AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 3
[Habitation] Dendroaspis' Place
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Théodore Winderfelt
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 29 Sep - 12:10


Shela je t'ai emprunté ton L.A pour rendre la situation plus "marrante", si ça dérange tu sais quoi faire. (;

Le baiser échangé avec Shela devenait bien trop brûlant pour sa santé mental. Il voulait juste vérifier sa condition physique et voilà qu'elle le chauffait ! Non mais franchement .. Aeum. Bon, il n'allait tout de même pas lui refuser un don de sa personne ? Il était bien trop généreux. Et il en avait foutrement envie aussi d'ailleurs. Malgré ses yeux fermés, Théodore comprit qu'un détail avec changé autour de lui : la lumière venait de s'éteindre. Ah, c'était donc ça le mouvement de la blonde. Si le professeur aurait pu le prendre mal en pensant qu'elle souhaitait camoufler sa maigreur, il n'en fit pourtant rien. Il n'avait réellement pas envie de passer à côté d'un moment pareil cette fois-ci, tant pis. Si elle se sentait l'énergie pour alors il n'allait pas s'en priver. Une partie de son corps était d'ailleurs en plein éveil, ce serait de la torture tant moral que physique de s'infliger un retenue. Laissant la plus jeune guider ses mains sous sa robe, l'occlumens attrapa les bords élastiques du collant féminin pour le tirer vers le bas. Il du néanmoins stopper son geste pour soulever ses bras afin de laisser l'adolescente lui retirer son tee-shirt. Elle aurait due s'attaquer à un autre vêtement qui commençait à devenir trop oppressant pour l'animagi. Bref, déviant ses lèvres pour embrasser la peau fine du cou de Shela, Théodore du plier légèrement les genoux pour libérer le collant qui glissa finalement jusqu'aux bottes de la demoiselle. Se redressant complètement pour l'embrasser de nouveau, la laissant se battre toute seule avec ses chaussures, le né-moldu entreprit de défaire la ceinture de son pantalon avant de glisser ses mains sous les cuisses trop fines de la jeune femme pour la soulever contre lui, ses jambes de par et d'autres des hanches du Mamba noir. Seulement voilà, au moment même où il amorça un mouvement pour se tourner vers le lit, un voix brisa le silence de la maison. « THÉO ! T'ES LÀ ?! -  Tu attends quelqu'un ? - Je vais le tuer. » Qu'est ce que Altaïr foutait là ? Non parce que Théodore reconnaîtrait la voix de son ''petit frère'' entre mille. Il était sensé être à Poudlard ce con. Posant doucement la jeune femme par terre, il se détourna d'elle sans prendre la peine d'attraper son tee-shirt ni même de reboucler sa ceinture. Au moins le faite qu'elle soit défaite détendait un peu son jean et camouflait légèrement l'état physique dans lequel il se trouvait. Légèrement.

Traversant le couloir, passant d'ailleurs devant la cuisine sans prendre la peine d'éteindre les plaques qui, de toutes évidences, ne serviront pas à grand chose pour le moment. Le mannequin arriva rapidement dans la pièce principal. « Qu'est ce que tu fou là ? » Il avait lancé ça d'un air franchement exaspéré. Il venait de littéralement lui briser les noix là. Oui mais voilà, lorsque son regard émeraude, rempli d'un mélange d’énervement et de désir, se posa sur Myosotis le Winderfelt leva lentement les sourcils. Ah. Oui. D'accord. Pointant du doigt la jeune femme tout en retournant son regard vers Altaïr, il articula lentement. « Tu comptais me prévenir quand ? » Non parce que, autant l'aigle pouvait faire comme chez lui, autant Théodore préférait savoir qui allait et venait chez lui. Ça faisait parti de ses manies, il ne supportait pas de ne pas être au courant de tout et de ne pas contrôler la situation. Et là, en l’occurrence, il se retrouvait à moitié à poil, la ceinture débouclée, devant une de ses élèves. Et il entendait les pas de Shela dans son dos. Et m*rde.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Mar 29 Sep - 16:05


Pourquoi faut il toujours que les situations les plus délicieuses se fassent couper de cette ignoble manière ? C'était trop bien parti, c'était sûr qu'un truc dans le genre devait se produire. Vous ronchonnez parce que je joue mon Caliméro ? Allez donc vous faire voir, je sais de quoi je parle. J'avais fini par le lui retirer, ce bout de tissu, et il lui en restait encore trop pour se permettre de m'en enlever à moi. Cependant il perdait au jeu, je n'avais presque rien d'arraché à ma peau - du moins rien de bien captivant -, et j'aurais aimé qu'il continue un peu, ce jeu, parce qu'il n'est pas très correct d'ainsi attiser les flammes sans qu'il n'y ai rien ni personne pour éteindre le feu. Ca devrait faire partie des pires infractions. Sauf que Théo n'y est pour rien, que lui non plus n'a pas l'air d'apprécier cette espèce de blague et qu'en ne sachant rien de l'origine de celle-ci, je ne peux décemment crier au scandale. Je vais le tuer. Excellente idée. Même si cette ceinture là, j'aurais préférée qu'elle chausse le sol plutôt que ses hanches et que sortir de la pièce ne me plaît pas tant que ça, meurtre ou non. Impossible d'être tranquille une soirée, hein ? Malédiction de Poudlard, pas de doute là-dessus. Je ferme un instant les yeux, serrant fort les paupières. Bordel, c'est pas juste. Pourquoi avait-il fallu que ce soit à ce moment précis ? C'est désarmant.

Pas la peine de se morfondre plus longtemps; plus vite on en aura terminé avec ce fichu fauteur de trouble, plus vite... Plus vite rien du tout, peut être, c'pas simple de remettre l'ambiance après une pareille coupure d'électricité. Si ? Je remet à peine ma robe à sa place initiale et sors sur les pas de Théo. Tant pis pour le collant, de toute manière ça moule les formes, et j'espère que l'absence de chaussures ne dérange pas. Des chaussures en intérieur. Bordel, ça fait grande personne - que je ne suis pas. Attendez. Stop, stop. Redémarrez tout l'programme. C'que je viens de voir est tout simplement absurde. Comme si... Je rêve ? J'ai à la fois le besoin de rire et de pleurer tant c'est insensé. La seule personne qui est applicable à cet endroit, c'est celui à qui appartient ce corps parfait m'ayant été présenté et retiré dans un laps de temps bien trop court, qui d'ailleurs n'a pas l'air refroidit de tout ceci si l'on cherche bien et qui ravive certes mon feu à moi aussi, mais c'n'est pas ce que je voulais dire. J'ai beau avoir souvent été confrontée à cette sévère question, je ne saurais foutrement pas y répondre. Que faire ? Je fais donc ce qui me paraît le plus simple : ne pas dire de bêtises.

- Attends... Eux ?
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Altaïr Debrooks, Ven 2 Oct - 11:55


La soirée commençait pourtant bien. Le sourire de Myosotis témoignait du fait qu'Altaïr avait eu une bonne idée en décidant de l'emmener dans un cadre extérieur à Poudlard, et la petite virée aérienne au-dessus de Londres avait sans doute su combler le coeur de la jeune fille. Le Serdaigle n'était pas un grand romantique, et même s'il se montrait attentionné avec sa petite amie, il n'était pas du genre à lui faire découvrir les sept merveilles du monde tout en lui chantant la sérénade. Néanmoins, leur dispute suite à leur rencontre avec Shela lui avait fait ouvrir les yeux sur une chose : les petites actions du quotidien n'étaient peut-être plus suffisantes pour pouvoir continuer à séduire la préfète.

Dès lors qu'il avait constaté que la porte d'entrée du duplex était ouverte, Altaïr avait eu un mauvais pressentiment. Il avait pourtant fait attention à ce qu'il se retrouve seul avec Myosotis, mais visiblement, un trouble-fête était de la partie. Et s'il s'agissait d'un voleur ? Le jeune homme espérait que sa formation aux côtés des membres de l'Ordre du Phénix lui serait utile et qu'il saurait défendre la Poufsouffle en cas d'attaque. Cependant, malgré tous les scénarios qui se bousculaient dans son cerveau, un seul restait véritablement plausible. Il aurait dû glisser un Somnifère dans le thé de son meilleur ami, au lieu de se montrer si sûr de lui et assuré.

Lorsque Théodore fit irruption dans la pièce, à moitié dénudé, Altaïr comprit que le moment était mal venu. Pour tous les deux. Ignorant le regard courroucé du professeur, ainsi que sa remarque complètement légitime, le Serdaigle fit un pas en arrière, en direction de Myosotis. Il avait compris le message, ils reviendraient plus tard. Néanmoins, le né-moldu ne semblait pas décidé à les laisser partir, à en croire le doigt menaçant qu'il pointait en direction de la Poufsouffle.

-Tu comptais me prévenir quand ?

Altaïr se racla la gorge, mal à l'aise. Théodore le réprimandait comme un grand-frère, et Dieu savait à quel point le Serdaigle détestait cela. Surtout lorsqu'il était en compagnie de sa petite amie. Prenant sur lui, il lui lança un regard lourd de sens avant de lui répondre :

-Écoute, j'croyais que tu ne serais pas là. J'aurai dû te prévenir, j'sais, mais je l'ai décidé sur un coup de tête. T'inquiètes, on t'laisse, on va manger un truc en ville et on retournera à Poudlard.

Inutile de mentir à son meilleur ami. Ce-dernier pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert, et connaissait chaque tic qui pouvait trahir une émotion chez le Serdaigle. Sachant pertinemment qu'il était en tort, il s'apprêta à faire exactement ce qu'il avait promit à Théodore, c'est-à-dire déguerpir sur le champ, quand un bruit de pas retint son attention et l'arrêta dans son élan. L'arrivée de Shela se déroula comme dans un rêve, ou plutôt comme dans un cauchemar. Sa présence ici était à la fois si logique et tellement improbable qu'Altaïr assistait à la scène en étant complètement enveloppé dans une brume qui retenait ses pensées dans son sillage nébuleux. Apparemment, la préfète des Serpentards était le genre de fille qui se trouvait au mauvais endroit au moment. Comme si la situation du Serdaigle n'était pas assez gênante, il fallait qu'elle enfonce le clou.

-Attends... Eux ?

Le ton qu'avait utilisé la jeune fille laissait clairement présager qu'elle était aussi contente que les deux autres adolescents de se retrouver à nouveau dans une telle situation. Jetant un regard à Myosotis pur lui intimer son soutien, Altaïr comprit qu'il était à son tour de prendre la parole afin de relativiser la situation...et d'éviter une bataille de noms d'oiseaux.

-Génial, il manquait plus qu'ça.

Certes, comme tentative de pacifisme, on avait connu mieux. Mais c'est la seule chose qui lui était venu à l'esprit. Il aurait pu essayer de le murmurer ou de le chuchoter, au lieu de ça, il avait parlé suffisamment fort pour se faire entendre de toutes les personnes présentes dans la pièce. Au moins, il était sûr que son attitude avait au moins plu à Myosotis, ce qui n'était pas forcément le cas de Théodore. Et honnêtement, il n'en avait rien à faire.

-Bon, on n'va pas s'éterniser, j'vois que vous êtes suffisamment occupé comme ça pour qu'on vous interrompe. Bonne soirée !

Alors qu'il s'approchait de la porte, il n'espérait qu'une chose : que Myosotis le suive avant que Théodore ou Shela ne décide de contrecarrer ses plans.

Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Myosotis Aavery, Sam 3 Oct - 16:32


Toc toc toc ... C'était quoi ce bruit ? Une horloge ? Le micro-onde ? Un bruit de pas. Cette ambiance la mettait très mal à l'aise. Une chose était sûre, il y avait quelqu'un dans la maison. C'était comme si elle arrivait à percevoir son souffle. Cette soirée avait pourtant bien commencé. Elle n'était pas encore terminée, mais Myosotis avait un mauvais pressentiment... Altaïr avait l'air d'avoir bien préparé cette sortie, mais il n'avait pas l'air d'avoir compté la présence d'une troisième personne dans ses plans. Cela aurait été tellement dommage que ces préparations tombent à l'eau.

Quelques secondes de pur silence puis la brune prit la courageuse décision de tourner la tête pour voir l'expression que prenait son petit copain. Devinait-il le scénario qui allait arriver ? Ou au contraire ignorait-il complètement la suite des événements ? La blairette fut encore moins rassurée en voyant l'inquiétude dans ses yeux. Donc ce n'était absolument pas normal. Le coeur de la brune battait de plus en plus vite dans sa poitrine. De nombreux scénarios se basculèrent dans sa petite tête. Et si c'était un mangemort ? Qui savait ? Le professeur Winderfelt n'était peut-être pas comme elle le pensait.

Soudain des grincements de plancher clairs et précis se firent entendre. Myosotis fit quelques pas en arrière sous le coup de la pression. Elle retenait sa respiration. Elle écarquilla les yeux lorsqu'un jeune homme fit irruption dans la pièce, dénudé. Il fallut à la jaune et noir quelques secondes avant que le lien entre sa vision et son cerveau se fasse. C'était Théodore Winderfelt. En fin de compte, ce n'était pas si surprenant que cela, elle se trouvait dans son habitation, mais malgré tout, Myosotis était encore sous le choc.

« Tu comptais me prévenir quand ? » dit le professeur d'étude des moldus à l'intention d'Altaïr en montrant du doigt la brune.

Ouch. Le Serdaigle avait l'air terriblement mal à l'aise. La Pouffy allait s'excuser, prendre les choses en main, sortir de cette maison. Ils trouveraient surement un endroit tout aussi sympa. Sous le ciel étoilé ou au bord de la Tamise. Mais qu'une seule chose comptait aux yeux de Myo à cet instant là : partir. Le bleu et bronze fut plus rapide.

« Écoute, j'croyais que tu ne serais pas là. J'aurai dû te prévenir, j'sais, mais je l'ai décidé sur un coup de tête. T'inquiètes, on t'laisse, on va manger un truc en ville et on retournera à Poudlard. »

Oui. Oui, ça c'était une bonne idée. La brune prit délicatement le bras de son petit copain et fit quelques pas en arrière en direction de la porte par laquelle ils étaient entrés. Allez... Plus que quelques mètres et ce cauchemar serait fini.

« Je... Nous sommes vraiment déso... » commença Myosotis.

Elle n'eut pas le temps de finir car une autre personne entra dans la pièce. Une fille cette fois. Et ce n'était autre que Shela Diggle. Aavery n'en crut pas ses yeux. Ça ne pouvait pas être coïncidence ! Les images de son précédent rendez-vous défilèrent dans sa tête. Elle revit cette mine ravie et enjouée face à la colère et la tristesse que ressentait la brune. Cette ... fille s'était donnée un malin plaisir à l'humilier et à la blesser.

« Attends... Eux ? » s'exclama la verte et argent.

« Attends... Elle ? »
répondit du tac au tac la brunette.

Parmi toutes les personnes existantes sur la planète, il avait fallu qu'elle recroise le chemin de la préfète des Serpentard, ce soir. LEUR soir ! Elle crut revivre la même scène à une exception près, et pas des moindres : la présence de Théodore. Deux secondes.... Théodore ? Qu'est-ce qu'elle foutait avec lui et ... que faisait-il à moitié nu ?! Soudain, ça fit tilt dans son esprit. Mister T... C'était lui ! Shela Diggle, élève de septième année craquait ou plutôt sortait avec son professeur ! Myosotis était aussi choquée qu'amusée. Il ne fallait pas se mentir, c'était plutôt marrant. Diggle était désarmée. Les rôles s'étaient inversés. Une sorte de soulagement l'envahit. 1 partout, la balle au centre. Elle lança un regard en direction de sa camarade féminine qui disait « On fait soudainement moins la maligne, là. ». Cependant, elle ne dit rien. C'était peut-être le genre de Shela de jouer avec les angoisses et les secrets des autres, mais ce n'était pas le cas de la préfète des Poufsouffles. Que penserait Winderfelt s'il apprenait que sa petite amie avait dragué son meilleur ami. Elle saurait se taire, mais seulement la verte et argent ne devrait pas se montrer aussi désagréable qu'elle ne l'avait été sinon la brune montrerait les crocs. C'était la loi.

« Génial, il manquait plus qu'ça. »
se plaignit le bleu et bronze. « Bon, on n'va pas s'éterniser, j'vois que vous êtes suffisamment occupé comme ça pour qu'on vous interrompe. Bonne soirée ! »

Altaïr se dirigea machinalement vers la porte. Myosotis le suivit sans un mot. Elle n'avait rien à dire. Dans cette pièce de théâtre, elle n'était qu'une figurante. Encore...
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Dim 4 Oct - 17:13


« Écoute, j'croyais que tu ne serais pas là. J'aurai dû te prévenir, j'sais, mais je l'ai décidé sur un coup de tête. T'inquiètes, on t'laisse, on va manger un truc en ville et on retournera à Poudlard.  » Entre ouvrant les lèvres pour répondre que, non, ils ne partiraient pas vue l'heure tardive, Théodore se fit brusquement couper par la voix presque terrifiée de la jeune poufsouffle : « Je... Nous sommes vraiment déso... » Arquant un sourcil face au soudain stop que la jeune femme venait de s'infliger, le professeur comprit rapidement lorsqu'il entendit la voix de Shela raisonner derrière lui. « Attends... Eux ? - Attends... Elle ?  - Je vois que tout l'monde se connaît. » Lâcha le français, plein d'ironie. L'atmosphère venait de devenir incroyablement électrique, comme si le moindre mot ou geste déplacé pourrait faire exploser une bombe. Et c'était littéralement vrai d'ailleurs, la veine sur le côté droit du cou du mannequin pulsait dangereusement. Il s'était rarement prit la tête avec Altaïr, mais ce soit pourrait-être l'élément déclencheur d'une douloureuse rancœur. Myosotis était à présent au courant pour lui et Shela, elle n'était pas bête. Au vue de leur tenue, le doute n'avait pas sa place. Si elle lâchait l'information sans même le vouloir, la langue est une traître, Théodore et la préfète des serpentards seraient dans un bordel monstre.

« Bon, on n'va pas s'éterniser, j'vois que vous êtes suffisamment occupé comme ça pour qu'on vous interrompe. Bonne soirée ! - Tu restes ici Altaïr. » Froide, tranchante, la voix du brun n'était pas souvent utilisée à des fins menaçantes, mais là elle l'était clairement, tout autant que ses perles émeraudes luisaient d'une colère qu'on lui connaissait peu. Observant Myosotis comme si elle s'était transformée en bombe à retardement, Théodore poussa un soupir bruyant avant de glisser une main sur sa nuque pour se la masser légèrement tout en fermant ses yeux. Inspiration, expiration. Il se transformerait bien en Mamba noir histoire de mordre Altaïr. Il se délecterait de le voir mourir à petit feu. Non, ce n'était pas vrai évidemment, il aimait bien trop son idiot de petit frère pour ça. Mais là, il avait réalisé un coup de fils de pu**. « Il est tard, vous restez ici. J'ai la flem de cuisiner alors commandes des pizza. » Le mannequin avait lancé ses mots vers le serdaigle sans avoir besoin de le nommer, à qui d'autre aurait-il pu s'adresser ? Cependant, sa voix s'était faite beaucoup plus lente que la première fois, ponctué par un soupir. Il était déçu par le comportement de l'adolescent. Avait-il déjà invité quelqu'un d'autre ? Une autre fille ? Des amis ? Chez lui ? Et à présent que Myosotis savait, il n'allait pas être serein. Lui qui voulait ne pas sortir officiellement avec le préfète à cause de sa condition d'élève, voilà qu'une autre préfète allait croire le contraire. Il pourrait lui expliquer, bien sûr, mais ça ne l'a regardait pas.

Se détournant alors des trois adolescents, l'occlumens fit demi tour sans même adresser un regard à Shela. Il avait besoin de se prendre un coup de vantoline là. Inspirer, expirer. Sa main droite tremblait. Puta*n c'était mauvais ça. Myosotis allait se taire, Altaïr n'avait ramené aucun inconnu ici, il n'était pas en colère.. Une fois dans la chambre, il ouvrit son tiroir pour en sortir le médicament qu'il plaça entre ses lèvres. Grande inspiration. Il sentait déjà ses bronches redevenir plus accessibles. Attrapant son tee-shirt, il l'enfila maladroitement avant de reboucler sa ceinture. Donc il était inquiet, en colère et frustré. Combo ultime.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Ven 9 Oct - 15:59


La situation aurait pu paraître cocasse à des yeux extérieurs, à de stupides téléspectateurs trop ignares pour dégager l'envers de la trame. Il me paraît évident désormais qu'Altaïr soit effectivement plus qu'un élève de Théo - autrement je n'expliquais pas sa présence ici, prendre des cours particuliers je veux bien, y amener sa copine c'est assez louche. D'accord. Pas de problème. Ca explique plusieurs choses, le fait qu'il soit aussi bien averti sur le sujet que voilà, essentiellement. On m'aurait retiré un monstre d'angoisse perché sur mes épaules que cela aurait eu le même effet. Quelque part, c'était un mal pour un bien; au moins, j'étais à peu près sûre que nos affaires resteront en sécurité. Pas vrai ? Myo ne trahirait pas son chéri - oubliée, l'idée de continuer à s'escrimer contre eux, surtout qu'il n'y en a plus l'utilité -, le principal problème restait le bleu et bronze. Après tout, rien n'assurait son silence, à lui, il n'était là que par un étrange hasard dont la raison m'échappe; en clair, rien de très rassurant. Un coup d'œil à Théo me permit de m'emmurer dans mon opinion. Bien que son attitude puisse être due à différents états d'esprit, toutes les possibilités se croisaient en un point : exact contraire de l'apaisement.

- Il est tard, vous restez ici. J'comprend. Un peu. Ne pas en être enchantée n'a rien à voir avec le fait que je comprenne, n'est ce pas ? J'ai la flem de cuisiner alors commandes des pizza. Quoi ? Ca, on aurait pu éviter. Oublier la bouffe, continuer la soirée comme si l'heure du dîner était depuis trop longtemps envolée. Quelle idée. De la pizza. Des nouilles. Eh, mais attendez une seconde... Non, attends, pourquoi tu t'en vas ? Pourquoi tu me laisses toute seule avec eux ? J'dois certes m'excuser auprès de la jeune fille mais c'n'est pas le moment, vraiment pas, à croire que c'est la soirée des mauvais moments, et Altaïr doit être tout à fait capable de me réduire en miettes, surtout que l'envie ne doit pas lui manquer. Et surtout, pourquoi tu t'en vas ? C'est toi qui gères, tu gères toujours parfaitement tout avec une impeccabilité extraordinaire. Je gères rien du tout. Et si jamais il s'agit là d'une impossibilité de gérer, je préfère ne pas savoir. C'est nul. De se foutre des étoiles dans les yeux pour s'cacher le moche et le pas beau. Mais c'est tellement plus facile. Alors il vaut peut être mieux n'pas te suivre. Histoire de se rendre aveugle, à force, les étoiles, ça brille trop fort. Alors faire quoi ? J'vais pas me mettre à taper la discussion comme ça, à partir de rien, ça sonnerait bien trop faux et je ne me sens pas de m'essayer à ce genre d'acrobaties émotionnelles. Une seconde. J'y pensais à peine quelques instants auparavant, et puis... M*rde, les pâtes, foutues pâtes, elles étaient pas en train de cuire à nouveau ?

- Deux minutes, lançais-je à nos deux compagnons de fortune. J'aurais eu le même ton s'il s'aurait agit d'invités formels et desquels on doit se séparer le temps de parfaire le cadre. Pressé et neutre. Ok, ok, la cuisine, c'était de... Ce côté, et bien sûr qu'il y en a partout, c'est obligé, mais pas le temps de nettoyer, ça pourrait s'apparenter à une fuite, alors je me contente d'éteindre la plaque. Nourriture pour nourriture, le résultat et le même qu'en début de soirée, et ce n'est pas le résultat escompté. Chut. Se poser deux secondes. J'veux pas rester seule. Ou j'veux pas laisser Théo seul ? Parce que cela ressemblait également à une fuite. Bordel, s'il est en colère contre moi, les deux jeunes gens auront la vie dure. A moins que l'erreur vienne de moi et non pas d'eux. L'idée fait resurgir mon petit monstre de tout à l'heure. Mais je ne pouvais décemment pas rester là sans bouger à attendre qu'une sortie de secours s'amène à moi - je reste un poil lucide, c'est pas comme si ce genre de choses m'arrivait réellement. Alors, quoi, retirer la poudre étoilée de mes prunelles ? Mauvaise idée. Préférons aller voir comment se portent Myo et Debrooks.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Altaïr Debrooks, Mer 14 Oct - 11:57


J'ai placé l'action après le cours de Divination pour des questions de cohérence (puisque Shela et Altaïr ne parlaient pas de cet événement lorsqu'ils se trouvaient en face l'un de l'autre), j'espère que vous ne trouvez aucun inconvénient à cela. ^^ + c'est un peu court, sorry. Ange

Malgré tout le scepticisme qu'il éprouvait à l'égard de la divination, Altaïr devait admettre qu'il était relativement curieux de savoir ce qui pouvait bien clocher dans son destin. À chaque fois qu'il entreprenait une action un minimum romantique, il fallait qu'un contre-temps vienne rompre toutes ses tentatives. La prochaine fois, il emmènerait Myosotis à la Tête de Sanglier, et ils se lanceront des mots doux en buvant une Bièraubeurre, au moins, il ne prendrait pas de risques. Enfin, Shela pourrait toujours se trouver au même endroit pour interrompre leur petit tête à tête. Il commençait à en avoir ras-le-bol de c'te préfète ! Il aurait dû la laisser croupir sous cette table, lors du cours de divination !

Il n'y avait pas à dire, l'atmosphère était terriblement tendue. Altaïr et Myosotis semblaient tous les deux aussi contents de voir Shela ici, et cette-dernière ne cachait pas non plus son ressentiment. Au moins, ils pouvaient enfin trouver un terrain d'entente : rester le plus loin possible les uns de l'autre, mais apparemment une force qui dépassait le stade de la simple magie cherchait à les réunir tous ensembles. Bien, il en était ainsi. Maintenant, le Serdaigle en avait assez de la mine outrée de son meilleur ami et du dédain qui brillaient dans les yeux des deux adolescentes. Il avait l'impression de se trouver entouré d'enfants qui étaient incapables de garder leur sang-froid, et bien qu'il éprouvât lui-même des difficultés pour ne pas s'énerver, il trouvait tout de même agaçant de devoir continuer cette guerre puérile avec Shela. Il l'avait aidée après l'attaque du faux Evan, il aurait espéré un peu plus de gratitude de sa part. À moins qu'elle ne se souvenait pas de ce détail puisqu'elle était complètement inconsciente dans ses bras lorsqu'il l'avait menée à l'infirmerie.

-Il est tard, vous restez ici. J'ai la flemme de cuisiner alors commandes des pizza.

La voix de Théodore était si tranchante qu'Altaïr ressentit un pincement au coeur. Il ne se disputait pas souvent avec son ami, ou du moins jamais vraiment sérieusement, mais lorsque c'était le cas, les deux garçons gardaient leurs distances un bon bout de temps après. Les confrontations qui pouvaient avoir lieu entre eux résultaient généralement de leur volonté réciproque de toujours avoir le dernier mot et de ne jamais se laisser faire. Ils maniaient très bien les règles de l'assaut verbal et ne se laissaient jamais décourager par les offensives adverses. Pourtant, Altaïr constata avec surprise que le professeur s'en alla, sans leur laisser le temps de répondre quoi que ce soit. C'était trop facile au goût du Serdaigle. Et, comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Shela profita de ce moment de surprise pour s'éclipser à son tour après avoir glissé un simple "Deux minutes." en guise de justificatif. Les deux amoureux se trouvaient enfin seul, enfin pas vraiment pour être honnête, si l'on considérait le fait que deux autres personnes se trouvaient dans le duplex.

-J'suis désolé Myo, soupira-t-il en serrant la main de sa petite amie dans la sienne, j'pensais vraiment qu'on serait seuls. Tu te doutes bien que je ne voulais pas avoir affaire à Shela une deuxième fois...

Il plongea son regard dans celui de la préfète et miss Diggle choisit ce moment pour refaire irruption dans la pièce, comme si elle ne s'était jamais absentée et qu'elle était prête pour les hostilités. Heureusement pour elle, Altaïr était beaucoup trop las pour balancer ses quatre vérités à la Serpentard, mais il ne comptait pas vraiment sur elle pour en faire autant.

-C'est bon, on s'casse, tu diras à Théodore qu'on n'est pas venu ici pour se faire engueuler comme des gamins de cinq ans.

Pour la seconde fois de la soirée, le jeune homme prit la direction de la porte de sortie, dans l'espoir que l'absence du propriétaire du duplex lui offrirait une opportunité de s'éclipser. S'opposer ainsi à la décision de Théodore était risqué, mais il était temps qu'Altaïr fasse comprendre à son meilleur ami qu'il n'était plus un enfant. Aussi surprenant que cela puisse paraître, le piaf était même majeur !
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Myosotis Aavery, Ven 16 Oct - 16:24


Désolée du retard et de la qualité de ce post… Je n'en suis pas très fière mais j'ai du me contenter de cela pour le moment.

« Bon, on n'va pas s'éterniser, j'vois que vous êtes suffisamment occupé comme ça pour qu'on vous interrompe. Bonne soirée ! » dit Altaïr sur un ton légèrement agacé.

Myosotis était du même avis. Elle allait s'en aller. Avec Altaïr. Ils allaient sortir de cette maison et continuer leur soirée à deux. Oublier ce vilain début de rendez-vous et ça se terminerait par un baiser au clair de lune. Peut-être exagérait-elle un petit peu ? Ça restait une fille romantique. Peut-être que pas ? Elle voulait vraiment savoir ce que son petit ami pensait à cet instant précis. À en voir son visage tendu, l'heure n'était pas aux réjouissances.

Ça n'avait pas l'air d'emballer Théodore et Shela, non plus d'ailleurs. Par contre, elle doutait que se soit pour les mêmes raisons. La Serepntard devait être aussi déçue et mal à l'aise (voire plus) que la préfète. Cette expression dur sur le visage du professeur Winderfelt n'annonçait rien de bon. Elle doutait fort qu'il les laisse vagabonder à leur guise.

« Tu restes ici Altaïr. » répondit le professeur d'étude des moldus sur un ton froid et trenchant. « Il est tard, vous restez ici. J'ai la flem de cuisiner alors commandes des pizza. »

Il ne manquait plus que ça. Myosotis ne put s'empêcher de soupirer. Non mais c'est vrai, il les traitait comme si c'était des enfants. La brunette était toujours à Poudlard mais il n'empêche. Elle était majeure maintenant. Ça avait du bon d'être née en janvier. Quoiqu'il en soit, elle n'avait pas accepté l'invitation d'Altaïr pour passer un repas avec ses parents. Même s'il ne l'était pas vraiment, il se comportait tout comme et ça avait le don d'agacer grandement la jeune fille. Il était hors de question qu'elle bouge d'un poil. Ce n'était pas à son habitude de faire sa forte tête, mais il y avait des limites à ne pas dépasser. Théodore décida de se retirer quelques instants, laissant les deux jeunes seuls avec... Shela. Evidemment. Myosotis resta debout comme une statue. Même pas un battement de cil. Trop déçue par la tournure que prenaient les évènements.

« Deux minutes. » dit-elle simplement en s'en allant à son tour.

Très bien. Il ne restait plus que les deux amoureux. Pour l'instant. Elle pouvait respirer et ce n'était pas pour lui déplaire.

« J'suis désolé Myo…» soupira Altaïr en serrant la main de sa petite amie dans la sienne. « J'pensais vraiment qu'on serait seuls. Tu te doutes bien que je ne voulais pas avoir affaire à Shela une deuxième fois... »

Oui. Elle savait. Mais bizarrement, elle lui en voulait quand même... Elle lui en voulait que son 'plan' n'est pas réussi. Elle lui en voulait que Théodore soit présent et qu'il soit accompagné de celle qui leur avait causé pas mal d'ennuis. Il n'était absolument responsable mais elle était fâchée contre lui. C'était assez paradoxale. Elle tenait ça de sa mère. Diggle revint peu de temps après. Myosotis et Altaïr lui manquait peut-être. Le Serdaigle n'attendit pas qu'elle ajoute son grain de sel et lui balança à la figure :

« C'est bon, on s'casse, tu diras à Théodore qu'on n'est pas venu ici pour se faire engueuler comme des gamins de cinq ans. »

Myosotis ne répondit rien. Ajouter quelque chose aurait été déplacé mais en même temps, elle détestait suivre une conversation sans rien dire surtout lorsque ça la concernait. La colère commençait peu à peu à faire surface. Ce n'était pas un petit toutou près à suivre son maitre partout. Elle était indépendante, sûre d'elle et franche. Mais le contexte faisait qu'elle devait fermer sa bouche. Du moins, c'est come ça qu'elle le ressentait. Cette ambiance froide et tendu lui donnait réellement la nausée. Elle ne voulait pas que ça se termine comme la dernière fois. Tout sauf ça.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Mar 27 Oct - 11:14


Théodore avait énormément de mal avec l'attitude d'Altaïr pour la simple et bonne raison que lui n'avait jamais agit de la sorte. Peut-être que, quelque part, il enviait la jeunesse qu'il se permettait de vivre. Une jeunesse que le brun s'était refusé à avoir ou que ses manies l'avait forcé à éviter, plutôt. Bref, quoi qu'il en soit la période n'était vraiment pas bien choisie. L'attaque de Poudlard avait littéralement traumatisé le maniaque qui était déterminé à poser sa démission. Il devait parler à Altaïr, lui expliquer. S'excuser de son énervement aussi. Ce n'était pas juste de s'en prendre à lui. Poussant un soupir, l'ancien serpentard reprit le chemin du salon et fut surpris par les mots du serdaigle. « C'est bon, on s'casse, tu diras à Théodore qu'on n'est pas venu ici pour se faire engueuler comme des gamins de cinq ans. - Parce que t'as pas les couill** de m'le dire en face ? » Débarquant dans le salon, ses bonnes résolutions complètement envolées, le brun fixait son "petit frère" avec colère. Non, ce n'était réellement pas la bonne période pour venir l'emmer** et il semblerait que le serdaigle n'en ai pas conscience. Contournant Shela pour s'approcher de l'autre garçon, la veine sur le côté droit de son cou pulsant dangereusement, l'animagus ressentais malgré lui l’agressivité du mamba noir se faufiler dans ses veines. Rendant son sang beaucoup plus chaud.

Sa démission ignorée de tous suite à l'attaque de Poudlard, son soudain rapprochement avec Rurik qui le dérangeait dans sa vision de lui même, ses manies toujours aussi invivables et maintenant Altaïr qui jouait le gamin rebelle ? Non, il devenait un homme. Nuance. Mais Théodore n'était clairement pas près à laisser cet autre homme prendre le dessus. C'était lui le grand frère. Posté à quelques centimètres du moineau, arrêté dans sa fuite par la voix sifflante du mamba, le brun ancra ses perles émeraudes dans celle du jeune homme. Sa voix n'étant plus qu'un étrange murmure audible d'Altaïr lui même. « T'as oublié à qui tu parles ? C'est ta gonzess' qui t'fais tourner la tête ? Tu veux que j'te rafraîchisse la mémoire ? » Vous verrez rarement Théodore dans ce genre de situation, c'est à dire crachant de la testostérone à chaque mot prononcé. Le seul homme avec qui le névrosé avait un tel comportement était son paternel. Sans jamais en venir aux mains, mais il était peu sûr que la tension régnant actuellement dans la pièce lui promette un calme certain. Altaïr avait grandit, et il s'en rendait compte en ce moment même. Même si leur physique restait différent sur bien des points il n'y avait aucun doute sur le fait que, si un coup partait, les deux hommes seraient largement capable de se les rendre mutuellement. Le mal être actuel de Théo' semblait le pousser à rechercher un conflit quel qu'il soit. Si ce n'était pas avec Altaïr, ce serait avec Shela par la suite. « Si j't'engueule comme un gamin de cinq ans, c'est peut-être parce que tu t'comporte comme tel. » Le maniaque aurait pu lui cracher à la figure, l'effet aurait été le même. Le mamba noir semblait pétiller à l'intérieur du mannequin.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Altaïr Debrooks, Mer 28 Oct - 15:09


S'il existait un manuel qui aurait permis à Altaïr de décrypter ne serait-ce que le dixième de ce que pouvait ressentir les filles dans de telles situations, il se le serait procuré sans aucune hésitation. En effet, ce n'était pas le silence froid et imperturbable de Myosotis qui pouvait l'éclairer à ce sujet. La jeune fille réagissait bizarrement : certes, elle avait toutes les raisons du monde de se sentir mal à l'aise dans ce duplex, mais pourquoi ne laissait-elle rien transparaître ? Si elle avait le moindre reproche à lui faire, il aurait préféré qu'elle lui ouvre entièrement son coeur plutôt que de se donner l'allure d'une bombe à retardement. Cette attitude avait le don d'agacer et d'inquiéter le jeune homme qui pourrait à son tour devenir aussi froid et distant que le lui permettrait sa rancoeur. Se disputer avec Théodore était déjà suffisamment difficile pour qu'il ait à se soucier d'une seconde querelle avec sa petite amie.

Alors que les deux adolescents prenaient discrètement la direction de la porte de sortie, une véritable furie fondit dans leur direction. Le seul fait d'apercevoir la veine gonflée au niveau du cou de Théodore suffit à indiquer à Altaïr que les événements prenaient une tournure pimentée.

-Parce que t'as pas les couill** de m'le dire en face ?

Clair, concis, avec une légère pointe de colère, parfait pour ne pas faire de mauvaises interprétations. Si le professeur se permettait de parler avec autant de ressentiment, et en utilisant qui plus-est des termes aussi peu subtiles, c'est qu'il n'avait pas l'intention de terminer aussi rapidement cet échange. Il était temps pour Altaïr d'opter pour une attitude neutre, entre puérilité et maturité, qui manifesterait ouvertement à quel point les remontrances de son ami ne l'atteignaient pas. Il devait bien se l'admettre, c'était se mentir à lui-même, puisque se disputer avec Théodore c'était comme se disputer avec un frère, aussi souhaitait-il mesurer l'ampleur de ses mots avant de les utiliser sous le coup de la colère et de les regretter aussitôt. Ainsi, prendre sur soi, se taire, et réfléchir aux différentes alternatives qui lui étaient proposées pour contrer le courroux de son ami semblaient des étapes primordiales pour maîtriser le duel verbal.

-T'as oublié à qui tu parles ? C'est ta gonzess' qui t'fais tourner la tête ? Tu veux que j'te rafraîchisse la mémoire ?

Les paroles de Théodore eurent l'effet d'un coup de poing dans l'abdomen du Serdaigle. Néanmoins, il ne laissa rien transparaître, et préféra garder son regard fixé dans celui du mannequin : se taire était une chose, mais se soumettre au point de baisser les yeux n'était pas tolérable pour son honneur. Il était devant sa petite amie quand même ! Les mots de Théodore flottèrent dans l'air chargé d'électricité, et un silence assourdissant accabla l'atmosphère. Altaïr en voulait terriblement à son ami. Comment se permettait-il de s'adresser avec autant de véhémence à lui ? Et pourquoi faire mention de Myosotis dans un conflit dans lequel elle n'était pas impliquée ? Le mépris et le dédain dont il faisait preuve avaient de quoi faire enrager le Serdaigle, qui faisait de son mieux pour contrôler le brûlure qui prenait encore plus d'ampleur au creux de son estomac. Il n'avait jamais été vraiment doué pour garder son sang-froid et le contrôle de ses émotions, mais il devait le faire à ce moment-ci, pour ne pas donner la satisfaction à Théodore de le voir perdre ses moyens et s'énerver comme il en avait l'habitude. Cependant, si l'ex Serpentard continuait à mépriser autant Altaïr, ce-dernier ne saurait plus grincer les dents et laisserait sa rage le déborder.

-Si j't'engueule comme un gamin de cinq ans, c'est peut-être parce que tu t'comporte comme tel.

Altaïr ne reconnaissait plus son ami. Il savait que ce-dernier agissait sous l'effet de la colère, mais le voir tenter de l'humilier avec autant d'arrogance finissait par atténuer la rage qui laissait place au dégoût et à la tristesse.

-Merci, papa, se contenta-t-il de répondre d'un ton égal.

Ca avait le mérite d'être clair, et il espérait qu'il avait su donner suffisamment d'amertume dans son regard au moment où il avait prononcé ces deux mots. L'attaque pouvait paraître puérile, mais elle avait une toute autre signification aux yeux d'Altaïr, et sans doute également pour Théodore. Les deux amis avaient longtemps soufferts d'une relation conflictuelle avec leur paternel, et ils s'étaient souvent serrés les coudes pour lutter contre cette autorité. Seul le professeur savait à quel point le Serdaigle souffrait de cet éloignement, surtout depuis que son père avait mystérieusement coupé les ponts avec lui pendant l'été. Mais Altaïr savait aussi à quel point le mannequin pouvait se sentir révulsé à l'idée d'être assimilé à son père. Pourtant, depuis le début de la soirée, le Serdaigle avait l'étrange impression qu'il agissait comme tel, aussi avait-il bien fait de maîtriser sa colère pour lui glisser seulement ces deux mots, lourds de signification.

-J'pense que t'es bien placé pour comprendre pourquoi je réagis comme ça, Théo.

Il n'y avait aucune trace de colère dans la voix d'Altaïr, mais seulement de la lassitude et peut-être, une pointe de déception.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Shela Diggle, Lun 9 Nov - 15:18


Vraiment désolée pour le retard...

Conflit. Pas mes affaires. Pas envie que ça le devienne. Fermes, fermes tout, avant que cela ne s'immisce en toi et que tu ne doives t'enfermer avec. Seule. Avec un conflit. Qui n'est pas tiens. Tout rejeter n'est certes pas une option fort reluisante, c'est lâche, c'est moche, mais tout garder est cent fois pire, batailler n'est pas chose facile, batailler contre sa propre conscience est impossible, puisqu'il n'en résulte qu'un seul gagnant. Le perdant fait aussi partie de soi. Blessée de toute manière. Accordez-moi cette fuite. Fermer l'esprit. Etre ici mais ailleurs, loin, entendre sans écouter, voir sans regarder, tout est une question de dosage, qui reste et qui part, le corps n'y est pas adepte, laissons l'âme s'envoler, les leurres s'échanger, être là sans y être. Pas mes affaires. Qu'ils se débrouillent. Je sais à peine mener une guerre, alors prendre place dans une qui n'est pas mienne et dont je ne connais ni les raisons, ni les possibles issues n'est pas dans mes cordes. J'ai pas beaucoup de cordes, d'ailleurs. Certaines s'effilochent en ce moment même. Mais il y a une petite tache qui gêne mes plans. Une tache qui, si on y prête attention, n'est pas si infime que cela. Cette guerre, c'n'est certes pas la mienne, mais elle détruit mon monde. A quoi sert de n'être point blessée s'il n'y a plus personne ? Plus personne qui fondent les piliers de c'monde là ? Pas à grand chose.

Y'a lâcheté et lâcheté. Y'a celle qui est pardonnable, l'autre non, celle que l'on appelle joker quand on s'en sert à bon escient, celle qui sauve l'estime et la conscience, disons qu'il s'agit de cette dernière derrière laquelle je me terre. J'devrais rouvrir, peut être, écouter regarder revenir, prendre ma part du gâteau, la voler, plutôt, pas assez pour moi, j'n'ai rien à voir là-dedans, pourquoi vouloir se mêler de choses au détriment des autres, au détriment de soi-même ? Le courage ? Certainement pas. La stupidité, peut être, mêlée à un brin d'amour - et d'égoïsme. Non ? Je ne me considère pas comme telle. Mais vouloir participer en quête d'un monde équilibré, c'pas égoïste, peut être ? Certains diront altruiste. Pour aider autrui. Mais c'est moi que je chercher à aider dans c't'histoire, je crois, c'est moi qui a peur pour sa propre peau, bordel, j'me déteste de penser ça. J'me déteste de penser. J'aurais du partir me cacher à l'instant où j'ai reconnu la voix d'Altaïr. Ou pas venir du tout. Y'aurait jamais eu d'problème. Dans ma tête, certainement, mais il y a toujours quelque chose dans ma tête, j'commence à m'y faire. Pas forcément une bonne chose. C'jamais une bonne chose. Mais dehors, ça s'écroule, et si un ancrage s'ébranle, moi je suis ensevelie. J'tiens trop à mon équilibre précaire pour m'abandonner dans mes méandres à moi, pour laisser passer une chance d'éviter que tout foire jusqu'au bout, et p't'être que j'tiens trop à Théo aussi, peut être, toujours ces mots, rien n'est sûr - ou rien ne s'avoue. C'est juste certainement idiot de ne rien faire, plus idiot encore que d'ouvrir la bouche en sachant qu'on s'ouvre la gorge. Et pas question de jouer la meneuse de jeu, profil bas, on cherche pas à faire la dure, profil bas.

- Gâchez pas votre... M*rde, j'dis quoi ? Moulinets avec les mains, j'trouve pas l'bon mot. ...relation pour un truc pareil. Vraiment, c'pas une bonne idée... J'ai rien, rien d'autre, pas une seule idée de quoi dire sans m'attirer ou attiser des foudres. Si seulement Myosotis pouvait trouver pour moi... Vous vous êtes peut être mal compris...
Revenir en haut Aller en bas
Myosotis Aavery
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Myosotis Aavery, Mer 11 Nov - 12:29



« C'est bon, on s'casse, tu diras à Théodore qu'on n'est pas venu ici pour se faire engueuler comme des gamins de cinq ans. » s'était soudainement écrié Altaïr.

Myosotis restait muette tandis que Théodore débarqua en trombe dans le petit salon, laissant sa douceur et sa gentillesse de côté.

« Parce que t'as pas les couill** de m'le dire en face ? »

La préfète des Jaunes et Noirs n'aimait pas du tout cette ambiance. Il y a quelques jours, c'était entre les deux filles présentent que ça n'allait pas. Elles avaient mordu sur leur chique ce soir mais voilà que c'était les garçons qui montraient leur côté bagarreur. Est-ce que cette mascarade finirait un jour ?! Cette situation n'avait pas l'air d'enchanter Shela non plus. Sans crier gare, les paroles de Winderfelt vinrent interpeller la brunette.

« T'as oublié à qui tu parles ? C'est ta gonzess' qui t'fais tourner la tête ? Tu veux que j'te rafraîchisse la mémoire ? »

La réplique du bel apollon eut le même effet qu'un coup de poignard enfoncé dans sa poitrine. Sec. Limpide. Blessant. De quel droit se permettait-il de mêler la jeune brune à cet histoire ? Non. Elle n'avait strictement rien fait pour mériter cela. C'était leur leur guerre. Tout ce qu'elle souhaitait à cet instant, c'était creuser un trou et s'y cacher. Ou quitter cet endroit à toute vitesse, simplement… La colère, la frustration, tous ces sentiments commençaient à bouillir au fond d'elle.

« Si j't'engueule comme un gamin de cinq ans, c'est peut-être parce que tu t'comporte comme tel. »

Myosotis manqua de s'étouffer. De rire. Parce que c'était Altaïr le gamin ? Peut-être. Mais c'était loin d'être le seul ! Si l'homme qui s'était permis de sortir cette ânerie, les avait laissé partir sans les traiter d'irresponsables, ça aurait évité de gâcher leurs deux soirées. Elle fronça les sourcils. Ils n'avaient peut-être pas quitté Poudlard mais ça ne voulait pas dire que c'était des immatures. Ils étaient adultes.

« Merci, papa. » se contenta de répondre le beau Serdaigle d'un ton égal. « J'pense que t'es bien placé pour comprendre pourquoi je réagis comme ça, Théo. »

La préfète se pinça le haut du nez avec ses deux doigts. Que tout s'arrête. Shela... Tout comme Myosotis, elle restait silencieuse comme une tombe. Que devait-elle ressentir à cet instant ? Certes, elles n'étaient pas parties sur de bonnes bases mais cette soirée avait effacé leur dernière dispute. Maintenant, Myo ressentait de l'empathie envers sa collègue Serpentard. Etait-ce aussi le cas pour Diggle ? Après tout, elles se trouvaient dans le même pétrin.

« Gâchez pas votre... relation pour un truc pareil. Vraiment, c'pas une bonne idée... Vous vous êtes peut être mal compris... » essaya Shela.

La blairette doutait que ça suffise, voire que ça change quelque chose. Non, ils s'étaient compris et c'était bien ça le problème. Elle lança un regard rapide vers sa camarade. Ses yeux traduisaient de la panique. Il était peut-être temps à Myosotis de briser son mutisme.

« Mer**, les gars ! Ni Shela, ni moi voulons assister à vos conneries. Si vous souhaitez absolument vous tapper sur la gueule, ce sera sans nous ! » s'exclama t-elle en tirant délicatement sur la manche de Shela comme pour la sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Ven 15 Avr - 12:30


PV Altaïr Debrooks



Enfin de retour à la maison. SA maison, et non pas l'appartemment stupidement cher et minuscule que s'était acheté sa mère à Paris. Sa défunte mère, paix à son âme, était morte la semaine dernière. Néanmoins Théodore avait du attendre avant de pouvoir rentrer, il avait de la paperasse à remplir à la place de son père qui n'avait pas souhaité se déplacer.  « Allô ? Ah c'est toi Théo. Tu es toujours à Paris ? - Maman est morte. - Oh. Mes condoléances fils. - Je te dis pas ça pour qu'on se mettent à pleurer mais pour que tu viennes t'occuper de ce qu'il reste d'elle. Moi j'm'occupe que de l'héritage. - Elle m'a laissé quelque chose ? - Bien sûr que non. - Alors débrouilles toi, tu es assez grand. Bip. Bip. Bip. » C'était la première fois qu'il parlait à son père depuis des mois, et voilà tout ce qu'ils s'étaient dit. Maman est morte. Ok, débrouilles toi. Sans plus de cérémonie. L'ancien professeur avait donc du gérer l'enterrement de sa mère, la visite de l'huissier et celles de toute la famille et des amis français. Bref, il était épuisé moralement et ne rêvait que d'une chose : son grand lit majestueux qui attendait son retour fidèlement. Lorsqu'il passa la porte du Duplex, le brun sorti les minis-valises de sa poche pour, d'un coup de baguette, leur redonner leur taille normale et les envoyer dans sa chambre se ranger elles-mêmes.

Attrapant son téléphone portable, le né-moldu pinça légèrement ses lèvres en ne trouvant toujours aucune nouvelle de Rurik. Le russe s'était volatilisé du jour au lendemain. Une des raisons pour laquelle Théodore avait préféré ne pas s'y attacher, il avait toujours su qu'un jour les secrets de Rurik le rattraperait. Néanmoins il fallait être honnête, l'autre homme allait lui manquer. Inconsciemment sa présence avait fait beaucoup de bien à l'ancien mannequin. Relevant ses yeux de son téléphone, le sorcier accrocha le regard d'un jeune homme qu'il n'avait pas vue depuis longtemps. Trop longtemps.  « Bonjour. » fut le seul mot qui franchi les lèvres du plus âgé avant que celui-ci ne tende un bras vers le jeune Debrooks, l'invitant ainsi à une accolade fraternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Altaïr Debrooks, Sam 16 Avr - 7:06


Retrouver le duplex, c'était aussi laisser resurgir certains souvenirs qu'Altaïr aurait préféré ignorer. Il lui semblait que cela faisait une éternité qu'il n'avait pas remis les pieds dans ce logement qu'il aurait pu partager avec Théodore à sa sortie de Poudlard s'ils ne s'étaient pas autant déchirés quelques mois plus tôt. Et pourtant, tout semblait intact, mis à part quelques légères traces de poussière imperceptibles qui rendraient le français malade à la seconde où il s'en serait aperçu. Mais bien au-delà de cette poussière vagabonde, des centaines de choses avaient changé, aussi bien dans la vie du jeune Serdaigle que probablement dans celle de l'ancien professeur. À commencer par leur relation, qui n'avait cessé de s'effriter jour après jour depuis leur dispute dans ce même appartement. Ce jour-là, le préfet nourrissait bien l'espoir de pouvoir renouer un tant soit peu les liens si solides qui les unissaient auparavant, et ce au même endroit où tout avait commencé. La boucle serait bouclée, du moins si Théodore ne se montrerait pas aussi rude qu'il l'avait été dans sa lettre. Cette-dernière était survenue si subitement qu'Altaïr avait manqué embrasser l'Augurey qui l'avait déposée, avant de se raviser en voyant qu'il n'était pas forcément porteur de bonnes nouvelles. Quoiqu'il en soit, en apprenant la date de son retour, Altaïr avait entreprit d'être le premier à l'accueillir en bonne et due forme une nouvelle fois à Londres. Mais était-il réellement prêt à faire table rase de ces mois passés sans nouvelles ?

Lorsqu'il entendit la serrure de la porte d'entrée cliqueter, Altaïr se leva du fauteuil sur lequel il avait patienté et sentit que son estomac se tortillait au fur et à mesure que les pas approchaient du salon. Il songeait seulement maintenant qu'il n'avait peut-être pas choisi la meilleure option pour des retrouvailles avec son meilleur ami, puisqu'il avait choisi d'entrer par effraction dans son duplex et ce, sans le prévenir. Pendant un instant il hésita à transplaner pour revenir un peu plus tard avant de se raviser : le plus tôt serait le mieux. Alors qu'il vit la silhouette du français se dessiner sur l'un des murs de l'appartement, le jeune homme rassembla son courage et se tint prêt à affronter la potentielle fureur de Théodore. Mais ce-dernier semblait bien trop préoccupé par l'écran de son gadget moldu pour daigner jeter un coup d'oeil à son invité. Au moment où il s'apprêtait à se racler la gorge pour manifester sa présence, l'ex Serpentard se détacha de son téléphone pour enfin plonger son regard sur Altaïr.

-Bonjour.

Il ne s'était pas attendu à plus de sa part, ni à moins d'ailleurs. En tout cas, s'il y avait une chose dont il était sûr, c'était qu'il n'avait pas prévu de voir Théodore lui ouvrir les bras. Aussi content qu'il était de retrouver son ami, Altaïr n'en demeurait pas moins obstiné, aussi estima-t-il qu'une accolade était le meilleur moyen de l'adoucir et de l'amadouer. Or, il avait surtout envie de mettre certaines choses au clair avant de pouvoir une bonne fois pour toute mettre sa rancoeur de côté.

-Où est passée ta pudeur, l'ami ? lança-t-il en se laissant tomber dans le fauteuil.

Ne quittant Théodore des yeux, il ne put s'empêcher de le trouver plus fatigué, plus impassible que lors de leur dernière rencontre. Après tout, à en croire sa lettre, son voyage à Paris n'avait pas été de tout repos, surtout s'il avait dû assister à la mort lente et progressive de sa mère. Était-ce remuer le couteau dans la plaie que de lui faire des reproches ?

-J'avais fini par croire que t'étais mort.

Le franc-parler, ça, on ne lui enlèverait jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Théodore Winderfelt
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Animagus : Mamba noir


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Théodore Winderfelt, Dim 17 Avr - 18:11



Où est passée ta pudeur, l'ami ? - Va te faire foutre. Ouais, fallait pas pousser. Pour une fois qu'il faisait un effort de socialisation, on l'envoyait chi$r. Bah m$rde. Ne se préoccupant plus du tout du serdaigle, Théodore traversa la pièce en direction de la cuisine. Il avait faim. Et il était vexé par le comportement du plus jeune. D'aaaaaccord il était en tort d'être parti sans prévenir personne, mais m$rde il devait s'occuper de sa vieille chèvre malade de mère, c'était compréhensible qu'il n'est pas prit le temps d'écrire des lettres d'amour à ses coupains tout les week-end non ? J'avais fini par croire que t'étais mort. S'arrêtant progressivement de marcher, Théodore soupira en se rendant compte que l'autre homme l'avait coupé pile lorsqu'il allait entrer dans le couloir menant à son festin. Cette conversation ne pourrait pas avoir lieu à un autre moment ? Quelqu'un est mort, ouais. Et fallait que Bibi s'en occupe, désolé de ne pas avoir pensé à ton joli minois mais celui de ma mère en décomposition me préoccupait légèrement plus. Son ton n'avait pas été tranchant, sa voix n'avait pas été froide et glaçante. Elle était lasse et ennuyée, presque trop doucereuse pour ne pas être ironique d'ailleurs.

La mort de sa génitrice l'avait affecté parce qu'il n'avait jamais été aussi près de la mort, pas parce que c'était sa mère. Il pourrait voir un Sombral maintenant, cool non ? Faisant demi tour pour se rapprocher des fauteuils, le sorcier prit place dans celui face à son petit frère. D'un coup de baguette il fit apporter du thé. La jambe droite croisée sur la gauche, s'enfonçant dans le cuir du meuble, l'occlumens marmonna : Comment ça se passe à Poudlard ? L'école lui manquait, mine de rien. Ces élèves aussi. Il avait vue que Poudlard était à la recherche d'un nouveau professeur mais y retourner lui ferait vraiment bizarre. Trop de choses avaient changé. Ouuui il parlait d'un sujet lambda pour ne pas avoir à parler de sujets plus sérieux. Il avait le droit, il était fatigué et saoulé par toutes ces péripéthies. Altaïr était-il toujours avec sa pouffy d'ailleurs ? Il prenait conscience du temps qu'il avait passé loin de son petit frère de coeur. Il avait raison de lui en vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Altaïr Debrooks, Mar 19 Avr - 7:04


Malgré son attitude réticente, Altaïr ne pouvait s'empêcher de demeurer surpris face à l'effort de Théodore. Il était rare que l'ancien professeur fasse preuve de telles preuves d'affection, et voilà qu'il venait de le remettre à sa place sans aucune once de remord. Ce n'était probablement pas le bon moment pour exposer ainsi sa rancune, mais le jeune homme avait toujours été doué pour jouer les rabats-joie. De plus, si ça n'avait tenu qu'à lui il aurait rendu l'accolade à son meilleur ami tant il était soulagé de le retrouver, mais son esprit riche en contradiction avait décidé de le faire ramer un peu avant d'essuyer d'un revers de bras les erreurs du passé. Pour le Serdaigle, ça s'apparentait plus à un jeu qu'autre chose, mais il savait également que c'était jouer avec le feu que de jouer avec la patience d'un Théodore déjà irrité par la fatigue du voyage. Pendant qu'il s'éloignait, le plus jeune en profita pour arborer sa mine la plus espiègle mais également la plus exaspérante, qui, s'il le voyait, ferait pâlir d'énervement l'ex Serpentard.

-Quelqu'un est mort, ouais. Et fallait que Bibi s'en occupe, désolé de ne pas avoir pensé à ton joli minois mais celui de ma mère en décomposition me préoccupait légèrement plus.

Levant les yeux au ciel, Altaïr préféra garder le silence. Évidemment, que pouvait-il répondre à ça ? Une remarque cynique serait plutôt malvenue, et se fondre en excuses ne retirerait pas ce qu'il avait dit. Et puis, ce n'était pas comme s'il ne lui avait pas déjà déballé toutes les formules de circonstances lorsqu'il lui avait annoncé le décès de sa mère dans sa lettre. La redondance, il n'y avait rien de pire, surtout lorsqu'il s'agissait de ressortir à chaque fois les mêmes phrases dégoulinantes de bons sentiments. Le Serdaigle n'avait jamais perdu quelqu'un d'aussi proche dans son entourage, mais il savait que si c'était le cas, il ne pourrait supporter le défilé des hypocrites qui prennent un plaisir malsain à profiter du deuil pour faire bonne figure. Ça ne ferait pas revenir le défunt, au contraire, ce serait l'insulter.

-Comment ça se passe à Poudlard ? enchaîna-t-il face à son silence.

Le sujet qui avait le don de lasser le Serdaigle, justement puisqu'il ne supportait plus de devoir passer ses journées dans la monotonie envahissant toute l'atmosphère de l'académie. Jamais il n'aurait cru arriver au point où il souhaitait plus que tout quitter l'école. Il n'aspirait plus qu'à prendre son propre envol en dehors de ces murs qui l'étouffaient, le plongeaient incessamment dans une solitude inébranlable, et qui ne faisaient qu'accentuer l'essor de pensées maussades. Heureusement il avait encore certaines personnes sur qui compter, mais cela n'avait été suffisant pour combler le manque de certaines personnes, dont Théodore.

-C'est toujours autant l'éclate, répondit-il ironiquement, vivement que j'me casse. Tu comptes faire quoi maintenant que t'es de retour ?

Il avait désormais quelques projets pour sa sortie de Poudlard, dont le principal était de partir à la recherche de son père, qui l'avait abandonné pendant plusieurs mois et qu'il avait abandonné à son tour quelques semaines auparavant. Chaque jour il regrettait de ne pas avoir été au rendez-vous qu'il lui avait fixé, mais chaque jour il se disait qu'il avait pris la bonne décision. Mais une décision pouvait-elle être si bénéfique si elle continuait à ronger bien longtemps après l'avoir prise ? C'était ce qui l'avait poussé à débuter ses recherches, et heureusement grâce à l'aide experte de son cousin Samuel, il avait pu remonter jusqu'à ses premières pistes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Dendroaspis' Place

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 [Habitation] Dendroaspis' Place

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.