Protego ?

Ah, quel chanceux dit donc ! Une boule de plume pot de colle 32 jours par mois qui en plus ce faisait câliné sans rien demander. Et c'est bien entendu sans demander son reste que la chouette s'avança vers le vétérinaire. *Traitre* pensa l'aigle. Le prenant dans ses bras comme un parent l'aurait fait avec son bébé, cheveux de flamme (j'affectionne beaucoup ce surnom !) en profita pour regarder de plus près la volaille.

- Je veux juste vérifier…

Voilà qu'il se mettait à le déplumer ! A non, gros soulagement pour la jeune fille, James ne faisait que regarder plume après plume, ça faisait une drôle de tête à Protego, qui avait l'air de s'endormir petit à petit. Un gros (petit je sais) bébé.

- Il n’a pas reçu de coup à la tête…

Pas étonnant, il passe sa vie sur le lit... Caressant la chouette pour remettre en place les plumes, il se mit à observer Elena  ce qui ne lui échappa pas. * J'ai un truc sur le visage ?* .

- Depuis tout à l’heure, votre voix me semble familière… Elena, avez-vous dit ?

- Oui c'est bien ça, pourquoi ?

- Oooooh Elena. N’avez-vous pas été aux trois balais à Halloween ? Oh mais si.

- Oui j'ai participée à une animation aux trois balais. Elle essaya de faire marcher son cerveau, ce rappelant alors des membres de son équipe.

- Oh pardon. Les circonstances sont tellement différentes… Je suis James, tu te souviens ?

- Mais oui ! C'est vrai qu'entre l'ambiance, le noir et le sang je n'y pensais plus. La fameuse mare de sang où tu as dû plonger pour récupérer la potion ! C'était assez dégueulasse d'ailleurs...

Et c'était un bien petit mot pour Elena, car elle avait essayée de repêcher une fiole et s'était retrouvé avec pas mal de sang dans la bouche sans réussir en plus à faire ce qu'elle souhaitait.

- Je te vois enfin dans une pièce suffisamment éclairée et non recouverte de sang… Comment vas-tu ?

- En grande forme et toi ?  J'ai dû passer des heures sous la douche pour retirer cette impression de sang qui collait à la peau. Sacré souvenir...!

S'étant penché vers Elena, il lui rendit Protego qui s'était réveillé, surement en entendant parler. Le posa contre sa poitrine, la chouette grimpa jusqu'à l'épaule pour se remettre à somnoler. Au moins, il était tranquille.

- Bon… Viens. On va voir l’éleveur.

- Ok, je laisse la cage ici, je ne pense pas que ça soit utile.

~ ~ ~

La route n'était pas très lise et le taxi faisait faire des bonds à Elena sur la banquette arrière. Protego sur ses jambes, ne dormait pas, il essayant tant bien que mal de ne pas tromper. Observant par la vitre, la Serdaigle regarda le paysage. Des arbres et des arbres. La boule de plume serait surement contente de sortir dehors. Ou peut-être pas, être au chaud devait lui paraitre plus agréable.

- Est-ce encore loin ?
- Nous y sommes dans deux minutes…

Et en effet, deux minutes après, ils étaient arrivés. Descendant du taxi la jeune fille posa Protego sur son épaule écoutant James lui parler.

- Protego vient d’un éleveur auquel la BAM n’est pas habituée… Je pense qu’il n’aime pas frayer avec les autres sorciers. Le monsieur n’est guère aimable, hélas. Mais je pense que ton attachement à Progeto l’adoucira. Montre-lui que tu l’aimes, l’éleveur devrait nous aider.

- Heu, ok essayant alors.

Elle paraissait guère sûr d'elle, appréciant la politesse avoir affaire à des personnes non aimable n'était pas son truc. Enfin, c'est sans rien dire qu'elle suivit le vétérinaire jusqu'à la porte de la maison qui d'ailleurs ne donnait vraiment pas envie.

Toc toc.

Beaucoup de bruit survint derrière la porte, ouvrant la porte un homme les accueillis, sans rien dire. L'observant Elena mit un pied en arrière. L'homme n'inspirait pas confiance, il donnait l'impression d'être un corsaire, un pirate...

- Bonjour...

- Bonjour Monsieur Morris, je suis James Manor, le vétérinaire de la BAM. Je travaille pour Monsieur Elensar. Nous nous sommes déjà vus une fois… L'homme répondit par un grognement. Mademoiselle ici présente a un souci avec la petite chouette… Qu’elle aime énormément.

Elena glissa ses doigts jusqu'à la chouette pour le prendre dans ses mains et lui parler doucement.

- Tu as vu Protego, on va peut-être voir tes parents.

Impossible de dire s'il l'avait compris ou non mais il frotta sa tête sur les doigts. Un appel pour avoir des caresses. Souriant, elle le caressa doucement le gardant contre elle.

- J’aimerais voir les parents de Protego, s’il-vous-plait. Enfin, de la chouette que vous avez fournie quand nous nous sommes vus pour la première fois.




Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Service vétérinaire

Message par : Mathéo Angur, Ven 15 Jan - 7:15


Problème quelconque, qui n'aurait peut-être rien à voir avec tout ce bordel, tout le monde peu s'en foutre de tout ce qui se passait, mais lui, il l'était là, encore à la regarder. Pourquoi tant d'incohérence dans ça façon d'agir ? Pourquoi n'était-il pas en train de lui porter secours comme Arica l'a fait ? Les choses etaient futiles, perdus dans le ridicule cerveau de Mathéo. Il n'avait guère de sens. Pourquoi changer ? Les temps étaient dur et le voilà encore dans de beau drap. Qu'est-ce qu'il fichait bon sang ? Aller ! Remue toi un peu. Londres c'est pas très très proche de Poudlard hein, c'est pas comme ça que tu vas y arriver en quelques secondes !

James, c'est son collègue à la boutique. Même s'il ne l'était pas vraiment, qu'il se croisait que quelques fois, ils ne se connaissaient pas vraiment. Quelques petites mots échanger, rien de plus, salut, bonsoir, à demain sûrement. Qu'est-ce qu'il pouvait bien rajouter. Les journées n'était pas non plus bien courtes certes. Mais avait-il le temps de passer au service vétérinaire qu'il occupe ? Non, justement, il était trop occupé à faire bien autre chose. Et puis, n'être pas toujours à la boutique n'aidait en aucun cas non plus.

Bref... Mind était en piteuse état, une des ailes sûrement cassé. La gauche dans se cas, mais il était pas sur. Il y avait aussi une tâche de sang sur sa patte droite et on voyait une déchirure dans le creux de son dos. C'est vrai que de ce point de vue, ça n'avait rien d'allechant et puis la souffrance que degagait sa chouette faisait pleurer Mathéo. Trop sensible pour ces choses là, il n'aime pas voir les animaux comme ça, ça le déchire. Il essayait de la prendre avec délicatesse, sans la brusquer, comme si c'était la chose la plus fragile au monde. Il sortit rapidement, partit du château sans demander son reste. Il avait envoyer une lettre à sa mère, lui demandant d'aller le chercher à un endroit où elle pouvait se permettre de le faire. Le temps qu'elle reçoit la lettre, il avait le temps d'y aller à pied, justement. Après quatres bonnes heures de marches, il n'avait plus qu'à attendre, gardant sa chouette dans ses bras, qui était toujours dans cet état qui pouvait s'aggraver de minutes en minutes. Non, elle ne devait pas mourir. Pas maintenant.

Un crac sonore se fit entendre. Sa mère était là, la lettre dans sa main. Enfin, un morceau de papier déchiré à la va-vite. Mathéo ne mit pas longtemps à expliquer la situation que le voilà déjà à Londres, proche du chemin de traverse. Il laissa sa mère en plan, prenant rapidement la direction de la boutique. Normalement, il ne devrait même pas se trouver là, ce n'est que la semaine prochaine qu'il y retourne, mais là, c'était urgent, il n'avait pas le choix. C'était presque même une fugue vu qu'il était partit du château sans aucune autorisation. Mais, il s'en fichait. Le plus important à ses yeux c'était sa chouette.

Il ouvrit la boutique, sa chouette toujours dans ses bras, pris rapidement la direction du service vétérinaire. Et heureusement, personne n'avait l'air d'attendre juste avant. Après avoir annoncer sa présence il attendit que James soit là. Aller, dépêche toi, c'est pas comme s'il y avait la vie d'une chouette en jeu !
Revenir en haut Aller en bas
James Manor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Service vétérinaire

Message par : James Manor, Mer 3 Fév - 15:34


Réponse à Elena

Monsieur Morris le corsaire écarte les deux sorciers. Du revers de la main - qu’il a large. Une pagaie, dirait-on, de loin, avec cinq doigts accrochés au bout.

Ses bottes ne font pas du bruit sur le sol – étonnant pour si grande masse.

James le suit, invite Elena à le suivre.
Protego semble tout heureux. De retrouver ses parents ou de se faire câliner ?
Avec cet animal-là, on ne saurait dire. Qu’importe, il a l’air heureux, c’est tout ce qui compte.

Monsieur Morris conduit les deux sorciers vers une arrière-maison. Une maison encore plus petite que sa maison à lui. Une maison sans vitre et sans châssis. C’est sûr, par temps venteux, cette maison-là ne doit pas servir à grand-chose.

Il pousse la porte. Qui crisse, grince, gémit.

‘Ici’.

Dit Monsieur Morris d’une voix qui tonne.

‘Merci’.

Dit James pas rassuré.

‘Ne faites pas de bruit.’

Dit Monsieur Morris d’un air bourru (qu’il avait depuis le début, en réalité)

‘Non, non’

Dit James d’un air entendu (il n’aurait pas osé en prendre un autre)

Ils entrent dans la petite maison.

‘Fifi, Loulou’

Murmure Monsieur Morris d’une voix très douce.

Deux chouettes tournent leur tête, lentement, vers le trio. On les dérange en plein sommeil, cela se voit.
A l’autre extrêmité de la petite maison, un autre couple de chouettes dort silencieusement. Le mâle, cependant, ouvre un œil mécontent. Qui ose déranger ?

Monsieur Morris pointe Protego du doigt.

‘Votre fils’.

Fifi et Loulou le regardent étonnés. ‘Lui, notre fils ?’ semblent-ils penser ?
Ils le regardent. Le scrutent. Le détaillent.

Et puis soudain, leurs grands yeux deviennent plus grands encore. Ils se mettent à lancer des cris – brefs – vers Protego.
Protego réagit. Les reconnait-il ? Il parait désorienté.

James se penche vers Elena.

‘Approche Protego de ses parents, je crois qu’il n’ose pas aller vers eux.’

***

Réponse à Matheo

Un collègue, c’est comme un meuble.
Un meuble vivant, un meuble sympa, mais un meuble.
Oh, un collègue, ça a des sentiments, des émotions, ça a une âme, évidemment… Mais c’est comme un meuble pour les yeux : les yeux finissent par s’habituer aux collègues. A passer devant, à dire toujours la même chose en passant devant : ‘Bonjour, vous allez bien ?’ ‘Au revoir, bonne soirée !’ par exemple.

Mathéo était son meuble de la BAM. Un meuble plutôt sympa, en réalité. Et un peu étrange, aussi, il faut le dire.

James avait l’impression de le croiser depuis des années – la force lancinante des habitudes.

Alors ce jour-là, quand il est entré et a vu Matheo pleurer…
C’était…
C’était…

Comment était-ce, déjà ?

C’était comme une toile de famille qui soudain prenait vie. Une toile de moldu. Les toiles de sorcier bougent constamment.

Sur James, cela eu l’effet d’une toile de sorcier sur un moldu : deux secondes d’arrêt. Deux secondes de bug interne. Un excès de GABA, certainement, lui a gelé les neurones pour quelques secondes.

- Oh Matheo, que s’est-il passé ?

James n’a pas attendu la réponse – la chouette avait mal, cela crevait les yeux. Et à moins d’avoir un manque de pregnenolone en même temps qu’un manque de GABA, qu’un manque d’acétylcholine et d’hormones sexuelles tout en même temps, il était impossible de ne pas remarquer que la pauvre bête souffrait.

Il a ouvert la porte du service vétérinaire - en grand fracas.
Il a fait déposer la chouette sur la table d’opération – en douceur.
Il a lancé un sort de non-douleur – en grand verbiage.

‘Je ne l’ai pas endormi tout à fait, je préfère qu’il soit conscient pour tester ses réflexes… Il faudra l’apaiser le plus possible pendant que je le soigne.’

Cela étant dit, James se mit à regarder la chouette sous toutes les coutures – ou du moins, tenta, si Matheo avait du mal à calmer son petit compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Service vétérinaire

Message par : Elena Denger, Mar 16 Fév - 1:26





Protego, le chat-chouette


[HRP] Si tu souhaites clôturer n'hésites pas, je t'offre mon LA. [/HRP]

Monsieur Morris écarta d'un revers de la main James et Elena sans dire mot, marchant alors, invitant les deux jeunes gens à le suivre. Cheveux de flamme s'avança en premier, suivi de la jeune aigle sans rien dire, Protego quant à lui semblait heureux, peut-être sentait-il se qui allait arriver... Ou alors, c'était juste l'idée d'être le centre d'attention, la chance de pouvoir recevoir des câlins...

Ils étaient apparemment arrivés à l'arrière d'une maison, une maison sans vitre... S'trange. L'homme poussa la porte qui grinça... Il lança un « Ici. » Bon bah ça devait être ici n'est-ce pas. ( AHAHAH ). Le vétérinaire le remercia d'un air pas rassuré, la bleue et bronze n'osa pas parler et lui adressa qu'un simple hochement de tête. Monsieur Morris enchaîna avec un « Ne faites pas de bruit. » pour avoir en réponse de la part du jeune homme un « Non, non ». Simple, mais suffisant. C'est alors que l'éleveur appela d'une voix douce ( Grand dieu est-ce réellement possible qu'un pirate ait une voix douce ? ) deux chouettes, « Fifi et Loulou. » Riri ne devait pas être bien loin (Les insomnies m'offrent un humour de Mer**). Les deux volatiles tournèrent leur tête, suffisait de voir leur regard pour comprendre le dérangement... « Votre fils ». Une fois cela dit, Fifi et Loulou observèrent la boule de plume qui était encore sur Elena. La jeune femme les détailla du regard, sans vraiment savoir quoi dire... Protego quant à lui ne paraissait pas très sûr de lui, pas très sûr d'eux d'ailleurs...


Le jeune vétérinaire s'approcha vers la blondinette.

« Approche Protego de ses parents, je crois qu'il n'ose pas aller vers eux. »

« Bien d'accord merci. »

La bleue et bronze fit quelques pas, la chouette dans le creux de ses mains... N'osant pas trop approcher des parents pour ne pas apporter un déséquilibre dans leur habitude, l'aigle caressa l'oiseau avant de tendre les mains pour qu'il s'approche d'eux lui même. Après quelques minutes, il s'envola pour venir vers ses parents, comme pour faire connaissance en gardant cependant ses distances. Elena recula pour revenir près du vétérinaire.

« Je crois qu'il a compris. Qu'en penses-tu ? »


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Service vétérinaire

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Service vétérinaire

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.