AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 6
Dans un quartier de riches
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Loredana Sparks
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor

Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Sam 8 Sep - 9:18





Tout était embrouillé, elle avait l'impression qu'elle était sur le point d'exploser. Toutes les émotions sortaient en même temps et elle ne savait pas quoi en faire, ni laquelle dominait l'autre. C'était une sensation désagréable qui lui donnait mal à la tête. Elle voyait Theya la regarder, toujours aussi inquiète, impuissante peut-être. Pourtant, c'était une toute autre personne que celle que Lore avait rencontrée dans la forêt interdite quelques mois plus tôt. Elle semblait plus déterminée, plus sûre d'elle-même et certainement plus courageuse. Loredana se voyait en elle, car elle aussi avait beaucoup évolué durant ses sept années à Poudlard. Elle était passée d'une petite fille effrayée par les gens, à une jeune femme déterminée et prête à prendre tous les risques possibles pour avoir sa dose d'adrénaline... Comme ce soir, d'ailleurs...

Puis l'ancienne Gryffondor avait prononcé ces mots que l'on pourrait penser irréfléchis. Cependant, si elle ne pensait pas ce qu'elle disait, elle aurait demandé à Theya d'envoyer un hibou à Daemon pour lui demander qu'il vienne. Il aurait rappliqué, elle en était certaine, peu importait les devoirs qu'il avait, il serait venu la sauver... une nouvelle fois... La fois de trop. Daemon avait déjà dû ramasser Loredana à la petite cuillère lorsque cet Auror lui avait lancé le Sectumsempra. Loredana se souvenait encore de ce moment. Elle l'avait provoquée exprès, lui avait jeté un premier sort pour l'énerver et avait simplement tendu les bras comme pour dire « Allez, à toi, je te laisse faire ! ». Elle avait fait tout ça pour laisser Aidan souffler car il s'en était pris des belles lui aussi... Elle s'était en quelque sorte sacrifiée et Daemon s'était inquiété, bien trop inquiété au point que l'ambiance entre-eux soit tendu après cela. Parce qu'il ne comprenait pas. Elle le rendrait malheureux, c'est tout ce qui l'attendait.

Cette révélation ne semblait pourtant pas étonner Theya plus que cela. Savait-elle d'avance que Loredana allait dire ce genre de chose ? Elle ne dit rien pourtant pendant quelques secondes, tandis que la jeune femme se demandait déjà comment elle allait s'y prendre pour dire les choses à Daemon. La vérité ? Un mensonge pour qu'il la déteste et que tout soit plus simple ? Elle savait qu'elle ne pourrait pas s'éloigner de lui s'il insistait pour la retenir, il fallait...qu'elle le blesse, c'était ça la solution. La seule manière pour elle qu'il l'accepte et qu'il se dise qu'effectivement, elle n'en valait pas la peine.

Puis la jaune et noire avait repris la parole et tentait de dissuader son amie de prendre ce genre de décision trop hâtivement. Il fallait qu'elle attende. D'être sobre, d'être sûre et qu'elle promette de ne plus prendre cette chose qui l'avait longtemps mise en confiance, comme au bal du Ministère, mais qui pourtant, avait failli la faire quitter ce monde aujourd'hui, alors qu'elle n'en avait même pas l'envie. Dans d'autres circonstances, cela l'aurait probablement agacé, mais ce soir-là, il fallait simplement qu'elle arrête. Qu'elle arrête de lutter et qu'elle accepte tout ce qui était possible pour continuer à vivre.

- Oui...je... pendant qu'on essaiera de voir ce qui cloche dans ma tête, j'en profiterai pour demander à ce que l'on me libère de ça.

L'idée de mourir lui faisait peur et si cela pouvait la tuer, alors il fallait qu'elle arrête, qu'elle se reprenne enfin en main et qu'elle retrouve une vie normale. Elle savait que tout cela allait être dur, qu'elle aurait besoin de soutien et elle voulait que Theya soit simplement là, mais ne voulait personne d'autre auprès d'elle, pas même Enzo ou Aidan. Eux aussi avaient à faire et elle ne voulait pas empêcher Aidan d'assurer ses cours à Poudlard et Enzo avait ses propres problèmes à régler également. C'était égoïste de demander à Theya de rester, mais elle ne pouvait pas être seule.

- Je ne prends pas cette décision à la légère, mais je ne vais pas aller voir Daemon ce soir si c'est ce qui t'inquiète. Je veux qu'il...qu'il se dise que finalement c'est mieux ainsi, que je ne le mérite pas et ce sera bien plus simple pour lui de rencontrer quelqu'un d'autre, peut-être de la même classe sociale que lui et qui saura prendre soin de lui, comme je n'ai pu le faire... Je t'assure que c'est ce qu'il y a de mieux pour lui. Ce n'est pas la première fois qu'il me sauve la vie ou qu'il intervient dans mes drama familiaux. Il dépense bien trop d'énergie et on dépend trop l'un de l'autre. Ce n'est pas...une relation saine.

Il était temps pour elle de sécher ses larmes et d'arrêter de craquer. Ce n'était pas elle, elle le savait. Theya lui proposa un hôpital qui se trouvait non-loin de chez elle. Elle le connaissait oui, même si elle n'y avait jamais mis les pieds. Cependant, c'était l'occasion de peut-être dire adieu à tous ses cauchemars.

- Très bien, on peut y aller pour que quelqu'un m’ausculte. Toutefois, si après ses examens il faut que je reste là-bas, je veux pouvoir parler à Daemon avant. Est-ce que tu penses qu'ils pourraient me lâcher ne serait-ce qu'une heure pour que je parle à Daemon ? Sinon, il se demandera où je suis...


Elle avait le regard insistant, il fallait que son amie accepte la décision que Lore venait de prendre. Le Gryffondor se rendrait vite compte qu'il serait plus heureux, elle en était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Dim 9 Sep - 0:48


 


Cette amitié avait commencé à un moment où tu t'y attendais le moins. Une rencontre peu commune, votre goût de l'aventure et du risque vous avez réuni, ça avait bien failli de valoir une retenue voir pire... Mais heureusement elle t'avais sauvé, Loredana avait été ta sauveuse face à cette acromentule dans la forêt interdite. Depuis ce jour vous vous étiez rapprochés petit à petit. Au Trois Balais tu avais compris et cerné la personne qu'était Loredana. Une pure Gryffondor, courageuse, fière, une battante. Elle en avait vu des vertes et des pas mûres comme dirait les moldus, tout comme toi avec ton père. Vous avez découvert que vous partagiez toutes les deux une haine profonde envers un parent, que vous aviez souffert, mais que malgré tout vous vous en étiez sorti. Vous étiez des guerrière, des déesses Artémis. L'une Gryffondor, l'autre Poufsouffle, une amitié qui avait commencé tardivement. Mais qui avait pris de l'ampleur, un coup de foudre amical on pourrait le dire.

Ce soir, tu le savais, cet événement te restera en mémoire. Cette soirée renforcera certainement votre amitié, ce qui la rendra d'autant plus stable et belle, mais l'acte dont tu avais été témoin avait quelque chose de traumatisant. Tu avais seize ans, encore une jeune adolescente, presque à son terme. Bien que les événements de la vie t'avait fait prendre une maturité précoce, cette soirée marquera la fin de ton innocence. Aujourd'hui plus que jamais, il fallait que tu sois forte, non pas pour toi, mais pour Loredana. Sauver des vies étaient ce qui te motivait depuis toujours, tu voulais faire le bien, mais tu appris bien rapidement que la distinction entre le bien et le mal était quasi impossible.

Ton besoin d'aider les autres étaient plus fort que tout, c'était bien pour ça que Jace t'avais conseillé la médicomagie. Et il avait eu raison, dès le début. Toi tu pensais que le bien serait fait en pratiquant une magie pure, mais au contraire. Les vies sont plus importantes que tout, magie blanche, magie noire, qu'importe, l'important est de sauver. Ta bouée de sauvetage avait été ta mère, depuis ton plus jeune âge, elle avait été ta personne, celle qui t'avait sauvé de tout. Tes angoisses étaient toujours là bien sûr, mais rien à voir avec ce que ça aurait pu être. En regardant Loredana tu te dis qu'il aurait été possible que ça soit toi, celle qui avait pris ces substances, celle qui aurait voulu voler en passant par le balcon. Mais non, tu avais eu la chance d'avoir échapper à ça, malheureusement tous n'étaient pas comme toi. La preuve en était, Loredana s'était laissée prendre dans un engrenage, bien sûr elle avait rencontré Daemon, qui avait beaucoup fait, mais les souffrances sont si profondes et ancrées dans son âme depuis des années, qu'il en faudrait bien plus qu'une simple personne.

Comme ta mère avait été la tienne, tu serais la personne de Loredana. Celle qui sera là pendant tous les événements qui allaient suivre, car oui elle accepté de faire quelque chose pour son addiction, sa probable dépression, elle voulait vivre, mais pour vivre il faut guérir. Que dire, elle avait compris ton intention, mais tu restais contre sa décision de rompre avec Daemon, tu le savais plus que tout, il allait souffrir, et Loredana aussi.

Tu savais au fond de toi que tu aurais fais la même chose à sa place. On pourrait croire que c'est pour ne pas être égoïste, pour que la personne puisse vivre sa vie sans avoir à porter un fardeau. Mais les deux situations ne seraient-elles pas toutes deux égoïste ?
L'amour et l'amitié est un partage. Un contrat que l'on signe moralement, pour que l'un et l'autre soient présent malgré les épreuves. Chacun a ses coups durs, il faut être entouré. Bien sûr chaque Homme a sa façon de penser, mais couper une relation par peur de faire souffrir l'autre est égoïste car on le fera souffrir malgré tout. Mais garder la relation est également égoïste car la personne pourrait se sacrifier pour vous.

Que faire alors ? Et bien chacun aura sa manière d'agir, Loredana avait choisi de rompre. Et toi tu n'étais pas d'accord, car elle aurait besoin de lui plus que jamais... Quand elle te demanda si elle pourrait s'absenter de l'hôpital pour parler à Daemon, tu frissonnas. Non pas tout de suite Lore, réfléchis. Mais tu n'étais pas stupide, Loredana ne dirait jamais une chose pareille si elle n'était pas sûre de sa décision. Tu ne pourras l'en empêcher, car tu savais qu'à sa place personne ne pourrait s'interposer. Évidemment il ne fallait pas que tu la laisse seule, et tu ne pourras pas la laisser aller voir Daemon seule. Tu avais confiance en elle mais tu avais surtout peur, et il ne valait mieux pas prendre le risque. Elle expliquait, le pourquoi du comment de sa décision, et tu n'avais rien à redire car oui... C'était exactement ce que tu aurais fais mais ça il ne fallait pas lui dire...

A vrai dire tu ne savais pas s'ils accepteraient de la laisser partir une heure... Mais il le fallait, plus que tout. Peu importe, tu te démerderais, tu trouveras une excuse quelconque pour les médecins. Pour que tu l'accompagne voir Daemon, et tu ne préférais même pas imaginer dans l'état qu'elle serait à son retour...

- Lore, je ne suis toujours pas d'accord, malgré avec tes arguments mais je ne pourrais pas t'en empêcher...

Non jamais, jamais tu ne pourrais t'interposer sur une telle décision. Tu le lui avais dis ce que tu en pensais, tu espérais juste que Daemon ne pense pas que ça soit de ta faute, que tu lui aurais retourner le cerveau, car il n'en était pas le cas. Et en plus de ça s'il viendrait te chercher des noises ça risquerait de faire réagir Jace, et ça il ne fallait vraiment pas. Toutes ces histoires étaient compliquées, et tu ne voudrais pas que ça le soit encore plus. Loredana était déterminée, tu le lisais dans son regard, qui était tout autre que quelques minutes auparavant. Tu revoyais un peu de la Loredana que tu connaissais. Tu essayais de voir le bon côté des choses, au moins elle acceptait d'aller à l'hôpital...

- Je trouverais une excuse quelconque pour que je puisse t'accompagner voir Daemon. Bien sûr je ne serais pas là quand tu lui parleras, du moins je ne serais pas très loin mais je ne saurais pas ce que vous vous dites. Il ne me verra pas, mais je ne te laisserai pas y aller seule...

Les minutes s’accéléraient, et le pauvre Daemon ne savait probablement pas ce qui allait se passer. Dans quelques instants Loredana devra surement être interné à l'hôpital, elle devra quitter son amour, son âme-sœur, sa personne. Qu'allait-elle lui dire...

- Que vas-tu dire à Daemon ?

Tu étais peut-être indiscrète mais là il fallait que tu saches, qu'allait-elle faire ? C'était une façon de savoir si elle était vraiment prête à le faire, si elle prenait la teneur de cette décision. Tu te dirigeais vers un placard pour prendre une veste pour la belle, ainsi qu'un pantalon. Tu ne savais pas si elle voudrais d'un t-shirt pour se changer, mais tu lui tendais les quelques affaires pour qu'elle puisse enfiler quelque chose sur ses jambes meurtries, et une veste pour lui tenir chaud.

Ton sang pulsait dans tes veines, tu étais angoissée, tu ne savais comment allait se dérouler le reste de la soirée, mais il était temps de partir. Tu te tournas vers elle et lui dit :

- On y va si tu veux Lore...

Au bord des larmes par l'angoisse et d'un geste rapide tu lui sauta au cou en quelque sorte, pour la serrer contre toi une nouvelle fois.

- J'ai eu tellement peur... Je ne veux pas te précipiter, on y va quand tu veux... Excuse moi si je suis trop... Enfin voilà...

Tu te ressaisis pour te diriger vers le frigo et prendre une bouteille d'eau pour servir un verre à ton amie afin qu'elle boive un coup, elle en a surement besoin, toi il te faudrait un truc beaucoup plus fort...

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Lun 10 Sep - 9:49







Il n'y avait pas grand chose à dire de plus. Elle avait décidé de faire confiance à Theya, de prendre le risque de se montrer dans tous ses états davant elle. Qu'avait-elle à craindre ? Elles étaient amies après tout et il y avait forcément une raison à tout cela. Loredana n'avait jamais accordé sa confiance si rapidement à une personne. Pourtant, il y avait chez cette Poufsouffle quelque chose en plus, une lueur dans les yeux qui montrait que c'était une personne entière qui ne voulait de mal à personne tant qu'on ne la cherchait pas. La Gryffondor était la même personne, en plus nerveuse peut-être, mais il y avait quelque chose de similaire entre-elles et c'était la raison pour laquelle Loredana lui faisait aveuglément confiance. Une sentiment de sécurité était apparue au plus profond d'elle-même. Son âme était en perdition et son amie était là pour lui faire retrouver son chemin.

C'était pour cela qu'elle se confiait autant ce soir. N'importe quelle question de Theya aurait trouvé une réponse. Il n'y avait pas de filtre, pas de retenue, parce que la jeune femme savait qu'elle avait besoin d'aide et que pour l'obtenir, il fallait qu'elle se lâche, qu'elle crache sa haine, qu'elle parle de ses craintes, de sa peur de l'avenir et notamment de son avenir avec Daemon qu'elle ne percevait plus désormais. C'était comme lorsque Matt lui avait lancé un Legilimens pour s'assurer qu'elle n'était pas dans l'Allée des Embrumes pour faire un mauvais coup. Elle avait vu ses souvenirs les plus profonds dans un désordre qu'elle n'avait pu remettre en place. Un brouillard incessant qui l'avait rendu confuse  durant quelques minutes... et donné une bonne migraine en prime...

Ce soir-là, elle n'avait pas envie de refouler les souvenirs, il fallait qu'elle laisse tout, qu'elle lâche prise et qu'elle fasse enfin face à ses problèmes. C'était la solution pour qu'elle pense enfin à son avenir. La BAM était un bon travail, mais elle ne voulait pas en faire son métier définitif. Non. Ce qui intéressait Loredana, c'était les Potions, mais elle n'avait jamais encore pensé à cela. Comme si sa vie avait simplement été mise en pause le temps de quelques années. Sauf que ce soir, elle avait enfin compris qu'elle n'avait qu'une vie et qu'un seul faux-pas pouvait y mettre un terme. Vivre sa vie. Se soigner et vivre sa vie. C'était ce qu'elle devait faire. Ne plus s'arrêter devant le moindre obstacle, ne plus choisir la facilité et accepter de se battre. Parce qu'elle était obstinée, forte et croyez-le ou non, Loredana est une fille extrêmement drôle. Seulement, ses maux ancrés en elle, elle ne parvenait pas à les panser. Il fallait qu'elle travaille là-dessus, qu'elle redevienne elle-même et qu'elle se reconnaisse devant son reflet dans le miroir.

Quitter Daemon pouvait être une décision extrême et Theya ne partageait pas le point de vue de son amie. Évidemment, on part toujours du principe qu'il est important d'être entouré, de se sentir soutenu et de ne pas abandonner les gens qu'on aime. Mais c'était du pur égoïsme de s'acharner et de s'accrocher aux gens. Si Daemon la voyait dans cet état... elle ne voulait même pas y penser parce qu'elle savait ce qu'il se passerait. Il serait mal, très mal même et il se donnerait corps et âme pour être sûre qu'elle se relève. Et ses études dans tout cela ? Il les négligerait sans doute, perdrait du temps et finirait sûrement par le regretter. Qu'il vive sa vie était plus important que de rester prêt d'elle. Impuissant.

- Non, inutile d'essayer de m'en empêcher, je t'assure qu'il mérite vraiment de vivre sa vie loin de tout cela.

Theya lui demanda ce qu'elle comptait dire à Daemon. Loredana avait laissé le silence s'installer, regardant par la fenêtre où elle avait failli sauter. Sa tête commençait à lui faire mal, la descente était toujours un mauvais moment à passer. Elle ignorait tout ce que ça lui procurait de désagréable et réfléchit simplement à la question de son amie. Elle avait raison. Qu'allait-elle dire à Daemon « Salut, j'te quitte parce que j'ai failli crever donc j'vais à l'hosto, mais t'inquiète, vis ta vie, va ! »Non. Parce qu'il resterait s'il savait tout cela. Il refuserait de s'éloigner et elle le connaissait assez bien pour savoir à quel point il pouvait être têtu et à quel point leur envie d'avoir raison à tous les deux étaient souvent la source de leurs disputes. Il fallait qu'elle soit plus intelligente que cela et qu'elle trouve une excuse qui empêcherait Daemon de la retenir. Une idée lui était venue en tête. Quand on connaissait Loredana, c'était tout à fait cohérent.

- Je peux dire que je m'en vais, que je quitte le pays sur le champ parce que je ne tiens plus ici. Il sait à quel point j'ai été enfermée durant mon enfance et à quel point j'ai envie de bouger, de voyager. Si je dis que je ne suis pas heureuse ici, à Londres à attendre qu'il termine Poudlard, je pense qu'il ne pourra pas me retenir. Il m'en voudra de rompre aussi brutalement, mais je sais qu'il ne pourra pas  me retenir bien longtemps si je lui sors ce genre d'excuse.

Elle ne laissa pas Theya réagir de suite.

- Écoute, je sais, je suis consciente que je ne devrais pas mentir, que je ne devrais pas me séparer de lui et tout ça... Mais faut se mettre à ma place... Je ne veux pas qu'il subisse ça, parce qu'il aura toujours cette image de moi et je ne me sentirais jamais à l'aise en sachant cela. Je veux qu'il se souvienne de moi comme l'aventurière, celle qui n'a peur de rien. Même s'il me déteste, il aura quand même plus de bons que de mauvais souvenirs de notre relation. Je t'assure qu'il a toujours été presque parfait. Si tout ce que j'ai à lui donner en retour c'est de la souffrance, ce n'est pas la peine. Quand il se sera remis de la rupture, les bons souvenirs referont surface dans sa tête. Je suis certaine de cela.

Elle se trompait, mais elle ne le savait pas encore. Elle voulait juste le protéger de tout cela. Maintenant, il fallait qu'elle aille se faire examiner, qu'elle affronte ses démons. Theya lui avait sorti quelques affaires du placard. Elle enfila tout cela et se dirigea dans la salle de bain afin d'effacer les traces de rimmel qui avait maquillé son visage plus pâle que d'ordinaire. Son regard se posa malencontreusement sur le grand miroir qui laissait apparaître sa silhouette. Elle était maigre, devait avoir perdu une dizaine de kilos. La sportive fan de Quidditch avait laissé place à une pauvre fille au corps abîmé. Elle avait envie de mettre un coup de poing à ce fichu miroir. Ses poings se serraient, elle sentait les ongles rentrer dans sa peau et son pouls s’accélérer, de même que sa respiration. S'énerver n'était pas la solution. Elle souffla un bon coup et détendit ses membres afin de retrouver son calme.
De nouveau dans le salon, elle enfila sa veste et s'apprêtait à partir lorsque Theya la prit dans ses bras d'un geste presque désespérer. Loredana répondit à l'étreinte, s'excusant par ce geste que lui faire subir tout cela. Mais elle avait besoin d'elle, c'était vitale. Elle avait besoin d'une amie.

- Ne t'excuse pas, je ne voulais pas t'entraîner dans tout cela. Je te remercie vraiment...

Elle but le verre d'eau qu'on lui avait tendu. Elle avait soif oui et était tellement fatiguée...

- On y va alors...

La porte de l'appartement s'ouvrit et les deux jeunes femmes sortirent en silence. Le trajet jusqu'à l'hôpital ne dura que quelques minutes. Arrivée devant, Loredana s'arrêta, les membres de son corps s'étaient crispés. Qu'allait-on lui  faire ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Mar 11 Sep - 22:26







Une confiance aveugle s'était faite entre vous deux, dès le premier soir. Elle t'avait sauvé, alors qu'elle aurait put être effrayée, mais non, elle avait accouru. Ta sauveuse, elle le resterait pour toujours. Bien que ce rôle serait mit entre parenthèse pendant quelques temps, la réalité prenait le dessus. Désormais, c'est à toi d'être la bonne fée, de l'aider dans cette épreuve, de la sauver. Sauver oui tu l'avais déjà fait quelques minutes plus tôt, mais maintenant il te fallait l'aider à guérir, toi seule devait le faire. C'était probablement la tâche la plus difficile que tu aurais à accomplir.

Ta rémission avait été très difficile, et à vrai dire elle n'était pas encore complète. Le temps avait fait son devoir, et tu avais réussi à passer à autre chose, grâce à l'aide de ta mère, des nouvelles rencontres comme celle de Loredana, mais aussi les évènements de la vie. Oui, car la mort de ton père avait facilité tout ça, tu savais pertinemment que s'il était encore de ce monde, tu aurais surement rejoins tes ancêtres dans les cieux. Tu ne serais qu'une petite étoile dans la nuit, au détriment de l'être sur Terre.
Ton besoin d'attention n'était plus autant nécessaire qu'avant, c'était ton tour d'aider autrui, et ça commencerait par ton amie.

La métaphore de l'étoile, de l'étincelle dans la nuit, oui, tu serais cette petite étoile qui brillerait pour Loredana. Dans ces temps obscurs, tu seras là, pour l'encourager, la faire rire, pleurer, aimer. Pendant un temps encore indéterminé tu seras tout ce qu'elle a, une famille. Une famille qu'elle n'avait pas vraiment eu, une enfance gâchée probablement, une vie peinée, personne ne devrait vivre ça. Évidemment que tu la comprenait quand elle te disait pourquoi elle quittait Daemon... Car toi aussi tu l'aurai fais, mais là ce n'était pas toi. C'était ton amie, et tu savais qu'elle allait souffrir, de cette rupture, et de tout ce qui l'attend...

Son idée de rupture n'était pas stupide, encore moins la raison qu'elle avait trouvé après un long silence, mais elle avait raison. Si elle quittait Daemon, il fallait qu'il garde l'image d'une Loredana belle, audacieuse, pleine de vie, drôle, tout ce qui l'avait fait tomber amoureux. La belle ne pouvait se permettre de le laisser pour les vraies raisons, il la retiendrait, forcément. Tu ne pouvais plus le nier, ils devaient se séparer, peut-être pour mieux se retrouver...
La croyance de l'âme-sœur tu n'y avais jamais vraiment réfléchis, mais il est certain que si leur chemin se croise de nouveau, et qu'ils se remettent ensemble, ça sera probablement pour la vie. Et là tu crierais « Hallelujah », car ce moment tant attendu serait enfin arrivé. Loredana serait entière guérie, et ils pourront vivre heureux et avoir beaucoup d'enfants, telle est l’achèvement du conte de fée.

Tu savais que la vie n'était pas un conte de fée, depuis toujours, et encore maintenant avec Loredana, à chacune de ses paroles, tu hochais la tête, avec un regard compatissant, transmettant dans tes yeux une certaine forme de tristesse. La fin d'une époque pour Loredana, la fin d'une époque peut-être pour toi aussi, et ton soutien lui sauvera la vie, une nouvelle fois.
Tu tournais, en rond dans la cuisine, pendant qu'elle enfilait ce que tu lui avais tendu, qu'allait-il se passer, dans cet hôpital... Toi même tu t'en inquiétais. Et il fallait aussi que tu te débrouilles pour que Loredana et toi puissiez aller voir Daemon... Bon sang. Ça aussi, ça va être quelque chose...

Elle réapparaissait près de la porte d'entrée, contre toi, pour te remercier, avant de prendre la porte et de descendre les marches pour atterrir sur la terre ferme. Déambulant dans les rues londoniennes de ce quartier chic et bondé, partant à la recherche de cet hôpital. Une fois devant tu voyais la belle pétrifiée, elle avait probablement peur. Il fallait que tu lui apporte ce petit geste, rassurant, et une douce parole, qui ferait beaucoup pour la décrispé, et se lancer à passer les portes de cet hôpital. Alors tu lui saisis le bras, en l'enlaçant autour du tien dans une caresse. Et tu la regardais, pour calmer sa panique.

- Lore, je suis là, regarde moi, on y va ensemble, je suis avec toi et je ne te laisse pas. Respire, je ne te lâcherais pas, viens, pas à pas. On prendra le temps que tu veux.

Tu voyais dans ses yeux son regard apeuré, mais tu connaissais la Loredana qui se cachait en ce moment, elle était courageuse, forte, une battante. Et tu savais que ce courage, ce pas, elle le ferait. Et tu la regardais, un premier pas, que tu suivais, puis deux, et un enchaînement de pas, jusqu'à se retrouver face aux portes. Les pupilles dilatées de la belle reflétaient son angoisse, une fois de plus tu la regardais pour qu'elle t'imite prendre une profonde inspiration, et passer les portes ensemble.
Révélant un bureau d'accueil, un hôpital blanc, propre, tout ce qu'il y a de plus normal. Et tu la maintenait toujours grâce à ton bras enlacé, faisant des pas lent mais contrôlés, pour qu'elle arrive à s'adapter, à prendre conscience, et qu'elle ne soit pas terrorisée. Arrivée devant la jeune femme qui se trouvait à l'accueil, un bonsoir à l'unisson, patientant que Loredana prenne les devant, ou l'interrogeant du regard, savoir si elle se sentait de décrire la situation, ou si elle préférait que tu t'en occupe. Ces secondes paraissaient une éternité, mais un cap venait d'être franchi, vous étiez dans l'enceinte de l'hôpital.

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Mer 12 Sep - 17:42






Certaines choses étaient difficiles à expliquer. Pourquoi le ciel est bleu ? Pourquoi les animaux ne parlent pas ? Comment un objet a-t-il était ainsi nommé ? Pourquoi Loredana a-t-elle tenté de se suicider ? Bon. Il ne s'agissait pas d'une réelle tentative de suicide, mais Theya l'avait-elle remarqué ? Était-elle parvenue à déchiffrer le visage dénué de toute émotion de la jeune femme qui s'était tenue debout sur le rebord de sa fenêtre ? Que pensait-elle en fin de compte ? On savait parfaitement ce qu'il se passait dans la tête de Loredana, mais qu'en était-il de la Poufsouffle ? Allait-elle la regarder comme une malade le reste de sa vie où est-ce que ce souvenir douloureux s'estomperait avec le temps ? Allait-elle bien ? C'était tout de même une question à poser à une fille qui venait de sauver la vie de son amie.

Ce rayon de soleil qui lui avait donné une chance de vivre encore. Cette bouffé d'espoir qu'elle lui avait donné sans s'en rendre compte. Il y avait une raison pour que Loredana accepte son aide et accepte de se rendre à l'évidence et de se faire soigner. Il y avait une raison pour qu'elle ne veuille qu'elle pour l'aider dans cette épreuve. Au fond d'elle-même, Theya avait bien plus d'importance qu'elle ne le pensait. Parce que depuis Luna, elle n'avait pas eu de véritables amis à qui elle pouvait se confier sans aucune limite. Elle savait que Theya l'écouterait et vis-versa. Elle avait Eden, bien sûr, mais lui n'était pas le meilleur parleur qu'elle connaissait. Quant à Daemon... c'était bien plus compliqué que cela et elle ne saurait dire exactement pourquoi elle ne voulait pas de lui dans cette épreuve. Elle savait qu'il aimait la voir forte, il aimait la fille courageuse qu'elle était et avait toujours admiré ce trait de caractère chez elle. Qu'allait-il aimer s'il savait qu'elle n'avait plus rien de tout cela ?

Theya lui donnait encore du courage, lui rappelant qu'elle n'était pas seule et qu'elle ne la laisserait pas. Loredana se sentait soutenue, mais avait déjà peur, en pensant au fait que la Poufsouffle allait devoir retourner à Poudlard. Elle se sentait pour l'instant faible et incapable de se retrouver seule face à ce genre de situation. Pourtant, il allait falloir qu'elle retrouve son courage et qu'elle se batte. Elle laissait Theya l'entraîner à l'intérieur de l'hôpital moldu dans lequel l'ex-Gryffondor pénétrait pour la toute première fois. La peur au ventre, les deux jeunes femmes s'approchèrent du bureau d’accueil. Son amie voulait sûrement qu'elle parle elle-même, mais la honte et la gêne avaient envahies tout le corps de la jeune femme. Elle ignorait comment expliquer cela. Toutefois, la jeune femme de l'accueil semblait à peu près comprendre ce qu'il se passait ou du mois... en partie. Elle s'était approchée et avait doucement attrapé Loredana par le menton afin d'observer ses yeux rouges et ses pupilles dilatés.

- Qu'est-ce qu'elle a pris ?
Demanda-t-elle à Theya comme si Lore était incapable de répondre.

D'ailleurs, elle était un peu énervée. Elle avait quand même l'usage de la parole et était tout à fait apte à parler. Mâchoire crispée, poings serrés, c'était pas vraiment le jour pour la chauffer. Loredana s'était contentée de la fixée d'un air mauvais. La jeune femme la lâcha et s'éloigna, disant qu'elle allait chercher un « médecin » qui s'occuperait d'elle. Sûrement un terme moldu pour désigner les Médicomages...
Tourné vers Theya, Loredana avait repris un air inquiet.

- Regarde, elle me traite comme si j'étais incapable de répondre ! C'était une mauvaise idée de venir ici...

Elle se laissa tomber sur une chaise et plongea sa tête dans ses mains. Sa tête lui tournait. Elle voulait retrouver ses esprits. Elle voulait y voir clair. Il y avait bien trop de nuages gris dans son ciel. Il fallait simplement espérait qu'aucun orage n'éclate de nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Ven 14 Sep - 23:58


 





Tu avais froid, était-ce la climatisation, cette soirée, ta température corporelle, ou tout simplement la peau de Loredana et les scènes que tu repassais en boucle. Tu entendais la voix de cette femme, qui osait toucher Loredana, si ça avait été toi tu l'aurais probablement déjà giflé. Ton amie n'était pas à l'aise, la simple secrétaire te demandait ce qu'elle avait pris, mais tu avais juste envie de lui répondre « Ne me demande pas à moi grognasse, elle sait parler. »

Ce genre de comportement t'agaçait, c'était pas le moment. Pas le moment de prendre Loredana pour une faible, car elle ne l'était pas. Elle était malade, avait besoin d'aide et de soutien. Ces gens qui considérait les gens comme toi et Loredana comme des gens fragiles, devraient pourrir en enfer. Ton père pensait ça, et rien ne te mettait plus hors de toi que ce comportement. Il n'était pas l'heure de montrer à Loredana cette face de ta personnalité, elle n'en avait pas besoin.

Tu ne daignas même pas répondre à la secrétaire qui était partie chercher un médecin en voyant les yeux bouffis de Loredana, « Stupide, faut pas sortir des grandes écoles pour savoir qu'elle est droguée, peu importe à quoi. » Ton attention se focalisait sur la belle, seulement sur elle. Qui regrettait d'être venue, à cause du comportement de cette femme, à sa place tu aurais pensé pareil mais non. Elle n'est pas médecin, on s'en fout d'elle. Tu la regardais s'asseoir sur un siège, et tu la suivais, t'accroupissais face à elle et saisissais son poignet pour lui parler, qu'elle te regarde dans les yeux, et que tu puisses l'hypnotiser pour la contrôler, la sortir de cette phase.

- Écoute moi, elle est conne, ne l'écoute pas. Un médecin va venir, je peux lui expliquer si tu veux, mais tu peux aussi parler de toi même, c'est comme tu le souhaite. Je suis là, je ne te laisse pas. Pour rajouter un brin de sarcasme tu rajoutais, et si tu veux que je me la fasse la grognasse, aucun problème.

Heureusement pour toi, la secrétaire venait à peine de franchir les portes accompagnée d'un médecin, grand, brun, barbu, jeune. Plus âgé tout de même, mais jeune, la trentaine environ.

- Bonsoir Mesdemoiselles, je suis le docteur Brown, c'est moi qui m'occuperait de vous, si vous voulez bien me suivre, je vais ausculter celle qui en a besoin. Sophia vous pouvez retourner à votre poste.

D'un air contrarié il renvoyait la secrétaire, comme s'il avait deviné sa manière de se comporter, alors que tu te présentais pendant que toi et Loredana suiviez le jeune homme vers les portes battantes.

- Je suis Theya Alomora tu jetais un coup d’œil à ton amie comme pour lui demander l'autorisation et d'une voix frêle tu l'entendais dire...

Tu entendais la voix hésitante de ton amie qui se presentait, et tu étais fière,.Qu'elle fasse ce pas, ça ne paraissait peut être rien pour elle mais en vérité c'était beaucoup. Franchir les portes de cet hôpital, adresser la parole au médecin, tout ça était énorme. C'était un grand pas, le pas le plus compliqué sans doute. Mais tu la maintenais grâce à ton bras qui enveloppait le sien, l'accompagnant jusqu'au lit que le médecin indiquait pour l’ausculter.
Tu la faisais s'asseoir sur le matelas blanc, les néons hospitaliers moldus que tu connaissais trop peu heureusement pour toi, mais qui étaient bien trop puissants pour cette heure de la nuit. Tu te penchais vers ton amie pendant qu'elle s'allongeait pour que le médecin s'occupe d'examiner ses pupilles avec la petite lampe torche qu'il avait dans sa blouse.
Puis tu murmurais, en lui tenant la main :

- Je suis là Lore, je serais toujours là, je ne te lâche pas, jamais.

Cette promesse tu en connaissais la teneur, ce n'était pas dit à la légère, c'était réel. Jamais, jamais tu ne la laisserais tomber. Peu importe les péripéties de vos vies, peu importe ses décisions, après cette soirée tout était différent, tout serait différent. Ce n'était pas un serment inviolable, mais l'importance de tes paroles étaient tout comme.



Dernière édition par Theya Alomora le Mer 19 Sep - 14:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Lun 17 Sep - 9:20






Elle n'aimait pas l'ambiance que dégageaient les hôpitaux en général. Ici, c'était bien différent de Ste Mangouste. L'odeur était vraiment... désagréable et elle hésitait à prendre ses jambes à son cou et partir loin, loin de tout cela. Malgré tout, ce serait revenir en arrière et il fallait qu'elle arrête avec tout cela. Elle sentait la présence de Theya auprès d'elle. Elle tentait d'être optimiste et avait sans aucune doute remarqué la malaise de Lore face à la secrétaire. Il ne fallait pas qu'elle pense à cela. Le médicomage moldu ou médecin si l'appellation moldu est celle-ci, allait bientôt arriver et elle espérait qu'il puisse l'aider à ce sortir de son addiction et à savoir si elle avait réellement un problème où si c'était uniquement dû à son imagination.

Loredana essayait de souffler et avait affiché un léger sourire en direction de son amie. Pour montrer qu'elle prenait en compte tout ce qu'elle lui disait, même si pour le moment, il était compliqué pour elle de s'exprimer pleinement avec des mots ce mois. Au bout de quelques instant, la secrétaire revint avec un homme d'une trentaine d'année, vêtu d'une blouse blanche. Il se présenta rapidement et Theya en fit de même. Puis elle laissa la jeune femme se présenter à son tour d'une manière hésitante, peu confiante de ce qui allait se passer par la suite. Il n'était pas compliqué de savoir laquelle des deux étaient la personne à ausculter. Le médecin l'avait sans doute remarqué puisqu'il regardait Loredana avec un sourire rassurant qu'elle ne lui rendit pas.

Ils se dirigèrent ensemble vers l'endroit où il allait l'examiner, probablement afin de voir si tout allait bien physiquement parlant. Elle s'était allongée sur le lit. L'ambiance était bien trop blanche à son goût et la lumière était trop forte. Cela ne lui plaisait pas. Lorsque le médecin examina ses pupilles, elle se crispa et entendit de nouveau la voix rassurante de Theya qui lui affirmait qu'elle serait là et qu'elle ne la laissait pas tomber. Elle se devait de la croire, c'était une chose à laquelle elle se raccrochait. Le Docteur Brown ne parlait pas pour le moment, se contentant d'écouter son cœur, de prendre sa tension etc...

- Depuis quand consommez-vous ?
Lui demanda-t-il. Il avait directement deviné.

Loredana laissa s'installer un léger silence.

- Un an... A peu près.


- C'est fréquent ?


- Uniquement lorsque je me sens seule.

Le médecin regarda la jeune femme qui affichait une expression neutre. Comme si elle ne croyait pas elle-même à ce qu'elle disait.

- Vous vous êtes décidée à vous soigner ?

- Oui je... Enfin... ça a été trop loin ce soir... Theya m'a trouvée sur le rebord de la fenêtre, prête à sauter. Pourtant, je n'ai pas envie de mourir... Alors je n'ai plus le choix il faut que je réagisse.

Il acquiesça avant de regarder Theya.

- Tout va bien de votre côté ? Je peux comprendre que ce ne doit pas être évident d'être à votre place..

Loredana regardait le sol pendant que Theya répondait au médecin. Elle se perdit un instant dans ses pensées. Allait-elle pouvoir rentrer avant de commencer le travail vers la guérison ? Allait-il accepter qu'elle s'en aille le temps de voir Daemon ? Qui allait s'occuper de ses animaux ? Allait-elle devoir tous les confier à Daemon ? Ou est-ce que Theya accepterait de prendre soin d'eux le temps qu'elle aille mieux ? Et la BAM ? Comment allait-elle les prévenir ? Tant de questions auxquelles elle était incapable de répondre pour le moment.

- Miss Sparks ? Avez-vous des soucis dans votre vie ?

Après un nouveau silence, Loredana avait raconté au médecin le gros de son histoire, sans trop en dire et épargnant certaines choses, parce que ce n'était pas assez moldu pour qu'il comprenne. Elle parla de sa mère qui ne l'aimait pas, de son père qui ne faisait rien. Du jour où ils l'avaient virés de chez eux. De ces mois qu'elle avait passé à la rue... Elle parlait de ses excès de colère, qu'elle ne comprenait pas cette rage qu'elle avait en elle de temps en temps et qui se mélangeait à des périodes ou tout lui semblait simple. Deux sentiments très différents qu'elle ne comprenait pas.

- Je vois. Vous allez passer la nuit ici. Vu votre état, je pense qu'il est préférable que vous restiez en observation. Demain matin, nous allons commencer une série d'examen psychologique avant d'entamer le sevrage en début d'après-midi. Je ne vous dis pas que cela ne sera pas dur pour vous. Mais vous me semblait prête à vous battre alors j'ai confiance.

En entendant ses mots, Loredana comprit qu'il serait compliqué pour elle d'aller voir Daemon rapidement. Cela devrait attendre un petit peu. Quelques jours peut-être, elle ne voulait pas attendre trop longtemps sans lui donner de nouvelles.

- Vous restez pour la nuit vous aussi, ou vous souhaitez rentrer chez vous ? Dit-il en s'adressant à la jeune Poufsouffle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Theya Alomora
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Theya Alomora, Mer 19 Sep - 15:47





Ton soutien allait être déterminant, et il fallait que tu te montres aussi forte que tu l'avais connu, elle, ton amie. Les paroles du médecins n'étaient qu'un son de fond à tes oreilles, tels des acouphènes. Tu fixais Loredana de tes prunelles, tu ne voulais pas la quitter des yeux peut-être une façon de te rassurer de son état. Ou bien de percer ses pensées, savoir quelles étaient ses idées.
Elle était là, c'était l'essentiel, tu devrais t'en contenter. Mais tu savais que dans ce genre de moment on ruminait tout, on retourner les milles et une question de la Terre.

Les soucis du quotidien revenaient à ce moment là, avec une préoccupation bien plus importante qu'à la normale tu le savais. C'était pour cacher le vrai soucis de l'instant présent. Tu souhaitais le lui dire, lui faire comprendre, de ne pas se préoccuper de tout ça, que tu t'en occuperais. Peu importe les soucis qu'elle a, tu ferais ce qu'il faudra. Maintenant elle n'avait plus que toi... Tu étais responsable de sa personne, responsable de sa vie, de sa guérison. Tout ça était le plus important. Le reste n'est que futilité. De tes opales, tu essayais de lui transmettre tout le courage du monde, pour qu'elle tienne bon. Tu voyais ses lèvres répondre aux probables questions du médecins, que toi tu n'entendais plus. Tu étais concentré sur ton amie, le monde s'était arrêté depuis qu'elle était sur le lit d'hôpital.

Un soulagement de savoir que tu la savais dans les mains des médecins, mais aussi une préoccupation de devoir la laisser pour les cours à Poudlard le lendemain. Il fallait que tu t'assures du personnel compétant, et Loredana ne connaissait pas ce monde moldu... Toi oui, il fallait que tu prennes les choses en main. Que ça soit toi qui t'en occupe.
Tu prenais une posture plus gainé, droite, fermer les yeux un instant en les rouvrant dans la direction du médecin, fiers et déterminés. Un regard de femme qui savait ce qu'elle voulait, et tu avais presque envie de le gifler en entendant sa stupide question à ton attention. Tes sens reconnectés à ton cerveau, tu hallucinais. Tu fais quoi ? Ta narratrice te dirais bien de le découper en morceau et de le bouffer, mais ça serait pas très dans les règles.

Sérieusement, il te demande comment toi tu vas ? Mais on s'en fiche de comment je vais ! Ton regard lui lançait des blessures par balles dans les yeux histoire de lui faire comprendre le fond de ta pensée La ferme et occupe-toi de mon ami bougre d'âne (pour pas être vulgaire voyons) Serrant les poings pour contrôler ta rage, tu préférais garder le silence ou ton impolitesse allait avoir champ libre. Et tu voulais pas montrer ça à Lore, non, elle n'en avait pas besoin. Tu préférais continuer de le regarder, le mitrailler du regard, histoire qu'il comprenne l'erreur de sa question à ton égard. C'était vraiment pas le moment de t'énerver, tu avais la tête à autre chose.

Comprenant à priori ta colère il retourna son attention à Loredana pour lui demander si elle avait eu des soucis, elle lui racontait son histoire, d'un point de vu moldu évidemment. Et toi tu écoutais douloureusement, fixant cette fois d'un regard vide la blouse du jeune homme, une enfant non aimée, délaissée, abandonnée. Le regard embrumé tu imaginais la petite Loredana, une jeune fille perdue, dans une famille compliquée. Une Loredana mise à la porte, vivant dans la rue. La colère se décuplée, une fois de plus, une haine pour ces parents, ces parents irresponsables qui avaient osé mettre leur enfant dans une telle situation. Loredana avait failli mourir à cause des dégâts du passé, à cause d'eux. Tu te mordais la langue, pour éviter d'exploser de nerfs et d'aller voir ces personnes pour leur dire leur quatre vérités. C'était inutile, tu n'avais pas le pouvoir de changer les gens, et ton aide allait être bien plus utile ici. Il fallait que tu reste avec elle, cette nuit, tu ne pouvais pas la laisse tomber ce soir, et toi tu ne pouvais pas la quitter après ce qu'il s'était passé, ce que tu avais vu.

Un problème persistait toujours... Elle t'avait demandé qu'elle puisse voir Daemon après avoir été ausculter. Il voulait la garder en observation ce qui en effet était préférable, mais tu savais qu'il fallait qu'elle le voit, plus que tout... Peut-être que ça allait lui faire changer d'avis... Peut-être resterait-elle finalement avec lui, qu'elle ne le quitterait pas... Mais comment faire ? Il fallait trouver une solution, et rapidement.

- Oui je reste cette nuit avec elle, je ne la laisserai pas. Néanmoins un problème se pose. Lore tu te rappelles on avait ce rendez-vous important, est-ce que tu veux que j'essaie de contacter la personne pour qu'on essaie de la voir ? Docteur, est-ce possible de s'absenter une petite heure elle et moi pour que l'on puisse régler ce petit soucis ?

Tu avais pas le choix, et ça n'allait pas plaire à Jace. Fallait que tu fasses du charme. Tant pis, il n'en saurait rien. Ton regard se faisait plus doux, séducteur, perçant. Tu t'asseyais à côté de Loredana sur le lit, proche du médecin, révélant le décolleté de ta chemise blanche salie par le mascara. Tes joues rosissaient, et tu faisais basculer tes cheveux sur le côté en te passant les doigts dedans. Clairement là, t'étais prête à tout pour ton amie. Même à draguer le médecin. J'en reviens pas moi même. Tant pis pour les bonnes manières, mais non. Ça ne marcherait pas.

Un sourire en coin aguicheur de la part du médecin, qui te chuchoter :

- Il en est absolument hors de question. Bien Miss Alomora, nous allons préparé un lit pour que vous restiez cette nuit auprès de votre amie.

Quel refoule, en même temps fallait s'y attendre. Le médecin avait beau l'air jeune et toi faire plus que ton âge, il faisait son métier et toi, bah tu l'avais mitrailler du regard quelques minutes plus tôt. Tu auras essayé au moins. Regardant le médecin partir en vous indiquant de vous reposer et de dormir, d'autres personnes en blouse blanche faisaient leur entrées pour préparer un lit d'appoint. Des aides soignantes, elles s'étaient présentés et vous avez salué gentiment après leur arrivée. Une fois seules, tu te tournais vers Loredana, un regard désolé, de ne pas avoir pu la faire voir Daemon. Et tu t'excusais, car c'était tout ce que tu pouvais faire à ce moment là.

- Pardon Lore, j'ai même tenté la drague comme tu l'as vu mais ça a pas marché... Je suis désolée, si tu veux je pourrais aller le voir demain ? Si tu veux que... J'en sais rien à vrai dire... Mais il faut que tu le vois, ça oui. Excuse-moi...

Ton regard s'attardait sur tes mains jointes contre le drap du lit de ton amie, tes excuses sincères n'arrangeraient pas les choses mais tu lui avais promis qu'elle pourrait le voir, et ce n'était pas possible... Je fais une bien piètre amie, moi qui le lui a promis...
Tu pris ton courage à deux mains car inutiles de voir deux âmes égarées dans la même pièce, tu regardais Loredana pour lui donner ta force et le courage malgré tout.

- Je serais là ce soir Loredana, comme tu as pu le voir ils m'ont préparé un petit lit juste à côté du tiens. Je ne bougerais pas, je resterais là, même si je ne dois pas dormir. Demain matin je serais là à ton réveil, maintenant il faut que tu te reposes Lore.

Tu te penchais en avant pour déposer un petit baiser sur son front, un baiser qui se voulait rassurant, mais après avoir éteint les lumières tu retournais t'asseoir près d'elle, la tenir par la main, et lui montrer ton soutien pour la nuit qui vous attendez. Le lit d'appoint ne te servirais pas, car tu resterais assise là, près de ton amie, pour qu'au réveil elle sente encore ta présence, et non pas l'abandon perpétuel de son enfance.

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Dans un quartier de riches

Message par : Loredana Sparks, Mer 3 Oct - 17:24





Sorrrryyyy pour le retard !

Elle avait la tête baissée. Ne souriait pas, n'avait aucune envie de montrer un signe de bonne humeur à cet instant précis. Il était temps de laisser tomber le masque et de se rendre à l'évidence. Rien n'était à sa place dans sa tête et elle devait accepter et respecter les règles...pour une fois. Alors elle ne chercha pas à contredire le médicomage moldu et se contenta de regarder ses genoux amaigris. Elle avait l'impression de faire un mauvais rêve et que le réveil n'arrivait pas. Avait-elle vraiment failli sauter ? Avait-elle réellement parlé de rompre avec Daemon pour le laisser vivre sa vie ? Ou était-ce le fruit de son imagination ? Après tout, si elle était vraiment folle, peut-être que son esprit pouvait lui jouer des tours. Lui envoyer de fausses images qu'elle ne saurait pas remettre en place. Confondant le rêve et la réalité.

Toutefois, son amie Theya avait bien la tête sur les épaules et comptait bien tenter quelques petites choses afin d'essayer d'obtenir une rapide autorisation de sortie. Loredana devait parler à Daemon, Theya semblait tenir à cela. Elle hallucinait. La jeune Poufsouffle était clairement en train de séduire l'homme pour qu'il accepte de les faire sortir. Malgré elle, l'ex-Gryffondor ne pouvait s'empêcher d'esquisser un sourire. Chose qui lui aurait semblé improbable une minute plus tôt. Pourtant, elle avait toujours été le genre de personne à ne pas respecter les règles. Raison pour laquelle elle n'était pas restée préfète très longtemps. Alors, dès qu'elle voyait quelqu'un agir de manière insolente, cela avait le don de l'amuser. Les circonstances importait peu.

Malheureusement, le moldu était quelqu'un de professionnel. Bien que légèrement déboussolé par la situation, il avait répondu de manière ferme : Loredana ne pourrait pas quitter l'hôpital sans avoir commencé son sevrage et sans les séries d'examens qui détermineraient sa santé mentale. Il sortit de la pièce. La jolie brune s'était excusée auprès de la malade, chose ridicule, mais elle se contenta de sourire, tout de même déçue que cela n'ait pas fonctionné. Malgré tout, elle n'était pas le genre de personne à abandonner si rapidement. Si elle ne pourrait pas le voir de suite, elle le verrait plus tard, mais elle ne cesserait de demander une autorisation de sortie. Elle devait au moins lui dire au revoir. Ne voulait pas le laisser sans nouvelles, disparaître sans laisser de traces, il ne s'en relèverait pas. En mettant fin à leur relation, elle lui laissait la possibilité de se remettre et de recommencer sa vie. En partant sans rien dire, il serait à sa recherche et cela lui prendrait toute son énergie. Elle ne voulait pas cela pour lui.

- Je trouverai un moyen. Je ferai le mur, je m'en fous. Je ne peux pas le laisser trop longtemps dans l'ignorance. Et je ne veux pas qu'il vienne ici. Alors dans tous les cas, j'irais le retrouver !

Elle s'allongea. Son dos était endolori, ses paupières étaient lourdes. Elle était épuisée par tout ce qu'il venait de se passer et avait vraiment besoin d'une nuit de sommeil pour retrouver pleinement ses esprits et être capable de réfléchir.

- Merci en tout cas, je suis vraiment désolée de te faire endurer tout cela... C'est juste... Tu es la seule personne en qui j'ai réellement confiance, Daemon mis à part...

Son cœur se serrait en prononçant son prénom. Se séparer de lui allait être la chose la plus difficile qu'elle n'ait jamais faite. Elle se tourna de façon à ce que Theya ne voit pas son visage. Des larmes s'étaient remises à couler sur ses joues. Elle n'avait pas vraiment la force de les retenir. Elle ferma les yeux et finit par s'endormir. La dernière image étant le sourire de Daemon, sourire qu'elle ne verrait probablement plus désormais...

Fin du RP, merci ma Filleule ♥
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Arnaud Meula, Lun 8 Oct - 15:28



La Traque - Découverte



Sujet Dispo, je pique. PV Lou

Londres,
Date inconnue,

CRAC

Le bruit sourd du transplanage déchire le calme de la ruelle londonienne dont je visais mon arrivée. Je ne voyage que de nuit habituellement, mes repères se sont améliorés dans le camouflage et la magie sur l’environnement m'aide à rester dans un brouillard de mystères.

Londres... Cela fait quelques semaines que je n'y suis plus venu, ma maison gérée par James se situe à quelques rues, peut-être que je devrai y faire un saut au retour, voir comment il va et essayer de me rappeler certaines choses.

Mmmh...

Une interrogation me pris quand je sortis de la ruelle pour me retrouver dans l'avenue d'un quartier Londonien assez chic. Je n'aime vraiment pas cela, j'aimerai attirer l'attention le moins possible et mes vêtements ne sont clairement pas adaptés à cette situation. D'un pas rapide, je me dépêche alors à aller vers cette maison, la maison où habitait une Meula dont j'avais oublié l'existence, une autre Meula à assassiner de sang-froid et à laisser pour le démon intérieur.

J'ai entendu parler de cette "tante" côté paternel lors de son remariage, à une certaine famille qui m'est inconnue, j'espère donc qu'ils ne se mettront pas en travers de ma route, je devrai peut-être songer à la ruse et revenir de nuit quand le monde est endormis et quand les ombres traversent les rues.

La maison se rapprochant, je relève légèrement mon chapeau pour laisser apparaitre mes yeux au grand jour. Le corps s'arrêtant sur le bas de porte, le bras se levant jusque la sonnette, voilà mon moment, un verdict qui tombera, est-ce que cette tante habite bien ici? Est-ce que le démon ressortira? La maison va t'elle finir en cendre?

La réponse ...

Revenir en haut Aller en bas
Lou Gaellen
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lou Gaellen, Jeu 11 Oct - 11:59


- Areuh !
- Ouais ... areuh ... tu saurais pas dire autre chose un peu ?
- Areuh !
- Ok, il n’y a pas la lumière à tous les étages là haut. Super les sujets de discussion avec toi !

Là dessus, ma petite sœur de cinq mois explose de rire. C’est communicatif en plus, je ne peux pas m’empêcher de sourire à pleines dents. Je regarde discrétement derrière moi pour m'assurer que ni mon père, ni ma belle mère ne nous voient. Puis je joue à "cacher - coucou". Juste parce que j'ai encore envie d'entendre son rire.

J'entends ma belle-mère qui vient dans le salon, où nous sommes tranquillement installées Zoey et moi. Bruit caractéristique des talons qui claquent sur le carrelage, on ne peut pas la rater. Alors j'arrête de jouer. Zoey pleure.

- Qu'est-ce que tu lui a encore fait hein ?
- Rien. C'est ta tête qui lui a fait peur ...

Les joues de Mary Meula s'enflamment à la vitesse de la lumière. On dirait un poivron rouge dans une robe de soirée. Zoey rit à nouveau.

- T’énerve pas comme ça ... ton maquillage va couler ...
- Espèce de ...

Elle ne peut pas finir sa phrase car mon père vient de rentrer à son tour dans le salon. Elle affiche un large sourire de façade tandis que son mari ajuste ses boutons de manchettes. Elle s'approche de lui en roucoulant pour arranger son nœud de cravate. Ecœurant ... Il fait un grand sourire en voyant Zoey.

- Alors, Lou, tu t'occupes bien d'elle n'est-ce pas ?
- Oui papa ...
- On sera revenu avant minuit. Tu peux te commander ce que tu veux pour diner. Tu ne la couches pas trop tard et tu lui donnes bien son biberon.
- Oui papa ...
- N'oublie pas de changer sa couche avant de la mettre au lit.
- Oui papa ...

Là dessus, la sonnerie de la porte d'entrée retentit. Je me lève d'un bond, ma petit sœur dans les bras qui se met à rire de plus belle, au grand damne de sa mère. Je m'élance dans l'entrée, file vers la porte et regarde par le judas. Ma belle-mère se précipite derrière moi et m'ordonne de ne pas ouvrir cette fichue porte. J'ouvre la porte.

Je me retrouve devant un grand type avec un chapeau. Il a le regard sombre. Il n'a pas l'air commode.

- Heu ... salut ... vous voulez quoi ?

Je sens Mary Meula se figer derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Arnaud Meula, Ven 12 Oct - 17:07



La Traque - Découverte



PV Lou

Quelques secondes à peine, le temps de couper tout sentiments et toutes émotions afin d'agir en étant dur et froid. La porte s'ouvre et un air froid et pesant s'affirment dans les secondes qui suivirent.

Une "gamine" se tenait là, face à moi, à me parler sur un ton familier, ce qui ne manqua évidemment pas de me froisser l'espace de quelques instants et juste derrière se tenait ma tante, la sœur de mon père, père qui avait rejoint l'au-delà depuis quelques temps désormais. Elle qui semblait déjà figé et terrifié de me voir, serait-elle au courant de quelque chose? Impossible, aucune preuve n'est resté et bientôt ma mémoire aussi sera ré-organisée.

Tante Meula, cela faisait un moment.

Un sourire bien psychopathe s'affichait alors sur mon visage, me libérant de mon couvre-chef et du foulard qui couvrait mon cou et ma bouche je laisse alors apparaitre totalement mon identité, mais on peut dire que je n'étais pas au bout de mes surprises, mes yeux glissèrent alors vers les bras de la mioche qui se tenait devant moi, une petite forme, assez répugnante pour moi et qui produisait un son désagréable.

Mmmh, Mini-Meula?

Un regard noir qui se jette sur la fille, Toi là, qui est le bébé? C'est le tiens?

Plus aucun membre Meula ne doit être en vie... Plus aucun... Je lancerai une chance à ma tante si elle accepte de changer de nom, mais je me suis juré d'en finir avec cette sombre famille qui n'a apporté que du mal dans son existence.

Le poing de ma fausse main en prothèse gauche se serrait, je n'ai que quelques secondes si je veux saisir ma baguette et profiter de l'instant de surprise, mais ainsi? En plein jour? Face à une ado avec un bébé dans les bras? Avec du monde dans la rue? Moi qui ai fait vœux de protéger le peuple à mon entrée au Ministère... La folie m'a changé à ce point?

Revenir en haut Aller en bas
Lou Gaellen
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lou Gaellen, Sam 13 Oct - 7:29


Tante Meula, cela faisait un moment.

Tante Meula ? Je regarde le type ôter son chapeau et son foulard, laissant apparaître un visage marqué par la souffrance. Ça se lit sur son visage mais aussi dans ses yeux. J’entends ma belle mère se rapprocher et je vois sa main se poser doucement sur la porte que je tiens encore moi-même. Mes yeux se détachent alors de l’inconnu pour se poser sur elle. Je ne l’avais jamais vue aussi tendue. J’ai envie d’accentuer encore plus son malaise.

- Tu ne nous avais jamais dit que tu avais un nerveux !

Elle braque sur moi un regard assassin. Je soutiens son regard, un air de défi sur le visage. Léger sourire aux lèvres. Que c’est facile de la mettre dans tous ses états ce soir. Mais le type met fin à cet échange silencieux.

Mmmh, Mini-Meula?
- Non ... Mini Gaellen !

Pauvre type... tu parles pas comme ça de ma petite sœur ! J’ai quand même l’intelligence de ne pas lui répondre ça. Je vois bien qu’il est instable. Qu’il peut être dangereux...

Toi là, qui est le bébé? C'est le tiens?

Je lui réponds dans un soupire d’exaspération.

- D’après toi cousin ? Je suis pas un peu jeune pour ça ? Non c’est sa fille à elle.

Je montre la belle-mère tendue d’un signe de tête. Elle respire comme si elle voulait m’en mettre une. Je crois d’ailleurs qu’elle meurt d’envie de le faire.

- Lou chérie, veux-tu bien la fermer deux minutes ... Arnaud, que me vaut le plaisir de cette visite ?

Elle affiche encore ce sourire hypocrite qu’elle maîtrise à la perfection. Elle ne semble pas prendre du plaisir ... au contraire.

Là dessus, mon père débarque comme une fleur. Large sourire sur le visage. Vrai celui-ci. Il passe son bras autour des épaules de sa femme. J’ai beau reprocher à mon père d’être absent de ma vie, de ne pas assez prendre soin de moi, j’admire sa capacité à rester lui-même dans ce genre de situation. Il est d’un naturel très chaleureux. Et même lorsqu’il ment il semble sincère.

- Bonjour Arnaud ! Ma femme m’a parlé de toi !

Il lui tend la main pour le saluer.

- Thomas Gaellen, enchanté.

Donc si je comprends bien mon père était au courant de l’existence de ce neveu et pas moi ? En même temps je ne me suis jamais vraiment intéressée à la vie de cette femme que je hais au plus haut point. Lorsqu’elle parle d’elle je prends un malin plaisir à ne pas l’écouter au contraire.

- Nous allions dîner en ville mais cela peut attendre ! Voulez-vous entrer et boire quelque chose ? J’ai de l’excellent whisky pur malt douze ans d’âge en réserve.

Il continue de sourire. Mary, elle, semble s’efforcer à garder son calme.

- Oui, bien sûr, Arnaud ... tu ... tu es le bienvenu ici.

Zoey, toujours dans mes bras, se met à rire de bon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Arnaud Meula, Sam 13 Oct - 20:16



La Traque - Découverte



PV Lou

Évidemment,

J'aurai du me douter que l'insolence de la fille allait s'accroitre avec mes questions, un regard perçant qui essaye de la comprendre se dessine alors sur mon visage. Il est vrai que je ne suis pas dans un costume comme au Mariage de mon ami Aidan ou dans une ancienne de mes tenues du Ministère, mais la tenue semblait faire son effet sur ma tante. Un regard remplis de la même terreur que celui de mon père quand l'étreinte de la racine se resserrait sur sa gorge...

J'étais au moins rassuré sur le bébé, un mini-"Gaellen" ? Celui-ci ne serait pas un problème pour moi, il ne faut pas que j'oublie la raison de ma venue et dans le pire des cas improviser quelque chose pour obtenir ce que je désires: être l'un des derniers Meula vivant dans ce monde.

Je m’abaisses alors légèrement vers la fille pour que mon visage arrive à sa hauteur et qu'elle comprenne que je ne suis pas particulièrement gai sur les liens de familles.
Tu peux oublier le "cousin", Arnaud ce sera parfait.

Ou sinon tu nourriras l'autre... Oups! Ma pensée a légèrement pris le dessus sur la situation, regard qui se lève vers l'homme qui vient d'arriver. Thomas Gaellen hein? Mmmmh, je ne connais pas grand chose à son sujet, son regard ne trahi aucune émotion, mais sa voix me semble fausse. Je ne tarde donc pas à saisir sa poignée de main en répondant à ce qui me semble être de pures sornettes.

Monsieur Gaellen, je suis assez surpris que votre femme... Ma tante Meula vous ai parlé de moi, en tant qu'ancien agent du Ministère, je n'ai guère eu de popularité dans la famille et je n'étais pas un sujet de conversation lors de nos "anciens" repas de famille.

J'imite alors son sourire, j'ignore volontairement chaque question et remarque de ma tante en gardant mon regard dans les yeux du mari.

Voyez-vous, même si la visite semble un peu surnaturelle, je suis venu vous féliciter pour votre mariage. Je ne suis point venu à cause de mon planning chargé suite à la subite mort de mes parents, mais je tenais à faire les formalités et ainsi m'assurer que ma tante soit heureuse ainsi, d'ailleurs pardonnez-moi ma curiosité, mais a-t'elle prévu de changer de nom de famille pour devenir une Gaellen? Ou cela est déjà fait? Il est vrai que notre nom soit.... Maudis chez les Meula. Je ne voudrais pas qu'ils vous arrivent le même malheur qu'à eux, j'ai déjà eu une grosse peine lors de leurs décès. Cependant, je me dois de refuser votre invitation, bien qu'elle soit très appréciée, je ne suis pas particulièrement porté sur la boisson!
Revenir en haut Aller en bas
Lou Gaellen
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un quartier de riches

Message par : Lou Gaellen, Mar 16 Oct - 9:37


Tu peux oublier le "cousin", Arnaud ce sera parfait.

Le regard que me lance ce type est effrayant. En fait, tout en lui est effrayant. Instinctivement je sers Zoey un peu plus contre moi. Je n’avais pas remarqué à quel point il était instable. Il avait pourtant donné le ton avec son foulard et son chapeau. Et belle maman aussi, a un comportement bizarre. Elle est sur ses gardes depuis tout à l’heure... ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Elle a peut-être peur.

Monsieur Gaellen, je suis assez surpris que votre femme... Ma tante Meula vous ai parlé de moi, en tant qu'ancien agent du Ministère, je n'ai guère eu de popularité dans la famille et je n'étais pas un sujet de conversation lors de nos "anciens" repas de famille.

Waouh ! Il est du ministère lui ? Dis donc ils embauchent n’importe qui là bas ... je suis à la fois impressionnée et apeurée.

Voyez-vous, même si la visite semble un peu surnaturelle, je suis venu vous féliciter pour votre mariage. Je ne suis point venu à cause de mon planning chargé suite à la subite mort de mes parents, mais je tenais à faire les formalités et ainsi m'assurer que ma tante soit heureuse ainsi, d'ailleurs pardonnez-moi ma curiosité, mais a-t'elle prévu de changer de nom de famille pour devenir une Gaellen? Ou cela est déjà fait? Il est vrai que notre nom soit.... Maudis chez les Meula. Je ne voudrais pas qu'ils vous arrivent le même malheur qu'à eux, j'ai déjà eu une grosse peine lors de leurs décès. Cependant, je me dois de refuser votre invitation, bien qu'elle soit très appréciée, je ne suis pas particulièrement porté sur la boisson!

A ouais ça craint là ... il parle de féliciter mon père et sa pouf là, mais il évoque plein d’aitres choses qui font froid dans le dos... la mort de ses parents, le nom Meula qui est maudit. En plus il ne boit pas d’alcool. Mon père m’a souvent dit que les gens qui ne buvaient pas étaient louches. Je trouve ça un peu surfait... mais bon ... pourquoi pas.

- Ne t’en fais pas cher neveux ... j’ai pris le nom de mon époux. Tu peux m’appeler tante Gaellen. Mais je préférerais tante Mary, si tu le veux bien.

Mon regard passe de Mary à Arnaud. Ils sont vraiment de la même famille ces deux-là ? On dirait qu’ils se méfient l’un de l’autre comme de la peste. Comme quoi, c’est ce que j’ai toujours dit. Que des barges dans les grandes familles de sang pur ! Plus ça va, plus je suis bien contente que mon sang soit mêlé. Même si officiellement, il ne l’ai pas. Tout le monde à part la famille proche ignore la vraie « couleur » de mon sang. Je devrais peut-être commencer à revendiquer mes origines moldues ... après tout, il n’y a rien de mal à ça. Et en plus, cela ferait passer mes grands-parents pour des nazes. J’imagine déjà le truc. Balancer l’information en pleine réception, où il n’y a que des gens « bien ». Ouais ... faut que je garde cette idée en tête.

Mais à l’heure actuelle, c’est plutôt ce drôle de personnage qui m’intrigue. Il est du ministère. Il est censé protéger les gens non ? Alors pourquoi semble-t-il si hostile ? Il a la tête d’un serial killer. Bon, faut dire aussi qu’il vient de perdre ses parents, c’est peut-être pas très drôle à vivre ...

Alors que je suis encore perdues dans ces pensées, mon père reprend la parole.

- Oui, Mary m’a parlé de ce tragique accident.. une vraie tragédie. Vos sœurs vont bien j’espère ?

Un accident ? Hum voilà qui titille ma curiosité. Le cousin a parlé de malédictions tout à l’heure. Serait-ce lié ?


- Ils sont morts comment tes ... pardon ... vos parents ? Arnaud.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans un quartier de riches

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 6

 Dans un quartier de riches

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.