AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 5 sur 7
Dans un quartier de riches
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lizzie Bennet, Ven 23 Fév - 13:43


L’inconnue n’hésita pas à confirmer qu’elle était d’ici. M*rde. Enfin pas spécialement. Je sais pas. Bien. C’était pas illogique de chercher le chat près de chez soi, un bon début en tout cas. Qui ne suffirait pas, bien sûr. Fallait comprendre pourquoi il était parti.

S’il était un chat de salon ou un chat de gouttière. S’il avait connu un autre monde avant les riches quartiers de Londres — ce qu’il pouvait chercher. Ou fuir. Parfois, quand y a plusieurs chats à la maison, ça fait du rififi et il vaut mieux couper les ponts quelques heures plutôt que d’aller s’arracher les yeux.

Etait-il fréquent qu’il sorte ? La fenêtre était-elle ouverte ? Guettait-il la première occasion, la première porte ouverte pour s’échapper à la dérobée ? Ou avait-il sa petite chatière pour faire les allers-retours, et tardait-il plus que d’ordinaire à s’en retourner chez lui ? Les interrogations se poursuivaient, et le flair de la Catwoman des temps modernes s’activait.

— Non, je ne suis pas du coin, mais ma soeur habitait cette rue, avant. C’est un lieu émotionnel, quoi.
Bref.
Je n’avais pas remarqué que la jeune fille s’approchait. Je prenais juste le temps, me méfiant de ce que les souvenirs pouvaient faire remonter. Revenir au sujet initial. Lucifer.

— Et du coup, il sort souvent, ton Lucifer ? Genre tu le balades avec un harnais ou un truc du genre ? Parce que bon. Ils ont souvent cette appétence de l’extérieur, les félins.
C’est un truc, comme ça. Ancré dans leurs instincts — quoiqu’il y ait des exceptions. Tout comme certains chats n’ont pas peur de l’eau, quoi. Les exceptions.

J’en ai eu un, quand j’étais plus jeune, il buvait pas dans sa gamelle, par contre, à la fin de toutes mes douches, il léchait l’eau de la baignoire. Je l’avais trouvé à la rue, dans une caisse en carton. On s’est tenus compagnie l’un à l’autre, sans trop savoir qui était l’animal et qui était le maître. Il est pas resté longtemps, cependant — vite repris par l’appel de la rue. Chose que je ne pouvais que trop comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Josephine Campbell, Dim 25 Mar - 14:13


HAnnnnnn j'ai trop la honte!! :mm:


— Et du coup, il sort souvent, ton Lucifer ? Genre, tu le balades avec un harnais ou un truc du genre ? Parce que bon. Ils ont souvent cette appétence de l’extérieur, les félins.

Promener son chat avec un harnais ? Quelle drôle d'idée... Et puis connaissant la bête, personne n'aurait pu l'approcher avec un truc pareil. Et lui enfiler ça... Encore moins. Il était bien trop sauvage pour ça. Il n'avait même pas de collier alors c'était pour dire.

Jo se représenta un moment en train de se promener dans la rue avec Lucifer fagoté d'un harnais. Elle ne put s'empêcher de sourire... Elle le voyait déjà sauter partout et devenir complètement dingue. Il était impossible de l'imaginer la suivant sagement... Non non. Ça, c'était tout bonnement impossible.

- Il n'aime pas Londres, enfin, pas Londres en particulier, mais plutôt les villes en général. Lucifer n'est pas ce qu'on dirait un animal domestique... C'est un chat sauvage qui s'est accoutumé à notre présence... Lorsque nous sommes dans notre résidence d'été à la campagne, il passe sa vie dehors et on ne le voit pratiquement jamais. Mais ici, je crois qu'il ne se sent pas bien. Ce n'est pas chez lui.

*Une peu comme toi quoi...*

- Peut-être qu'on devrait essayer dans ce parc ?

Elle montra du doigt le dit parc... Pas de bol, elle avait oublié un petit détail.

- Vous avez besoin d'aide ? Enfin... Votre sœur habitait ici, peut être que vous connaissez bien le quartier... Elle a déménagé il y a longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lizzie Bennet, Lun 23 Avr - 22:52


La sorcière s’amusa de ma question. Ah, elle avait beau être une gosse de riches, avec plusieurs maisons —est-ce qu’elle la louait l’année au moins ?— il s’agissait pas d’un chat de pure race. Elle devait aimer un tout petit peu la rue pour ne pas être allée acheter un chat à la plus grande animalerie de l’East End moldu. Pis j’aime bien les chats, et adopter les gens, donc qu’un gens aime bien adopter les chats, ça me plait. Je crois. Surtout si le chat garde sa part de liberté, et file parfois la nuit, une souris ou une peluche entre les crocs, incapable de faire la différence.

Satisfaite de sa réponse, je poursuivais.
— Il a grandi à la campagne ou ici ? Parce que dans le second cas, on devrait aussi tester les toits. Mais je te suis, c’est toi qui le connais.

Cela ne lui convenait pas, non ; il fallait que je trouve une raison de la suivre ? Qu’attendait-elle ? Ah, elle demanda pire encore. Elle m’interrogea sur le déménagement de ma soeur Jane. Mon visage se glaça quelques secondes, et quand je parvins à parler, c’était presque trop vite. Quitte à le dire, autant le dire qu’une fois, et pourtant les secondes semblaient s’étirer, m’enroulant dans son image, dans son fantôme.

— Elle n’a pas déménagé. Elle est morte. Je crois qu’elle aimait bien ici alors je suis venue sans trop savoir pourquoi.

Imperceptiblement, ma mâchoire se contracte. C'est lorsque je m'aperçois de la pression sur mes dents que je relâche la tension. On. Revient. A. Lucifer. Svp.
— Du coup non, tu peux pas m'aider. Mais j'aime bien les chats, donc j'peux t'aider pour le tien. Lucifer, c'était ? Il ressemble à quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Josephine Campbell, Mar 1 Mai - 10:17


Tester les toits ? Oui, Jo n'avait pas pensé à ça, mais ce n'était pas bête comme idée... Seulement, elle se voyait mal embarquer la jeune femme avec là-haut... La cécité, c'est quand même pas rien... Et puis Jo n'était déjà pas à l'aise avec la hauteur alors elle se voyait mal les emmener sur les toits pour aller se promener. Mais c'était noté dans un coin de sa tête... Si les recherches s'avéraient infructueuses dans ce parc qu'elle voyait un peu comme sa dernière chance, elle penserait à aller jeter un œil là-haut. En plus, elle avait un accès au toit de la maison voisine par la fenêtre de sa chambre, ça évitait les escalades dangereuses.

- Il a grandi à la campagne. Mais depuis quelques années ma mère s'évertue à vouloir le ramener ici dès qu'on quitte la résidence d'été. Je crois que cette année sera la dernière... Ce n'est pas un objet qu'on peut déplacer comme bon nous semble...

Jo avait bien vu que le visage de la jeune femme changer... Elle avait le chic pour aborder les sujets sensibles sans le vouloir... De toute évidence le sujet de sa sœur en était un...

— Elle n’a pas déménagé. Elle est morte. Je crois qu’elle aimait bien ici alors je suis venue sans trop savoir pourquoi.

*Tu le sens là le rouge te monter aux joues, Reine des Boulettes ?*

Un jour, elle allait devoir apprendre à se taire où à déceler les sujets sensibles...

Jo détourna son regard pour cacher sa geine naissante oubliant que sa collaboratrice de recherche ne pouvait pas le voir...
Elle venait là pour ressentir la présence de sa sœur, ça semblait évident.

— Du coup non, tu peux pas m'aider. Mais j'aime bien les chats, donc j'peux t'aider pour le tien. Lucifer, c'était ? Il ressemble à quoi ?

Oui... l'aider semblait difficile. Pfff pourquoi elle avait dit encore une ânerie bon sang ?!

Elles venaient d'entrer dans le Parc. Les parcs la nuit... ça avait un coté un peu flippant non ? D'autant que Jo avait une peur viscérale du noir. Pourquoi sont ils si faiblement éclairés ? Pour faciliter la tâche aux personnes mal intentionnées ?
Un frisson lui parcouru le dos.

- Euh... Oui Lucifer...C'est un chat de gouttière... avec une grosse tache blanche sur le flanc droit...

Jo se retourna rapidement... Elle avait entendu un bruit là non ? Ou bien elle rêvait ? Non... Il n'y avait rien... Pourquoi est-ce que ça ressemblait à un décors de film d'épouvante... Elle avait envie de pleurer, elle avait horreur du noir...

- Au fait, je ne vous ai même pas demandé votre nom... Moi c'est Jo.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lizzie Bennet, Mar 29 Mai - 17:46


Forcément, elle vivait dans le quartier des riches, alors elle avait plusieurs maisons. Mais la base. J’ai l’impression qu’on s’élance pas dans la vie avec les mêmes cartes en main, elle et moi. J’aurais pu partir sur mes grands chevaux, monter dans les tours, comme je le fais parfois. Mais je sais pas. Je suis grande maintenant, pour être choquée chaque fois que je suis exposée au décalage de privilèges.

J’devrais tourner la page du « shoooooook » et passer du côté de l’action, de la révolte, de la réforme, du changement sous toutes ses formes. Et regarder les choses du point de vue du système ; ce ne sont pas les individus qui portent la responsabilité de ces normes, mais l’entremêlement de leurs actions, l’histoire qui les y a menés, la culture qui nous est donnée.

Enfin, au moins, elle semble se préoccuper des habitudes que peut prendre l’animal, de la nécessité qu’il se sente chez lui quelque part, alors je hoche la tête, laissant la discussion suivre son cours. Un chat de gouttière, tu dis. Moi franchement, j’peux pas la voir, sa tache. J’peux pas voir la lumière, donc j’me rends pas spécialement compte de l’horreur qui anime ton regard. J’me contente de marcher dans le parc.

— Jo ? C’est joli. Moi j’m’appelle Lizzie.


Il me semble l’entendre frissonner, alors je sors ma baguette et exécute un sphaera ignis minima. Une douce lueur de feu chatoie au bout de mon bois.
— Approche, tu verras mieux. Et puis, ça tient chaud aux doigts. J'imagine que tu as une cheminée, chez toi ? Il est habitué à ces couleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Anna Keats
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Anna Keats, Dim 29 Juil - 18:36


LA donné à Riri pour l'ensemble du Rp

Mes doigts tentaient d'occulter la lumière du soleil alors que mes yeux se levaient pour regarder en détail la porte d'entrée en bas de l'immeuble londonien. Cette entrée m'inspirait un sentiment de déjà-vu absolument justifié, mais je n'avais que peu de souvenir de cette dernière fois.
Je soupirais longuement avant que ma main se pose sur mon cou, puis le début de ma poitrine, constatant péniblement la transpiration due à la saison. J'avais dû marcher un peu depuis le vendeur de baguette, ma lourde valise à la main. Si je devais passer deux semaines en ce lieu, il me fallait des affaires. J'aurais pu utiliser un sort pour avoir un sac moins encombrant, mais la méthode moldue m'inspirait plus. Une flemme passagère sans nul doute.

Quelques pas de plus et je m'étais retrouvé devant la dernière barrière de la solitude estivale. Croiser le vert et le gris. J'avais l'impression de ne pas l'avoir vu depuis longtemps et en même temps de jamais ne l'avoir vraiment vu. Ma main effleurait la porte et sans savoir qu'il serait de l'autre côté. Un temps, un de plus que nous n'avions pas pris, ce pour quoi mes pas m'avaient conduit ici.

Les mots se dissipaient dans mes pensées. Tout avait été précisé, aurais-je dû préparer, me préparer, je n'étais pas parée. Je regardais aveuglement à travers une brume ondulant autour de moi. Elle m'avait dit de continuer à avancer, de se souvenir des passagers, mais de les laisser passer. Je cherchais plus pour avancer. Un pilier, pourquoi lui pas d'autres, j'avais vu d'autres lumières, jamais une comme lui.
Trois minutes silencieuses. Mes doigts se croisaient, involontairement, je jouais avec mes ongles, nerveusement. Je les détachais qu'ils viennent se poser sur mon front pour éponger la chaleur et la sueur, pour éclaircir ce flot d'idée, de pensées, de projections. J'avançais ou reculais, comment se repérer dans la brume. Trouver une lumière dans le feu, marquant indélébilement. Je fermais les yeux, imaginant ce que cela pourrait donner, je ne pourrais plus lâcher, mais existait-elle au moins, cette possibilité ? Tout peut s'apprendre, ce ne serait pas la première fois, ensemble pour comprendre.

Je soufflais, longuement, essayant de chasser cette nervosité profondément encrée. Plus le temps passait, plus il était dur de s'en débarrasser. Des lettres, celle de février, que je n'osais révéler, l'avait-il conservé ? Avait-il compris. Je ne pourrais répondre s'il venait à m'interroger à son propos. Je l'avais un peu évité ces derniers mois, à cause de cela et de l'autre. Je ne parvenais à rien, mais c'était perturbant de voir que je l'avais croisé sans pouvoir esquiver, la brume est capricieuse. Ici non plus je ne pourrais pas esquiver, mais j'ai peur. Je n'étais pas comme cela avant. Peut-être à cause de lui.

Ma main se posait alors sur le bois, plus franchement, au rythme du bruit en mon sein.

Boom dum Boom dum Boom dum
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Ven 31 Aoû - 20:28




It's only because I feel lonely

ft.  Theya Alomora ♥
TW: Prise de substances illicites dans ce rp


Durant toute sa vie, on lui avait dit quoi faire. Toute sa vie, elle avait été traitée comme une moins que rien par sa famille. Un an et demi auparavant, elle avait été jetée dehors, se retrouvant à dormir dans la rue. Seule avec deux animaux qu'elle nourissait pavant de s'occuper d'elle-même. Malgré ses efforts, elle ne parvenait pas à passer au dessus de cette période. Meme avec l'arrivée de Daemon. Elle voulait oublier. Rien de plus.

Loredana tourne, tourne et tourne encore sur elle-même. Il n'y a ni musique, ni ambiance chez elle ce soir. Juste elle ou du moins...physiquement. Elle a pleuré. On le remarque à son mascara qui a coulé, à ses cils collés entre-eux et aux mouchoirs jetés à côté de la poubelle. Sur la table basse, on peut remarquer un sachet qu'elle a probablement oublié de cacher. C'est un secret qu'elle n'a jamais dévoilé, qu'elle seule conservait. Dans ce sachet se trouve la raison de son état actuel. Cet état d'euphorie qu'elle ne pourrait expliquer. Ce sentiment d’être la reine, d’être au-dessus de tout. Ce n'est qu'une illusion, mais elle a besoin de ça pour oublier cette vie de m*rde, pour combler le manque de Daemon qu'elle ne supporte plus, pour l'aider à tenir le coup.
Mais ce n'est qu'une illusion.

Sous ce t-shirt blanc bien trop grand pour son corps amaigri, les cicatrices du Sectumsempra qu'on lui avait jeté quelques mois plus tôt étaient encore bien trop voyante à son goût. «Elle ne se verront plus » lui avait-on dit. Tu parles, encore un mensonge à deux noises pour la faire taire. De toute façon, c'est tout ce qu'ils savaient tous faire : La faire taire. Durant toute sa dernière année à Poudlard, elle avait essayé de s'en sortir. Daemon avait été là. L'avait aidé à se relever en lui offrant un toit. Il avait débarqué dans sa vie au moment où elle en avait eu le plus besoin. Ça, il l'avait senti dès le départ, elle en était persuadée. Malgré tout, il y avait des choses que même lui ne pouvait arranger. Puis, il avait ses études qui l'attendait après sa sortie de Poudlard, il avait autre choses à penser et elle ne voulait plus lui imposer ses problèmes. Elle avait décidé de se débrouiller seule.

Loredana s’arrête. Elle sent sa tête lui tourner, elle en a la nausée. Pourtant, elle sourit, ce sentant enfin vivante. Ça faisait du bien. Merlin, que ça faisait du bien de vivre enfin ! Les battements de son cœur s'étaient accélérés, sa tension augmentait. Elle réalisait qu'elle n'en avait pas assez. Ceux qui la connaissent savent qu'elle est une accroc à l'adrénaline. Elle a besoin de ressentir les choses, de prendre des risques, c'est comme cela qu'elle sait qu'elle existe. Elle allume sa chaîne-Hi fi. Les objets moldus pouvaient lui servir parfois. La musique commence. Elle monte le son, ne pensant pas à ses voisins qui risquent de devenir fous.

Fenêtre ouverte, les rideaux tirés qui laissent une vue magnifique sur ce quartier qu'elle adorait. Elle s'approche et observe le vide. Le vent souffle sur ses cheveux emmêles. Elle veut le sentir davantage. Cette sensation panse ses blessures. Elle sent que son corps en veut encore, il n'a pas eu sa dose. Il n'y a qu'un seul moyen de combler son manque de sensation forte. Elle a le regard dans le vague, fixe l'extérieur sans le voir. C'est son corps qui la guide, elle n'en est plus le maître, elle n'est que son esclave. En une fraction de seconde, elle est debout sur le rebord. Elle manque de tomber en arrière et son déséquilibre fait tomber l'un des vases qui se brise sur le sol de son salon. Elle n'y accorde pas d'attention, bien trop concentrer sur ce qu'elle ressent à cet instant. Elle ne peut pas mourir, non. Elle est invincible. Alors elle ferme les yeux
Prend une profonde inspiration.

Et s’apprête à sauter dans le vide
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Ven 31 Aoû - 23:15



It's only because I feel lonely

Loredana Sparks ♥


LA accordé

Tu étais loin de t'imaginer ce qui se passait dans cet appartement. Tu étais loin de te douter que ton amie ferait ça. Tu pensais qu'elle te contacterait si ça n'allait pas, et pourtant... Il en avait été tout le contraire. Loredana était fière, tu le savais, tu l'étais aussi. Mais là, jamais tu ne t'attendais à voir un spectacle pareil en arrivant à son appartement.

La soirée avait plutôt bien commencé, tu avais tranquillement dîner avec ta mère. Tu avais décidé de rentrer pour le week-end, tu avais besoin de voir ta mère puis tu avais aussi prévue de voir Loredana. Tu n'avais pas eu l'occasion de la voir souvent cet été, ça avait été compliqué. Entre le voyage en France, tu avais aussi intégrer l'association étudiante, et tu allais aussi peut-être intégré l'équipe de Quidditch, à ce stade tu n'en étais pas encore sûre.
Ta bonne-fée te manquait, tu te rappelais ô combien tu appréciais ces moments avec elle, et tu ne savais pas vraiment comment elle allait. Tu t'inquiétais, Loredana était quelqu'un qui ne parlait pas forcément de ses problèmes, même si elle s'était livré un peu à toi. Tu avais décidé de lui faire la surprise, ça ne pourrait lui faire que plaisir après tout.

Tu connaissais son adresse, Loredana te l'avait donné au cas où tu voulais lui envoyer un hibou, mais là tu avais envie de voir ton amie, et parler avec elle.
Passant le perron de chez toi, tu prenais le métro londonien de Paddington jusqu'à la station de ton amie. Marchant tranquillement, à la fois excitée et heureuse de pouvoir la revoir tu étais devant son immeuble, un voisin qui sortait t'avait permis de rentrer et tu lui avais demandé à quelle étage ton amie habitait.
Une fois renseignée tu montais les étages de cet immeuble chic, enfin tu grimpais les marches deux à deux, excitée de la voir.

Boum, un objet qui se casse.

Que se passe-t-il ?

Tu arrivais devant l'appartement, la musique à fond.

Ce n'est pas son genre.

Taper, fort.
Agiter la poignée.
Regard à gauche.
Regard à droite
#Alohomora

Le drame

Porte ouverte, une Loredana prête à faire le saut de l'ange. Sauf que non, tu n'es pas un ange ma belle. Le monde s'arrête, tout comme ton cœur. L'adrénaline te pousse en avant, l'instinct. Je ne suis pas l'ange de la Mort, et ton heure n'est pas arrivée, pas tant que je suis là.

- LORE BON SANG ARRÊTE !

Tes sens inertes, enfin plutôt ton cerveau éteint. Tes mouvements étaient contrôler par tes réflexes.

Un temps : Attraper le bras de Lore.

Deuxième temps : La tirer vers l'interieur.

Troisième temps : Lui faire reprendre ses esprits.

Le noir sur son visage. Les larmes. Ses yeux rougit.

Lore.

Qu'as-tu fais.

Un sachet, sur la table, bon sang.

Pleurer ?

S'enerver ?

Réconforter ?

- Lore assis-toi, ouvre les yeux, c'est moi, Theya. Lore, hé, je suis là.

Tu suppliais Merlin, Dieu, Zeus, Odin, tous autant qu'ils sont. Ces êtres divins, s'il vous plait, aidez moi. Lore, ressaisis toi, parle moi, je t'en pris.

 
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Sam 1 Sep - 8:58



LA piqué

Les yeux fermés, elle savourait encore quelques instants la légère brise qui séchait les larmes qui avaient coulées sur ses joues. Une sensation de liberté s'offrait à elle. Le danger, elle n'en avait pas conscience. Il y avait-il des gens en bas qui la regardaient ? Peu lui importait car à cet instant, elle savait qu'elle n'avait pas besoin de balais pour s'envoler. Ouvrir les yeux aurait gâché ce sentiment. Tous ses autres sens s'étaient développés en une fraction de seconde. Elle n'avait plus envie de vivre sa vie comme elle était écrite. Elle avait encaissé bien trop de choses sans pouvoir rétorquer, à acquiescer de peur que tout ce retourne contre elle. Maquiller ses émotions ne faisait pas partie de son caractère. Pourtant, cela faisait des années qu'elle cachait ses maux refoulés au fond d'elle-même pour ne pas gêner. Masquer sa colère n'avait amené rien de bon et tout lui retombait dessus maintenant qu'elle était seule. Une grosse claque à la figure.

Sur le point de se laisser tomber dans le vide, elle sent que quelque chose la retient. Comme une force invisible qui l'empêchait une nouvelle fois de faire les choses comme elle le souhaitait. Comme d'habitude, elle était prisonnière des autres. Tirée en arrière, elle ne sent plus la brise, ce sentiment de liberté s'envole tel un nuage de poussière dans une tempête. La chaleur de l'enfermement, le sol froid. Le déplaisir total. Elle n'ouvre pas les yeux tout de suite. Une voix paniquée se fait entendre. On lui demande d'arrêter. Arrêter quoi ? De vivre ? Justement, c'était ce sentiment de pouvoir vivre qu'elle voulait en elle. Pourquoi lui demander d'arrêter ?

Elle ouvrit doucement les yeux, la musique lui faisait mal aux oreilles. Elle avait mal dans tout son corps, elle gigotait, se débattait. Elle remarqua une silhouette qu'elle ne reconnut pas tout de suite. Son cerveau détraqué lui envoyait de mauvaises informations « Elle te veut du mal, empêche-là ! » Alors sans réfléchir, elle lança un « Fous-moi la paix espèce de c*nnasse, va te faire voir ! » en hurlant, se fichant du boucan qu'elle pouvait faire à une heure pareil. Elle n'était plus elle-même, ne se contrôlait plus. Elle se débattait de plus belle, levant son point, prête à frapper, à faire mal. Pourtant, sa vision finit par s'éclaircir. Les traits de la silhouette devinrent plus nettes et elle comprend enfin ce qui était en train de se passer ou du moins, c'était ce qu'elle essayait de faire. En quelques minutes, elle reconnut son amie Theya, la jeune Poufsouffle qu'elle avait rencontrée quelques mois plus tôt et avec qui elle avait sympathisé. Il était temps pour elle d'abdiquer. Son point s'était baissé, elle cessa de se débattre. Son souffle était court et son cœur battait à tout rompre. Elle fondit en larmes, c'était tout ce qu'elle avait réussi à faire. Celle qui ne pleurait jamais venait de s'effondrer, de renoncer à ce masque qui donnait le sentiment de voir une femme forte. Ce n'était peut-être pas le cas finalement.

Puis le silence. La musique s'était arrêtée sans qu'elle n'ait pu faire un geste. On ne pouvait qu'entendre le souffle court des deux jeunes femmes et les tic-tac de l'horloge moldue qu'elle avait achetée avec Daemon, le jour de sa crémaillère. Elle avait chaud. Des gouttes de sueur perlaient sur son front. La bouche sèche, les yeux boursouflés, elle fixait le lustre au-dessus d'elle. Bouger lui était impossible, elle était comme paralysée.

- Je ne sais pas ce qu'il m'arrive, dit-elle simplement sans regarder Theya, probablement inquiète devant un tel spectacle.

Comment allait-elle la voir désormais ? Comme une folle qui tente de se suicider ? Ce n'était même pas son intention. Loredana faisait partie de ceux qui voulaient vivre. Elle était simplement...malade ? Une autre vérité qui allait être dure à accepter.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Sam 1 Sep - 16:06




Un ange, le Messi, pour qui tu t'étais prise Lore. La situation s'était inversée, elle avait été ta sauveuse, et tu étais sa bouée de sauvetage désormais. Que s'est-il passé. Pourquoi, pourquoi Loredana.

Tu étais rentrée dans cet appartement, espérant te tromper, voir une Loredana joyeuse, fraîche, forte, comme tu l'avais connue jusqu'à présent. A la place tu l'avais vu prête à sauter, sur le rebord du balcon, les bras tendu comme le Christ sur sa croix. Tu ne savais même plus par quel moyen tu l'avais rejointe, question idiote car tu n'étais munie que de tes jambes. Sa peau froide, glaciale, son visage baigné de noir, la musique infernale. Une musique qu'elle ne pourrait plus jamais écouter.

La belle avait du mal à se ressaisir, surement à cause de ce sachet, de cette horreur que tu avais surement prise ma belle. Pourquoi, pourquoi Loredana. Cette fois il fallait que ça soit toi la femme forte Theya, ton amie avait besoin de toi. Ne pleure pas, même si tu en as envie, ne le fais surtout pas. Elle se débat, oui ça te fait du mal, mais on s'en fout. Elle ne doit pas faire une nouvelle erreur. Les images dans ton esprit se répétaient inlassablement. Une brune, au rebord d'une fenêtre, des lumières au dehors, formant comme un spectre. Une ombre à contre jour.

Que faire. Elle veut te frapper, son poing levé, tu ne prenais même pas le temps de l'en empêcher. Si elle veut te frapper qu'elle le fasse, elle n'est pas dans son état normal. Mais heureusement pour toi elle se ressaisit. Ses insultes, tu les avais même pas entendues, alors qu'elle les avait hurlé. Mais tes sens n'étaient plus. Des gestes. Rapide. Tu t'étais diriger vers la chaîne hi-fi pour l'éteindre. Fermer ses maudites fenêtres. Retrouver ta belle. Qui t'avais reconnue. Enfin.

Son visage transformé de la colère à la tristesse. Non, au désespoir. Elle se mit à pleurer, et toi tu ne pouvais que la prendre dans tes bras, qu'elle déverse sa peine contre ton épaule. A genoux sur le canapé, tu la serrais contre toi. Qu'elle te sente et qu'elle reprenne ses esprits. Mon Dieu Loredana.

Ton visage était figé, pâle. Impuissant. Le temps s'était arrêté. Combien de temps s'était-il passé depuis que tu avais passé la porte de l'appartement. Quelques minutes, heures ? Tu ne savais pas.
Tes mouvements avaient été naturels, ou plutôt contrôlés par la détresse de la situation. Il était sûr que Loredana allait mal, elle était totalement démunie, tremblante dans tes bras. Tu l'entendais marmonner, alors que son regard était désormais vide, fixant le lustre. A quoi pense-t-elle ?

Elle est perdue. Oui, et toi aussi. Tu la gardais près de toi, gardant ta main sur son bras au cas où. Ne pas pleurer, ne pas t’énerver, garde le contrôle. Pour elle, fais le pour elle. Elle a besoin de toi. Et Daemon ? Bon sang Daemon... Chaque chose en son temps. La priorité est Loredana, tu l'examinais.

Elle avait un t-shirt trop grand, elle avait maigri depuis que tu ne l'avais pas vu. Des cicatrices sur les parties de sa peau que tu pouvais voir. Qu'avait-elle fait ? Ou, avait-elle était victime d'un sort ?

Tes questions se bousculaient dans ton esprit mais tu savais pertinemment qu'il ne fallait pas lui poser tout de suite. Elle risquait d'en être que plus dévastée.
Caressant son visage pour effacer ses larmes, comme si ce geste effacerait ses douleurs, ses peines. Un long silence, seulement des gestes rassurants, vos souffles haletants. Puis une inspiration, et tu ouvrais enfin la bouche pour faire vibrer tes cordes vocales.

- Lore, que s'est-il passé ?

Tu posais cette question comme si c'était une prière. Que la réponse serait divine, qu'un élément céleste viendrait te donnait la réponse. Tu ne savais pas ce qu'allait répondre la belle, mais tu la gardais contre toi, pour qu'elle se sente rassurer. Tel un animal avec son enfant, tu l'enlaçais à nouveau comme pour la protéger des méfaits de ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Mar 4 Sep - 8:40





Il n'y avait pas de mots pour expliquer ce qu'elle ressentait à ce moment-là. Tout semblait vide, sans aucune saveur. Comme si tous ses sens s'étaient simplement envolés sans donner de raison. Comme ça. Elle ne parvenait plus à penser au geste qu'elle venait de faire, ne se rendait compte de rien. Elle n'avait pas pas pensé à Daemon qui serait fou s'il apprenait une chose pareil. Cette pensée, elle essaiyait de la refouler. Espérant que Theya ne lui dise rien. Il ne fallait pas le lui dire !

- J'ai cru pouvoir....voler...


Elle avait compris après avoir légèrement retrouvé ses esprits. Elle avait failli se donner la mort, alors qu'elle ne souhaitait que le contraire, elle voulait vivre pleinement sa vie, sans personne pour se mettre sur son chemin. Elle voulait avancer pour une fois, sans regarder en arrière, sans tenir compte de ce qu'elle avait vécu par le passé qui la faisait encore souffrir aujourd'hui. Daemon savait tout cela, mais il savait aussi qu'elle se montrait forte. Comment la regarderait-il s'il savait qu'elle n'était qu'une faible ?

- Ne dis rien à Daemon, je t'en supplie ne lui dis rien...


Il ne devait pas savoir, il était bien trop occupé, avait bien trop de travail à Poudlard et chez Barjow&Beurk. Il n'était pas question qu'elle le bloque dans tout cela. Il devait passer ses ASPIC et ce serait égoïste de l'empêcher de travailler, surtout avec ses devoirs de préfets en prime. Loredana avait elle-même porté l'insigne durant quelques mois, elle savait le travail que cela représentait. Il fallait trouver un moyen de retrouver le sourire avant de le revoir, trouver un moyen pour qu'il ne se doute de rien et que sa dernière année se passe tranquillement.

Elle ne parvenait pas à exprimer ce qu'elle ressentait pleinement. Elle avait cette envie, cette envie constante de hurler. Pour s’apaiser. Elle savait qu'elle avait un problème, ou même plusieurs après tout.. Elle avait toujours pensé pouvoir gérer, se disait qu'elle parvenait toujours à prendre ce qu'il fallait, assez pour ne pas que quelqu'un le remarque. Malgré tout, aujourd'hui, elle avait dépassé les bornes, elle avait failli se donner la mort... Sa plus grande peur. Le néant, l'oublie, cette enfermement, ne plus pouvoir bouger. Non, ce n'était pas pour elle, pas maintenant, il fallait faire quelque chose pour qu'elle ne recommence plus. Elle avait peur. Peur d'elle-même désormais.

Son corps entier lui faisait mal, mais il fallait qu'elle se redresse. Il ne fallait pas rester ici, tout simplement parce qu'ici, elle recommencerait. Encore et encore. Parce que seule, elle ne pouvait pas s'arrêter. Elle se leva difficilement, prenant appui sur son amie qui essayait de comprendre tout cela. Elle se sentait bête, ridicule de se montrer dans un tel était. Elle ne voulait pas que l'on voit cette partie d'elle. Elle voulait que l'on garde l'image de la fille courageuse prête à relever tous les défis possibles. Pourtant, c'était ainsi que les choses s'étaient produites et Theya aurait toujours en tête ce jour où elle a trouvé son amie sur le rebord d'une fenêtre.

- Ne reste pas là... Rentre chez toi, je vais gérer la situation ! Merci pour tout, mais inutile que tu reste ici...Tout va bien...Je vais euh... envoyer un hibou à ma mère.

Idiote !! Theya connaissait très bien sa relation avec ses parents, elle savait que c'était du pur mensonge, mais comment dire qu'elle n'était pas bien, qu'elle avait sûrement besoin d'un suivi médical ? Était-elle folle ? Theya accepterait d'elle de rester son ami en sachant cela ? Rien ne semblait tourner rond. Elle était dans un cauchemar tellement réaliste qu'elle ne semblait pas capable de se réveiller, même avec toute la concentration possible.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Mer 5 Sep - 2:20





Noir. Le visage de Loredana, noir de mascara. Le ciel, noir, on y voyait à peine les étoiles par la pollution londonienne. Ton chemisier blanc, comportait désormais des tâches de mascara, en ayant servi de coussin pour ton amie en détresse. Ta prière, ta demande, ton ultime question, celle qui pouvait donner l’explication de tout, Lore te donna la réponse… Mais tu ne comprenais toujours pas.
Tu ne peux pas voler ma belle, tu n’es pas divine. Bien que tu aies failli rejoindre les plus belles étoiles du ciel. Elle était en détresse, son regard empli de brouillard, Theya retiens toi pour ne pas craquer. Il faut que tu sois forte, pour elle. Complétement déboussolée, ton amie te demanda de ne rien dire à Daemon… Tu ne voulais pas la blesser, mais il fallait qu’il sache… C’était important. Tu avais empêché ton visage de se figer, et t’étais contenter de remuer la tête en fermant les yeux.
Lui prenant la main pour lui montrer ton soutien, tu ajoutais pour la rassurer :

- Je ne dirais rien Lore… Si c’est ce que tu souhaites.

Daemon… Bien sûr que tu ne lui dirais rien, tu ne le connaissais pas vraiment, à part ce soir d’escapade nocturne, tu ne lui avais jamais adressé la parole. Mais en même temps… Si quelqu’un voudrait bien le savoir c’était lui.
Loredana t’avait fait part de ses… Difficultés familiales, sans rentrer dans les détails, mais Daemon était la seule personne qu’elle avait.

Elle vivait seule, dans cet appartement londonien, vivant la même routine perpétuelle, succombant à ses souffrances comme ce soir… Tu ne pouvais pas te permettre de la trahir… Non, elle avait besoin de soin, d’attention, d’amour, quelque chose qu’elle a certainement dû manquer dans son enfance. En réponse, tu te permis de la reprendre dans tes bras pour la cajoler, qu’elle se sente en sécurité. Comme si ce geste compenserait le manque d’affection qu’elle n’avait peut-être pas eu…

Cependant, l’énigme de l’ange t’étais toujours irrésolue, tu ne savais pas qu’est-ce-qui lui avait fais penser qu’elle possédait le don de voler… Le monde magique était certes vaste, et avait quelques limites mais voler sans balais… Ce n’était pas encore possible.
Puis, tu te rappelais, bon sang, en quelques minutes tu avais vu tant de chose, tant de souffrance, tant de sentiment différent, et tu te revoyais tirer Loredana vers l’intérieur, en apercevant ce sachet, oui le sachet posé sur la table basse… Tu te doutais bien de ce que ça pouvait être mais tu avais peur de demander. Peur de l’offusquer ? Loredana serait bien trop fière pour te l’avouer, cela voudrait dire qu’elle te montrerait sa faiblesse. Non… Il ne faut pas lui poser la question… Mais il faut l’emmener à l’hôpital.

Tu allais commencer à faire murir cette idée dans le cerveau de la belle, quand tout d’un coup elle prenait la fuite. Non elle ne partait pas. Enfin, pas vraiment, mais elle se leva, lâchant ta main qui retombait sur ta cuisse. Tu restais plantée là, assise, en regardant Loredana d'en bas.
Elle semblait endolorie, souffrante… Tu avais l’impression que ton amie avait pris quelques années d’un coup… La belle essaya de te mettre dehors, enfin, poliment. Tout va bien ? Vraiment Loredana ? Tout va bien ? Tu retenais ta colère et tes larmes, pour ne pas céder et laisser place à tes sentiments.
Non, Theya, sois forte. Tu te levais d’un bond, en entendant son excuse, qui était, irréfléchie. Envoyer un hibou à ta mère ? Vraiment Loredana ? Il y a quelques semaines c’est toi-même qui a dit que tu la détestais, pire même. Je ne te laisserais pas comme ça, ou alors il va falloir que tu me foutes un coup de pied aux fesses.
Hors de question, tu essayais d’être la plus rassurante possible, tout en gardant un regard déterminé envers ton amie. Voilà, voilà la Gryffondor qui sommeille en toi. Ou la Serdaigle, tu ne savais plus trop.

- Loredana, tu vas m’écouter maintenant. Il est absolument hors de question que je te laisse seule dans un état pareil, déjà d’une bah, tu es mon amie, et je t’apprécie beaucoup. De deux, tu n’enverras certainement pas d’hibou à ta mère car tu la déteste, c’est toi-même qui me l’a dit. Et pour finir, Lore, il serait inhumain de ma part de te laisser seule comme ça, en détresse. Oui, Lore, que tu le veuilles ou non je resterais. Je pense que…

Tu prenais une grande inspiration pour lui dire

- Je pense que tu as besoin d’avoir des soins Lore, tu n’es pas dans ton état normal… Je t’accompagnerai, je resterais avec toi pendant tout le temps qu’il faudra, je ne te laisserai pas seule. Si tu veux qu’on passe la nuit chez moi aucun souci, on passera la nuit chez moi. Ma mère je ne lui dirais rien, je dirais simplement qu’une amie dort à la maison car tes voisins font trop de bruit.

Tu prenais sa main, et tu ne pouvais t’en empêcher, il fallait que tu la serre contre toi. L’enlaçant à nouveau en la prenant par surprise tu murmurais :

- Lore, j’ai vraiment eu peur pour toi… Il est hors de question que je te laisse, à moins que tu me fiches un coup de pied aux fesses. Je sais que tu es fière, et je trouve ça honorable, mais là tu as besoin d’aide. Tu as besoin d’une amie, laisse-moi être cette amie.

Tu priais, priais pour qu’elle ne te repousse pas, qu’elle ne t’éjecte pas par la porte d’entrée, il fallait, que tu restes avec elle, cette nuit, et probablement qu’elle ne reste pas seule pendant d’autres nuits.
Tu réfléchissais pendant ce temps à l’hôpital moldu le plus proche… Mais si elle devait y rester, tu ne pourrais pas le cacher à Daemon… Il allait rester sans nouvelle, il fallait au moins qu’il sache qu’elle est à l’hôpital, peu importe la raison… Mais Loredana t’en voudrait, mais Daemon mérite de savoir…
Que faire, cette frontière entre ce qui est bon et mauvais est si mince… Laisse faire le temps, d’abord Loredana, on verra pour le reste plus tard.

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Mer 5 Sep - 17:06





Elle se demandece qu'elle veut. Cette voix dans sa tête qui la pousse à sortir toute sa colère. Qui lui demande d'exploser une bonne fois pour toute. C'était comme si...une personne était cachée en elle et ne demandait qu'à sortir et elle serait soulagée. Comment expliquer ça ? D'un côté, elle ne ressentait que du vide, un manque de sensation qui ne la menait nul-part si ce n'est en enfer. D'un autre côté, tout son esprit était embrouillé et elle ne parvenait pas à y mettre de l'ordre. Des images apparaissaient deçà delà sans qu'elle ne puisse les contrôler.
Elle pouvait entendre la douce voix de son amie lui promettre qu'elle ne parlerait pas. Elle espérait pouvoir lui faire confiance. Cacher des choses à Daemon n'était pas ce qu'elle souhaitait, mais ça risquerait de tout gâcher. Peut-être que c'était déjà fait. Si quelqu'un devait parler à Daemon, c'était elle et elle en était simplement incapable. Il avait été déjà si bon envers elle, si présent. Il l'avait aidé à affronter sa famille avant même qu'ils ne se mettent en couple. C'était sûrement un des premiers signes qu'il tenait déjà à elle à ce moment-là, même s'il ne voulait pas l'admettre. Ensemble depuis presque un an maintenant, elle savait qu'elle pouvait compter sur lui, mais ne voulait pas interférer dans ses études...et Daemon ferait sûrement tout pour rester auprès d'elle s'il apprenait cela et ses examens finals étaient bien trop proches pour qu'il laisse tomber ses révisions. Non. Elle ne dirait rien. Il fallait... qu'elle arrête.

Malgré tous les essais, elle ne s'habituait pas à cette vie seule. C'était provisoire, elle le savait, mais ses conneries, elle ne pouvait les contrôler. Sa fierté prenait le dessus sur sa raison et elle devenait la plus têtue des jeunes femmes de son âge. Elle entendaot Theya devenir de plus en plus déterminée, prenant un ton autoritaire. Elle ne l'avait jamais entendue parler de la sorte. Évidemment, elle n'était pas dupe, elle avait tout de suite compris que Loredana bluffer pour la faire partir. Ça n'avait pas marcher et elle en était soulagée. Elle savait qu'elle avait besoin de soin, que quelque chose clochait et qu'il fallait qu'elle comprenne ce qui n'allait pas chez elle. L'addiction oui, bien sûr que c'était un problème. Seulement, il n'y avait pas que cela, ça allait bien plus loin et elle ne parvenait pas à le savoir. Soufflant un bon coup, il était temps de se rendre à l'évidence. Si elle acceptait de se faire soigner, elle allait devoir laisser tomber beaucoup de chose. Elle allait devoir être suivie ici, en Angleterre et elle ne pourra pas travailler ou même voyager le temps que tout redevienne stable dans sa vie.

- N'aies pas peur pour moi... Tu as raison j'ai besoin d'aide et je veux que ce soit toi qui m'épaule, personne d'autre...

Prenant conscience de tout ce qui allait suivre, les larmes coulaient sans qu'elle ne s'en rende compte. Quand est-ce qu'elle allait arrêter de pleurer ? Dans sa tête, elle savait très bien ce qu'elle devait faire. Il fallait qu'elle arrête d'être égoïste... Elle ne pouvait pas embarquer tout le monde dans sa descente aux enfers ou plutôt, dans le tout début de sa renaissance. L'histoire promettait d'être longue. Elle risquait de souffrir, de rire, de pleurer, de passer par toutes les humeurs durant tout cela. Elle ne pouvait pas embarquer tout le monde. Son choix était fait. Elle en laisserait un partir.
Levant les yeux vers la Poufsouffle, elle secouait la tête, puis allant s'appuyer contre le mur. Le regard vide, ses paroles lui vinrent difficilement et les dire étaitbien plus dur que de les penser.

- Il faut que je quitte Daemon.

Sa voix avait changé. C'était des mots durs à dire, des mots qu'elle n'aurait jamais pensés prononcer un jour. Le garder auprès d'elle alors qu'il avait trois ans d'études qui l'attendaient aurait été du pur égoïsme. On pourrait penser que cette décision n'avait pas été réfléchie et pourtant, elle ne retournerait pas en arrière. Elle attendra quelques temps, le temps de trouver les mots qui ne lui laisseraient pas trop de blessures. Il se pensait incapable de l'oublier si elle le quittait, elle n'était pas d'accord. Il était bien plus fort qu'il ne le pensait et il finirait par trouver quelqu'un qui lui conviendrait. Quelqu'un qui sera... normal et sur la même longueur d'onde que lui. Loredana prenait le temps de reculer avant d'avancer de nouveau. Peut-être qu'elle finira elle aussi par réussir. Dans le doute, elle refusait de lui infliger cela.

- Il n'a pas besoin de ça dans sa vie. Il va sortir de Poudlard avec son diplôme et poursuivre ses études comme il me l'a toujours dit. Comme un jeune adulte sérieux qui souhaite et qui va réussir dans la vie. Je ne serais qu'un obstacle pour lui. Le ralentir dans ses projets n'est vraiment pas mon but.

Les larmes continuaient de couler sans qu'elle ne laisse échapper un sanglot, c'était comme si son émotion ressentie était refoulée au fond d'elle-même et qu'il n'y avait que la partie physique qui fonctionnait. Pourtant, elle savait qu'elle avait retrouver ses esprits, même si l'effet de la drogue ne s'était pas tout à fait dissipé.
C'était la fin. La fin d'une période d'innocence. La fin de l'adolescence.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Jeu 6 Sep - 1:32





HRP : J'te copite mais clairement, la chanson que tu as choisi allait tellement bien avec ton rp... ♥


Ton cœur battait la chamade. Non pas comme lorsque tu étais sur un balais, non pas à cause de l'endurance. Ton rythme cardiaque n'était pas non plus élevé car tu voyais la personne que, tu aimais mais tu ne le savais pas encore. Là ton cœur battait pour celui de ton amie. Dévastée, comment la décrire. Tu avais la chaire de poule, cette sensation de frisson qui, démarrait par tes membres inférieurs, puis progressivement, remontait sur tes cuisses, jusqu'à l'aine, pour provoquer des nœuds dans ton estomac. Puis, te monter au cœur pour que tu sentes la détresse de la situation, ton sang pulsait, au rythme de ces battements. Ton souffle, coupé, tu déglutissais. Ce nœud dans la gorge qui hérissait les poils de tes membres supérieurs, jusqu'à les sentir dans ta nuque, pour prendre possession de ton cerveau. Et là, à ce moment là, tu étais comme paralysée. Paralysée par la peur ? Non, loin de là, car Loredana t'avait entendu, elle était d'accord avec toi.

Paralysée par la confession que ton amie venait de te faire, cette confession, à cette instant Loredana montrait par ses mots qu'elle avait besoin d'aide... Et qu'elle voulait que seule tu soit cette personne, en tant qu'amie. Si cela avait été dans une situation différente, tu aurais certainement eu les larmes aux yeux, mais là une personne qui pleurait était bien suffisant. Si tu laissais place aux larmes, toutes les émotions que tu as retenue jusqu'à présent saisiraient l'opportunité de s'exprimer et tu ne seras pas capable de t'arrêter. Tu étais forte, ça oui, tu avais vécu aussi quelque chose de traumatisant, mais toi n'était pas le sujet. Seule Loredana comptait.

Tu la regardais s'éloigner, se mettant contre un mur, le regard dans le vide, prononçant les mots comme si c'était une révélation pour elle. Tu avais décider de la laisser prendre cet espace, car il n'y avait plus de raison pour qu'elle recommence, tant que tu serais là elle ne le ferait pas. Tu l'avais compris, Loredana ne voulait faire du mal à personne. Elle voulait prendre toutes les souffrances pour elle... Quitte à rompre avec Daemon. Dans un autre contexte tu aurais été surprise, mais là, dans l'état actuel des choses, après ce que tu avais vu... Oui, elle est pas dans son état normal... Pourtant, sa manière de pleurer, elle ne sanglote pas, elle avait l'air sûre d'elle. Mais non... Ce n'est pas ce qu'il faut faire Loredana.

Daemon serait devasté, et toi aussi. Tout ça ne vous fera que du mal... Et tu te doutes bien que Daemon ne te laissera pas tomber comme ça... Il n'en est pas question. Je ne peux pas te laisser faire ça, pas dans cet état. Réfléchis-y je t'en pris. Ne prend pas cette décision trop vite, tu as besoin d'être accompagnée, je serais là bien sûr. Mais Daemon, tu ne peux pas l'empêcher d'être là pour toi... Même si tu rompt avec lui, il voudra prendre de tes nouvelles. Il connait ton histoire, il sait... Certes peut-être pas tout mais il était ton ami avant tout. Ne fais pas ça.

Une pensée muette, que tu avais, et en était convaincue, ce n'était pas la solution. Mais il fallait que tu lui répondes, que tu lui dises. Tu étais une bonne amie, et tu ne pouvais pas la laisser prendre cette décision, pas dans cet état. Elle disait qu'il n'avait besoin de ça, avec les événements importants qui arrivaient. Lore, tu ne te rends donc pas compte que sans toi ces événements seront inutiles pour lui...

Comment le lui faire comprendre, comment ? Il suffisait de quelques mots, mais il fallait surtout que quelqu'un la soigne... Tu allais donc essayer de repousser sa décision, essayer de lui faire comprendre que ce n'est pas maintenant qu'il faut penser à ça. Que d'abord il faudrait aller à l'hôpital, et qu'elle réfléchisse une fois purgé de toutes substances. Pourquoi as-tu fais ça ? Pourquoi veux-tu faire ça ? Tu souffriras... Lui aussi...

Si elle faisait ça, tu imaginais déjà Daemon venir te voir à Poudlard, il penserait peut-être que tout est de ta faute... Qu'allais-tu lui dire ? Tu ne pourrais pas lui mentir perpétuellement... Lore allait passer par des étapes dont elle ne pourrait soupçonné l'importance. Des étapes très rudes, des changements d'humeurs importants et très instables. Elle avait besoin de soutien, plus il y en aurait, plus ça sera mieux pour elle... Elle refusait cette idée, tu te disais que tu aurais fais la même chose, bien qu'inconsciemment tu savais que ce n'était pas la bonne solution. Tu restais planté là, un moment qui paraissait une éternité pour ta narratrice, mais simplement quelques secondes pour toi. Tu regardais la belle, déversant ses larmes, sa peine, en gardant son calme, sans sangloter. Un changement, une acceptation. Loredana avait dû certainement caché toute cette peine pendant des années, et désormais elle l'assumait. Et toi tu étais là.

Regardant l'objet de cette situation sur la table, enfin l'une des causes, tu saisis le sachet de poudre. En t'approchant de Loredana. Non, tu n'allais certainement pas lui donner sa dose, il en était hors de question, mais tu allais lui faire comprendre quelque chose.

- Lore, j'entends tout ce que tu dis, je l'entend. Mais, réfléchis. Je ne sais pas ce que c'est, mais tu n'es pas en état de prendre cette décision. Tu montrais le sachet du regard A partir de maintenant, tu ne retoucheras plus à ça Lore, promet le moi.

Tu étais ferme, oui, à ton grand étonnement, mais afin de montrer ta détermination, tu te dirigeais vers le lavabo et vider le sachet. Faisant couler l'eau pour faire évacuer toute la poudre en gardant le bras contre ton nez et ta bouche pour éviter d'en inhaler. Tu te laver les mains puis jeter le sachet vide dans la poubelle avant de retourner vers Loredana.

- Je t'en prie Loredana, ne prend pas cette décision tout de suite. Je comprend pourquoi tu veux faire ça, tu ne veux pas détruire ses projets, mais tu me dis ça alors que toi même tu me dis que tu as besoin d'aide. Il faut que tu reprennes tes esprits, bien que tu me semble avoir repris le dessus sur tes démons... Une inspiration, te préparant à ce que tu lui allais lui dire... Lore, tu sais ça me rassurerait si on allait à l'hôpital... Je reste avec toi, je resterais cette nuit, et peut-être l'autre aussi si tu le veux. Je préviendrais ma mère avec ton hibou si ça ne te dérange pas. Ou tu peux venir chez moi si tu veux, tu te sentiras moins seule...

Tu réfléchissais pour trouver quelque chose afin de la rassurer sur l’hôpital et tu te rappelais qu'il y en avait un assez proche, et tu te rappelais du nom de l'hôpital qui n'était qu'à quelques pas de chez elle.

- Il y a le Bedford House vraiment pas loin, je ne sais pas si tu vois... Lore s'il te plait...

Tu priais pour qu'elle accepte, tu ne savais pas transplaner alors il fallait que tu l'emmènes par la marche. C'était la seule solution. Essayant de pénétrer son regard pour en déceler une quelconque réponse, un signe, n'importe. Tes yeux se voulaient rassurant, pour ton amie, n'aies pas peur Lore, je suis là, je ne te laisserais pas comme ça.



Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Sam 8 Sep - 9:18





Tout était embrouillé, elle avait l'impression qu'elle était sur le point d'exploser. Toutes les émotions sortaient en même temps et elle ne savait pas quoi en faire, ni laquelle dominait l'autre. C'était une sensation désagréable qui lui donnait mal à la tête. Elle voyait Theya la regarder, toujours aussi inquiète, impuissante peut-être. Pourtant, c'était une toute autre personne que celle que Lore avait rencontrée dans la forêt interdite quelques mois plus tôt. Elle semblait plus déterminée, plus sûre d'elle-même et certainement plus courageuse. Loredana se voyait en elle, car elle aussi avait beaucoup évolué durant ses sept années à Poudlard. Elle était passée d'une petite fille effrayée par les gens, à une jeune femme déterminée et prête à prendre tous les risques possibles pour avoir sa dose d'adrénaline... Comme ce soir, d'ailleurs...

Puis l'ancienne Gryffondor avait prononcé ces mots que l'on pourrait penser irréfléchis. Cependant, si elle ne pensait pas ce qu'elle disait, elle aurait demandé à Theya d'envoyer un hibou à Daemon pour lui demander qu'il vienne. Il aurait rappliqué, elle en était certaine, peu importait les devoirs qu'il avait, il serait venu la sauver... une nouvelle fois... La fois de trop. Daemon avait déjà dû ramasser Loredana à la petite cuillère lorsque cet Auror lui avait lancé le Sectumsempra. Loredana se souvenait encore de ce moment. Elle l'avait provoquée exprès, lui avait jeté un premier sort pour l'énerver et avait simplement tendu les bras comme pour dire « Allez, à toi, je te laisse faire ! ». Elle avait fait tout ça pour laisser Aidan souffler car il s'en était pris des belles lui aussi... Elle s'était en quelque sorte sacrifiée et Daemon s'était inquiété, bien trop inquiété au point que l'ambiance entre-eux soit tendu après cela. Parce qu'il ne comprenait pas. Elle le rendrait malheureux, c'est tout ce qui l'attendait.

Cette révélation ne semblait pourtant pas étonner Theya plus que cela. Savait-elle d'avance que Loredana allait dire ce genre de chose ? Elle ne dit rien pourtant pendant quelques secondes, tandis que la jeune femme se demandait déjà comment elle allait s'y prendre pour dire les choses à Daemon. La vérité ? Un mensonge pour qu'il la déteste et que tout soit plus simple ? Elle savait qu'elle ne pourrait pas s'éloigner de lui s'il insistait pour la retenir, il fallait...qu'elle le blesse, c'était ça la solution. La seule manière pour elle qu'il l'accepte et qu'il se dise qu'effectivement, elle n'en valait pas la peine.

Puis la jaune et noire avait repris la parole et tentait de dissuader son amie de prendre ce genre de décision trop hâtivement. Il fallait qu'elle attende. D'être sobre, d'être sûre et qu'elle promette de ne plus prendre cette chose qui l'avait longtemps mise en confiance, comme au bal du Ministère, mais qui pourtant, avait failli la faire quitter ce monde aujourd'hui, alors qu'elle n'en avait même pas l'envie. Dans d'autres circonstances, cela l'aurait probablement agacé, mais ce soir-là, il fallait simplement qu'elle arrête. Qu'elle arrête de lutter et qu'elle accepte tout ce qui était possible pour continuer à vivre.

- Oui...je... pendant qu'on essaiera de voir ce qui cloche dans ma tête, j'en profiterai pour demander à ce que l'on me libère de ça.

L'idée de mourir lui faisait peur et si cela pouvait la tuer, alors il fallait qu'elle arrête, qu'elle se reprenne enfin en main et qu'elle retrouve une vie normale. Elle savait que tout cela allait être dur, qu'elle aurait besoin de soutien et elle voulait que Theya soit simplement là, mais ne voulait personne d'autre auprès d'elle, pas même Enzo ou Aidan. Eux aussi avaient à faire et elle ne voulait pas empêcher Aidan d'assurer ses cours à Poudlard et Enzo avait ses propres problèmes à régler également. C'était égoïste de demander à Theya de rester, mais elle ne pouvait pas être seule.

- Je ne prends pas cette décision à la légère, mais je ne vais pas aller voir Daemon ce soir si c'est ce qui t'inquiète. Je veux qu'il...qu'il se dise que finalement c'est mieux ainsi, que je ne le mérite pas et ce sera bien plus simple pour lui de rencontrer quelqu'un d'autre, peut-être de la même classe sociale que lui et qui saura prendre soin de lui, comme je n'ai pu le faire... Je t'assure que c'est ce qu'il y a de mieux pour lui. Ce n'est pas la première fois qu'il me sauve la vie ou qu'il intervient dans mes drama familiaux. Il dépense bien trop d'énergie et on dépend trop l'un de l'autre. Ce n'est pas...une relation saine.

Il était temps pour elle de sécher ses larmes et d'arrêter de craquer. Ce n'était pas elle, elle le savait. Theya lui proposa un hôpital qui se trouvait non-loin de chez elle. Elle le connaissait oui, même si elle n'y avait jamais mis les pieds. Cependant, c'était l'occasion de peut-être dire adieu à tous ses cauchemars.

- Très bien, on peut y aller pour que quelqu'un m’ausculte. Toutefois, si après ses examens il faut que je reste là-bas, je veux pouvoir parler à Daemon avant. Est-ce que tu penses qu'ils pourraient me lâcher ne serait-ce qu'une heure pour que je parle à Daemon ? Sinon, il se demandera où je suis...


Elle avait le regard insistant, il fallait que son amie accepte la décision que Lore venait de prendre. Le Gryffondor se rendrait vite compte qu'il serait plus heureux, elle en était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Dans un quartier de riches

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 7

 Dans un quartier de riches

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.