AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 2 sur 2
Du Côté des Embrumes...
Aller à la page : Précédent  1, 2
Luke Belt
Fondateur AdjointHarryPotter2005
Fondateur Adjoint
HarryPotter2005

Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Luke Belt, Dim 9 Avr - 18:19


La réputation de l'allée des embrumes n'avait rien d'une invention ou d'une extrapolation. C'était un endroit foncièrement malfamé, théâtre des faits divers les plus glauques et morbides qui soient. On ne savait jamais à quoi s'attendre en s'y rendant. Les ruelles étaient parfois désertes, parfois emplies de loques humaines, souvent témoins muets d'actes immoraux. C'était aussi pour ça que j'aimais m'y rendre, on ne s'y ennuyait jamais.

Cette nuit ne faisait pas exception à la règle.

A peine avais-je pénétré dans l'exiguë et sombre rue que la silhouette détecta ma présence. Il faut dire que, n'ayant pas prévu tomber sur cette scène au tournant, je n'avais pas pris de précautions particulières quant à ma discrétion. Je dégainai instantanément ma baguette et la pointai sur la forme humaine, plusieurs sortilèges au bout des lèvres ; mes années chez les aurors et activités mangemoresques avaient rendu mes réflexes particulièrement pointus.

Une voix féminine qui ne m'était pas inconnue s'éleva alors, retardant les sorts qui ne demandaient qu'à jaillir.

- Sérieusement ? Dis-moi, t'aurais pas un peu le chic pour débarquer toujours au mauvais moment ? On se croise toujours dans l'allée des embrumes quand il faut pas.

La lune perça brièvement à travers les nuages opaques, laissant échapper une lueur qui éclaira un bref instant le visage de la sorcière. Elle. Encore. Quel était son nom déjà ? Le destin s'amusait décidément à nous réunir lors de moments incongrus. Abaissant prudemment ma baguette, visage impassible, je plantai mes yeux turquoise dans les siens, réfléchissant quant à l'attitude à adopter. Mon regard dévia ensuite vers le corps juché au sol, immobile. Mort ?

- Tu traines souvent par ici non ? Qu'est-ce que tu fais là au fait ?

Au son de sa voix, je reportai mon attention sur la jeune femme et son nom me revint en tête. Alhena.

- Tu me sembles en plutôt mauvaise posture pour poser des questions... répondis-je en désignant de ma baguette le présumé cadavre.

La sorcière se releva alors et me demanda, comble de l'ironie, de l'aider à la débarrasser du corps, qui était donc bel et bien sans vie. Un léger sourire en coin se dessina sur mes lèvres. Elle avait de la répartie au moins. Informulant un lumos de faible intensité, j'illuminai brièvement le visage du défunt. Ce n'était ni une connaissance, ni un haut fonctionnaire du ministère, juste un sorcier lambda qui n'avait pour moi pas la moindre importance.

- Si je t'aide, j'y gagne quoi ?

Avec un peu de magie, il n'était pas si difficile de masquer un corps et d'effacer la piste, surtout lorsqu'on connaissait parfaitement les méthodes du ministère. Mais chacun de mes gestes, chacune de mes actions, avaient toujours un sens, un but. Je n'étais donc pas opposé à aider la sorcière, tant que cela m'apportait quelque chose d'utile en retour.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Alhena Peverell, Mar 11 Avr - 21:47


Le 1000ème Message pour toi, comme promis

La lune était teintée de noir dans cette ruelle sordide. Sortie après le travail et rencontre non désirée avec un mort. Un dernier survivant du monde s'était avancé. Confrontation de la morale déchue. Apostrophe d'un terre à terre et d'une rêveuse, que voudrait le monde pour eux ? Deux partenaires de la noirceur qui se fondent dans le décor lugubre.
La voix porte aux oreilles, un léger sourire qui se dessine sur les lèvres.
Effectivement, dis-moi Belt qu'est-ce qu'elle pourrait t'apporter ?
Je ne sais pas, je te rendrai un service du même genre
Si tu me couvres, je te couvrirai
Je t'aiderai à enterrer un cadavre, mais ne me trahis pas, n'oublie pas que justement : je sais enterrer un cadavre
Prend ma main et on affrontera le monde afin de le mettre sans dessus dessous. Accroche toi à sa folie, tu verras un autre univers. L'élégance glauque dans un même corps. Vous pourriez être les plus beaux criminels, les plus classes. Ceux qui se moqueraient de l'autorité, parce que ça les fait marrer.
Alors ne cherche pas un interêt matériel, derrière, celui-ci est juste moral.

Tu regardes la chose. Il est blanc, livide à en faire pâlir un génocide. Un air de dégoût se détache. Ce sorcier est répugnant, il ne méritait pas l'air qu'il respirait, vu ce qu'il semblait en faire. Un gaspillage d'oxygène, comme dirait si bien ta mère.
Il buvait jusqu'à la crève,
mangeait jusqu'à la mort
pas étonnant qu'il la chope au passage
Fallait bien une justice, tu ne pouvais pas faire n'importe quoi avec toi même pour survivre. C'était de l'autodestruction passive. C'est dommage pour lui mais...
C'est pas comme si tu t'en foutais en vrai.
Une idée ?
Tu le contemples, le regardes dans les yeux. C'est étrange, cette situation n'a pas l'air de le déranger plus que ça. Est-ce que les gens lui demandaient souvent de cacher des corps comme ça ? Il bossait pas au Ministère d'ailleurs ? Il avait un drôle de sens moral quand même pour quelqu'un qui est censé oeuvrer pour le bien.
Mais bon, tu le connais pas assez pour comprendre ses véritables intentions pour en déduire véritablement quelque chose.

Prends ma main

Dieu que j'ai mal
Quand tu diras que c'est ma faute
Que je n'ai jamais su t'aimer
Au diable toi et tes apôtres

En fait, quand tu continues à le regarder
Tu es juste en train de succomber
Ce n'est pas Aya, ce n'est pas Evan, mais tu es tombée
On dirait que vous n'avez pas besoin de parler, pour comprendre ce qu'il doit se passer. Deux êtres aux mêmes desseins qui doivent parcourir le temps à la recherche de la noirceur
la bercer
et plonger dans les enfers
Ensemble, vous étiez brûlants,
juste, Vivants


Dernière édition par Alhena Peverell le Ven 28 Juil - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Fondateur AdjointHarryPotter2005
Fondateur Adjoint
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Luke Belt, Sam 27 Mai - 16:23


6666e message  Play Boy

Les pulpeuses lèvres de la sorcière s'étirèrent en un discret sourire et elle répondit qu'elle me rendrait la pareille le jour où j'en aurais besoin. Je hochai doucement la tête, réfléchissant. La proposition était tout à fait correcte et on pouvait difficilement faire plus équitable. Même si je demandais rarement de l'aide pour dissimuler des cadavres - puisque cela ne m'arrivait pas si fréquemment et que je n'aimais pas laisser d'autres personnes s’immiscer dans mes affaires - il était toujours pratique d'être créancier. Je détestais être redevable vis à vis d'autres personnes, je préférais garder toujours les choses en mon contrôle et avoir le plus de cartes possibles dans mon jeu.

- Le marché que tu proposes me convient, répondis-je après un moment, un sourire en coin scellant notre accord.

L'élégante jeune femme me demanda si j'avais des idées pour la débarrasser du cadavre puis planta son regard émeraude dans le mien. Le silence retomba alors peu à peu dans la ruelle, tandis qu'aucun de nous ne détournait les yeux. C'était comme un jeu, une énigme, à qui sonderait le mieux l'autre en premier. Deux fois que je la croisais dans l'allée des embrumes. Deux fois en d'étranges et peu ordinaires circonstances. Deux fois que les questions qui me traversaient l'esprit demeuraient là, sans la moindre ébauche de réponse. Derrière ce masque d'honnête professeur et propriétaire, que cachait-elle ? On avait beau dire que les yeux étaient les fenêtres de l'âme, scruter ses pupilles ne m'apportait aucune explication. Alors ça m'intriguait d'autant plus. Pourtant, je n'étais pas du genre curieux. Peut-être était-ce dû à mon absence totale de vie sociale depuis plusieurs mois.

Après de longs instants, je rompis le contact visuel avec la sorcière et reportai mon attention sur le cadavre. M'accroupissant et l'éclairant d'un Lumos, je tentai de déterminer comment elle l'avait tué, mes réflexes d'ancien auror revenant au galop. Un individu lambda aurait probablement été dégoûté ou choqué, mais j'avais dépassé ce stade depuis bien longtemps : la vision de la dépouille ne m'affectait pas. Aucune blessure physique ne me sautait aux yeux et vu la couleur de sa peau, il avait passé la baguette à gauche peu de temps avant mon arrivée. Je suspectais l'usage d'un sort, ce qui signifiait qu'il allait falloir brouiller les filaments de magie, en cas d'Arcanum Videre des forces de l'ordre.

Je me redressai et pivotai sur moi même, scrutant les alentours à la recherche d'un éventuel passant. Je ne distinguai aucune forme de vie tapie dans la pénombre, mais testai tout de même la ruelle d'un Hominum Revelio. Uniquement deux décharges. Personne d'autre à proximité, par conséquent. Peu désireux d'être surpris en compagnie d'un cadavre, je pris mes précautions et lançai un Vitro Convexo Multiplicare, formant ainsi une structure triangulaire autour de nous qui dissimulerait notre présence en cas de besoin.

- Je propose qu'on le fasse simplement disparaître magiquement, c'est le plus propre, puis qu'on efface nos traces et les éventuelles preuves. Mais avant de t'aider, j'aimerais savoir. Qu'est-ce que fait une respectable sorcière de ta sorte aussi souvent par ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Alhena Peverell, Mer 7 Juin - 14:47


C'est drôle le monde, on tombe sur des gens comme ça.
Peut-être que si le hasard n'avait pas fait aussi bien les choses, tes rencontres ne seraient pas aussi intéressantes. Tu lances un léger sourire en écoutant sa question. Il est curieux, un peu trop. Au lieu de se demander comme il est mort, pourquoi tu tentes de t'en débarrasser ou même de prévenir les forces de l'ordre, il se demande ce que tu fiches ici.

Tu laisses les secondes s'écouler doucement. Tu hésites à répondre ou à rigoler. Est-ce que tu dois lui expliquer que l'entrée juste là appartient à l'Occamy Doré ? Que justement tu en es la propriétaire. Enfin il est censé le savoir cela, l'avoir compris à la dernière soirée. Après, peut-être qu'il n'est pas aussi futé que tu le penses. Peut-être qu'il est du genre à boire l'eau de la pluie et à être toujours à côté de la plaque.
Tu te mords la lèvre.
En vrai, peut-être que c'est le cas ? Qui sait ? Peut-être qu'il lui manquait un peu de matière grise à cet inconnu pas si inconnu. Après, il est censé travaillé au Ministère mais... bon pour travailler au Ministère faut être sacrément perché. L'idée même de côtoyer le même établissement que Petrus te dégoûte.

Tu es bien curieux... Tu n'aimes pas les questions sans réponse.
Tu hésites à satisfaire ses envies
Mais si tu en veux une, juste là c'est l'Occamy Doré

Tu n'as rien d'autre à lui dire. Il est assez grand pour faire les connections entre elles, sinon c'était un gros attardé. Et tu n'avais pas le temps pour cela, ni d'expliquer le pourquoi du comment. Déjà que lui, ne répondait pas aux tiennes. Il ne manquait pas de culot s'il se plaignait que ta réponse soit évasive.

Et toi ? Que fais-tu ici ? Tu n'as toujours pas répondu

Parce que, s'il avait le droit à une demi-réponse, tu avais le droit à en avoir une aussi. Il fallait savoir faire donnant-donnant. C'était comme ça dans une équipe où on cache les cadavres, faire confiance et rester dans l'équité. Enfin... équité, tu allais devoir un service quand même. Mais c'était d'un autre genre d'égalité dont tu parlais.
Tu visualisais plus quelque chose de spirituelle, ou du moins de quelque chose qui relevait de l'âme et des actions mentales. Un peu comme la confiance, le tac au tac d'une future équipe peut-être ?
Ce serait sympa en fait, toi, lui. Les deux êtres bizarres qui ont le chic pour se faire des meetings dans l'allée des embrumes par hasard. Dans des circonstances de plus en plus douteuse. Le sourire aux lèvres.
Vous étiez vraiment bizarre quand même...



Dernière édition par Alhena Peverell le Mer 25 Oct - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Fondateur AdjointHarryPotter2005
Fondateur Adjoint
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Luke Belt, Mar 18 Juil - 19:13


Dans quoi étions nous en train de nous embarquer ? Au fur et à mesure que le temps s'écoulait, je sentais qu'un lien se tissait. Ce n'était ni de l'amitié ou de la confiance, ni du chantage ou un quelconque rapport de force. Ce qui se créait autour du macchabée était bien plus complexe que tout cela. Il y avait une pincée de curiosité, une cuillerée d'étonnement, le tout saupoudré des ténèbres ambiantes, mais surtout tout un tas d'autres éléments que je ne parvenais pas à distinguer et nommer précisément.

Un jeu s'installait, où les questions se bousculaient et les réponses fuyaient. Je devais prêter une grande attention au choix de chacun de mes mots, car dès qu'elle en avait l'occasion, la sorcière esquivait mes interrogations et je ne parvenais pas à obtenir les informations que je désirais. La jeune femme avait un sacré talent pour les semi-vérités, ce qui m'intriguait tout en m'agaçant, car j'avais horreur que l'on me ridiculise. Cependant, même si elle ne m'avait pas fourni les explications demandées, elle finirait bien par laisser des indices et il ne me resterait alors plus qu'à assembler le puzzle.

Chassant un moment de mon esprit les diverses interrogations qui l’encombraient, je décidai d'ignorer un moment la dernière question de la meurtrière et me concentrai de nouveau sur le cadavre. Finalement, peut-être qu'au lieu de le faire disparaître à tout jamais, il pourrait avoir une dernière utilité... ses organes devaient encore être en bon état et il n'y avait jamais trop de cobayes à Barjow & Beurk.

J'informulai un Dispersio Antre des Potions, puis, sans perdre un instant, lançai un Caecus Arcanum afin de brouiller nos traces. Si jamais les forces de l'Ordre apprenaient qu'un crime avait eu lieu ici, il leur serait impossible de remonter jusqu'à nous ou de retrouver le corps de cet inutile sorcier. La jeune femme avait juste à dissimuler à tout jamais ce secret en elle et personne ne lui causerait de tord.

Tandis que je rangeais ma baguette, les protections magiques que j'avais dressées peu de temps auparavant disparurent et le silence retomba dans la ruelle. Je fixai un moment la sorcière, hésitant quant à la marche à suivre. La laisser partir sans m'assurer qu'elle garderait le silence était dangereux. Mais quelque chose me disait que l'on serait amenés à se croiser de nouveau.

- Je suis à la tête du plus gros réseau d'artefacts de magie noire du coin, répondis-je enfin.

Pour ne pas changer nos vieilles habitudes, je pivotai sur moi même avant que la dénommée Alhena n'ait le temps de répondre et le décor lugubre de l'allée des embrumes s'effaça.

L'équilibre était précaire, mais nous étions dorénavant liés par des secrets et une dette. De quoi serait faite notre prochaine rencontre ?

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Alhena Peverell, Dim 29 Oct - 18:27


PV Aya
LA mutuels - Flash-back/Rupture
Song

You left me

La haine, la colère.
Elles dévorent, elles rongent jusqu'au coeur. Elles déchirent les cordes vocales autant que l'âme. Elles détruisent jusqu'à l'abandon de la raison.
Les mots s'embrasent sous la pluie.
Le ciel devient rouge, si rouge de fumée. Un voile qui se pose sur leur peau.
Dis-moi, qu'est-ce qui s'est passé Alhena ? Qu'est-ce qui s'est passé pour que vous en arriviez là ?
Pourquoi vous criez ?
Pourquoi le monde ne porte plus de couleur ?
Les larmes perlent sur tes joues nacrées, elles se mélangent avec les gouttes d'eau, sales.
Tu te sens sale.
Salie par la haine

_Regarde-nous p*tain,
Regarde-moi,
Ne fuis pas mon regard,
Regarde ce que tu as fait,
Regarde ce que je suis devenue, ce que tu es devenue.
Regarde l'irréalité que tu as détruis_


Tu ne sais plus, tu as juste envie de lui sauter dessus. Tu voudrais arracher son coeur avec les dents.
Tu as l'impression que ça recommence, encore et encore. Que le cercle infernal ne finit jamais. Prise dans les toiles des ténèbres vicieuses.
Cruelle agonie, symphonie, harmonie.
Passion éphémère, qui tord, qui mord, annihile le corps
Ton poing résonne contre le mur, d'un sang immaculé.
Le bout des doigts frigorifié.

Puis tu la regardes, tu la vois. Tu l'observes.
Vénus aux yeux d'argent, à la peau de glace, à l'âme charnelle.
Cette flamme qui consume, qui embrume les esprits jusqu'au mépris
Cet or cueillit au milieu des rêves, des mondes d'antan.
Là où l'horizon embrasse le soleil, là où née la nuit et les étoiles.

_Rose aux épines trop piquantes

Peut-être que... tu me dégoûtes. Peut-être, que je te hais d'une façon que tu n'imagineras jamais.

Amer aveu.

J'ai toujours pensé que cette histoire serait éphémère... mais je pensais... que ce serait toi qui me détesterais à la fin. Pas l'inverse.


Des coups de poignards, encore et encore. Qui détruisent les chairs, les mots et les sensations.
Ils lacèrent les envies, ne laissent place qu'aux haines, qu'à la rancoeur. Ils font faner l'histoire jusqu'au néant, parce que c'est comme ça que l'encre noire doit couler.
_Elles sont tombées, il le fallait

Des griffures sur le plâtre, le ciel qui rigole. La mort qui observe.
Les fenêtres de la maison qui explosent.
Perdue, coeur entrouvert. Rythme cardiaque qui accélère.
La raison qui veut se frayer un chemin, la folie qui intercepte.
Mais le monde est d'accord, les couleurs, les sons, les histoires. Ils sont là, ils regardent la lente agonie d'un univers.

_Âme arrachée,
Je crois que je te hais
Tuée
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Aya Lennox, Sam 11 Nov - 15:09


C'était une histoire qui n'avait de sens.
C'était une réunion atypique et détestable.
C'était chaque jour une torpeur qui engourdissait l'âme et faisait mal
_______________________________________________________juste mal.

Elle ne regrettait pas. Peut-être méritait-elle cette haine. Sans aucun doute la méritait-elle. Pourtant, non, elle ne regrettait pas. Tout s'étiolait depuis le début. C'était condamné. Un combat perdu d'avance.
Y avait eu quelque chose de beau pourtant. Un feu sacré, dans les corps, qu'on cherchait à protéger. Pieds engourdis dans le sable chaud des lointains.
Mais c'était f.utu, depuis le début.

Les mots d'Alhena traversèrent la barrière de ses lèvres, armés de cette violence non-réprimée, et Aya se tut. Parce qu'il n'y avait plus rien à dire, rien à répondre par instinct. Peut-être se haïssaient-elles depuis le début, finalement. Aujourd'hui, elle ne la voyait plus que comme une autre. Les regrets n'arrivaient à aller plus loin que sa gorge nouée.

- Inévitable. C'était inévitable.
Elle ne broncha pas, ne détourna pas le menton de ses préoccupations. Non. Elle préférait regarder l'objet de ses problèmes, ce qui laissait remuer sa bile comme un doux poison.
- Nous étions condamnées à cette fin depuis le début, tu ne crois pas ?

Silence. Ravaler. Ne rien montrer, mâchoire serrée dans une étreinte brutale. Ravaler le sentiment d'amertume.
- Que l'une haïsse l'autre au bout du compte. Ça ne change rien.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Alhena Peverell, Mar 14 Nov - 19:31


La rage ou la douleur.
Elle n'est aucunement certaine des sentiments qui prennent le dessus.
La seule chose qu'elle sait, c'est que ce regard, il bouffe l'âme.

_La cruauté à l'état pur

Elle serre les dents à travers la passion. Il y les arbres qui crient en silence, la toile d'un monde qui se déchire dans l'univers. Le coeur se sert et se demande quand est-ce qu'il doit exploser. Elle ferme les yeux, face à l'insolence des propos. Elle a l'impression que cette souffrance qui coule dans ses veines, ne choque pas la vénus de ses cauchemars.

Nous étions condamnées à ça depuis le premier regard.

C'est une étrange symphonie qui recommence, qui fait écho au passé, à cette douleur face à Leo. Elle prend aux tripes, elle pousse à vouloir faire si mal. Que ça soit avec des gestes, avec des mots, qu'importe. Ils veulent juste faire saigner et regarder la rage dans les yeux de celui qui fait face.

Je pensais juste pas que t'étais comme les autres. Je pensais pas que tu étais aussi banale... en plus d'être une tr*inée.

Les roses avaient des épines, d'abord douces et puis si griffantes au fur et à mesure qu'elles grandissent. Comme la haine.
Ses émeraudes fixent la source du tourbillon de pensées, ce qui a fait éclater les atmosphères dans lesquels elles osaient danser devant les regards.
_Pourquoi t'as tout boulversé ?
On était si bien comme avant

J'aurais pas besoin de souffrir, si t'étais là_


Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Aya Lennox, Dim 19 Nov - 11:26


Excuse-moi. Pardon.
Ça pourrait sortir, comme ça. Mais elle n'y arrivait pas. Elle n'avait tout simplement plus le courage, l'envie quelque part, de lui demander pardon. Elle ne voulait pas son pardon. Ne voulait pas calmer sa rage.
Il n'était plus question de calmer le feu. Simplement de l'entretenir comme il fallait.

C'était plus fort qu'elle. Ravaler les mots pour mieux les détruire, lambeaux de papier. Elle ne se demandait plus, ce qu'il s'était passé exactement. Elle ne voulait plus savoir si quelque chose de particulier avait tout détruit.
Elles s'en chargeaient bien toute seule. Inutile d'invoquer les astres, les remous des vagues ou la colère d'une quelconque nature.

Elles avaient simplement prouvé toute l'indigence humaine.
Oui, dès le premier regard. C'était clair. Maudit dès le premier regard, première main tendue. Regarde toi.

Les mirettes d'acier cette fois ne faiblirent pas. Même pas aux termes scabreux. Non. Ça ressemblait un peu trop aux symphonies haineuses habituelles. Penser faire du mal par ces termes-là. C'était trop facile de tout mettre sur le dos d'une quelconque banalité. Ce n'était pas Alhena qui lui apprendrait ça. Sans se savoir unique, elle se savait un peu trop appartenir à l'humanité. Et à vouloir à tout prix la quitter.
Un rire jaune, presque condescendant.
- C'est tout ?
Mais ça arrachait en lambeaux, et la dégueulasserie fusait des lèvres à la pointe des doigts.
Va te faire.
- Pauvre Alhena... Bernée par une traînée.

Une colère indigeste. Ça ripait sur la langue comme un scalpel un peu trop affûté. Bon sang, disparaître. Juste la voir disparaître pour de bon.
- Bizarrement, je trouve que c'est un peu plus humiliant pour toi que pour moi. Tu aurais pu trouver mieux.
Elle savait, pertinemment, ne pas être de bon augure. Elle savait ce qu'elle était, ce qu'elle paraissait. C'était tout un art de se laisser envelopper par ces mots pour mieux s'en nourrir.
- Ne me dis pas que la reine de glace se laisse fondre par une simple traînée.
Pourvu qu'elle la lise, pourvu qu'elle la sente. Cette colère froide, qui luisait au fond de ses yeux.
N'était-ce pas celle-ci qui grondait au-dessus d'elles, excitées par l'appel du feu ?
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Alhena Peverell, Lun 20 Nov - 18:20


Un rire amer.
Une sorte de libération à travers des mots. Elle ne sait pas pourquoi, mais dans sa haine, il y a une immense rage qui lui donne envie de rigoler de tout son être. Autant pour cette situation absurde, que les mots incrédules qui viennent de lui parvenir aux oreilles.
_Être réduite à des jugements de société

L'insulte adressée à la plus jeune avait été plus comme une pulsion, comme une colère dans des mots. Un fait qu'elle voulait établir, car véritable à ses yeux. Et pourtant... Il y avait toujours cette manière d'être, ce combat de force. Et, étrangement, Alhena n'en avait plus rien à faire. Parce qu'aujourd'hui, ce n'était plus ça qui l'intéressait. C'était différent, elle n'avait aucunement envie de se battre. Elle n'avait pas envie de gagner la bataille, elle voulait juste en finir et pouvoir se désintéresser de cette souffrance.

_Cela faisait mal,
et c'est tout_


Ma pauvre, regardes-toi. Bouffée par tes vices, incapable de dire les mots qu'il faudrait. Tellement handicapée par toi-même... Que tu as toujours besoin de tenter d'humilier les autres, parce que tu es bouffée par la peur.

Et un pas en arrière. Ses émeraudes percutèrent le regard d'en face, et peut-être qu'il y avait une colère acide dans le fond de ses iris, mais elle s'en fichait royalement. Parce que tout ce qu'il lui importait, c'était de dire ce qu'elle avait sur le coeur depuis trop longtemps. Elle voulait juste, faire exploser les fenêtres, couper les veines avec du verre.
Dessiner le monde en rouge sang.

Je pensais que t'avoir aimé, c'était suffisant pour te pardonner... Mais tu n'es qu'une illusion, c'était juste une relation creuse. Et... J'ai l'impression que tu t'en fous.

Dans le monde, la plus forte des armes reste toujours cette fichue indifférence. Elle lacère les chairs de la pensée, elle crible de balles les egos et les amours perdus. Elle transperce le coeur d'une seule lance, afin de créer le plus grand vide intérieur humain.
L'âme n'a jamais été prête à être ignorée,
à être
Rejetée
De son propre monde.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Aya Lennox, Mer 29 Nov - 10:30


C'était comme un vice, trouver les mots à dire, les mots les plus râpeux sous la langue. Juste par plaisir finalement. Sabotage de soi-même face à l'autre. C'était plus facile de montrer qu'elle n'avait d'autre valeur que des mots creux, saloperies indigestes. Rappeler que tout ça ne menait à rien.
Ou à rien d'autre qu'à ça.

Un pathétisme affiché, oui. Pourtant le rire voulait traverser la barrière des lèvres. C'était nerveux, un système difficile à négocier, comme un marteau qui lui frappait sur les zygomatiques. Pour l'obliger à.
- Et qu'est-ce que tu attendais comme mots, Alhena ?
Se balancer un peu. Comme une môme qui attendait. De partir peut-être. De se débarrasser de la situation. Il n'était pas question de faire face. Il était question de tourner le dos pour ne jamais rebrousser chemin. La fuite, c'était aussi simple que ça.
- Oui, tu dois avoir raison. Peut-être que j'ai peur.
Ou peut-être pas. N'en avait cure. Peur de quoi ? Peur de tout, oui. De ce monde foutu en l'air, de ce monde qu'elle n'intégrait pas à son esprit. De ce monde tout court. Des autres pas, finalement. Ils passaient et ne restaient jamais. Tout ça lui était bien égal. L'indifférence était un choix finalement. Même si ça faisait mal de l'admettre. Alhena était passée à ce stade.

Elle était trop lointaine pour finalement la toucher. Ou alors la comédie s'étirait à ce point.
- Et sûrement que tout ça ne me regarde plus. Que c'est fini, que du vent.
Un vent glacé, marbre à même la peau. Les lèvres ne se desserrent plus. Plus pour tenter de rattraper les choses du moins.
- Ça ne sert plus à rien. Alors va-t-en.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Alhena Peverell, Jeu 30 Nov - 20:32


Le silence.
Qui lacère ses chaires, qui griffe son âme entière. Un cri en silence qui tremble. Elle a le bout des doigts gelés par l'indifférence, par la force la nature, par le marbre de la douleur qui s'élance dans sa colonne vertébrale.
Et elle arrête, elle s'efface de l'histoire un instant. Elle détruit son propre langage, elle cesse de poursuivre cette haine, cette passion.
Lentement, elle se détourne et fait face au néant, au vent qui s'évade.

_Les larmes remontent à contresens

Un soupire, un souffle qui étrangle les lèvres dans un avenir qui ne demande rien. Elle esquisse alors un sourire, peut-être qu'au final, elle se libère d'un poids. Qu'elle s'accrochait à un fantasme qui ne faisait que détruire le chemin sur lequel elle se trouvait.

Je m'attendais juste à faire face à un être humain, pas à un simple objet qui parle.

Elle hausse simplement des épaules, elle n'a plus vraiment rien à lui dire. Elle se fait une raison, elle se laisse aller aux nouvelles couleurs. Celles chaleureuses qui l'enveloppent, qui éloignent les ténèbres de chacun de ses frissons de vie.
Elle ne se noie plus dans la pluie, elle ne fait plus trembler la terre à deux, elle se contente de regarder les étoiles qui s'étouffent entre elles.
Un sourire exquis qui se dresse, de longs doigts fins qui font un signe. Elle fait face à nouveau.

Bye alors

Et c'est tout ce qu'elle trouve à dire alors que le reste est juste en train de la bouffer,
Les émeraudes qui soulèvent le coeur.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Du Côté des Embrumes...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Du Côté des Embrumes...

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.