AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 1 sur 4
À l'orée de la forêt
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


À l'orée de la forêt

Message par : Jessy Brown, Lun 31 Aoû 2015 - 0:12


Ouverture du sujet autorisée par Heather Wells

RP avec Jean-Baptiste Flitwick


Cela faisait plus d'une semaine que Jessy avait surpris une étrange conversation dans l'Allée des Embrumes, entre deux sorciers enveloppés d'obscurité. L'oreille aux aguets, elle s'était faite discrète et avait écouté leur échange de paroles aussi légères qu'un souffle de vent. Elle avait appris beaucoup de choses - c'était du moins ce qu'il lui semblait - à propos de quelques sorciers de Grande-Bretagne aux activités louables mais effacées, dont elle n'avait encore jamais entendu parler. Ses pensées en étaient sorties toutes retournées et elle avait été un peu déboussolée. Elle avait noté dans un coin de sa tête l'identité d'un homme, d'un vagabond, d'un certain Malëan...

Sa curiosité avait été piquée au vif. Sans même savoir si tout ce qui avait été dit était réel, elle était rentrée chez elle et avait plongé sur un morceau de parchemin, décidée à contacter cette personne dont elle savait si peu de choses. Peut-être avait-elle été un peu excessive dans sa réaction, un peu téméraire ? Peut-être avait-elle voulu éclaircir ce voile d'ombres pour utiliser avec intérêt le temps qu'elle n'employait plus dans la Ménagerie Magique du Chemin de Traverse ? Quoi qu'il en soit, elle s'était hâtée de rédiger une courte lettre qu'elle avait placée sans ménagement dans le bec de son hibou grand-duc.

« Cher Mr Malëan,

Je me présente : je m'appelle Jessy Brown, vis à Londres et suis actuellement sans emploi. Nous ne nous connaissons pas encore mais votre nom a très récemment été prononcé en ma présence et a attiré mon attention. Il ressort que j'admire vos valeurs et ce que vous avez choisi de faire de votre vie.

Si je me permets de vous déranger aujourd'hui, c'est parce que j'aimerais vous rencontrer. En savoir plus sur vos activités, vous faire part de ma propre expérience... Si vous êtes d'accord, je vous propose de me retrouver le 13 août au crépuscule, en bordure de la vaste forêt située près de Pré-au-Lard, en Écosse. Je serai à l'ombre des arbres, du côté du village.

En espérant une réponse (de préférence favorable) de votre part,

J. S. Brown
»

Sans plus de cérémonie, la brune avait lâché son volatile dans l'inconnu, n'étant même pas certaine qu'il trouverait un destinataire ou qu'il reviendrait. Elle avait espéré que son mot, bien que relativement léger, avait exposé assez clairement ses intentions. Elle n'y avait rien développé, mais c'était prévu : elle gardait le plus intéressant pour la rencontre, si elle avait lieu. Mais ses doutes s'étaient vite estompés car quelques jours plus tard, un corbeau des plus intelligents s'était posté à la fenêtre de sa chambre au 424, Moonstone Street et lui avait livré un petit parchemin souillé de quelques lettres d'encre seulement. Le rendez-vous était accepté.

En ce jour spécial du mois d'août, Jessy s'était vêtue sobrement : un t-shirt uni, un jean délavé, des tennis abîmées. Ses cheveux, lisses, avaient été relevés en une haute queue de cheval, atténuant son allure peu soignée. Elle portait au bras son sac à main fétiche, en cuir noir, soumis au sortilège d'extension indétectable. Lorsqu'elle quitta le bar de Pré-au-Lard dans lequel elle avait passé la première partie de l'après-midi, elle ressentit un courant d'air frais et en sortit une cape en lin sombre qu'elle passa aussitôt sur ses épaules.

La jeune femme était venue en avance dans la petite bourgade voisine de son ancienne école de sorcellerie. En vérité, elle s'y trouvait depuis midi. Mais désormais, il était quatre heures : elle songea qu'il était temps de gagner la forêt interdite, au cas où le vagabond arriverait en avance. Resserrant le tissu autour de ses bras, Jessy parcourut la grand-rue peu agitée et s'engagea sur un petit sentier. Ses yeux se rivèrent sur les hauts arbres qui se dressaient devant elle, imposants, se découpant sur le ciel d'un bleu grisonnant. Elle les eut bientôt rejoints et s'arrêta auprès d'eux, pensive, avant de commencer à faire les cent pas.

Son regard balaya plusieurs fois l'espace empli d'obscurité, derrière les troncs des arbres à l'orée de la forêt. Il n'annonçait que le mystère, l'inconnu, et pourtant Jessy se retrouvait plutôt bien dans cet endroit. Elle y était déjà allée de multiples fois, du temps de ses études à Poudlard et même après, l'avait presque explorée de fond en comble. En définitive, elle appréciait ce lieu pour les sentiments d'excitation et d'appréhension qu'il inspirait toujours à ses visiteurs, et pour les nombreuses espèces animales qu'il abritait. Il pouvait ainsi être considéré comme un endroit privilégié pour la magizoologie et c'était pour cette raison que Jessy avait demandé à Malëan de l'y retrouver.

Parce que si cela se révélait nécessaire, elle pourrait pénétrer ces bois en sa compagnie, s'essayer à pister les créatures magiques comme elle en avait l'habitude. Elle pourrait lister les animaux qui y avaient élu domicile, les trouver, les observer, en détailler le comportement. Elle pourrait voir comment les approcher, comment les neutraliser s'il le fallait. D'autre part, elle pourrait s'élargir à la vie dans la nature, dans cette forêt en l’occurrence. Car on y trouvait aussi de très nombreuses espèces végétales. Si les plantes n'avaient jamais vraiment été la tasse de thé de la sorcière, elle y avait malgré elle toujours porté un certain intérêt - comme à nombre d'autres sujets fascinants...

Jessy interrompit son mouvement de va-et-vient et s'assit, adossée à un hêtre. Divaguer ne lui était d'aucune utilité. Pour l'instant, personne n'était là et elle ne s'aventurait pas dans la forêt. Elle devait se concentrer sur le moment présent, faire attention au moindre bruissement dans les alentours. Car elle attendait quelqu'un, tout simplement.


Dernière édition par Jessy Brown le Lun 26 Sep 2016 - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Leo Keats Gold, Sam 10 Oct 2015 - 21:50


Suite de ce RP

( Le sujet semble libre, je me permets donc de poster ici...)

Sentant l'excitation le gagner peu à peu, Leo observait patiemment le dilemme intérieur qui semblait troubler la jeune femme. Il connaissait la tendance de celle-ci à s'angoisser pour souvent pas grand chose, mais avait cette fois-ci prit les devants, la poussant à prendre un peu le contrôle de leur expédition. La Serdaigle, au prix visiblement d'un grand effort, finit tout de même par se décider à émerger du souterrain.

S'engageant à sa suite, Leo entendit Amy murmurer "Oh shit...", il se dépêcha donc de s'extirper du souterrain, pressé de découvrir où ils avaient débouché. Il fallut un court instant à ses yeux pour s'habituer à la lumière du jour, Le Rouge et Or en profita pour éteindre sa baguette, avant de s’intéresser à ce qui l'entourait.

Distinguant d'abord le sols sous ses pied, jonché d'aiguilles de pins, Leo releva la tête, apercevant désormais les grands arbres, qu'il reconnut immédiatement, Leo se sentit soudainement soulagé, La Forêt Interdite donc, rien de très original en somme, mais un passage très pratique pour se rendre à l'extérieur du château.

S'écartant un peu de l'entrée, Le Rouge et Or réfléchit un moment avant de se tourner vers Amy pour lui faire une proposition:

-Écoute Amy, j'ai deux options à te proposer. La première consiste à explorer un peu la forêt, sans trop s'éloigner de la lisière si ça peut te rassurer, on peut se balader un peu dans le coin et retourner au château tout à l'heure. La seconde consiste à reprendre le tunnel dans l'autre sens, et à rentrer maintenant. Je sais bien que l'idée de te promener dans les bois ne te plait pas forcément, alors ne te sens pas obligé d'accepter ok?

Il adressa un sourire encourageant à la jeune femme, espérant tout de même que celle-ci accepterait son offre, découvrir ce coin de la forêt en compagnie de son amie le tentait bien.


Dernière édition par Leo Keats le Ven 3 Juin 2016 - 14:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy Steiner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Amy Steiner, Dim 11 Oct 2015 - 0:01


Suite avec Leo Keats


The Forbidden Forest


Leo émergea bien vite à sa suite du passage, et admira le paysage atour d'eux avec un soulagement visible. La Serdaigle ne voyait absolument pas en quoi se trouver à l'orée de la forêt la plus dangereuse de Grande-Bretagne était une bonne nouvelle, mais elle n'en dit rien. Son ami se tourna vers elle et déclara :

- Écoute Amy, j'ai deux options à te proposer. La première consiste à explorer un peu la forêt, sans trop s'éloigner de la lisière si ça peut te rassurer, on peut se balader un peu dans le coin et retourner au château tout à l'heure. La seconde consiste à reprendre le tunnel dans l'autre sens, et à rentrer maintenant. Je sais bien que l'idée de te promener dans les bois ne te plait pas forcément, alors ne te sens pas obligée d'accepter ok ?

M*rde, il la faisait douter. La petite brune savait bien que son camarade était sincère lorsqu'il lui disait qu'elle n'était pas forcée de rester, mais elle le connaissait suffisamment bien pour savoir qu'il mourrait d'envie d'explorer les lieux. Et elle ne voulait pas faire sa rabat-joie en les obligeant à rentrer. Sauf que bien évidemment, elle aurait tout donné pour être ailleurs, alors la proposition du jeune homme était quand même fichtrement alléchante.

- Ça ira, ne t'en fait pas, finit-elle par lâcher en se forçant à sourire. Je suis sûre qu'on ne risque rien, ici. On peut aller faire un tour dans les environs, on rentrera avant l'heure du repas.

Ouais, parce qu'elle tenait quand même à manger ce soir, si possible. Elle n'avait pas beaucoup déjeuné ce midi, trop anxieuse à l'idée de leur petite balade, alors si elle pouvait éviter de sauter un autre repas, ça serait cool. Et puis, la perspective de rester jusqu'à la tombée de la nuit ne l'enchantait guerre, même si elle imaginait sans peine la merveilleuse vue dont on devait disposer sur les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Leo Keats Gold, Dim 18 Oct 2015 - 14:28


Désolée pour le retard, et la qualité de la réponse,
J'ai eu un gros manque d'inspiration ^^'

Devant la nouvelle hésitation qui passa sur le visage d'Amy, Leo sentit son sourire amusé refaire surface, mais il le contint, ne voulant pas donner à la Serdaigle l'impression qu'il se moquait d'elle, ce qui n'était évidement pas le cas. Il observait les alentours tentant de se faire une idée un peu plus précise de la distance qui les séparait du château. Il attendait patiement la réponse de la Bleu et Bronze, espérant tout de même, malgré ses dires,  que celle-ci opté pour une exploration plus poussée du lieu.

- Ça ira, ne t'en fait pas. Je suis sûre qu'on ne risque rien, ici. On peut aller faire un tour dans les environs, on rentrera avant l'heure du repas.

Leo sourit, il n'avait de toute façon aucune envie de sauter le repas, qui comme à l'accoutumée s'annonçait délicieux.

- D'accord, ça me va. Allons-y alors.

Leo commença à marcher dans les bois, c'était étrange, il ne connaissait pas cette partie de la forêt, bien qu'il soit persuadé qu'ils ne se trouvaient pas très loin du château, ils avaient beau avoir marché un moment, ce n'était pas suffisant pour qu'ils quitte le domaine.

Après avoir marché silencieusement, il finit par se tourner vers Amy:

-Tout va bien? Tu veux rentrer peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Amy Steiner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Amy Steiner, Dim 18 Oct 2015 - 19:44


Pas de problème, ça arrive ^^

Comme elle l'avait supposé, Leo semblait plutôt content qu'elle accepte de poursuivre leurs investigations. La petite brune soupira intérieurement. Elle ne voulait surtout pas décevoir son ami, mais elle sentait qu'elle allait fortement regretter son élan de courage. Qui finirait probablement par se solder d'une retenue voir d'une mort atroce.

- D'accord, ça me va. Allons-y alors.

Ouais, c'est ça. Allons-y. Yepeeh. Avec un enthousiasme feint, elle emboîta le pas à son camarade, et pénétra dans la forêt. Avant de se réfugier derrière le rouge et or. Pas folle, non plus. Elle y allait, OK, mais pas en tête. En plus, après avoir consulté l'expression du Gryffondor, elle avait constaté qu'il semblait découvrir ce coin des bois. Ce qui signifiait qu'aucun d'entre eux ne savait à quoi ils pourraient avoir affaire.

Ils marchèrent comme ça un moment, l'un derrière l'autre, en silence. De temps à autre, un craquement de brindille brisait le calme de leur promenade, et Amy sursautait en plaquant ses mains sur ses oreilles. Voir lâchait un petit cri. Et dans ces cas-là, elle jetait un rapide regard noir au lion pour s'assurer qu'il ne se foutait pas d'elle. Elle n'était pas peureuse, elle était prudente, nuance.

La Serdaigle ne comprenait absolument pas pourquoi l'aventure lui faisait encore cet effet. Ce n'était pas la première fois qu'elle enfreignait le règlement - bon, elle n'était pas non plus souvent allée jusque dans la Forêt Interdite - et pourtant, cela l'effrayait toujours autant. Au fond, elle avait peur que son comportement de gamine écervelée n'agace Leo, et que ce dernier décide d'arrêter ces petites expéditions en sa compagnie. Cela lui manquerait terriblement, cette légère dose d'adrénaline régulière.

Alors qu'elle était plongée dans ses pensées à ruminer de la sorte, le jeune homme lui fit face. Il avait certainement remarqué son malaise - en même temps elle n'avait rien fait pour le cacher -, allait-il lui dire ce qu'elle redoutait tant ? De plus en plus stressée, la bleu et bronze leva les yeux vers lui, tentant en vain d'effacer la peur de son visage. Mais le gryffon lui demanda simplement :

- Tout va bien ? Tu veux rentrer peut-être ?

Rentrer ? Maintenant ? Laisser derrière eux cet horrible endroit qui la mettait dans tous ses états ? Oh oui, oui, par pitié ! Mais cela signifierait la fin de cette aventure, et cela, étrangement, l'aigle ne put s'y résoudre. De toute façon, ils étaient là, autant continuer un peu, non ? C'est donc ce qu'elle suggéra à son ami, avec un sourire pour une fois sincère :

- Je vais bien, ne t'inquiète pas. Et puis, pourquoi rentrer maintenant ? J'ai bien vu que tu ne connaissait pas cet endroit, tu n'a pas envie de l'explorer d'avantage ?

Elle pencha la tête sur le côté. Soudain, un éclat amusé animait son regard. Elle avait envie de taquiner un peu son camarade ; après tout, depuis le début, c'était lui qui avait le loisir de rire d'elle.

- Attend... ne me dis pas que tu as aussi peur que moi, quand même ? fit-elle en plissant les yeux.

Faire abstraction du décor. Ne se concentrer que sur une conversation. Excellent moyen pour elle de se détendre ; qui commençait d'ailleurs déjà à faire effet, elle sentait ses muscles raidis par la méfiance se délier petit à petit. Penser à autre chose faisait du bien à l'adolescente et lui permettait de se décontracter.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Leo Keats Gold, Lun 19 Oct 2015 - 17:25


Le sourire d'ami suite à sa proposition eut pour effet de surprendre le lion, lui qui s'attendait à la voir sauter sur l'occasion pour rentrer, il s'était pour le coup trompé. La jeune fille vint d'ailleurs rapidement confirmer ses pensées:

- Je vais bien, ne t'inquiète pas. Et puis, pourquoi rentrer maintenant ? J'ai bien vu que tu ne connaissait pas cet endroit, tu n'a pas envie de l'explorer d'avantage ?

Bah si, évidemment qu'il en avait envie, mais connaissant un peu le tempérament nerveux de son amie, Leo ne voulait pas non plus la forcer à le suivre, il pouvait donc tout à fait comprendre que celle-ci préfère rentrer.

- Attend... ne me dis pas que tu as aussi peur que moi, quand même

Hein? Non, bien sûr que non que le lion n'avait pas peur, ou du moins il ne l'aurait jamais avoué. Quoiqu'il en soit, l'excitation de découvrir un nouveau lieu était plus forte que sa légère appréhension, c'est pourquoi il répondit en souriant:

- Non, je ne pense pas avoir peur, je voulais juste savoir si tu n'étais pas trop nerveuse, et pour répondre à ta question, je veux bien explorer les alentours un peu plus... Dans la mesure où ça ne te dérange pas.

Reprenant sa marche, il observait les grands arbres. C'était assez surprenant tout de même, comment bien qu'ils soient tous semblables, l'ambiance qui pouvait s'en dégager différait selon la partie de la forêt dans laquelle on se trouvait. Ce coin là d'ailleurs était nettement moins lugubre que la partie du bois qui entourait le lac, et Leo n'en trouvait cette virée que plus agréable. Il n'imaginait guère l'état nerveux de Amy si ils s'étaient aventurés plus profondément dans les bois... Quoique la jeune femme l'avait tout de même suivit jusqu'ici...ce qui témoignait tout de même que sous cette apparence nerveuse et sensible, elle savait faire preuve d'un grand courage. C'est aussi ce trait de personnalité que Leo admirait chez la jeune femme, au delà de la sensibilité évidente d'Amy, celle-ci savait être présente et courageuse.

Le garçon allait recommencer à avancer quand un élément, et pas des moindres attira son attention sur un des fourrés alentours.Attrapant le bras de la Serdaigle tout en Tournant brusquement la tête, le jeune homme perçut quelque chose de sombre et de mouvant. Réfléchissant à toute allure, il écarta instantanément la possibilité d'un loup garou, la pleine lune était trop lointaine.... Restait l'acromentule, le centaure ou le Sombral.... S'éloignant d'Amy, il attrapa discrètement sa baguette et contourna le fourré....avant de se retrouver devant un Sombral gigantesque, qui sembla tout aussi surpris que lui.

Devant le manque d'animosité de la bête, il rangea sa baguette, et doucement il se tourna vers Amy:

-Ce n'est rien, tu peux venir, il n'a pas l'air très farouche.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Steiner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Amy Steiner, Mar 20 Oct 2015 - 10:33


- Non, je ne pense pas avoir peur, fit le Gryffondor avec un sourire, je voulais juste savoir si tu n'étais pas trop nerveuse, et pour répondre à ta question, je veux bien explorer les alentours un peu plus... Dans la mesure où ça ne te dérange pas.

Il semblait bien avoir prit sa petite pique au second degré. Tant mieux. Elle ne voulait pas se disputer avec lui, simplement oublier qu'ils se trouvaient dans un lieu réputé dangereux et sans protection autre que leurs baguettes. Mince, elle y repensait maintenant. Malin, tiens. Remarquant que Leo la distançait de nouveau, la petite brune le rejoignit rapidement. Brr, se retrouver seule ici était bien la dernière chose qu'elle envisageait.

Lui en plus avait suffisamment de courage pour eux deux, et même si elle ne l'avouerait pour rien au monde, Amy l'enviait beaucoup pour cela. Il n'avait pas tremblé ou faiblit un seul instant depuis qu'ils étaient entrés dans le passage, et encore maintenant, c'était lui qui prenait les commandes et rassurait la jeune fille. Alors même si elle disait tenir en horreur ce genre de choses, elle devait bien avouer qu'en compagnie de son ami, elle pourrait certainement se rendre jusqu'à la cabane hurlante.

- Merci... glissa-t-elle tout bas.

Le rouge et or n'avait pas l'air de l'avoir entendue. Heureusement, dans le cas contraire elle aurait été terriblement gênée. Elle n'était pas du genre à dire ce qu'elle avait sur le cœur ou la conscience très souvent, plutôt renfermée à son habitude. Elle ne savait pas ce qu'il penserait de sa franchise, alors elle préférait éviter de réitérer.

Soudain, un craquement interrompit le fil de ses pensées. B*rdel, depuis le début elle ne cessait d'être coupée dans sa propre tête par de petits bruits tout sauf rassurants ! Ça suffisait à la fin ! Furieuse, elle tourna la tête vers la source de l'agitation, la main sur sa baguette, et sentit aussitôt son camarade lui prendre le bras. Heu, quoi ? Si même lui avait peur, c'est qu'ils étaient dans la m*rde ! Angoissée, la bleu et bronze vit le lion se rapprocher d'une forme sombre, puis lui faire signe.

- Ce n'est rien, tu peux venir, il n'a pas l'air très farouche.

La Serdaigle déglutit, mais hocha malgré tout la tête et le rejoignit avec prudence. Arrivée à sa hauteur, elle ne put contenir sa stupeur. Sous ses yeux écarquillés, une immense créature squelettique la fixait avec curiosité. Son corps osseux était celui d'un grand cheval noir, mais son bec évoquait plutôt un Hyppogriffe... Et deux ailes semblables à celles des chauve-souris ornaient son dos. Mais quelle était donc cette créature ?

Amy fouilla dans sa mémoire. Il lui disait vaguement quelque chose... L'avait-elle étudiée en Soin aux Créatures Magiques ? Elle ne se souvenait pas si Miss Blanchet leur en avait ou non parlé. Alors, elle l'avait vu dans un livre ? Peut-être... En attendant, son nom ne lui revenait pas. Foutu disque dur de boîte crânienne, elle ne servait franchement à rien dans cette forêt ! Trop peureuse pour avancer, trop stupide pour reconnaître un animal.

- Heu... demanda-t-elle avait hésitation. Tu sais ce que c'est ?

Elle se sentait très mal. Elle n'avait vraiment rien fait depuis le début. Il était temps qu'elle se ressaisisse. Elle ne comptait pas se contenter de suivre bêtement, sans faire quoi que ce soit d'autre que se retourner à chaque pas. Il en était hors de question.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Leo Keats Gold, Mer 11 Nov 2015 - 15:32


La jeune femme le rejoignit lentement, avec prudence; elle sembla cependant stupéfaite en découvrant la majestueuse créature. Il n'était pas rare de croiser des Sombrals dans la forêt interdite, mais c'était la première fois que Leo avait l'occasion d'en voir un d'aussi près, d'autant plus que celui-ci ne semblait pas effrayé de se retrouver en compagnie de deux humains.

Attendez un seconde... il y avait quelque chose qui ne collait pas là...La jeune bleu et bronze avait eut l'air surprise... cela voulait donc dire qu'elle pouvait voir l'animal... Le jeune homme fut un peu bouleversé de se rendre compte à quel point la jeune femme lui était encore inconnue, bien qu'ils soient pourtant amis de longue date, chacun avait ses secrets, et il se devait de respecter ça. Il n'avait jamais vraiment parler de ses démons à Amy non plus...

C'est donc soigneusement qu'il évita le sujet, priant intérieurement pour que la serdaigle n'aborde pas non plus le sujet en retour, il ne ressentait vraiment aucune envie de se confier.

Amy finit tout de même par briser le silence:

- Heu... demanda-t-elle avec un pointe d' hésitation dans la voix. Tu sais ce que c'est ?

Le Rouge et Or hocha la tête avec un léger sourire, amusé devant le manque de conviction de la jeune femme.

- Je crois bien oui... Il me semble que c'est un sombral... Un beau et grand sombral étrangement peu farouche.

Il en était même sûr à vrai dire, mais il avait voulu se comporter avec douceur. C'était étrange... Mais toute la haine et la peur qui l’étreignaient ces derniers temps avaient tendance à s'apaiser lorsqu'il se trouvait en compagnie de la Bleu et Bronze. Toute son agressivité retombait alors, il se sentait juste incroyablement calme... Et mal. A croire que dès qu'il parvenait à laisser retomber sa colère, un mal être refoulé reprenait le dessus.

N'en laissant pour le moment, il s'éloigna un peu et s'assit sur les tapis d'aiguilles de pins qui recouvrait le sol. Observant le Sombral tout en triturant nerveusement une brindille entre ses doigts... La présence de l'animal faisait souvent remonter une certaine nostalgie, qui fut un temps avait été de la douleur, mais qui désormais traduisait juste le regret d'une époque révolue.

Maintenant que le calme l'avait envahi, et qu'il partageait ce moment agréable avec Amy, il fut partagé d'une envie de se confier... Surpris, il soupira, c'était très étonnant... a chaque fois que l'on s'approchait d'un sujet sensible ses derniers temps, il avait tendance à se renfermer sur lui même, et à réagir de façon agressive. Mais pas ce soir. Parler avec Amy lui semblait être devenu indispensable, il avait besoin de laisser sortir tout ce tourbillon d'émotions qui s'agitait en lui, il n'en pouvait plus de donner le change auprès de tout le monde... Il engagea donc la conversation de façon anodine:

-Tu peux donc voir les Sombrals ?
Revenir en haut Aller en bas
Amy Steiner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Amy Steiner, Sam 5 Déc 2015 - 12:12


HRPG:
 

Encore une fois, son manque de confiance ne manqua pas d'amuser son camarade. Sur son visage naquit un léger sourire lorsqu'il lui répondit :

- Je crois bien oui... Il me semble que c'est un sombral... Un beau et grand sombral étrangement peu farouche.

Le mot fit tilt dans l'esprit de la bleu et bronze. "Sombral"... Eh, mais c'était pas cette étrange créature qu'elle avait découverte dans l'un des innombrables bouquins empruntés à la Bibliothèque au début de sa scolarité ? Un corps de cheval ailé squelettique, visage de la mort ? Invisible aux yeux de tous...?

Si elle y réfléchissait bien, il y avait une condition pour pouvoir les voir. Quand à savoir laquelle, sa mémoire semblait avoir décidé de la lâcher. Au pire, Leo les voyait aussi ; il pourrait certainement lui dire pourquoi.

D'ailleurs, le gryffon semblait... différent. Son excitation était retombée, mais il n'en était pas morne pour autant ; son attitude posée, son regard serein, laissait présumé qu'il était en paix. Très calme. L'atmosphère était douce et agréable, toute peur quittait Amy à présent. Ils étaient deux amis en balade, illégale certes, mais en balade tout de même. La petite brune décida de se laisser simplement porter. Elle passa sa main sur le flanc de l'animal, puis s'assit aux côtés de son camarade, qui s'était légèrement éloigné.

Un soupir retentit. Étonnamment, c'était du rouge et or qu'il semblait émaner ; jamais l'adolescente n'avait entendu pareille marque de fatigue ou d'ennui sortir de la bouche du jeune homme, pourtant on ne pouvais s'y méprendre. Son comportement avait encore changé, il avait l'air de vouloir... parler ? C'est en tout cas ce qu'elle crut deviner à la question banale qu'il lui posa, aucune autre raison ne pouvant, à ses yeux, justifier une telle attitude.

- Tu peux donc voir les Sombrals ?

- Heu... oui, fit l'aigle avec étonnement. Mais ils ne sont pas censés être invisibles ? Je ne me souviens plus trop...

Si le Gryffondor désirait parler, elle n'avait qu'à amener la conversation de la même façon que lui. Elle ignorait encore ce qu'il pouvait bien vouloir lui dire, mais elle était prête à l'écouter. Attentive.

- Et toi, pourquoi tu les vois ?
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Leo Keats Gold, Lun 14 Déc 2015 - 23:00


HRP:
 

Amy ne tarda pas à rejoindre le jeune effronté, qui ne l'était plus tant au vue de son air profondément las... Elle parut étonnée lorsqu'il formula sa question, ce qui en soit n'était pas très étonnant, les deux jeunes gens avaient beau s'apprécier, et se vouer un respect mutuel, ils n'avaient pas pour habitude d'évoquer leurs vécus. Leo, de son côté, avait pris l'habitude de laisser ses ennuis de côté, même si ceux-ci n'étaient plus tellement douloureux... Et la Jeune Bleu et Bronze ne devait certainement pas s'attendre à ce qu'il évoque son ressenti et ses problèmes existentiels d'adolescent auprès d'elle au cours d'une de leurs expéditions. C'est pourtant, à sa grande surprise, ce qu'il s’apprêtait à faire. La voix d'Amy le tira de nouveau de ses pensées, le ramenant brusquement à la réalité:

- Heu... oui, Mais ils ne sont pas censés être invisibles ? Je ne me souviens plus trop...

Habile manœuvre de sa volonté cachée que d'amener la jeune femme sur ce terrain là... Si la question lui avait parue banale lorsqu'il l'avait posée, il comprenait alors la portée qu'il avait inconsciemment données à ce genre de propos... Ainsi il devrait lui même justifier sa visibilité de l'animal... Très bien. Après tout pourquoi pas ? Que pouvait-il y avoir de mal à s'ouvrir un peu ? Rien en apparence... Hormis le fait que ceci nécessitait de rouvrir de vieilles plaies depuis longtemps cachées... Et que dernièrement, ce genre de discussion avait toujours débouchée sur un rejet de l'autre de sa part... Mais après tout... Peut être que cela serait différent avec Amy, il connaissait la jeune femme depuis des années déjà, et celle-ci avait le don de le calmer...

Leo n'en pouvait plus de sentir les cartes lui glisser des mains, comme si il perdait tout contrôle sur son existence, il avait beau tenter de se reprendre, il finissait toujours par succomber à ses vieux démons, et voilà qu'il était prêt à s'ouvrir à quelqu’un , pour la première fois depuis longtemps... Lâchant un léger soupir, il répondit en premier lieu à la question d'Amy, ne laissant encore rien paraître de son mal être:

- Logiquement si... Si ma mémoire est bonne, il me semble que seul un sorcier ayant vu la mort en face... autrement dit, périr un être humain, est en mesure de voir un Sombral... C'est pourquoi j'étais un peu surpris que tu puisse le voir...

Voilà que la carapace se fissurait un peu... Étonnamment, ce n'était pas douloureux.. Peut-être était-ce parce que cette fissure était poussée par un élan de sa volonté propre ... Et non par l'empressement d'un camarade à la voir se former... Là semblait être la mesure entre douleur et soulagement. Sentant ici un début de confrontation entre sa coque protectrice qui lui ordonnait de partir en courant, et sa conscience qui pour une foissemblait lutter pour se faire entendre, il n'attendit pas la réaction de la jeune bronze pour parler, et s'imposa d'une voix hésitante dans le silence qui les entourait:

- Je pense connaître la question que tu te poses, c'est pourquoi je ne vais pas attendre que tu la pose pour y répondre... Oui j'ai perdu quelqu'un, il y a longtemps de ça, et c'est pourquoi je... je peux voir ce..ce sombral.

Douce Libération que de mettre des mots sur un mal qui nous ronge n'est-ce pas ? Nul doute que Leo aurait acquiescé si nous lui avions posé la question. Il laissa planer un léger silence, songeant alors que si il avait reussi à s'ouvrir un peu, ce n'était pas suffisant, loin de là même, il avait encore tant de choses à dire, mais craignait un peu la réaction d'Amy, car si celle-ci venait à le prendre en pitié, il risquait de se braquer de nouveau... Il ajouta timidement, fait rare pour notre grand gaillard de dix-sept ans passés:

- C'était ma mère. J'avais neuf ans, puis, décidant d'être honnète jusqu'au bout, c'est en toute franchise qu'il ajouta:Mais ne t'inquiète pas. Ça ne me fait pas de mal d'en parler, à croire que suite à des événements tragiques,  la douleur  finit par s'estomper, et on finit par apprendre à vivre avec...

Leo se tut, laissant ses paroles en suspend. Continuer sur sa lancée ou se renfermer ? Bonne question... Tout dépendait désormais de sa vieille amie...
Revenir en haut Aller en bas
Amy Steiner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Amy Steiner, Mar 5 Jan 2016 - 21:13


HRPG:
 

Son camarade avait le regard perdu. Était-ce l'horizon qu'il scrutait avec tant de mélancolie ? Ou pouvait-il percevoir ses rêves, craintes et ambitions au travers des branchages épais et denses de la sombre forêt ? Il fixait au loin un point invisible que lui seul semblait voir. Un avenir incertain qui se profilait, une perte dans l'entourage ou encore des certitudes qui s'effondraient, quoi que fut la raison qui agita son esprit troublé, elle était assez intense pour lui faire perdre la notion du temps. Le soleil était ici, il descendait, une seconde, une minute, une heure peut-être s'écoulait sans qu'il y prêta la moindre attention.

Allait-il répondre ? Un instant avant, la réponse était oui ; maintenant, la jeune fille n'en était plus si sûre. A quoi pouvait bien songer l'esprit torturé qu'elle devinait sans peine dans le vert des pupilles de son ami ? Vert, au passage, dont elle ne remarqua qu'à cet instant la beauté, alors que la profondeur du regard de son ami se fondait dans les ombres brunes du bois, se mêlait aux feuillages frémissant sous les murmures du vent, pour se porter plus loin encore, comme s'il eut définitivement renoncé à ce monde.

La petite brune avait respecté son silence, ses réflexions, sa tristesse apparente. Elle s'était murée dans son propre esprit, à la recherche du dernier souvenir semblable dont elle aurait pu avoir connaissance. Elle ne trouva pas. Rien ne s'approchait, de près ou de loin, de l'état de transe dans lequel était figé le lion, hors de son propre corps, à observer sa propre existence d'un regard plus élevé, plus critique aussi sans doute. Puis l'instant de monotonie qui planait sur eux se brisa aussi soudainement qu'il s'était installé, alors que le Gryffon poursuivait la conversation.

- Logiquement si... Si ma mémoire est bonne, il me semble que seul un sorcier ayant vu la mort en face... autrement dit, périr un être humain, est en mesure de voir un Sombral... C'est pourquoi j'étais un peu surpris que tu puisse le voir...

La mort... Oui, elle avait connu cela. Un être cher, qui était tout pour elle, avait rejoins un autre monde devant ses yeux impuissants. Elle s'était sentie si faible, ce jour-là, alors que la Faucheuse emportait avec elle les jours les plus heureux de son existence ! Désarmée, elle qui se croyait hors de toute portée, elle n'avait été qu'une pauvre petite fille qui pleurait devant l'issue fatale de la vie. On naît, on vie, et un jours il nous faut mourir. C'est ce jour-là qu'elle l'avait compris, et ne l'avait plus jamais oublié. Aujourd'hui encore, elle honorait la mémoire de cette femme si forte, qui lui aurait tout appris, et ce jusqu'au bout.

Une larme naquit au coin de l’œil gris comme l'orage qui s'annonçait au-dessus des arbres, et l'aigle la chassa bien vite d'un revers de main. Il y avait avec elle quelqu'un qui avait besoin d'une oreille attentive et de conseils existentiels. Ses pensées à elle la préoccuperaient plus tard, lorsqu'elle serait seule et ne risquerait pas de déranger qui que ce soit pas leur futilité.

- Je pense connaître la question que tu te poses, reprit justement l'intéressé, prenant les devant, c'est pourquoi je ne vais pas attendre que tu la pose pour y répondre... Oui j'ai perdu quelqu'un, il y a longtemps de ça, et c'est pourquoi je... je peux voir ce..ce sombral.

Venait avec cette funeste mais touchante entrée en matière le temps des confessions. Amy était prête. La détente se dépeignait sur son visage à mesure qu'elle adoptait un air et une attitude douce, grande sœur improvisée pour le jeune homme en mal de confident. La confiance qui s'établissait était indéniable, elle les entourait comme une couverture douce sous laquelle se seraient cachés deux enfants pour ignorer le monde autour, pour briser la connexion avec l'espace au profit de celle entre les deux êtres, pour les protéger des agression extérieur qui auraient pu gâcher ce moment de complicité.

Une promesse était scellée sans mots ; ils n'en avaient nul besoin pour savoir que les expériences qui seraient échangées sur ce tronc n'en quitteraient pas l'écorce, gravées à jamais sur le bois flétri, hurlements silencieux à jamais conservés dans le secret de l'endroit désert. Si l'accord tacite passé entre les deux compagnons devait être aboli, ce ne serait pas par eux. Les secrets étaient bien à l'abris, loin des regards indiscrets de ceux qui ne comprendraient pas.

- C'était ma mère, lâcha enfin Leo. J'avais neuf ans. Mais ne t'inquiète pas, ajouta-t-il comme pour la rassurer, Ça ne me fait pas de mal d'en parler, à croire que suite à des événements tragiques, la douleur finit par s'estomper, et on finit par apprendre à vivre avec...

Finalement, elle ne retiendrait peut-être pas ses larmes... Le rouge et or parlait avec calme et douceur, comme si les événements qu'il dépeignaient n'étaient pas importants, ou ne l'étaient plus. Alors qu'en réalité, on ne faisait jamais disparaître si facilement les blessures d'un cœur à vif. Ça cicatrisait, on maquillait le tout avec des sourires et des yeux heureux ; mais un regard plus pointu remarquait rapidement la couture qui maintenait la plaie fermée. C'était le cas actuellement, et si effectivement il avait tourné la page, ça ne voulait pas pour autant dire qu'évoquer ses vieux démons lui était indifférent. La jeune fille en fut profondément touchée.

Prise d'un soudain élan maternel - et ne sachant, d'ailleurs, d'où lui venait cette audace qu'elle ne se serait jamais permise en temps normal - la petite brune se rapprocha un peu de son ami, et pris sa main dans la sienne, le regard vrillé au sien. Ses iris ternes brillaient, mais la trace humide n'était jamais apparue sur sa joue. Lui restait fort ; elle en ferait autant. Continuer, voilà qui l'aiderait. Et pour l'encourager, la Serdaigle pris à son tour la parole.

- Je vois. Moi, c'était ma grand-mère. Elle était comme une sœur pour moi, mes parents étaient souvent en déplacement pour le travail et elle était là. Mais même si je pense encore à elle, ça va mieux aujourd'hui.

Elle inclina légèrement la tête, dégagea une mèche qui entravait sa vision. Les commissures de ses lèvre s'étirèrent en un semblant de sourire, tandis qu'une "expression" revenait enfin sur son visage. Elle avait l'impression de parler à un petit enfant qui avait fait une bêtise, mais savait que la réalité était certainement autrement plus importante.

- Il y a autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Giovanny Gardween
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


rp déplacé

Message par : Giovanny Gardween, Mar 16 Fév 2016 - 1:03


PV Emily Lynch
Je me permet de poster vu qu'il y a eu 1 mois sans réponse dans le sujet,
n'hésitez pas à me MP si soucis il y a.

Par cette belle journée ensoleillée d'hiver, Giovanny n'était pour une fois pas dans la haute tour des Serdaigles à écrire son journal dans les dortoirs, seul. Le garçon prenait au sérieux le changement qu'il voulait opérer dans son comportement. Il avait compris des choses : compris que c'est en bâtissant sa vie qu'il allait résoudre ses maux : la famille, sa belle-mère et sa mère. Même pour lui, il ne voulait pas encore gaspiller une année de plus. Il n'avait rien fait pendant ses six premières années à Poudlard. Il ne s'était pas fait de vrais amis non plus et il était loin de décrocher son diplôme pour sortir de l'école. Maintenant c'était le moment de faire des choix différents. Malgré l'emprise toujours présente de son penny, Giovanny était toujours près à faire ce choix. Afficher son nom de famille véritable pour lui était une première étape. Il fallait maintenant persévérer dans cette voie et s'y tenir. C'est pourquoi sous cette belle journée ensoleillée d'hiver, il changea de lieu et quitta les alentours de l'école sur l'heure du déjeuner.

Il passa par Pré-au-Lard où il était allé quelques fois seulement alors qu'il a l'âge requis pour y aller. C'est un des repère des sorciers plus âgés, donc des futurs adultes ou même déjà adultes. L'élève ne s'attarda pas dans le village cependant, il préféra s'aventurer dans la Forêt Interdite où il y aurait moins d'activité, où l'endroit serait plus calme. Giovanny est un solitaire, il l'a prouvé pendant ses six années à Poudlard. Il avait besoin de calme et surtout réfléchir après son changement de direction. C'est comme s'il avait changé de philosophie.
Avant de s'assoir un brin, il prit le temps de regarder la nature qui l'entourait. Elle était caressée par les rayons de soleil qui, si forts, arrivaient à pénétrer la forêt. Celle-ci n'était pourtant pas la plus chaleureuse. On trouvait de tout mais elle reste un endroit où la nature est maître et où souvent la tranquillité réside. Après qui sait ce qui se passe la nuit...

Enfin, Giovanny ne pensait pas trop s'attarder dans cette forêt mais le désir de réfléchir à nouveau sur lui le prit. Alors, après une petite marche, il s'assit sur un tronc d'arbre et pensa longuement comme il l'avait fait dans sa chambre. Le penny dans la main, il le faisait tourner dans sa poche. Son précieux l'avait aidé dans son choix. Il le savait, mais ce qui le rongeait c'était aussi le fait qu'il devait changer cela. Faire du penny un second choix et non plus son choix premier. En effet, le garçon était presque addict à son penny. Pile ou Face, c'était sa façon de se décider à cause de son enfance et de sa belle-mère. Mais cela aussi devait changer. Giovanny le savait et c'est cela qui lui causait le plus de soucis. Il en était dépendant, il n'arriverait pas seul à changer sûrement...
Le temps passait. Le soleil, déjà pas haut de l'hiver, descendait déjà peu à peu. Le garçon remarqua que les rayons du soleil s'inclinaient de plus en plus. Un rayon se rapprochait de plus en plus de sa jambe. Midi serait-il déjà passé ?

Je sais que j'ai pris les bonnes résolutions dont terminer ma formation à Poudlard jusqu'au bout pour sortir enfin d'ici mais juste... pas aujourd'hui. Pas aujourd'hui Giovanny... tu as besoin de temps.


C'est alors, bien conscient que les cours avaient déjà dû reprendre au château, que Giovanny ne bougea pas de son tronc d'arbre. Il ne voulait pas. Il avait besoin de plus de temps pour se ressaisir. Comme tout élève de l'école, les vêtements de Giovanny portaient les marques de sa maison. Il avait prit sa grande cape avec l'emblème des aigles pour sortir car elle était bien chaude. Le garçon enleva son manteau pour le retourner. Avec un peu de chance, grâce au noir de la cape, les passants ne verront pas que les coutures sont à l'extérieur lorsqu'il reviendra vers l'école. Il alla plus loin, presque en signe de contestation qu'il avait envers son éducation, en enlevant sa cravate de Serdaigle. Il la glissa dans la poche de son pantalon en prenant soin de faire attention que son penny se situait dans une autre poche pour ne pas que celui-ci glisse. Ainsi, son accoutrement ne ressemblait plus à celui d'un écolier. Du moins, c'était son apparence première.
Après son petit tour, Giovanny fût surpris par un bruit plus brusque que ne ferait la simple nature. Il se leva de son tronc d'arbre et alla se coller contre un arbre. Le tronc le cachait plus au moins en direction de là d'où venait le bruit. Il savait que ce n'était pas vraiment une cachette, si c'était une personne qui s'approchait elle le trouverait. Mais au moins il avait peut être une chance qu'on le laisse tranquille. N'étant pas dans une vraie cachette, au moins si rencontre se passait, il n'aurait pas l'air d'être là où il ne devrait pas être...
Revenir en haut Aller en bas
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Emily Lynch, Lun 22 Fév 2016 - 9:18


HRP : Pardon pour l'attente.

Ah Pré-au-Lard, qu’elle endroit merveilleux en hiver ! Vois ce petit village typique sorcier être recouvert par la neige, il n’y avait sans doute pas meilleure vision et si on ajoute le beau soleil c’est encore mieux, la carte postale parfaite. C’était d’ailleurs une très bonne question, y avait-il des cartes postales du village sorcier le plus connu du Royaume-Uni ? La rouquine avait passé pas mal d’années dans les rues du village entre deux semaines de cours, elle n’avait jamais cherché à répondre à cette question. Mais aujourd’hui cette question revenait dans ses pensées presque tous les jours et elle n’en pouvait plus de ne pas avoir de réponse, elle devait enfin élucider le mystère ! C’est pourquoi non loin de l’entrée du village, une jeune-femme âgée de vingt ans venait tout juste d’arriver dans un crac qui résonna un tout petit peu aux alentours. Ben ouais, quand on peut se déplacer d’une simple pensée autant en profiter non ?

Emily inspira un grand coup afin de remplir au maximum ses poumons de ce bon air frais et non pollué qu’offrait ce petit village. Il faut avouer que comparer à Londres, on y respirait beaucoup mieux ici qu’en plein cœur de la capitale, cela faisait du bien de changer d’air de temps en temps, surtout pour revenir dans des endroits comme celui-ci. Mais bref, assez parlé d’air, Emily n’y était pour rien si les moldus faisaient n’importe quoi… Elle prit donc la direction de la poste magique, cela semblait être un bon endroit pour commencer, mais c’était sans aucun doute le plus logique de tous ceux qu’elle avait en tête. Marchant paisiblement dans les rues, un petit vent de nostalgie s’emparait de la rousse, souriant en passant devant certains endroits, repensant à certain souvenirs…

Quelques minutes plus tard, elle arriva enfin à destination, le chemin était assez court, en même temps le village ne s’étendait guère sur des kilomètres non plus. Elle était devant le bâtiment, prête à y entrer quand soudain, quelque attira son attention. Un arbre, non pas un, mais tout un groupe en réalité, il s’agissait bien évidemment de la fameuse forêt interdire, enfin interdite en théorie car Emily se souvient parfaitement y être entrée plusieurs fois et y avoir fait tout un tas de choses non cautionnées par la direction de Poudlard sans jamais s’être fait prendre. Il devrait sans doute mieux surveiller les abords de la forêt s’ils voulaient que les gosses de onze ans ne s’y retrouvent pas. Enfin, oui et non, car Emily n’avait jamais apprécié la nouvelle direction, ce directeur, était vraiment ignoble et il était triste de le voir encore à la direction d’une école si merveilleuse !

La sorcière jeta un coup d’œil à sa vieille montre qui avait de plus en plus de difficultés à fonctionner même avec tout un tas de sortilèges pour essayer d’allonger sa durée de vie, d’ici quelques temps elle finirait par devoir acheter une nouvelle. Elle regarda l’heure et se dit qu’elle avait un peu de temps devant elle pour se permettre un petit détour pour aller revoir ce vieil endroit. En avant toute, direction la forêt, ou du moins l’orée de la forêt, car même si l’idée était assez tentante, il était hors de question d’aller perdre sa journée à se balader dans la forêt. Encore quelques minutes de marche plus tard et elle était arrivée et elle ne semblait pas être seule à se trouver à l’entrée de la forêt, un jeu homme si trouvait aussi et visiblement il n’avait pas envie d’être dérangé, car avec le bruit qu’Emily avait fait en arrivant il avait décidé de se cacher. Emily n’avait pas l’intention de l’embêter, mais pourquoi se cacher ? Peut-être un élève de Poudlard qui sèche les cours ? Elle reste quelques instants à observer, sans rien dire, puis voyant que le gars ne semblait pas venir elle décida de prendre les devants.

- Inutile de te cacher, je sais que tu es là… derrière l’arbre. Elle s’arrêta un instant. Aller, sors de ta « cachette », je ne vais pas te manger.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Ashton Parker, Ven 25 Mar 2016 - 19:42


PV Morgan Delaube

Le bruit de la musique résonnait encore dans l'esprit du Gryffondor alors qu'il venait de sortir dehors dans la nuit fraîche du mois de mars. Cependant, on pouvait remercier le réchauffement climatique ou quel que soit le nom actuel que pouvait lui donner les moldus pour rendre la température tout à fait supportable en ce tout début de printemps. A l'intérieur du bar il faisait vraiment trop chaud et cela faisait du bien de prendre une bouffée d'air sous le ciel étoilé de Pré-au-Lard. Enfin, juste une bouffée puisque quelques instants plus tard sur la bouche d'Ashton étaient plaquées les lèvres d'une inconnue qu'il avait rencontré à peine une heure plus tôt. Katie, puisque c'était son prénom, avait l'air sympathique mais c'était plutôt son décolleté et sa robe aussi courte que moulante qui avaient séduits le sang-mêlé. Après s'être tournés autour une partie de la soirée, ils avaient fait rapidement connaissance et peu de temps après ils dansaient collés serrés au milieu du monde qui était venu passer son samedi soir à la soirée organisée par un célèbre bar du village.

A présent, Parker et sa conquête du jour marchaient, plus ou moins droit à cause des effets de l'alcool, pour s'éloigner un peu de toute cette agitation. Les talons de la jeune femme ainsi que les rires des deux sorciers raisonnaient dans le silence de la nuit. Ils se retrouvèrent à l'orée de la forêt interdite, et se contentèrent de faire quelques pas de plus afin d'être à l'abri des regards indiscrets. Puis Katie embrassa langoureusement le Métamorphomage qui promenait ses mains au niveau des hanches de la sorcière. Il la plaqua contre un arbre tout en faisant attention à ne pas l'embrocher sur une branche qui dépasserait (ce serait quand même assez c*n) puis baissa son pantalon alors que les mains de la jeune femme parcouraient son corps. C'est alors qu'une sorte de hurlement de bête sauvage retentit et paraissait tout près d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Morgan Delaube, Sam 16 Avr 2016 - 11:28


(L.A. d'Ashton accordé)


Un nouveau mois, une nouvelle pleine lune. Depuis le temps, j'étais habitué. Mais cela ne voulait pas dire que ça me plaisait. Bien au contraire, si je pouvais m'en passer, je ne dirai pas non. Parce que bon, déjà c'était douloureux, mais ensuite tu te faisais ch*er à poireauter toute la nuit. Alors oui, parfois je partais chasser, mais les animaux commençaient à avoir l'habitude. Des moments, je croisais une accromentule un peu bagarreuse, mais en général je les évitais. Déjà parce que je n'aimais pas les araignées, alors les araignées géantes !, mais aussi parce que je ne savais pas comment mon corps réagirait si l'une de ces jolies bébêtes venaient à me mordre.

Enfin bref, comme à mon habitude, j'avais souhaité une bonne soirée, assez ironiquement, à mes colocs avant de transplaner jusqu'à Pré-Au-Lard. De là, je faisais semblant de rentrer dans un bar, en l'occurrence la Tête de Sanglier, avant de me glisser jusqu'aux toilettes. Après quelques retouches magiques, je ressors méconnaissable des toilettes pour aller jusqu'à la forêt. En chemin, je croisai Ashton Parker, qui semblait être bien accompagné. Etant dans mon rôle, je fis semblant de ne pas le connaître et sortis en vitesse du pub. Je me rendis jusqu'à la Forêt Interdite où je m'enfonçai un peu. J'avais bien pensé à prendre mon Tue-Loup tous les jours, donc normalement je ne devrai pas avoir de perte de contrôle.

Je me déshabillai rapidement, plaçant un enchantement rapide pour pouvoir retrouver mes vêtements lorsque je redeviendrai humain. Nu comme un ver, j'attendais la venue du gros satellite blanc. A vrai dire, je n'eus pas à attendre longtemps. Le voici qui pointait le bout de son nez, et voilà que le mien, de nez, se transformait en museau. Après, tout le monde connaît la suite. Et que crac, et que aïe, et que grr, et que poils partout. En moins de cinq minutes j'étais recouvert d'un duvet de poils châtains clairs des pieds à la tête. J'avais des griffes, des crocs, de nouveaux yeux et de meilleures oreilles.

Il ne me restait plus qu'à trouver quoi faire. D'une poussée de mes pattes arrières, je me jetai sur une branche plutôt basse, mais assez large pour supporter mon poids et me mis à faire Tarzan jusqu'à atteindre une hauteur de vue convenable. Malheureusement, je m'étais rapproché de la lisière, et je vis deux sorciers en train de faire des trucs. Et béh, y'en a qui se font plaisir. Je poussai un hurlement lupin pour tenter de les faire partir, mais la femme semblait n'en avoir cure. En fait, elle sortit même sa baguette. Ohoh, je devrai p't'être me barrer moi.

Sauf que je n'étais pas la cible, c'était l'autre. Et paf, l'homme se fit désarmer. Booon, que faire ? Agir ou ne pas agir ? En tout cas, elle était en train de le menacer de le tuer s'il ne lui donnait pas ce qu'elle voulait. Et l'homme ne semblait pas très partant pour lui offrir quoi que ce soit. Grâce à ma nyctalopie, je découvris que la victime n'était autre qu'Ashton. Bon. En tant que bon pote, je me devais de lui porter secours.

Et hop, d'une nouvelle poussée de patte je me jetai de la branche pour atterrir au sol. D'une roulade je me remis sur mes pattes. Pas le temps de jacasser, je me jetais sur la femme, plaquant mes pattes griffues sur ses épaules et je poussai un grognement très près de son visage. Pas touche à mes potes, cagace.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: À l'orée de la forêt

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4

 À l'orée de la forêt

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.