AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 5
A Paris
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle

Re: A Paris

Message par : Alexie Scott, Sam 3 Sep 2016 - 20:24


[Droit au libre arbitre tout au long du rp]
« Paris amour »
Pv : Peter Ewing

Aaaaah Paris. Capitale de la France, ville de l'amour. Enfin amour amour, pas trop pour moi. J'avais proposé à Peter de partir en France pour les vacances et comme lui de toutes façons il ne foutait rien de ses journées à part manger des cap n crunch, il s'était jeté sur l'occasion, et occasionnellement sur moi. Cela faisait déjà une semaine qu'on s'était installés dans la capitale, la journée c'était le top entre shoppings, visites et gastronomie française puis la nuit Peter m’emmenait au top. Je l'invitais dans de superbes restaurants, tellement classes que les plats arrivaient sous des cloches servis par des clochards. Une fois on s'était retrouvés dans un restaurant où un gars jouait de la harpe. Et à chaque fin de repas on nous proposait toujours un petit digestif. On était traités comme des rois partout où on se rendait si bien que les gens nous regardaient avec des airs d'autoroutes. En même temps on n'allait pas manger au macdo ou encore moins cuisiner nous même. La dernière fois Peter m'avait fait des pâtes qu'il avait essoré lui même comme un grand, il était tellement fier mais évidemment j'avais du faire la vaisselle. C'était toujours comme ça avec Peter, je devais tout faire, heureusement qu'il était un bon coup autrement personne n'en voudrait de ce boulet. Mais c'était MON boulet.

J'avais transplané directement au centre de Paris. Je voulais faire ma petite touriste à dévaliser toutes les boutiques de la place Vendôme puis aller dévorer des dizaines et dizaines de macarons à Ladurée mais j'avais promis à mon petit Ewing de le rejoindre au sommet de la Tour Eiffel. Et je tenais toujours mes promesses. Je m'était toutefois arrêtée m'acheter une glace vanille chocolat pistache melon intérieur cuir double airbag puis rejoignis le Trocadéro. Je traversai la place comme une star avec mes talons marche droit devant toi marche droit devant toi quand tout à coup je fus accostée par un énergumène avec les cheveux un peu assaisonné sorti de nulle part et qui commença à me parler avec un accent étrange. Du peu que j'avais saisi, il essayait de me vendre des mini tours Eiffel pour quelques euros. Mais j'en voulais pas moi ce ses petits porte-clés de minimoys alors je lui ai demandé s'il avait pas de la vache qui rie plutôt mais il ne pas répondu. Il devait sûrement être déstabilisé puisqu'il continua son chemin tandis que j'arrivais au pieds de la tour. Wahou, elle était haute dans le ciel. Et dire que je devais tout monter pour rejoindre Peter, vive les ascenseurs.  

Toutefois il y avait une chose à laquelle je n'avais pas pensé; la file d'attente. Parce que évidemment à Paris y a des parisiens, mais y a surtout des touristes. Et les touristes ça fait quoi toute la journée? Eh bah ça visite et la dame de fer avait beaucoup d'admirateurs. Je me demandais bien comment j'allais pouvoir rejoindre Peter rapidement avec tout ce monde sans utiliser la magie. Je regardais un peu autour de moi, c'était plutôt sympa Paris enfin quand on venait pas te saouler comme au Tracadéro ou la place Clichy. Après une heure d'attente, je pus enfin grimper dans l’ascenseur et en quelques minutes je me retrouvai dans les airs. Ça y est j'étais arrivée au top, même si je l'étais déjà. Je cherchais Peter du regard puis une fois localiser, je m'approchai de lui tout doucement en mode cosmonaute. Il était de dos et je comptais le surprendre en lui pinçant les fesses comme il aimait ça.

«
Ewing enfin je t'ai trouvé, y a une foule de fou ici. Puis y a un mec qui a essayé de me frotter dans l’ascenseur il cherchait trop les problèmes. Bon pourquoi tu voulais qu'on se retrouve ici? Tu crois y a moyen de... pécho tu sais. Encore un de tes fantasmes inassouvis je suis sûre! »
Revenir en haut Aller en bas
Peter Ewing
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Peter Ewing, Sam 3 Sep 2016 - 22:39


Rester à Poudlard pendant les vacances ? Non pas question. Les vacances c'était toujours quelque chose d'énorme pour moi : plus de cours, plus de devoirs,  plus de petits enfants qui rodent dans les couloirs, plus d'amis puisque la plupart d'entre eux rentraient chez leurs parents, plus tout ce gratin dauphinois d'élèves et de profs, enfin plus rien ne me retenait dans cette école. Mes parents m'avaient laissé partir à l'étranger aussi, car après tout, j'étais plus un enfant et j'étais parfaitement capable de me débrouiller tout seul, j'suis pas un pingouin. Mes parents sont les meilleurs du monde, ils seront toujours un modèle pour moi, même quand ils seront sur messagerie et en plus de ça, ils lisent des magasines sur le yoga et les légumes.

Les vacances, je les avais commencées par quelques jours chez Scott, ma chère Scott qui dès que j'arrivais chez elle s'empressait de prendre mes shampoings et gels douches pour les mettre à l'envers comme ça le produit arrivera plus vite quand je les utiliserai. Et puis un matin elle m'a proposé de partir à Paris. Et voilà une semaine que nous étions installés dans la ville de l'amour. J'avais déjà visité des grandes villes d'Europe mais c'était la première fois que je venais à Paris. J'ai entendu dire que pas loin de là il y avait l'endroit préféré des enfants, un truc appelé Ikéa ou peut-être Disneyland je sais plus. On avait déjà fait beaucoup de choses dans la capitale, des magasins, des sorties, et aussi des restaurants étranges où on nous servait des plats sous des cloches et ou y'avait les prix des plats que sur ma carte ! Pourquoi ? J'ai toujours pas compris ! Ces restaurants avaient aussi des serveurs qui voulaient tout le temps jouer aux jeux olympiques de la chaise ! N'importe quoi ! Ils croient que je sais pas qu'il faut fléchir les jambes ou quoi ?!

Ce matin, j'avais demandé à la mère la plus indigne que je connaisse de me rejoindre tout en haut, au sommet, au top de la tour Eiffel. Je lui avais laissé un peu de temps devant elle pour qu'elle puisse faire son petit tour dans Paris et j'y étais allé en avance, pour être sûr. J'ai dû refuser je sais pas combien de fois les mini tour Eiffel des vendeurs avant d'arriver au guichet où le type qui vendait les billets avait un accent bizarre, c'était un monsieur de la montagne. Dans l'ascenseur qui montait au top, les gens ont utilisé une dizaine de formules de politesse que je comprenais à peine. Et j'ai vu un monsieur avec une gourmette, il avait gravé son prénom dessus, Jean Jacques, il avait peur de l'oublier ou quoi ? Ou bien il criait son prénom sous la douche comme un foufou. Depuis le dernier étage de la grande et imposante dame de fer, j'observais les parisiens et touristes d'en bas et j'attendais ma Scott. J'ai vu des visages, des visages particuliers avec des airs d'autoroute et aussi des canards qui passaient comme ça sur l'eau d'une espèce de fontaine pas loin de là. Et puis un truc m'a pincé les fesses. Je me suis retourné presque en sursaut et elle était là. J'ai pas pu m'empêcher de baisser les yeux sur son décolleté.

« Ewing enfin je t'ai trouvé, y a une foule de fou ici. Puis y a un mec qui a essayé de me frotter dans l’ascenseur il cherchait trop les problèmes. Bon pourquoi tu voulais qu'on se retrouve ici? Tu crois y a moyen de... pécho tu sais. Encore un de tes fantasmes inassouvis je suis sûre! »


« Hey ma boussole j'suis fier de toi tu t'es pas perdu ! Et arrête j'suis pas comme ça oh tu vas descendre d'un étage tout de suite ! Mais si tu veux on peut aller là dedans hein c'pas de refus ! »

J'avais dit ça en lui montrant une espèce de cabine avec les vitres teintées qui servait sûrement de local technique ou d'entretien ou quelque chose dans le genre. Une pièce vraiment petite vu de l'extérieur que les gens ne remarquaient même pas tant ils étaient fascinés par la vue. J'avais vu personne du personnel y entrer ni en sortir. J'ai baissé la poignée de la porte qui s'est ouverte en un léger grincement. Personne ne nous a entendus ni vus y entrer discrètement. J'ai refermé à clé derrière nous et allumé la lumière. C'était petit et rempli de boites, d'outils, d'ampoules, de plein d'objets divers. J'ai souri à Scott en enlevant mon t-shirt à la vitesse de la lumière.


« Alors ? J'suis au top ? C'est moi ou c'est pas moi ? Tu sais quoi Scott, ou on a des relations, ou on en a pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Alexie Scott, Dim 4 Sep 2016 - 0:03


Ahlala qu'est ce que j'étais contente de retrouver mon petit Ewing. Il m'avait manqué cet après midi. Rien qu'une journée loin de lui et j'étais déjà perdue, un peu comme dans la soute des bagages. J'avais besoin de lui pour me guider, m'aider à avancer. J'avais besoin de lui, car il n'était pas juste le meilleur coup de ma vie et le meilleur des sex friends, il était ma boussole, mon GPS. Je ne pouvais pas imaginer ma vie sans lui après toutes les m*rdes qui m'étaient arrivées cette année j'avais qu'une envie; m'amuser et Peter était le meilleur pour me remonter le moral. En plus on s'entendait tellement bien, on se disputait jamais comme les couples qui se rendent à Ikea. Nous on était sur le flex et juste heureux de s'abandonner l'un à l'autre.

«
Hey ma boussole j'suis fier de toi tu t'es pas perdu ! Et arrête j'suis pas comme ça oh tu vas descendre d'un étage tout de suite ! Mais si tu veux on peut aller là dedans hein c'pas de refus ! »

Je jetais un petit coup d’œil à la vue parisienne avant de ne me consacrer qu'à Peter. J'observais quelques monuments mais je m'en fichais en vrai. Je voyais des gens sur des vélos au loin. Ils m'énervaient tous tellement avec leur airs "on va sauver la planète" alors qu'ils étaient tous la à transpirer comme des jean jacques. Au sommet de la tour Eiffel, la température montait malgré l'altitude. Peter était déjà chaud comme la braise. Il m'emmena à l'intérieur d'une petite cabine qui semblait n’intéresser ni touriste ni ouvrier, tant mieux pour nous et pour ma libido. Je le voulais. Je ne voulais que lui. C'était régulier depuis quelques temps, on s'envoyait en l'air un peu partout dans le monde. Mais Paris étant la ville de l'amour, tout était multiplié, les sens, le désir, la sensation de sa peau contre la mienne. Il enleva son tee shirt. Oh mon dieu, son torse musclé me faisait toujours le même effet. Qu'est ce qu'il était sexy, taillé en V comme mon ex mais dans l'autre sens, pas trop poilu, bref le genre d'hommes qui me faisaient tourner la tête.

«
Alors ? J'suis au top ? C'est moi ou c'est pas moi ? Tu sais quoi Scott, ou on a des relations, ou on en a pas ! »

«
Ferme la et embrasse moi. »

On avait pas beaucoup de place dans cette cabine mais il s’exécuta, il m'embrassait tendrement comme un fou, comme un soldat, comme une star de cinéma. Je l'embrassais à mon tour et retirai mon chemiser, puis avant d'enlever mon short, une pensée me parvint à l'esprit et je l'arrêtai d'un coup alors qu'il était en train de déboutonner son pantalon et surtout sortir vous savez quoi de sa poche, parce que malgré son air immature, Peter était très sérieux niveau protection. Il y a une quelque chose que je voulais savoir avant de pouvoir checker Paris de notre liste d'endroit "baptiser".

Il était déjà en train de m'embrasser dans le cou, de me mordre même mais il fallait que je l'arrête. «
Peter attends, je voulais savoir, tu as couché avec combien de filles à part moi ? » Ouais je cherchais les problèmes, ouais je voulais m'embrouiller y a quoi mais j'avais besoin de savoir.  J'avais besoin de l'entendre dire que j'étais la meilleure à ses yeux et que personne - ni fille ou garçon - ne pouvait rivaliser avec mon corps et mes pratiques. Parce que moi j'étais pas juste une fille comme ça, je suis pas un Bruno et je voulais qu'il le sache. Je passai ma main dans ses cheveux et me plongeai dans son regard tandis que le sien était visiblement posé ailleurs. Je lui redressai la tête d'un coup de mes mains. « Chéri c'est ici que ça se passe, réponds moi et sois honnête. Je suis quoi pour toi ? A part une chieuse évidemment pensais je. »
Revenir en haut Aller en bas
Peter Ewing
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Peter Ewing, Mer 7 Sep 2016 - 17:31


« Peter attends, je voulais savoir, tu as couché avec combien de filles à part moi ? »

1,2,3,4,5,6... Ohlala qu'est-ce que j'en sais moi ?! J'ai arrêté de les compter depuis longtemps ! J'étais donc plongé en pleine réflexion, me remémorant certains souvenirs muy caliente, tout ça les yeux rivés sur une des parties du corps les plus intéressantes de Scott. J'ai pensé tout de suite à Mélusine, la première que j'ai vraiment aimée, même si on avait une vision du couple très différente de celle des gens "normaux". Je l'avais même emmenée à New York un jour. Et cette fille m'a quitté. Et là y'avait plus de signes ! Que des canards qui passaient comme ça. Et un jour en rentrant dans le dortoir des Gryffondor j'ai vu 10 filles alignées dans la salle commune, c'était les filles du dicton ! Tu parles, une de perdue et toi tout seul voilà ce qui se passe. Après, j'ai eu un truc avec Warren, mon dieu que je la détestais au début et puis on a fini un jour dans son bureau ou dans la salle sur demande, j'me souviens plus trop. Je sais même pas ce qu'elle est devenue. Si ça se trouve elle est sur messagerie... J'ai aussi été avec un gars une fois, très très intéressant comme expérience. Lui non plus je ne sais pas ce qu'il est devenu, je l'ai pas croisé depuis longtemps. Peut-être que maintenant il est papa, qu'il est en haut et qu'il fait des gâteaux. Et puis des tas d'autres filles dont je pourrais même pas me souvenir de leurs noms. Et Scott m'a sorti de mes pensées, et de son décolleté par la même occasion.

« Chéri c'est ici que ça se passe, réponds moi et sois honnête. Je suis quoi pour toi ? »

Ah les femmes vous êtes terribles c'est pas croyable franchement. On peut pas juste profiter de l'instant présent ? Parce que bon on est quand même perchés en haut de la tour Eiffel - mamie elle est dans la tour Eiffel ?- dans la ville de l'amour et tout ce qu'elle trouve à me sortir c'est ça ? Qu'est ce qu'elle est pour moi ? Je lui répondrais bien que je prends la douche mais je me prendrais une tréha si je disais ça. Ou bien "t'es un peu comme maman" mais si je la compare à ma mère elle va me dire que je suis un jean-jacques et me demander qu'est-ce qu'elle a à voir ma mère là-dedans. Bon Peter réfléchis trente secondes, il faut une réponse qui va la satisfaire sinon c'est moi qui vais sortir pas du tout satisfait dans cette histoire.

« Scottie pourquoi tu casses toujours tout bordel ? Tu sais ce que t'es, t'es ma femme ma boussole mon GPS, t'est tout ! T'es comme la dernière céréale de cap n crunch dans le paquet t'es la meilleure tu vois ! Quand j'te vois c'est comme quand je vois ma valise à l'aéroport sur la tapis roulant, je suis content ! Je sais que c'est la mienne mais c'est pas grave je suis content ! Comme avec toi ! T'es un peu quand même à moi hein. Tu vois j'ai envie tout le temps d'être avec toi et pas que pour faire ce qu'on allait faire mais parce que j'suis bien avec toi ! Mais qu'est ce que t'es pénible  des fois j'ai envie de te tuer j'te jure pendant que tu regardes Bob l'éponge avec ta progéniture là j'ai envie de te mettre une tréha ! »

Et voilà c'est dit, je suis pas doué pour ce genre de trucs, alors maintenant j'attends. J'suis en suspens, je sais pas où ça va tomber. Je sais pas quoi lui dire de plus, et puis elle sait très bien qu'elle est spéciale pour moi. Quand j'lui ramène des fleurs cueillies dans le jardin de son voisin, ce qu'elle n'est pas censée savoir,  et qu'elle me dit « Oh c'est pour moi ? », si elle savait le nombre de fois où j'ai eu envie de lui dire « nan mais vas-y puisque t'es là prends-les » et qu'au lieu de ça je me contente d'un oui en souriant. Et le nombre de fois où je la regarde dormir parce qu'elle est plus jolie que mes rêves où je vois ma famille avec des têtes d'animaux ! Et quand je lui prépare le petit-déjeuner ! Jamais j'ai fait ça pour quelqu'un. Alors j'ai croisé les bras et j'ai attendu. Paris, ville de l'amour, peut-être bien que oui finalement. C'est mignooon. Mais nan j'suis pas amoureux moi ça va pas ou quoi. Je l'aime vite fait.
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Alexie Scott, Jeu 8 Sep 2016 - 14:58


On se chauffait et j'avais tout niqué. C'était mon moment coup de gueule. J'étais en stand by de tire fesses et j'attendais qu'il me réponde tout en le fixant dans le jaune des yeux. J'hésitais à taper du pied et lui dire "tu m'entends?" Mais honnêtement qu'allait être sa réaction? Allait-il se vexer ? S’énerver ? Pleurer ? Me foutre dans une boîte ? Ou juste se déshabiller ? To be continued... Qu'est ce que je me sentais conne de lui avoir demandé ça. Evidemment qu'il m'aimait, mais vite fait. Je savais parfaitement qu'il n'était pas amoureux. De toutes façons ça se voit direct quand vous les mecs vous êtes amoureux, vous avez un sourire débile, alors que nous les femmes... Ahlala c'est un autre délire... Les femmes au moindre petit sentiment à la petite flamme, flamme cuchée d'amour elles vont vers leur meilleure amie et elles leur disent "tu sais pas quoi, faut que je te raconte un truuuuuc". Mais j'avais quand même besoin d'être rassurée c'était plus fort que moi, besoin d'être sûre que j'étais la meilleure, que j'étais arrivée au top et qu'il ne pourrait jamais se passer de moi. J'avais peur qu'il mentionne l'une de ses anciennes conquêtes genre l'autre schizo que j'avais rencontrée au Texas. J'avais toujours été jalouse de leur relation, de comment Peter se comportait avec elle. Pourquoi j'avais pas ça moi ? Ouais, je suis jalouse okay et alors ? Mais attention pas jalouse tranquille. Moi je suis jalouuuuse ! Des fois il venait passer les vacances chez moi et il sort  de sa douche je lui dis "t'étais où".

«
Scottie pourquoi tu casses toujours tout bordel ? Tu sais ce que t'es, t'es ma femme ma boussole mon GPS, t'est tout ! T'es comme la dernière céréale de cap n crunch dans le paquet t'es la meilleure tu vois ! Quand j'te vois c'est comme quand je vois ma valise à l'aéroport sur la tapis roulant, je suis content ! Je sais que c'est la mienne mais c'est pas grave je suis content ! Comme avec toi ! T'es un peu quand même à moi hein. Tu vois j'ai envie tout le temps d'être avec toi et pas que pour faire ce qu'on allait faire mais parce que j'suis bien avec toi ! Mais qu'est ce que t'es pénible des fois j'ai envie de te tuer j'te jure pendant que tu regardes Bob l'éponge avec ta progéniture là j'ai envie de te mettre une tréha ! »

C'est miiiiiiiiiiiiiiiiiiiiignon. J'hésitais à lui demander s'il continuerait à m'aimer même si j'avais plus de dent ou bien cent kilos en plus mais je préférai me taire. Il n'avait pas besoin d'en dire plus, c'était parfait comme ça. Il était parfait. Surtout avec moi. Parfois il me faisait même des cadeaux quand il débarquait au manoir à l'improviste. Généralement il m'offrait des fleurs et à chaque fois je disais qu'elles sentaient bon mais Molard il trouvait ça con "bah oui c'est des fleurs" qu'il me répondait ce clochard. Un jour cet elfe il va finir dans une boîte, avec sa mère dedans. Et même que je les mettais toujours dans un vase mais je faisais attention je voulais pas qu'on me pique l'idée. Il était trop mignon avec ses petits bouquets, il ne pouvait pas me faire plus plaisir à chaque visite. Ah si en fait il pourrait m'emmener à ikea Disneyland et me prendre un autographe de tac. Je l'imaginerai bien courir après tic et tac en hurlant "c'est lequeeeeel", même si apparement c'est un c*nnard qui prête jamais une noisette, il va finir en fourrure. J'aimerais qui m'emmène chiner à Pékin et après on irait ensemble mains dans la mains jusqu'à Tokyo au Japon pour manger des sushis parce que moi j'adore les sushis. Je voulais tout faire avec lui, mais surtout une chose.

«
Tu vas pas me mettre dans une boîte quand même ? Aller viens » dis je en le ramenant près de moi. « Je te veux. »


*****


«
Waouuuh Peter je sais pas si c'est l'altitude ou quoi mais c'était génial. Bon aller rhabille toi vite avant qu'on nous surprenne en plus j'ai une surprise pour toi, je t'emmène dans le meilleur endroit du monde. » Tandis que Peter remettais son pantalon vous avez pas vu mon pantalon Je remettai mon short et sortis deux tickets de ma poche.« Disneyland ! Alors heureux ? »

Et ni une ni deux avant même qu'il ne puisse répondre, je l'emmenai avec moi en transplanant et en quelques secondes nous quittâmes le sommet de la tour Eiffel pour nous retrouver devant un énorme château de princesse. J'entendais déjà la musique au loin, NANANANANA NANANANANA, ça va rester dans la tête ça encore....
Revenir en haut Aller en bas
Peter Ewing
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Peter Ewing, Jeu 8 Sep 2016 - 22:15


Après m'a déclaration super méga romantique de la mort qui tue, Scott m'a sauté dessus à peine deux secondes après m'avoir répondu. J'ai même pas eu le temps de lui dire que, bien sûr que si je la mettrai dans une boite, avec sa mère, si je trouve une grosse boite et que je la secouerai et qu'on va voir ce qui va sortir ! Mais bon j'ai vite oublié tout ça dès qu'on s'est retrouvés nus comme des vers. Elle était tellement sexy, et bien proportionnée, elle avait pas un corps de bidon quoi. J'suis sûr qu'elle a une carte vitale gold quand elle va chez le médecin moldu en urgence. Et puis plus rien n'existait autour, il ne restait plus que nous deux ne formant qu'un. C'est pas mignon, c'est sauvage.

***

Wouuuh, awesome ! Comme on dit sur l'autre continent là-bas où ils mangent des barquettes de frites géantes et là où dès qu'il pleut ils sortent un « Oh it's raining today, where is my umbrellaaaa ? » Paris, pas seulement ville de l'amour si vous voyez ce que je veux dire. C'était fantastique et j'étais encore au top de la forme, presque chaud pour un deuxième round quand Alexie m'a dit qu'elle avait une surprise. Ohlala comment je suis en suspens. J'ai renfilé mon caleçon en vitesse en l'écoutant.

« Waouuuh Peter je sais pas si c'est l'altitude ou quoi mais c'était génial. Bon aller rhabille toi vite avant qu'on nous surprenne en plus j'ai une surprise pour toi, je t'emmène dans le meilleur endroit du monde. Disneyland ! Alors heureux ? »

J'étais heureux comme un gamin le jour de Nöel au moment de l'ouverture des cadeaux. J'ai sauté sur place pendant de longues minutes avant d'enfiler mes vêtements étalés un peu partout dans la pièce, et en quelques secondes de transplanage et sans qu'aucun moldu ne nous voit pratiquer la magie, on était à Disneyland, l'endroit préféré des enfants.

« Omagad Scott t'es trop la meilleure j'te jure ! C'est encore mieux qu'Ikéa !! »

C'était la deuxième fois que je venais ici, mes parents nous avaient emmenés ma sœur et moi quand on était plus jeunes du coup je m'en rappelais plus vraiment. C'était il y a vraiment longtemps parce que je me souviens que je buvais encore du lolo. Et d'ailleurs c'était quoi le lolo ? On a fait un petit tour du parc, quelques attractions puis j'ai demandé à Alexie de m'acheter un ballon gonflé à l'hélium et elle a dit oui. J'étais trop fier avec mon ballon Mickey et puis je l'ai laché et il s'est envolé, alors j'étais trop triste et j'ai pleuré. Et Scott elle m'a racheté un ballon à 14 euros et Scott elle a pleuré aussi. Et puis elle me l'a attaché autour du poignet pour pas que je ne le perde. On a même croisé un petit blond avec huit ballons sur chaque bras il volait derrière son père le gosse ! Je savais pas trop ce que ça représentait 14 euros en gallions donc qu'elle soit triste ou pas ça m'a ne pas gêné plus que ça au final. Et puis on a assisté à une sorte de parade où tous les personnages défilent devant les gens et après ils sont venus signer des autographes aux enfants ! Et là ma petite Boussole m'a fait les yeux doux avant de dévoiler un grand sourire en hurlant « PETER JE VEUX UN AUTOGRAPHE DE TAC ! » Alors moi j'ai couru vers les deux gros écureuils qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau et je lui ai crié « C'EST LEQUEEEEL ?! »

On a enchaîné les attractions, au milieu d'enfants qui ne faisaient que crier, puis on est allés manger dans un restaurant en plein centre du parc. Alexie a pris de la mâche de Rotterdam et j'ai mangé un triple salto arrière de pamplemousse et son coulis de fruits rouges en sac de couchage, sur boulette et arbalète d'ananas et catamaran de coings en confits, installé délicatement sur sa fine pâte mi cuite... Délicieux. C'était vraiment au top comme journée. C'était les meilleures vacances de ma vie. J'ai sorti le plan du parc de ma poche pour regarder ce qu'on avait pas encore fait.

« Bon on fait quoi maintenant ? On va en after en before ? Tu préfères faire Dumbo ou la fusée de Space Mountain... Ou autre chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Alexie Scott, Ven 9 Sep 2016 - 16:04


Je n'étais pas très friande des inventions moldues mais j'avoue sur ce coup ils m'ont éclaté. Disneyland quoi, le paradis des enfants, la jeunesse retrouvée des adultes. Je savais que Peter allait kiffer sa race et qu'on allait s'éclater comme des foufous. Tout surexcité, Peter m'harcela pour que je lui achète un ballon Mickey, sauf que c'est du ballon de compétition le doss coûte 14 euros quand même. J'hésitais tellement comme si j'allais acheter un appart. Finalement je l'ai acheté mais je lui ai dis prends moi au moins en photo avec. Et catastrophe quelques minutes plus tard il le lâcha. mais quel con. Alors Tiplouf se mit à pleurer et il en voulait un autre, alors moi aussi je pleurais mais comme je suis généreuse je lui en offris un second. Mais cette fois ci je l'accrochai à son poignet et il n'en aura pas d'autre. Je voulais pas qui se transforme en Peter vole en vent "attends moi Scott" comme l'autre pitchounou qui passait devant nous tel un canard après une rupture, non merci. Après l'épisode du ballon, moi aussi je voulais un truc Mickey, non moi je voulais voir Mickey, je me fais mon propre kiff, mais je le trouvais pas. Apparemment ils étaient tous en train de fumer à l'extérieur du parc. Disney c'est plus ce que c'était... Spa grave je kiffe. Après un petit tour, quelques attractions effectuées et une parade admirée, on était parti mangés au restaurant du parc. Heureusement que c'était pas un restaurant d'altitude avec le coca cola à dix neuf euros.

Peter sortit la carte du parc, attention c'est un professionel on déconne plus. «
Bon on fait quoi maintenant ? On va en after en before ? Tu préfères faire Dumbo ou la fusée de Space Mountain... Ou autre chose ? » Dumbo ou Space Montain ? C'est quoi cette carte et ces noms ? Va comprendre ça toi qui a lu que un Oui Oui. Moi j'étais perdue, heureusement que j'avais mon blond. Parce que moi je lis la carte et un moment je vois Dumbo. C'est quoi ça Dumbo ? Y avait pas Dumbo au début. Soudain une idée - coquine bien évidemment - me vint à l'esprit.  « Second round dans les oreilles de Dumbo ? » Il me sourit, je pris ça pour un oui.

Je lui pris la main et l'emmenai jusqu'aux petits éléphants. On pouvait s'amuser là dedans ? Quoi qu'après réflexion, si on pouvait tenir dans les chiottes d'un avion à deux, on pouvait bien s'en sortir dans ce manège. Ni une ni deux on se retrouva dans un éléphant et celui ci commença à tourner. Mais attention c'est une tournée internationale. Au début je regardais autour de moi, il y avait de la fumée au loin c'est sûrement quelqu'un qui fait des merguez. C'était plutôt beau ce petit parc même si y avait trop de gosses. En même temps à la base il avait été bâti pour eux, pour que jamais ils ne grandissent... Puis après y a des personnes dérangée comme moi qui y vont pour faire des bêtises et en parlant de bêtises...

Je donnai un coup de coude à Peter pour qu'il m'écoute.
« J'ai demandé au gars, l'attraction dure deux minutes, on va voir de quoi tu es capable en si peu de temps. » Bon c'était pas très confortable mais niveau insolite on ne pouvait pas faire mieux. Après le train, l'avion voilà que je pervertissais un bébé éléphant mécanique. Et je n'avais aucun remord enfin si juste un seul; que l'attraction ne dure pas plus longtemps. « Oh non c'est fini, déjà. » disais je alors que l'éléphant rejoignis le sol. « Alors t'as kiffé Tiplouf ? Tu viens faut que je passe au magasin de souvenirs je vais prendre une peluche pour Holly pour faire genre je suis une bonne mère. »  Une bonne mère oui bien sûr personne n'y croyait. J’entraînai alors Peter dans la boutique, un peu de force mais lorsqu'il vit toutes ces peluches il se mit à sauter de partout avec un immense sourire. « Je les veux touuuuutes. » Il est déjà dans un grand délire... « Toutes toutes toutes ? » répondis-je « Toutes. » Eh dis donc il a craqué son slip lui. « Ecoute moi bien moi je suis pas Rothschild hein puis à la base c'est pour Holly alors arrête de faire l'enfant sinon je te mets dans une boite. »  La peluche achetée, il était bientôt le temps de rentrer. On s'était bien amusés et il n'y avait qu'un moyen de finir cette journée en beauté. « On va danser en boîte ce soir ? Je suis en manque d'alcool puis tu fais pas ton âge. » remarquai-je avant de lui donner une petite tape sur les fesses.
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Calabrez
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A Paris

Message par : Tamara Calabrez, Mer 25 Jan 2017 - 1:36


Cela fait depuis début septembre mais si il y a un souci MP pas de problème.

Rencontre à Paris

RP PV avec Albus Lupin

Ça faisait une semaine que j’étais à Paris avec mes parents et mon frère afin de fêter Noël en famille. Ils ont très froid, habitué aux températures chaudes du Brésil. Je suis dans une chambre avec mon frère qui ne veut pas bouger comme mes parents. Ils sont effrayés à l’idée de sortir par ce temps. Or moi je n’ai envie de faire qu’une chose, sortir et visiter cette magnifique ville. J’ai eu le temps de m’habituer à cette température froide en trois mois.

-Je sors visiter tu me couvres ? Demandai-je avec l’intonation d’un ordre à mon frère en fermant la porte derrière moi.

Je pouvais enfin visiter cette ville qui m’était pour le moment encore inconnu. J’étais super impatiente, entra dans le métro avec une carte pour essayer de m’y retrouver dans cette nouvelle ville. Je sors à l’arrêt le plus proche de la tour Eiffel.

*C’est tellement beau je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas voulu venir avec moi.*


Je continue à me promener et arrive dans une rue avec beaucoup de magasins. Je regarde les vitrines, il y a de magnifiques vêtements dans l’une d’elles. J’adore mettre de petites robes. Ce n’est pas la bonne saison pour les mettre malheureusement. Je rentre dans la boutique et commence à regarder les vêtements qu’ils vendent. En continuant mes recherches, je vois un jeune homme d’une vingtaine d’années qui entre dans le magasin, marche dans l’allée principale et laisse tomber un morceau de bois.

*Ça ne peut pas être un morceau de bois. Qu’est-ce que quelqu’un de 20 ans ferait avec un morceau de bois ?*


Je désire de m’approcher de ce morceau de bois. Une fois juste au-dessus, je la prends en main et réalise que c’est une baguette. Je relève la tête et cherche le jeune homme du regard. Je le trouve enfin après quelques minutes de recherche, me dirige vers lui et lui tapote l’épaule doucement.

-Tu as laissé tomber ça. Tu es à Beauxbâtons ? Dis-je subtilement pour que personne d’autre ne m’entende.


Dernière édition par Tamara Calabrez le Dim 19 Fév 2017 - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Albus Lupin, Mer 25 Jan 2017 - 19:36


Me voilà dans cette ville, ce pays, cette société différente de la mienne maintenant. Et pourtant, je suis né ici, je n'oublie pas d'où je viens mais je préfère savoir où je vais... Des vacances ici... Hum... je ne sais pas pourquoi je suis venu là... A la recherche de mes racines sans doute. J'en ai sûrement besoin après tout ça, tout ce qui s'est passé, toutes ces péripéties... Enfin bon, un homme nouveau non? J'ai vieilli, mûri, grandi. Oui je suis bien différent du petit Bubus de 17 ans... Argh, ce surnom... Maintenant je le haie, autant que certaines facettes de mon passé. Je regarde autour de moi, un sol blanc entre la neige et le verglas. Les gens sont tristes, pâles, habillés en noir sans une once de joie de vivre. Rictus nerveux. Les moldus... Faut toujours les protéger les pauvres, à l'abri du moindre danger. Je veux faire ça, m'interposer entre le mal et les gens qui veut rendre victimes.

Je me promène dans Paris, cette grande métropole à la recherche de tout et de rien. Je visite, je regarde un peu tout. Ma dernière destination avant mon grand retour en Angleterre... Ah... 4 ans loin de cette petite île... Ca m'avait presque manqué. Ce n'est plus que souvenirs, tristes souvenirs pour certains et flous pour d'autres... Enfin bref l'important c'est le moment présent, suffit de se torturer l'esprit. 1 puis 2 puis 3 heures dans les rues parmi ce temps gris et maussade. Il fait quand même froid presque autant qu'en moi dit donc.

Une énième boutique, tiens pour changer. Oui je suis blasé et je m'en fou un peu il faut dire. La joie et le sourire m'ont quitté depuis longtemps. Le froid est là et il restera. Montrer ses sentiments, surtout les plus joyeux sont maintenant sources de problèmes et de faiblesses. Moins tu aimes, moins tu montres ce que tu es et moins tu souffres. Je l'ai appris trop tard mais je risque pas de l'oublier. Un long voyage ça fatigue, j'ai bien le droit de faire un peu de shopping non?

Je sors de cette boutique trop de personnes à mon goût, en voilà une autre. Elle semble moins grande et moins vivante. On peut facilement s'y effacer, parfait. Je m'essuie les pieds, redresse mon catogan et remet doucement mon écharpe en place avant d'entrer. Bruits de cloche quand je rentre, très original tiens. Je rigole intérieurement et me tourne vers la porte et ses vitrines. On voit la foule gambader, acheter, consommer ou encore rire pour les plus courageux. Loin des insouciances de la vie. Hum... Très peu pour moi maintenant. Je vois qu'il y a beaucoup trop de gens dehors mais pourquoi? C'est le week-end mais quand même... Ah bien sûr... On est pas loin de la tour Eiffel, symbole de la grande puissance de la France... Enfin en 1900 quoi...

Je me retourne vers les vêtements du magasin, peut être trouverai-je un autre manteau sobre, ça serait pas mal... Un souvenir utile au moins. Je marche le long de cette allée principale. Le magasin reste assez petit, d'ici quinze minutes je saurai si il y a ce que je recherche. Doucement je ralenti, tâtant à l'aveugle mes poches intérieures de mon catogan noir. J'y trouve mon porte-feuille version moldu voyant quelques articles me plaisant. Je le sors de ma poche et le tiens à la main. Je continue de marcher droit, tête haute et buste droit.

Soudain je reçois une tape sur l'épaule, instantanément je range mon porte-feuille et je sens que quelque chose à changer... Un manque. Je me retourne et aperçois une jeune femme d'une quinzaine d'année. Elle me dévisage, dit doucement et assez lentement:
"Tu as laissé tomber ça. Tu es à Beauxbâtons ?"

Je suis pris d'une stupeur incroyable! J'ai laissé tombé ma baguette! Elle est là, entre ses doigts! Elle a surement dû glissé pendant que je cherchais ce maudit porte-feuille moldu. Pourtant je ne laisse rien paraître, règle d'or. Je la dévisage un instant et prends ma baguette de ses mains d'un coup. Je la prends par le bras et l’entraîne au fond du magasin pour ne pas être entendu. Arrivé au fond, je regard tout autour de moi pour m'assurer qu'il n'y a personne. Maintenant je la fixe dans les yeux avec un regard assez froid.
"Merci jeune fille. Et non je ne suis pas de Beauxbâtons, je ne vais plus en cours depuis que j'ai eu mes aspics. Je viens de Poudlard. Tu m'as sauvé la vie avec cette baguette, j'en suis reconnaissant." dit-je en rangeant ma baguette au même moment.

Elle a des cheveux châtains et des yeux noisettes, pas très grande, une peau matte.
"Et toi d'où viens-tu? Hum..."
Je la dévisage de haut en bas un instant avant de reprendre:
"Amérique du Sud c'est ça? Que fais-tu ici? Tu m'as demandé si j'étais de Beauxbâtons... Tu connais l'existence du monde magique. Tu n'es pas non plus dans cette école Française sinon tu ne poserais même pas la question..."


J'essaie d'être moins froid avec elle, elle est souriante et plutôt gentille. Essayons de ne pas la briser, ça serait cruel et gratuit...
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Calabrez
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A Paris

Message par : Tamara Calabrez, Sam 28 Jan 2017 - 1:32


Je vois que le jeune homme regarde la baguette que je tiens dans ma main. Il a le visage fermé, je n’arrive pas à voir s’il est fâché, content ou juste reconnaissant de la lui avoir rendu. Il me regarde, un peu plus que ce que l’on fait lorsque l’on est polis et que l’on est bien élevé en général, mais je ne le connais pas, peux être qu’il a des circonstances atténuantes le pauvre. Il me prend la baguette des mains, un peu trop violemment selon-moi qui suis habitué à de la douceur et de la gentillesse. Il m’agrippe le bras avec force au point de me faire légèrement mal et me tires vers le fond du magasin. J’ai un peu peur de ce qu’il va se passer ensuite, il a l’air d’être quelqu’un de violant. Tout ce que je lui avais dit était qu’il avait perdu sa baguette et demandé s’il venait de Beauxbaton. Je n’arrivais plus à penser à rien. La peur que cette personne me faisait était trop forte pour que je puisse réfléchir à quoi que ce soit. Une fois au fond, il tourne la tête à la manière d’un suricate qui surveille les parages. Il finit par se tourner vers moi, me regarde dans les yeux d’un regard qui me glace.

-Merci jeune fille.

Eh bien, enfin il me remercie, cela en a pris du temps.

-Et non je ne suis pas de Beauxbâtons, je ne vais plus en cours depuis que j'ai eu mes aspics. Je viens de Poudlard. Tu m'as sauvé la vie avec cette baguette, j'en suis reconnaissant.

Cet homme avait définitivement l’air de ne pas vouloir être gentil avec moi. Même s’il voulait me remercier, j’avais plutôt l’impression de me faire enguirlander par mes parents. Drôle d’impression étant donné qu’il n’avait que quelques années en plus que moi. Son attitude commençait à m’agacer. Si j’avais su qu’il réagirait comme cela, je n’aurais pas pris le temps de lui ramasser sa baguette. Je me dis qu’il doit y avoir une bonne raison pour qu’il soit comme ce.

Ha bon, Poudlard, Il doit venir de Serpentard. Où je n’y comprends rien. Sauvé la vie, sauvé la vie, directement les grands mots lui.

-Et toi d'où viens-tu ? Hum... Amérique du Sud c'est ça ? Que fais-tu ici ? Tu m'as demandé si j'étais de Beauxbâtons... Tu connais l'existence du monde magique. Tu n'es pas non plus dans cette école française sinon tu ne poserais même pas la question...


Je suis ébahie, comment a-t-il pu deviner que je venais d’Amérique du Sud ? Je veux bien que je sois légèrement matte, mais à part cela, je n’ai pas de T-shirt « Je suis brésilienne ».

-De rien pour la baguette. Oui je viens du Brésil. Oui un peu que je le connais, mes deux parents sont des sorciers. Je suis à Poudlard pour le bon niveau des cours de défenses contre les forces du mal. Tu devais être à Serpentard vu la gentillesse qu’il y a en toi en ce moment. Dit-elle en rigolant tout de même.

Ce n’est pas parce qu’il est froid que je dois le devenir. Je préfère de loin garder mon sourire le plus que possible et rigolé de tout.

-Et toi que viens-tu faire Ici ? Tu les as passés quand tes aspics ?

J’espère qu’il va se détendre un peu et qu’il va me lâcher il commence à me faire vraiment mal à force de me tenir comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Albus Lupin, Mar 28 Fév 2017 - 19:57


Un peu ébahit, elle ne répond pas tout de suite, elle laisse couler le temps, doucement. Sa bouche s'entre-ouvre et les mots en affluent:
"De rien pour la baguette. Oui je viens du Brésil. Oui un peu que je le connais, mes deux parents sont des sorciers. Je suis à Poudlard pour le bon niveau des cours de défenses contre les forces du mal. Tu devais être à Serpentard vu la gentillesse qu’il y a en toi en ce moment."

Elle rigole, pas moi. Serpentard? Sérieusement? Je suis froid, ok, mais en aller jusqu'à là... Très bien. Elle essaye de sympathiser, on va dire ça.

Je ne peux même pas réfléchir, elle continue à me parler, toujours plus, comme si ça ne suffisait pas. J'ai eu ma baguette, je peux partir maintenant et elle aussi d'ailleurs. Je ne suis qu'un inconnu, lâche-moi. Mais non, elle veut pas.

"Et toi que viens-tu faire Ici ? Tu les as passés quand tes aspics ? "

Aspics? Si intéressant que ça? Bref, autant lui répondre, elle sera heureuse la gamine. Je sourit un quart de seconde, on va faire croire que la plaisanterie était de bienvenue.

"Ouais j'ai eu Optimal il y a déjà 4 ans. Tu veux savoir autre chose sur ma vie privée ou je peux m'en aller maintenant vu que j'ai ce qu'il m'appartient. Tu ne vas pas faire connaissance avec un simple inconnu dans une ville que tu ne connais même pas, tu es seule, jeune, tu ne sais pas ce que je pourrais te faire. Autant se quitter sur ça non? Ou préfères-tu qu'on continue à discuter?"

Je marque une pause, voulant la faire réfléchir. Je me taie et l'observe... Elle essaye d'être sympathique, hm... Je suis vilain, je dois faire la même au moins par politesse. Malgré ce tour du monde, cette grande aventure, je reste encore humain.

Je lui tapote l'épaule et fais un large sourire:

"Je te taquine, sortons d'ici, ça pourrait être louche qu'on reste trop de temps au même endroit. Allons prendre un café plutôt, ça serait la meilleure chose possible. Enfin je sais pas si à ton âge tu aimes les cafés, peut être une grenadine si t'es sage!"


Peut être cette jeune femme a mal vu cette réflexion, je suis peut être un peu trop dur, méchant, violent, froid, horrible et insociable. Et pourtant ça me fait rire, je trouve ça amusant, drôle, vivant. Je ne veux pas lui faire du mal. Juste lui prouver que le monde n'est pas toujours tout rose, oh non loin de là. Vraiment très loin de là... En plus, elle a vraiment l'air gentille, ça serait cruel... Autant ne pas l'être jusqu'au bout. Le côté humain ressort de ma personnalité. Ca faisait un bout de temps tient. Suffit de parler, passons aux actes, aux faits, mettons en place ce que nous disons sinon ça n'a plus aucun sens. Allons y maintenant avant qu'il soit trop tard. Je l'ai peut être appris trop tard mais maintenant je le sais.

Je laisse un petit rire amusé s’échapper de moi. Je la regarde toujours en rigolant puis vient ouvrir la porte du magasin. Je me retourne vers elle et lui crie:
"Tu viens la Brésilienne?"
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Calabrez
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A Paris

Message par : Tamara Calabrez, Mer 8 Mar 2017 - 23:40


*Mais pourquoi lui ai-je posé cette question ! Ça ne mène à rien ! Et c’est un inconnu qui m’a coincé dans un coin ! Qu’est-ce que je peux être stupide de temps en temps.*

Elle crut apercevoir ce qui ressemblait être un sourire de l’homme froid. Elle ne connaît même pas son nom. Mais le sourire était le bienvenu.  

"Ouais j'ai eu Optimal il y a déjà 4 ans. Tu veux savoir autre chose sur ma vie privée ou je peux m'en aller maintenant vu que j'ai ce qu'il m'appartient. Tu ne vas pas faire connaissance avec un simple inconnu dans une ville que tu ne connais même pas, tu es seule, jeune, tu ne sais pas ce que je pourrais te faire. Autant se quitter sur ça non? Ou préfères-tu qu'on continue à discuter?"

Optimal ! Elle se demandait qui était cet inconnu rencontré par hasard au fur et à mesure qu’il parlait. Il est froid avec elle mais répond tout de même à ses questions, Il a l’air de la prendre pour une petite folle, mais dans le fond, elle voulait juste visiter cette ville. Ce n’est quand même pas sa faute s’il a laissé tomber sa baguette après tout. Elle voulait juste être gentille.

*Peut-être que c’est mieux de se quitter comme ça après tout, il a peut-être raison. Continué a discuter ? Discuté avec un inconnu ? Ça dépend.. Comment puis-je savoir si je peux lui faire confiance ? Est-ce que j’oserais lui demander de me faire visiter cette ville ? Après tout il est un inconnu que je viens de rencontrer.*

"No.. "

Il lui tapote l’épaule.. et lui sourit de plus belle.. Que se passe-t-il dans sa tête ? Maintenant il lui sourit. Il n’est vraiment pas clair. Même pas le temp de répondre.

"Je te taquine, sortons d'ici, ça pourrait être louche qu'on reste trop de temps au même endroit. Allons prendre un café plutôt, ça serait la meilleure chose possible. Enfin je sais pas si à ton âge tu aimes les cafés, peut être une grenadine si t'es sage!"


Et maintenant il lui propose d’aller boire un café. Tout cela se mélange dans la tête de la petite adolescente. C’est comme s’iil était bipolaire. Qu’il ne savait pas quoi faire. Qu’il était indécis bien qu’il n’avait pas l’air à la base.

*Que vais-je lui répondre maintenant ? oui ? non ?*


Elle était en pleine réflexion, elle n’arrivait pas à cerner le personnage qu’elle avait en face d’elle. C’était un inconnu ! Mais le seul à qui elle ait parlé depuis qu’elle était partie de l’hôtel. C’était le seul pour le moment à pouvoir lui faire visiter un peu mieux cette ville.
Il rigole un peu, cela la fait sortir de ses pensées. Il continue à me regarder en rigolant, comment peut ont passé de si froid a moqueur ? Mais que se passe-t-il dans la tête de cet inconnu sans nom ? Il ouvre la porte se retourne vers elle.

"Tu viens la Brésilienne?"


Qu’est-ce qui n’allait pas avec ce mec ? Cela l’intriguait de plus en plus. Elle avait cependant toujours cette envie de visiter la ville. Elle se dépêcha donc de le rejoindre attrapa porte. Le regarda dans les yeux essayant de comprendre cette personne qui change en quelques secondes de caractère.

"D’accord pour une grenadine, je vais essayer d’être sage."

Elle hésitait, devait elle  lui demander de lui servir de guide ? Il devait mieux connaitre la ville qu’elle.. Est-ce que cela en valait la peine ? Allait-il devenir de plus en plus gentil ? Elle en doutait. Allait-il de venir méchant, froid à nouveau ? Les réactions du jeune homme effrayaient la jeune fille.

"Dit, tu as l’air de connaitre un peu cette ville tu ne voudrais pas me montrer les principaux trucs à voir ? Enfin ce n’est que si tu veux vraiment aussi non je me limiterai à la grenadine."
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Albus Lupin, Mar 4 Avr 2017 - 21:43


Elle mit du temps à venir, me dévisageant. Enfin, quand elle se bougea pour venir me voir, elle me regarda d'un air interrogateur. Suis-je bizarre? Sûrement mais bon... Elle m'a sauvé la vie avec cette fameuse baguette alors bon.

Un moment de silence s'installe, un peu gênant d'ailleurs.

"D’accord pour une grenadine, je vais essayer d’être sage."


Je fais un petit rictus, drôle parfois la petite. On marche doucement dans l'allée, toujours ce petit silence. Et pourtant, je ne suis pas froid. Ca vient d'elle, c'est tout. J'hésite à l'ouvrir mais elle le fait à ma place.

"Dit, tu as l’air de connaitre un peu cette ville tu ne voudrais pas me montrer les principaux trucs à voir ? Enfin ce n’est que si tu veux vraiment aussi non je me limiterai à la grenadine."


Je tourne la tête vers elle et lui sourit une petite seconde:

"Ouais je connais plutôt bien, on va dire ça... D'accord pour te faire un peu visiter, ça ne te fera pas de mal."

Je nous laisse marcher un petit peu, les mains dans les poches de mon jean, laissant mon grand manteau en arrière. Je regarde tout autour de moi, la tête relevée vers le ciel et les architectures.

Doucement je sourie, certaines structures me font penser un peu à une certaine école... Là où j'étais bien, ce lieu je ne l'oublie pas par contre certaines personnes: oui. Je sens pourtant encore l'odeur des livres vieux ou neufs dans la bibliothèque, l'air frai dans mes cheveux ou fouettant mon visage dans le parc au bord du lac... Je me remémore de l'odeur de cette fumée du Poudlard Express aussi désagréable soit elle... Je me souviens de tout, de tout et de rien. Certains visages ressortent, d'autres non, ils ne sont pas forcément oubliés... Juste je fais une amnésie volontaire on va dire... Pour me protéger? Certainement... Bref, suffit de rêvasser avec cette maudite nostalgie! Je suis dans le présent, je dois y rester. Ca fait déjà un moment que nous marchons et je l'ai laissé sans rien dire pendant tout ce temps! Autant faire connaissance, je vais me rattraper.

Je me lance pour lui parler un petit peu avant d'arriver:

"Et sinon, dis moi en plus sur toi, je suis assez curieux de savoir pourquoi tu es là. Pourquoi Paris? Au fait, tu as déjà fait ta répartition à Poudlard ou tu viens tout juste du Brésil?"


Elle a l'air froide, je ne sais pas pourquoi... Serait-ce à cause de mes premiers gestes? Aurait-ce décider toute la suite de la rencontre? Malheureusement je le pense... Peut être avec un peu de chance je pourrai inverser la tendance et lui faire comprendre qu'au fond... Je suis pas si méchant... Si?
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Calabrez
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A Paris

Message par : Tamara Calabrez, Dim 16 Avr 2017 - 12:21


Il eut un semblant de sourire. Ce fut bref et rapide. Mais il y en avait quand même eu un. Rien que ce petit sourire la rassurait déjà un petit peu. Il n’en fallait pas beaucoup pour qu’elle se sente à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaissait pas.

"Ouais je connais plutôt bien, on va dire ça... D'accord pour te faire un peu visiter, ça ne te fera pas de mal."

La jeune fille était tout excitée à l’idée de visiter cette ville, même si c’était avec un inconnu. Elle bondissait à côté de son guide privé. Le voyant levé la tête, Tamy s’arrêta et fit de même. Elle ne voyait pas pourquoi il était perdu dans ces pensées. Peu importe, temps qu’il voulait bien lui faire visiter. Evidemment elle aurait préféré parler avec plutôt que de regarder le ciel à l’autre mais bon, on ne peut pas tout avoir. Elle continua donc à le suivre en bondissant et en chantonnant.

"But she said wherer d’you wanna go?
How much you wanna risk?
I’m not looking for sombady
With some superhuman gifts
Some superhero
Some Fairytale bliss
Just something I can turn to
Sombody I can kiss
I want something just like this."


Elle était heureuse. Elle savait que ses parents allaient la réprimander. En attendant, elle profitait. Pourquoi ne pas profiter du moment présent après tout.

"I want somthing just like this"

Cela faisait tellement longtemps qu’elle n’avait plus bondi comme ça. Les Parisiens pouvaient la trouver folle, elle n’en avait rien à faire, elle profitait, elle vivait, elle était heureuse.

"Et sinon, dis moi en plus sur toi, je suis assez curieux de savoir pourquoi tu es là. Pourquoi Paris? Au fait, tu as déjà fait ta répartition à Poudlard ou tu viens tout juste du Brésil?"

Il venait de couper son petit moment de bonheur. Elle le regarda avec un regard glacial. Le guide froid c’est réveillé de ses pensées. Apparemment il voulait faire la papote, Peut-être qu’elle l’a trop vite jugé. Après tout, il méritait une seconde chance non ?

"Je suis là avec mes parents pour fêter Noël, mais vu le temps, ils ont trop froid et restent enfermés dans l’hôtel. Et non je suis arrivée il y a 3 mois environ. Je suis arrivée chez les Poufsouffle. Je ne connais pas bien les critères de répartition mais bon les pouffy’s sont sympas. Tu viens de Poudlard, où étais-tu toi ? Et où m’emmènes-tu ?"

Elle avait arrêté de bondir. Parlé et bondir en même temps essoufflait bien plus que ce qu’on pouvait le penser et puis il ne devait pas faire ça lui. Elle se tourna vers lui et lui fit un grand sourire, signe qu’elle attendait sa réponse avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Albus Lupin
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: A Paris

Message par : Albus Lupin, Sam 29 Avr 2017 - 21:07


La jeune fille bondit, encore et toujours. Elle était heureuse, enfin il semblerait.
Quand je pose ma question, tout s'arrête d'un coup. C'est comme si son petit monde s'écroulait. Elle tourne la tête vers moi, d'un air glacial. Ca vaut bien le coup que je m'intéresse à elle... Oh elle arrête de sautiller, c'est peut être mieux comme ça. Enfin elle décide de me répondre, pas trop tôt gamine.

"Je suis là avec mes parents pour fêter Noël, mais vu le temps, ils ont trop froid et restent enfermés dans l’hôtel. Et non je suis arrivée il y a 3 mois environ. Je suis arrivée chez les Poufsouffle. Je ne connais pas bien les critères de répartition mais bon les pouffy’s sont sympas. Tu viens de Poudlard, où étais-tu toi ? Et où m’emmènes-tu ?"

Hum, une pouffy. Je ne peux me retenir d'avoir un petit rictus. Elle me pose des questions mais cette fois elle sourit. Je suis perplexe. Bipolaire? J'ai pas compris là. Elle me fait un sourir radieux après m'avoir fait un regard des plus glacial... Je devrais peut être lui demander conseil pour être aussi froid d'un coup. Ca peut être utile.


"Euuuh.... Moi aussi j'ai été un poufsouffle. C'était cool mais je traînais plus avec des gens d'autres maisons."

Où est-ce que je l'emmène? Le sais-je? Pas sûr, pas du tout même. Ouf je suis sauvé, au loin je vois deux grandes tours, juste à côté de la Seine. Parfait. Notre-Dame c'est bien non?

"Ca te dit d'aller à Notre-Dame de Paris? C'est touristique mais ça reste beau."

Sauvé par le gong. Espérant que ça lui plaise. Je me tourne vers elle, doucement je lui souris. Elle peut être sympa avec moi, alors pourquoi pas l'inverse? Je rigole doucement et lui pousse doucement l'épaule avec mon poing. Je suis bienveillant, ça fait quand même du bien de temps en temps. Espérons qu'elle ne réagisse pas mal...
Revenir en haut Aller en bas
Tamara Calabrez
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: A Paris

Message par : Tamara Calabrez, Lun 1 Mai 2017 - 19:25


"Euuuh.... Moi aussi j'ai été un poufsouffle. C'était cool mais je traînais plus avec des gens d'autres maisons."

Drole de personnage. Elle le voyait déjà avec des amis de serdaigle, de serpentar et de griffondor. Pour une raison qu’elle ignorait, c’était dur à s’imaginer cet homme à Poudlard. Peu importe. De toute façon il n’est plus là-bas.

"Ça te dit d'aller à Notre-Dame de Paris? C'est touristique mais ça reste beau."

Il me pousse un peu l’épaule. Geste que des garçons font habituellement à des garçons. Ça doit être affectif. Elle lui sourit doucement. C’était déjà plus agréable de parler avec lui que ça ne l’était au début de leur promenade.

Le vieux tout renfermé commençait à s’ouvrir apparemment. Bonne chose. Tamy était contente de voir que la personne à côté d’elle n’était peut-être pas si grognon, fâchée où peu importe l’état d’esprit qu’il avait avant. Elle préférait rigoler plus tôt que de passer son temps avec un rageux qui est devenu comme ça pour une raison qui ne la regarde pas. Il était chez les pouffy, donc il avait dû être plus jovial dans le temps, différent de ce qu’il est maintenant. Peut-être pouvait-il retrouver un peu de cela.

"Ça dépend, qu’est-ce que c’est ?"

Elle le regardait, Impatiente d’avoir une réponse, un grand sourire sur le visage. Et le boxa gentiment avec son épaule. Il avait l’air d’aimer la violence amicale et douce. Peut-être était-ce la clef pour arriver à discuter normalement avec lui. Autant essayé. Après tout, que ça fonctionne ou que cela ne fonctionne pas, elle n’avait rien à perdre, à part se perdre dans Paris…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: A Paris

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 5

 A Paris

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.