AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 3 sur 5
À l'orée de la forêt
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Harmony Lin
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Re: À l'orée de la forêt

Message par : Harmony Lin, Sam 15 Avr 2017 - 0:40


Je m'approche doucement, essayant de me faire la plus petite possible. Après tout, je ne sais pas qui ou ce que je vais bien pouvoir rencontrer derrière ces arbres.

Mais tandis que je me déplace et que j'arrive presque à voir la personne - je parviens à distinguer une silhouette humaine - à l'origine de tout ce bruit, je sens qu'elle change d'attitude.

Deux secondes après, une boule de feu passe devant mes yeux, me révélant à celle dont je voulais être caché. Intérieurement, j'ai envie d'aller me cacher dans le trou d'une souris. Ça n'était vraiment pas prévu au programme de me faire repérer. Et si c'était une personne dangereuse ? A vrai dire, je ne sais pas ce qu'il m'a prit d'aller voir d'où venait le bruit. Car quelle personne totalement bien intentionnée irait faire des explosions avec sa baguette ? Une personne très en colère peut être, mais ça ne m'aide pas beaucoup plus pour la situation dans laquelle je me trouve.

- Hé !


J'hésite. La personne m'a vu. Dois-je me montrer ? Parler ? Fuir ? Mon cerveau fonctionne à toute vitesse mais mes jambes refusent de bouger. Et si je fais toutes sortes de plans dans ma tête, mon corps semble comme déconnecté et je reste, figée, à l'endroit où j'ai vu passer la boule de feu. Finalement, des mots arrivent à sortir de ma bouche.

- Je... Heu...


Je me stoppe directement. Je bégaye ! Qu'est ce qu'il m'arrive ? Il n'a pas que des personnes mal intentionnées ! Je suis sûre que celle ci ne me veut aucun mal !

Me persuadant de cette idée, je m'avance légèrement afin de pouvoir apercevoir la personne qui m'a interpelé. Et la, je ne vois qu'une silhouette masqué. Mon sang se glace dans mes veines et ma gorge devient aussi sèche que le Sahara en période Estivale. Une personne masquée qui s'amuse à faire exploser des choses.

Mais dans quel pétrin me suis-je mise ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Mangemort 39, Lun 24 Avr 2017 - 21:17


Vous n’étiez pas persuadé de ce que vous aviez vu, mais vous aviez préféré l’interpeler. S’il s’était agi d’un animal, vous l’auriez fait fuir. S’il s’était agi d’un humain… Eh bien… Les humains étaient de drôles d’animaux. Certains possédaient sans doute ce fameux sixième sens qui faisaient fuir toutes les bêtes, et qui leur permettaient de sauver leur peau. D’autres en revanche, n’avais aucun esprit de conservation. Ils se figeaient sur place et restaient à la merci de la plus terrible revanche.

C’était presque ce qui se passait. La silhouette ne courut pas. Elle vous avait entendue. Et mieux que cela, elle avança. Vous saviez qu’elle pouvait voir votre visage – ou plutôt votre masque – car vous-mêmes vous pouviez deviner le sien. Des traits fins et juvéniles. Une dame. Petite taille. Une élève probablement. Vous n’en saviez rien et n’aviez pas forcément très envie de savoir.

Votre sang ne fit qu’un tour dans vos veines. Un instant vous redeveniez le personnage sous le masque, tout en le complétant. Vous étiez le moralisateur tout comme le tout puissant. Vous étiez celui qui devait punir et infliger une leçon. Qui que ce soit, qui que soit cette personne qui osait avancer devant moi, non pardon, devant vous, et tenter de parler – car vous croyiez bien qu’elle tentait de parler – elle n’avait de toute manière rien à faire dans la forêt interdite.

Alors vous brandîtes votre baguette, la visant elle cette fois-ci. La raison de votre rage était multiple. Vous aviez d’abord lancé des sortilèges dans le vide et n’aviez pas été comblé par votre entreprise. A présent, quelqu’un se baladait sans autorisation dans la forêt. Vous n’aviez plus besoin de réfléchir.

- Diffindo !

Cela aurait pu s’agir d’une sectumsempra… Mais vous n’étiez pas cruel au point de tuer votre proie au premier coup de baguette, non. Vous vouliez la voir vivre et se vider progressivement de son sang, et ce qu’importent les endroits ciblés.
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Harmony Lin, Dim 7 Mai 2017 - 0:01


Malheureusement, je ne me rend compte de mon erreur qu'un peu trop tard. Quand je m'avance et que je vois que la silhouette est masquée, je retiens ma respiration. Mon cerveau tourne à toutes vitesse, cherchant désespérément les souvenirs Le concernant, persuadé dans sa peur que c'est la même personne et qu'il revient pour me tuer. Mais je respire à nouveau quand, en l'analysant clairement, je me rend compte que ça n'est pas du tout la même personne.

Mais cette peur, elle revient aussi vite qu'elle est partie quand je me rend compte que la personne en face de moi est très énervée. Et qu'elle me vise avec sa baguette. J'ai envie de fuir mais mes pieds restent obstinément bloqués au sol. Je ne peux rien faire si ce n'est regarder le sort arriver de plus en plus vite vers moi avec la terreur dans les yeux. Instinctivement, je me recroqueville sur moi-même, pour essayer de me protéger. La peur m'a faite redevenir moldue. A vrai dire, je n'ai même pas pensé à sortir ma baguette.

Et soudain, une énorme douleur se manifeste, m'empêchant d'avoir toute pensée cohérente. C'est comme si mon cœur battait dans mon bras et dans cette plaie qui le traverse. Je serre les dents. Retient les larmes qui menacent de sortir à tout moment. Je serre mon bras contre mon corps, le tenant péniblement avec l'autre pour essayer d'étouffer la douleur. Appuyer pour empêcher de sang de couler sur le sol.

Et puis je relève la tête vers cette personne masquée qui vient de m'attaquer. Malgré la différence évidente d'identité, serais-ce à mon tour d'être torturée et tuée ? Heureusement, personne n'a à assister à ça... Mais, tandis que je m'apprête à accepter ce qui risque de m'arriver, un feu naît en moi, me brûlant le ventre. L'instinct de survie. Je me rend compte que je dois à tout prix fuir cet endroit et cette personne si je veux vivre.

Mes pieds, qui étaient si alourdis une seconde à peine auparavant dans mon esprit, semblent peu à peu perdre de leur poids. Je fais un pas en arrière. Puis deux. Puis trois. Ne quittant pas des yeux cette personne qui m'attaque. J'ai trop peur de dire la moindre chose car quand même grand-père l'a fait, ça L'avait fait rire... Alors je reste muette.

J'ai trop peur de me retourner...
J'ai trop peur que fuir ne m'apporte qu'une chose...
La mort.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Jace Becker, Dim 9 Juil 2017 - 12:52


Balafre au clair de lune. En compagnie d'Ellana Lyan. LA mutuelle accordée entre nous.

Le soleil se coucher, et moi je suis là, a côté de la forêt.
Qu'est-ce que je fais là ?
Je n'en sais rien.
Depuis ce matin j'y pense.
Penser, à me venger de ce que ma fait Ellana.

Je la croise dans les couloirs, dans la salle commune tous les jours.
Mais aujourd'hui c'est le grand jour, j'ai fait comme elle m'a demandé, je me suis entraîné encore et encore.
Et aujourd'hui, ce soir. Je vais la trouver et lui faire payer ce qu'elle m'a fait.

Je me dirige donc en direction de la forêt sans me faire voir. Le soleil tombe à vu d’œil et bientôt la lumière du soleil, laissera place au ténèbres de la nuit.
Me voilà à l'entrée de la forêt j'y rentre mes restes assez proches de la sortie.
De toute façon, je n'arriverais pas à dormir autant rester ici observer la lune.

Je suis appuyé contre un arbre, je vois l'éclat de la lune a travers les feuillages,
Ici tout semble beaucoup plus calme, apaisant, comme lorsque j'étais enfant.
Vieux souvenirs, inutiles, faible et frêle gosse que j'étais.

-soupir-

Le calme... j'ai l'impression que cela fait une éternité que je ne l'ai plus côtoyés.
Ça fait du bien, ça change.

-Bruit de pas-

Je me relève doucement, le bruit vient de l’extérieur de la forêt.
Je suis toujours dans le noir, je reconnais directement la personne qui arrive en ma direction.
Ellana.
Elle s'approche toujours, j'ai l'impression de ne plus contrôler mes gestes, je sors ma baguette d'instinct.
Elle est assez proche, je suis toujours aussi silencieux.

Je lève ma baguette, pointé en direction du magnifique visage creux d'Ellana. Elle ne me voit pas.
Sans crier gare, je dis un seul mot en çà direction.

#Diffindo

Juste après avoir lancé le sortilège, je sors de la pénombre, et la lueur de la lune éclair mon visage. Ainsi que la cicatrice que m'a faite Ellana.


Dernière édition par Jace Becker le Dim 9 Juil 2017 - 21:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Ellana Lyan, Dim 9 Juil 2017 - 19:13


Cette nuit la lune est belle, un soupir, les étoiles m'appellent, je sors, le vent viens caresser mon visage. Rafraichissant après les fortes chaleurs d'une longue journée, ce soir je suis seule, Flori à préféré rester dans mon dortoir, peut-être en a t-elle assez de voir les étoiles ou simplement est elle trop fatiguée par cette lourdes atmosphère pour vouloir montrer le bout de son nez aux jolies dorées. Je ne peux être triste de sa décision mais en ce qui me concerne, je n'aurais pas réussis à rester une nuit de plus dans cet affreux endroit, non pas que les dortoirs soient désagréable mais je déteste restée enfermée alors que la voute étoilées me fait signe de la rejoindre. L'insomnie m'a pris dans ses bras et c'est sans remord que j'avance dans le parc, je devrais peut-être m'en vouloir, après tout ce fichu badge contre ma poitrine devrait me rappeler

que je dois faire respecter le règlement et non l'enfreindre, que je en inégalité en ce moment même
indigne du statu qui m'a été confier, mais qu'importe, je n'ai plus envie de faire semblant,
je m'arrête à quelques pas de la forêt, le regard tourné vers le ciel, admirant les lumière d'une nuit claire
mais alors que je veux me retourner pour admiré un autre angle, une voix déchire le le silence nocturne
un ton qui a bien changer même si je peux encore retrouver la voix de l'enfant qu'il était à l'intérieur
après les paroles, la douleur, je sens un liquide poisseux me dégouliner le long de la joue,
une main se pote à ma pommette, pose un peu de sombre sur mes lèvres, du sang.

Immédiatement je plisse les yeux et le visage du petit serpent apparait devant moi,
des trais qui ont bien changé depuis quelques temps, un gamin qui n'en est plus vraiment un
mon premier réflexe est de saisir ma baguette, seulement alors que ma main s'y porte,
je me rends compte que je l'ai laissée dans mon dortoir, sombre idiote
vu le regard que me lance le garçon, je me doute que mes excuses seront acceptées,
je lis de la haine, comme une soif de vengeance qui n'est pas pour me rassurer,
je ferme les yeux, les rouvre, si je n'ai plus ma baguette il va falloir que je teste une autre sorte de magie
Monsieur Becker que fait vous donc dehors en pleine nuit ? Voix ironique,
même si il est vrai que je pourrais facilement le faire punir pour ça
il faudrait encore que je m'en sorte idem

sourire charmeur aux lèvres, j'avance vers lui cachant mon appréhension
lui attrapant la main qui ne tient pas sa baguette,
je m'approche jusqu'à coller son corps contre le mien
Je vois que... Tu as bien grandi... Jace...
je le juge un moment du regard, chuchotant mes mots,
mon cœur bah un peu trop vite, non d'amour ce sentiment inconnu
mais bien de peur, crainte qu'il ne se fasse pas prendre au jeu
délicatement, je viens coller mes lèvres aux siennes, lui arrachant un baiser
pour ma survie principalement, je n'ai vraiment pas envie de finir pour une stupide vengeance
alors ? près pour une torture morale, petit ? Deuxième leçon
j’espère que tu seras... à la hauteur...
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Jace Becker, Dim 9 Juil 2017 - 22:02


Elle se rend compte que du sang coule sur son visage.
Satisfaction.
L'euphorie a la vue du sang d'Ellana.
Je prends du plaisir à voir son sang.
Sang, qui paraît aussi noir que du pétrole sous la lumière de la lune.
Elle essaye de prendre sa baguette, je me place en position de défense, mais elle ne l'a pas sur elle, quelle erreur de débutant Ellana, tu me déçois.

-Monsieur Becker que fait vous donc dehors en pleine nuit ?

Me dit-elle avec une voix ironique.
Elle sait que je n'hésiterais pas à faire usage de la force pour me venger, elle essaye de me distraire, elle n'arrivera à rien. Je suis ultra concentré, un geste brusque et je n'hésiterais pas Ellana.
Elle agit d'une façon que je n'ai pas anticipée...

Sourire charmeur, me prend la main, et s'approche tel que je pourrais l'enlacer de mes bras.
D'ici, je remarque qu'elle a un joli sourire quand elle le veut.

-Je vois que... Tu as bien grandi... Jace...

Main gauche tenue par Ellana, main droite tenant toujours ma baguette, je ne sais comment réagir, je ne sais plus quoi faire.
Elle m'a surprise, j'avais réfléchi aux différente actions qu'elle va faire et la seule que je n'ai pas calculé c'est celle-ci.

Elle me regarde, nous sommes tellement proches... Je peux sentir littéralement son cœur battre la chamade, mon propre cœur commence à se synchroniser au sien.
Je n'ai plus l'envie de lui faire mal, qu'est-ce que je ressens ?
Je ne le sais pas.

Toutes ces questions se bousculent en même temps dans mon esprit, et la seule chose qu'elle fait, c'est de venir poser ses lèvres contre les miennes.
Quelques secondes se passe, et nous continuons à nous embrasser sous le clair de lune.

C'est agréable... Me dis-je.

Ressaisis-toi ! Ça doit être un piège ou quelque chose comme ça, ne lui fait pas confiance.

-Je place ma main gauche contre son cou, et je la plaque au sol sans être trop violent.-

Je garde ma baguette dans ma main droite sans pour autant la pointer en direction d'Ellana. Et ma main gauche toujours contre elle.

-A quoi tu joues au juste ?

Je la fixe dans les yeux en disant cela, mélange de colère, de haine, de satisfaction... Et de désir.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Ellana Lyan, Lun 10 Juil 2017 - 16:56


Le gout de ses lèvres contre les miennes, comme une nouvelle saveur qui explose en moi, je ferme délicatement les yeux, me laissant porter par la douceur du plaisir provoqué par sa proximité, différent de la diablesse, étranger à tout ce que j'ai pu connaître jusqu'à présent, petite voleuse de baiser, ce n'est pas désagréable, ça ne l'est jamais en réalité, du moins pas jusqu'à présent. J'avais presque oublié à quel point les hommes peuvent être faible contre ce genre de magie, il ne faudrait jamais en abuser, je risquerai de nous brûler tous les deux et il en est hors de question, il est faible, tout dans son attitude le prouve en particulier son incapacité à retirer ses lèvres de miennes, je continue donc sans briser le charme du moment à lui voler sa bouche sous le claire des étoiles moqueuses, complices de mes pensées pour cette nuit, ne me trahissez pas, chacun sa place, chacun son rôle, tout est bien plus simple comme ça, les battements de mon cœur s’apaisent et soudain tout s'arrête

le monde bascule, je me retrouve au sol sans vraiment avoir compris
une de ses main posée sur la gorge, l'autre tenant toujours sa baguette
je ne dis rien, me laisse faire sans opposer de résistance
le poison est déjà entré en lui, comme une douce torture
il ne reste plus qu'à attendre, je lui ai offert un bout de désir
celui-ci ne peux faire que grandir, bientôt il ne sera plus qu'une marionnette
un pantin à la merci du moindre de mes gestes
mais il a besoin de se rassurer, d'imaginer qu'il garde le contrôle
que c'est moi le jouet et non l'inverse, qu'importe si ça lui fait plaisir, je ne vais pas démentir.

Les paroles arrivent à moi, comme une nuée de reproche,
un jeu ? bien entendu, seulement ça mon petit, tu n'est pas sensé le savoir
j'évite soigneusement son regard qu'il essaye de plonger dans le mien
non je n'ai pas envie de devoir affronter ça maintenant
et puis je risquerais de me trahir toute seule
les battements de mon cœur se sont calmé,
je laisse mon sourire réapparaître sur mes lèvres
un jeu auquel je me suis déjà trop de fois brûlée
mais si tu veux nous pouvons commencer une nouvelle partie

mes doigts viennent délicatement caresser sa joue
à moins que tu ne préfères que je m'en aille...
visage triste, je le regarde, affrontant ses yeux qui me mettent si mal à l'aise
d'une main j'approche son visage du mien
mais... ce serait dommage...
un souffle, comme un chuchotement dans la nuit, à son oreille
et sans crier garde, mes lèvres retrouvent les siennes

un peu plus fort, un peu plus intensément,
je ne veux pas qu'il parte, ce jouet d'un soir ou de plusieurs,
j'ai un goût amer sur la langue depuis qu'il m'a lancé son sortilège
j'ai déjà bien trop de cicatrices, pourquoi donc m'en rajouter une ?
je laisse ma rage à l'intérieur pour profiter du moment
il n'est pas si mal le gamin au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Jace Becker, Mar 11 Juil 2017 - 16:04


Alors que je viens de finir ma phrase, elle ne me regarde pas, elle n'ose pas.
Pourquoi ?
Question qui me démange.


Rien que le son de sa voix m'énerve, j'ai envie d'être violent... Mais son baiser agi comme un poison. Que m'a-t-elle fait cette sorcière ? Elle a semé le doute dans mon esprit.

-Je n'ai aucune envie de jouer avec toi «traîtresse». Tu te rappelle? Mais je dois avouer que la tentation de te laisser partir est grande...

Avant que je ne finisse ma phrase elle approche mon visage du sien et m'embrasse à nouveau.

Quelques secondes s'écoulent.
Non... Ce n'est clairement pas désagréable du tout.
Elle sème encore son poison ressaisi toi Jace.

Je décroche mes lèvres des siennes.

-Tu joues très mal la comédie. Ton « visage triste » sonne tellement faux Ellana. tu n'as pas sourcillé au contraire. Tu as pris du plaisir en me faisant cette cicatrice.

-Je tourne son visage vers la gauche, pour voir la marque que je viens de lui faire-

Je me relève et je la regarde de haut, toujours en la fixant dans les yeux.

J'hésite un instant.
Elle est ma merci.
Que faire ? Pourquoi hésites-tu ?
Elle.
Son baiser empoisonné...

Je l'attrape en dessous des bras et je la relève.
Je commence à faire les cent pas en la regardant.

Je décide de ranger ma baguette dans ma poche intérieure de ma veste que je ferme ensuite.
Je la regarde à nouveau, et je vais m'asseoir contre le même arbre où j'étais un peu plus tôt.

-Ta plaie saigne encore...
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Ellana Lyan, Jeu 13 Juil 2017 - 11:55


Petit à petit, je laisse s'infiltrer le poison en lui, le manipulant pour qu'il finisse à mes pieds, dépendant des baisers empoisonnés que je lui offre sans compter. Mais il prétend ne pas vouloir jouer, je suis un peu déçue de lui, il va falloir que j'insiste encore un peu jusqu'à ce qu'il ne puisse tout simplement plus résister, il voit un peu trop clair dans mon jeu, intérieurement je rage, personne ne parviens à lire ce qu'il se cache en moi d'habitude mais soit, qu'importe, bientôt il aura le cerveau tellement retourné qu'il lui sera incapable de raisonner correctement mais pour le moment il faut que je pose les bases, l'attirant de plus en plus près jusqu'à ce qu'il ne parvienne plus à se défaire de mon étreinte, le combat pour la survie est maintenant transformé en jeu, une partie pour lui voler son cœur et son désir, je peux gagner, je gagne toujours

il se lève, me regarde, je ne bouge pas, moue déçue aux lèvres
finalement il me relève et je me laisse faire comme une vulgaire poupée
des mots sortent encore de ses lèvres et je porte la main à ma joue
la retirant couverte de sang, visage fermé, je sais
il s'assied contre un arbre et range sa baguette, je soupire
brève hésitation, je pourrais si facilement m'enfuir
le plus vite possible, histoire d'éviter les ennuis,
le temps qu'il retrouve sa baguette, je serais déjà loin.

Pourtant une part de moi n'est pas d'accord, une part de moi veut jouer
avec lui, façonner son désir, affiner ses sens pour m'amuser un peu plus
j'avance, jusqu'à me retrouver devant lui, sans me presser
j'attrape ses poignets et les plaques contre l'arbre derrière  
pas bouger petit, laisse moi jouer avec toi, je ne te demande plus ton avis
à partir de maintenant, c'est moi seule qui mène la danse
j'approche mes lèvres de son oreille arrête de résister
comme un souffle, murmure envolé à la nuit ça n'en sera que plus douloureux

je recule un peu, chasse d'un coup de tête les mèches blondes qui retombe sur mes épaules
dans un battement de paupières innocent, j'approche mes lèvres des siennes
lui arrachant un nouveau baiser, espérant qu'il finisse par se brûler
n'étais-je donc pas l'ange ? est-ce donc elle qui m'a à ce point salie ?
Non... je n'ai jamais été un ange... mes paupière se ferment,
je n'en ai plus rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Jace Becker, Jeu 13 Juil 2017 - 20:42


Elle s'approche de moi, attrape mes poignets et les plaques contre l'arbre derrière moi.
Vraiment ? Je me mets debout je te dépasse de loin, et tu crois que ce sont t'es petits bras qui vont retenir mes poignets ?

Et voilà qu'elle vient me susurrer du poison à l'oreille.

-Arrête de résister, ça n'en sera que plus douloureux 

Elle m'embrasse de nouveau, je la laisse faire si ça l'amuse. Moi je m'ennuie complètement, j'ouvre les yeux pendant qu'elle m'embrasse.
Je décide de me relever et je me lâche de son « emprise » si on peut dire ça comme ça.

-Tu étais plus impressionnante il y a quatre ans Ellana. Aujourd'hui tu me fatigues plus qu'autre chose.

Je m'essuie les lèvres. Et je la fixe.

-N'essaye pas de m'empoisonner avec t'es délicieux baiser.

J'observe la jeune fille qui était mes cauchemars, mais également mon avenir. Depuis le matin, je me voyais la tuer, et au final elle m'embrasse.
A-t-elle peur ? Possible.

-J'étais venu ici pour te tuer à la base vois-tu. Mais au final... J'ai limité pitié de toi. Ce que tu es prête à faire pour éviter de mourir... c'est triste.

Je reste debout tout en m'appuyant contre mon arbre, et je continue de la fixer, la fixer de mes yeux qui la mettent tellement mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Ellana Lyan, Ven 14 Juil 2017 - 8:13


Il ne veut pas, repousse, les paroles blesse un peu, pas beaucoup, juste une petite estime qui diminue, même si au fond de moi je sais que j'aurais pu tout lui donner, si il avait voulu, je me serais perdue. Peut-être que c'est mieux ainsi, je n'en sais plus rien. J'arrête, j'écoute, je fixe, mes yeux se perde vers son visage et je ne prononce pas un mot, je n'ai pas d'explication logique, oui, je suis prête à tout pour survivre, depuis le temps que je me bats. Je n'ai pas envie de brusquement finir comme ça et le rempart de pitié que j'ai façonné entre lui et moi en jouant la jeune fille fragile et perdue me permet de ne pas voir mon sang se rependre trop vite dans l'herbe. Néanmoins con comportement n'est pas normal, un simple homme aurait craqué depuis bien plus longtemps, que se passe t-il donc ? pourquoi la magie n'opère t-elle pas ? Haussement d'épaule, je m'assieds dans l'herbe, ses derniers mots parviennent à mes oreilles et me blesse comme des lames de poignard dans la chaire

je me laisse tomber contre le sol, les yeux vers les étoiles
comme si soudainement toutes mes forces m'avaient quittées,
je vois le sang qui continue de couler de ma joue, des points de lumière danse devant mes yeux
est-je donc possible de finir d'une simple hémorragie, j'aurais du me soigner avant
et surtout ne jamais oublier ma baguette, ma main se porte à ma joue
paume plaquée contre je tente de stopper le liquide rouge sans que ça ne serve vraiment
tu veux me tuer...

Sourire triste, mes yeux brille et je vois le regard de Kalsi dans les étoiles,
ne serait-ce donc pas plus facile de me perdre ainsi, de laissez les battements de mon cœur
_ définitivement s'arrêter

je ne cherche même plus le regard du gamin qui n'en est plus un
n'ayant plus qu'un souhait, celui qu'il me fasse passer de l'autre côté
tu n'es pas comme les autres, tu as quelque chose de précieux en toi
un cœur à offrir, une sincérité de sentiments que je ne connais plus

hoquet de douleur, maintenant que je ne fais plus rien,
la douleur de son sort me parait bien plus intense
je n'ai plus cette innocence et cette pureté
seulement des remords et de lourds secrets

au moment ou je prononce cette dernière phrase,
le sortilège placé pour masquer les cicatrices de mon corps s'interrompt
les marques reviennent sur mes membres et je tourne mon poignet
vers mon regard "traîtresse" un souffle de ma voix cassée et éteinte
oui...
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Jace Becker, Ven 14 Juil 2017 - 14:03


Je la regarde s'allonger dans l'herbe, son sang coule toujours de sa joue. Je l'observe en silence.
Je devine clairement au son de sa voix qu'elle commence à fatiguer.

Elle a un rictus de douleur, je le devine clairement.

Sa voix commence à s'effacer, doucement, mais clairement.
Que faire ?
Je pourrais aisément rester assis là, à l'observer, sentir la vie quitter son corps. Mais quelque chose en moi refuse.
Je suis déterminé depuis ce matin à me venger d'elle, et voilà que ça arrive enfin.

Tu lui as fait la même cicatrice qu'elle a faite il y a 4 ans plus tôt. Ta vengeance, tu l'as eu.

Petite voix intérieure. Petite voix qui intervient quand je n'ai pas besoin d'elle. Conscience ? Mon côté aimable et gentil que j'ai faits disparaître il y a longtemps .
Je n'en sais rien. Et je ne veux pas le savoir.
Doute.
Hésitation.
Faiblesse.
Je m'approche d'elle en la regardant dans les yeux.
Pourquoi fais-je cela ?
Mon corps bouge tout seul...

Je retire la main qui cache la plaie et je lui lance deux sortilèges.

#Curo as Velnus

Suivie de :

#Episkey

Sans crier gare je prends la parole, pourquoi je lui sauve sa misérable vie ?

-Je ne voudrais pas que la préfète de ma maison meurt ici, vider de son sang. Cela va attirer trop l'attention et c'est mauvais.

Je m'arrête quelques instants, pourquoi ? Pourquoi ?

-Tu trouveras peut-être quelqu'un qui arrivera à te faire oublier tout ton passé.

En finissant ma phrase, je prends son poignet et regarde l'inscription qui est gravée dans sa chaire, puis je la regarde à nouveau dans les yeux.

-Je n'ai plus envie de te tuer. Pour le moment, mais n'essaye plus de faire ce que tu as tenté ce soir.

Je place le bout de ma baguette sur le mot « Traîtresse » et je lance :

#Aelusionem

Et je retourne me placer contre mon arbre, tout en l'observant.
Vais-je donc rester ici en attendant qu'elle aille mieux ? Oui. Je crois bien.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Ellana Lyan, Dim 16 Juil 2017 - 10:51


Je sens les forces m’abandonner de plus en plus, comme si bientôt je ne serais plus qu'une enveloppe vide avant que d'un dernier souffle on ne me laisse rejoindre les jolies dorées qui brillent ce soir. Il s'approche et je grimace, je n'ai pas envie qu'il voit, qu'il sache ce qu'il se cache en moi, la douleur que j'ai accumulée au longs des années. Il enlève ma paume de ma joue et je me mord la lèvre pour éviter de crier, baguette pointée sur moi, je ferme les yeux prête à craindre le pire mais c'est grâce à deux formule parfaitement maitrisée de médecine qu'il me soigne sans que son visage ne trahisse la moindre émotion. La douleur s'estompe et ses paroles redeviennent claires à mes oreilles, il attrape mon poignet pour effacer les lettres gravée dans ma chaire sans poser a moindre question comme un autre l'aurait fait je baisse les yeux

il va se rasseoir et je trouve assez de force pour relever la tête
ainsi que me remettre en position assise pourquoi tu m'as pas laissée crever ?
je secoue la tête comme pour remettre de l'ordre dans mes pensées
je porte la main à ma joue, sentant ma plaie malgré les sortilèges
je sais que comme les autres elle disparaitra sans doute jamais
et que chaque soir je serais à nouveau obligée d'y jeter la même formule
comme pour le reste de mon corps meurtris par la douleur
je n'avais pas besoin de nouvelle cicatrice, tu sais

je me lève et m'approche de lui, passant mes doigts sur la cicatrice que je lui ait faite
tu es plus fort que moi cette nuit, tu ne le resteras pas éternellement
un jour je m'occuperais à nouveau de ton cas, en attendant c'est 1 partout
tu as encore le cœur faible, petit, un jour ça te perdra sans doute

sans rien ajouter d'autre, je me lève et repars comme je suis arrivée
un gout amer dans la bouche, je n'ai plus envie de jouer
du moins plus ce soir.


Départ d'Ellana et fin du RP pour moi, je te laisse clôturer, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Jace Becker, Jeu 20 Juil 2017 - 13:21


Pourquoi? Je me pose également cette question Ellana...

-Un cadavre en plein milieu de la nuit et même pas en pleine forêt ça attire les regards indiscrets.

Elle s'approche de moi et me caresse la cicatrice qu'elle m'a faite. Je ne puis m'empêcher de contracter ma mâchoire et de tourner la tête sur la droite pour qu'elle arrête.

-Je n'avais pas besoin de la cicatrice que tu ma faite sur la joue moi non plus.

Je la regarde dans les yeux avant qu'elle ne s'en aille.

-Je t'attends et je serais prêt à nouveau à te faire mordre la poussière. -quelques instants de silence- mon cœur n'est pas faible, tans qu'il n'appartient qu'à moi ça ne sera jamais le cas.

Elle s'en va, je la regarde partir.
Une partie de moi voudrait lui envoyer un stupéfixe dans le dos et la traîner en pleine forêt puis hurler à la lune pour appeler les loups qui se trouvent dans la forêt et la laisser se faire dévorer.
Mais rien.
Je reste là debout contre mon arbre à la voir s'avancer vers le château.
Château que je devrais rejoindre également...

D'un pas lent, en observant la lune qui n'est pas visible depuis les cachots. Je pars pour rentré, et recommencer une vie monotone au sein de la grande école de sorcellerie Poudlard, j'aimerais que quelqu'un d'intéressant apparaisse dans ma vie, ça va me changer de tous ses gens ennuyeux à mourir.


[Fin du RP. Merci pour ça Lala, et bisous aux prochains.]
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Mangemort 08, Lun 31 Juil 2017 - 15:12





Sortie nocturne
With Azaël



J'attendais, camouflé dans la pénombre d'arbres dont je peinais à distinguer la cime, sous l'opacité ténébreuse d'une nuit étonnement fraîche. Les étoiles semblaient moins présentes qu'à l'accoutumée, comme si elles se doutaient que quelque chose se préparait, et qu'elles refusaient majoritairement d'assister à cela.

J'étais vêtu, dans mon habit d'ombre, masque sur le visage, pour une soirée qui allait être tout sauf anodine. Azaël. Celui qui avait été d'abord un élève perturbateur de mon cours. Pour se transformer ensuite en un cambrioleur de mon appartement.

La suite ? Il s'était transformé en esclave de ma vengeance, puis en larbin qui m'obéissait au doigt et à l'œil. Et, enfin, nous avions fini par établir les paramètres d'une entente cordiale entre lui et moi. S'il savait que j'étais Mangemort depuis le soir où on l'avait récupéré ivre avec ma compagne, et que par la suite il m'avait posé quelques questions sur mon accession à ce rang; c'était la première fois qu'il allait me voir sous mon masque, voir exactement à quoi je ressemblais son mon sombre visage.

Je savais qu'il voulait s'aventurer un peu plus dans les limbes de la magie noire, explorer, cette voie que moi-même j'avais empruntée il y avait de cela bien longtemps. Alors que j'étais à sa place, élève de Poudlard.

Je n'avais rien planifié réellement, sur notre sortie. Après tout, je connaissais cette forêt comme ma poche, et je savais qu'elle nous promettrait bien des aventures si on osait se perdre dans ses profondeurs.

Dans le pire des cas, et j'osais espérer qu'il ferait le choix judicieux d'apporter sa baguette, je me contenterais de passer en revue avec lui quelques sortilèges plus complexes que ceux qu'il voyait à l'école, voir certains interdits.

Dans le meilleur, l'on tomberait sur de quoi nous faire la main, à proprement parlé, car des défouloirs je savais qu'il pouvait y en avoir pas mal, surtout en dérangeant certaines espèces particulièrement peu enclines au dialogue.

Un instant, je m'étais demandé si c'était une bonne idée, que de l'emmener un peu sur ce chemin. Sachant que je savais que ma compagne comme moi, essayions de l'aider. Mais je doutais qu'elle cautionne ma sortie du soir avec lui, même si je n'allais pas lui apprendre à lancer le sortilège de la mort non plus. Azaël était un peu comme un petit frère pour elle comme pour moi, et nous souhaitions tous les deux lui venir en aide. Elle avec la justice, moi avec les ténèbres. Et ce soir, c'étaient les ténèbres qu'il allait rencontrer.

Le garçon était quelqu'un que nous voulions protéger tous les deux, à notre façon. Il me restait maintenant à m'assurer qu'il avait quelques tripes, car je ne l'avais pas vraiment revu depuis notre mise au point. Au moins, là, je savais que s'il m'accompagnait dans la forêt, c'est qu'il avait probablement définitivement tourné la page, et qu'il voulait s'investir autre que dans l'alcoolisme pour ses soirées...
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: À l'orée de la forêt

Message par : Azaël Peverell, Mar 1 Aoû 2017 - 9:50


Le rendez-vous a été donné dans la forêt, de nuit. Tu n’as pas hésité une seule seconde. Tu as tout de suite su que tu irais. La question ne se pose même pas. Non, les seules interrogations qui traversent ton esprit à propos de tout cela concernent le programme exact de la nuit. Parce que tu te doutes que tu n’es pas convié là-bas pour te tourner les pouces ou avoir une grande discussion philosophique. Et t’as pu sentir l’excitation monter en toi toute la journée, dans une curiosité malsaine grandissante. T’as fait comme si de rien n’était. T’es allé bosser aux Trois Balais. Et t’as fait un détour par la Forêt Interdite sur le retour.

Baguette en poche, capuche sur la tête, tu avances dans l’ombre des arbres sans bruit. Tu te fonds dans le décor qui t’entoures. Comme quoi, il peut parfois t’arriver d’être discret. Une simple silhouette qui glisse dans la nuit en suivant un chemin parfaitement déterminé. Car tu sais parfaitement où tu vas. Et tu as même hâte d’y être, malgré une pointe d’appréhension concernant ce qui t’attend. Parce que tu n’en as pas la moindre idée, et que l’inconnu t’as toujours fait peur. Mais, étrangement, malgré tout ce qu’il s’est passé entre vous, t’as confiance en l’auteur du message. Et tu ressens même une légère fierté. Comme s’il t’avait choisi. Comme si, pour une fois, tu existais aux yeux de quelqu’un. Et t’as aucune envie de le décevoir.

Tu accélères un peu la cadence. Tu n’as pas envie de le faire attendre. La forêt semble suivre tes mouvements. Le silence dans lequel elle baigne est oppressant. Comme si elle retenait son souffle. Elle redoute peut être les événements qui vont se dérouler en son sein cette nuit. Tu secoues légèrement la tête de gauche à droite pour chasser cette idée. T’es en train de te faire des illusions. Rien d’anormal au fait que la forêt semble endormie en pleine nuit. Tu sors pourtant ta baguette de ta poche. Pour la garder prête à servir, au cas où. Il y a quelques temps, tu serais venu avec une bouteille. Histoire de trouver du courage dans l’alcool. Ou pour pouvoir te détacher plus facilement. Mais t’en as fini avec ça. Ta vie doit s’ancrer dans la réalité.

Sans compter que, si jamais ton interlocuteur en vient à te demander de lui prouver ce que tu vaux, tu préfères être en pleine possession de tes moyens. Parce que, si tu te débrouilles bien face à des mannequins d’entraînement, t’as tendance à perdre pied en situation réelle. Et t’as bien l’intention de remédier à tout cela. Quoi qu’il arrive, cette nuit, tu es bien décidé à faire face. Et à prouver que tu vaux plus que ce que tu ne veux bien laisser paraître. Que le changement a déjà commencé, et que ce n’est qu’un début. Tu finis par arriver au point de rendez-vous. Il est déjà là.

Tu te places face à lui, pour l’observer. Ce n’est pas la première fois que tu te trouves face à ce masque. Tu te souviens vaguement de l’avoir vu lors de la prise d’otage. Il avait récupéré vos baguette, à ta sœur étoilée et toi. Et il l’avait menacée. Détail qui te reste un peu en travers de la gorge. Mais il ne lui a rien fait. Tu n’as donc pas réellement de raison de lui en vouloir. Dans tous les cas, ce n’est pas comme si tu comptais lui reprocher quoi que ce soit. Tu veux bien avoir confiance en lui, mais t’es pas non plus suicidaire. Un léger sourire finit par se dessiner sur tes lèvres. Le moment de vérité. Tu redeviens le gamin impatient que t’as été toute la journée. Et cette fois, tu n’en peux plus d’attendre. Tu veux satisfaire ta curiosité.

- Bonsoir… J'espère que j'vous ai pas trop fait attendre... Alors, qu’est ce qu’on va faire ?

On fait difficilement plus directe comme entrée en matière. Mais la patience n’est vraiment pas ton fort. Et t’as comme l’impression que l’ennui que tu t’efforces à chasser chaque jour ne se pointera pas ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: À l'orée de la forêt

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 5

 À l'orée de la forêt

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.