AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 3
[Habitation] Dendroaspis' Place
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Hugh Dey, Dim 23 Aoû 2015 - 22:19


______________________________


Voici l'habitation (Duplex) de Théodore Winderfelt.

Il peut poster dès à présent.

______________________________


Dernière édition par Hugh Dey le Ven 3 Mar 2017 - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Mer 9 Sep 2015 - 16:13




Dendroaspis' Place



Présentation

Récemment légué par son père qui semble avoir trouvé mieux, ce Duplex au coeur de Londres a vue grandir le petit Théodore. Lorsque l'on voit l'endroit, on comprend rapidement pourquoi le jeune homme voue un culte à la perfection et au luxe. Le lieu est spacieux et richement décoré. Chaque objet à sa place propre et ne doit en bouger sous peine de ruiner complètement l'équilibre décoratif du lieu.





Salle de réception

En poussant la porte, on tombe sur la salle de réception. Une grande table à manger est située dans le centre de la salle. Cheminées et lampes pendantes contribuent à l'ambiance authentique du loft. Evidemment, un piano est également présent ainsi qu'une bibliothèque à la droite de l'immense table à manger. De n'importe quel point de vue, cet intérieur peut facilement submerger. De plus, deux zones sont séparées par un mur de briques apparent verticale. D'un côté les canapés, de l'autres les fauteuils. Que préferez-vous ?
Les portes côté canapés mène à un couloir qui débouche sur un côté cuisine et à la chambre de Théodore. Les portes côté fauteuils, elles, mènent à la salle de sport et à la salle de bain.





Salle de sport

Voilà une pièce qui tien à coeur au jeune homme, des miroirs décorent les murs. Face à eux se trouvent des vélos d'appartements. La pièce possède également de petits écrans sur lesquels on peut observer des émissions sportives ou bien écouter de la musique. La porte transparente mène au couloir qui mène lui même à la salle de bain.





Salle de bain

La salle de bain, elle, est déjà plus chaleureuse. Les meubles sont en bois tropicaux, pêché mignon de son paternel, et la lumière y est douce. La baignoire fait également bain à remou et le jeune homme se plait à y rester parfois des heures pour lire un bouquin. L'arche creusé dans le mur mène au couloir qui mène lui même à la salle de sport.





Chambre de Théodore

Lorsqu'on rentre dans sa chambre on pourrait se croire dans un hotel tant l'espace est impersonnel. Pas de photo montrant des passages de la vie de l'hôte, aucune affaires qui traînent. L'ordinateur portable souvent posé sur le lit est le seul témoin d'une activité humaine.  L'endroit est néanmoins baigné de lumière venue de l'extérieur, sinon les lampes de chevets donnent à la chambre la lumière tamisée utile à la détente.





Cuisine

Eclairée par de petites lumières qu'on pourrait qualifié d'étoilée, la cuisine bénéficie surtout de la lumière extérieur. De petites lampes murales sont posées par ci et par là pour créer une ambiance plus tamisée et réveler le calme qui se dégage du lieu. Parce que faire la cuisine calmement, c'est important. Là aussi plusieurs éléments décoratifs font partie du "tout" de la pièce. La technologie est maximale et la propreté remarquable.



L'Etage




Chambre

Complètement différente de celle de Théoore puisque la décoration y est déjà plus fleurissante. Une télé orne également l'endroit.





Salle de bain

L'air plus moderne que celle du rez-de-chaussé, elle est pourtant moins spacieuse. La baignoire est légèrement plus petite et le meuble du lavabo prend plus de place offrant ainsi une décoration non négligeable mais retirant également de la place.





Terrasse

Accessible par une porte vitrée à l'étage, la terrasse est petite mais acceuillante notamment grace au sofa installé. La verdure procure une décoration naturel tout en protégeant les échanges des regards voisins autour du Duplex.



Occupants:
 

Animaux:
 

Protections mises en place:
 

@Alicia Wind
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Dim 13 Sep 2015 - 23:11


Samedi, 18h24.
Elle allait bientôt arriver. Depuis combien de temps quelqu'un n'avait-il pas mis les pieds dans cet endroit ? Personne n'y avait jamais mis les pieds d'ailleurs à part sa famille et certains associés de son père. Parce que avant c'était la maison de son père. Mais à présent c'est la sienne. Donc logique qu'il invite des gens non ? Non. Non mais là c'était pas n'importe qui, c'était Shela. Voilà, c'est ce qui fallait se dire. Mais n'était-ce pas un peu dangereux de lui ouvrir sa porte ainsi ? C'était passer un cap quand même. Ils n'étaient même pas réellement ensemble. Si ? Puta*n toujours cette éternelle question. Il détestait être dans le flou. Peut-être était-ce le bon soir pour se mettre d'accord ? Quelle genre de relation entretenait-ils ? « Ah m*rde ! » Lâcha-il en français alors qu'il portait son doigt à sa bouche. Il venait de se brûler avec la casserole bouillante. Ce dernier cuisinait des pâtes à la bolognaise. C'est ainsi qu'il mit les spaghetti à chauffer, maintenant qu'il savait sans le vouloir que l'eau était bien bouillant, et qu'il jeta un coup d’œil à la sauce dans l'autre casserole. La viande hachée se trouvait dedans également, bref tout était prêt.

Il s'empressa également de mettre la table suivant un schéma très précis. Couteau à droite, fourchette à gauche.. Ce n'est que des pâtes ils n'auront pas besoin des autres. La cuillière à dessert vint se positionner au dessus de l’assiette. La salière et poivrière en haut à gauche de chaque assiette. Ouais, chacun les siennes. Le verre à haut au dessus de la cuillère et les verres à vin à droite des verres à eau. Il ne mettrait qu'un verre au lieu des trois verres de vin habituels. Habituellement on en mettait un pour l’entremets ou le dessert, un pour le vin blanc et un pour le rouge. Mais là ce n'était pas la peine. Si ? Mais non. Déjà qu'il n'était pas très portée sur l'alcool. Une petite serviette soigneusement pliée et glisser dans les verres à eau. Voilà.

Jetant un dernier regard à l'immense table, le mannequin avait prit soin d'installer la vaisselle face à face pile poil au milieu de la table. La normalité aurait voulu qu'ils s'installent chacun à une extrémité de la table mais ce n'était pas très sympas comme ambiance … Si ? Il aurait du. Amorçant un pas pour saisir la vaisselle il se stoppa au dernier moment. Puta*n fallait vraiment qu'il se débarrasse de toutes ces manies c'était invivable. Il n'aurait pas du inviter Shela, elle allait se rendre compte à quel point son état était grave et .. et quoi ? Qu'allait-elle faire de toute façon ? Il était fatigué de réfléchir. Poussant un soupir et frottant nerveusement ses mains l'une contre l'autre pour se retenir de ré-arranger une nouvelle fois les couverts, le mannequin se dirigea plutôt vers le piano pour entamer une mélodie. Voilà, ça ça allait le détendre.


Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Lun 14 Sep 2015 - 21:11


Samedi, 17h02.
- Casses-toi, Patacitrouille...

Pardonnez le prénom. Ce chat n'est ni orange, ni doux, et ne doit pas être très agréable en bouche. Seulement voilà, s'il avait fallu l'appeler selon ses caractéristiques morales, c'aurait donné un truc bien moins prometteur. Flanquer un nom sympa pour cacher quelque chose de pas net, c'est fourbe, mais tout le monde le fait. Méningite, c'est anodin, c'est un mot rigolo, non ? Bah tu peux en crever. C'est comme donner le noble nom d'Aspic à un examen qui te torture une année. Insensé.

Elle me vieillit, cette robe. A moins qu'elle ne me fasse paraître que plus mûre. Blanche rayée noir. A l'horizontal. Manches aux trois-quarts. Collants noirs parce-qu'il-ne-fait-plus-si-chaud, low boots compensées marron. C'est peut être trop. Non ? Suffit de pas trop forcer sur le maquillage. Bordel, c'est bon, pas la peine de se casser la tête de cette manière. Pas comme si il m'avait jamais vu avec le moche uniforme de l'école, ou de simples vêtements pour trainer. Ou rien du tout. Et un truc à amener ? Comme je n'avais eu aucune envie de me dépatouiller seule dans la mare d'idées de cadeaux auxquels étaient associés un thème à chacun - les fleurs c'trop guindé, l'chocolat trop plein de sous entendus, un truc trop cher c'est qu'on s'estime pas assez, etc. -, j'avais opté pour le truc de base, facile à placer à presque n'importe quelle occasion. Ca m'énerve, ça aussi. Le fait que j'prenne ça pour un truc trop sérieux. Alors que le cadre le plus approprié serait plutôt relation intime. Or on aurait dit que je me rendais à un dîner de travail. Brrr. Bon, c'était pas tout, mais j'étais prête et l'heure tournais tout doucement; il allait falloir faire vite si je souhaitais ne pas briller par mon absence. Un vrai parcours du combattant m'attendait, en plus. Marcher jusqu'à Pré-au-Lard, prendre la cheminée jusqu'au Chaudron Baveur et puis attraper un taxi moldu. J'aurais du passer cette foutue épreuve de Transplanage.

Il pleuviote, à Londres. Mais je m'en fiche, j'ai rapidement pu m'engouffrer dans un taxi, et je n'suis même pas en retard. Top classe. Un flot de paroles ininterrompues se déversent de la radio, parfois accompagné d'un ou deux coups de klaxons du chauffeur grognon. Pourtant il ne devrait pas se montrer si hargneux. Plus il perd du temps dans ces embouteillages, plus ma note s'allonge. Mais je ne porte pas grande attention à toutes ces petites choses, puisque je suis à présent immobile et sais parfaitement que je vais l'être encore un petit moment, seule dans ma tête. J'devrais même pas me mettre dans cet état. En fait, je devrais être heureuse. Pas comme si j'avais pas fait d'efforts, en plus. J'déteste ne pas tenir parole - sauf s'il s'agit de mensonges autorisés par moi-même. C'est à la fois étrange et familier. De tout. Tout ça. Le taxi finit par s'arrêter dans un grognement du chauffeur qui donne quelque chose du genre Dendroaspis' Place. Une fois dehors, dépouillée d'une grande partie de mes moyens de paiement moldus, je lève les yeux vers la haute bâtisse qui - je l'espère - doit être habitée par Théodore et m'avance pour poser un doigt sur la sonnette.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Lun 14 Sep 2015 - 21:40


Les notes résonnaient dans l'appartement et ça détendait parfaitement le jeune homme. Il adorait ça, jouer du piano. Avec la lecture et le ménage c'était ses passes temps favoris. Enfin, le ménage c'était surtout pulsionnel mais bref.. Il chantonnait tout en jouant l'air qu'il venait d'entamer. Il était serein, l'espace de quelques minutes il en oublia presque que Shela allait arriver d'une minute à l'autre. Mais voilà, ce moment de plénitude ne dura pas puisque, quelques minutes plus tard, la sonnerie prévenant de la présence d'un visiteur le fit sursauter. Non pas que le bruit fut strident ou surprenant, mais Théodore n'avait jamais entendu la sonnette retentir depuis des années. Depuis qu'il avait quitté le domicile familiale, en faite. Ok. Inspiration, expirations. Quittant son piano, prenant soin de fermer le clapet de celui-ci pour éviter à la poussière de s’insérer entre les touches, Théodore passa rapidement devant la table pour s'assurer que tout était parfaitement à sa place. Comme si, en quelques minutes, un couvert aurait pu bouger de sa place. Normal. Remarquant les gouttes de pluie sur les vitres du duplex, le professeur se hâta d'aller ouvrir la porte pour laisser la demoiselle se mettre au sec.

S'observant dans le miroir près du porte manteau, le mannequin tira légèrement sur son tee-shirt blanc pour le positionner encore plus correctement qu'avant. Sa chaîne parfaitement placée à la base de son cou, son jean noir parfaitement ajusté et ses chaussures de ville en cuir sagement accrochées à ses pieds.. Tout était nickel. Normalement. Quoi que.. Le tee-shirt blanc c'était typique des mec trop sûr d'eux .. Il le moulait peu-être un peu trop d'ailleurs ? Fais chier ! Se souvenant rapidement que Shela attendait toujours derrière la porte, il saisit la poignée nerveusement pour la tourner. « Entres, j'arrive. » Sans même s'assurer qu'il s'agissait bien d'elle, Théodore entama une marche saccadée jusqu'à sa chambre au bout du couloir du côté des canapés. Il ouvrit sa penderie rapidement et se mit à mordre sa lèvre inférieure nerveusement. Que mettre ? Retirant son tee-shirt sans aucune délicatesse, le français saisi une chemise bordeaux .. ça faisait trop rendez-vous sérieux ça ? M*rde. M*rde m*rde !

C'était quoi ce bruit ? P*TAIN ! Les pâtes ! L'eau devait tellement bouillir qu'elle tombait sur les plaques. Tenant toujours la chemise dans une main et le tee-shirt dans l'autre, le maniaque se mit à courir pour traverser le couloir et, passant devant Shela, il lui lança littéralement les vêtements dans les bras. « Chemise ou Tee-Shirt ? » Balança t-il à la volée alors qu'il traversait l'autre couloir pour rejoindre la cuisine. Manquant de glisser et de se prendre un mur, il arriva finalement face aux plaques et saisie la casserole pour la retirer de la cuisinière. Mais comme un malheur n'arrive jamais seul, le voit qui se brûle la main. « Aaaaah fais ch*er ! » Tout cela dans un français parfait. Il venait de lâcher l'accessoire de cuisine dans l'évier et il se tenait à présent la main tout à coup très rouge. L'eau s'était presque complètement évaporée et les pâtes avaient collées. P*tain. De. Mer**. Il allait pleurer. Réellement. Ouvrant le robinet sur de l'eau froide, il poussa un soupir tout en passant sa main sous l'eau. Ses deux mains s'étaient d'ailleurs misent à trembler. Il allait arranger la situation. Fallait juste qu'il se calme. Ça commençait horriblement mal, qu'allait penser Shela ?
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Lun 14 Sep 2015 - 23:09


La porte s'ouvre bientôt sur un rapide Entres, j'arrive auquel j'obéis docilement. J'ai à peine le temps d'avoir une pensée pour Théo et ce qui devait le retenir que mes yeux se posent sur le spectacle qu'est cette maison. Wouh. C'est géant. Je ferme la porte derrière moi et m'avance de quelques pas, histoire de prendre la mesure du lieu. C'grand, c'beau, c'est rangé surtout. Rien ne dépasse. Il a quand même pas fait ça aussi impeccablement juste pour moi ? Et puis je repense aux plaids et autres poufs parfaitement alignés lors de ses cours. Peut être que non, finalement. Bordel, sa maison est une suite d'hôtel cinq étoiles. Pas d'soucis d'argent l'monsieur. J'ai jamais vécu dans la misère, ni dans le luxe d'ailleurs, j'suis dans la bonne moyenne qu'on appelle sales petits bourges et équivaut à être confortablement installé dans le système économique, sans y être trop haut placé. Mais sans envier qui que ce soit, c'est toujours chouette à voir, une maison qui a les moyens de ressembler à une suite - cinq étoiles.

Encore deux trois pas. C'chaleureux, comme endroit. Décoré avec goût. Ses goûts à lui, donc. Tiens, un miroir. Le peu de pluie ayant atteint mes cheveux n'a pas réussi à les transformer en crinière bouclée. Le bruit de cavalcade d'une personne pressée couvrit un autre son dont je ne pu déterminer l'origine, et Théo déboula tout d'un coup devant moi - sans haut, oui, j'ai eu le temps de noter ça - en me lançant à la volée une demande de conseil vestimentaire. J'attrapais les affaires, n'ayant pas trop le choix d'ailleurs, les laisser pitoyablement retomber au sol serait idiot, et jetais un coup d'œil aux tenues. Mon choix était vite fait, il avait même été trouvé avant de pouvoir observer les pièces de tissus. Sans rien. Mais bon, c'était pas dans les options, tenons en nous à la demande du m'sieur et gardons le T-shirt. Tout aussi soudainement que son arrivée pour le moins surprenante - et pourtant, il est chez lui -, cris en français que mon piètre niveau ne saisi pas. Ok, ok, je bouge. Je pose la chemise sur le dossier de la chaise la plus proche et marche rapidement vers la pièce dans laquelle mon hôte s'est engouffré. Rapide calcul des lieux, la cuisine. Tout aussi impeccable et bien ordonnée mais CHUT ce n'sont que des détails, c'qui me chiffonne c'est pourquoi il a du gueuler en français - parce que si j'étais la destinataire, il fallait traduire. Je passe devant les milles détails de la pièce et regarde par-dessus son épaule - disons son bras, plutôt. Je vois deux choses. Pâtes. Main pas de la bonne couleur.

- Laisses, fis-je en sortant ma baguette. Vive la majorité. Curo As Velnus.

Comme une c*nne, rien ne m'viens comme sortilège contre les brûlures, puisqu'apparemment c'est ce dont il s'agit. Casserole, filet de fumée, risque pas d'y avoir trente six milles autres possibilités. Evitons de penser à cette nourriture dans la casserole. Evitons de penser à ces pâtes. S'éloigner du rebord des cuisinières et autres trucs de cuisine - j'ai jamais été douée en ça. Ce ne fut qu'au moment où je me décidais à bouger que je remarquais que je tenais le poignet de Théo, histoire de pouvoir jeter ce sort, et je la relâchais. Mince, c'était pas moi qui tremblais ? Ca faisait si mal que ça ? Malgré le sort ?

- Mer*e, désolée, ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Lun 14 Sep 2015 - 23:50


« Laisses – Ne s'attendant pas du tout à voir Shela débarquer, certainement alerté par son cri, Théodore leva un regard presque craintif vers elle alors qu'elle sortait sa baguette. Curo As Velnus » Immédiatement, la douleur se fit moins violente, plus supportable. Poussant un soupir, serrant et dé-serrant sa main, le français ne remarqua même pas que ses mains tremblaient toujours de stress. S'il commençait à faire une crise psychotique, la soirée allait être très longue. Fallait qu'il se calme. C'était pas grave, des pâtes ça se refait. On remet de l'eau et on recommence. « Mer*e, désolée, ça va ? - De quoi s'excusait-elle ? C'était plutôt à lui de s'excuser bordel. Il était à moitié à poil entrain de trembler comme un veau à l'abattoir. Oui oui.. ça va .. Merci. » Remarquant qu'elle avait gardé le tee-shirt, le français l'attrapa maladroitement pour l'enfiler. Il se sentait tout à coup bien trop à l'étroit dedans et des bouffées de chaleur se joignirent à son état.

Ça ne l'étonnerait même pas que ses yeux se soient humidifiés. Yeux qui, d'ailleurs, glissèrent jusqu'à la demoiselle qu'il n'avait même pas prit le temps de regarder. Immédiatement, son rythme cardiaque prit une toute autre allure, pas déplaisante. Elle était belle. Bon, elle l'était tout le temps, mais là. Pfiou. Ses cheveux étaient légèrement humides et Théodore ne pu s'empêcher de glisser ses doigts tremblants dans la chevelure blonde pour tenter de l'arranger un peu. Ce n'était pas une insulte à sa coiffure, mais ça le détendait. « Faut que j'recommence .. Vas dans le salon, je te rejoind.. » Voilà, il avait besoin d'être seul 5min pour reprendre un peu ses esprits. Se séparant d'elle pour jeter les pâtes trop cuites à la poubelle, le maniaque remit de l'eau dans la casserole et la déposa de nouveau sur la plaque. Ok. Cette fois ça allait rouler. Secouant ces mains dans le vide comme pour se débarrasser de quelques choses qui y serait coller, en réalité c'était pour évacuer sa frustration, le jeune homme attrapa la bouteille de vin rouge pour l'apporter avec lui dans le salon.

Lançant un regard curieux vers Shela pour voir ce qu'elle faisait, l'hôte de la maison versa le liquide rouge dans les verres prévus à cette effet. Il les saisit, toujours d'un geste tremblant, et apporta le sien à la blonde alors qu'il montait le sien à ses lèvres dans l'espoir qu'une gorgée lui ferait du bien. « T'as.. trouvé facilement ? 'Fin.. T'es venu comment ? » Puta*n, voilà qu'il s'exprimait comme un intimidé à présent. Non décidément il ne gérait pas du tout là. Tout à coup, un détail lui revint en tête et son regard, bien malgré lui, se mit à relooker littéralement la jeune femme. Avait-elle mangé correctement aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Mar 15 Sep 2015 - 23:53


- Oui oui... ça va .. Merci.

Je l'avais jamais vu aussi... Vulnérable, c'est le mot ? Démuni. Mon point d'ancrage. Démuni. Ca faisait presque peur. Ce n'était que des pâtes. Mais remercions ces derniers vifs événements pour avoir réussi à détourner mon attention sur quelque chose d'autre que mon stress. Qui ne devrait pas avoir lieu d'être. Théo avança une main dans mes cheveux, et je pu presque entendre la bourrasque de mon ventre qui jouait aux montagnes russes. Toute petite chose à sa valeur, qui ne se mesure d'ailleurs pas à sa taille physique. Eh, pourquoi il a remit son T-shirt ? Faut que j'recommence... Mmh, il aurait pu s'en passer. Franchement, les pâtes avaient un bien meilleur aspect au sol que dans une assiette. Vas dans le salon, je te rejoins... Je retourne dans la pièce principale, ne souhaitant pas chipoter, et laisse mes yeux vagabonder sur les meubles, murs, objets. Un endroit si bien rangé, mis à part la chemise sur la chaise, qu'il est facile de laisser le désordre dans sa tête s'échapper pour combler les espaces à désordonner.

Théo n'est pas long et refait surface deux verres à la main, deux verres teintés d'un liquide rouge bordeaux. C'est drôle, tout ça, le vin, l'invitation, les beaux habits. Ca fait adulte. Mature. C'est à la fois étrange et émoustillant. D'faire un truc de grand. Le genre de choses que je ne m'imaginais pas faire il y a un an. C'est plaisant d'être considérée comme telle, et intimidant, aussi, comme si il attendait de moi des trucs dont je suis incapables, dont je n'ai aucune connaissance. T'as.. trouvé facilement ? 'Fin.. T'es venu comment ? Zieutage complet, ce qui m'fais penser que je n'ai pas encore donné à mes yeux à moi le spectacle qu'ils réclament depuis que je suis là. Il est presque parfait. Seulement trop de tissu. Dommage.

- J'ai pris le taxi depuis le Chaudron Baveur. Rapide, clair et concis. Pas un sujet sur lequel je souhaite m'étendre, étant donné le peu d'intérêt que j'y porte. Merci pour l'invitation sonne faux, c'est trop impersonnel. J'suis contente d'être là, souris je en prenant le verre qu'il me tend. Et maintenant ? Vers quel sujet s'orienter ? J'n'ai aucune idée de quoi dire. Il sait qu'il est beau, que sa maison est belle, que son vin est bon - parce qu'il l'est - et quel temps il fait, et il est difficile d'entamer une discussion avec de l'humour ou quelque chose de trop lourd. J'suis dans la mer*e.

- Ca va ? Je veux dire, à part, ta main... Je m'enfonce. Si tu vas bien. C'est bon, j'suis enterrée. Profond.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Mer 16 Sep 2015 - 0:43


« J'ai pris le taxi depuis le Chaudron Baveur. - T'as eu assez ? » Tout en buvant une gorgée de vin, le professeur se dirigea vers le porte menteau pour sortir une trentaine de livre de sa sacoche. Ça devait faire à peu près ça du Chaudron jusqu'ici. Sauf si elle s'était prit les bouchons ? Mer**, pas de monnaie. Bon, 50. Revenant vers l'adolescente avec le billet rosé, il lui tendit le plus naturellement du monde. « J'suis contente d'être là. Encore heureux.. 'Fin, ''contente'' devait être un grand mot vue le début de la soirée .. - Et moi je suis content de te voir. » Voilà. Blanc. Pour couvrir le silence, le brun but une nouvelle gorgée du vin rouge. Puta*n, habituellement il était le moteur phare des conversations. Là, bizarrement, il n'avait rien à dire. Il pourrait la complimenter ? C'est ce que les codes voulaient, non ?

« Ca va ? - Mm ?.. Je veux dire, à part, ta main... Si tu vas bien. » Si il allait bien ? Ouais. Non ? Bah si. Pourquoi il n'irait pas bien ? C'était plutôt à elle qu'il fallait poser la question. Ouvrant la bouche pour répondre, et accessoirement lui retourner la question, il fut interrompu par un miaulement curieux en direction de Shela. Tournant son visage vers le piano, le jeune homme se sentit légèrement plus détendu à la vision de Nini qui descendait les escaliers sans lâcher l'adolescente du regard. Jalouse. « Vous ne vous connaissez pas .. Nini, Shela. Shela, Nini. » La chatte s'approcha avec lenteur pour renifler, tel un petit chien, les jambes de la blonde avant de s'y frotter gentiment. Mine de rien, il était soulagé que sa femelle accepte Shela. Ça aurait été bête qu'une guerre froide ait lieu dans la maison.. Non parce que, sérieusement, elle était fourbe cette chatte. « J'ai un Augurey aussi, mais il reste à Poudlard. » Bah voilà, il faisait la conversation.

Soudain, un détail retint son attention. Un détail qu'il n'avait pas encore remarqué. La chemise toujours sur le dossier de la chaise. Oulah. Pas bon. Pas équilibré. Pas sa place. Tendant son verre à Shela pour qu'elle lui tienne, le maniaque s'empressa d'aller chercher la chemise pour la replier correctement. Il pourrait en profiter pour lui faire visiter ? L'eau des pâtes ne devait pas encore bouillir. « Viens, j'vais te montrer les alentours. » Reprenant son verre de l'autre main, il fit signe de tête à la préfète de le suivre à travers le couloir menant à la cuisine et à sa chambre. « Bon la cuisine tu connais du coup.. Et ici .. Allumant la lumière au plafond, le français se décala légèrement pour la laisser entrer. C'est ma chambre. Bon, c'est un peu le bordel j'ai pas fais le ménage mais tu vois l'ensemble. » Le bordel ? Haha, venant de Théodore ça signifiait ''Les poussières invisibles n'étaient pas faite'' parce que, clairement, tout était parfaitement rangé telle une chambre d’hôtel. Traversant l'endroit, il posa son verre sur la commode pour ouvrir sa penderie et y ranger sa chemise avant de se retourner vers la seule présence féminine de la pièce.

Croisant ses bras contre son torse, il s'approcha de nouveau d'elle, les lèvres légèrement pincées. « Au faite, ça va toi ? » Un sourcil arqué, l'air tout sauf innocent, il voulait clairement lui faire comprendre de quoi il parlait. Il voulait savoir si elle arrangeait sa situation, ça l'inquiétait. Elle n'avait pas l'air faible, c'était déjà ça. Lentement, les mains de pianistes vinrent se poser sur les joues de la plus jeune. Ses pouces bougèrent lentement pour caresser la peau de son visage, le seul endroit de son corps qui ne semblait pas atteint par la maigreur qu'elle s’infligeait. « T'es belle. » Toujours en français, comme la première fois qu'il lui avait dit. Un soir un peu alcoolisé d'ailleurs, mais c'était honnête et ça l'est toujours d'ailleurs. « Alors arrêtes de te faire ça. » Bah oui parce que, dans sa petite tête, si Shela contrôlait son poids c'était pour des raisons purement physique. Parce que c'est comme ça que ça fonctionnait lorsqu'il était dans le mannequinat. Il ne pouvait pas s'imaginer une autre raison. Lentement, mais sûrement, il pencha son visage pour déposer ses lèvres charnues contre les siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Mer 16 Sep 2015 - 20:48


Le réponse ne vint pas de la personne escomptée, et ce fut dans une langue dont j'ignore jusqu'aux rudiments. Vous ne vous connaissez pas .. Nini, Shela. Shela, Nini. D'un blanc immaculé, une boule de poils me jaugeait à l'odeur, et je pris une seconde pour courber l'échine afin de la câliner entre les oreilles. Rien à voir avec Patacitrouille, auquel je n'aurais, d'ailleurs, jamais présenté qui que ce soit. Un vrai filou, mérite pas ça. Qu'avait dit Théo juste avant, d'ailleurs ? Qu'il était content de me voir ? Excusez le peu d'intérêt que j'y ai porté, mais j'avais en tête le billet qu'il m'avait tendu après avoir appris que j'étais venue par un moyen de transport relativement avare. Pas question d'accepter. Appelez ça comme bon vous semble, orgueil, dignité, moi je trouve qu'il s'agit de la moindre des choses, que j'vienne de mes propres moyens.

- Hé, pour ton billet... Mais il me tendait déjà son verre et attrapais la chemise qu'il s'empressa de plier soigneusement. Je souris malgré moi; c'était à la fois drôle et attendrissant, cette envie de netteté. Viens, j'vais te montrer les alentours. Je lui rendis son verre et traversais sur ses traces la pièce principale à laquelle je jetais encore quelques regards - c'est d'ailleurs la consolation de tout être humain : ce qu'on a pas, on peut le voir, et ce qu'on ne voit pas, on se l'imagine. C'est ma chambre. Bon, c'est un peu le bordel j'ai pas fais le ménage mais tu vois l'ensemble. Il se fiche de moi ? J'suis loin d'être bordélique, mais à côté de ça, j'suis bien classée dans les chambres fouillis. La pièce avait beau paraître plus moderne que le salon, l'esprit était le même - sans parler du côté maison d'exposition qui demeurait supérieur au côté chaleureux -; et puis le truc géant de l'endroit, c'est la baie vitrée juste devant le lit. Absolument parfait. J'allais d'ailleurs le lui faire remarquer mais il fut plus rapide. Au faite, ça va toi ? Mer*e. J'étais préparée à ça, c'tait le sujet obligatoire de la soirée, mais j'aurais préféré l'aborder plus tard, bien plus tard, et si possible avec plus qu'un demi verre d'alcool dans le sang. Voir même jusqu'à l'oublier. Oups, j'y avais pas pensé, désolée faut qu'j'y aille ! Un truc dans l'genre. La montagne russe dans mon ventre, jusque là restée tranquille, redémarra en puissance lorsqu'il encadra mon visage de ses mains. Tricheur. C'était tellement facile pour lui de me faire dire n'importe quoi. Quoique... Sa manière de faire n'est pas déplaisante. T'es belle. Certainement les seuls mots français que j'aimais. Alors arrêtes de te faire ça. Mais faire quoi, bordel ? D'un côté, c'est la seule façon d'aller mieux, de l'autre, la pire des manières d'y arriver. Arrêter ? Mais oui, j'aimerais bien, vraiment. Sincèrement. Et puis zut, j'arrive plus à parler. Muette. Ca m'donne envie de pleurer. Et le fait de pas pouvoir contenter tout le monde, aussi. Lui, et moi. Je lui rend son baiser mais doucement, et je m'écarte sans plus approfondir. S'il veut que je parle, mieux vaut garder mes lèvres loin des siennes - et un équilibre émotionnel stable.

- Question compliquée. Il ne m'avait même pas répondu, et j'aurais tout aussi bien pu retourner la situation, mais c'aurait été éphémère. J'aurais aussi bien pu jouer l'innocente quant à la nature de la question, mais le résultat serait le même. J'ai mangé. Un peu. Et hier aussi. Inutile d'ajouter que ça n'allait pas bien au-delà. Je suppose que ça va. Physiquement, du moins, et puis nous verrons bien une fois la bouteille terminée l'effet que ça aura. Je n'vais pas mal dans ma tête non plus, pas vraiment. Faudrait-il le préciser ? Pas maintenant, j't'en supplie, pas maintenant. Je secoue la tête : Oui, oui, ça va. Mais toi ?

Ma réponse se faisant de moins en moins convaincante au fil de mes paroles - pourtant, seule la fin n'était pas qu'empreinte de vérité -, je réitérais ma question afin de m'éloigner du gouffre. J'étais déjà peu encline à m'aventurer dans ce sujet, mais maintenant, non. Vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Mer 23 Sep 2015 - 23:19


« Question compliquée. Ouh. La suite n'allait pas lui plaire donc. J'ai mangé. Un peu. Et hier aussi. Hochant lentement la tête de haut en bas, pour montrer qu'il la croyait. Enfin, il essayait. Mais il n'avait pas à remettre ses paroles en doute. Je suppose que ça va. - Tant mieux. Néanmoins ces simples mots semblèrent lui faire croire le contraire puisqu'elle ajouta rapidement : Oui, oui, ça va. Mais toi ? » Mouais, changement de sujet ; Haussant une épaule, ses mains encadrant toujours le visage de la belle, le professeur passait et repassait ses pouces le long de ses joues rondes. Oui, il allait bien. Il n'avait à se plaindre rien, lui. Sauf peut-être de la condition d'élève de la jeune femme. Puta*n, encore plusieurs mois à attendre. Attendre quoi demanderez-vous ? L'officialisation de quelque chose, peut-être. Malheureusement Théodore était bien trop attaché aux cadres, aux protocoles et aux règles morales pour pouvoir proposer une quelconque histoire sérieuse à la demoiselle. Elle était trop jeune pour qu'il lui impose ça. Pour qu'il s'impose. Ce n'était pas la relation en elle même le problème, mais lui. Vivre avec un maniaque ? Soyons réaliste 5min. Elle ne tiendrait même pas une journée.

Lâchant son visage pour glisser ses bras autour de sa taille et réfugier son visage dans le creux du cou féminin, le mannequin respira le parfum délicat qui se dégageait de la peau de Shela. Il adorait ce parfum. C'était quoi comme marque ? C'était moldu au moins ? Pas sûr. Entre ouvrant les lèvres pour poser la question, comme un con, il se ravisa rapidement. Qui posait ce genre de question dans un moment pareil ? Ta gue*le Théo'. Du coup, pour ne pas paraître suspect, il referma ses lèvres sur l'épiderme de la jeune femme. Histoire de faire comme si c'était prévu. Néanmoins, il préférait utiliser sa bouche pour ce genre de chose plutôt que pour parler. Poussant un soupir discret, remerciant les talons de la demoiselle qui l'empêchaient de se courber de trop, l'occlumens en oublia l'eau qui bouillait toujours. Pourtant il faisait souvent la cuisine, il était plutôt doué, mais voilà la présence de la blonde lui brouillait légèrement les ondes de raison.

Cette scène lui rappelait étrangement celle du bureau, le fameux jour où il avait découvert le corps de Shela trop maigre à son goût. Il la déshabillerait bien de nouveau, mais, en toute honnêteté, il n'avait pas envie de la revoir comme ça. Mais elle avait peut-être reprit du poids depuis ? C'était tentant de vérifier. Si tentant que les mains du pianiste avait déjà saisi le tissu de la robe pour la remonter avec une certaine lenteur. Juste pour s'assurer qu'elle disait vrai tien, c'est tout. Croix d'bois, croix d'fer... On va voir s'qu'on peut faire.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Altaïr Debrooks, Dim 27 Sep 2015 - 19:03


J'ai un peu emprunté le L.A de Myo, MP si problèmes. Wink
Oups...!
Avec
Théodore Winderfelt, Shela Diggle et Myosotis Aavery.

Londres vu du dessus, rien que ça. La capitale anglaise brillait sous les multiples lumières des habitations qui chassaient l'obscurité qui arrivait de plus en plus tôt. D'autres lueurs mobiles et indépendantes traçaient leur chemins sur les routes plus ou moins congestionnées, telles des lucioles cherchant leur voie dans la nuit. Le décor était d'autant plus sublime de la position où se trouvaient Myosotis et Altaïr. Les deux adolescents semblaient à deux doigts d'atteindre les étoiles tant ils volaient haut pour ne pas trahir leur présence des Moldus, tandis que le vent paraissait être en train de les guider de plus en plus au coeur de la capitale. Les bourrasques les décoiffaient et arrachaient des larmes au Serdaigle qui faisait de son mieux pour ne pas perdre trop de visibilité.

Ce soir-là, il voulait mettre le paquet. Autant dire que son dernier rendez-vous avec Myosotis n'avait pas été des plus réussis, et plus particulièrement le final explosif de Shela qui l'avait complètement pris au dépourvu. Il était conscient d'avoir agit stupidement et de s'être plongé dans de nombreuses situations délicates, mais il était bien déterminé à se rattraper. Emmener sa petite amie dans l'appartement que lui prêtait de temps à autres Théodore n'avait pas été une affaire délicate. Heureusement, la Poufsouffle avait récemment intégré l'équipe de Quidditch de sa maison en tant que remplaçante, et c'est ainsi que le jeune homme en était venu à lui proposer cette petite virée aérienne. Ils auraient pu s'y rendre en transplanant, mais Altaïr ne maîtrisait pas le transplanage d'escorte pour emmener Myosotis avec lui. En lui exposant son idée, le Serdaigle n'était pas vraiment sûr de la réponse de la jeune fille et avait été terriblement rassuré en l'entendant accepter. Les deux adolescents avaient alors pris le temps de prendre leurs balais volants, et après le repas, ils s'étaient rendus clandestinement à Pré-au-Lard, avant de décoller pour Londres.

Altaïr s'était déjà rendu plusieurs fois dans l'appartement de Théodore, et avait même prévu d'y emménager une fois sa scolarité terminée. La proposition de son meilleur ami était d'une telle générosité qu'il se sentait presque gêné de se rendre dans les lieux, mais il avait envie d'emmener Myo dans un cadre extérieur à Poudlard pour une fois. Avec un peu de chance, une préfète Serpentard ne serait pas là pour leur gâcher à nouveau la soirée. Alors qu'ils se trouvaient à quelques pas de la structure reconnaissable du Big Ben, Altaïr fit signe à Myosotis de descendre progressivement en direction d'un espace qui semblait désert de toute circulation.

Une fois au sol, Altaïr tendit la main à sa petite amie et l'entraîna dans les rues de Londres, tout en discutant distraitement de sujets plus diverses les uns que les autres. Il tentait de se localiser dans la vaste capitale, mais cela n'était pas chose aisée. Suivant son instinct et quelques panneaux directionnels, ils finirent par arriver dans la rue où se trouvait le duplex de Théodore. Il imaginait qu'il devait être étrange pour Myosotis de se rendre dans le foyer d'un de ses professeurs de Poudlard, mais il espérait qu'un tel détail ne la rendrait pas nerveuse toute la soirée. De toutes façons, même si Winderfelt arrivait à les surprendre, il ne ferait aucune remarque déplacée. Néanmoins, Altaïr avait fait en sorte de venir à une heure où le jeune professeur devait sans doute être en pleine escapade dans la capitale.

Une fois devant le duplex, le Serdaigle sortit une petit clef qu'il glissa dans la serrure, mais s'arrêta avant de la tourner. La porte était déjà ouverte. Cela n'augurait rien de bon. Poussant le battant de la porte, il s'infiltra dans la salle de réception, Myosotis sur ses talons. La pièce était très vaste et accueillaient de nombreux éléments décoratifs plus somptueux les uns que les autres, mais ce qui donnaient le plus envie à Altaïr, c'étaient les fauteuils moelleux qui lui faisait face. Ne remarquant la présence de personne, il se tourna vers sa petite amie, et lui lança à voix basse :

-C'est bizarre, la porte était ouverte. Et les lumières allumées. J'croyais pourtant qu'il ne serait pas là...

Fronçant les sourcils, le Serdaigle fit valser son regard dans tous les recoins de la large pièce, avant de crier afin de se faire entendre dans tout le duplex :

-THÉO ! T'ES LÀ ?!
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Dim 27 Sep 2015 - 22:26


Pas de réponse concrète, mais pas de forcing non plus, alors je lui adresse un merci silencieux. Bordel, ses yeux. Ils ont toujours ce truc spécial que je ne saurais définir. La situation est tellement, tellement moins tendue, mais quelque part ça me rend dingue. Comme si je ne pouvais passer un seul moment en sa compagnie sans changer d'état d'âme en quelques instants, comme si tout devait toujours passer d'un coup du noir au blanc. Je suis prévisible, il ne l'est pas. Pas pour moi. Donc je ne le suis plus non plus ? Après réflexion, ce n'est pas si mal. De se voir sous un angle différent. Le truc c'est d'oublier de croire que j'ai des comptes à rendre à tout le monde, après quoi je pourrais souffler.

Lorsque ses mains quittent mon visage pour des contrées peut être plus attrayantes, j'en profite pour bouger également et accroche une main au niveau de sa nuque, juste à la naissance des premiers cheveux, et applique le même geste consciencieux qu'il pressait sur mes joues. Comment avais je pu avoir hésité avant d'avoir passé le seuil de sa porte de bureau ? Parce que si je n'y était pas allé, c'aurait été différent, j'n'aurais certainement jamais mis les pieds ici ce soir - mais je n'aurais peut être pas eu de remords, puisque je n'aurais pas même imaginé ceci. Mais voilà, peut être qu'en mourant on se rend compte de tout ce qu'on a loupé et de tous les trucs qu'on aurait du faire autrement, et à ce moment là j'aurais pu regretter. Chut chut chut, pensées puériles et inutiles. Penser présent. Juste présent. Rien d'autre ne compte, à ce qu'il paraît. C'fait beaucoup de bonheur à cours terme. Et beaucoup de temps perdu à y penser, d'ailleurs. S'il s'agit du présent mué dans les lèvres de Théo, il a tôt fait de me ramener à lui. Sauf qu'après ses lèvres il s'attaque aux mains, le vilain, et qu'aussi tentante qu'elle puisse l'être, cette initiative ne fis pas que chatouiller mon ventre et ses sens primaires - et bien plus intéressants, si vous voulez mon avis -; elle attisa aussi une autre forme d'excitation bien moins agréable, dont les fondements se nichent habituellement dans la tête et se voit appelée nervosité. Attendez, attendez. S'il y a bien une chose que je sais tirer d'une situation, c'est les compromis. Et il se trouve qu'actuellement, nous nous trouvons juste devant l'entrebâillement de la porte, à une distance minime de l'interrupteur. Pas de lumière égal sécurité correcte. C'loin d'être optimal, comme plan, mais c'devrait suffire à calmer la mauvaise moitié de mes nerfs. Je repousse les épaules de Théo de façon à avoir une seconde d'attention et rattrape le baiser que j'avais écourté. Mes lèvres - ou les siennes ? - sont brûlantes, et je me surprend à guider ses mains des miennes. Heureusement qu'il n'a pas gardé la chemise, c'est long et fastidieux à enlever. Même si le T-shirt, c'est toujours plus ennuyeux que rien du tout, surtout que j'n'ai aucune envie de stopper ses mains en si bon chemin - vraiment ? Si si, il fait noir, chut.

Si toutes les bonnes choses ont une fin, les miennes ont tendance à finir bien trop prématurément. Bordel, c'pas possible ça, quelqu'un vient que balancer le nom de Théo, ce qui, si ça confirme qu'il ne s'agit pas d'un cambrioleur, vient encore une fois interrompre un moment fort trop plaisant. Sans tout à fait me détacher de lui, je fronce les sourcils d'un air interrogateur à l'adresse de Théo. Tu attends quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Myosotis Aavery, Mar 29 Sep 2015 - 17:54



Oups... !
- pv Altaïr, Théodore et Shela -


Vivante. Elle se sentait vivante. Ses soucis s'étaient envolés la seconde où Altair lui avait proposé de passer une petite soirée en sa compagnie. Elle n'avait pas pu refuser. Leur dernier "rencard" c'était plutôt mal passé à cause de la rencontre fortuite de Shela Diggle, la collègue préfète des Serpentards de la brune. Une soirée électrique qui s'était terminée aussi mal qu'elle ne s'était commencée. Mais tout ça, c'était du passé. Deux jours s'étaient écoulés et la peine qu'avait ressenti la blairette s'était peu à peu apaisée. Et au comble du bonheur le beau Serdaigle lui avait proposé de se rendre à leur lieu de rendez-vous en balai. La seule petite chose qui la dérangeait. C'était que son petit copain l'invitait dans la maison de son meilleur ami qui n'était autre que Théodore Winderfelt, le professeur d'étude des moldus de la Pouffy. Il fallait l'avouer. C'était assez gênant. Cependant, il l'avait rassurée suffisement, il n'y aurait personne pour les déranger. Personne pour gâcher leur moment. Elle aurait le bleu et bronze pour elle toute seule. Enfin.

La brune respirait. Elle essayait de ressentir tous les moindres frissons qui parcouraient son corps. Voler était merveilleux, mais voler au dessus de Londres avec toutes ses lumières, l'était encore plus. De grosses bourrasques de vent venaient essayer de faire tomber les deux jeunes de leur balai mais en vain... La nouvelle joueuse de l'équipe des Poufsouffles commençait à avoir l'habitude et puis, hors de question de se ridiculiser devant Altaïr. Il venait à peine de quitter Pré-Au-Lard et le paysage avait déjà complètement changé. Elle ne ressentait que du bonheur.

Une grosse dizaine de minutes plus tard, le Serdaigle fit signe à Myosotis de commencer à descendre. La brunette fit un signe de tête à son copain et le suivit vers un des monuments le plus connu d'Angleterre, le Big Ben. Même si la jeune et noire habitait à Londres, elle restait toujours impressionnée devant de telles structures. Peu de temps après, les deux amoureux arrivèrent devant la magnifique demeure de Théodore. Myo ne se rendit pas compte que sa bouche était légèrement entrouverte. Elle était abasourdie devant la grandeur du lieu. Debrooks sortit une petite clé de sa poche et s'apprêta à la passer dans la serrure, mais ne fit que pousser la porte. Elle n'était donc pas fermée ? Ça n'annonçait rien de bon. Les deux jeunes arrivèrent dans un salon magnifiquement bien décorés. Décidément, le professeur Winderfelt avait du goût.

« C'est bizarre, la porte était ouverte. Et les lumières allumées. J'croyais pourtant qu'il ne serait pas là... » dit Altaïr, tout bas, à l'intention de sa petite amie. « THÉO ! T'ES LÀ ?! » cria t-il ensuite.

La brune était très gênée. Et si ils le dérangeaient ? De nombreux scénarios se bousculèrent dans sa tête. Elle ne se sentait pas trop à sa place. C'était quand même la maison de son professeur, sa "cabane secrète", sa vie privée. Elle espérait que son petit copain arriverait à la détendre et à la décoincer. Et elle savait qu'il y arriverait.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 29 Sep 2015 - 19:10


Shela je t'ai emprunté ton L.A pour rendre la situation plus "marrante", si ça dérange tu sais quoi faire. (;

Le baiser échangé avec Shela devenait bien trop brûlant pour sa santé mental. Il voulait juste vérifier sa condition physique et voilà qu'elle le chauffait ! Non mais franchement .. Aeum. Bon, il n'allait tout de même pas lui refuser un don de sa personne ? Il était bien trop généreux. Et il en avait foutrement envie aussi d'ailleurs. Malgré ses yeux fermés, Théodore comprit qu'un détail avec changé autour de lui : la lumière venait de s'éteindre. Ah, c'était donc ça le mouvement de la blonde. Si le professeur aurait pu le prendre mal en pensant qu'elle souhaitait camoufler sa maigreur, il n'en fit pourtant rien. Il n'avait réellement pas envie de passer à côté d'un moment pareil cette fois-ci, tant pis. Si elle se sentait l'énergie pour alors il n'allait pas s'en priver. Une partie de son corps était d'ailleurs en plein éveil, ce serait de la torture tant moral que physique de s'infliger un retenue. Laissant la plus jeune guider ses mains sous sa robe, l'occlumens attrapa les bords élastiques du collant féminin pour le tirer vers le bas. Il du néanmoins stopper son geste pour soulever ses bras afin de laisser l'adolescente lui retirer son tee-shirt. Elle aurait due s'attaquer à un autre vêtement qui commençait à devenir trop oppressant pour l'animagi. Bref, déviant ses lèvres pour embrasser la peau fine du cou de Shela, Théodore du plier légèrement les genoux pour libérer le collant qui glissa finalement jusqu'aux bottes de la demoiselle. Se redressant complètement pour l'embrasser de nouveau, la laissant se battre toute seule avec ses chaussures, le né-moldu entreprit de défaire la ceinture de son pantalon avant de glisser ses mains sous les cuisses trop fines de la jeune femme pour la soulever contre lui, ses jambes de par et d'autres des hanches du Mamba noir. Seulement voilà, au moment même où il amorça un mouvement pour se tourner vers le lit, un voix brisa le silence de la maison. « THÉO ! T'ES LÀ ?! -  Tu attends quelqu'un ? - Je vais le tuer. » Qu'est ce que Altaïr foutait là ? Non parce que Théodore reconnaîtrait la voix de son ''petit frère'' entre mille. Il était sensé être à Poudlard ce con. Posant doucement la jeune femme par terre, il se détourna d'elle sans prendre la peine d'attraper son tee-shirt ni même de reboucler sa ceinture. Au moins le faite qu'elle soit défaite détendait un peu son jean et camouflait légèrement l'état physique dans lequel il se trouvait. Légèrement.

Traversant le couloir, passant d'ailleurs devant la cuisine sans prendre la peine d'éteindre les plaques qui, de toutes évidences, ne serviront pas à grand chose pour le moment. Le mannequin arriva rapidement dans la pièce principal. « Qu'est ce que tu fou là ? » Il avait lancé ça d'un air franchement exaspéré. Il venait de littéralement lui briser les noix là. Oui mais voilà, lorsque son regard émeraude, rempli d'un mélange d’énervement et de désir, se posa sur Myosotis le Winderfelt leva lentement les sourcils. Ah. Oui. D'accord. Pointant du doigt la jeune femme tout en retournant son regard vers Altaïr, il articula lentement. « Tu comptais me prévenir quand ? » Non parce que, autant l'aigle pouvait faire comme chez lui, autant Théodore préférait savoir qui allait et venait chez lui. Ça faisait parti de ses manies, il ne supportait pas de ne pas être au courant de tout et de ne pas contrôler la situation. Et là, en l’occurrence, il se retrouvait à moitié à poil, la ceinture débouclée, devant une de ses élèves. Et il entendait les pas de Shela dans son dos. Et m*rde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 [Habitation] Dendroaspis' Place

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.