AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 7
Dans un quartier de riches
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Elias Baxter
Serpentard
Serpentard

Re: Dans un quartier de riches

Message par : Elias Baxter, Ven 26 Mai - 19:46


Il avait parlé de la soeurette Ludovic, oui, à plusieurs reprises même. Il en parlait rarement sans plisser le nez, mais Elias mettait ce tic dans le panier des manies d'aristo qu'il avait. Il la dépeignait pas comme une fille modèle pour sûr, mais quelque part dans le ton désaprobateur qu'il employait en l'évoquant, le sinople avait toujours été persuadé qu'il y avait un poil de jalousie mêlée à de l'admiration. Peut-être n'était-ce que l'imagination d'Elias qui lui jouait des tours, peut-être aussi qu'il y avait un fond de vérité. Le mystère Axelle Higgs restait entier. Et à présent qu'il l'avait face à lui de chair et d'os, Elias escomptait bien en apprendre un peu plus. Qui sait, peut-être avait-il jeté son dévolu sur la mauvaise portion de la famille.

« Je suis Oubliator, mais je suis présentement en congé. Enfin, j'ai pris une année sabbatique pour voyager. J'avais fais ça, jadis, peu de temps après que je sois diplômée de Poudlard. Enfin, j'ai attendu un an afin que mon petit ami de l'époque termine ses études. Puis, on est parti. » V'là un métier qui épaississait le mystère. La Higgs s'occupait de faire en sorte que le monde magique reste bien scellé sous son secret vieux de milliers d'années. « Et alors cette visite c'est une annonce de ton retour dans les parages ? Tu vas reprendre du service ? » Il but sagement une gorgée de Grolla, qui commençait gentiment à lui taper sur le crâne. « C'est quoi qui t'attire dans ce métier ? Tu y crois vraiment toi à cette séparation sorciers moldus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Axelle Higgs, Mar 30 Mai - 22:38


Le sorcier sembla intéressé, il demande d'abord à le jeune femme si elle souhaitait reprendre du service. À la prononciation de ce mot, le coeur de la jeune sorcière bondit. Oui, elle était prête à reprendre du service, car dans ce travail elle voyait un moyen efficace de perfectionner sa magie. Faire preuve d'imagination pour monter des scénarios probables afin de cacher un acte sorcier.

-C'est quoi qui t'attire dans ce métier ? Tu y crois vraiment toi à cette séparation sorciers moldus ?
- Je..

Ok, un instant.

Terrain délicat. Surtout lors d'une première rencontre. Que pouvait-elle dire ? Il ne fallait surtout pas qu'elle s'énerve et provoquant ainsi une discussion houleuse par manque de tact. Par réflexe, sa canine gauche vint se planter légèrement dans sa lèvre du bas, créant par la même occasion une moue à la foie moqueuse et songeuse. Ses iris azurés se relevèrent doucement vers Elias. Autant commencer par la portion facile de la question. Optant donc pour la légèreté, la sang-pur prit la parole, prenant soin de déposer sa coupe sur la table. C'est que cela se buvait vite, ma parole !


- Je crois bien, oui. Je tâte le terrain avant de revenir officiellement, affirma-t-elle en hochant brièvement la tête.

Son regard passa de son verre, à celui d'Elias puis à la bouteille dont le niveau chutait drastiquement. Oouf. Les deux Serpents étaient partis sur une belle lancée alcoolisée pour un après-midi. Il était d'ailleurs de plus en plus difficile d'ignorer les effets secondaires ; la tête qui tournant légèrement, le rouge apparent au niveau des joues et le regard un peu plus vitreux, moins transparent. Décidant de calmer la cadence quelques instants, elle interpella même le serveur afin qu'il rapporte un pichet d'eau. Un essentiel lors des soirées -ou journée dans ce cas-ci- arrosées. Son absence était souvent la cause des pires lendemains de veille. Attendant que l'employé revienne, la sorcière reprit la parole, répondant au deuxième volet de la question d'Elias :


- Concernant la séparation sorciers moldus, je ne suis pas certaine que ce soit la solution. Il y a une façon de faire. Tu trouves ça normal, toi, de se cacher d'un autre peuple ? De faire comme si on n'existait pas ? Pourquoi on se traite nous-même comme si nous étions des monstres ?

Ah, l'envolée lyrique provoquée par l'alcool, mais également par le comportement de nature extravertie de la sorcière. Cette dernière pinça légèrement l'arrête de son nez, tout en secouant doucement la tête.

- Je ne peux pas concevoir que nous nous abaissons à cela. Cependant, il ne faut pas dévoiler notre existance n'importe comment. D'où mon rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Elias Baxter, Jeu 1 Juin - 11:13


Question délicate ? Il semblerait, vu l'hésitation de la Higgs. « Je crois bien, oui. Je tâte le terrain avant de revenir officiellement » Elias hocha la tête. Lorsque l'on voyage, il est toujours compliqué de revenir au point de départ pour reprendre les choses telles qu'on les a laissé. La jeune femme commanda tout à coup un pichet d'eau à un serveur, et le sorcier la remercia mentalement. Le Grolla c'était plus fort que ce qu'il s'imaginait, et il tiendrait pas bien longtemps sans s'hydrater un peu. S'hydrater pour vrai.

« Concernant la séparation sorciers moldus, je ne suis pas certaine que ce soit la solution. Il y a une façon de faire. Tu trouves ça normal, toi, de se cacher d'un autre peuple ? De faire comme si on n'existait pas ? Pourquoi on se traite nous-même comme si nous étions des monstres ? » La réponse était virulente, la langue déliée, et le regard brillant. Elias émit un sourire amusé. « Je ne peux pas concevoir que nous nous abaissons à cela. Cependant, il ne faut pas dévoiler notre existence n'importe comment. D'où mon rôle. » Faisant tourner son verre entre ses doigts, le sinople resta pensif.

L'arrivée du serveur accentua le léger silence qui s'était installé, et dans un verre propre, Elias entreprit de leur servir la boisson tant désirée avant de guetter du regard la sorcière qui lui faisait face. « Et alors tu penses qu'on devrait se dévoiler de quelle façon ? » Il s'abreuva rapidement en eau avant de reprendre rapidement. « Oh et je suis complètement d'accord avec toi ! On ne devrait pas avoir à cacher ce que nous sommes. On accomplirait tellement plus au grand jour. Les moldus... les moldus ont de la suite dans les idées. Leur technologie et notre magie... je crois bien que ça pourrait faire des étincelles. Évidemment ça fait peur aux gens, ça fait peur à tout le monde. Le changement fait toujours peur. Mais sincèrement, ça se pourrait que ce soit la meilleure chose qui puisse nous arriver... »

Les mots étaient sortis tout seul, et il espérait ne pas en avoir trop dit. Il connaissait certaines des valeurs de la famille Higgs. Le sang pur. Les moldus n'avaient pas franchement la côte par chez eux.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Sean Balor, Sam 8 Juil - 22:02











Unchain my heart, Baby
Amy Shields


La nuit tombée, disait-on, les démons sortaient déployés leurs longues ailes noires aussi enchantantes que tranchantes pour tous les simples êtres qui les rencontraient mais cette nuit-là était particulière l'un d'entre eux avait rentré ses ailes et troquer le manteau de corbeau noir au profit de vêtements plus simples et amples de mouvement auquel ces yeux d'un bleu saphir s'ajustait à merveilles et lui permettait de souligner ces derniers comme deux joyaux brillants à la facon de phares dans la nuit et de ce regard à la fois transpercant et plus doux qu'à l'habitude il s'avancait seul dans la nuit à la recherche de ce qui pourrait calmer la densité des flammes dans ses yeux.

Il se souvenait encore de sa main se replier tendrement sur la plume, écrivant ces quelques mots d'amour à la recherche d'une éternelle envie de satisfaction de cette chose dont son coeur n'avait point connu le battement depuis si longtemps avant le jour fatidique, ou dans un élan de bravoure et de folie, il avait su proposer à une belle demoiselle dont le nom revenait mélodieusement à ses oreilles à chaque fois qu'il imaginait un ange. Il avait attendu tant de temps, repasser tant de fois en son être les idées de leur nouvelle rencontre comme si cela était la dernière fois qu'il voyait une être de pareille lumière.

Ses pas dans la nuit faisant bruits au même rythme que son pouls et il écoutait la musique que son coeur lui chantait la douce contine des plus belles histoires d'amour que sa mère avait pu lui raconter. Dieu, fort heureusement, lui avait offert un cerveau qui lui disait, malgré lui, qu'il devait tout de même avoir de la méfiance quant à ce nouveau rendez-vous pour éviter toute méprise et c'est donc à la fois l'excitation de la revoir et la peur de ne pas ressentir la même chose qu'à la première fois qu'il s'arrêta à l'endroit même où son encre avait indiqué d'une croix à la femme qu'il courtisait l'emplacement de leur futures retrouvailles.

D'un coup de sang il chassa quelques mèches devant ses yeux dévoilant un peu plus la croix celte sur son front et ses yeux se portèrent sur l'obscurité ambiante qui l'inquiétait elle qui pourtant lui était tant sympathique à l'habitude lui laissait le doux gout de l'amertume et de la solitude qui pourtant ne l'avait jamais plus ne serais-ce qu'effleurer et il se demande si comme pour Flora fut un temps il ne s'agissait pas simplement d'un amour à sens unique dans lequel il jouait encore le rôle de l'imbécile qui vainement tentait de charmer la belle sans que celle-ci ne daigne lui offrir le moindre sentiment d'amour mais uniquement du mépris le laissant, encore une fois, dans l'embarras et dans la douleur la plus infini qui soit.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Amy Shields, Lun 10 Juil - 23:17


Douce soirée. Le bleu marine du soir était tombé sur Londres et seules les lumières des différentes habitations venaient pourfendre l'obscurité installée. Un des lumières venait d'un appartement dans lequel une ambiance peu commune à l'endroit se faisait ressentir. Amy était dans sa douche lorsque la réalité la frappa de plein fouet. Elle avait un rancard. Un vrai de vrai. C'était humiliant de l'avouer mais elle n'avait encore jamais eu de rancard, ou du moins pas sérieux du tout. Mais elle se retrouvait, à 21 piges, à se faire belle pour un homme qu'elle n'avait vu qu'une fois mais pour qui elle avait déjà pas mal d'affection. Il avait fallut que leurs mains s'effleurent et que leurs regards se croisent pour que les deux se donnent rendez vous dans Londres. Enfin les deux.. C'était lui mais soit.

Amy sortit de sa douche après s'être lavé les cheveux. Elle s'enroula dans un essui avant de sortir de sa salle de bain et de se diriger vers sa chambre. Une fois devant sa garde robe ce fut la panne. Elle devait s'habiller comment ? Robe ? Non ça faisait pas sérieux du tout. Elle voulait pas non plus faire fille facile. Mais en même temps fallait rester chic. Olala c'était ultra embêtant de devoir choisir. Bon elle allait pas se casser les pieds, un pantalon noir moulant, un chemiser blanc, des talons et c'était partit. Hop ! La jeune femme se sécha aussi vite que possible puis enfila sa tenue. Rentrant le chemisier dans son pantalon, elle se dit qu'elle avait fait le meilleur choix du côté vestimentaire. Ok. Deuxième étape : La salle de bain pour se faire une jolie bouille.

Le miroir. Olala quelle saleté ce miroir.. Toujours à refléter ce qu'Amy n'aimait pas. Essayant de ne pas faire trop attention aux imperfections sur son visage, la jeune femme se contenta de se coiffer puis de passer un bête coup de mascara sur ses cils. Rouge à lèvres ou pas ? Non. Pas trop aguicheuse. Ses cheveux ? Détachés c'était très bien. Vite partir, elle était en retard. Les bijoux ? Non c'était inutile. La jeune femme se hâta d'aller dans le hall d'entrée pour mettre ses escarpins noirs. Elle prit un perfecto noir, attrapa sa baguette et sortit de chez elle.

L'air frais fouetta son visage lorsqu'elle sortit. Pas le temps de se plaindre, fallait y aller elle était en retard. Amy marcha le long des rues, son esprit vagabondant, se demandant si oui ou non ce rendez vous était sérieux. Ce n'était peut-être qu'une blague après tout. Une simple feinte pour la faire bouger. Ou alors le jeune ne voulait qu'un coup d'un soir. Aucune idée. Elle allait bien voir. Dans tous les cas elle ne voulait pas souffrir. Vraiment pas. Il fallait espérer que le jeune homme serait correct.

Les pas qui claquent sur le trottoir, le lieu qui se rapproche et le stress qui mont évidemment. Amy, arrête de paniquer ça va bien se passer. Arrête toi. La jeune femme s'arrêta à l'angle de la rue. Cette rue ou il l'attendait, surement plus détendu qu'elle. Bon soit, il fallait y aller. Prête ? Go ! Les pas qui redémarrent. La fille qui tourne la rue et qui le voit, l'aperçoit. Cet homme de l'autre soir, gentil et doux. Il était bien là. Pas de lapin en vue, bonne nouvelle. Un sourire radieux se dessina sur les lèvres de la jeune femme. S'approchant de lui, elle lança d'une voix joyeuse.

- Bonsoir !

Folie. Allons y, malgré les talons elle se hissa sur la pointe des pieds pour venir faire un baisé rapide sur la joue du jeune homme avant de redescendre, le sourire toujours aux lèvres. Bonne ou mauvaise soirée ? Elle allait le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Sean Balor, Jeu 20 Juil - 20:53











Unchain my heart, Baby
Amy Shields


Toujours à la recherche d'un sujet intérieur pour éviter le stress qui le prenait peu à peu à mesure que le temps défilait sur sa montre, ses mains s'agitaient doucement, il n'était plus habitué à être dans une situation pareille, enfaite il n'avait jamais été habitué à cette situation, il avait toujours mis un point d'honneur à supporter uniquement sa mère et ses soeurs comme femme et que les autres n'étaient là en général que pour lui faire du mal. Sa position habituelle de d'homme froid était plus que remise en question à ce moment-là précis et son coeur battait au rythme d'une musique de Motorhead à l'idée qu'elle ne vienne pas ou pire qu'elle vienne réellement sans lui dire que c'était gentil mais elle avait quelqu'un, il était réellement terrifié à l'idée qu'une femme puisse être plus qu'une simple compagnie comme l'était Tangerine.

Et sa voix atteint ses oreilles, le chant d'un véritable ange venait de l'atteindre et le berçait doucement alors qu'il se retournait peu à peu avec un grand sourire pour cette femme, la même sensation qu'à la taverne, la même sensation que la première fois. Il avait l'impression qu'elle l'aspirait, presque automatiquement il baissa légèrement les yeux intimidé par ce joli bout de femme qui était devant lui avant de remonter le regard, se gonflant intérieurement de courage pour lui parler et essayer de la regarder sans paraitre pour un psychopathe ou un attardé. Elle était magnifique dans cette tenue et il devait avouer qu'il avait du mal à se sentir agréable à regarder dans de telles conditions et puis il avait cette impression que son masque était coupé en deux au point que plus rien ne le protégeait ni sa froideur habituelle, ni son regard condescendant. Il était redevenu le Poufsouffle qu'il était bien des années avant à Poudlard, il se ressentait de cette façon, le même effet que la première fois qu'il avait eu un coup de foudre.

- Bonsoir.

La voix légèrement plus basse qu'à l'habitude il souriait bêtement avec l'impression d'être un imbécile vu l'image déplorable qu'il offrait à la vision de la jeune femme. Passant doucement la main derrière la tête, il la vit lui faire un baiser sur la joue, colorant presque immédiatement ses pommettes d'un pourpre éclatant qu'il eut du mal à cacher pendant un instant avant d'inviter sa dulcinée du soir à avancer devant lui. Réajustant sa veste dans laquelle il se sentait pour une rare fois mal à l'aise, il échangea un doux regard à la brune tout en lui souriant avant de baisser la tête un peu gêné par la situation.

- J'espère que tu vas bien, je te remercie d'avoir accepté mon invitation bien qu'elle était peut-être un peu déplacée vu le peu de rencontre que nous avons eue.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Amy Shields, Sam 19 Aoû - 21:13


Un sourire amusé se dessina sur les lèvres de la jeune femme lorsqu'elle aperçu les joues du jeune homme rougir. Jamais encore elle n'avait vu un homme rougir pour elle. C'était assez inédit. Cette soirée était inédite. Restait à savoir si elle le resterait. Amy fut toute contente de l'entendre la saluer d'une voix qui lui parue gênée. Pour une fois qu'elle n'était pas la seule. Le stress qu'elle ressentait au fond de son ventre retomba quelque peu sans pour autant totalement disparaitre. Elle écouta ce que le jeune homme lui disait puis lui adressa un nouveau sourire. La brunette commença à avancer après lui avoir rendu un regard plutôt doux et complice. Elle attendit quelques secondes avant de répondre.

- Je vais très bien merci ? Et toi ? Pas la peine de me remercier ça me fait vraiment plaisir d'être là. Je n'ai pas pour habitude d'être invitée. Et encore moins par un jeune homme comme toi, donc je ne raterais ça pour rien au monde.

Clin d'œil joueur vers le jeune homme avant de partir d'un petit rire nerveux. Était elle trop proche ? Trop directe ? C'était le stress ça. Jamais elle n'aurais osé dire ça si elle n'avait pas été stressée. Bon de toute façon c'était dit, c'était fait. Elle s'empressa d'ailleurs d'ajouter d'une voix plus basse et moins sûre.

- J'espère qu'il en est de même pour toi.

Quelle imbécile. Évidemment que c'était pareil pour lui, il t'avait invitée ! Réfléchir Amy, réfléchir. Bon là c'était râpé mais bon. Pendant les secondes qui suivirent, la jeune femme se contenta de marcher, regardant droit devant elle. Elle finit par se retourner pour le regarder et marcher en arrière pour lui parler. Bon si quelqu'un arrivait c'était mort elle se le prenait de plein fouet mais en cet instant elle ne pensait pas vraiment aux risques, trop concentrée sur le visage du grand brun.

- Et toi, comment vas tu ? Rien de neuf depuis notre rencontre au bar ?

Nouveau sourire tendit que ses pieds foulait plus lentement le sol pour rester près de son homme du soir. C'est cet instant qu'elle choisit pour mieux le regarder. Ses yeux bleus la transcendait dès qu'ils se posaient sur elle et son corps musclé et assez grand avait quelque chose de réconfortant. Le genre de réconfort dont Amy avait besoin en ce moment. Mais soit ce n'était pas maintenant qu'il fallait y penser. Elle finit par tourner la tête pour vérifier que personne n'arrivait. Heureusement pour elle, ils étaient seuls sur ce trottoir. La brunette continua donc de marcher en arrière pour pouvoir être face à ce jeune homme. Une attitude très enfantine en fait. Mais c'était Amy, personne ne la changerait.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Sean Balor, Dim 3 Sep - 0:57











Unchain my heart, Baby
Amy Shields


Le trac continuait de le parcourir, comme une évidence désormais, il avait planté son sanglant dard au plus profond du coeur de l'irlandais pour lui insuffler le plus beau de tous les poisons : l'amour. à ce moment précis, à marcher avec elle au bord d'une allée passant de lanterne à lanterne pour seules lumières, il la voyait comme une évidence. Chaque centimètres de sa peau était observé avec une minutie unique en son genre, ce qu'elle montrait l'époustouffler, ce qu'elle cachait d'avance l'émerveillait. Les notes mélodieuses qui sortaient de sa bouche se contentait de lui faire prononcer des bruits qui sonnait bien faux et qui pourtant s'arrangeait à merveille avec elle. Elle était sa muse, elle était la Gala de son Eluard, celle de son Dali et avant tout celle de son coeur. Peut-être que c'était cela au fond l'amour, se sentir inspirer par un être vivant, avoir l'impression que celui-ci est le centre du monde et que devant cela vous restait ébahis. Non, pas par le déferlements d'émotions mais par simplement sa vision.

Paraitre bien froid avait-il l'habitude, l'habitude d'être le froid de l'hiver, celui qui emporte l'espoir. Conditionné comme celui-ci, ses réfléxions étaient en général bien simple et pourtant en ce soir-là il avait eut l'impression de devenir un vent tropical, tumultueux, qui se laisse aller à ses pulsions toutes plus saines les unes que les autres. Là où il n'avait fais que répondre il lui adressa un premier regard timide pour lui répondre, un sourire qui apparait et s'efface. Il a peur, il est terrifié malgré son bonheur. Les mains dans les poches, guère d'envie de chasser le vent qui le décoiffre légèrement passant et repassant sur le tatouage sur son front qui lui rappelait qui il était. Relevant doucement les yeux, il les plongea dans le regard de l'ancienen gèrante avec un grand sourire en répondant un simple "non" à sa dernière question.

Farfouillant à l'intérieur de ses poches, il sortit Sombreval, faisant quelques mouvements du poignet il jeta un #Molliare sur un coussin d'herbes fraiches et se mit à tendre la main à la demoiselle pour l'emmener.

- Je veux que vous vous souveniez de cette soirée comme étant la plus belle de votre existence Miss Shields.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Amy Shields, Mer 20 Sep - 18:05


Pas très bavard. Normal c'était un homme me direz vous. Oui mais non, cette théorie ne tient pas. Il y avait des hommes qui parlaient beaucoup. Peut être pas lui ? Ou alors elle l'intimidait trop pour qu'il ai envie de parler. Amy intimider quelqu'un ? Mais non. La jeune femme était tout sauf intimidante. Si ça se trouvait il n'avait juste pas envie de parler parce qu'il ne voulait pas qu'elle le colle ? Oh non.. Mauvaise pensée Amy. D'un coup la bonne humeur de la brunette descendit quelque peu. L'idée même que le jeune homme s'embête en sa compagnie lui donnait des frissons. Ennuyer les gens, ça c'était quelque chose dont Amy avait très peur. Elle continua donc de marcher en silence, se remettant face à l'endroit où ils allaient. Pas envie de se prendre un arbre. Elle gardait les yeux baisser sur ses chaussures tandis que ses pensées vagabondaient ailleurs.

Petite fille qui court dans les champs. La voix de la mère qui retentit derrière pour lui demander de ne pas trop s'éloigner. Souvenir plutôt heureux puisque la journée était ensoleillée et la petite fille riait. Elle était seule évidemment. Pas l'ombre d'une tête blonde à l'horizon. Pas l'ombre d'une cachotterie quelconque. Juste la joie et le bonheur d'une petite fille qui court dans un jardin. Puis elle s'arrête à bout de souffle et s'assied dans l'herbe. Attrapant une pâquerette de sa petite main, elle commence à arracher les pétales en disant ce que maman lui a appris quelques jours plus tôt. " Papa m'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout. " Les mots qui résonnent, puérils dans la tête de la sorcière.

Retour au temps présent. Le grand brun qui s'est écarté pour la laisser passer. Un parc. Amy n'avait jamais remarqué qu'il y avait un petit parc de ce côté-ci de la ville. Sourire gentil à Sean, qui parait un peu plus heureux d'être là. Ses mots doux résonnent dans la tête de la jeune femme. Soirée inoubliable. Elle le sera sûrement. L'animagus posa une main sur son torse sans un mot pour lui signifier de ne pas s'inquiéter sur sa demande. Elle prit ensuite place sur l'herbe fraîche. C'était confortable. Le sortilège du sorcier devait y être pour beaucoup. Elle sourit en direction de ce dernier et tapota l'herbe à côté d'elle pour qu'il s'approche. Recommencer la conversation en espérant qu'il l'aide à combler les blancs.

- Pour finir, tu as eu ce fameux poste au ministère ? Tu ne m'as pas tenue au courant.

Clin d'œil gentil et amusé. C'est vrai que savoir où il travaillait pouvait être intéressant. Oui pour apprendre à se connaître, tout ça. En attendant la réponse, la petite brune cueillit une petite fleur qui poussait non loin d'elle. Et commença à enlever un pétale. Comme lorsqu'elle était enfant, ce petit jeu la fit sourire, amusée par cet acte puéril. Non pas que le jeune homme ne l'intéressait pas. Mais ce petit jeu était assez amusant. Il m'aime un peu..
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Sean Balor, Dim 8 Oct - 17:26











Unchain my heart, Baby
Amy Shields


Ils l'observaient pour l'inviter à venir les rejoindre, ses deux yeux magnifiquement bleus. Le courant l'emporte, il se laisse virevolter entre le flot indomptable de l'amour et les rochers pointus du désir. S'il ne la connaissait probablement serait-elle le diable incarné tant chaque petits détails l'appelait à venir la voir, la toucher, la sentir, l'embrasser. Fallait-il qu'une telle beauté tombe entre les mains d'un homme ? Ne devait-elle pas être réservée à un de ces milles et un dieux qui parcourent le monde dans l'esprit des gens ?
Cette douce rose aux couleurs de l'hiver et de l'automne le faisait faner de sentiments qu'il ne connaissait que trop peu tant elle le subjuger et qu'importait bien qu'il se déchire chairs et coeur à son contact, un simple regard suffisait à l'embraser d'amour tel un phenix.

Sans un mot, le regard planté dans le sien, il s'installa à côté d'elle. Les mots n'avaient plus vraiment d'intérêts à ce moment-là, non seule elle avait de l'intérêt. La question se ponctue d'un oui de la tête et un nouvel échange, rien ne pourrait lui retirer des yeux la femme qui valait trois milliards. Lorsqu'elle pris une fleur, il n'eut aucune réaction comptant simplement les pétales qui doucement, un à un, étaient retirés de la fleur pour couvrir les quelques herbes fraiches de cette fin de soirée pour y parsemer la blanche présence de leurs êtres sur le doux matelas de verdure perdu au milieu d'une ville pleine de gris. L'impression d'être dans un cocon, juste lui et elle, lui traversa le corps et lui caressa la peau. Il était dans un de ces moments qu'on retient toute une vie entière et qu'on se remémore à l'aube de notre mort avec une certaine nostalgie.

Ses doigts se portent sur les siens, ils effleurent ses mains d'anges, attirent son attention vers lui. Naturellement, il s'approche d'elle et dans un échange de regards, l'observe jusqu'au plus profond de son être. Ses lèvres s'assèchent et doucement viennent se coller contre les siennes. Le sentiment est doux, ses lèvres agréables, elle est adorable, c'est elle et lui et rien d'autres. Ils sont seuls au milieu du monde, seuls pour lui, il a l'impression de vivre le moment le plus important de sa vie et pour une fois il a réussi quelque chose. Doucement il quitte son baiser pour l'observer avec un sourire d'une béattitude si stupide que les années soixantes en rigolerait et il lui prend la main, chasse cette maudite fleur et entre ses lèvres quelques mots s'échappent.

- Je crois que tu en étais à "à la folie".
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Josephine Campbell, Lun 27 Nov - 17:54


Plus d'un mois sans réponse, je pique le sujet mais au besoin MP moi


PV Lizzie


A la recherche du démon de l'enfer





Ce chat là ne venait pas d'une boutique. D'ailleurs, personne ne savait trop d'où il venait exactement. Jo n'avait pas plus de huit ans lorsque cette boule de poils était entrée dans sa vie. Dans leur vie. Parce qu'elle n'était pas son seul maître. Ses parents l'étaient également.

C'était dans leur résidence d'été et Jo comme à son habitude s'amusait à sauter dans l'eau du lac depuis le ponton de bois. Cela faisait quelques minutes, voir même plusieurs heures, elle ne se souvenait plus exactement, qu'elle faisait inlassablement la même chose. Sauter, grimper à l'échelle, courir et ainsi de suite.

Il n'était pas encore tard et son père avait fait des grillades. Elle se posa alors sur le ponton de bois, les pieds frôlant la surface de l'eau, une brochette de viande à la main. Elle n'avait pas remarqué alors le chat qui s'était approché d'elle. Elle sentit juste son pelage lui chatouiller la cuisse alors qu'il se frottait contre elle. Surprise de la présence de l'animal, elle sursauta.

Il n'était pas bien grand et n'avait l'air bien robuste. Lorsqu'elle tendit une main pour le caresser, la bête leva la patte et la griffa. Un "petit démon" s'échappa alors de la bouche de la petite fille. Elle décrocha alors un bout de viande de sa brochette et le posa non loin d'elle par terre. Le chat, méfiant, s'approcha lentement, et surement envahi par la faim se laissa aller à manger ce mets qu'il n'avait encore surement jamais goutté. Depuis, il n'était jamais parti. Pas parti très loin en tout cas. Car Lucifer, malgré les années, était resté sauvage. On pouvait l'approcher et le caresser, mais il ne fallait pas que cela dure trop longtemps. Peut être détestait-il l'idée de ressembler de près ou de loin à une peluche.

Il était toujours présent, mais jamais à portée de main. Son endroit favoris, c'était le haut de la bibliothèque entre deux piles de livres. S'il ne s'étirait pas de temps en temps, on aurait pu presque croire qu'il s'agissait d'un animal empaillé.

Il ne passait pas ses nuits dans la maison. Qu'il pleuve ou qu'il vente Lucifer goûtait à sa liberté dès que l'obscurité tombait sur la ville. Ville qu'il n'affectionnait pas particulièrement d'ailleurs. Un peu comme Jo au final. Il n'y avait que dans leur résidence d'été, à la campagne, qu'il se laissait prendre dans les bras. Cela n'avait pas échappé à la jeune fille. Peut être qu'elle avait été un chat comme lui dans une autre vie. Un chat de la campagne qui ne ressent la quiétude que lorsque qu'il sent l'odeur des bois, le vent lui caresser la peau et qu'il entend le chant des oiseaux.

Ici, en plein centre de Londres, on entendait que le bruit des voitures et sentait l'odeur des égouts. Ce n'était peut-être pas totalement objectif, mais la rue qu'elle empruntait à cet instant lui laissait ces sensations désagréables.

Lucifer n'avait pas donné signe de vie depuis trois jours. Ca n'était jamais arrivé avant. Ca n'était pas normal. Et cela faisait quelques minutes qu'elle était sortie de chez ses parents à la recherche de l'animal. Il commençait à faire nuit. Les réverbères venaient de s'allumer. Et elle appelait l'animal inlassablement. Ce démon portait bien son nom.

- Lucifer! Lucifer viens ici...
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lizzie Bennet, Sam 16 Déc - 10:26


Je suis en route vers la déchéance. Après avoir été aussi bien que dans les années d’enfance, la tristesse me gobe le coeur. Tout rond, sans mastiquer. Il est assez petit pour être avalé en une fois.

J'ai eu une bonne surprise pour vous : dans le monde, y a qu’un tour, le premier tour. J’ai cherché un, mais après, y a rien. Vous trouverez pas une petite boutique qui fait la promotion de la joie liquide. Y a pas. On ne rejoue pas après. Alors c’est fini. Les souffrances vont enfin disparaitre. Et ça me paraît être un vrai bonheur pour vous ; pour nous.

Oh, car le nous est là, nous fictif et illusoire, qui ne tient que le temps de se tenir compagnie. Je suis en couple et je me demande comment on fait ça ; surtout sans qu’il sache pour Squirtle et Braeden, sans qu’il sache pour l’autre Parker, le premier. 

Et en cours de doute, je vous ai répondu qu’on n’était pas.

Et toi qui veux crever, on te répond « tu détruirais ma vie », « ce serait la blessure de trop qui ferait que j'arriverais pas à le surmonter ». Des réponses touchantes mais culpabilisantes. Des réponses insupportables à entendre car tu n’es pas en état d’être un pilier pour qui que ce soit, et que ce serait bien que les gens l’intègrent, arrêtent de croire en toi et d’attendre des miracles.



Pis m*rde. Vous pouvez pas prétendre d’en avoir un truc à fout*e, écouter, au lieu de toujours rapporter à ce que ça vous fait. Non. Vous venez, posez ça, et disparaissez pour 6 mois. Comme à chaque fois. Parce qu’au fond de vous, sans vouloir vous l’admettre, vous vous en cognez tellement. Vous utilisez simplement ces mots pour le plaisir de vous entendre les dire. Parce que votre voix est belle et vos mots précis.

Si précis, en vérité, qu’ils dessinent à l’encre indélébile les frontières de mon isolation.
J’peux plus, juste plus.

Et là, là au coeur de Londres, une voix étrangère se mêle au magma des rejets. Elle est plus aigüe et tendre et pour un instant, j’ai le coeur qui bat. Comme une sale égoïste qui ne pense qu’à moi.
— C’est moi, Lucifer ?
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Josephine Campbell, Lun 18 Déc - 16:38


Plus le temps passait, plus elle maudissait ce démon. Il avait intérêt à avoir une bonne excuse pour s'être sauvé.

*Ben oui les chats ça parle, alors il va t'expliquer ce qui lui est arrivé tout ça tout ça... Et il va même te demander de lui pardonner...*

Peu importait. Elle n'aimait pas traîner dans les rues, et encore moins la nuit avec un brouillard à couper au couteau... C'était vraiment un décor digne d'un film de série b. Plus le temps passait plus elle s'énervait. Mais il fallait bien l'avouer ce n'était pas seulement de la colère, mais bien de l'inquiétude. Ce démon faisait partie de sa vie depuis des années maintenant, et elle n'avait encore jamais pensé au fait qu'il ne ferait sûrement pas partie de sa vie pour toujours... Elle cria son nom une ultime fois et eu une réponse en retour... Mais as un miaulement comme tout le monde aurait pu s'y attendre.

-  C’est moi, Lucifer ?

Ce n'était pas un chat en fasse d'elle, mais une jeune femme. Jo était un peu déconcertée. Alors ça, elle ne l'avait pas vu venir. Elle s'avança dans sa direction et s'arrête à quelques pas d'elle.

- Euh... Pardon. Je cherche mon chat. Vous ne l'auriez pas vu par hasard ? Blanc et noir... Un peu teigneux...

*Un peu?!!*

- Pas de collier...

* Ben ouais vas y, accroche toi pour lui mettre un truc autour du cou!*
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 18 Jan - 19:29


En rire. Parce que c’est sacrément ridicule, de penser que c’était quelqu’un que je connaissais. Et qui m’appellerait Lucifer, vraiment ? Peut-être Jean, s’il était suffisamment bourré, et encore, il avait pas la finesse pour ce genre de référence, no offence. Mais en même temps, qui allait appeler son chat Lucifer ? C’était sacrément trop cool comme nom pour un chat. L’ange déchu, et le plus beau d’entre eux, oh, ce nom ne pouvait aller qu’à un chat. Et sa propriétaire devait être une femme au goût inégalable.

— Alors en fait, j’suis aveugle, donc le voir, ça va être chaud.

A mi-voix, continuer : Peut-être que je devrais prendre une canne, pour que ce soit plus évident.
Se reprendre : Enfin, qu’importe, si vous avez besoin d’un coup de main, j’peux essayer ! J’aime bien causer aux chats.

Ne pas parler directement de magie, parce que cas 1, c’était une moldue, j’étais en délit, et en tant que mère ça me faisait bof rêver, cas 2, c’était un auror, et là tout irait beaucoup plus vite. Non. Ralentir, et la jouer manumage plutôt que grands sortilèges beuglés à tous poumons.

— Tu habites dans le coin ?
Information pour savoir, d’une part, si elle était friquée, euh j’ai dit que j’évitais les délits promis, c’est juste par curiosité vous savez, et plus sérieusement, si le chat avait des raisons d’essayer de rentrer chez lui par ici, ou s’il allait falloir prendre le train. Non parce que les chats, c’est pas stupide, ça revient toujours où la bouffe attend.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Josephine Campbell, Ven 26 Jan - 18:01


Jo ne put s’empêcher de hausser les sourcils, tant sa surprise était grande. La jeune femme venait de lui annoncer avec légèreté qu’elle était aveugle. Ce n’était une tare en soi mais elle venait de le dire sur le même ton que si elle lui avait dit « hier j’ai mangé une pomme ».

- Peut-être que je devrais prendre une canne pour que ce soit plus évident.


Qu’est-ce qu’elle pouvait répondre à ça ? Pas grand-chose. Oui peut être que si Jo avait fait plus attention, elle aurait peut être remarqué la cécité de son interlocutrice, mais en même temps, elle ne faisait jamais attention à rien alors… Et puis comment elle faisait sans se cogner partout sans canne ? Elle connaissait le quartier par cœur ?

Bref, elle lui proposait son aide et si elle avait un ticket avec les chats alors c’était toujours bon à prendre. C’est que celui-là avait le diable au corps et le vice dans la peau. Mais bon, elle l’aimait quand même. Il venait toujours dans sa chambre quand elle était malade. Peut-être que ça voulait dire qu’il l‘aimait bien dans le fond… Et puis, elle le comprenait. Vivre en ville, ni lui ni elle n’était fait pour. Il voulait gouter au calme et la liberté de leur maison de campagne et malheureusement, il n’y avait que comme ça qu’il pouvait montrer son désaccord sur sa citation forcé de citadin, en fuguant… comme les enfants. Enfin, elle espérait que c’était la raison de sa disparition et pas quelque chose de plus grave…

- Tu habites dans le coin ?

*Et si c’était une personne mal intentionnée ?*

- Oui, juste à côté !

*Je démissionne…*

Jo s’approcha d’elle. Est-ce qu’elle devait la guider ? Ou rester près d’elle ? Ou alors la laisser se promener toute seule, au risque de se faire renverser par une voiture ou se prendre un mur ? Elle avait peur de commettre un impair.

- Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lizzie Bennet, Ven 23 Fév - 13:43


L’inconnue n’hésita pas à confirmer qu’elle était d’ici. M*rde. Enfin pas spécialement. Je sais pas. Bien. C’était pas illogique de chercher le chat près de chez soi, un bon début en tout cas. Qui ne suffirait pas, bien sûr. Fallait comprendre pourquoi il était parti.

S’il était un chat de salon ou un chat de gouttière. S’il avait connu un autre monde avant les riches quartiers de Londres — ce qu’il pouvait chercher. Ou fuir. Parfois, quand y a plusieurs chats à la maison, ça fait du rififi et il vaut mieux couper les ponts quelques heures plutôt que d’aller s’arracher les yeux.

Etait-il fréquent qu’il sorte ? La fenêtre était-elle ouverte ? Guettait-il la première occasion, la première porte ouverte pour s’échapper à la dérobée ? Ou avait-il sa petite chatière pour faire les allers-retours, et tardait-il plus que d’ordinaire à s’en retourner chez lui ? Les interrogations se poursuivaient, et le flair de la Catwoman des temps modernes s’activait.

— Non, je ne suis pas du coin, mais ma soeur habitait cette rue, avant. C’est un lieu émotionnel, quoi.
Bref.
Je n’avais pas remarqué que la jeune fille s’approchait. Je prenais juste le temps, me méfiant de ce que les souvenirs pouvaient faire remonter. Revenir au sujet initial. Lucifer.

— Et du coup, il sort souvent, ton Lucifer ? Genre tu le balades avec un harnais ou un truc du genre ? Parce que bon. Ils ont souvent cette appétence de l’extérieur, les félins.
C’est un truc, comme ça. Ancré dans leurs instincts — quoiqu’il y ait des exceptions. Tout comme certains chats n’ont pas peur de l’eau, quoi. Les exceptions.

J’en ai eu un, quand j’étais plus jeune, il buvait pas dans sa gamelle, par contre, à la fin de toutes mes douches, il léchait l’eau de la baignoire. Je l’avais trouvé à la rue, dans une caisse en carton. On s’est tenus compagnie l’un à l’autre, sans trop savoir qui était l’animal et qui était le maître. Il est pas resté longtemps, cependant — vite repris par l’appel de la rue. Chose que je ne pouvais que trop comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans un quartier de riches

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 7

 Dans un quartier de riches

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.